LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS"

Transcription

1 A. Armand IGEN lettres avril LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du Baccalauréat professionnel vient conclure un long processus : trois ans de réflexion, d écriture, de test, au sein du groupe d experts réuni par la DGESCO, deux présentations devant les instances de validation (CSL, Conseil Supérieur de l Enseignement), l analyse des remontées de la consultation nationale, enfin les trois rencontres inter académiques (Amiens, Bordeaux, Lyon). En rédigeant aujourd hui ces lignes, c est l ensemble des points de vue échangés durant ce processus d élaboration que je reprends pour commenter le programme tel qu il va désormais être mis en œuvre à partir de la rentrée Un programme de formation sur trois ans Il est naturel que la mémoire retienne les faits saillants, la nouveauté. La lecture d un programme d enseignement n échappe pas à ce phénomène, et les neufs objets d étude du programme apparaissent comme «le programme» en soi. Pourtant, l essentiel est sans doute énoncé dans les premières lignes du document, dans la partie «Finalités et contenus». Que doit faire un enseignant? Faire en sorte que ses élèves acquièrent quatre compétences : Entrer dans l échange oral : écouter, réagir, s exprimer - Entrer dans l échange écrit : lire, analyser, écrire - Devenir un lecteur compétent et critique - Confronter des savoirs et des valeurs pour construire son identité culturelle. Tout ce qui est écrit ensuite dans le programme, la façon dont les quatre compétences sont travaillées à travers trois objets d étude chaque année, la façon dont chaque objet d étude est délimité par trois questions, la façon dont chaque objet d étude est présenté dans un tableau présentant des capacités, des connaissances, des attitudes, tout cela est second. Tout cela détaille la mise en œuvre souhaitée pour que les élèves apprennent pendant les trois années du cours de français ce qui est essentiel : être en relation avec les autres pour penser avec eux et pour soi, partager une culture et construire la sienne, affirmer sa personnalité intellectuelle et morale. Ce projet de formation, exigeant, s inscrit dans un itinéraire, dont il est intéressant de souligner les deux caractéristiques. Cet itinéraire a été pensé, calculé, de manière à ce que d une année à l autre le même type de réflexion se poursuive et soit approfondi. Trois champs différents participent à cette réflexion : l un est celui de la littérature et de la lecture, l autre est celui de la société et des rapports que l individu entretient avec elle, le troisième concerne le domaine de la réflexion personnelle et du jugement. Ces trois champs sont présents chaque année, et de plus en plus imbriqués au fur et à mesure que l on progresse vers l année de Terminale. - En classe de seconde, chaque objet d étude se réfère nettement à l un de ces champs : «Parcours de personnages» invite à travailler le champ de la littérature et de la lecture, la «construction de l information» permet de questionner «La société et les rapports que l individu entretient avec elle», «Des goûts et des couleurs, discutonsen» initie les élèves à la prise en compte du point de vue d autrui et à l affirmation de leur jugement personnel. - En classe de première, le champ de la littérature et de la lecture est convoqué à la fois par «Du côté de l imaginaire» et par «Les philosophes du XVIII siècle et le combat contre l injustice». Le champ de la société et des rapports que l individu entretient avec elle dessine l horizon de deux objets d étude, «Les philosophes du XVIII siècle et le combat contre l injustice» et «L homme face aux avancées scientifiques et techniques : enthousiasmes et interrogations». L affirmation du jugement est

2 A. Armand IGEN lettres avril travaillée principalement dans ce dernier objet d étude. - En classe de terminale, les trois objets d étude s appuient sur la littérature et la lecture (et, en particulier, «Au XX siècle, l homme et son rapport au monde à travers la littérature et les autres arts»). Ils interrogent la société et le rapport que l individu entretient avec elle (en particulier «Identité et diversité» et «La parole en spectacle»), et conduisent la réflexion personnelle de l argumentation à la délibération sur des questions complexes («Identité et diversité», «L homme et son rapport au monde»). La première caractéristique de cet itinéraire de formation est donc sa construction spiralaire, qui fait qu une même interrogation est reprise, complétée, approfondie sur le cycle des trois ans. La deuxième caractéristique est son absence de linéarité : rien n oblige un enseignant à commencer son année par l objet d étude présenté comme premier dans la liste des trois objets, ni à la finir par le troisième. Pendant les rencontres interacadémiques, nous avons envisagé des projets pédagogiques annuels variés, faisant alterner des séquences longues et des séquences plus courtes pour travailler précisément un objet d étude une première fois dans l année et le reprendre plus tard dans l année de façon plus rapide (pour mobiliser les acquis, consolider, approfondir). Nous avons également envisagé des séquences qui croisent deux objets d étude. Qu enseigne-t-on en cours de français? Focaliser l attention sur les objets d étude en oubliant les quatre compétences qui structurent le programme est une lecture aussi biaisée que celle qui consiste à retenir dans les tableaux «capacités connaissances attitudes» la seule colonne des connaissances. De fait, l exigence de former des bacheliers nous a conduits à inscrire des connaissances relevant de deux champs principaux, le champ littéraire (des périodes, des écoles ), le champ linguistique (lexique, grammaires), et d un champ annexe, celui de l histoire des arts. Un bachelier quitte le lycée en ayant de réelles connaissances du lexique, du code, mais aussi du champ littéraire : il est capable de situer une production par rapport à de grands courants (romantisme, réalisme, fantastique ), il établit un lien entre des périodes historiques et des productions artistiques majeures. Mais l enseignement du français n est pas pensé comme une transmission de connaissances. Le cours de français est un des lieux majeurs de la formation à la réflexion individuelle et à l affirmation d un jugement personnel. C est pourquoi chacun des objets d étude est accompagné, dans le programme, de trois questions, qui ont chacune leur fonction. La première question fait émerger les représentations premières des élèves, car il s agit bien de cela : discuter, réfléchir en commun, élaborer ensemble des réponses ; en aucun cas, de la part de l enseignant, il ne s agit de faire un cours sur la ou les notions convoquées. La deuxième question interroge les façons dont la littérature, d autres arts, le langage, participent à ces interrogations. La question porte le plus souvent sur le «comment». La troisième question ouvre la perspective vers une réflexion personnelle et initie à une démarche de type délibératif. Les enseignants de français ne sont pas pour autant transformés d un coup en professeur de philosophie. Mais les élèves de voie professionnelle sont les seuls bacheliers qui ne reçoivent pas un enseignement de philosophie, or ils ont besoin, comme les autres, de se confronter aux grandes interrogations du monde au moment de quitter le lycée. Nous avons donc inscrit dans nos programmes des questions qui initient à la réflexion philosophique, c est-à-dire des questions qui n attendent pas une réponse binaire (oui / non), ni collective,

3 A. Armand IGEN lettres avril mais qui font entrer dans le champ de la délibération : apporter une réponse personnelle, parce qu elle a été construite peu à peu par confrontation entre ce que je pense, ce que mes pairs pensent, ce que d autres ailleurs et avant moi ont pensé, dont de grandes voix de référence. Les trois questions sont à disposition du professeur, qui les utilise comme il l entend. Il peut choisir d utiliser la première pour lancer une séquence et faire émerger les représentations des élèves. Il peut choisir de présenter les trois questions en même temps, pour présenter l ensemble de la de la séquence. Il peut choisir de commencer par la dernière question, pour inviter d emblée sa classe à se poser des questions importantes. Il peut choisir de commencer par la deuxième, pour entrer d abord dans des textes, des documents, qu on étudie avant d engager une réflexion commune. Un professeur peut ne pas faire état explicitement de ses questions et pour autant les traiter dans sa séquence. Mais ces questions ne sont pas un pur ornement de nos programmes, dont l enseignant pourrait se passer, pour continuer à enseigner en suivant les anciens programmes. Ainsi, on ne peut pas «faire un cours» sur les philosophes du XVIII siècle ; le programme de Première demande qu on réfléchisse, à propos du combat des philosophes des Lumières contre l injustice, aux trois questions : - Une action juste l est-elle pour tout le monde? - Quelles armes littéraires les philosophes des Lumières siècle ont-ils léguées aux générations suivantes pour dénoncer l injustice? - En quoi les écrits des philosophes des Lumières permettent-ils l élaboration d un jugement argumenté? Ces questions doivent exister, dans la classe, explicitement, ou dans les préparations de cours (de progression, de projet de séquence) implicitement. Par rapport au programme précédent, cet enseignement contraint à un changement profond de perspectives : on n apprend pas en français des notions (le schéma de la communication, les figures de l ironie ) que l on illustrerait par des lectures (cours magistral, méthode déductive). On lit des textes, on fait réfléchir, et pour cela on se sert d outils de lecture, d outils linguistiques, construits lors des lectures (méthode inductive, pédagogie de projet). L enseignement du français ne procède pas par des leçons, les trois questions ne sont en aucun cas le prétexte de trois exposés magistraux, ni d ailleurs d un, de deux ou de trois. L enseignement du français forme à la réflexion. Quelles capacités développer? Les tableaux présentés dans le programme s ouvrent par la colonne «Capacités». Cet ordre n est pas indifférent. Ce que le cours de français vise, c est de poursuivre l apprentissage de la lecture, de la communication orale et écrite, de l argumentation orale et écrite, tels qu ils ont été initiés au collège. Le Socle commun de connaissances et de compétences est bien évidemment le terme à partir duquel s organise la poursuite de la formation en lycée professionnel. Nous avons réparti au mieux ces capacités dans les différents objets d étude. Mais leur présentation éclatée au fil des neuf tableaux risque de les masquer. C est pourquoi nous les reprenons ici de façon synthétique. Trois capacités sont visées dans la communication orale, la capacité à s exprimer face aux

4 A. Armand IGEN lettres avril autres, la capacité à organiser son propos, la capacité à débattre. - C est dans la classe qu un élève apprend à passer de la sphère du privé (ce qui ne regarde que lui) à la sphère du public : les deux items «exprimer à l oral une impression, un ressenti, une émotion» et «exprimer à l oral ses convictions, son engagement, son désaccord» concerne moins des techniques que la conquête d une attitude, qui institutionnalise un individu en tant qu élève dans un groupe de pairs ; ce passage, souvent difficile, se travaille en tant que tel, aussi bien du côté de celui qui s exprime que du côté de ceux qui l écoutent. - Une deuxième capacité se travaille, celle d organiser une expression orale. Le programme répète l expression «rendre compte à l oral» pour insister sur la spécificité de cette situation, en pensant que c est de très loin la situation la plus courante dans la vie professionnelle et qu elle doit donc être travaillée en tant que telle. Cette capacité interfère avec la suivante («organiser sa pensée dans un débat d idées») - Une troisième capacité est définie par le terme générique de débat : entrer dans l échange, c est d abord écouter («prendre en compte le point de vue de l autre, le reformuler objectivement»), c est accepter la confrontation («confronter ses valeurs aux valeurs de l autre, aux valeurs collectives»), c est enfin prendre part au débat («présenter son opinion, entrer en contradiction avec autrui, s impliquer dans son propos»). Dans le domaine de la lecture, prendre en compte la lecture privée, la lecture analytique, la lecture cursive, la lecture documentaire à travers trois modalités propres à l univers scolaire (lecture d un groupement de textes et documents parcours de lecture dans une œuvre étude d une œuvre intégrale) sert une seule capacité : comprendre un texte et réagir à ce texte. Il ne s agit pas d aligner des outils de lecture, mais d utiliser des outils de lecture au service d opérations intellectuelles qui dans le programme sont organisées autour de : - Distinguer dans un texte différents niveaux de discours (information, commentaire, prise de position) - Décoder les effets visuels d une mise en scène, les enjeux de la présentation d une situation ou d un personnage (production artistique), d un évènement ou d une personne (information), - Contextualiser (contexte de production d une information, identification des sources contextualiser une production artistique, la référer à des canons, à la société qui l a vue naître) - Interpréter ce qu une production littéraire et artistique dit du réel à travers la fiction, comprendre ce qu un personnage dit d une société, de l homme universel, de soi Rien de nouveau en cela, mais la réaffirmation que la lecture est un acte de participation au monde, que la littérature, les arts, sont une médiation du monde, et qu être lecteur c est comprendre le monde. En matière d écriture, le programme prend en compte trois modalités. D une part, l écriture de travail, individuelle et collective, qui permet aussi bien de prendre en notes, donc de retenir, d organiser des informations et des idées, de reformuler un raisonnement, une démarche, une conclusion, un jugement. D autre part, l écriture visant la réutilisation de procédés étudiés dans un texte littéraire ou journalistique, permettant aussi bien l expression d un ressenti, d une émotion, dans des écritures à déclencheurs, que l imitation, l expansion, la transformation d écrits existants (atelier d écriture). Enfin, les écritures certificatives, de type explicatif ou argumentatif. Les capacités sont bien connues des enseignants :

5 A. Armand IGEN lettres avril Rendre compte, résumer - Rédiger un écrit en respectant des contraintes (genres journalistiques, écriture d imitation, de transformation.) - Exprimer dans des écritures à déclencheurs une opinion, un ressenti, un sentiment - Organiser sa pensée dans un discours explicatif - Construire une appréciation esthétique en prenant en compte les goûts d autrui, s impliquer dans son propos - Organiser sa pensée dans un débat d idées, argumenter (illustration d une thèse, réfutation, délibération) Le respect du code écrit entre dans les capacités d écriture. Pour les rédacteurs du programme, la contrainte la plus difficile à respecter a été celle d associer des connaissances linguistiques à tel ou tel objet d étude, alors que la langue est, par essence, le vecteur transversal à toute lecture et à toute expression. Nous avons essayé d organiser une progression dans les acquisitions ou les révisions, au fil des trois années, mais également dans la meilleure adéquation possible entre tel fait de langue et tel type de texte convoqué, ou tel type de production écrite ou orale attendue. De fait, il y a un risque réel pour l enseignant à penser que tous les faits de langues pourraient être étudiés à tout moment : c est comme cela qu on revient toujours sur quelques éléments en laissant de côté bon nombre d autres, et peutêtre plus essentiels pour lire, parler, écrire. - La première capacité mise en avant est celle d utiliser un lexique précis et approprié : lexique usuel, qui permet à l élève de comprendre ce qui est travaillé dans un objet d étude (Dans «Des goûts et des couleurs, discutons-en», explorer le sens des termes «beau» et de «laid» conduit naturellement à définir le jugement esthétique) ; lexique thématique, qui doit permettre de réaliser l activité attendue (.«Rédiger une argumentation sur un sujet de société impliquant les sciences et les techniques» suppose l emploi de termes propres et spécifiques aux domaines des sciences et des techniques évoqués. - Une deuxième capacité concerne la rédaction de la phrase, du texte. Des notions spécifiques sont indiquées tout au long des tableaux, indiquant à quel moment privilégié les travailler. - Une troisième capacité vise la maîtrise de la situation d énonciation, en phase de lecture comme en phase de production. Les «Attitudes», un simple ornement du programme? Dans la logique du Socle commun de connaissances et de compétences, nous avons eu à rédiger les tableaux de présentation des objets d étude en terminant par la colonne «Attitudes». Nous avons beaucoup réfléchi à cette partie du programme, qui ouvre pour nous, comme pour tous les enseignants de France, une perspective nouvelle, étrangère à notre tradition. Pendant les rencontres inter académiques, comme lors de la consultation, des questions ont témoigné d une inquiétude certaine : Comment évaluer une attitude? Va-t-on faire entrer l évaluation d une attitude dans une note chiffrée, avec coefficient, moyenne, etc? Parvenu au terme du processus de rédaction, nous pouvons dire désormais que les attitudes inscrites dans le programme sont de véritables guides de l action pédagogique. Pourquoi s intéresser à la construction de l information? Si c est pour savoir ce qu est une Une, et une brève, ce n est pas très mobilisateur. Mais si la perspective est celle que dessinent les attitudes liées à cet objet d étude («S intéresser à l actualité, lire le journal, regarder un journal télévisé, utiliser Internet et les multimédias» pour «Être un lecteur distancié et critique de

6 A. Armand IGEN lettres avril l information» et, de façon plus technique, «Adapter, dans l approche du texte et de l image, son attitude au support utilisé et à la finalité de la lecture»), alors nous savons que nous visons l essentiel. Il ne s agit pas alors de savoir comment mettre une note sur une attitude, mais d observer chez les élèves les attitudes qui vont ou non se construire en eux. Il s agit de dire aux élèves combien ces attitudes sont importantes dans leur formation personnelle, dans leur cursus scolaire, et pour cela le manifester explicitement dans un commentaire sur le bulletin scolaire, dans une discussion de conseil de classe, comme dans un dossier d orientation. Pour conclure, rappelons que ce programme, exigeant dans ses contenus comme dans ses finalités, doit préparer les élèves, pour ceux qui le souhaiteront, à poursuivre leurs études en Section de Technicien Supérieur. Nous avons pris en compte cette perspective dans les objets d études de l année de terminale, aussi bien dans les interrogations proposées aux élèves que dans les activités proposées. Mais rappelons aussi que l élève de seconde sort tout juste du collège : il est en formation, il a des acquis, des connaissances, des savoir-faire, il a aussi, hélas parfois, des réflexes de rejet ou de crainte par rapport à l enseignement du français. Les objets d étude inscrits en classe de seconde doivent lui permettre de rompre avec son passé proche (on ne «refait» pas en seconde ce qu on a fait en troisième), de se construire dans une nouvelle identité, celle d un jeune adulte dont on attend de la réflexion, de la participation, de l engagement dans la pensée.

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

La série L est revalorisée

La série L est revalorisée La série L est revalorisée «elle devient une série d excellence pour les langues» Option LVE de 3 H = Un enseignement obligatoire de 2H = LV1 ou 2 ou LV3 approfondie education.gouv.fr Bulletin officiel

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE?

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE? Module sur l utilisation de la vidéo en classe de français langue étrangère JEAN-MICHEL DUCROT Coordinateur de programmes pédagogiques à Alep-Syrie. Responsable du Centre de Documentation Pédagogique d'alep,

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

LIVRET PERSONNEL DE COMPÉTENCES

LIVRET PERSONNEL DE COMPÉTENCES Nom... Prénom... Date de naissance... Note aux parents Le livret personnel de compétences vous permet de suivre la progression des apprentissages de votre enfant à l école et au collège. C est un outil

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

Séquence. «Eduquer aux réseaux sociaux : créer, publier, maîtriser»

Séquence. «Eduquer aux réseaux sociaux : créer, publier, maîtriser» Séquence «Eduquer aux réseaux sociaux : créer, publier, maîtriser» CADRE PREALABLE : - Présentation du projet au CESC du collège en juin 2014. - Présentation du projet à Mme la Principale en septembre

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

CHARTE DES PROGRAMMES

CHARTE DES PROGRAMMES CHARTE DES PROGRAMMES Charte relative à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des programmes d enseignement ainsi qu aux modalités d évaluation des élèves dans l enseignement scolaire CONSEIL SUPÉRIEUR

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative»

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» Les TICE, un mode d accès à mon autonomie bien sûr! «L'autonomie n'est pas un don! Elle ne survient pas par une sorte de miracle!

Plus en détail

La voie professionnelle

La voie professionnelle CIO Lyon Page 1 14/10/2014 La voie professionnelle - Acquérir des connaissances et des savoir-faire dans un domaine professionnel - Un enseignement concret - Des stages en entreprises - En lycée professionnel

Plus en détail

Parcours de découverte des métiers et des formations

Parcours de découverte des métiers et des formations Parcours de découverte des métiers et des formations Objectifs Acteurs Contenu Ressources OBJECTIFS GENERAUX (et pédagogiques) Acquérir une culture sur les métiers, le monde économique et les voies de

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- :

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- : L évaluation des Mathématiques en Lycée Professionnel Quelle est la place de l évaluation dans une séquence de mathématiques en Lycée professionnel? Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques-

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT EPS / DANSE ART / DANSE Elèves du lycée Bréquigny à Rennes, Avril 2014 1 Les deux options facultatives danse au BAC Ce livret a été

Plus en détail

LYCEE GRANDMONT Avenue de Sévigné 37000 TOURS Tel : 02.47.48.78.78 Fax : 02.47.48.78.79 Site : www.grandmont.fr

LYCEE GRANDMONT Avenue de Sévigné 37000 TOURS Tel : 02.47.48.78.78 Fax : 02.47.48.78.79 Site : www.grandmont.fr LYCEE GRANDMONT Avenue de Sévigné 37000 TOURS Tel : 02.47.48.78.78 Fax : 02.47.48.78.79 Site : www.grandmont.fr Dans un parc de 17 ha 2160 élèves 560 internes 9 sections post-bac 21 classes de terminale

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE AU LYCEE PICASSO DE PERPIGNAN (Document de travail)

L ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE AU LYCEE PICASSO DE PERPIGNAN (Document de travail) L ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE AU LYCEE PICASSO DE PERPIGNAN (Document de travail) 1. Définition L'accompagnement personnalisé, qui s'adresse à tous les élèves, est un espace de liberté pédagogique permettant

Plus en détail

Commerce International. à référentiel commun européen

Commerce International. à référentiel commun européen Brevet de technicien supérieur Commerce International à référentiel commun européen Référentiel de formation SEPTEMBRE 2011 RÉFÉRENTIEL DE FORMATION Unités de formation UF1 Culture Générale et Expression

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION À L INTENTION DES PARENTS

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION À L INTENTION DES PARENTS École secondaire Louis-Philippe-Paré 235, boulevard Brisebois, Châteauguay (Québec) J6K 3X4 Téléphone : 514 380-8899 Télécopieur : 450 692-0031 Site Web : http://lpp.csdgs.qc.ca/ Courriel : lpp@csdgs.qc.ca

Plus en détail

Langues vivantes Allemand Anglais Espagnol Italien

Langues vivantes Allemand Anglais Espagnol Italien Langues vivantes Allemand Anglais Espagnol Italien Considérations générales L enseignement des langues vivantes au gymnase donne accès aux cultures et littératures des régions ou pays des langues étudiées.

Plus en détail

Sur la méthodologique et l organisation du travail. Difficultés d ordre méthodologique et d organisation

Sur la méthodologique et l organisation du travail. Difficultés d ordre méthodologique et d organisation PROFILS DES ELEVES Difficultés d ordre méthodologique et d organisation Les élèves commencent les exercices avant d avoir vu la leçon; ils ne savent pas utiliser efficacement les manuels. Ils ne se rendent

Plus en détail

L écoute active est une attitude destinée à augmenter la qualité de l écoute. Elle permet à l interlocuteur de se sentir entendu et compris.

L écoute active est une attitude destinée à augmenter la qualité de l écoute. Elle permet à l interlocuteur de se sentir entendu et compris. L ECOUTE ACTIVE DEFINITION L écoute active est une attitude destinée à augmenter la qualité de l écoute. Elle permet à l interlocuteur de se sentir entendu et compris. Ecouter c est donner à l autre de

Plus en détail

QU EST-CE QUE TRAVAILLER EN ÎLOTS BONIFIÉS?

