Les sociétés de secours mutuel et les cercles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les sociétés de secours mutuel et les cercles"

Transcription

1 8 Les sociétés de secours mutuel et les cercles Naissance de la mutualité 1. En 1823, 143 sociétés de secours mutuel, en France, regroupaient membres et fonctionnaient bien. Fin 1852, on comptait moins de 2500 sociétés de secours mutuel, pour à peine membres. 2. Elle avait été interdite par la loi Le Chapelier de juin 1790 prohibant les associations. Pour se protéger des aléas de la vie, les travailleurs furent amenés à s organiser en sociétés d entraide. Ces sociétés furent appelées: Sociétés de secours mutuel (SSM). Les sociétés de secours mutuel naissent dès le début du Premier Empire sous le patronage de la société philanthropique de Paris, dont l exemple inspire d autres sociétés locales, notamment à Lyon, Bordeaux, et surtout Marseille 1. Dès 1806, la société philanthropique, fondée à Paris par les membres les plus éminents de la noblesse libérale, et qui avait survécu après une éclipse à la Révolution 2, déclarait son intention: «Il s agit d engager les ouvriers à se réunir pour s assurer mutuellement des ressources en cas de maladie, ou lorsque les infirmités de la vieillesse les mettraient dans l impossibilité de continuer leurs travaux.» La formule mutualiste est alors donnée comme l alternative à l assistance. Assistance signifie dépendance, et par là même est attentatoire à la dignité de l individu. Le mutualisme, reposant sur un effort d épargne librement consenti, tend au contraire à responsabiliser l individu qui devient le propre gérant de son épargne. La naissance des premières sociétés de secours mutuel découle donc d une volonté de respect, de valorisation de l individu. Elle implique une relation étroite entre l effort d épargne de l individu et son droit au secours. Les sociétés de secours mutuel À leur début ( ) les sociétés de secours mutuel furent créées contre le chômage et pour assurer une retraite pour les ouvriers vieux ou infirmes. Elles furent d abord combattues

2 Les sociétés de secours mutuel et les cercles 9 puis tolérées. Tous les ouvriers, hommes, femmes et mineurs pouvaient cotiser. Les travailleurs utilisèrent assez largement la liberté qui leur avait été laissée pour développer le mutualisme. Les SSM fleurirent, mais restèrent limitées dans leur action : la loi du 15 juillet 1850 stipule que : «La personne civile ne sera accordée que sous certaines conditions strictes, en particulier, elles ne doivent pas accorder ni secours de chômage, ni pension de retraite!» 1852 Le soutien de Napoléon III Par la suite, Napoléon III, comprenant que ces sociétés étaient des facteurs de paix sociale, les encouragea. Le 26 mars l852, il signa un décret donnant une base légale à ces sociétés dites «impériales», les soumettant par ailleurs à un régime d autorisation. Trois catégories étaient distinguées : Les sociétés autorisées étaient reconnues d utilité publique, placées sous tutelle et réglementées. Les sociétés libres, en nombre restreint et dépourvues de capacité juridique, ne pouvaient recevoir de subventions. Les sociétés approuvées avaient des statuts soumis au préfet, des effectifs limités et un président nommé par l Empereur lui-même ou le préfet du département (un membre éminent issu des catégories sociales les plus élevées : maire ou curé). Elles avaient des avantages fiscaux et financiers. La mutualité impériale reposait non pas sur une base professionnelle mais territoriale : les communes apportaient un soutien matériel. Extraits du décret relatif au SSM Titre I: Article 1: Les SSM peuvent être créées par les soins du Maire et du Curé. Article 3: Le Président est nommé par le Président de la République. Titre II : Article 9: Les communes sont tenues de fournir gratuitement aux sociétés approuvées les locaux nécessaires pour leurs réunions, ainsi que les livres et registres nécessaires à l administration et à la comptabilité. En cas d insuffisance de ressources de la commune, cette dépense est à la charge du département. Article 13: Si les fonds excédent 3000 francs ils devront être déposés à la Caisse des dépôts et consignations. Article 19: Une commission supérieure d encouragement et de surveillance des SSM est instituée aux Ministères de l Intérieur, de l Agriculture, et du Commerce. Malgré ces directives strictes, la plupart de ces sociétés avaient pour objet de : 1 Donner des soins médicaux et les médicaments aux sociétaires malades. 2 Leur payer une indemnité pendant le temps de leur maladie. 3 Les faire veiller en cas de besoin et d après l avis du médecin. 4 Constituer une caisse de pension de retraite. 5 Pourvoir aux frais funéraires des sociétaires. 6 Donner lors du décès d un sociétaire une indemnité de 15 francs (en 1880) à la veuve, ou, à défaut, à sa famille pour l aider à acheter les objets de deuil.

3 10 Le Cercle des Travailleurs de La Garde-Freinet Et quelques fois : 7 D avoir une salle pour les conseils et pour les perceptions mensuelles, ce qui allait conduire aux cercles. La Mutualité trouve son origine dans ces sociétés de secours mutuel qui se développèrent au XIX e siècle. Mais c est seulement en 1902, avec la naissance de la Fédération Nationale de la Mutualité Française (FNMF) qu elle se structura véritablement. Grandes étapes de la Mutualité Il est de tradition que dans toutes ces sociétés contrôlées, les maires, députés et sénateurs soient membres d honneur. Et c est en cette qualité qu Hippolyte Maze, sénateur des Yvelines, considéré comme le père de la Mutualité, émit le 10 juillet 1887, lors de l assemblée générale des Ménages prévoyants, qui se tint à la mairie de Versailles, le principe de fédérer toutes les mutuelles de France. Ce fut chose faite en 1890 avec la création de la Ligue nationale de Prévoyance et de la Mutualité, ancêtre de la Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF), qui vit le jour le 10 novembre 1902 après que la loi du 1 er avril 1898, votée à l instigation de Waldeck-Rousseau, libéra totalement les sociétés et permit la création des Unions départementales La loi du 1 er avril 1898 octroya à la mutualité un véritable statut. Elle autorisait, sur simple déclaration, la création de sociétés libres. En donnant à la mutualité la possibilité d organiser des unions et de créer des caisses autonomes, la loi lui ouvrit notamment tous les champs d activité de la protection sociale : assurance vie, assurance invalidité, retraite, œuvres sanitaires et sociales (dispensaires et pharmacies), allocations chômage À la Libération, le contexte politico-social fut favorable aux organisations syndicales, au détriment du mouvement mutualiste. L ordonnance du 22 février instaura les comités d entreprise dans les sociétés de l industrie et du commerce employant au moins 100 ouvriers (seuil abaissé à 50 dès 1946). On confia désormais à ces comités la gestion des œuvres sociales. La Sécurité sociale fut instituée par l ordonnance du 4 octobre. Léon Heller, alors président de la FNMF, désapprouva ce système de protection sociale obligatoire. L ordonnance du 19 octobre 1945 abrogea la Charte de la mutualité de 1898 et définit de nouvelles orientations aux Sociétés mutualistes, en complémentarité avec la Sécurité sociale La loi du 26 avril étendit la Sécurité sociale à l ensemble de la population. Celle du 19 octobre sur la Fonction publique assujettit l ensemble des fonctionnaires. De puissantes mutuelles se constituèrent alors: Fédération nationale des mutuelles de fonctionnaires et agents de l État (FNMFAE), Mutuelle générale de l éducation nationale (MGEN), la Mutuelle générale des PTT (MGPTT) 1947 La loi du 27 février fit participer la mutualité au fonctionnement de la Sécurité sociale en lui reconnaissant le droit de gérer certains de ses centres. La loi du 9 avril confia aux mutuelles de fonctionnaires la gestion de leur régime spécial de Sécurité sociale. Le nombre de mutualistes crût rapidement : en 1823, en 1852, en 1870, 2,6 millions en 1901, 4,5 millions en 1914.

4 Les sociétés de secours mutuel et les cercles 11 Les lieux de rencontre et de discussions Les chambrées Le terme provient des premières réunions qui se tenaient initialement dans des chambres contiguës à une auberge ou un café. C est un lieu où on se réunissait plus discrètement que dans la salle d un café. Ce pouvait être aussi l arrière-salle d une auberge ou l appartement d un particulier. Elles avaient donc une clientèle moins imprécise que celle d un cabaret, d une auberge. C était un groupe de condition modeste régulier et fermé qui se réunissait pour participer à des jeux, souper, et avoir des discussions libres et quelques fois politiques ou séditieuses. Les chambrées reflétaient un des caractères particuliers de la sociabilité provençale. Dans un rapport du 5 mars 1852, relatif à la fermeture des chambrées, le préfet Daniel Pastoureau définissait ainsi ces chambrées: «Les chambrées sont des lieux de réunion qui se rencontrent en grand nombre dans les bourgs et villages et dans lesquelles s assemblent chaque soir pour y passer une partie de la nuit, tous les ouvriers de l agriculture et autres ainsi que les petits artisans, ménagers ou propriétaires paysans. Le temps se passe dans la chambrée à jouer, à boire, à lire quelques mauvais journaux au rabais et surtout à se livrer à des appréciations politiques au niveau de l intelligence et de l instruction des gens qui fréquentent ces lieux. C est de ces réunions que sont parties depuis plusieurs années toutes les excitations démagogiques qui ont jeté le département dans la crise terrible à laquelle il a été livré en décembre dernier.» La chambrée était un espace propre au village urbanisé, celui où les habitants de la commune rurale étaient fortement groupés dans une agglomération et où cohabitaient souvent tous les éléments sociaux que l on retrouve dans les villes. C est dans la chambrée que, chaque soir ou presque, les travailleurs de la terre se regroupaient pour boire du vin, jouer aux cartes ou aux dés, discuter du travail ou politique. Gens d échoppe ou d atelier, ouvriers de petites fabriques et bourgeois de la commune, car la chambrée regroupait les hommes sans distinction des conditions sociales. L abonnement aux journaux était relativement cher pour les ruraux: 36 francs pour le Démocrate du Var, aussi étaient-ils conservés précieusement. Même les numéros anciens circulaient dans les chambrées, d un village à un autre. La lecture de ces journaux d occasion, écrits en français, se faisait collectivement avec traduction simultanée en provençal car nombreux étaient encore ceux qui ne savaient pas lire. En 1850, on comptait un millier de chambrées dans le Var. Officiellement, elles comptaient chacune peu de membres, car les sociétés de plus de 20 personnes étaient soumises à déclaration et surtout à des droits sur les boissons ce qu elles préféraient éviter. On peut dire que près de la moitié des hommes adultes d un village appartenait à une chambrée. Les autorités ne s y trompèrent pas. Le préfet Georges Haussmann, en particulier, fit des chambrées les victimes privilégiées de la politique antirépublicaine qu il mena dans le Var. Du 19 juin 1850 au 16 avril 1851, 54 chambrées varoises furent ainsi fermées. Souvent elles se reconstituaient assez vite, changeant de local, de nom, de président, ce qui pouvait conduire à une nouvelle dissolution. La Seconde République correspond à l âge d or des chambrées. Dans le Var, d après les enquêtes préfectorales, leur nombre ne cessait de croître. Elles furent interdites par la répression césariste dès le 12 décembre 1851.

5 12 Le Cercle des Travailleurs de La Garde-Freinet TEXTE DE L ARRÊTÉ DE FERMETURE DES CHAMBRÉES DANS LE VAR Section I.01 Département du Var Arrêté de fermeture des chambrées Nous, général de brigade, commandant l état de siège dans le département du Var, Vu l arrêté de M. le Préfet du Var, en date du 6 décembre 1851, qui déclare le département du Var en état de siège, Vu les lois des 28 juillet 1848 et 19 juin Considérant que les chambrées ont été un foyer de désordre dans le département, et que plusieurs d entre elles ont été le lieu de réunion de tous les anarchistes qui ont levé l étendard de l insurrection. Arrêtons : Les réunions, dites chambrées, sont interdites dans tout le département du Var. Elles sont fermées aussitôt la réception du présent arrêté par les soins de MM. les Maires. Toute résistance à son exécution sera punie suivant la rigueur des lois. Fait à Toulon, au quartier général le 12 décembre 1851 Le général de brigade Levaillant, commandant l état de siège dans le département du Var Les cercles Au 31 décembre 1843, le dossier du Cercle central de France (un curieux projet avorté de Cercle des Cercles) contient une statistique d après laquelle il existait cercles autorisés de plus de 20 personnes, groupant ensemble membres et 327 cercles de moins de 20 personnes qui en auraient 3239, soit 1928 cercles et membres, auxquels il faudrait probablement ajouter tous les cercles non déclarés. Les cercles Sous l Ancien régime ce terme représentait le groupe de Dames assises en rond autour de la Souveraine pour le jeu ou la conversation. Dans le dictionnaire de l Académie française, en 1687, le cercle représente non seulement les dames assises autour de la Reine mais aussi, par extension, «le lieu où cette compagnie est assemblée». C est en l an VII qu au sens précédent, le dictionnaire ajoute que le cercle «se dit aussi par extension des assemblées d hommes et de femmes qui se tiennent dans les maisons des particuliers pour la conversation». Au début du XIX e siècle le «Cercle» commence à s employer dans le sens, légèrement dérivé, de milieu de relations habituelles. Il est l équivalent du «club» britannique et, à cette époque, applique une sociabilité anglomane dans laquelle la femme est exclue. Réservé aux notables, aux bourgeois, à un certain niveau du négoce, le cercle a pu être l institution qui commençait à remplir les fonctions de l association professionnelle encore à imaginer. C est seulement en 1878 que la 7 e édition du dictionnaire de l Académie ajoutera un troisième sens : «Se dit encore d une association dont les membres se réunissent dans un local loué à frais communs pour causer, jouer, lire les journaux.»

6 Les sociétés de secours mutuel et les cercles 13 Les cercles participèrent activement à la modernisation de la sociabilité au XIX e siècle. Au début réservés aux notables et bourgeois, ils se démocratisèrent. La plupart des sociétés spécialisées (en particulier les sociétés de secours mutuels) ont jugé nécessaire de créer auprès d elles une institution de relations sociales entre ses membres: un cercle, afin de pouvoir se réunir, boire à un prix réduit et élever leur niveau de connaissance, en particulier par la lecture. Le gouvernement fut favorable un temps sur le motif que le comportement des membres dans leur cercle était calme et cordiaux, au contraire des cafés. Mais les cercles ne pouvaient manquer d éveiller, par leur nature même, la méfiance de tout pouvoir antilibéral : c étaient des lieux clos, donc malaisés à surveiller ; on pouvait y parler politique ou jouer de l argent, griefs divers et même apparemment hétérogène, pourtant souvent rapprochés. Tout au long du siècle les pouvoirs en place se sont méfiés et ont multiplié les directives aux préfets pour surveiller au plus près les cercles. Il est instructif de voir avec quelle insistance certains esprits avertis jugeaient utile de s en défendre en rédigeant des statuts très restrictifs. L arrêté préfectoral du 8 février 1854 «Police des cercles» définit les règles de fonctionnement des cercles. Extraits: Nous Préfet du Considérant que plusieurs Cercles ont été autorisés par notre prédécesseur et qu un certain nombre de demandes tendant au même but nous ont été adressées et ont été appuyées auprès de nous par des autorités locales; Considérant qu il y a lieu de distinguer entre les chambrées, associations qui étaient devenues des foyers de propagande révolutionnaire, et les Cercles réunions non politiques, qui dans l état de nos mœurs sont un besoin pour certaines localités; Considérant toutefois qu il est nécessaire, pour éviter que les cercles autorisés ne dégénèrent en chambrées, de leur imposer certaines règles, et déterminer les conditions auxquelles l autorisation pourra leur être accordée. Arrêtons: Art. 1: Aucun cercle, ne pourra se former sans une autorisation spéciale de notre part. Art. 2: La demande d autorisation, pour être accueillie devra contenir : 1 Les noms, prénoms, âge, profession et domicile des membres de la réunion projetée ; 2 La désignation du président et des commissaires du cercle proposés par les pétitionnaires ; 3 L indication du local destiné à servir de lieu de réunion ; 4 Les statuts du cercle projeté qui devront contenir notamment l indication des heures d ouverture et de fermeture du cercle ; 5 La promesse de ne pas s occuper de politique et de ne se livrer à aucun jeu de hasard; 6 L engagement de concourir, en toutes circonstances, au maintien de l ordre et de la bonne harmonie entre les citoyens, et de déférer immédiatement à toute réquisition de 1 autorité locale qui réclamerait le concours des membres du cercle pour protéger les personnes et les propriétés, en cas de désordre ou de sinistre ; 7 L obligation de verser chaque trimestre au bureau de bienfaisance ou, à défaut de bureau de bienfaisance, dans les mains d une commission spéciale formée du Maire, du Curé ou desservant et d un membre du cercle, une somme qui sera fixée dans la demande,

7 14 Le Cercle des Travailleurs de La Garde-Freinet par les pétitionnaires eux-mêmes, suivant leur position sociale, mais qui ne pourra être inférieure à x franc par personne et par trimestre. Cette cotisation sera payée d avance et le produit en sera distribué aux indigents de la commune. Art. 7 : Un exemplaire du présent arrêté restera constamment affiché dans le local de chaque cercle. Art. 9 : Un délai de trois mois est accordé aux cercles déjà existants en vertu d une autorisation régulière pour se conformer aux dispositions qui précèdent. LA POLITISATION DES CERCLES L accession à la reconnaissance officielle, moyennant le respect, au moins formel, de certaines conditions obligatoirement incluses dans les statuts, les fit sortir de la demi-clandestinité qui les caractérisait. Leur rôle dans la cité fut accru, en particulier et malgré la loi, dans le domaine politique. En effet, les partis politiques nationaux possédaient rarement des structures locales permanentes, aussi le rôle de relais et d animation politique emprunte-t-il un autre canal : celui des SSM, des cercles, des chambrées, dont la deuxième moitié du XIX e siècle vit précisément, ici et dans ce domaine, l apogée. Les pouvoirs publics relevèrent maintes fois, avec résignation ou agacement, cette politisation croissante. Après la conquête de la République par les républicains, «l engagement républicain» de nombreux cercles ne suscitant plus de difficultés, ce furent désormais les cercles «blancs», jusqu alors acceptés, qui préoccupèrent les pouvoirs publics. La politisation des SSM et des cercles ne fut jamais sélective et il faut abandonner l équation hâtive: cercle = gauche. En 1871 le maire de Tourrettes déclara : «Il y a déjà deux cercles ou chambres comme d habitude d opinions opposées.» De la «réaction» antirépublicaine à l extrémisme de gauche (radical puis socialiste), en passant par le conservatisme où les réactionnaires résignés ou repentis retrouvèrent les républicains modérés, l éventail est complet. Les cercles apparurent comme de véritables relais ruraux des partis politiques et en assumèrent les tâches essentielles: Ils regroupaient les forces politiques. Blancs ou rouges, ils assuraient la propagande par des discussions et des conférences (avec la collaboration d orateurs étrangers comme des hommes politiques mais aussi des ecclésiastiques), par la lecture des journaux «cramoisis» ou encore par l image : bustes de Marianne ou portraits (Garibaldi, Barbès, A. Blanqui, L. Blanc). Les cercles «rouges» s organisèrent en une sorte de bréviaire extrémiste à l usage des membres dont l analphabétisme restait fréquent. Ils organisaient l action électorale. Quelques fois, les membres avaient obligation (engagement inscrit sur le livret de membre), au moins morale, de voter pour le candidat désigné par le cercle et d inciter à faire voter pour lui. La densité du réseau des SSM et cercles, le poids social de certains de leurs membres (maire, adjoints, conseillers généraux, notables), les encouragements de personnalités prestigieuses comme Gambetta, élargirent l influence de ces pratiques déjà habituelles dès le début de la Troisième République. La loi dut composer avec une réalité solidement enracinée et destinée encore à durer. En réalité, la politique hanta encore longtemps le Cercle. Il fallut attendre l implantation de structures politiques locales pour le voir revenir à ses premières fonctions de loisirs.

8 Les sociétés de secours mutuel et les cercles 15 Malgré des changements de noms et des déplacements de lieux de réunion, les cercles perdurèrent. Sur les 331 recensés en 1914 un tiers avait plus de 20 ans, un-neuvième plus de 30 ans d existence. ÊTRE MEMBRE D UN CERCLE Pour y entrer, le parrainage de deux anciens était, en général, indispensable (une période de purgatoire pouvait être imposée, comme membre temporaire). Sauf exception, les femmes et les étrangers n étaient pas admis 3. Il fallait accepter les statuts qui comprenaient parfois des engagements politiques contraignants : obligation de voter pour, obligation de participer à, payer une cotisation, apporter son aide aux collègues, assurer à tour de rôle l entretien du local de réunion, participer à la fête annuelle. Peu de chose comparé aux joies promises : la discussion, le jeu, avec la certitude de ne pas mourir de soif et à meilleur compte que les clients ordinaires des cafés. Dans une ambiance animée, s engageaient et se répétaient de bruyantes parties de cartes. Le jacquet, le billard français, les dominos étaient aussi des loisirs traditionnels. Les cercles se plaçaient souvent sous la tutelle d un saint patron, héritage des anciennes chambrées et SSM, ou choix délibéré d allure «conservatrice». Quelques-unes perpétuaient des noms parfois délicieusement désuets et mystérieux, comme le Cercle des Pimparins, à Bargemon. Certains se voulaient résolument «dans le vent» Le Progrès, L Avenir, L Univers, fleurissaient leurs frontons. D autres, les moins nombreux, affirmaient leur engagement militant. Les rouges, républicains, radicaux, socialistes, annonçaient leur couleur : Cercle de 1789, à Carnoules, du 24 février 1848, au Beausset, du 14 juillet, de la Liberté, de l Égalité, des Travailleurs. Mais La Fraternité pouvait être aussi à droite, blanche. Les cercles «blancs» discrètement conservateurs ou plus engagés, respectueux de l ordre, préféraient le patronage d un saint éponyme ou la référence régionaliste: de Provence, du Midi Avec les années et les grandes libertés républicaines assurées désormais, un certain tassement se produisit. Les goûts aussi se modifièrent; le café, moins contraignant et largement répandu, gagna de nouveaux adeptes, séduits par la fréquentation aisée et sans contrainte qu il offrait à tous. De leur côté, beaucoup de jeunes se sentirent attirés par de nouvelles formes de loisirs. Révolution de février 1848 Louis-Philippe I er est roi de France depuis 12 ans. Le 21 février, le gouvernement Guizot interdit le banquet des Réformés (opposants libéraux et républicains partisans de la réforme électorale) et la manifestation qui devait le précéder. Le 22 février, malgré l interdiction, une manifestation eut lieu à Paris au cri de «À bas Guizot! Vive la réforme!» Le 23 février, la Garde nationale refusa de réprimer l émeute et pactisa avec les insurgés. Guizot refusa de faire tirer l Armée contre la Garde. Le Premier Ministre fut obligé de démissionner. Les insurgés voulurent se rendre devant sa résidence. Ils furent accueillis par l Armée (104 e de Ligne). 52 d entre eux furent tués. Le 24 février les insurgés envahirent les Tuileries en criant : «Vive la République!» Louis-Philippe abdiqua. Un gouvernement provisoire se forma avec Lamartine, Ledru-Rollin, François Arago, Louis Blanc, Garnier-Pagès, Hyppolite Carnot, Adolphe Cremieux, Albert dit «L ouvrier», etc. La Deuxième République fut proclamée le 4 mai Les statuts du Cercle de LaGarde-Freinet furent modifiés seulement en 2002 pour autoriser les étrangers à participer au conseil d administration.

9 16 Les sociétés de secours mutuel et les cercles varois Stendhal déclara, durant un séjour dans le Var, «qu il est difficile de lier des relations car les citoyens se retrouvent dans des cercles privés.» 4. Les 42 membres fondatrices ont été: Adèle Saru, Hélène Bochière, Nadine Courchet, Marie Simon, Victoire Olivier, Babet Parimon, Marie Audemar, Marie Paromie, Rose Covin, Zoé Olivier, Rosette Barthelmy, Rebiennne Bayou, Louise Gay, Armance Gastinelle, Virginie Saru, Mariette Béringuier, Adélaïde Gaidonne, Marie Gaidonne, Myette Claimbau, Louise Guillabert, Rosine Gilaldy, Augustine Gastinelle, Zoé Gastinelle, Félicité Simon, Obine Olivier, Rosine Olivier, Thétil Agnèle, Élizabeth Pin, Roseline Courchet, Mélanie Courchet, Pélagie Gastinelle, Anne Sénéquier, Marie Collet, Mélanie Collet, Marie Jean, Rosine Musse, Pauline Rouy, Joséphine Rouy, Louise Barbarouy, Cézarie Barthelmy, Clairon Perin, Théréson Pascal. SSM réservés aux femmes La première société de prévoyance féminine, sous le titre de Sainte-Madeleine apparut à LaGarde-Freinet le 22 juillet Cette société fut la première SSM réservée aux femmes 4. Ses statuts comportaient 23 articles dont les plus marquants étaient : Art 1: La société mettant en pratique le dogme de la fraternité admet le jour de sa formation et sans limitation d âge toutes personnes de sexe féminin, néanmoins nulle ne sera reçue si elle n a pas atteint sa quinzième année, à l avenir ne pourra être reçu celle qui sera de plus de 40 ans révolus. Les deux tiers des voix seront nécessaires pour la réception. Art 2: Chaque membre devra verser dans la caisse de la société la somme de 10 cent par mois. Art suivants : Seront assistées celles qui seront malades, en incapacité de travail, durant un accouchement, sauf pour les maladies consécutives à la débauche, à l ivrognerie, aux rixes Art 23: Le nombre est limité à 200. À cette époque, il fut écrit par le ministre de l Intérieur au sujet du rôle des femmes salariées: comme l homme, «elles participent activement à la politique, ce qui favorise la débauche et exalte l opinion politique!»

10 SSM, cercles et politique Le 15 mars 1850, le ministre écrivit une lettre à tous les préfets : «Les anarchistes cherchent à éluder les dispositions de nos lois organisent des centres d affiliation ou de propagande socialiste fondent des SSM.» Le 13 août 1850, le Cercle des Amis Réunis fut fermé. Le 19 novembre 1850, Pierre Arrambide 5, en provenance de Fayence, fut arrêté à Draguignan. Le 16 avril 1851, plusieurs cercles furent dissous pour les motifs suivants : «Présence d étrangers (non-membres) et discussion politique.» En d autres villages, la fermeture fut demandée pour le motif : «Lecture de journaux à haute voix avec commentaires.» Le 16 avril 1851, le Cercle des Amis Réunis de La Garde-Freinet fut dissous pour le motif suivant: «discussions politiques, on était admis qu en faisant une profession de foi socialiste». Ci-dessus. Livret d Yvonne Petit. Dernier livret de L Union des familles de La Garde-Freinet en Cercle de La Cadière d Azur

11 18 Le Cercle des Travailleurs de La Garde-Freinet Drapeau du Cercle de Ramatuelle. Page suivante : cercles de La Farlède et de Ramatuelle.

12 Les sociétés de secours mutuel et les cercles varois 19 En 1852, le 10 janvier, le préfet écrivit aux maires : «Les emblèmes les plus respectables perdent ce caractère quand ils ne rappellent que de mauvais jours. Ainsi, ces trois mots : Liberté, Égalité, Fraternité, forment par eux-mêmes une touchante devise ; mais comme on ne les a vus paraître qu à des époques de troubles et de guerre civile, leur inscription grossière sur nos édifices publics attriste et inquiète les passants. Je vous prie en conséquence, de donner des ordres pour faire effacer sans retard cet emblème sur tous les édifices publics de votre commune ( )» En 1854, on vit la diffusion d une affiche sur la «Police des Cercles», limitant la vente d alcool. Le 1 er février 1855, la direction des Douanes et des contributions indirectes demanda au préfet (qui approuva) que les chambrées (cercles) qui se formaient devaient prendre une licence de la Régie. Le 30 mars 1859, le préfet demanda au maire d établir une liste informée des cercles existants. Le 5 février 1860 : une lettre au préfet des 3 cercles gardois : Harmonie, Saint-Hubert et Union, faisait allusion à la «conduite déréglée de certains en 1851». Le 26 mai 1865, le ministre attira l attention sur le fait que la consommation d alcool sans perception de taxe augmentait dans les cercles. Le contrôle des cercles était très sévère. Le ministre de l Intérieur demanda qu on lui communiquât les candidats à la présidence avant élection. En 1872, au sujet du Cercle de l Avenir de Vidauban l on écrivit : «C est un des cercles les plus actifs de la propagande révolutionnaire dans le département regroupant jusqu à 150 membres appartenant à la fraction la plus avancée du parti radical.» En 1873 et 1874, il y eut exhibition d emblèmes et manifestations séditieuses, le 2 juin 1873 à Varages, le 18 janvier 1874 lors de la fête patronale de Barjols et en 1873 l exposition d une République, coiffée du bonnet phrygien au Cercle des Agriculteurs de Cabasse. Le Cercle de Provence de Pourrières soutint le maire réactionnaire en Le président 5. Pierre Arrambide était un ancien ouvrier serrurier de l Arsenal maritime de Toulon, il était employé dans les bureaux du Démocrate du Var et parcourait le département sous le motif de trouver de nouveaux abonnés. Les autorités le suspectèrent de propager des idées séditieuses. À la suite de son arrestation, le préfet décida, le 19 novembre 1950, de fermer 19 chambrées sous le prétexte qu elles avaient reçu P. Arrambide et que donc elles avaient organisé des réunions publiques (aucune à La Garde- Freinet, qu il n avait pas encore visité). Ses contacts à La Garde-Freinet, d après la liste trouvée sur lui, étaient: M. Guillabert, M. Lonjon, Machetti Jean, M. Baugard et Sénéquier Spéculion). NB: Lorsque le Démocrate du Var disparut, Pierre Arrambide fut embauché comme contremaître dans les mines argentifères de Cogolin, où il fut très actif politiquement. Il fut un des deux meneurs (avec Marie-Antoine de Campdoras) de l insurrection de décembre 1851 dans les Maures.

13 20 Le Cercle des Travailleurs de La Garde-Freinet Cercle du 24 février au Beausset, cercles de Montferrat, de Saint-Maximin. de celui de Lorgues, en mars 1874, expliqua au préfet «que c est un cercle de moralisation pour les ouvriers qui peut soustraire l ouvrier à des influences funestes et œuvrer au rétablissement de l ordre moral». Au Cercle de l Harmonie, à Sollies-Toucas «quelques-uns en sont encore à regretter l Empire». À Hyères comme à Ollioules, des cercles catholiques affirmaient leur vocation «d édification mutuelle des catholiques», mais regroupaient des notables hostiles à la République. Le 23 février 1880, le préfet autorisa les cercles à rester ouvert la nuit des 23 et 24 février, dates anniversaires de la Révolution parisienne «de février 1848» et de la fuite de Louis-Philippe ; Les cercles paraissaient très attachés à cette révolution : on fêta longtemps dans les cercles républicains cet anniversaire, bien que le 14 juillet ait été institué fête nationale (certains cercles portèrent le nom de Cercle du 24 février comme au Beausset). Le 12 avril 1880 et le 22 janvier 1887, le ministère de l Intérieur demanda aux préfets de faire une enquête sur les cercles catholiques. Le 15 février 1889, le préfet écrivit une circulaire interdisant l accès des cercles aux étrangers (non-membres). En décembre 1896, le préfet écrivit au ministre, à propos de l ouverture d un cercle radical, à Rians: «Il n est que trop réel que la plupart de ces associations surtout dans le département du Var, où les passions ont un degré d acuité exceptionnel, ne sont, à les considérer de près, que des groupements à tendance politique.» Après la loi de 1901, beaucoup de cercles omirent de mettre leurs statuts à jour. Le Cercle des Travailleurs de La Garde-Freinet fut effectivement enregistré en Les plus anciens cercles de notre département déclarèrent avoir été créés au début du XIX e siècle (mais peut-être y a-t-il confusion entre la date de création de la SSM et l annexion du cercle). Le Cercle du Littoral à Ramatuelle avait 25 membres en Le 16 février 1884, une lettre du maire de Ramatuelle stipulait que le cercle n existait plus. Le Cercle de la Paix, agréé le 10 octobre 1841, était le plus ancien de Ramatuelle.

14 Les sociétés de secours mutuel et les cercles varois 21 Évolution des cercles dans le Var Le nombre de cercles fut très variable dans le département : 120 en 1842, dont 5 agréés à La Garde-Freinet, 5 à Saint-Tropez, 5 à Cogolin, 2 à Grimaud, 3 au Plan de la Tour, 1 à Ramatuelle, 1 à Gassin. 768 le 21 mars 1843, dont 629 non autorisés. 460, en , dont 21 dissous, le 30 avril , le 16 septembre , le 30 avril , en À ce jour, le nombre de cercles que nous avons répertorié dans le Var est de 27 : Bargemon, Barjols, Callian, Chateaudouble, Clavier, Correns, Draguignan, Esparron, Fox- Amphoux, Gonfaron (en sommeil), La Cadière-d Azur, La Garde-Freinet, La Farlède, La Martre, La Seyne-sur-Mer, La Valette, Le Beausset, Montferrat, Pontevès, Ramatuelle, Rougiers, Saint-Julien, Saint-Martin de Pallières (qui n ouvre que le jour de la fête votive), Saint-Maximin, Saint-Zacharie, Tourves, Villecroze. Les cercles de Bagnols-en-forêt, Fayence, La Motte, Nans-les-Pins, Seillans ont fermé récemment. Leurs locaux sont devenus respectivement : salle d exposition de peinture, foyer des campagnes, salle municipale, restaurant et annexe à la mairie. Le 30 juin 2001, 19 cercles se sont réunis à Gonfaron sur l initiative de René Clérian (président du Cercle de Gonfaron), afin de se regrouper dans une association départementale, pour rappeler leur passé et leur rôle et unir leurs actions. Les derniers cercles ont du mal à survivre à cause de charges importantes et de l affaiblissement du bénévolat. Fort heureusement, mis à part quatre dont celui de La Garde- Freinet, les cercles sont propriétaires de leurs locaux (obtenus par donation ou achat ancien) ou hébergés dans des locaux municipaux, et n ont donc pas de loyer à payer.

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS.

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. (article L.311-1 à L321-12 et L.330-1 à L.330-9 du Code du travail) (extraits des Cahiers du Chatefp n 2-3,

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques»

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» «La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» Xavier Junique, Patricia Toucas et Richard Ribière Revue internationale de l'économie sociale : Recma, n 301,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015 NOM DE L ENFANT :. PRENOM DE L ENFANT : Date de Naissance :.. Sexe de l enfant: Masculin Féminin 1 Dossier à compléter par enfant. Maternelle : Elémentaire : - petite section - moyenne section.. Classe

Plus en détail

Élections municipales de 2014. Communes de moins de 1000 habitants

Élections municipales de 2014. Communes de moins de 1000 habitants Élections municipales de 2014 Communes de moins de 1000 habitants Introduction présentation générale de la réforme Importantes modifications du code électoral introduites par la loi du 17 mai 2013 et son

Plus en détail

233 J Fonds des mutualités des communes de La Grande-Fosse et d Hagécourt (1866-1951)

233 J Fonds des mutualités des communes de La Grande-Fosse et d Hagécourt (1866-1951) ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES VOSGES 233 J Fonds des mutualités des communes de La Grande-Fosse et d Hagécourt (1866-1951) Répertoire numérique détaillé établi par Lolita GEORGEL étudiante en master 1 Sciences

Plus en détail

SOCIETE DE SECOURS MUTUEL DES COMPTABLES DE LA VILLE DU MANS

SOCIETE DE SECOURS MUTUEL DES COMPTABLES DE LA VILLE DU MANS ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA SARTHE Sous-série 32 J SOCIETE DE SECOURS MUTUEL DES COMPTABLES DE LA VILLE DU MANS Répertoire numérique par M. TERMEAU et C. GUENERIE 1992 La société de secours mutuels

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1531 du 17 décembre 2014 relatif au taux des cotisations d allocations familiales et d assurance

Plus en détail

/HVQXLWVGH VHPDLQH /HVQXLWV

/HVQXLWVGH VHPDLQH /HVQXLWV 35()(&785('(/$'520( ',5(&7,21'(/$5(*/(0(17$7,21 (7'(6/,%(57(638%/,48(6 %85($8'(/ $'0,1,675$7,21*(1(5$/( '(6(/(&7,216(7'(/$5(*/(0(17$7,21 $55(7(1ƒ /H3UpIHWGHOD'U{PH &KHYDOLHUGHOD/pJLRQG +RQQHXU &KHYDOLHUGHO

Plus en détail

STATUTS. ASSOCIATION DES COMMERCANTS des quartiers Rosette, Duhail, Bois et Village de FONTENAY SOUS BOIS. Régie par la loi du 1er juillet 1901

STATUTS. ASSOCIATION DES COMMERCANTS des quartiers Rosette, Duhail, Bois et Village de FONTENAY SOUS BOIS. Régie par la loi du 1er juillet 1901 STATUTS ASSOCIATION DES COMMERCANTS des quartiers Rosette, Duhail, Bois et Village de FONTENAY SOUS BOIS Régie par la loi du 1er juillet 1901 Siège Social : 3 rue de l Ancienne Mairie - 94120 Fontenay

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

Les symboles français

Les symboles français Fiche Pédagogique Les symboles français Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif 2 Fiche élève. 3-4 Fiche professeur.5-6 Transcription.7 Sources. 8 1 Tableau descriptif Niveau A2 Descripteur CECR,

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

Art. 2 : Siège et durée L Association a son siège dans la République et canton de Genève à l adresse de son secrétariat. Sa durée est illimitée.

Art. 2 : Siège et durée L Association a son siège dans la République et canton de Genève à l adresse de son secrétariat. Sa durée est illimitée. Association Alzheimer Suisse Section de Genève Chemin des Fins 27 1218 Grand Saconnex STATUTS Dans les présents statuts, toute dénomination de personne, de statut ou de fonction recouvre l homme ou la

Plus en détail

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS STATUTS MISE A JOUR APRES LE 115EME CONGRES 5 ET 6 SEPTEMBRE 2015 TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS Article 1 er - Le Parti Dans le cadre de l article 4 de la Constitution, le Parti républicain radical

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE I.- PRINCIPES FONDAMENTAUX DU SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE L assurance vieillesse n a été instituée pour l ensemble des salariés qu en 1953 ; avant cette date, quelques corporations

Plus en détail

Décret sur les sociétés mutualistes (JORT 18 février 1954). TITRE PREMIER DISPOSITION GENERALE

Décret sur les sociétés mutualistes (JORT 18 février 1954). TITRE PREMIER DISPOSITION GENERALE Décret sur les sociétés mutualistes (JORT 18 février 1954). TITRE PREMIER DISPOSITION GENERALE CHAPITRE PREMIER Définition, composition, et constitution des sociétés Art 1 er : Les sociétés mutualistes

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

SKI - CLUB - EST STATUTS

SKI - CLUB - EST STATUTS SKI - CLUB - EST STATUTS TITRE I : Intitulé - Objet social - Siège social - Durée - Affiliation Article 1 : Intitulé L association ayant pour titre «SKI-CLUB-EST» (abréviation de SKI CLUB des Cheminots

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Loi n 96-022/ Régissant la mutualité en République du Mali. L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur

Plus en détail

Niger. Régime général des mutuelles de santé

Niger. Régime général des mutuelles de santé Régime général des mutuelles de santé Loi n 2008-10 du 30 avril 2008 [NB - Loi n 2008-10 du 30 avril 2008 portant régime général des mutuelles de santé en République du ] Titre 1 - Dispositions générales

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

La retraite IRCANTEC. A. La retraite complémentaire IRCANTEC

La retraite IRCANTEC. A. La retraite complémentaire IRCANTEC Mémento des droits des personnels des EPST Sntrs-Cgt E4 La retraite IRCANTEC A. La retraite complémentaire IRCANTEC I. Acquisition des droits II. Montant de la retraite IRCANTEC III. En cas de décès IV.

Plus en détail

Algérie. Loi relative aux associations

Algérie. Loi relative aux associations Loi relative aux associations Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 [NB - Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 relative aux associations (JO 1990-31)] Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi a pour

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par :

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : REGLEMENT INTERIEUR Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : - le Code Général des Collectivités Territoriales La plupart des règles

Plus en détail

CHAPITRE I Plan d Action et Développement 2011-2015 : l heure du bilan

CHAPITRE I Plan d Action et Développement 2011-2015 : l heure du bilan CHAPITRE I Plan d Action et Développement 2011-2015 : l heure du bilan 2 Plan d Action et Développement 2011-2015 : l heure du bilan Depuis le début des années 2000 3 domaines d actions : Les hébergements

Plus en détail

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE Chapitre 1 - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 Il est fondé entre les adhérent-e-s aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Ordonnance n o 2015-682 du 18 juin 2015 relative à la simplification des déclarations

Plus en détail

COUDEKERQUE-BRANCHE STATUTS

COUDEKERQUE-BRANCHE STATUTS COUDEKERQUE-BRANCHE Siége administratif : 33 rue Arago, 59210 Coudekerque branche Association loi 1901 n 6356 Affiliation Fédération Française de Triathlon n 02021 Agrée Jeunesse et Sports n 59S1875 N

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Supplément spécial ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Mairie-conseils décrypte pour vous les principaux changements apportés par la loi électorale du 17 mai 2013 : abaissement du seuil du scrutin

Plus en détail

INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF)

INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF) INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF) STATUTS I - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 L'association de solidarité internationale, INGENIEURS SANS FRONTIERES ("ISF" en sigle), fondée en janvier 1982,

Plus en détail

TITRE II : DES ORGANES DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DU MALI

TITRE II : DES ORGANES DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DU MALI DECRET N 98-228/P-RM Fixant l organisation et les modalités de fonctionnement de la chambre de commerce et d industrie du Mali. Le Président de la République, Vu la Constitution ; Vu la Loi n 94-009 du

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY

STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY Article 1 : Constitution et siège social Il est fondé, le 12 mai 1998, entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 61 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI sur les sondages visant à mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral,

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI ORGANIQUE

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI ORGANIQUE TEXTE ADOPTE n o 181 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2002-2003 24 juillet 2003 PROJET DE LOI ORGANIQUE relatif au référendum

Plus en détail

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 2015 STATUTS RÈGLEMENTS M E RMutuelle Retraite Européenne Statuts MRE applicables à compter du 01/01/2015 Titre I ER - Formation, Objet et composition

Plus en détail

Vu la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires.

Vu la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires. CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL POUR ASSURER LES SECRETARIATS DU COMITÉ MÉDICAL DÉPARTEMENTAL ET DE LA COMMISSION DÉPARTEMENTALE DE RÉFORME Entre : Mme ESTELLE GRELIER, Présidente du Centre

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Projet de loi n o 93. Présentation. Présenté par M. Claude Béchard Ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques

Projet de loi n o 93. Présentation. Présenté par M. Claude Béchard Ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 93 Loi modifiant la Loi électorale concernant les règles de financement des partis politiques et modifiant d autres dispositions législatives

Plus en détail

Emploi des mineurs et jobs d été

Emploi des mineurs et jobs d été Les évolutions relatives au travail des enfants se sont développées avec les dispositions législatives rendant la scolarité obligatoire. Ainsi les premières lois restreignant l admission des enfants sur

Plus en détail

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ Société de Réassurance mutuelle régie par le Code des Assurances Siège Social : 65, rue de Monceau - 75008 PARIS STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ ARTICLE PREMIER - FORMATION -

Plus en détail

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Hôtel El Aurassi 25 octobre 2010 Alger Algérie 1 Sommaire 1 2 3 4 Maroc : Chiffres clés Aperçu des régimes de sécurité sociale au Maroc Principales

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

STATUTS - Association loi 1901 -

STATUTS - Association loi 1901 - STATUTS - Association loi 1901 - ARTICLE 1 : CONSTITUTION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant

Plus en détail

Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées. N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles

Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées. N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles N du Répertoire Départemental : 2291 Les statuts initiaux de l association

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION

TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION MAIRIE DE COURNON D'AUVERGNE SERVICE TOURISME TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION Sommaire : Page 2 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : Page 7 : Présentation de la taxe de séjour -qui est habilité

Plus en détail

GRÈCE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR).

GRÈCE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR). GRÈCE Nomenclature IKA LAEK OAED OGA TEAM TEBE Organisme d assurance sociale Fonds pour l'emploi et la formation professionnelle Agence pour l emploi et la main-d œuvre Organisme d assurance de l agriculture

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 58 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2011 PROPOSITION DE LOI relative à la communication des collectivités territoriales, PRÉSENTÉE Par M. Jean-Claude

Plus en détail

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Document mis en distribution le 21 avril 2009 N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2009. PROJET

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme M.R., sa fille, Mme M.K., ainsi que MM. S.A., capitaine de police, et S.C., brigadier-chef.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme M.R., sa fille, Mme M.K., ainsi que MM. S.A., capitaine de police, et S.C., brigadier-chef. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2010-109 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le

Plus en détail

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés JAPON Nomenclature CHIHO-KOMUIN-KYOSAI CHIHO-KOMUIN-ONKYU CHIHO-KOMUIN-SAIGAI HOSYO CHIHO-KOKUMINN-KYOSAI- KYUGYO-KYUFU-TO IZOKU-NENKIN JIDEO-TEATE JIDO-FUYO-TEATE KOKKA-KOMUIN-KYOSAI KOKKA-KOMUIN-ONKYU

Plus en détail

Création d une coopérative scolaire

Création d une coopérative scolaire Pour créer une coopérative scolaire : Fiche modalités d adhésion Fiche d adhésion Création d une coopérative scolaire Règlement-type d une Coopérative scolaire (à conserver obligatoirement dans les archives

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

Ociane Professionnels Indépendants

Ociane Professionnels Indépendants JUIN 2012 Ociane Professionnels Indépendants Statuts approuvés par l Assemblée Générale du 11 septembre 2012 OCIANE PROFESSIONNELS INDÉPENDANTS Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 Siège social

Plus en détail

PACK SECURITE IMMOBILIERE Propriétaire bailleur individuel Proposition d assurance

PACK SECURITE IMMOBILIERE Propriétaire bailleur individuel Proposition d assurance Société d'assurance Mutuelle à cotisations variables 8 avenue Louis Jourdan BP 158 01004 BOURG-EN BRESSE Cedex Tél 04.74.32.75.00 - Fax 04.74.32.75.19 www.mutuelledelest.fr Entreprise régie par le code

Plus en détail

Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH)

Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH) Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH) MODALITES DE RECRUTEMENT, DE REMUNERATION, ET DE CESSATION DE FONCTIONS Réf. : - Décret 2009-1218 du 12 octobre

Plus en détail

7 RÈGLES D OR POUR CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ

7 RÈGLES D OR POUR CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ ÉLECTIONS 2012 : LA FNATH INTERPELLE LES CANDIDATS Le prochain quinquennat sera marqué par la crise sociale et économique. Pleinement touchés, les accidentés de la vie ne devront pas être sacrifiés sur

Plus en détail

SOMMAIRE. Préambule. I. Les statuts : Chapitre I: De la dénomination. Article 1 : Création et dénomination Chapitre II:De l adresse

SOMMAIRE. Préambule. I. Les statuts : Chapitre I: De la dénomination. Article 1 : Création et dénomination Chapitre II:De l adresse SOMMAIRE Préambule I. Les statuts : Chapitre I: De la dénomination II. Article 1 : Création et dénomination Chapitre II:De l adresse Article 2 : Le siége social Chapitre III: De l objet de l Association

Plus en détail

Statuts de la Société géologique de France

Statuts de la Société géologique de France Statuts de la Société géologique de France Article I - Dénomination - Objet - Durée I- BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION L association dite Société géologique de France (SGF), (ci-après dénommée «la

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DES ASSOCIATIONS

FONCTIONNEMENT DES ASSOCIATIONS FONCTIONNEMENT DES ASSOCIATIONS 1 IMPORTANT A L APPROCHE DE VOS ASSEMBLEES GENERALES PENSEZ A METTRE A JOUR VOS STATUTS OU REGLEMENT INTERIEUR SELON LE CAS Les fondateurs d'une association peuvent avoir

Plus en détail

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 er : L arrondissement, constituée sous le régime de la Loi du 1 er juillet 1901 et en conformité avec le Code de la Famille et de l Aide Sociale, groupe

Plus en détail

L organisation des pouvoirs de la Vème République

L organisation des pouvoirs de la Vème République L organisation des pouvoirs de la Vème République I. Comment fonctionne la Vème République? A. La constitution P. 105 : Préambule de la Constitution de la Vème République : Qu est-ce qu une constitution?

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

72 J. Fonds de la société scolaire de secours mutuels et de retraite de la circonscription d Aydoilles (1833-1933)

72 J. Fonds de la société scolaire de secours mutuels et de retraite de la circonscription d Aydoilles (1833-1933) ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DES VOSGES 72 J Fonds de la société scolaire de secours mutuels et de retraite de la circonscription d Aydoilles (1833-1933) Répertoire numérique détaillé établi par Mireille-Bénédicte

Plus en détail

Offre MMJ - Ouverture

Offre MMJ - Ouverture M U T U E L L E D U M I N I S T E R E D E L A J U S T I C E Bulletin d adhésion Offre MMJ - Ouverture MES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Merci de renseigner les informations demandées EN LETTRES CAPITALES N

Plus en détail

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation 1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012 I - But de la fondation Article 1 er L établissement dit fondé en a pour but de..

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. En cas d erreur, d omission ou de contradiction entre un article du présent règlement et les statuts, ces derniers font foi.

REGLEMENT INTERIEUR. En cas d erreur, d omission ou de contradiction entre un article du présent règlement et les statuts, ces derniers font foi. Acrocirque Baby Gym Basket Ball Chorespace danse Course d orientation Escrime Football Golf Gym d'entretien Handball Judo Karaté Shito Ryu Pétanque Qi Cong Rugby Tai Chi Chuan Tennis de Table Tir à l'arc

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D ASSOCIATION ---- ----

MODELE DE STATUTS D ASSOCIATION ---- ---- MODELE DE STATUTS D ASSOCIATION ---- ---- NOTICE EXPLICATIVE Ce document comporte deux parties : La présente notice explicative (4 pages) qui vous aidera à rédiger des statuts adaptés à votre association,

Plus en détail

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union NOUVEAUXSTATUTS Éditions de l Union TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 ER CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «Les Républicains»,

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Centre de Ressources et d Information des Bénévoles Ce que l on va aborder Propos introductifs : l esprit

Plus en détail

Mémoires d Ici Centre de recherche et de documentation du Jura bernois Saint-Imier

Mémoires d Ici Centre de recherche et de documentation du Jura bernois Saint-Imier CH MDI CONC K Associations 1868-2001 Mémoires d Ici Centre de recherche et de documentation du Jura bernois Saint-Imier Fonds État au 13 décembre 2010 ASSOCIATIONS K/CONC A. INVENTAIRE SOMMAIRE 1 Administration

Plus en détail

STATUTS TITRE I OBJET DÉNOMINATION SIÈGE DURÉE ARTICLE 1

STATUTS TITRE I OBJET DÉNOMINATION SIÈGE DURÉE ARTICLE 1 STATUTS Edition 03 du 13 décembre 2009 _ Assemblée générale extraordinaire du 16 janvier 2010 ayant pour objet le changement des statuts et règlement intérieur. Titre de l Association : TENNIS CLUB DU

Plus en détail

Le statut des «Gens du Voyage»

Le statut des «Gens du Voyage» Le statut des «Gens du Voyage» et ses conséquences discriminatoires légales Mars 2010 Sommaire 1 ère partie Quelques définitions 1.1. Les «Gens du Voyage» 1.2. Sans Domicile ni Résidence Fixe 1.3. Les

Plus en détail

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX ARTICLE 1 er DEFINITION L'association dite Comité Départemental de Golf de est une association Loi 1901

Plus en détail

Constitution du Québec

Constitution du Québec PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 191 Constitution du Québec Présentation Présenté par M. Daniel Turp Député de Mercier Éditeur officiel du Québec 2007 1 NOTES EXPLICATIVES

Plus en détail

STATUTS. Adoptés Modifiés - par l'assemblée Générale extraordinaire du... OBJET ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION

STATUTS. Adoptés Modifiés - par l'assemblée Générale extraordinaire du... OBJET ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION STATUTS Adoptés Modifiés - par l'assemblée Générale extraordinaire du... Article 1 : constitution, dénomination, objet OBJET ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2010-1776 du 31 décembre 2010 relatif à l assurance volontaire vieillesse et invalidité et au rachat

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE HAUT CONSEIL DE LA COMMUNICATION HCC CODE DE BONNE CONDUITE POUR LES ACTEURS POLITIQUES, SOCIAUX ET LES MEDIAS A L OCCASION DES ELECTIONS PRESIDENTIELLE ET LEGISLATIVES DE 2011 -*-*-*-*-*-*- Bangui, décembre

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

Conditions générales. retraite option 1A RI OBJET PRISE D EFFET DES GARANTIES

Conditions générales. retraite option 1A RI OBJET PRISE D EFFET DES GARANTIES la retraite option 1A RI Conditions générales LA RETRAITE (1A RI) est une Convention d assurance collective sur la vie à adhésion facultative, régie par le Code des assurances.elle est souscrite par la

Plus en détail

MUTUELLES FONCTION PUBLIQUE DE L ETAT: OU EN EST ON?

MUTUELLES FONCTION PUBLIQUE DE L ETAT: OU EN EST ON? & L ÉCONOMIE SOCiALE Hors série mars 2010 MUTUELLES FONCTION PUBLIQUE DE L ETAT: OU EN EST ON? La protection sociale complémentaire (PSC) dans la fonction publique est très souvent synonyme de «mutuelle».

Plus en détail

SOCIÉTÉ DES EMPLOYÉS DE COMMERCE SECTION DE FRIBOURG STATUTS

SOCIÉTÉ DES EMPLOYÉS DE COMMERCE SECTION DE FRIBOURG STATUTS SOCIÉTÉ DES EMPLOYÉS DE COMMERCE SECTION DE FRIBOURG STATUTS Remarque préliminaire Dans le texte des statuts, la forme masculine est employée indifféremment pour les femmes et les hommes. I. Dispositions

Plus en détail