Contrôle du traitement à la chaleur NIMP15 par des sondes dans le bois Gabriel ROBERT Mail : Tel :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contrôle du traitement à la chaleur NIMP15 par des sondes dans le bois Gabriel ROBERT Mail : gabriel.robert@fcba.fr Tel : 01.40.19.81."

Transcription

1 Contrôle du traitement à la chaleur NIMP15 par des sondes dans le bois Gabriel ROBERT Mail : Tel : FCBA Institut technologique Forêt Cellulose Bois construction Ameublement

2 Sommaire 1) Contexte 2) Méthodologie 3) Analyse documentaire a) Synthèse b) Essais comparatifs réalisés par la société PERURENA 4) Essais terrain a) Conditions de réalisation des essais b) Résultats des essais et analyse 5) Conclusion 6) Protocole de traitement NIMP15 contrôlé par des sondes dans le bois a) Conditions préalables b) Conditions de traitement Page 2

3 1) Contexte 2002 : Mise en application de la norme NIMP15 1 Traitement 56/30 : 56 C au cœur du bois pendant 30 minutes Programme français : Processus de chauffage géré par des capteurs de température dans l air de la cellule Constat : D autres pays utilisent des sondes de température installées au cœur du bois pour réaliser le traitement. Cette méthode présente des temps de traitement plus courts Conclusion : Le processus de traitement français favorise économiquement et commercialement les compétiteurs européens Nécessité de mettre en place une méthode de contrôle de la température par des sondes au cœur du bois 1 Norme Internationale pour les Mesures Phytosanitaires Page 3

4 2) Méthodologie Protocole de traitement Français Protocoles de traitement de pays européens + Essais PERURENA Analyse des facteurs importants Essais terrain Protocole complémentaire de traitement NIMP15 avec des sondes dans le bois Page 4

5 3) Analyse documentaire France T C air Objectif: Comparer les techniques existantes dans certains pays d'europe afin de définir un protocole de traitement provisoire Belgique T C air T C bois Tableau comparatif des protocoles de traitement Allemagne T C air T C bois Eléments pris en compte dans la synthèse Méthode de contrôle Royaume- Uni T C bois Suisse T C air T C bois Eléments liés à la mise en œuvre du contrôle Traçabilité Tests préalables Page 5

6 3) Analyse documentaire a) Synthèse Tous les protocoles européens étudiés donnent la possibilité de faire un traitement avec des sondes dans le bois Nombre de sondes variable en fonction des pays Positionnement : Dans les pièces les plus denses ou les plus épaisses Dans la zone la plus froide de la cellule Sens de ventilation unidirectionnel ou avec intervalle de réversion fixe Conditions préalables : Test initial pour identifier la zone froide Page 6

7 3) Analyse documentaire b) Essais comparatifs réalisés par la société PERURENA Conditions de réalisation Séchoir sans apport d énergie thermique Grande homogénéité de la répartition de l air dans la charge Sondes implantées dans les dés Essai 1 Essai 2 Essai 3 Temps pour obtenir 60 C dans l air 30 h 41 min 29 h 45 min 31 h 10 min 56 C au cœur du bois sur toutes les sondes 29 h 28 min 31 h 10 min 33 h 44 min Intervalle de temps entre 1 ère et dernière sonde dans le bois à atteindre 56 C 3 h 40 min 5 h 5 h 38 min Page 7

8 4) Essais terrains a) Conditions de réalisation des essais Réalisation des essais chez FRANCEPAL à DURTAL les 3 et 4 juillet 2013 Protocole provisoire Matériel Palettes Définition de la zone froide Implantation des sondes au cœur du bois dans des trous pré-percés (diamètre de la sondes + 0,5 mm) Sens de ventilation unidirectionnel Cellule de traitement NIMP15 de marque NARDI Alimentée en eau chaude par une chaudière bois Huit ventilateurs Capacité utile d environ 1500 palettes 4 sondes de température disposées sur la paroi arrière du séchoir 780 palettes 800*1200 type Europe (39 piles de 20 palettes) 630 palettes 1000*1200 (30 piles de 21 palettes) Douglas et Sapin/Epicéa Instrumentation 2 chaînes de mesure de température de 10 sondes chacune 12 des 20 sondes en mesure de la température de l air à la sortie de la charge 8 sondes implantées au cœur du bois sur 2 palettes (plancher, traverse, dé, semelle) Page 8

9 4) Essais terrains a) Conditions de réalisation des essais - instrumentation Chargement de la cellule Sondes de températures dans la zone froide Page 9

10 4) Essais terrains b) Résultats des essais et analyse Cycles de traitement Durée du cycle: 13h 70 C après 9h de montée en température Maintient de la température pendant 4 h Durée du cycle: 12h 50min 70 C après 8h 50 min de montée en température Maintient de la température pendant 4 h Page 10

11 4) Essais terrains b) Résultats des essais et analyse - résultats Essai 1 Essai 2 Temps pour obtenir 70 C dans l air 10 h 02 min 10 h 43 min 56 c au cœur du bois 05 h 05 min 05 h 45 min Intervalle de temps entre 1 ère et dernière sonde dans le bois à atteindre 56 C entre 1 ère et dernière sonde dans l air à atteindre 70 C 22 min 34 min 1 h 38 min 2 h 09 min Amplitude moyenne de température de l air 1,9 C 3 C Ecart de température (période de 0 à 5h) Amplitude moyenne de température du bois 3,6 C 3 C Différence moyenne de température air / bois 10 C 10,3 C Sonde de température air la plus froide Sonde N 7 Sonde N 11 Sonde de température bois la plus froide Sonde N 20 (semelle H% = 53) Sonde N 14 (traverse H% = 60) Page 11

12 4) Essais terrains b) Résultats des essais et analyse - analyse Zone froide différente lors des deux essais Différence due au chargement Humidité Empilage Durée de traitement nettement réduite par le contrôle par les sondes dans le bois (gain de 7h 30 min en moyenne) Niveau de température Les durées pour atteindre les 56 C à cœur sont variables dans un intervalle de 34 minutes en fonction des éléments de la palette et de l humidité de ceux-ci. (cas le plus défavorable) Les résultats nous montrent que sur une palette, le facteur le plus influent est l humidité du bois avant la section Limite des essais Une seule essence et une seule plage d humidité de 27% à 60% Matériel utilisé capable d atteindre plus de 60 C de température air (62 C au passage des 56 C dans le bois) Plus la pente de montée en température est faible, plus l écart de température dans le bois va être long à rattraper (pour les matériels moins performants) Page 12

13 4) Essais terrains Gain de temps potentiel Atteinte des 70 C Dans l air 09:00 Fin du cycle 13:00 Protocole sondes dans l air Protocole sondes dans le bois Départ 00:00 Atteinte des 56 C Au cœur du bois 05:00 Fin du cycle 05:30 Gain 07 h 30 min Page 13

14 5) Conclusion de l analyse documentaire et des essais L analyse documentaire a montré les facteurs important et l intérêt économique d un traitement contrôlé par des sondes dans le bois. Les essais ont confirmé: La possibilité de traiter avec des sondes dans le bois Le gain potentiel de productivité Mais aussi : La variabilité de la matière et du procédé L intérêt d identifier la zone froide dans la cellule La nécessité de prendre des marges de sécurité si l on veut garantir que 100% des bois ont été traités La possibilité d optimiser le temps de traitement pour d autres produits (dont palettes reconditionnées) Page 14

15 6) Protocole de traitement NIMP15 contrôlé par des sondes dans le bois Descriptif général Cartographie de la cellule (définition de la zone froide) Ventilation Température de traitement Temps de traitement Position des sondes Contrôle du traitement à la chaleur NIMP15 par des sondes dans le bois Voir documentation fournie. Traçabilité Enregistrement Page 15

Contrôle du traitement à la chaleur NIMP15 par des sondes dans le bois

Contrôle du traitement à la chaleur NIMP15 par des sondes dans le bois Restitution du 24/07/2013 Contrôle du traitement à la chaleur NIMP15 par des sondes dans le bois IFQRG 12th annual meeting, September 8-12, 2014 Gabriel ROBERT, FCBA FCBA Institut technologique Forêt Cellulose

Plus en détail

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Orateurs : ICESOL: CONCEPT 1. POUR UN INNOVANT Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Le projet «La Cigale», terminé en mars 2014 est la rénovation Minergie la plus

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE EN 16247. Nour DIAB nour.diab@afnor.org 01.41.62.80.25 06.07.66.03.45

AUDIT ÉNERGÉTIQUE EN 16247. Nour DIAB nour.diab@afnor.org 01.41.62.80.25 06.07.66.03.45 AUDIT ÉNERGÉTIQUE EN 16247 Nour DIAB nour.diab@afnor.org 01.41.62.80.25 06.07.66.03.45 Une méthodologie pour des audits énergétiques de qualité dans des secteurs spécifiques Une norme en 5 parties EN 16247-1

Plus en détail

Information. Note de service DGAL/SDQPV/2015-1066. 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS CEDEX 15 0149554955 10/12/2015

Information. Note de service DGAL/SDQPV/2015-1066. 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS CEDEX 15 0149554955 10/12/2015 Information Direction générale de l'alimentation Service des actions sanitaires en production primaire Sous-direction de la qualité et de la protection des végétaux 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS CEDEX

Plus en détail

Le bois - car c est intelligent!

