Expérimentation de capteurs solaires thermiques peu coûteux et intégrés au bâtiment

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Expérimentation de capteurs solaires thermiques peu coûteux et intégrés au bâtiment"

Transcription

1 GROUPE DE RECHERCHES ECOLOGIQUS DE LA BAIE Expérimentation de capteurs solaires thermiques peu coûteux et intégrés au bâtiment Rapport de stage Master 2 Génie de l habitat Université Paul Sabatier TOULOUSE III Tuteur universitaire : Mlle Sandra Spagnol Maitre de stage : Mr Patrick Déry Pierre MOLLIER 01/08/2011 Présentation d une méthodologie de mesure et d analyse de performance de capteurs solaires thermiques peu coûteux et intégrés au bâtiment.

2 Remerciements Je tiens à remercier et à témoigner ma reconnaissance à toutes les personnes intégrant le Groupe de Recherches Ecologiques de la Baie, pour leur accueil et pour cette expérience très enrichissante, pleine d intérêt, aussi bien d un point de vue personnel que professionnel. Je remercie tout particulièrement mon tuteur de stage, Monsieur Patrick Déry, pour son accueil, ses conseils, sa patience et pour m avoir fait partager son expérience, ses idées, ses compétences et pour le temps qu il m a consacré. Je remercie également ma tutrice universitaire Mlle Spagnol, Monsieur Bertaud, Madame Lartigue et Madame Thellier pour leurs suivis et leur présence malgré la distance. De plus j adresse mes remerciements à l université Paul Sabatier, département Génie de l habitat, à l ensemble des professeurs et intervenants et avant tout, à toute l équipe pédagogique, pour ces trois heureuses années d enseignements et de collaboration. Je n oublie pas non plus mes camarades de promotion 2010/2011, fort dynamique et fédérée!

3 SOMMAIRE Remerciements... 1 I/ Présentation du GREB Le GREB, Groupe de Recherches Ecologiques de la Baie L équipe du GREB La recherche de solutions Domaines d intervention Travail réalisé au sein du GREB Evaluation de capteurs solaires thermiques peu coûteux et intégrés au bâtiment Evaluation de la captation de la chaleur excédentaire d une serre par fluide caloporteur... 3 II/ Intérêt de développer des capteurs solaires thermiques peu coûteux au Québec Introduction Contexte au Québec : du potentiel solaire mais très peu d incitation Le Québec : un potentiel solaire intéressant Le solaire thermique Québécois bénéficie d une aide financière peu populaire Auto-construction de capteurs solaires peu coûteux en réponse à ces contraintes L énergie solaire thermique accessible à tous... 7 III/ Méthodologie de mesure et d analyse des capteurs solaires thermiques du GREB Proposition de protocole et d analyse des mesures Journée de mesure Conditions nécessaires des mesures en laboratoire Limites et contraintes des mesures in-situ : Condition générale de mesures (mesures effectuées et appareils utilisés) Acquisition de données et calibration des entrées Mémorisation des données Traitement des données et calcul du rendement Détermination des caractéristiques du capteur en fonction des courbes de rendement et comparaison Détermination de la production de chaleur et de l intérêt économique Archivages des données... 13

4 IV/ Expérimentation des capteurs solaires thermiques du GREB Description du 1 er Prototype Composition du capteur Description du réseau Recueil de mesures et analyse du premier capteur Détermination du rendement du 1 er capteur Comparaison aux systèmes conventionnels Optimisation visant la réalisation et l évaluation d un second capteur Réalisation et évaluation du 2 nd capteur optimisé Description du 2 nd capteur Montage et réalisation du 2 nd capteur Détermination du rendement et des caractéristiques du 2 nd capteur Analyse des productions d ECS et de l intérêt économique Détermination des besoins Détermination de la production solaire d eau chaude sanitaire Détermination de l intérêt économique Caractéristiques du capteur GREB V/ Perspectives d avenir et conclusion ANNEXES ANNEXE 1 : La calibration des mesures ANNEXE 2 : Caractéristique de la couverture transparente polycarbonate ANNEXE 3 : Caractéristique appareils de mesure Annexe 3.1 : Température extérieure Annexe 3.2 : Température en entrée et sortie de capteur Annexe 3.3 : Rayonnement solaire global ANNEXE 4 : Nuage de points caractéristique des rendements des prototypes ANNEXE 5 : Informations générales et efficacité du capteur modèle G32-P ANNEXE 6 : Représentation graphique surfacique du rendement ANNEXE 7 : Evolution de la température du réservoir durant une journée de mesure représentative. Prototype ANNEXE 8 : Descriptif quantitatif et prix des capteurs GREB Bibliographie générale... 47

5 I/ Présentation du GREB 1.1 Le GREB, Groupe de Recherches Ecologiques de la Baie Le GREB (Groupe de Recherches Ecologique de la Baie) a débuté ses opérations en Il est constitué sous la forme d un organisme à but non-lucratif (OBNL) dont la mission est de favoriser l essor d un mode de vie écologiquement, socialement et économiquement viable. Cette recherche s effectue avec une forte préoccupation pour une occupation et un développement rationnels du territoire. Les trois axes d intervention du GREB sont les suivants : recherche, expérimentation, éducation et action civique. La spécificité du GREB consiste en l application dans la vie quotidienne des solutions élaborées par les chercheurs. En mettant directement en œuvre les solutions préconisées, il est possible d en découvrir non seulement les forces et les avantages mais aussi les obstacles, les difficultés et les failles. Les réalisations à l actif du GREB ont donc passé le test de la pratique et de la vie et ce, tant du point de vue technique et économique que du point de vue social et psychologique. Le GREB regroupe un certain nombre d entités juridiques et physiques, liées ou non au site de l Écohameau de La Baie dont le GREB est fondateur. Ainsi, sont mis en réseau au sein du GREB la coopérative de consommateurs du GREB, la ferme expérimentale Les Vallons de Chambreule, des individus, des organismes et des entreprises. Les membres du GREB élaborent la vision et les concepts qui les réunissent en son sein et qui motivent leur action. 1.2 L équipe du GREB Président : Patrick Déry, B.Sc., M.Sc, physicien. Domaines : analyses et politiques énergétiques, projets d énergies renouvelables, analyses des méthodes agricoles, d aménagement du territoire et d urbanisme au regard de l énergétique. Vice-président : Pierre Gilbert, chargé de projet. Domaines : construction en paille technique du GREB, foyers de masse thermique, conférences. Secrétaire : Dominique Coulombe, B.A. communication. Domaines : communication publique, représentation, éducation traditionnelle et alternative, art-thérapie. Trésorière : Marie-Thérèse Thévard, agricultrice. Domaines : éducation alternative, jardinage écologique Martin Simard, B.A. architecture. Domaines : design architectural, ébénisterie. Pascal Gagnon, B. Sc. Informatique. Domaines : marketing, relocalisation économique, économie postpétrolière. Mario Girard, B.Sc., M.Sc. physicien. Domaines : matériaux composites, modélisation, microturbines hydrauliques, moteurs stirling, projets d énergies renouvelables. 1.3 La recherche de solutions Le GREB recherche des solutions concrètes aux problèmes environnementaux, économiques et sociaux, qu ils soient locaux ou globaux. Applicables dans la vie quotidienne, ces solutions concernent le Mollier Pierre Master Génie de l habitat, UPS Toulouse Stagiaire au GREB 1

6 plus souvent les modes de vie (adaptation sociale aux problèmes) mais elles sont aussi souvent techniques ou technologiques (adaptation technique aux problèmes). Le seul point de vue économique n est pas viable à moyen et long terme car, généralement, les conséquences sont reportées sur les générations futures. Aussi, les solutions «toutes technologiques» ne garantissent pas non plus la viabilité à long terme de nos sociétés, si les habitudes de vie et les structures de fonctionnement ne sont pas repensées en profondeur. Au GREB, la recherche et l expérimentation de solutions viables à la société dans son ensemble est une préoccupation constante. Chaque solution sociale, technique ou technologique est expérimentée de façon concrète et quotidienne par des chercheurs, ce qui permet d en évaluer autant les avantages que les obstacles, une condition essentielle pour déterminer les conditions réelles d application. Ces solutions expérimentées quotidiennement touchent notamment l énergie (sources alternatives, efficacité énergétique, habitudes de consommation ), l aménagement du territoire (urbanisme écologique, écohameaux et écovillages, transport ), l architecture (construction bioclimatique solaire, cycle de vie des matériaux, mécanique du bâtiment ) et l agroalimentaire (agriculture de proximité, maintien de la fertilité, alimentation de saison ). De plus, le GREB réalise des études pour divers clients et ce, autant pour des projets concrets que pour des questions touchant les politiques énergétiques, agricoles ou d aménagement du territoire. 1.4 Domaines d intervention Le GREB développe la recherche et des expérimentations sur les thèmes des énergies renouvelables (bois-énergie, biocarburants, micro-hydroélectricité, solaire passif et thermique, éolien, etc.), de l habitat et de l architecture écologiques (bioclimatique, efficacité énergétique), des écohameaux, du développement rural et local, de l occupation et de l aménagement du territoire, des économies territoriales, de l agriculture paysanne, biologique, écologique et durable et des modes de vie écologique (simplicité volontaire, sobriété), de l alimentation locale et saine etc Il réalise également des actions publiques et civiques dans les domaines de l architecture, l énergie, les ressources renouvelables et non renouvelables, les transports, le développement territorial, l agriculture, la foresterie, les modes de vie et santé, les approches communautaires, la sécurité alimentaire et la biosécurité et la gouvernance locale 1.5 Travail réalisé au sein du GREB Evaluation de capteurs solaires thermiques peu coûteux et intégrés au bâtiment - Méthodologie ; - Instrumentation ; - Mesures expérimentales sur le premier capteur ; - Design d un second capteur ; - Fabrication second capteur ; - Mesures expérimentales sur le second capteur ; - Réalisation de deux feuilles de calcul pour la simulation de la production d ECS. 2

7 1.5.2 Evaluation de la captation de la chaleur excédentaire d une serre par fluide caloporteur - Méthodologie ; - Instrumentation ; - Mesures expérimentales ; - Ajustements du système de captation en place ; - Réalisation d une feuille de calcul pour simulation de la production d eau chaude pour pisciculture et/ou piscine. Ce rapport de stage traite du projet lié à l évaluation de capteurs solaires thermiques peu couteux et intégrés à la toiture de l un des bâtiments multifonctionnels du GREB. 3

8 II/ Intérêt de développer des capteurs solaires thermiques peu coûteux au Québec 2.1 Introduction Ce rapport porte sur la conception, la réalisation et l évaluation énergétique et économique de capteurs solaires peu couteux, intégrés au bâtiment et réalisé par le GREB. Le document présente tout d abord la méthodologie suivie pour effectuer les mesures, permettant l analyse des performances et une comparaison avec des systèmes conventionnels équivalents et une méthode de réalisation. L objectif est avant tout d évaluer la pertinence d une telle réalisation, ses avantages et ses inconvénients, condition essentielle pour déterminer ses possibilités réelles d applications. L analyse se portera tout d abord, sur la présentation et l évaluation du rendement d un premier capteur thermique, déjà conçu à mon arrivée (voir photo ci-contre). L analyse de ce premier capteur permet d évaluer un premier niveau de performance, rapidement utilisé comme base pour la réalisation d un second capteur optimisé, sur lequel se portera l analyse principale. Le concepteur d un système de chauffage solaire a besoin de données sur le rendement thermique des capteurs pour deux raisons : d abord, ces données sont utilisées pour classer les capteurs par valeur, facteur déterminant pour leur sélection ensuite, ces données sont indispensables au niveau même de leur conception. Plus spécifiquement, ces données servent à déterminer le format de la batterie de capteurs nécessaires pour satisfaire à une demande de chauffage particulière. L objectif du GREB est de donner libre accès à cette technologie, de basse complexité pour permettre le déploiement de l énergie solaire thermique sur l ensemble du territoire québécois notamment dans les milieux ruraux. L intérêt est tout d abord de proposer une solution alternative à une énergie «gratuite» bien trop inaccessible au Québec ; le solaire thermique résidentiel. En effet, l achat et l installation de capteurs solaires thermiques trop couteux, corrélée à des aides financières insuffisantes et un coût de l énergie faible, ne favorise guère l essor du solaire thermique résidentiel au Québec. De plus, le contexte environnemental actuel d épuisement des énergies fossiles, laisse présager une forte augmentation du coût de ces systèmes aussi bien pour leur fabrication, transport qu au niveau de la maintenance. Ceci s applique particulièrement en zones rurales, ou l impact économique et environnemental lié au transport et à la maintenance des systèmes accroissent le surcoût. L enjeu est donc de permettre à tous, l accès à une énergie propre et très peu coûteuse, facilement accessible (afin de limiter son impact environnementale et économique, tout en garantissant un certain niveau de performance) et réalisable, dans un pays comme le Québec, où le potentiel solaire est très intéressant. 2.2 Contexte au Québec : du potentiel solaire mais très peu d incitation Le Québec : un potentiel solaire intéressant 4

9 Le Québec possède des ressources solaires tout à fait intéressantes et suffisantes pour le développement du solaire thermique. Cependant, cette filière est largement en retard par rapport à grand nombre de pays Européens qui, pour autant, ne profite pas d une quantité d ensoleillement aussi importante qu au Québec. Le potentiel photovoltaïque atteints plus de 1100 kwh/kw au Québec, alors qu il est d environ 850 kwh/kw à Berlin ou à Tokyo (voir tableau 1 suivant), capitales de deux pays qui font figure de pionniers dans ce domaine. Ce tableau, relatif au potentiel photovoltaïque (PV) et non au solaire thermique, permet tout de même d indiquer de niveau du potentiel solaire du Québec. Figure 1 : Classement PV des municipalités en fonction du potentiel PV annuel (panneau PV orienté vers le sud avec inclinaison=latitude) 1 Le Québec profite de fait d un niveau d ensoleillement enviable. Selon la Société de l énergie solaire du Canada, Montréal enregistre un potentiel photovoltaïque annuel de kilowatts/heure (kwh) sur une surface plane. C est beaucoup plus que Londres (728 kwh) ou Paris (938 kwh). Berlin, capitale de la République fédérale d Allemagne, et pays phare de l énergie solaire, ne totalise que 848 kwh. «Il ne faut pas confondre température élevée et potentiel solaire². À titre de comparaison, Rio de Janeiro, avec kwh, n affiche qu une performance à peine supérieure à Québec ou Montréal» selon Jean-Pierre Desjardins. Les conditions d ensoleillement sont donc tout à fait suffisantes pour l utilisation d un chauffe-eau solaire. Malgré son climat rigoureux, le Québec bénéficie donc d un niveau d ensoleillement élevé, même en hiver. Le potentiel est là, il suffit donc d en tirer le meilleur parti, au meilleur coût possible, puisque même les incitations financières gouvernementales, ne suffisent pas pour le moment, à développer cette filière. En effet, les coûts de fabrication mais surtout les frais d installation bien trop élevés ; Le solaire thermique Québécois bénéficie d une aide financière peu populaire Le retard du solaire thermique au Québec est dû en majeure partie au laxisme des gouvernements fédéraux et provinciaux à investir dans la recherche et le développement de la filière solaire. Le peu de sensibilisation des Québécois à l'énergie solaire, obnubilés par l'hydroélectricité bon marché et 1 Cartes d ensoleillement et du potentiel d énergie solaire photovoltaïque du Canada : https://glfc.cfsnet.nfis.org/mapserver/pv/rank.php?lang=f4 ² Portail du bâtiment durable au Québec : 5

