LLU LE 23 MARS 1930»»»"' HUITIÈME ANNÉE : N 369. C I)tlIïl6S

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LLU LE 23 MARS 1930»»»"' HUITIÈME ANNÉE : N 369. C I)tlIïl6S"

Transcription

1 MIIIIIIM HUITIÈME ANNÉE : N 369 luiiiimhiiiiiiuiiiiiiiiiiiiimiiiiiimiiiiiuhiiimimiiiiittiiti 50 C I)tlIïl6S ihiimniciiniiiiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii llllllllllllllllll i.m»»»"' U niimiiinhiitoiwtowbhawihiwtihiuinnhowlbhnihw iwihiihiw.itniititmiiir UNE CHASSE DE NUIT EN COCHINCHINE Ce départ ressemblerait à tous les autres si les chasseurs, se préparant à chasser nuit dans jgle, où leurs phares leur permettront surprendre le gibier, ne s'étaient mis mpes à acétylène qu'ils portent sur e coiffure originale. UN USAGE INATTENDU DE A MOTO Jusqu'ici, les «Boys-Noirs»,. Durban (Natal), ornés d'attributs variés, se contentaient pousser les «Rickshaws» s riches touristes. Mais tout évolue, et en voici ux qui sont montés sur e motocyclette du rnier modèle. POMPES MODERNES On fait actuellement, à New-York, les essais cette pompe à incendie, très puissante. Elle est constituée par lin énorme tube très élevé qui distribue l'eau à forte pression dans s jets situés à diverses hauteurs, comme le montre notre document. EN AUSTRAIE : E NAVIRE, PAREMENT FOTTANT e Parlement s Nouvelles-Galles du Sud a frété spécialement ce navire, appelé "le Premier ", pour y tenir ses délibérations secrètes et pouvoir travailler à l'abri critique que les journalistes ne manquent pas d'exerçer. UNE PERDE GROSSE COMME UNE NOISETTE Sur le marché ondres vient d'arriver cette perle qui est, paraît-il, plus grosse du mon : comparée à cette pièce angise d'e mi-couronne, perle paraît, en effet, égale à e noisette taille moyenne, et c'est assez joli record. EN MARGE DES INONDATIONS : A BATTERIE DE CUISINE FIDÈE es inondations du Midi ont donné lieu à s scènes effroyables misère, mais aussi à s à-côtés pittoresques. Ainsi, cette maison s'est écroulée, coupée eux ëeujç subsiste, fidèle, batterie cuisine meurée accrochée au mur. 4 I

2 IIIIIIMIIIIIIIIMIIIMIII1IIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiriiiiiiiiniiiiiimiiii'ii"" VENTE AU NUMÉRO : Tél. : Provence 15-22,23 ou 24-1 fr. EST EN e Administration, abonnements : 20, rue cte.ngl-.ien, Paris (X ) - VENTE PARTOUT DÈS Services Publicité : 113, Avenue s Champs-Elysées. te C E chèque post. n 5970 SAMEDI E 23 MARS 1939.minm TARIF DES ABONNEMENTS 3 mci* 6 mois Un an France, Colonies. 6 fr. 12 fr. 24 fr. Belgique 9 fr. 18.fr. 35 fr. Étranger 15 fr. 28 fr. 55 fr. Téléphone : Êlysécs à années succès Depuis 50 années, le VIN VIA n'a cessé d'accumuler les succès. Grâce à lui, s millions personnes, souffrant faiblesse générale, épuisées par le travail, usées par vie, menacées par l'anémie et ses conséquences graves ont recouvré force, vigueur et santé. ^ B Son efficacité, le VIN VIA doit à l'heureuse combinaison s produits qu'il contient : cto-phosphate chaux, quina, substances extractives vian, et à sa préparation réalisée à l'ai s plus puissants moyens industriels et scientifiques. Puissant réparateur d'énergie, tonique général, le VIN VIA stimule, fortifie, soutient et développe l'organisme. C'est le remè bonnête qui a sa pce dans tous les foyers. Je ne prescris qu' seul savon : Palmolive" dit le célèbre spécialiste Antoine, Paris, dont les salons sont le renz-vous select l'élite NewYorkai^e et Parisienne. Son immense expérience lui permet d'affirmer que Palmolive, seul, débarrasse les porcs s impuretés sans irriter peau spécialistes disent même, chose. "Il y a fin point qui ne varie jamais dans nies traitements beauté: nettoyer d'abord peau avec savon pur. Mais je n'en prescris qu' seul : Palmolive, parce qu'il isse peau douce et fraîche". e tonique dè famille dans toutes les pharmacies, essiègesbeaumarchais FABRIQUE FAUTEUIS CUIR PATINÉ Depuis -180 franc? DEMANDEZ E CATAI.OG17E FRANCO 113, Bouîev. Beaumarchais PARIS (Coin rue du Font-aux-Choux, au fond cour) Ouvert le samedi toute journée..icf> ')..y rassît 0*1 "«2fr. «"^ourbeaute du teint eu-» Ponton survoue» BAIN SVETESSE EICHNER 1001 procure ligne oiàiincviwii Grands. Magasins Parfumeries Dro'-'ieri*';. Phft'maci'-s EICHNER, 16, rue d'orléans, Dép< 4, HEUiY-SUE-SElNt DIMANCHE-IUSTRE RÉTRIBUE ES PHOTOGRAPHIES Q'l UI SONT ENVOYÉES PAR SES ECTEURS DÈS QU'EES ONT ÉTÉ PUBIÉES CECI' INTÉRESSE Pourquoi supporteriez-vous douïeur cul» santé et ncinante que provoquent les cors, quand simple bain pieds suffit pour vous souger immédiatement et pour vous délivrer s cors, avec racine? Un simple vage et les voilà disparus pour toujours. Procurezvous quelques grammes Saltrates Roll chez le premier pharmacien venu et versez-en peu dans l'eau chau, jusqu'à ce que l'oxygène libéré donne au ménge l'aspect d' it crémeux. Quand vous trempez les pieds dans bain ainsi préparé, vous éprouvez sougement immédiat. Cette eau médicamenteuse hyperoxygenée amollit surface durcie du corï pénétre profondément dans les pores et atteint racine même ; l'adhérence du cor est ainsi tellement diminuée, qu'on peut le détacher en entier, avec sa racine. Ce tonique iteux et reconstituant ealme et guérit les pieds endoloris et fatigués et diminue leur enflure..11 remet en parfait état les pieds les plus abimës. es Saltrates Roll sont en vente dans toutes les pharmacies. Tous les Jees Gens et Jees Filles, tous les Pères et Mères Famille. 'ÉCOE UNIVERSEE, plus importante du mon, vous adressera gratuitement, par retour du courrier, celles ses brochures qui se rapportent aux étus ou carrières qui vous intéressent. 'enseignement par coitcspondance. 'ÉCOE UNIVERSEE permet faire, à peu frais, toutes lés étus chez soi, sans dérangement et avec le maximum chances tle succès. Pour être renseigné, découpez le BUETIN CI-DESSOUS, marquez d'e croix chace s brochures qui vous intéressent, écrivez au I as votre nom et votre adresse, et expédiez ce bulletin, sous pli fermé, à MM. les Directeurs l'écoe UNIVERSEE, 59, Bd Exelmans, Paris (16e). Broch : Csses primaires complètes, Certificat d'étus, Brevets, C. A. P., Pro" iessorats, Inspection primaire. Broch : Csses secondaires complètes, Baccauréats, icences (ettres, Sciences, Droit ). Broch. 101G : Grans Écoles spéciales (Agriculture, Industrie, Travaux publics, Mines, Commerce, Armée et Marine, Enseignement, Beaux-Arts, Colonies). Broch : Toutes les carrières administratives (France et Colonies). Broch. 1030: Carrières d'ingénieur, Sous-Ingénieur, Conducteur, Dessinateur, Contremaître dans les diverses spécialités : Électricité, Radiotélégraphie, Mécanique, Automobile, Aviation, Métallurgie, Mines, Ecrge, Travaux publics, Béton armé, Chauffage central, Architecture, Topographie, Froid, Chimie. Broch : Carrières l'agriculture métropolitaine et coloniale. Broch : Carrières du Commerce (Administrateur, Secrétaire, Correspondancier, Sténo-Dactylo, Contentieux, Représentant, Publicité, Ingénieur commercial, Expert-Comptable, Comptable, Teneur livres). Carrières Banque et Bourse, s Assurances et l'industrie hôtelière. Broch : angues étrangères (Angis, Espagnol; Italien, Allemand, Portugais, Arabe, Espéranto). Tourisme. Broch. 105S: Orthographe, Rédaction, Rédaction lettres, Versification, Calcul, Dessin, Écriture, Calligraphie. Broch. 10G3: Carrières Marine marchan. Broch : Solfège, Piano, Violon, Flûte, Accordéon, Saxophone, Transposition, Harmonie. Contrepoint, Fugue, Composition, Orchestration, Professorats. Broch : Arts du ssin (Dessin d'illustration, Caricature, Composition décorative, Dessin figurines mo, Aquarelle, Peinture, Pastel, Fusain, Décoration publicitaire, Gravure, Travaux d'agrément, Anatomie artistique, Histoire l'art, Préparation aux métiers d'art et aux Professorats). Broch. 10S3 : Métiers Coupe, do Couture et Mo (Petite main, Secon main, première main, Couturière, Venuse, Venuse-retoucheuse,Représentante, Modiste, Modéliste, Coupeur, Coupeuse, Professorats). Broch.:1089 : Journalisme (Rédaction, Fabrication, Administration); Secrétariats. Broch. 10!;G : Cinéma (Carrières artistiques, techniques et administratives).,4 1 f(j;'?n f..ce petît,pour qu'il vienne gros et fort! Mais, pour vous, quelle fatigue què cette perte quotidienne substance.' Et quel danger si vous ne reconstituez pas au fur et à mesure, les réserves entamées. par quelques bonnes tasses BANANIA, alliant ' à l'arôme son cacao et à. l'onctuosité sa crème d'orge, puissance nutritive inégable sa farine _ banane» *4g ^Cfc cor A expédier gratuitement à M, Rue. à «Départ.. Si-vous souhaitez s renseignements ou s conseils spéciaux à votre cas, ils vous seront fournis très complets à titre gracieux et sans engagement votre part. Il vous suffira nous les mandai fui e feuille quelconque que Vous joindrez au bulletin ci-ssus. <MfWl fwjt &CMJVU Echantillon gratuit BANANIA Scroixre A COURBEVOIE (Seine) I

3 -fiimiiii rniiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiii 3 (""uiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii HUITIÈME ANNÉE : N 2%3 IMANCHE-lUST REFEXIONS ENTRE NOUS pnète, dont nous ne soupçonnions pas l'existence, vient d'être découverte par astronome l'observatoire américain owell. es pnètes font partie famille soire : elles sont nos cousines. Celle que nous à révélée le télescope owell est e cousine très éloignée : neuf ou dix milliards kilomètres, ce qui ne facilite pas beaucoup les retions. Jusqu'à présent, cette nouvelle pnète nouvelle pour nous n'a pas nom... Un nom dieu ou déesse s'impose, sinon elle fera figure parente pauvre parmi les Mars, Vénus, Saturne et autres Jupiter. Comment. baptiserons-nous? Belle occasion rappeler douce naïveté du légendaire Calino, mandant à savant : Alors, cette étoile s'appelle Sirius?... C'est curieux. Mais comment a-t-on pu savoir qu'elle s'appeit Sirius? Car, enfin, ce n'est pas marqué sur sa figure 1 U NE o o o> pnète américaine par son origine astronomique est invisible à l'œil nu, et même à télescope qui n'est pas très puisa DU D 'APRÈS chronologie adoptée généralement, il y aurait six mille ans qui sait? sept mille ans peut-être, que les hommes se sont aperçus que Terre leur appartenait et qu'ils se sont mis à. cultiver et à l'exploiter comme on le ferait d' jardin. Il nous a fallu tout ce temps pour.arriver à connaître à peu près noire propriété. Voici que, puis quelques années seulement, s expéditions, savants ont pu examiner et juger les régions poires du nord et du sud. ou, plutôt, leur jeter s coups d'œil rapis... essayer se rendre compte ce que cachent leurs neiges et leurs gces. Rien que s rocs et du sable? ou bien^s gisements métaux, charbon! Il n'y a pas très longtemps que s observateurs ont survolé ces régions - NouvelleGuinée holndaise où vivent, on le suppose, s tribus pygmées et où les bncs ne se sont pas encore aventurés.. Depuis. certain temps, ces zones désolées, ces montagnes sauvages Nouvelle-Guinée étaient, en réalité, les seules surfaces du pôle inexplorées Terre. Roosevell le premier pénétra dans s régions inconnues l'amérique du Sud, d'autres y sont allés après lui. Nous avons donc maintenant fait l'inventaire toutes nos possessions. Il n'y a, pour ainsi dire, plus terres inexplorées. Depuis les jours où Christophe Colomb s'embarqua au petit bonheur vers l'ouest inconnu, où Marco Polo s'en fut voir ce qui se passait à l'est, il y a toujours eu s payjs nouveaux pour satisfaire au désir d'aventure s hardis race humaine. Maintenant, comme le disait philosophe, les pèlerins ne peuvent plus quitter l'ancien mon pour le nouveau. Pour bien agir, il ne nous reste plus qu'à nous embarquer bonne