L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres"

Transcription

1 La croissance économique L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres 1- Le Liban a connu une croissance économique exceptionnelle et solide à partir de 2007 jusqu'en 2010, le produit intérieur brut réel ayant augmenté à un taux moyen de 8,25%. Les tensions politiques locales et les troubles dans la région ont fortement touché l'activité économique en 2011 et 2012 et ont conduit à un ralentissement du taux de croissance estimé à 4,1%, toujours considéré comme acceptable surtout lorsqu il est comparé aux pays de la région MENA. Les perspectives pour les années à venir restent positives, avec des prévisions de croissance modérée (3 à 4%) et reposent sur la stabilité régionale et l'amélioration de l'environnement local des affaires Graphe 1 : Liban Taux de croissance économique réelle (%) Sources: Comptes économiques du Liban ( ); FMI ( ) Graphe 2 : Taux de croissance économique réelle dans la région (%) Liban CCG MENA Sources: FMI, Comptes nationaux. 1

2 2- La croissance rapide a été stimulée par les dépenses de reconstruction à la suite de la guerre de Juillet 2006, la hausse rapide des recettes pétrolières régionales et l'abondance des liquidités, le rétablissement de la confiance suite à l'accord de Doha suivi de l'élection d'un nouveau président, la formation d'un gouvernement d unité nationale, et la reprise de l'activité législative du Parlement Libanais. Tous ces facteurs ont créé un climat d'affaires favorable et ont réduit les incertitudes et alimenté par conséquent les entrées de capitaux étrangers et la demande globale, qui a été principalement conduite par le tourisme et le secteur de l immobilier. Selon divers rapports de l article IV du FMI concernant le Liban¹, le commerce de détail et de gros, le tourisme et la construction / immobilier ont été les principaux moteurs de cette croissance rapide, représentant plus de la moitié du PIB. Le déclenchement de la crise financière mondiale suivie par une récession mondiale a eu également un impact positif sur l'économie libanaise, les actifs de la diaspora libanaise fuyant pour des refuges plus sûrs avec l accroissement des incertitudes financières internationales et la baisse des prix et des taux sur les marchés financiers internationaux. 3- Il est bien connu et il a été prouvé que le secteur des services demeure le principal moteur de la croissance au Liban. Dans une étude récente (Mars 2011) intitulée Liban: Analyse de la croissance du PIB réel, , publiée par le bureau de représentation du FMI au Liban², il a été démontré qu entre 1997 et 2009, la croissance a été principalement tirée par 3 secteurs: le commerce de détail et de gros (contribution de14,2% à la croissance du PIB réel), les Telecom (9,4%) et les banques (5,3%). Les dépenses du gouvernement et la construction ont également contribué de manière significative, avec des parts respectives de 4,2% et 4,0%. Graphe 3 : Contribution dans la croissance du PIB réel, (%) Services d'éducation 5% Industrie 5% Services de santé 6% Construction 9% Commerce de détail & de gros 32% Gouvernement 10% Services Financiers 12% Transport & Communication 21% Source: Bureau de représentation du FMI au Liban 2

3 4 - Le Liban a historiquement de fortes relations économiques et financières avec les pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), notamment en termes de transferts de fonds, d exportations, de tourisme et d'investissement direct étranger (IDE). Selon le rapport/ pays du FMI n 09/ 131³: Les transferts en provenance des Libanais ayant une profession et hautement éduqués résidant dans le CCG, représentent presque la moitié du total des transferts de fonds bruts au Liban. Les pays du CCG constituent le plus grand marché des exportations libanaises. Les touristes en provenance du CCG représentent une fraction importante du total des touristes au Liban. Les flux d'investissements directs en provenance du CCG ont représenté environ 60% du total des IDE au Liban au cours de la période , dont plus de la moitié dans le secteur de l'immobilier. Selon la même source, le Liban accueille environ un tiers du total des investissements du CCG vers les pays de la région MENA. En outre, les investisseurs du Golfe détiennent un volume significatif de dépôts dans les banques libanaises. Les flux financiers 5- D importants flux financiers vers le Liban sont d'ordre structurel et ne se rapportent pas à des périodes spécifiques ou époques, certains événements pouvant amplifier ou réduire leur importance. Ils ont toujours existé, même avant la guerre civile ( ). Pendant l'âge d'or entre 1960 et 1974, ces flux représentaient presque 36% du PIB et ont contribué à une croissance annuelle des dépôts bancaires d'environ 20%. Dans un document récent de la Banque mondiale (Janvier 2012) intitulé «Using Lebanon s Large Capital Inflows to Foster Sustainable Long-Term Growth"(4), Il a été mentionné que le Liban a toujours attiré les flux en provenance de la région au cours des dernières décennies; ces flux étant reliés à la richesse pétrolière régionale, l'attractivité des actifs immobiliers au Liban, la perception du secteur bancaire libanais comme refuge en temps de crise, et l'existence d'une large diaspora libanaise. Le document indique également que les flux vers le Liban ont connu une forte augmentation durant la période en raison de la hausse des prix du pétrole, suivie d'une forte crise de confiance sur les marchés financiers et de capitaux régionaux et internationaux. Le document de la Banque mondiale constate également que le prix du pétrole constitue un facteur déterminant des flux de capitaux étrangers ainsi que de l'accumulation de réserves en devises étrangères. L'écart entre les taux d intérêt domestiques et internationaux, le régime de change stable et la dollarisation de l économie contribuent également à la détermination des flux financiers étrangers vers le Liban. 6- Bien que le Liban souffre traditionnellement d'un déficit du compte courant relativement élevé, ce dernier est cependant largement financé par l'investissement direct étranger. La balance du compte courant au Liban est principalement influencée par un large déficit de la balance commerciale en raison de la forte dépendance vis-à-vis des importations pour subvenir aux besoins de la consommation et de l'investissement dans une économie très ouverte. Le déficit du compte courant a atteint un niveau maximum de 14% du PIB en 2011 contre une moyenne de 9,2% pour les 4 années précédentes, sachant que son élargissement est étroitement lié à la hausse 3

4 des prix des denrées alimentaires et des matières premières (principalement le pétrole). Ce déficit du compte courant est quasiment financé par des investissements directs étrangers au Liban, qui ont représenté 9,7% du PIB pour la période Graphe 4 : Liban Déficit du compte courant et flux des IDE en % du PIB Déficit du compte courant IDE Source: FMI Les pays arabes constituent la principale source de l investissement direct étranger au Liban, notamment les économies du CCG. La part des pays du CCG représente environ une moyenne de 60% du total IDE au Liban, elle est suivie par celle de l'europe (France, Allemagne, Italie et Pays-Bas) et des Etats-Unis. 8- Les transferts de fonds vers le Liban en pourcentage du PIB sont parmi les plus élevés dans le monde, selon le rapport /pays du FMI n 09 / 131 (5), reflétant l importance de la diaspora libanaise et la tendance globale à la hausse. La même source affirme que près de 54% des transferts de fonds vers le Liban proviennent des pays du CCG, et que 16% proviennent de l Australie, des États-Unis et du Canada. Les transferts de fonds bruts ont représenté en moyenne 23% du PIB au cours des cinq dernières années. Cependant, les transferts nets (flux entrants-flux sortants) se sont évalués à 3-3,5 milliards de dollars par an au cours des cinq dernières années et ont constitué 8,8% du PIB durant la même période. 4

5 Graphe 5 : Flux des transferts en % du PIB Source: FMI Le grand nombre d expatriés Libanais constitue le principal déterminant du volume des transferts de fonds, influencés également par d'autres facteurs tels les conditions économiques à l étranger et le taux de change. Dans une étude sur l'émigration en provenance du Liban entre 1992 et 2007 réalisée par un établissement d'enseignement libanais de premier plan, il a été constaté que le nombre d'émigrés au cours de cette période était proche d'un demi million, et que près de 50% des ménages au Liban ont au moins un membre de leur famille qui a émigré au cours de la période indiquée. Environ 77% des émigrés ont un âge compris entre 18 ans et 35 ans et la majorité est constituée de main-d'œuvre qualifiée. La dette publique 10- Le Liban est sorti de la guerre civile en 1991 avec un fardeau de la dette d'environ 50% du PIB, mais les coûts de la reconstruction des infrastructures et de la réconciliation ont contribué à l'augmentation continue du fardeau de la dette durant la décennie suivante. Les prêts bonifiés de financement provenant de sources bilatérales et multilatérales telles que la Banque Européenne d'investissement (BEI), la Banque Mondiale (BM), le Fonds d Abu-Dhabi pour le Développement (FAD), l'agence Française de Développement (AFD), le Fonds Arabe pour le Développement Economique et Social (FADES) et d'autres sources ont été complétés par le financement local à travers des banques locales et d autres institutions. Peu de temps après que le processus de reconstruction ait été achevé, les efforts se sont intensifiés pour répondre au problème de la dette accumulée et se sont manifestés par les différents programmes présentés aux conférences de Paris II et Paris III pour contenir le déficit budgétaire et la dette publique et maintenir la stabilité financière. 5

6 Prêts et subventions ratifiés, signés et approuvés Répartition par source de financement, , millions de dollars Montant Part (%) Banque mondiale (IDA), (BIRD) ,84 Fonds arabe pour le développement économique et social FADES ,78 Banque européenne d'investissement BEI ,92 Union européenne L'UE ,26 France (AFD, les protocoles français,...) ,82 Société islamique pour le développement du secteur privé IDBG ,97 Koweït, FKDEA ,46 Arabie Saoudite (KSA, SFD) ,76 Allemagne (KFW, GIZ) ,40 Qatar ,81 Italie ,10 Japon ,55 Etats-Unis (USAID, USA) ,67 Autres ,67 Total Source : CDR Soutien financier extérieur de Paris II et Paris III Paris II dont Paris III dont 4,3 milliards USD 3.1 milliards pour la restructuration de la dette 1.3 milliard de prêts bonifiés 7,5 milliards USD 5,9 milliards signés 3.7 milliards reçus 11- Au cours des dernières années, le Liban a réussi à réduire considérablement la charge de la dette, et le gouvernement libanais reste engagé dans la politique de réduction du ratio dette / PIB sur le moyen terme. Compte tenu de la forte croissance économique et d'importants excédents primaires, la dette (brute) par rapport au PIB a chuté de 179,9% en 2006 à 134,8% en Le FMI prévoit dans le cadre d'un scénario n impliquant pas de changement de politique, que ce ratio resterait aux alentours de 130% sur le moyen terme, mais il pourrait baisser en dessous de 100% du PIB en 2020 en vertu d'un scénario de réforme visant à accroître les recettes publiques et améliorer la gestion des dépenses et leur rationalisation. Mais le plus important est de savoir que la dette détenue par le marché a chuté de 114,3% par rapport au PIB en 2006 à 83,7% en Le déficit par rapport au PIB a également baissé de 13,5% à 5,9%, le service de la dette par rapport au PIB a reculé de 13,5% à 10,1%, et l'excédent primaire par rapport au PIB est évalué à 3% en moyenne pour la période

7 Graphe 7 : Liban Dette publique/pib (%) Dette publique totale/pib Dette publique nette/pib Dette du marché/pib Sources: BDL, Comptes économiques du Liban Graphe 8 : Liban Déficit public/pib (%) Sources: Ministère des Finances, Comptes économiques du Liban 7

8 12- Bien que le ratio dette brute / PIB demeure parmi les plus élevés du monde, les éléments sous-jacents des risques et des variables macroéconomiques sont considérés comme faibles, expliquant la viabilité de la dette. La part de la dette en monnaie locale non échangée (en l absence d un marché secondaire) a augmenté dernièrement, et elle représente actuellement 61% du total de la dette avec une maturité moyenne de 2,6 ans, et est détenue presque à parts égales par le marché (principalement les banques commerciales) et par les autres institutions (hors du marché). Alors que la part de la dette en monnaie étrangère représente 39% du total de la dette, avec une maturité moyenne de 5,2 ans, dont 62% sont échangés entre les détenteurs du marché et ne sont donc pas détenus par les parties bilatérales et multilatérales. Cela signifie que les eurobonds du gouvernement Libanais détenus par le marché représentent 29% de la dette totale et 39% du PIB et que la part de la dette totale détenue par les non-résidents est relativement faible, se situant aux environs de 12% de la dette totale. Les taux d'intérêt 13 Depuis que le Liban a une monnaie indexée au dollar, les autorités monétaires n interviennent théoriquement pas dans la détermination des taux d'intérêt puisque les taux libanais suivent les taux internationaux et plus particulièrement les taux américains. En effet, les taux d'intérêt au Liban sont affectés par les taux internationaux, et cette influence apparaît avec la baisse des taux d'intérêt au Liban à la suite de la baisse du Libor après la crise financière mondiale. Toutefois, les autorités monétaires interviennent dans le timing et dans l importance de la variation de ces taux d'intérêt La Banque Centrale du Liban contrôle dans une certaine mesure les taux d'intérêt en achetant à un taux donné les bons du Trésor en L.L. et les eurobonds libanais, et ce afin de maintenir les taux d intérêt à des niveaux faibles. Ainsi, la Banque Centrale compense toute baisse de la demande des souscriptions des banques aux bons du Trésor Libanais, en intervenant sur le marché primaire et en achetant ces bons. Donc, en quelque sorte, les taux sur les eurobonds devraient suivre les taux sur les bons du Trésor. 15- Par conséquent, pour connaître les taux d'intérêt que le gouvernement Libanais devrait payer sur sa dette libellée en monnaie locale et en devises étrangères, il serait nécessaire d'examiner les taux payés par la Banque Centrale sur les certificats de dépôts (CD) qu elle émet. Finalement, c'est une des principales raisons pour laquelle le Liban paie moins cher que ce qui est suggéré par sa notation, notamment quand la balance des paiements est négative et que la situation politique est précaire: la Banque Centrale supporte les coûts en achetant des bons du Trésor à un taux faible et en vendant des CD aux banques à un taux plus élevé. Les titres souverains 16- La part des obligations souveraines détenues par les banques locales ne dépasse pas 17% du total des dépôts bancaires libellés en devises étrangères, et ces obligations sont échangées avec des marges/spread faibles lorsque la perception du risque est faible et élevées lorsque le risque est élevé. Les marges/spread des eurobonds reflètent la perception du risque de la part de leurs détenteurs (principalement les banques locales) qui sont disposés à prendre ce risque en le connaissant bien, et n attendant pas le premier signe de troubles pour en sortir. Les spread des CDS (Credit Default Swap) révèlent la perception du risque et l'évaluation 8

9 des parties garantes qui sont des banques et des institutions internationales bien réputées telles que la Deutsche Bank et HSBC. En conséquence, les spreads des eurobonds et les spread des CDS peuvent diverger ou converger en fonction de l'évaluation des risques. 17- Le rendement des obligations souveraines libanaises est en partie lié à la notation du risque souverain par les agences internationales de notation de crédit telles que Moody s, Standard & Poor s et Fitch. Il n'y a pas de corrélation directe dans le sens que les obligations souveraines des pays ayant les mêmes échéances et notations doivent avoir un rendement identique. Il est bien connu que le coût de l'endettement est fonction d'un certain nombre de facteurs parmi lesquels le risque de crédit, le risque de liquidité, le risque d'inflation, et le risque du taux de change et ceux-ci ont tendance à varier d'un pays à l'autre. Bien que les agences de notation sont tenues de prendre en compte tous ces facteurs pour attribuer une notation à un pays, la pondération et l'évaluation de chaque facteur peut toutefois varier entre les investisseurs étrangers individuels et institutionnels, les banques locales et autres. Entre autres, le taux de change fixe bien ancré au Liban et la stabilité relative des prix pourraient être fortement pondérés par les banques et les autres investisseurs, et contribuer ainsi à la réduction des marges et du rendement sur les titres souverains libanais par rapport à leurs pairs suivant que ces conditions s appliquent ou non sur ces derniers. Il serait utile de mentionner également qu en termes réels, le rendement des titres souverains libanais est actuellement plus élevé de 50 points de base environ que celui de ses pairs, selon les calculs effectués par un établissement bancaire de premier plan. Les banques Libanaises 18 Nombreux sont ceux qui trouvent que les banques souscrivent aux eurobonds alors que les taux sont bien inférieurs à ce qui est supposé par la notation souveraine, plusieurs raisons expliquent le choix. Une autre raison principale est liée aux faibles opportunités d'investissement disponibles au Liban. Alors que la bourse n'est pas suffisamment développée et en l absence de marché d obligations pour les entreprises, et du fait que les placements des banques à l extérieur sont régis par les règlements stricts de la Banque Centrale et par les politiques conservatrices des banques libanaises, ces dernières ne disposent plus que de quelques instruments de diversification dont les Eurobonds, les bons du Trésor, les certificats de dépôt émis par la Banque Centrale et les crédits au secteur privé. 19- Les crédits des banques au secteur public (gouvernement) ont connu récemment une baisse alors que les crédits au secteur privé enregistrent une augmentation constante. La part des créances sur le secteur public a baissé à 20% du total des actifs à fin mai 2012 contre 26% fin Inversement, la part des créances sur le secteur privé est passée à 29% du total des actifs contre 25% pour les deux périodes respectivement. Il faut mentionner que les banques au Liban ne sont pas autorisées d investir dans des instruments structurés ou produits exotiques ou 9

10 hybrides, et c est un des principaux facteurs qui ont gardé le Liban ainsi que son système bancaire à l'abri des répercussion ns de la crise financière mondiale. Graphe 9 : Structure du bilan consolidé des banques commerciales fin Mai 2012 Autres postes Avoirs extérieurs 3% 16% Réserves 34% Créances sur le secteur public 20% Créances sur le secteur privé 27% Source: BDL 20- La croissance des dépôts des banques et par suite la croissance de la masse monétaire s'explique par les variables macroéconomiques internes et externes en plus de facteurs spécifiques aux banques. En fait, dans un document du FMI n 09/195 intitulé : «Liban-Les Déterminants des Dépôts des Banques commerciales dans un Centre Financier Régional», il a été constaté que les facteurs internes tels que l'activité économique, les prix et le différentiel d'intérêt entre la livre libanaise et le dollar américain sont significatifs pour expliquer la croissance des dépôts tout comme le sont les facteurs externes, tels que le cycle économique dans les pays développés, la disponibilité des fonds en provenance du CCG, et les conditions des marchés financiers internationaux. Il a étéé également constaté que l image perçue des risques pour chaque banque, ses réserves de liquidité, risques de crédits et marges d'intérêt ont une influence significative sur le volume des dépôts. 10

11 Dépôts résultant de l activité économique Dépôts de la Diaspora Libanaise Banques Libanaises Crédits au secteur privé Bons du Trésor en LL et Eurobonds Liquidité auprès de la Banque Centrale et des banques correspondantes de l OCDE 11

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX INTERNATIONAUX 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX MAI 2012 INTERNATIONAUX 3 Compte de

Plus en détail

S-3 Concepts pour l analyse de la dette

S-3 Concepts pour l analyse de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-3 Concepts pour

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Le ralentissement de la croissance s'étend à 2013

Le ralentissement de la croissance s'étend à 2013 BANQUE MONDIALE Bulletin trimestriel d'information économique de la région MENA Bureau de l'économiste en chef Numéro 1 Juillet 2013 Le ralentissement de la croissance s'étend à 2013 FAITS MARQUANTS S'il

Plus en détail

Prêt pour une hausse du taux Libor USD à 3 mois?

Prêt pour une hausse du taux Libor USD à 3 mois? Deutsche Bank AG (DE) (A+/Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? Deutsche Bank AG (DE) est émis en dollars américains (USD) par Deutsche Bank AG et vous fait bénéficier d une hausse éventuelle des taux d intérêt à

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 البنك المركزي التونسي BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 SOMMAIRE Pages Introduction... 5 Endettement extérieur

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015)

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) En vue d éclairer l opinion publique tunisienne, initiée et non initiée, sur l opportunité de l émission obligataire

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences.

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences. Cours passé : Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Aujourd hui : Le «peg» du yuan et les conséquences. - Important rappel théorique ; - Le contexte ; - L effet sur le niveau des taux d intérêt

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Présentation de David Cobham Heriot-Watt University, Edinburgh 1 Esquisse: Les variables coloniales dans les modèles de gravité

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Introduction Une obligation structurée, également connue sous la dénomination de Structured Note, a les caractéristiques principales d une obligation : un émetteur, une durée déterminée,

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts RELEVÉ DES MODIFICATIONS Risque de taux d'intérêt et de concordance des échéances Numéro de la modification Date d établissement

Plus en détail

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2015 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation.... 2 Valeur ajoutée réelle

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Mécanismes monétaires et financiers

Mécanismes monétaires et financiers Mécanismes monétaires et financiers Département IG, 1ère année (IG3) Polytech Montpellier Cours et TD : Marie MUSARD-GIES Introduction au cours (1/2) Marchés financiers (cf cours économie) Plus grande

Plus en détail

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

G&R Europe Distribution 5

G&R Europe Distribution 5 G&R Europe Distribution 5 Instrument financier émis par Natixis, véhicule d émission de droit français, détenu et garanti par Natixis (Moody s : A2 ; Standard & Poor s : A au 6 mai 2014) dont l investisseur

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne

L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne Perspectives économiques régionales de l Afrique subsaharienne FMI, Département Afrique

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

BNP Paribas. La perspective d un coupon élevé, en cas de hausse comme en cas de baisse de maximum 30% de l indice CAC40 avec un risque sur le capital

BNP Paribas. La perspective d un coupon élevé, en cas de hausse comme en cas de baisse de maximum 30% de l indice CAC40 avec un risque sur le capital STRATÉGIE P. 2 BNP Paribas - s adresse à l investisseur expérimenté qui souhaite un coupon brut annuel potentiel de 8% même en cas de baisse de maximum 30% de l indice CAC40 et qui accepte un risque en

Plus en détail

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part B : FR0010789784 Part C : FR0010800300 Dénomination : AFIM EONOS 5 Forme juridique : FCP de droit français Compartiments/nourricier

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2011 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques.

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Deutsche Bank Une opportunité d investissement en couronne suédoise. Type d investissement

Deutsche Bank Une opportunité d investissement en couronne suédoise. Type d investissement Deutsche Bank Une opportunité d investissement en couronne suédoise A quoi vous attendre? Obligation émise en couronne suédoise (SEK) par ABN Amro Bank N.V. Coupon annuel de 4% brut. Durée : 5 ans. A l

Plus en détail

Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis

Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis Pourquoi le fléchissement des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis est un phénomène américain

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Crédit Agricole Corporate & Investment Bank (FR) FIXED TARGET

Crédit Agricole Corporate & Investment Bank (FR) FIXED TARGET Crédit Agricole Corporate & Investment Bank (FR) FIXED TARGET Profitez de l incertitude des marchés actions européens Quelle stratégie? Les marchés actions souffrent actuellement d une incertitude forte.

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@ REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES -@@@ DIRECTION DE LA PREVISION

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE CHANGE DE LA BCRG, FONDEMENTS ET OBJECTIFS 1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne La politique monétaire et de change

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement spécifique Science économique Thème n 2 : Mondialisation, finance internationale et

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

CHAPITRE IX : POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE IX : POLITIQUE MONETAIRE CHAPITRE IX : POLITIQUE MONETAIRE L'évolution macroéconomique au cours des années 2000 à 2010 a été marquée par un excès structurel de l'épargne sur l'investissement, même si l année 2009 a enregistré

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les principaux indicateurs économiques Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif.

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Votre coupon augmente avec la hausse des taux d intérêt. Crédit Agricole CIB (AA- / Aa3) Interest Evolution 2018 STRATÉGIE P. 2. DURÉE p.

Votre coupon augmente avec la hausse des taux d intérêt. Crédit Agricole CIB (AA- / Aa3) Interest Evolution 2018 STRATÉGIE P. 2. DURÉE p. Crédit Agricole CIB (AA- / Aa3) STRATÉGIE P. 2 Crédit Agricole CIB - fait bénéficier l investisseur d un coupon brut annuel intéressant pendant 8 ans. Concrètement, le calcul du coupon s opère sur la base

Plus en détail

Boostez votre investissement dans la bourse suisse!

Boostez votre investissement dans la bourse suisse! ING (A+/Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? P. 2 ING - est un titre de dette structuré. Le produit est émis par ING Bank N.V. et vous permet de miser sur l évolution du SMI (Swiss Market Index), l indice boursier

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail