Les fonds souverains dans le capital d une entreprise internationale, enjeux et perspectives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les fonds souverains dans le capital d une entreprise internationale, enjeux et perspectives"

Transcription

1 Les fonds souverains dans le capital d une entreprise internationale, enjeux et perspectives Institut de l Entreprise 8 avril 2011 Jérôme Schmitt Frédéric Lucand Christophe Roques

2 Sommaire TOTAL: un portefeuille de plus en plus diversifié Mais un actionnariat essentiellement concentré sur le bassin atlantique Les fonds souverains: G$ d encours sous gestion Mais seulement 5% des encours long terme de la «planète finance» Les fonds souverains: un rôle macroéconomique de plus en plus important au niveau mondial, comme dans l efficacité de leurs économies domestiques L Asie et le Moyen Orient représentent 80% des fonds souverains Les 25 premiers représentent 80% des encours totaux gérés par les fonds souverains Leurs investissements sont concentrés dans la finance et l OCDE Leur présence en France est de plus en visible Leur comportement est généralement passif mais leur transparence reste limitée Les fonds souverains face aux risques économiques et politiques Attractivité de la France: des atouts qui doivent être mis en valeur

3 Total: un portefeuille de plus en plus diversifié Répartition du portefeuille* 16 G d investissements bruts* France 7% Canada United Kingdom Norway Kazakhstan Reste du Monde 25 % Reste de l Europe 16% USA Venezuela Nigeria Congo Angola Qatar Yemen UAE Australia Afrique 30% Reste du Monde 35 % collaborateurs* Amérique du Nord 22% France 38% Réserves prouvées et probables 1 Bboe Bboe 0.5 Bboe Principaux complexes dans l Aval et la Pétrochimie Reste de l Europe 27% Présence dans 130 pays Investissements importants dans les pays émergents * données 2010

4 Total : un actionnariat essentiellement concentré sur le bassin atlantique Répartition géographique de l actionnariat Type d actionnaires Asie 4% Reste du Monde 1% Salariés 4% Actionnaires individuels 8% Amérique du Nord 26% France 34% Reste de l Europe 23% Royaume Uni 11% Actionnaires institutionnels 88% Base d actionnaires français importante actionnaires individuels Décalage entre la répartition géographique de l actionnariat du Groupe et celle de ses activités

5 Enjeux types de la politique actionnariale d un groupe industriel Enjeux Axes de développement Nécessité d accéder à des ressources long terme pour financer des projets long terme Raréfaction des capitaux en Europe et aux Etats-Unis pouvant être investis en actions Volatilité des marchés et récurrence des crises économiques Diversification croissante des activités dans le monde Croissance importante de la zone Asie et stagnation relative du bassin Atlantique S appuyer sur des actionnaires ayant une vision long-terme et des ressources financières importantes Diversification des investisseurs par zone géographique et par type pour limiter les risques Accroître la cohérence entre la répartition géographique de l actionnariat du Groupe et celle ses activités afin de mieux soutenir sa croissance C est dans ce contexte que se pose la question de l opportunité de partenariats avec les fonds souverains

6 Les fonds souverains: environ G$ sous gestion Croissance des actifs sous gestion (T$) des fonds souverains x4 3 2 Commodity Non Commodity (e) Ressources financières des fonds souverains Revenus fiscaux liés à l exploitation des matières premières (pétrole, gaz ) Les états bénéficiaires créent un fonds souverain ( commodity fund ) destiné à gérer ces liquidités (ex: Qatar Investment Authority créé pour gérer les revenus du gaz du Qatar). Excédent de la balance courante d un pays qui se traduit par une accumulation de réserves de change dans le bilan de la banque centrale La banque centrale décide alors de créer un fonds ( non commodity fund ) destiné à gérer une partie de ces réserves de change (ex: Norvège avec NBIM, Chine avec SAFE)

7 mais seulement 5% des encours long terme de la «planète finance» Principaux types d investisseurs long terme (T$) (données 2009) Fonds de pension Fonds mutuels Assureurs Fonds Souverains Private equity Hedge funds Contraintes des investisseurs long terme traditionnels En raison des nouvelles réglementations financières (Bale III et Solvency II), les capacités d investissement en actions des assureurs et des banques vont se réduire. Les investisseurs long terme classiques ne sont pas en mesure de répondre seuls au besoin de financement long de l économie. La part des actions dans les portefeuilles d Axa a chuté de 20% des actifs en 2000 à 10% en 2007 et moins de 5% aujourd hui. En stock, les fonds souverains sont encore marginaux En flux, le rôle des fonds souverains est devenu primordial en raison de la croissance de leurs ressources et de leur disponibilité pour les investissements en actions

8 Des portefeuilles diversifiés pour réduire le risque et améliorer le rendement % de fonds souverains autorisés à internenir sur les différentes classes d actifs* Commodities Private equity Immobilier Actions Dette obligataire % Exposition aux instruments de dettes (souveraines et d entreprises), aux actions, au marché immobilier et aux marché des commodities. Prise de participations directement dans le capital de grandes entreprises dans des secteurs clés pour le développement économique (énergie, infrastructure, banques, services aux collectivités) Il existe une convergence d intérêts entre les entreprises à la recherche de capitaux à long terme et les fonds souverains en quête de diversification de leurs portefeuilles d actifs. *source: Deutsche Bank en 2009

9 Les fonds souverains jouent un rôle macroéconomique de plus en plus important au niveau mondial Accumulation d excédents de la balance courante dans les pays émergents vis-à-vis des pays développés Accumulation de déficits de la balance courante dans les pays développés (Etats-Unis notamment) vis-à-vis des pays émergents Les fonds souverains effectuent un travail de recyclage des ressources financières des pays dont les investissements sur le marché local sont insuffisants vers les pays dont le niveau d épargne est trop bas. Les fonds souverains peuvent donc jouer un rôle stabilisateur. Cette structure de flux commerciaux a pour corollaire une structure symétrique de flux de capitaux dans lesquels les fonds souverains jouent un rôle. lors de la crise des subprimes en 2007, certains fonds sont intervenus pour recapitaliser des banques en difficulté. En janvier 2011, la Chine a indiqué qu elle souhaitait continuer à acheter de la dette souveraine européenne. L expansion des fonds souverains est le résultat de deux facteurs macroéconomiques : La hausse du prix des matières premières Les déséquilibres du commerce mondial

10 Comme dans l efficacité de leurs économies domestiques Les fonds souverains sont un moyen de recycler les réserves de change excédentaires de pays disposant d excédents commerciaux structurels (ex: Chine) afin de limiter les risques d inflation Les fonds souverains sont un moyen de limiter le coût de portage et de stérilisation* en investissant les réserves dans des actifs dont le rendement est supérieur à ce coût. Les fonds souverains sont également conçus comme un moyen de stabilisation de la situation macroéconomique d un pays Stabiliser le taux de change en disposant de réserves permettant d intervenir sur le marché Stabiliser les recettes budgétaires si elles sont très dépendantes des matières premières Disposer de moyens financiers pour le développement économique local * Le coût de portage est la différence entre le coût de financement des réserves de change et leur rendement. Le coût de stérilisation est la différence entre le rendement des obligations vendues par la banque centrale pour neutraliser l accroissement de masse monétaire et le rendement de ces réserves

11 Plusieurs types de fonds souverains en fonction de l objectif macroéconomique poursuivi Fonds de stabilisation : protéger les finances publiques des fluctuations du cours des matières premières (ex : LIA - Libye) Fonds d épargne au profit des générations futures: convertir des actifs non renouvelables en actifs renouvelables (ADIA - Abu Dhabi) Sociétés de placement de réserves : accroître le rendement des réserves de change accumulées (ex : SAFE - Chine) Fonds de développement: financer le développement de l économie locale (ex : QIA - Qatar) Fonds de réserve de retraite conditionnels: faire face à des engagements imprévus au titre des retraites dans le bilan de l Etat (ex: Government Pension Fund - Norvège)

12 L Asie et le Moyen-Orient représentent environ 80% des fonds souverains* Par région Croissance du PIB (base 100 en $) Amériques Europe 18% 2% 2% Autres 43% Moyen Orient % Asie Par pays Asie Moyen-Orient Chine Etats-Unis Autres (Venezuela, France ) Russie Koweït 4% 5% 15% 24% Chine Source: International Monetary Fund, October à 70 fonds souverains dans le monde Singapour 10% 11% 12% 18% EAU Conséquence du développement économique des pays émergents. Arabie Saoudite Norvège * En % d actifs sous gestion

