Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises : Utilisation de la norme n en tant que réseau principal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises : Utilisation de la norme 802.11n en tant que réseau principal"

Transcription

1 Livre blanc Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises : Utilisation de la norme n en tant que réseau principal Peter Thornycroft Octobre 2007

2 Introduction La technologie Wi-Fi n'a cessé de se perfectionner ces dernières années, au point que de nombreux utilisateurs en ont fait la principale connexion à leur réseau d'entreprise. Dans les secteurs de l'industrie et de la vente au détail, en passant par l'hôtellerie et l'enseignement, l'infrastructure Wi-Fi représente déjà un marché d'un milliard de dollars, avec une croissance annuelle à deux chiffres. À ce jour, l'adoption de cette technologie dans les entreprises s'est faite plus lentement, car de nombreux chefs d'entreprise et utilisateurs pensent encore qu'une connexion Wi-Fi est moins performante à une connexion Ethernet câblée. La norme n change la donne car si le système est convenablement déployé, il peut parfaitement remplacer les réseaux câblés pour créer un espace de travail entièrement sans fil. Les réseaux Wi-Fi bien conçus sont déjà reconnus comme étant plus sûrs que les connexions LAN (Local Area Network réseau local) câblées. De plus, des millions de téléphones Wi-Fi sont utilisés à travers le monde, ce qui démontre l'obsolescence du multimédia par rapport à la technologie Wi-Fi. La toute dernière avancée dans le domaine du Wi-Fi, la norme n, a maintenant prouvé que le Wi-Fi offre de meilleures performances que la plupart des connexions Ethernet câblées : des points d'accès n disponibles avant fin 2007 prendront en charge un débit pouvant atteindre 300 Mbps, bien au-delà des habituels 100 Mbps des connexions Ethernet. Cette multiplication par 5 de la vitesse par rapport aux anciens équipements Wi-Fi balaie les dernières objections farouches à l'adoption du concept 100 % sans fil en entreprise : finis les branchements à chaque bureau et à chaque poste de travail. Grâce à la norme n, les terminaisons des réseaux d'entreprise se convertiront inévitablement à la technologie sans fil. Le principal avantage de la norme n se situe au niveau des performances radio, qui permettent de se connecter à un débit beaucoup plus élevé avec un taux de couverture global réduisant les «points noirs» à couverture faible que l'on rencontre parfois avec les précédents réseaux Wi-Fi. En tenant compte de ces avantages considérables, une entité (centre de conférences, université ou entreprise) doit-elle immédiatement passer à la norme n? Comme pour toutes les nouvelles technologies émergentes, certains problèmes ne seront peut-être pas résolus avant un certain temps. Dans le cas de la norme n, cela englobe les risques de modifications ou les défis sur le plan juridique et la disponibilité des clients, sans parler de l'augmentation des prix par rapport aux normes Wi-Fi a et g, bien établies. Ce document développe les avancées techniques de la norme n et envisage l'évolution des normes et des certifications. Il étudie l'état des puces disponibles (élément fonfamental de tout système radio Wi-Fi), et évalue les risques d'incompatibilité et d'obsolescence des produits actuels. Au-delà de ses capacités RF (radiofréquences), la norme n soulève certains problèmes quant à l'alimentation des points d'accès, argument de performances utilisé par certains fournisseurs pour justifier les «nouvelles» approches d'architecture. Ces affirmations font l'objet de tests et de discussions sur les options possibles lorsque les réseaux Wi-Fi existants passent à la norme n. Le lecteur est invité à exploiter le contenu du présent document pour décider quand et comment adopter la norme n : certaines entreprises voudront l'adopter rapidement, et beaucoup devraient le faire. Les autres passeront progressivement à cette nouvelle technologie, en fonction de la disponibilité des clients n, par exemple. Toujours est-il qu'un réseau basé sur la norme n a de grandes chances de révolutionner les anciens réseaux câblés fonctionnant par ports, permettant ainsi aux entreprises de concevoir des réseaux sans fil robustes et performants, avec une longue durée de vie. 1 Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises Aruba Networks

3 La technologie de la norme n La norme n se compose de plusieurs technologies et fonctionnalités importantes dont : Une couche physique (PHY) haut débit avec de nouvelles modulations et programmations. La nouvelle couche PHY prend en charge la modulation OFDM (Orthogonal Frequency Division Multiplexing - modulation de signaux numériques par répartition en fréquences orthogonales) avec des méthodes de programmation, des préambules, des flux de données multiples et des fonctions de formation de faisceaux supplémentaires. Ces derniers prennent en charge des débits plus élevés et couvrent un spectre de débits bien plus vaste que les précédentes normes La technologie MIMO (Multiple-Input Multiple-Output - entrées multiples, sorties multiples), synonyme de norme n, appartient à ce groupe. Couche PHY haut débit avec canal de 40 MHz. Deux canaux adjacents de 20 MHz sont combinés pour créer un seul canal de 40 MHz. Cette technique assez simple, déjà utilisée pour des équipements grand public et des ponts point à point, double largement le débit réel pour un environnement radio-fréquences déterminé. Couche MAC améliorée utilisant l'agrégation MAC. Deux méthodes d'agrégation MAC sont prises en charge pour intégrer efficacement les paquets de taille inférieure au sein d'une trame plus vaste. Cela réduit le nombre de trames dans l'espace et le temps perdu à cause des collisions, ce qui améliore le débit général. Couche MAC améliorée via l'accusé de réception de bloc. Plus particulièrement pour le trafic en diffusion continue (comme la vidéo), cette technique d'optimisation des performances permet à un seul accusé de réception de couvrir un grand nombre de trames transmises : il n'est plus nécessaire d'en avoir un pour chaque trame. Cette technique est une innovation de la norme e. Économie d'énergie grâce au protocole PSMP. Il s'agit d'une extension des fonctionnalités U-APSD (Unscheduled Automatic Power Save Delivery- gestion automatique non programmée d'économie d'énergie) et S-APSD (Scheduled Automatic Power Save Delivery - gestion automatique programmée d'économie d'énergie) introduites avec la norme e pour allonger la durée de vie de la batterie des périphériques clients mobiles. Lors du développement de la version Draft 2.0 de la norme n, avant-projet de la certification de la version «Draft-n» de la Wi-Fi Alliance, l'ieee a omis, ou proposé en option, un certain nombre de fonctionnalités importantes spécifiques de la norme n, en particulierconcernant la technologie avancée MIMO, technologie qui occupe une place essentielle dans cette norme. Alors que la norme initiale comprenait des options permettant d'émettre et de recevoir via quatre antennes, ainsi que la prise en charge de 4 faisceaux spatiaux, les produits de la version «Draft-n» originale sont limités à 3 chaînes d'antennes et 2 flux spatiaux. Par conséquent, si les performances de la norme n sont souvent annoncées à 600 Mbps, les premiers produits de la version «Draft-n» atteindront seulement 300 Mbps dans les meilleures conditions. De surcroît, malgré le battage médiatique autour des débits de la norme n, plusieurs facteurs réduisent la capacité réelle d'une cellule. Alors que la version Draft2.0 de la norme n se targue de fournir un débit de 300 Mbps, les performances attendues d'une cellule de la norme n réelle sont comprises entre 100 et 200 Mbps, voire inférieures si les clients se connectent à une grande distance ou émettent des trames Aruba Networks Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises 2

4 courtes, ou en présence d'anciens clients a/b/g. Cela représente malgré tout une multiplication par 5 par rapport à la technologie a/g. La technologie des composants Les fournisseurs d'infrastructures Wi-Fi conçoivent des unités de points d'accès autour des composants RF fournies par différents fabricants. Les caractéristiques et les performances de tout le système, en particulier du segment RF, dépendent pour beaucoup des performances et des fonctionnalités de ces composants. Les fournisseurs d'infrastructures augmentent leur valeur en concevant des systèmes autour des composants RF auxquels ils ajoutent des fonctionnalités de supervision, de contrôle et de coordination des points d'accès. La majorité de ces composants étant programmables, les fournisseurs de systèmes vont fréquemment chercher du côté du logiciel firmware pour ajuster certaines fonctionnalités. Cela dit, les points d'accès sont généralement limités par le composant qui les compose et les fonctionnalités manquantes restent difficiles à ajouter. Un petit nombre de fabricants proposent des composants adaptés aux points d'accès de type entreprise, et les cycles de conception de ces composants permettent de les classer en «générations». Une génération regroupe différentes sortes de fabricants de puces électroniques, mais les capacités et les fonctionnalités sont largement comparables au sein d'une même génération. Concernant l'infrastructure du réseau d'une entreprise, la première génération qui a compté est celle conçue d'après la spécification IEEE n Draft2.0, adoptée par la Wi-Fi Alliance sous le nom Wi-Fi Draft-n. Des exemplaires de ces puces sont disponibles depuis le début de l'année et les points d'accès utilisant ces puces servent de banc d'essai à la certification de la Wi-Fi Alliance, annoncée pour la fin du mois de juin En supposant qu'il s'agisse de la «première génération» de puces n pour les entreprises, voici leurs principales caractéristiques : Fonctionnalités définies selon les conditions fixées par la version «Draft-n» la Wi-Fi Alliance (voir cidessous) Prise en charge de 2 ou 3 chaînes d'antennes Prise en charge de 2 flux spatiaux Canaux RF de 20 MHz et 40 MHz Consommation électrique de 15 W pour un point d'accès à radio unique à 3 antennes, ou de 20 W pour un point d'accès double radio Taille du composant sur la carte réduite pour une configuration à 3 antennes Des points à travailler, comme une prise en charge DFS (Distributed File System système de fichiers distribués) incomplète sur une partie de la bande 5 GHz, qui restreint le nombre de canaux disponibles en raison des réglementations nationales et internationales, et l'utilisation du mode «greenfield» de la norme n. Ces puces étaient utilisées pour les essais de certification de la Wi-Fi Alliance et, dans une certaine mesure, elles les définissaient. Elles sont donc toutes certifiées et, par conséquent, tous les points d'accès qu'elles alimentent peuvent l'être. Toutefois, comme décrit auparavant, ces puces nécessitent des compromis et n'ont pas été optimisées dans tous les domaines. Aruba a choisi de ne pas tenir compte de cette première génération de puces n et d'attendre la deuxième, pour laquelle des problèmes comme la prise en charge totale DFS ont été résolus. 3 Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises Aruba Networks

5 La deuxième génération de puces n'étend pas les fonctionnalités au-delà des exigences fixées par la certification Draft-n de la Wi-Fi Alliance, mais présente de nombreuses améliorations : La consommation d'énergie est réduite grâce à l'intégration et à l'optimisation de la puce. Un point d'accès à radio unique à 3 antennes ne consomme plus désormais que 11 W, et un point d'accès double radio 17 W, ce qui se rapproche de la limite de l'alimentation PoE (Power over Ethernet alimentation par Ethernet) pour la norme af. L'intégration au niveau de la puce permet également de réduire l'espace nécessaire sur la carte à la conception d'une base à 3 antennes. Autrement dit, un point d'accès double radio contenant une radio 3x n peut correspondre à la même taille et utiliser le même support de montage qu'une unité double radio a/b/g. Les performances vont bien au-delà de celles de la première génération de puces, qui se sont essoufflées face à certains type de trafic. Le système DFS, le mode «greenfield» et d'autres restrictions des puces antérieures sont levées. Les prochaines générations de puces n correspondront à ce facteur de forme, permettant ainsi la mise à niveau continue des cartes et des fonctionnalités. Les nouvelles spécifications des cartes comme de leur contenant (plastique) seront infimes. À l'approche de la fin de l'année 2007, on peut dès à présent raisonnablement prévoir les futurs développements concernant les capacités des puces n : Une troisième génération de puces au début de l'année 2008 ne modifiera pas véritablement l'ensemble des fonctionnalités, mais suivra la tendance actuelle vers l'économie d'énergie et la réduction des coûts. Cette génération verra peut-être l'apparition de nouvelles fonctionnalités comme la formation de faisceaux et de codes spatiotemporels en blocs (STBC). La quatrième génération, qui verra probablement le jour au milieu de l'année 2009, étendra l'ensemble des fonctionnalités grâce aux progrès réalisés par l'ieee quant à la définition des fonctionnalités omises dans la version Draft 2.0. Les fonctionnalités en question concerneront probablement la prise en charge de 4 antennes et autant de flux spatiaux, les messages «systèmes» d assistance à la technologie MIMO activant les fonctionnalités de formation des faisceaux, ainsi que de meilleures capacités d'agrégation MAC, d'accusés de réception de blocs et de liens directs. Mais parallèlement à ces projections, il est fort probable que les pressions sur et entre l'ieee, les fabricants de puces et les fournisseurs d'électronique grand public/d'entreprise, empêchent toute amélioration significative de la version Draft 2.0 de la norme n. Dans ce cas, les cycles de réduction des coûts et d'économie d'énergie perdureront jusqu'à la prochaine avancée importante de l'ieee ou de toute autre norme, aux alentours de Les risques technologiques Tous les fournisseurs d'infrastructures souhaitent que leurs produits affichent une durée de vie correcte, en dépit des allégations de certains consommateurs, selon lesquelles ces fournisseurs ont tout intérêt à ce que leurs produits aient une courte espérance de vie. La version Draft 2.0 de la norme n (alors encore une norme en devenir) a soulevé une inquiétude généralisée au début de l'année 2007 quant à son instabilité, et au Aruba Networks Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises 4

6 fait que des modifications ou des corrections pourraient très rapidement rendre obsolètes les premiers produits compatibles. Les événements des trois premiers trimestres de l'année ont apaisé ces doutes. Pendant ce temps, l'ieee a travaillé sans relâche sur les spécifications de la norme n, identifiant certaines fonctionnalités optionnelles et en reportant d'autres, telles que la formation de faisceaux, en vue d'une définition ultérieure. Le résultat de cette version Draft 2.0, qui tient malgré tout sur 500 pages, fournit des bases relativement solides pour la conception de périphériques interopérables bénéficiant de performances bien meilleures qu'avec les précédentes versions de la technologie Wi-Fi. La Wi-Fi Alliance a pris la version figée de la norme n Draft 2.0 et a proposé une seconde discussion pour distinguer les exigences de base des options, et organiser ainsi des événements d'interopérabilité qui ont conduit à un ensemble de tests de certification. Bien que le processus ait été extrêmement rapide, au moment de l'annonce de la certification à la fin du mois de juin, très peu de détails restaient en suspens et aucun désaccord significatif n'était apparu. Certes, il est toujours possible que le déploiement sur les réseaux s'accompagne de nouveaux problèmes d'interfonctionnement, notamment entre des produits utilisant des puces de fabricants différents. Cependant, au vu de tous les tests réalisés à ce jour, les problèmes de ce type seront probablement mineurs et les fournisseurs devraient être en mesure de fournir des solutions sous forme de mises à jour logicielles. La probabilité pour qu'une carte réseau certifiée Draft-n d'un fournisseur ne fonctionne pas avec un point d'accès certifié d'un autre fournisseur semble aujourd'hui bien maîtrisée.3 Qu'en est -il alors du deuxième risque technologique, à savoir que les futurs développements de la norme ou de la certification de la Wi-Fi Alliance rendent les périphériques actuels incompatibles? Contrairement aux nombreuses inquiétudes soulevées par cette question au début de l'année 2007, les risques que cela se produise sont aujourd'hui très faibles. Dans la mesure où les principaux fournisseurs de puces, d'infrastructures et de systèmes client ont annoncé les produits «Draft-n», ils ont tout intérêt à ce que leurs produits aient une durée de vie satisfaisante : ils ne peuvent pas se permettre de faire du tort à leur marque en raison d'une obsolescence prématurée. Et comme les représentants de ces acteurs font, pour la plupart, partie de l'ieee et de la Wi-Fi Alliance, nul doute que toute nouvelle norme devant émerger au cours de cette période sera rétrocompatible avec la version Draft-2.0. Comme mentionné dans la section sur les composants RF, de nouvelles fonctionnalités et fonctions seront certainement mises à disposition ultérieurement. Pour l'heure, on peut s'attendre à ce que les clients conservent leurs performances actuelles face à l'infrastructure de la future norme n, et inversement. D'un point de vue technologique, cela signifie qu'une infrastructure certifiée «Draft-n» achetée aujourd'hui devrait fonctionner avec les clients actuels et futurs de la norme n pendant au moins 2 ou 3 ans. Moyens de protection contre les risques technologiques : les points d'accès modulaires Les incertitudes concernant la rétrocompatibilité des futures normes n ont conduit les fournisseurs d'infrastructures d'entreprise à proposer tout un panel de réponses. Un grand fournisseur a notamment annoncé un point d'accès modulaire «à l'épreuve du temps», dont les unités radio peuvent être retirées et remplacées sur site. Aruba a envisagé cette approche, mais la réflexion suivante mène à une autre conception : 5 Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises Aruba Networks

7 Le risque de découvrir une défaillance dans du matériel actuel ayant fait l'objet de tests poussés est minime. Les risques de modification de la norme n entraînant l'incompatibilité des produits (pendant 2 à 3 ans) sont très faibles. L'utilité d'une architecture logicielle modulaire pour les modifications, les mises à jours et/ou les mises à niveau fonctionnelles est beaucoup plus grande et rentable qu'une solution matérielle modulaire. Il convient également d'analyser les conséquences, financières entre autres, d'une stratégie matérielle modulaire de ce type : La création du point d'accès modulaire sera plus onéreuse au départ (selon que le fournisseur pratique ou non un prix plus élevé) car une conception modulaire coûte, par définition, plus cher qu'une unité intégrée. La taille du point d'accès modulaire sera supérieure à la taille d'une conception intégrée. Le coût des mises à niveau dépasse celui d'un nouveau module matériel : les frais de main-d'œuvre pour atteindre tous les points d'accès (y compris dans les faux plafonds) seront considérables, tout comme pour le désassemblage/réassemblage de l'unité, l'ajout de 4 antennes pour les futurs modules (3 à ce jour) et les nouveaux tests sur l'unité mise à jour. Ce coût, cumulé à l'investissement dans du nouveau matériel, constitue un obstacle majeur à la justification de futurs programmes de mise à niveau. Le talon d'achille d'une conception modulaire est l'unité de base. Plus le nombre de composants actifs d'une unité de base est élevé, plus celle-ci a de risques de devenir obsolète. Les points d'accès double radio comprennent deux modules radio et une section avec processeur : lors de la création d'une version modulaire, le concepteur doit choisir s'il monte le processeur sur l'unité de base, ce qui risque d'entraîner une obsolescence prématurée, ou sur les modules radio, ce qui augmente les coûts. Aruba a étudié tous les aspects de la question pour en arriver à la conclusion qu'un tel degré de complexité et des coûts initiaux supérieurs l'emportaient sur les bénéfices de potentielles mises à niveau ultérieures. Au moment où du matériel bien plus performant sera disponible, le coût et la technologie des nouveaux points d'accès rendront le remplacement global plus intéressant qu'une mise à niveau des modules. Signalons simplement pour mémoire que le point fort annoncé des points d'accès g initiaux était un emplacement pour une future radio a. Si plusieurs milliers de points d'accès modulaires se sont vendus, seul un nombre étonnamment faible a été mis à niveau (moins de 3 % selon les estimations). Le coût supplémentaire s'est avéré colossal par rapport à l'utilité de la conception modulaire. Il est bien plus probable que dans les trois ans à venir, les avancées concernant les normes et les puces offriront de bien meilleures performances lors de l'association d'un nouveau point d'accès à un nouveau client. À ce moment, les entreprises de pointe seront prêtes à réactualiser tout ou partie de leur base de points d'accès pour bénéficier de ces capacités. Et si le point d'accès initial est supprimé au profit d'un nouveau (en utilisant le câble et le support de montage d'origine comme le propose Aruba) ou si un nouveau module radio est installé à la place de l'ancienne unité de base de points d'accès, il y a de grandes chances pour que le coût soit équivalent. Aruba Networks Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises 6

8 L'alimentation des points d'accès Les points d'accès de l'actuelle version Draft-2.0 sont voraces en courant électrique. Ce constat est dû à plusieurs facteurs : chaque radio possède jusqu'à trois canaux RF de transmission/réception, la conception des composants RF n'a pas été prévue pour économiser de l'énergie, de plus le traitement des paquets est plus exigent au niveau chiffrement des unités radio de 300 Mbps (pic à 600 Mbps pour un point d'accès double radio). Un point d'accès double radio n Draft-2.0 de première génération élaboré par un fournisseur de composant RF nécessite parfois plus de 20 W. Un point d'accès de deuxième génération Aruba nécessite 17 W dans la même configuration, alors que la consommation est de 11 W pour les points d'accès double radio a/b/g. Les implications quant à la conception du réseau dépendent de l'alimentation du point d'accès : La plupart des points d'accès acceptent une alimentation locale en courant continu via une fiche, mais de nombreuses entreprises ne sont pas adeptes de ces sources d'énergie, car elles n'ont pas de prise de courant alternatif près de l'installation du point d'accès, soit parce que les réglementations anti-incendies interdisent la présence de ce type de matériel dans les faux plafonds soit à cause des travaux supplémentaires qu'implique l'installation d'une source d'alimentation électrique. La plupart des commutateurs de périphérie LAN permettent désormais une alimentation PoE pour la norme IEEE 802.3af. Le courant arrive dans le commutateur et est transporté par le câble Ethernet jusqu'au point d'accès. Cette solution était satisfaisante jusqu'à aujourd'hui, mais la limite nominale de la norme 802.3af (sur le périphérique) est de 12,95 W. Il est possible d'utiliser l'alimentation PoE avec un injecteur de puissance à mi-portée, généralement installé dans l'armoire de câblage près du commutateur de périphérie LAN. Cette technique est souvent utilisée pour éviter la mise à niveau du commutateur LAN. Les injecteurs compatibles avec la norme 802.3at sont d'ores et déjà disponibles, mais les anciennes unités PoE répondent aux spécifications de la norme 802.3af. La consommation électrique accrue des points d'accès de la version Draft-2.0 n'est pas un problème s'ils sont alimentés via une fiche, mais en devient un dans le cas des installations PoE. Là encore, les fournisseurs ont plusieurs solutions : Modifier les spécifications de l'alimentation PoE. Une nouvelle norme, provisoirement la 802.3at, est en cours de développement et devrait fournir au moins 30 W au périphérique client. Cependant, la norme ne sera pas achevée avant 2008 et sa mise en œuvre impliquera naturellement des mises à niveau des commutateurs de périphérie LAN et des injecteurs à mi-portée. Autre approche possible : un fournisseur de commutateurs de périphérie LAN invente un protocole PoE propriétaire pour atteindre le même résultat, mais cela comporte des inconvénients évidents. Aruba prendra en charge la norme 802.3at sur les points d'accès dès qu'elle aura été ratifiée. Utiliser les doubles raccordements. Il est possible de brancher deux câbles sur le point d'accès à un coût raisonnable et de fournir du courant par ces deux voies. Toutefois, du moins pour les installations existantes, cela augmenterait considérablement le coût d'installation de la norme n, y compris celui de l'alimentation PoE et de l'éventuel port supplémentaire. Aruba a travaillé sur cette question et a trouvé une meilleure solution qui ne nécessite pas de second câble. 7 Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises Aruba Networks

9 Travailler dans la limite du courant disponible. Telle est l'approche d'aruba. Au final, un seul câble Ethernet utilisant l'alimentation PoE 802.3af existante peut fournir l'énergie nécessaire au point d'accès de la nouvelle version Draft-2.0 en mode MIMO 3x3 complet dans la plupart des cas. Pour expliquer la solution d'aruba, il faut étudier la norme 802.3af et sa mise en œuvre dans les commutateurs de périphérie LAN actuels. La norme spécifie que le périphérique qui fournit l'alimentation doit délivrer un courant minimum de 350 ma pour une tension de l'ordre de 44 à 57 V. Dans la pratique cependant, la tension minimale fournie par presque tous les injecteurs et commutateurs PoE varie entre 50 et 52 V (entre 51 et 57 V pour la norme 802.3at). Si l'on prend des valeurs types pour la tension et pour les pertes dans le câble (les câbles ont quasiment tous une résistance inférieure aux spécifications et mesurent moins de 100 mètres), la puissance délivrée au point d'accès sera supérieure à 17 W. Cela permet à un point d'accès double radio version Draft-2.0 Aruba (une radio pour la bande 2,4 GHz et l'autre pour la bande 5 GHz) incluant 3 antennes et prenant en change 2 flux spatiaux d'être alimenté via la plupart des raccordements 802.3af PoE existants. Une telle conception n'aurait pas pu exister avec des composants de la génération précédente, qui étaient trop «gourmandes». Cependant, combiner des composants compatibles mais limités ne permettrait peut-être pas de fournir les 17 W requis. C'est pour cette raison que différentes solutions sont prévues. Le point d'accès détecte la tension disponible et si elle ne suffit pas pour l'alimenter, il effectue une série d'actions consistant à fermer les parties du point d'accès qui commencent par une des chaînes d'antenne de chaque radio. À cette étape, le point d'accès est conforme aux spécifications de la norme 802.3af. Il n'est donc pas nécessaire de désactiver d'autres fonctions. Le réseau Wi-Fi fonctionne toujours mieux qu'un réseau WLAN a/g, généralement en mode 2x3, mais l'administrateur sera averti si le point d'accès a besoin de plus de courant. Remarque : les développements à venir concernant les composants des points d'accès vont suivre la tendance de l'économie d'énergie, même si le passage de 3 à 4 antennes va quelque peu accroître la consommation électrique. En conséquence, le point d'accès Aruba fournira des performances n 3x3 MIMO complètes pour une très large majorité d'installations. Lorsque la puissance sera insuffisante, il abandonnera autant de blocs de fonctions que nécessaire pour maintenir la stabilité du système. Dans la plupart des cas, cette fonctionnalité ne requiert pas de mise à niveau de l'infrastructure PoE juste pour prendre en charge un déploiement n. Des stratégies de déploiement flexibles En 2006, après cinq années passées à étudier les déploiements Wi-Fi en entreprise, il est établi que l'architecture en «point d'accès léger» dotée d'un contrôleur centralisé était la plus adéquate. Cette architecture a résolu des problèmes majeurs de supervision et de configuration, de coordination et de transfert cellulaire RF, ainsi que toute une série de questions de moindre importance, telles que la protection contre les cycles fréquents de mise à niveau matérielle des points d'accès. Elle a également permis de créer une architecture centrée sur l'utilisateur en utilisant une sécurité basée sur l'identité, étant donné que les contrôleurs centralisés sont de plus en plus liés aux systèmes de pare-feu et de détection d'intrusion sans fil (WIDS - Wireless Intrusion Detection System). Toutefois, l'avènement de la norme n a ouvert la voie à une réévaluation de l'architecture centralisée «point d'accès léger». Certains fournisseurs ayant misé sur un contrôleur matériel qui n'atteindra pas facilement la progression attendue en matière de débit, sont obligés de procéder à des modifications radicales de conception. D'autres restent sur ce marché et cherchent donc un «nouveau» message marketing qui les Aruba Networks Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises 8

10 distinguera de la concurrence. Dans cette quête de messages porteurs, certains éléments de conception ont été oubliés. Les données qui ont conduit les conceptions «point d'accès léger» à leur apogée sur le marché demeurent des éléments prédominants de cette architecture. Si la norme n modifie certains paramètres de l'infrastructure d'entreprise, cela ne justifie pas une nouvelle approche si l'architecture sous-jacente du réseau est déjà saine. La section suivante vise à évaluer les implications de la norme n pour les réseaux d'entreprise locaux (LAN) et étendus (WAN), et la meilleure solution architecturale pour chaque scénario. Une évaluation du trafic généré dans les réseaux n Il est vrai que le plus haut débit atteint par un réseau n déployé fin 2007 (3x3, flux spatiaux) avoisine les 300 Mbps, contre 54 Mbps pour les précédentes normes a ou g. De nombreux observateurs ont extrapolé à partir de cette donnée et prédit une multiplication par six du trafic sur le réseau avec, par exemple, un contrôleur pour chaque ensemble de dix points d'accès, prenant en charge un trafic de 6 Gbps. Arrêtons-nous un instant sur l'incohérence de cet argument. Si le réseau couvre le même nombre d'utilisateurs qui travaillent sur les mêmes périphériques et applications qu'auparavant, le chiffre avancé est excessif. Bien que les utilisateurs obtiennent peut-être des réponses plus rapides (en supposant que le précédent système WLAN était un goulet d'étranglement des mises en réseau) et effectuent donc plus de transactions en un temps donné, les niveaux de trafic moyens du côté câblé du point d'accès ne connaîtront pas de changement significatif après une mise à niveau de la norme a/g vers la n. Les pics de trafic vont certainement augmenter, mais les pics entre les différents points d'accès ne seront pas liés entre eux. Bien sûr, une mise à niveau vers la norme n peut s'accompagner d'autres modifications. Si des utilisateurs connectés auparavant par câble passent sur un réseau sans fil ou si de nouvelles applications sont activées sur le nouveau réseau sans fil, les niveaux de trafic augmenteront. Mais on ne s'attend pas à ce qu'ils dépassent le trafic généré par le même nombre d'utilisateurs branchés sur le commutateur de périphérie LAN. Étant donné qu'il existe des règles de tracé reconnues concernant le dimensionnement des systèmes LAN reliés par câble Ethernet, il est possible de prévoir le trafic pris en charge par un réseau sans fil. L'analyse ci-dessus fournit deux méthodes pour prévoir la charge générée par un réseau n. Lorsqu'un réseau a/b/g doit être mis à niveau, on peut s'attendre à ce que le trafic augmente quelque peu, qu'il double au maximum. Lorsqu'un espace de travail câblé doit passer à une configuration sans fil, le trafic généré sera équivalent à celui du réseau câblé initial. La section suivante propose quelques méthodes empiriques pour calculer le trafic. Cellule d'un ensemble double radio avec 50 % d'anciens clients et 50 % de clients n - Volume de trafic maximal attendu Radio point d'accès (AP) Proportion du trafic client Volume total du trafic client AP 2,4 GHz, canal 20 MHz, fonctionnement en mode mixte AP 5 GHz, fonctionnement PCO (40/20 MHz) Trafic total (semi-duplex) 50 % de clients g à 36 Mbps 50 % de clients n 2x2 à 104 Mbps 50 % de clients a à 36 Mbps 50 % de clients n 2x2 à 216 Mbps 70 Mbps 136 Mbps 206 Mbps 9 Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises Aruba Networks

11 Remarque : les chiffres ci-dessus concernent un semi-duplex et incluent le surdébit de la couche PHY de la norme n. Lorsque ce trafic est acheminé depuis le point d'accès via une liaison Ethernet, le surdébit de la couche PHY Ethernet est nettement inférieur à celui de la norme n, et vous obtenez une connexion bidirectionnelle simultanée. En conclusion, le trafic d'un point d'accès bi-bande double radio n où se retrouvent d'anciens clients et de nouveaux clients de la norme n ne saturera certainement pas une connexion 10/100 Ethernet. Cellule d'un ensemble double radio avec 100 % de clients n - Volume de trafic maximal attendu Radio point d'accès (AP) Proportion du trafic client Volume total du trafic client AP 2,4 GHz, canal 20 MHz, fonctionnement en mode mixte Clients n 2x2 à 130 Mbps 130 Mbps AP 5 GHz, fonctionnement PCO (40/20 MHz) Trafic total (semi-duplex) Clients n 2x2 à 270 Mbps 270 Mbps 400 Mbps Le tableau ci-dessus démontre que plus le nombre de clients de la norme n s'approche des 100 %, plus il y a de risques que la connexion 10/100 Ethernet devienne un goulet d'étranglement pour le trafic. Le résultat pour une architecture WLAN est qu'il ne sera pas nécessaire de mettre à niveau le débit des points d'accès n vers le gigabit Ethernet (GE) tant que la majorité des clients ne sera pas passée à la norme n. Les prévisions du trafic LAN en fonction des règles de conception LAN Ethernet Imaginons une partie d'une entreprise, que ce soit le siège social ou un campus de plusieurs bâtiments : la plupart des immeubles renferment des bureaux ou des locaux cloisonnés, on trouve un certain nombre de centres de données et le réseau LAN aménagé à l'intérieur et à l extérieur des bâtiments utilise des liaisons haute capacité. La conception de base d'un réseau LAN dans ce type d'immeuble nécessite de placer des commutateurs de périphérie dans des armoires à tous les étages, des commutateurs de distribution dans tous les bâtiments et des commutateurs d'infrastructure qui font office de centres de données. La majeure partie du trafic sur le réseau est dirigée vers (ou depuis) les utilisateurs des commutateurs de périphérie vers les serveurs des centres de données, et enfin vers le pare-feu pour les connexions WAN et Internet, également situé dans les centres de données. Avec l'introduction de la technologie n, le flux de données mentionné plus haut reste inchangé. La conception de base d'un réseau WLAN centralisé relie les points d'accès aux commutateurs de périphérie et place les contrôleurs de mobilité (WLAN) dans les centres de données face au réseau fédérateur : tout le trafic arrivant au niveau des points d'accès par liaison radio est dirigé, via des tunnels sécurisés, vers le contrôleur de mobilité, puis vers le centre de données.intéressons-nous plus particulièrement à deux segments de la trajectoire de ce plan de données. Tout d'abord, la connexion du point d'accès au commutateur de périphérie LAN. Si les utilisateurs de connexions câblées ont jusqu'ici été satisfaits des connexions Ethernet 100 Mbps, un certain nombre d'entre eux partagent désormais un point d'accès. Le trafic pris en Aruba Networks Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises 10

12 charge par les connexions câblées du point d'accès représente donc la somme de tous les utilisateurs en question, peut-être 5 à 10 personnes en simultané. Par conséquent, il est important que la connexion au point d'accès n soit, dans la mesure du possible, une connexion GE, étant donné qu'une connexion 10/100 Base-T risque de se transformer en goulet d'étranglement. Suivons la trajectoire à partir du point d'accès. Le commutateur de périphérie LAN, les câbles à l'intérieur des bâtiments et la couche de distribution du LAN supportent quasiment le même volume de trafic qu'auparavant. La mise à niveau ne semble donc pas nécessaire. Lorsque l'on entre dans le centre de données, les commutateurs et les câbles ne devraient pas supporter d'augmentation de charge. Cependant, il est possible que le contrôleur de mobilité soit soumis à un trafic beaucoup plus lourd qu'auparavant, en fonction du nombre de nouveaux utilisateurs et d'applications sur le service Wi-Fi. Dans l'analyse ci-dessus, les flux de trafic suivent la trajectoire à partir des commutateurs de périphérie, passent par la couche de distribution et arrivent au réseau fédérateur. Dans ce cas, le fait de placer les contrôleurs de mobilité WLAN au niveau du réseau fédérateur ne modifie pas les trajectoires du trafic, c'est pourquoi les chargements sur les liaisons réseau ne devraient pas être affectés. Cependant, comme certains analystes l'ont suggéré, les serveurs de certains départements sont parfois situés dans le même bâtiment que les utilisateurs et le trafic peut être dense au sein du bâtiment, voire à un étage. Si un réseau WLAN centralisé est superposé sur ce réseau, avec le contrôleur de mobilité WLAN situé dans un centre de données distant, les flux de trafic vont être modifiés. Les flux de trafic au sein d'un bâtiment peuvent maintenant être reliés à un contrôleur de mobilité situé dans un centre de données, puis renvoyés au bâtiment d'origine des flux. Alors que les retards générés par ces «allers et retours» sont insignifiants, une forte augmentation de la charge sur les commutateurs et les liaisons réseau peut se produire. Le cas échéant, les architectures flexibles de déploiement WLAN en mode Master/Local permettent à un contrôleur de mobilité local d'être associé à un commutateur de périphérie ou de distribution LAN, établissant ainsi un pont permettant au trafic de parvenir directement à sa destination. Un modèle de déploiement flexible pour les campus Pendant plusieurs années, Aruba a pris en charge ce type de hiérarchie d'architectures centralisées et distribuées utilisant des contrôleurs de mobilité, et obtenu d'excellents résultats. Comme il existe toujours des exceptions en ce qui concerne le modèle d'architecture «standard», nous proposons l'analyse suivante : 11 Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises Aruba Networks

13 Access Access Core Distribution 10/100Mbps 1Gbps 1/10Gbps 1/10Gbps 1/10Gbps.. Le système de supervision, utilisé pour la configuration, la surveillance et la génération centralisée des alarmes, dépend du serveur d administration (gestionnaire réseau) qui relie le réseau LAN ou WAN à tous les contrôleurs de mobilité du réseau (plusieurs milliers de contrôleurs possibles dans l'architecture actuelle Aruba). Les flux de trafic à ce niveau sont relativement faibles, les actions de supervision en constituent l'aspect majeur. Ces actions de supervision finissenten réalité au niveau des contrôleurs de mobilité, comme pour l'architecture «point d'accès léger». Les points d'accès dépendants sont entièrement gérés par leurs contrôleurs parents (reportez-vous cependant aux exceptions ci-dessous). Le niveau de contrôle est configuré en tant que réseau sécurisé des connexions reliant les contrôleurs de mobilité. Il sert à coordonner les radiofréquences, les systèmes WIDS, les transferts entre les contrôleurs de mobilité et les points d'accès, et pour d'autres applications en temps réel. Cela permet notamment un transfert rapide entre les points d'accès hébergés par différents contrôleurs. Le niveau de contrôle est étendu des contrôleurs de mobilité aux points d'accès via des tunnels sécurisés définis lors de l'activation des points d'accès. Nous avons passé en revue ci-dessus le plan des données. Sur un campus disposant de liaisons LAN à large bande passante et de commutateurs de grande capacité, le modèle «standard» consiste à placer les contrôleurs de mobilité dans des centres de données. Cependant, si les modèles de trafic diffèrent de ces attentes, il est possible de placer les contrôleurs de mobilité dans des armoires périphériques ou avec des commutateurs de couche de distribution, permettant ainsi au trafic de «court-circuiter» la trajectoire allant au centre de données et retournant à la périphérie. L'architecture flexible de déploiement d'aruba s'adapte à toutes ces options. Aruba Networks Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises 12

14 Access Access Core Distribution 10/100Mbps.. 1Gbps 1/10Gbps 1/10Gbps 1/10Gbps Estimation de la charge des contrôleurs de mobilité C'est une véritable course sans fin qui a démarré, les fournisseurs d'infrastructures Wi-Fi proposant des contrôleurs WLAN toujours plus puissants. Mais très peu d'analyses valables ont réellement permis de démontrer le volume de trafic traité au niveau des réseaux d'entreprise. La section ci-dessus suggérait deux approches : lorsqu'un réseau Wi-Fi existant doit être mis à niveau, à partir des mêmes utilisateurs et des mêmes applications, on peut penser que le trafic va légèrement augmenter (peut être multiplié par deux, d'après la méthode empirique), mais on ne dispose pas de chiffres tangibles quant au débit, en Mbps, généré par utilisateur sur ce type de réseau. Pour un nouveau déploiement de la norme n, les utilisateurs câblés passant à une connexion sans fil, il faut considérer le réseau câblé existant comme niveau de référence et dans ce cas-là, il existe un précédent. Les installations câblées LAN utilisent en général un facteur de concentration 8x au niveau du commutateur de périphérie et 2x pour la couche de distribution. Autrement dit, pour chaque connexion 100 Mbps à un commutateur de périphérie, le côté distribution de ce commutateur a besoin de 12,8 Mbps. Un commutateur de périphérie avec chacun des 48 utilisateurs à 100 Mbps est normalement prévu pour 600 Mbps du côté montant. Pour la couche de distribution, la situation est plus fluide. Supposons, par exemple, que la somme de la bande passante montante soit de 12 Gbps, la connexion entre les commutateurs de distribution peut être de 6 Gbps, pour un facteur de 2. Si l'on suit la méthode empirique pour un réseau n, on calcule que le contrôleur de mobilité du réseau fédérateur a un trafic d'environ 300 Mbps pour 48 utilisateurs finaux, soit une moyenne de 6 Mbps pour chaque utilisateur dimensionné sur le réseau. Étant donné qu'à certains moments, de nombreux utilisateurs ne sont pas connectés ou sont inactifs, le volume de bande passante disponible pour les utilisateurs actifs est plus important. Par conséquent, et c'est l'objectif recherché, le réseau 13 Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises Aruba Networks

15 n'est pas congestionné et ne limite pas les performances des applications utilisateurs. En partant de ce principe, un contrôleur de mobilité disposant d'une capacité de 6 Gbps peut servir jusqu à utilisateurs. Observations sur le trafic WAN et le modèle flexible de déploiement La section ci-dessus examine les besoins d'un campus disposant d'une large bande passante et de liaisons courte distance. De nombreuses entreprises disposent d'un tel campus, mais doivent souvent relier des sites via un réseau étendu ou Internet, où la bande passante, les délais de transmission et la fiabilité peuvent poser problème. L'architecture flexible de déploiement propose également des solutions permettant de relever ces défis. WAN Links 10/100Mbps 1Gbps 1/100Mbps 1Gbps 10/100Mbps Pour les installations dont les contraintes exigent un contrôleur de mobilité sur site, le modèle adapté est celui décrit ci-dessus. Chaque site est dimensionné avec des points d'accès et un contrôleur de mobilité local (ou un réseau de contrôleurs), à l'extrémité du plan de contrôle. La supervision est toujours centralisée à partir du système de gestion de la mobilité. Les modèles utilisés pour le trajet des données sont les mêmes que pour un réseau câblé. Sites connectés à Internet et modèle de déploiement flexible Les petits sites, qui possèdent quelques points d'accès, voire un seul, constituent un cas particulier, mais n'en restent pas moins importants. Pour ces sites, qui regroupent généralement les utilisateurs dans des succursales ou des télétravailleurs desservis par un point d'accès unique, Aruba a mis en place une solution connue sous le nom de «point d'accès distant» utilisant une architecture de réacheminement à tunnels séparés. Un point d'accès distant sur l'installation configure un tunnel L3 sécurisé sur Internet qui va jusqu'au contrôleur parent et opère comme un «point d'accès léger» standard. Cependant, de nombreuses succursales possèdent des imprimantes et des serveurs locaux, et la majeure partie du trafic est destinée à Internet et non aux serveurs de l'entreprise : la bande passante WAN étant limitée, il est logique de ne pas diriger tout le Aruba Networks Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises 14

16 trafic vers le contrôleur de mobilité distant, mais plutôt de le transférer vers un réseau local ou directement au fournisseur de services Internet. Pour cette application, Aruba a développé une solution de «tunnel séparé», qui divise directement ce genre de trafic à partir du point d'accès, soit pour une connexion locale, soit pour une liaison directe à Internet, alors que le trafic de l'entreprise est dirigé via le tunnel sécurisé jusqu'au site central, de façon habituelle. Cette fonctionnalité de point d'accès distant permet de mettre en place des configurations semblables à celles récemment présentées par les différents fournisseurs d'infrastructures WLAN : le trafic de plan de données Corporate traffic Internet traffic Local traffic provenant du point d'accès peut être dirigé directement vers la connexion LAN sans être relié au contrôleur de mobilité. Chez Aruba, nous pensons qu'une telle topologie est utile pour les succursales éloignées, comme décrit ci-dessus, mais n'offre aucun avantage pour une installation LAN dans un bureau plus grand. En effet, 15 Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises Aruba Networks

17 ceci peut être considéré comme un retour à l'architecture en «point d'accès lourd», architecture pour laquelle, par exemple, des réseaux locaux virtuels (VLAN) doivent être configurés sur des commutateurs derrière chaque point d'accès et non pas uniquement à l'emplacement du contrôleur de mobilité. L'utilité première de la solution Aruba est sa flexibilité : le plan de données peut être divisé dans le sens montant du point d'accès ou derrière n'importe quel contrôleur de mobilité du réseau, comme l'imposent les modèles de trafic. Pourtant, le moteur sous-jacent de gestion du réseau et de mise en place des stratégies de sécurité ne change jamais, quel que soit le modèle de réacheminement sélectionné. Les stratégies d'implémentation et de migration Bien que la norme n pour les entreprises en soit à ses débuts, les expériences récentes permettent à Aruba d'émettre des recommandations plus détaillées quant aux stratégies de mise à niveau. Certaines observations ci-dessous sont d'ordre général et peuvent s'appliquer à n'importe quel fournisseur d'infrastructure Wi-Fi. D'autres sont propres aux fonctions et caractéristiques d'aruba. Les clients Wi-Fi Commençons par les clients, car la mise à niveau d'une infrastructure sans clients n n'apportera que de légères améliorations aux performances et à la fiabilité. Le client Wi-Fi le plus commun est l'ordinateur portable. Aujourd'hui, la plupart des ordinateurs sont dotés de cartes Wi-Fi intégrales et les principaux constructeurs de PC ont déjà ajouté la norme n à de nombreux PC destinés au grand public ou à des utilisateurs professionnels. Lorsqu'elles font l'acquisition de nouveaux PC, les entreprises doivent s'assurer qu'ils disposent bien du Wi-Fi pour la version Draft-n, et qu'ils comportent au moins deux antennes et prennent en charge au moins deux flux spatiaux. La plupart des sociétés ont mis en œuvre des programmes de renouvellement du parc. Dans 2 à 3 ans, la majorité des PC seront compatibles n. Cependant, n'oubliez pas que même un faible nombre de clients antérieurs à la norme n altère les performances du réseau, obligé de fonctionner en mode «classique» tant que des clients a/b/g sont toujours actifs. Une alternative consiste à acheter des cartes réseau n pour les PC existants. Leurs performances sont satisfaisantes, elles contournent le «mode classique», mais risquent de manquer de certaines fonctionnalités n intégrées, étant donné qu'il est plus difficile de monter plusieurs antennes sur une petite carte. Les performances MIMO risquent donc de ne pas être optimales. De nombreuses entreprises prennent en charge différents clients Wi-Fi sur leur réseau. Dans les entreprises de fabrication et de détail, les lecteurs de codes à barres Wi-Fi sont couramment utilisés, et l'utilisation de la voix sur Wi-Fi avec des téléphones Wi-Fi monomode et des téléphones cellulaires/wi-fi bimode est répandue. Il est peu probable que les concepteurs de ces produits adoptent rapidement la norme n. Ils vont devoir résoudre les mêmes problèmes que les fournisseurs de points d'accès en ce qui concerne la taille, la consommation d'énergie et les coûts, mais contrairement aux fournisseurs d'infrastructures, ils ont peu de chances d'obtenir une augmentation des prix pour cette fonctionnalité. En effet, les fournisseurs de téléphones Wi-Fi sont passés de la norme b à la norme g il y a environ un an seulement, or les périphériques intégrés compatibles a disponibles sur le marché sont toujours très peu nombreux. Nous devons donc en conclure que, dans leur grande majorité, les entreprises auront à prendre en charge des clients a/b/g pendant de nombreuses années. Ce problème n'est pas insurmontable, étant donné que la Aruba Networks Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises 16

18 norme n possède plusieurs caractéristiques permettant la rétrocompatibilité avec les anciennes normes. Toutefois, il est évident que les performances ne seront pas optimales et qu'il n'est pas possible d'augmenter la distance entre les points d'accès, puisqu'un point d'accès n offre une meilleure portée (d'après la version Draft2.0 et sans formation de faisceaux) uniquement lorsqu'il est associé à un client n. Cela simplifie considérablement les programmes de planification et de migration. En effet, on peut supposer que les règles de planification RF et les emplacements de points d'accès utilisés seront les mêmes que pour les réseaux a/b/g. La migration des normes a/b/g à la norme n Les entreprises disposant de services Wi-Fi existants peuvent choisir parmi différentes stratégies de migration lorsqu'elles adoptent la norme n : Remplacement à l'échelle du réseau. Si l'objectif consiste à fournir une couverture n partout, en une seule mise à niveau, il est possible de remplacer les points d'accès existants par la norme n de manière individuelle. En supposant que le réseau précédent ait offert une couverture b/g et a, il convient d'utiliser des points d'accès n double radio. L'installation de nouveaux câbles ne devrait pas être nécessaire : Ethernet va desservir tous les emplacements de points d'accès, et si une alimentation PoE 802.3af est utilisée, les points d'accès d'aruba pourront en tirer profit. Si possible, l'extrémité du réseau local doit être mise à niveau vers GE pour s'adapter aux débits supérieurs disponibles avec la norme n. Les points d'accès seront certainement installés en mode «mixte», en raison des clients des autres normes présents. Remplacement de point. Il s'agit d'une variation du schéma précédent, où seulement certains points d'accès sont mis à niveau pour des raisons de modèles de trafic local ou de budget. Les mêmes critères sont valables : retrait de l'ancien point d'accès, utilisation des mêmes câbles et alimentations PoE et, en cas de remplacement d'un point d'accès Aruba AP 65, utilisation du même support de montage. Le nouveau point d'accès fonctionnera en mode «mixte» et les nouveaux clients passeront en mode n lors de l'association. Superposition n. En supposant qu'ils proviennent d'aruba, les anciens points d'accès peuvent être gérés en tant que partie d'un réseau mixte. Il est donc possible de les laisser en place et de déployer de nouveaux points d'accès n, soit sur tous les emplacements du réseau, soit seulement sur les parties dont les performances doivent être améliorées. Il est probable qu'il faille installer des câbles jusqu'aux nouveaux points d'accès et de nouveaux ports de commutateurs LAN. Le scénario le plus probable consisterait à utiliser les points d'accès n (qui peuvent être à radio unique) dans la bande 5 GHz et en mode «greenfield», pour qu'ils n'acceptent que les connexions à partir des clients n (les anciens clients étant desservis par les points d'accès existants). 17 Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises Aruba Networks

19 D'autres critères doivent être pris en compte lorsque vous planifiez une migration n : Stratégie dans le spectre 5 GHz. Étant donné que la bande 5 GHz supporte environ 20 canaux de 40 MHz chacun, Aruba recommande d'utiliser des canaux 40 MHz pour la norme n. Cela garantit un bon fonctionnement lorsqu'ils sont associés à d'anciens points d'accès a, car de nombreux canaux sont disponibles. Les gestionnaires réseau doivent s'assurer que les outils de planification RF prennent en charge les canaux 40 et 20 MHz. Stratégie dans le spectre 2,4 GHz. L'utilité de la norme dans la bande 2,4 GHz fait l'objet de vives discussions, étant donné qu'il n'y a que 3 canaux qui ne se superposent pas et que les canaux couramment utilisés ne sont pas contigus, ce qui les rend incompatibles avec le mécanisme en mode «mixte» Aruba Networks Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises 18

20 20/40 MHz de la norme n. Aruba recommande d'utiliser la norme n à 2,4 GHz, mais avec des canaux 20 MHz parce que cette disposition offre tous les avantages de la norme n, notamment les performances MIMO, des débits supérieurs et les différentes améliorations MAC, tout en permettant aux nouveaux points d'accès de fonctionner dans le plan de radiofréquences existant à 3 ou 4 canaux. Le fonctionnement en mode «mixte» restera de rigueur en présence d'anciens clients. Mises à niveau Gigabit Ethernet. Comme mentionné ci-dessus, une mise à niveau vers la norme n fait de la connexion des commutateurs de périphérie LAN un goulet d'étranglement potentiel dans le plan de données. Si l'objectif est d'atteindre des performances optimales, par exemple en raison d'un besoin de diffusion en continu sur Internet, et notamment s'il est probable qu'il y ait un nombre élevé d'utilisateurs sur une même cellule et des points d'accès double radio soient utilisés, il est important de développer un plan pour cette mise à niveau. Modèles de trafic et capacité LAN. S'il faut prendre en compte la conception d'un réseau câblé, la discussion ci-dessus montre qu'il est peu probable que des mises à niveau soient requises. Cependant, une analyse des modèles de trafic permet d'identifier les meilleurs emplacements pour les contrôleurs de mobilité et de fournir des indications quant à la capacité de trafic requise. Les contrôleurs de mobilité d'aruba sont évalués à l'aide de limites indépendantes concernant le nombre de points d'accès dépendants, le nombre d'utilisateurs associés et le débit du trafic dans le pare-feu et en mode crypté : de simples calculs suffisent pour tester les conceptions en fonction de ces limites. Faculté de récupération. Elle s'accomplit grâce à la redondance à différents niveaux. Chaque point d'accès peut être relié au moyen de câbles Ethernet doubles, mais la plupart des réseaux font appel à des algorithmes de gestion RF automatiques (celui d'aruba s'intitule Adaptive Radio Management ou ARM gestion évolutive de l'environnement réseau) pour étendre la couverture des cellules voisines en cas de défaillance d'un point d'accès. Les contrôleurs de mobilité peuvent être configurés pour la redondance grâce à des modules situés dans un châssis ou en utilisant le protocole VRRP entre les contrôleurs. La norme n ne présente aucune nouvelle dimension en matière de faculté de récupération du réseau. Le tableau suivant est un guide des divers éléments qui peuvent être mis à niveau dans le cadre d'un projet visant à ajouter la norme n à une installation Aruba existante. Opération Phase Événement déclencheur Installation de points d'accès 11n Démarrage Autant que nécessaire pour la couverture n : remplacement de points d'accès existants ou association Mise à niveau des logiciels de contrôle de mobilité Démarrage Installation d'un logiciel compatible n sur le contrôleur de mobilité existant Mise à niveau des alimentations PoE pour les points d'accès Remplacement des câbles des points d'accès (GE) Mise à niveau du commutateur de périphérie (GE) Nouveaux/plus grands contrôleurs de mobilité Report Report Report Uniquemen t si le trafic l'exige Les points d'accès n d'aruba fonctionnent sur la PoE 802.3af : une alimentation locale peut être nécessaire en cas de PoE insuffisante. Éviter la mise à niveau sauf si les câbles existants sont longs et de faible qualité Éviter la mise à niveau tant que le trafic n'augmente pas et que la liaison des points d'accès ne constitue pas de goulet d'étranglement : même dans ces cas-là, corrigez le problème en déployant davantage de points d'accès pour les petites cellules Surveiller le trafic réel lorsque les modèles de trafic changent : inutile tant que l'utilisation sans fil n'augmente pas beaucoup. 19 Un espace de travail entièrement sans fil désormais accessible aux entreprises Aruba Networks

Migration vers un data center 40 Gbps grâce à la technologie Cisco QSFP BiDi

Migration vers un data center 40 Gbps grâce à la technologie Cisco QSFP BiDi Livre blanc Migration vers un data center 40 Gbps grâce à la technologie Cisco QSFP BiDi Présentation En conséquence de la consolidation des data centers, de la virtualisation des serveurs et des nouvelles

Plus en détail

Positionnement produit

Positionnement produit DAP-2590 Point d'accès bi-bande N PoE AirPremier Cas de figure d'utilisation Garantie 5 ans Déploiements de LAN Wireless N au sein des PME et grandes entreprises. Accroche marketing Le point d'accès DAP-2590

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE

ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE CH : 3 EVOLUTION DES SYSTEMES DE VIDEOSURVEILLANCE 3.1 Systèmes de vidéosurveillance classique CCTV : 3.2 Systèmes de vidéosurveillance analogique avec magnétoscopes traditionnels

Plus en détail

uzon Fiche d identité Produit Point d accès sans fil d intérieur avec prise en charge PoE

uzon Fiche d identité Produit Point d accès sans fil d intérieur avec prise en charge PoE uzon Fiche d identité Produit Référence DWL-3260AP Désignation Point d accès sans fil d intérieur avec prise charge PoE en Clientèle cible Petites entreprises, entrepôts, distributeurs Écoles et autres

Plus en détail

Optimisation WAN de classe Centre de Données

Optimisation WAN de classe Centre de Données Optimisation WAN de classe Centre de Données Que signifie «classe centre de données»? Un nouveau niveau de performance et d'évolutivité WAN Dans le milieu de l'optimisation WAN, les produits de classe

Plus en détail

Question 1 : quelles sont les dispositions à même de compléter le schéma règlementaire pour le développement des services Wi-Fi outdoor.

Question 1 : quelles sont les dispositions à même de compléter le schéma règlementaire pour le développement des services Wi-Fi outdoor. Question 1 : quelles sont les dispositions à même de compléter le schéma règlementaire pour le développement des services Wi-Fi outdoor. Nous citerons ces quelques points : Limitation de puissance réglementaire.

Plus en détail

Synthèse sur la validation de la valeur économique

Synthèse sur la validation de la valeur économique Enterprise Strategy Group Une réalité bien ancrée. Synthèse sur la validation de la valeur économique Architecture sans fil et sans contrôleur Aerohive P a r B o b L a l i b e r t e, a n a l y s t e s

Plus en détail

Fiche d identité produit

Fiche d identité produit Fiche d identité produit Référence : DWL-3200AP Désignation Point d accès sans fil administrable avec technologie PoE Clientèle cible Petites entreprises, entrepôts, distributeurs Écoles et autres bâtiments

Plus en détail

Réseaux locaux virtuels : VLAN

Réseaux locaux virtuels : VLAN Réseaux locaux virtuels : VLAN I. Historique Les premiers réseaux Ethernet (on se situe donc en couche 2) étaient conçus à base de câbles coaxiaux raccordés entre eux et connectés aux ordinateurs, si bien

Plus en détail

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE PROFITEZ DU RÉSEAU. maintenant. Glossaire Glossaire de la technologie mobile 3G Accès distant Adaptateur Client sans fil ADSL AVVID Carte réseau Convergence GPRS Haut

Plus en détail

La Solution Crypto et les accès distants

La Solution Crypto et les accès distants La Solution Crypto et les accès distants Introduction L'objectif de ce document est de présenter les possibilités d'accès distants à La Solution Crypto. Cette étude s'appuie sur l'exemple d'un groupement

Plus en détail

CERAGON. Enterprise. Solutions de Réseaux Sans Fil en Large Bande. i t é 4 5-6 2 2 M b p s. a c. a p. e c. h a u t. s T r è 7. 5-3 8.

CERAGON. Enterprise. Solutions de Réseaux Sans Fil en Large Bande. i t é 4 5-6 2 2 M b p s. a c. a p. e c. h a u t. s T r è 7. 5-3 8. Enterprise s T r è h a u t e c a p a c i t é 4 5-6 2 2 M b p s F i b e A i r 7. 5-3 8 G H V P N z I P c e e n A T M e r g C o n v F a t a n e t r I n t r n e E t h e s t Solutions de Réseaux Sans Fil en

Plus en détail

ROGERS VOUS OFFRE LA VITESSE, LA PUISSANCE ET LA FIABILITÉ DE LA FIBRE OPTIQUE.

ROGERS VOUS OFFRE LA VITESSE, LA PUISSANCE ET LA FIABILITÉ DE LA FIBRE OPTIQUE. ROGERS VOUS OFFRE LA VITESSE, LA PUISSANCE ET LA FIABILITÉ DE LA FIBRE OPTIQUE. SOLUTIONS D AFFAIRES ROGERS En optant pour Solutions d affaires Rogers, vous profitez d une collaboration continue avec notre

Plus en détail

WiFi 5 ème génération du WiFi-n à IEEE802.11ac

WiFi 5 ème génération du WiFi-n à IEEE802.11ac A. NAJID Professeur réseaux sans fil et hyperfréquence lnpt Rabat email : najid@inpt.ac.ma WiFi 5 ème génération du WiFi-n à IEEE802.11ac RFTE 2013 Oujda 1 Sommaire Introduction 802.11n Améliorations PHY

Plus en détail

Au-delà de la stratégie BYOD : une expérience optimale adaptée à tout environnement de travail

Au-delà de la stratégie BYOD : une expérience optimale adaptée à tout environnement de travail Présentation de la solution Au-delà de la stratégie BYOD : une expérience optimale adaptée à tout environnement de travail Optimisation de l'expérience offerte à divers utilisateurs avec plusieurs périphériques,

Plus en détail

1.1.3 Qu est-ce qu un réseau convergent?

1.1.3 Qu est-ce qu un réseau convergent? Chapitre 1 Quelle couche du modèle de conception de réseau hiérarchique est le backbone à haut débit de l interréseau, où haute disponibilité et redondance sont vitales? Couche d accès Couche cœur de réseau

Plus en détail

Optimisez vos réseaux locaux

Optimisez vos réseaux locaux Optimisez vos réseaux locaux La compréhension de vos besoins Les réseaux locaux constituent l'environnement invisible du monde interactif d'aujourd'hui. Ils sont omniprésents dans les entreprises, les

Plus en détail

Présentation du déploiement des serveurs

Présentation du déploiement des serveurs Présentation du déploiement des serveurs OpenText Exceed ondemand Solutions de gestion de l accès aux applications pour l entreprise OpenText Connectivity Solutions Group Février 2011 Sommaire Aucun environnement

Plus en détail

Concept des VLAN Introduction au VLAN virtuel

Concept des VLAN Introduction au VLAN virtuel Les VLAN Sommaire 1.Concept des VLAN 1.1.Introduction au VLAN virtuel 1.2.Domaines de broadcast avec VLAN et routeurs 1.3.Fonctionnement d un VLAN 1.4.Avantages des LAN virtuels (VLAN) 1.5.Types de VLAN

Plus en détail

Fiche d identité produit

Fiche d identité produit Fiche d identité produit Référence : DWL-8500AP Désignation Point d'accès de commutation sans fil bibande pour entreprises avec technologie PoE Clientèle cible Entreprises Structures avec des déploiements

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire 1. INTRODUCTION Avant de nous intéresser aux technologies des réseaux actuelles, il est important de retracer en quelques points l évolution de l outil informatique afin de nous permettre d appréhender

Plus en détail

Ebauche Rapport finale

Ebauche Rapport finale Ebauche Rapport finale Sommaire : 1 - Introduction au C.D.N. 2 - Définition de la problématique 3 - Etat de l'art : Présentatio de 3 Topologies streaming p2p 1) INTRODUCTION au C.D.N. La croissance rapide

Plus en détail

Power over Ethernet Plus. James Withey Ingénieur R&D senior chez Nexans

Power over Ethernet Plus. James Withey Ingénieur R&D senior chez Nexans Power over Ethernet Plus James Withey Ingénieur R&D senior chez Nexans Livre blanc Nexans Cabling Solutions Mai 2011 Power over Ethernet Plus La promesse de PoE+ pour la gestion des réseaux d entreprise

Plus en détail

TP 2 : ANALYSE DE TRAMES VOIP

TP 2 : ANALYSE DE TRAMES VOIP TP 2 : ANALYSE DE TRAMES VOIP I REPRÉSENTER SON RÉSEAU Remettez en état votre petit réseau VOIP et réalisez-en le schéma (avec Vision 2010 éventuellement) II PEAUFINER LE PARAMÉTRAGE Pour activer la messagerie

Plus en détail

Réseau sans fil trois fois plus rapide et cinq fois plus flexible.

Réseau sans fil trois fois plus rapide et cinq fois plus flexible. Point d'accès/cpe d'extérieur «High Power» sans fil 150N SSID multiples, isolation client sans fil, pont, répéteur, WDS, PoE passif, antenne 10 dbi intégrée, IP65 Part No.: 525794 Réseau sans fil trois

Plus en détail

Fiche d identité produit

Fiche d identité produit Fiche d identité produit Référence DCS-3420 Désignation Caméra Internet sans fil à vision diurne et nocturne Clientèle cible Entreprises Secteur public Secteur de la surveillance Accroche marketing En

Plus en détail

CONTRÔLEURS INTELLIGENTS. multinode M2150

CONTRÔLEURS INTELLIGENTS. multinode M2150 CONTRÔLEURS INTELLIGENTS multinode M2150 SYmmETRY CONTRÔLEURS INTELLIGENTS multinode M2150 La gamme de contrôleurs multinode M2150 fournit une intelligence distribuée à votre système de contrôle d accès

Plus en détail

L'évolution de VISUAL MESSAGE CENTER Architecture et intégration

L'évolution de VISUAL MESSAGE CENTER Architecture et intégration L'évolution de VISUAL MESSAGE CENTER Architecture et intégration Sommaire Résumé exécutif Base technologique : VISUAL Message Center 2 3 VISUAL Message Center Core Engine VISUAL Message Center Extended

Plus en détail

Pourquoi le projet VoIp à la SIC

Pourquoi le projet VoIp à la SIC SIC/DFSI/SSI VoIP à la SIC (Club des DSI) Pourquoi le projet VoIp à la SIC Suite à des restructurations internes de la société, le Service des Systèmes d'informations (SSI) reprend la gestion de la téléphonie

Plus en détail

DEVREZ VOUS RÉAPPRENDRE À TRAVAILLER AVEC VOTRE SUITE PRIMMO?

DEVREZ VOUS RÉAPPRENDRE À TRAVAILLER AVEC VOTRE SUITE PRIMMO? POURQUOI UNE VERSION SQL? Pour certains d entre vous, cette version est attendue depuis longtemps. Pour d autres, la version actuelle répond très bien à vos besoins. Alors pourquoi une version SQL? La

Plus en détail

Fiche d identité produit

Fiche d identité produit Fiche d identité produit Référence DES-1008P Désignation Switch de bureau à 8 ports dont 4 ports PoE Clientèle cible Petits bureaux Particuliers Accroche marketing Grâce à la technologie PoE (Power over

Plus en détail

BEP Systèmes Electroniques Industriels et Domestiques

BEP Systèmes Electroniques Industriels et Domestiques Fiche de procédure : Créer un réseau domestique sous Windows XP I) Préambule Cette fiche méthode a été créée avec l'objectif de donner aux débutants la possibilité de créer un réseau domestique sous Windows

Plus en détail

7.1.2 Normes des réseaux locaux sans fil

7.1.2 Normes des réseaux locaux sans fil Chapitre 7 7.1.2 Normes des réseaux locaux sans fil Quelles sont les deux conditions qui poussent à préférer la norme 802.11g à la norme 802.11a? (Choisissez deux réponses.) La portée de la norme 802.11a

Plus en détail

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Face à des budgets de plus en plus serrés, des inquiétudes sur l empreinte écologique, ainsi que des coûts de plus en plus élevés

Plus en détail

Optimisez le potentiel sans fil de votre ordinateur portable ou de votre PC de bureau

Optimisez le potentiel sans fil de votre ordinateur portable ou de votre PC de bureau Adaptateur bi-bande sans fil AC1200 Range+ Adaptateur N sans fil 300 Mbits/s (2,4 GHz) + Débit CA sans fil 867 Mbits/s (5 GHz), USB 3.0 Part No.: 525572 Optimisez le potentiel sans fil de votre ordinateur

Plus en détail

Réalisez des économies grâce aux solutions d'alimentation chaudière directe

Réalisez des économies grâce aux solutions d'alimentation chaudière directe Réalisez des économies grâce aux solutions d'alimentation chaudière directe Alimentation chaudière Grundfos : 0 vanne de régulation Les installations d'alimentation chaudière traditionnelles sont équipées

Plus en détail

Répéteur Wi-Fi GUIDE D'INSTALLATION

Répéteur Wi-Fi GUIDE D'INSTALLATION Répéteur Wi-Fi GUIDE D'INSTALLATION TABLE DES MATIÈRES REMARQUE IMPORTANTE... 3 CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES... 6 DÉPLOIEMENT... 6 CREATION D'UN RESEAU D'INFRASTRUCTURE SANS FIL... 6 REPETEUR :... 7 POINT

Plus en détail

Quelle est l incidence probable du passage d une architecture d entreprise conventionnelle à un réseau totalement convergé?

Quelle est l incidence probable du passage d une architecture d entreprise conventionnelle à un réseau totalement convergé? Quelle couche du modèle de conception de réseau hiérarchique est le backbone à haut débit de l interréseau, où haute disponibilité et redondance sont vitales? Groupe de travail étendu Quelle couche du

Plus en détail

Vers une gestion centralisée du Wifi. Ex: évolution du Wireless chez Cisco

Vers une gestion centralisée du Wifi. Ex: évolution du Wireless chez Cisco Vers une gestion centralisée du Wifi Ex: évolution du Wireless chez Cisco Evolution de l administration AP indépendants lourds à gérer quand le nombre augmente: Serveur web embarqué ou CLI SNMP, Scripts?...

Plus en détail

Utilisation du système Cisco UC320W avec Windows Small Business Server

Utilisation du système Cisco UC320W avec Windows Small Business Server Utilisation du système Cisco UC320W avec Windows Small Business Server Cette note d'application explique comment déployer le système Cisco UC320W dans un environnement Windows Small Business Server. Table

Plus en détail

Utilisation du système Cisco UC 320W avec Windows Small Business Server

Utilisation du système Cisco UC 320W avec Windows Small Business Server Utilisation du système Cisco UC 320W avec Windows Small Business Server Cette note d'application explique comment déployer le système Cisco UC 320W dans un environnement Windows Small Business Server.

Plus en détail

VLAN Virtual LAN. Introduction. II) Le VLAN. 2.1) Les VLAN de niveau 1 (Port-based VLAN)

VLAN Virtual LAN. Introduction. II) Le VLAN. 2.1) Les VLAN de niveau 1 (Port-based VLAN) VLAN Virtual LAN. I) Introduction. Ce document présente ce qu est un VLAN, les différents types de VLAN ainsi que les différentes utilisations possibles. II) Le VLAN. Un VLAN est un réseau logique et non

Plus en détail

Liste de vérification des exigences Flexfone

Liste de vérification des exigences Flexfone Liste de vérification des exigences Flexfone Introduction Avant de déployer un service de voix par le protocole de l Internet (VoIP) ou un PBX hébergé dans votre entreprise, vous devriez prendre certaines

Plus en détail

: La nouvelle référence en matière de connectivité haut débit sans fil

: La nouvelle référence en matière de connectivité haut débit sans fil : La nouvelle référence en matière de connectivité haut débit sans fil Les solutions epmp de Cambium Networks pour la connectivité haut débit sans fil sont les seules à procurer une fiabilité éprouvée

Plus en détail

Technologie sans fil (certains modèles)

Technologie sans fil (certains modèles) Technologie sans fil (certains modèles) Manuel de l'utilisateur 2006 Hewlett-Packard Development Company, L.P. Microsoft et Windows sont des marques déposées de Microsoft Corporation aux États-Unis. Bluetooth

Plus en détail

quelles sont les implications pour le professionnel nomade?

quelles sont les implications pour le professionnel nomade? article Accédez au réseau WWAN haut débit Accédez au réseau WWAN haut débit : quelles sont les implications pour le professionnel nomade? La connectivité sans fil à haut débit est de plus en plus vitale

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

NOUS VOUS OUVRONS LES PORTES DU NET MONDIAL. SÉCURITÉ ET RAPIDITÉ - ADSL À GIGABIT ETHERNET.

NOUS VOUS OUVRONS LES PORTES DU NET MONDIAL. SÉCURITÉ ET RAPIDITÉ - ADSL À GIGABIT ETHERNET. SERVICES INTERNET EASY ONLINE NOUS VOUS OUVRONS LES PORTES DU NET MONDIAL. SÉCURITÉ ET RAPIDITÉ - ADSL À GIGABIT ETHERNET. Utiliser à son avantage les nouveaux médias pour optimiser ainsi la communication

Plus en détail

La norme Wi-Fi N, kézako?

La norme Wi-Fi N, kézako? La norme Wi-Fi N, kézako? par Pierre SALAVERA Service Technique ACTN «Nous allons aujourd hui parler d une norme très récente en matière de Wi-Fi : la norme N. Je vais aujourd hui vous détailler le fonctionnement

Plus en détail

Une collaboration complète pour les PME

Une collaboration complète pour les PME Une collaboration complète pour les PME Êtes-vous bien connecté? C est le défi dans le monde actuel, mobile et digital des affaires où les entreprises cherchent à harmoniser les communications entre employés,

Plus en détail

Le Ro le Hyper V Premie re Partie Configuration et Prise en main du gestionnaire Hyper-V

Le Ro le Hyper V Premie re Partie Configuration et Prise en main du gestionnaire Hyper-V Le Ro le Hyper V Premie re Partie Configuration et Prise en main du gestionnaire Hyper-V Microsoft France Division DPE Table des matières Présentation... 2 Objectifs... 2 Pré requis... 2 Quelles sont les

Plus en détail

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h Conf 1 : WIFI, les bases 1) Principes de fonctionnement (antennes, fréquences, emetteurs/recepteurs, point d'accés) a) Les grandes classes de fréquences HF, 300 Khz

Plus en détail

Rapport d étude de couverture

Rapport d étude de couverture Rapport d étude de couverture Conseil Général de la Somme Conseil Général de la Somme 43 rue de la République 80026 Amiens 24/07/2007 Page 1 sur 64 Sommaire : 1. CONDITIONS D ETUDES :... 3 1.1. Les objectifs

Plus en détail

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique Fiche Technique Cisco Secure Access Control Server Solution Engine Cisco Secure Access Control Server (ACS) est une solution réseau d identification complète qui offre à l utilisateur une expérience sécurisée

Plus en détail

Positionnement produit

Positionnement produit DAP-2553 Point d'accès bibande N PoE AirPremier Cas de figure d'utilisation Garantie 2 ans Déploiements de LAN Wireless N au sein des PME Accroche marketing Le point d'accès DAP-2553 offre les performances

Plus en détail

Les Virtual LAN. F. Nolot. Master 1 STIC-Informatique 1

Les Virtual LAN. F. Nolot. Master 1 STIC-Informatique 1 Les Virtual LAN Master 1 STIC-Informatique 1 Les Virtual LAN Introduction Master 1 STIC-Informatique 2 Les Réseaux Locaux Virtuels (VLAN) Avantages des LAN Communication rapide, broadcasts Problèmes des

Plus en détail

Les réseaux de campus. F. Nolot 2008 1

Les réseaux de campus. F. Nolot 2008 1 Les réseaux de campus F. Nolot 2008 1 Les réseaux de campus Les architectures F. Nolot 2008 2 Les types d'architectures L'architecture physique d'un réseau de campus doit maintenant répondre à certains

Plus en détail

DOSSIER SPÉCIAL Le défi du routage réseau dans le Cloud mis K-O

DOSSIER SPÉCIAL Le défi du routage réseau dans le Cloud mis K-O Le défi du routage réseau dans le Cloud mis K-O EST UN protocole d encapsulation supporté par les cœurs de réseau Alcatel-Lucent qui permet aux serveurs de se voir au niveau 2, même lorsqu ils sont en

Plus en détail

CLOUD CP3S SOLUTION D INFRASTRUCTURE SOUMIS À LA LÉGISLATION FRANÇAISE. La virtualisation au service de l entreprise. Évolutivité. Puissance.

CLOUD CP3S SOLUTION D INFRASTRUCTURE SOUMIS À LA LÉGISLATION FRANÇAISE. La virtualisation au service de l entreprise. Évolutivité. Puissance. CLOUD CP3S La virtualisation au service de l entreprise Virtualisation / Cloud Évolutivité Sécurité Redondance Puissance SOLUTION D INFRASTRUCTURE SOUMIS À LA LÉGISLATION FRANÇAISE SOLUTION D INFRASTRUCTURE

Plus en détail

Communications sur un réseau : Notions de base et vocabulaire

Communications sur un réseau : Notions de base et vocabulaire 2 1 Les éléments de communication 1.1 Les éléments principaux d une communication Une communication démarre avec un message (ou des informations) qui doit être envoyé d un individu ou d un périphérique

Plus en détail

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com L essentiel Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base web aucotec.com Les défis La globalisation des structures d ingénierie avec le travail en réseau sur des sites dispersés

Plus en détail

I. Plusieurs types de VLAN

I. Plusieurs types de VLAN Type de la séance : Courrss Série : Commutation Les réseaux locaux virtuels VLAN Virtual LAN NOM : NOTE : Le :. Classe : Durée :.. Les réseaux virtuels (VLAN : Virtual Local Area Network) permettent de

Plus en détail

Solutions de surveillance OMICRON

Solutions de surveillance OMICRON Solutions de surveillance OMICRON Surveillance des décharges partielles sur les équipements haute tension M/G Allongement de la durée de vie des équipements haute tension Pourquoi assurer une surveillance?

Plus en détail

Réseau sans fil trois fois plus rapide et cinq fois plus flexible.

Réseau sans fil trois fois plus rapide et cinq fois plus flexible. Point d'accès/équipement pour ligne longue d'extérieur sans fil 150N SSID multiples, isolation client sans fil, pont, répéteur, WDS, PoE passif, antenne 12 dbi intégrée Part No.: 525497 Réseau sans fil

Plus en détail

Le Cercle Vertueux du Cloud Public

Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cloud public rencontre un intérêt croissant auprès de tous les directeurs IT voulant planifier les stratégies informatiques de leur

Plus en détail

Configurations pour ordinateur PC & optimisations du système d exploitation Windows (Mise à jour : Novembre 2012)

Configurations pour ordinateur PC & optimisations du système d exploitation Windows (Mise à jour : Novembre 2012) Configurations pour ordinateur PC & optimisations du système d exploitation Windows (Mise à jour : Novembre 2012) Un processeur rapide et une bonne quantité de mémoire, bien qu important, ne peuvent garantir

Plus en détail

Des performances bi-coeur puissantes pour les entreprises d aujourd hui et de demain

Des performances bi-coeur puissantes pour les entreprises d aujourd hui et de demain Performances double coeur Puissantes Des performances bi-coeur puissantes pour les entreprises d aujourd hui et de demain Avec sa dernière gamme d ordinateurs portables professionnels équipés du processeur

Plus en détail

Notre offre Système. systemes@arrabal-is.com

Notre offre Système. systemes@arrabal-is.com systemes@arrabal-is.com Généralités Généralités des systèmes Windows Les systèmes Microsoft sont au cœur du système d information de la majorité des entreprises, si bien qu environ 90% des postes utilisateurs

Plus en détail

Réduction des coûts de la sécurité informatique

Réduction des coûts de la sécurité informatique Mesure de l'impact d'une sécurité des points finaux plus efficace, de meilleures performances et d'une empreinte plus légère Dans une perspective d'amélioration continue de la productivité et de la rentabilité,

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R F.1104. (Question UIT-R 125/9) a) que l'uit-t a réalisé des études sur le RNIS et a élaboré des Recommandations en la matière;

RECOMMANDATION UIT-R F.1104. (Question UIT-R 125/9) a) que l'uit-t a réalisé des études sur le RNIS et a élaboré des Recommandations en la matière; Rec. UIT-R F.1104 1 RECOMMANDATION UIT-R F.1104 CARACTÉRISTIQUES DES SYSTÈMES RADIOÉLECTRIQUES POINT À MULTIPOINT UTILISÉS POUR LA CONNEXION RNIS DANS LA PORTION DE QUALITÉ LOCALE DU RÉSEAU (Question UIT-R

Plus en détail

COLLEGE DE BASSE-TERRE

COLLEGE DE BASSE-TERRE COLLEGE DE BASSE-TERRE FOURNITURE, ETUDE ET INSTALLATION «D UN RESEAU & UNE SOLUTION WIFI AEROHIVE» Proposition technique et commerciale Vos contacts : SYLVESTRE Emrick 0690 720 468 INTERVENANT Nom : Service

Plus en détail

Catalogue Services Professionnels Mitel pour Communications Unifiées et Collaboratives

Catalogue Services Professionnels Mitel pour Communications Unifiées et Collaboratives Catalogue Services Professionnels Mitel pour Communications Unifiées et Collaboratives JUILLET 2015 SUISSE EDITION 1.0 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION DES SERVICES... 3 1. CONSEIL ET CONCEPTION TECHNIQUES...

Plus en détail

Alice présente sa nouvelle AliceBox

Alice présente sa nouvelle AliceBox Communiqué de presse Alice présente sa nouvelle AliceBox Nouveau design, nouvelles fonctionnalités (WiFi MiMo, Routeur, CPL ) Modem AliceBox (face avant) Décodeur TV HD AliceBox (face avant) Paris le 03

Plus en détail

L Internet des objets

L Internet des objets L Internet des objets L économie numérique entame une nouvelle phase de son évolution notamment avec le développement de l Internet des objets et la future 5G. Ces avancées ouvrent la voie à l avènement

Plus en détail

fiche technique Smart Access Management Service de Ruckus MIGRER LE SMART WI-FI SUR LE CLOUD CARACTÉRISTIQUES ET AVANTAGES

fiche technique Smart Access Management Service de Ruckus MIGRER LE SMART WI-FI SUR LE CLOUD CARACTÉRISTIQUES ET AVANTAGES fiche technique CARACTÉRISTIQUES ET AVANTAGES Wi-Fi de classe opérateur hébergé sur le Cloud avec modèle de paiement modulaire selon la croissance Solution économique aussi bien pour les petits déploiements

Plus en détail

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino avec MailFlow Analyzer TM un produit de l Infrastructure Management Suite TM Copyright COOPERTEAM SOFTWARE 2013 La gestion de

Plus en détail

GESTION CENTRALISÉE DELL POWERVAULT DL 2000 OPTIMISÉ PAR SYMANTEC

GESTION CENTRALISÉE DELL POWERVAULT DL 2000 OPTIMISÉ PAR SYMANTEC GESTION CENTRALISÉE DELL POWERVAULT DL 2000 OPTIMISÉ PAR SYMANTEC NOTE DE SYNTHESE La solution Dell PowerVault DL2000 optimisée par Symantec Backup Exec est la seule à proposer un système intégré de sauvegarde

Plus en détail

ISIO 200. Terminal d entrées / Sorties Binaires (I/O) avec interface GOOSE CEI 61850

ISIO 200. Terminal d entrées / Sorties Binaires (I/O) avec interface GOOSE CEI 61850 ISIO 200 Terminal d entrées / Sorties Binaires (I/O) avec interface GOOSE CEI 61850 Compact et simple ISIO 200 Vos E/S binaires là où vous en avez besoin L ISIO 200 est un terminal d E/S binaires simple

Plus en détail

Les RPV (Réseaux Privés Virtuels) ou VPN (Virtual Private Networks)

Les RPV (Réseaux Privés Virtuels) ou VPN (Virtual Private Networks) Les RPV (Réseaux Privés Virtuels) ou VPN (Virtual Private Networks) TODARO Cédric Table des matières 1 De quoi s agit-il? 3 1.1 Introduction........................................... 3 1.2 Avantages............................................

Plus en détail

G. Méthodes de déploiement alternatives

G. Méthodes de déploiement alternatives Page 32 Chapitre 1 - Le fichier MigUser.xml permet de configurer le comportement d'usmt lors de la migration des comptes et profils utilisateurs (capture et restauration). - Le fichier config.xml permet

Plus en détail

Carte IEEE 1394. Version 1.0

Carte IEEE 1394. Version 1.0 Carte IEEE 1394 Version 1.0 Table des Matières 1.0 Qu'est-ce que l IEEE1394. P.2 2.0 Caractéristiques de la carte 1394 P.2 3.0 Configuration du Système...P.2 4.0 Informations Techniques...P. 3 5.0 Installation

Plus en détail

Réseau sans fil et mobilité :

Réseau sans fil et mobilité : Réseau sans fil et mobilité : Un réseau LAN (Local Area Network) sans fil vous permet de vous connecter à vos ordinateurs sans fils. Grâce à un réseau LAN sans fil, les utilisateurs peuvent accéder en

Plus en détail

MYTHES SUR LA CONSOMMATION DE CARBURANT ET LA CONDUITE

MYTHES SUR LA CONSOMMATION DE CARBURANT ET LA CONDUITE MYTHES SUR LA CONSOMMATION DE CARBURANT ET LA CONDUITE Les Canadiens cherchent à réduire la consommation de carburant de leur véhicule pour protéger l environnement et réaliser des économies. Plusieurs

Plus en détail

Livre banc. Contrôle de trajet dynamique : la base de votre WAN hybride

Livre banc. Contrôle de trajet dynamique : la base de votre WAN hybride Contrôle de trajet dynamique : la base de votre WAN hybride Le réseau étendu (WAN, wide area network) a connu bien peu d innovations pendant une grande partie de la dernière décennie. Alors que le reste

Plus en détail

Vidéosurveillance sur IP

Vidéosurveillance sur IP Vidéosurveillance sur IP Solutions de sécurité basées sur le protocole TCP/IP Pour des applications domestiques, Small Office, Professionnelles et à grande échelle. 1/12 Concept Les solutions de sécurité

Plus en détail

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free.

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free. 2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant Page:1/9 http://robert.cireddu.free.fr/sin LA SEGMENTATION VIRTUELLE DES DOMAINES DE DIFFUSION : LES VLANs

Plus en détail

TELEPHONIE MOBILE HISTORIQUE

TELEPHONIE MOBILE HISTORIQUE La téléphonie mobile est une infrastructure de télécommunication qui permet de communiquer par téléphone sans être relié par câble à un central. HISTORIQUE Première génération Ericsson 450 Ericsson 900

Plus en détail

Engagements routiers des Conseils généraux

Engagements routiers des Conseils généraux Engagements routiers des Conseils généraux Octobre 2000 PREFACE Lancée par l'assemblée des Départements de France (ADF) en liaison avec l'union des Syndicats des Industries Routières de France (USIRF),

Plus en détail

Cisco Certified Network Associate

Cisco Certified Network Associate Cisco Certified Network Associate Version 4 Notions de base sur les réseaux Chapitre 10 01 Lisez l exposé. Un participant aux travaux pratiques choisit un câble tel qu il est illustré. Quels raccordements

Plus en détail

Conception d'une architecture commutée. Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1

Conception d'une architecture commutée. Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1 Conception d'une architecture commutée Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1 Conception d'une architecture commutée Définition Master 2 Professionnel STIC-Informatique 2 Motivations L'architecture

Plus en détail

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Des coûts réduits et un service de meilleure qualité grâce à l'intégration dynamique et multimode de la flotte privée et du transport sous traité

Plus en détail

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+ Guide de formation avec exercices pratiques Configuration et dépannage de PC Préparation à la certification A+ Sophie Lange Troisième édition : couvre Windows 2000, Windows XP et Windows Vista Les Guides

Plus en détail

switchport access vlan 20

switchport access vlan 20 Chapitre 3 examen Quelles affirmations décrivent les avantages des VLAN? (Choisissez deux réponses.) Les VLAN améliorent les performances du réseau en régulant le contrôle du flux et la taille de la fenêtre.

Plus en détail

BROCHURE DE SOLUTION POLYCOM Polycom Open Telepresence Experience

BROCHURE DE SOLUTION POLYCOM Polycom Open Telepresence Experience BROCHURE DE SOLUTION POLYCOM Polycom Open Telepresence Experience Bénéficiez d'une qualité HD exceptionnelle, d'un coût total de possession réduit et de 50% d'économies sur la bande passante grâce à la

Plus en détail

Horizons. L'impact financier du BYOD. 10 points clés de l'étude Cisco IBSG Horizons. Introduction

Horizons. L'impact financier du BYOD. 10 points clés de l'étude Cisco IBSG Horizons. Introduction L'impact financier du BYOD 10 points clés de l'étude Jeff Loucks/Richard Medcalf Lauren Buckalew/Fabio Faria Entre 2013 et 2016, le nombre d'appareils personnels utilisés pour le travail dans les six pays

Plus en détail

Configuration initiale d un routeur de services intégré Cisco (ISR)

Configuration initiale d un routeur de services intégré Cisco (ISR) Configuration initiale d un routeur de services intégré Cisco (ISR) Routeur de service intégré (ISR) Le routeur de service intégré Cisco est l'une des gammes les plus populaires de périphériques réseau

Plus en détail

Exercices Active Directory (Correction)

Exercices Active Directory (Correction) Exercices Active Directory (Correction) Exercice : Scénarios pour l'implémentation de composants logiques AD DS Lire les scénarios suivants et déterminer les composants logiques AD DS à déployer dans chaque

Plus en détail

SCHEMA DE CONNEXION. 49/51 rue Samatan 13 007Marseille Tel : 04 91 46 25 88 Fax : 04 91 46 49 15 Mail : support@nauticom.fr

SCHEMA DE CONNEXION. 49/51 rue Samatan 13 007Marseille Tel : 04 91 46 25 88 Fax : 04 91 46 49 15 Mail : support@nauticom.fr SCHEMA DE CONNEXION Les schémas ci-dessous montrent l intégralité des installations possibles entre des instruments et un ordinateur où le Multiplexeur NMEA joue un rôle prépondérant. Dans chaque cas l

Plus en détail

Sécurité Informatique. WIFI sécurisé en entreprise (sur un active directory 2003) 0 - Théories et principes divers sélectionnés.

Sécurité Informatique. WIFI sécurisé en entreprise (sur un active directory 2003) 0 - Théories et principes divers sélectionnés. Avertissements : Le contenu de ce document est sous licence GPL. Le document est librement diffusable dans le contexte de cette licence. Toute modification est encouragée et doit être signalée à olivier

Plus en détail