Les fonds souverains dans le capital d une entreprise internationale, enjeux et perspectives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les fonds souverains dans le capital d une entreprise internationale, enjeux et perspectives"

Transcription

1 Les fonds souverains dans le capital d une entreprise internationale, enjeux et perspectives Institut de l Entreprise 8 avril 2011 Jérôme Schmitt Frédéric Lucand Christophe Roques

2 Sommaire TOTAL: un portefeuille de plus en plus diversifié Mais un actionnariat essentiellement concentré sur le bassin atlantique Les fonds souverains: G$ d encours sous gestion Mais seulement 5% des encours long terme de la «planète finance» Les fonds souverains: un rôle macroéconomique de plus en plus important au niveau mondial, comme dans l efficacité de leurs économies domestiques L Asie et le Moyen Orient représentent 80% des fonds souverains Les 25 premiers représentent 80% des encours totaux gérés par les fonds souverains Leurs investissements sont concentrés dans la finance et l OCDE Leur présence en France est de plus en visible Leur comportement est généralement passif mais leur transparence reste limitée Les fonds souverains face aux risques économiques et politiques Attractivité de la France: des atouts qui doivent être mis en valeur

3 Total: un portefeuille de plus en plus diversifié Répartition du portefeuille* 16 G d investissements bruts* France 7% Canada United Kingdom Norway Kazakhstan Reste du Monde 25 % Reste de l Europe 16% USA Venezuela Nigeria Congo Angola Qatar Yemen UAE Australia Afrique 30% Reste du Monde 35 % collaborateurs* Amérique du Nord 22% France 38% Réserves prouvées et probables 1 Bboe Bboe 0.5 Bboe Principaux complexes dans l Aval et la Pétrochimie Reste de l Europe 27% Présence dans 130 pays Investissements importants dans les pays émergents * données 2010

4 Total : un actionnariat essentiellement concentré sur le bassin atlantique Répartition géographique de l actionnariat Type d actionnaires Asie 4% Reste du Monde 1% Salariés 4% Actionnaires individuels 8% Amérique du Nord 26% France 34% Reste de l Europe 23% Royaume Uni 11% Actionnaires institutionnels 88% Base d actionnaires français importante actionnaires individuels Décalage entre la répartition géographique de l actionnariat du Groupe et celle de ses activités

5 Enjeux types de la politique actionnariale d un groupe industriel Enjeux Axes de développement Nécessité d accéder à des ressources long terme pour financer des projets long terme Raréfaction des capitaux en Europe et aux Etats-Unis pouvant être investis en actions Volatilité des marchés et récurrence des crises économiques Diversification croissante des activités dans le monde Croissance importante de la zone Asie et stagnation relative du bassin Atlantique S appuyer sur des actionnaires ayant une vision long-terme et des ressources financières importantes Diversification des investisseurs par zone géographique et par type pour limiter les risques Accroître la cohérence entre la répartition géographique de l actionnariat du Groupe et celle ses activités afin de mieux soutenir sa croissance C est dans ce contexte que se pose la question de l opportunité de partenariats avec les fonds souverains

6 Les fonds souverains: environ G$ sous gestion Croissance des actifs sous gestion (T$) des fonds souverains x4 3 2 Commodity Non Commodity (e) Ressources financières des fonds souverains Revenus fiscaux liés à l exploitation des matières premières (pétrole, gaz ) Les états bénéficiaires créent un fonds souverain ( commodity fund ) destiné à gérer ces liquidités (ex: Qatar Investment Authority créé pour gérer les revenus du gaz du Qatar). Excédent de la balance courante d un pays qui se traduit par une accumulation de réserves de change dans le bilan de la banque centrale La banque centrale décide alors de créer un fonds ( non commodity fund ) destiné à gérer une partie de ces réserves de change (ex: Norvège avec NBIM, Chine avec SAFE)

7 mais seulement 5% des encours long terme de la «planète finance» Principaux types d investisseurs long terme (T$) (données 2009) Fonds de pension Fonds mutuels Assureurs Fonds Souverains Private equity Hedge funds Contraintes des investisseurs long terme traditionnels En raison des nouvelles réglementations financières (Bale III et Solvency II), les capacités d investissement en actions des assureurs et des banques vont se réduire. Les investisseurs long terme classiques ne sont pas en mesure de répondre seuls au besoin de financement long de l économie. La part des actions dans les portefeuilles d Axa a chuté de 20% des actifs en 2000 à 10% en 2007 et moins de 5% aujourd hui. En stock, les fonds souverains sont encore marginaux En flux, le rôle des fonds souverains est devenu primordial en raison de la croissance de leurs ressources et de leur disponibilité pour les investissements en actions

8 Des portefeuilles diversifiés pour réduire le risque et améliorer le rendement % de fonds souverains autorisés à internenir sur les différentes classes d actifs* Commodities Private equity Immobilier Actions Dette obligataire % Exposition aux instruments de dettes (souveraines et d entreprises), aux actions, au marché immobilier et aux marché des commodities. Prise de participations directement dans le capital de grandes entreprises dans des secteurs clés pour le développement économique (énergie, infrastructure, banques, services aux collectivités) Il existe une convergence d intérêts entre les entreprises à la recherche de capitaux à long terme et les fonds souverains en quête de diversification de leurs portefeuilles d actifs. *source: Deutsche Bank en 2009

9 Les fonds souverains jouent un rôle macroéconomique de plus en plus important au niveau mondial Accumulation d excédents de la balance courante dans les pays émergents vis-à-vis des pays développés Accumulation de déficits de la balance courante dans les pays développés (Etats-Unis notamment) vis-à-vis des pays émergents Les fonds souverains effectuent un travail de recyclage des ressources financières des pays dont les investissements sur le marché local sont insuffisants vers les pays dont le niveau d épargne est trop bas. Les fonds souverains peuvent donc jouer un rôle stabilisateur. Cette structure de flux commerciaux a pour corollaire une structure symétrique de flux de capitaux dans lesquels les fonds souverains jouent un rôle. lors de la crise des subprimes en 2007, certains fonds sont intervenus pour recapitaliser des banques en difficulté. En janvier 2011, la Chine a indiqué qu elle souhaitait continuer à acheter de la dette souveraine européenne. L expansion des fonds souverains est le résultat de deux facteurs macroéconomiques : La hausse du prix des matières premières Les déséquilibres du commerce mondial

10 Comme dans l efficacité de leurs économies domestiques Les fonds souverains sont un moyen de recycler les réserves de change excédentaires de pays disposant d excédents commerciaux structurels (ex: Chine) afin de limiter les risques d inflation Les fonds souverains sont un moyen de limiter le coût de portage et de stérilisation* en investissant les réserves dans des actifs dont le rendement est supérieur à ce coût. Les fonds souverains sont également conçus comme un moyen de stabilisation de la situation macroéconomique d un pays Stabiliser le taux de change en disposant de réserves permettant d intervenir sur le marché Stabiliser les recettes budgétaires si elles sont très dépendantes des matières premières Disposer de moyens financiers pour le développement économique local * Le coût de portage est la différence entre le coût de financement des réserves de change et leur rendement. Le coût de stérilisation est la différence entre le rendement des obligations vendues par la banque centrale pour neutraliser l accroissement de masse monétaire et le rendement de ces réserves

11 Plusieurs types de fonds souverains en fonction de l objectif macroéconomique poursuivi Fonds de stabilisation : protéger les finances publiques des fluctuations du cours des matières premières (ex : LIA - Libye) Fonds d épargne au profit des générations futures: convertir des actifs non renouvelables en actifs renouvelables (ADIA - Abu Dhabi) Sociétés de placement de réserves : accroître le rendement des réserves de change accumulées (ex : SAFE - Chine) Fonds de développement: financer le développement de l économie locale (ex : QIA - Qatar) Fonds de réserve de retraite conditionnels: faire face à des engagements imprévus au titre des retraites dans le bilan de l Etat (ex: Government Pension Fund - Norvège)

12 L Asie et le Moyen-Orient représentent environ 80% des fonds souverains* Par région Croissance du PIB (base 100 en $) Amériques Europe 18% 2% 2% Autres 43% Moyen Orient % Asie Par pays Asie Moyen-Orient Chine Etats-Unis Autres (Venezuela, France ) Russie Koweït 4% 5% 15% 24% Chine Source: International Monetary Fund, October à 70 fonds souverains dans le monde Singapour 10% 11% 12% 18% EAU Conséquence du développement économique des pays émergents. Arabie Saoudite Norvège * En % d actifs sous gestion

13 Les 25 principaux fonds souverains représentent plus de 80% des encours (18) Alaska Permanent Fund Corporation: 34 G$ Chine et Hong-Kong: (3) SAFE Investment Company: 350 G$ (4) China Investment Corporation: 290 G$ (7) Hong-Kong Monetary Authority Investment Portfolio: 193 G$ (9) National Social Security Fund: 114 G$ (2) Norges Bank Investment Management : 456 G$ (11) National Wealth Fund : 92 G$ (17) Strategic Investment Fund: 38 G$ Algérie et Libye: (12) Libyan Investment Authority: 70 G$ (16) Revenue Regulation Fund: 47 G$ Venezuela (22) National Development Fund: 27 G$ Arabie Saoudite et Koweït: (6) Kuwait Investment Authority: 203 G$ Saudi Arabian Monetary Agency: 350 G$(e) Singapour: (5) GIC: 248 G$ (8) Temasek : 119 G$ EAU et Qatar: (1) Abu Dhabi Investment Authority: 652 G$ (10) Dubai World: 100 G$ (14) Qatar Investment Authority: 60 G$ (25) Mubadala Development Company: 22 G$

14 Des investissements concentrés dans la finance et l OCDE Par secteur entre 1995 et 2009 Par zone géographique entre 1995 et 2009 Entre pays de l UE entre 1995 et 2009 Matières premières Immobilier Services Autre 10% 10% 42% 11% 13% 14% Industrie Finance Moyen Orient Etats-Unis Japon 1% 12% Asie 4% 31% 20% Autre 31% 1% Union Européenne Afrique UK 49% 14% 15% Autre Italie 4% Pays-Bas 6% 12% France Allemagne Exemples de participations dans le secteur financier Importance des investissements dans le secteur financier Investissements concentrés en Europe et aux Etats-Unis En Europe, le Royaume Uni est prépondérant Présence modérée des fonds souverains en France UBS Crédit Suisse Morgan Stanley Barclays GIC (Singapour) 6,5% 3,9% Citi London Stock Exchange QIA (Qatar) 6,2% 6,7% 15,1% NBIM (Norvège) 1,7% 0,6% CIC (Chine) 9,8% EAU (Abu Dhabi) 6,2% Bourse de Dubaï 20,6%

15 Une présence de plus en plus visible dans les fleurons de l économie française Fonds Entreprises Fonds Entreprises DIC (Dubaï) EADS (3%) Emirates IIC Vivendi (3%) QIA (Qatar) KIA (Koweït) SAFE (Chine) CIC (Chine) FSI (France) - Vinci (5,7%) - Lagardère (7,6%) - Veolia (5%) - Areva (5%) - Vivendi (3%) - GDF-Suez (1%) - Sanofi-Aventis (1,5%) - Veolia (1,5%) - Schneider (4,3%); Vallourec (5,3%); Technip (5,2%) - France Télécom (13,5%); Vivendi (3,8%); Alcatel (2,1%) Norges Bank (Norvège) - Total (1,6%); GDF-Suez (1,2%); Air Liquide (0,9%) - Veolia (0,8%); Suez Envir. (1,6%) - Vinci (1,8%); St Gobain (1,7%); Unibail (1,7%); Bouygues (1,1%); Lafarge (1,1%); Alstom (1,3%); Vallourec (1,1%); Technip (1,7%) - France télécom (1%); Vivendi (1,5%); Alcatel (1,7%); Publicis (0,8%) - Sanofi-Aventis (1,3%); Essilor (1,5%) - BNP Paribas (1,4%); Société Générale (2%); AXA (1,3%); Crédit Agricole (0,8%) - Cap Gemini (1,5%) - Danone (1,6%); Carrefour (1,9%); Pernod Ricard (2%) - PPR (1,5%) - Renault (2,2%); Michelin (1%); Peugeot (1,8%) - Accor (1,7%) CDC (France) - Danone (3,6%) - Accor (8,6%) - GDF-Suez (1,9%) - Veolia (9,5%); Suez Envir. (2%) - St Gobain (2,9%); Alstom (1,4%) - Société Générale (2,3%) Norges Bank est très présent dans le CAC 40 Le Qatar a des participations significatives en raison de ses bonnes relations diplomatiques avec la France Les fonds souverains sont peu présents dans le secteur financier français notamment en raison de sa bonne résistance

16 Un comportement jusqu à maintenant assez passif Gouvernance Oui Non Commentaires Demande de représentation au Conseil d administration x Les FS demandent rarement d être représentés au Conseil d administration car ils n ont pas les moyens humains nécessaires pour s impliquer directement dans la gestion des entreprises. Il existe quelques exceptions: Suez Environnement a refusé un siège au Qatar qui a finalement revendu sa participation. Vote en Assemblée générale x x Norges Bank vote en assemblée générale Il est difficile de savoir ce qu il en est pour les fonds plus opaques. Prise de participation de taille importante Vente agressive de participation OPA x x x En France, les FS ont pris des participations très minoritaires. A l étranger, les FS ont déjà pris des participations plus importantes. Ainsi, QIA détient 15% du LSE et 26% de Sainsbury. Les FS ayant plutôt une politique de «buy and hold», il n y a pas d exemples connus de ventes agressives de participations acquises par un FS. Il n y a pas d exemples d OPA d un FS sur un groupe occidental. Il existe par contre un exemple d OPA hostile du fonds souverain malais sur une société singapourienne de gestion d établissements hospitaliers (~3 G USD) Les fonds souverains n interviennent généralement pas dans la gestion des entreprises occidentales dans lesquelles ils détiennent une participation Par ailleurs, il n y a pas encore d exemple de comportement agressif de fonds souverains (OPA hostile ) vis-à-vis d une entreprise occidentale

17 Et une transparence limitée Transparence Forte Faible Commentaires Pas de publication sur la taille des encours gérés Gestion X Pas de publication sur la performance des portefeuilles Pas de publication sur la composition des portefeuille Pas de publication sur la politique de gestion Gouvernance des fonds souverains X Pas d organigramme public qui explique les prises de décision Opacité dans les véhicules juridiques utilisés Opacité sur les liens entre la structure des fonds et le pouvoir politique Objectifs poursuivis X Confusion entre objectifs financiers (rentabilité) et politiques (influence) Craintes d espionnage industriel Il existe cependant des fonds souverains dont la transparence sur la gestion, la gouvernance et les objectifs poursuivis est exemplaire: Temasek (Singapour) et Norges Bank (Norvège)

18 Les fonds souverains face aux risques économiques: l exemple de Dubaï World Dubaï World : fonds souverains d une taille estimée à 100 G$ d actifs sous gestion Fonds souverains parmi les plus actifs sur le marché international historiquement Vocation : développement économique de l émirat et de promotion de son attractivité : Stratégie de diversification des activités dans l émirat de Dubaï (hôtellerie de luxe, immobilier, tourisme ) Financement des projets par un très fort endettement (80 G USD dont 59 G USD pour Dubaï World) Conséquences de la crise Raréfaction du crédit avec la crise économique et baisse des prix immobiliers de 50% 25 novembre 2009 : L émirat de Dubaï annonce son incapacité à honorer à temps une partie de sa dette Forte baisse de la Bourse de Dubaï (-26,7% du 25 novembre 2009 au 9 décembre 2009). Effet de contagion sur les Bourses mondiales Aide de l émirat d Abu Dhabi (25 G USD) Programme de cessions d actifs de Dubaï World (19 G USD environ) 23 mars 2011 : Dubaï World signe un accord définitif avec ses créanciers sur la restructuration de ses dettes. Bien que les fonds souverains aient des ressources financières importantes, ils peuvent connaître des difficultés

19 Les fonds souverains face au risque politique: l exemple du fonds souverain libyen Libyan Investment Authority (LIA): fonds souverain lybien d une taille évaluée à 70 G$ et alimenté par les recettes pétrolières. LIA avait investi dans les infrastructures et l immobilier ainsi notamment qu en Italie en prenant, conjointement avec la banque centrale libyenne, une participation de 7,6% dans Unicredit. Il semblerait que le fonds était dirigé par Seif Al-Islam, un des fils du colonel Khadafi. Conséquences de la situation politique en Libye sur LIA Fortes tensions en Libye 22 février 2011 : Ouverture différée de la Bourse de Milan en raison de craintes de ventes massives des participations du fond libyen dans les sociétés italiennes Unicredit est particulièrement affecté: son cours de bourse baisse de 7,6% du 21 au 22 février 2011 Du 25 au 28 février 2011, les Etats-Unis et l Union Européenne décident de geler les avoirs libyens La Grande-Bretagne gèle les avoirs de LIA, notamment dans le groupe Pearson qui contrôle le Financial Times Unicredit décide de geler les droits de vote de LIA et de la banque centrale libyenne Le Trésor américain indique qu environ 30 G$ de biens libyens ont été gelés aux Etats-Unis En raison de leurs liens avec le pouvoir politique, les fonds souverains peuvent être particulièrement exposés

20 L intérêts des fonds souverains pour l UE et la France n est pas nécessairement durable Faiblesse de la croissance en Europe et en France Recentrage des investissements des fonds souverains sur leur pays ou leur zone d origine à la suite de pertes enregistrées dans le secteur financier (Temasek) ou dans le cadre d une volonté de soutien au tissu économique local (CIC) Augmentation de l aversion au risque à la suite de la crise qui se traduit par une réallocation des actifs en faveur de produits moins risqués (produits de taux gouvernementaux) ou d une gestion plus passive Bilan de l attractivité de la France Forces Nombreuses entreprises de taille mondiale avec des activités en forte croissance dans les pays émergents Marques prestigieuses qui peuvent attirer les fonds Risque économique modéré (grandes entreprises bien établies, bonne résistance des banques françaises à la crise) Ouverture de la France aux investissements étrangers Faiblesses Place boursière de second ordre (notamment par rapport à Londres) Volatilité de l euro par rapport au dollar qui expose les fonds souverains à un risque de change (les ressources des fonds sont libellés en dollars) Image d un pays plutôt hostile aux prises de participations étrangères: Discours politique discordant par rapport à l ouverture réelle de la France Instabilité réglementaire et fiscale La France dispose toujours d atouts importants qui doivent être mis en valeur

21 Comment renforcer les partenariats entre fonds souverains et entreprises françaises? Fonds souverains Problèmes Manque de transparence Pays d origine des fonds souverains protectionnistes Réputation Axes de développement Améliorer la transparence sur la gouvernance et la gestion. Application des GAPP ( Generally Accepted Practices and Principles ) du FMI destinés à désamorcer les méfiances. Améliorer la réciprocité Ouverture des marchés domestiques aux biens et services étrangers et réciprocité dans les prises de participation France Problèmes Méfiance politique vis-à-vis des fonds souverains Rivalités économiques avec les pays émergents Axes de développement Adoption d une attitude plus acceuillante, en adéquation avec l ouverture économique réelle de la France Développer les relations diplomatiques entre les fonds souverains et la France Améliorer la coopération économique Développements de partenariats entre le FSI et les fonds souverains de pays émergents Améliorer la transparence des FS et mettre en valeur les atouts de France et de ses entreprises

BASE DE DONNÉES MONDE

BASE DE DONNÉES MONDE BASE DE DONNÉES MONDE 2013 SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Les nouvelles tendances dans les strategies d investissement des fonds souverains:

Les nouvelles tendances dans les strategies d investissement des fonds souverains: IFRI - OCP Policy Center Joint Seminar series Les nouvelles tendances dans les strategies d investissement des fonds souverains: Quelles consequences sur la gestion de la rente pétrolière et gazière Marie-Claire

Plus en détail

L acceptabilité des fonds souverains

L acceptabilité des fonds souverains L acceptabilité des fonds souverains Pierre-Ignace Bernard Directeur Associé, McKinsey Ce rapport est exclusivement réservé au personnel de notre client. Il ne peut être diffusé, cité ni reproduit, intégralement

Plus en détail

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2013

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2013 La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 2013 Pierre BUI QUANG Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2013, les non résidents détenaient

Plus en détail

Baromètre F2iC FactSet - OpinionWay. La détention par les fonds ouverts (OPCVM français et étrangers) des sociétés du CAC 40

Baromètre F2iC FactSet - OpinionWay. La détention par les fonds ouverts (OPCVM français et étrangers) des sociétés du CAC 40 Baromètre F2iC FactSet - OpinionWay La détention par les fonds ouverts (OPCVM français et étrangers) des sociétés du CAC 40 Introduction Les informations présentes dans ce baromètre sont issues de la base

Plus en détail

Féminisation et performances des entreprises

Féminisation et performances des entreprises Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Féminisation et performances des entreprises 2011 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu Pourquoi se poser la question du lien entre féminisation

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres À la fi n de l année 2009, les non-résidents

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Edition 2009 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu - Etat des lieux de la féminisation de françaises - Trois facteurs explicatifs de la féminisation

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2011

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2011 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2011 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2011, la capitalisation

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2010, la capitalisation

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Les profits des entreprises du

Les profits des entreprises du Les profits des entreprises du CAC 40 Des hausses de profits déconnectées de la réalité économique David Meyer collaborateur de la Direction Fédérale sur les questions économiques 1 Méthodologie Les données

Plus en détail

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Edition 2015 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Depuis 2008, l Observatoire analyse l

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

FINANCER SA RETRAITE, C EST ENCORE POSSIBLE! QUELLES SOLUTIONS ADOPTER?

FINANCER SA RETRAITE, C EST ENCORE POSSIBLE! QUELLES SOLUTIONS ADOPTER? Deuxième édition de #1 FINANCER SA RETRAITE, C EST ENCORE POSSIBLE! QUELLES SOLUTIONS ADOPTER? Deuxième édition de #2 PLAN DE L INTERVENTION 1. Les grandes principes d une retraité préparée 2. Point sur

Plus en détail

Si les fonds souverains font l objet d une actualité récente fortement médiatisée, la création de ces fonds

Si les fonds souverains font l objet d une actualité récente fortement médiatisée, la création de ces fonds Focus n 1 28 novembre 28 Bilan et perspectives des fonds souverains 1) Les fonds souverains sont appelés à jouer un rôle croissant dans les marchés, du simple fait de leur taille. Toutefois, leur caractère

Plus en détail

CAC 40 : LES ENTREPRISES FEMINISEES

CAC 40 : LES ENTREPRISES FEMINISEES OBSERVATOIRE SKEMA DE LA FEMINISATION DES ENTREPRISES FRANÇAISES CAC 40 : LES ENTREPRISES FEMINISEES RESISTENT-ELLES MIEUX A LA CRISE BOURSIERE? Professeur Michel Ferrary SKEMA Business School 1 Michel

Plus en détail

Gabriel Croissance. Ensemble pour aller plus loin

Gabriel Croissance. Ensemble pour aller plus loin Gabriel Croissance Titre de créance présentant un risque de perte en capital Le prospectus d émission des titres de créances complexes proposés a été approuvé par la BaFin, régulateur Allemand, en date

Plus en détail

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2012

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2012 La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2012 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2012, la capitalisation

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 2008 François SERVANT Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2008, les non-résidents détenaient

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

Bien que le premier fonds souverain ait fait son apparition il y a

Bien que le premier fonds souverain ait fait son apparition il y a LES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES FACE AUX FONDS SOUVERAINS THIBAUT SARTRE* Bien que le premier fonds souverain ait fait son apparition il y a près de soixante ans (le Koweït a créé le Kuwait Investment

Plus en détail

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire Fonds Assurance Retraite BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014 Communication à caractère publicitaire Le contrat BNP Paribas Avenir Retraite est géré par Cardif Assurance Vie avec un

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Les salariés et le changement : conduite, adhésion, résistances

Les salariés et le changement : conduite, adhésion, résistances pour Les salariés et le changement : conduite, adhésion, résistances Juin 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l'étude A La perception globale du changement B Le vécu du changement au

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Décembre 2014 898 SYNTHESE La valeur des investissements étrangers en actions cotées à la bourse de Casablanca a enregistré

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles

Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles MàJ Février 2008 Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles 1. Obligation de négocier sur l égalité professionnelle (loi du 9 mai 2001 renforcée

Plus en détail

La communication financière sur la norme IAS 36

La communication financière sur la norme IAS 36 La communication financière sur la norme IAS 36 (dépréciations d actifs)* Étude de l impact de la crise sur les états financiers 2008 des sociétés du CAC 40 Édito Le département Evaluation & Stratégie

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas

Plus en détail

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Thème 4 Le financement des activités économiques 4.3 Les institutions financières et leur rôle 4.4 La globalisation financière Compétences Caractériser

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Avril 2015 898 SYNTHESE La valeur des stocks investis en actions cotées à la bourse de Casablanca par les investisseurs

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Thème : Les fonds souverains dans le contexte de la crise financière (2007-2009) : États des lieux et prospective

Thème : Les fonds souverains dans le contexte de la crise financière (2007-2009) : États des lieux et prospective RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITÉ MOULOUD MAMMERI DE TIZI OUZOU FACULTÉ DES SCIENCES ÉCONOMIQUES, COMMERCIALES

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Communiqué de presse. www.axa-realestate.com. Paris, 10 mars 2014

Communiqué de presse. www.axa-realestate.com. Paris, 10 mars 2014 Paris, 10 mars 2014 En 2013, AXA Real Estate enregistre un volume de transactions de 9,2 milliards d euros, lève 6,5 milliards d euros de capitaux et étend son programme de dette à 7,9 milliards d euros

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

30 avril 2010 N. 204

30 avril 2010 N. 204 avril 1 N. Conséquences probables de la crise des dettes souveraines dans la zone euro : ni un défaut, ni une restructuration, ni la sortie de l euro, ni l inflation, mais le retour en récession de la

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

Quand on aborde le sujet de l actionnariat des entreprises françaises en

Quand on aborde le sujet de l actionnariat des entreprises françaises en ACtIonnARIAt Une histoire de famille andré lévy-lang responsable de banque, professeur associé à Paris-Dauphine En France, l actionnariat est encore dominé par la propriété familiale des entreprises. Il

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

LIRE LA COTE BOURSIÈRE RE ET COMPRENDRE LES INDICES BOURSIERS

LIRE LA COTE BOURSIÈRE RE ET COMPRENDRE LES INDICES BOURSIERS FORMATION DES JOURNALISTES Séminaire de Formation de la COSUMAF THÈME 4 : LIRE LA COTE BOURSIÈRE RE ET COMPRENDRE LES INDICES BOURSIERS Par les Services de la COSUMAF 1 SOMMAIRE DU THÈME 4 03 Cote Boursière

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte.

annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte. annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte. Architas (SA) EUROPEAN EQUITY FUND Présentation succincte Dénomination

Plus en détail

Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines 2010/2011. I- Des acteurs aux contours mal définis et à l origine diverse

Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines 2010/2011. I- Des acteurs aux contours mal définis et à l origine diverse CHAPITRE 6 : LES NON BANQUES, NOUVEAUX ACTEURS DE LA FINANCE MONDIALE I- Des acteurs aux contours mal définis et à l origine diverse A. La Comptabilité Nationale française : Au sein des institutions financières

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Invesco Asia Consumer Demand Fund Bénéficiez du potentiel de croissance de la consommation asiatique

Invesco Asia Consumer Demand Fund Bénéficiez du potentiel de croissance de la consommation asiatique Invesco Asia Consumer Demand Fund Bénéficiez du potentiel de croissance de la consommation asiatique Janvier 2011 Notation du fonds : Standard & Poor s Fund Management Rating Source : Standard & Poor s,

Plus en détail

UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010

UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010 UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010 La garantie d un groupe solide Antin Epargne Pension Compagnie d assurance vie créée en 2001,

Plus en détail

LES INDICES BOURSIERS

LES INDICES BOURSIERS TRADAFRIQUE LES INDICES BOURSIERS [Type the document subtitle] Di [Pick the date] Qu est ce que les indices boursiers Les indices permettent de mesurer l évolution des marchés boursiers ce sont à la fois

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

L ÉMERGENCE Du «MILLENNIPRENEUR»

L ÉMERGENCE Du «MILLENNIPRENEUR» L ÉMERGENCE Du «MILLENNIPRENEUR» étude ENTREPRENEURS BNP PARIBAS 2016 EN BREF LES MILLENNIPRENEURS UNE GÉNÉRATION PRESSÉE I Âgés de moins de 35 ans, ces nouveaux entrepreneurs créent plus d entreprises,

Plus en détail

Les informations sociales dans les rapports annuels Troisième année d application de la loi NRE

Les informations sociales dans les rapports annuels Troisième année d application de la loi NRE Les informations sociales dans les rapports annuels Troisième année d application de la loi NRE Premiers éléments à partir des sociétés cotées au CAC 40 Marseille - Septembre 2005 1 Présentation générale

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Depuis ces trois dernières années en Europe,

Depuis ces trois dernières années en Europe, L externalisation des patrimoines immobiliers, un phénomène structurel? 1 PAR INGRID NAPPI-CHOULET 2 Les récentes externalisations de patrimoines immobiliers, par des entreprises publiques et privées en

Plus en détail

Finance durable et microfinance

Finance durable et microfinance Finance durable et microfinance Résultats du sondage fait auprès d investisseurs professionnels de Suisse Romande Janvier 2014 Copyright Symbiotics 2014 1 Table des matières 1. Présentation 3. 2. Messages

Plus en détail

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Directeur adjoint de la stabilité financière Banque de France 23/11/2014 1 SOMMAIRE Pourquoi amender la réglementation financière?

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro EAS FSEG Mahdia Tunis - BCT- 29 novembre 2011 1-0rigine de la crises 2 - Spécificités de cette crise par rapport à la crise

Plus en détail

Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française

Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française Sommaire I - La mutation permanente du secteur bancaire français 1.1 - Le poids économique du secteur bancaire et financier 1.2 - L indispensable

Plus en détail

Présentation Marché du Capital

Présentation Marché du Capital Présentation Marché du Capital investissement au Maroc Alger, le 14 Novembre 2007 Jaloul AYED, Administrateur Directeur Général de BMCE Bank Président du Directoire de BMCE Capital Plan de la présentation

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

CONDITIONS DEFINITIVES EN DATE DU 05 MAI 2008 CONCERNANT DES BONS D'OPTION WARRANTS SUR ACTIONS ET INDICE AVEC REGLEMENT EN ESPECES

CONDITIONS DEFINITIVES EN DATE DU 05 MAI 2008 CONCERNANT DES BONS D'OPTION WARRANTS SUR ACTIONS ET INDICE AVEC REGLEMENT EN ESPECES CONDITIONS DEFINITIVES EN DATE DU 05 MAI 2008 CONCERNANT DES BONS D'OPTION WARRANTS SUR ACTIONS ET INDICE AVEC REGLEMENT EN ESPECES Emetteur : Calyon Financial Products (Guernsey) Limited Garant : Calyon

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Monnaie, finance et économie réelle

Monnaie, finance et économie réelle Monnaie, finance et économie réelle Anton Brender, Florence Pisani et Émile Gagna Paris, 5 juin 15 TABLE DES MATIÈRES 1. La contrainte monétaire. Impulsion monétaire et réponse de l économie 3. Information

Plus en détail

Mise en œuvre des tests de dépréciation en 2012

Mise en œuvre des tests de dépréciation en 2012 12 JUIN 2013 1 Mise en œuvre des tests de dépréciation en 2012 Sociétés du CAC 40 12 JUIN 2013 2 / 19 Eléments de contexte Rappel sur la norme IAS 36 L entité doit apprécier, à chaque arrêté comptable,

Plus en détail

Chiffres & textes clés. Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40

Chiffres & textes clés. Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40 Chiffres & textes clés Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40 EMLYON I.F.G.E. - CHIFFRES & TEXTES CLÉS Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40 Quelle est l ampleur

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

Coninco Master Class. Les investissements en infrastructures

Coninco Master Class. Les investissements en infrastructures Coninco Master Class Les investissements en infrastructures Emmanuel Lejay, CFA, Executive Director, Swiss Life Asset Managers Vevey, 4-5 Novembre 2013 Agenda Définition de la classe d actifs Risques et

Plus en détail

Soutien de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement aux entreprises actives au Maroc

Soutien de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement aux entreprises actives au Maroc Soutien de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement aux entreprises actives au Maroc Sommaire 1. 2. 17 mars 2015 European Bank for Reconstruction and Development 2015 2 À propos

Plus en détail

Marchés boursiers au Maghreb

Marchés boursiers au Maghreb Marchés boursiers au Maghreb Etat des lieux & Perspectives Par : Fadhel ABDELKEFI, Directeur Général Membre d 30 Mai 2010 1 Maghreb : Cadre macroéconomique 1 Maghreb : Cadre macroéconomique Petit Maghreb

Plus en détail

CADRE D INTERPRÉTATION

CADRE D INTERPRÉTATION GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

EXPERTS MONDIAUX EN TRAITEMENT DE L EAU

EXPERTS MONDIAUX EN TRAITEMENT DE L EAU PAGE 1 ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES 2015 EXPERTS MONDIAUX EN TRAITEMENT DE L EAU Déclarations prospectives PAGE 2 Certains renseignements et déclarations contenus dans cette présentation concernant

Plus en détail

Profil financier du CAC 40

Profil financier du CAC 40 Profil financier du CAC 4 Présentation du 23 juin 29 23 JUIN 29 1 Avertissement/préambule Les informations présentées dans le «Profil financier du CAC 4» sont issues des rapports annuels des sociétés du

Plus en détail

Profil Financier du CAC 40

Profil Financier du CAC 40 26 JUIN 2012 1 Profil Financier du CAC 40 Présentation du 26 juin 2012 Sommaire Présentation générale «Profil CAC 40» 4 Indicateurs clés 8 Structure financière 14 Valorisation boursière 17 Analyse des

Plus en détail

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005 La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans 1. Le besoin d obligations à très long terme 2. L opinion des investisseurs 3. L approche de l AFT 1 1. Le besoin d obligations

Plus en détail

DEXIA LONG SHORT CREDIT

DEXIA LONG SHORT CREDIT DEXIA LONG SHORT CREDIT DOCUMENT D INFORMATION PERIODIQUE SUR LE SEMESTRE au 28 juin 2012 Fonds Commun de Placement de droit Français Société de gestion : DEXIA ASSET MANAGEMENT - 40 rue Washington 75008

Plus en détail

Le CAC vu de Jackson Hole (Sem 34, 22 août 14) Hemve 31

Le CAC vu de Jackson Hole (Sem 34, 22 août 14) Hemve 31 Le CAC vu de Jackson Hole (Sem 34, 22 août 14) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ L inflation fait trois petits tours puis s en va, L écart se creuse entres les

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

PLACEMENTS PRIVÉS ATTRAIT POUR LES INVESTISSEURS ET OPPORTUNITÉ QUÉBÉCOISE, LE RÉSEAU HÔTELIER ALT 160 M$ Cercle finance du Québec 4 mai 2015

PLACEMENTS PRIVÉS ATTRAIT POUR LES INVESTISSEURS ET OPPORTUNITÉ QUÉBÉCOISE, LE RÉSEAU HÔTELIER ALT 160 M$ Cercle finance du Québec 4 mai 2015 PLACEMENTS PRIVÉS : ATTRAIT POUR LES INVESTISSEURS ET OPPORTUNITÉ QUÉBÉCOISE, LE RÉSEAU HÔTELIER ALT 160 M$ Cercle finance du Québec 4 mai 2015 Présenté par Michel Lévesque, vice-président aux placements

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail