Nicolas KUHN le jeudi 21 novembre 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nicolas KUHN le jeudi 21 novembre 2013"

Transcription

1 Institut Supérieur de l Aéronautique et de l Espace(ISAE) Nicolas KUHN le jeudi 21 novembre 2013 Interactions inter-couches et liens à long délai et discipline ou spécialité ED MITT: Réseaux, télécom, système et architecture Équipe d'accueil ISAE-ONERA MOIS M. Jérôme LACAN(directeur de thèse) M. Emmanuel LOCHIN(co-directeur de thèse) Jury : M. Jean-Jacques PANSIOT- Professeur d'université- Rapporteur M. Thierry TURLETTI- Docteur- Rapporteur M. Patrick GELARD- Ingénieur-Chercheur- Examinateur M.DavidROS-Docteur-Examinateur M. Jérôme LACAN- Enseignant-Chercheur ISAE- directeur de thèse M. Emmanuel LOCHIN- Enseignant-Chercheur ISAE- co-directeur de thèse

2 ii

3 Acknowledgements, Remerciements Ce manuscrit est le résultat de trois années d études et d investissement personnel. Mais une thèse n aboutit que rarement quand le doctorant est seul. Je tiens donc particulièrement à remercier mes directeurs de thèse toulousains, Emmanuel Lochin et Jérôme Lacan, de l ISAE, et ma co-directrice de thèse du NICTA, Roksana Boreli. Sans leurs aides, leurs questions pertinentes et discussions intéressantes, je n aurais probablement pas pu fournir l ensemble des résultats présentés dans ce manuscrit de thèse. Sans directeurs de thèse, il n y a pas de thèse. Je remercie Jérôme de m avoir sorti de la couche physique où j errais en fin d école d ingénieur, et pour m avoir élevé vers le monde des couches hautes de la couche OSI. Mes directeurs ont toujours été là, pour que mon environnement de travail soit agréable, et pour préparer mon avenir de jeune chercheur. Bref, Merci. Une aventure à suivre, je l espère (mais dans un autre contexte qu une thèse!). J ai eu la chance de travailler avec mes directeurs de thèse pour une mission de R&T pour le Centre National d Etudes Spatiales (CNES), en collaboration avec Nicolas Van Wambeke et Mathieu Gineste de Thales Aleania Space (TAS). Nous avons ensemble contribué à la réussite d une mission de R&T pour Laurence Clarac, Caroline Bes et Emmanuel Dubois représentant le CNES. Je tiens donc à remercier l ensemble des équipes, avec qui j ai eu l occasion de parfaire mon éducation scientifique et mon aptitude à appréhender les difficultés liées à la réalisation d un projet. Entre deux lignes de codes et lectures de traces NS-2, discuter de tout et de rien permet un retour au travail avec un esprit reposé. Je tiens à remercier l ensemble de l équipe du Département Mathématique Informatique et Automatique (DMIA) de la formation ENSICA de l ISAE. Je ne souhaite pas faire de listes exhaustives des personnes que j ai eu la chance de cotoyer dans les deux laboratoires (de peur d oublier une personne), mais j espère sincèrement pouvoir continuer à collaborer avec un maximum d entre eux. Les techniques qu Olivier m a transmises (INTELLIPHONE!), la motivation sans limite de Yan et les pauses chocolats avec Guillaume m ont beaucoup aidé lors de mon séjour au NICTA. Je remercie particulièrement ma famille, mes amis et Laura, dont les soutiens m ont permis de continuer pendant les moments où ma productivité était mise à l épreuve. Je remercie infiniment mes directeurs de thèse, et l ensemble des personnes que j ai pu rencontrer durant les diverses réflexions qui ont permis la rédaction de ce manuscrit de thèse. iii

4 iv

5 Abstract Network providers offer services in line with users requests, even though the challenges introduced by their mobility and the download of large content are crucial. Mobile video streaming applications are delay sensitive and the increasing demand for this service legitimate extensive studies evaluating transmission delays. On top of physical transmission delays, accessing a resource or recovering data from lower layers should not be neglected. Indeed, recovery schemes or channel access strategies variously introduce end-to-end delays. This document argues that those cross-layer effects should be explored to minimize the transmission delays and optimize the use of network resources. Also, understanding the impacts of low layers protocols on the end-to-end transmission will enable better dimensioning of the network and adapt the traffic carried on. In the context of satellite 4G links, we measure the impact of link layer retransmission schemes on the performance of various transport layer protocols. We develop Trace Manager Tool (TMT) and Cross Layer InFormation Tool (CLIFT) to lead realistic cross layer simulations in NS-2. We show that, for all target TCP variants, when the throughput of the transport protocol is close to the channel capacity, using the ARQ mechanism is most beneficial for TCP performance improvement. In conditions where the physical channel error rate is high, Hybrid-ARQ results in better performance. In the last specifications for DVB-RCS2, two access schemes (random and dedicated) are presented and can be implemented to manage the way home users access to the satellite link for Web browsing or data transmission. We developed Physical Channel Access (PCA) that models in NS-2 the behaviour of those link layer level access methods. We measure that, even though dedicated access methods can transmit more information data, random access methods enable a faster transmission of short flows. Based on these results, we propose to mix random and dedicated access methods depending on the dynamic load of the network and the sequence number of the TCP segments. As a potential exploitation of cross layer information, we explore the feasibility to introduce low priority traffic on long delay path. The rationale is to grab the unused 4G satellite links capacity to carry non-commercial traffic. We show that this is achievable with LED- BAT. However, depending on the fluctuation of the load, performance improvements could be obtained by properly setting the target value. v

6 vi

7 Contents 1 Synthèse en français Introduction Contexte Contribution Notations Organisation G par satellite: mécanismes de retransmission de la couche liaison et TCP Définition d un réseau 4G et des protocoles évalués Fiabilisation de la couche liaison Fiabilisation au niveau transport Cross Layer InFormation Tool (CLIFT) Scénario Résultats Discussion Lien retour DVB-RCS2 : TCP et méthodes d accès Méthodes d accès au canal de DVB-RCS Physical Channel Access (PCA), un module pour NS Dimensionnement de la trame Utilisation du canal avec les méthodes à accès dédié Temps de transmission et flots courts Une solution potentielle: mixer les accès aléatoire et dédié Discussion Introduction d un trafic non perturbateur sur lien satellite avec le contrôle de congestion Low Extra Delay Background Transport (LEDBAT) vii

8 1.4.1 Le protocole LEDBAT LEDBAT pour transmission sur lien 4G satellite LEDBAT sur réseau long délai chargé Discussion Conclusion Introduction Context Contribution and organization Chapter 4: Link layer reliability schemes and TCP for 4G Chapter 5: Channel access methods and TCP for DVB-RCS Chapter 6: Exploit queuing delays to introduce less-than-best-effort traffic on satellite path State of the art Protocol stack OSI Model of a protocol stack Error-control codes Router buffering, queue management and congestion Transport layer congestion control protocols On the need for cross-layer simulations in the context of high BDP paths Evaluation of the performance of satellite networks Satellite networks and testbeds Network simulators On the difficulty to simulate the protocol stack Sublayer fragmentation in NS Link layer reliability schemes and TCP for 4G networks From 3.9G to 4G MAC/PHY considerations Simulate the impact of PHY/MAC on transport layers Impact of MAC layer on transport layer performance Solutions to improve the performance of TCP Benefits of our approach: realistic cross-layer measurements viii

9 3.4 On the need for evaluations of the impact of channel access methods on TCP for DVB-RCS2 links Notations Channel access on the return link Existing proposals to simulate the DVB-RCS2 link Existing studies on the impact of access methods on TCP Benefits of our approach: flexible access methods Router queuing delays and Less-than-Best-Efforts (LBE) traffic on satellite links Using extra bandwidth for traffic with LEDBAT on satellite links LEDBAT Algorithm Realistic cross-layer evaluations in 4G : on the impact of link layer reliability schemes on the performance of TCP Cross-Layer Information Tool (CLIFT): link layer reliability schemes on physical layer trace and integration in NS CLIFT main internal components Physical layer traces format Trace Manager Tool (TMT) and link layer reliability schemes NS-2 module inside CLIFT Tcl scripts for CLIFT Limits and extendability of CLIFT Physical layer for 4G satellite links Distribution scenario Interleaved Internet scenario Non Interleaved Internet Scenario Discussion Channel access methods and TCP: on the choice of a channel access method for the home users of the return satellite channel of DVB Physical Channel Access (PCA): modeling diverse link layer channel access methods in NS Model the access NS-2 module implementation details ix

10 5.1.3 Tcl scripts for PCA Limits and extendability of PCA Access methods Parameters Access methods Enabling random access methods for data traffic Problem presentation Traffic generation Throughput and datagram loss rate Discussion Transmission times of short flows TCP sessions HTTP traffic with Packmime Short flows and errors Mixing random and dedicated access methods Discussion Leveraging queuing delays to introduce less-than-best-effort traffic on satellite path LEDBAT versus TCP Vegas for LBE transmissions LEDBAT over a 4G Satellite Network G Satellite Network Configuration Simulation Results LEDBAT performance in a loaded satellite network Network configuration Presentation of the results: few users in the network Presentation of the results: fully loaded network Discussion Conclusion 144 A List of Publications 148 Bibliography 152 x

11 xi

12 xii

13 List of Figures 1.1 Validation croisée de TMT et du modèle Fonctions enque() et deque() dans NS Débit de différentes versions de TCP en fonction du mécanisme au niveau de la couche liaison (voie montante) Impact de HARQ et ARQ quand Es/N0 décroît sur les performances de TCP Mesure des bénéfices de l entrelacement au niveau de la couche physique Taux d erreur paquet pour les méthodes d accès aléatoire à 5 db Allocation de capacité: enque() et deque() Nombre moyen de datagrammes transmis en 20 s Nombre moyen de datagrammes perdus en 20 s Existence de N U Réception des segments TCP Temps de réception moyenné Switch entre méthodes d accès aléatoire et dédié Architecture du réseau Partage de la capacité sans le Groupe A (charge du réseau peu élevée) Partage de la capacité avec le Groupe A (charge du réseau élevée) Upper and lower layers: illustration of fragmentation and recovery time One example of FEC, ARQ and HARQ Queuing time and buffer overflow enque() and deque() methods in NS Times Frequency block description Structure of software Physical layer traces: transmission and decoding times xiii

14 4.3 An overview of TMT states Markov chain Bursty errors and bursty erasure models Validation of efficiency throughput Validation of recovery delay Illustration of TMT Two datagrams sharing channel in NS Adaptation of the transmission date of the datagram Performance of physical layer codes in LTE context Throughput of different versions of TCP depending on link layer retransmission schemes (UP) Throughput of different versions of TCP depending on link layer retransmission schemes (DOWN) Transport layer performance: impact of HARQ-II and ARQ when Es/N 0 decrease Transport layer performance, without physical layer interleaving Capacity allocation: enque() and deque() enque() method flowchart adaptbitnextframe() function flowchart, used in the deque() method Packet loss rate for random access methods at 5dB Average number of datagrams sent per TCP sessions in 20 s Average number of datagrams lost per TCP sessions in 20 s Transmission efficiency Illustration of N U Evolution of TCP segment sequence number reception Cumulated reception time Datagrams errors and short flows Switch from random to dedicated access Network architecture Capacity sharing depending on the target value and the number of flows (without Group A) Capacity sharing depending on the target value and the number of flows (with Group A) xiv

15 xv

16 xvi

17 List of Tables 1.1 LEDBAT sur 4G Satellite Génération du trafic OSI Model Different versions of TCP Random access method performance Distribution scenario: transport layer retransmissions with CUBIC Average delay of IP packets (UP) Time needed to transmit 0.1 Mb Use case simulation parameters Transmission times of 30 kb HTTP request transmission times Retransmission probabilities Comparison of LEDBAT and Vegas fairness to CUBIC LEDBAT over 4G Satellite Simulation Parameters xvii

18 xviii

19 Chapter 1 Synthèse en français 1

20 1.1 Introduction Contexte L Internet offre un service dit au mieux et supporte une augmentation croissantes des applications multimedia telles le video streaming, la VoIP ou les vidéo-conférences. Ces applications ont une forte contrainte en délai et l augmentation du nombre d usagers utilisant ce service légitime les études étendues qui tendent à évaluer le temps de transmission de l information. En effet, en plus du temps de transmission au niveau physique, il faut compter le délai d accès à la ressource et le délai nécessaire à la récupération de l information venant des couches inférieures. Les satellites prennent une part toujours plus importante dans les réseaux, comme dans le projet BATS 1, le délai de transmission de l information transportée sur ces liens est bien plus important que si le lien était filaire. En fonction de la technologie employée pour transmettre l information, des mécanismes de fiabilisation et des stratégies d accès au canal, le délai de transmission de bout-en-bout varie fortement. Bien que la pile protocolaire OSI ait été contestée, la constante évolution des demandes d accès à Internet impose que les modifications soient intégrées dynamiquement pour convenir aux besoins des utilisateurs. Implémenter une architecture différente serait, à ce jour, trop cher et les nouveaux besoins imposent une amélioration des protocoles au niveau de chacune des couches et une meilleure communication entre elles. Ce document insiste sur le fait que les impacts des protocoles des différentes couches doivent être étudiés avec attention dans le contexte des liens à long délai. Comprendre l impact des protocoles des couches basses sur la transmission de bout-en-bout permet un meilleur dimensionnement du réseau, une adaptation du trafic émis, ou l introduction d un service à faible priorité Contribution Dans cette thèse, nous avons mesuré l impact des mécanismes des couches liaison et réseau sur les performances de divers protocoles de congestion de la couche transport. Dans le contexte des liens 4G par satellite, nous proposons un ensemble d outils, Trace Manager Tool (TMT) et Cross Layer InFormation Tool (CLIFT), pour simuler de manière 1 2

21 réaliste l ensemble de la couche OSI dans le simulateur de réseau NS-2 et ainsi évaluer l impact des mécanismes de fiabilisation de la couche liaison sur les performances de différents protocoles de transport. Nous avons montré que, pour l ensemble des variantes de TCP considérées, quand le débit au niveau transport est proche de la capacité de canal, utiliser ARQ au niveau liaison est optimal. Dans le cas où le taux d erreur au niveau de la couche physique est plus élevé, HARQ permet d obtenir un meilleur débit au niveau transport. Les dernières spécifications concernant la voie retour du lien satellite DVB-RCS2 présentent deux méthodes d accès (aléatoire et dédié) qui peuvent être implémentées pour permettre aux utilisateurs d accéder à Internet ou de transmettre des données. Nous avons développé un module pour NS-2, Physical Channel Access (PCA), qui modélise l accès au canal pour chacune de ces méthodes afin de comparer leur impact sur les performances de bout-en-bout. Nous avons mesuré que les méthodes d accès dédié permettent un débit plus important et les méthodes d accès aléatoire une transmission rapide des flots courts. Nous avons donc proposé de mixer ces méthodes d accès, en fonction de l évolution dynamique de la charge du réseau et de la taille du flot de données transmis. Finalement, nous avons étudié s il était possible d exploiter les données de la gateway du satellite pour introduire un trafic à priorité basse. Nous avons montré qu il était possible avec Low Extra Delay Background Transport (LEDBAT) comme protocole de la couche transport d introduire un trafic en tâche de fond. Cependant, en fonction de la variation de la charge du réseau, paramétrer correctement son mécanisme interne est nécessaire Notations Pour des raisons de clarté, nous définissions les termes qui vont être utilisés dans ce document: Flot: transmission d information au niveau de la couche transport; Datagramme: fragmentation au niveau de la couche réseau d un flot; Trame: ensemble de paquets d informations répartis sur un bloc temps fréquence entre les utilisateurs et la gateway satellite, générée tous les T F ; Link Layer Data Unit (LLDU ): N data octets d un datagramme; 3

22 Physical Layer Data Unit (PLDU ): LLDU avec N repair octets de redondance optionnels (N = N data + N repair ); Blocs: les PLDUs peuvent être répartis en N block blocs si la méthode d accès en a besoin; Timeslots: élément d une trame où un bloc peut être inséré Organisation La Section 1.2 présente CLIFT et TMT ainsi que nos résultats de mesures et interprétations dans le cadre de notre étude sur l impact des mécanismes de fiabilisation de la couche liaison sur les performances de TCP. Nous détaillons PCA et les mesures relatives aux méthodes d accès et performances de bout-en-bout dans le contexte de DVB-RCS2 en Section 1.3. La Section 1.4 rassemble les résultats de nos expérimentations sur le protocole LEDBAT afin d évaluer sa capacité à supporter du trafic en tâche de fond dans le contexte de liens satellitaires. Nous proposons une conclusion de l ensemble de ces travaux en Section G par satellite: mécanismes de retransmission de la couche liaison et TCP Dans le contexte des liens satellite pour la 4G et des canaux Land Mobile Satellite (LMS), les auteurs de [1, 2] mesurent les variations importantes du rapport signal-à-bruit du canal. Des longs paquets d erreurs au niveau de la couche physique résultent en perte massive de données utiles que les mécanismes de correction d erreur ne peuvent pas récupérer. L implémentation de codes correcteurs d erreur de la couche physique est souvent liée à un matériel spécifique, ce qui les rend peu modifiable une fois le produit déployé. Des mécanismes de fiabilisation peuvent être introduits au niveau de la couche liaison pour corriger les données non reconstruites par la couche physique. Ainsi, dans les systèmes cellulaires définis par LTE-Advanced, des mécanismes de type HARQ peuvent être introduits au niveau de la couche liaison [3, 4]. Il existe également de nombreux autres mécanismes qui ont été évalués en modélisant les erreurs pouvant se produire sur le canal de transmission [5, 6]. 4

23 L étude des interactions entre les protocoles des couches transport et liaison ont fait l objet de plusieurs études [7, 8, 9], toutefois, la spécificité du lien satellite avec un récepteur mobile (taux d erreur bit plus important) et les évaluations de performance avec les protocoles de contrôle de congestion les plus récents, amènent à penser que des travaux supplémentaires sont nécessaires. Les auteurs de [10] prouvent que, dans la plupart des cas, introduire ARQ au niveau de la couche liaison, permet d améliorer les performances d une version basique de TCP. Ce résultat a été vérifié en simulation NS-2 par [11], où les auteurs suggèrent qu un simple mécanisme de retransmission est suffisant, et que l introduction de redondance est trop coûteux en bande passante. Toutefois, les auteurs de [12] montrent un avantage inhérent au mécanisme HARQ quand il y a un lien satellite dans le réseau. Nous proposons donc des études supplémentaires sur l impact des mécanismes de la couche liaison avec une considération réaliste des performances des codes de la couche physique et du modèle du canal. Pour ce faire, nous avons développé Cross Layer In- Formation Tool [13, 14] (CLIFT) qui (1) implémente les mécanismes de fiabilisation de la couche liaison sur des traces issues de la couche physique à l aide d un autre outil développé Trace Manager Tool (TMT) et (2) charge ces traces de la couche liaison dans le simulateur de réseau NS-2. Ces résultats sont publés [15] Définition d un réseau 4G et des protocoles évalués Dans cette section, nous définissons les spécifications derrière l appellation 4G et les mécanismes de fiabilisation de la couche liaison dont les impacts sur différentes versions de TCP seront évalués par la suite Réseau 4G Le terme 4G désigne le standard pour la quatrième génération de communication mobile. Les applications considérées qui utilisent la 4G incluent l accès à Internet, la téléphonie sur IP, les jeux en lignes ou la télévision haute définition. Toutes ces applications nécessitent une important bande passante et une réactivité directe. En 2008, le International Telecommunications Union-Radio communications sector (ITU-R) a défini les standards pour définir ce qu est un réseau 4G, détaillés dans [16]. Les spécifications indiquent que, pour être qualifié de 4G, un accès doit garantir aux usagers rapides (voitures, trains) un 5

24 débit de 100 Mbps et aux usagers plus lents un débit de 1 Gbps. Il y a eu plusieurs problèmes quant à la détermination du terme 4G 2, tant des fournisseurs commercialisaient des services 4G sans pour cela répondre aux critères de la spécification. C est dans ce contexte que nous proposons d évaluer l impact des mécanismes de fiabilisation de la couche liaison sur les performances de TCP. Nous détaillons donc dans les prochaines sections les protocoles utilisés au niveau des couches liaison et transport Fiabilisation de la couche liaison Cette section rassemble les mécanismes de fiabilisation qui peuvent être implémentés au niveau de la couche liaison, la compréhension de leur fonctionnement permettant une meilleure appréhension de leur impact respectif sur les performances de TCP. Nous considérons des Link Layer Data Unit (LLDU ) comme unité de données de la couche liaison. Nous proposons de détailler le fonctionnement des mécanismes de fiabilisation de la couche liaison dont les impacts sur les protocoles de transport seront étudiés. Au niveau de la couche liaison des retransmissions et/ou de la redondance peuvent être introduits [17, 6], dont nous proposons la classification suivante: Forward Error Correction (FEC) Forward Error Correction est un schéma dans lequel l émetteur envoie une combinaison de données utiles et de redondance. Notons par N D (resp. N R ) le nombre de données utiles (resp. de redondance), et N = N D + N R. La récupération des N D blocs de données utiles est possible si au moins N D blocs ont été reçus. Si il y a plus de N R effacements, aucune correction n est possible. Avec ce schéma, il n y a aucune retransmission. Automatic Repeat request (ARQ) La famille des Automatic Repeat request peut être découpée en différentes sousfamilles: Stop-and-Wait ARQ, Go-Back-N ARQ ou Selective-Repeat ARQ. Nous considérons, dans ce document, uniquement le mécanisme SR-ARQ qui consiste en la retransmission des LLDUs qui ont été perdus lors de la transmission. Nous notons SR-ARQ par ARQ. 2 6

25 Hybrid-Automatic Repeat request (HARQ) Hybrid-Automatic Repeat request mécanisme est une combinaison des mécanismes FEC et ARQ décrits ci-dessus. Après la transmission d un premier bloc FEC, avec des LLDU utiles et de redondance, HARQ autorise l émetteur à transmettre des LLDUs de redondance supplémentaires pour le cas où la récupération de l ensemble des LLDU utiles n a pas été possible du côté récepteur. Bien qu il existe un nombre important de mécanismes de fiabilisation, nous focalisons notre attention sur FEC, ARQ et HARQ, tant leur généricité nous suffit pour obtenir une mesure réaliste des impacts des mécanismes de fiabilisation de la couche liaison sur les performances de TCP (dont les versions choisies sont présentées dans la prochaine section) Fiabilisation au niveau transport Les fonctionnalités de références du protocole TCP sont définies dans la RFC de TCP NewReno [18]. TCP a été défini dans un premier temps dans un contexte où la couche physique récupère une très grande partie de l information. L introduction de canaux sans fil et long délais ont amené à effectuer des modifications dans le fonctionnement de base du protocole. Les différentes variantes du protocole TCP étudiées sont TCP NewReno [18], TCP Westwood [19], TCP Vegas [20], TCP Hybla [21], TCP CUBIC [22] et TCP Compound [23] Cross Layer InFormation Tool (CLIFT) Ne disposant pas de testbed nous permettant de mesurer l impact des mécanismes de la couche liaison sur ces versions de TCP, nous avons développé Cross Layer InFormation Tool qui repose sur des traces issues de la couche physique et NS-2. Nous présentons la logique de développement dans cette section Structure de CLIFT L idée générale de CLIFT est de déterminer les temps de transmission de datagrammes de TCP en fonction des caractéristiques des couches basses: CLIFT implémente les mécanismes de fiabilisation de la couche liaison sur des traces issues de la couche physique pour produire des traces équivalentes à la sortie de la couche liaison. Ensuite, CLIFT fragmente 7

M1 Informatique, Réseaux Cours 9 : Réseaux pour le multimédia

M1 Informatique, Réseaux Cours 9 : Réseaux pour le multimédia M1 Informatique, Réseaux Cours 9 : Réseaux pour le multimédia Olivier Togni Université de Bourgogne, IEM/LE2I Bureau G206 olivier.togni@u-bourgogne.fr 24 mars 2015 2 de 24 M1 Informatique, Réseaux Cours

Plus en détail

Prototype de canal caché dans le DNS

Prototype de canal caché dans le DNS Manuscrit auteur, publié dans "Colloque Francophone sur l Ingénierie des Protocoles (CFIP), Les Arcs : France (2008)" Prototype de canal caché dans le DNS Lucas Nussbaum et Olivier Richard Laboratoire

Plus en détail

Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg

Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg Le présent document contient des informations qui sont la propriété de France Télécom. L'acceptation de ce document par son destinataire

Plus en détail

Gestion et Surveillance de Réseau Définition des Performances Réseau

Gestion et Surveillance de Réseau Définition des Performances Réseau Gestion et Surveillance de Réseau Définition des Performances Réseau These materials are licensed under the Creative Commons Attribution-Noncommercial 3.0 Unported license (http://creativecommons.org/licenses/by-nc/3.0/)

Plus en détail

Introduction. La gestion des qualités de services dans Internet. La garantie de QoS. Exemple

Introduction. La gestion des qualités de services dans Internet. La garantie de QoS. Exemple Introduction Aujourd hui les applications (en particulier multimédia) nécessitent des qualités de service de natures très différentes La gestion des qualités de services dans Internet Exemples: Transfert

Plus en détail

Internet. PC / Réseau

Internet. PC / Réseau Internet PC / Réseau Objectif Cette présentation reprend les notions de base : Objectif, environnement de l Internet Connexion, fournisseurs d accès Services Web, consultation, protocoles Modèle en couches,

Plus en détail

Détection et Correction d erreurs

Détection et Correction d erreurs Chapitre 4 Détection et Correction d erreurs 4.1 La couche liaison de données La couche 3 (couche réseau) a pour mission, entre autres, de trouver le meilleur chemin pour acheminer le message. Cette tâche

Plus en détail

Transport de contenu multimédia

Transport de contenu multimédia Transport de contenu multimédia Jean Le Feuvre Cyril Concolato lefeuvre, concolato @telecom-paristech.fr Plan Définitions et problèmes généraux Étude détaillée de certains modes de transport Streaming

Plus en détail

Répétitions du Cours d Introduction aux Réseaux Informatiques Contrôles d erreur et de flux François Cantin Département Montefiore Research Unit in Networking Université de Liège Année académique 2008

Plus en détail

Accédez au test ici http://myspeed.visualware.com/index.php

Accédez au test ici http://myspeed.visualware.com/index.php Test de vitesse VoIP Pourquoi faire le test? Un test de vitesse VoIP est un moyen efficace d évaluer la capacité de votre connexion Internet à prendre en charge un système de téléphonie VoIP. D autres

Plus en détail

et contrôle de topologie dans les Support de la qualité de service réseaux mobiles ad hoc rabah.meraihi@enst.fr GET / Télécom Paris Rabah Meraihi

et contrôle de topologie dans les Support de la qualité de service réseaux mobiles ad hoc rabah.meraihi@enst.fr GET / Télécom Paris Rabah Meraihi Support de la qualité de service et contrôle de topologie dans les réseaux mobiles ad hoc Rabah Meraihi GET / Télécom Paris rabah.meraihi@enst.fr Rabah Meraihi 1 Plan 1. Introduction et contexte 2. Qualité

Plus en détail

Profil des participants Le cours CCNA Exploration s adresse aux participants du programme Cisco

Profil des participants Le cours CCNA Exploration s adresse aux participants du programme Cisco Présentation et portée du cours : CNA Exploration v4.0 Networking Academy Profil des participants Le cours CCNA Exploration s adresse aux participants du programme Cisco diplômés en ingénierie, mathématiques

Plus en détail

Colloque «Télécommunicationsréseaux du futur et services»

Colloque «Télécommunicationsréseaux du futur et services» Colloque «Télécommunicationsréseaux du futur et services» DITEMOI Robustesse et efficacité pour la diffusion de contenu sur liens Internet sans fil Le problème et les objectifs du projet La consultation

Plus en détail

Téléphonie Mobile. GPRS General Packet Radio Service (2,5G) LP R&T RSFS - Département R&T

Téléphonie Mobile. GPRS General Packet Radio Service (2,5G) LP R&T RSFS - Département R&T Téléphonie Mobile GPRS General Packet Radio Service (2,5G) LP R&T RSFS - Département R&T Introduction Technologie GPRS : General Packet Radio Service Basée sur la norme GSM Transmission par paquets, en

Plus en détail

Internet et Multimédia Exercices: flux multimédia

Internet et Multimédia Exercices: flux multimédia Internet et Multimédia Exercices: flux multimédia P. Bakowski bako@ieee.org Applications et flux multi-média média applications transport P. Bakowski 2 Applications et flux multi-média média applications

Plus en détail

Convergence. Introduction (1/24) Introduction (2/24) Introduction (4/24) Introduction (3/24)

Convergence. Introduction (1/24) Introduction (2/24) Introduction (4/24) Introduction (3/24) Introduction (1/24) Internet = Interconnexion de réseaux et Services Informatiques (Années 60) Applications Informatiques: Transfert de fichier, Messagerie, News Internet = Interconnexion de réseaux et

Plus en détail

Services de vidéo en ligne

Services de vidéo en ligne Services de vidéo en ligne Dominique PRESENT Dépt S.R.C. - I.U.T. de Marne la Vallée Des services diversifiés Télévision numérique : s appuie sur des standards de format (standards ETSI) utilise plusieurs

Plus en détail

QoS dans l UTRAN basé sur IP

QoS dans l UTRAN basé sur IP Projet NOVEMBRE - Séminaire QoS dans le wireless QoS dans l UTRAN basé sur IP Abed Ellatif Samhat Tijani Chahed Gérard Hébuterne GET/Institut National des Télécommunications {abedellatif.samhat, tijani.chahed}@int-evry.fr

Plus en détail

SERVEUR STREAMING PROTEE GUIDE UTILISATEUR

SERVEUR STREAMING PROTEE GUIDE UTILISATEUR SERVEUR STREAMING PROTEE GUIDE UTILISATEUR Version: 1.0 Date : 21 Juillet 2006. Auteur(s): Laurent Guillo 2 Serveur Streaming Protée Table des matières 1. PRESENTATION DE PROTEE... 7 2. ARCHITECTURE DU

Plus en détail

QoS et Multimédia SIR / RTS

QoS et Multimédia SIR / RTS QoS et Multimédia SIR / RTS Les principes fondamentaux de la qualité de service Isabelle Guérin Lassous Isabelle.Guerin-Lassous@ens-lyon.fr http://perso.ens-lyon.fr/isabelle.guerin-lassous 1 Introduction

Plus en détail

Téléinformatique et Réseaux Séance 2 : TCP, contrôle de congestion

Téléinformatique et Réseaux Séance 2 : TCP, contrôle de congestion Téléinformatique et Réseaux Séance 2 : TCP, contrôle de congestion Gille Gomand - ggo@info.fundp.ac.be - Bureau 227 1 Introduction L objectif de ce TP est de décrire le contrôle de congestion effectué

Plus en détail

Rapport du projet Qualité de Service

Rapport du projet Qualité de Service Tim Autin Master 2 TI Rapport du projet Qualité de Service UE Réseaux Haut Débit et Qualité de Service Enseignant : Congduc Pham Sommaire Introduction... 3 Scénario... 3 Présentation... 3 Problématique...

Plus en détail

Collecte des examens du module Introduction aux Réseaux et Bases de Routage

Collecte des examens du module Introduction aux Réseaux et Bases de Routage INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Collecte des examens du module Introduction aux Réseaux et Bases de Routage Examens corrigés Kaouther Nouira 2011-2012 Ministère de l Enseignement Supérieur, de le

Plus en détail

Travail d évaluation personnelle UV valeur C : IRE. Planification de réseaux : Simulateur IT-GURU Academic Edition

Travail d évaluation personnelle UV valeur C : IRE. Planification de réseaux : Simulateur IT-GURU Academic Edition Travail d évaluation personnelle UV valeur C : IRE Planification de réseaux : Simulateur IT-GURU Academic Edition 25 mai 2005 Objectif de l exercice d évaluation personnelle : 1. Observer le partage de

Plus en détail

Systèmes MIMO OSTBCB pour le standard IEEE802.16 Doctorante: Patricia ARMANDO

Systèmes MIMO OSTBCB pour le standard IEEE802.16 Doctorante: Patricia ARMANDO Systèmes MIMO OSTBCB pour le standard IEEE802.16 Doctorante: Patricia ARMANDO 04/11/08 Sommaire Présentation du standard IEEE802.16 Option MIMO Présentation du code OSTBCB Modulations : OFDM SC Détection

Plus en détail

Introduction. UDP et IP UDP

Introduction. UDP et IP UDP Introduction Protocoles TCP et UDP M. Berthet. Les illustrations sont tirées de l ouvrage de Guy Pujolle, Cours réseaux et Télécom TCP (Transmission Control Protocol) et UDP (User Datagram Protocol) assurent

Plus en détail

Administration des ressources informatiques

Administration des ressources informatiques 1 2 Cours réseau Supports de transmission Les câbles Coaxial Ethernet RJ45 Fibre optique Supports de transmission 3 Les câbles Ethernet RJ45 Supports de transmission 4 Les câbles Coaxial Type BNC Cours

Plus en détail

WiFi 5 ème génération du WiFi-n à IEEE802.11ac

WiFi 5 ème génération du WiFi-n à IEEE802.11ac A. NAJID Professeur réseaux sans fil et hyperfréquence lnpt Rabat email : najid@inpt.ac.ma WiFi 5 ème génération du WiFi-n à IEEE802.11ac RFTE 2013 Oujda 1 Sommaire Introduction 802.11n Améliorations PHY

Plus en détail

QoS et Multimédia SIR / RTS. Mécanismes et protocoles pour les applications multimédia communicantes

QoS et Multimédia SIR / RTS. Mécanismes et protocoles pour les applications multimédia communicantes QoS et Multimédia SIR / RTS Mécanismes et protocoles pour les applications multimédia communicantes Isabelle Guérin Lassous Isabelle.Guerin-Lassous@ens-lyon.fr http://perso.ens-lyon.fr/isabelle.guerin-lassous

Plus en détail

Conservatoire National des Arts et Métiers. Chaire de Réseaux. Date de l examen : Lundi 20 septembre 2004

Conservatoire National des Arts et Métiers. Chaire de Réseaux. Date de l examen : Lundi 20 septembre 2004 Conservatoire National des Arts et Métiers 9, rue Saint Martin 754 PARIS Cedex 03 Chaire de Réseaux Date de l examen : Lundi 0 septembre 004 Titre de l enseignement : INFORMATIQUE CYCLE A Sous-Titre :

Plus en détail

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE...

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... Article rédigé pour les Etats généraux 2008 du MICADO, par Yannick BOUDIER. Résumé : L ingénierie collaborative est souvent prise pour un système d

Plus en détail

Université de Sherbrooke Département d informatique IFT585

Université de Sherbrooke Département d informatique IFT585 Université de Sherbrooke Département d informatique IFT585 Télématique Chargé de cours: Benoit Hamelin Examen périodique Jeudi 6 juin 04, 8:0 0:0 Nombre de pages incluant celle-ci: 5 Instructions Vérifiez

Plus en détail

codage correcteur d erreurs convolutionnel 1. Définition...2 2. représentation en treillis...3 3. Décodage : algorithme de Viterbi...3 4.

codage correcteur d erreurs convolutionnel 1. Définition...2 2. représentation en treillis...3 3. Décodage : algorithme de Viterbi...3 4. codage correcteur d erreurs convolutionnel. éfinition.... représentation en treillis...3 3. écodage : algorithme de Viterbi...3 4. istance libre...5 5. iagramme d état. Fonction de transfert...5 6. écodage

Plus en détail

SYR - Réseau Licence 3 Info-MIAGE. Introduction. Adlen Ksentini adlen.ksentini@univ-rennes1.fr

SYR - Réseau Licence 3 Info-MIAGE. Introduction. Adlen Ksentini adlen.ksentini@univ-rennes1.fr SYR - Réseau Licence 3 Info-MIAGE Introduction adlen.ksentini@univ-rennes1.fr 1 Bibliographie Computer Networking «a Top-Down Approach», James F. Kurose et Keith W. Ross. 2 1 Introduction But : Apprendre

Plus en détail

TME 1 ING NS : Network Simulator

TME 1 ING NS : Network Simulator Spécialité RES U.E. MI020 ING TME 1 ING NS : Network Simulator Ce TME fera l objet d un compte-rendu à remettre à la fin de la séance Copiez le répertoire /users/enseignants/blegrand/tping sur votre compte.

Plus en détail

Administration réseau Introduction

Administration réseau Introduction Administration réseau Introduction A. Guermouche A. Guermouche Cours 1 : Introduction 1 Plan 1. Introduction Organisation Contenu 2. Quelques Rappels : Internet et le modèle TCP/ Visage de l Internet Le

Plus en détail

RÉSEAUX D'ENTREPRISES

RÉSEAUX D'ENTREPRISES Travaux Dirigés #1 ESEN / AU 2014-2015 Kawther ESSAFI & Amine DHRAIEF RÉSEAUX D'ENTREPRISES Exercice 1 : Période de vulnérabilité Soit un réseau Ethernet en bus de 8 stations. La distance moyenne entre

Plus en détail

Livre banc. Contrôle de trajet dynamique : la base de votre WAN hybride

Livre banc. Contrôle de trajet dynamique : la base de votre WAN hybride Contrôle de trajet dynamique : la base de votre WAN hybride Le réseau étendu (WAN, wide area network) a connu bien peu d innovations pendant une grande partie de la dernière décennie. Alors que le reste

Plus en détail

Cisco Certified Network Associate

Cisco Certified Network Associate Cisco Certified Network Associate Version 4 Notions de base sur les réseaux Chapitre 4 1 D après l en-tête de la couche transport illustré, quelles affirmations parmi les suivantes définissent la session

Plus en détail

Contrôle de congestion équitable pour le multicast et interface avec le niveau applicatif

Contrôle de congestion équitable pour le multicast et interface avec le niveau applicatif Thèse présentée pour obtenir le grade de Docteur de l Université de Strasbourg Laboratoire LSIIT Université de Strasbourg / CNRS Discipline : Informatique Vincent Lucas Contrôle de congestion équitable

Plus en détail

TP 2 : ANALYSE DE TRAMES VOIP

TP 2 : ANALYSE DE TRAMES VOIP TP 2 : ANALYSE DE TRAMES VOIP I REPRÉSENTER SON RÉSEAU Remettez en état votre petit réseau VOIP et réalisez-en le schéma (avec Vision 2010 éventuellement) II PEAUFINER LE PARAMÉTRAGE Pour activer la messagerie

Plus en détail

Réseaux grande distance. Jean-Patrick Gelas Université de Lyon

Réseaux grande distance. Jean-Patrick Gelas Université de Lyon Réseaux grande distance Jean-Patrick Gelas Université de Lyon Sources «High Performance Communication Networks», Jean Walrand, Pravin Varaiya, 2 nd édition, MK. Cours de Pr. Cong-Duc Pham (Université de

Plus en détail

RESEAUX ARCHITECTURES EN COUCHES. J.L Damoiseaux ; Dpt R&T 1

RESEAUX ARCHITECTURES EN COUCHES. J.L Damoiseaux ; Dpt R&T 1 RESEAUX ARCHITECTURES EN COUCHES J.L Damoiseaux ; Dpt R&T 1 Plan Notions sur les réseaux Couche/Service/Protocole Le modèle OSI Le modèle TCP/IP J.L Damoiseaux ; Dpt R&T 2 Problématique J.L Damoiseaux

Plus en détail

Codes correcteurs d erreurs

Codes correcteurs d erreurs Codes correcteurs d erreurs 1 Partie théorique 1.1 Définition Un code correcteur est une technique de codage de l information basée sur la redondance, qui vise à détecter et corriger des éventuelles erreurs

Plus en détail

LOSS NETWORK MODELS AND MULTIPLE METRIC PERFORMANCE SENSITIVITY ANALYSIS FOR MOBILE WIRELESS MULTI-HOP NETWORKS HOANG TUAN NHA DINH HONG THANH

LOSS NETWORK MODELS AND MULTIPLE METRIC PERFORMANCE SENSITIVITY ANALYSIS FOR MOBILE WIRELESS MULTI-HOP NETWORKS HOANG TUAN NHA DINH HONG THANH LOSS NETWORK MODELS AND MULTIPLE METRIC PERFORMANCE SENSITIVITY ANALYSIS FOR MOBILE WIRELESS MULTI-HOP NETWORKS GROUPE 4: LANG KHAC CHIEN HOANG TUAN NHA DINH HONG THANH Plan de presentation Introduction

Plus en détail

NetSocket200 Nano. www.lea-networks.com

NetSocket200 Nano. www.lea-networks.com NetSocket200 Nano www.lea-networks.com NetSocket200 Nano Adaptateur Ethernet HomePlug AV Le NetSocket200 Nano est le plus petit adaptateur CPL 200 Mbps du marché doté d une prise filtrée et de deux ports

Plus en détail

Les réseaux : Principes de fonctionnement d Internet

Les réseaux : Principes de fonctionnement d Internet Les réseaux : Principes de fonctionnement d Internet Table des matières 1. Le modèle TCP/IP... 2 2. Couche 1 ou couche physique... 3 3. Couche 2 ou couche liaison ou couche lien... 4 4. Couche 3 ou couche

Plus en détail

Computer Networking: A Top Down Approach Featuring the Internet, 2 nd edition. Jim Kurose, Keith Ross Addison-Wesley, July 2002. ENPC.

Computer Networking: A Top Down Approach Featuring the Internet, 2 nd edition. Jim Kurose, Keith Ross Addison-Wesley, July 2002. ENPC. Computer Networking: A Top Down Approach Featuring the Internet, 2 nd edition. Jim Kurose, Keith Ross Addison-Wesley, July 2002. Réseau 1 Architecture générale Couche : IP et le routage Couche : TCP et

Plus en détail

DYNAMIC RATE CONTROL IN WIRELESS VIDEO COMMUNICATIONS. Rim HAMMI & Ken CHEN L2TI, Université Paris 13

DYNAMIC RATE CONTROL IN WIRELESS VIDEO COMMUNICATIONS. Rim HAMMI & Ken CHEN L2TI, Université Paris 13 DYNAMIC RATE CONTROL IN WIRELESS VIDEO COMMUNICATIONS Rim HAMMI & Ken CHEN L2TI, Université Paris 13 Plan 1 Introduction 2 Mécanisme et architecture 3 Algorithmes de régulation du débit vidéo Algorithme

Plus en détail

Réseaux sans Fil SIR/RTS. Réseaux locaux sans fil WiFi

Réseaux sans Fil SIR/RTS. Réseaux locaux sans fil WiFi Réseaux sans Fil SIR/RTS Réseaux locaux sans fil WiFi Isabelle Guérin Lassous Isabelle.Guerin-Lassous@ens-lyon.fr http://perso.ens-lyon.fr/isabelle.guerin-lassous 1 WiFi avancé Aller plus loin que la 1ère

Plus en détail

NetPlug200 Nano. www.lea-networks.com

NetPlug200 Nano. www.lea-networks.com www.lea-networks.com Adaptateur Ethernet HomePlug AV Le est un adaptateur CPL 200 Mbps discret et design doté de deux ports Ethernet. Compatible avec le standard HomePlug AV, il permet de véhiculer des

Plus en détail

Introduction. Le contrôle de flux. Environnement

Introduction. Le contrôle de flux. Environnement Introduction Protocoles apparaissant dans la couche liaison de données ou dans la couche transport Différences suivant les cas dues au Texte Le contrôle de flux et la récupération des erreurs Temps de

Plus en détail

SÛRETÉ DE FONCTIONNEMENT ET ARCHITECTURE GVA SÉMINAIRE ARCHITECTURES AGILES DE SYSTÈMES COMPLEXES BASÉES SUR DDS, LA VÉTRONIQUE EN CAS D EXEMPLE

SÛRETÉ DE FONCTIONNEMENT ET ARCHITECTURE GVA SÉMINAIRE ARCHITECTURES AGILES DE SYSTÈMES COMPLEXES BASÉES SUR DDS, LA VÉTRONIQUE EN CAS D EXEMPLE SÛRETÉ DE FONCTIONNEMENT ET ARCHITECTURE GVA SÉMINAIRE ARCHITECTURES AGILES DE SYSTÈMES COMPLEXES BASÉES SUR DDS, LA VÉTRONIQUE EN CAS D EXEMPLE PLAN Architecture GVA et NGVA SDF dans Architecture GVA

Plus en détail

Couche 1: le niveau physique

Couche 1: le niveau physique Couche 1: le niveau physique 1 Fonction: assurer la transmission physique de trains de bits sur les moyens physiques d interconnexion entre deux entités de liaison adjacentes (support de transmission).

Plus en détail

Le protocole AFDX/ARINC 664

Le protocole AFDX/ARINC 664 Le protocole AFDX/ARINC 664 Pascal Berthou berthou@laas.fr Antécédents Depuis l entrée en service de l A320 en 1998 La commande «fly-by-wire» s impose dans les nouvelles construction aéronautique. De nombreux

Plus en détail

Nom : Prénom : Gr. : N ét. :

Nom : Prénom : Gr. : N ét. : 1 1 Quelles sont les tables de routage de la machine M1 (troisième hôte de LAN 2 hostid = 3), des routeurs R1, R2 et R3 (sachant que la liaison vers l internet connecte à la gateway 88.1.77.200 à travers

Plus en détail

Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed.fr

Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed.fr Année 2010-2011 Réseaux I Conclusion : retour sur l architecture protocolaire Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed.fr 1 Plan 1 Rappels 2 Le dialogue

Plus en détail

Systèmes et Réseaux (ASR 2) - Notes de cours Cours 14

Systèmes et Réseaux (ASR 2) - Notes de cours Cours 14 Systèmes et Réseaux (ASR ) - Notes de cours Cours Anne Benoit May, 0 PARTIE : Systèmes PARTIE : Réseaux Architecture des réseaux de communication La couche -liaison La couche -réseau Algorithmes de routage

Plus en détail

Cours réseaux Modèle OSI

Cours réseaux Modèle OSI Cours réseaux Modèle OSI IUT 1 Université de Lyon Introduction: le modèle OSI Un modèle théorique : le modèle OSI (Open System Interconnection) A quoi ça sert: Nécessité de découper/classifier l ensemble

Plus en détail

Chapitre 16 Exercice 1 (voir énoncé page 386 du livre) Chapitre 16 Exercice 2 (voir énoncé page 386 du livre)

Chapitre 16 Exercice 1 (voir énoncé page 386 du livre) Chapitre 16 Exercice 2 (voir énoncé page 386 du livre) Chapitre 16 Exercice 1 (voir énoncé page 386 du livre) [a] Une tranche de temps correspond au passage d une voie GSM. Il y a donc 8 voies de parole par porteuse et donc 8 x 16 = 128 voies de parole. [b]

Plus en détail

Le Multicast. A Guyancourt le 16-08-2012

Le Multicast. A Guyancourt le 16-08-2012 Le Multicast A Guyancourt le 16-08-2012 Le MULTICAST Définition: On entend par Multicast le fait de communiquer simultanément avec un groupe d ordinateurs identifiés par une adresse spécifique (adresse

Plus en détail

RESEAUX TCP/IP: NOTIONS AVANCEES. Preparé par Alberto EscuderoPascual

RESEAUX TCP/IP: NOTIONS AVANCEES. Preparé par Alberto EscuderoPascual RESEAUX TCP/IP: NOTIONS AVANCEES Preparé par Alberto EscuderoPascual Objectifs... Répondre aux questions: Quelles aspects des réseaux IP peut affecter les performances d un réseau Wi Fi? Quelles sont les

Plus en détail

Trames Ethernet et IEEE 802.3:

Trames Ethernet et IEEE 802.3: Trames Ethernet et IEEE 802.3: PLAN I. Introduction II.Trames Ethernet et IEEE 802.3: Trame ETHERNET : III. 1. Description des différentes couches de TCP/IP 2. Couche INTERNET la norme IEEE 802.3 est légèrement

Plus en détail

Métrologie réseaux GABI LYDIA GORGO GAEL

Métrologie réseaux GABI LYDIA GORGO GAEL Métrologie réseaux GABI LYDIA GORGO GAEL Métrologie Définition : La métrologie est la science de la mesure au sens le plus large. La mesure est l'opération qui consiste à donner une valeur à une observation.

Plus en détail

Chapitre I. Notions de base. Septembre 2008 I. Notions de base 1. But du chapitre. Connaître types de réseaux PAN, LAN, MAN, et WAN.

Chapitre I. Notions de base. Septembre 2008 I. Notions de base 1. But du chapitre. Connaître types de réseaux PAN, LAN, MAN, et WAN. Chapitre I Notions de base Septembre 2008 I. Notions de base 1 But du chapitre Connaître types de réseaux PAN, LAN, MAN, et WAN. Connaître les différentes topologies (bus, anneau, étoile, maillée) et leurs

Plus en détail

Testing : A Roadmap. Mary Jean Harrold. Présentation de Olivier Tissot

Testing : A Roadmap. Mary Jean Harrold. Présentation de Olivier Tissot Testing : A Roadmap Mary Jean Harrold Présentation de Olivier Tissot Testing : A Roadmap I. L auteur II. Introduction sur les test : les enjeux, la problématique III. Les tests : roadmap IV. Conclusion

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

Ordonnancement et gestion des ressources

Ordonnancement et gestion des ressources Ordonnancement et gestion des ressources Jean-Baptiste DUPÉ1 Emmanuel CHAPUT2 Cédric BAUDOIN3 Caroline BÈS4 Arnaud DERAMECOURT4 André-Luc YLOT2 1 Université de Toulouse; INP; TéSA 2 Université 3 Thales

Plus en détail

Les capteurs biomédicaux

Les capteurs biomédicaux Les capteurs La gestion des échanges entre les capteurs et les applications médicales Référence : Frédérique Laforest 1 Au programme : distante 3. Un exemple : 802.15.4/ZigBee 2 1.1 Contexte 1.2 Objectifs

Plus en détail

Les réseaux Ethernet. Architecture protocolaire

Les réseaux Ethernet. Architecture protocolaire Les réseaux Ethernet Les origines 1970 : développement au centre de recherche Xerox de Paolo Alto 1980 : publication des spécifications Ethernet comme standard industriel 1983 : Ethernet 10 Mbps devient

Plus en détail

UFR Mathématique et Informatique S5 Printemps 2010. TD Révisions R&P

UFR Mathématique et Informatique S5 Printemps 2010. TD Révisions R&P Université de Strasbourg L3 Informatique UFR Mathématique et Informatique S5 Printemps 2010 TD Révisions R&P Partie I On considère une connexion TCP entre 2 machines MA et MB. Le RTT, supposé constant,

Plus en détail

Observer. Un outil adapté à la VoIP

Observer. Un outil adapté à la VoIP Observer Un outil adapté à la VoIP ELEXO 20 Rue de Billancourt 92100 Boulogne-Billancourt Téléphone : 33 (0) 1 41 22 10 00 Télécopie : 33 (0) 1 41 22 10 01 Courriel : info@elexo.fr TVA : FR00722063534

Plus en détail

Formation Réseaux : Notions de base

Formation Réseaux : Notions de base Formation x Formation Réseaux : Notions Jean-Philippe André (), p2009 3. Couche Septembre 2007 Que sont les x? Formation x Wikipedia.org : Un est un ensemble de nœuds (ou pôles) reliés entre eux par des

Plus en détail

Les Réseaux Télécoms à Hauts débits

Les Réseaux Télécoms à Hauts débits Les Réseaux Télécoms à Hauts débits Ahmed Mehaoua 1999 - page 1 PLAN RTC : Le Réseau Téléphonique Commuté RNIS Le Réseau Numérique à Intégration de Services à large bande Ahmed Mehaoua 1999 - page 2 1

Plus en détail

10 Prototypage rapide de logiciel pour les systèmes avioniques

10 Prototypage rapide de logiciel pour les systèmes avioniques Introduction Le contexte aéronautique 1 a depuis plusieurs années mis en évidence le besoin croissant de technologies de sécurité permettant d éviter des utilisations malveillantes des matériels ou services

Plus en détail

Ebauche Rapport finale

Ebauche Rapport finale Ebauche Rapport finale Sommaire : 1 - Introduction au C.D.N. 2 - Définition de la problématique 3 - Etat de l'art : Présentatio de 3 Topologies streaming p2p 1) INTRODUCTION au C.D.N. La croissance rapide

Plus en détail

Présentation. Logistique. Résumé de la 1e Partie. Mise en place du système

Présentation. Logistique. Résumé de la 1e Partie. Mise en place du système Présentation Diapo01 Je m appelle Michel Canneddu. Je développe avec 4D depuis 1987 et j exerce en tant qu indépendant depuis 1990. Avant de commencer, je tiens à remercier mes parrains Jean-Pierre MILLIET,

Plus en détail

Services offerts par la couche 4 : contrôle du transport

Services offerts par la couche 4 : contrôle du transport Services offerts par la couche 4 : contrôle du transport Un message est identifié par sa source et sa destination ; comment distinguer plusieurs applications/flux sur une même machine? => la notion de

Plus en détail

Synthèse théorique des méthodes de transmission binaires sur les canaux vocodés

Synthèse théorique des méthodes de transmission binaires sur les canaux vocodés Synthèse théorique des méthodes de transmission binaires sur les canaux vocodés I Introduction On cherche à moduler des données binaires dans le but de les transmettre sur des canaux vocodés. Afin de transmettre

Plus en détail

TD2 : CORRECTION. Exercice 1 : 1. Quel est l avantage de la séparation de l adressage en deux parties dans l adressage Internet?

TD2 : CORRECTION. Exercice 1 : 1. Quel est l avantage de la séparation de l adressage en deux parties dans l adressage Internet? TD2 : CORRECTION I. connaître son environnement réseau a. Quelle est l adresse IPv4 de votre PC? l adresse IPv6? ipconfig : Adresse IPv4..............: 192.168.1.13 Masque de sous-réseau.... : 255.255.255.0

Plus en détail

Chapitre 5 : Protocole TCP/IP

Chapitre 5 : Protocole TCP/IP Chapitre 5 : Protocole TCP/IP 1- IP (Internet Protocol) : Il permet de à des réseaux hétérogène de coopérer. Il gère l adressage logique, le routage, la fragmentation et le réassemblage des paquets. Il

Plus en détail

NFA083 Réseau et Administration Web TCP/IP

NFA083 Réseau et Administration Web TCP/IP NFA083 Réseau et Administration Web TCP/IP Sami Taktak sami.taktak@cnam.fr Centre d Étude et De Recherche en Informatique et Communications Conservatoire National des Arts et Métiers Rôle de la Couche

Plus en détail

Téléinformatique. Chapitre V : La couche liaison de données dans Internet. ESEN Université De La Manouba

Téléinformatique. Chapitre V : La couche liaison de données dans Internet. ESEN Université De La Manouba Téléinformatique Chapitre V : La couche liaison de données dans Internet ESEN Université De La Manouba Les techniques DSL La bande passante du service voix est limitée à 4 khz, cependant la bande passante

Plus en détail

Dépannage du réseau (S4/C8) Documenter le réseau

Dépannage du réseau (S4/C8) Documenter le réseau Dépannage du réseau (S4/C8) b Documenter le réseau Pour corriger et diagnostiquer des problèmes réseau efficacement, un ingénieur réseau doit savoir comment le réseau a été conçu et connaitre les performances

Plus en détail

L3 informatique Réseaux : Configuration d une interface réseau

L3 informatique Réseaux : Configuration d une interface réseau L3 informatique Réseaux : Configuration d une interface réseau Sovanna Tan Septembre 2009 Révision septembre 2012 1/23 Sovanna Tan Configuration d une interface réseau Plan 1 Introduction aux réseaux 2

Plus en détail

Réseaux Locaux. Objectif du module. Plan du Cours #3. Réseaux Informatiques. Acquérir un... Réseaux Informatiques. Savoir.

Réseaux Locaux. Objectif du module. Plan du Cours #3. Réseaux Informatiques. Acquérir un... Réseaux Informatiques. Savoir. Mise à jour: Mars 2012 Objectif du module Réseaux Informatiques [Archi/Lycée] http://fr.wikipedia.org/ Nicolas Bredèche Maître de Conférences Université Paris-Sud bredeche@lri.fr Acquérir un... Ressources

Plus en détail

Utilisation de ports différents Utilisation de plusieurs adresses IP Utilisation de «host header»

Utilisation de ports différents Utilisation de plusieurs adresses IP Utilisation de «host header» Les sites multiples Utilisation de ports différents Utilisation de plusieurs adresses IP Utilisation de «host header» L exploration de dossier (directory browsing) Dossiers réguliers (folders) vs dossiers

Plus en détail

Projet OpNet. Spécialité Réseaux 2003/2004 Yannick GRENZINGER Loic JAQUEMET

Projet OpNet. Spécialité Réseaux 2003/2004 Yannick GRENZINGER Loic JAQUEMET Projet OpNet Spécialité Réseaux 2003/2004 Yannick GRENZINGER Loic JAQUEMET 1Présentation...3 1.1Le besoin de mobilité...3 1.2Le protocole IP Mobile...4 1.3Opnet...5 1.4Le projet...6 2La réalisation du

Plus en détail

TECHNOLOGIE INTERNET TRAVAUX PRATIQUE : NAPT Par ZHANG Tuo E-mail : tuo.zhang@iut-dijon.u-bourgogne.fr

TECHNOLOGIE INTERNET TRAVAUX PRATIQUE : NAPT Par ZHANG Tuo E-mail : tuo.zhang@iut-dijon.u-bourgogne.fr TECHNOLOGIE INTERNET TRAVAUX PRATIQUE : NAPT Par ZHANG Tuo E-mail : tuo.zhang@iut-dijon.u-bourgogne.fr 1. OBJECTIFS DU TP Réaliser et tester le NAT entre différents réseaux. Analyser le fonctionnement

Plus en détail

Les différentes implémentations de TCP

Les différentes implémentations de TCP UNIVERSITÉ DE STRASBOURG Les différentes implémentations de TCP Philippe Pittoli 31 octobre 2013 1 LES DIFFÉRENCES ENTRE LES IMPLÉMENTATIONS HISTORIQUES 1.1 DÉFINITIONS Avant de commencer, quelques éléments

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

ITC Corporate Connect

ITC Corporate Connect IT orporate onnect PRÉSENE LOALE PORTÉE GLOBALE IT orporate onnect IT orporate onnect A P E R Ç U D E L E N T R E P R I S E Pendant plus de dix ans, la société IT, et ses antécédents fournit les services

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

Cisco Certified Network Associate

Cisco Certified Network Associate Cisco Certified Network Associate Version 4 Notions de base sur les réseaux Chapitre 9 01 Convertissez le nombre binaire 10111010 en son équivalent hexadécimal. Sélectionnez la réponse correcte dans la

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

LA SOLUTION MODULAIRE DE MESSAGERIE QUI PERMET DE COMMUNIQUER AVEC LE MONDE ENTIER

LA SOLUTION MODULAIRE DE MESSAGERIE QUI PERMET DE COMMUNIQUER AVEC LE MONDE ENTIER LA SOLUTION MODULAIRE DE MESSAGERIE QUI PERMET DE COMMUNIQUER AVEC LE MONDE ENTIER ixware permet aux utilisateurs d envoyer et de recevoir des messages depuis leur poste de travail ou même leurs applications

Plus en détail

Question 1 : quelles sont les dispositions à même de compléter le schéma règlementaire pour le développement des services Wi-Fi outdoor.

Question 1 : quelles sont les dispositions à même de compléter le schéma règlementaire pour le développement des services Wi-Fi outdoor. Question 1 : quelles sont les dispositions à même de compléter le schéma règlementaire pour le développement des services Wi-Fi outdoor. Nous citerons ces quelques points : Limitation de puissance réglementaire.

Plus en détail

Transmission d informations sur le réseau électrique

Transmission d informations sur le réseau électrique Transmission d informations sur le réseau électrique Introduction Remarques Toutes les questions en italique devront être préparées par écrit avant la séance du TP. Les préparations seront ramassées en

Plus en détail