13 Les 25 principaux fonds souverains représentent plus de 80% des encours (18) Alaska Permanent Fund Corporation: 34 G$ Chine et Hong-Kong: (3) SAFE Investment Company: 350 G$ (4) China Investment Corporation: 290 G$ (7) Hong-Kong Monetary Authority Investment Portfolio: 193 G$ (9) National Social Security Fund: 114 G$ (2) Norges Bank Investment Management : 456 G$ (11) National Wealth Fund : 92 G$ (17) Strategic Investment Fund: 38 G$ Algérie et Libye: (12) Libyan Investment Authority: 70 G$ (16) Revenue Regulation Fund: 47 G$ Venezuela (22) National Development Fund: 27 G$ Arabie Saoudite et Koweït: (6) Kuwait Investment Authority: 203 G$ Saudi Arabian Monetary Agency: 350 G$(e) Singapour: (5) GIC: 248 G$ (8) Temasek : 119 G$ EAU et Qatar: (1) Abu Dhabi Investment Authority: 652 G$ (10) Dubai World: 100 G$ (14) Qatar Investment Authority: 60 G$ (25) Mubadala Development Company: 22 G$

14 Des investissements concentrés dans la finance et l OCDE Par secteur entre 1995 et 2009 Par zone géographique entre 1995 et 2009 Entre pays de l UE entre 1995 et 2009 Matières premières Immobilier Services Autre 10% 10% 42% 11% 13% 14% Industrie Finance Moyen Orient Etats-Unis Japon 1% 12% Asie 4% 31% 20% Autre 31% 1% Union Européenne Afrique UK 49% 14% 15% Autre Italie 4% Pays-Bas 6% 12% France Allemagne Exemples de participations dans le secteur financier Importance des investissements dans le secteur financier Investissements concentrés en Europe et aux Etats-Unis En Europe, le Royaume Uni est prépondérant Présence modérée des fonds souverains en France UBS Crédit Suisse Morgan Stanley Barclays GIC (Singapour) 6,5% 3,9% Citi London Stock Exchange QIA (Qatar) 6,2% 6,7% 15,1% NBIM (Norvège) 1,7% 0,6% CIC (Chine) 9,8% EAU (Abu Dhabi) 6,2% Bourse de Dubaï 20,6%

15 Une présence de plus en plus visible dans les fleurons de l économie française Fonds Entreprises Fonds Entreprises DIC (Dubaï) EADS (3%) Emirates IIC Vivendi (3%) QIA (Qatar) KIA (Koweït) SAFE (Chine) CIC (Chine) FSI (France) - Vinci (5,7%) - Lagardère (7,6%) - Veolia (5%) - Areva (5%) - Vivendi (3%) - GDF-Suez (1%) - Sanofi-Aventis (1,5%) - Veolia (1,5%) - Schneider (4,3%); Vallourec (5,3%); Technip (5,2%) - France Télécom (13,5%); Vivendi (3,8%); Alcatel (2,1%) Norges Bank (Norvège) - Total (1,6%); GDF-Suez (1,2%); Air Liquide (0,9%) - Veolia (0,8%); Suez Envir. (1,6%) - Vinci (1,8%); St Gobain (1,7%); Unibail (1,7%); Bouygues (1,1%); Lafarge (1,1%); Alstom (1,3%); Vallourec (1,1%); Technip (1,7%) - France télécom (1%); Vivendi (1,5%); Alcatel (1,7%); Publicis (0,8%) - Sanofi-Aventis (1,3%); Essilor (1,5%) - BNP Paribas (1,4%); Société Générale (2%); AXA (1,3%); Crédit Agricole (0,8%) - Cap Gemini (1,5%) - Danone (1,6%); Carrefour (1,9%); Pernod Ricard (2%) - PPR (1,5%) - Renault (2,2%); Michelin (1%); Peugeot (1,8%) - Accor (1,7%) CDC (France) - Danone (3,6%) - Accor (8,6%) - GDF-Suez (1,9%) - Veolia (9,5%); Suez Envir. (2%) - St Gobain (2,9%); Alstom (1,4%) - Société Générale (2,3%) Norges Bank est très présent dans le CAC 40 Le Qatar a des participations significatives en raison de ses bonnes relations diplomatiques avec la France Les fonds souverains sont peu présents dans le secteur financier français notamment en raison de sa bonne résistance

16 Un comportement jusqu à maintenant assez passif Gouvernance Oui Non Commentaires Demande de représentation au Conseil d administration x Les FS demandent rarement d être représentés au Conseil d administration car ils n ont pas les moyens humains nécessaires pour s impliquer directement dans la gestion des entreprises. Il existe quelques exceptions: Suez Environnement a refusé un siège au Qatar qui a finalement revendu sa participation. Vote en Assemblée générale x x Norges Bank vote en assemblée générale Il est difficile de savoir ce qu il en est pour les fonds plus opaques. Prise de participation de taille importante Vente agressive de participation OPA x x x En France, les FS ont pris des participations très minoritaires. A l étranger, les FS ont déjà pris des participations plus importantes. Ainsi, QIA détient 15% du LSE et 26% de Sainsbury. Les FS ayant plutôt une politique de «buy and hold», il n y a pas d exemples connus de ventes agressives de participations acquises par un FS. Il n y a pas d exemples d OPA d un FS sur un groupe occidental. Il existe par contre un exemple d OPA hostile du fonds souverain malais sur une société singapourienne de gestion d établissements hospitaliers (~3 G USD) Les fonds souverains n interviennent généralement pas dans la gestion des entreprises occidentales dans lesquelles ils détiennent une participation Par ailleurs, il n y a pas encore d exemple de comportement agressif de fonds souverains (OPA hostile ) vis-à-vis d une entreprise occidentale

17 Et une transparence limitée Transparence Forte Faible Commentaires Pas de publication sur la taille des encours gérés Gestion X Pas de publication sur la performance des portefeuilles Pas de publication sur la composition des portefeuille Pas de publication sur la politique de gestion Gouvernance des fonds souverains X Pas d organigramme public qui explique les prises de décision Opacité dans les véhicules juridiques utilisés Opacité sur les liens entre la structure des fonds et le pouvoir politique Objectifs poursuivis X Confusion entre objectifs financiers (rentabilité) et politiques (influence) Craintes d espionnage industriel Il existe cependant des fonds souverains dont la transparence sur la gestion, la gouvernance et les objectifs poursuivis est exemplaire: Temasek (Singapour) et Norges Bank (Norvège)

18 Les fonds souverains face aux risques économiques: l exemple de Dubaï World Dubaï World : fonds souverains d une taille estimée à 100 G$ d actifs sous gestion Fonds souverains parmi les plus actifs sur le marché international historiquement Vocation : développement économique de l émirat et de promotion de son attractivité : Stratégie de diversification des activités dans l émirat de Dubaï (hôtellerie de luxe, immobilier, tourisme ) Financement des projets par un très fort endettement (80 G USD dont 59 G USD pour Dubaï World) Conséquences de la crise Raréfaction du crédit avec la crise économique et baisse des prix immobiliers de 50% 25 novembre 2009 : L émirat de Dubaï annonce son incapacité à honorer à temps une partie de sa dette Forte baisse de la Bourse de Dubaï (-26,7% du 25 novembre 2009 au 9 décembre 2009). Effet de contagion sur les Bourses mondiales Aide de l émirat d Abu Dhabi (25 G USD) Programme de cessions d actifs de Dubaï World (19 G USD environ) 23 mars 2011 : Dubaï World signe un accord définitif avec ses créanciers sur la restructuration de ses dettes. Bien que les fonds souverains aient des ressources financières importantes, ils peuvent connaître des difficultés

19 Les fonds souverains face au risque politique: l exemple du fonds souverain libyen Libyan Investment Authority (LIA): fonds souverain lybien d une taille évaluée à 70 G$ et alimenté par les recettes pétrolières. LIA avait investi dans les infrastructures et l immobilier ainsi notamment qu en Italie en prenant, conjointement avec la banque centrale libyenne, une participation de 7,6% dans Unicredit. Il semblerait que le fonds était dirigé par Seif Al-Islam, un des fils du colonel Khadafi. Conséquences de la situation politique en Libye sur LIA Fortes tensions en Libye 22 février 2011 : Ouverture différée de la Bourse de Milan en raison de craintes de ventes massives des participations du fond libyen dans les sociétés italiennes Unicredit est particulièrement affecté: son cours de bourse baisse de 7,6% du 21 au 22 février 2011 Du 25 au 28 février 2011, les Etats-Unis et l Union Européenne décident de geler les avoirs libyens La Grande-Bretagne gèle les avoirs de LIA, notamment dans le groupe Pearson qui contrôle le Financial Times Unicredit décide de geler les droits de vote de LIA et de la banque centrale libyenne Le Trésor américain indique qu environ 30 G$ de biens libyens ont été gelés aux Etats-Unis En raison de leurs liens avec le pouvoir politique, les fonds souverains peuvent être particulièrement exposés

20 L intérêts des fonds souverains pour l UE et la France n est pas nécessairement durable Faiblesse de la croissance en Europe et en France Recentrage des investissements des fonds souverains sur leur pays ou leur zone d origine à la suite de pertes enregistrées dans le secteur financier (Temasek) ou dans le cadre d une volonté de soutien au tissu économique local (CIC) Augmentation de l aversion au risque à la suite de la crise qui se traduit par une réallocation des actifs en faveur de produits moins risqués (produits de taux gouvernementaux) ou d une gestion plus passive Bilan de l attractivité de la France Forces Nombreuses entreprises de taille mondiale avec des activités en forte croissance dans les pays émergents Marques prestigieuses qui peuvent attirer les fonds Risque économique modéré (grandes entreprises bien établies, bonne résistance des banques françaises à la crise) Ouverture de la France aux investissements étrangers Faiblesses Place boursière de second ordre (notamment par rapport à Londres) Volatilité de l euro par rapport au dollar qui expose les fonds souverains à un risque de change (les ressources des fonds sont libellés en dollars) Image d un pays plutôt hostile aux prises de participations étrangères: Discours politique discordant par rapport à l ouverture réelle de la France Instabilité réglementaire et fiscale La France dispose toujours d atouts importants qui doivent être mis en valeur

21 Comment renforcer les partenariats entre fonds souverains et entreprises françaises? Fonds souverains Problèmes Manque de transparence Pays d origine des fonds souverains protectionnistes Réputation Axes de développement Améliorer la transparence sur la gouvernance et la gestion. Application des GAPP ( Generally Accepted Practices and Principles ) du FMI destinés à désamorcer les méfiances. Améliorer la réciprocité Ouverture des marchés domestiques aux biens et services étrangers et réciprocité dans les prises de participation France Problèmes Méfiance politique vis-à-vis des fonds souverains Rivalités économiques avec les pays émergents Axes de développement Adoption d une attitude plus acceuillante, en adéquation avec l ouverture économique réelle de la France Développer les relations diplomatiques entre les fonds souverains et la France Améliorer la coopération économique Développements de partenariats entre le FSI et les fonds souverains de pays émergents Améliorer la transparence des FS et mettre en valeur les atouts de France et de ses entreprises

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Edition 2009 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu - Etat des lieux de la féminisation de françaises - Trois facteurs explicatifs de la féminisation

Plus en détail

CAC 40 : LES ENTREPRISES FEMINISEES

CAC 40 : LES ENTREPRISES FEMINISEES OBSERVATOIRE SKEMA DE LA FEMINISATION DES ENTREPRISES FRANÇAISES CAC 40 : LES ENTREPRISES FEMINISEES RESISTENT-ELLES MIEUX A LA CRISE BOURSIERE? Professeur Michel Ferrary SKEMA Business School 1 Michel

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Profil Financier du CAC 40

Profil Financier du CAC 40 26 JUIN 2012 1 Profil Financier du CAC 40 Présentation du 26 juin 2012 Sommaire Présentation générale «Profil CAC 40» 4 Indicateurs clés 8 Structure financière 14 Valorisation boursière 17 Analyse des

Plus en détail

Le CAC 40, parité, diversité : Synthèse de l enquête de République & Diversité, en partenariat avec le CRAN

Le CAC 40, parité, diversité : Synthèse de l enquête de République & Diversité, en partenariat avec le CRAN Le CAC 40, parité, diversité : Synthèse de l enquête de République & Diversité, en partenariat avec le CRAN - Octobre 2012 - Commanditaires et définitions Commanditaires de l enquête Cette enquête a été

Plus en détail

Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles

Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles MàJ Février 2008 Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles 1. Obligation de négocier sur l égalité professionnelle (loi du 9 mai 2001 renforcée

Plus en détail

CONDITIONS DEFINITIVES EN DATE DU 05 MAI 2008 CONCERNANT DES BONS D'OPTION WARRANTS SUR ACTIONS ET INDICE AVEC REGLEMENT EN ESPECES

CONDITIONS DEFINITIVES EN DATE DU 05 MAI 2008 CONCERNANT DES BONS D'OPTION WARRANTS SUR ACTIONS ET INDICE AVEC REGLEMENT EN ESPECES CONDITIONS DEFINITIVES EN DATE DU 05 MAI 2008 CONCERNANT DES BONS D'OPTION WARRANTS SUR ACTIONS ET INDICE AVEC REGLEMENT EN ESPECES Emetteur : Calyon Financial Products (Guernsey) Limited Garant : Calyon

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

«Les Fonds Souverains et la mutation des relations Financières Internationales»

«Les Fonds Souverains et la mutation des relations Financières Internationales» «Les Fonds Souverains et la mutation des relations Financières Internationales» Skander OUNAIES Unité de Recherche «ECOFI» Adresse professionnelle : IHEC, Av. H. Bourguiba, 2016, Carthage Présidence, Tunisie.

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

LIRE LA COTE BOURSIÈRE RE ET COMPRENDRE LES INDICES BOURSIERS

LIRE LA COTE BOURSIÈRE RE ET COMPRENDRE LES INDICES BOURSIERS FORMATION DES JOURNALISTES Séminaire de Formation de la COSUMAF THÈME 4 : LIRE LA COTE BOURSIÈRE RE ET COMPRENDRE LES INDICES BOURSIERS Par les Services de la COSUMAF 1 SOMMAIRE DU THÈME 4 03 Cote Boursière

Plus en détail

Guide des Fonds Souverains Africains

Guide des Fonds Souverains Africains Guide des Fonds Souverains Africains AFRICAN MARKETS www.african-markets.com Auteur: Romuald YONGA Last update : Septembre 2014 Sommaire I- Introduction... 3 II- Les fonds souverains en activité... 5 Algérie...

Plus en détail

L hebdo Finance de la MACS

L hebdo Finance de la MACS - DU 18 AU 25 JANVIER 2007 - Numéro 9 DÉFINITION DE LA SEMAINE : - Marché primaire/ marché secondaire - Marché gré à gré p1 ANALYSE DE PORTEFEUILLE p2 REPORTAGE DE LA SEMAINE : Bloomberg p4 NOUVELLE DE

Plus en détail

Présentation de la «Preuve d impôt» - IAS12 Quel est le format publié par les sociétés du CAC 40 dans leurs comptes consolidés en 2012?

Présentation de la «Preuve d impôt» - IAS12 Quel est le format publié par les sociétés du CAC 40 dans leurs comptes consolidés en 2012? 2012 Présentation de la «Preuve d impôt» - IAS12 Quel est le format publié par les sociétés du CAC 40 dans leurs comptes consolidés en 2012? INCLUT LA RECOMMANDATION AMF sur les comptes 2013 Pour tout

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

Les hedge funds, les fonds souverains, les fonds de. Marchés, Les fonds d investissement. Les différentes catégories d investisseurs institutionnels

Les hedge funds, les fonds souverains, les fonds de. Marchés, Les fonds d investissement. Les différentes catégories d investisseurs institutionnels Les fonds d investissement On distingue aujourd hui deux grandes familles de fonds d investissement : les investisseurs institutionnels et les fonds non conventionnels. Les premiers comprennent les OPCVM,

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES XIIème Conférence sur la Transition Economique Les services financiers et bancaires au cœur de la transition économique Bruxelles, les 21 et 22 février 2008 Système

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Montpellier. 24 mai 2011

Montpellier. 24 mai 2011 Montpellier 24 mai 2011 SOMMAIRE Le Groupe AXA Retour sur 2010, une année charnière Performance en 2010 et indicateurs d activité 2011 Priorités pour 2011 et après Christian RABEAU Directeur de la Gestion

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

LES ACTIONNAIRES INDIVIDUELS RESTENT CONFIANTS EN 2012!

LES ACTIONNAIRES INDIVIDUELS RESTENT CONFIANTS EN 2012! 7EME BAROMÈTRE ANNUEL CAPITALCOM DES ATTENTES DES ACTIONNAIRES INDIVIDUELS DU CAC 40 A L APPROCHE DES ASSEMBLEES GENERALES 2012 LES ACTIONNAIRES INDIVIDUELS RESTENT CONFIANTS EN 2012! La perception croissante

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Les effets des fonds souverains sur le système financier international

Les effets des fonds souverains sur le système financier international Les effets des fonds souverains sur le système financier international Tamara Gomes 1 Ces dernières années, les économies de marché émergentes et les pays exportateurs de matières premières ont été nombreux

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Les failles des fonds souverains

Les failles des fonds souverains Les failles des fonds souverains et les réactions contradictoires de l Occident Travail de recherche réalisé dans le cadre de la préparation du Master en Stratégie d Intelligence Économique Mai 2008 Auteur

Plus en détail

dans le cadre de son introduction en bourse

dans le cadre de son introduction en bourse C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Elior place avec succès environ 847 millions d euros dans le cadre de son introduction en bourse Paris, le 11 juin 2014 Offre souscrite pour un montant global de 847

Plus en détail

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire Fonds Assurance Retraite BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014 Communication à caractère publicitaire Le contrat BNP Paribas Avenir Retraite est géré par Cardif Assurance Vie avec un

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

VEILLE SECTORIELLE. 3 ème Trimestre 2013

VEILLE SECTORIELLE. 3 ème Trimestre 2013 VEILLE SECTORIELLE 3 ème Trimestre 213 Novembre 213 EDITORIAL VEILLE SECTORIELLE / 3 ème TRIMESTRE 213 SOMMAIRE Économie Conjoncture Internationale Maintien de la stabilité du cadre économique national

Plus en détail

COVEA SECURITE SICAV de droit français Monétaire court terme

COVEA SECURITE SICAV de droit français Monétaire court terme Plaquette semestrielle d'information COVEA SECURITE SICAV de droit français Monétaire court terme 30 juin 2014 COVEA Finance Affectation des résultats Résultat net : Capitalisation : actions G. Distribution

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Sommaire Le sens de l Histoire Le Groupe UFG-LFP La déclinaison de la stratégie

Plus en détail

Le Club des Trente attribue le «Grand Prix de l année 2007» à l opération Lafarge - Orascom

Le Club des Trente attribue le «Grand Prix de l année 2007» à l opération Lafarge - Orascom Communiqué de presse, Le 15 mai 2008 Le Club des Trente attribue le «Grand Prix de l année 2007» à l opération Lafarge - Orascom La cérémonie de remise du Prix du Club des Trente qui couronne les meilleures

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut LE DOLLAR règne en maître, par défaut Les arrangements monétaires internationaux sont examinés à la loupe depuis la crise financière mondiale Eswar Prasad LE DOLLAR a été la principale monnaie mondiale

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Droit d un CEE à consultation et assistance d Experts FETBB

Droit d un CEE à consultation et assistance d Experts FETBB Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse Société d expertise comptable inscrite au Tableau de l Ordre de Paris/Ile-de-France Siège social : 20, rue Martin Bernard 75647 Paris Cedex 13 Tel

Plus en détail

L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres

L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres La croissance économique L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres 1- Le Liban a connu une croissance économique exceptionnelle et solide à partir de 2007 jusqu'en 2010, le

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. M&G : expert en gestion d actifs depuis 1931 360 Mds M&G gère aujourd hui plus de 360 milliards d euros (au 30.06.15) au sein de diverses classes d actifs : actions, obligations, immobilier et liquidités,

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

FCPE AG2R LA MONDIALE ES CARMIGNAC INVESTISSEMENT. Notice d Information

FCPE AG2R LA MONDIALE ES CARMIGNAC INVESTISSEMENT. Notice d Information FCPE AG2R LA MONDIALE ES CARMIGNAC INVESTISSEMENT Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) - Code valeur : 990000097549 Compartiment oui non Nourricier oui non Notice d Information Un Fonds Commun

Plus en détail

2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée.

2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée. COMMUNIQUE DE PRESSE 6 décembre 2013 Résultats annuels 2013 2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée. Volume d activité Villages stable à taux

Plus en détail

Comment mieux comprendre la communication financière?

Comment mieux comprendre la communication financière? Comment mieux comprendre la communication financière? AXA Group Solutions Web Shared Services/Digital Studio - Novembre 2012 Focus sur l Investor Day Contacts: Communication interne Groupe : comint@axa.com

Plus en détail

COMPLÉMENT AU RAPPORT PILIER 3 PUBLIÉ DANS LE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE LE 4 MARS 2014 : RISQUES DE CRÉDIT

COMPLÉMENT AU RAPPORT PILIER 3 PUBLIÉ DANS LE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE LE 4 MARS 2014 : RISQUES DE CRÉDIT COMPLÉMENT AU RAPPORT PILIER 3 PUBLIÉ DANS LE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE LE 4 MARS 2014 : RISQUES DE CRÉDIT INFORMATIONS AU 31 DÉCEMBRE 2013 RISQUE DE CRÉDIT : INFORMATIONS QUANTITATIVES COMPLÉMENTAIRES Les

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

AVAFX ET LE PROJET PARTNER2010 Leader Global en FX

AVAFX ET LE PROJET PARTNER2010 Leader Global en FX AVAFX ET LE PROJET PARTNER2010 Leader Global en FX Sommaire - Information sur le Broker AVA FX (entreprise, régulations, plateformes, présence mondiale, actionariat, etc..) - Services qu offre AVAFX -

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI Introduction Mémoire de la City of London Corporation Présenté par le bureau du développement

Plus en détail

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière?

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 mars 2015 à 13:47 Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? Introduction La globalisation financière est à la fois la condition d un système financier

Plus en détail

GREAT-WEST LIFECO 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % [2]

GREAT-WEST LIFECO 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % [2] GREAT-WEST LIFECO Great-West Lifeco Inc. est une société de portefeuille internationale spécialisée dans les services financiers ayant des participations dans l assurance-vie, l assurance-maladie, les

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Raisons convaincantes d investir dans le Fonds de revenu élevé Excel

Raisons convaincantes d investir dans le Fonds de revenu élevé Excel 3 Raisons convaincantes d investir dans le Fonds de revenu élevé Excel Rendements revenus au risque, de stables et de gains en capital Mai 2015 1 6 5 2 2 de 0 1 2 3 4 5 6 7 8 Rendement Marchés émergents

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 30-06-2015 COMMENTAIRE DE 1 er SEMESTRE 2015 Le premier semestre 2015 a été caractérisé par le

Plus en détail

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12 LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12 juin 2013 Introduction Les chiffres clés du capital-investissement

Plus en détail

Titres à revenu fixe des marchés émergents

Titres à revenu fixe des marchés émergents Titres à revenu fixe des marchés émergents Fait : Les titres à revenu fixe des marchés émergents constituent une catégorie d actif en soi. Diversité : La taille et la portée des marchés émergents procurent

Plus en détail

Examiner les risques. Guinness Asset Management

Examiner les risques. Guinness Asset Management Examiner les risques Guinness Asset Management offre des produits d investissement à des investisseurs professionnels et privés. Ces produits comprennent : des compartiments de type ouvert et investissant

Plus en détail

Investissements illiquides et stratégies de placement. Pascal Frei, CFA Associé PPCmetrics

Investissements illiquides et stratégies de placement. Pascal Frei, CFA Associé PPCmetrics Investissements illiquides et stratégies de placement Pascal Frei, CFA Associé PPCmetrics Actifs illiquides Introduction et définition Les actifs illiquides sont des actifs dont le volume d échange est

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences.

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences. Cours passé : Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Aujourd hui : Le «peg» du yuan et les conséquences. - Important rappel théorique ; - Le contexte ; - L effet sur le niveau des taux d intérêt

Plus en détail

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 31 mars 2012

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 31 mars 2012 LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 31 mars 2012 Objectif de gestion Style de gestion Modalités de gestion L objectif de gestion du fonds euros de Spirica est de dégager, sur la durée, une performance

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Jean Peyrelevade Économiste, auteur du Capitalisme total Parce qu il est illusoire de compter sur la capacité de la communauté des États à réguler le capitalisme,

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Une porte d entrée vers un nouveau monde. par Sergio Trigo-Paz

Une porte d entrée vers un nouveau monde. par Sergio Trigo-Paz Une porte d entrée vers un nouveau monde Pour les investisseurs professionnels uniquement par Sergio Trigo-Paz STRATEGIC SOLUTIONS Edition Printemps 2013 Une porte d entrée vers un nouveau monde par Sergio

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE VISEZ PLUS HAUT AVEC VOTRE INVESTISSEMENT Votre vie est bien remplie. Votre carrière et votre vie personnelle vous nourrissent d une multitude de

Plus en détail

Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009

Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009 Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009 Politiques budgétaires et marchés obligataires européens : quel avenir? L ampleur des déficits publics

Plus en détail

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Plus en détail

LA LETTRE VERNIMMEN.NET

LA LETTRE VERNIMMEN.NET ACTUALITE : La Bourse joue-t-elle son rôle de financier de l économie? GRAPHIQUE DU MOIS : Rachats d actions et dividendes en 2012 RECHERCHE : La création de valeur des LBOs secondaires QUESTION ET REPONSE

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS GARDER LE RYTHME DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS 5 500 CLIENTS PROFESSIONNELS 1 400 ENTREPRISES

Plus en détail

Europcar annonce le succès de son introduction en bourse

Europcar annonce le succès de son introduction en bourse Saint-Quentin en Yvelines, 25 juin 2015 Europcar annonce le succès de son introduction en bourse Prix de l Offre : 12,25 euros par action Taille totale de l opération : environ 879 millions d euros pouvant

Plus en détail

PRINCIPES DE SANTIAGO INTRODUCTION

PRINCIPES DE SANTIAGO INTRODUCTION PRINCIPES DE SANTIAGO INTRODUCTION Les fonds d investissement souverains (SWF) ont été récemment reconnus comme des investisseurs institutionnels bien établis et d importants acteurs du système monétaire

Plus en détail

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance REVUE DES FONDS, T1 2015 - Opinions au 7 avril 2015 POINTS SAILLANTS SOCIÉTÉ DE GESTION Placements mondiaux Sun Life inc. GESTIONNAIRES

Plus en détail

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg VISA 2012/81993-892-0-PS L'apposition du visa ne peut en aucun cas servir d'argument de publicité Luxembourg, le 2012-01-09 Commission de Surveillance du Secteur Financier KBL Key Fund Prospectus simplifié

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail