Profil Financier du CAC 40

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Profil Financier du CAC 40"

Transcription

1 27 JUIN Profil Financier du CAC 40 Présentation du 27 juin 2013

2 Avertissement / préambule Les informations présentées dans le «Profil financier du CAC 40» sont issues des rapports annuels et documents de référence des sociétés du CAC 40, ou calculées à partir des chiffres publiés par ces sociétés Nous remercions le lecteur du «Profil financier du CAC 40» de bien vouloir noter que notre présentation ne comporte aucune appréciation ni opinion sur les informations présentées En particulier, si certains chiffres ou ratios relatifs à une entreprise donnée apparaissent en première lecture négatifs, ils peuvent en réalité être parfaitement justifiés par la stratégie ou la situation particulière de la société concernée et n impliquer aucune conséquence défavorable à court, moyen ou long terme C est la raison pour laquelle le cabinet Ricol Lasteyrie ne saurait être tenu responsable des interprétations qui pourraient le cas échéant être faites sur la base des chiffres communiqués dans le «Profil financier du CAC 40» 27 JUIN /

3 Sommaire Présentation générale «Profil CAC 40» 4 Indicateurs clés 8 Structure financière 14 Valorisation boursière 17 Analyse des incorporels JUIN /

4 Présentation générale «Profil CAC 40» Les principales conclusions 5 Panel des sociétés étudiées 6 Méthodologie 7 27 JUIN /

5 1 Présentation générale «Profil CAC 40» Les principales conclusions 1. La rentabilité des entreprises s est fortement détériorée en 2012 Hormis le chiffre d affaires qui affiche une légère progression (en périmètre pro-forma), les autres indicateurs d activité sont en baisse : Les bénéfices chutent de % La marge opérationnelle revient à 8,2 %, un niveau proche de son plus bas de Avant dépréciations d actifs, elle baisse de 1 point à 9,3% Le rendement des capitaux propres est tombé à 6,5 % pour l indice CAC 40, et même à moins de 3 % dans le secteur Banques et Assurances 2. Les dépréciations d actifs ont atteint un niveau record Les entreprises du CAC 40 ont déprécié des actifs à hauteur de 16,9 milliards en 2012, un record depuis la création de cette étude Depuis deux ans, le montant cumulé des dépréciations d actifs s élève à 30 milliards d euros. Alors que les entreprises avaient relativement peu déprécié leurs actifs au plus fort de la crise économique en 2009, cela témoigne d un réel changement de perspective Face à la faiblesse durable de l activité économique, nombre d entreprises reconnaissent désormais que certains volets de leurs plans d affaires doivent être revus à la baisse. Les goodwills constituent le premier poste (72 %) concerné par les dépréciations 3. Le CAC 40 poursuit son internationalisation Les sociétés de l indice ont réalisé 30 % de leur chiffre d affaires en France en 2012 contre 31 % en JUIN /

6 1 Présentation générale «Profil CAC 40» Panel des sociétés étudiées Entrants Biens et Services aux consommateurs Energies, Matières premières et Services aux collectivités Industries et BTP Gemalto Solvay Accor Carrefour Groupe Danone 5,9 Mds 13,7 Mds 31,9 Mds EDF GDF-SUEZ Technip 25,9 Mds 37,6 Mds 9,9 Mds Air-Liquide Alstom Arcelor-Mittal 29,5 Mds 10,4 Mds 19,6 Mds Sortants LVMH L Oréal 70,1 Mds 63,7 Mds Total Veolia Environnement 92,3 Mds 4,6 Mds Bouygues EADS 6,6 Mds 23,6 Mds Alcatel Pernod-Ricard 21,0 Mds Essilor International 16,3 Mds Peugeot Kering (PPR) 17,9 Mds Lafarge 13,3 Mds Sanofi 94,3 Mds Legrand 8,3 Mds Michelin 13,0 Mds Banques, Assurances et autres institutionnels Technologie, Télécommunication et Media Renault 11,8 Mds AXA 31,1 Mds Cap Gemini 5,4 Mds Safran 13,5 Mds BNP-Paribas 54,0 Mds Orange (France Telecom) 22,1 Mds Saint Gobain 16,7 Mds Crédit Agricole SA 15,1 Mds Gemalto 6,3 Mds Schneider Electric 30,3 Mds Société Générale 22,6 Mds Publicis 9,5 Mds Solvay 9,0 Mds Unibail-Rodamco 16,7 Mds ST Microelectronics 4,7 Mds Vallourec 5,0 Mds Vivendi 22,3 Mds Vinci 20,3 Mds Le chiffre indiqué pour chaque société est la capitalisation boursière au 31 décembre JUIN /

7 1 Présentation générale «Profil CAC 40» Méthodologie Nos sources L analyse que nous présentons a été réalisée sur la base des états financiers 2012, publiés au printemps 2013 Il s agit donc des arrêtés de comptes au 31 décembre 2012, à l exception des groupes Alstom et Pernod Ricard qui ont un exercice décalé : Pernod Ricard : 30/06/2012 Alstom : 31/03/2013 Le CAC 40 a connu les changements de périmètre suivants depuis notre dernière étude : Changement de composition de l indice Peugeot a été remplacée par Solvay en septembre 2012 Alcatel-Lucent a été remplacée par Gemalto en décembre 2012 Convention de présentation Les résultats sont présentés pour chaque année sur la base de la composition de l indice au 31 décembre L impact des évolutions de périmètre, lorsqu il est significatif, est analysé Le calcul «à périmètre constant» est réalisé en réintégrant dans le total de 2011 les agrégats des sociétés entrantes et en retirant ceux des sociétés sortantes 27 JUIN /

8 Indicateurs clés Chiffre d affaires 9 Marge opérationnelle (hors Banques & Assurances) 10 Résultat net part du groupe 11 Principaux décaissements 12 Pay out ratio JUIN /

9 2 Indicateurs clés Chiffre d affaires Une croissance de l activité de 3 % à composition de l indice comparable Changement de composition de l indice CA 2011 Entrants Gemalto : 2 Mds Solvay : 8 Mds CA 2011 Sortants Alcatel : 15 Mds Peugeot : 59 Mds Le chiffre d affaires global du CAC 40 a progressé de 3 % en 2012, à composition de l indice comparable. La modification de composition de l indice a eu un impact sensible sur cette évolution La croissance se situe en léger ralentissement par rapport à l année dernière (4%), tendance conforme à l évolution du contexte macroéconomique mondial, (la croissance mondiale a atteint 3,2% selon le FMI contre 3,8% en 2011). Le ralentissement a été encore bien plus marqué en Europe (-0,2% en 2012, contre 1,6% en 2011) Ce ralentissement est d autant plus significatif que les entreprises ont bénéficié en 2012 d un effet devises favorable (le dollar et le yen se sont revalorisés en moyenne de 8%, la livre de 7%) La forte croissance du secteur énergie est due largement à l effet devises, mais aussi à la croissance externe 62% du chiffre d affaires est réalisé en Europe (part stable par rapport à 2011). La France représente 30% du chiffre d affaires (en légère baisse par rapport à 2011) Répartition géographique du CA (hors banques et assurances) Evolution du chiffre d'affaires du CAC 40 (Mds ) % % -2% % % +3% * % % 2005 * Hors changements de composition de l'indice Chiffre d'affaires 2012 par secteur (Mds ) et évolution 11/12 6% 6% 7% 9% 11% 9% 7% 8% 9% 9% 9% 10% 13% 14% 13% 13% 15% 14% 14% 15% 16% 73% 72% 69% 69% 64% 62% 62% Reste du monde Asie, Océanie, Afrique, Moyen Orient Amériques (Nord, Central, Sud) Europe +1% % -8% (+3%*) % % (-1%*) 98 Biens et services aux consommateurs Energie, MP et services aux collectivités * Hors changements de composition de l'indice Industries et BTP Banque & assurances Technologie, telecom et médias 27 JUIN /

10 2 Indicateurs clés Marge opérationnelle (hors Banques & Assurances) La marge opérationnelle près de ses plus bas de 2009 Le résultat opérationnel du CAC 40 a baissé de 14% en 2012 à 92,8 Md. Le changement de composition de l indice n a eu quasiment aucun impact sur cette évolution Marge opérationnelle du CAC 40 (hors Banques & Assurances) Les dépréciations d actifs ont contribué à cette baisse, puisqu elles ont atteint 16,8 Md contre 13,2 Md en ,4% 10,9% 9,1% 7,8% 9,1% 9,5% 8,2% Cependant, avant dépréciation d actifs, le résultat opérationnel reste en baisse (-11%) indiquant une dégradation de la marge opérationnelle qui passe globalement de 10,3% à 9,3% Cela signifie que les pressions sur les marges brutes (par exemple dues à des baisses de prix dans des contextes concurrentiels tendus), n ont pas pu être compensées par les efforts de réduction de coûts et de gains de productivité On observe ainsi que certaines entreprises ont mis en place de nouveaux programmes d économies ou ont annoncé renforcer les plans existants L analyse par secteur montre que la tendance à la dégradation est générale, à l exception du secteur des biens et services aux consommateurs La dégradation la plus notable est observée dans le secteur Technologie, au sein duquel les télécoms (équipementiers et opérateurs) ont particulièrement souffert des pressions concurrentielles Le secteur financier n est pas intégré dans ce calcul. On notera que les trois principales banques ont enregistré une dégradation du ratio RBE/PNB assimilable à la marge opérationnelle 9,7% 10,9% Evolution des marges opérationnelles des sociétés du CAC 40 par secteur 16,0% 14,0% 12,0% 10,0% 8,0% 6,0% 4,0% 2,0% Biens et services aux consommateurs Industries et BTP 15,3% 10,9% 14,5% 6,7% 8,1% 11,7% 9,0% 7,3% Energies, MP et services aux collectivités Technologie, telecom et medias 11,0% 3,2% 12,4% 6,2% 13,6% 9,9% 6,3% 11,5% 9,7% 7,2% 5,3% Marge opérationnelle (avant dépréciation d actifs) Biens et services aux consommateurs 11,3 % 12,0 % Industries et BTP 6,5 % 6,5 % Energies, MP et services aux collectivités 13,0 % 10,4 % Technologies, telecom et medias 14,8 % 10,7 % 27 JUIN /

11 2 Indicateurs clés Résultat net part du groupe Un retour des bénéfices vers l étiage atteint en Du fait de l érosion des marges et des importantes dépréciations d actifs, les bénéfices des entreprises du CAC 40 ont connu une dégradation proche de 30% Le bénéfice net cumulé revient donc à un niveau proche de celui atteint au cœur de la crise en sociétés ont publié des pertes en 2012, contre 2 en 2011 Les dépréciations d actifs ont porté essentiellement sur les goodwills qui ont fait l objet de 12,2 Md de dépréciations, soit le niveau le plus élevé jamais enregistré. Les autres dépréciations ont porté sur les immobilisations corporelles (3,6 Md ) et sur les autres incorporels (1 Md ) 24 sociétés du CAC 40 ont passé des dépréciations de goodwill en 2012, mais 7 sociétés représentent 92% du total. A fin 2012, le stock de goodwill au bilan est déprécié à hauteur de 12% Le secteur Technologie a connu la plus forte dégradation. Le secteur Banque & Assurances réalise 6Md de bénéfices (contre plus de 20 Md avant la crise) Evolution des pertes de valeur sur goodwill (Mds ) Evolution du résultat net part du groupe du CAC 40 (Mds ) % 91 +5% 96-41% 57-17% 2005 * Hors changements de composition de l'indice % RNPG 2012 par secteur (Mds ) et évolution 11/12 RNPG : Résultat Net part du groupe 82-10% 74 -% -27%* 53-45% +33% 9,120 12,156 +3% -15% -27 (-26% *) 6, % -27% 4,624 4, % 3, % -54% 2, Biens et services aux consommateurs Energie, MP et services aux collectivités *Hors changements de composition de l'indice 13-49% 6-85% (-83% *) Industries et BTP Banque & assurances Technologie, telecom et médias 1 27 JUIN /

12 Changement de composition de l indice Ch. de personnel 2 Indicateurs clés Principaux décaissements Part relative des parties prenantes du CAC 40 Les dépenses ont évolué de la façon suivante entre 2011 et 2012 : Charges de personnel : - 0,8 %* (+ 5% à périmètre pro-forma) Impôt sur les bénéfices : - 10,0 % Evolution des principaux décaissements des sociétés du CAC 40 (Mds ) Charges de personnel 192 Gemalto : 0,7 Mds Frais financiers bruts : stable Frais financiers Solvay : 1,4 Mds Ch. De personnel Alcatel : 4,7 Mds Peugeot : 9,3 Mds Dividendes : + 2,8 % La baisse des frais de personnel s explique en partie par la sortie de Peugeot et d Alcatel du CAC 40 et leur remplacement par Solvay et Gemalto, deux sociétés ayant des effectifs plus réduits Les impôts ont baissé, mais de manière moins prononcée que les bénéfices nets. Cela est dû au fait que les dépréciations de goodwill ne sont pas déductibles Les dividendes ont légèrement progressé, malgré la baisse des bénéfices. Outre le fait que les dépréciations sont des éléments non cash et n ont pas d impact sur la capacité distributive des entreprises, on constate que celles-ci, dans un contexte boursier encore fragile, ont voulu récompenser la fidélité de leurs actionnaires Impôt sur les sociétés Dividende Résultat net consolidé et Pay out ratio du CAC 40 (mediane) RNPG Pay out ratio (mediane) 60% 45% 46% 46% 41% 42% 38% Une seule société ne distribue aucun dividende contre 4 en 2011 Le taux de pay-out médian est stable à 46%, en revanche le même ratio calculé en masse ressort à 70% (contre 76% en 2009 au point le plus bas des bénéfices du CAC 40. Sur la base du résultat retraité des dépréciations d actifs, le pay-out ressort à 53% JUIN /

13 2 Indicateurs clés Pay out ratio Le ratio de pay-out médian est assez stable dans le temps, à l exception du pic de 2009, lorsque les sociétés avaient maintenu leurs dividendes dans un contexte de forte contraction des résultats. Pour 2012, le pay-out médian ressort à 46% 6 sociétés versent un dividende supérieur à leur résultat net, il y en avait 2 l an dernier. Cela est à mettre en relation avec les dépréciations d actifs 31 sociétés sur 40 distribuent un dividende en croissance (en masse). Sur ce total, 7 ont un bénéfice en baisse Détail du montant (en Mds millions ) des ) des dividendes distribués en 2010 en 2013 au titre au titre de 2009 de 2012 et des et des ratios ratios de pay-out de Pay-Out des des sociétés sociétés du CAC du CAC 40 en en % 86% 80% Dividendes versés Pay out ratio NA RNPG < 0 NS Pay-Out > 100% 100% 90% 80% % % 49% 43% % 37% 33% NS 70% % % 56% 53% 48% 29% 40% % 31% 66% 46% 52% 32% 32% 53% 41% 40% % 45% NS NS % 44% 70% 60% 50% 40% 30% NA NA % 0 NA % 30 20% 10% 0% Biens & Services aux consommateurs Energie, MP Industrie et BTP Banques, assurances... Technologies 27 JUIN /

14 Structure financière Investissement industriel 15 Levier financier (hors banques et assurances) JUIN /

15 3 Structure financière Investissement industriel Bien que l activité ait ralenti, les investissements ont progressé, en cohérence avec le discours des entreprises depuis deux ans Cette évolution traduit leur volonté d aller chercher de nouvelles sources de croissance et d améliorer leur productivité La progression est plus forte que celle de l activité Dans le secteur Energie, la hausse est due à la reprise de la croissance des investissements chez EDF après deux années de baisse et à la poursuite de la croissance chez Total (ces deux sociétés représentent 36% des investissements du CAC 40) La plus forte progression de l effort d investissement est observée dans le secteur Technologie avec un passage de 12 à 13%. Cette évolution s explique par le maintien d investissements en croissance dans un contexte de stagnation ou de baisse du chiffre d affaires (France Telecom, Vivendi) Pour les secteurs Industrie et Biens et services aux consommateurs, l effort d investissement reste inférieur d environ un point à son niveau d avant crise Evolution de l'investissement du CAC 40 ** (Mds ) * *Hors Banques & assurances 70 +8% % 86-13% 75 * Hors changements de composition de l'indice +5% % 87 +5% (+9%*) 92 Effort d'investissement des sociétés du CAC 40 par secteur (en % du CA) Biens et services aux consommateurs Energies, MP et services aux collectivités Industries et BTP Technologie, telecom et medias 14,0% 13% 12,0% 11% 11% 11% 11% 10,0% 10% 9% 10% 9% 10% 11% 8,0% 8% 8% 7% 6% 6,0% 5% 6% 6% 5% 5% 6% 4,0% 5% 4% 4% 4% 4% 2,0% 0,0% Investissement total par secteur du CAC 40 en 2012 (Mds ) et évolution 11/12-2% 9 Biens et services aux consommateurs +12% 45 Energie, MP et services aux collectivités -4% (+9% *) 25 Industries et BTP +6% (+10% *) 13 Technologie, telecom et médias * Hors changements de composition de l'indice 27 JUIN /

16 3 Structure financière Levier financier (hors banques et assurances) La dette nette cumulée a légèrement diminué. Le changement de composition de l indice n a quasiment pas eu d impact Evolution de l'endettement net du CAC 40 (Mds ) 8 sociétés sont en situation de trésorerie nette (contre 5 en 2011) Cette évolution montre que malgré la chute des bénéfices, les entreprises ont généré suffisamment de trésorerie pour financer leurs investissements d exploitation % % 261-6% 245-7% 2 +9% 248-1% 245 (-0%*) On constate en revanche que la croissance externe ne redémarre pas de façon significative, les entreprises préférant préserver leur situation financière Du fait de la hausse des capitalisations boursières, et de la progression des fonds propres, les ratios d endettement se sont légèrement améliorés * Hors changements de composition de l'indice Moyenne des ratios Dette nette / CPPG* des sociétés du CAC 40 par secteur Biens et services aux consommateurs Energies, MP et services aux collectivités Industries et BTP 117% Technologie, telecom et medias 110% 102% 100% 89% 90% 82% 82% 80% 76% 70% 60% 58% 50% 50% 46% 43% 42% 41% 40% 32% 30% 37% 27% 23% 29% 29% 27% 20% 15% 10% 23% * CPPG : Capitaux propres part du groupe Evolution des ratios de dettes nettes moyennes des sociétés du CAC 40 * Moyenne Dette nette / Capitalisation Moyenne Dette nette / Capitaux propres 58% 49% 45% 53% 44% 42% 36% 35% 38% 35% 23% % 25% 17% * CAC 40 hors Banques et assurances 27 JUIN /

17 Valorisation boursière Caractéristiques boursières du CAC Capitaux propres et capitalisation boursière 19 Price to book ratio «P/B» 20 Pourquoi cette faible valorisation? 21 Price earning ratio «PER» 22 Evolution du ROE JUIN /

18 4 Valorisation boursière Caractéristiques boursières du CAC 40 Le CAC 40 a progressé de 15% en 2012 soit la même performance que l indice MSCI Europe. Le CAC a sous-performé par rapport au Dax, mais a surperformé les indices britanniques et américains Cette progression a été concentrée sur le deuxième semestre, le marché étant resté fragile durant les six premiers mois de l année du fait de la situation de la zone Euro, sur laquelle les hypothèques ont été levées par le sommet tenu fin juin Les volumes de transactions se situent dans la moyenne constatée depuis 4 ans. Ils sont en revanche en retrait par rapport à la situation d avant crise La volatilité a été forte en fin de premier semestre, mais est restée en dessous de la moyenne sur le reste de l année Au 21 juin, l indice se situe à 3658 points en hausse de 0,5% par rapport au début de l année. La capitalisation en masse représente 969 md (contre 946 M fin 2012) Evolution du CAC 40 depuis le 1er janvier 2008 Volumes de transactions (en valeur) du CAC 40 sur 10 ans au 21/06/2013 en millions CAC Source : Datastream Evolution de la volatilité du CAC 40 depuis le 1er janvier CAC 40 Moyenne entre le 01/01/2008 et le 21/06/ CAC 40 Moyenne entre le 01/01/2008 et le 21/06/2013 Source : Datastream Source : Datastream 27 JUIN /

19 4 Valorisation boursière Capitaux propres et capitalisation boursière La remontée de l indice s est traduite par la disparition de la situation exceptionnelle constatée en fin d année dernière, où la masse des capitalisations ne dépassait pas la masse des fonds propres des sociétés de l indice Evolution des CPPG et de la capitalisation du CAC 40 (Mds ) CPPG Capitalisation Un différentiel positif est réapparu, mais il reste très sensiblement inférieur aux niveaux atteints dans le passé, y compris au plus fort de la crise (fin 2008, la capitalisation dépassait les fonds propres de 21%, alors que ce ratio s établit à 17% fin 2012) Les investisseurs valorisent donc encore faiblement les perspectives de croissance et de création de valeur et les actifs immatériels non inscrits au bilan La valeur des actifs immatériels est reflétée de manière incomplète dans les livres, notamment les marques et les frais de R&D : Les marques créées en interne ne sont pas valorisées au bilan des entreprises Les frais de développement activés ne représentent pas la totalité de la valeur de l actif qu ils ont servi à créer (exemple un brevet pharmaceutique) CPPG : Capitaux propres part du groupe Moyenne des ratios Price to Book des sociétés du CAC 40 Moyenne des P/B 2,50 P/B en masse 2,25 Les valeurs comptables traduisent, par définition, une approche prudente de la valeur des actifs 2,02 2,12 1,41 1,61 1,59 1,31 1,60 Enfin, la croissance future n est pas prise en compte dans la situation nette comptable 1,21 1,36 1,24 1,00 1,17 On peut espérer que les dépréciations de goodwill qui ont été pratiquées en 2012 permettent à l avenir une revalorisation du ratio Price to Book 27 JUIN /

20 4 Valorisation boursière Price to book ratio «P/B» La situation reste extrêmement contrastée entre secteurs, mais également au sein de ceux-ci Ratio Price to Book par sociétés du CAC 40 Le secteur financier et certaines entreprises industrielles continuent à tirer la moyenne vers le bas Fin 2012 douze sociétés affichent encore un ratio inférieur à 1 contre 14 un an plus tôt Essilor reste de loin en tête du classement et est rejointe par Gemalto, nouvel entrant, qui bénéficie de sa forte croissance et de ses bonnes positions concurrentielles Trois sociétés présentent un ratio supérieur à 3 ; en 2006, elles étaient 8 L'Oréal LVMH Danone Accor Pernod-Ricard Carrefour Sanofi Kering Technip Total EDF Veolia GDF SUEZ Essilor Air-Liquide Legrand EADS Safran Alstom Schneider Michelin Vinci Solvay Vallourec Saint Gobain Lafarge Bouygues Arcelor-Mittal Renault Unibail- BNP-Paribas Axa Société Crédit Agricole Gemalto Publicis Vivendi Cap Gemini Orange STMicroelectr 0,6 0,6 1,3 1,0 1,0 1,0 0,8 0,8 0,5 0,5 0,6 0,6 0,5 0,4 0,9 0,8 1,3 1,2 1,2 2,2 1,9 1,8 1,6 1,6 1,5 1,5 1,5 2,3 2,2 2,1 1,8 2,0 2,5 3,0 2,9 2,6 2,6 2,9 Biens & Services aux consommateurs Energie, MP et services aux collectivités Industries et BTP Banques et assurances Technologies, Telecom et Medias 3,3 4,4 Moyenne sectorielle 1,9 1,2 1,4 0,5 1,0 27 JUIN /

21 4 Valorisation boursière Pourquoi cette faible valorisation? Des secteurs fortement décotés en bourse Le secteur Banque & Assurance reste le plus mal valorisé. En effet les valorisations pâtissent des incertitudes sur les dettes souveraines (risque sur la valorisation des actifs), et de la pression règlementaire qui fait peser un risque lié au besoin potentiel des sociétés du secteur de renforcer leurs fonds propres En ce qui concerne les industries régulées, le ratio a poursuivi sa dégradation Le secteur énergétique, les services aux collectivités, les télécoms et la télévision sont soumis à des aléas réglementaires qui pèsent sur l appréciation des investisseurs A l inverse, le secteur des biens et services aux consommateurs bénéficie des meilleurs valorisations grâce à la présence de marques fortes et à une forte internationalisation, gage de croissances élevées L industrie présente la plus forte dispersion, le facteur de différenciation étant la capacité à aller chercher la croissance hors d Europe Price to Book du secteur Banques & Assurances Moyenne des P/B P/B en masse 1,48 1,23 1,48 1,23 0,88 0,68 0,71 0,84 0,52 0,67 0,63 0,66 0,44 0,58 Price to Book des industries régulées Moyenne des P/B 3,25 P/B en masse 3,11 3,27 2,76 1,69 1,60 1,31 1,65 1,54 1,27 0,94 0,86 0,93 0,83 Price to Book du secteur Industries et BTP Price to Book du secteur biens et services aux consommateurs 2,29 1,69 2,90 2,03 1,40 1,66 1,66 1,41 Moyenne des P/B P/B en masse 1,72 2,42 2,38 2,79 2,58 1,91 1,74 2,14 1,95 2,31 2,06 1,90 1,83 Moyenne des P/B P/B en masse 2,21 2,16 0,92 1,32 1,26 1,00 1, 27 JUIN /

22 4 Valorisation boursière Price earning ratio «PER» Le PER (rapport de la capitalisation boursière sur les bénéfices) a progressé d environ 4 points entre 2011 et 2012 sous les effets conjoints de la remontée des cours et de la baisse des résultats Plusieurs sociétés ont publié des bénéfices très faibles et présentent ainsi des PER non significatifs En moyenne, par secteur, le groupe le plus homogène est le secteur des biens et services aux consommateurs Le PER s analyse généralement sous un angle prospectif : il s établit à 12,9 au 31/12/2012 sur la base des prévisions de résultat 2013 (source Datastream), soit 27% au dessus du niveau observé au 31/12/2011 (9,4 sur la base des prévisions 2012) Moyenne des PER des sociétés du CAC 40 20,9 16,0 12,6 24,9 * 16,3 12,2 ** 16,8 *** * Hors Arcelor ** Hors Accor *** Hors Vivendi Moyenne des PER du CAC 40 par secteur en ,2 Biens et services aux consommateurs 14,1 Energie, MP et services aux collectivités 16,6 Industries et BTP 14,1 21,4 Banque & assurances Technologie, telecom et médias PER des sociétés du CAC 40 L'Oréal LVMH Danone Sanofi Pernod-Ricard Kering Carrefour Accor NA GDF SUEZ Technip Veolia Total EDF Lafarge Essilor Vallourec Saint Gobain EADS Air-Liquide Schneider Legrand Solvay Alstom Vinci Bouygues Safran Michelin Renault Arcelor-Mittal NA Société Unibail- BNP-Paribas Axa Crédit Agricole NA Vivendi NS Gemalto Orange Cap Gemini Publicis STMicroelectr NA NA : RNPG < 0 NS : RNPG très faible 11,1 22,2 20,5 19,1 19,0 18,3 17,1 24,3 18,3 11,7 8,6 7,8 30,8 27,9 23,2 21,9 19,2 18,4 16,5 Biens & Services aux consommateurs 16,4 Energie, MP et services aux collectivités 15,5 13,0 Industries et BTP 10,6 Banques et assurances 10,5 Technologies, Telecom et Medias 10,3 8,3 6,6 8,2 7,5 11,4 14,5 12,8 26,9 29,1 31,2 27 JUIN /