10 directement accessible, explique aussi pourquoi le Québec est si en retard dans ce domaine. De plus, le Québec compte peu de vendeurs et d installateurs d équipements d énergie solaire thermique, ce qui explique en grande partie des coûts d installation si élevés. Ainsi le potentiel de retombées locales est très faible tout d abord au niveau de l installation mais aussi pour la fabrication, les équipements étant fabriqués en quasi-totalité, si ce n est totalement, à l extérieur du Québec. L'énergie solaire est généralement méconnue et laissée pour compte par les programmes gouvernementaux de développement des énergies renouvelables au Québec. Cependant, en juin 2009, un programme de subventions à l'achat de chauffe-eau solaires à été lancé par l'agence de l'efficacité énergétique (AEE) pour tenter de développer ce domaine au Québec, mais celui-ci n'a pas connu le succès espéré. L Agence de l efficacité énergétique espérait recruter 600 clients. Au terme du projet, soit plus d un an plus tard, seulement 70 systèmes étaient installés. Le programme n a pas fonctionné à cause d un coût d achat et d installation beaucoup plus élevé que prévu pour cette technologie avec un retour sur investissement alors estimé à 36 ans 1! Ce flop est principalement lié au manque d installateurs qualifiés et à une technologie trop coûteuse comme nous l avons vu précédemment. Le développement de cette filière solaire se bute ainsi à trois grands obstacles : La croyance populaire d un Québec, patrie du froid où le potentiel solaire est perçu comme faible ou inexistant ; La grande disponibilité de l hydroélectricité, une ressource renouvelable et très peu coûteuse ; La quasi-absence d incitatifs gouvernementaux qui, lorsqu ils existent, requiert de fortes exigences, augmentant d autant plus les coûts investis. 2.3 Auto-construction de capteurs solaires peu coûteux en réponse à ces contraintes Ce projet d auto-construction de capteurs solaires thermiques peu coûteux du GREB, répond parfaitement à ces problématiques en proposant une «low-technologie» accessible à tous. La production de capteurs solaires thermiques toujours plus performants nécessite une forte consommation d énergie, de la production au transport jusqu'à l implantation. Ce rapport présente l évaluation de capteurs solaires thermiques, réalisables par des personnes qualifiées ou non, en utilisant des matériaux accessibles afin de limiter l impact environnemental et économique d une telle conception, tout en garantissant un certain niveau de performance. Leur intégration au bâti est une condition principale de leur implantation puisque cela permet de réduire fortement les coûts d investissement : l isolant et la tôle architecturale faisant office d absorbeur sont compris dans le prix de la toiture. Ainsi l objectif est de définir une construction simple avec des matériaux accessibles, un niveau de performance, pour une bonne durée de vie et une faible maintenance. En effet, les enjeux technologiques concernent des questions de diminution de coûts d installation principalement mais également de fabrication (avec l augmentation continue du prix des énergies fossiles), permettant de réduire le temps d amortissement de ces systèmes, dans un pays comme le Québec où le potentiel solaire est satisfaisant. Le moyen le plus significatif pour réduire au maximum les coûts de production et d installation, tout en limitant l impact environnemental lié à la conception et au transport de ces systèmes, serait alors de les produire localement par le biais d ateliers coopératifs, d ouvriers de la 1 Chauffe-eau solaire : flop d un projet vert : 6

11 construction, de petites entreprises locales ou par le particulier suffisamment habile. Cela permettrait de développer le potentiel socio-économique encore inexploité, du solaire thermique au Québec. 2.4 L énergie solaire thermique accessible à tous Le GREB, association à but non lucratif, à choisi d investir ses propres fonds dans cette recherche pour permettre un libre accès à l énergie solaire thermique au Québec. En effet les retombées financières directe de ce type de recherche sont faibles voire nulles, elles ne permettent donc pas de financer le projet en lui-même. Ceci n intéresse pas les plus gros laboratoires de recherche qui quand à eux, nécessitent des investisseurs et donc des retombées financières. Ainsi il n est pas possible d investir et d utiliser une méthode et des appareils équivalents à ceux de plus grands laboratoires certifiant les capteurs solaires thermiques mais il est cependant, fortement possible de s en inspirer. Au Québec, ce type de recherche n est pas finançable, puisque l objectif n est pas d obtenir des bénéfices mais d aider simplement la population à faire eux même les choses (empowerment ou autonomisation), en l occurrence subvenir à ses propres besoins énergétiques. La population en milieu rural perd ses possibilités d accéder de façon durable à l énergie, les aides au développement rural étant faibles. Ce type de recherche peut donc s apparenter à de la recherche sociale ou communautaire. La finalité serait de permettre le développement de micro entreprises capables de réalisées ses propres capteurs, voire même de réaliser et de fournir d autres systèmes de production d énergie, accessibles, efficaces et économiques. Ceci permettrait alors un réel développement social et économique des zones rurales concernées. Cette étude pourrait également être développée à plus grande échelle et s appliquer à d autres pays, comme ceux en voie de développement, où l accès à l énergie est bien souvent limité ou inexistant, ou dans des pays industrialisés où le prix de l énergie est bien plus important qu au Québec. L objectif du GREB est donc de fournir une méthode de conception et d analyse des performances de ces capteurs, afin d évaluer leurs pertinences et leurs domaines d application. III/ Méthodologie de mesure et d analyse des capteurs solaires thermiques du GREB L objectif de ce chapitre est de présenter une méthode d analyse pour que cette étude soit reproductible dans le temps, en vue d une amélioration continue des capteurs proposés. Afin de déterminer au mieux les performances des capteurs solaires thermique réalisés par le GREB, il est important de proposer une méthode de mesure et d analyse, simple, rigoureuse mais également peu couteuse. Ainsi le GREB s inspire des méthodes d analyse effectuées dans les laboratoires (NITS et ASHRAE) certifiant les capteurs solaires conventionnels, pour réaliser ces mesures et analyses et ainsi permettre une certaine compatibilité des résultats. Voici, dans un premier temps, le protocole suivis pour les mesures dans d autres laboratoires, puis au GREB, les appareils utilisés ainsi que les méthodes de calculs de rendement et de production annuelle. 7

12 3.1 Proposition de protocole et d analyse des mesures Relevé des mesures Journée de mesure (voir 3.1.2) et relevé des différentes mesures (voir 3.1.3). T C ambiante, T C capteur, rayonnement global, débit. Acquisition de donnée calibration Mémorisati on des données Acquisition des données par système d'acquisition DATAQ Instrument (voir 3.1.4). Conversion et calibration des tensions mesurées selon l'unité souhaitée. Vérification des calibrations et visualisation des mesures. Analyse des mesures et mémorisation des données sur logiciel Windaq (voir 3.1.5). Traitement des données Archivage Traitement des données sur tableur Excel, logicel MATlab (voir 3.1.6) Détermination des rendements, déduction des caractéristiques du capteur et des productions et comparaison avec d'autres capteur sconventionnels (voir ; et 3.1.9). Tenu du cahier de laboratoire tout au long des expérimentations. Rédaction de rapport en vue de la publication. 3.2 Journée de mesure Conditions nécessaires des mesures en laboratoire Les caractéristiques du rendement thermique d'un capteur peuvent être calculées par analyse, en utilisant les propriétés optiques et les propriétés de transfert de chaleur connues des éléments constituants ou encore de façon expérimentale. Comme de nombreux capteurs commerciaux sont fabriqués à partir de matériaux et de méthodes qui ne sont pas adéquatement décrits au point de vue transfert de chaleur et propriétés optiques, il est maintenant pratique courante de déterminer les caractéristiques de rendement thermique des capteurs de façon expérimentale, au moyen de rayonnement solaire naturel ou simulé. Les matériaux utilisés pour la conception des capteurs thermiques du GREB sont obtenus localement, leurs propriétés optiques et thermiques ne sont jamais clairement définies, c est pourquoi les rendements sont uniquement déterminés par des mesures expérimentales sur rayonnement solaire naturel sur une ou plusieurs journées de mesures. Le calcul des caractéristiques de rendement thermique d'un capteur a d'abord été formalisé par le National Bureau of Standards en 1974 (aujourd hui nommé NITS) avec une méthode de mesure extérieure. Ainsi, leurs essais statiques sont pratiqués pour une gamme de température du fluide caloporteur à l'entrée du capteur, dans des conditions de rayonnement clair et constant, le soleil étant près de son azimut ou lorsque le rayonnement solaire est presque normal à la surface du capteur. Il est reconnu que les caractéristiques d'un capteur déterminées à partir de l'angle d'incidence presque nul, ne représentent pas fidèlement le comportement d'un capteur en fonctionnement normal, parce que l angle d incidence varie selon l heure du jour. Pour pallier cette déficience, I'American Society of Heating, Refrigerating and Air Conditioning Engineers (ASHRAE), a mis au point la norme ASHRAE 93-77, pour les essais thermiques des capteurs. La méthode est similaire à celle du NITS, mais elle comprend aussi un essai intérieur pour déterminer les variations du rendement du capteur avec l angle d'incidence et un autre pour déterminer le 8

13 temps de réponse thermique du capteur. Les deux méthodes, NITS et ASHRAE, sont loin d'être idéales pour le Canada parce que les conditions requises pour les essais (journées claires et ensoleillées, vents légers et réflexion du sol faible) ne se produisent que rarement au Canada, particulièrement en hiver. Il convient de considérer deux autres méthodes d'essai pour les conditions canadiennes. Il s'agit de la méthode et de la simulation solaire intérieure. La méthode ASE, mise au point en Allemagne, comprend un essai extérieur pour déterminer l'efficacité maximale du capteur et un essai thermique intérieur, pour déterminer les coefficients de perte thermique (voir 3.3.7) Limites et contraintes des mesures in-situ : Le GREB s inspire ainsi de ces différentes méthodes pour réaliser ses propres journées de mesures. En effet, de nombreuses contraintes ne permettent pas de les reproduire dans l exactitude. Tout d abord, les limites de budget et le fait, que les capteurs sont testés sur leur lieu d implantation, intégrés au bâtiment, ne permet pas d effectuer des mesures intérieures et extérieures sur bancs d essais. La détermination du rendement est représentative de la réalité puisque les mesures sont effectuées sur le site d implantation en extérieur, en mode de fonctionnement normal, lors de journées complètes. Le rayonnement et les angles d incidence sont ainsi variables et représentatif du fonctionnement d utilisation réel du capteur et non en condition optimales, sous un rayonnement simulé en laboratoire. Cependant, Il est important de noter que les capteurs du GREB sont installés selon une orientation à 30 sud-est réduisant tout de même les performances du capteur à hauteur de 5 % environ 1 par rapport au test effectué en laboratoire avec une orientation plein sud. C est pourquoi les rendements obtenus pour nos mesures en champ seront inférieurs à celles obtenus en laboratoire, mais s approcheront suffisamment de la réalité, avec des mesures en condition réelles. Il est important de prendre ainsi du recul lors de la comparaison avec des produits conventionnels testés en laboratoire. Un autre inconvénient provient du nombre important de variables lors des journées de mesure : le rayonnement, la température ambiante, la température intérieure du capteur, soit la quasi-totalité des valeurs nécessaires pour la détermination du rendement. Il faut donc parfois réaliser plusieurs journées de mesure avant d obtenir des résultats significatifs. Une journée de mesure a même été effectuée sur deux autres capteurs conventionnels (un capteur plan et un sous-vide), installés sur le site du GREB et ce pour permettre une corrélation entre les performances obtenues avec des produits conventionnels analysés sur site, et les prototypes du GREB. Ces journées de mesures nécessitent une présence particulière continue tout au long de la journée pour l acquisition des données et non donc pas pu être renouvelées. Elles n ont malheureusement pas permis d obtenir des résultats significatifs en raison de condition météorologique particulière durant cette journée. a) Contraintes sur le rayonnement Les mesures sont effectuées l été 2011, durant le mois de juin et de juillet, lors de journées claires pour obtenir le rayonnement maximum et lorsque le soleil est proche du solstice d été pour s approcher ainsi au mieux du rayonnement maximum simulé en laboratoire (1000 W/m²). Le budget limité lié à ce type d étude à faibles retombées financières, ne permet pas de se doter d appareils de mesure aussi performants qu en laboratoire. Ainsi la mesure du rayonnement solaire reçu ne s effectue pas avec un pyranomètre beaucoup trop couteux, mais avec un capteur d insolation (globale et diffus) dont l incertitude atteint plus ou moins 5% de l échelle totale de rayonnement, soit environ plus ou moins 80 W/m². Lors de certaines journées de mesure, le rayonnement après calibration pouvait atteindre jusqu à 1150 W/m². En pratique, le rayonnement reçu par la Terre au niveau du sol n'est que de 1000 W/m² au maximum. Ce rayonnement n'est obtenu que quelques jours par an sous nos latitudes. Les valeurs de 1 Influence de l orientation sur l énergie captée : 9

14 rayonnement mesurées sur un plan incliné sont donc trop importantes. Pour palier à ce problème, toutes les valeurs de rayonnement sont normalisées en prenant comme référence, la valeur maximale sur la journée, normalisée à 1000 W/m². b) Contraintes sur les températures Le réseau ne possède pas de régulation. Il n est donc pas possible de choisir une gamme de températures du caloporteur à l'entrée du capteur, nécessaire à la détermination du coefficient de performance maximum et des pertes thermiques du capteur. Le réseau est cependant couplé à un plancher chauffant. Ainsi il est possible de réduire ou d augmenter la température en entrée de capteur en laissant circuler ou non, le fluide caloporteur dans le plancher pour y céder des calories (voir schéma réseau en 4.1.2). Autre variable sur laquelle aucun contrôle n est possible ; celle de la température ambiante puisque le capteur est positionné à l extérieur. Il est donc nécessaire d effectuer un grand nombre de journées de mesure pour espérer obtenir des résultats significatifs en couplant les différentes variables entre elles, afin de déterminer l efficacité maximum et les pertes du capteur, sur toute la plage de température et selon différents rayonnements. 3.3 Condition générale de mesures (mesures effectuées et appareils utilisés) Dans chaque enquête de mesure, les mesures suivantes seront relevées de la même manière et analysées avec les même appareils et systèmes d acquisition de données permettant une meilleure compatibilité entre les résultats. Le tableau suivant présente les différentes mesures nécessaires et le matériel utilisé pour déterminer le rendement des capteurs : Ces mesures doivent être effectuées dans les mêmes conditions : La température extérieure est mesurée sous abris avec un capteur de température et d humidité relative. Le rayonnement solaire est quand à lui mesuré sur la toiture du bâtiment comprenant les deux premiers capteurs testés, avec la même pente et orientation que celle des capteurs. Les températures en entrée et sortie du capteur sont obtenues pas des thermo-résistances placées à- même le collecteur en cuivre, dans lequel circule le fluide caloporteur. Le contact est assuré par de la pâte thermique. 10

15 3.4 Acquisition de données et calibration des entrées Un système d acquisition de données «DATAQ Instrument» Dl-710 permet de collecter jusqu à 16 valeurs simultanément, ces valeurs doivent être des tensions exprimées en volts. Une calibration permet de convertir les tensions dans l unité des valeurs mesurées ( C, HR% et W/m²). Ainsi la calibration du rayonnement et de la température des capteurs thermiques extérieurs est assez simple puisqu elle est linéaire par rapport à la tension. Ce n est pas le cas des températures d entrée et de sortie du capteur, mesurées par des thermo-résistances qui sont non linéaires et nécessitent donc une calibration particulière. Les différentes calibrations sont présentées en annexe Mémorisation des données Les valeurs enregistrées par le système d acquisition DATAQ sont ensuite transférées et analysées avec le logiciel Windaq. Celui-ci permet d ajuster les calibrations effectuées, de visualiser les courbes de mesures obtenues et de mémoriser les valeurs calibrées dans leurs unités respectives. Les données Windaq sont enregistrées sous le format «.wdc». Elles sont ensuite extraites sous format «.csv» permettant leur conversion en format «.xls» pour être analysées sur tableur Excel. 3.6 Traitement des données et calcul du rendement Les données sont alors regroupées sur Excel, y compris les caractéristiques du capteur tel que sa surface, le débit imposé, le volume de stockage etc. Ceci permet de déterminer la puissance délivrée par le capteur et son rendement défini comme le rapport entre la puissance délivrée par le capteur et la puissance solaire reçue : η = Puissance délivrée par le capteur Flux solaire reçu par le capteur La puissance délivrée par le capteur est donnée par la formule suivante : P = q.ρ.cp.(ts-te) avec : - q le débit exprimé en L/min ; - ρ la masse volumique de l eau en Kg/m 3 ; - Cp la capacité thermique massique de l eau (4186 J kg -1 K -1 ) ; - Ts et Te la température (variable) en sortie et en entrée du capteur en C. Le flux solaire est mesuré à proximité du capteur avec un capteur de rayonnement solaire incliné et orienté selon le capteur. Le pas de temps d enregistrement des mesures est d une seconde. Les valeurs sont ensuite moyennées à la minute permettant d effectuer le calcul de puissance et de rendement. Ceci permet enfin de tracer les courbes de rendement représentatives des performances du capteur comme décrites ci-après. 3.7 Détermination des caractéristiques du capteur en fonction des courbes de rendement et comparaison A partir des courbes de rendement, il est possible de définir les caractéristiques optiques et thermiques du capteur en question. La méthode de calcul de rendement présentée par l ISES 11

16 (International Solar Energy Society) quantifie les pertes thermiques par conduction et convection grâce à un seul coefficient F R U C utilisé dans l équation du 1 er ordre (1), alors que la méthode européenne introduit deux coefficients a 1 (pertes par conduction et conduction) et a 2 (perte par rayonnement) dans l équation du 2 nd ordre (2). Equation du 1 er ordre : η = F R τ S α S F R U C ( DT G ) (1) Figure 2 : Représentation graphique du rendement thermique d'après l'ashrae F R τ S α S est un paramètre utilisé pour caractériser l'efficacité optique (η 0 ) du capteur, représentatif de l efficacité maximum. Le facteur optique est le rapport entre l'ensoleillement absorbé par l'absorbeur et l'ensoleillement incident sur le vitrage. Ce facteur optique est le produit du facteur de transmission du vitrage par le coefficient d'absorption de l'absorbeur. F R U C est un paramètre utilisé pour caractériser les pertes thermiques du capteur [(W/m²)/ C]. DT est la différence de température entre le fluide caloporteur à l'entrée du capteur et la température extérieure [ C]. G est l'intensité du rayonnement global incident dans le plan du capteur [W/m²]. A partir de la courbe de rendement, il est possible de déterminer les caractéristiques de performance du capteur en question. Le facteur optique (F R τ S α S ) est déterminé par la valeur à l interception et le facteur thermique (F R U C ) est déterminé par la pente de la courbe (voir figure 2). La figure 2 est une représentation graphique de l efficacité d'un capteur. Figure 3 : détermination des coefficients Souvent on obtiendra une courbe au lieu d'une ligne droite parce que le coefficient de perte thermique n'est généralement pas constant. Les caractéristiques du capteur FR, Ta et UL peuvent donc être évaluées à partir de la courbe d'efficacité obtenue expérimentalement. La courbe de rendement est tracée en fonction de la différence de température entre le capteur et l air ambiant. Ainsi le rendement du capteur diminue lorsque l écart de température augmente puisque la perte thermique du capteur 12

17 augmente. Cette courbe est soit fonction du rayonnement (Delta T / G) soit fonction du Delta T uniquement. Equation du 2 nd ordre : η = F R τ S α S a 1 ( DT G ) - a 2 ( DT² G ) (2) Cette équation permet de dissocier les pertes par conduction avec le coefficient a 1 (exprimé en W/K.m²) de celles par convection 1 avec le coefficient a 2 (exprimé en W/K².m²). Cette seconde équation nécessite une analyse sur MATlab pour obtenir une surface représentative en fonction de l écart de température entre le capteur et l air ambiant (variable X), du rayonnement reçu (variable Y) et du rendement obtenu (variable Z). Les variables sont intégrées sous forme matricielle après exclusion des valeurs erronées sur tableur Excel (rendement supérieur à 100% ou inférieur à zéro etc ), pour une meilleure corrélation (supérieure à 90 %) entre valeurs d entrée (points en bleu sur la figure 3) et surface obtenue (surface colorée sur la figure 3). Après ajustage et paramétrage de l équation (2), les valeurs des coefficients de performances du capteur (F R τ S α S, a 1 et a 2 ) sont déterminées (figure 4 ci-contre). Il est ensuite possible de tracer les surfaces représentatives des performances du capteur GREB (Z1) en fonction d un capteur standard (Z2) pour effectuer une comparaison (figure 5), en utilisant le modèle de programmation sous éditeur MATlab suivant : Figure 4 : Editeur surface graphique Figure 5 : Comparatif des surfaces représentatives des rendements 3.8 Détermination de la production de chaleur et de l intérêt économique Le calcul de production de chaleur annuelle est réalisé uniquement sur le second capteur puisqu il présente le meilleur rendement. Plusieurs méthodes sont utilisées pour évaluer la pertinence de chacune. Elles sont présentées dans l analyse de la production de chaleur au Celle-ci est ensuite nécessaire pour déterminer l intérêt économique des capteurs analysés (présenté en 4.4.3). 3.9 Archivages des données De la conception du capteur à son évaluation, toutes les informations et remarques sont archivées dans un cahier de laboratoire et dans un rapport final. Il s agit de garantir la traçabilité des résultats de la recherche et de pouvoir témoigner ainsi de l antériorité des recherches. D autre part, il permet de capitaliser le savoir-faire et de faciliter ainsi la transmission des connaissances en interne ou lors de transferts de technologie. Il permet de professionnaliser les pratiques liées à la recherche. Par ailleurs, il évite les déperditions liées aux feuilles volantes et aux éléments manuscrits ainsi qu aux départs de chercheurs : tout y est consigné depuis les idées jusqu à la réalisation concrète. Il permet également de consigner les expériences négatives qui peuvent se révéler très utiles pour la suite. 1 Etude de rendement de capteur : EbAJ:www.bysun.fr/Etude%2520de%2520rendemment%2520des%2520capteurs.pdf 13

18 IV/ Expérimentation des capteurs solaires thermiques du GREB Présentation du fonctionnement des capteurs solaires plans : Les panneaux solaires thermiques se présentent sous la forme de capteurs qui absorbent l énergie solaire, pour la restituer sous forme de chaleur. Les rayons du soleil passent à travers une plaque de polycarbonate transparente à la lumière visible. Sous cette couverture, un absorbeur noir (plaque de métal) absorbe 80 à 90 % des rayons lumineux en fonction de l absorbeur utilisé. L'absorbeur transforme ces rayons lumineux en chaleur, grâce au transfert thermique par rayonnement. En s'échauffant, l'absorbeur émet des infrarouges. Ces Figure 6 : principe de fonctionnement infrarouges sont bloqués entre la plaque de métal et la couverture transparente, c'est le principe de l'effet de serre. Ainsi, l'air entre les deux plaques s'échauffe et améliore le rendement. Il est à noter que l effet de serre n est pas l effet principal recherché, car c est bien le transfert direct par conduction de la chaleur produite dans l absorbeur et transmise vers le fluide caloporteur qui est recherché. Le fluide s'échauffe et est ensuite acheminé pour être stocké ou distribué. 4.1 Description du 1 er Prototype Figure 7 : vue en perspective du capteur Composition du capteur Le premier capteur, d une surface de 12.5 m² est orienté à 30 SUD-EST et est incliné de 35, avec une réalisation est prévue dès la conception du bâtiment, pour permettre son intégration au bâti. Figure 8 : Composition du capteur solaire thermique 14

19 1. La couverture transparente est composé de plaques de polycarbonates ondulées de type «Suntuf». Son rôle est de laisser passer le rayonnement solaire tout en bloquant le rayonnement infrarouge émis par l absorbeur en se réchauffant, créant ainsi l effet de serre. Cette couverture permet également de limiter les pertes par convection au-dessus de l absorbeur. Elle repose sur des lattes périphériques en bois, surmontées de lattes plastiques dont le profilé correspond à celui de la couverture. Les caractéristiques de cette couverture et un comparatif avec une autre couverture en verre plus souvent utilisée sont présenté en annexe L absorbeur est composé de tôle architecturale en acier léger de couleur noire de marque «ideal revêtement» type Ameri-cana permettant une bonne intégration au bâti. L absorbeur a pour rôle de capter un maximum de lumière pour la transformer en chaleur et ainsi la transmettre au fluide caloporteur, circulant dans le collecteur en tube de cuivre. Figure 9 : dimension absorbeur et collecteur 3. Le collecteur est un tuyau de cuivre souple de 0.95 cm de diamètre (3/8 de pouces) placé sous le profilé de tôle architecturale de 1.9 cm (3/4 de pouces) d épaisseur. Pour assurer le contact entre le collecteur et l absorbeur, l espace manquant (de 0.95 cm d épaisseur) est assuré par un tasseau en bois, fixé à même le contre-plaqué. Le collecteur serpente ainsi sur toute la surface du contreplaqué par l intermédiaire de tasseaux, avec un espacement en collecteur de 23 cm (9 pouces). A chaque extrémité du capteur, le tuyau est courbé à l aide d un patron en bois pour éviter tout pincement du cuivre (voir Courbure du collecteur). Le fluide caloporteur circule à l intérieur. Sa longueur totale est de 150 pieds soit 45 mètres. 4. Le fluide caloporteur : compte tenu de son prix et de son impact environnemental en cas de fuite et de remplacement, l utilisation du glycol n est pas retenue. il a été remarqué sur une installation existante, que le glycol provoquait une corrosion importante des réseaux au niveau des jointures, impliquant des fuites. L utilisation de soudure à l argent était alors nécessaire. Ceci implique alors des frais importants nécessaires pour le remplacement et l élimination du glycol et la réparation des réseaux. Ceci impose alors un système auto-vidangeable évitant l'utilisation d'antigel dans le circuit primaire et permettant de se passer de certains composants (vase d'expansion, soupape de sécurité). En période hivernale, il n y a pas de risque de gel puisque le capteur ne fonctionne que lorsque la température à l intérieur du capteur est supérieure à 0 C. Par contre, ils nécessitent une pompe plus puissante capable de remettre en charge le circuit lorsqu'il est vide. Ils permettent également de résoudre le problème de la surchauffe estivale si l eau stagne dans le capteur. Par ailleurs, leur mise en œuvre est plus délicate : les tuyaux doivent absolument avoir une pente descendante, sans aucun point haut, du capteur jusqu'au réservoir de réception du fluide. 5. Le support est assuré par la charpente qui est recouverte d une plaque de contre-plaqué d épaisseur 1.6 cm (5/8 de pouces). Elle est isolée en sous face par de la laine de roche de 9 cm d épaisseur (3.5 pouces) d un RSI de 2.4 m².k/w, réduisant les pertes thermique au dos du capteur Description du réseau Le circuit est alimenté par une pompe avec un débit de 5.09 litres/min. La température à l entrée du capteur est mesurée directement dans le réservoir de 220 litres en partie centrale. La perte thermique liée à la conduite est négligée étant donné la présence d une isolation et d une faible longueur. La 15

20 température de l air est mesurée sous abris. Deux vannes permettent une circulation par le plancher ou directement dans le réservoir en circuit fermé (voir figure 10 ci-après). Figure 10 : principe de fonctionnement du réseau Utilisation alternative du plancher chauffant pour la détermination du rendement Pour tracer la courbe de rendement du prototype, toute la plage de température doit être considérée, dans notre cas de 0 à 35 C (entre la température dans le capteur et la température extérieure). Il est donc nécessaire de pouvoir faire varier la température à l entrée du capteur ou la température extérieure. Il est d usage de considérer un DT «moyen» de 30 C. Analyser le comportement d un capteur solaire thermique au delà des 50 C de DT n apporte rien : nous sommes en dehors de la plage de fonctionnement pour les applications traditionnelles de l eau chaude sanitaire. Les courbes de rendement sont déterminées en fonction de l écart de température entre l air ambiant et le capteur et également en fonction du rayonnement solaire reçu ((Tm-Ta)/Ic). Dans notre cas, il n est possible d agir que sur la température du fluide caloporteur dans le capteur. En effet, les tests sont réalisés en conditions réelles d utilisation, il est donc impossible d influencer le rayonnement ou la température extérieure, à moins de prendre des mesures sur l ensemble de l année ce qui n était pas possible dans notre cas. Pour réduire l écart de température entre l air l ambiant et le capteur et ainsi déterminer le rendement sur une plage maximum de température, l utilisation du plancher comme masse de stockage thermique est nécessaire. Le fluide se refroidit en cédant alors les calories emmagasinées dans le capteur à la dalle de béton et se retrouve donc plus froid en entrée de capteur. Au contraire, en contournant le plancher, la température du fluide augmente, permettant d obtenir les valeurs dans la plage haute des températures, équivalente à un rendement plus faible. La difficulté première est ainsi d obtenir des valeurs de rendement sur toute la plage de données considérée. 4.2 Recueil de mesures et analyse du premier capteur Pour la suite de cette étude, il est important de rappeler que l analyse des performances des capteurs du GREB et surtout, la comparaison avec d autres capteurs solaires thermiques analysés en laboratoire en condition optimale (rayonnement artificiel, incidence parfaitement perpendiculaire au plan du capteur etc ) nécessite une certaine prise de recul (voir ; limites et contraintes des mesures in- 16

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique :

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique : I-1 Introduction : La production de l énergie thermique à partir de l énergie solaire par les capteurs plans connait de nos jours de nombreuses applications vue leurs innombrables intérêts économiques

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

PSD + CESI + PAC Par Stéphane Barré (29) steph.barre (at) free.fr

PSD + CESI + PAC Par Stéphane Barré (29) steph.barre (at) free.fr PSD + CESI + PAC Par Stéphane Barré (29) steph.barre (at) free.fr Tous les travaux dans la rénovation de cette maison, à l exception de la pose de la PAC (manipulation de fluides frigorigènes), ont été

Plus en détail

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES collecteurs solaires 9.1 11.2008 F I C H E T E C H N I Q U E plus de produit AVANTAGES POUR L INSTALLATION ET L'ENTRETIEN COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES Le collecteur solaire CS 25

Plus en détail

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE Les solutions solaires pour l Eau Chaude Sanitaire ou le Chauffage ficie z d'u Auréa n it Crédpôt d'imn la loi deueur Béné Solar Keymark N 011-7S841 F Chauffe-Eau Solaire selo s en vig ce finan Système

Plus en détail

À DRAINAGE GRAVITAIRE

À DRAINAGE GRAVITAIRE LE CHAUFFE-EAU SOLAIRE INDIVIDUEL À DRAINAGE GRAVITAIRE ET CIRCUIT HERMÉTIQUE LE DOMOSOL : AIDE AU CHAUFFAGE SE SOLAR HEAT Naturelle, renouvelable, inépuisable ~ L'énergie solaire n'est pas sujette aux

Plus en détail

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Tc Le système solaire combiné (SSC) Domosol de ESE est basé sur le Dynasol 3X-C. Le Dynasol 3X-C est l interface entre les

Plus en détail

ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite. Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0

ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite. Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0 ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0 Nouvelle solution eau chaude solaire auto-vidangeable estampillée NF CESI et Bleu Ciel

Plus en détail

Le capteur solaire thermique : un exemple concret

Le capteur solaire thermique : un exemple concret Le capteur solaire thermique : un exemple concret Une utilisation possible du soleil est le chauffage de l eau sanitaire, utilisée pour se laver, pour faire la vaisselle ou encore le ménage. Il s agit

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010 SOLUTIONS D EAU CHAUDE SANITAIRE En 2010, le marché de l ECS en France représente 2 195 257 ballons ECS de différentes technologies. Dans ce marché global qui était en baisse de 1,8 %, les solutions ENR

Plus en détail

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS 1 SITUATION DE L ÉTUDE Les données météorologiques sont des données primordiales pour le bon déroulement des calculs et pour avoir des résultats les plus proches de la réalité.

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire Principe de fonctionnement Les Capteurs Les ballons Les organes de sécurité Les besoins L ensoleillement dimensionnement Comment

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Préchauffage et réchauffage

Préchauffage et réchauffage Accessoires Préchauffage et réchauffage Page 6 Préchauffage et réchauffage Batterie hors-gel FSH 00 00 500 Ø 60 0 e boîtier du filtre de l'air extérieur FSH (FSH = batterie hors gel) sert à protéger l'échangeur

Plus en détail

Centre de Développement des Energies Renouvelables Caractéristiques techniques des Chauffe-eau eau solaires M. Mohamed El Haouari Directeur du Développement et de la Planification Rappels de thermique

Plus en détail

SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE

SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE Notre partenaire constructeur Créez votre configuration technique en ligne et recevez automatiquement votre devis! SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE Configuration

Plus en détail

Production D'Eau chauffage aux Energies concepts de Chauffage chaude sanitaire renouvelables Electrique

Production D'Eau chauffage aux Energies concepts de Chauffage chaude sanitaire renouvelables Electrique Production D'Eau chauffage aux Energies concepts de Chauffage chaude sanitaire renouvelables Electrique LE SOLEIL BRILLE POUR TOUS UTILISEZ L'énergie gratuite de la nature SANS ÉMISSION DE CO 2. ÉCONOMISEZ

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

pmpasbl CALCUL DE LA CONSOMMATION DE CHAUFFAGE, D EAU CHAUDE S A N I T A I R E E T A U X I L I A I R E S E N E N E R G I E P R I M A I R E

pmpasbl CALCUL DE LA CONSOMMATION DE CHAUFFAGE, D EAU CHAUDE S A N I T A I R E E T A U X I L I A I R E S E N E N E R G I E P R I M A I R E ANNEXE AU VADE MECUM RESIDENTIEL 2009 (VM consolidé 2011) CALCUL DE LA CONSOMMATION DE CHAUFFAGE, D EAU CHAUDE S A N I T A I R E E T A U X I L I A I R E S E N E N E R G I E P R I M A I R E pmpasbl Page

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Daikin. Hybride. Altherma. La combinaison naturelle. Chauffage et Eau Chaude Sanitaire par micro-accumulation

Daikin. Hybride. Altherma. La combinaison naturelle. Chauffage et Eau Chaude Sanitaire par micro-accumulation Daikin Hybride Altherma et Eau Chaude Sanitaire par micro-accumulation Solution hybride : pompe à chaleur & chaudière gaz à condensation La combinaison naturelle L ÉNERGIE EST NOTRE AVENIR, ÉCONOMISONS-LA!

Plus en détail

Le collecteur solaire thermique

Le collecteur solaire thermique ARTICLE TECHNIQUE Les collecteurs solaires thermiques Leur viabilité en milieu nordique La plus connue des technologies solaires est sans contredit celle qui produit de l électricité directement à l aide

Plus en détail

cubefrance www.cubefrance.fr

cubefrance www.cubefrance.fr cubefrance www.cubefrance.fr Pourquoi investir dans un chauffe-eau solaire? Pour réduire son empreinte carbone sur la planète et contribuer à limiter les conséquences du changement climatique Pour se préparer

Plus en détail

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire Revue des Energies Renouvelables SIENR 12 Ghardaïa (2012) 23 28 Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire H. Ammar 1*, M.T. Bouziane 2 et Y. Bakelli 1 1 Unité de Recherche

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido. Principe de fonctionnement de la façade active Lucido K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.doc 0. Préambule Le présent document est élaboré dans le but

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ISOLATION : INTRODUCTION THEORIQUE Marny DI PIETRANTONIO Plate-forme Maison Passive asbl Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Préparer le bâtiment à l horizon 2010 Journées Thématiques 2004 Enveloppe du Bâtiment 1 Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Hélène DESMALES Yves JAUTARD 11 mars 2004 Du site isolé

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet de l utilisation de l énergie solaire afin de produire de l eau chaude domestique,

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

kst ag Module thermoactif klima system technologie klima system technologie

kst ag Module thermoactif klima system technologie klima system technologie kst ag Module thermoactif system klima technologie klima system technologie 2 Confort climatique et bien-être Le module thermoactif de KST AG intègre la masse du bâtiment dans la gestion énergétique du

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? Découvrez la gamme Aquarea de Panasonic Pompe à chaleur Source Air CONÇUE POUR LES MAISONS Une pompe à chaleur Aquarea avec Source

Plus en détail

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous?

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous? SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne un choix chaleureux le chauffe-eau solaire Un chauffe-eau solaire chez vous? HUIT BONNES RAISONS HUIT BONNES RAISONS D INSTALLER UN D INSTALLER UN CHAUFFE-EAU

Plus en détail

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire.

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Patrick DUPEYRAT 1,2*, Yu BAI 3,4, Gérald KWIATKOWSKI 5, Gilles FRAISSE 3 Christophe MENEZO 2,3 et

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Principaux symboles d appareils thermiques utilisés pour différents schémas Page 1/11 I) Les radiateurs

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Proposé et animé par Jean-Claude ESCALLIER et Véronique LESAGE Jean-claude.escallier@laposte.net 2 Chemin des Bleuets 09600 AIGUES-VIVES Tél:

Proposé et animé par Jean-Claude ESCALLIER et Véronique LESAGE Jean-claude.escallier@laposte.net 2 Chemin des Bleuets 09600 AIGUES-VIVES Tél: Proposé et animé par Jean-Claude ESCALLIER et Véronique LESAGE Jean-claude.escallier@laposte.net 2 Chemin des Bleuets 09600 AIGUES-VIVES Tél: 05-61-01-38-45 Un petit brin de philosophie Le prix de vente

Plus en détail

La géothermie avec Thermo Pieux

La géothermie avec Thermo Pieux La géothermie avec Thermo Pieux Mini colloque sur les électro technologies Avril 2010 La présentation Le Groupe Techno Pieux; Les Produits; La géothermie avec les capteurs géothermiques Thermo Pieux (THP);

Plus en détail

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3 SOMMAIRE : Sommaire page 1 Introduction page 2 L'énergie solaire page 2 Le panneaux solaires thermiques page 3 Les panneaux solaires photovoltaïques page 4 Glossaire page 5 Conclusion page 7 Bibliographie

Plus en détail

Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains. Valentin TRILLAT-BERDAL, Bernard SOUYRI, Gilbert ACHARD

Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains. Valentin TRILLAT-BERDAL, Bernard SOUYRI, Gilbert ACHARD Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains Synthèse du projet GEOSOL: Intégration énergétique dans les bâtiments par l utilisation combinée de l énergie solaire et de la géothermie basse température

Plus en détail

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires Infos pratiques Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique La production d eau chaude instantanée concerne principalement les chaudières murales à gaz. Lors d un

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

Soltherm 2014. Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014.

Soltherm 2014. Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014. Soltherm 2014 Annexe technique à partir du 1 er juin 2014 Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014. Ce document doit être complété et signé par

Plus en détail

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B Chauffage par pompe à chaleur Construction neuve u n i v e r s a l c o m f o r t 0 810 810 142 Guide des solutions durables CIAT N 08.54 B Pompes à chaleur : faites le plein d avantages! Pompe à chaleur

Plus en détail

Contrôle thermographique Tarifs et prestations :

Contrôle thermographique Tarifs et prestations : 20 rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN technimursdeveloppement@gmail.com Tél : 02.54.98.50.15 Mr et Mme DUPONT 20 Rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN Contrôle thermographique Tarifs et prestations : Habitations

Plus en détail

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02 FR Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02 Sommaire 1 Introduction...4 1.1 Symboles utilisés...4 1.1.1 Symboles utilisés dans la notice...4 1.1.2

Plus en détail

2 Trucs et Astuces 2

2 Trucs et Astuces 2 Trucs et Astuces 2 2 Le chauffe-eau solaire 1.Les capteurs 2.Les circuits solaires 3.Le circuit sanitaire 4.Les systèmes d appoint 5.Fiches synthèse 6.Bon à savoir Trucs et Astuces 3 1 Les capteurs Trucs

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

le chauffe-eau solaire individuel

le chauffe-eau solaire individuel Performant et économique, le chauffe-eau solaire individuel L HABITAT INDIVIDUEL Performant et économique, le chauffe-eau solaire individuel SOMMAIRE Un chauffe-eau solaire... Pourquoi?..................................

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2008, isbn : 978-2-212-12279-4

Groupe Eyrolles, 2008, isbn : 978-2-212-12279-4 Groupe Eyrolles, 2008, isbn : 978-2-212-12279-4 Réalisation n 4 par Yves Guern 18 m 2 de capteurs plans Ballon tampon de 1 500 l pour chauffage par radiateurs Eau chaude sanitaire séparée de 600 l Capteurs

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 SOMMAIRE Contexte de la mission confiée à ARTELIA Synthèse des audits Satisfaction usagers Implantation Mise en œuvre des capteurs et cuves Circuits

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

Tables des matières. Gymnase de Nyon C d ERN Physique

Tables des matières. Gymnase de Nyon C d ERN Physique Tables des matières 1. Introduction... - 4-1.1 Son origine... - 4-1.2 Utilisation dans notre société... - 4-2. Energie solaire thermique... - 5-2.1 Qu est ce que c est?... - 5-2.2 Fonctionnement... - 6-2.3

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr.

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr. Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole 01/10/2014 www.udppc.asso.fr Page 1 sur 11 ÉTUDE DE L EMPREINTE ENVIRONNEMENTALE DE QUELQUES DISPOSITIFS

Plus en détail

Thermodynamique (Échange thermique)

Thermodynamique (Échange thermique) Thermodynamique (Échange thermique) Introduction : Cette activité est mise en ligne sur le site du CNRMAO avec l autorisation de la société ERM Automatismes Industriels, détentrice des droits de publication

Plus en détail

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables REFERENCES : Entreprise : ELEC-EAU 47 Rue de la petite vitesse 72300 Sablé sur Sarthe Tél. : 02 43 95 07 22 Effectif : 11 salariés Activité : Electricité, plomberie, chauffage et climatisation Energies

Plus en détail

SOLAIRE THERMIQUE. Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective

SOLAIRE THERMIQUE. Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective SOLAIRE THERMIQUE Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective OBJECTIFS - Connaître le principe de fonctionnement d'une installation individuel CESI - Maitriser le principe de fonctionnement

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Pré-dimensionnement par simulations dynamiques d un réacteur de stockage thermochimique assurant l autonomie d un système solaire combiné.

Pré-dimensionnement par simulations dynamiques d un réacteur de stockage thermochimique assurant l autonomie d un système solaire combiné. Pré-dimensionnement par simulations dynamiques d un réacteur de stockage thermochimique assurant l autonomie d un système solaire combiné. Samuel HENNAUT 1*, Sébastien THOMAS 1, Philippe ANDRE 1, Emilie

Plus en détail

Chaleur solaire et stockage thermique haute température. Une solution durable, bas coût, écologique et performante. 27 mars 2014

Chaleur solaire et stockage thermique haute température. Une solution durable, bas coût, écologique et performante. 27 mars 2014 Chaleur solaire et stockage thermique haute température Une solution durable, bas coût, écologique et performante 27 mars 2014 Présentation de la société Société d Ingénierie/R&D avec le statut de Jeune

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

Whitepaper. La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur. Système de régulation. Réacteur. de température

Whitepaper. La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur. Système de régulation. Réacteur. de température Whitepaper Mettre en température économiquement La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur La mise en température de réacteur dans les laboratoires et les unités pilotes de l industrie

Plus en détail

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies 2 Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies La facture annuelle de chauffage représente 900 en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 pour une maison basse consommation

Plus en détail

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique.

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. ROTEX E-SolarUnit : Accumulateur d eau chaude sanitaire avec option solaire et générateur de chaleur électrique. ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. E-SolarUnit - Chaleur du soleil

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

Soltherm Personnes morales

Soltherm Personnes morales Soltherm Personnes morales Annexe technique Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er janvier 2015 ou dans des maisons unifamiliales/appartements dont la déclaration

Plus en détail

MANUEL D INSTALLATION ET DE MISE EN SERVICE SOMMAIRE. Fonction. Avertissements Gamme de produits Caractéristiques techniques

MANUEL D INSTALLATION ET DE MISE EN SERVICE SOMMAIRE. Fonction. Avertissements Gamme de produits Caractéristiques techniques 8/FR www.caleffi.com Groupes de transfert pour installations solaires Copyright Caleffi Séries 8 9 MANUEL D INSTALLATION ET DE MISE EN SERVICE SOMMAIRE Fonction Avertissements Gamme de produits Caractéristiques

Plus en détail

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup SOLAIRE BALLERUP (Danemark) Utiliser l énergie solaire thermique avec un système de stockage de chaleur classique à accumulation et à régulation sur une longue période est une des alternatives les plus

Plus en détail

Optimisation de la conversion solaire grâce au concept de capteur hybride photovoltaïquethermique

Optimisation de la conversion solaire grâce au concept de capteur hybride photovoltaïquethermique Optimisation de la conversion solaire grâce au concept de capteur hybride photovoltaïquethermique Patrick DUPEYRAT 1,2*, Hervé PABIOU 2, Gérald KWIATKOWSKI 3 MENEZO 2,4 et Christophe 1 Fraunhofer-Institut

Plus en détail

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique PAGE 1 DE 10 SOUS / Objectif Énoncer les différents procédés de chauffage (direct et indirect). Énoncer les principes de fonctionnement. Identifier les éléments constitutifs. Savoir technologique visé

Plus en détail

Géothermie assistée à l énergie solaire : Principe de base et applications. par. Professeur École Polytechnique de Montréal PLAN

Géothermie assistée à l énergie solaire : Principe de base et applications. par. Professeur École Polytechnique de Montréal PLAN Géothermie assistée à l énergie solaire : Principe de base et applications par Michel Bernier, ing., Ph.D. Professeur École Polytechnique de Montréal 1 Solaire Rayonnement Capteursp Géothermie Puits/champs

Plus en détail

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable Chauffe-eau thermodynamique pour le résidentiel Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable MAISONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER YUTAMPO u Idéal pour l eau chaude sanitaire Meilleur chauffe-eau

Plus en détail

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet Dossier Travaux d efficacité énergétique Projet d Isolation Thermique par l Extérieur (ITE) Ravalement Isolant maison individuelle (Le retour d expérience de Mr et Mme Parenti) 11 Date d emménagement au

Plus en détail

PANNEAUX SOLAIRES THERMIQUES

PANNEAUX SOLAIRES THERMIQUES PANNEAUX SOLAIRES THERMIQUES SYSTEMES A CIRCULATION FORCEE Eau Chaude Sanitaire et Chauffage Panneaux solaires BLUETECH 2500 de 2,5 m² Panneaux solaires TITANIUM de 2 m² Panneaux solaires TITANIUM O de

Plus en détail

Projet d auto-construction d un chauffe-eau solaire au pays des Cigales

Projet d auto-construction d un chauffe-eau solaire au pays des Cigales Projet d auto-construction d un chauffe-eau solaire au pays des Cigales Par Joseph 13 Aix en Provence Bonjour et bienvenue sur mon blog. après plusieurs mois de réflexion et de recherches sur Internet

Plus en détail

Les équipements performants dans l habitat

Les équipements performants dans l habitat Les équipements performants dans l habitat Ventilation performante La ventilation mécanique contrôlée (VMC) Pour une maison performante et saine, il est indispensable d opter pour une VMC. Le principe

Plus en détail

Séminaire Rénovation des toitures plate

Séminaire Rénovation des toitures plate Séminaire Rénovation des toitures plate CCBC 5 décembre 2013 Rénovation et isolation des toitures plates en béton Stéphanie DEMEULEMEESTER FACILITATEUR BATIMENT DURABLE Spécialiste ENVIRONNEMENT 1. Introduction

Plus en détail

aurocompact Chaudière murale gaz condensation mixte Pourquoi Vaillant? Pour une solution de chauffage compacte qui combine condensation et solaire

aurocompact Chaudière murale gaz condensation mixte Pourquoi Vaillant? Pour une solution de chauffage compacte qui combine condensation et solaire Chaudière murale gaz condensation mixte aurocompact Pourquoi Vaillant? Pour une solution de chauffage compacte qui combine condensation et solaire aurocompact les avantages d une solution 2 en 1 Compacité

Plus en détail

possibilités et limites des logiciels existants

possibilités et limites des logiciels existants possibilités et limites des logiciels existants Dominique Groleau CERMA, UMR CNRS 1563, Ecole d Architecture de Nantes Journée thématique SFT- IBPSA, Outils de simulation thermo-aéraulique du bâtiment.

Plus en détail

R-SUN Le toit canadien

R-SUN Le toit canadien SOLAIrE AÉrOTHErMIQUE Le toit canadien www.systovi.com FABRIQUÉ EN FRANCE Faire des d économies d énergie aujourd hui Avec 80 % de la consommation énergétique des ménages, le chauffage et la production

Plus en détail