L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres"

Transcription

1 La croissance économique L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres 1- Le Liban a connu une croissance économique exceptionnelle et solide à partir de 2007 jusqu'en 2010, le produit intérieur brut réel ayant augmenté à un taux moyen de 8,25%. Les tensions politiques locales et les troubles dans la région ont fortement touché l'activité économique en 2011 et 2012 et ont conduit à un ralentissement du taux de croissance estimé à 4,1%, toujours considéré comme acceptable surtout lorsqu il est comparé aux pays de la région MENA. Les perspectives pour les années à venir restent positives, avec des prévisions de croissance modérée (3 à 4%) et reposent sur la stabilité régionale et l'amélioration de l'environnement local des affaires Graphe 1 : Liban Taux de croissance économique réelle (%) Sources: Comptes économiques du Liban ( ); FMI ( ) Graphe 2 : Taux de croissance économique réelle dans la région (%) Liban CCG MENA Sources: FMI, Comptes nationaux. 1

2 2- La croissance rapide a été stimulée par les dépenses de reconstruction à la suite de la guerre de Juillet 2006, la hausse rapide des recettes pétrolières régionales et l'abondance des liquidités, le rétablissement de la confiance suite à l'accord de Doha suivi de l'élection d'un nouveau président, la formation d'un gouvernement d unité nationale, et la reprise de l'activité législative du Parlement Libanais. Tous ces facteurs ont créé un climat d'affaires favorable et ont réduit les incertitudes et alimenté par conséquent les entrées de capitaux étrangers et la demande globale, qui a été principalement conduite par le tourisme et le secteur de l immobilier. Selon divers rapports de l article IV du FMI concernant le Liban¹, le commerce de détail et de gros, le tourisme et la construction / immobilier ont été les principaux moteurs de cette croissance rapide, représentant plus de la moitié du PIB. Le déclenchement de la crise financière mondiale suivie par une récession mondiale a eu également un impact positif sur l'économie libanaise, les actifs de la diaspora libanaise fuyant pour des refuges plus sûrs avec l accroissement des incertitudes financières internationales et la baisse des prix et des taux sur les marchés financiers internationaux. 3- Il est bien connu et il a été prouvé que le secteur des services demeure le principal moteur de la croissance au Liban. Dans une étude récente (Mars 2011) intitulée Liban: Analyse de la croissance du PIB réel, , publiée par le bureau de représentation du FMI au Liban², il a été démontré qu entre 1997 et 2009, la croissance a été principalement tirée par 3 secteurs: le commerce de détail et de gros (contribution de14,2% à la croissance du PIB réel), les Telecom (9,4%) et les banques (5,3%). Les dépenses du gouvernement et la construction ont également contribué de manière significative, avec des parts respectives de 4,2% et 4,0%. Graphe 3 : Contribution dans la croissance du PIB réel, (%) Services d'éducation 5% Industrie 5% Services de santé 6% Construction 9% Commerce de détail & de gros 32% Gouvernement 10% Services Financiers 12% Transport & Communication 21% Source: Bureau de représentation du FMI au Liban 2