QU EST-CE QUE TRAVAILLER EN ÎLOTS BONIFIÉS? Travailler en îlots bonifés selon la méthode pédagogique créée par Marie Rivoire. par Catherine Manesse et Anne Dauvergne IPR Langues vivantes Académie de Dijon Cette façon de travailler, dont on entend

Plus en détail

La Chronique des matières premières

La Chronique des matières premières La Chronique des matières premières Céréales, minerais ou pétrole, les ressources naturelles sont au cœur de l économie. Chaque jour de la semaine, Dominique Baillard informe du cours des matières premières

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

Enseigner la lecture analytique en 3ème avec une tablette numérique

Enseigner la lecture analytique en 3ème avec une tablette numérique Enseigner les Langues et Cultures de l Antiquité avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr TraAM travaux académiques mutualisés, un accompagnement au développement des usages des TIC Enseigner la lecture

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

Tableau des contenus

Tableau des contenus Tableau des contenus Dossier 1 L image dans les relations amicales, sociales, professionnelles et amoureuses Dossier 2 Présenter quelqu un Je séduis. Parler de son rapport à l image. Caractériser des personnes

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la direction de projets audiovisuels Le master Création, Production, Images. Cinéma interactif et transmédia de l Institut

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens.

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. 1,Un constat : Il existe de fortes inégalités entre les écoles quant à l accès à la

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES 51 Epreuve EP1 : ANALYSE ET COMMUNICATION TECHNOLOGIQUES UP1 Coefficient 4 Finalité et objectifs de l épreuve L épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à mobiliser

Plus en détail

Quelle formation professionnelle pour développer des outils linguistiques d intégration?

Quelle formation professionnelle pour développer des outils linguistiques d intégration? Quelle formation professionnelle pour développer des outils linguistiques d intégration? Odile Malavaux et Marie-Christine Clerc-Gevrey IA-IPR langues vivantes Académie de Besançon Place de la compétence

Plus en détail

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges Ordinaires & ASH PRESENTATION ESPRIT DES OUTILS PRESENTES L objectif de cette plaquette est de proposer des tours de mains aux

Plus en détail

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS)

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) Département fédéral des affaires étrangères DFAE Direction des ressources DR Personnel DFAE Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) L ensemble des données figurant dans ce questionnaire sont soumises

Plus en détail

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008 Année 2007/2008 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER RECHERCHE Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS DES SCIENCES Spécialité Histoire et Philosophie des Sciences Unités de Formation et de

Plus en détail

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Fiche pédagogique Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Le public : Adultes Niveaux intermédiaires avancés (B1 et +)

Plus en détail

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles S3CP Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles Référentiel Le présent socle décrit un ensemble de connaissances et compétences devant être apprécié dans un contexte professionnel.

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE MONOLOGUE SUIVI

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

WEBLINGUA : un outil en ligne pour l enseignement / apprentissage des langues

WEBLINGUA : un outil en ligne pour l enseignement / apprentissage des langues SEMAFORAD-2, Seconde édition : 12,13 et 14 Novembre 2005 - Université de Bejaia WEBLINGUA : un outil en ligne pour l enseignement / apprentissage des langues Petitgirard Jean-Yves. Enseignant-chercheur

Plus en détail

En direct de la salle de presse du Journal virtuel

En direct de la salle de presse du Journal virtuel Français En direct de la salle de presse du Journal virtuel Écrire des textes variés Guide En direct de notre salle de presse Guide R ENSEIGNEMENTS GÉNÉRA UX EN DIRECT DE NOTRE SA LLE DE PRESSE MISE À

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Réunion de présentation. Avril 2015

Réunion de présentation. Avril 2015 Réunion de présentation Avril 2015 Points abordés 1. L environnement 2. L équipe 3. La pédagogie et le fonctionnement de l établissement 4. Après la 3 ème? 5. Questions L environnement 12, chaussée Jules

Plus en détail

Projet de programme pour le cycle 4

Projet de programme pour le cycle 4 Projet de programme pour le cycle 4 9 avril 2015 Mis à jour du 15 avril 2015 SOMMAIRE Avant propos p 1 Volet 1 : Les objectifs de formation du cycle 4 p 3 Volet 2 : Contribution de chaque enseignement

Plus en détail

Réaliser un journal scolaire

Réaliser un journal scolaire Réaliser un journal scolaire 1/ Connaître le journal et ses contenus Pour que les élèves puissent à leur tour devenir producteurs, il faut absolument qu ils apprennent à connaître le journal et ses contenus.

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

Développer des compétences par le biais de tâches

Développer des compétences par le biais de tâches Stage de Michelle Soumier et Marylène Lebel des 02 et 03 mars 2006 Développer des compétences par le biais de tâches Le Plan de rénovation des Langues prévoit une mise en place du cadre Européen Commun

Plus en détail

Grammaire : ce que ça demande à l'enseignant

Grammaire : ce que ça demande à l'enseignant Grammaire : ce que ça demande à l'enseignant Article paru dans le Café Pédagogique en mars 2009 Décortiquer la langue, oui, mais de quel point de vue? Dans sa thèse, Philippe Clauzard revient en profondeur

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR

ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR 1 SOMMAIRE 2 PREPARER HEC / L ESCP EUROPE A L ELEAD 3 -L EPREUVE DE DOSSIER 4 - L EPREUVE DE LANGUE 5 -L EPREUVE D OPTION 6 - LES EPREUVES ORALES

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Thématique : Arts, ruptures et continuités

Thématique : Arts, ruptures et continuités Thématique : Arts, ruptures et continuités Sujet : En t appuyant sur l analyse et la mise en relation des œuvres ci-dessous, tu devras, dans ton exposé oral, répondre à la problématique suivante : Pourquoi

Plus en détail

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012 LE TIR A L ARC. (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs)

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012 LE TIR A L ARC. (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs) (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs) Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 5 1 Fiche professeur Niveaux et objectifs pédagogiques 5 e : introduction ou utilisation

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Principes de base Durant le premier semestre, vous serez amenés à remettre un travail effectué en groupe. Le but de celui-ci est de s intéresser

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES. Intervenants Enseignant de la classe, Assistante d Education CÔTÉ SCIENCES

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES. Intervenants Enseignant de la classe, Assistante d Education CÔTÉ SCIENCES PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES Objet Module scolaire, CÔTÉ SCIENCES Intervenants Enseignant de la classe, Assistante d Education CÔTÉ SCIENCES Public scolaire visé CE2-CM1-CM2 Durée du

Plus en détail

Journée pédagogique des stagiaires 1 octobre 2014

Journée pédagogique des stagiaires 1 octobre 2014 Journée pédagogique des stagiaires 1 octobre 2014 LP Blaise Pascal COLMAR Retour d expériences Choisir 2 images qui témoignent de votre ressenti dans votre prise de fonction Restitution au groupe LE REFERENTIEL

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Liste des formations : Développement personnel

Liste des formations : Développement personnel Liste des formations : Développement personnel Gamme de formation 06 LES 5 OUTILS ESSENTIELS DE DEVELOPPEMENT PERSONNEL POUR... 7108 DEVELOPPER SA PRESENCE POUR MIEUX COMMUNIQUER http://www.cegos.fr/formation-ameliorer-ses-relationsprofessionnelles/p-0106-

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

Catalogue 2010. Formations à l anglais. Learn English today! Des programmes à la carte pour enfin parler anglais

Catalogue 2010. Formations à l anglais. Learn English today! Des programmes à la carte pour enfin parler anglais Catalogue 2010 Formations à l anglais Learn English today! Des programmes à la carte pour enfin parler anglais Communiquez en anglais avec aisance et en toutes circonstances 6 raisons de choisir une formation

Plus en détail

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Déroulement des deux journées Mardi 26 Matin : Intervention des IEN Jeudi 29 Matin : Production en binôme. Après-midi

Plus en détail

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C.

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C. EPS ET SOCLE COMMUN Les activités athlétiques à l'école primaire CONNAISSANCES 2 Piliers Tout élève devra connaître courir Sauter Lancer Un vocabulaire juste et précis pour désigner des objets réels, des

Plus en détail

Les liens entre les. Compétences Méthodologiques et Sociales

Les liens entre les. Compétences Méthodologiques et Sociales Les liens entre les Compétences Méthodologiques et Sociales et le Socle Commun de Connaissances et de Compétences. GRA 2011 Orléans-Tours 1 Le plan d intervention 1. Rappel institutionnel : Les C.M.S.

Plus en détail