DOCUMENTS ANNEXES DOSSIER PEDAGOGIQUE AVERROES JUNIOR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOCUMENTS ANNEXES DOSSIER PEDAGOGIQUE AVERROES JUNIOR"

Transcription

1 DOCUMENTS ANNEXES DOSSIER PEDAGOGIQUE AVERROES JUNIOR Lettre de G. Tillion à l Abwher (janvier 1943) : p. 2 L expo «résistante» du Musée de l Homme : p. 3 Une plongée dans Ravensbrück : p. 4 6 Compte-rendu du procès des tortionnaires de Ravensbrück par G. Tillion : p. 7-8 Deux textes de G. Tillion sur la torture en Algérie : p «L Appel des Résistants» de mars 2004 : p Repères chronologiques : p Biblio - filmographie : p. 15

2 Lettre de Germaine Tillion aux autorités allemandes pendant son incarcération à Fresnes QUAND ON N A PLUS QUE L INSOLENCE Messieurs, Fresnes, 3 janvier 1943 J ai été arrêtée le 13 août 1942, vous le savez, parce que je me trouvais dans une zone d arrestation. Ne sachant au juste de quoi m inculper et espérant que je pourrais suggérer moi-même une idée, on me mit, pendant trois mois environ, à un régime spécial pour stimuler mon imagination. Malheureusement, ce régime acheva de m abrutir et mon commissaire dut se rabattre sur son propre génie, qui enfanta les cinq accusations suivantes dont quatre sont graves et une vraie : Assistance sociale [ ] Espionnage [ ] Evasion [ ] Parachutistes [ ] Entreprise contre la police allemande. Je serais profondément navrée si l on m accusait d ironie, c est pourquoi je me fais un devoir de citer mot à mot et en détail ce qui me fut notifié au sujet de cette dernière et extraordinaire accusation. Après avoir consulté (d un œil un peu trop rapide) le dictionnaire, mon commissaire me dit : «Vous êtes accusée d avoir voulu naturaliser la police allemande et les traîtres français». Il se rendit compte que ça ne «collait» pas, car il repiqua dans son lexique. Simple lapsus. [ ] Pendant que je réfléchissais sur ce thème, mon commissaire, émergeant enfin de son dictionnaire me disait : «Cette fois, je sais. Vous êtes chargée de rendre leur innocence aux membres de la police allemande». Il y a là peut-être (probablement) un autre contresens, mais je fus si abasourdie (et réjouie) devant cette entreprise grandiose que je ne songeai pas sur l instant à demander d explication. J ai pourtant l habitude des requêtes les plus extraordinaires, car, comme vous le savez, j ai vécu seule, en Afrique, pendant des années, en compagnie des tribus dites sauvages : des femmes mariées à des démons m ont demandé de les divorcer ; un vieux bonhomme (pire que Barbe-Bleue) qui avait, m a-t-il dit, mangé ses huit premières épouses, m a demandé une recette pour ne pas manger la neuvième [ ] Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 2

3 Pendant que Germaine Tillion était incarcérée à Fresnes pour faits de Résistance, un de ses confrères exposait le résultat de sa mission dans les Aurès au Musée de l Homme! UNE EXPO «RESISTANTE» «L Aurès», tel est le titre de l exposition proposée par le Musée de l Homme de mai 1943 à mai Jacque Faublée, qui en est le commissaire, y présente l essentiel des pièces rapportées de leur mission par Thérèse Rivière et Germaine Tillion et fait de cette manière un double pied-de-nez aux nazis et à leurs sympathisants. L exposition célèbre en effet un peuple considéré comme «inférieur» par les thuriféraires de la «race aryenne». Elle rend de surcroît hommage au travail d une détenue pour faits de résistance! Germaine Tillion légendera d ailleurs certains objets exposés depuis sa cellule de Fresnes Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 3

4 . RAVENSBRÜCK, UNE PLONGEE DANS «L AUTRE MONDE» Une vue des baraquements D ans le film, Germaine Tillion sait, en peu de phrases, nous faire ressentir l horreur qui la saisit lors de son arrivée au camp : «L odeur de chair brûlée», la vision «de fantômes en loques», le contact avec «une brutalité incroyable». Cet univers concentrationnaire dans lequel aucune des lois, aucune des règles qui nous régissent n ont cours, elle l appelle «l Autre monde». Pour mieux comprendre l extraordinaire réaction qui fut la sienne face à cette monstruosité, il convient de rappeler ce qu était Ravensbrück. «KONZENTRATIONSLAGER «Ravensbrück est un «Konzentrationslager», un camp de concentration, soit une version nazifiée du bagne. En tant que tel, il est destiné aux «Schutzhaftsgefangen» (individus dangereux pour le Reich), à la différence des camps d extermination, réservés aux seuls déportés «ethniques», juifs ou tsiganes, gazés dès leur arrivée. Construit sur ordre d Himmler à 80 kms au nord de Berlin, le camp de Ravensbrück ouvre dès Presque exclusivement réservé aux femmes (une petite «annexe» destinée aux hommes sera ajoutée au camp principal en 1941), il fonctionne de façon exponentielle : 900 détenues la première année, en 1942, en janvier 45. Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 4

5 Les premières déportées sont allemandes ou autrichiennes, essentiellement communistes. Arrivent ensuite des Tsiganes, des Polonaises (qui resteront, jusqu à la fin, très majoritaires) puis, à partir de la fin 1940, des détenues de toute l Europe occupée. Les prisonnières sont soumises à des travaux forcés pouvant aller de la filature au terrassement. Très vite, elles servent de main d œuvre gratuite à l industrie allemande. Siemens, par exemple, installe à proximité 17 unités de production (photo cidessous) qui «tournent» grâce aux déportées. L EXTERMINATION PAR LE TRAVAIL Au moment de sa déportation, Germaine Tillion ignore que «l extermination par le travail» est un véritable système. Dans le film, avec 50 ans de recul, elle juge le «concept» non seulement inhumain mais économiquement absurde. En 44, elle ne peut qu en constater les effets dévastateurs. Elle estime à cette époque que l espérance de vie d une déportée ne peut excéder deux ans, et encore, à condition qu elle échappe aux maladies les plus fréquentes dans le camp (scarlatine, fluxion de poitrine, typhoïde) et qu elle soit assez maligne pour éviter, quand elle le peut, les travaux les plus durs. PRATIQUES MONSTRUEUSES En 1942, suite à une directive d Himmler, un nouveau palier est franchi dans l horreur : le Vernichtung durch Arbeit, «l extermination par le travail» se met en place. Il s agit d associer, délibérément, mauvais traitements, humiliations, faim, punitions et travaux épuisants jusqu à ce que mort s ensuive. Ravensbrück est resté tristement célèbre pour les atroces «expériences médicales» menées sur les détenues (Essais de greffes osseuses, inoculation de gangrènes gazeuses, stérilisations ). De 1941 à fin 1944, les SS ont systématiquement pratiqué «l Aktion 14f13», l euthanasie des«inaptes au travail». Ces convois particuliers vers la chambre à gaz étaient appelés «transports noirs». Considérée comme trop âgée, et donc «inexploitable», Emilie, la mère de Germaine Tillion a disparu dans un de ces «transports noirs». Entre 1941 et 1943, tous les nouveaux-nés ont été systématiquement enlevés aux déportées accouchant au camp. Une mère internée pour «profanation de la race»(relations avec un homme «de race inférieure») voyait son bébé assassiné sous ses yeux. Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 5

6 MOURIR A RAVENSBRUCK Les déportées qui mourraient à Ravensbrück ont d abord été brûlées dans un four crématoire proche de Fürstenberg. A partir de 1943, le camp a eu son propre «équipement» (d où l odeur de chair brûlée qui saisit Germaine Tillion à son arrivée). En 1944, les SS ont obtenu la construction d une chambre à gaz sur place détenus y furent exécutés. LES DERNIERS JOURS DU CAMP En avril 45, face à l avancée soviétique, les nazis prennent la décision d évacuer Ravensbrück. Dans une panique indescriptible, avec une violence extrême, ils imposent aux détenues une marche forcée vers le nord du Mecklembourg. Ils remettent plusieurs centaines de prisonnières, parmi lesquelles beaucoup de Françaises, à la Croix Rouge suédoise. D autres sont libérées par une unité d éclaireurs soviétiques. D autres encore prennent la fuite. Quand l Armée Rouge entre dans le camp, le 30 avril 45, elle y trouve encore 3000 détenues, abandonnées par les SS en raison de leur état extrême. Au total, femmes et hommes ont été détenus à Ravensbrück ont péri. Du camp, il ne reste aujourd hui que les bunkers transformés en musée, le crématoire, la partie du mur d'enceinte qui longe la fosse commune, recouverte de roses de tous les pays, et le terrible couloir des fusillés Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 6

7 En 1947, les associations de déportés désignent Germaine Tillion comme observatrice aux procès des tortionnaires de Ravensbrück. Voici le bouleversant compte-rendu qu elle adresse à ses camarades. «CETTE DERISOIRE CONFRONTATION ENTRE LE CRIME ET SA REPARATION» Comprenez-moi bien. Je ne dis pas que l'on doit les traiter comme ils nous ont traitées. Je ne dis pas qu'ils doivent être, a priori, sans droit - je hais la cruauté, même appliquée à ces monstres - je me demande seulement ce que va devenir la pauvre déesse Justice, avec sa petite balance à l'échelle humaine (un mort dans ce plateau-ci, un assassin dans ce plateau-là ; et prenons bien notre temps pour délibérer), absolument débordée par les cent mille assassinées, et bien obligée de leur refuser l'accès du plateau. Il n'y a pas de place pour tout le monde. Vous vous souvenez des soirs d'exécution à la Santé, à Fresnes? Quand les condamnés partaient en nous criant: «Justice, camarades...» Vous vous souvenez de ces deux longues flammes rouges qui léchaient le ciel noir de Ravensbrück? Et de l'indignation qui vous brûlait le coeur? Non pas la colère, non pas la haine, mais l'indignation, c'est-à-dire le sentiment de la justice qui se révolte en vous, et rend les plus timides capables de braver la mort sans trembler. Cet appel si fort qu'il se croyait sûr d'être entendu, ce long hurlement silencieux qui montait de chaque camp vers le ciel, et demandait justice... Je voudrais bien pouvoir vous dire cela avec des mots ordinaires, un vocabulaire technique. Mais c'étaient des choses qui n'étaient pas ordinaires... Eh bien, cette justice que nous appelions si fort, nous l'avons : c'est justement cette brave vieille dame de Hambourg avec sa balance détraquée et sa bonne volonté. Que nos amis anglais nous pardonnent. Ils ne sont pas en cause et ce n'est pas leur faute si le crime qu'ils ont à juger est injugeable dans les formes ordinaires de la justice. Le problème les dépasse, il nous dépasse tous. Il nous dépasse même tellement que, pour la première fois de ma vie, je me suis demandé, à Hambourg, si ces beaux mirages fascinants pour lesquels on meurt valaient vraiment qu'un pauvre humain leur sacrifie si douloureusement son unique petite Une déportée, Violette Lecoq, a secrètement dessiné la vie au camp. Ses dessins ont servi de pièces à conviction lors du procès vie. Dans la captivité, nous n'avions jamais douté d'être dans le droit fil de la vérité, et chaque nouvelle horreur nous confirmait dans notre certitude de ne pas nous être trompées en choisissant de lutter contre toutes ces horreurs. [ ]... Je vous dis cela seulement pour que vous compreniez bien que dans le principe même du procès, et dans les conditions inévitables qui lui sont faites, il y a quelque chose de décevant. Je vous dis cela afin que vous puissiez situer à Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 7

8 leur échelle véritable (c'est-à-dire réduite), les quelques erreurs qui pouvaient être évitées, et qui ne sont très graves que parce qu'elles se situent sur un arrière-plan d'erreurs inévitables qui les renforcent et qui les multiplient. Mais nous ne jouons pas perdant - nous ne jouons jamais perdant - et tout ce qui peut être fait pour la vérité, pour la justice, nous le ferons. Il n'y a de mauvaise volonté d'aucun côté, il ne peut y en avoir, seulement un peu d'incompréhension et de lenteur d'esprit, une mauvaise coordination des efforts, peu de choses. Tout cela doit être surmonté. Quant au reste, à cette malgré tout dérisoire confrontation entre le crime et sa réparation, entre la violation de la justice et son rétablissement - confrontation que nous sommes seules au monde à pouvoir faire -, eh bien, c'est la rançon de la vie. Nous sommes vivantes, tant pis pour nous.» Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 8

9 Sur l usage de la torture en Algérie : DEUX TEXTES DE GERMAINE TILLION DE LA RESPONSABILITE DE L ETAT Vous venez de signer un appel demandant à la France de condamner officiellement la torture, pratiquée en son nom, pendant la guerre d Algérie. - La torture est un crime, même et surtout quand votre propre patrie s en est rendue coupable ; toutefois, je souhaite vivement que les autres patries (par exemple l Algérie) fassent le même examen de conscience, car la torture est un attentat à la dignité de deux êtres humains : celui qui est torturé et celui qui torture. Vous avez souhaité que ce texte soit moins un jugement des personnes, même si les victimes le réclament, qu un devoir de vérité? - Essentiellement un devoir de vérité. Si elle est un crime d hier, la torture est aussi un crime d aujourd hui et - j en ai peur - un crime de demain. C est surtout à cause de demain qu il faut la condamner aujourd hui, et non pas à cause d hier, par vengeance.. Le texte de l appel indique de façon claire que, du côté français, ceux qui ont engagé la guerre d Algérie portent la responsabilité de cet engrenage dans lequel la torture a été institutionnalisée. C est bien votre avis? - La grande faute a été de donner les pouvoirs de police à l armée. Les militaires sont faits pour se battre, pas pour faire la police. Sauf que le cas du général de Bollardière montre que l armée, même si elle est mise dans cette situation, n est pas obligée d avoir recours à de telles méthodes et d ailleurs Massu vient de dire :«On aurait pu éviter cela». - Oui, probablement, ils auraient pu et ils auraient dû s y refuser. Mais, c est bien le pouvoir civil qui les a obligés à faire la police, sans s arrêter aux moyens employés. Dans la guerre, on n est pas obligé de torturer. C est pour cela qu on parle de crimes de guerre? Il y a la guerre, et il y a les crimes de guerre. Et il y a eu crimes de guerre? À mon avis, le crime de guerre c est, au fond, le pouvoir civil qui l a commis. Pierre Vidal-Naquet parle de crime d État. C est un crime d État. Je suis tout à fait de l avis de Vidal-Naquet, parce que l État est responsable. Extrait d une interview réalisée par Charles Silvestre in L Humanité, 7 novembre 2000 Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 9

10 UNE METHODE ABOMINABLE ET IMBECILE «Je venais de visiter toutes les prisons d'algérie, accompagnant, avec Martin-Chauffier, une mission d'enquête internationale. Au cours de cette enquête, j'avais acquis la certitude (avec quelle honte! avec quelle douleur!) de l'emploi quasi général de la torture. J'avais pu constater également le résultat prévisible de cette méthode à la fois abominable et imbécile : je veux dire le ralliement en masse des derniers hésitants algériens au FLN. J'ai dès lors considéré comme désastreux qu'on fasse tuer des milliers de jeunes gens dans une guerre évidemment sans issue.» Lettre ouverte de G.Tillion au général Massu, in Le Monde, 28 novembre 1971 Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 10

11 Le 4 mars 2004, les vétérans des mouvements de Résistance, dont Germaine Tillion, publiaient cette lettre ouverte : «L APPEL DES RESISTANTS» Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la Libération, nous, vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France Libre appelons les jeunes générations à faire vivre et transmettre l héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle. Soixante ans plus tard, le nazisme est vaincu, grâce au sacrifice de nos frères et soeurs de la Résistance et des nations unies contre la barbarie fasciste. Mais cette menace n a pas totalement disparu et notre colère contre l injustice est toujours intacte. Nous appelons, en conscience, à célébrer l actualité de la Résistance, non pas au profit de causes partisanes ou instrumentalisées par un quelconque enjeu de pouvoir, mais pour proposer aux générations qui nous succéderont d accomplir trois gestes humanistes et profondément politiques au sens vrai du terme, pour que la flamme de la Résistance ne s éteigne jamais. Nous appelons d abord les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés, à célébrer ensemble l anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.) adopté dans la clandestinité le 15 mars 1944 : Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des «féodalités économiques», droit à la culture et à l éducation pour tous, presse délivrée de l argent et de la corruption, lois sociales ouvrières et agricoles, etc. Comment peut-il manquer aujourd hui de l argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales, alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l Europe était ruinée? Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie. Nous appelons ensuite les mouvements, partis, associations, institutions et syndicats héritiers de la Résistance à dépasser les enjeux sectoriels, et à se consacrer en priorité aux causes politiques des injustices et des conflits sociaux, et non plus seulement à leurs conséquences, à définir ensemble un nouveau «Programme de Résistance» pour notre siècle, sachant que le fascisme se nourrit toujours du racisme, de l intolérance et de la guerre, qui eux-mêmes se nourrissent des injustices sociales. Nous appelons enfin les enfants, les jeunes, les parents, les anciens et les grands-parents, les éducateurs, les autorités publiques, à une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation marchande, le mépris des plus faibles et de la culture, l amnésie généralisée et Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 11

12 la compétition à outrance de tous contre tous. Nous n acceptons pas que les principaux médias soient désormais contrôlés par des intérêts privés, contrairement au programme du Conseil national de la Résistance et aux ordonnances sur la presse de Plus que jamais, à ceux et celles qui feront le siècle qui commence, nous voulons dire avec notre affection : «Créer, c est résister. Résister, c est créer». Signataires : Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, Henri Bartoli, Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Stéphane Hessel, Maurice Kriegel- Valrimont, Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant, Maurice Voutey. Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 12

13 REPERES CHRONOLOGIQUES : Une enfance classique Germaine Tillion naît en 1907 dans une famille de la bourgeoisie éclairée. Elle reçoit l éducation classique des jeunes filles de sa condition, mais ses parents encouragent vivement son goût pour l étude : la découverte de l ethnologie Elle suit les cours de l Ecole du Louvre, de l Ecole Pratique des Hautes études (qui deviendra plus tard l Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) et s oriente peu à peu vers l ethnologie. Elle sort diplômée de l Institut d ethnologie en : En mission dans les Aurès Jeune ethnologue de 27 ans, elle part en Algérie étudier sur le terrain l organisation familiale et sociale des Berbères Chaouias dans le massif de l Aurès. Ces sept années seront essentielles pour les travaux qu elle publiera par la suite (notamment, le plus célèbre, Le harem et les cousins) Elle nouera par ailleurs des amitiés solides au sein de la population autochtone : La Résistance De retour à Paris, elle entre très tôt dans la Résistance et occupe des responsabilités importantes au sein du réseau du Musée de l Homme. Parallèlement, elle passe son diplôme de berbère aux Langues Orientales. Le 13 août 1942, suite à une trahison, elle est arrêtée, ainsi que sa mère, également Résistante. Août Octobre 1943 : La détention Pendant sa détention d abord à la Santé puis à Fresnes- et bien que classée «Nuit et Brouillard» - elle obtient de poursuivre la rédaction de sa thèse. Dans le même temps, le Musée de l Homme organise une exposition présentant les pièces que sa consoeur Thérèse Rivière et elle-même ont rapportées d Algérie. Octobre avril 1945 : La déportation à Ravensbrück. Dans l enfer de Ravensbrück, elle entame, au mépris du danger, une étude ethnographique sur le camp. Sa mère, déportée à son tour, est gazée dès son arrivée (mars 45). Elle-même ne survit que grâce à sa volonté farouche de vouloir témoigner. Son cauchemar prend fin le 23 avril : Le devoir de mémoire L essentiel de ses travaux pendant cette période porte sur l univers concentrationnaire et la dénonciation des crimes nazis. Elle publie notamment, en 1947, la toute première étude - sobrement intitulée Ravensbrück - sur le fonctionnement des camps : L Algérie en guerre Elle accepte diverses missions officielles en Algérie au moment où commencent les premiers combats pour l indépendance. Elle ne se place ni du côté de l Algérie française ni du côté des Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 13

14 «porteurs de valises», mais choisit de «faire la guerre aux horreurs de la guerre». Elle dénonce ainsi l usage de la torture dans l armée et tente de convaincre le FLN de cesser ses attentats. Elle publie successivement L Algérie en 1957, L Afrique bascule vers l avenir et Les ennemis complémentaires : Un séminaire légendaire En 1958, elle est nommée directeur d études à l Ecole Pratique des Hautes Etudes. Elle poursuivra son séminaire d ethnologie du Maghreb jusqu en La parution de son ouvrage Le Harem et les cousins achève d établir sa réputation dans le monde entier :Le statut de la femme Elle conduit une vingtaine de missions scientifiques au Maghreb, en Mauritanie, au Niger, au Moyen-Orient, approfondissant toujours davantage sa connaissance de sociétés méditerranéennes et africaines. Le statut de la femme devient un point central de son travail : Le temps de la reconnaissance et des derniers combats Tandis que son aura ne cesse de croître, qu honneurs et hommages se multiplient, Germaine Tillion reste fidèle à ses idéaux. Elle préside l association contre l esclavage moderne, rejoint le collectif de défense des Sans-Papiers, proteste contre la torture en Irak Elle meurt le 19 avril 2008, dans sa 101 e année. Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 14

15 BIBLIO - FILMOGRAPHIE OUVRAGES DE GERMAINE TILLION - L Algérie de 1957, Editions de Minuit, L Afrique bascule dans l avenir, édition remaniée et augmentée de l ouvrage précédent ; Edit. de Minuit, Le Harem et les cousins, Seuil,1966 ; collection «Points», Les Ennemis complémentaires, Seuil, 1982 ; collection «Points» Ravensbrück, nouvelle version augmentée et remaniée, Seuil, 1988, coll. «Points» - La Traversée du mal, entretiens avec J. Lacouture, Arléa, Il était une fois l ethnographie, Seuil, L Algérie aurésienne, La Martinière, À la recherche du vrai et du juste, textes réunis par T. Todorov, La Martinière, Le Verfügbar aux Enfers :une opérette à Ravensbrück, La Martinière, Combats de guerre et de paix, recueil de textes et d interviews, Seuil, 2007 OUVRAGES SUR GERMAINE TILLION - Le Siècle de Germaine Tillion, sous la direction de Tzvetan Todorov, Seuil, Résistante(s), itinéraire et engagements de Germaine Tillion, plaquette du Centre d Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon, Germaine Tillion, une femme - mémoire, d une Algérie à l autre, de Nancy Wood,Editions Autrement, Germaine Tillion : une ethnologue dans le siècle, de Christian Bromberger & Tzvetan Todorov, Actes Sud, Les vies de Germaine Tillion, n spécial de la revue Esprit, février Le témoignage est un combat : une biographie de Germaine Tillion, de J. Lacouture, Seuil, DOCUMENTS AUDIOVISUELS - Du côté de chez Fred : Germaine Tillion (Entretiens avec F. Mitterand ; Real : M. Hermant, 65, 1990) - Une conscience dans le siècle (Entretiens avec Christian Bromberger & Thierry Fabre, 30 ; 2001) - Les trois vies de Germaine Tillion (Entretiens avec Jean Lacouture ; réalisation G. Combet, 52 ; 2001) - Là où il y a du danger, on vous trouve toujours (Myriam Grossi & Carmen Rial, 2007, 50 ) - Je me souviens (Jean Baronnet & Colette Castagno, 2001, 52 ) - Germaine et Geneviève (Isabelle Gaggini-Anthonioz & Jacques Kébadian, 56 ) Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 15

16 Ce document a été conçu et réalisé par Jeanne BISCIONI-BAUMBERGER Dans le cadre du dispositif Averroès junior, initié et financé par ESPACECULTURE, 42, La Canebière, Marseille (1 er ). Tel : Espaceculture 2009 Germaine Tillion «croquée» par le sculpteur René Iché, un de ses compagnons du réseau du Musée de l Homme Dossiers pédagogiques «Averroès junior» disponibles : Amina, film documentaire de Laurette Mokrani Poniente, film de fiction de Chus Gutierrez La traversée, film documentaire d Elisabeth Leuvrey Une fois que tu es né, film de fiction de Marco Tullio Giordana Z, film de fiction de Costa Gavras Persépolis, film d animation de Marjane Satrapi & Vincent Paronnaud Hors jeu, film de fiction de Jafar Panahi Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 16

17 D O S S I E R AVERROES JUNIOR P E D A G O G I Q U E U

18 «L asservissement ne dégrade pas seulement l être qui en est victime, mais celui qui en bénéficie.» G.Tillion in Le Harem et les cousins Portrait dessiné par Darius «L'humanité se compose de deux minuscules minorités : celle des brutes féroces, des traîtres, des sadiques systématiques d'une part, et de l'autre celle des hommes de grand courage et de grand désintéressement qui mettent leur pouvoir, s'ils en ont, au service du bien. Entre ces deux extrêmes, l'immense majorité d'entre nous est composée de gens ordinaires, inoffensifs en temps de paix et de prospérité, se révélant dangereux à la moindre crise.» Germaine Tillion, 1944 SOMMAIRE 1 e PARTIE - Introduction : p. 3 - Le film : p L enfance & la formation : p Dans l Aurès : p La Résistance : p e PARTIE - La déportation : p L Algérie en guerre : p Derniers combats : p Evocation par C. Bromberger : p e PARTIE - Documents annexes «Ce qui m angoisse le plus profondément aujourd hui, c est l agressivité. Contrairement à beaucoup de gens, je suis persuadée que l être humain est plutôt bienveillant, plutôt porté à rechercher la présence de son semblable et à la rechercher amicalement. Cela, à condition que la compétition pour la survie ne soit pas trop aiguë. Or, la compétition pour la survie est actuellement insupportable sur une énorme surface du globe» Germaine Tillion, 1991 Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 2

19 INTRODUCTION C est après les événements de décembre 2008 à Gaza, que Thierry Fabre, le concepteur des Rencontres d Averroès, a choisi comme thème de la 16 e édition, «La Méditerranée, figures du tragique». Déclinée en novembre dernier, lors des traditionnelles tables rondes et des différentes manifestations placées «Sous le signe d Averroès», cette thématique doit maintenant irriguer le dispositif Averroès junior, dont le but, rappelons-le, est d associer collégiens et lycéens à cette vaste réflexion annuelle sur la Méditerranée des deux rives. Proposer un tel sujet à des adolescents est une entreprise pour le moins délicate! Impossible, à propos d une région du monde régulièrement déchirée par la violence, de les bercer de discours optimistes. (Outre le dramatique conflit israélo-palestinien, rappelons les guerres civiles récentes dans les Balkans, en Algérie ou au Liban). Mais, dans le même temps, l évocation de ces «figures du tragique» - et leur cortège de haines, de crimes et de déchirements - ne doit pas non plus s apparenter à une entreprise de démoralisation! Comment faire réfléchir les adolescents sur des sujets graves tels que la guerre ou la mort, tout en évitant de leur donner une vision irrévocablement amère, douloureuse, désespérante du monde et de l existence? La réponse à cette impossible équation s est imposée comme une évidence : Germaine Tillion. Voilà une femme qui a vécu dans sa chair certaines des plus grandes tragédies du XX e siècle : la déferlante nazie, la déportation, la guerre d Algérie Et pourtant, Germaine Tillion est restée du côté de l espoir et de la vie. En résistant farouchement à la barbarie. En se dressant inlassablement contre l injustice. En refusant jusqu à son dernier souffle d abdiquer l humain pour une idéologie. Le documentariste Gilles Combet a su restituer cet extraordinaire parcours avec chaleur et c est pourquoi son film nous paraît si adéquat pour Averroès junior. Ce choix s inscrit d ailleurs dans un mouvement qui, depuis dix ans, tend à reconnaître en Germaine Tillion un «trésor national». En 1999, l Etat a, en quelque sorte, payé sa dette en élevant cette grande Résistante à la dignité de Grand-croix de la Légion d honneur (décoration qui n a été décernée qu à huit femmes en tout et pour tout!) Tous ses ouvrages, d ethnologie ou de réflexion, sont aujourd hui facilement accessibles en Poche. Et coup sur coup, on vient de lui consacrer quatre biographies, six documentaires et deux grandes expositions. L opérette qu elle avait écrite à Ravensbrück pour égayer ses camarades de déportation a même été portée à la scène, en 2007, au Théâtre du Châtelet! Sa mort - survenue en 2008, à l âge respectable de 101 ans - n a pas tari ce processus de reconnaissance. Au contraire! Parmi les initiatives récentes ou à venir : l avalanche d établissements scolaires baptisés de son nom - dix à ce jour - ou encore le spectacle conçu et mis en scène par Xavier Marchand, Il était une fois Germaine Tillion, que le Théâtre des Salins (Martigues) et le TNM-La Criée recevront en mars On le sentira au fil de ces pages, Germaine Tillion a été pour nous bien plus qu une référence «adéquate» pour le dispositif Averroès junior. Mais comment ne pas être subjugué par son intelligence, sa lucidité, son courage, sa générosité, son humour? Ce coup de cœur, on aimerait maintenant le partager avec les enseignants et leurs élèves. J.B. Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 3

MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987)

MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987) 1 MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987) 1) Le témoin : Le témoin se nomme Jacqueline Perquel (nom de jeune fille). Elle est née le 23 avril 1909 à Paris. Elle est issue d une famille juive d origine

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La Discours de Frédérik BERNARD, Maire de Poissy Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation - dimanche 24 avril 2011 - Monsieur le Député (présence non confirmée), Monsieur le Vice-Président

Plus en détail

LE RÉSEAU DU MUSÉE DE L HOMME

LE RÉSEAU DU MUSÉE DE L HOMME n 5 Collection «Mémoire et Citoyenneté» LE RÉSEAU DU MUSÉE DE L HOMME Une épopée tragique MINISTÈRE DE LA DÉFENSE Secrétariat général pour l administration DIRECTION DE LA MÉMOIRE, DU PATRIMOINE ET DES

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 1 Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 2 3 Bienvenue à bord On t a certainement déjà dit qu il y a des choses que tu n as pas le droit

Plus en détail

Le cahier de Susi Fiche pédagogique École CP CE1 CE2 CM1 CM2

Le cahier de Susi Fiche pédagogique École CP CE1 CE2 CM1 CM2 Supports Documentaire Le cahier de Susi, de Guillaume Ribot, en intégralité à l exception du prologue, et les documents d archives intégrés au DVD. Fac-similé du Cahier de Susi et présentation de Guillaume

Plus en détail

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Première Sa Evaluation Histoire La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Sujet classique mais attention à ne pas tomber dans un récit chronologique du conflit, ce qui serait horssujet. Réfléchir

Plus en détail

L engagée. Frison-Roche. Marie-Anne. Propos reccueillis par Aurélien Valeri et Charles Bonnaire Photographies par Léa Bouquet

L engagée. Frison-Roche. Marie-Anne. Propos reccueillis par Aurélien Valeri et Charles Bonnaire Photographies par Léa Bouquet Marie-Anne Frison-Roche L engagée. Mercredi 29 octobre, avant une session extraordinaire des Grandes Questions du Droit, Marie-Anne Frison-Roche a accordé un entretien de près d un quart d heure au Parvenu,

Plus en détail

CARTES POSTALES FRANÇAISES : SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE PREMIER DEGRÉ

CARTES POSTALES FRANÇAISES : SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE PREMIER DEGRÉ CARTES POSTALES FRANÇAISES : SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE PREMIER DEGRÉ Objectif général Dégager la notion de propagande à travers l étude de cartes postales. Objectifs spécifiques Lire des cartes postales, les

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

Vincere, Italie 2009 1h59 - Couleur

Vincere, Italie 2009 1h59 - Couleur Rétrospective Le Secret Vincere, de Marco Bellochio Italie 2009 1h59 - Couleur Fiche pédagogique réalisée par Sébastien Farouelle Scénario : Marco Bellocchio, Daniela Ceselli Image : Daniele Ciprì Montage

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME. L omerta de la grande muette. Charlotte Antoine. École des avocats de Rennes

LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME. L omerta de la grande muette. Charlotte Antoine. École des avocats de Rennes LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME L omerta de la grande muette Charlotte Antoine École des avocats de Rennes 145 Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres du jury, Mesdames, Messieurs, Lætitia

Plus en détail

Discours. Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris

Discours. Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris Discours Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris Monsieur le Président, Cher Bruno Racine, Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

Films disponibles au Bureau national

Films disponibles au Bureau national Films disponibles au Bureau national Pour vous procurer les films stockés au bureau national, vous pouvez contacter Sacha, le responsable de l ISP au bureau national (01 45 88 37 00 ou communication@genepi.fr),

Plus en détail

Rapport de stage. Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard:

Rapport de stage. Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard: 1. Déroulement du stage Rapport de stage Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard: Tableau 1. Périodes de stage lieu date bilan Edition l amiénois du

Plus en détail

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques?

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Quel est le cadre législatif? Quelles réticences? Est-ce un frein à la mobilité?

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème DU REGIME DE VICHY AU RETOUR DE LA REPUBLIQUE DE LA DECLARATION DE GUERRE A LA DEFAITE DE LA FRANCE PAGES 4-5 Les documents ci-dessous évoquent les premiers mois

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

Synopsis «Cent Jours»

Synopsis «Cent Jours» Synopsis «Cent Jours» Résumé Cette œuvre est un fidèle reflet de la réalité, puisqu il peut s assimiler à un journal intime, un polaroïd de ma réflexion de femme de 33 ans, mariée et enceinte de son troisième

Plus en détail

La 1 ère Guerre mondiale

La 1 ère Guerre mondiale CM2 La 1 ère Guerre mondiale Histoire L Epoque contemporaine Objectifs notionnels : o o o -Prendre conscience de l ampleur du conflit -Comprendre la notion de guerre mondiale - Comprendre les conséquences

Plus en détail

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Dans la collection Visages du monde : Les enfants des rues (Marc Cantin) Du même auteur chez d autres éditeurs : Têtes de mule, Seuil Jeunesse Pourquoi c est interdit?, Oxygène

Plus en détail

Introduction à la Shoah

Introduction à la Shoah Introduction à la Shoah Des Juifs de la Ruthénie subcarpatique sont soumis à une sélection sur l aire de transit à Auschwitz-Birkenau. (Photo : Musée du Mémorial de l Holocauste aux États-Unis, offerte

Plus en détail

Germaine Tillion. Mémoire. Une résistante qui a traversé le siècle. 196 Chroniques I Mémoire I

Germaine Tillion. Mémoire. Une résistante qui a traversé le siècle. 196 Chroniques I Mémoire I 196 Chroniques I Mémoire I Mémoire Germaine Tillion Une résistante qui a traversé le siècle Elle a traversé le siècle avant de disparaître dans sa 101 e année. Comment mieux la définir que ne le fait Tzvetan

Plus en détail

Témoignage devant le Comité. Comité permanent du patrimoine canadien

Témoignage devant le Comité. Comité permanent du patrimoine canadien Témoignage devant le Comité Comité permanent du patrimoine canadien Projet de loi S-219 : Loi instituant une journée nationale de commémoration de l'exode des réfugiés vietnamiens et de leur accueil au

Plus en détail

Alphonse, République démocratique du Congo. famille Slava, Estonie

Alphonse, République démocratique du Congo. famille Slava, Estonie Dorjaa, Mongolie J ai 19 ans. Mes parents ont décidé de me marier avec le fils d une famille du village voisin. Ma famille a donné son accord mais je ne connais pas mon futur mari. J ai dit à ma famille

Plus en détail

Séquence 11 : «Marseille, porte du sud»

Séquence 11 : «Marseille, porte du sud» Le pont transbordeur, Musée d'histoire de Marseille, photo W. Govaert Séquence 11 : «Marseille, porte du sud» Marseille, en ce début du XX ème siècle, est marquée par l inauguration du pont transbordeur,

Plus en détail

au s s i on t un e âm e

au s s i on t un e âm e Frère Marie-Angel Les canailles au s s i on t un e âm e Itinéraire spirituel d un enfant SDF éditions des Béatitudes Préface Je m appelle Angel. Mon second prénom chrétien est Gabriel et c est par ce dernier

Plus en détail

«PETRUS LA GLOIRE DU PHOTOGRAPHE»

«PETRUS LA GLOIRE DU PHOTOGRAPHE» DEDICACE «PETRUS LA GLOIRE DU PHOTOGRAPHE» D HENRIETTE DAGRI-DIABATE ALLOCUTION LE 21 OCTOBRE 2009 Je voudrais dire ma fierté, mon émotion et ma très grande surprise de voir rassemblé cette après-midi

Plus en détail

Cérémonie d Hommage national aux Dissidents Antillais et Guyanais. Hôtel national des Invalides

Cérémonie d Hommage national aux Dissidents Antillais et Guyanais. Hôtel national des Invalides 1 Cérémonie d Hommage national aux Dissidents Antillais et Guyanais Hôtel national des Invalides Lundi 2 juin 2014 Monsieur le Secrétaire d État, Messieurs les Parlementaires, Monsieur le Gouverneur, Mesdames,

Plus en détail

Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre

Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre «Ile Maurice, 500 cartes postales anciennes» d André de Kervern et d Yvan Martial le vendredi 7 décembre 2012 à 17h00 Blue Penny

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

PASSePORT MON CHOIX, C EST MON DROIT! Mariage d amour, mariage arrangé, mariage obligé, mariage forcé Il faut en parler car -1-

PASSePORT MON CHOIX, C EST MON DROIT! Mariage d amour, mariage arrangé, mariage obligé, mariage forcé Il faut en parler car -1- PASSePORT Mariage d amour, mariage arrangé, mariage obligé, mariage forcé Il faut en parler car MON CHOIX, C EST MON DROIT! -1- «Le mariage ne peut être conclu qu avec le libre et plein consentement des

Plus en détail

Madame Liliane Balfroid,

Madame Liliane Balfroid, Madame Liliane BALFROID, Monsieur Luc VAN KERCHOVE, Monsieur Edgar FONCK, Mesdames et Messieurs en vos titres et qualités, Mesdames, Messieurs, Chers amis, C est pour moi un réel plaisir de vous accueillir

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944)

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) COMMUNIQUE DE PRESSE Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) Du 11 mars au 20 avril 2013 au musée Edmond-Michelet Destinés à l origine à regrouper les étrangers «indésirables», les camps

Plus en détail

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.»