3 4 - Le Liban a historiquement de fortes relations économiques et financières avec les pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), notamment en termes de transferts de fonds, d exportations, de tourisme et d'investissement direct étranger (IDE). Selon le rapport/ pays du FMI n 09/ 131³: Les transferts en provenance des Libanais ayant une profession et hautement éduqués résidant dans le CCG, représentent presque la moitié du total des transferts de fonds bruts au Liban. Les pays du CCG constituent le plus grand marché des exportations libanaises. Les touristes en provenance du CCG représentent une fraction importante du total des touristes au Liban. Les flux d'investissements directs en provenance du CCG ont représenté environ 60% du total des IDE au Liban au cours de la période , dont plus de la moitié dans le secteur de l'immobilier. Selon la même source, le Liban accueille environ un tiers du total des investissements du CCG vers les pays de la région MENA. En outre, les investisseurs du Golfe détiennent un volume significatif de dépôts dans les banques libanaises. Les flux financiers 5- D importants flux financiers vers le Liban sont d'ordre structurel et ne se rapportent pas à des périodes spécifiques ou époques, certains événements pouvant amplifier ou réduire leur importance. Ils ont toujours existé, même avant la guerre civile ( ). Pendant l'âge d'or entre 1960 et 1974, ces flux représentaient presque 36% du PIB et ont contribué à une croissance annuelle des dépôts bancaires d'environ 20%. Dans un document récent de la Banque mondiale (Janvier 2012) intitulé «Using Lebanon s Large Capital Inflows to Foster Sustainable Long-Term Growth"(4), Il a été mentionné que le Liban a toujours attiré les flux en provenance de la région au cours des dernières décennies; ces flux étant reliés à la richesse pétrolière régionale, l'attractivité des actifs immobiliers au Liban, la perception du secteur bancaire libanais comme refuge en temps de crise, et l'existence d'une large diaspora libanaise. Le document indique également que les flux vers le Liban ont connu une forte augmentation durant la période en raison de la hausse des prix du pétrole, suivie d'une forte crise de confiance sur les marchés financiers et de capitaux régionaux et internationaux. Le document de la Banque mondiale constate également que le prix du pétrole constitue un facteur déterminant des flux de capitaux étrangers ainsi que de l'accumulation de réserves en devises étrangères. L'écart entre les taux d intérêt domestiques et internationaux, le régime de change stable et la dollarisation de l économie contribuent également à la détermination des flux financiers étrangers vers le Liban. 6- Bien que le Liban souffre traditionnellement d'un déficit du compte courant relativement élevé, ce dernier est cependant largement financé par l'investissement direct étranger. La balance du compte courant au Liban est principalement influencée par un large déficit de la balance commerciale en raison de la forte dépendance vis-à-vis des importations pour subvenir aux besoins de la consommation et de l'investissement dans une économie très ouverte. Le déficit du compte courant a atteint un niveau maximum de 14% du PIB en 2011 contre une moyenne de 9,2% pour les 4 années précédentes, sachant que son élargissement est étroitement lié à la hausse 3

4 des prix des denrées alimentaires et des matières premières (principalement le pétrole). Ce déficit du compte courant est quasiment financé par des investissements directs étrangers au Liban, qui ont représenté 9,7% du PIB pour la période Graphe 4 : Liban Déficit du compte courant et flux des IDE en % du PIB Déficit du compte courant IDE Source: FMI Les pays arabes constituent la principale source de l investissement direct étranger au Liban, notamment les économies du CCG. La part des pays du CCG représente environ une moyenne de 60% du total IDE au Liban, elle est suivie par celle de l'europe (France, Allemagne, Italie et Pays-Bas) et des Etats-Unis. 8- Les transferts de fonds vers le Liban en pourcentage du PIB sont parmi les plus élevés dans le monde, selon le rapport /pays du FMI n 09 / 131 (5), reflétant l importance de la diaspora libanaise et la tendance globale à la hausse. La même source affirme que près de 54% des transferts de fonds vers le Liban proviennent des pays du CCG, et que 16% proviennent de l Australie, des États-Unis et du Canada. Les transferts de fonds bruts ont représenté en moyenne 23% du PIB au cours des cinq dernières années. Cependant, les transferts nets (flux entrants-flux sortants) se sont évalués à 3-3,5 milliards de dollars par an au cours des cinq dernières années et ont constitué 8,8% du PIB durant la même période. 4

5 Graphe 5 : Flux des transferts en % du PIB Source: FMI Le grand nombre d expatriés Libanais constitue le principal déterminant du volume des transferts de fonds, influencés également par d'autres facteurs tels les conditions économiques à l étranger et le taux de change. Dans une étude sur l'émigration en provenance du Liban entre 1992 et 2007 réalisée par un établissement d'enseignement libanais de premier plan, il a été constaté que le nombre d'émigrés au cours de cette période était proche d'un demi million, et que près de 50% des ménages au Liban ont au moins un membre de leur famille qui a émigré au cours de la période indiquée. Environ 77% des émigrés ont un âge compris entre 18 ans et 35 ans et la majorité est constituée de main-d'œuvre qualifiée. La dette publique 10- Le Liban est sorti de la guerre civile en 1991 avec un fardeau de la dette d'environ 50% du PIB, mais les coûts de la reconstruction des infrastructures et de la réconciliation ont contribué à l'augmentation continue du fardeau de la dette durant la décennie suivante. Les prêts bonifiés de financement provenant de sources bilatérales et multilatérales telles que la Banque Européenne d'investissement (BEI), la Banque Mondiale (BM), le Fonds d Abu-Dhabi pour le Développement (FAD), l'agence Française de Développement (AFD), le Fonds Arabe pour le Développement Economique et Social (FADES) et d'autres sources ont été complétés par le financement local à travers des banques locales et d autres institutions. Peu de temps après que le processus de reconstruction ait été achevé, les efforts se sont intensifiés pour répondre au problème de la dette accumulée et se sont manifestés par les différents programmes présentés aux conférences de Paris II et Paris III pour contenir le déficit budgétaire et la dette publique et maintenir la stabilité financière. 5

6 Prêts et subventions ratifiés, signés et approuvés Répartition par source de financement, , millions de dollars Montant Part (%) Banque mondiale (IDA), (BIRD) ,84 Fonds arabe pour le développement économique et social FADES ,78 Banque européenne d'investissement BEI ,92 Union européenne L'UE ,26 France (AFD, les protocoles français,...) ,82 Société islamique pour le développement du secteur privé IDBG ,97 Koweït, FKDEA ,46 Arabie Saoudite (KSA, SFD) ,76 Allemagne (KFW, GIZ) ,40 Qatar ,81 Italie ,10 Japon ,55 Etats-Unis (USAID, USA) ,67 Autres ,67 Total Source : CDR Soutien financier extérieur de Paris II et Paris III Paris II dont Paris III dont 4,3 milliards USD 3.1 milliards pour la restructuration de la dette 1.3 milliard de prêts bonifiés 7,5 milliards USD 5,9 milliards signés 3.7 milliards reçus 11- Au cours des dernières années, le Liban a réussi à réduire considérablement la charge de la dette, et le gouvernement libanais reste engagé dans la politique de réduction du ratio dette / PIB sur le moyen terme. Compte tenu de la forte croissance économique et d'importants excédents primaires, la dette (brute) par rapport au PIB a chuté de 179,9% en 2006 à 134,8% en Le FMI prévoit dans le cadre d'un scénario n impliquant pas de changement de politique, que ce ratio resterait aux alentours de 130% sur le moyen terme, mais il pourrait baisser en dessous de 100% du PIB en 2020 en vertu d'un scénario de réforme visant à accroître les recettes publiques et améliorer la gestion des dépenses et leur rationalisation. Mais le plus important est de savoir que la dette détenue par le marché a chuté de 114,3% par rapport au PIB en 2006 à 83,7% en Le déficit par rapport au PIB a également baissé de 13,5% à 5,9%, le service de la dette par rapport au PIB a reculé de 13,5% à 10,1%, et l'excédent primaire par rapport au PIB est évalué à 3% en moyenne pour la période

7 Graphe 7 : Liban Dette publique/pib (%) Dette publique totale/pib Dette publique nette/pib Dette du marché/pib Sources: BDL, Comptes économiques du Liban Graphe 8 : Liban Déficit public/pib (%) Sources: Ministère des Finances, Comptes économiques du Liban 7

8 12- Bien que le ratio dette brute / PIB demeure parmi les plus élevés du monde, les éléments sous-jacents des risques et des variables macroéconomiques sont considérés comme faibles, expliquant la viabilité de la dette. La part de la dette en monnaie locale non échangée (en l absence d un marché secondaire) a augmenté dernièrement, et elle représente actuellement 61% du total de la dette avec une maturité moyenne de 2,6 ans, et est détenue presque à parts égales par le marché (principalement les banques commerciales) et par les autres institutions (hors du marché). Alors que la part de la dette en monnaie étrangère représente 39% du total de la dette, avec une maturité moyenne de 5,2 ans, dont 62% sont échangés entre les détenteurs du marché et ne sont donc pas détenus par les parties bilatérales et multilatérales. Cela signifie que les eurobonds du gouvernement Libanais détenus par le marché représentent 29% de la dette totale et 39% du PIB et que la part de la dette totale détenue par les non-résidents est relativement faible, se situant aux environs de 12% de la dette totale. Les taux d'intérêt 13 Depuis que le Liban a une monnaie indexée au dollar, les autorités monétaires n interviennent théoriquement pas dans la détermination des taux d'intérêt puisque les taux libanais suivent les taux internationaux et plus particulièrement les taux américains. En effet, les taux d'intérêt au Liban sont affectés par les taux internationaux, et cette influence apparaît avec la baisse des taux d'intérêt au Liban à la suite de la baisse du Libor après la crise financière mondiale. Toutefois, les autorités monétaires interviennent dans le timing et dans l importance de la variation de ces taux d'intérêt La Banque Centrale du Liban contrôle dans une certaine mesure les taux d'intérêt en achetant à un taux donné les bons du Trésor en L.L. et les eurobonds libanais, et ce afin de maintenir les taux d intérêt à des niveaux faibles. Ainsi, la Banque Centrale compense toute baisse de la demande des souscriptions des banques aux bons du Trésor Libanais, en intervenant sur le marché primaire et en achetant ces bons. Donc, en quelque sorte, les taux sur les eurobonds devraient suivre les taux sur les bons du Trésor. 15- Par conséquent, pour connaître les taux d'intérêt que le gouvernement Libanais devrait payer sur sa dette libellée en monnaie locale et en devises étrangères, il serait nécessaire d'examiner les taux payés par la Banque Centrale sur les certificats de dépôts (CD) qu elle émet. Finalement, c'est une des principales raisons pour laquelle le Liban paie moins cher que ce qui est suggéré par sa notation, notamment quand la balance des paiements est négative et que la situation politique est précaire: la Banque Centrale supporte les coûts en achetant des bons du Trésor à un taux faible et en vendant des CD aux banques à un taux plus élevé. Les titres souverains 16- La part des obligations souveraines détenues par les banques locales ne dépasse pas 17% du total des dépôts bancaires libellés en devises étrangères, et ces obligations sont échangées avec des marges/spread faibles lorsque la perception du risque est faible et élevées lorsque le risque est élevé. Les marges/spread des eurobonds reflètent la perception du risque de la part de leurs détenteurs (principalement les banques locales) qui sont disposés à prendre ce risque en le connaissant bien, et n attendant pas le premier signe de troubles pour en sortir. Les spread des CDS (Credit Default Swap) révèlent la perception du risque et l'évaluation 8

9 des parties garantes qui sont des banques et des institutions internationales bien réputées telles que la Deutsche Bank et HSBC. En conséquence, les spreads des eurobonds et les spread des CDS peuvent diverger ou converger en fonction de l'évaluation des risques. 17- Le rendement des obligations souveraines libanaises est en partie lié à la notation du risque souverain par les agences internationales de notation de crédit telles que Moody s, Standard & Poor s et Fitch. Il n'y a pas de corrélation directe dans le sens que les obligations souveraines des pays ayant les mêmes échéances et notations doivent avoir un rendement identique. Il est bien connu que le coût de l'endettement est fonction d'un certain nombre de facteurs parmi lesquels le risque de crédit, le risque de liquidité, le risque d'inflation, et le risque du taux de change et ceux-ci ont tendance à varier d'un pays à l'autre. Bien que les agences de notation sont tenues de prendre en compte tous ces facteurs pour attribuer une notation à un pays, la pondération et l'évaluation de chaque facteur peut toutefois varier entre les investisseurs étrangers individuels et institutionnels, les banques locales et autres. Entre autres, le taux de change fixe bien ancré au Liban et la stabilité relative des prix pourraient être fortement pondérés par les banques et les autres investisseurs, et contribuer ainsi à la réduction des marges et du rendement sur les titres souverains libanais par rapport à leurs pairs suivant que ces conditions s appliquent ou non sur ces derniers. Il serait utile de mentionner également qu en termes réels, le rendement des titres souverains libanais est actuellement plus élevé de 50 points de base environ que celui de ses pairs, selon les calculs effectués par un établissement bancaire de premier plan. Les banques Libanaises 18 Nombreux sont ceux qui trouvent que les banques souscrivent aux eurobonds alors que les taux sont bien inférieurs à ce qui est supposé par la notation souveraine, plusieurs raisons expliquent le choix. Une autre raison principale est liée aux faibles opportunités d'investissement disponibles au Liban. Alors que la bourse n'est pas suffisamment développée et en l absence de marché d obligations pour les entreprises, et du fait que les placements des banques à l extérieur sont régis par les règlements stricts de la Banque Centrale et par les politiques conservatrices des banques libanaises, ces dernières ne disposent plus que de quelques instruments de diversification dont les Eurobonds, les bons du Trésor, les certificats de dépôt émis par la Banque Centrale et les crédits au secteur privé. 19- Les crédits des banques au secteur public (gouvernement) ont connu récemment une baisse alors que les crédits au secteur privé enregistrent une augmentation constante. La part des créances sur le secteur public a baissé à 20% du total des actifs à fin mai 2012 contre 26% fin Inversement, la part des créances sur le secteur privé est passée à 29% du total des actifs contre 25% pour les deux périodes respectivement. Il faut mentionner que les banques au Liban ne sont pas autorisées d investir dans des instruments structurés ou produits exotiques ou 9

10 hybrides, et c est un des principaux facteurs qui ont gardé le Liban ainsi que son système bancaire à l'abri des répercussion ns de la crise financière mondiale. Graphe 9 : Structure du bilan consolidé des banques commerciales fin Mai 2012 Autres postes Avoirs extérieurs 3% 16% Réserves 34% Créances sur le secteur public 20% Créances sur le secteur privé 27% Source: BDL 20- La croissance des dépôts des banques et par suite la croissance de la masse monétaire s'explique par les variables macroéconomiques internes et externes en plus de facteurs spécifiques aux banques. En fait, dans un document du FMI n 09/195 intitulé : «Liban-Les Déterminants des Dépôts des Banques commerciales dans un Centre Financier Régional», il a été constaté que les facteurs internes tels que l'activité économique, les prix et le différentiel d'intérêt entre la livre libanaise et le dollar américain sont significatifs pour expliquer la croissance des dépôts tout comme le sont les facteurs externes, tels que le cycle économique dans les pays développés, la disponibilité des fonds en provenance du CCG, et les conditions des marchés financiers internationaux. Il a étéé également constaté que l image perçue des risques pour chaque banque, ses réserves de liquidité, risques de crédits et marges d'intérêt ont une influence significative sur le volume des dépôts. 10

11 Dépôts résultant de l activité économique Dépôts de la Diaspora Libanaise Banques Libanaises Crédits au secteur privé Bons du Trésor en LL et Eurobonds Liquidité auprès de la Banque Centrale et des banques correspondantes de l OCDE 11

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE Le processus de convertibilité du dinar pour les transactions extérieures courantes a été complété en 1997, parallèlement à la libéralisation

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006 ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT septembre 2006 1 Énoncé de politique de placement (septembre 2006) 1. Objet de la politique Le présent document énonce la politique, approuvée par le ministre des Finances

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Perspectives économiques du Canada :

Perspectives économiques du Canada : Perspectives économiques du Canada : 2015 une année remplie d incertitude Pedro Antunes Économiste en chef adjoint, Le Conference Board du Canada Le 22 septembre 2015 conferenceboard.ca Perspectives mondiales

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Ministère des Finances et de la Planification. du Développement Economique. Direction Générale des Finances Publiques. Direction de la Dette

Ministère des Finances et de la Planification. du Développement Economique. Direction Générale des Finances Publiques. Direction de la Dette République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Direction Générale des Finances Publiques Direction de la Dette Rapport de la dette publique du Burundi :

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE DES ETUDES INDICATEURS DE CONJONCTURE Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change OCTOBRE 2013 I. INTRODUCTION

Plus en détail

Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT

Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT 1. Présentation... 2. Methodologie... 3. Sources de documentation... 4. graphique... 5. Tableaux... LISTE DES GRAPHIQUES Graphique 23. 1: Créance du système monétaire sur

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les principaux indicateurs économiques Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif.

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord. Octobre 2015

Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord. Octobre 2015 Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord Octobre 215 1 Feuille de route Environnement mondial Thèmes régionaux Exportateurs et importateurs de pétrole de la région MOANAP 2 Perspectives

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1

LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Couverture : Protéger des créances ou des dettes (commerciales ou financières) contre le risque de variation

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES

II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES 1 II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES II.4.1. FINANCES PUBLIQUES Les opérations financières du Trésor se sont clôturées sur un déficit budgétaire (base droits constatés) plus lourd, passant de 19.477,7 à

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

CHAPITRE III : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE III : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE III : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique ces dernières années, à en juger par la solidité marquée de sa position

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience 3 mars 6 N 6-134 Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience On sait que les pays ont des stratégies de croissance très différentes : développement

Plus en détail

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 :

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : POUR DIFFUSION IMMÉDIATE CNW LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC OBTIENT UN RENDEMENT DE PREMIER DÉCILE DE 5,6 %, AJOUTANT 7,9 MILLIARDS DE DOLLARS

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN

DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN 4 th Forum (4 ème Forum) of Debt Management Facility Stakeholder s 2-3 May, 2013 Berlin (Germany) DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN DEVELOPING COUNTRIES THAT ARE SEEKING NON CONCESSIONAL

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Janvier - Mars 2001

Banque de la République d Haïti. Janvier - Mars 2001 Banque de la République d Haïti Janvier - Mars 2001 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10 Tableau 1.2 Situation

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE 11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE MEXICAINE Mexique Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 119,7 PIB (en G$ US courants) 1 282,7 PIB par habitant (en $ US courants) 10 714,8 Taux

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier 2015 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars 2015

Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier 2015 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars 2015 Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars Les investisseurs canadiens ont réduit leurs avoirs en titres étrangers

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 02 08 juin 2016 Encours* Variations depuis 03/06/16 03/06/15 31/12/15 27/05/16 Reserves Internationales Nettes (RIN) 243,6 25,4% 8,5% 0,1% * En milliards de dirhams

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse 1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse Introduction La balance des paiements est un moyen d'analyse économique de premier plan. Elle permet d'appréhender la totalité des échanges de la France

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE ECONOMIQUE? 30 Min INSIDE 6 Avril 2011 Plan de la présentation 1) L évolution des cours: faits stylisés et explications 2) Impact économiques

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

Rapport sur la viabilité budgétaire à long terme aux États-Unis. Bob Dacey Chef Comptable US Government Accountability Office

Rapport sur la viabilité budgétaire à long terme aux États-Unis. Bob Dacey Chef Comptable US Government Accountability Office Rapport sur la viabilité budgétaire à long terme aux États-Unis. Bob Dacey Chef Comptable US Government Accountability Office 1 IPSASB - Rapport sur la viabilité à long terme des finances d'une entité

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF)

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF) Table des Matières 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) 6 Finances Publiques (sources : BRH / MEF) 7 Secteur réel (sources : IHSI / BRH / EDH) 10 Secteur externe (sources : BRH / AGD / Maison

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES 2008 ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES RAPPORT DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE Direction du Trésor et des Finances Extérieures Mars 2009 SOMMAIRE ACRONYMES ET ABRÉVIATIONS 3 PRINCIPALES

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail