VOS DROITS. LE COMPTE BANCAIRE (I) Ouverture et clôture INC. Fiche J217/8-01 L OUVERTURE D UN COMPTE EN BANQUE LES MODALITÉS D OUVERTURE D UN COMPTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VOS DROITS. LE COMPTE BANCAIRE (I) Ouverture et clôture INC. Fiche J217/8-01 L OUVERTURE D UN COMPTE EN BANQUE LES MODALITÉS D OUVERTURE D UN COMPTE"

Transcription

1 VOS DROITS Fiche J217/8-01 LE COMPTE BANCAIRE (I) Ouverture et clôture Indispensable pour gérer avec commodité un budget, élément d intégration sociale, le compte en banque est un instrument comptable sur lequel est inscrit l ensemble des opérations effectuées entre la banque et son client. C est également un contrat générateur de droits et d obligations. En ouvrant un compte à un client, le banquier s oblige à mettre à sa disposition tout ou partie de services formant ce que l on appelle le service de caisse, à savoir : réception de fonds en dépôts, encaissements, virements Selon la Fédération française des banques (FFB), 97 % des Français en âge d accéder aux services bancaires disposent actuellement d un compte, soit environ 50 millions de comptes. Le nombre de comptes bancaires a considérablement augmenté depuis plusieurs années suite à des effets économiques et commerciaux, mais aussi par l action du législateur qui, pour des raisons monétaires et fiscales, a favorisé, voire imposé l emploi d instruments bancaires. De nombreux paiements doivent impérativement transiter par un compte bancaire. L ouverture d un compte en banque est devenue une nécessité pour toute personne physique ou morale. Si l ouverture et l utilisation d un compte en banque sont devenues des actes banalisés, certaines opérations peuvent avoir des conséquences qu il vaut mieux connaître (procuration, compte joint ). Cette fiche rappelle les règles générales applicables à l ouverture et à la clôture d un compte bancaire, également intitulé compte de dépôt à vue ou compte chèques. Une deuxième fiche abordera plus spécialement le fonctionnement du compte bancaire. L OUVERTURE D UN COMPTE EN BANQUE LES MODALITÉS D OUVERTURE D UN COMPTE Liberté d ouverture et droit au compte L ouverture d un compte bancaire est une opération contractuelle. Elle ne nécessite pas de versement immédiat; ni de dépôt minimal. Cependant, elle est soumise à certaines règles. LIBERTÉ DU CLIENT Toute personne physique ou morale est libre de choisir un établissement de crédit ou un centre de chèques postaux ou encore tout autre établissement mentionné à l article L du Code monétaire et financier. Il n existe aucune obligation d ouvrir un compte bancaire, mais ce principe doit être nuancé. En effet, le compte bancaire est un élément indispensable car de nombreux paiements doivent obligatoirement être effec-

2 tués par virement bancaire ou postal ou par chèque barré, donc transiter par un compte. Ainsi: tout commerçant est tenu de se faire ouvrir un compte dans une banque, un établissement de crédit, un bureau de chèques postaux (art. L Nouveau C. com.); les paiements des salaires supérieurs à F doivent être effectués par chèque barré, virement bancaire, carte de paiement (art. L C. mon. et finan.) ; idem pour les paiements entre particuliers non commerçants ayant leur domicile fiscal en France lorsque le montant d un bien ou d un service est supérieur à F (art quaterb CGI). Toute personne peut librement choisir sa banque en fonction de divers critères, tels que: la proximité de l agence bancaire du lieu de son domicile ou du lieu de travail; les jours et les horaires d ouverture; les services proposés par la banque; le coût de ces services (frais d opposition, agios pour découverts bancaires ). Elle peut choisir une banque avec un guichet ou une banque sans guichet (Banque directe ). Les tarifs proposés par ces dernières sont globalement intéressants puisqu elles n ont pas de frais de structure d agence. Elle peut ouvrir un compte en se rendant dans une agence ou, à distance, au moyen du téléphone, d Internet ou du Minitel. Bon à savoir Il est possible d ouvrir un compte dans plusieurs banques ou plusieurs comptes dans une même banque. Les comptes et leurs soldes doivent être considérés comme indépendants les uns des autres. Mais, dans la pratique, les banques font souvent signer une lettre dite d unité de compte dans laquelle le client déclare que, bien que distincts, les divers comptes ouverts à son nom dans l établissement constituent des éléments d un seul et même compte, lesquels se fusionnent pour produire à tout moment un solde unique; il y a ainsi compensation entre les comptes. Ce système permet à la banque, en cas de solde négatif sur l un des comptes, de prélever les sommes nécessaires sur un autre compte pour combler le passif. LIBERTÉ DE LA BANQUE La banque est libre d accepter ou de refuser l ouverture d un compte sans avoir à se justifier. Cette liberté est toutefois atténuée par le droit au compte. Le droit au compte Un droit au compte est prévu depuis la loi du 24 janvier 1984 (art. 58). Cet article a été modifié par la loi relative à la lutte contre les exclusions du 29 juillet 1998 et par celle du 25 juin Désormais, selon l article L du Code monétaire et financier, «toute personne physique ou morale domiciliée en France, dépourvue d un compte de dépôt, a droit à l ouverture d un tel compte dans l établissement de crédit de son choix ou auprès des services financiers de La Poste ou du Trésor public. Ce droit au compte bénéficie aux interdits bancaires.» Le Trésor public a récemment décidé de se retirer de son activité de distribution de services financiers. Si l établissement que la personne a choisi refuse de lui ouvrir un compte, elle peut demander à la succursale de la Banque de France de son département de lui désigner un établissement de crédit ou les services financiers de La Poste. L établissement désigné est alors obligé de lui ouvrir un compte. Un seul refus suffit. La preuve du refus est apportée par la remise à l établissement de crédit d une déclaration sur l honneur attestant que le demandeur ne dispose d aucun compte (art. L ). L ouverture d un compte dans les conditions de la loi de 1984 n impliquait pas que la banque fournisse des prestations de services particulières. Le plus souvent, les services proposés se limitaient aux opérations de caisse et les moyens de paiement n étaient pas toujours délivrés. Désormais, le droit au compte permet l accès à un service bancaire de base correspondant au minimum à celui défini par le décret n du 17 janvier Le service bancaire de base Le décret du 17 janvier 2001 énumère les services bancaires de base: l ouverture, la tenue et la clôture du compte; un changement d adresse par an ; la délivrance à la demande de relevés d identité bancaire ou postale; la domiciliation de virements bancaires ou postaux; l envoi mensuel d un relevé des opérations effectuées sur le compte ; la réalisation des opérations de caisse ; l encaissement de chèques et de virements bancaires ou postaux; les dépôts et les retraits d espèces au guichet de l organisme teneur de compte ; les paiements par prélèvement, titre interbancaire de paiement ou virement postal; des moyens de consultation à distance du solde du compte; une carte de paiement à autorisation systématique, si l établissement est en mesure de la délivrer, ou, à défaut, une carte de retrait autorisant des retraits hebdomadaires sur les distributeurs de billets de l établissement de crédit ; deux formules de chèque de banque par mois ou moyens de paiement équivalents offrant les mêmes services. Tous ces services sont gratuits, sans contrepartie financière de la part du client, mais ils sont limités aux bénéficiaires du droit au compte, c est-à-dire aux personnes qui se sont vu refuser l ouverture d un compte dans un établissement et pour lesquelles la Banque de France désigne elle-même la banque gestionnaire du compte. Pour toute information complémentaire, il faut s adresser à une succursale de la Banque de France.

3 Les vérifications et contrôles opérés par le banquier L usage abusif d un compte pouvant nuire à la banque, au client lui-même et aux tiers, le banquier doit, préalablement à l ouverture d un compte, vérifier divers éléments sous peine d engager sa responsabilité. Le banquier doit s assurer de la capacité juridique du client, c est-à-dire de son pouvoir de faire par lui-même des actes tels que l ouverture et l utilisation d un compte bancaire. Dans certains cas particuliers, il existe des restrictions au libre fonctionnement du compte (incapable majeur, mineur ). Indépendamment des cas d incapacité, le banquier écarte parfois les personnes qui ne peuvent pas effectuer un dépôt suffisamment consistant ou un volume d opérations assez important pour rendre le compte rémunérateur. La décision dépend de la politique commerciale de la banque. Dans ce cas, il faut s adresser à la Banque de France, laquelle désignera une banque qui sera tenue d accepter le client (cf.procédure du droit au compte). Le banquier doit vérifier l identité du client (nom et prénom, date et lieu de naissance, profession, nationalité, résidence principale) à l aide d un document officiel en cours de validité comportant photo et signature, comme la carte nationale d identité, le passeport, la carte de résident. Les caractéristiques et les références de ce document sont enregistrées par le banquier. Cette vérification se justifie par la nécessité d éviter que le titulaire du compte effectue des opérations illicites nuisibles aux tiers sous un nom d emprunt (émission de chèque sans provision ). La responsabilité de l établissement de crédit est engagée si l absence de contrôle suffisant a rendu possible ou facilité des actes préjudiciables à un tiers. En cas de contestation, il appartient au banquier de prouver qu il a satisfait à son obligation de contrôle (Cass. com., 11 janvier 2000; D. 2000, act. jur. 101, RD bancaire et financier, mars-avril 2000, p. 75). Une photocopie facilite la preuve du respect de l obligation de contrôle. Cette obligation est prévue dans le décret n du 22 mai 1992 (art. 33), modifié par le décret n du 29 juillet Cette vérification est également imposée par l article 3 du décret n du 13 février 1991 fixant les conditions d application de la loi relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux provenant du trafic de stupéfiants. Par ailleurs, il est fréquent que le banquier demande des renseignements complémentaires sur la situation professionnelle ou personnelle de son client. Ainsi, lorsque le client est un commerçant, les banques demandent la communication d un extrait de l immatriculation au registre du commerce (extrait K bis). Cependant, pour s assurer précisément de l exactitude de l adresse fournie, elle envoie généralement une lettre d accueil au domicile du client. Le non-retour du courrier permet de présumer que la lettre a bien été remise au destinataire, et que l adresse indiquée est exacte. La Cour de cassation (C. cass., 17 janvier 1968 ; JCP 1969, éd. G, II, 15839, note Stoufflet) a jugé que la lettre recommandée s impose quand les circonstances rendent suspectes les informations fournies par le client, sinon la lettre peut être envoyée en courrier simple. En cas de délivrance de formules de chèques, la banque doit également se renseigner auprès de la Banque de France pour s assurer que le futur titulaire du compte n est pas frappé d une interdiction bancaire d émettre des chèques. «Tout banquier doit interroger la Banque de France avant de procéder à la première délivrance de formules de chèques à un nouveau titulaire de compte. Les réponses doivent être conservées pendant deux ans» (art. 30, D. 22 mai 1992). Le banquier est tenu de déclarer à l administration fiscale pour consignation sur le fichier des comptes bancaires (Ficoba), et dans le mois, toutes les ouvertures et clôtures de comptes auxquelles il procède (art A CGI). Ces déclarations indiquent les nom, prénom et adresse des titulaires ainsi que leur date et lieu de naissance. Le Ficoba permet à l administration fiscale de connaître l ensemble des comptes en banque ouverts par toute personne physique ou morale. Cette obligation n est pas applicable au compte de passage, c est-à-dire au compte ouvert pour une opération isolée accomplie par une personne non cliente du guichet d une banque. Cette dispense n est valable que si le compte de passage n enregistre pas d opérations multiples. La banque est cependant tenue de vérifier l identité du client de passage. La banque va relever l ensemble des renseignements et recueillir un spécimen de la signature du client et des mandataires qu il a éventuellement désignés. Ce spécimen permettra de vérifier l authenticité des ordres émanant du client, notamment les chèques émis. S agissant des personnes morales, le banquier doit examiner les statuts qui permettent de déterminer l objet du groupement, d apprécier sa licéité. Dans le cas de sociétés ou groupements d intérêt économique, il s assure de leur réalité juridique en exigeant un extrait de leur immatriculation au registre du commerce et des sociétés (extrait K bis). Il vérifie également les pouvoirs et l identité des personnes qui prétendent être habilitées à engager la personne morale. Pour les associations, il demande un exemplaire du Journal officiel dans lequel est inscrite la déclaration de l association et éventuellement la reconnaissance d utilité publique ; ainsi que la justification des pouvoirs des représentants de l association. La banque doit vérifier le domicile du client. Pour cela, elle demande la communication d une quittance EDF Dans le cas d une société en cours de formation, celle-ci est dépourvue d existence juridique, elle n a ni identité ni

4 adresse. La jurisprudence a décidé que c est l identité et l adresse des fondateurs agissant pour le compte de la future société qui doivent être vérifiées (Cass. com., 18 mai 1999, JCP 2000, E, 1041, n 7). Des informations à fournir au client L ouverture d un compte est une opération contractuelle qui résulte d un accord préalable entre le banquier et son client. Cet accord peut être tacite; il est souvent express et constaté dans un contrat imprimé dit convention de compte signé par le client. L article L du Code de la consommation dispose qu avant la conclusion du contrat, le professionnel est tenu de mettre le consommateur en mesure de connaître les caractéristiques essentielles du bien ou du service. De plus, l article 7 du décret n du 24 juillet 1984 impose aux établissements de crédit de porter à la connaissance de leur clientèle et du public les conditions générales de banque qu ils pratiquent pour les opérations qu ils effectuent. Selon ce même texte, lorsque l établissement de crédit ouvre un compte, il est tenu d informer le client sur les conditions d utilisation du compte, à savoir : les engagements réciproques de l établissement et du client, les dispositions qui régissent ce compte ainsi que le prix des différents services auxquels il donne accès. Le choix des moyens d information est laissé aux banques. En principe, les conditions tarifaires sont affichées dans les agences. Les conditions d utilisation du compte et les engagements réciproques de l établissement et du client sont inclus dans une convention écrite d ouverture de compte ou énoncés dans un document que le banquier remet au client au moment de l ouverture. En cas de litige ultérieur, la banque devra apporter la preuve de l acceptation du client. Cette preuve peut être apportée par tous moyens (art. L Nouveau C. com.). Par ailleurs, certaines opérations telles que le découvert donnent lieu à des contrats particuliers. L obligation d information des banques ne se limite pas à l ouverture du compte, elle reste présente pendant toute la durée de vie du compte. Ainsi, toute modification apportée ultérieurement aux conditions d ouverture du compte devra pour être opposable au client lui avoir été préalablement signalée. Hormis cette information générale, les banques doivent une information particulière à l occasion de certaines opérations (crédit à la consommation ). Un projet de loi portant sur les mesures urgentes de réformes à caractère économique et financier envisage diverses dispositions pour contribuer à l amélioration et la transparence des relations entre les banques et leur clientèle, notamment par la remise d une convention de compte écrite. Bon à savoir Les banques déterminant librement leur politique commerciale, des clauses particulières à chaque établissement bancaire peuvent s appliquer. Il est donc nécessaire avant toute ouverture d un compte de se renseigner et de lire les conditions générales de banque et les conditions tarifaires qui s appliqueront aux opérations que le client effectuera et aux services qu il utilisera. Lorsque le compte est ouvert, le banquier remet à son client un relevé d identité bancaire (RIB) sur lequel figure LES PERSONNES QUI PEUVENT OUVRIR UN COMPTE Un compte bancaire ne peut être ouvert par une banque à une personne physique ou morale que sous certaines conditions. autorisation du juge des tutelles ou automatiquement par le mariage) a une capacité juridique égale à celle du majeur. Il peut donc ouvrir un compte bancaire et le faire fonctionner comme le ferait une personne majeure. Les personnes physiques Les personnes physiques, quelle que soit leur nationalité, peuvent être titulaires d un compte si elles sont dotées d une capacité juridique. L établissement de crédit doit vérifier cette capacité et les pouvoirs de ses clients afin de s assurer que le titulaire est habile à effectuer les opérations normalement enregistrées au compte, et, le cas échéant, déterminer quelles opérations lui sont interdites et quelles habilitations lui sont nécessaires ou quelle personne doit agir pour lui. LE MINEUR Selon l article 481 du Code civil, lemineur émancipé(sur L article 1124 du Code civil considère que le mineur non émancipé est en principe atteint d incapacité juridique sans l accord de ses parents ou tuteurs. Le compte du mineur non émancipé est ouvert, en principe, à l initiative du tuteur ou de l administrateur légal, et il fonctionne sous la signature de celui-ci. La banque doit vérifier lors de la demande d ouverture du compte la qualité de celui qui se présente comme le représentant légal, administrateur ou tuteur. Si le compte devenait débiteur, cela n entrerait plus dans les pouvoirs du représentant légal car l opération s assimilerait à un emprunt, interdit au représentant légal (art C. civ.) et au tuteur (art. 457 C. civ.) sans l autorisation du juge des tutelles ou du conseil de famille.

5 En principe facultative, l ouverture d un compte est obligatoire lorsque le représentant légal encaisse les capitaux du mineur (art. 453 C. civ.). Ce compte est ouvert au nom du mineur et mentionne la minorité de son titulaire. Le retrait des fonds déposés ne peut se faire qu avec la signature du subrogé tuteur. Dans la pratique, l incapacité du mineur n est pas totale. Il peut valablement accomplir un certain nombre d actes dès lors qu il a conscience de la portée de son engagement et qu il se limite à des actes de la vie courante. Par conséquent, les banques acceptent d ouvrir à des mineurs non émancipés ayant atteint un âge suffisant (généralement seize ans) un compte fonctionnant sous leur seule signature. Ces comptes répondent à des nécessités pratiques, notamment pour les étudiants ou mineurs salariés ne vivant pas dans leur famille. Les banques proposent généralement une carte de retrait permettant au mineur d effectuer des retraits d espèces aux distributeurs automatiques de la banque. S il a plus de seize ans, elles peuvent lui remettre un carnet de chèques. Dans ce cas, la minorité du jeune doit être mentionnée sur les formules de chèques, et les parents sont garants en cas de défaillance de leur enfant (art et 450 C. civ.); ils pourront alors être tenus de rembourser les dettes de leur enfant. Ces comptes ne peuvent enregistrer que des dépôts et retraits d espèces, ils ne sont pas susceptibles de devenir débiteurs. LE MAJEUR PROTÉGÉ Le majeur en tutelle La tutelle du majeur est soumise aux mêmes dispositions que celle du mineur non émancipé (art. 495 C. civ.). Le majeur protégé peut ouvrir un compte sous la responsabilité de son représentant légal, que les banques connaissent en demandant communication du jugement qui l a nommé. Grâce à ces documents, elles savent quels sont les pouvoirs de l incapable et ceux du représentant légal et autorisent le fonctionnement du compte soit sous la seule signature du représentant, soit sous la signature conjointe des deux. Selon l article 501 du Code civil, le juge peut déterminer certains actes que la personne en tutelle est habilitée à faire seule. Le majeur en curatelle La personne en curatelle peut accomplir les actes que le tuteur est habilité à faire sans autorisation du conseil de famille. Elle a donc une large capacité bancaire et peut faire fonctionner un compte. L assistance du curateur est toutefois nécessaire pour la réception des capitaux et leur emploi (art. 510 C. civ.), ce qui implique l ouverture d un compte spécial fonctionnant sous la double signature de l intéressé et de son curateur. LES PERSONNES MARIÉES Conformément à l article 221 du Code civil, chacun des époux peut, quel que soit son régime matrimonial, se faire ouvrir un compte bancaire ou postal à son nom sans le consentement de l autre, et le faire fonctionner librement. L époux est réputé, à l égard de la banque, avoir la libre disposition des fonds déposés au compte. Cela dispense la banque de procéder à toute vérification de propriété et de pouvoir au moment du dépôt. Les personnes morales La représentation des sociétés et autres personnes morales pour l accomplissement d opérations de banque est régie par les lois applicables à chaque type de personne morale et par les statuts. LA SOCIÉTÉ EN PARTICIPATION ET LA SOCIÉTÉ DE FAIT Ces sociétés non immatriculées au registre du commerce sont dépourvues de personnalité morale. Elles ne sauraient donc être titulaires d un compte bancaire ou accomplir des opérations en tant que telles. LA SOCIÉTÉ EN FORMATION Un compte est valablement ouvert au nom d une société en formation, à la demande d un ou plusieurs fondateurs. L ouverture d un compte à une société en formation ne peut être considérée comme fautive dès lors que les contrôles nécessaires ont été effectuées par le banquier. L intitulé du compte doit être complété par l indication société en formation. LES ASSOCIATIONS L association doit fournir : un exemplaire du Journal officiel dans lequel est inscrite la déclaration de l association et éventuellement la reconnaissance d utilité publique; la justification des pouvoirs des représentants de l association. La banque ne peut faire fonctionner le compte que sur Il existe différents types de comptes dont l intérêt varie en fonction des conditions d utilisation qu ils offrent à leur titulaire. Chaque personne peut ouvrir plusieurs comptes: un LES DIFFÉRENTS TYPES DE COMPTE compte dans plusieurs banques ou plusieurs comptes dans une même banque. Lorsque les comptes sont dans une même banque, chacun des comptes fonctionne indépendamment des autres. Parfois, les banques font signer à leur client une lettre dite d unité de compte

6 afin qu il puisse y avoir compensation entre les différents comptes. La compensation entre les comptes en l absence de convention d unité de compte est illicite. Le compte unique Seul le titulaire du compte peut le faire fonctionner pour les paiements et les retraits en espèces. Pour les versements, n importe quelle personne peut, si elle connaît les références bancaires du compte, y déposer des espèces ou libeller un chèque à l intention du titulaire du compte et le remettre au guichet de la banque. Le compte unique avec procuration Il est fréquent que le titulaire d un compte (le mandant) autorise une ou plusieurs autres personnes (le mandataire) à le faire fonctionner. Ce mandat, appelé procuration, comporte les nom, prénom et domicile du mandant, l étendue du mandat (limité à certains actes ou total), sa durée, la signature du mandant et celle du mandataire. Il peut être donné sur papier libre ou sur un formulaire délivré par la banque. La procuration peut être faite à l ouverture du compte ou à tout autre moment. Elle peut être annulée également à tout moment. Le compte et le chéquier restent au nom du titulaire du compte qui assume l entière responsabilité de toutes les opérations effectuées. Le mandataire peut faire des chèques avec le chéquier du mandant, mais il ne peut généralement effectuer des retraits d espèces qu au guichet du mandant. Le compte joint Un même compte peut être ouvert au nom de plusieurs personnes. Il en est ainsi du compte joint, adopté généralement entre des époux mais qui peut l être aussi par des personnes sans lien de parenté. Le compte joint est régi par le Code civil (art à 1216) et par le Code général des impôts (art. 753). Il permet à chacun de l utiliser indépendamment de l autre, sous sa seule signature, comme s il en était le seul titulaire. Le fonctionnement du compte joint dépend de l intitulé du compte. Il existe trois possibilités d intitulé du compte. En pratique, pour permettre une plus grande souplesse de fonctionnement, l intitulé du compte, pour un couple, est souvent «Monsieur OU Madame X». Dans ce cas, le compte présente deux cotitulaires et fonctionne avec une seule signature. Si le compte a été ouvert sous l intitulé «Monsieur ET MadameX», la signature des deux cotitulaires du compte est nécessaire pour toutes les opérations. Cette solution est très contraignante et contraire au principe même du compte joint. Enfin, si l intitulé du compte est «Monsieur ET/OU Madame X», la signature conjointe des deux cotitulaires est requise pour certains actes préétablis au moment de l ouverture de compte (chèques d un certain montant ). Dans les autres cas, une seule signature suffit. Les cartes bancaires restent personnelles: seul le nom du titulaire de la carte y figure. Le fonctionnement du compte joint repose sur le principe de la solidarité entre les cotitulaires du compte. Ainsi, chacun des cotitulaires peut disposer de l intégralité des fonds déposés sur le compte, même s il est alimenté par un seul des deux cotitulaires (solidarité active). Et le compte joint n est pas bloqué en cas de décès de l un des cotitulaires. À l inverse, chacun des cotitulaires est considéré comme débiteur en cas de solde négatif du compte (solidarité passive). Chaque cotitulaire peut voir sa responsabilité engagée sur la totalité des dettes en cas de solde débiteur ou en cas d émission de chèque sans provision. Si le contrat prévoit celui des deux cotitulaires qui sera responsable en cas d émission de chèque sans provision, l interdiction s appliquera alors pour le compte joint et les autres comptes de la personne désignée; les autres cotitulairesn étant interdits d émettre que sur le compte joint. Attention, si le contrat ne prévoit rien, l interdiction s appliquera à tous les titulaires et sur tous leurs comptes. Il est donc vivement conseillé de désigner lors de l ouverture d un compte joint lequel des cotitulaires sera responsable en cas d émission de chèque sans provision. Le compte indivis Le compte indivis ne peut fonctionner qu avec la signature de tous les cotitulaires, sauf si une procuration a été donnée à un représentant pour gérer le compte. Cette procuration peut être limitée à certaines opérations. Ce type de compte est surtout ouvert lorsqu il y a ouverture d une succession ou gestion de biens indivisibles comme une maison Les cotitulaires sont indivisaires des fonds. Aucune opération ne peut se réaliser sans l accord de tous. Si le compte est débiteur, la banque peut réclamer à chacun sa part du passif.

7 LA CLÔTURE DU COMPTE Le compte bancaire reposant sur un contrat, les causes de clôture sont identiques à celles du droit commun des contrats. La convention de compte de dépôt est généralement conclue pour une durée indéterminée. Elle peut être dénoncée à tout moment et sans justification, à l initiative du client ou de la banque. Aucune forme particulière n est imposée, il suffit que l intention soit clairement exprimée. D autres cas peuvent entraîner la clôture d un compte. La clôture à l initiative de la banque La clôture unilatérale par la banque doit se faire dans des conditions telles qu elles ne causent pas au client une gêne excessive. Le banquier doit respecter un préavis raisonnable (minimum trente jours). Il doit s abstenir de clore le compte de façon abusive, sinon sa responsabilité pourrait être engagée. Il doit envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception pour informer son client. Si le compte a été ouvert suite à une intervention de la Banque de France, il ne peut être clos à l initiative de l établissement de crédit qu à la suite d une notification écrite et motivée adressée au client et à la Banque de France. Un préavis de quarante-cinq jours minimum doit obligatoirement être accordé au titulaire du compte (art. L C. mon. et finan.). En cas de comportement gravement répréhensible, le compte peut être clos sans délai après notification au client. L article 2 de la loi du 3 janvier 1977 autorise les établissements dépositaires de sommes à clore les comptes qu ils tiennent lorsque les dépôts n ont fait l objet de la part des ayants droit d aucune opération ou réclamation depuis dix ans. Les avoirs correspondants sont alors transférés à la Caisse des dépôts et consignations (décret du 15 octobre 1979). La clôture à l initiative du client Le client ne manifeste pas toujours sa volonté de clore son compte. Il retire les fonds disponibles ou, ne disposant plus que d un solde minime, il ne l utilise plus. La convention de compte se poursuit jusqu à dénonciation expresse de l une ou l autre des parties (Paris, 13 juillet 1982; Gaz. Pal. 1982, 2, somm. 371). Le retrait de tous les fonds déposés n est pas une cause de clôture du compte. Le compte est soldé, et non clos; de nouveaux dépôts sont possibles. LES CAUSES DE LA CLÔTURE Si le compte n a fait l objet d aucune opération ou réclamation depuis dix ans, il peut être clos par la banque. Compte avec procuration Une procuration peut être révoquée à tout moment. Le titulaire du compte peut le faire soit en se rendant à l agence, soit par lettre recommandée avec accusé de réception. Il doit informer le mandataire de la révocation, et récupérer les chéquiers qu il détient sur le compte. La procuration ne prend effet que lorsque la banque en a pris connaissance. Compte joint Chacun des cotitulaires peut à tout moment clore son compte, même sans l accord des autres titulaires. En cas de séparation ou de désaccord, la dénonciation du compte s impose. Le contrat prévoit généralement l envoi d une lettre recommandée avec accusé de réception. La banque procède alors au blocage du compte et avise les cotitulaires. Le compte joint ne peut pas être transformé en compte individuel. Il continue de fonctionner jusqu à sa clôture sous la forme d un compte indivis, c est-à-dire que toute opération nécessite la signature de l ensemble des titulaires. La répartition du solde ne pourra se faire qu avec l accord des cotitulaires. En cas de désaccord, la banque tiendra le solde bloqué dans l attente d une décision judiciaire. Ni le divorce, ni la séparation n arrêtent automatiquement le compte joint. Le transfert d établissement En cas de déménagement, le client peut demander le transfert de son compte, sans le clore, dans une agence du même groupe bancaire. Toutes les banques n ont pas la même politique en ce domaine. Ce transfert peut être plus difficile à effectuer dans les banques organisées de façon décentralisée (Caisse d épargne, Crédit Mutuel) puisqu elles agissent en toute autonomie. Si le client souhaite ouvrir un compte dans une banque concurrente, il lui est conseillé d ouvrir un nouveau compte et d y verser une provision suffisante pour pouvoir enclencher rapidement le processus des paiements. Ensuite, il doit interrompre les prélèvements automatiques (Trésor public ) et les virements actuellement en vigueur, et communiquer ses nouvelles coordonnées bancaires. Pour éviter tout problème, il doit fournir son nouveau relevé d identité bancaire et laisser une provision suffi-

8 sante sur son ancien compte pour honorer les derniers prélèvements ou virements qui peuvent être effectués, afin de ne pas se retrouver à découvert ou interdit bancaire. Il doit vérifier avec attention sur son relevé de compte les opérations déjà passées en compensation et celles à venir. Ce type de changement ne prend souvent effet qu un ou deux mois après avoir été signalé. Des frais de clôture de compte seront applicables. En cas de crédits en cours avec l ancienne banque, le client doit maintenir les remboursements sauf s il rembourse par anticipation. Pour les produits d épargne (PEP, assurance vie), des pénalités peuvent être prévues dans le contrat. mandataire après le décès sans avoir obtenu l accord de tous les successibles. Compte joint Le décès de l un des titulaires n entraîne pas le blocage du compte. Le survivant peut continuer de l utiliser, sauf si l un des héritiers fait opposition à son fonctionnement. Les règles découlant des successions ou du régime matrimonial s appliquent. Si les époux étaient mariés sous le régime de la communauté de biens réduite aux acquêts, le conjoint survivant peut disposer de la moitié du solde disponible. Il peut disposer de la moitié tombant dans la succession pour faire face aux dépenses urgentes, mais devra rendre compte de sa gestion aux héritiers, ceux-ci pouvant demander le blocage de cette moitié jusqu au règlement de la succession. Le décès du titulaire du compte Compte unique Dès qu elle est informée du décès du titulaire d un compte, la banque doit bloquer la provision disponible sur ce compte. Elle doit également bloquer tous les autres comptes pouvant être ouverts. Il est fréquent que les banques acceptent de débloquer tout ou partie de la provision disponible au jour du décès d un compte ne comportant qu un seul titulaire, afin de permettre au conjoint survivant, aux enfants ou aux ayants droit de faire face à certains frais (dépenses funéraires ), la rétrocession éventuelle des sommes utilisées étant réglée ultérieurement par un notaire. Le blocage d un compte entraîne l ouverture d un dossier de succession et la perception par la banque de frais spécifiques souvent onéreux. La clôture du compte ne devient effective qu une fois la succession réglée. Compte avec procuration En cas de décès du titulaire du compte, la procuration donnée à un tiers est révoquée automatiquement lors du décès. Il peut être prévu dans le mandat que la procuration continuera après le décès du titulaire du compte. Cela ne pose pas de problème quand le mandataire est un héritier unique. À l inverse, cela peut poser des difficultés lorsqu il existe plusieurs héritiers, le banquier engage alors sa responsabilité s il exécute des ordres du Les autres cas de clôture Pour les personnes physiques Le compte est clos quand le titulaire du compte est frappé d incapacité. Même s il s agit d une incapacité d exercice, le banquier clôt souvent le compte et ouvre un nouveau compte à la demande du représentant de l incapable. En cas de divorce, le compte n est clos qu après opposition du conjoint du titulaire. En cas de simple cession d activité du client, le banquier n est pas tenu de clore le compte qui était utilisé pour les besoins de cette activité. Pour les personnes morales La dissolution d une personne morale constitue une cause de clôture des comptes dont elle est titulaire. La banque peut maintenir le compte pour les besoins de la liquidation (art , al. 3, C. civ.). L ouverture d un redressement judiciaire ne justifie pas la clôture du compte pendant la période d observation, l entreprise continuant à être exploitée normalement. À la fin de la période d observation, si la liquidation judiciaire est prononcée ou si un plan de cession est approuvé par le tribunal, la clôture des comptes de l entreprise s impose. LES EFFETS DE LA CLÔTURE DU COMPTE La clôture du compte met fin de manière définitive au fonctionnement de celui-ci. L intention de clore le compte doit être clairement exprimée: la signature d un document est nécessaire. Sort du solde du compte et restitution des formules de chèques Le banquier arrête alors le compte en capital et en intérêts. Il est tenu d acquitter les chèques émis par le client avant la clôture du compte s il existe une provision suffisante. Le client, de son coté, doit maintenir sur son compte une provision suffisante pour permettre au banquier de régler les opérations en cours. Il doit restituer à la banque l ensemble des moyens de paiement, tels que les formules de chèques inutilisées ainsi que les cartes bancaires.

9 Le banquier doit résilier toutes les adhésions aux services bancaires (assurance de moyens de paiement ). Le banquier met en archives pour dix ans les documents du compte. Si le solde du compte est débiteur, il est immédiatement exigible par le banquier. Si le solde est créditeur, il revient au titulaire du compte ou à ses ayants droit. La prescription du solde du compte est soumise au droit commun. Le délai de prescription est de dix ans (art. L Nouveau C. com.). La prescription court du jour de la clôture du compte. En vertu de l article L du Code du domaine de l État, les dépôts de sommes d argent et tous les avoirs en espèces dans les établissements de crédit sont acquis à l État lorsqu ils n ont fait l objet d aucune opération ou réclamation depuis trente ans. Notifications diverses La clôture d un compte doit être notifiée à l administration fiscale. Elle doit également être déclarée à la Banque de France si des formules de chèque avaient été délivrées sur le compte (art.19, D. 22 mai 1992 relatif au chèque). Cette déclaration n est pas exigée pour les transferts de comptes internes à l établissement. Des frais de clôture de compte sont généralement facturés. Corinne LAMOUSSIÈRE-POUVREAU

Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Nouvelle édition Juin 2007

Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Nouvelle édition Juin 2007 018 Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES Nouvelle édition Juin 2007 Sommaire 2 4 6 8 10 12 14 18 Le compte joint Qu est-ce qu un compte joint? Quels sont les comptes qui peuvent être joints? Comment

Plus en détail

Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 18

Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 18 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 18 Le compte joint Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris

Plus en détail

GUIDE DE GESTION BANCAIRE

GUIDE DE GESTION BANCAIRE GUIDE DE GESTION BANCAIRE À DESTINATION DES JEUNES PRIS EN CHARGE PAR LES SERVICES DE L AIDE SOCIALE À L ENFANCE ET AUX FAMILLES Pour vos premiers pas dans la gestion de vos biens R1400020-2 4 novembre

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213 Paris, le 4 septembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Le compte joint. www.lesclesdelabanque.com. Les mini-guides bancaires. octobre 2012 n 18. Le site pédagogique sur la banque et l argent.

Le compte joint. www.lesclesdelabanque.com. Les mini-guides bancaires. octobre 2012 n 18. Le site pédagogique sur la banque et l argent. octobre 2012 n 18 compte Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le compte joint 1 FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr 2 Ce mini-guide

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

INSTRUCTION N 01-11 DU 9 MARS 2011 FIXANT LES MODALITES

INSTRUCTION N 01-11 DU 9 MARS 2011 FIXANT LES MODALITES INSTRUCTION N 01-11 DU 9 MARS 2011 FIXANT LES MODALITES D APPLICATION DU REGLEMENT N 08-01 DU 20 JANVIER 2008 RELATIF AU DISPOSITIF DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE L EMISSION DE CHEQUES SANS PROVISION

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 18 décembre 2008 portant homologation de la charte d accessibilité pour renforcer l effectivité

Plus en détail

Compte à Terme Solidarité du Crédit Municipal de Paris Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Comptes à Terme Solidarité

Compte à Terme Solidarité du Crédit Municipal de Paris Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Comptes à Terme Solidarité Compte à Terme Solidarité du Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Comptes à Terme Solidarité Article 1 : DEFINITION DU COMPTE A TERME (CAT) Le Compte à Terme Solidarité du est un compte

Plus en détail

Livret Solidarité du Crédit Municipal de Paris Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Livrets Solidarité

Livret Solidarité du Crédit Municipal de Paris Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Livrets Solidarité Livret Solidarité du Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Livrets Solidarité Article 1 : DEFINITION DU COMPTE SUR LIVRET «LIVRET SOLIDARITE» Le Livret Solidarité du est un compte d'épargne

Plus en détail

MAI 2013 N 18 LES MINI-GUIDES BANCAIRES COMPTE. Le compte joint. www.lesclesdelabanque.com. Le site pédagogique sur la banque et l argent

MAI 2013 N 18 LES MINI-GUIDES BANCAIRES COMPTE. Le compte joint. www.lesclesdelabanque.com. Le site pédagogique sur la banque et l argent MAI 2013 N 18 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le compte joint Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Qu est-ce qui caractérise

Plus en détail

CONTRAT DE DOMICILIATION POSTALE AVEC UN PARTICULIER

CONTRAT DE DOMICILIATION POSTALE AVEC UN PARTICULIER CONTRAT DE DOMICILIATION POSTALE AVEC UN PARTICULIER Entre les soussignés La Société, S.A.R.L. au capital de 30.000, inscrite au R.C.S. de Paris sous le numéro 508 763 950, ayant son siège social au 13

Plus en détail

DÉCEMBRE 2015 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2

DÉCEMBRE 2015 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2 DÉCEMBRE 2015 N 14 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le droit au compte sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com Le

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

Conditions d ouverture de crédit lombard

Conditions d ouverture de crédit lombard Conditions d ouverture de crédit lombard Article 1. Objet des présentes conditions 1.1 Les présentes conditions régissent les ouvertures de crédit lombard qui sont octroyées par Keytrade Bank Luxembourg

Plus en détail

Le droit au compte. Les Mini-Guides Bancaires. Mai 2012

Le droit au compte. Les Mini-Guides Bancaires. Mai 2012 014 Le droit au compte Les Mini-Guides Bancaires Mai 2012 2 Sommaire Introduction Une banque peut-elle refuser de m ouvrir un compte bancaire? Est-il utile de contacter plusieurs banques? En quoi consiste

Plus en détail

N 14 OCTOBRE 2014 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com. Le site pédagogique sur la banque et l argent

N 14 OCTOBRE 2014 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com. Le site pédagogique sur la banque et l argent OCTOBRE 2014 N 14 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le droit au compte Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute information

Plus en détail

Les de marches en cas de de ce s

Les de marches en cas de de ce s Les de marches en cas de de ce s Le décès d un proche nous plonge souvent dans un grand désarroi. Certaines démarches doivent cependant être accomplies rapidement. Ce mini-guide est destiné à vous informer

Plus en détail

OCTOBRE 2014 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2

OCTOBRE 2014 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2 OCTOBRE 2014 N 14 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le droit au compte sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com - 01

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR DOMICILIATION SIEGE SOCIETE

LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR DOMICILIATION SIEGE SOCIETE LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR DOMICILIATION SIEGE SOCIETE 1. Une photocopie de la pièce d identité du gérant ou du P.D.G 2. Un justificatif de domicile du gérant de moins de 3 mois (photocopie d une facture

Plus en détail

CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE ET DE PRESTATIONS DE SERVICES

CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE ET DE PRESTATIONS DE SERVICES CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE ET DE PRESTATIONS DE SERVICES Entre les soussignés La Société, S.A.R.L. au capital de 30.000, inscrite au R.C.S. de Paris sous le numéro 508 763 950, ayant son siège

Plus en détail

I. L EMISSION DU CHEQUE :

I. L EMISSION DU CHEQUE : LE CHEQUE I. L EMISSION DU CHEQUE : En tant qu instrument de paiement, le chèque obéit à des règles précises régissant son émission. Caractéristiques du chèque : C est un instrument de paiement à vue,

Plus en détail

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du Code Civil)

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du Code Civil) Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du Code Civil) présentée à par : Votre identité Monsieur ou Madame le Juge des Tutelles TRIBUNAL D INSTANCE 27

Plus en détail

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : Hauts de Vilaine On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com LES MINI-GUIDES BANCAIRES SEPTEMBRE 2012 N 14. Le site pédagogique sur la banque et l argent

Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com LES MINI-GUIDES BANCAIRES SEPTEMBRE 2012 N 14. Le site pédagogique sur la banque et l argent SEPTEMBRE 2012 N 14 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le droit au compte FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr sec_01-1

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE COURANT POSTAL PARTICULIERS CONDITIONS GÉNÉRALES

CONVENTION DE COMPTE COURANT POSTAL PARTICULIERS CONDITIONS GÉNÉRALES CONVENTION DE COMPTE COURANT POSTAL PARTICULIERS CONDITIONS GÉNÉRALES En application des missions qui lui sont confiées par l article L. 745-7-1 du Code monétaire et financier, l Office des Postes et Télécommunications

Plus en détail

CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE

CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE Entre la Société BOX OFFICE, SARL, au capital de 10 000 dont le siège social est situé 11/13 Avenue Barthélémy Thimonnier - 69300 CALUIRE immatriculée au Répertoire

Plus en détail

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE Préambule Le droit au compte figure dans la législation française comme un principe fondamental. Le code monétaire et financier (article

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité Garantie EPARGNE (fiscalité assurance-vie ou P.E.P. sur option) à souscription individuelle Article 1 Objet La présente garantie

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT

CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT Entre les soussignés : BANQUE ATTIJARI DE TUNISIE, société anonyme au capital de 150 Millions de dinars, dont le siége social est à Tunis 95 Avenue de la liberté,

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs

Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs habilités et leurs clients Article 1er. En application

Plus en détail

Payer sans chéquier : c est possible!

Payer sans chéquier : c est possible! Payer sans chéquier : c est possible! C NUM é. 5.03. p e e a e e, a Wa e au Payer sans chéquier : c est possible! Suite à un rejet de chèque sans provision ou parce que votre compte bancaire est à découvert,

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX

CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX 1 Ouverture et détention du Livret Grand Prix 1.1 Conditions d ouverture et de détention Le Livret Grand Prix est un compte d épargne. Il peut être ouvert par : toute

Plus en détail

CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE ET DE PRESTATIONS DE SERVICES ENTRE LES SOUSSIGNES

CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE ET DE PRESTATIONS DE SERVICES ENTRE LES SOUSSIGNES CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE ET DE PRESTATIONS DE SERVICES ENTRE LES SOUSSIGNES La société «HCD centres d affaires», Eurl au capital de 1000 Euros, inscrite au RCS Marseille sous le numéro 520280397,

Plus en détail

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015 Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS Applicables à compter du 01 Mars 2015 Montants indiqués en euros TTC SOMMAIRE EXTRAIT STANDARD DES TARIFS OUVERTURE, FONCTIONNEMENT

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 14 Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE octobre 2004 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 14 Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Nouvelle édition valable à compter du 28 avril 2006 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction

Plus en détail

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES La réforme européenne sur les prélèvements (Règlement SEPA, pour Single Euro Payments Area) entre en vigueur dans quelques mois (1er août 2014). Ce nouveau système de

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION Les présentes conditions générales de réservation sont régies par la loi de développement et de modernisation des services touristiques du 22 juillet

Plus en détail

Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent. Mai 2012. Les Mini-Guides Bancaires

Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent. Mai 2012. Les Mini-Guides Bancaires 014 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Le droit au compte Les Mini-Guides Bancaires FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris 1 cles@fbf.fr Mai 2012 2 Sommaire

Plus en détail

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation 1. Instruction n 1 du 8 mai 2004 relative à la promotion des moyens de paiements scripturaux et à la détermination des intérêts

Plus en détail

PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX

PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX PREAMBULE Reconnaissant que, malgré les diversités existant entre les systèmes nationaux de droit de la famille,

Plus en détail

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015 L'AGENT COMMERCIAL 30/07/2015 L agent commercial est un intermédiaire de commerce indépendant et qui agit au nom et pour le compte d une autre entité. Son statut est régi par les articles L134-1 et suivants

Plus en détail

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel Document d information Novembre 2009 Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel AIDE A LA MOBILITE Chaque banque propose un service d aide à la mobilité aux clients qui souhaitent les moyens

Plus en détail

CONTRAT DE DOMICILIATION POSTALE

CONTRAT DE DOMICILIATION POSTALE CONTRAT DE DOMICILIATION POSTALE Entre la Société BOX OFFICE, SARL, au capital de 10 000 dont le siège social est situé 11/13 Avenue Barthélémy Thimonnier - 69300 CALUIRE immatriculée au Répertoire du

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

Guide de la mobilité bancaire

Guide de la mobilité bancaire Guide de la mobilité bancaire Service communication SwissLife Banque Privée 10/2009 SwissLife Banque Privée -Siège social : 7, place Vendôme - 75001 Paris - SA au capital de 36.470.960 382 490 001 RCS

Plus en détail

Conditions Générales de la Convention de Comptes

Conditions Générales de la Convention de Comptes Clientèle des Particuliers Conditions Générales de la Convention de Comptes Au 1 er janvier 2016 Les Conditions Générales constituent, avec les Conditions Particulières et le Guide des Conditions Tarifaires

Plus en détail

Extrait Standard des tarifs

Extrait Standard des tarifs BANQUE MISR SUCCURSALE DE PARIS Extrait Standard des tarifs 1) Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte a) Ouverture, transformation, clôture gratuit b) Relevés de compte gratuit c) Service de

Plus en détail

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1. Organisation interne de l opérateur. L opérateur de ventes volontaires doit mettre en

Plus en détail

N émettez pas de chèque sans provision

N émettez pas de chèque sans provision LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 11 N émettez pas de chèque sans provision Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris CEDEX 9 cles@fbf.fr FEDERATION

Plus en détail

Conditions Générales de la Convention de Comptes

Conditions Générales de la Convention de Comptes Clientèle des Particuliers Conditions Générales de la Convention de Comptes Au 1 er décembre 2014 Les Conditions Générales constituent, avec les Conditions Particulières et le Guide des Conditions Tarifaires

Plus en détail

Mise à jour le 29 juin 2007 PRET PASS-TRAVAUX

Mise à jour le 29 juin 2007 PRET PASS-TRAVAUX UESL Mai 2007 Mise à jour le 29 juin 2007 PRET PASS-TRAVAUX OFFRE PREALABLE DE PRET : PRET PASS-TRAVAUX (établie en application des articles L 311-1 et suivants du code la consommation) Montant des dépenses

Plus en détail

N émettez pas de chèque sans provision

N émettez pas de chèque sans provision 011 w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent N émettez pas de chèque sans provision L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s FBF -

Plus en détail

Le droit au compte. w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

Le droit au compte. w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Convention de partage de la prime Modèle

Convention de partage de la prime Modèle Convention de partage de la prime Modèle Les parties détiennent conjointement le contrat d assurance vie. Le titulaire du capital-décès (CD) (normalement, le capital assuré) paie «un montant raisonnable»

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU SERVICE «RELEVES ET DOCUMENTS EN LIGNE»

CONDITIONS GENERALES DU SERVICE «RELEVES ET DOCUMENTS EN LIGNE» CONDITIONS GENERALES DU SERVICE «RELEVES ET DOCUMENTS EN LIGNE» ARTICLE 1 -OBJET Le CREDIT LYONNAIS, ci-après dénommé LCL met à la disposition de sa clientèle des particuliers et sa clientèle des professionnels,

Plus en détail

CONVENTION D ADHESION AUX SERVICES DE TRANSMISSION DES ORDRES VIA «etrade.menacp.net»

CONVENTION D ADHESION AUX SERVICES DE TRANSMISSION DES ORDRES VIA «etrade.menacp.net» Date d ouverture.../.../.... Compte N......... Identifiant unique.. CONVENTION D ADHESION AUX SERVICES DE TRANSMISSION DES ORDRES VIA «etrade.menacp.net» Conformément à la loi n 94-117 du 14/11/1994, au

Plus en détail

Le compte professionnel LES MINI-GUIDES BANCAIRES DES PROFESSIONNELS

Le compte professionnel LES MINI-GUIDES BANCAIRES DES PROFESSIONNELS Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I.

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I. Article 1 : Définitions A.M.O.I. SARL (ciaprès dénommée «A.M.O.I.») est une société de prestations de services informatiques intervenant dans le domaine des réseaux informatiques et des nouvelles technologies

Plus en détail

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE LES PREMIÈRES DÉMARCHES Devenir tuteur familial Une gestion prudente et avisée Vous venez d être nommé tuteur d un majeur à protéger La tutelle est un régime de

Plus en détail

I. GESTION DE VOTRE COMPTE DEPOT

I. GESTION DE VOTRE COMPTE DEPOT LE COMPTE DEPOT I. GESTION DE VOTRE COMPTE DEPOT HSBC Ouverture de compte 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Clôture de compte 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Frais de tenue et de fonctionnement de compte 0.50 si >à 15 maxi 30 trimestre

Plus en détail

FICHE D OUVERTURE DE CLIENT PARTICULIER

FICHE D OUVERTURE DE CLIENT PARTICULIER FICHE D OUVERTURE DE CLIENT PARTICULIER AGENCE Nº CLIENT/COMPTE TITULARITÉ Personnel: Indivis: Joint: Mixte: CONDITIONS DE FONCTIONNEMENT ENTITE TYPE DE PIECE D IDENTITÉ Nº PIÉCE D IDENTITÉ DATE DE NAISSANCE

Plus en détail

Bien réagir en cas de séparation

Bien réagir en cas de séparation MARS 2013 N 2 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Bien réagir en cas de séparation Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

Le droit au compte. w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

Le droit au compte. w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent 014 w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Le droit au compte L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s FBF - 18 rue La Fayette -

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

N émettez pas de chèque sans provision LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Nouvelle édition Mars 2007

N émettez pas de chèque sans provision LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Nouvelle édition Mars 2007 011 N émettez pas de chèque sans provision LES MINI-GUIDES BANCAIRES Nouvelle édition Mars 2007 Sommaire 2 4 6 10 11 12 16 20 N émettez pas de chèque sans provision Qu est-ce que la provision et pourquoi

Plus en détail

parce que la perte d un proche est un MOMent difficile, la Caisse d epargne VOus aide

parce que la perte d un proche est un MOMent difficile, la Caisse d epargne VOus aide succession d un proche guide des premières démarches POUR EN SAVOIR DAVANTAGE, RENSEIGNEZ-VOUS AUPRÈS DE VOTRE CONSEILLER CAISSE D EPARGNE OU SUR : parce que la perte d un proche est un MOMent difficile,

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 21. Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 21. Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 21 Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE janvier 2006 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 21 Vivre sans chéquier Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

CONDITONS GENERALES DE LOCATION

CONDITONS GENERALES DE LOCATION CONDITONS GENERALES DE LOCATION Toute commande passée à COLOS implique de la part du locataire, et ce sans restriction aucune, l acceptation de nos conditions générales de location qui prévalent sur tout

Plus en détail

LETTRE DE MISSION EN VUE DE LA VENTE D UN IMMEUBLE«MANDAT EXCLUSIF»

LETTRE DE MISSION EN VUE DE LA VENTE D UN IMMEUBLE«MANDAT EXCLUSIF» LETTRE DE MISSION EN VUE DE LA VENTE D UN IMMEUBLE«MANDAT EXCLUSIF» ENTRE. Agissant en qualité de cédants des biens et des droits immobiliers ci-après énoncés ET MAÎTRE AVOCAT au Barreau de Domicilié au

Plus en détail

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES 230 CLASSE 1 : COMPTES DE TRESORERIE ET D OPERATIONS AVEC LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET ASSIMILES 1 - CONTENU DE LA CLASSE 1 La classe 1 enregistre, outre les espèces,

Plus en détail

Cabinet. Code. Situation de famille

Cabinet. Code. Situation de famille Demande de souscription Novità Emprunteur Capital Restant Dû Generali Vie, Société Anonyme au capital de 99 97 0 euros Entreprise régie par le Code des assurances 60 06 8 RCS Paris Siège Social : boulevard

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 6 janvier 2011 N de pourvoi: 09-70651 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Vincent et

Plus en détail

N EMETTEZ PAS DE CHEQUE SANS PROVISION

N EMETTEZ PAS DE CHEQUE SANS PROVISION DIRECTION GENERALE 08, Bd Ernesto Che Guevara-16000 Alger. Tél: (021) 43.95.19/26/40/42/43/77-43.96.40 43.97.19/48/49/54/59/97. Email: dg@bna.dz DIRECTION MARKETING ET COMMUNICATION «DMC» 08, rue Amar

Plus en détail

Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent. Nouvelle Edition.

Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent. Nouvelle Edition. Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables 1/ Objet et domaine d application date de mise à jour : 31 juillet 2012 - harmoniser les pratiques et améliorer la coordination entre

Plus en détail

Tarifs & Conditions de Banque. Applicables aux particuliers À compter de Novembre 2014

Tarifs & Conditions de Banque. Applicables aux particuliers À compter de Novembre 2014 Tarifs & Conditions de Banque Applicables aux particuliers À compter de Novembre 2014 Frais de gestion et tenue de compte Ouverture de compte chèque Délivrance de chéquier Ouverture de compte épargne

Plus en détail

MANDAT «CONFIANCE» DE GESTION LOI N 70-9 du 2 Janvier 1970 et LOI N 70-9 du 2 Janvier 1970

MANDAT «CONFIANCE» DE GESTION LOI N 70-9 du 2 Janvier 1970 et LOI N 70-9 du 2 Janvier 1970 MANDAT «CONFIANCE» DE GESTION LOI N 70-9 du 2 Janvier 1970 et LOI N 70-9 du 2 Janvier 1970 N d inscription au registre des mandats N ENTRE LES SOUSSIGNES NOM :.. Prénoms:... NOM de jeune fille (s il y

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR ACCUEIL DE JOUR

CONTRAT DE SEJOUR ACCUEIL DE JOUR CONTRAT DE SEJOUR ACCUEIL DE JOUR «L établissement est soumis aux dispositions du décret 2004-1247 du 26 Novembre 2004 relatif au contrat de séjour ou document individuel de prise en charge prévu par l

Plus en détail

PROJET DE CONVENTION D APPORT AVEC DROIT DE REPRISE

PROJET DE CONVENTION D APPORT AVEC DROIT DE REPRISE Annexe Conv GDXX/15 PROJET DE CONVENTION D APPORT AVEC DROIT DE REPRISE Entre, La Communauté d Agglomération du Grand Dole Dont le siège est fixé Place de L Europe 39100 DOLE Représentée par son Président

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation (Applicables aux Cartes d un montant inférieur ou égal à 150 ) Carte Cadeau Visa EVRY2

Conditions Générales d Utilisation (Applicables aux Cartes d un montant inférieur ou égal à 150 ) Carte Cadeau Visa EVRY2 Conditions Générales d Utilisation (Applicables aux Cartes d un montant inférieur ou égal à 150 ) Carte Cadeau Visa EVRY2 Les présentes conditions générales régissent l utilisation de la Carte cadeau EVRY

Plus en détail

PROFESSIONNELS ET ENTREPRENEURS. Mandat télématique

PROFESSIONNELS ET ENTREPRENEURS. Mandat télématique PROFESSIONNELS ET ENTREPRENEURS Mandat télématique Dénomination commerciale : _ Numéro SIREN : Je/Nous* (1) soussigné(es) (2) agissant en mon/notre* nom/agissant en qualité de représentant de la société/association*

Plus en détail

DEMANDE D ADHESION AU CONTRAT AVOCAPI

DEMANDE D ADHESION AU CONTRAT AVOCAPI Société Anonyme d assurance sur la vie et de capitalisation au capital de 22 204 256 E entièrement libéré. Entreprise régie par le code des assurances - 430 435 669 RCS Nanterre Siège social : 50, avenue

Plus en détail

Règlement pour l organisation de la comptabilité notariale

Règlement pour l organisation de la comptabilité notariale CHAMBRE NATIONALE DES NOTAIRES Règlement pour l organisation de la comptabilité notariale Adopté par l assemblée générale de la Chambre nationale des notaires le 9 octobre 2001 et modifié par les assemblées

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014) pour les prêts chirographaires Du 0 mars 04 (état au mars 04) du 0.0.04 (état au.0.04) TABLE DES MATIERES Article Principes généraux Article Décision d octroi ou de refus du prêt Article Documents à signer

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES (C.D.C.) VALANT ACTE D ENGAGEMENT

CAHIER DES CHARGES (C.D.C.) VALANT ACTE D ENGAGEMENT MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES CAHIER DES CHARGES (C.D.C.) VALANT ACTE D ENGAGEMENT (Le présent document comporte six pages numérotées de 1 à 6) Entre le LYCEE VICTOR CONSIDERANT

Plus en détail

Compte-Service Confort

Compte-Service Confort FICHE D INFORMATION Délivrée notamment en application de l article L 341-12 du Code monétaire et financier ou de l article L 121-20-10 du Code de la Consommation Date de mise à jour : 01/06/2007 Compte-Service

Plus en détail