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Septième Tradition «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Des alcooliques qui subviennent à leurs besoins? A-t-on jamais entendu

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

Vanessa Winship. Voyage mélancolique. 14 janvier au 8 mars 2015. 5 novembre 2014 5 janvier 2015

Vanessa Winship. Voyage mélancolique. 14 janvier au 8 mars 2015. 5 novembre 2014 5 janvier 2015 Vanessa Winship Voyage mélancolique 14 janvier au 8 mars 2015 5 novembre 2014 5 janvier 2015 «Pour moi la photographie est un processus d apprentissage, un voyage vers la compréhension» Vanessa Winship

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Robocop. Paul Verhoeven, Etats-Unis, 1987

Robocop. Paul Verhoeven, Etats-Unis, 1987 Robocop Paul Verhoeven, Etats-Unis, 1987 Robocop est un film réalisé par Paul Verhoeven, cinéaste néerlandais qui débuta sa carrière à la télévision hollandaise où il découvrit l un de ses acteurs fétiches,

Plus en détail

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr Tous les enfants ont des droits! Tous les enfants du monde ont les mêmes droits, quels que soient le pays où ils vivent, la couleur de leur peau, leur religion, leur sexe Le droit d avoir un nom, une famille,

Plus en détail

Voyage à. de Compostelle (26 au 28 mai 2010) classes de 5ème. Le programme :

Voyage à. de Compostelle (26 au 28 mai 2010) classes de 5ème. Le programme : Voyage à de Compostelle (26 au 28 mai 200) classes de 5ème Le programme : Le premier jour : Nous sommes arrivés à 2h30 (heure espagnole) à Saint-Jacques et nous avons piqueniqué au parc Alameda. On a commencé

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 : en bref Thème : La vie en banlieue parisienne Après une mise en route sur le début du film, les apprenants découvriront l

Plus en détail

Concours AEFE Paroles de Presse Edition 2015

Concours AEFE Paroles de Presse Edition 2015 Concours AEFE Paroles de Presse Edition 2015 Cette année, dans le cadre du concours Parole de Presse, la classe de CE2 de M. Sébastien Allaire de la Petite Ecole d Hydra d Alger (école d Entreprise du

Plus en détail

Conception : F. Deglave, conseiller pédagogique, pour Mobiclic n 137

Conception : F. Deglave, conseiller pédagogique, pour Mobiclic n 137 N 137 NOVEMBRE 2011 LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE HISTOIRE ET TUIC SÉANCES D APPRENTISSAGE nombre de séances 5 durée de l activité 4h30 Séance 1 : le départ des soldats à la guerre en 1914 (durée : 1 heure)

Plus en détail

Compréhension orale - 40 minutes

Compréhension orale - 40 minutes Compréhension orale - 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions. SECTION A 8 questions Associer des illustrations à des messages oraux. SECTION B 26 questions

Plus en détail

LE GHETTO DE VARSOVIE

LE GHETTO DE VARSOVIE LA SECONDE GUERRE MONDIALE LE GHETTO DE VARSOVIE Gaumont Pathé archives, collection Pathé Les documents d archives Pathé nous transportent dans une actualité devenue, aujourd hui, de l histoire. Ces fragments

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

Bonsoir, Olivier SCHRAMECK, je vous en prie PIERRE LESCURE Bonsoir, Monsieur le Président.

Bonsoir, Olivier SCHRAMECK, je vous en prie PIERRE LESCURE Bonsoir, Monsieur le Président. FRANCE 5 C A VOUS Le 17/12/2015 19:03:57 Invité : Olivier SCHRAMECK, président CSA On va accueillir à présent un homme rare à la télévision, même s il y fait la pluie et le beau temps, c est le patron

Plus en détail

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI! 17.06.2014 Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe 19 e Conférence du Conseil

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème LE NAZISME (1933-1945) DU TRAITE DE VERSAILLES A L ARRIVEE D HITLER AU POUVOIR PAGES 4-5 Comment Mussolini, nouveau dirigeant de l Italie est-il mis en valeur

Plus en détail

La Convention Internationale des Droits de l'enfant

La Convention Internationale des Droits de l'enfant La Convention Internationale des Droits de l'enfant Texte adapté aux enfants dès 10 ans La Convention a été adoptée par les Nations Unies (ONU) le 20 novembre 1989 pour protéger les droits des enfants

Plus en détail

En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris

En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris 1 En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris Kaj Falkman : Dag Hammarskjöld et le respect de la parole Dag Hammarskjöld fut Secrétaire Général

Plus en détail

le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration

le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration HISTORIQUE DU BÂTIMENT Robert II, dit Le Pieux (972-1031), fils et successeur de Hugues Capet, bâtit le premier en

Plus en détail

Mesdames, Messieurs, Madame Alles, chère Frédérique, chers Manuel et Florence, chers amis,

Mesdames, Messieurs, Madame Alles, chère Frédérique, chers Manuel et Florence, chers amis, Mesdames, Messieurs, Madame Alles, chère Frédérique, chers Manuel et Florence, chers amis, Elisabeth nous a quittés au premier jour de l année nouvelle, avec cette discrétion élégante qu elle mettait en

Plus en détail

Irina L. Irina d ici. Témoignage recueilli en juin 2005

Irina L. Irina d ici. Témoignage recueilli en juin 2005 Irina L. Irina d ici Témoignage recueilli en juin 2005 Production : atelier du Bruit Auteur (entretiens, récit de vie, module sonore) : Monica Fantini Photos : Xavier Baudoin 197 7 Naissance à Caransebes,

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication Extrait de la publication Extrait de la publication Je suis complètement battue Extrait de la publication Extrait de la publication Éléonore Mercier Je suis complètement battue P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts,

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

Difficultés d écoute et de communication

Difficultés d écoute et de communication 1 CHAPITRE 1 Difficultés d écoute et de communication Dans le monde entier il y a beaucoup d enfants qui sont soit sourds soit incapables d entendre très bien. Les parents peuvent ne pas savoir ce qui

Plus en détail

AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA EN FRANCE

AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA EN FRANCE 1 AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA EN FRANCE Allocution prononcée par S.E.M. Jacques KABALE, Ambassadeur de la République du Rwanda en France à l occasion de la 21 ème Célébration de la Journée de

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Le Collège de France ouvre les trésors de ses archives aux Internautes. Sauver et valoriser un patrimoine

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Le Collège de France ouvre les trésors de ses archives aux Internautes. Sauver et valoriser un patrimoine COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le Collège de France ouvre les trésors de ses archives aux Internautes Plus de 30 000 pages de documents numérisés, 2 000 plaques de verres photographiques d Etienne-Jules Marey, pionnier

Plus en détail

Tu avais quel âge au moment de la guerre d'algérie? En as-tu des souvenirs? Je suis né en Algérie en 1950. J'ai donc grandi pendant cette guerre.

Tu avais quel âge au moment de la guerre d'algérie? En as-tu des souvenirs? Je suis né en Algérie en 1950. J'ai donc grandi pendant cette guerre. Tu avais quel âge au moment de la guerre d'algérie? En as-tu des souvenirs? Je suis né en Algérie en 1950. J'ai donc grandi pendant cette guerre. Elle s'est déroulée quand j'avais entre 4 et 11 ans. J'ai

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

Analyse d une planche de bande dessinée

Analyse d une planche de bande dessinée Analyse d une planche de bande dessinée Titre de la B.D. : Thèmes : Date de Parution :. Auteur :. Lecture et compréhension de la planche p.26 et 27 du tome 2 : Pourquoi les souris sont-elles soulagées

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

HENRY JAMES. Washington Square

HENRY JAMES. Washington Square HENRY JAMES Washington Square roman traduit de l anglais par camille dutourd LE LIVRE DE POCHE 1 Il y avait à New York vers le milieu du siècle dernier un médecin du nom de Sloper qui avait su se faire

Plus en détail

Le loup et la lune. Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine. Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine

Le loup et la lune. Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine. Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Où est passé Proudhon?

Où est passé Proudhon? Où est passé Proudhon? d Anne Argouse et Hugues Peyret Une coproduction : Antoine Martin Productions Vie des Hauts Production Images Plus Epinal DVD, 15 Où est passé Proudhon? Un film d Anne Argouse et

Plus en détail

Le Petit Prince et le renard

Le Petit Prince et le renard LISEZ CE TEXTE ET FAITES LES ACTIVITÉS SUIVANTES. Le Petit Prince et le renard [ ] C est alors qu apparut le renard. - Bonjour, dit le renard. - Bonjour, répondit poliment le Petit Prince, qui se retourna

Plus en détail

Tâche «complexe» sur la résistance intérieure

Tâche «complexe» sur la résistance intérieure Tâche «complexe» sur la résistance intérieure Consigne générale : Après avoir fuit votre Auvergne natale en juin 1940, Vous vous êtes enrôlés auprès du bureau central de renseignement et d action, le service

Plus en détail

COMPTE-RENDU. de Maëlle Guéroult à BELFAST, Irlande du Nord, Royaume-Uni DU SERVICE VOLONTAIRE EUROPEEN. Le sommaire

COMPTE-RENDU. de Maëlle Guéroult à BELFAST, Irlande du Nord, Royaume-Uni DU SERVICE VOLONTAIRE EUROPEEN. Le sommaire COMPTE-RENDU DU SERVICE VOLONTAIRE EUROPEEN de Maëlle Guéroult à BELFAST, Irlande du Nord, Royaume-Uni de mars 2007 à février 2008 (12 mois) Le sommaire 1) Intégration dans la structure et le pays d accueil

Plus en détail

Faire de la grammaire au CE2 Période 3 Semaine 5 Un beau voyage Jour Activités Déroulement Matériel

Faire de la grammaire au CE2 Période 3 Semaine 5 Un beau voyage Jour Activités Déroulement Matériel Faire de la grammaire au CE2 Période 3 Semaine 5 Jour Activités Déroulement Matériel Lecture et compréhension de l histoire - Comment se nomment les personnages? -A quelle occasion ont-ils fait le voyage?

Plus en détail

Humaniser la guerre? CICR - 150 ans d action humanitaire MUSÉE RATH, GENÈVE 30 AVRIL 20 JUILLET 2014. Plongée dans l humanité en guerre

Humaniser la guerre? CICR - 150 ans d action humanitaire MUSÉE RATH, GENÈVE 30 AVRIL 20 JUILLET 2014. Plongée dans l humanité en guerre Humaniser la guerre? CICR - 150 ans d action humanitaire MUSÉE RATH, GENÈVE 30 AVRIL 20 JUILLET 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE L histoire du CICR n est autre que l agrégat de milliers de biographies, toutes

Plus en détail

Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon. A l occasion de la remise de la Médaille de la Ville de Lyon

Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon. A l occasion de la remise de la Médaille de la Ville de Lyon Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon A l occasion de la remise de la Médaille de la Ville de Lyon A Maître Ugo Iannucci, Ancien Bâtonnier A l occasion de son départ De la Présidence

Plus en détail

L ENFANT EN DEUIL Conseils aux parents et à l entourage

L ENFANT EN DEUIL Conseils aux parents et à l entourage LES ACCOMPAGNEMENTS PROPOSÉS As trame propose différentes formes de soutien aux familles concernées par une situation de deuil. Pour les enfants et les adolescents : suivis en groupe, en individuel, en

Plus en détail

Le Codéveloppement pas n importe comment!

Le Codéveloppement pas n importe comment! La Lettre du CoDévelloppement Lettre d'information Du Centre Européen du Codéveloppement professionnel et managérial www.cecodev.fr Le Codéveloppement pas n importe comment! Les dangers du succès Le Codéveloppement

Plus en détail

aupres des personnes agees `

aupres des personnes agees ` aupres des personnes agees ` La problématique du suicide chez les personnes âgées Informer, soutenir, accompagner les professionnels qui entourent les personnes âgées dans leur quotidien. ^ L intervenant

Plus en détail

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME PRINCIPES DE BASE RELATIFS AU RÔLE DES ARCHIVISTES POUR LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME PROJET 21-06-2014 INTRODUCTION Les

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors

Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors Nous quitterons Annecy vers 7h45 pour nous rendre à Lyon. La visite du Mémorial de Montluc est prévue à 10h30. Si nous ne sommes pas retardés lors du trajet, nous

Plus en détail