L AVOCAT ET LA PUBLICITE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L AVOCAT ET LA PUBLICITE"

Transcription

1 L AVOCAT ET LA PUBLICITE L article 13 de la loi n du 17 mars 2014 relative à la consommation, autorise l avocat à recourir à la publicité ainsi qu à la sollicitation personnalisée. Selon l article 5 quinquies du projet de loi adopté par le Sénat le 13 septembre 2013, «L article 3 bis de la loi n du 31 décembre 1971 portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques est complété par deux alinéas ainsi rédigés : «Dans les conditions fixées par décret en Conseil d Etat, l avocat est autorisé à recourir à la publicité ainsi qu à la sollicitation personnalisée. «Toute prestation réalisée à la suite d une sollicitation personnalisée fait l objet d une convention d honoraires.» Il n existe pas à ce jour de décret d application de la loi Hamon qui entrera en vigueur à l automne. Cette disposition est prise à la suite d un arrêt de la Cour de Justice de l Union Européenne (CJUE) du 5 avril 2011, affaire C-119/09) qui a estimé que l interdiction faite aux experts comptables de recourir au démarchage était incompatible avec l article 24 de la directive services 2006/113, dite «Bolkestein» du 12 décembre Historique : La publicité par l avocat était régie par l article 66-4 de la loi n du 31 décembre 1971 portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques, selon lequel «Sera puni des peines prévues à l'article L du code de la consommation quiconque se sera livré au démarchage en vue de donner des consultations ou de rédiger des actes en matière juridique. Toute publicité aux mêmes fins est subordonnée au respect de conditions fixées par le décret visé à l'article Toutefois, le premier alinéa du présent article n'est pas applicable aux avocats qui, en toutes matières, restent soumis aux dispositions de l'article 3 bis.» Le décret n du 25 août 1972 relatif au démarchage et à la publicité en matière de consultation et de rédaction d'actes juridiques définit l acte de démarchage «comme le fait d'offrir ses services, en vue de donner des consultations ou de rédiger des actes en matière juridique ou de provoquer à la souscription d'un contrat aux mêmes fins, notamment en se rendant personnellement ou en envoyant un mandataire soit au domicile ou à la résidence d'une personne, soit sur les lieux de travail, de repos, de traitement ou dans un lieu public.» (Article 1) Selon l article 2 de ce même décret, «la publicité en vue de donner des consultations, de rédiger des actes ou de proposer son assistance en matière juridique ne peut être faite par voie de tracts, affiches, films cinématographiques, émissions radiophoniques ou télévisées» La publicité n était jusqu à présent pas interdite aux avocats mais était très strictement encadrée par l ordre des avocats. L article 10.1 du Règlement Intérieur National des avocats indique que la publicité fonctionnelle «est destinée à faire connaître la profession d avocat. La publicité est permise à l avocat si elle procure une information au public et si sa mise en œuvre respecte les principes essentiels de la profession. La publicité inclut la 1

2 diffusion d informations sur la nature des prestations de services proposées, dès lors qu elle est exclusive de toute forme de démarchage». Selon l alinéa 3 de l article 10.2 du RIN, «la publicité personnelle de l avocat ne peut être faite par voie de tracts, affiches, films cinématographiques, émissions radiophoniques ou télévisées». L article 10.3 du RIN indique que sont autorisés : - «l envoi, par voie postale ou électronique, de lettres d informations générales sur le cabinet, les activités de celui-ci, le droit et la jurisprudence ; - la publication de faire-part ou annonces, destinés à la diffusion d informations ponctuelles et techniques, telles que l installation de l avocat dans de nouveaux locaux, la venue d un nouvel associé, la participation à un groupement autorisé, l ouverture d un bureau secondaire ; - la publication, dans les annuaires ou dans la presse, d encarts publicitaires, sous réserve que leur présentation, leur emplacement ou leur contenu ne soit pas de nature à induire le public en erreur ou à constituer un acte de concurrence déloyal ; - la diffusion de plaquettes de présentation du cabinet ; - l apposition d une plaque ou autre support, de dimensions raisonnables, signalant, à l entrée de l immeuble, l implantation du cabinet» En ce qui concerne les sites internet, par deux délibérations d'assemblée Générale en date des 5 avril et 28 juin 2003, le CNB a révisé le Règlement Intérieur Harmonisé et consacré une évolution essentielle dans la manière dont les instances ordinales considèrent désormais le site Internet. Internet étant par principe un espace de liberté, l'avocat peut parfaitement : recevoir des demandes de consultation en ligne ; donner des consultations en ligne ; proposer des commentaires de décisions ; proposer des informations sur des évolutions législatives et jurisprudentielles. L article 10.6 du RIN dispose que «l avocat qui ouvre ou modifie un site internet doit en informer le Conseil de l ordre sans délai et lui communiquer les noms de domaine qui lui permettent d y accéder. Le site de l avocat ne peut comporter aucun encart ou bannière publicitaire, autres que ceux de la profession, pour quelque produit ou service que ce soit». Selon l article , «La publicité personnelle par un avocat quel que soit le média utilisé tel que la presse, la radio, la télévision, par communication commerciale électronique ou autre est autorisée dans la mesure où elle respecte les conditions de l article qui dispose que «l avocat est autorisé à informer le public des services qu il offre à condition que 2

3 l information soit fidèle, véridique et respectueuse du secret professionnel et d autres principes essentiels de la profession». En application de l article 24 de la Directive 2006/123/CE relative aux services dans le marché intérieur communautaire, les Etats membres devaient supprimer toutes les interdictions totales visant les communications commerciales des professions réglementées. Les Etats devaient veiller à ce que les communications commerciales des mêmes professions respectent les règles professionnelles, conformes au droit communautaire, qui visaient l indépendance, la dignité et l intégrité de la profession ainsi que le secret professionnel La loi HAMON de 2014 fait donc suite à l arrêt de la CJUE du 5 avril 2011, affaire C-119/09, Sté fiduciaire nationale d expertise comptable c/ Ministre du Budget, Comptes publics et Fonction publique. Selon la CJUE, l article 24 de la directive services de 2006 avait pour objectif d éliminer les interdictions de recourir à une ou plusieurs formes de la communication commerciale notamment à la publicité, au marketing direct ou au parrainage. Cela n empêche pas les Etats d établir des dispositions particulières restreignant cette communication commerciale pour cette profession, compte tenu de l indépendance, de la dignité ou de l intégrité de la profession et du secret professionnel auquel sont soumis ses membres. Cette directive favorise le marché concurrentiel et la croissance économique en Europe en développant la communication commerciale des professionnels. La publicité est désormais régie par l article 13 de la loi du 17 mars 2014 : «Dans les conditions fixées par décret en Conseil d Etat, l avocat est autorisé à recourir à la publicité ainsi qu à la sollicitation personnalisée. Toute prestation réalisée à la suite d une sollicitation personnalisée fait l objet d une convention d honoraires». La notion de démarchage ayant toujours été refusée par la profession, il est maintenant employé le terme de sollicitation personnalisée. La publicité personnelle est donc permise grâce à cette loi. Celle-ci, qui est mode de publicité personnelle, s entend de toute forme de communication directe ou indirecte dépassant la simple information destinée à promouvoir les services d un avocat à l intention d une personne. Toute publicité doit toujours être communiquée au Conseil de l Ordre. Un avocat pourra utiliser la télévision, la radio, ou affiches pour se faire connaître et rechercher des clients. Cette nouvelle règlementation est conforme à la jurisprudence du Conseil d Etat qui considérait qu une réglementation ne pouvait interdire totalement aux membres d une profession réglementée de recourir au démarchage ou de proposer à leurs clients une offre personnalisée de services, quels que soient leur forme, leur contenu et les moyens employés, ou prohiber de manière générale de recourir à la publicité dans les médias. 3

4 La France connaît donc avec cette loi une avancée importante par rapport aux Etats Unis qui ont fait disparaître l interdiction de pratiquer la publicité depuis la décision de la Cour Suprême dans l affaire Bates c/ State Bar of Arizona de 1977 (433 US 350) en s appuyant sur le 1 er amendement qui porte sur la liberté d expression. La Cour a déclaré que les restrictions de la publicité étaient illégales et que le 1 er amendement protège la publicité de bonne foi publiée dans les journaux ; elle a néanmoins autorisé les Etats à prescrire des limites raisonnables quant à la durée, à l emplacement et à la forme des annonces publicitaires et a interdit la publicité mensongère ou trompeuse. La publicité de l avocat favorise la liberté d expression et la concurrence mais doit-elle avoir des limites? Si oui, lesquelles? Une révolution culturelle? La publicité a le mérite de favoriser la concurrence entre les cabinets. Elle permet aussi de lutter contre la concurrence des professions parallèles telles que les sites internet juridiques tenus par des sociétés commerciales qui chassent sur les terres des avocats. C est ainsi que le Président de la Commission déontologique du CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX a pu dire : «Si le droit n est pas une marchandise, il existe un marché du droit». L exemple américain montre que ce ne sont pas les grands cabinets qui utilisent la liberté de la publicité, ni les petits qui ne peuvent pas financer les modes performants de la publicité, mais plutôt des firmes moyennes qui essaient de se faire connaître du grand public. Certains considèrent que la publicité et la communication commerciale sont nécessaires à la modernisation de la profession. Vu l explosion de la communication, vu la constatation que les clients attendent une information immédiate, ce n est pas le démarchage qui va correspondre à l attente du public. Les cabinets vont plutôt se lancer dans la sollicitation personnalisée. Ils viendront en quelque sorte ajouter à la publicité fonctionnelle en permettant aux justiciables une information sur la nature des services juridiques, la spécialité et la disponibilité des avocats. Le démarchage peut aussi être considéré comme une bonne innovation pour les jeunes avocats qui doivent se créer une clientèle, mais seront-ils crédibles? Arriveront-ils effectivement à constituer une clientèle par le démarchage? J avoue un certain scepticisme à ce sujet. Seul l avenir permettra de répondre à la question. Le changement concerne aussi l exclusion des avocats de l incrimination pénale de démarche juridique qui existait auparavant. 4

5 Une réforme indispensable? Cette nouveauté ne sera pas utile aux plus grands cabinets qui ont des outils pour attirer les clients : invitations, participation pro bono et s appuient déjà sur une sorte de sollicitation individualisée. De nombreux cabinets ont par ailleurs mis en place des outils de CRM (Customer Relationship Management) qui sont des logiciels de gestion de la relation clients afin de centraliser leurs informations. La plupart des cabinets disposent d un site web, destiné à afficher une ou plusieurs expertises. Les réseaux sociaux (LinkedIn, Viadeo ) permettent de démarcher dans un univers dématérialisé. Certains mettent en exergue le danger de la liberté de la publicité et du démarchage qui risquent de permettre aux grands cabinets, avec les moyens qui sont les leurs, de capter des clientèles aux dépens de ceux qui n ont pas les ressources suffisantes pour se lancer dans la démarche publicitaire. La publicité par Internet L avocat qui ouvre un site internet doit en informer le Conseil de l Ordre et lui communiquer les noms de domaine qui permettent d y accéder. Le nom de domaine doit comporter le nom de l avocat ou la dénomination du cabinet en totalité ou en abrégé. Lorsque l utilisation du nom de domaine évoque de façon générique le titre d avocat ou un titre pouvant prêter à confusion, un domaine du droit ou une activité relevant de celles de l avocat, elle est interdite. Le site de l avocat ne peut comporter aucun encart ou bannière publicitaire, autres que ceux de la profession. Il ne peut comporter de lien hypertexte permettant d accéder directement ou indirectement à des sites ou à des pages de sites dont le contenu serait contraire aux principes essentiels de l avocat. Il appartient à l avocat de s en assurer en visitant régulièrement les sites et les pages auxquelles permettent d accéder les liens hypertextes que comporte son site, et de prendre sans délai toutes dispositions pour les supprimer si ce site devait se révéler contraire aux principes essentiels de la profession. L avocat participant à un blog ou à un réseau social en ligne doit respecter les principes essentiels de la profession. Des abus à craindre La réforme risque de favoriser les comportements déviants avec le possible usage de «slogans racoleurs» ou de promesses abusives (garantie de victoire, règlement de contentieux low-cost.) 5

6 La publicité ne doit pas être omniprésente comme aux Etats-Unis. Internet, télévision, journaux, aucun support n est écarté. Les avocats ne doivent pas pousser à la consommation de procès. Des limites nécessaires Xavier AUTAIN, membre de la Commission du Conseil de l ordre du barreau de Paris, chargée de contrôler l usage de la publicité chez les avocats explique la distinction entre les deux concepts : «la publicité se veut générale, alors que la sollicitation personnelle porte sur une communication directe à une personne ciblée. Il s agit nécessairement dans le second cas d un message personnalisé». Le Conseil de l ordre tient toutefois à rappeler que les règles déontologiques et les procédures de contrôle restent d actualité. «Si un avocat vient à réaliser une publicité télévisée, il devra alors, comme les textes le prévoient, procurer une information sincère. Il ne pourra en aucun cas délivrer un message trompeur ou mensonger, ni se mettre abusivement en valeur. Il aura par ailleurs interdiction de dénigrer ses confrères». En ce qui concerne la sollicitation personnelle, le démarchage physique ou téléphonique devrait être prohibé. Les avocats devraient alors se tourner vers d autres formats, tels que le courrier ou les courriels mais la commission des lois au sénat s est vu refuser son amendement proposant l écrit comme condition. Le but était d éviter de forcer le client à conclure un contrat avec l avocat. Il faut imposer des contrôles visant à interdire toute publicité mensongère, comparative ou qui fait référence à une activité sans lien avec la profession d avocat. On peut s inspirer des restrictions des Etats-Unis : 1 - l avocat doit conserver des copies des annonces et textes publicitaires durant deux ans - l avocat n est pas autorisé à payer une commission à quiconque qui recommande ses services (sauf le coût raisonnable de l annonce). - toute sollicitation faite en personne ou par téléphone est interdite. La sollicitation par écrit est autorisée, sauf dans les cas où le client potentiel ne souhaite pas être sollicité par l avocat ou en cas de coercition, de menace ou de harcèlement (Ohralik c/ Ohio Bar Association (436 US 447 (1978))) 1 Le rôle et les responsabilités de l'avocat dans une société en transition Council of Europe,

7 Conclusion : Le décret posant les conditions d application de la loi se fait attendre. La publicité et la sollicitation personnalisée sont cruciales pour le respect du jeu de la concurrence. La publicité fonctionnelle existait déjà sous certaines conditions mais la publicité personnelle était inéluctable car elle fait partie de l ère du temps. Avec Internet et les sites juridiques, celle-ci aurait dû être mise en œuvre depuis longtemps. De plus, les jeunes diplômés, les petites structures en ont besoin pour trouver des clients et se développer. Pour les gros cabinets connus, cela ne changera rien car ils ont de nombreux outils, les clients et la réputation. Il faudra tout de même éviter avec la sollicitation personnalisée, une dérive à l américaine, avec une abondance de publicité à la télévision, radio ou internet. La profession d avocat doit refuser de devenir une profession commerciale, d où le choix fait par la France du terme de «sollicitation personnalisée» et non de démarchage. Le Barreau aura à contrôler l application de ces nouvelles règles afin d éviter les possibles dérives de cette réforme. Bernard CAHEN CAYOL CAHEN & ASSOCIES Avocat au Barreau de Paris Président d Honneur de l UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS 7

Paris, le 17 mai 2010

Paris, le 17 mai 2010 Conseil National des Barreaux LEPRESIDENT SAINT-DENIS de LA REUNION Madame Fernande ANILHA Bâtonnier Ordre des Avocats Palais de Justice 5, avenue André Malraux 97490 SAINTE-CLOTILDE Paris, le 17 mai 2010

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DES 10 ET 11 OCTOBRE 2014 COMMISSION DES REGLES ET USAGES

ASSEMBLEE GENERALE DES 10 ET 11 OCTOBRE 2014 COMMISSION DES REGLES ET USAGES ASSEMBLEE GENERALE DES 10 ET 11 OCTOBRE 2014 COMMISSION DES REGLES ET USAGES Décision à caractère normatif n 2014-001 portant modification des dispositions de l article 10 du règlement intérieur national

Plus en détail

LES SITES INTERNET ET LES SITES DE TIERS. Rapport de Madame le Bâtonnier Joëlle JEGLOT-BRUN, Membre du Bureau de la Conférence des Bâtonniers

LES SITES INTERNET ET LES SITES DE TIERS. Rapport de Madame le Bâtonnier Joëlle JEGLOT-BRUN, Membre du Bureau de la Conférence des Bâtonniers LES SITES INTERNET ET LES SITES DE TIERS Rapport de Madame le Bâtonnier Joëlle JEGLOT-BRUN, Membre du Bureau de la Conférence des Bâtonniers Séminaire des Dauphins Les 11 et 12 décembre 2015 Le site internet

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DES 19 ET 20 OCTOBRE 2012

ASSEMBLEE GENERALE DES 19 ET 20 OCTOBRE 2012 ASSEMBLEE GENERALE DES 19 ET 20 OCTOBRE 2012 COMMISSION DES REGLES ET USAGES PUBLICITE DES AVOCATS NON CONFORMITE DU DECRET DU 25 AOUT 1972 RELATIF AU DEMARCHAGE PROPOSITIONS D AMENDEMENTS AUX ARTICLES

Plus en détail

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE REGLEMENTATION DE FOND DELIBERATION n 2002-162 APF du 5 décembre 2002 portant réglementation de la consultation juridique et

Plus en détail

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- NOR : SAA0201952 DL DELIBERATION N 2002-162 APF DU 5 DECEMBRE 2002 portant réglementation de la consultation juridique et la rédaction d actes sous seing privé.

Plus en détail

Communication et Marketing de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Communication et Marketing de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Séminaire ECF Communication et Marketing de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Christian LAVAL CL Communication Franck DIET Expert Infos «Hier» Ordonnance 19/09/1945 Art. 23 «Toute publicité

Plus en détail

Scénario : Cécile Soulignac Dessin : Rachid Nhaoua Couleur : Joël Belin. Maquette : Agnès Vidal Saint-André. Conception et réalisation :

Scénario : Cécile Soulignac Dessin : Rachid Nhaoua Couleur : Joël Belin. Maquette : Agnès Vidal Saint-André. Conception et réalisation : Carole : Pharmacien titulaire, elle se veut moderne et pro active, elle entend profiter de toutes les possibilités qui lui sont offertes pour développer la communication de son officine. Antoine : Pharmacien

Plus en détail

CENTRE DE GESTION AGREE DES PYRENEES-ORIENTALES REGLEMENT INTERIEUR. Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901

CENTRE DE GESTION AGREE DES PYRENEES-ORIENTALES REGLEMENT INTERIEUR. Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901 CENTRE DE GESTION AGREE DES PYRENEES-ORIENTALES REGLEMENT INTERIEUR Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901 Décision d agrément du 31/12/1980 dûment renouvelé Siège social : Avenue Paul

Plus en détail

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Commission Droit & Pratiques du Commerce International SEMINAIRE L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Sujet de l exposé : Le contrat d externalisation de services & La

Plus en détail

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015 Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES FDE / FEPC 19 RUE BEAUREPAIRE 75010 PARIS 1 SOMMAIRE 1. Les rôles et fonctions du commissaire

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT?

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT? Comme vous le savez, vous êtes libre de choisir l avocat que vous désirez. Attention! Il est conseillé de trouver un avocat spécialisé dans le type de droit qui intéresse, selon votre affaire (exemple

Plus en détail

CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR

CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR Préambule L ouverture des activités d assurances économiques aux opérateurs privés nationaux et étrangers ainsi que la réintroduction des intermédiaires et des experts d

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004

CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004 II a CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004 II a CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES 1 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...

Plus en détail

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique Ville de Bures sur Yvette Vidéo-protection Charte d éthique La vidéo-protection est un outil au service de la politique de prévention et de sécurité de la Ville de Bures sur Yvette. Ses objectifs sont

Plus en détail

COMMUNICATION : MODE D EMPLOI

COMMUNICATION : MODE D EMPLOI COMMUNICATION : MODE D EMPLOI Préface 3 PRÉFACE Avec la fin de l interdiction totale du démarchage, l enjeu de la communication dans notre profession est celui de notre capacité à trouver le bon équilibre

Plus en détail

COMMUNICATION DES CABINETS Quels intérêts? Quels moyens? Quelles limites?

COMMUNICATION DES CABINETS Quels intérêts? Quels moyens? Quelles limites? COMMUNICATION DES CABINETS Quels intérêts? Quels moyens? Quelles limites? Jeudi16 janvier 2014 www.oec-paris.fr / @OECParis Attention à la chronologie Avant la définition d une stratégie de communication

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 19 juin 2008 N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 4 juin 2008. PROPOSITION

Plus en détail

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées.

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Code de déontologie des Agents de Recherches Privées page 1 / 5 Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Science des droits et des devoirs qu'impose aux Agents de Recherches Privées également

Plus en détail

La Réforme de la Profession. Décret N 2012-432 du 30 mars 2012

La Réforme de la Profession. Décret N 2012-432 du 30 mars 2012 La Réforme de la Profession Décret N 2012-432 du 30 mars 2012 relatif à l exercice de l activité d expertise comptable V1-1 En quelques mots, 34 pages, 203 articles, 4 titres, 10 chapitres et 12 décrets

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES CODE DE CONDUITE LE PRÉSENT CODE DE CONDUITE EST FONDÉ SUR LES VALEURS DE GMI- DISTRIBUTION. IL A POUR OBJET DE GARANTIR QUE L ENSEMBLE DES EMPLOYÉS, DES GESTIONNAIRES ET DES DIRIGEANTS DE GMI-DISTRIBUTION

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

ATELIER DE LA PROFESSION. Osons communiquer!

ATELIER DE LA PROFESSION. Osons communiquer! ATELIER DE LA PROFESSION Osons communiquer! Bruno MANELLI Expert-comptable Nadia PETIT Expert-comptable SOMMAIRE Communiquer? Mais de quel droit? Communiquer? Mais pourquoi? Communiquer? Mais pour dire

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices)

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) 1. Les conditions générales d utilisation (CGU) décrites ci-dessous peuvent être complétées par les

Plus en détail

COMMUNICATION : MODE D EMPLOI

COMMUNICATION : MODE D EMPLOI Communication : Mode d emploi CSO Edition janvier 2015 2 COMMUNICATION : MODE D EMPLOI 3 SOMMAIRE SOMMAIRE... 3 PREAMBULE... 5 Chapitre 1 EVOLUTION DES TEXTES... 6 1.. Textes relatifs à la communication...

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

Assemblée générale des 12 et 13 décembre 2008. Commission des Règles et Usages

Assemblée générale des 12 et 13 décembre 2008. Commission des Règles et Usages Assemblée générale des 12 et 13 décembre 2008 Commission des Règles et Usages Projet de décision à caractère normatif n 2008-002 portant réforme du du règlement intérieur national (R.I.N.) de la profession

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

CNP Assurances. Modalité d application Code des Marchés publics du 1 er août 2006

CNP Assurances. Modalité d application Code des Marchés publics du 1 er août 2006 CNP Assurances Modalité d application Code des Marchés publics du 1 er août 2006 Code des Marchés publics du 1 er août 2006 Depuis août 2006, les collectivités territoriales et leurs établissements publics

Plus en détail

REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE ET AU PARRAINAGE SUR TV5MONDE

REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE ET AU PARRAINAGE SUR TV5MONDE REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE ET AU PARRAINAGE SUR TV5MONDE LES REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE Constitue une publicité toute forme de message télévisé diffusé contre rémunération ou autre contrepartie

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE

PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE En matière de publicité, la tromperie peut coûter très cher! Comment présenter ses opérations immobilières de la manière la plus favorable possible, sans pour autant encourir

Plus en détail

C O N F E R E N C E DES B A T O N N I E R S LES PAGES JAUNES

C O N F E R E N C E DES B A T O N N I E R S LES PAGES JAUNES C O N F E R E N C E DES B A T O N N I E R S LES PAGES JAUNES L'ouverture du marché des télécommunications à la concurrence a poussé France Télécom à abandonner son statut d'établissement public pour celui

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL LOI N 83.20 DU 28 JANVIER 1983 RELATIVE A LA PUBLICITE -=-=-=--=-=-=-=-= EXPOSE DES MOTIFS

REPUBLIQUE DU SENEGAL LOI N 83.20 DU 28 JANVIER 1983 RELATIVE A LA PUBLICITE -=-=-=--=-=-=-=-= EXPOSE DES MOTIFS REPUBLIQUE DU SENEGAL N /MICOM =-=-=-=--= MINISTERE DE LA COMMUNICATION -=-=-=-=-=-= LOI N 83.20 DU 28 JANVIER 1983 RELATIVE A LA PUBLICITE -=-=-=--=-=-=-=-= EXPOSE DES MOTIFS En l absence d une réglementation

Plus en détail

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi CONVENTION ENTRE: Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi ; ci-après dénommé : «L avocat» ; ET: Madame/Monsieur.., ci-après dénommé : «Le client» ; ARTICLE 1 : DROITS ET OBLIGATIONS

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

N 2157 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 9 février 2000. PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR LE SÉNAT

Plus en détail

N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 19 août 2015. PROJET DE LOI ratifiant l ordonnance n 2015-380 du

Plus en détail

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD)

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) I. Introduction

Plus en détail

Tout chirurgien-dentiste, personne physique ou morale, inscrit au tableau de l Ordre, peut être titulaire d un site Internet.

Tout chirurgien-dentiste, personne physique ou morale, inscrit au tableau de l Ordre, peut être titulaire d un site Internet. Charte ordinale de "qualité" applicable aux sites web des chirurgiens-dentistes adoptée par le conseil national de l'ordre des chirurgiens-dentistes le 15 mars 2008 L'information en ligne peut améliorer

Plus en détail

Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé»

Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé» Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé» 1 Candidats éligibles Version n 3.0 du 15/10/2014 La procédure de labellisation est ouverte à toute personne morale propriétaire d une solution logicielle

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La question s est posée à plusieurs reprises au sein de la Commission Etiquetage

Plus en détail

INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE»

INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE» Conseil départemental de Paris INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE» Votre salle d attente est un lieu de votre cabinet dans lequel les patients, ou toute personne qui y passe, doivent avoir accès aux informations

Plus en détail

La simplification du dossier de candidature

La simplification du dossier de candidature FICHE 20 La simplification du dossier de candidature Pour de nombreux opérateurs économiques, la constitution des dossiers de candidature est trop complexe et coûteuse du fait du nombre des documents à

Plus en détail

Conditions générales de partenariat

Conditions générales de partenariat Conditions générales de partenariat 1. Cadre de la collaboration La société ROCOLUC S.A. est titulaire de licences B+ délivrées par la Commission des Jeux de Hasard belge. Ces licences lui permettent d

Plus en détail

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Réf: Accom AVIS 2005/1 Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés Principaux éléments du dossier

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE. de l Association des promoteurs constructeurs genevois

CODE DE DÉONTOLOGIE. de l Association des promoteurs constructeurs genevois CODE DE DÉONTOLOGIE de l Association des promoteurs constructeurs genevois Etat au 2 juin 2010 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE 3 1 - RÈGLES GÉNÉRALES 3 2 - RELATIONS AVEC LA CLIENTÈLE 4 3 - RELATIONS AVEC

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX

CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de Villepreux a décidé

Plus en détail

Le droit d opposition à être sollicité

Le droit d opposition à être sollicité Le droit d opposition à être sollicité Comment en informer les personnes? Quand leur permettre de l exercer? Etienne Drouard Avocat à la Cour edrouard@morganlewis.com 01 53 30 43 00-06 07 83 33 81 Morgan,

Plus en détail

La communication de l Expert-Comptable en Europe. Conférence

La communication de l Expert-Comptable en Europe. Conférence La communication de l Expert-Comptable en Europe Conférence INTERVENANTS Jean-Claude SPITZ Vice-Président du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables André KILESSE Vice-Président FEE [Fédération

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

COUR DE CASSATION Service de documentation, des études et du rapport Bureau du fonds de concours

COUR DE CASSATION Service de documentation, des études et du rapport Bureau du fonds de concours COUR DE CASSATION Service de documentation, des études et du rapport Bureau du fonds de concours 5, Quai de l Horloge 75055 PARIS Cedex 01 Contrat d abonnement aux décisions délivrées par le service de

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Olivier CHALLAN BELVAL et Jean-Christophe LE DUIGOU, commissaires

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Olivier CHALLAN BELVAL et Jean-Christophe LE DUIGOU, commissaires Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 6 février 2013 portant décision relative à l approbation de contrats conclus entre GRTgaz et l entreprise verticalement intégrée

Plus en détail

Droit de la publicité

Droit de la publicité Leçon 1 : Introduction Section 1 : Définitions juridiques de la notion de publicité 1 : Définitions légales et jurisprudentielles de la notion de publicité A Définition étroite de la notion de publicité

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 224 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 21 janvier 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à renforcer la protection des consommateurs

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1)

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) Ce cahier des charges se compose de : - 7 pages comportant 6 chapitres et 19 articles,

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

CCBE ANALYSE DE L ARRET NOVA I ET RECOMMANDATIONS AUX BARREAUX SUR LES REGLES DE DEONTOLOGIE SUITE A L ARRET NOVA I

CCBE ANALYSE DE L ARRET NOVA I ET RECOMMANDATIONS AUX BARREAUX SUR LES REGLES DE DEONTOLOGIE SUITE A L ARRET NOVA I CCBE CONSEIL DES BARREAUX DE L'UNION EUROPEENNE RAT DER ANWALTSCHAFTEN DER EUROPÄISCHEN UNION CONSEJO DE LOS COLEGIOS DE ABOGADOS DE LA UNION EUROPEA CONSIGLIO DEGLI ORDINI FORENSI DELL'UNIONE EUROPEA

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

AVOCAT ET GESTION DE PATRIMOINE

AVOCAT ET GESTION DE PATRIMOINE ASSEMBLEE GENERALE DES 21 ET 22 NOVEMBRE 2008 AVOCAT ET GESTION DE PATRIMOINE Rapport présenté par Jean-Jacques Uettwiller Membre du bureau du Conseil National des Barreaux Le présent rapport est un point

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 31 juillet 2013 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 13 sur 122 MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Décret n o 2013-690 du 30 juillet 2013 relatif au transport de personnes avec conducteur NOR : INTA1311124D

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du site web

Conditions générales d utilisation du site web Conditions générales d utilisation du site web La société Royal Canin France SAS, société par action simplifiée, enregistrée au RCS de Nîmes sous le numéro B 380 824 888, dont le siège social est 650 avenue

Plus en détail

Délibération n 79 du 15 juin 2005 relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme

Délibération n 79 du 15 juin 2005 relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme Historique : Créée par Modifiée par Délibération n 79 du 15 juin 2005 relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme Délibération n 179

Plus en détail

Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier?

Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier? DIVERS Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier? Alors que l industrie pharmaceutique connaît un mouvement important de concentration et une évolution sensible marquée par

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE 14/11/2008 L écrit est associé depuis des siècles à son support, le papier. Le développement des nouvelles technologies de l information et de la communication

Plus en détail

Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste

Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste Au nom du peuple, La chambre des députés ayant adopté. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Titre Premier : Dispositions

Plus en détail

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE -------------- --------------- DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques LE PREMIER MINISTRE,

Plus en détail

Syndicat de la Presse Indépendante d Information en Ligne (SPIIL)

Syndicat de la Presse Indépendante d Information en Ligne (SPIIL) Syndicat de la Presse Indépendante d Information en Ligne (SPIIL) Contribution du SPIIL à la Consultation de la Commission européenne sur le «Livre vert sur l avenir de la TVA vers un système de TVA plus

Plus en détail

LA VENTE AU DEBALLAGE

LA VENTE AU DEBALLAGE Paris, le 20 juin 2009 Département Administration et Gestion Communales JM/MB : Note n 7 Affaire suivie par Judith MWENDO ( 01 44 18 13 60) LA VENTE AU DEBALLAGE Défini à l article L 310-2 du code de commerce,

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

La franchise présente des avantages pour les deux partenaires. Pour le franchiseur :

La franchise présente des avantages pour les deux partenaires. Pour le franchiseur : 1 Qu est-ce que la franchise? La franchise est un contrat liant deux personnes juridiquement indépendantes : le franchiseur, propriétaire ou détenteur des droits d une marque ou d une enseigne, transmet

Plus en détail

Code de déontologie des coachs affiliés au réseau Coaching City

Code de déontologie des coachs affiliés au réseau Coaching City Code de déontologie des coachs affiliés au réseau Coaching City Préambule Ce code de déontologie est établi par le réseau Coaching City. Il s applique à toutes interventions de coaching quelles qu elles

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés 65 A. Introduction Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés Editions ENI - All rights reserved Acheter en ligne présente des risques

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

Association sportive et communication

Association sportive et communication Association sportive et communication Dirigeants sportifs bénévoles Quelle communication pour mon asso? Janvier 2014 Module : communication Voir et revoir tout ce qui concerne la communication interne

Plus en détail

loi macron spécial Calendrier de la loi «Macron» 21 juillet 2015 - N 34 Introduction

loi macron spécial Calendrier de la loi «Macron» 21 juillet 2015 - N 34 Introduction 21 juillet 2015 - N 34 spécial loi macron Introduction L Assemblée nationale a adopté définitivement le projet de loi Macron le 10 juillet, après un nouveau recours du gouvernement à l article 49-3. Le

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

Code de déontologie de l USPI Genève- Edition 2004. Code de déontologie de l USPI Genève

Code de déontologie de l USPI Genève- Edition 2004. Code de déontologie de l USPI Genève Code de déontologie de l USPI Genève Edition 2004 1 PREAMBULE 3 REGLES GENERALES 3 RELATIONS AVEC LE PUBLIC 3-4 RELATIONS AVEC LA CLIENTELE 4-5 RELATIONS AVEC LES CONFRERES 5-7 2 Code de déontologie de

Plus en détail

Table des matières. 1. Les magistrats sur les réseaux sociaux : questions de déontologie... 15

Table des matières. 1. Les magistrats sur les réseaux sociaux : questions de déontologie... 15 Table des matières 1. Les magistrats sur les réseaux sociaux : questions de déontologie... 15 Benoit Dejemeppe Conseiller à la Cour de cassation Maître de conférences à l Université Saint-Louis Bruxelles

Plus en détail

LE RÔLE DE L AVOCAT DANS LA PROCEDURE PARTICIPATIVE Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe

LE RÔLE DE L AVOCAT DANS LA PROCEDURE PARTICIPATIVE Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe LE RÔLE DE L AVOCAT DANS LA PROCEDURE PARTICIPATIVE Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe L avocat du début à l issue de la Convention de Procédure

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub

Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub A. Publicité : généralités................................................... 149 B. Définition large de la publicité...........................................

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 301 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 17 février 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à améliorer l'indemnisation des victimes de

Plus en détail

PRESENTATION DU CABINET

PRESENTATION DU CABINET PRESENTATION DU CABINET PAG Avocats - 2013 PAG AVOCATS Cabinet d'avocats parisien spécialisé en droit de la propriété intellectuelle, droit des nouvelles technologies, droit des affaires et des sociétés,

Plus en détail

PUBLICITÉ, DOCUMENTATION COMMERCIALE ET CORRESPONDANCE

PUBLICITÉ, DOCUMENTATION COMMERCIALE ET CORRESPONDANCE Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation MCeX CIRCULAIRE Le 3 septembre 2008

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES. Il propose également à ses clients une prestation de service consistant en un conseil juridique personnalisé en ligne.

CONDITIONS GENERALES. Il propose également à ses clients une prestation de service consistant en un conseil juridique personnalisé en ligne. CONDITIONS GENERALES Le cabinet d avocat GROUSELLE assure au profit de ses clients le conseil, l assistance, la défense, la représentation et la rédaction des actes, avec le sérieux et la rigueur inhérents

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Publicité et information de santé «La santé, un de nos biens les plus précieux mais aujourd'hui, précieux égale argent».

Publicité et information de santé «La santé, un de nos biens les plus précieux mais aujourd'hui, précieux égale argent». Publicité et information de santé «La santé, un de nos biens les plus précieux mais aujourd'hui, précieux égale argent». 1 Fil conducteur de l exposé Définitions, acteurs, cibles, supports et la réalité

Plus en détail