Le bois - car c est intelligent! Le bois - car c est intelligent! Architecture et construction en bois en tant que prestation globale Le bois car c est intelligent! Nous mettons en œuvre du bois de la région en collaboration avec nos

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard de

Plus en détail

Chaîne d approvisionnement et chaîne de valeur

Chaîne d approvisionnement et chaîne de valeur Chaîne d approvisionnement et chaîne de valeur Christophe GINET, FCBA équipe PTA Approvisionnement Commission professionnelle Appro Juin 2014 FCBA Institut technologique Forêt Cellulose Bois construction

Plus en détail

Retour d expériences sur les PAC géothermiques

Retour d expériences sur les PAC géothermiques Pôle ENR/ESE Retour d expériences sur les PAC géothermiques Peter Riederer, CSTB PAGE 1 Plan de la présentation PAC géothermiques : comment évaluer les performances Analyse des résultats de suivis en France

Plus en détail

ALLIANCE & CONFORT+ DOSSIER DE PRESSE. Augmenter le rendement de l appareil de chauffage au bois et diminuer la facture énergétique

ALLIANCE & CONFORT+ DOSSIER DE PRESSE. Augmenter le rendement de l appareil de chauffage au bois et diminuer la facture énergétique DOSSIER DE PRESSE MARS 2015 ALLIANCE & CONFORT+ Augmenter le rendement de l appareil de chauffage au bois et diminuer la facture énergétique www.fcba.fr Cheminées Poujoulat, leader européen des systèmes

Plus en détail

Qivivo Thermostat. Simple, efficace, convivial

Qivivo Thermostat. Simple, efficace, convivial Qivivo Thermostat Simple, efficace, convivial Qivivo Thermostat Connecté Le confort au creux de la main Vos clients vont enfin aimer leur thermostat. D usage intuitif, il permet de programmer et de piloter

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard

Plus en détail

La certification NF des équipements multi-énergies

La certification NF des équipements multi-énergies La certification NF des équipements multi-énergies Conférence INTERCLIMA - 5 novembre 2013 INTERVENANTS : Christine KERTESZ AFNOR CERTIFICATION Sophie BOCQUILLON Sylvain CURTY EUROVENT CERTITA CERTIFICATION

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 La Réglementation Thermique 2012 Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Introduction Depuis le 1 er janvier 2013, une nouvelle réglementation thermique s applique à

Plus en détail

Rapport d'étude Installation de chauffage à air pulsé Panneaux CapSolair de la société Dani Alu

Rapport d'étude Installation de chauffage à air pulsé Panneaux CapSolair de la société Dani Alu Rapport d'étude Installation de chauffage à air pulsé Panneaux CapSolair de la société Dani Alu Sommaire 1 Introduction... 3 2 Description de l'installation... 5 2.1 Le Panneau Capsolair... 5 2.1.1 Objectif...5

Plus en détail

LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES

LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES LES CONTRATS D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE CVC: MISE EN ŒUVRE D UN PROJET D EFFICACITE ENERGETIQUE LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES RQE du 26 octobre 2012 -Nantes

Plus en détail

ETUDE DE DEUX MAISONS A ENERGIE POSITIVE DANS LE CADRE DU PROJET VALLENERGIE

ETUDE DE DEUX MAISONS A ENERGIE POSITIVE DANS LE CADRE DU PROJET VALLENERGIE ETUDE DE DEUX MAISONS A ENERGIE POSITIVE DANS LE CADRE DU PROJET VALLENERGIE L ATELIER DE LA GRANGE EN QUELQUES MOTS L Atelier de la Grange est une équipe de 12 personnes, implantée en zone rurale, à Daverdisse,

Plus en détail

Etudes et propositions énergétiques Salle polyvalente d Etoy

Etudes et propositions énergétiques Salle polyvalente d Etoy Etudes et propositions énergétiques Salle polyvalente d Etoy Claudio Buccola Ingénieur HES / MAS EPFL claudio.buccola@amstein-walthert.ch 02 avril 2012 Sommaire - 1 ère partie: Introduction - Objectif

Plus en détail

1 er Contrat de Performance Energétique en logement social. Présentation des résultats 14 novembre 2013

1 er Contrat de Performance Energétique en logement social. Présentation des résultats 14 novembre 2013 1 er Contrat de Performance Energétique en logement social Présentation des résultats 14 novembre 2013 Introduction Daniel BIARD Président du Comité Exécutif Pourquoi un CPE? François GUIDOT, Directeur

Plus en détail

La gestion intelligente des bâtiments

La gestion intelligente des bâtiments La gestion intelligente des bâtiments Les différentes possibilités pour rendre les bâtiments plus efficaces énergétiquement Mardi 1 avril 2014 Sommaire 0/ Le contexte général 1/ Le jeu de rôle de la construction

Plus en détail

pmp Plate-forme Maison Passive a.s.b.l

pmp Plate-forme Maison Passive a.s.b.l Synthèse - NBN EN 13829 Performance thermique des bâtiments Détermination de la perméabilité à l air des bâtiments Méthode de pressurisation par ventilateur (ISO 9972 : 1996, modifiée) 1. Introduction

Plus en détail

Parois à ossature bois et transferts de vapeur

Parois à ossature bois et transferts de vapeur Parois à ossature bois et transferts de vapeur Julien Lamoulie 28 novembre 2013 Un peu de physique L air a une capacité limitée à retenir la vapeur d eau la capacité maximale décroît considérablement à

Plus en détail

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS 2.1 RÉCAPITULATIF 2.2 VERSION DE BASE 2.3 OPTION N 1 2.4 OPTION

Plus en détail

LA MEILLEURE ET LA PLUS NATURELLE ISOLATION THERMIQUE AU MONDE. NOUS SOUHAITONS VOUS PRESENTER ICI

LA MEILLEURE ET LA PLUS NATURELLE ISOLATION THERMIQUE AU MONDE. NOUS SOUHAITONS VOUS PRESENTER ICI NOUS SOUHAITONS VOUS PRESENTER ICI LA MEILLEURE IDEE QUE NOUS N AYONS JAMAIS EUE. CAR N EST-CE PAS LA CHOSE LA PLUS SIMPLE ET LA PLUS NATURELLE QUE DE VOULOIR AVOIR BIEN CHAUD? ON A BESOIN POUR CELA D

Plus en détail

PAC GALICE LA SOLUTION

PAC GALICE LA SOLUTION PAC GALICE LA SOLUTION LA PLUS ÉCONOMIQUE POUR LA RT 2012 ÉCONOMIES D ÉNERGIE CRÉDIT D IMPÔT DÉVELOPPEMENT DURABLE NOUVELLE GÉNÉRATION de pompes à chaleur AIR/EAU DOUBLE SERVICE S : Chauffage seul SR :

Plus en détail

PRESENTOIR VERRES ET BOUTEILLE A WHISKY

PRESENTOIR VERRES ET BOUTEILLE A WHISKY Plan d'expériences TAGUCHI Nom Prénom Protocole d'expérimentation Date Indice PRESENTOIR VERRES ET BOUTEILLE A WHISKY GROUPE D'EXPERIMENTATION Nom Prénom Nom Prénom Nom Prénom Nom Prénom Fonction Fonction

Plus en détail

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude Principe La stratification de l eau dans un ballon d eau La densité de l eau varie avec sa température. De manière simplifiée, plus l eau est froide, plus elle est dense. «Un litre d eau froide, c est

Plus en détail

M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu

M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu FR M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu Information Produit Humidité 13.47 % SWR engineering Messtechnik GmbH Emploi M-Sens 2 est conçu spécialement pour déterminer le taux d humidité des

Plus en détail

AU MONDE. NOUS SOUHAITONS VOUS PRESENTER ICI LA MEILLEURE

AU MONDE. NOUS SOUHAITONS VOUS PRESENTER ICI LA MEILLEURE NOUS SOUHAITONS VOUS PRESENTER ICI LA MEILLEURE IDEE QUE NOUS N AYONS JAMAIS EUE. CAR N EST-CE PAS LA CHOSE LA PLUS SIMPLE ET LA PLUS NATURELLE QUE DE VOULOIR AVOIR BIEN CHAUD? ON A BESOIN POUR CELA D

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs La nouvelle génération de centrales thermiques I. Quelques principes pour faire des économies La température de l air L épaisseur du grain Le refroidissement

Plus en détail

Un exemple de maison passive dans l Oise

Un exemple de maison passive dans l Oise Un exemple de maison passive dans l Oise Jean-Philippe SIXDENIER Louis GUINGOT Plan de la présentation Introduction 1.Les maisons passives et leur marché 2.Le projet de Formerie en chantier 3.L entreprise

Plus en détail

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable Projet de Fin d Etudes réalisé au Ctifl Par Emilie AUGER Tuteur

Plus en détail

INSCRIPTION, CLASSEMENT ET EMBALLAGE. Communication de l expert de l Afrique du Sud

INSCRIPTION, CLASSEMENT ET EMBALLAGE. Communication de l expert de l Afrique du Sud NATIONS UNIES ST Secrétariat Distr. GÉNÉRALE ST/SG/AC.10/C.3/2005/47 13 septembre 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ D EXPERTS DU TRANSPORT DES MARCHANDISES DANGEREUSES ET DU SYSTÈME GÉNÉRAL HARMONISÉ

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

1/19 Chauffage à la biomasse ------- Bonnes pratiques Yann ROGAUME Mise en Place d une Chaufferie Plaquettes 2/19 Etapes importantes : - Maîtriser les dépenses énergétiques ; - Déterminer précisément les

Plus en détail

Appel d offre N 03/2015 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 9

Appel d offre N 03/2015 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 9 Appel d offre N 03/2015 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 9 Cahier des prescriptions spéciales 1 SOMMAIRE Article I. Objet de l appel d offre Article II. Engagements du fournisseur Article

Plus en détail

Cryptoméria du Japon de l île de la Réunion : comportement au séchage et rétractabilité

Cryptoméria du Japon de l île de la Réunion : comportement au séchage et rétractabilité Cryptoméria du Japon de l île de la Réunion : comportement au séchage et rétractabilité Le développement de la ressource de Cryptomeria japonica (ou cryptoméria du Japon) sur l île de la Réunion a incité

Plus en détail

Manuel de Formation. Le mode SRA. Chaffoteaux. Système de Régulation Automatique. Parution : 16/07/07

Manuel de Formation. Le mode SRA. Chaffoteaux. Système de Régulation Automatique. Parution : 16/07/07 Manuel de Formation Le mode SRA Système de Régulation Automatique Chaffoteaux Parution : 16/07/07 INDEX 1. GENERALITES SUR LE MODE «SRA»...3 2. ACTIVATION DU MODE «SRA»...3 3. GESTION DE «LA PUISSANCE

Plus en détail

Cycle de formation énergie environnement 2015-2016

Cycle de formation énergie environnement 2015-2016 Cycle de formation énergie environnement 2015-2016 Ventilation générale des bâtiments : concepts techniques et applications pratiques dans les immeubles de logements Martial Götz Présentation du : 19.11.2015

Plus en détail

C 248-02. Nias Dual. Chaudières murales à tirage forcé, foyer étanche et ballon eau chaude sanitaire. chaleur à vivre. Nord Africa

C 248-02. Nias Dual. Chaudières murales à tirage forcé, foyer étanche et ballon eau chaude sanitaire. chaleur à vivre. Nord Africa C 248-02 made in Italy Nias Dual Chaudières murales à tirage forcé, foyer étanche et ballon eau chaude sanitaire chaleur à vivre FR Nord Africa Chaudières murales à tirage forcé, foyer étanche et ballon

Plus en détail

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Société de médecine du travail PACA-Corse 15 mars 2011 Amandine Paillat Contexte et présentation

Plus en détail

L'innovation certifiée depuis 1892

L'innovation certifiée depuis 1892 ffe m o dy r e th u a -e namiques Ch a u L'innovation certifiée depuis 1892 Reconnu par la profession comme les meilleurs chauffe-eau thermodynamiques! APPAREILS CONÇUS, DÉVELOPPÉS ET FABRIQUÉS DANS NOS

Plus en détail

Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant

Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant Durée : 5 jours Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant Réf : (Energ.01) Montrer aux participants comment procéder à un audit énergétique et le rôle d un

Plus en détail

Durabilité des isolants biosourcés

Durabilité des isolants biosourcés Durabilité des isolants biosourcés Vers la création de classes d emploi Julien Lamoulie Rappel du contexte Fort développement du marché des isolants biosourcés, mais : Nécessitéd apporter desgaranties

Plus en détail

Notice de dimensionnement d une installation Power-Pipe TM

Notice de dimensionnement d une installation Power-Pipe TM Notice de dimensionnement d une installation Power-Pipe TM SARL Solénove Énergie 220 rue de Chemeau 45560 Saint Denis en Val, France Tél : 02 38 49 14 90 Email : info@solenove-energie.fr Sommaire 1. Dimensionnement

Plus en détail

Nouvelle réglementation

Nouvelle réglementation Nouvelle réglementation [ ecodesign ] Directive 2009/125/EC à compter du 01/01/2013, les importations de produits à faible efficacité énergétique SEER et SCOP seront interdites en Europe La nouvelle réglementation

Plus en détail

Le bâtiment à énergie positive

Le bâtiment à énergie positive Alain Garnier Le bâtiment à énergie positive Comment maîtriser l énergie dans l habitat? Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13243-4 Sommaire Avant-propos Partie 1 BBC neuf et rénovation, BEPAS, BEPOS

Plus en détail

L audit énergétique qu est-ce que c est?

L audit énergétique qu est-ce que c est? L audit énergétique qu est-ce que c est? Ce document se propose d expliquer, à l aide de quelques extraits commentés, en quoi consiste un audit énergétique. Un audit énergétique débute par un descriptif

Plus en détail

Projets normatifs en cours en France, en Europe et à l international Plan Qu est que la normalisation? Quelles sont les «sources» du programme de normalisation dans le domaine de la chaîne du froid des

Plus en détail

Etude thermographique

Etude thermographique Etude thermographique DONNEUR D'ORDRE CONSTRUCTEUR adresse code postal - ville Téléphone ADRESSE DU BIEN Maison individuelle de Monsieur et Madame MODELE 2 rue Rabelais 86240 SMARVES Opérateur : Franck

Plus en détail

Supafil Insufflez une énergie nouvelle à votre quotidien

Supafil Insufflez une énergie nouvelle à votre quotidien Isolation 11/2009 Supafil Insufflez une énergie nouvelle à votre quotidien Laine à insuffler pour la post-isolation de murs creux Supafil, la laine à insuffler durable et unique pour la post-isolation

Plus en détail

Biddle - Créateur de solutions climatiques

Biddle - Créateur de solutions climatiques Biddle - Créateur de solutions climatiques Si vous estimez confort à son valeur, jeter un œil à les produits Biddle est la prochaine étape logique à prendre. Bienvenue! Spécialiste européen des rideaux

Plus en détail

Profils temps-température tout au long de la chaîne. Intérêt de ces historiques pour définir une date limite de consommation

Profils temps-température tout au long de la chaîne. Intérêt de ces historiques pour définir une date limite de consommation Profils temps-température tout au long de la chaîne. Intérêt de ces historiques pour définir une date limite de consommation Evelyne Derens-Bertheau Laurence Fournaison Unité Génie des procédés frigorifiques

Plus en détail

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc Bâtiment d une surface de 1030 m² créé dans l enceinte du lycée Jean ZAY. Ascenseur à créer Bandeau béton Elévation Façade Nord Bardage bois vertical Bardage cassette aluminium laqué RAL7016 Menuiseries

Plus en détail

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Conçu et équipé pour s adapter aux méthodes de travail et aux exigences de communications des nouvelles technologies, le nouvel immeuble

Plus en détail

Documentation & Informations.

Documentation & Informations. Documentation & Informations. Nos chaudières peuvent être raccordées sur le différents types de chauffage, il est aussi possible de les coupler avec d autres chaudières. Pour tout renseignement, n hésitez

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

MiniTools PRO. Détecteurs de fuite, manomètre, anémomètre, thermomètre, thermohygromètre

MiniTools PRO. Détecteurs de fuite, manomètre, anémomètre, thermomètre, thermohygromètre Détecteurs de fuite, manomètre, anémomètre, thermomètre, thermohygromètre infrarouge Pour le contrôle des installations de chauffage, de ventilation et de climatisation, les MiniTools PRO sont les instruments

Plus en détail

Exigences en termes d humidité des produits bois destinés à la construction

Exigences en termes d humidité des produits bois destinés à la construction Exigences en termes d humidité des produits bois destinés à la construction Commission professionnelle scierie - Mardi 25 Novembre 20 Intervenant: Gilles NEGRIÉ gilles.negrie@fcba.fr 01.40.10.48.80 FCBA

Plus en détail

LES ACTIONS ENERGETIQUES RENTABLES POUR LE SECTEUR DES CARROSSERIES

LES ACTIONS ENERGETIQUES RENTABLES POUR LE SECTEUR DES CARROSSERIES LES ACTIONS ENERGETIQUES RENTABLES POUR LE SECTEUR DES CARROSSERIES L énergie la moins chère est celle que l on ne consomme pas 1. INTRODUCTION La présente fiche a pour objet la présentation du secteur

Plus en détail

Etanchéité à l air des Bâtiments à Basse Consommation

Etanchéité à l air des Bâtiments à Basse Consommation Etanchéité à l air des Bâtiments à Basse Consommation Heike Erhorn-Klutting, Hans Erhorn, Fraunhofer-Institut fur Bauphysik Hicham Lahmidi, Centre Scientifique et Technique du Bâtiment Traduit de l Anglais

Plus en détail

Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Edition janvier 2010

Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Edition janvier 2010 Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Contenu et but Cette aide à l application traite de la procédure à suivre et des exigences à respecter pour la conception,

Plus en détail

AUDIT THERMOGRAPHIQUE

AUDIT THERMOGRAPHIQUE AUDIT THERMOGRAPHIQUE Réalisé par : Guy Lamour Le 27/04/2013 Préparé pour : Mme Pieters et Mr Tremolières 33 rue d HEM à WILLEMS 2 Inspecté par : Guy Lamour Date d inspection : 06/04/2013 10:07:37 Emplacement

Plus en détail

Retour d expérience sur les «50 Chantiers pionniers» Arnaud Meyer sous la conduite de Florent Gontard et Sabine Mirtain

Retour d expérience sur les «50 Chantiers pionniers» Arnaud Meyer sous la conduite de Florent Gontard et Sabine Mirtain Retour d expérience sur les «50 Chantiers pionniers» Arnaud Meyer sous la conduite de Florent Gontard et Sabine Mirtain Sommaire 2. La démarche du 3. Présentation des résultats L appel à projets «50 Chantiers

Plus en détail

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Logiciel référencé par la marque PROJET berrand 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Date de l'étude : Commentaires divers : ARTISAN BERRAND SARL 24/02/2012 perso CLIENT Guy Berrand Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier

Plus en détail

Comparaison optimisée des coûts - simple et fiable

Comparaison optimisée des coûts - simple et fiable Informations de base concernant le programme d'optimisation Optibat, version 100115 Comparaison optimisée des coûts - simple et fiable Pourquoi Optibat...1 Un exemple...2 Les modèles de maison d'habitation...4

Plus en détail

Annexe 1. Classes de propreté

Annexe 1. Classes de propreté Annexes Sommaire Annexe 1. Classes de propreté... 3 Annexe 2. Propositions du parking... 4 Annexe 3. Maintenance... 6 Annexe 4. Résumé de l ancien guide maintenance... 9 Annexe 5. Préparation des documents

Plus en détail

Analyse de sensibilité de la méthode de calcul de la performance énergétique des bâtiments (PEB) en Région wallonne.

Analyse de sensibilité de la méthode de calcul de la performance énergétique des bâtiments (PEB) en Région wallonne. Analyse de sensibilité de la méthode de calcul de la performance énergétique des bâtiments (PEB) en Région wallonne. Stéphanie NOURRICIER 1, Véronique FELDHEIM 1, Frédéric RENARD 1 Pôle Energie Université

Plus en détail

Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates

Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008) 249 254 Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates T. Raffak 1*, M. Agouzoul 1, E.M. Mabsate 1, A. Chik 2 et A. Alouani 3 1 Equipe

Plus en détail

Calcul de la puissance de chauffe Informations générales

Calcul de la puissance de chauffe Informations générales Informations générales 1 Marche à suivre Un dimensionnement correct des installations de chauffage central est essentiel pour l utilisation rationnelle de l énergie dans les bâtiments. Le schéma montre

Plus en détail

AIDE A LA THERMOREGULATION

AIDE A LA THERMOREGULATION AIDE A LA THERMOREGULATION THERMOREGULATION MODE MAN AUTO TEMP C O M PAT I B L E C TEMP MODE MAN AUTO SOMMAIRE I INTRODUCTION...3 I.1 LA THERMOREGULATION...3 I.2 UTILITE DE LA THERMOREGULATION...3 I.3

Plus en détail

La valeur ajoutée de Knx pour répondre aux normes Et améliorer l efficacité énergétique

La valeur ajoutée de Knx pour répondre aux normes Et améliorer l efficacité énergétique La valeur ajoutée de Knx pour répondre aux normes Et améliorer l efficacité énergétique RT 2012 La Réglementation 3 Indices RT2012 Bbio: indice d impact de la conception bioclimatique. < à valeur Bbio

Plus en détail

Caractérisation des enceintes climatiques et thermostatiques Référentiels et Influence d une méthode de caractérisation simplifiée ou complète sur la vérification d un équipement climatique Historique

Plus en détail

Exemple de construction d un toit

Exemple de construction d un toit Exemple de construction d un toit Solution A Solution B Montage de l intérieur vers l extérieur Montage de l intérieur vers l extérieur Plaque de plâtre cartonnée ou en fibre de plâtre 12,5mm Plaque de

Plus en détail

Identification des transferts de chaleur d'un impact de jet chaud supersonique par méthode inverse. P. Reulet, E. Divouron, P.

Identification des transferts de chaleur d'un impact de jet chaud supersonique par méthode inverse. P. Reulet, E. Divouron, P. Identification des transferts de chaleur d'un impact de jet chaud supersonique par méthode inverse P. Reulet, E. Divouron, P. Millan Contexte industriel Simulation de la rupture d'une conduite d'air chaud

Plus en détail

ESSAIS DE FATIGUE SUR JOINTS MODULAIRES DE GOODCO Z-TECH TYPE LG À BARRE DE SUPPORT UNIQUE AVEC ÉTRIERS SOUDÉS

ESSAIS DE FATIGUE SUR JOINTS MODULAIRES DE GOODCO Z-TECH TYPE LG À BARRE DE SUPPORT UNIQUE AVEC ÉTRIERS SOUDÉS ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE DÉPARTEMENT DE GÉNIE DE LA CONSTRUCTION DRSR : DÉVELOPMENT & RECHERCHE EN STRUCTURES ET RÉHABILITATION RAPPORT SOMMAIRE ESSAIS DE FATIGUE SUR JOINTS MODULAIRES DE GOODCO

Plus en détail

Présentation technique

Présentation technique Le panneau KLH Présentation technique Un autre composant pour construire en en bois : Le panneau contre-collé Historique du panneau Il a été fabriqué en France dès les années 50 par la société ROUSSEAU,

Plus en détail

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014 Fiche d application du Titre V Système RT2012 Validé le 1 er décembre 2014 Xiros EAU - 100 L - 150 L Cylia EAU - 200 L - 300 L 1. Le PRINCIPE Les chauffe-eau thermodynamiques Xiros EAU et Cylia EAU, captent

Plus en détail

SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS

SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS Le système de chauffage et de production de chaleur fait partie des postes à contrôler pour assurer la rationalisation des

Plus en détail

ACCUTOPSÉRIE 2. Référence NOTICE D UTILISATION SOMMAIRE. Radiateur à accumulation

ACCUTOPSÉRIE 2. Référence NOTICE D UTILISATION SOMMAIRE. Radiateur à accumulation ACCUTOPSÉRIE 2 Radiateur à accumulation Référence NOTICE D UTILISATION SOMMAIRE Les commandes et leurs fonctions 2 Le principe de fonctionnement de l Accutop Série 2 3 Mise en marche et utilisation de

Plus en détail

Ce qu il faut savoir...l isolation de la toiture :

Ce qu il faut savoir...l isolation de la toiture : Ce qu il faut savoir...l isolation de la toiture : un acte déterminant qui se réalise dans le respect des normes RT 2005 U MAXI = 0.28 * La maitrise des consommations énergétiques, la réduction des gaz

Plus en détail

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne.

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne. Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Introduction : L existence d un flux de chaleur d origine interne fait l objet de nombreuses manifestations en surface (sources d eaux chaudes,

Plus en détail

RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE

RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE Production combinée de chaleur et d électricité SOLUTION POUR L INDUSTRIE Récupération de chaleur-rejets thermiques La ligne de produits ENEFCOGEN GREEN est conçue pour

Plus en détail

Mousse polyuréthanne Rf avec pipette ou pour pistolet doseur

Mousse polyuréthanne Rf avec pipette ou pour pistolet doseur PromaFOAM -C Mousse polyuréthanne Rf avec pipette ou pour pistolet doseur Seul Promat garantit une telle gamme de solutions testées! F1 1 PROMAFOAM -C Obturation des joints et jonctions entre différents

Plus en détail

Audit énergétique, mur non isolé

Audit énergétique, mur non isolé Audit énergétique, mur non isolé 20/01/11 Réunion à thème : Outil terrain de l audit : Thermographie Infiltrométrie 35 Temp ext: 0 C Temp int: 20 C Temp du mur: 15 C Mur pierre + doublage brique sans isolation

Plus en détail

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE Service Conseil et Formation RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES INOVALYS PARTENAIRE DU FAFIH VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE SOMMAIRE CALENDRIER 3 FORMATION

Plus en détail

Le confort toute l année

Le confort toute l année Le confort toute l année Altherma de Daikin, c est une solution performante pour le chauffage de votre maison, mais pas seulement! C est aussi votre source d eau chaude sanitaire, ainsi que votre système

Plus en détail

de l eau chaude pour toute l a famille, disponible à tout moment. Pompe à chaleur pour la production d Eau Chaude Sanitaire pompes á chaleur

de l eau chaude pour toute l a famille, disponible à tout moment. Pompe à chaleur pour la production d Eau Chaude Sanitaire pompes á chaleur de l eau chaude pour toute l a famille, disponible à tout moment. Pompe à chaleur pour la production d Eau Chaude Sanitaire pompes á chaleur Eau chaude et confort à votre portée! La meilleure façon de

Plus en détail

L impact sur la performance énergétique de la régulation et de la GTB à travers les normes et réglementations

L impact sur la performance énergétique de la régulation et de la GTB à travers les normes et réglementations L impact sur la performance énergétique de la régulation et de la GTB à travers les normes et réglementations Pierre BOISSON Pôle Automatisme et Gestion de l Energie CSTB Marne la vallée pierre.boisson@cstb.fr

Plus en détail

Rapport d inspection caméra thermique Relevé réalisé le 19/02/2014. Logement : Mr et Mme Chaux Chemin Le haut des clos 42260 Crémeaux

Rapport d inspection caméra thermique Relevé réalisé le 19/02/2014. Logement : Mr et Mme Chaux Chemin Le haut des clos 42260 Crémeaux Rapport d inspection caméra thermique Relevé réalisé le 19/02/2014 Logement : Mr et Mme Chaux Chemin Le haut des clos 42260 Crémeaux Sommaire 1 contenu du rapport d inspection p.3 2 Matériel utilisé pour

Plus en détail

Installation de la station FS36

Installation de la station FS36 Installation de la station FS36 Plancher sans chape CaleôSol, Mur Chauffant CaleôMur Introduction Le chauffage par le sol à base d'eau est dit à basse température, ce qui signifie que la température d'écoulement

Plus en détail

Assises Européennes du Bâtiment Basse Consommations. Frédéric ric FRUSTA. Président Directeur Général. ENERGIVIE 25 Juin 2010

Assises Européennes du Bâtiment Basse Consommations. Frédéric ric FRUSTA. Président Directeur Général. ENERGIVIE 25 Juin 2010 c1 Assises Européennes du Bâtiment Basse Consommations Frédéric ric FRUSTA Président Directeur Général ENERGIVIE 25 Juin 2010 Diapositive 1 c1 Merci de me fournir le texte complet de la page de titre cql;

Plus en détail

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies Panorama des bioénergies en Europe Panorama des bioénergies en Europe Synthèse des informations existantes sur le sujet des bioénergies en Europe Sources : législation : Europa, portail de l Union européenne

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

OTWH 200 EV Chauffe-eau thermodynamique sur air extrait

OTWH 200 EV Chauffe-eau thermodynamique sur air extrait OTWH 200 EV Chauffe-eau thermodynamique sur air extrait Chauffe-eau thermodynamique sur air extrait, avec appoint électrique, capacité 214 litres. Pompes à chaleur Pompes à chaleur CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

Commission technique du CRH des Pays de la Loire

Commission technique du CRH des Pays de la Loire Commission technique du CRH des Pays de la Loire Le Mans, le 21 septembre 2010 Evaluation scientifique de la Résidence Salvatierra à Rennes Laboratoire de Génie Civil et Génie Mécanique Equipe Matériaux

Plus en détail

SOMMAIRE CONSTRUCTIONS NEUVES

SOMMAIRE CONSTRUCTIONS NEUVES SOMMAIRE CONSTRUCTIONS NEUVES Parcours A Vous vous lancez dans un projet de construction neuve 1. Faire le point avec les conseillers habitats 2. Choisir son terrain Cette deuxième étape présente les critères

Plus en détail