23 4 Valorisation boursière Evolution du ROE A 6,5%, le rendement des capitaux propres atteint l un des plus bas niveaux enregistrés depuis la création du Profil du CAC40 Cette évolution est due à la baisse des résultats qui se sont fortement dégradés alors que les fonds propres se sont renforcés Alors qu elles ont renforcé leurs fonds propres depuis la crise (résultats mis en réserves, augmentations de capital) les entreprises n ont pas réussi à compenser la rupture de tendance dans leurs résultats provoquée par la crise de 2009 Même après correction des dépréciations d actifs passées en 2012, le niveau du ROE (8,6%) reste sensiblement inférieur à ce qu il était avant la crise Capitalisation, CPPG et RoE du CAC 40 Mds ) CPPG Capitalisation RoE (CPPG) ,0% 14,4% ,5% 10,1% 9,2% 6,4% 6,5% La conclusion est relativement proche si l on examine le ratio hors secteur Banques & Assurances (10,3% retraité des dépréciations) Le ROE du secteur Banques & Assurances s établit à 2,7% (4,7% avant dépréciations) CPPG et RoE secteur Banques & assurances (Mds ) Capitalisation, CPPG et RoE hors Banques & assurances (Mds ) CPPG RoE CPPG Capitalisation RoE (CPPG) 15,0% ,2% ,4% 225 4,8% 248 7,9% 225 5,6% 242 2,7% ,0% 15,7% ,3% 11,0% 10,7% 7,2% 8,2% JUIN /

24 Analyse des incorporels Poids des immatériels dans la valorisation du CAC Composition des incorporels 26 Perspectives JUIN /

25 5 Analyse des incorporels Poids des immatériels dans la valorisation du CAC 40 La valeur des actifs immatériels non inscrits au bilan reste très faible La décomposition de la valeur boursière a très sensiblement évolué depuis 2006, la crise financière et la baisse des marchés ayant abouti à une forte baisse du poids des actifs immatériels non inscrits au bilan Décomposition de la valeur boursière (en Mds ) A fin 2012, l actif net comptabilisé au bilan représente 812 Mds ; la différence avec la capitalisation boursière s établit ainsi à 134 Mds contre plus de 700 Mds à fin 2007 La valorisation par les marchés de la capacité des entreprises à générer de la croissance et à créer de la valeur reste donc très faible Incorporels non comptabilisés Goodwill Actifs incorporels identifiés Actifs corporels et autres actifs nets Le secteur Banque & Assurances génère un «badwill» très significatif, puisque la somme des capitalisations boursières s y établit à 140 Mds pour des actifs nets cumulés de 242 Mds. Le secteur Energie présente un solde équilibré, alors que dans les autres secteurs le poids des incorporels non inscrits au bilan est plus significatif (plus de 50% pour Biens et services aux consommateurs) Décomposition de la valeur boursière globale 50% 53% 21% 20% 14% 13% 15% 15% 17% 39% 27% 32% 23% 18% 22% 23% 19% 19% 14% 33% 42% 27% 34% 22% % 31% 29% Incorporels non comptabilisés Goodwill Actifs incorporels identifiés Actifs corporels et autres actifs nets 27 JUIN /

26 5 Analyse des incorporels Composition des incorporels Les dépréciations enregistrées en 2012 ayant porté sur le goodwill mais également sur les autres actifs incorporels, le poids du goodwill en moyenne pour les sociétés du CAC est resté stable entre 2011 et 2012 à 64% La répartition des différents actifs incorporels est très stable dans le temps Les marques et réseaux restent la première catégorie devant les frais de R&D La part des licences et logiciels s est légèrement accrue Le poids des différents actifs varie fortement en fonction des secteurs Les marques représentent 29% du total pour Biens et services aux consommateurs et restent faiblement valorisées dans les autres secteurs Les concessions, brevets et droits assimilés atteignent 19% dans le secteur Energie, Matières premières et services aux collectivités Les frais de R&D et les licences et logiciels représentent respectivement 14% et 6% du total pour le secteur Technologie, télécoms, médias Moyenne des poids des principaux actifs incorporels en % 4% 6% 9% 64% 15% 64% 9% 65% 9% 64% 63% 65% 6% 15% 8% 5% 5% 18% 3% 8% 5% 3% 2% 18% 6% 6% 4% 2% 15% 8% 6% 4% 2% 16% 6% 64% 4% 4% 3% 2% 15% GW / Total incorp (Gw inclus) Marques & réseaux/total incorp (Gw inclus) Frais de R&D capitalisés/total incorp (Gw inclus) Concessions, brevets et droits assimilés/total incorp (Gw inclus) Licences & logiciels Autres immobilisations / Total incorp (Gw inclus) Moyenne des poids des principaux actifs incoporels des sociétés du CAC JUIN /

27 5 Analyse des incorporels Perspectives sociétés ont donné des indications chiffrées sur l évolution attendue de leur chiffre d affaires et/ou de leurs résultats La tonalité d ensemble est prudente Les objectifs de réduction des coûts sont généralement mis en avant lorsque les sociétés communiquent sur leurs niveaux de marge Evolution du CA Q vs Q ,5% % Quelques sociétés ne communiquent pas sur leurs perspectives d activité mais sur l évolution de leur situation financière (réduction de l endettement, maîtrise des investissement) Les publications des chiffres d affaires du premier trimestre font apparaître une baisse de - 2,1 % (-1,9 % hors banques) % % 48-2% Les sociétés ont confirmé leurs objectifs annuels lors de ces publications En date du 17 juin 2013, le consensus des analystes table pour 2013 sur 0 Biens et services aux consommateurs Energie, MP et services aux collectivités Industries et BTP Banque & assurances 23 Technologie, telecom et médias Source : Analyse profil CAC 40 Une baisse de - 2,2 % du chiffre d affaires Une baisse de - 2,5 % du résultat net global 27 JUIN /

28 27 JUIN avenue Hoche Paris Tel : Fax : Contacts : Sonia Bonnet-Bernard Alban Eyssette Jean-Laurent Lebon

Profil Financier du CAC 40

Profil Financier du CAC 40 26 JUIN 2012 1 Profil Financier du CAC 40 Présentation du 26 juin 2012 Sommaire Présentation générale «Profil CAC 40» 4 Indicateurs clés 8 Structure financière 14 Valorisation boursière 17 Analyse des

Plus en détail

Profil Financier du CAC 40

Profil Financier du CAC 40 23 JUIN 2015 1 Profil Financier du CAC 40 Présentation du 23 juin 2015 Avertissement / préambule Les informations présentées dans le «Profil financier du CAC 40» sont issues des rapports annuels et documents

Plus en détail

Profil Financier du CAC 40

Profil Financier du CAC 40 24 JUIN 2014 1 Profil Financier du CAC 40 Présentation du 24 juin 2014 Avertissement / préambule Les informations présentées dans le «Profil financier du CAC 40» sont issues des rapports annuels et documents

Plus en détail

Profil financier du CAC 40

Profil financier du CAC 40 Profil financier du CAC 4 Présentation du 23 juin 29 23 JUIN 29 1 Avertissement/préambule Les informations présentées dans le «Profil financier du CAC 4» sont issues des rapports annuels des sociétés du

Plus en détail

PRESENTATION DU 8 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 40»

PRESENTATION DU 8 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 40» Communiqué de presse 24 juin 2014 PRESENTATION DU 8 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 40» Les entreprises du CAC 40 ont souffert en 2013 de l euro fort Paris, le 24 juin 2014 Ricol Lasteyrie Corporate Finance

Plus en détail

Profil financier du CAC 40

Profil financier du CAC 40 Profil financier du CAC 4 Présentation du 28 juin 21 28 JUIN 21 1 Avertissement / préambule Les informations présentées dans le «Profil financier du CAC 4» sont issues des rapports annuels des sociétés

Plus en détail

Les entreprises du CAC 40 ont renforcé leur bilan malgré la crise

Les entreprises du CAC 40 ont renforcé leur bilan malgré la crise Communiqué de presse 28 juin 21 PRESENTATION DU 4 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 4» Les entreprises du CAC 4 ont renforcé leur bilan malgré la crise Paris, le 28 juin 21 Ricol Lasteyrie publie pour la quatrième

Plus en détail

Mise en œuvre des tests de dépréciation en 2012

Mise en œuvre des tests de dépréciation en 2012 12 JUIN 2013 1 Mise en œuvre des tests de dépréciation en 2012 Sociétés du CAC 40 12 JUIN 2013 2 / 19 Eléments de contexte Rappel sur la norme IAS 36 L entité doit apprécier, à chaque arrêté comptable,

Plus en détail

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2013

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2013 La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 2013 Pierre BUI QUANG Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2013, les non résidents détenaient

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres À la fi n de l année 2009, les non-résidents

Plus en détail

Les profits des entreprises du

Les profits des entreprises du Les profits des entreprises du CAC 40 Des hausses de profits déconnectées de la réalité économique David Meyer collaborateur de la Direction Fédérale sur les questions économiques 1 Méthodologie Les données

Plus en détail

Gabriel Croissance. Ensemble pour aller plus loin

Gabriel Croissance. Ensemble pour aller plus loin Gabriel Croissance Titre de créance présentant un risque de perte en capital Le prospectus d émission des titres de créances complexes proposés a été approuvé par la BaFin, régulateur Allemand, en date

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2010, la capitalisation

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 2008 François SERVANT Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2008, les non-résidents détenaient

Plus en détail

La communication financière sur la norme IAS 36

La communication financière sur la norme IAS 36 La communication financière sur la norme IAS 36 (dépréciations d actifs)* Étude de l impact de la crise sur les états financiers 2008 des sociétés du CAC 40 Édito Le département Evaluation & Stratégie

Plus en détail

Présentation de la «Preuve d impôt» - IAS12 Quel est le format publié par les sociétés du CAC 40 dans leurs comptes consolidés en 2012?

Présentation de la «Preuve d impôt» - IAS12 Quel est le format publié par les sociétés du CAC 40 dans leurs comptes consolidés en 2012? 2012 Présentation de la «Preuve d impôt» - IAS12 Quel est le format publié par les sociétés du CAC 40 dans leurs comptes consolidés en 2012? INCLUT LA RECOMMANDATION AMF sur les comptes 2013 Pour tout

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2011

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2011 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2011 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2011, la capitalisation

Plus en détail

Le CAC 40, parité, diversité : Synthèse de l enquête de République & Diversité, en partenariat avec le CRAN

Le CAC 40, parité, diversité : Synthèse de l enquête de République & Diversité, en partenariat avec le CRAN Le CAC 40, parité, diversité : Synthèse de l enquête de République & Diversité, en partenariat avec le CRAN - Octobre 2012 - Commanditaires et définitions Commanditaires de l enquête Cette enquête a été

Plus en détail

EVOLUTION DE LA COMMUNICATION FINANCIERE DANS UN CONTEXTE D EURO FORT

EVOLUTION DE LA COMMUNICATION FINANCIERE DANS UN CONTEXTE D EURO FORT EVOLUTION DE LA COMMUNICATION FINANCIERE DANS UN CONTEXTE D EURO FORT Tous droits réservés Mazars Juillet 2014 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de

Plus en détail

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Edition 2015 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Depuis 2008, l Observatoire analyse l

Plus en détail

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2012

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2012 La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2012 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2012, la capitalisation

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

CAC 40 : LES ENTREPRISES FEMINISEES

CAC 40 : LES ENTREPRISES FEMINISEES OBSERVATOIRE SKEMA DE LA FEMINISATION DES ENTREPRISES FRANÇAISES CAC 40 : LES ENTREPRISES FEMINISEES RESISTENT-ELLES MIEUX A LA CRISE BOURSIERE? Professeur Michel Ferrary SKEMA Business School 1 Michel

Plus en détail

Résultats consolidés au 31 décembre 2007. Proposition de distribution d un dividende de 9,20 dirhams/action, soit 100% du résultat distribuable

Résultats consolidés au 31 décembre 2007. Proposition de distribution d un dividende de 9,20 dirhams/action, soit 100% du résultat distribuable Communiqué Rabat, le 22 février 2008 Résultats consolidés au 31 décembre 2007 Forte hausse des résultats consolidés en 2007 o Chiffre d affaires : +21,7% o Résultat opérationnel : +21,8% o Résultat net

Plus en détail

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu Les valeurs à dividende et comment les choisir Qu est-ce qu un dividende et comment une entreprise le verse-t-elle? Le dividende

Plus en détail

Les informations sociales dans les rapports annuels Troisième année d application de la loi NRE

Les informations sociales dans les rapports annuels Troisième année d application de la loi NRE Les informations sociales dans les rapports annuels Troisième année d application de la loi NRE Premiers éléments à partir des sociétés cotées au CAC 40 Marseille - Septembre 2005 1 Présentation générale

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Féminisation et performances des entreprises

Féminisation et performances des entreprises Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Féminisation et performances des entreprises 2011 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu Pourquoi se poser la question du lien entre féminisation

Plus en détail

L évaluation financière des marques

L évaluation financière des marques L évaluation financière des marques Guy Jacquot Expert Judiciaire pré la Cour d Appel de Paris, Associé Sorgem Evaluation SFEV 13 mars 2014 Sorgem Evaluation 11, rue Leroux 75116 PARIS www.sorgemeval.com

Plus en détail

Chiffre d affaires consolidé de 6 347 millions d euros, en hausse de 10 % à périmètre et taux de change constants (+7 % publiés)

Chiffre d affaires consolidé de 6 347 millions d euros, en hausse de 10 % à périmètre et taux de change constants (+7 % publiés) 14.18 Prises de commandes en hausse de 25 % à 9,1 milliards d euros Chiffre d affaires de 6,3 milliards d euros, en hausse de 10 % à périmètre et taux de change constants (+7 % publiés) Marge opérationnelle

Plus en détail

Résultats annuels de l exercice 2004-2005. Paris, le 19 octobre 2005

Résultats annuels de l exercice 2004-2005. Paris, le 19 octobre 2005 Résultats annuels de l exercice 2004-2005 2005 Paris, le 19 octobre 2005 1 Sommaire Les perspectives annoncées en fin du premier semestre ont été réalisées Chiffres clés de l exercice 2004-2005 Résultats

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**)

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Paris, 17 juin 2015 Résultats annuels consolidés 2014-15 (avril 2014 mars 2015) Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Au 31 mars 2015, Rémy Cointreau

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006 Direction de la Balance des paiements Service des Opérations internationales des banques et des administrations

Plus en détail

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDÉ : 3 591,5 millions d euros (3 727,4 millions en 2012) RÉSULTAT BRUT D EXPLOITATION COURANT : 642,9 millions

Plus en détail

Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros. Signature d un contrat d itinérance 2G / 3G avec Orange

Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros. Signature d un contrat d itinérance 2G / 3G avec Orange RESULTATS ANNUELS 2010 Paris, le 9 mars 2011 Chiffre d affaires à plus de 2 milliards d euros Marge d EBITDA Groupe à plus de 39% Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros Signature d

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Les entreprises du CAC 40 ont privilégié leurs bilans à l investissement

Les entreprises du CAC 40 ont privilégié leurs bilans à l investissement Communiqué de presse 22 juin 211 PRESENTATION DU 5 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 4» Les entreprises du CAC 4 ont privilégié leurs bilans à l investissement Paris, le 22 juin 211 Ricol Lasteyrie publie pour

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 27 août COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES 1 er SEMESTRE BONS RÉSULTATS COMMERCIAUX ET AMÉLIORATION DES RÉSULTATS FINANCIERS DE BOUYGUES TELECOM DYNAMISME DES ACTIVITÉS DE CONSTRUCTION À L INTERNATIONAL

Plus en détail

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Edition 2009 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu - Etat des lieux de la féminisation de françaises - Trois facteurs explicatifs de la féminisation

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Communiqué de presse. Le 5 novembre 2014

Communiqué de presse. Le 5 novembre 2014 Communiqué de presse Le 5 novembre 2014 Alstom : niveau record de commandes et amélioration de la profitabilité au premier semestre 2014/15, Etapes clés franchies dans le projet avec General Electric Dans

Plus en détail

RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2002 : JCDecaux maintient sa rentabilité malgré un marché publicitaire difficile

RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2002 : JCDecaux maintient sa rentabilité malgré un marché publicitaire difficile RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2002 : JCDecaux maintient sa rentabilité malgré un marché publicitaire difficile - Maintien de l EBITDA à 200,2 millions d euros (199,6 millions d euros) - Résultat net part

Plus en détail

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS RCS PARIS 383 699 048 EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 Mesdames, Messieurs les Actionnaires,

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Forte progression des résultats de Capgemini au premier semestre 2015

Forte progression des résultats de Capgemini au premier semestre 2015 Relations presse : Christel Lerouge Tél. : 01 47 54 50 71 Relations Investisseurs : Vincent Biraud Tél. : 01 47 54 50 87 Forte progression des résultats de Capgemini au premier semestre 2015 Chiffre d

Plus en détail

GROUPE FLO GROUPE FLO

GROUPE FLO GROUPE FLO GROUPE FLO Le 28 juillet 2011 1 Faits marquants du 1 er semestre 2011 Poursuite de la progression de l activité Progression de + 5,3 % du total des ventes sous enseignes, à 289,6 M Progression de + 1,6

Plus en détail

Communiqué de Presse. S1 2015 S1 2014 Exercice 2014

Communiqué de Presse. S1 2015 S1 2014 Exercice 2014 Contacts Relations Investisseurs : Patrick Gouffran +33 (0)1 40 67 29 26 pgouffran@axway.com Relations Presse : Sylvie Podetti +33 (0)1 47 17 22 40 spodetti@axway.com Communiqué de Presse Axway : croissance

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Baromètre F2iC FactSet - OpinionWay. La détention par les fonds ouverts (OPCVM français et étrangers) des sociétés du CAC 40

Baromètre F2iC FactSet - OpinionWay. La détention par les fonds ouverts (OPCVM français et étrangers) des sociétés du CAC 40 Baromètre F2iC FactSet - OpinionWay La détention par les fonds ouverts (OPCVM français et étrangers) des sociétés du CAC 40 Introduction Les informations présentes dans ce baromètre sont issues de la base

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 28 août 203 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES er SEMESTRE 203 BONNE PERFORMANCE COMMERCIALE DES ACTIVITÉS DE CONSTRUCTION LES PLANS D ADAPTATION DÉLIVRENT LES RÉSULTATS ATTENDUS AMÉLIORATION DE LA

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. GROUPE DANONE : Résultats estimés du 1 er semestre 2004

COMMUNIQUE DE PRESSE. GROUPE DANONE : Résultats estimés du 1 er semestre 2004 COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 22 juillet 2004 GROUPE DANONE : Résultats estimés du 1 er semestre 2004 Croissance comparable des ventes de +8,8% Amélioration de la marge opérationnelle de 11,9% à 12,3%

Plus en détail

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Paris, le 27 août 2009 Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Croissance organique hors essence et effet calendaire de +1,3% Quasi-stabilité de la marge d EBITDA en organique Résistance des

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Résultats du troisième trimestre 2009 Chiffre d affaires de 979,5 M (- 39% par rapport au T3 2008) RBE de 174,0 M, soit 17,8% du chiffre d affaires (26,7% au T3 2008) Important flux

Plus en détail

DEVOTEAM annonce ses résultats 2011 : Hausse de 7% du chiffre d affaires et de 6% du résultat dilué par action

DEVOTEAM annonce ses résultats 2011 : Hausse de 7% du chiffre d affaires et de 6% du résultat dilué par action DEVOTEAM annonce ses résultats 2011 : Hausse de 7% du chiffre d affaires et de 6% du résultat dilué par action Paris, le 29 février 2012 En millions d euros (1) 31.12.2011 31.12.2010 variation Chiffre

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 28 août 2014 19 h 15 L EXPÉRIENCE DE LA LOCATION OPÉRATIONNELLE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 28 août 2014 19 h 15 L EXPÉRIENCE DE LA LOCATION OPÉRATIONNELLE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 28 août 2014 19 h 15 L EXPÉRIENCE DE LA LOCATION OPÉRATIONNELLE Chiffre d affaires semestriel 2014 : 167,4 millions d euros (+4,4 %) Résultat net part du Groupe : -4,5 millions

Plus en détail

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 10 mars 2015 1 er trimestre : Résultats en ligne avec les objectifs annuels Solide croissance organique de 3,3% EBITDA en hausse de 1,5% Résultat net multiplié par 3,3 Perspectives

Plus en détail

Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles

Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles MàJ Février 2008 Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles 1. Obligation de négocier sur l égalité professionnelle (loi du 9 mai 2001 renforcée

Plus en détail

Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes

Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes Communiqué de presse 4 mai 2012 Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes Entre le 1 er avril 2011 et le 31 mars 2012, Alstom a enregistré

Plus en détail

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS DU T4 2014. 25 février 2015

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS DU T4 2014. 25 février 2015 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS DU T4 2014 25 février 2015 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS ÉNONCÉS PROSPECTIFS Certaines déclarations comprises dans cette présentation peuvent

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E. Coface débute l année 2015 avec des résultats solides: chiffre d affaires et rentabilité en hausse pour le T1

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E. Coface débute l année 2015 avec des résultats solides: chiffre d affaires et rentabilité en hausse pour le T1 Paris, 5 mai 2015 Coface débute l année 2015 avec des résultats solides: chiffre d affaires et rentabilité en hausse pour le T1 Croissance du chiffre d affaires : +5,3% à périmètre et change courants (+2,3%

Plus en détail

Pargesa. Holding SA. - Résultat net consolidé de CHF 535 millions, contre CHF 426 millions au 1 er semestre 2007

Pargesa. Holding SA. - Résultat net consolidé de CHF 535 millions, contre CHF 426 millions au 1 er semestre 2007 Pargesa Holding SA Genève, le 31 juillet 2008 Communiqué de presse No 4/2008 Résultats du 1er semestre 2008 : - Progression de 6.5% du résultat courant économique à CHF 438 millions - Résultat net consolidé

Plus en détail

Principaux éléments des comptes 2004 IFRS. Comptes annuels 2004 IFRS Relations Investisseurs 1

Principaux éléments des comptes 2004 IFRS. Comptes annuels 2004 IFRS Relations Investisseurs 1 Principaux éléments des comptes 2004 IFRS 1 Avertissement Veolia Environnement est une société cotée au NYSE et à Euronext Paris et le présent document contient des «déclarations prospectives» (forward-looking

Plus en détail

Carte d identité du fonds Albatros

Carte d identité du fonds Albatros Carte d intité du fonds Albatros Forme juridique FCP capitalisation Catégorie valeurs européennes à dominante française Éligible au PEA oui Objectif performance réaliser à moyen terme une appréciation

Plus en détail

Communiqué de presse Boulogne-Billancourt, le 22 octobre 2015

Communiqué de presse Boulogne-Billancourt, le 22 octobre 2015 Communiqué de presse Boulogne-Billancourt, le 22 octobre Amélioration des performances opérationnelles publiées au 3 ème trimestre portée par les performances d Antalis et les premiers impacts positifs

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL D ACTIVITE

RAPPORT SEMESTRIEL D ACTIVITE RAPPORT SEMESTRIEL D ACTIVITE I. EVENEMENTS SIGNIFICATIFS DE LA PERIODE Le 1 er semestre de la société a été l occasion d un changement de direction de la société Anevia avec la nomination de Laurent Lafarge

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

De plus en plus d entreprises s engagent : la fixation d objectifs chiffrés a doublé en 5 ans!

De plus en plus d entreprises s engagent : la fixation d objectifs chiffrés a doublé en 5 ans! 7 ème BAROMÈTRE ANNUEL CAPITALCOM 2012 SUR LA MIXITÉ De plus en plus d entreprises s engagent : la fixation d objectifs chiffrés a doublé en 5 ans! Officialisée par les Nations-Unies en 1982, la Journée

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse

Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse Le 25 février 2015 - INFORMATION - PRESSE Résultats du premier semestre 2014-2015 Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse Le chiffre d affaires du

Plus en détail

Communication des perspectives financières

Communication des perspectives financières Communication des perspectives financières Analyse portant sur les sociétés du CAC 0 Evolution 2010-2012 Décembre 2013 0 Préambule Le choix des perspectives financières ou «guidance» dans la communication

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

GROUPE. Rapport Semestriel

GROUPE. Rapport Semestriel GROUPE Rapport Semestriel Au 30 juin 2015 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE CONSOLIDATION...

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du Flux de trésorerie disponible-objectifs 2015 en bonne voie d être atteints

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du Flux de trésorerie disponible-objectifs 2015 en bonne voie d être atteints Communiqué aux médias Genève, le 17 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du Flux de trésorerie disponible-objectifs 2015 en bonne voie d être atteints - Chiffre d affaires de CHF

Plus en détail

Résultats annuels 2013. 20 février 2014

Résultats annuels 2013. 20 février 2014 Résultats annuels 2013 20 février 2014 Avertissement Cette présentation ne constitue nullement une offre de valeurs mobilières ou une sollicitation en vue d une offre de valeurs mobilières. Certaines informations

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Avril 2015 898 SYNTHESE La valeur des stocks investis en actions cotées à la bourse de Casablanca par les investisseurs

Plus en détail

Opérations de croissance externe des sociétés du CAC 40

Opérations de croissance externe des sociétés du CAC 40 Opérations de croissance externe des sociétés du CAC 40 Analyse de la communication financière relative à la comptabilisation (IFRS 3R et IAS 27R) et au suivi (IAS 36) des acquisitions Sociétés analysées

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Décembre 2014 898 SYNTHESE La valeur des investissements étrangers en actions cotées à la bourse de Casablanca a enregistré

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Communiqué de presse TORONTO, le 5 août 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 34 % en raison de l amélioration

Plus en détail

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 :

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 : 11.05 Valeo : résultat net de 365 millions d euros en 2010, soit 3,8 % du chiffre d affaires ; performance opérationnelle en avance sur le plan stratégique présenté en mars 2010 Au second semestre 2010

Plus en détail

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier 100% garanti en capital à l échéance Durée d investissement conseillée : 8 ans Moteur automobile à deux-temps 189 Karl

Plus en détail

Les profits des groupes du CAC 40 : quelle contribution des revenus d investissements directs à l étranger? Une évaluation sur la période 2005-2011

Les profits des groupes du CAC 40 : quelle contribution des revenus d investissements directs à l étranger? Une évaluation sur la période 2005-2011 Les profits des groupes du CAC 40 : quelle contribution des revenus d investissements directs à l étranger? Une évaluation sur la période 2005-2011 Dominique NIVAT Direction des Enquêtes et des Statistiques

Plus en détail

Rapport de Gestion Exposé Sommaire. Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires. SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004

Rapport de Gestion Exposé Sommaire. Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires. SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004 Rapport de Gestion Exposé Sommaire Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004 SOCIÉTÉ BIC 14, rue Jeanne d Asnières 92116 Clichy Cedex, France

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012. Comptes non audités

ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012. Comptes non audités ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012 Comptes non audités COMPTES CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012 Bilan Actif Montants en milliers d'euros Montants Amortissements Montants Montants Bruts et

Plus en détail

Résultats premier semestre 2009

Résultats premier semestre 2009 Résultats premier semestre 2009 Sommaire Faits marquants 1 er semestre 2009 Activité par marque et par zone 1 er semestre 2009 Résultats 1 er semestre 2009 Lancements 2 ème semestre 2009 Perspectives -2-

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : UNE BELLE PERFORMANCE Chiffre d affaires supérieur à un milliard d euros, en hausse de 5,6% hors effets de change Marge opérationnelle courante1 : 25,6% du chiffre d'affaires Marge nette2 : 15,4% du

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2014

RÉSULTATS ANNUELS 2014 RÉSULTATS ANNUELS 2014 Chiffre d affaires de 48,5 Mds, en progression organique de + 4,7 % En France : - Fin du cycle de repositionnement tarifaire des enseignes discount (Géant et Leader Price) - Développement

Plus en détail