DOCUMENTS ANNEXES DOSSIER PEDAGOGIQUE AVERROES JUNIOR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOCUMENTS ANNEXES DOSSIER PEDAGOGIQUE AVERROES JUNIOR"

Transcription

1 DOCUMENTS ANNEXES DOSSIER PEDAGOGIQUE AVERROES JUNIOR Lettre de G. Tillion à l Abwher (janvier 1943) : p. 2 L expo «résistante» du Musée de l Homme : p. 3 Une plongée dans Ravensbrück : p. 4 6 Compte-rendu du procès des tortionnaires de Ravensbrück par G. Tillion : p. 7-8 Deux textes de G. Tillion sur la torture en Algérie : p «L Appel des Résistants» de mars 2004 : p Repères chronologiques : p Biblio - filmographie : p. 15

2 Lettre de Germaine Tillion aux autorités allemandes pendant son incarcération à Fresnes QUAND ON N A PLUS QUE L INSOLENCE Messieurs, Fresnes, 3 janvier 1943 J ai été arrêtée le 13 août 1942, vous le savez, parce que je me trouvais dans une zone d arrestation. Ne sachant au juste de quoi m inculper et espérant que je pourrais suggérer moi-même une idée, on me mit, pendant trois mois environ, à un régime spécial pour stimuler mon imagination. Malheureusement, ce régime acheva de m abrutir et mon commissaire dut se rabattre sur son propre génie, qui enfanta les cinq accusations suivantes dont quatre sont graves et une vraie : Assistance sociale [ ] Espionnage [ ] Evasion [ ] Parachutistes [ ] Entreprise contre la police allemande. Je serais profondément navrée si l on m accusait d ironie, c est pourquoi je me fais un devoir de citer mot à mot et en détail ce qui me fut notifié au sujet de cette dernière et extraordinaire accusation. Après avoir consulté (d un œil un peu trop rapide) le dictionnaire, mon commissaire me dit : «Vous êtes accusée d avoir voulu naturaliser la police allemande et les traîtres français». Il se rendit compte que ça ne «collait» pas, car il repiqua dans son lexique. Simple lapsus. [ ] Pendant que je réfléchissais sur ce thème, mon commissaire, émergeant enfin de son dictionnaire me disait : «Cette fois, je sais. Vous êtes chargée de rendre leur innocence aux membres de la police allemande». Il y a là peut-être (probablement) un autre contresens, mais je fus si abasourdie (et réjouie) devant cette entreprise grandiose que je ne songeai pas sur l instant à demander d explication. J ai pourtant l habitude des requêtes les plus extraordinaires, car, comme vous le savez, j ai vécu seule, en Afrique, pendant des années, en compagnie des tribus dites sauvages : des femmes mariées à des démons m ont demandé de les divorcer ; un vieux bonhomme (pire que Barbe-Bleue) qui avait, m a-t-il dit, mangé ses huit premières épouses, m a demandé une recette pour ne pas manger la neuvième [ ] Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 2

3 Pendant que Germaine Tillion était incarcérée à Fresnes pour faits de Résistance, un de ses confrères exposait le résultat de sa mission dans les Aurès au Musée de l Homme! UNE EXPO «RESISTANTE» «L Aurès», tel est le titre de l exposition proposée par le Musée de l Homme de mai 1943 à mai Jacque Faublée, qui en est le commissaire, y présente l essentiel des pièces rapportées de leur mission par Thérèse Rivière et Germaine Tillion et fait de cette manière un double pied-de-nez aux nazis et à leurs sympathisants. L exposition célèbre en effet un peuple considéré comme «inférieur» par les thuriféraires de la «race aryenne». Elle rend de surcroît hommage au travail d une détenue pour faits de résistance! Germaine Tillion légendera d ailleurs certains objets exposés depuis sa cellule de Fresnes Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 3

4 . RAVENSBRÜCK, UNE PLONGEE DANS «L AUTRE MONDE» Une vue des baraquements D ans le film, Germaine Tillion sait, en peu de phrases, nous faire ressentir l horreur qui la saisit lors de son arrivée au camp : «L odeur de chair brûlée», la vision «de fantômes en loques», le contact avec «une brutalité incroyable». Cet univers concentrationnaire dans lequel aucune des lois, aucune des règles qui nous régissent n ont cours, elle l appelle «l Autre monde». Pour mieux comprendre l extraordinaire réaction qui fut la sienne face à cette monstruosité, il convient de rappeler ce qu était Ravensbrück. «KONZENTRATIONSLAGER «Ravensbrück est un «Konzentrationslager», un camp de concentration, soit une version nazifiée du bagne. En tant que tel, il est destiné aux «Schutzhaftsgefangen» (individus dangereux pour le Reich), à la différence des camps d extermination, réservés aux seuls déportés «ethniques», juifs ou tsiganes, gazés dès leur arrivée. Construit sur ordre d Himmler à 80 kms au nord de Berlin, le camp de Ravensbrück ouvre dès Presque exclusivement réservé aux femmes (une petite «annexe» destinée aux hommes sera ajoutée au camp principal en 1941), il fonctionne de façon exponentielle : 900 détenues la première année, en 1942, en janvier 45. Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 4

5 Les premières déportées sont allemandes ou autrichiennes, essentiellement communistes. Arrivent ensuite des Tsiganes, des Polonaises (qui resteront, jusqu à la fin, très majoritaires) puis, à partir de la fin 1940, des détenues de toute l Europe occupée. Les prisonnières sont soumises à des travaux forcés pouvant aller de la filature au terrassement. Très vite, elles servent de main d œuvre gratuite à l industrie allemande. Siemens, par exemple, installe à proximité 17 unités de production (photo cidessous) qui «tournent» grâce aux déportées. L EXTERMINATION PAR LE TRAVAIL Au moment de sa déportation, Germaine Tillion ignore que «l extermination par le travail» est un véritable système. Dans le film, avec 50 ans de recul, elle juge le «concept» non seulement inhumain mais économiquement absurde. En 44, elle ne peut qu en constater les effets dévastateurs. Elle estime à cette époque que l espérance de vie d une déportée ne peut excéder deux ans, et encore, à condition qu elle échappe aux maladies les plus fréquentes dans le camp (scarlatine, fluxion de poitrine, typhoïde) et qu elle soit assez maligne pour éviter, quand elle le peut, les travaux les plus durs. PRATIQUES MONSTRUEUSES En 1942, suite à une directive d Himmler, un nouveau palier est franchi dans l horreur : le Vernichtung durch Arbeit, «l extermination par le travail» se met en place. Il s agit d associer, délibérément, mauvais traitements, humiliations, faim, punitions et travaux épuisants jusqu à ce que mort s ensuive. Ravensbrück est resté tristement célèbre pour les atroces «expériences médicales» menées sur les détenues (Essais de greffes osseuses, inoculation de gangrènes gazeuses, stérilisations ). De 1941 à fin 1944, les SS ont systématiquement pratiqué «l Aktion 14f13», l euthanasie des«inaptes au travail». Ces convois particuliers vers la chambre à gaz étaient appelés «transports noirs». Considérée comme trop âgée, et donc «inexploitable», Emilie, la mère de Germaine Tillion a disparu dans un de ces «transports noirs». Entre 1941 et 1943, tous les nouveaux-nés ont été systématiquement enlevés aux déportées accouchant au camp. Une mère internée pour «profanation de la race»(relations avec un homme «de race inférieure») voyait son bébé assassiné sous ses yeux. Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 5

6 MOURIR A RAVENSBRUCK Les déportées qui mourraient à Ravensbrück ont d abord été brûlées dans un four crématoire proche de Fürstenberg. A partir de 1943, le camp a eu son propre «équipement» (d où l odeur de chair brûlée qui saisit Germaine Tillion à son arrivée). En 1944, les SS ont obtenu la construction d une chambre à gaz sur place détenus y furent exécutés. LES DERNIERS JOURS DU CAMP En avril 45, face à l avancée soviétique, les nazis prennent la décision d évacuer Ravensbrück. Dans une panique indescriptible, avec une violence extrême, ils imposent aux détenues une marche forcée vers le nord du Mecklembourg. Ils remettent plusieurs centaines de prisonnières, parmi lesquelles beaucoup de Françaises, à la Croix Rouge suédoise. D autres sont libérées par une unité d éclaireurs soviétiques. D autres encore prennent la fuite. Quand l Armée Rouge entre dans le camp, le 30 avril 45, elle y trouve encore 3000 détenues, abandonnées par les SS en raison de leur état extrême. Au total, femmes et hommes ont été détenus à Ravensbrück ont péri. Du camp, il ne reste aujourd hui que les bunkers transformés en musée, le crématoire, la partie du mur d'enceinte qui longe la fosse commune, recouverte de roses de tous les pays, et le terrible couloir des fusillés Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 6

7 En 1947, les associations de déportés désignent Germaine Tillion comme observatrice aux procès des tortionnaires de Ravensbrück. Voici le bouleversant compte-rendu qu elle adresse à ses camarades. «CETTE DERISOIRE CONFRONTATION ENTRE LE CRIME ET SA REPARATION» Comprenez-moi bien. Je ne dis pas que l'on doit les traiter comme ils nous ont traitées. Je ne dis pas qu'ils doivent être, a priori, sans droit - je hais la cruauté, même appliquée à ces monstres - je me demande seulement ce que va devenir la pauvre déesse Justice, avec sa petite balance à l'échelle humaine (un mort dans ce plateau-ci, un assassin dans ce plateau-là ; et prenons bien notre temps pour délibérer), absolument débordée par les cent mille assassinées, et bien obligée de leur refuser l'accès du plateau. Il n'y a pas de place pour tout le monde. Vous vous souvenez des soirs d'exécution à la Santé, à Fresnes? Quand les condamnés partaient en nous criant: «Justice, camarades...» Vous vous souvenez de ces deux longues flammes rouges qui léchaient le ciel noir de Ravensbrück? Et de l'indignation qui vous brûlait le coeur? Non pas la colère, non pas la haine, mais l'indignation, c'est-à-dire le sentiment de la justice qui se révolte en vous, et rend les plus timides capables de braver la mort sans trembler. Cet appel si fort qu'il se croyait sûr d'être entendu, ce long hurlement silencieux qui montait de chaque camp vers le ciel, et demandait justice... Je voudrais bien pouvoir vous dire cela avec des mots ordinaires, un vocabulaire technique. Mais c'étaient des choses qui n'étaient pas ordinaires... Eh bien, cette justice que nous appelions si fort, nous l'avons : c'est justement cette brave vieille dame de Hambourg avec sa balance détraquée et sa bonne volonté. Que nos amis anglais nous pardonnent. Ils ne sont pas en cause et ce n'est pas leur faute si le crime qu'ils ont à juger est injugeable dans les formes ordinaires de la justice. Le problème les dépasse, il nous dépasse tous. Il nous dépasse même tellement que, pour la première fois de ma vie, je me suis demandé, à Hambourg, si ces beaux mirages fascinants pour lesquels on meurt valaient vraiment qu'un pauvre humain leur sacrifie si douloureusement son unique petite Une déportée, Violette Lecoq, a secrètement dessiné la vie au camp. Ses dessins ont servi de pièces à conviction lors du procès vie. Dans la captivité, nous n'avions jamais douté d'être dans le droit fil de la vérité, et chaque nouvelle horreur nous confirmait dans notre certitude de ne pas nous être trompées en choisissant de lutter contre toutes ces horreurs. [ ]... Je vous dis cela seulement pour que vous compreniez bien que dans le principe même du procès, et dans les conditions inévitables qui lui sont faites, il y a quelque chose de décevant. Je vous dis cela afin que vous puissiez situer à Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 7

8 leur échelle véritable (c'est-à-dire réduite), les quelques erreurs qui pouvaient être évitées, et qui ne sont très graves que parce qu'elles se situent sur un arrière-plan d'erreurs inévitables qui les renforcent et qui les multiplient. Mais nous ne jouons pas perdant - nous ne jouons jamais perdant - et tout ce qui peut être fait pour la vérité, pour la justice, nous le ferons. Il n'y a de mauvaise volonté d'aucun côté, il ne peut y en avoir, seulement un peu d'incompréhension et de lenteur d'esprit, une mauvaise coordination des efforts, peu de choses. Tout cela doit être surmonté. Quant au reste, à cette malgré tout dérisoire confrontation entre le crime et sa réparation, entre la violation de la justice et son rétablissement - confrontation que nous sommes seules au monde à pouvoir faire -, eh bien, c'est la rançon de la vie. Nous sommes vivantes, tant pis pour nous.» Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 8

9 Sur l usage de la torture en Algérie : DEUX TEXTES DE GERMAINE TILLION DE LA RESPONSABILITE DE L ETAT Vous venez de signer un appel demandant à la France de condamner officiellement la torture, pratiquée en son nom, pendant la guerre d Algérie. - La torture est un crime, même et surtout quand votre propre patrie s en est rendue coupable ; toutefois, je souhaite vivement que les autres patries (par exemple l Algérie) fassent le même examen de conscience, car la torture est un attentat à la dignité de deux êtres humains : celui qui est torturé et celui qui torture. Vous avez souhaité que ce texte soit moins un jugement des personnes, même si les victimes le réclament, qu un devoir de vérité? - Essentiellement un devoir de vérité. Si elle est un crime d hier, la torture est aussi un crime d aujourd hui et - j en ai peur - un crime de demain. C est surtout à cause de demain qu il faut la condamner aujourd hui, et non pas à cause d hier, par vengeance.. Le texte de l appel indique de façon claire que, du côté français, ceux qui ont engagé la guerre d Algérie portent la responsabilité de cet engrenage dans lequel la torture a été institutionnalisée. C est bien votre avis? - La grande faute a été de donner les pouvoirs de police à l armée. Les militaires sont faits pour se battre, pas pour faire la police. Sauf que le cas du général de Bollardière montre que l armée, même si elle est mise dans cette situation, n est pas obligée d avoir recours à de telles méthodes et d ailleurs Massu vient de dire :«On aurait pu éviter cela». - Oui, probablement, ils auraient pu et ils auraient dû s y refuser. Mais, c est bien le pouvoir civil qui les a obligés à faire la police, sans s arrêter aux moyens employés. Dans la guerre, on n est pas obligé de torturer. C est pour cela qu on parle de crimes de guerre? Il y a la guerre, et il y a les crimes de guerre. Et il y a eu crimes de guerre? À mon avis, le crime de guerre c est, au fond, le pouvoir civil qui l a commis. Pierre Vidal-Naquet parle de crime d État. C est un crime d État. Je suis tout à fait de l avis de Vidal-Naquet, parce que l État est responsable. Extrait d une interview réalisée par Charles Silvestre in L Humanité, 7 novembre 2000 Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 9

10 UNE METHODE ABOMINABLE ET IMBECILE «Je venais de visiter toutes les prisons d'algérie, accompagnant, avec Martin-Chauffier, une mission d'enquête internationale. Au cours de cette enquête, j'avais acquis la certitude (avec quelle honte! avec quelle douleur!) de l'emploi quasi général de la torture. J'avais pu constater également le résultat prévisible de cette méthode à la fois abominable et imbécile : je veux dire le ralliement en masse des derniers hésitants algériens au FLN. J'ai dès lors considéré comme désastreux qu'on fasse tuer des milliers de jeunes gens dans une guerre évidemment sans issue.» Lettre ouverte de G.Tillion au général Massu, in Le Monde, 28 novembre 1971 Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 10

11 Le 4 mars 2004, les vétérans des mouvements de Résistance, dont Germaine Tillion, publiaient cette lettre ouverte : «L APPEL DES RESISTANTS» Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la Libération, nous, vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France Libre appelons les jeunes générations à faire vivre et transmettre l héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle. Soixante ans plus tard, le nazisme est vaincu, grâce au sacrifice de nos frères et soeurs de la Résistance et des nations unies contre la barbarie fasciste. Mais cette menace n a pas totalement disparu et notre colère contre l injustice est toujours intacte. Nous appelons, en conscience, à célébrer l actualité de la Résistance, non pas au profit de causes partisanes ou instrumentalisées par un quelconque enjeu de pouvoir, mais pour proposer aux générations qui nous succéderont d accomplir trois gestes humanistes et profondément politiques au sens vrai du terme, pour que la flamme de la Résistance ne s éteigne jamais. Nous appelons d abord les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés, à célébrer ensemble l anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.) adopté dans la clandestinité le 15 mars 1944 : Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des «féodalités économiques», droit à la culture et à l éducation pour tous, presse délivrée de l argent et de la corruption, lois sociales ouvrières et agricoles, etc. Comment peut-il manquer aujourd hui de l argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales, alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l Europe était ruinée? Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie. Nous appelons ensuite les mouvements, partis, associations, institutions et syndicats héritiers de la Résistance à dépasser les enjeux sectoriels, et à se consacrer en priorité aux causes politiques des injustices et des conflits sociaux, et non plus seulement à leurs conséquences, à définir ensemble un nouveau «Programme de Résistance» pour notre siècle, sachant que le fascisme se nourrit toujours du racisme, de l intolérance et de la guerre, qui eux-mêmes se nourrissent des injustices sociales. Nous appelons enfin les enfants, les jeunes, les parents, les anciens et les grands-parents, les éducateurs, les autorités publiques, à une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation marchande, le mépris des plus faibles et de la culture, l amnésie généralisée et Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 11

12 la compétition à outrance de tous contre tous. Nous n acceptons pas que les principaux médias soient désormais contrôlés par des intérêts privés, contrairement au programme du Conseil national de la Résistance et aux ordonnances sur la presse de Plus que jamais, à ceux et celles qui feront le siècle qui commence, nous voulons dire avec notre affection : «Créer, c est résister. Résister, c est créer». Signataires : Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, Henri Bartoli, Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Stéphane Hessel, Maurice Kriegel- Valrimont, Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant, Maurice Voutey. Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 12

13 REPERES CHRONOLOGIQUES : Une enfance classique Germaine Tillion naît en 1907 dans une famille de la bourgeoisie éclairée. Elle reçoit l éducation classique des jeunes filles de sa condition, mais ses parents encouragent vivement son goût pour l étude : la découverte de l ethnologie Elle suit les cours de l Ecole du Louvre, de l Ecole Pratique des Hautes études (qui deviendra plus tard l Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) et s oriente peu à peu vers l ethnologie. Elle sort diplômée de l Institut d ethnologie en : En mission dans les Aurès Jeune ethnologue de 27 ans, elle part en Algérie étudier sur le terrain l organisation familiale et sociale des Berbères Chaouias dans le massif de l Aurès. Ces sept années seront essentielles pour les travaux qu elle publiera par la suite (notamment, le plus célèbre, Le harem et les cousins) Elle nouera par ailleurs des amitiés solides au sein de la population autochtone : La Résistance De retour à Paris, elle entre très tôt dans la Résistance et occupe des responsabilités importantes au sein du réseau du Musée de l Homme. Parallèlement, elle passe son diplôme de berbère aux Langues Orientales. Le 13 août 1942, suite à une trahison, elle est arrêtée, ainsi que sa mère, également Résistante. Août Octobre 1943 : La détention Pendant sa détention d abord à la Santé puis à Fresnes- et bien que classée «Nuit et Brouillard» - elle obtient de poursuivre la rédaction de sa thèse. Dans le même temps, le Musée de l Homme organise une exposition présentant les pièces que sa consoeur Thérèse Rivière et elle-même ont rapportées d Algérie. Octobre avril 1945 : La déportation à Ravensbrück. Dans l enfer de Ravensbrück, elle entame, au mépris du danger, une étude ethnographique sur le camp. Sa mère, déportée à son tour, est gazée dès son arrivée (mars 45). Elle-même ne survit que grâce à sa volonté farouche de vouloir témoigner. Son cauchemar prend fin le 23 avril : Le devoir de mémoire L essentiel de ses travaux pendant cette période porte sur l univers concentrationnaire et la dénonciation des crimes nazis. Elle publie notamment, en 1947, la toute première étude - sobrement intitulée Ravensbrück - sur le fonctionnement des camps : L Algérie en guerre Elle accepte diverses missions officielles en Algérie au moment où commencent les premiers combats pour l indépendance. Elle ne se place ni du côté de l Algérie française ni du côté des Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 13

14 «porteurs de valises», mais choisit de «faire la guerre aux horreurs de la guerre». Elle dénonce ainsi l usage de la torture dans l armée et tente de convaincre le FLN de cesser ses attentats. Elle publie successivement L Algérie en 1957, L Afrique bascule vers l avenir et Les ennemis complémentaires : Un séminaire légendaire En 1958, elle est nommée directeur d études à l Ecole Pratique des Hautes Etudes. Elle poursuivra son séminaire d ethnologie du Maghreb jusqu en La parution de son ouvrage Le Harem et les cousins achève d établir sa réputation dans le monde entier :Le statut de la femme Elle conduit une vingtaine de missions scientifiques au Maghreb, en Mauritanie, au Niger, au Moyen-Orient, approfondissant toujours davantage sa connaissance de sociétés méditerranéennes et africaines. Le statut de la femme devient un point central de son travail : Le temps de la reconnaissance et des derniers combats Tandis que son aura ne cesse de croître, qu honneurs et hommages se multiplient, Germaine Tillion reste fidèle à ses idéaux. Elle préside l association contre l esclavage moderne, rejoint le collectif de défense des Sans-Papiers, proteste contre la torture en Irak Elle meurt le 19 avril 2008, dans sa 101 e année. Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 14

15 BIBLIO - FILMOGRAPHIE OUVRAGES DE GERMAINE TILLION - L Algérie de 1957, Editions de Minuit, L Afrique bascule dans l avenir, édition remaniée et augmentée de l ouvrage précédent ; Edit. de Minuit, Le Harem et les cousins, Seuil,1966 ; collection «Points», Les Ennemis complémentaires, Seuil, 1982 ; collection «Points» Ravensbrück, nouvelle version augmentée et remaniée, Seuil, 1988, coll. «Points» - La Traversée du mal, entretiens avec J. Lacouture, Arléa, Il était une fois l ethnographie, Seuil, L Algérie aurésienne, La Martinière, À la recherche du vrai et du juste, textes réunis par T. Todorov, La Martinière, Le Verfügbar aux Enfers :une opérette à Ravensbrück, La Martinière, Combats de guerre et de paix, recueil de textes et d interviews, Seuil, 2007 OUVRAGES SUR GERMAINE TILLION - Le Siècle de Germaine Tillion, sous la direction de Tzvetan Todorov, Seuil, Résistante(s), itinéraire et engagements de Germaine Tillion, plaquette du Centre d Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon, Germaine Tillion, une femme - mémoire, d une Algérie à l autre, de Nancy Wood,Editions Autrement, Germaine Tillion : une ethnologue dans le siècle, de Christian Bromberger & Tzvetan Todorov, Actes Sud, Les vies de Germaine Tillion, n spécial de la revue Esprit, février Le témoignage est un combat : une biographie de Germaine Tillion, de J. Lacouture, Seuil, DOCUMENTS AUDIOVISUELS - Du côté de chez Fred : Germaine Tillion (Entretiens avec F. Mitterand ; Real : M. Hermant, 65, 1990) - Une conscience dans le siècle (Entretiens avec Christian Bromberger & Thierry Fabre, 30 ; 2001) - Les trois vies de Germaine Tillion (Entretiens avec Jean Lacouture ; réalisation G. Combet, 52 ; 2001) - Là où il y a du danger, on vous trouve toujours (Myriam Grossi & Carmen Rial, 2007, 50 ) - Je me souviens (Jean Baronnet & Colette Castagno, 2001, 52 ) - Germaine et Geneviève (Isabelle Gaggini-Anthonioz & Jacques Kébadian, 56 ) Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 15

16 Ce document a été conçu et réalisé par Jeanne BISCIONI-BAUMBERGER Dans le cadre du dispositif Averroès junior, initié et financé par ESPACECULTURE, 42, La Canebière, Marseille (1 er ). Tel : Espaceculture 2009 Germaine Tillion «croquée» par le sculpteur René Iché, un de ses compagnons du réseau du Musée de l Homme Dossiers pédagogiques «Averroès junior» disponibles : Amina, film documentaire de Laurette Mokrani Poniente, film de fiction de Chus Gutierrez La traversée, film documentaire d Elisabeth Leuvrey Une fois que tu es né, film de fiction de Marco Tullio Giordana Z, film de fiction de Costa Gavras Persépolis, film d animation de Marjane Satrapi & Vincent Paronnaud Hors jeu, film de fiction de Jafar Panahi Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 16

17 D O S S I E R AVERROES JUNIOR P E D A G O G I Q U E U

18 «L asservissement ne dégrade pas seulement l être qui en est victime, mais celui qui en bénéficie.» G.Tillion in Le Harem et les cousins Portrait dessiné par Darius «L'humanité se compose de deux minuscules minorités : celle des brutes féroces, des traîtres, des sadiques systématiques d'une part, et de l'autre celle des hommes de grand courage et de grand désintéressement qui mettent leur pouvoir, s'ils en ont, au service du bien. Entre ces deux extrêmes, l'immense majorité d'entre nous est composée de gens ordinaires, inoffensifs en temps de paix et de prospérité, se révélant dangereux à la moindre crise.» Germaine Tillion, 1944 SOMMAIRE 1 e PARTIE - Introduction : p. 3 - Le film : p L enfance & la formation : p Dans l Aurès : p La Résistance : p e PARTIE - La déportation : p L Algérie en guerre : p Derniers combats : p Evocation par C. Bromberger : p e PARTIE - Documents annexes «Ce qui m angoisse le plus profondément aujourd hui, c est l agressivité. Contrairement à beaucoup de gens, je suis persuadée que l être humain est plutôt bienveillant, plutôt porté à rechercher la présence de son semblable et à la rechercher amicalement. Cela, à condition que la compétition pour la survie ne soit pas trop aiguë. Or, la compétition pour la survie est actuellement insupportable sur une énorme surface du globe» Germaine Tillion, 1991 Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 2

19 INTRODUCTION C est après les événements de décembre 2008 à Gaza, que Thierry Fabre, le concepteur des Rencontres d Averroès, a choisi comme thème de la 16 e édition, «La Méditerranée, figures du tragique». Déclinée en novembre dernier, lors des traditionnelles tables rondes et des différentes manifestations placées «Sous le signe d Averroès», cette thématique doit maintenant irriguer le dispositif Averroès junior, dont le but, rappelons-le, est d associer collégiens et lycéens à cette vaste réflexion annuelle sur la Méditerranée des deux rives. Proposer un tel sujet à des adolescents est une entreprise pour le moins délicate! Impossible, à propos d une région du monde régulièrement déchirée par la violence, de les bercer de discours optimistes. (Outre le dramatique conflit israélo-palestinien, rappelons les guerres civiles récentes dans les Balkans, en Algérie ou au Liban). Mais, dans le même temps, l évocation de ces «figures du tragique» - et leur cortège de haines, de crimes et de déchirements - ne doit pas non plus s apparenter à une entreprise de démoralisation! Comment faire réfléchir les adolescents sur des sujets graves tels que la guerre ou la mort, tout en évitant de leur donner une vision irrévocablement amère, douloureuse, désespérante du monde et de l existence? La réponse à cette impossible équation s est imposée comme une évidence : Germaine Tillion. Voilà une femme qui a vécu dans sa chair certaines des plus grandes tragédies du XX e siècle : la déferlante nazie, la déportation, la guerre d Algérie Et pourtant, Germaine Tillion est restée du côté de l espoir et de la vie. En résistant farouchement à la barbarie. En se dressant inlassablement contre l injustice. En refusant jusqu à son dernier souffle d abdiquer l humain pour une idéologie. Le documentariste Gilles Combet a su restituer cet extraordinaire parcours avec chaleur et c est pourquoi son film nous paraît si adéquat pour Averroès junior. Ce choix s inscrit d ailleurs dans un mouvement qui, depuis dix ans, tend à reconnaître en Germaine Tillion un «trésor national». En 1999, l Etat a, en quelque sorte, payé sa dette en élevant cette grande Résistante à la dignité de Grand-croix de la Légion d honneur (décoration qui n a été décernée qu à huit femmes en tout et pour tout!) Tous ses ouvrages, d ethnologie ou de réflexion, sont aujourd hui facilement accessibles en Poche. Et coup sur coup, on vient de lui consacrer quatre biographies, six documentaires et deux grandes expositions. L opérette qu elle avait écrite à Ravensbrück pour égayer ses camarades de déportation a même été portée à la scène, en 2007, au Théâtre du Châtelet! Sa mort - survenue en 2008, à l âge respectable de 101 ans - n a pas tari ce processus de reconnaissance. Au contraire! Parmi les initiatives récentes ou à venir : l avalanche d établissements scolaires baptisés de son nom - dix à ce jour - ou encore le spectacle conçu et mis en scène par Xavier Marchand, Il était une fois Germaine Tillion, que le Théâtre des Salins (Martigues) et le TNM-La Criée recevront en mars On le sentira au fil de ces pages, Germaine Tillion a été pour nous bien plus qu une référence «adéquate» pour le dispositif Averroès junior. Mais comment ne pas être subjugué par son intelligence, sa lucidité, son courage, sa générosité, son humour? Ce coup de cœur, on aimerait maintenant le partager avec les enseignants et leurs élèves. J.B. Dossier pédagogique Averroès junior // Espaceculture, Marseille 3

que vous êtes devenu avocat et que vous avez consacré votre vie à la justice. Discours pour Maître Roux

que vous êtes devenu avocat et que vous avez consacré votre vie à la justice. Discours pour Maître Roux Discours pour Maître Roux Maître Roux, Cher François Mesdames et Messieurs, Chers amis, Nous sommes réunis ce soir pour rendre hommage à la personne exceptionnelle que vous êtes, exceptionnelle par votre

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova. Moscou 26 ami 2014

Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova. Moscou 26 ami 2014 Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova Moscou 26 ami 2014 Discours de M. Jean-Maurice Ripert Ambassadeur de France en Russie Chère Elena

Plus en détail

CARTES POSTALES FRANÇAISES : SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE PREMIER DEGRÉ

CARTES POSTALES FRANÇAISES : SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE PREMIER DEGRÉ CARTES POSTALES FRANÇAISES : SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE PREMIER DEGRÉ Objectif général Dégager la notion de propagande à travers l étude de cartes postales. Objectifs spécifiques Lire des cartes postales, les

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

au s s i on t un e âm e

au s s i on t un e âm e Frère Marie-Angel Les canailles au s s i on t un e âm e Itinéraire spirituel d un enfant SDF éditions des Béatitudes Préface Je m appelle Angel. Mon second prénom chrétien est Gabriel et c est par ce dernier

Plus en détail

Tâche «complexe» sur la résistance intérieure

Tâche «complexe» sur la résistance intérieure Tâche «complexe» sur la résistance intérieure Consigne générale : Après avoir fuit votre Auvergne natale en juin 1940, Vous vous êtes enrôlés auprès du bureau central de renseignement et d action, le service

Plus en détail

Synopsis «Cent Jours»

Synopsis «Cent Jours» Synopsis «Cent Jours» Résumé Cette œuvre est un fidèle reflet de la réalité, puisqu il peut s assimiler à un journal intime, un polaroïd de ma réflexion de femme de 33 ans, mariée et enceinte de son troisième

Plus en détail

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La Discours de Frédérik BERNARD, Maire de Poissy Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation - dimanche 24 avril 2011 - Monsieur le Député (présence non confirmée), Monsieur le Vice-Président

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Carnet de Guerre de Rob Roy, 1939 à 1944. Dossier de presse

Carnet de Guerre de Rob Roy, 1939 à 1944. Dossier de presse Dossier de presse 1 Présentation Né à Mont-de Marsan dans la Landes, le 3 octobre 1909, Robert de la Rivière (1909-1992) dit Rob Roy fut dès sa jeunesse un amoureux fou de l automobile et du dessin. Il

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI Durant 3 semaines j étais { Hiratsuka, près de Yokohama où j allais tous les jours au lycée. Ma famille d accueil se composait du père, de la mère, de ma

Plus en détail

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir.

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. 2 Dieu vous aime et il tient ses promesses. Depuis que Dieu a fait le monde, il a promis de prendre

Plus en détail

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel.

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel. MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE Ma vie en partage Entretiens avec Mélanie Loisel AU NOM DE TOUS LES MIENS Par l auteur de l aube Avant-propos Vivre, c est savoir pourquoi l on vit. Pourquoi a-t-il voulu

Plus en détail

Monsieur l Ambassadeur, chers amis,

Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Je suis très honorée par la haute distinction dont vous venez de me remettre les insignes. Et je vous remercie de vos paroles particulièrement chaleureuses. Je suis

Plus en détail

Introduction à la Shoah

Introduction à la Shoah Introduction à la Shoah Des Juifs de la Ruthénie subcarpatique sont soumis à une sélection sur l aire de transit à Auschwitz-Birkenau. (Photo : Musée du Mémorial de l Holocauste aux États-Unis, offerte

Plus en détail

Ecclésia n 8 Dossier Récit 3

Ecclésia n 8 Dossier Récit 3 MAÏTI GIRTANNER - "MEME LES BOURREAUX ONT UNE AME" Son histoire «Je ne veux pas faire de ma vie une tragédie.» Pourtant Maïti a pensé au suicide pendant des années. Mais une présence l habitait. Celle

Plus en détail

«Nous avions huit vaches et cent poules»

«Nous avions huit vaches et cent poules» «Nous avions huit vaches et cent poules» Portrait Mme HINSCHBERGER Marie Et si on vous demandait de vous présenter «J ai perdu ma maman à l âge de 3 ans et 8 mois. Elle a eu une grippe et une pneumonie.

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

«PETRUS LA GLOIRE DU PHOTOGRAPHE»

«PETRUS LA GLOIRE DU PHOTOGRAPHE» DEDICACE «PETRUS LA GLOIRE DU PHOTOGRAPHE» D HENRIETTE DAGRI-DIABATE ALLOCUTION LE 21 OCTOBRE 2009 Je voudrais dire ma fierté, mon émotion et ma très grande surprise de voir rassemblé cette après-midi

Plus en détail

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun,

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun, Auxiliaires de Vie? Lorsque j ai commencé à soigner Joséphine, elle était déjà sous tutelle. La mise sous tutelle est là pour protéger et représenter juridiquement une personne, quand celle-ci n est plus

Plus en détail

Comment discuter de la mort

Comment discuter de la mort Chapitre 3 Comment discuter de la mort 1. Le questionnement de l enfant 2. Jusqu où aller dans la discussion? 3. La transmission par les parents de leur savoir et de leur expérience 4. Les questions majeures

Plus en détail

6 ième dimanche de Pâques C. Frères et Sœurs,

6 ième dimanche de Pâques C. Frères et Sœurs, 6 ième dimanche de Pâques C Frères et Sœurs, Jésus venait de dire : «SI QUELQU UN M AIME, IL RESTERA FIDÈLE À MA PAROLE ; MON PÈRE L AIMERA, NOUS VIENDRONS CHEZ LUI; NOUS IRONS DEMEURER AUPRÈS DE LUI»

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII 3. Pierre Magnan, auteur à succès Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Murielle Bidault,

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

L Université résistante au défilé du 14 juillet

L Université résistante au défilé du 14 juillet L Université résistante au défilé du 14 juillet Le 14 juillet prochain, Alain Beretz, président de l Université de Strasbourg assistera au défilé du 14 juillet dans la tribune Brest proche de la tribune

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah»

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Dossier de presse Reprenant et complétant l exposition «Les Juifs de France dans la Shoah», réalisée en 2012 par l ONAC et le Mémorial de la Shoah, cette

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Partir un an à l étranger Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara, Isabelle

Plus en détail

Lotissements agricoles de la rivière Rouge

Lotissements agricoles de la rivière Rouge Lotissements agricoles de la rivière Rouge Aperçu de la leçon Les élèves étudient le rôle que la rivière Rouge a joué dans le type d établissement et le système de propriété foncière adoptés par les Métis

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

Renan Luce : La lettre

Renan Luce : La lettre Renan Luce : La lettre Paroles et musique : Renan Luce Barclay / Universal Thème L amour. Objectifs Objectifs communicatifs : Repérer des informations orales et visuelles. Raconter une histoire. Rédiger

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Le Petit Prince et le renard

Le Petit Prince et le renard LISEZ CE TEXTE ET FAITES LES ACTIVITÉS SUIVANTES. Le Petit Prince et le renard [ ] C est alors qu apparut le renard. - Bonjour, dit le renard. - Bonjour, répondit poliment le Petit Prince, qui se retourna

Plus en détail

Préface : Etat d Esprit

Préface : Etat d Esprit Préface : Etat d Esprit Kinésithérapeute, mon Diplôme d Etat «en poche», j ai envisagé ma pratique thérapeutique dans le souhait d une harmonie. Une curiosité spontanée m a fait rechercher et découvrir

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 1. INTRODUCTION L OFS, en vertu de sa propre vocation, doit veiller à partager sa propre expérience de vie évangélique avec les jeunes qui se sentent attirés

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Dans le célèbre conte populaire, il n y a pas de père. Ce n est pas un oubli. Il y a une petite fille, une mère, une grand-mère et le loup, bien sûr. Joël Pommerat laisse aux enfants la liberté

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL

CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL Session : 2005 Code : Page : 1/4 CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL Epreuve de Français SESSION 2005 SUJET Ce sujet comporte 4 pages : de la page 1/4 à la page 4/4. Assurez-vous que cet exemplaire est complet. Si

Plus en détail

M me Melanson 1. RECONNAÎTRE 2. VÉRIFIER. Avant d agir, posez-vous les questions suivantes :

M me Melanson 1. RECONNAÎTRE 2. VÉRIFIER. Avant d agir, posez-vous les questions suivantes : Cas n o 1 M me Melanson M me Melanson (75 ans) vit dans une région rurale de la Nouvelle-Écosse. Sa fille aînée, Caroline (54 ans), est retournée vivre avec elle il y a cinq ans après le décès du mari

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 Demandred 09 novembre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Un marché de la rencontre efficace 7 2.1 L algorithme de Gale-Shapley :...........................

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

Le livre était sur la table devant nous, ainsi que la théière, les deux tasses et une assiette de tartelettes de Noël aux fruits secs.

Le livre était sur la table devant nous, ainsi que la théière, les deux tasses et une assiette de tartelettes de Noël aux fruits secs. 1 Le livre était sur la table devant nous, ainsi que la théière, les deux tasses et une assiette de tartelettes de Noël aux fruits secs. C était un livre et non pas le manuscrit auquel je m étais attendue

Plus en détail

14 avril 1912 14 avril 2012

14 avril 1912 14 avril 2012 14 avril 1912 14 avril 2012 24/02/12 10:18 Découvrez l histoire du plus célèbre naufrage du xx e siècle, Le Titanic, à travers le témoignage étonnant de l un des survivants, Michel Navratil C était un

Plus en détail

toute vie mérite d être écrite dans un livre

toute vie mérite d être écrite dans un livre toute vie mérite d être écrite dans un livre votre histoire mérite un livre. osez transmettre l essentiel. Grâce à ses 5 formules et à son réseau de plus de 90 biographes, Plume d Eléphant permet à tout

Plus en détail

Enquête au collège : le meurtre de Gertrude. chapitre 1: La nouvelle

Enquête au collège : le meurtre de Gertrude. chapitre 1: La nouvelle Enquête au collège : le meurtre de Gertrude chapitre 1: La nouvelle Comme à son habitude Gertrude passait la serpillère. Or, le Mardi 17 Septembre personne ne l'avait vue! Toute l'école disait qu'elle

Plus en détail

> Présentation de l Association Petits Princes. > Dominique Bayle, une femme de coeur

> Présentation de l Association Petits Princes. > Dominique Bayle, une femme de coeur Dossier de Presse 2015 > Présentation de l Association Petits Princes > Bénévole à l Association Petits Princes : une aventure humaine exceptionnelle > Pour un même enfant, plusieurs rêves réalisés avec

Plus en détail

Guide du parent accompagnateur. Préparation à la Confirmation. Guide d animation Partie III : Annoncer

Guide du parent accompagnateur. Préparation à la Confirmation. Guide d animation Partie III : Annoncer Guide du parent accompagnateur Préparation à la Confirmation Guide d animation Partie III : Annoncer 2 Partie III : Annoncer (Parents/jeunes à la maison) Semaine #9 : (à la maison) Nous faisons un retour

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987)

MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987) 1 MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987) 1) Le témoin : Le témoin se nomme Jacqueline Perquel (nom de jeune fille). Elle est née le 23 avril 1909 à Paris. Elle est issue d une famille juive d origine

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Les jeunes contre l oubli

Les jeunes contre l oubli Ici, il y a des gens qui : Fabriquent de faux-papiers, Tout en restant discrets ; Aident des enfants, Même pas pour un franc. Ils sont cachés dans les maisons, Au lieu d être dans les camps de concentration.

Plus en détail

Le TEST pour le surpoids :

Le TEST pour le surpoids : Le TEST pour le surpoids : Ce test initial va permettre de repérer les phrases qui vous concernent, et qui sont liées à un conflit spécifique. Ainsi on pourra retrouver rapidement et facilement les conflits

Plus en détail

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944)

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) COMMUNIQUE DE PRESSE Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) Du 11 mars au 20 avril 2013 au musée Edmond-Michelet Destinés à l origine à regrouper les étrangers «indésirables», les camps

Plus en détail

Est-ce que le Père Noël existe vraiment?

Est-ce que le Père Noël existe vraiment? Est-ce que le Père Noël existe vraiment? Le 24 décembre de l an 3000, le Père Noël livrait ses cadeaux de son domicile. Les lutins et les rennes n avaient plus beaucoup de travail depuis que Mère Noël

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 L OSEIPE a pour objectif de mieux informer les jeunes avant qu ils ne s engagent dans une

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe Amélioration de la performance des hommes et des organisations par le management et la motivation 4.0 20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe «Faire grandir mon équipe ou

Plus en détail

Alphonse, République démocratique du Congo. famille Slava, Estonie

Alphonse, République démocratique du Congo. famille Slava, Estonie Dorjaa, Mongolie J ai 19 ans. Mes parents ont décidé de me marier avec le fils d une famille du village voisin. Ma famille a donné son accord mais je ne connais pas mon futur mari. J ai dit à ma famille

Plus en détail

Sicard et Attias pour un barreau pénal digne

Sicard et Attias pour un barreau pénal digne Sicard et Attias pour un barreau pénal digne Anne MOREAUX - publié le 19 mai 2015 - Actualité [1] Envoyer par mail [2] Imprimer Pour leur 8e Bar à Idées, les jeunes avocats du mouvement «BAI» (bousculer-animer-innover),

Plus en détail

Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat

Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat (Traduction du webinaire www.lawhelpontario.org/videos/webcast.132633- Working_Effectively_With_Your_Lawyer) Travailler avec une avocate ou un avocat

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID Eskimon 29 octobre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 3 1 Introduction Figure 1.1 Solid Salut Solid! Il parait que tu exerces dans un domaine finalement peu connu,

Plus en détail

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Dernier temps fort de notre année autour de : Une Eglise qui prie et qui célèbre.nous vous proposons de

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant-

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- o Thème : o Objectifs pédagogiques : o Nievau : o Public : o Durée : o Matériel nécessaire : o Source : o Disposition de la classe : travail avec le livre Et si c

Plus en détail

Du 3 juillet au 30 novembre 2015, le musée du président Jacques CHIRAC, présente «Instantanés

Du 3 juillet au 30 novembre 2015, le musée du président Jacques CHIRAC, présente «Instantanés 1 Du 3 juillet au 30 novembre 2015, le musée du président Jacques CHIRAC, présente «Instantanés», exposition consacrée à l ancien président de la République à l occasion du 20 ème anniversaire de son élection

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE Stage d observation chez Magnum Photos

RAPPORT DE STAGE Stage d observation chez Magnum Photos Rédigé par : Julie PICHOT TABLE DES MATIERES 1. CHOIX DU STAGE : MAGNUM PHOTOS... 2 2. PRESENTATION DE L ENTREPRISE MAGNUM PHOTOS... 2 2.1 CREATION DE L ENTREPRISE... 2 STATUT JURIDIQUE DE L ENTREPRISE...

Plus en détail

Correction des accords des verbes

Correction des accords des verbes DES ACCORDS VERBES 1 Accord du verbe Correction des accords des verbes En cliquant sur le bouton «Rubrique grammaticale» dans notre site, vous pourrez, au besoin, consulter les notions théoriques suivantes

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

Investissements déraisonnables

Investissements déraisonnables Chapitre 47 Investissements déraisonnables Il y a quelques semaines, alors que j assistais au camp-meeting de San Jose [1905], certains de nos frères me présentèrent ce qu ils considéraient comme une occasion

Plus en détail

Les membres de ma famille croient que je leur ai

Les membres de ma famille croient que je leur ai Introduction Les membres de ma famille croient que je leur ai fait honte et les ai déshonorés à bien des égards depuis que je suis passée du statut de petite fille à celui de femme, mais ils ne connaissent

Plus en détail

UN GENTLEMAN. Édition du groupe «Ebooks libres et gratuits» Maurice Leblanc. Contes du soleil et de la pluie

UN GENTLEMAN. Édition du groupe «Ebooks libres et gratuits» Maurice Leblanc. Contes du soleil et de la pluie Édition du groupe «Ebooks libres et gratuits» Maurice Leblanc UN GENTLEMAN Contes du soleil et de la pluie Journal L Auto 25 juin 1903 Recueil Gueule-Rouge. 80 chevaux Ollendorf, 1904 Table des matières

Plus en détail

E Projet d écoute FLA 30-2. Extrait d une pièce de théâtre : Le grand voyage. Cahier de l élève. Nom :

E Projet d écoute FLA 30-2. Extrait d une pièce de théâtre : Le grand voyage. Cahier de l élève. Nom : E Projet d écoute Extrait d une pièce de théâtre : Le grand voyage FLA 30-2 Cahier de l élève Nom : Le grand voyage DESCRIPTION DU PROJET Tu vas écouter un extrait d une pièce de théâtre. Tu seras invité

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail