L ÉCHELLE MACRO-ÉCONOMIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ÉCHELLE MACRO-ÉCONOMIQUE"

Transcription

1 PLANÈTE CONSERVATION Volume 38, No. 2 Mai 2008 IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature) Rue Mauverney Gland, Suisse Tél Téléc Directrice d édition: Anna Knee Rédacteur en chef: John Kidd Distribution: Cindy Craker Collaborateurs: Deborah Murith Katharine Mann Maquette: åtta design sàrl, Genéve, Suisse Imprimé par: Polygravia SA, Suisse Opinions Les opinions exprimées dans cette publication ne reflètent pas nécessairement celles de l UICN, de son Conseil ou de ses membres. Abonnements L abonnement à Planète Conservation, version imprimée ou électronique, est gratuite. Pour souscrire, veuillez vous adresser à ou nous contacter par courriel: Commentaires et suggestions Veuillez contacter l équipe de Planète Conservation par courriel à ou nous téléphoner: Prochain numéro Le prochain numéro de Planète Conservation, à paraître en septembre 2008, sera un numéro spécial consacré au 60e anniversaire de l UICN. Vos textes et propositions d articles sont les bienvenus ; veuillez nous les faire parvenir avant le 30 juin Anciens numéros Les anciens numéros de Planète Conservation sont disponibles à l adresse Papier Ce magazine est imprimé sur papier FSC à base de fibre de bois provenant de forêts bien gérées et certifiées selon les règles du Forest Stewardship Council (FSC). Photographies Cover: Getty Images/David Oliver; p 4: Reuters/ Pascal Rossignol; p 6: Still Pictures/Jim Wark; p 8: Reuters/Mark Avery; p 10: Corbis/Lester Lefkowitz; p 12: Reuters/Khaled Abdullah Ali Al Mahdi; p 13: Still Pictures/ullstein - superclic p 14: Still Pictures/Joerg Boethling; p 15: Reuters/Alberto Lowe; p 16: Reuters/ Karoly Arvai p 17: Still Pictures/Steven Kazlowski; p 20: Getty Images/Achim Sass; p 22: Corbis/NYC/Robert Essel; p 23: Corbis/ Peter Dench; p 25: Corbis/Sygma/James Andanson; p 26: VISUM/Still Pictures/Marc Steinmetz; p 27: Reuters/Natalie Behring; p 28: Still Pictures/Frans Lemmens; p 30: Still Pictures/Trygve Bolstad; p 31: Google Earth; p 33: Corbis/Zefa/Gregor Schuster; p 34: Reuters/Hannibal Hanschke; p 35: Corbis/Gideon Mendel Table des matières L ÉCHELLE MACRO-ÉCONOMIQUE Une mondialisation plus verte...4 Quels sont les rapports de la mondialisation et de l environnement? Présentation par Josh Bishop Priorités perverses...6 Les subventions «perverses» atteignent un montant dix fois supérieur à celui des dépenses pour l environnement dans le monde: description d un paradoxe, par Norman Myers Changer de cap...8 Alejandro Nadal nous met en garde contre l idée que la libéralisation économique pourrait par elle-même résoudre nos problèmes environnementaux Nous sommes tous dans le même bateau...10 Le Secrétaire général de l OCDE, Angel Gurría, croit que la mondialisation peut fournir les mécanismes d une meilleure gouvernance environnementale NOURRIR LA PLANÈTE Banquet ou famine Giovanni Malfatti souligne l importance du rôle des multinationales alimentaires pour une production alimentaire durable Récolte volée A cause de la mondialisation, les agriculteurs indiens sont dépossédés de leurs terres et de leurs ressources, dit Vandana Shiva Meilleurs kilomètres? James MacGregor, Ben Garside et Bill Vorley pèsent les avantages relatifs des «kilomètres équitables» et des «kilomètres alimentaires» vis-à-vis de l environnement Piller le Pacifique Des flottes de pêche lointaines pillent les eaux du Pacifique, nous dit Martin Tsamenyi Ils ont dit Des membres de l UICN donnent leur avis sur la mondialisation et l environnement COMMUNICATION Reliés à la planète Kirsi Sormunen, de Nokia, explique pourquoi l expansion des technologies de l information et de la communication est un atout pour la sensibilisation environnementale Vu du village Dumisani Nyoni se demande ce que signifie la mondialisation pour un petit village 2008 Union internationale pour la conservation de la nature et de ses ressources

2 PLANÈTE CONSERVATION Mai 2008 COMMERCE ET VOYAGES Voyager léger Nous devons équilibrer la croissance du tourisme et la conservation de la biodiversité, nous dit Francesco Frangialli, Directeur de l Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies Un appétit ravageur..25 La mondialisation accroît la demande de produits de la vie sauvage Steven Broad de TRAFFIC fait le point Sécurité intérieure La libéralisation du commerce peut favoriser la propagation d espèces envahissantes en l absence de contrôles adaptés, expliquent Jaime Rovira, Alex Brown et Imène Meliane Lutter contre les envahisseurs...27 Le rôle de l UICN dans la lutte contre les espèces envahissantes INNOVATION Passer à l échelle mondiale Les paiements internationaux de services écosystémiques (PISE): l état des lieux par Wendy Proctor et Anna Lukasiewicz Regrouper les bienfaits Le travail de l UICN sur les paiements internationaux de services écosystémiques Sous les yeux du monde entier..31 Rebecca Moore explique comment Google Earth Outreach contribue à la conservation environnementale Connaissances en partage Comment la mondialisation de l information commence à améliorer le taux de succès des projets de conservation de l environnement Un projet plus vert La Directrice exécutive adjointe du PNUE, Angela Cropper, fait le point du débat sur le renforcement de la gouvernance environnementale Retour à l avenir Pourquoi le mouvement environnemental doit prendre une orientation nouvelle

3 Une mondialisation plus verte La mondialisation ne va pas s arrêter mais la communauté internationale peut l aiguiller sur une voie plus durable, d après Joshua Bishop, conseiller économique de l UICN.

4 L ÉCHELLE MACRO-ÉCONOMIQUE D après les géologues, les continents formaient jadis une seule masse terrestre, où les espèces animales et végétales se propageaient largement. Lorsque les continents ont commencé à se séparer, la séparation des différentes populations a donné lieu à l évolution d espèces distinctes. La faune et la flore unique des îles sont un témoin éloquent des effets de l isolement. Imaginons les communautés humaines de ces époques lointaines, beaucoup plus démunies que nous en matière de déplacements et de communication. Nous pouvons supposer que la longue séparation matérielle due à la dérive des continents allait donner lieu à la naissance de communautés diverses, avec des langages, des cultures, des religions et des institutions différentes. C est plus ou moins ce qui s est passé, à la suite de la barrière millénaire établie par les océans, les montagnes et les déserts. Alors, qu arriverait-il si les continents se réunissaient subitement? Des espèces animales et végétales ayant évolué séparément se propageraient et deviendraient rivales. Certaines espèces disparaîtraient ; des hybrides apparaîtraient. Le processus pourrait être chaotique et destructeur, mais aussi dynamique et créatif. Si le choc des continents est une définition mélodramatique de la mondialisation, la métaphore renferme cependant un peu de vérité quant à la portée et à l échelle de l évolution en cours, ou, plus précisément, de l évolution que nous nous imposons nous-mêmes. Qu arrive-t-il lorsque des sociétés séparées depuis longtemps sont soudain réunies? L histoire récente recèle des témoignages douloureux de conflits issus du «choc des civilisations», même si elle témoigne aussi de nouvelles formes de coopération et d innovation issues de l interaction sociale. Le terme «mondialisation» désigne en bref l intégration mondiale. Si la dimension économique (commerce et investissements internationaux) est évoquée le plus souvent, la mondialisation comprend aussi l intégration sociale, culturelle, linguistique, politique, technique et environnementale au-delà des frontières nationales. Un cadre si large attire naturellement l intérêt de beaucoup d acteurs. Les milieux du commerce et de l investissement veulent que la promesse d accès aux marchés et de non-discrimination que renferme la mondialisation soit réalisée. Les milieux du développement souhaitent que les pays les plus pauvres tirent bénéfice de la mondialisation. Les syndicats se préoccupent du maintien des normes du travail et du progrès vers un traitement juste et équitable pour les travailleurs. Bien entendu, les défenseurs de l environnement veulent empêcher une «course vers le bas», où les pays braderaient de plus en plus leurs normes environnementales afin d attirer ou de garder des activités économiques. Les écologistes ont beaucoup d autres préoccupations, y compris la diffusion d agents pathogènes et d espèces exotiques envahissantes issue de l accroissement du commerce et des voyages. Si l intégration mondiale des marchés agricoles et l adoption de technologies à forte consommation d énergie et de substances chimiques ont amélioré la sécurité alimentaire, elles ont aussi entraîné une Le terme «mondialisation» désigne en bref l intégration mondiale. Si la dimension économique (commerce et investissements internationaux) est évoquée le plus souvent, la mondialisation comprend aussi l intégration sociale, culturelle, linguistique, politique, technique et environnementale au-delà des frontières nationales. simplification écologique. Les agriculteurs du monde entier cultivent un nombre restreint d espèces agricoles identiques, tandis que des milliers de variétés locales traditionnelles ont disparu. Mettre un si grand nombre d œufs agricoles dans le même panier nous met tous en situation de risque en cas d épidémies de ravageurs ou de foyers de maladie. Le problème est, bien évidemment, que nos institutions n avancent pas à la même allure que les difficultés issues de la mondialisation. L intégration mondiale renforce la demande et accroît la circulation de biens et de services, y compris le commerce des ressources biologiques, tandis que nos mécanismes de gouvernance sont lents à s adapter et à s améliorer. Pour les forêts, par exemple, l essor commercial a souvent suscité la faillite écologique, car des bois à forte valeur sur le marché sont exploités, souvent illégalement, et vendus au plus offrant sans aucun souci de durabilité. De nouveaux enjeux environnementaux mondiaux sont apparus et nécessitent une réponse à l échelle de la planète. Le changement climatique en est l exemple le plus connu, mais il y en a d autres : la surpêche marine, la sédimentation de l azote, les polluants persistants. La plupart de ces problèmes empirent, avec des conséquences de plus en plus visibles pour les populations humaines. Du côté positif, la mondialisation a créé des points forts bien réels, qui peuvent contribuer à répondre aux problèmes environnementaux. La communication est quasiment instantanée à l heure actuelle ; si quelqu un trouve une solution, nous l apprendrons très vite. La production industrielle et la distribution sont intégrées à l échelle mondiale ; si nous avons besoin de produire quelque chose, un vaccin contre la grippe aviaire par exemple, on peut le faire à une échelle massive et le diffuser dans le monde entier, plus vite que jamais par le passé. La science aussi s est mondialisée. Les principales avancées et les nouvelles applications sont partagées et copiées à une vitesse croissante. Même si les compétences techniques sont inégales et que des questions liées à la propriété intellectuelle empêchent encore la circulation de produits et d informations, l activité scientifique a un caractère de plus en plus mondial et n est plus l apanage d une élite de pays riches. Le public est sensibilisé, d une façon plus large et plus approfondie que jamais, aux enjeux environnementaux de la planète. Encore plus important, les attentes du public en matière environnementale, vis-à-vis des gouvernements et des entreprises, ont atteint un niveau plus élevé, ce qui rend plus difficile de suivre des politiques dommageables ou intéressées. La mondialisation ne va pas s arrêter et nous laisser le temps de nous concerter. Il s agit de savoir ce que les acteurs de l environnement peuvent faire afin d infléchir le processus de mondialisation de telle façon qu il favorise le développement durable au lieu de le compromettre. Nous devons trouver des solutions pratiques qui soient dans la logique de la mondialisation et non contre elle. Nos priorités devraient inclure le renforcement des capacités des pays en développement afin de prévoir les impacts de la mondialisation sur les milieux naturels et d y répondre vite. Les institutions internationales doivent être renforcées de façon à doter ces pays des compétences nécessaires pour évaluer les grands enjeux environnementaux (espèces exotiques envahissantes, changement climatique, surpêche ) et y répondre. La communauté scientifique doit parvenir à un consensus sur les priorités environnementales de la planète, ainsi que sur des politiques susceptibles d y répondre efficacement. Enfin, nous devons engager toute la puissance du secteur privé afin de rendre la mondialisation plus verte. PLANÈTE CONSERVATION MAI

5 Priorités perverses La mondialisation suscite des subventions «perverses» s élevant au moins à 200 milliards de dollars. Dix fois plus élevées que les dépenses de protection environnementale, ces subventions portent atteinte aux habitats de biodiversité aussi bien qu à l économie. Norman Myers décrit ce paradoxe. Nous savons depuis plusieurs décennies que la planète entre dans une phase d extinction massive d espèces. Depuis, des milliers de scientifiques ont écrit des dizaines de milliers de livres et d articles à ce sujet, et les acteurs, que ce soit les Etats, les organismes internationaux ou les ONG, ont consenti des efforts sans précédent pour répondre à la crise. Mais, si les ressources de conservation (compétences scientifiques, financement, création d aires protégées et autres mesures ) se sont beaucoup développées, les problèmes se sont aggravés encore davantage, avec le déclin d habitats aussi importants que les forêts tropicales, à un rythme encore plus accéléré. Les efforts les plus soutenus semblent à peine ralentir la vitesse de l extinction. Il ne s agit pas d une conclusion défaitiste. Elle est, bien au contraire, réaliste, et il est nécessaire de suivre lucidement la situation. Se demander dans quelle mesure nous faisons mieux qu auparavant n est pas la même chose que de se poser la question centrale: «Faisons-nous assez?» Avons-nous avancé, dans quelle mesure les efforts en faveur de l environnement ne sont-ils pas à la hauteur, combien de temps reste-t-il avant que la crise de l extinction déborde notre capacité de réponse et que les efforts ultérieurs ne soient plus que des 6 PLANÈTE CONSERVATION MAI 2008

6 L ÉCHELLE MACRO-ÉCONOMIQUE opérations de sauvetage? Est-il vrai, et dans quelle mesure, que les écologistes ont traité les symptômes des problèmes environnementaux, au lieu de s attaquer à leur source, qui comprend notamment ces subsides «pervers», portant atteinte tant à l environnement qu à l économie? 20 milliards de dollars sont dépensés annuellement pour la protection environnementale, tandis que les subventions perverses contribuent, par inadvertance certes, à détruire les habitats de biodiversité tout en dépensant au moins dix fois plus. Tant que nous ne nous serons pas attaqués aux méga et méta-problèmes des subventions perverses, les écologistes devront faire remonter un rocher de plus en plus grand le long d une pente de plus en plus raide. Ceci implique une approche élargie de la protection environnementale. Certes, les défenseurs de l environnement ont fait beaucoup d efforts pour sauvegarder la biodiversité et ont acquis des compétences approfondies en la matière. Ils pourraient toutefois ne pas se borner à chercher des solutions, mais s attaquer à la source des problèmes ; comment les éliminer avant qu ils n aient pris de l ampleur? Entre autres, en abordant la question de ces subventions perverses qui Tant que nous ne nous serons pas attaqués aux méga et méta-problèmes des subventions perverses, les écologistes devront faire remonter un rocher de plus en plus grand le long d une pente de plus en plus raide. détruisent les forêts, favorisent la désertification, réduisent les ressources en eau, encouragent la pollution à grande échelle et l érosion des sols, et causent même des perturbations climatiques, parmi d autres formes de destruction des ressources biologiques. Si d autres pays développés suivaient l exemple de la Nouvelle Zélande et réduisaient considérablement leurs subventions agricoles, plusieurs centaines de milliards de dollars de dépenses superflues se trouveraient libérés à d autres fins. La disparition graduelle de ces subventions contribuerait aussi considérablement à prévenir de nouveaux dommages écologiques aux habitats de biodiversité sur des millions de km 2. Quel en serait le coût? Il y a différentes réponses. La sauvegarde de 35 hauts lieux de la biodiversité terrestre coûterait 3,5 milliards de dollars environ sur cinq ans, un investissement susceptible de réduire la crise d extinction des espèces du taux énorme de 2/5. En effet, 35% à 45% des 10 millions d espèces estimées de la planète se trouvent dans ces hauts lieux, où elles sont gravement menacées. En termes de coûts financiers, c est faisable; les autres éléments ne sont pas insurmontables non plus. Ainsi, les technologies de remplacement des combustibles fossiles (l une des causes principales de destruction des habitats à l avenir) sont largement disponibles et devraient entraîner des avantages financiers considérables à long terme. Les principaux obstacles sont d ordre politique ; par exemple, les groupes d intérêt qui perpétuent les subventions perverses malgré leurs nombreux coûts environnementaux et économiques. Ce qu il faut, c est un engagement politique à l échelle de ce que fut le Projet Manhattan pour mettre au point la première bombe atomique. Il y eut aussi le Plan Marshall, dont le coût s est élevé à 90 milliards de dollars (équivalent dollars 2001), même s il n est pas certain que Harry Truman et George Marshall auraient pu faire accepter leur grande initiative à l heure actuelle, vu l activité des groupes de pression qui défendraient leurs intérêts particuliers au détriment du Plan. D autres projets à grande échelle des dernières décennies ont vu le jour avec des coûts du même ordre de grandeur (en dollars 2001): envoyer un homme sur la Lune, 100 milliards de dollars ; le Projet de défense anti-missile, de 150 à 240 milliards de dollars. Un troisième projet, d un montant bien moindre (240 millions de dollars seulement) était la sonde Pathfinder, chargée de chercher des formes de vie sur Mars (quelques moisissures primitives?) Il s agirait donc de se positionner dans un cadre de vision sociétale et de volonté politique afin de traduire la réflexion en action. A différents moments de l histoire, des communautés humaines ont mobilisé leurs ressources institutionnelles pour atteindre des réussites relativement bien plus coûteuses que la réponse nécessaire à notre crise biotique. Ainsi, la construction des pyramides d Egypte et des cathédrales gothiques en Europe ont mobilisé une part exceptionnellement importante des ressources économiques et sociales de leurs époques respectives. Il s agissait dans les deux cas d une démarche de l ensemble de la société. Une tentative semblable pourrait être faite aujourd hui, notamment si l on considère que les avantages à long terme seraient beaucoup plus durables que ceux des pyramides et des cathédrales jusqu à présent. Après tout, si l humanité échoue à protéger la biodiversité à une époque de danger sans précédent, le temps nécessaire pour que l évolution crée des espèces de remplacement sera au moins mille fois plus long que le temps d existence des pyramides. L humanité pourrait y trouver inspiration pour bien comprendre l enjeu, avec autant d efficacité, au moins, que les motivations religieuses pour les pyramides et les cathédrales gothiques. Norman Myers, scientifique indépendant, spécialiste de l environnement et du développement, est professeur à l Université d Oxford et de Duke. Il a été à l origine, à la fin des années 1980, de la thèse des hauts lieux de biodiversité, qui a mobilisé 850 millions US$ en faveur de l environnement. PLANÈTE CONSERVATION MAI

7 Changer de cap Croire que la libéralisation économique et la croissance suffisent à résoudre nos crises environnementales est une erreur, nous dit Alejandro Nadal. Pour bien des analystes, le rapport entre mondialisation et environnement se réduit à une simple question : l intégration financière et commerciale encourage-t-elle une gestion environnementale saine ou bien favorise-elle la dégradation écologique? Cette question peut induire en erreur. L impact de la mondialisation sur l environnement ne peut pas être mesuré de façon exacte car il s agit d un processus déséquilibré, où coexistent à la fois des économies à croissante lente et à croissance rapide et des disparités énormes de revenus par habitant au niveau international. Aucun processus d ajustement économique ne viendra redresser automatiquement ce déséquilibre. Aucun consensus sur la définition de la mondialisation ne semble même émerger. Nous nous devons de comprendre la nature économique de la mondialisation avant d en évaluer son rapport avec l environnement. La mondialisation découle davantage des forces profondes qui agissent au sein des économies capitalistes et de politiques délibérées de libéralisation financière et commerciale que de l évolution technologique en matière de transports et de communications. La voie vers une plus grande intégration des marchés financiers et commerciaux a été ouverte en 1973 quand les anciennes institutions de Bretton Woods ont été remplacées par des taux de change flexibles. Ce mécanisme créait de nouveaux risques pour les agents économiques privés mais offrait de nouvelles opportunités de profit par le biais d opérations sur les marchés mondiaux de devises. Cela explique pourquoi les transactions spéculatives sur les marchés étrangers de devises atteignent des montants bien supérieurs au commerce des biens et des services, tandis que les flux de capitaux rivalisent en importance avec les réserves des banques centrales. En réponse aux fluctuations des taux de change et des taux d intérêt, ces flux de capitaux peuvent être inversés, entraînant alors des crises profondes. Prévus pour pallier cette situation, les programmes de stabilisation ont encore plus gravement endommagé les économies locales et l environnement dans des pays aussi divers que l Argentine, les Philippines et l Indonésie. Beaucoup sont de l avis que la mondialisation conduit à un accroissement des revenus par habitant et qu il s ensuit une meilleure santé environnementale. Cela n est pas corroboré par les faits. Entre 1945 et 1973, les taux de croissance étaient plus élevés qu entre 1973 et S il est vrai que la croissance a repris pendant les dix dernières années, il subsiste des incertitudes en ce qui concerne les grands déséquilibres entre les pays dont l épargne interne est énorme (la Chine) et ceux où le déficit du budget de l État est important (les Etats- Unis), ce qui continue à être un sujet de préoccupation pour l économie mondiale vu les possibles répercussions sur la stabilité du système financier mondial. La crise financière et la récession économique probable aux Etats-Unis en 2008 ne vont faire que ralentir davantage l économie mondiale. Ainsi, contrairement à ce que prétendent les médias, la performance économique à l ère de la mondialisation n est pas l histoire d un succès sans faille. En outre, les problèmes environnementaux foisonnent et certains se sont aggravés (de la dégradation des sols et la destruction des forêts à la surexploitation des aquifères et la perte de ressources génétiques). Par ailleurs, dans les économies à croissance rapide, la dégradation environnementale a atteint des niveaux critiques. La Chine, l Inde et le Brésil en sont La mondialisation n a pas mobilisé les ressources requises pour parer à la dégradation environnementale et n a pas réussi à créer un système de gouvernance à même de relever les défis de notre temps. les meilleurs exemples et la demande de ressources naturelles dont ils sont l objet (par exemple en minerais et bois) a de graves répercussions environnementales au plan mondial. Les grands bouleversements environnementaux, comme le réchauffement climatique mondial ou l extinction massive d espèces, ont commencé des dizaines d années avant le début de la mondialisation. Mais la mondialisation n est pas parvenue à les enrayer. Ainsi, nous sommes loin d avoir réussi à stabiliser les concentrations de CO2 dans l atmosphère et même les objectifs les plus modestes du protocole de Kyoto vont rester lettre morte. Le jugement le plus critique des rapports entre la mondialisation et l environnement est probablement celui de l Évaluation du Millénaire sur les écosystèmes. D après les conclusions de cette étude, pendant les 50 dernières années, l homme a modifié les écosystèmes de la Terre plus vite et plus profondément qu au cours d aucune autre période comparable de l histoire de l humanité. Parmi les services écosystémiques examinés par l Évaluation, 60% sont en train de se dégrader ou font l objet d une utilisation non durable. Tant que les coûts croissants continueront à être à la charge des plus démunis d une façon aussi disproportionnée, les Objectifs du Millénaire resteront lettre morte. Les conséquences 8 PLANÈTE CONSERVATION MAI 2008

8 L ÉCHELLE MACRO-ÉCONOMIQUE négatives de cette dégradation pourraient encore s aggraver pendant les 50 années à venir. Si nombre d études font état de réductions dans l émission de certains polluants et d un accroissement de l efficacité de la production énergétique dans plusieurs pays, cette plus grande efficacité dans certains domaines va parfois de pair avec la dégradation d autres indicateurs environnementaux ou avec le déplacement des coûts environnementaux vers d autres pays. La mondialisation n a pas mobilisé les ressources requises pour parer à la dégradation environnementale et n a pas réussi à créer un système de gouvernance à même de relever les défis de notre temps. Il est bien évident qu un changement de cap s avère essentiel. Un nouveau plan d action pour la durabilité et la responsabilité sociale devrait se fonder sur trois principes majeurs. Premièrement, les marchés ne sont pas des mécanismes autorégulateurs ; il est indispensable de reconnaître la nécessité d interventions novatrices en matière de politiques publiques. Deuxièmement, étant donné que les politiques macroéconomiques ont des effets importants sur la distribution du revenu, le choix des technologies et la gestion des ressources, elles se doivent d intégrer la durabilité environnementale dans leurs objectifs. Troisièmement, la distribution du pouvoir économique et politique est essentielle à la répartition des coûts environnementaux. La persistance des asymétries est peut-être l obstacle principal qui s oppose à la bonne gouvernance requise pour une protection adaptée de l environnement. La redéfinition du développement devrait être prioritaire, car l idée que la croissance illimitée (notamment telle que nous la concevons aujourd hui) est la source du bien-être humain est un leurre conduisant à la catastrophe. Alejandro Nadal est professeur à El Colegio de Mexico. Il préside également le Thème Environnement, macroéconomie, commerce et investissements de la Commission de l UICN des politiques environnementales, économiques et sociales. PLANÈTE CONSERVATION MAI

9 Nous sommes tous dans le même bateau L échelle planétaire de nos problèmes environnementaux les plus pressants, ainsi que de la mondialisation économique, nécessitent un renforcement de la coopération environnementale internationale, dit Angel Gurría, Secrétaire général de l Organisation de coopération et de développement économiques (OECD). La mondialisation peut être un moteur de solutions environnementales s il existe des cadres institutionnels et politiques adaptés, ainsi qu une coopération internationale renforcée. La coopération environnementale mondiale est plus indispensable que jamais car nombre d enjeux environnementaux pressants nécessitent des solutions à l échelle mondiale et que la mondialisation économique nous oblige à rajouter de nouvelles dimensions à notre démarche environnementale. La publication récente de l OCDE Perspectives de l environnement à l horizon 2030 montre que il est possible, à un coût accessible, de répondre aux enjeux environnementaux les plus pressants (dont le changement climatique, la perte de biodiversité et la rareté de l eau) si on tient compte de la croissance économique prévue et des coûts et conséquences de l inaction, et à condition que les pays travaillent ensemble. Ainsi, trouver des solutions efficaces et au moindre coût en réponse au changement climatique nécessite la participation de tous les grands émetteurs. Nombre de hauts lieux de la biodiversité se trouvent dans des pays en développement, mais les avantages de leur conservation s étendent au monde entier. La rareté de l eau est pour l essentiel une question locale ou régionale, mais des bonnes pratiques existent, que la coopération internationale permettrait de diffuser à l échelle mondiale. Une coopération renforcée entre les pays membres et non-membres de l OCDE est indispensable pour réaliser des 10 PLANÈTE CONSERVATION MAI 2008

10 L ÉCHELLE MACRO-ÉCONOMIQUE Une coopération environnementale internationale adaptée porte non seulement sur quoi faire et comment le faire, mais se pose également la question de savoir qui paiera quoi. objectifs environnementaux ambitieux à un moindre coût. Des économies émergentes, comme le Brésil, la Russie, l Inde, l Indonésie, la Chine, l Afrique du Sud, sont des partenaires essentiels pour trouver des solutions internationales aux défis environnementaux planétaires, compte tenu de leur rôle croissant dans l économie mondiale et de l accroissement rapide de leurs impacts environnementaux. Une coopération environnementale internationale adaptée porte non seulement sur quoi faire et comment le faire, mais se pose également la question de savoir qui paiera quoi. L incertitude autour de qui devrait prendre des mesures et qui devrait en assumer les coûts est le principal obstacle au progrès, tout particulièrement pour des enjeux tels que le changement climatique et la perte de biodiversité, pour lesquels les coûts et les avantages de l action politique sont inégalement répartis entre les pays et les générations. Pour maîtriser les coûts mondiaux de l action environnementale, il faut mettre fortement l accent sur l utilisation d instruments de marché: prix de l eau, commerce des émissions, taxes sur les polluants, charges sur les déchets. L élimination des subventions préjudiciables à l environnement, notamment pour les combustibles fossiles et la production agricole, serait un bon point de départ, détournant l économie d activités polluantes et qui surexploitent les ressources naturelles. Les contribuables et les consommateurs économiseraient beaucoup d argent. Cependant, un ensemble de politiques est nécessaire pour compléter les instruments du marché par des réglementations, des accords avec le secteur privé et des politiques d information, afin de répondre aux insuffisances du marché et de l information. La crainte de l impact potentiel sur la compétitivité industrielle empêche souvent d avoir recours à des outils de marché, notamment des taxes sur le carbone et des mécanismes de compensation des émissions, pour résoudre des problèmes environnementaux. Beaucoup de pays s inquiètent de la perte potentielle de compétitivité de leurs entreprises sur le plan international si elles doivent faire face à un surcroît de taxes qui ne sont pas appliquées partout dans le monde. Pourtant, l impact de ces taxes sur la compétitivité des secteurs concernés est souvent compensé par des gains dans d autres domaines. Une meilleure information permettrait d éclairer les effets globaux macro-économiques et distributifs. Le vrai problème consiste à se mettre d accord sur des politiques harmonisées sur le plan mondial afin d égaliser les règles du jeu. La mondialisation, y compris le développement du commerce et la libéralisation des investissements, peut contribuer à une allocation de ressources plus performante sur le plan mondial, à condition qu il existe des politiques environnementales saines et des institutions solides. En l absence de ces garde-fous, la mondialisation risque d amplifier les insuffisances des politiques et des marchés et d aggraver les pressions environnementales. La gouvernance environnementale internationale doit être renforcée pour permettre de mieux aborder les enjeux environnementaux transfrontaliers et d assurer l intégration des questions environnementales dans les politiques commerciales et d investissements, ainsi que dans les programmes de coopération au développement. D une façon générale, la mondialisation développe les marchés, encourage la concurrence et peut pousser les entreprises à s adapter et à innover. Elle peut aussi contribuer à la diffusion de technologies moins polluantes. Des dirigeants d entreprise vont déjà de l avant, encouragés par la demande d innovations et produits «verts» de la part des consommateurs. Le secteur des biens et services environnementaux devrait progresser sensiblement. Des solutions technologiques existent déjà pour nombre de problèmes environnementaux ; de nouvelles solutions apparaissent, notamment pour les énergies renouvelables et l efficience énergétique, le piégeage et l emmagasinage du carbone et les véhicules hybrides, dont le coût devrait devenir de plus en plus compétitif dans les décennies à venir. Si des technologies de biocombustibles de «deuxième génération» (utilisant les déchets de biomasse, par exemple) sont largement disponibles d ici 2030, on pourrait éviter l accroissement prévu des cultures de biocarburants sur des terres agricoles, l utilisation accrue de pesticides, engrais et eau, et les impacts de ce genre d utilisation des sols sur la biodiversité. Si la mondialisation entraîne un certain nombre d effets potentiels, favorables et défavorables, sur l environnement, l état de l environnement et des ressources naturelles a à son tour des incidences sur le développement économique et la mondialisation. La concurrence pour des ressources naturelles rares, l exploitation de ressources renouvelables comme les stocks halieutiques et les bois tropicaux, les effets des changements climatiques sur l agriculture, les prix de l énergie et la recherche de sources alternatives d énergie peuvent influer fortement sur l évolution du commerce et des investissements dans les années à venir. Si la perte de biodiversité n est pas arrêtée, des activités mondialisées comme l industrie pharmaceutique et l agroalimentaire seront touchées par une dégradation plus forte de leur capital de ressources naturelles. La coopération au développement est une autre dimension à prendre en considération. Certains des pays les plus pauvres du monde sont des oubliés de la mondialisation car ils ne peuvent s intégrer dans l économie mondiale, en partie à cause des barrières commerciales des pays de l OCDE. Les pays riches doivent aider les pays en développement à tirer profit des avantages de la mondialisation sans sacrifier l environnement, en diffusant des connaissances et des bonnes pratiques technologiques et en ouvrant davantage leurs marchés. Les pays en développement, qui sont les plus vulnérables à la dégradation environnementale, manquent de capacités pour y faire face et s adapter. Le Comité d aide au développement et le Comité des politiques environnementales de l OCDE se sont associés afin de mieux prendre en compte les questions environnementales dans les programmes de coopération au développement. Suite à une réunion ministérielle conjointe des Ministres de l environnement et des Ministres de la coopération au développement de l OCDE, en 2006, les pays membres de l OCDE préparent des lignes directrices sur l intégration de l adaptation au changement climatique dans les activités de coopération au développement, se fondant sur des outils politiques tels que l évaluation environnementale stratégique. L OCDE soutient aussi la mise au point de stratégies de financement réalistes et durables pour l approvisionnement en eau et les services sanitaires et elle élabore de nouvelles approches pour améliorer le développement de capacités de gestion environnementale à la lumière de la Déclaration de Paris sur l efficacité de l aide. L OCDE est une organisation internationale regroupant 30 pays membres attachés à la démocratie et à l économie de marché. Elle examine des questions économiques, environnementales et sociales, aide les gouvernements à trouver des solutions à des problèmes communs et à élaborer, mettre en œuvre et coordonner leurs politiques nationales et internationales. En mars 2008 l OCDE a publié ses Perspectives de l environnement à l horizon 2030, qui analyse les tendances économiques et environnementales à l horizon 2030 (et 2050) et comporte des simulations d actions politiques (et d inaction) face aux principaux enjeux et coûts. PLANÈTE CONSERVATION MAI

11 Banquet ou famine? Les multinationales ont un rôle très important à jouer pour assurer la production mondiale d aliments, explique Giovanni Malfatti, de l Initiative pour une agriculture durable.

12 NOURRIR LA PLANÈTE Pourquoi l industrie alimentaire devrait-elle s impliquer dans l agriculture durable? La question peut se poser. Une réponse superficielle serait : pour des raisons d image ou de responsabilité sociale des entreprises. En fait, la réponse est beaucoup plus simple et évidente : la disponibilité future de nourriture. Plusieurs fois dans l histoire, il a semblé que la population allait croître plus vite que la production d aliments et la distancer. A chaque fois, la production s est accrue pour répondre à la demande. La croissance démographique (80 millions de personnes par an) et la modification des habitudes alimentaires font partie de l équation. Dans des pays en développement, surtout en Chine et en Inde, une classe moyenne croissante demande une plus grande variété d aliments, notamment de la viande et des produits laitiers. Cette évolution du régime alimentaire, qui était autrefois en moyenne de 150 g de riz par jour, a accru la demande de nourriture animale et réduit les surfaces disponibles pour l agriculture (pour chaque tête de bétail, plusieurs hectares sont destinés au L enjeu actuel et futur de la production alimentaire consiste à faire en sorte que, partout dans le monde, chaque parcelle soit cultivée de façon durable, afin de produire la nourriture dont nous avons besoin sans détruire le capital naturel dont nous dépendons. subventionné pour les biocarburants a créé des tensions quant à l utilisation des terres pour la nourriture ou pour l énergie. Les biocarburants représentaient l année dernière presque la moitié de l augmentation de la demande mondiale d huiles végétales et 7% de leur consommation totale, d après le service de prospective Oil World. L accroissement de la production de biodiesel est controversé, non seulement à cause de la concurrence pour l utilisation des terres pour des cultures alimentaires, mais aussi en raison de préoccupations environnementales. Des études récentes semblent indiquer qu une croissance des cultures de biocombustibles à grande échelle dans le monde accroîtrait le CO2 atmosphérique au lieu de le réduire. Bien avant le dévoilement de ce sombre scénario planétaire, l industrie alimentaire, premier acheteur de matières premières agricoles, savait que, pour bénéficier d un approvisionnement fiable et croissant, ces produits doivent être cultivés de façon durable. Le secteur a lancé des initiatives destinées à y répondre, soit axées sur un produit spécifique, soit dans le cadre d une démarche élargie et plus holistique. Jusqu à ces derniers temps, en raison du manque d intérêt ou de connaissance de l agriculture durable de la part des consommateurs, cette production a suffi à satisfaire une demande réduite à un petit créneau. Or, à l heure actuelle, il est nécessaire et urgent de répondre aux conséquences du changement climatique pour la production agricole mondiale, à la croissance démographique, à la croissance exponentielle de la demande alimentaire et à des politiques irresponsables en matière de biocarburants. Ceci n est possible que si les trois piliers de la durabilité (social, économique, environnemental) sont mis en œuvre de façon généralisée dans l agriculture et tout le long de la chaîne alimentaire. L enjeu actuel et futur de la production alimentaire consiste à faire en sorte que, partout dans le monde, chaque parcelle soit cultivée de façon durable, afin de produire la nourriture dont nous avons besoin sans détruire le capital naturel dont nous dépendons. Nous devons tous œuvrer en faveur d une plus grande durabilité pour les décennies à venir. Par le passé, les questions environnementales et sociales n étaient soulevées que par une poignée d ONG. Elles ne sont plus une nuisance tolérée, mais des partenaires de plein droit lorsqu il s agit de définir la stratégie de l industrie alimentaire. L UICN travaille avec la Plateforme Sustainable Agriculture Initiative (SAI) (Initiative pour une agriculture durable), qui encourage l agriculture durable et regroupe différents acteurs de la chaîne alimentaire, dont Nestlé, Danone, Unilever, Coca-Cola et McDonald s. pâturage au lieu d accueillir des cultures céréalières pour la consommation humaine). Selon l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO), le prix du blé, lié à la disponibilité des terres, s est accru de plus de 80% depuis un an et celui du maïs de 25%. Les réserves céréalières mondiales sont tombées à leur niveau le plus bas depuis Les prix ont connu une telle envolée que le Programme alimentaire mondial, qui s est fixé pour objectif de nourrir 73 millions de personnes cette année, a déclaré devoir réduire les rations ou le nombre de bénéficiaires de l aide. En outre, de grands pays producteurs, tels que le Kazakhstan et la Russie, ont décidé d imposer des droits à l exportation sur leurs céréales. Une autre tourmente vient secouer les marchés alimentaires mondiaux. L envolée du prix des carburants a modifié les coûts de production et de transport des aliments dans le monde entier. L engouement PLANÈTE CONSERVATION MAI

13 Récolte volée Les agriculteurs indiens sont privés de leurs terres et de leurs ressources au profit du secteur privé, explique Vandana Shiva. L agriculture dépend du capital naturel: des semences, des sols et de l eau sains. L agriculture durable est donc vitale afin de préserver nos ressources naturelles et d assurer la sécurité alimentaire mondiale. Cependant, l état de ces ressources est également fonction de leur régime de propriété: les sols, l eau et la biodiversité ne peuvent être utilisés durablement que si leur propriété est collective. En Inde, l eau et la biodiversité ont été gérées comme un bien communal jusqu à une époque récente. La terre aussi était utilisée individuellement mais sa propriété était collective. La mondialisation et la libéralisation du commerce ont conduit à la privatisation de l eau et de la biodiversité et à la concentration de la propriété foncière. Six décennies de réforme agraire sont bouleversées par la mise en place d instruments tels que des zones économiques spéciales, soumises à un régime réglementaire différent du reste du pays et axées sur la promotion des exportations et de l investissement étranger direct au moyen d avantages fiscaux. Le gouvernement s est servi de droits qu il s est octroyé lui-même pour céder à des entreprises de grandes étendues de terres agricoles fertiles et de terres communales faisant vivre des millions de personnes. Les terres communales des villages étaient considérées par les autorités coloniales britanniques comme des «terrains vagues», puisqu elles ne leur permettaient pas d en tirer des revenus. A l heure actuelle, ces soi-disant «terrains vagues» sont cédés au secteur privé. En mai dernier, le gouvernement du Rajasthan a adopté une nouvelle loi sur l affectation des terrains vagues à des plantations de biocarburants et à leur production. La réglementation permet une cession de 1000 à 5000 hectares de terres communales à des entreprises de biocarburants pour une période de 20 ans. Ce transfert sans consentement de droits communautaires vers des droits de propriété privée est de fait une «clôture des terres communales». Ces terres entretiennent la biodiversité, qui fournit du combustible, des fourrages, des médicaments et de la nourriture à l économie rurale, notamment aux paysans sans terre. Les cultures de biocombustibles, comme le Jatropha, n apportent rien de pareil. Les terres communales des villages servent maintenant à produire du carburant pour les voitures des riches des zones urbaines : on passe de l équité à l injustice, de la durabilité à la non-durabilité. La loi du Rajasthan sur les combustibles implique aussi une demande plus importante d eau. La loi rend l arrosage obligatoire et détourne des ressources en eau déjà rares des besoins agricoles et d eau potable. Des nappes phréatiques précieuses sont aussi en danger. Les espèces végétales des terres communales du Rajasthan sont adaptées à la rareté de l eau. Leur remplacement par des plantations de Jatropha irriguées aboutit non seulement à une clôture des terres communales, mais aussi à la privatisation des eaux communales des villages. Dans d autres régions, la privatisation de l eau est liée aux investissements. Si une entreprise investit dans un barrage d irrigation, elle peut de fait privatiser l eau et la vendre aux agriculteurs. Le droit des agriculteurs à l eau disparaît et des droits des entreprises sont créés. Le projet de liaison fluviale (200 milliards de dollars) conduira inévitablement à la privatisation de l eau, car il dépendra d investissements privés et de prêts de la Banque mondiale. Les entreprises recherchant la privatisation de ressources communales ont recours à des institutions telles que la Banque mondiale et l Organisation mondiale du commerce (OMT) pour créer de nouvelles formes de propriété privée. La diversité de la nature et l innovation collective de millions d agriculteurs du monde entier deviennent la propriété intellectuelle d un certain nombre d entreprises. Ceci prive les pauvres de leurs moyens vitaux de subsistance, mais impose aussi des pratiques agricoles et productives non viables dans la durée. La clôture des «biens communs biologiques» a lieu à travers des brevets, qui sont au cœur de l Accord de l OMT sur les droits de propriété intellectuelle liés au commerce. Le biopiratage (piratage et brevetage de biodiversité et de connaissances des peuples autochtones) est l un des principaux problèmes liés aux brevets. Ainsi, des brevets sont pris sur le neem (un arbre à croissance rapide connu pour ses propriétés médicinales), le riz basmati, le blé et le curcuma. La privatisation des semences au moyen de brevets substitue le monopole des entreprises aux droits des agriculteurs. Le profit est le seul mobile des entreprises lorsqu elles cherchent à promouvoir des intrants exogènes. Lorsque les agriculteurs sont endettés et perdent leurs terres, celles-ci deviennent également un monopole des entreprises. La non durabilité et le monopole privé s alimentent réciproquement, comme le font la durabilité et les biens communaux. L avenir de l agriculture et des agriculteurs dépend de la protection partagée des ressources vitales de la planète. La privatisation de ces ressources est synonyme de famine et de désertification, de faim et de suicides de paysans. Le Dr Vandana Shiva est physicienne, écologiste, militante et auteure de nombreux ouvrages. En Inde, elle a créé le Navdanya, un mouvement pour la protection de la biodiversité et les droits des agriculteurs. Elle joue un rôle actif à l International Forum on Globalization, une alliance regroupant des militants, des scientifiques, des économistes, des chercheurs et des écrivains et ayant pour but de promouvoir la réflexion novatrice et l éducation du public en réponse à la mondialisation économique. 14 PLANÈTE CONSERVATION MAI 2008

14 NOURRIR LA PLANÈTE Meilleurs kilomètres? Le concept de «kilomètres équitables» se profile de façon plus porteuse dans le supermarché mondial de la durabilité que les «kilomètres alimentaires», d après l Institut international pour l environnement et le développement (IIED). En 2007, les «kilomètres alimentaires» se sont trouvés au premier plan des préoccupations des consommateurs britanniques, qui s efforçaient d acheter des produits parcourant la route la plus courte du lieu de production jusqu à l assiette, afin de réduire l empreinte carbonique. Cependant, à une plus large échelle, les produits frais nécessitant obligatoirement un transport aérien entre l Afrique et le Royaume-Uni représentent moins de 0,1% des émissions britanniques. En outre, les émissions par habitant d Afrique subsaharienne sont minuscules comparées à celles des pays industrialisés. Sur l autre plateau de la balance, plus d un million de moyens de subsistance en Afrique dépendent en partie de ces productions. Pour la chaîne logistique alimentaire, l heure est venue des «kilomètres équitables», une idée qui relie le développement des pays du Sud aux programmes environnementaux et permet aux distributeurs britanniques d apporter une réponse plus équilibrée au nom de leurs millions de clients. Le concept de kilomètres alimentaires utilise la distance comme une mesure de l impact environnemental pour la production alimentaire et les chaînes d approvisionnement. Or, les kilomètres alimentaires ne sont pas en eux-mêmes un bon indicateur de mesure de l impact environnemental. Ils ne répondent pas non plus aux enjeux mondiaux du développement durable, qui nécessitent des arbitrages équilibrés entre coûts et bénéfices environnementaux, sociaux et économiques. Pour y parvenir, le calcul de l impact total des consommateurs d aliments sur le carbone et l énergie devrait associer les données du transport aux données totales de production, transformation, distribution et préparation des repas et les peser vis-à-vis de choix alternatifs. Le coût environnemental total nécessiterait le calcul d un ensemble d éléments complémentaires, dont la déforestation, la destruction des habitats, l utilisation de l eau et d autres émissions. Pour des chaînes logistiques à l échelle mondiale, les calculs deviennent encore plus complexes, par exemple lorsqu on met en balance l impact environnemental des consommateurs britanniques et les moyens de subsistance des populations rurales africaines. Le Protocole de Kyoto reconnaît le besoin d équité et de croissance économique pour les pays en développement dans la transition vers un avenir sobre en carbone. L «espace écologique» est un indicateur d équité lié aux émissions d un pays : plus elles sont importantes, moins il PLANÈTE CONSERVATION MAI

15 reste d espace écologique pour investir dans de nouvelles activités économiques. Au Royaume-Uni, les émissions annuelles par habitat sont de 9,2 tonnes, comparées à 0,2 tonnes au Kenya et 0,1 tonne en Ouganda. Les pays d Afrique subsaharienne ont des «réserves» considérables d espace écologique comparés aux pays auxquels ils exportent ; ils devraient pouvoir les utiliser ou investir dans la production de fruits et légumes frais. En outre, l empreinte carbonique du Royaume-Uni a une origine principalement nationale. Les avantages socio-économiques de ce commerce pour l Afrique sont substantiels. Plus d un million de moyens de subsistance dans les zones rurales dépendent en partie de la consommation britannique de fruits et de légumes frais importés d Afrique. Plus de emplois des zones rurales d Afrique subsaharienne sont liés à ces exportations. L intérêt légitime pour les produits locaux et les «kilomètres alimentaires» ne doit pas obligatoirement jouer contre les intérêts des pays en développement. Il est clair que les consommateurs, les responsables politiques et les entreprises de la chaîne alimentaire devraient fonder leurs décisions sur des informations solides. PDG de Tesco, a évoqué le besoin de mettre en balance les «kilomètres équitables» et les «kilomètres alimentaires», en admettant qu il y aurait des «choix difficiles» à faire. «Nous pourrions dire «on arrête toute importation par avion». Et pourtant, des producteurs qui comptent parmi les plus pauvres du monde mettent leurs marchandises sur le marché par avion». Tesco s est engagé à accroître le commerce avec le Kenya, abandonnant son projet d étiquetage du transport aérien et, en juin, Marks & Spencer a assuré les producteurs agricoles kenyans que les importations de fruits et de légumes frais se poursuivraient. En même temps, Co-operative Retail s est engagé à réduire les émissions carboniques, «mais jamais au dépens des plus pauvres de la planète». Le débat sur les kilomètres alimentaires rentre dans la démarche élargie du «cycle de vie carbonique» d un produit, de la semence à l assiette. A partir de là, Carbon Trust et l organisme normalisateur British Standards Institute mettront au point une nouvelle norme pour mesurer l empreinte carbonique des produits. La portée de l exercice n est pas encore précisée, mais il est improbable qu il comprenne des considérations environnementales telles que la déforestation ou la destruction d habitats. En Europe, les grandes surfaces britanniques sont des acteurs importants, pionniers de nombreuses innovations techniques. Il est souhaitable que les distributeurs d autres pays suivent en évitant des réactions réflexes ou des solutions partielles. Les décisions devraient prendre forme à partir des enseignements tirés en tenant pleinement compte de l ensemble des impacts environnementaux du «cycle de vie carbonique» des aliments et des enjeux du développement durable. L intérêt légitime pour les produits locaux et les «kilomètres alimentaires» ne doit pas obligatoirement jouer contre les intérêts des pays en développement. Il est clair que les consommateurs, les responsables politiques et les entreprises de la chaîne alimentaire devraient fonder leurs décisions sur des informations solides. S il faut arbitrer entre des dommages environnementaux et des gains de développement, l ensemble du contexte doit être examiné de façon approfondie, c est-à-dire que l importance du dommage doit être considérée dans le contexte de l utilisation actuelle de l espace écologique africain, quantifiée et comparée à celle d autres choix alimentaires, et que l importance du gain de développement doit aussi être quantifiée, pour déterminer si les pauvres bénéficient réellement du commerce concerné. Par James MacGregor, Bill Vorley et Ben Garside, du Groupe marchés durables de l Institut international pour l environnement et le développement (IIED). Début 2007, les distributeurs britanniques de produits frais rivalisaient d initiatives écologiques pour faire valoir leur engagement en faveur de l environnement. Tesco et Marks & Spencer ont annoncé que les emballages des produits indiqueraient le transport aérien et qu ils allaient stocker davantage de produits alimentaires locaux. Des ONG du développement se sont associées au ministère britannique du développement international pour appeler à une vue plus équilibrée des choses, un débat plus éclairé et moins de gestes alibis. Le terme «kilomètres équitables» a été forgé. Il ne faut pas négliger les moyens de subsistance de tant d Africains pour des gains environnementaux limités. La reconnaissance des limites du concept de kilomètres alimentaires a été scellée lorsqu en mars 2007, Terry Leahy, 16 PLANÈTE CONSERVATION MAI 2008

16 NOURRIR LA PLANÈTE Piller le Pacifique La mondialisation n est pas une bonne nouvelle pour les pêcheries des îles du Pacifique et les populations qui en dépendent, explique Martin Tsamenyi. Nulle part au monde, les effets négatifs de la mondialisation sur la pêche marine n ont été aussi marqués que dans la région des îles du Pacifique, qui comprend des Etats et des écosystèmes comptant parmi les plus petits et les plus vulnérables du monde. Les écosystèmes marins et côtiers de ces Etats insulaires sont extrêmement importants pour la subsistance des îliens du Pacifique, qui en dépendent pour leur nourriture et leur sécurité nutritionnelle. Les pêcheries de thon les plus importantes au monde, d une valeur estimée de 3,1 milliards de dollars environ, se trouvent dans la région. Pour nombre d Etats insulaires du Pacifique, les accords internationaux d accès à la pêche dans leurs zones économiques exclusives (ZEE) représentent la source principale de revenus de l Etat. D autres activités économiques importantes, comme le tourisme, dépendent d un environnement marin sain. Or, en raison de la mondialisation, la région accueille des flottes de pêche du monde entier: Europe, Amérique du Nord, Amérique du Sud, Asie et Afrique. Il en résulte l octroi hasardeux et sans contrôle de licences de pêche à des bateaux étrangers, une pression sur des mécanismes de gouvernance déjà faibles et la corruption. L accroissement de la pêche étrangère met en danger les principales espèces de thon, notamment l albacore et le thon obèse. Nombre de flottes de pêche lointaines, tant autorisées que non autorisées, tirant profit des insuffisances institutionnelles des Etats insulaires du Pacifique, se sont engagés dans des activités de pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INN), que ce soit la pêche sans licence, de fausses déclarations et des transbordements non autorisés de captures ou la non activation des systèmes de surveillance et de suivi des bateaux. La mondialisation du secteur de la pêche marine découle de la doctrine de la «liberté des mers», défendue par le juriste hollandais Grotius au 17 e siècle, en vertu de laquelle des bateaux de pêche parcouraient sans réglementation aucune une partie importante des océans. La déclaration des ZEE au titre de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (1982), a accéléré l expansion et la portée des flottes de pêche lointaines au lieu de les ralentir. La disposition du droit de la mer faisant obligation aux Etats côtiers d accorder l accès aux surplus de leur capture autorisée à l intérieur de leur ZEE a permis aux flottes mondiales de circuler librement d une juridiction à une autre. L ouverture des ZEE des Etats côtiers au titre d accords d accès a eu des effets positifs, tels qu un meilleur accès aux technologies de pêche, le renforcement des capacités de pays en développement au moyen de partenariats commerciaux bilatéraux et un accès aux marchés mondiaux pour les produits halieutiques. Le cadre juridique et institutionnel international de la pêche, issu du système des Nations Unies, des organisations régionales de gestion des pêches (ORGP) et de la pléthore d ONG œuvrant à la protection du milieu marin, a mis en place des normes internationales et de meilleures pratiques de gestion durable de la pêche, y compris l approche de précaution, l approche écosystémique de gestion de la pêche, l assistance technique et le renforcement des capacités des pays en développement. Ces effets positifs de la mondialisation sont contrebalancés par des effets négatifs, notamment sur les écosystèmes marins et la sécurité alimentaire de nombreux pays en développement : subventions préjudiciables, recours à des «pavillons de complaisance» (les navires sont immatriculés dans un pays étranger afin de réduire les coûts opérationnels ou de contourner des réglementations nationales) aboutissant à la pêche INN, accès à des techniques de pêche destructrices à travers le commerce international, «marchandisation» de nouvelles espèces, comme les poissons des récifs, en vue de leur exportation à des restaurants et des aquariums de pays développés. Tous ces éléments ont porté gravement atteinte aux écosystèmes marins et aux ressources alimentaires des populations côtières. La mondialisation et ses effets sur tous les aspects de l activité humaine, y compris la pêche, sont inévitables. Une action concertée d urgence, régionale et internationale, est nécessaire afin de répondre d une façon adaptée aux effets négatifs de la mondialisation, en particulier sur la biodiversité marine et les populations qui en dépendent. La liste prioritaire comprend de nombreux éléments, dont la mise en place d un registre mondial des navires de pêche et des informations plus transparentes sur leurs propriétaires. La lutte contre la pêche INN doit être renforcée sur le plan international, par exemple par l harmonisation des critères INN par les ORGP. La coordination internationale entre les institutions ayant des mandats liés aux océans devrait être améliorée. Des règles doivent être élaborées ou affinées pour assurer la transparence d immatriculation et de la propriété des navires de pêche. Des codes de conduite de bonne gouvernance contribueraient à lutter contre la corruption dans le domaine des pêches. Le renforcement des capacités de gouvernance des pays en développement et la promotion de la gestion participative ou communautaire, notamment pour les pêches côtières, permettrait d amorcer des évolutions nécessaires dans des régions telles que les îles du Pacifique. Nombre de ces activités sont déjà abordées dans des instances régionales et internationales, en particulier par des institutions intergouvernementales. Pour être efficaces, elles doivent être mises en œuvre en partenariat avec l ensemble des acteurs mondiaux de la conservation environnementale. Si des mesures adaptées de contrôle et de sauvegarde sont mises en place, rien n empêche la coexistence de la mondialisation et de la protection de l environnement marin. Martin Tsamenyi est professeur de droit et directeur du Centre national australien de ressources et de sécurité marines, Université de Wollongong, Australie. Il est membre de la Commission du droit de l environnement de l UICN et travaille avec l UICN au projet PROFISH sur l application de la loi, la corruption et la pêche, ainsi qu à des projets sur la pêche océanique dans les îles du Pacifique du Fonds pour l environnement mondial. PLANÈTE CONSERVATION MAI

17 Ils ont dit Planète Conservation a rencontré plusieurs membres de l UICN et leur a demandé s ils pensaient que la mondialisation était une bonne ou une mauvaise chose pour l environnement et de quels impacts ils avaient personnellement été les témoins. JAPON PÉROU 18 PLANÈTE CONSERVATION MAI 2008

18 FEEDING THE WORLD NEPAL ROYAUME-UNI MALI PLANÈTE CONSERVATION MAI

19 Reliés à la planète Trois milliards de personnes possèdent à l heure actuelle un téléphone mobile et cette connectivité mondiale présente un énorme potentiel pour agir en faveur de l environnement. Kirsi Sormunen, Vice-président chargé des questions environnementales chez Nokia explique comment.

20 COMMUNICATION Il n y a guère longtemps, l idée que des millions de personnes pourraient posséder des téléphones mobiles semblait une utopie. Et pourtant, la barre des 100 millions d abonnés a été franchie au milieu des années 90, puis on est passé à 500 millions en 2000, à 3 milliards en 2007 et nous approchons aujourd hui des 4 milliards. La technologie mobile a eu un impact considérable sur la vie de nombreuses personnes, particulièrement dans les pays en développement. L infrastructure du réseau est moins coûteuse et plus facile à construire que la technologie fixe traditionnelle et le réseau a aidé à franchir la brèche numérique en fournissant un outil de communication aux personnes qui vivent dans les zones rurales. D après une étude de la London Business School en 2005, une augmentation de 10 téléphones portables sur 100 personnes dans les marchés émergents se traduit par un accroissement impressionnant de 0,6% du PIB. Il existe aussi des preuves solides que les technologies de l information et de la communication (TIC) et la technologie mobile en particulier, peuvent contribuer à lutter contre le changement climatique. Les nouveaux modes de travail, tels que les vidéoconférences et le travail à domicile diminuent la nécessité de se déplacer, ce qui contribue à réduire les émissions de CO2. Les téléphones portables ne sont plus seulement un téléphone et deviennent des outils à usages multiples : réveil, radio, caméra vidéo, appareil photo, lecteur MP3, système de navigation. Regrouper plusieurs produits en un et remplacer les produits matériels par des octets, être en mesure par exemple de télécharger de la musique ou d autres services représente un gain en efficacité à la fois du point de vue matériel et du point de vue de l énergie. En outre, cette technologie est source d une plus grande efficience énergétique, dans la mesure où les habitations, les bureaux et les transports ont un meilleur rendement énergétique. Il y a actuellement, dans notre secteur, une série d initiatives visant à augmenter le potentiel qu ont les TIC de réduire la consommation d énergie. On peut mentionner notamment le rapport de la «Global e-sustainability Initiative» et du «Climate Group» sur le rôle des TIC dans le changement climatique, à paraître cette année. Nokia a la chance de faire partie d un secteur économique à faible empreinte écologique. Cela étant, notre position de leader exige de nous de la responsabilité. Nokia est reconnue comme l une des plus grandes marques mondiales, avec plus d un milliard d usagers de nos téléphones portables à l heure actuelle. Nous avons un grand rayonnement mondial grâce à nos services opérationnels et nos chaînes de production. Nous voulons compter parmi les meilleurs en matière de performance environnementale et offrir des produits et des solutions permettant des choix durables. Notre démarche environnementale est fondée sur le principe du cycle total de vie du produit ; elle fait partie intégrante de l ensemble de nos activités. Inclure des composantes environnementales peut s avérer un moteur d innovation, comme l a récemment prouvé le lancement d un téléphone portable dont la coque est en partie composée de plastiques biodégradables et dont le chargeur utilise un minimum d énergie en position de veille, l emballage de présentation étant petit et compact. Étant donné que nos activités s orientent de plus en plus vers les logiciels et les services, nous sommes en train d explorer différentes voies qui permettraient à la technologie mobile de contribuer davantage au développement durable. Cela commence par des mesures très simples, comme un signal de rappel sur tous nos téléphones indiquant de débrancher dès que la batterie est chargée. Si tous les utilisateurs de téléphones portables Nokia y pensaient, cela génèrerait une quantité d énergie capable d alimenter en électricité foyers en Europe! Un nombre croissant de téléphones mobiles vendus offrent également l accès à internet, ce qui ouvre de nombreuses possibilités. Sur l un de nos derniers modèles, vous pouvez déjà télécharger un catalogue environnemental qui contient des conseils écologiques, et vous pourrez prochainement compenser les émissions de CO2 d un vol que vous prendrez, grâce à votre téléphone portable. Un outil d apprentissage téléchargeable sur les questions environnementales est déjà disponible en Chine et le WWF a lancé une campagne intitulée «Stop Climate Change» (Arrêtez le changement climatique) en utilisant des bandeaux publicitaires mobiles. Ces deux applications ont été accueillies très favorablement parmi les utilisateurs de mobiles. Une initiative similaire a été lancée en mars par l UICN et le WWF avec le soutien de Nokia : il s agit de la communauté en ligne «connect2earth» qui ouvre une nouvelle voie dans la sensibilisation environnementale, au moyen de la téléphonie mobile. Nous avons tous vécu, pendant longtemps, bien au-dessus des capacités écologiques réelles de notre planète et sommes maintenant confrontés à de grands problèmes environnementaux en matière de biodiversité, de rareté de l eau et de réchauffement climatique. Les pouvoirs publics, les organisations et les citoyens doivent tous agir maintenant pour y répondre. En dernière instance, ce sont toutefois les décisions que nous prenons et les choix que nous faisons, en notre qualité de dirigeants et de personnes à titre individuel, qui comptent. Ensemble nous pouvons tous apporter notre grain de sable à la solution et faire en sorte que les choses bougent vraiment. La technologie mobile peut jouer un rôle important en permettant et en favorisant des choix durables. connect2earth L UICN et le WWF ont lancé en mars une communauté verte en ligne pour les jeunes connect2earth un site web où les jeunes peuvent s exprimer sur les questions environnementales. Avec le soutien de Nokia, connect2earth utilise les toutes dernières technologies pour permettre aux internautes de télécharger des textes, mais aussi des vidéos et des photos prises avec leurs téléphones mobiles ou appareils photos. Il y a un espace réservé pour donner une note ou déposer des commentaires sur les présentations des autres jeunes. Chaque mois, les utilisateurs votent et le gagnant reçoit un téléphone portable Nokia de dernière génération. À la fin du concours, en août, un gagnant du grand prix sera sélectionné, sur une liste de finalistes établie d après le classement général obtenu, par un jury d écologistes distingués du monde entier. Le gagnant (ou la gagnante) sera invité à se rendre à Barcelone où il (ou elle) présentera ses idées à des écologistes, des dirigeants du monde entier et des personnalités du monde des entreprises, lors du Congrès de la nature de l UICN en octobre prochain. PLANÈTE CONSERVATION MAI

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique 1 ière Édition Agriculture, changement climatique et responsabilité des organisations Dakar, du 25 au 27 Avril 2013 au CICES Communication

Plus en détail

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES Fonds pour l environnement mondial 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES INTRODUCTION 1. Les systèmes écologiques ou écosystèmes sont responsables des fonctions de

Plus en détail

Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable

Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable Introduction : photo Ile DE Pâques p 188, exemple d une civilisation effondrée en raison d une mauvaise gestion de ses ressources

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

Gestion des écosystèmes

Gestion des écosystèmes Gestion des écosystèmes Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Le bien-être dépend de la santé des écosystèmes. Un écosystème peut se définir comme un ensemble dynamique constitué de plantes,

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour)

La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour) DÉCLARATION DE POSITION La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour) 11ème réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique, Hyderabad, Inde, 8-19 octobre

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Véme Session du Conseil de la Présidence de l UMA Nouakchott, 11 novembre 1992 1 INTRODUCTION A notre époque, les questions

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Déclaration de Hangzhou Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Adoptée à Hangzhou, République populaire de Chine, le 17 mai 2013 Nous, les participants réunis à Hangzhou à l

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Le droit à se nourrir

Le droit à se nourrir Le droit à se nourrir La faim : plus absurde qu il n y paraît 2 Paradoxe n 1 Aujourd hui, 852 millions de personnes au monde - soit près d un être humain sur sept - souffrent régulièrement de la faim alors

Plus en détail

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction Revue n 425 Dossier : LES BIOCARBURANTS Traduction de l article What Role for Biofuels in the Global Energy Scene? de Claude MANDIL et Fatih BIROL de l Agence Internationale de l Energie (AIE/IEA) Quel

Plus en détail

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques.

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques. REDD-plus Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques novembre 2009 Programme de Conservation des Forêts Le mécanisme REDD-plus

Plus en détail

Tenue dans le centre de conference de la CUA le Mercredi 30 Avril 2014, Addis-Abeba, Ethiopie.

Tenue dans le centre de conference de la CUA le Mercredi 30 Avril 2014, Addis-Abeba, Ethiopie. Communiqué de la conference continentale conjointes des Acteurs Non-Etatiques et de la Commission de l Union Africaine sur la sécurité alimentaire et l agriculture, faisant partie des discussions de la

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES 1. L agriculture et la pêche sont des secteurs essentiels pour le développement social et économique

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

CONSOMMATION MONDIALE DE VIANDE : état des lieux, dynamique, défis et perspectives

CONSOMMATION MONDIALE DE VIANDE : état des lieux, dynamique, défis et perspectives > Les synthèses de FranceAgriMer février 2011 numéro5 ÉLEVAGE / VIANDES CONSOMMATION MONDIALE DE VIANDE : état des lieux, dynamique, défis et perspectives 12 rue Henri Rol-Tanguy / TSA 20002 / 93555 Montreuil-sous-Bois

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Convention-cadre sur les changements climatiques

Convention-cadre sur les changements climatiques NATIONS UNIES Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. GÉNÉRALE FCCC/CP/2004/4 26 octobre 2004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONFÉRENCE DES PARTIES Dixième session Buenos Aires, 6-17 décembre

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt La hausse des prix des céréales et des oléagineux constatée sur les marchés mondiaux ces derniers

Plus en détail

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif?

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Les récentes émeutes de la faim à Maputo, au Mozambique, ont servi à rappeler brutalement que les augmentations

Plus en détail

4 octobre 2007 Journée Mondiale de l Animal

4 octobre 2007 Journée Mondiale de l Animal 4 octobre 2007 Journée Mondiale de l Animal VSF au Congo Nord Kivu L élevage pour lutter contre la pauvreté et l insécurité alimentaire dans les régions en conflit DOSSIER DE PRESSE BRUXELLES, LE 13 SEPTEMBRE

Plus en détail

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture?

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? Jean-Christophe Debar Fondation pour l agriculture et la ruralité dans le monde Les mercredis du Pavillon

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) Les principes essentiels pour la période allant de 2010 à 2013 sont alignés sur le XI Plan National de Développement avec

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours)

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours) Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition Synthèse du projet de rapport (travaux en cours) Au vu de l urgente nécessité d accroître les investissements dans l agriculture,

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Stratégie environnementale du Groupe de la Banque mondiale 2012 2022 THE WORLD BANK ii Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Résumé analytique

Plus en détail

Excellences, Mesdames, Messieurs

Excellences, Mesdames, Messieurs Excellences, Mesdames, Messieurs Permettez-moi d abord de vous présenter les salutations chaleureuses de Son Excellence Paul BIYA,Président de la République du Cameroun, qui aurait tant voulu prendre personnellement

Plus en détail

OMD 7 - Assurer un environnement durable

OMD 7 - Assurer un environnement durable OMD 7 - Assurer un environnement durable Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.17/2006/8 Conseil économique et social Distr. générale 6 février 2006 Français Original : anglais Commission du développement durable Quatorzième session 1 er -12 mai 2006 Point 3 de

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Le parcours du Brésil, du sommet de la terre à Rio +20

Le parcours du Brésil, du sommet de la terre à Rio +20 Extrait de : Coopération pour le développement 2012 Comment intégrer durabilité et développement Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/dcr-2012-fr Le parcours du Brésil, du sommet de

Plus en détail

CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L ECONOMIE VERTE EN AFRIQUE FRANCOPHONE 4-5 Mai 2015 TUNIS

CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L ECONOMIE VERTE EN AFRIQUE FRANCOPHONE 4-5 Mai 2015 TUNIS CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L ECONOMIE VERTE EN AFRIQUE FRANCOPHONE 4-5 Mai 2015 TUNIS Bilan et perspectives de l Économie Verte en Pr Idrissa M. OUEDRAOGO, Consultant Introduction L objectif global

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2009 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes PRINTEMPS Message du commissaire Chapitre 1 La protection de l habitat du poisson Chapitre 2 La Loi de

Plus en détail

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement Gouvernance de l environnement Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Gérer la richesse et la diversité des ressources naturelles de notre planète est un défi dont la complexité va croissant.

Plus en détail

Point d étape du partenariat entre la Fondation Chirac et The Forest Trust dans le cadre de leur programme de lutte contre la déforestation

Point d étape du partenariat entre la Fondation Chirac et The Forest Trust dans le cadre de leur programme de lutte contre la déforestation Getty images Point d étape du partenariat entre la Fondation Chirac et The Forest Trust dans le cadre de leur programme de lutte contre la déforestation Sommaire Communiqué de presse La lutte contre la

Plus en détail

Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale

Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale Communiqué de presse - Mardi 28 juillet 2009 Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale A la suite de la conférence d experts sur la Contribution Climat Energie, Michel

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

4 pour 1 000. rejoignez L initiative. Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat

4 pour 1 000. rejoignez L initiative. Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat rejoignez L initiative 4 pour 1 000 Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat En s appuyant sur une documentation scientifique solide et des actions concrètes sur le terrain, l initiative «4 pour

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR 1 Acronymes AND MDP CBD CCNUCC CLD GES MDP PK SN MDP : Autorité Nationale

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Changement climatique. un programme global de la DDC

Changement climatique. un programme global de la DDC Changement climatique un programme global de la DDC Pourquoi la DDC considère le changement climatique comme une priorité majeure Le changement climatique et ses effets ne connaissent pas de frontières.

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

CROISSANCE VERTE. Exemples de bonnes. pratiques, initiatives et alternatives politiques. De la productivité de la main-d œuvre à celle des ressources

CROISSANCE VERTE. Exemples de bonnes. pratiques, initiatives et alternatives politiques. De la productivité de la main-d œuvre à celle des ressources Programme des N pour l environ Exemples de bonnes pratiques, initiatives et alternatives politiques CROISSANCE VERTE De la productivité de la main-d œuvre à celle des ressources Le point de départ : des

Plus en détail

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement.

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement. LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Constats et enjeux En un siècle, l impact de l homme sur la nature a bouleversé l environnement. Nos modes de production et de consommation sont en cause, ainsi que nos choix énergétiques.

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

Investir dans la recherche écologique de pointe

Investir dans la recherche écologique de pointe Investir dans la recherche écologique de pointe Laboratoire national d énergie renouvelable Partenariat public-privé Investir dans l innovation environnementale Aux partenaires éventuels : La dégradation

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

Des études du PNUE montrent une augmentation des émissions de mercure dans les pays en développement

Des études du PNUE montrent une augmentation des émissions de mercure dans les pays en développement Des études du PNUE montrent une augmentation des émissions de mercure dans les pays en développement Publication de l évaluation mondiale la plus exhaustive jamais réalisée à quelques jours de la phase

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE DE L ENERGIE ET L ENVIRONNEMENT, LA GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES ET LE TOURISME ET L ENVIRONNEMENT.

NOTE SUR LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE DE L ENERGIE ET L ENVIRONNEMENT, LA GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES ET LE TOURISME ET L ENVIRONNEMENT. REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, DU TOURISME ET DE L ENVIRONNEMENT CABINET DU MINISTRE NOTE SUR LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE DE L ENERGIE ET L ENVIRONNEMENT, LA GESTION

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Les avantages de l adhésion à l UICN UNION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE Michael DeYoung/CORBIS Pourquoi rejoindre

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

La Caraïbe insulaire face à l économie verte: présentation des orientations stratégiques

La Caraïbe insulaire face à l économie verte: présentation des orientations stratégiques La Caraïbe insulaire face à l économie verte: présentation des orientations stratégiques Loïza Rauzduel, Chargée de projet Caribbean Natural Resources Institute (CANARI) Conférence ICFC, Espace Régional

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

Rapport national du CANADA à la Commission du développement durable (CDD) 16-17 Profil thématique : La désertification dans le monde

Rapport national du CANADA à la Commission du développement durable (CDD) 16-17 Profil thématique : La désertification dans le monde Rapport national du CANADA à la Commission du développement durable (CDD) 16-17 Profil thématique : La désertification dans le monde 1. Cadres de planification stratégique pour la protection et la gestion

Plus en détail

Les énergies renouvelables au profit des populations sahéliennes : Les solutions du CILSS

Les énergies renouvelables au profit des populations sahéliennes : Les solutions du CILSS Comité permanent Inter Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel Permanent Inter States Committee for Drought Control in the Sahel Les énergies renouvelables au profit des populations sahéliennes

Plus en détail

9. Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années

9. Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années 9. Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années Fr. Terrones Gavira 1 et Ph. Burny 2 1 Introduction... 2 2 Production... 3 3 La consommation... 4 3.1 Utilisation... 4 3.2

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT Le défi du changement climatique Glaciers en fonte, élévation du niveau de la mer, diminution des ressources

Plus en détail

Chapitre 11 : la production agricole végétale et animale

Chapitre 11 : la production agricole végétale et animale Chapitre 11 : la production agricole végétale et animale L approvisionnement de l humanité en nourriture constitue un enjeu planétaire majeur pour le 21 ème siècle. Depuis les années 1950, la modernisation

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre!

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de

Plus en détail

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE by Du global au local : 2015-2030 - 2050 1 METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE 1 1 L élimination de la pauvreté dans le monde est le premier des Objectifs du Millénaire pour le Développement

Plus en détail

«Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat»

«Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat» «Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat» Catherine Geslain-Laneelle Ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt de France L agriculture fait aujourd

Plus en détail

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales?

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? À seulement cinq ans de l échéance de 2015 fixée pour les OMD, de nombreux pays ont réalisé d importants progrès quant à la réalisation

Plus en détail

La crise écologique. Perspectives anticapitalistes pour la préservation de la vie sur Terre

La crise écologique. Perspectives anticapitalistes pour la préservation de la vie sur Terre La crise écologique Perspectives anticapitalistes pour la préservation de la vie sur Terre Qu est-ce que la crise écologique? Le réchauffement climatique? La destruction des forêts? La fin du pétrole?

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

Géographie. Chapitre n.. La question des ressources alimentaires

Géographie. Chapitre n.. La question des ressources alimentaires Géographie Chapitre n.. La question des ressources alimentaires I) La situation alimentaire aux Etats-Unis et au Soudan Problématique : Quelles sont les différences entre la situation alimentaire aux Etats-Unis

Plus en détail

Emplois verts Perspectives pour le développement durable. Moustapha Kamal Gueye gueye@ilo.org

Emplois verts Perspectives pour le développement durable. Moustapha Kamal Gueye gueye@ilo.org Emplois verts Perspectives pour le développement durable Moustapha Kamal Gueye gueye@ilo.org Vue d ensemble 1. Les risques des modèles de développement actuels pour le développement durable 2. Economie

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CEP/2015/L.1 Conseil économique et social Distr. limitée 18 août 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité des politiques de l environnement Vingtième

Plus en détail

Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural

Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural 2012 Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Les coopératives jouent un rôle

Plus en détail

FINANCER LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

FINANCER LE DÉVELOPPEMENT DURABLE FINANCER LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Grandes orientations et rôle du FMI AVRIL 2015 2015 est une année cruciale une année où la communauté internationale s engagera à poursuivre une vision commune des objectifs

Plus en détail

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie 1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie (Monaco, 14 et 15 avril 1999) Déclaration de Monaco 1. Lors du 7 ème Sommet des Chefs d Etat et de Gouvernement des pays

Plus en détail

Chapitre 2 : Nourrir les hommes

Chapitre 2 : Nourrir les hommes Chapitre 2 : Nourrir les hommes Caricature de Kal et Plantu PBL= De quelle manière la mise en place d une agriculture durable permet-elle de nourrir l humanité? I- Etude de cas : «Les paradoxes de l agriculture

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Stratégie de coopération La Stratégie de coopération de la Banque mondiale pour la période de juillet 2004 à juin 2008 (exercices budgétaires 2005-2008) propose

Plus en détail

Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory. Initiative de finance responsable.

Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory. Initiative de finance responsable. Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Initiative de finance responsable. La Foncière Terre de Liens Laura Loffler Janvier 2013 Majeure Alternative Management HEC Paris

Plus en détail

Economie de papier dans les écoles

Economie de papier dans les écoles Economie de papier dans les écoles Equipe de projet: Lucas Vezzoli, Yacine Boudarene, Marine Lab Métier: Etudiant Année d'apprentissage: 1 ère année Nom de l'école ou de l'entreprise: CEFF Commerce Nom

Plus en détail