œuvre en bonne œuvre. Plus d'îles désertes, inconnues, merveilleuses. Plus terre nouvelle pour accueillir sant. Elle est située ux fois plus loin du Soleil que Nepte, lequel l'est trente fois plus que nous ; autrement dit, petite cousine est très mal chauffée, très mal écirée... Je n'en crois pas moins fermement que cette pnète, lointaine pour nous, mais toute proche dans l'immensité l'ivers, est habitée, comme sont habitées j'en ai conviction tous les astres notre mon soire. Pourquoi voulez-vous que, seule entre tous les satellites du soleil, notre terre, qui est l'e s plus petites pnètes, soit peuplée d'êtres vivants? - e supposer, c'est faire preuve beaucoup vanité, c'est dire : «Nous seuls, et c'est assez!» Non, notre ivers particulier, intime, qui tient si peu pce dans l'infini, est formé mons habités etpreuve, c'estquenous existons. Je suis, d'ailleurs, bien persuadé que ces myrias d'étoiles s étrangères pour nous qui sommes citoyens du royaume Phœbus sont aussi dés myrias d'humanités. Entendons-nous : ces humanités-là ne ressemblent vraisembblement pas à nôtre. Mais vie peut prendre s formes si diverses! Son principe est le même partout : seules, ses UNDI 24 MARS ever du soleil : 3 li. 48 coucher : 18 manifestations diffèrent. Il y a done du mon, peut-être même beau- ever le : 3 h. 5S coucher : 11 e jour croit :.3 m. matin; 1 m. so'ir. coup, sur pnète qui vient d'être décousaint GABRIE : 83e jour+282. verte au là Nepte. Impossible se faire e idée du genre d'existence ces Courses hippiques à Sainl-Clûud. gens-là... Cependant, nous pouvons affirmer qu'ils ont s yeux plus perçants que les MARDI 25 MARS 5 h. 46 coucher : 18 nôtres et corps très résistant au froid : I,evcr du soleil : peut-être ont-ils l'aspect d'ours avec s pru- ever. le. : 4 H. 28 coucher : 12 e jour croît : 2 m. matin; 2 m. soir. nelles lumineuses comme celles s chats. ANNONCIATION : 84e jour+281. Sont-ils encore barbares ou plus civilisés que nous? Nous ont-ils eux-mêmes découverts? Courses hippiques à Maisons-affitie. Nous n'en savons et n'en saurons sans doute MERCREDI 26 MARS jamais rien... SOYONS AU COURANT... DIMANCHE les pionniers. Et, longtemps, il est probable que nous ne pourrons pas aller coloniser e. Il ne nous reste qu'à tirer notre vieille Terre, bien connue, bien étudiée, endroit meilleur, oà justice habile, et plus bonheur, si possible, afin qu'il y fasse meilleur à vivre. O O > S^OMBIEN il y a gens dont on peut dire ^ qu'ils font leur propre malheur! et qui s'y obstinent, auxquels on pourra bien répéter : «Tu l'as voulu, Georges Dandin...». Nombreux ceux qui persistent dans e ligne conduite telle que le simple bon sens montre alnt droit à e catastrophe. Chac voit ce qui en est, 'mais non les intéressés. Une femme querelleuse doit bien savoir que sa façon d'agir forcément diminue petit à petit l'affection son mari et finira par détruire complètement. Assez curieusement, elle continue à travailler à son propre malheur, oubliant constamment que «pour être aimée, il faut être aimable». Un jee homme qui se met à boire, sait parfaitement qu'il détruit sa santé, qu'il anéantit ses chances d'avenir et qu'il désespère ses parents. Il sait qu'inévitablement «au bout du fossé culbute», et, pourtant, il court allègrement vers sa triste fin, malgré tous les avertissements. Une jee file qui mène e conduite imprunte, détruit ses propres mains toutes ses chances bonheur. Pour folles idées d'indépendance et d'audace, elle va aveuglément l'avant. Un commerçant continue, tête baissée, à suivre s méthos qui le ruineront infailliblement. Un père famille fait tout ce qu'il faut pour perdre le respect et l'amour s siens. es gens sages meurent impuissants vant ces mécréants obstinés. es anciens disaient que Jupiter aveugle ceux qu'il veut perdre. Puisque nous le savons, ne soyons pas ceux qui 'se issent aveugler. FRANK CRÂNE. A SEMAINE PROCHAINE o o... construction cité Refuja da l'armée du Salut I ES pns cité Refuse et Maison '-' Mère et l'enfant, rues Cantagrel et du Chevaleret, Paris (13e), dressés par MM. ecorbusier et Jeanneret, uréats du Paljis s Nations à Genève, ont été définitivement approuvés ainsi que les pns Maison du Jee Homme, nie Crespin-du-Gast,d Ménilmontant, étabhvpar M. Préau, architecte-vérificateur dès pais nationaux. es travaux commenceront le mois prochain. Sur 10 millions nécessaires pour cité Refuge et ses œuvres, francs sont versés ou promis. > es dons peuvent être adressés au commissaire Albin Peyron, 76, rue Rome.... d'e journée nationale pour l'orphelinat s médaillés militaires PN 1904, ta société les Médaillés militaires comptait t-< 40 membres ; en 1930, ils sont Depuis 1919, société a grandi à raison d'e section nouvelle par semaine. Il y a aujourd'hui prés 700 sections : il y en a dans toutes nos colonies et même à San Francisco. 'orphelinat, fondé peuavant guerre, a dû s'abriter d'abord dans vieux bastion mis à sa disposition. Aujourd'hui, il possè en pleines Corbières e vénérable et spacieuse abbaye, bien aménagée dans site pittoresque. C'est 1A le fruit ténacité, l'ion, l'esprit discipline qui sont les qualités maîtresses s médaillés. Mais cette oeuvre, qui n'a cessé croître, a l'ambition d'être l'e s premières du genre. Vous airez société s Médaillés militaires a, achever son œuvre en achetant, aujourd'hui dimanche 23 mars, son timbre bienfaisance. l'ouverture du concours agricole aujourd'hui le premier dimanche d'ouverture C du concours général agricole, organisé par le ministère l'agriculture au Parc s Expositions, à l.i ~*EST porte Versailles. e catalogue porte 787 bovins reproducteurs toutes nos belles races françaises, plus 200 bœufs gras, 180 inscriptions au concours itier et beurrier, environ 300 lots moutons reproducteurs et gras, e quinzaine chiens berger et e trentaine boucs et chèvres. D'autre part, les produits itiers, les vins, cidres et eaux--vie, les semences, l'horticulture, les engrais, l'apiculture, lès produits coloniaux ont nécessité l'occupation huit halis au lieu six l'an rnier.... l'extension d'émission s mandats» poste internationaux VENDREDI 28 MARS h. 7. h. 40. ever du soleil : 5 h. 40 coucher : 18 h. 13. ever le : 5 h. 26 coucher : 16 h. 19. e jour croît : Saint 2 m. matin; CONTRAN : 1 m. soir. 870 jour+278. Courses hippiques à Maisons-affUle. h. 9. h. 48. SAMEDI 29 MARS ever du soleil : 5 h. 38 coucher : 18 h. 15. ever le : 5 h. 40 coucher : 17 h. 29. e jour croit : Saint 2 m. matin; JONAS : 2 m. soir. J USQU'À présent, les établissements facteur-receveur, les agences postales et recettes auxiliaires, urbaineset rurales, spécialement autorisées, effectuaient le paiements dés mandats-cartes internationaux quelle qu'en soit l'origine, mais ils n'émettaient mandatscartes que pour les pays limitrophes France. e ministre s P. T. T. a décidé qu'à partir du 1" avril 1930 ces établissements secondaires pourront émettre s mandats-poste internationaux pour tous les pays étrangers avec lesquels France échange ou échangera s envois fonds au moyen là formule mandat-carte.... d' concours pour l'attribution s bourses et prêts d'honneur l'ecole Violet 88 jour Courses hippiques à Saint-Cloud. concours pour l'attribution s bourses du "Conseil Villegénéral Seine et du Conseil micipal Paris, s prêts d'honneur du ministère E ever du soleil : 5 h. 44 coucher : 18 h. 10. ever le : 4 h. 51 coucher : 13 h. 58 DIMANCHE 30 MARS l'instruction publique (sous-secrétariat d'etat e jour croit ; 2 m. matin; 1 m. soir. ous me direz : «Ce m'est bien égal!» ever du soleil : 5 h. 36- coucher : 18 h. ic. l'enseignement technique), accordés à l'ecole d'élecsaint EMJIANUE : 85 jour Evimment, ôn peut vivre sans se souever le : "5 h. 54-couch.: 18 h.41 (NX., 5 h. ^f). tricité et mécanique industrielle (Ecole Violet), aura lieu à l'école, 115, avenue Emile-Zo, les 9 et 10 avril cier d'e cousine éloignée' dix milliards Courses hippiques au Tremby. e jour croît : 2 m. malin; 1 m. soir. prochain. Pour tous renseignements, s'adresser au kilomètres, et même d'e simple cousine 33TARE : 890 jour+276. secrétariat l'école, 70, rue du Théâtre. province. Il y a s égoïstes qui n'ont pas JEUDI 27 MARS ever du soleil : 5 h. 42 coucher : is h. 12. Rugby : France contre son reste à Toulouse. du tout l'esprit famille! N'importe, l'astronomie est e science ever le : 5 h. 10 coucher : ijjt 9. Armée française contre Armée angise à... création d'e amicale algéroise e jour croît : 2 m. matin; 2 m. soir. passionnante... Elle n'a pas e utilité bien l'occasion du Centenaire l'algérie, il a été créé Colombes. MI-CAREME : 86e jour+279. immédiate, elle ne permet pas création d'en groupement, sous présince d'honneur Courses hippiques à Auteuil (Grand Prix Football : Diables bleus contre Athlelic MM. Malrmé, ministre s P."T. T., député d'alger ; treprises commerciales et l'émission valeurs du Printemps) et à Nice. aquière, député d'alger, maire Saint-Eugène, et cotées en Bourse bien que nombre Bilbao à Buffalo. Ricci, député d'alger, maire Blidah. financiers mettant le en action mais Son but est grouper tous les Européens originaires l'étu s astres, leurs évolutions et révodu département d'alger, résidant dans le département lutions dans l'infini, élève l'esprit, excite l'ima- (F Seine, Seine-et-Oise, Seine-et-Marne, pour renouer AUJOURD'HUI DIMANCHE 23 MARS 1930 gination, émeut le cœur et fait oublier parfois les liens qui les issaient sur terre natale, qui prend certaines iurs par trop terrestres. pour titre : «Amicale algéroise Paris», pour créer, par Football : France-Suisse à Colombes ; France B-Tisie à Tis. Rugby : Poules suite, banquet annuel.suivi bal; sairées artisje n'ai qu'e banale lette d'amateur, Trois du Championnat France. Cyclisme : Championnat France tiques et musicales; voyages en collectivité pour Alger, mais elle m'a procuré grands pisirs et peu cross cyclo-péstre à Fontainebleau. Réouverture du Parc s Princes. excursions diverses et ai morale. Pour tous renseignecoûteux, les plus célèbres étoiles les vraies Courses hippiques à Auteuil (Prix Murât). ment, s'adresser au siège social 351 et 353, rue se issant admirer gratuitement. Btlleville, Paris (19e). J JEAN STYO. V A i iiiiiiiiilini IIHIIIIIMIIIIIUIIIIIIIIIII iiuiiiiiiiiiiiiiiiimuiiiiiiiiiiiiiii E IUIIIIIIIUIIIIIIIUIIIIIIIIIIIIIUI PROBEME iiiini DES MOTS HORIZONTAEMENT : 1, ancienne province espagnole ; 9, pour les surfaces agraires ; 12, iformité; 13, oiseau ; 15, bornent ; 17, administrateur et littérateur français mort en 182g ; 18, prénom féminin ; 19, Pierre le Grand y travail comme charpentier ; 21, outicérô.à tranchant incliné ; 23, oiseau/; 24, pronom ; 25, trois lettres pour ter ; 26, fée s romans du moyen âge ; 29, ces quatre lettres sont dans toute hiérarchie ; 31, jadis signifiait instruit, savant ; 32, prénom féminin ; 34, adject if pour robe d' cheval ; 36, dirigea. politique angise pendant guerre Sept ans ; '37, ux lettres Nepte ; 39, sorte civière ;.4o, verbe pour photographie ; 41, adjectif pour nez ; 43, considéré ou accueilli; 44, eu fin messe, â rebours; 45, quadrupè dangereux ; 46, petite personne ; 49, au milieu brèche ; 50, sans inégalités ; 52, prénom masculin ; 54, général Spartiate tué dans i i CROISES combat naval. VERTICAEMENT; I, personnage fameux, renommé; 2, souplesse et légèreté; 3, passera... farine d'e certaine manière ; 4, fruit aigrelet ; 5, lieu où se repose le loup pendant le jour ; 6, enlève ; 7, famille romaine, issue d'e souche comme ; 8, commencement d'espoir ; 9, ville sur affluent Theiss ; 10, tu te... gaudiras ; 11, qui fait dénombrement ; 14, fils d'edouard l'ancien ; 16, c'est le contraire du silence ; 20, partie du corps humain ; 22, ce val est pays Suisse ; 27, département ; 28, prénom féminin ; 30, poète provençal, chef félibre ; 33, enlèvera cime s arbres ; 35, donne s coups ; 36, cours d'eau européen ; 38, fatigua; 40, châtie; 42, au chat comme à souris ; 43, signature rendant acte authentique ; 45, prénom masculin ; 47, pour chanson ; 48, moitié samedi ; 51, note ; 53, note lue à rebours. Nous publierons, dans le prochain numéro, solution ce problème ne comportant auc cssement, ce qui dispense nos lecteurs nous envoyer leurs solutions. A gauche : Problème proposé ; à droite ; Solution du problème par» dans le rnier numéro. i uiuiiiuiiiuuiiiuiuiiiiujiuuui iiiiihiiuiuiuil BSOSSHlltfflsJB M 1 0 O 5 E R 1 TEM

4 iiiiiiiu ûiiiihimimiimmiiiiimiuimiitmi iiinuiiiuuuiiuiuuuiiiiiuiuiiiuiii 4 """ UUMIMIM(MII«IIU iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimuui»»'"' E 23 MARS 1933 IIMUHII A SEMAINE QUI VIENT DE S'ÉCOUER 12e Semaine VAnnée Reste à courir : 40 semaines E NAVRANT BIAN DES INONDATIONS DANS E MIDI A SITUATION A A CONFÉRENCE NAVAE DE ONDRES APPARAIT DE PUS EN PUS CRITIQUE s semaines discussion, conférence navale ondres est toujours au point mort. On attendait beaucoup d'importantes conversations qui ont eu lieu dimanche aux Chequers. «es délégations française et britannique ayant à leur tête M. Tardieu et M. MacDouald, ont examiné situation et, en particulier, l'état s travaux conférence en ce qui concerne les questions les intéressant spécialement. Elles ont recherché les moyens propres à assurer le succès s négociations en cours.» Tel est le texte du commiqué officiel remis à presse à l'issue l'entretien.a conversation n'avait abouti à auc résultat positif. Toutefois, les pourparlers alient continuer, sinon sur le terrain politique, du moins dans le domaine purement naval, car, aussi bien du côté français que du côté angis, on a le ferme désir réussir. à-ssus, M. Tardieu a regagné Paris tandis que M. MacDonald s'est efforcé convaincre M. Grandi que l'heure s concessions a sonné, et que l'ambassaur britannique à Rome a été chargé d'e démarche spéciale auprès M. Jlussolhii. a réponse venue Rome n'a pas été jugée suffisamment conciliante, l'italie maintenant ses principes parité avec France. M. MacDonald en a conféré avec M. Briand, au cours d' repas improvisé, et le ministre s Affaires étrangères France a décidé quitter ondres. Mais, du reste, le conflit franco-italien n'est pas le seul qui ait surgi au cours s débats ; les Etats-Unis et le Japon ne sont pas d'accord non plus. Pour les gros croiseurs, l'amirauté japonaise persiste, en effet, à exiger 70 % du tonnage américain et elle repousse toutes les combinaisons suggérées par délégation américaine pour tourner difficulté en procédant à certains aménagements et à certains rempcements. Pour les sous-marins, le Japon ne refuse pas seulement les tonnes qui lui sont offertes pour 1936, au lieu s tonnes qu'il possè actuellement. Il estime ne pas pouvoir scendre au-ssous d' tonnage total tonnes. A PRÈS UN NOUVEAU TRAIN DE DÉGRÈVEMENTS e jour où son uxième cabinet s'était présenté vant les Chambres, Mr Tardieu avait annoncé qu'il soumettrait à l'examen du Parlement, sitôt discussion budgétaire achevée, projet loi comportant e nouvelle série dégrèvements fiscaux. MM. Paul Reynaud et Germain-Martin ont été autorisés à déposer le projet sur le bureau Chambre immédiatement après le vote définitif du budget Ï930. Ce projet, inspiré par l'idée faciliter les transactions sur les titres en allégeant les charges fiscales pesant sur les valeurs mobilières et sur les opérations Bourse, vise à diriger l'épargne publique vers s vues d'avenir, à redonner regain d'aethité au marché Paris et à lui restituer pce prépondérante qui lui revient dans le mon. ON RETROUVE AU CONGO BEGE ES CORPS DES TROIS AVIATEURS ROUX, CAIO ET DODEMENT ES aviateurs français Roux, Caillol et statistique commiquée par le Doinent, après avoir effectué liaison ministère l'intérieur, il ressort que les France-Madagascar, avaient quitté inondations ont fait 206 victimes, détruit immeubles, et recouvert hectares. gran île pour accomplir leur voyage Ces chiffres se décomposent, département retour. es rnières informations, déjà lointaines, par département, comme suit : les concernant, les situaient au Congo belge, puis c'était disparition quelque part dans HECTARIS IMMEUBES DÉPARTEMENTS VICTIMES forêt équatoriale et l'absence totale noudétroits 1NCNDÉS velles. I e gouvernement général du Congo avait» Aveyron ; entrepris, dans région Coquilhatville, s» )) 3.O29 recherches qui restèrent longtemps infruc» )) Dordogne... 3-IQi tueuses.» Giron Une douloureuse nouvelle est venue confir mer l'accint tragique et mettre fin à tout Haute-Garonne. ' 6 416» Hérault espoir. On a retrouvé dans gran forêt du district Kassaï, entre Mangué et ouboué, ot-et-garonne » Pyrénées-Orient près du fleuve Kassaï, l'appareil brisé et les corps s aviateurs Roux, Caillol et DoTarn ment. Tarn-et-Garonne , D 'UNE M. André Tardieu a soumis au chef l'etat et à ses'colborateurs réis eii conseil s ministres le texte du projet loi ayant pour but réparer les dommages causés par les inondations. Il s'agit là non plus d'e réparation principe comme celle qui fut consacrée par loi 1919, mais bien d'e réparation fait, avec.avances et secours à long terme et à taux réduit (1 ou 2 %). Il conviendra, par ailleurs, d'évaluer les dommages telle sorte que les immeubles détruits puissent être réédifiés soliment. Quant au chiffre total s réparations, il est impossible l'évaluer avant connaître, par le détail, l'étendue s ruines. es membres du gouvernement ont été animes à approuver les dispositions ce projet, qui a été déposé sur le bureau Chambre et qui apportera e ai rapi et efficace aux malheureuses victimes l'effroyable désastre. e présint du Conseil manra à l'assemblée, pour l'examen et le vote du projet, l'application procédure d'extrême urgence. > CEREMONIES 16 mars. A Rouen, M. ouis Rolliu, ministre Marine marchan, prési au ncement du paquebot Charles-Schiaffino. 17 mars. M. Gaston Doumergue, assisté MM. Marraud et Désiré Ferry, inaugure, à Villejuif, l'institut du cancer. POITIQUE 16 mars. A Domfront, M. Roulleaux-Dugage (U. R. D.) est élu député, en rempcement son frère, démissionnaire pour raisons santé. PARIS 17 mars. M. Gaston Rageot est nommé présint Société s Gens ett res. 18 mars. En présence M. Doumergue, le centenaire du célèbre historien français Fustel Counges est célébré à Sorbonne. DEUIS 14 mars. Monseigneur Jullicn, éveque d'arras, que l'héroïque conduite pendant, guerre rendit célèbre, meurt après e courte agonie. 26 mars. e vice-amiral Bienaimé, ancien chef d'état-major Marine, meurt à Paris, à l'âge da qu;. lie-vingt-sept ans. ORD BAFOUR, ANCIEN PREMIER BRITANNIQUE, MEURT A ONDRES FAITS DIVERS 16 mars. Descendant d' tramway a Croix ord Balfour, ancien Premier ministre britannique, Berny, s jees gens sont fauchés par e auto. ' d'eux, Pierre Béghiu, est tué. 'auteur l'acciest mort mercredi matin à 8 h. 15 à ondres. Conformément aux rnières volontés du déft, nt, Marcel Taitre, est arrêté. J7 mars. Après avoir étranglé sa femme et sou sa dépouille mortelle sera ensevelie à Whittinghum, petit vill igc écossais où se trouve le domaine ancestral beau-fils a Pùteaux, ancien colonial, Ciiarles Bornais, après n'avoir pu se résoudre au suici, vient se s Br.lfoùr et où lui-même reçut le jour. Arthur James Balfour, né en 18.18, était le seul sur- constituer prisonnier. Près l'aérodrome Bron, avion s'abat vivant s ministres reine Victoria. Sa carrière parlementaire couvre plus d' mi- sur e maison. e sergent Haufuy et le caporal Bonner sont tués. siècle durant lequel son nom s'inscrit à presque toutes 1rs pages l'histoire britannique, du Congrès Berlin SPORTS 1878, à celui Versailles eu Grand esprit, il 16 mars. a course côte du mont Faron est ne fut pas grand chef. On le vit bien lorsque, après trois ans pouvoir sous sa direction, T902 à 1905, gagnée par Ficliot qui parcourt les 5 km. 500 / les conservateurs essuyèrent e s plus sévères dé- l'épreuve en 22' 16". En football, l'équipe du Nord bat celle du Sudfaites leur histoire. Premier lord l'amirauté 1915 à 1916, et mi- Est, à Tourcoing par 5 buts à'3. es «onze» l'armée française et l'année nistre s Affaires étrangères 1916 à 1919, il apporta aux délibérations du conseil contribution d'e belge font match nul, 2 buts à 2, à Bruxelles. 'Armée lucidité pensée et d'e sûreté d'intuition dont tous belge, déjà victorieuse l'armée britannique, par t buts à 2, remporte le tournoi trianguire. ses biographes ont donné d'abondantes preuves. A Saint-Quentin, l'équipe football du Norda guerre finie et paix signée, il ne retourna pas à sa retraite. Ce septuagénaire, qui gardait l'agilité Est bat celle du uxembourg par 3 buts à 2. d' adolescent, maintint ses services à disposition es cliampionnats Paris et Normandie l'etat. C'est décration Balfour 1919 qui créa le football se terminent par victoire du Club Franc Home juif en Palestine, et c'est!anote Balfour 1923 çais et du F. C. Rouennais. qui fixa politique britannique ù l'égard s ttes. VIENT DE PARAITRE 9iiE DIMANCH E.1USTRE EMIE PAGES CHEVAIER A MER E GÉNÉRA PRIMO DE RIVERA MEURT SUBITEMENT A PARIS Une embolie a terrassé le général Primo Rivera, dimanche. 'ancien dictateur espagnol est mort dans son lit, en quelques minutes. a dépouille mortelle l'ancien dictateur a quitté Paris ldi soir. Elle a été pcée dans fourgon transformé en chapelle arnte et accroché au rapi Pyrénées-Côte d'argent. D'émouvantes obsèques, ont été faites à Madrid, en présence du roi, à l'homme d'etat. e général Primo Rivera, d'accord avec le roi Alphonse XIII, avait effectué, le 13 septembre 1923, coup d'etat en s'instalnt au pouvoir comme chef d' gouvernement exclusivement composé militaires et qui prit le nom Directoire. Ce fut e vraie dictature qu'il exerça, car les Chambres avaient été dissoutes et les membres du Directoire étaient nommés iquement par lui. Mais les tentatives nombreuses qu'il fit pour instaurer ordre nouveau n'eurent pas portée souhaitée. De chef du Directoire qu'il était, le général Rivera vint simplement présint du Conseil et e assemblée groupant s techniciens, et non s représentants parti, fut réie. Mais ces changements furent d'apparence. Des oppositions renaissaient, dans l'armée principalement, où il fallut réprimer plusieurs tentatives sédition militaire. Des embarras financiers éprouvaient le pays. e général Rivera procéda à e consultation s chefs militaires pour savoir s'il jouissait toujours leur confiance. Cette consultation lui ayant été défavorable, il démissionnait le 29 janvier. 50 /0 moins cher MEMENTO E PRESIDENT HINDENBURG A SIGNÉ ES OIS REATIVES AU PAN YOUNG e présint d'empire a signé les lois portant acceptation du pn Yog adopté par le Reichstag, puis "pat le conseil d'empire et a ordonné leur publication au Bulletin officiel du Reich. Immédiatement après, le présint Hinnburg a fait publier e procmation dans quelle il répond aux centaines d'adresses qui lui sont parvenues et dans lesquelles on le priait refuser sa signature. a procmation présintielle dit notamment» «C'est le cœur serré mais ferme qu'après mûre réflexion, j'ai apposé mon nom au bas s lois Yog. Après avoir entendu les partisans et les adversaires, après avoir minutieusement pesé le pour et le contre, je suis arrivé à conviction que, malgré lour charge que le pn impose au peuple allemand pour longues années et malgré les grosses objections que certaines ses dispositions peuvent soulever, le pn Yog, comparé au pn Dawes, représente e amélioration et allégement qui constituent, aux points vue politique et économique, progrès sur le dur chemin libération et du relèvement l'allemagne. «e sentiment ma responsabilité envers l'allemagne et son avenir ne pouvait pas me décir à refuser ma signature, car les conséquences en auraient été imprévisibles pour l'économie et les finances allemans et auraient provoqué graves crises pour notre patrie. «Je sais parfaitement que l'acceptation du pn Yog ne nous a pas délivrés tous soucis pour l'avenir, mais je crois cependant avec confiance que voie - dans quelle nous nous sommes maintenant engagés, qui donne aux territoires occupés liberté désirée puis longtemps et nous permet d'espérer nouveaux progrès, se révélera comme étant bonne. «Il y a bientôt soixante ans, lors fondation l'empire, je fus témoin l'enthousiasme avec lequel le peuple allemand tout entier saluait son ité enfin réalisée. Je ne puis concevoir que cet esprit ait disparil et ait fait pce à e division intestine permanente, «Malgré les misères l'époque, nous vons nom) raisonner nous-mêmes et venir nouveau is dans l'idée : l'allemagne au-ssus tout.» Exigez le sachet rose raye bleu (Avec ou sarrè timbre ASA EN VENTE CHEZ<2.5^TOUS US UBRAIRES FAUTEUIS cuir patiné GRAND CONFORT Forme nouvelle «< g" fr. Depuis 1 S «3 EXPOSITION UNIQUE 200 modèles en atelier CONSTANT Fabricant, 42, rue Chanzy, PARIS-119 Catalogue D sur man. Ouvert samedi toute tournée. Dans cet émouvant roman, le lecteur retrouvera les aventures Georges Maillet, dit le Hier, parues dans en contes détachés. alsacienne PUB. EVINGEW

5 nuiiiii iniihîiinhmmi«i»itm^i«wiiiniii liimtihiiiiîimiiiiiirtiiïh ES iinûniiiiliiii 8 iiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiu ROMANS DE A îiiiiitiiiuiiiiiiiiiiiitiiiiiuiiiiiiiiiiiiii VIE JEAN ROTROU, 'ÉNIGMATIQ UE par Comédie-Française possè, dans collection ses bustes, e œuvre remarquable exécutée en Ce portrait marbre est celui d' élégant cavalier, e ligure noble et hardie, en mot l'image même du gentilhomme tel que nous nous le figurons à l'époque s d'artagnans et autres Aramis. Et, sous cette effigie héros roman, nous lisons le nom Jean Rotrou. Mais dois-je en croire mes yeux? Voici portrait du même Rotrou, gravé par Desrochers, d'après e peinture, et c'est magistrat paisible, bienveilnt, en rabat et en perruque qui s'offre maintenant au regard. Un bretteur et avocat, courtisan et bon bourgeois. De ces ux reflets Rotrou, également façonnés plus d' siècle après mort du poète, quel est celui qui représente l'original? C'est ce que nous allons tâchet découvrir, et ce ne sera pas chose facile. Du rival direct Corneille, nous ne possédons rien bien sûr ; seulement les actes naissance et décès, quelques passages s correspondances du temps et ce que Rotrou nous dit lui-même dans les dédicaces ses ouvrages. e document le plus probant est encore Notice l'abbé Brillon, écrite en 1698 d'après s papiers famille. Nous suivrons donc ce gui qui a au moins le mérite d'être sincère. A f EAN a gloire me transporte, clic est mon seul aimant, et il se mit à vivre, pendant quelques années, vie bohème l'époque. Nous avons tout lieu croire qu'elle vait être aussi orageuse et joyeuse que celle que Murger vait nous raconte! plus tard. D'ailleurs, ce ne fut pas pour l'amoureux s muses e pério paresse. 11 apprit tout ce qu'on ne peut apprendre au collège ; son esprit assoiffé théâtre fit sa pâture tous les cssiques grecs et tins, y ajouta même les espagnols, dont vogue venait. Et, pour vivre, il se mit à sol d'e troupe comédiens ; chaque aimée, il vait fournir nombre déterminé pièces, moyennant e rétribution assez modique. Quelque chose comme les travaux forcés.. littéraires. Heureusement, les Mécènes florissaient alors. Peu grands seigneurs omettaient protéger les talents naissants, les soutenir leur bourbe. Et le comte Fiesque s'intéressa suffisamment à Rotrou pourlui permettre coniposer, enfin, ce qui lui pirait, tout à son aise. e résultat cette liberté fut e pièce: les Occasions perdues. Représentée en 1633, elle obtint grand succès. e cardinal Richelieu voulut connaître et fit venir l'auteur pour lui marquer son contentement. Ce contentement se manifesta encore d'e façon plus palpable par l'octroi d'e pension 600 livres. Cette fois, Rotrou avait bien réellement le pied dans l'étrier. D'ailleurs, le cardinal continuait à observer le jee auteur et se montrait plus en plus satisfait ses œuvres. Tant et si bien qu' jour, il le jugea digne d'entrer dans briga s cinq hommes lettres qui, sous direction Chapein, vaient travailler sur les pns M. Richelieu. C'est alors que nous pouvons imaginer Rotrou sous le feutre cavalier et digne d'être sculpté comme nous le voyons dans le buste Comédie-Française. Protégé par le premier ministre, colborant à Comédie s Tuileries et à Gran Pastorale, il voyait son existence assurée et sa réputation bien établie. 1,'abbé Brillon ne nous isse auc doute sur cette pério brilnte vie du PAGES Bretteur et poète, dramaturge et magistrat, Jean Rotrou qui fut le rival Corneille et le favori Richelieu, eut, au dix-septième siècle, e très curieuse vie en partie double, dont Emile Pagès nous retrace ici les événements. poète. orsque l'on représentait quelques-es ses pièces vant eurs Majestés ou vant son Eminence, «eurs Majestés et le ministre lui disaient souvent s choses si obligeantes sur ses ouvrages et, à leur imitation, les plus grands seigneurs et dames cour, qu'il en revenait tout comblé grâces qu'il ne croyait pas mériter.» Ainsi, Rotrou était moste, malgré faveur royale, malgré sa charge gentilhomme du cardinal. Rival Corneille, il «ne parit jamais ses ouvrages si on ne l'y forçait». ui-même nous décre, dans les vers qu'il adresse à ami Dreux, qu'il déteste d'en- ROTROU naquit à Dreux, le 19 ou le 20 août 1O09, Son père était honorable marchand bourgeois ville et sa mère, Elisabeth Facheu, scendait d'e s premières familles Chartres. C'était là milieu bien calme et peu propice à faire surgir l'ambition dans le cœur d' enfant. Aussi bien, le petit Jean ne se doima-t-il guère souci et, jusqu'à l'âge quinze ans, usa ses culottes sur les bancs du collège Dreux. Mais son esprit éveillé mandait e pâture plus importante ; il vint parachever ses humanités à Paris. Presque aussitôt, le démon poétique commença à exercer ses ravages. Il faut croire que le jee poète ne s'était pas trompé sur sa vocation, puisque les comédiens l'hôtel Bourgogne accueillirent avec joie sa première pièce: cl'hypocondriaque ou l'amoureux mort». Et Rotrou n'avait pas vingt ans! C'était là fort beau début et quoi tourner e tête plus mûre. Dès lors, il se para du beau titre d'écrivain et prétendit vivre son illustre plume. e brave marchand bourgeois Dreux, père cette célébrité littéraire, ne croyait guère à sécurité d'e carrière qui, en ce temps, se trouvait passablement décriée. Il eût souhaité pour son fils mie situation plus recherchée et plus sûre. Aussi agit-il comme bien s parents et coupa les vivres à son héritier. ivré à lui-même, Rotrou persévéra dans voie qu'il s'était fixée. Il prit à son compte le vers Seudéry : J EMIE «pensant que difficulté le retrouver le mettrait en gar contre l'idée le reprendre et tentation l'aller perdre.» Ceci ne s'accor en rien avec le caractère Rotrou ; il avait s goûts autrement relevés et faisait sa fréquentation habituelle presque tous les auteurs en renom l'époque : Vauges, Chapein, Conrart, du Ryer, Colletet, Bensera. Mais, enfin, il en était qu'il prisait par-ssus tout au mon et pour lequel il ne pouvait avoir que l'admiration : Corneille! D'autres légens ont voulu lier ces ux nobles écrivains par les liens d'e étroite amitié. Il n'en faut rien croire. D'abord, au e fond son caractère est mostie. «S louanges dont on l'accable le issent indifrés rent ; vie agréable et facile ne lui pît guère. Brusquement, il déci faire retraite. Il quitte définitivement Paris et achète l'office lieutenant particulier au bailge Dreux. e portrait gravé Desrochers n'a pas plus menti que le buste du cavalier. M. le lieutenant particulier du bailge porte perruque et rabat. En 1640, Rotrou se marie. En huit ans, il aura six enfants, dont trois mourront tout jees. es folies jeesse, vie bohème, les heures d'angoisse avant le lever du riau sur e pièce nouvelle, les faveurs du grand cardinal, tout ce est révolu, terminé, enterré pour jamais. Il n'y a plus dans bonne ville Dreux qu' austère magistrat, le meilleur s maris et s pères. Pourtant, artiste ne dépouille pas ainsi le vieil homme. M. Rotrou avait composé, bon an mal an, ses trois comédies. Une certaine inclinaison lui restait pour le théâtre et lui faisait trouver, parmi ses occupations nécessaires, le temps d'entretenir encore quelque commerce avec les muses. C'est pourquoi scène française s'enrichit encore d'e tragédie annuelle. Une tragédie! e «fantaisiste» jadis se tournait maintenant vers les sujets sublimes et il y réussit parfaitement. Dans certains endroits, le romantisme d' Hugo semble s'annoncer déjà, tel ce vers VHeureuse Constance : Je mangerai son cœur et je boirai son sang. et ceux-ci rappellent Shakespeare : De ce mortel affront rieu ne peut me sauver Et mer n'a pas d'eaux assez pour m'en ver. Oui, certes, le magistrat Dreux continuait à honorer et à servir granment les lettres françaises. e Véritable Samt-Genest, Vencess,. Cosroes sont s ouvrages digues d'admiration. Mais ceci était encore e occupation profane et l'esprit l'écrivain ne se grisait pas s succès son heureux génie. De plus en plus, il aspirait à se détacher tout ce qui lui avait paru raison même vivre. Goau, l'évêque, ancien commensal l'hôtel Rambouillet, lui donnait le conseil d'abandonner le théâtre pour s'attacher à s ouvrages dévotion. D possè e statue son illustre enfant. e socle porte e phrase gravée : REUX e salut mes concitoyens m'est confié, j'en réponds à patrie! Il est à peu près sûr que Rotrou n'a pas prononcé cette phrase magnifique ; mais il en était digne. Il en était d'autant plus digné que, s'il n'a pas parlé, il a agi. e plus petit acte vaut mieux que plus ronfnte parole. Après avoir fait vivre tant héros d'e vie fictive, M. Rotrou alit avoir l'occasion mourir lui-même comme ses merveilleux personnages. Mais comment raconter cette mort. aissons ce soin à son obscur biographe, qui a su nous narrer avec e véridique simplicité. «En l'année 1650, ville Dreux fut affligée d'e dangereuse madie. C'était e fièvre pourprée, avec s transports au cerveau dont ou mourait presque aussitôt que l'on en était attaqué... Ce obligea le frère Rotrou, qui était puis longtemps à Paris, lui écrire et le prier fortement sortir d' lieu aussi périlleux que celui où il était et venir chez lui, ou bien qu'il se retirât dans e terre qui lui appartenait et qui n'était éloignée que dix lieues Dreux et Paris et où l'air était admirable. Il lui fit réponse, qu'éjean ROTROU, d'après portrait l'époque. tant seul dans ville qui put veiller à faire garr police nécessaire pour essayer trer dans les carrosses s grands seigneurs. point vue mondain, Rotrou était s purger du mauvais air dont elle était infectée, Non, ce n'est pas fanfaron bravoure ; il «cinq» Richelieu et le cardinal ne sup- il n'en pouvait sortir, le lieutenant-général aime solitu et se montre soucieux portait guère l'éloge Corneille, qui l'avait étant absent et le maire venant mourir... garr son indépendance. Dans les «Stances», dédaigné. D'autre part, avec son grand bon «Ce n'est pas, ajoutait-il, que le péril ne soit sens, Rotrou voyait bien à quel point le génie il proclcme nettement : du Normand surpassait son talent, et il était «fort grand, puisque, au moment où je vous es plus affreux déserts sont mes lieux les plus chers. incapable jalousie. Au contraire, déissant a écris, les cloches sonnent pour vingt«uxième personne qui est morte aujourmais, alors, qu'est-ce qui pouvait séduire les comédies auxquelles il s'était jusqu'alors «d'hui. Elles sonneront pour moi quand il dans cet austère écrivain les personnages fort adonné, il s'efforça d'imiter le maître «pira à Dieu.» considérables qui, à ce moment, l'honorèrent tragédie. Et Corneille, assez dédaigneux à Elles ne tardèrent guère à sonner, les leur protection? Pourquoi le comte l'égard ses concurrents, eut pour Rotrou cloches du gs. Cet homme moste, ce grand Belin, ce «Mecenas morne», tenait-il à e secrète préférence. D'abord, il lui accorda cœur, ce parfait magistrat, cet écrivain remarl'emmener tous les ans, eu compagnie Mai- l'hommage plusieurs vers lui en tête quable, Rotrou, en mot, fut attaqué peu ret, au pays du Maine, dans ses terres or- ux ses comédies, et c'était témoignage temps après avoir écrit cette rnière lettre. gerie et d'avertou. Pourquoi? Mais parce que, d'estime. Plus tard, il décra : «M. Rotrou a fièvre pourprée le prit, avec grandâ par-ssus tout, Rotrou possédait le charme, et moi, nous ferions vivre s saltimbanques.» assoupissements. Il vit venir mort avec e Effectivement, plus d'e troupe comé fantaisie. parfaite résignation et s'éteignit le 27 juin a fantaisie! Voilà e déesse qui n'avait diens trouvait quoi fournir son répertoire Il n'avait pas quarante ans. pas encore paru sur scène française. Pour avec l'œuvre du dramaturge. Celui-ci n'a pas Voilà toute nue, toute shnple, l'existence da première fois, grâce à Rotrou, elle montre issé moins trente-cinq pièces théâtre. ce travailleur splendi. a légen s'est son sourire au milieu s tragédies. Cette fan- a première parut en 1628 et rnière en attachée à lui pour le défigurer. a vérité est taisie, qu'il savait si bien mettre en œuvre Trente-cinq pièces en vingt ans! Voilà bien plus belle ; il a su introduire le sodrire dans ses écrits, possédait-il au même titre e fécondité merveilleuse, et le fils du bour- dans le drame, léguer héritage spirit-iiel dans le privé et faut-il voir là e s raisons geois Dreux n'avait pas menti en affirmant gran valeur au théâtre et, à l'heurç du tréqui le faisaient tant rechercher par l'élite que là était sa voie véritable. Mais fut-il exemple simple courage, à tous les son époque? Il y a lieu d'en douter. Une légen- iquement le poète mondain que nous avons ommes. e tout, simplement, 'sans bruit, vu jusqu'à présent? Non, et nous abordons veut qu'il fût joueur, mais là ce qu'on presque à regret, comme chaque, 'chose accomnomme joueur ; aussi, lorsqu'il avait reçu partie sa vie plus studieuse, celle qui lui plie par le moste pensionne du cardinal. quelque argent s comédiens ou s libraires, permettra d'écrire ses chefs-d'œuvre. EMIE PAGES. 1 le jetait à poignées dans tas fagots \ En 1639, Roî*6u n'a pas encore trente ana.

6 iiiiiiii iiminriiiiriniiiiti iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiimiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiii ES iiiiiiniiiiiniiiitfiimmm,.',*,,l,,j 6 CONTES ucien Davoy, colonel aux chasseurs Gar, vint annoncer à son frère qu'il partait pour Russie avec l'empereur, le jee garçon le regarda avec admiration. e colonel était superbe dans son iforme vert à parements rouges ; il portait, en outre, mie culotte peau et casque à panache. Tu m'emmènes? manda-t-il. Non! je suis d'âge à te suivre, tout au moins jusqu'à Dres! Ni là ni ailleurs. Ta pce est à Paris. Pinis tes étus, nous verrons après! Raoul jugea inutile d'insister. Il n'avait que seize ans, son frère près trente ; puis mort sa mère, il lui obéissait aveuglément. C'est bien! dit-il d' ton résigné, j'attendrai! Est-ce que guerre durera longtemps? Ceia dépendra s Russes. S'ils se issent battre, je reviendrais bientôt... Mais, avec ces gens-là, on ne peut rien prévoir. Ne te fais pas tuer, au moins! Je n'en ai nulle envie... Adieu, Raoul 1 Au revoir, ucien! Alors, vrai, tu ne veux pas moi?... J'aurais suivi l'armée... loin!. >:i : < : N'en parlons plus! e colonel, plus ému qu'il ne vouit le paraître, déposa baiser sur le front son frère et partit en faisant sonner ses éperons. Resté seul, Raoul frappa du pied avec impatience, puis il se mit à marcher long eu rge, en proie à e gran agitation. Après tout, murmura-t-il au bout d' instant, je ne suis pas forcé d'obéir! ucien agit pour mon bien, c'est entendu, mais il exagère! A seize ans, on n'est plus gamin, que diable! Pourquoi ne pas m'emmener en Pologne? a guerre ne s'étendra pas jusquelà! Il se remit à marcher, puis, nouveau, s'arrêta. Quelle idée 1 murmura-t-il. Ma cousine ÉON E 23. MARS 1933 mmnm COSAQUE AMBRY ORSQUE Nous voici, avec éon ambry, précipités en plein dans le drame feste cette expédition Russie qui marqua le déclin Gran Armée et s fastes du premier Empire. Au milieu tourmente désastres et neige, ux êtres, ux frères, s'aimaient... J Delcour, qui est mariée à général, m'aira en cette affaire. Elle est si bonne! Et, avec cette belle assurance jeesse, Raoul Davoy partit en coup vent. Mme Delcour le reçut avec bonté. Elle était dans ses préparatifs départ ; l'appartement était encombré. Ma cousine, dit Raoul lorsqu'il se fut assis en face sa parente, je n'ai plus d'espoir qu'en vous : mon frère part pour Russie et ne veut pas m'emmener! Je le sais, mon pauvre ami, mais je n'y puis rien! Il te trouve trop jee et, en somme, il a peut-être raison. Non, ma cousine, il n'a pas raison! Vous le savez bien!... Je ne suis plus enfant. Si vous vouliez me faire pisir, savezvous ce que vous feriez? J'ai peur le viner. Vous m'emmèneriez. Ne dites pas non... Je sais que vous partez avec le général. Si je prends le costume d' vos domestiques, personne ne me reconnaîtra! Tu en parles à ton aise... Sais-tu que le général serait furieux, si je cédais! Il n'en saura rien! Je ne dévoilerai le secret à personne, et, quand nous serons à Dres, mon frère ne dira rien. Ce n'est pas sûr! Songez, ma cousine, que je n'ai plus que lui! S'il était blessé, s'il mourait sans me revoir, je ne m'en consolerais pas! Mme Delcour essuya furtivement e rme. Enfant! dit-elle. Puis, après court silence, elle ajouta^ : iiiiiiiiiiiiihiiiiiiim' D'ACTION FAUX par """ iiniiiiiiidiiiii Je ne peux rien te promettre. D'ailleurs, je suis trop occupée aujourd'hui! Reviens me voir main, je réfléchirai!... S'il y a e possibilité te satisfaire, je le ferais. Merci, ma cousine, s'écria Raoul, qui lisait dans les yeux sa parente. Et, l'embrassant avec effusion, il partit, joie au cœur. les difficultés l'entreprise, Mme Delcour se chargea Raoul, qui put gagner Dres à sa suite, vêtu comme l' ses domestiques. Robin, son correspondant, avait été informé que Raoul était sous gar d'e parente et ne s'inquiétait pas ; mais, cinq ou six semaines après le départ Paris, générale commença à se repentir sa faiblesse. Elle fit monter Raoul dans sa chambre et lui dit : Mon pauvre enfant, j'ai parlé à ton frère, que nous avons rejoint hier, avec beaucoup prunce, et je n'ai pas eu succès. Je lui ai mandé, en riant, ce qu'il ferait s'il apprenait jour que tu t'étais échappé Paris pour le rejoindre en Pologne. Il m'a répondu que, si ce arrivait, il te renverrait immédiatement chez son ami Robin, avec le premier convoi. Alors, vous ne voulez plus me garr? Je le voudrais, mais ce n'est guère possible après ce que m'a dit le colonel. e mieux que tu puisses faire, c'est profiter du départ Marchai, le courrier, qui s'en va M AGRÉ Raoul s'était levé précipitamment ; il avait reconnu le sergent Berlot, du régiment &e son frèrê, main à sept heures ; je vais moi-même rester à Dres, mon mari ne vount pas que je le suive plus loin. C'est bien, ma cousine, répondit Raoul, qui jugeait résistance inutile, je partirai. e lenmain, en effet, il partit ; mais, au lieu prendre avec Marchai route Paris, il s'engagea résolument sur celle qui menait en Russie. Je' ne rentrerai pas en France, murmura-t-il, je ne veux pas être traité en enfant 1 Si j'atteins Moscou, et... je l'atteindrai... ucien sera bien obligé me garr! es premiers jours se passèrent sans incints. Raoul portait costume voyage sur lequel était jeté long manteau. Il avait eu soin se mir d' havresac qui contenait ses provisions, précaution utile, car contrée, pte et i, sembit inhabitée. Pas être vivant en vue, pas fumée au-ssus s rares toits qui s'élevaient dans ces solitus. Raoul suivit facilement l'armée, car sa trace était révélée par les débris qu'elle issait. Pas blessé! songea le jee garçon ; l'entrée à Moscou sera triomphe, et j'y assisterai! Cette pensée le remplit joie, et il ne songea pas à se manr à quelle distance ville il se trouvait. Cependant, après quatre ou cinq jours, les choses changèrent. Raoul aperçut loin en loin s cavaliers à l'horizon. Ce vaient être s soldats, car ils avaient s nces, et il songea aux cosaques. Ces bans harceient notre arrière-gar, si bien que Raoul découvrit bientôt s morts. es s portaient l'iforme français, les autres s, vêlements cosaques. Ceci lui suggéra pn, Il s'approcha du cadavre d' jee officier russe et, le cœur battant, lui enleva sa tique fourrée. Il revêtit, se coiffa du bonnet d'astrakan, et, connue le poney du mort paissait plus loin l'herbe rare, il sauta délibérément sur son dos. Je ne sais si j'ai le droit d'agir ainsi, murmura-t-il, mais... c'est guerre!... Et puis, cet homme n'a plus besoin rien! 'iforme, qui lui alit à merveille, le changeait beaucoup. C'est à peine s'il paraissait plus jee que celui qui l'avait porté. Il se réjouissait dé ce déguisement, lorsqu'il aperçut s cavaliers qui s'avançaient dans sa direction. Tandis que les cavaliers s'approchaient, jee homme, vêtu d'e pelisse fourrée et qui sembit être leur chef, se mit à interpeller Raoul en russe. Comme il ne répondait pas, e douzaine cosaques l'entourèrent. e malheureux se vit perdu, et pn désespéré lui vint à l'esprit. Est-ce que... quelqu' vous parle le français? manda-t-il. A cette question inattendue, les hommes se regardèrent avec étonnement. ' d'eux répondit d'e voix rauque, avec accent prononcé : Moi!... je le parle peu, mais... pour- ' quoi employer ngue l'ennemi? Parce que... je n'en connais pas d'autre! fit Raoul en levant les épaules. Mes parents étaient établis en France, où je suis né et où j'ai vécu jusqu'à décration guerre. A ce moment, j'ai compris que je ne vais pas rester en pays ennemi et je suis venu combattre avec les miens. Je ne connais pas votre ngue, mais personne ne hait les Français plus que moi! Ce discours, suggéré par peur, eut plein _ succès. 'homme qui avait parlé le traduisit à ses compagnons, et ceux-ci manifestèrent e joyeuse'surprise. e chef prononça quelques mots, que l'interprète répéta en français. Vous arrivez à propos, dit-il, car nous avons le plus pressant besoin d' Russe sachant ngue l'ennemi et pouvant, au besoin, se taire passer pour Français. Il le faut, pour le triomphe notre pn, pour l'honneur Russie, pour notre père le czar! Je suis à votre service,, dit gravement Raoul. En ce cas, suivez-nous à l'état-major. C'est là que vous apprendrez ce que l'on attend vous. 'officier qui commandait le détachement enfonça ses éperons dans le ventre son cheval ; ses cavaliers l'imitèrent, et Raoul, moitié ravi, moitié trembnt, se trouva entraîné dans galop furieux.

7 iiiiuiîi iiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiihiiiiiiiiiiiiiihiuiiiiiiuihuuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Après avoir franchi, colline, le détachement arriva vant e maison solitaire, sur }e toit quelle flottait drapeau noir et jae. Autour cette maison se dressaient s tentes, et, sur droite, auprès d' amoncellement nces et selles, s poneys étaient attachés. C'était camp cosaques 1 Raoul fut Introduit dans maison, et, vant e table garnie, il aperçut général. Ce général écouta avec beaucoup d'attention le récit qui lui fut fait et parut enchanté capture du prisonnier. Il par à l'interprète qui, s'étant incliné, se retourna vers Raoul et lui dit : Vous allez savoir en quoi vou3 pouvez nous servir. e général Koslof, ici présent, à pour mission harceler l'arrière-gar française en évitant livrer bataille (nous avons d'autres pns). Pour l'instar*, nous tuons s hommes et nous faisons s prisonniers, c'est suffisant! Notre.satisfaction serait complète si nous pouvions nous emparer du commandant l'arrière-gar, car c'est habile homme qui nous donne du fil à retordre. Comment le nommez-vous? C'est nommé Davoy, colonel aux chasseurs Gar. e connaissez-vous? Un peu, répondit Raoul, dont le cœur battait à se rompre. Que puis-je faire pour vous? Une chose fort simple ; vous parlez le français à merveille ; nous vous donnerons l'iforme d'im nos prisonniers, et, sous prétexte quelconque, vous chercherez à séparer Davoy ses hommes. Il est intrépi, je pense que ce vous sera facile. Je le pense également. Je vais immédiatement... Attenz, le moment serait mal choisi! D'ailleurs, le général vous invite à dîner. Soit! Nous sommes en pourparlers avec les Français pour échange prisonniers. Un détachement va venir tout à l'heure sous le couvert du drapeau bnc, ce sera le moment propice. e> «c <? R A quoi me servirait-il nier? répondit-il ; cet imbécile sergent n'a pas su tenir sa ngue, mes pns sont démolis! Vos pns I rugit le général. Ainsi, c'était vrai, vous vouliez vous jouer nous? Ah! Ah! vous auriez bien ri si je -vous avais issé partir! Raoul leva les épaules d' air résigné. Tout ce qu'il pouvait faire maintenant, c'était ' bien jouer son rôle. Il empêcherait, en se faisant passer pour son frère, que l'on organisât contre celui-ci nouveau complot. 'esprit d'aventure se réveilit chez Raoul. Non seulement il n'avait pas peur, mais encore il s'amusait sa nouvelle situation. Avec l'insouciance jeesse, il s'abandonnait à son sort, sans se rendre compte s périls qui l'attendaient. es Russes, cependant, ne se sentaient plus en sûreté. Aussitôt après le départ du sergent, ils avaient tenu conseil et décidé lever le camp. N'était-il pas à craindre, en effet, que l'arrière-gar française cherchât à leur arracher le prisonnier? Avant que nuit fût venue, Raoul, entouré cosaques, galopait, à travers pine, dans e direction inconnue. Après avoir parcouru e distance considérable, les cosaques arrivèrent soir sur e colline d'où l'on découvrit les toits d'e gran ville. es rniers rayons du soleil firent étinceler s dômes cuivre et coupole brilnte d' édifice plus élevé que les autres. Raoul eut le pressentiment qu'il touchait au but. Moscou! dit ime voix rrière lui. Ce le confirma dans son idée. es cavaliers entrèrent dans ville s czars à nuit tombante. Tout sembit mort. Dans les rues désertes, les sabots s chevaux résonnaient étrangement. On s'arrêta vant e maison silencieuse, et Raoul fut invité à mettre pied à terre. On lui fit gravir d'interminables maiches, puis il fut poussé dans e chambre solitaire dominant haut les toits s maisons voisines ; on lui apporta à manger, et on le issa seul. Il était prisonnier! Des jours passèrent, longs et monotones, sans amener changement. Raoul sembit abandonné. A midi et le soir, soldat, qui ne savait pas mot français, lui apporta son repas. Ce dura s semaines, puis, matin, le soldat ne vint pas. Raoul, en s'approchant fenêtre, vit étrange spectacle. Des femmes et s enfants, vêtus noir, se réissaient sur e gran pce. Il en s'assit entre le général et l'interprète. Son pn se dérouit à souhait ; le désir s'emparer du colonel avait rendu les Russes crédules, et ils acceptaient son histoire. Il lui serait aisé, maintenant, d'atteindre son frère et se faire pardonner son escapa, en uu racontant le complot qui se tramait contre lui. a joie l'envahissait, il avait grand'peine à manger avec calme. Toutefois, il importait ne pas se trahir ; aussi Raoul redoubit-il d'attention. Comme le repas touchait à sa fin, soldat entra et par au général. C'est l'envoyé français qui arrive, traduisit l'interprète ; il va recevoir e dépêche avant retourner auprès s siens! A ce moment les cosaques en faction à porte s'écartèrent, et sergent, portant l'iforme s chasseurs Gar, s'avança : Général, commença-t-il. Mais son regard rencontra celui Raoul, et il s'arrêta net, comme pétrifié.. Monsieur Davoy, niurmura-t-il. Et, sans voir le clignement d'yeux du jee garçon, qui vouit le faire taire, il continua : C'est vous?... c'est bien vous?... Comment se fait-il que vous soyez ici? Prisonnier? Raoul s'était levé précipitamment ; il avait reconnu le sergent Berlot, du régiment son frère. Son arrivée, au moment précis où son pn alit être couronné succès, était véritable désastre. Un silence mort régnait dans pièce. Qu'a-t-il dit? interrogea le général. 'interprète, qui n'avait retenu que le nom prononcé par le sergent, répondit sans hésiter : Il a dit que l'homme assis à votre table est Davoy, c'est-à-dire le colonel que nous cherchons. e sergent aurait pu donner démenti à ces paroles, mais il n'était plus là. N'écoutant que son courage, il avait quitté pièce, sauté à cheval et courait a toute bri informer son chef ce qui se passait. Ce n'est pas possible! gromme le général. Ce jee homme n'a pas dix-huit ans... et... même dans l'armée française où l'avancement est rapi, il n'y a pas colorel cet âge. Vous n'avez pas compris. 'interprète parut blessé que l'on doutât sa traduction. Faites excuse, mon général, dit-il, mais j'ai fort bien compris. e sergent a dit quatre mots : «Davoy!... C'est vous?... prisonnier?» Ces paroles sont cires, et, d'ailleurs, vous avez vu comme moi son troublé en reconnaissant son chef. Ne s'est-il pas trahi en partant? e général meurait incertain. Il se retourna vers Raoul et, dans très - mauvais français, lui manda : C'est vous, Davoy? e brave enfant comprit qu'il vait à tout prix sauver son frère. AOU 7 ( " iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuii venait partout ; ils s'éloignaient en silence avec s gestes désolés. Des hommes se joignaient à ces êtres sans défense et les dirigeaient vers tin lieu inconnu. Tout le mon abandonnait ville. C'était' comme e armée fantômes. Un murmure pittif montait cette foule. Il diminua, moùtut dans l'éloignement, et -grand silence tomba. Ce silence étlnt si impressionnant que Raoul eut peur. Durant les raières semaines, sa vie avait été pénible et ses forces étaient à bout. J'ai bien j<*ué mon rôle, murmura-t-il, mais comédie doit finir! Mon frère est hors danger, qu'importe que l'on sache qui je suis! En prononçant ces mots, il ouvrit le havresac qu'on lui avait issé et qui contenait ses vêtements ; il les revêtit. Ce lui donna l'aspect d' tout jee homme, et il attendit venue du solda t qui lui montait ses repas. Cette attente fut vaine! Midi passa sans que personne se montrât. a journée parut interminable au ihalheureux. 'heure du crépuscule arriva, et Raoïil, tourmenté par faim, eut e pe'isée atroce : «Us m'ont oublié! songea:t-il, ils veulent me isser mourir! C'est e lâcheté!» Il se jeta sur porte, dont il frappa du pied les panneaux massifs ; auc son ne lui répondit. Il courut à fenêtre, dont il essaya d'ébranler les barreaux ; tout fut inutile! Il resterait enfermé jusqu'à ce que quelqu' le délivrât et... ce quelqu'-là ne viendrait peut-être jamais! ne songea pas à dormir cette nuit. Il s'assit près fenêtre, l'oreille au guet, tourmenté par affreux pt essentiment. Il n'y avait plus d'huile dans sa mpe, et il se trouva bientôt dans e complète obscurité. Vers mi auit, lueur rouge écira sa chambre. Qu'est-ce que ce? s'écria-t-il en bondissant,»ï ne peut être le lever du soleil! a lueur rouge s'étendait, emplissait le ciel, et bientôt, au-ssus s maisons voisines, longues fmmes montèrent. e feu! cria Raoul. Un foyer I ux I Juste ciel! il s'en, allume partout.., C'est Moscou... qui brûle... ville entière est proie s fmmes! 11 ouvrit sa fenêtre et regarda, les. yeux agrandis par l'épouvante. Un souffle vent R AOU <" (>* chassa jusqu'à lui e pluie d'étincellesy tandis qu' terrible gronment se faisait entendre. «a maison voisine est en feu», songea-t-il. Et il tressaillit à pensée qu'il n'y avait rien à tenter pour sa délivrance, qu'il était pris comme dans e trappe. 'air venait brûnt. e prisonnier secoua pour secon fois les barreaux fenêtre soliment scellés et pleura rage en constatant son impuissance. Soudain, au-ssus du gronment l'incendie, il perçut mie voix. Un piétinement continu s'étendait dans rue. a cité s'éveilit en face du danger. Un ordre impérieux fut ncé, et cet ordre était en français. Raoul comprit ce qui se passait : nos troupes étaient entiées dans ville, et, pour se venger, les Russes y avaient mis le feu! Au secours!... au secours!... cria-t-il, le cœur battant. Puis il attendit, avec l'espoir que cet appel le sauverait. Quelques instants s'écoulèrent qui parurent bien longs à Raoul, puis porte vo eu écts. A lueur s torches, il aperçut s iformes, s visages, l'éct métallique clés casques. Un cri s'échappa sa poitrine. Un homme haute taille, bouscunt tous les autres, venait s'éncer vers lui, le pressait dans ses bras : c'était sou frère! Quelques minutes plus tard, Raoul, entraîné hors du bâtiment, courait aux côtés du'colonel, suivi par e foule chasseurs et soldats toutes armes. Comment es-tu là, ucien? questionnat-il en retrouvant voix. J'y suis avec l'empereur et...et le reste l'armée, répondit Davoy. Notre entrée à Moscou est, je le craùis,le prélu durs travaux. a cité sainte est proie s fmmes. Mais toi, mon pauvre petit, que t'est-il arrivé? Je t'ai cherché partout, puis le jour où Berlot m'a annoncé ta capture. Que s'ést-il passé? Par quel hasard provintiel t!ai-je trouvé dans ce pais en feu? Je te dirai tout ce, répondit Raoul. Je ne pouvais vivre loin ton régiment! Je t'ai sauvé... mais j'ai, pour'l'instant, e faim terrible! Depuis que je ne suis plus «toi», mon courage m'abandonne. Me pardonnes-tu, au moins? Pauvre frère!... murmura pour toute réponse le colonel en l'enlevant dans ses bras. Et, dans l'inflexion sa voix, il y avait e telle tendresse que Raoul comprit qu'il était pardonné. ÉON AMBRY. Un ordre impérieux fut ncé, et Cet ordre était en français, Raoul comprit a Au secours l au secours l» cria-t-il, le cœur battant.

8 -iiimir iiiiiita:iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiii g iiiiiiiiiiuiiiiiihiiiiiiiiiiiiiiimniiiuiiiiiiiiiiiihniiimiiiiiiiiiiiiiiiiiitiniiiiiiiiiiii P O TîT R E S Copyright par Dimanche-Illustré, Chicago Tribe Farine spécialement pr pour les enfants en b«

9 E N'F A N T S iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiîiiiiiiiniiittiiiiiiiiiitiihiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiii) mw? i TROP % siiiiiiiiiiiiiiiuiifiiiiiihiiiiti IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII wm IIIIIIIIIIIIIIIMIIIIIII i">»m

10 Wiïilli iiiiiiiiiuiiuiiimiiiiiiiiiiiiihiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiinniinii.iiiiiiiimmiiiimii 10. imiii.iiiimimimiimiiii.iiiimi.i iiimiiiim.uiiiiiiiiiiiiii.iiiihihn.muini.iii HlilHHl JE VOUDRAIS BIEN S Ce qu'on man à candidat professeur technique dans e école pratique et quel est son traitement? à emploi professeur technique U xdoitcandidat Être pourvu du diplôme du professorat indus- stiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiimiiimiiimiimiiiiiiimii 1 I iiiiiiiiiiiiiimmiii iiimii.miii.ii n inimibii»ftit**»»" Cette rubrique est ouverte à tous nos lecteurs. Elle leur permettra se tenir en contact constant avec leur journal, qui les renseignera volontiers sur tous les faits d' intérêt général et d'ordre documentaire ou pratique ; mais déi assez long peut s'écouler avant l'insertion s réponses, et nous restons naturellement juges leur opportité. marques sont hissés, le pavillon français doit toujours être déployé Dans les ports et ras, ils doivent arborer le pavillon français et leur signe d'arrondisse» ment, les dimanches et fêtes, et lors s revues d'armement, départ et désarmement. ^> Quand les Batignolles furent érigées en corn» mu ne et quand celle-ci fut réie à Paris?. triel. Il peut également n'être pourvu que du certificat d'aptitu au professorat s écoles pratiques, qui est le même examen que première partie du professorat industriel. Eu outre, les anciens élèves s écoles d'arts et Métiers, pourvus" du diplôme d'ingénieur iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii HIHHHIIIIIIIIIIIIIÎ Arts et Métiers, ayant à leur actif au moins trois ans ^iii.iiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiimiiiiiuiiiiiiiiniiii d'industrie, peuvent être nommés professeurs techniques dans e école pratique d'industrie. e traiteinspirée par les progrès mécanique, granment environs sont spécialisés dans tournerie. Dans l'ain, ment varie à francs dans section encouragée par les expositions iverselles, l'industrie Oyonnax est célèbre par ses multiples applications normale, à francs dans section française du jouet campait peu à peu, en face du jouet matières pstiques. Clermont-Ferrand se partage, avec supérieure. allemand, souvent grossièrement peinturluré et peu ' banlieue Paris, le jouet en caoutchouc. Ceci sans o o o soigné, l'article français se recommandant par son parler s fabrications qui existent à yon, à Saiatingéniosité, sa qualité et sa durée. 'Allemagne ne Etienne, à imoges, à Toulouse, en Alsace. es jouets F'rance sont les caaux qu'aiment les Quelles sent les conditions d'admission et luttait plus4 avant-guerre, que par son bon marché, enfants royaux. Ce fut e poupée France qu'offrit obtenu trop souvent au détriment robustesse et quel est le coût s é:u3 à l'école spéciale du fini. Félix l-'aurc à gran-duchesse Olga. C'est également «les Travaux publics? Puis, pendant guerre, sa fabrication disparut e poupée F'rance qui, puis visite à Bruxelles totalement du marché français. A faveur l'essor M: Doumergue, réjouit le cœur petite-fille du OUR être admis à l'ecole spéciale s Travaux publics Paris, il faut subir examen d'entrée du industriel créé par lutte, les vieilles fabriques roi Albert. 0 o niveau s csses mathématiques spéciales s jouets s'agrandirent, d'autres naquirent. Un métal noulycées. On peut également entrer dans cette école veau : l'aluminium ; les matières pstiques : celluloïd galithe, etc., vinrent s'ajouter aux anciennes pour suivre les cours, techniques secondaires pour lesquelle est ville France où l'heure difqut!s il suffit d'être au niveau s étus du bacca- matières premières employées par le travail du jouet. i réat. es frais scorité sont d'environ francs En 1917, on comptait quatre cent cinquante fabricants. fère le plus avec Paris? Il est moste d'évaluer à cinquante mille le nombre N France, ville dont l'heure diffère le plus avec par an. d'ouvriers et d'ouvrières : inerceriseurs, fonurs, mécaparis est Brest : quand il est midi à Paris, il est *e» niciens, couturières, peintres, porceiniers, électriciens ii h. 37 du matin à Brest. horlogers, cartonniers, colborant actuellement en a différence l'heure locale entre les stations Si les écoles primaires supérieures Paris France à l'industrie du jouet, et eu vivant. Il est peu extrêmes F'rance est 47 minutes et 15 secons. admettent les élèves résidant dans le dépar- d'industries plus complexes, et comme matières Ajoutons que lorsqu'il est midi à Paris, il est : n h. 50 premières et comme métiers ; copiée réalité, le jouet tement Seine-et-Oise dans les mêmes passe, avant d'être fini, par presque autant mains à ondres; 12 h. 40 à Copenhague ; 1 h. 3 à Stockolm ; h. 49 à eningrad ; 12 h. 56 à Vienne ; 12 h. 40 à c'< nditions que ceux résidant dans le dépar- que le modèle dont il s'inspire. a présentation d' 1Rome ; 12 h. 22 à Tis ; 9 h. 45 du soir à Sydney ; jouet en métal, par exemple, est le fruit s actes suc- 7 h. 58 du matin à Buenos-Ayres ; 7 h. 36 du soir à tement Seine? cessifs : d' découpevrr, d' fonur, d' ébarbeur, Pékin ; 6 h. 55 du matin, à New-York; 3 h. 43 du matin E concours d'admission dans les écoles primaires d'e cambreuse, d'e estampeuse, d'e monteuse, supérieures Paris et- au collège Chaptal est i-, d'e souuse, d'e coloriste, d'e décoreuse, d'e à San Francisco. quement réservé aux candidats-, habitant Paris, et garnisseuse et d'e emballeuse... ceci sans parler s * ^ o dans proportion 20 % aux candidats habitant dégraisseurs, dénuurs, aptisseurs, qui ont mis le le département Seine. Cette règle est sans auce fer-bnc récupéré en état resservir. Pour jieinture, Si les navires commerce français doivent exception. " l'aérographe est maintenant couramment employé; porter le pavillon national? tout comme dans les grans usines d'automobiles. ors les navires commerce français doivent S'attachant à former 3e goût l'enfant et à l'insporter le pavillon national. Ils ont, en outre, truire, tout en l'amusant, le fabricant français a vu, Quelles sont les conditions d'admission dans puis guerre, son article acquérir faveur cer- petit pavillon qui est déterminé pour chaque localité. les écoles maistrance? tains marchés étrangers. C'est ainsi que, quin- Ces pavillons, dénommés- signes d'arrondissements, taux métriques en 1923, nos exportations sont passées, varient selon le port où les navires sont immatriculés. OUR être admis dans les écoles maistrance, Brest et Toulon, il faut êfre âgé seize ans au en 1926, à quintaux métriques. En regard es armateurs sont encore dans l'usage d'avoir moins et dix-neuf ans au plus au i1" octobre ce chiffre, nos importations n'étaient plus que petit pavillon qu'on appelle marque reconnaissance, et qui leur sert à reconnaître leurs navires l'année du concours, et possér e bonne instruction quintaux métriques. 'après-guerre a consacré vogue du jouet sportif quand ils arrivent en vue du port ; ils sont obligés primaire. es élèves admis doivent contracter engale décrer au bureau l'inscription maritime. e (patinette, auto-ski il, autos toutesdimensions, etc.), gement servir dans marine pendant les cinq ans qui suivront leur sortie l'école. a durée s étus et du jouet électrique, qui atteint à rare gré pavillon français est porté à poupe, et, à défaut perfection. Elle a vu également les gtands progrès du mât pavillon, à corne d'artimon. es pavillons est d'e année. jeu constructif. Par contre et c'est e s causes d'arrondissements sont portés en tête du grand mât, c* <? -cr raréfaction l'article allemand le jouet militaire et les marques reconnaissance sont hissées en tête du mât misaine. Ces signes et marques ne doivent est en régression. Centralisant majeure partie s fabrications, Paris jamais être pcés à poupe. Quelle est l'importance l'industrie du es capitaines ua\ ire ne doivent arborer en mer est capitale franc, i-c du jouet. Mais l'oise possè, jouet? autour Méru, centre important tabletterie : leurs signes d'arrondissements et marques recon'aemagne eut longtemps e sorte monopole os, ivoire et nacre, où se fabriquent les jeux d'échecs, naissance que lorsqu'ils rencontrent s bâtiments, du jouet. Ce furent d'abord les jouets en bois et en dés, dominos. Dans le Jura, Saint-Cu et ses ou qu'ils sont en vue d' port. Quand ces signes et éin, dont fabrication essaima Franconie sur Thuringe. Utilisant les produits leurs forêts, leurs mines et s gisements kaolin voisins, ces ux provinces firent poupée, vaisselle pour poupées, s maisons poupées, etc. a- Forêt-Noire suivit leur exemple. I,a fabrication du jouet militaire : en bois et sur carte, au XVIIc siècle ; en plomb pt, au xvm siècle, et poupée en carton mâché moulé, mit le comble à réputation Nuremberg. Nous publions aujourd'hui, en page 12, le cinquième chapitre notre Mais, au xix siècle, l'industrie alleman alit trouver vant elle e industrie française du jouet, avec super-roman d'aventures : quelle il lui alit falloir compter. ) Ees premiers efforts nos compatriotes se portèrent sur poupée, qu'ils voulurent articulée et toujours plus vivante, plus naturelle. Puis ce fut fabrication du soldat plcmb et, mieux encore, du soldat ferbnc. a première fabrique caoutchouc d'europe fut, en France, e fabrique balles. Enfin l'apparition du jouet mécanique offrit rge champ à l'ingéniosité s artisans français. Nos bimbeloîiers, qui écrit spécialement pour nos lecteurs par le maître humoriste GABRIE A UTREÇ. Mais, à n'étaient que quarantegi 1K20, se trouvèrent,en 1849, l'exception du premier chapitre, que nous avons donné dans notre numéro du 26 janvier, tout le trois cent trente, ayant vendu pour fr. manuscrit a été accintellement détruit, sans qu'il soit resté à l'auteur le moindre' élément pour le jouets {dont francs poupées) En 1878, leur reconstituer. chiffre d'affaires atteignait francs. P E T P DÏSTEÂCTSOMS DU MMÂMCHI T ES ux hameaux Batignolles et Monceaux 1 1 dépendaient, jadis, comme Clichy-Garenne. Une ordonnance royale, en date du ro février 1830, les érigea en e seule et même comme, sous le nom Batignolles-Monceaux. I,a nouvelle administration micipale fut installée, le 8 avril, par M. le baron Jessaint, sous-préfet Saint-Denis. e premier maire fut M..ïque. Au sujet l'origine du nom Batignolles, que nous avons indiqué dans notre numéro du 16 février, l' nos lecteurs nous a signalé que cette appeltion doit être plus ancienne que le pn Koussel, publié en Il est vrai que l'auteur d' certain annuaire s Batignolles a dit, cette localité, qu'elle est mentionnée dans diplôme 680, mais cette assertion est inexacte, car le diplôme cité se rapporte à lieu Bactilion-Val... dans les environs Beauvais (Vilm Baciilion-VaUc, in pago Belvaccusi). Au reste, le nom Bactilion-Val ne ressemble pas plus à Batignolles que BatîlloUs, nom d' territoire dépendant du grand fief l'abbaye Saint-Germain-sPrés, au commencement du xv siècle, et qui était situé... sur rive gauche. D'où vient le nom d'eau--vie donné à l'alcool, et puis quand on en boit en France? T A découverte l'alcool est due, sans doute, aux * ' Arabes ; niais on l'attribue en France à Arnaud Villeneuve, mécin du. xm0 siècle. 'alcool fut dénommé «eau--vie» parce que, selon Arniuj Villeneuve lui-même, elle prolongeait santé, dissipait les humeurs superflues, ranimait le cœur, conservait jeesse, faisait vivre longtemps...» (Traité lu conservation jeesse). Par suite, l'eau--vie fut, à l'origine, vendue seulement par les apothicaires et les vinaigriers. Ce n'est qu'au xvnc siècle seulement que l'usage se répandit vendre l'eau--vie dans le public, et au détail, après arrêt du Parlement (1678). es KquîdéS mis en ventes' étaient mauvaise qualité, et leur usage entraînait d'autres résultats que ceux dont Villeneuve s'était porté garant. COMMUNIQUÉS JE SAURAI MAINTENANT... Que seuls les divans Grib, 82-86, r.monge, Paris livrer en quarante-huit heures, d'e façon P très soignée, tors divans, cosj'-torncrs et sièges. e EUVENT plus grand choix et les plus bas prix. Catalogue franco. Que les meubles rustiques sont à mo je dois voir très belle exposition Jollivet, E 29,queboulevard llochechovart, en armoires, buffets, T tables à tirettes, chaises, vaisseliers, cosy-corners, etc., à s prix modérés. Expéditions eu province. Envois photos. CtMedim E CHATEAU DE A NUIT SANS UNE non pas s Timbres-poste, mais s Timbres-Vignettes NESTÉ.&AWTPETE*. Vous pouvez le*, échanger gratuitement contre ceux qui manquent à votre collection. Vous pouvez même en obtenir gratuitement en échange d'étiquettes it ou Farine NESTÉ. Profitez-en. Vous aurez toutes chances mériter l'e s primes (200 phonos, 200 vélos, 50O pendulettes, stylos, etc.) offertes «*» 1930 aux plus actifs collectionneurs. Pour tous renseignements, lisez le prospectus que vous trouverez chez,otre fournisseur chocot ou que vous enverra NESTÉ, 6. avenue Portnlis, PARIS. Hâtez - vous d"acheter ' MON ABUM" vendu 3 frs chez votre fournisseur chocot ou envoyé contre 4 1rs bar NESTÉ. 6. Portalis. PARIS (S-). Pour en poursuivre, malgré tout, publication, Dimanche-Illustré s'est adressé à ses lecteurs et à ses lectrices, et leur a mandé d'apporter à l'auteur leur précieuse colboration. Voici, pour atteindre à ce résultat, règle que nous avons établie : Dès aujourd'hui,.et jusqu'au dimanche 30 mars (rnier déi réception), nos lecteurs pourront nous adresser e idée qui servira matière au chapitre VI. Cette idée vra être exprimée en soixante mots au maximum. Gabriel autrec choisira, parmi toutes les réponses reçues, e ou plusieurs idées qui lui paraîtront les plus intéressantes pour écrire son feuilleton suivant, que ce soit dans le mo comique, sentimental ou dramatique, mais toujours dans le bon ton qui a contribué à faire Dimanche-Illustré, par excellence, le journal famille. Ajoutons que le lecteur pourra supprimer d'e façon quelconque, les personnages en jeu, et les rempcer par d'autres ; il pourra, au surplus, modifier à son gré le lieu et le temps l'action en mot isser libre cours à son imagination, Gabriel autrec gardant, néanmoins, son libre arbitre absolu pour le choix s idées présentées. Nous publierons A fin chaque chapitre, à suite signature Gabriel autrec, le nom ou les noms^ ceux dont les idées lui auront permis poursuivre son œuvre et nous adresserons à ces colborateurs occasionnels, en signe remerciements, joli caau. es auteurs dont les idées auront été retenues et'qui, par conséquent, auront été cités et récompensés, ne pourront plus colborer aux chapitres suivants. Mais ceux, au contraire, dont les idées n'auront pas été utilisées pour le chapitre auquel elles étaient stinées, pourront en adresser' nouvelles pour les chapitres à venir, toutes les réponses non utilisées étant détruites au fur et à mesure leur élimination. Nous indiquerons, à mesure que paraîtra chaque chapitre, date extrême l'envoi s réponses. Et, maintenant, le tournoi continue. Nous souhaitons bonne chance à nos colborateurs éventuels et attendons qu'ils nous envoient, sans tarr, les éléments du prochain chapitre qui paraîtra dans quinze jours%çhaque feuilleton suivant, à ce même intervalle quinzaine, publication du précént. AVIS IMPORTANT. Cque réponse doit nous être adressée par poste, et accompagnée du bon contours que l'on irouve a en page 15. es enveloppas vront porter mention : " DISTRACTIONS DU DIMANCHE ". Nous avons reçu, pour Véboration du chapitre V, que nous publions aujourd'hui (page 12), nombre toujours considérable d'idées, parmi lesquelles Gabriel autrec a choisi celles qui lui ont permis d'écrire son feuilleton. es idées utilisées sont celles : M. ouis COURRIER, 44, rue Joncquière, à Touloufe, qui recevra e caissette vin " Turpin Monopole ", valeur 250 francs ; M. éonard Duprez, 3, rue Garenre, Courbevcve (Seine), qui recevra bon 250 francs marchandises à prendre à Maison Dager, ameublement, rue Vivienne, Paris ; M. E. GRAIN A DE, 19bis, rue Barque, à Paris, qui recevra bon 250 francs marchandises à prendre à Maison Dager, ameublement, rue Vi vienne, Paris. du ttluricim' 40 pages musique choisie s meilleurs composteurs. > fr. le volume relié illustré 13x19 nciiv croire MUSIQUE ajustais DU)A OUUU MUSIQUE EGERE 24 volumes chique seri. BM.ltr.at e tswée. Cotruei.vou* e superb. BIBIOTHÈQUE MUSICAE t peu frttt En vente chez les ibraire» el M* musique ou atil Editions cosmopolite» I %\ rue St-Jacque* == PARIS =*=

11 ir <iiiiiiii>ttiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiikiiitiiiiiiiaiifiiiiiiiiiiiiiiiiiifiiiiiiiiiiiiiiiii \\ tiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniifi "'"»«PROFITONS DE NOS OISIRS DU DIMANCHE POUR NOUS INSTRUIRE UN PEU BARAGUEY D'HIIERS A dont le nom est meuré célèbre dans tradition saint-cyrienne, était fils d' s bons généraux l'empire. Dès sa naissance (le 6 septembre 1795, à Paris), il fut stiné au métier s armes. Entré au Prytanée militaire en 1807, il fut, en 1812, nommé sous-lieutenant chasseurs à cheval. Après campagne Russie, qui fut si feste à son père (le général dut capituler avec sa division), Achille Baraguey d'hilliers vint ai camp du maréchal Marmont et fit, en cette qualité, campagne d'allemagne. A eipzig, boulet lui emporta le poignet gauche ; il continua, néanmoins, à faire carrière et obtint, en 1814, le gra capitaine. (Plus tard, les Arabes le surnommèrent, pour sa blessure, le «Père au Bras».) Il se rallia d'enthousiasme aux Bourbons restaurés, meura, pendant les Cent-Jours, fidèle à sa parole et ne rentra dans l'armée qu'après Waterloo. Il fit partie gar royale et sa belle conduite à prise d'alger lui valut le gra colonel. En 1832, Baraguey d'hilliers fut nommé commandant en second l'ecole Saint-Cyr où régnait mie certaine agitation républicaine. Il réprima durement et fut nommé commandant en chef l'école en même temps que maréchal camp. En 1840, il quitta Saint-Cyr pour retourner faire campagne en Algérie. Ses succès lui valurent, en 1843, le gra lieutenantchie BARAGUEY D'HIIERS, XXIV. COMMENT CHOISIR UNE PROFESSION OU UN MÉTIER? ES EMPOIS DE A PRÉFECTURE DE A RECRUTEMENT DES OUVRIERS ES ouvriers d'etat du Service technique Préfecture Seine : peintre, plombier, électricien, menuisier, serrurier, tapissier, jardinier, etc., sont recrutés par voie concours. Conditions d'admission a liste d'inscription, en vue ce concours, est tenue par les soins direction du personnel : pour être inscrit sur cette liste, les candidats ne faisant pas partie du cadre permanent du personnel ouvrier doivent : i Justifier qu'ils sont Français ; 20 Savoir lire et écrire ; «3 Fournir s certificats établissant qu'as-' ont été occupés antérieurement dans s emplois profession. es candidats qui ne font pas partie du cadre permanent du personnel ouvrier s services techniques, doivent avoir 35 ans au plus, au IER janvier l'aimée où a lieu le concours et justifier qu'ils ont leur domicile dans le département Seine, puis plus cinq ans. Nul ne peut être décré admissible, s'il n'a obtenu, pour l'ensemble s épreuves, nombre points égal ou supérieur aux ux tiers du nombre maximum s points. TAPISSIERS e concours pour l'admission à l'emploi d'ouvrier peintre s services techniques comporte : i Epreuves écrites: a) rédaction sur sujet se rapportant à profession peintre ; b) croquis simple ; c) calcul (problèmes simples sur les quatre opérations et sur les mesures poids, les surfaces et les volumes). 20 Epreuves pratiques: a) brûge, grattage ; b) raccord sur mie teinte donnée ; c) exécution filets droits et courbes ; d) exécution lettres disposées en exergue ; e) coupage et pose d'e vitre. e concours pour l'admission à l'emploi d'ouvrier tapissier s services techniques, comporte : i Epreuves écrites: a) rédaction sur sujet se rapportant à profession dé tapissier ; b) croquis coté d' ouvrage simple se rapportant à profession tapissier ; c) calcul (problèmes simples sur les quatre opérations et sur les mesures poids, surfaces et volumes) ; 20 Epreuves pratiques: a) pose d'e draperie à l'antique ou d' riau à l'italienne ; b) garniture d' siège; c) pointage, ^ur l'établi, d' petit panneau garniture corbilrd ou d' mbrequin garniture corbilrd. e concours pour l'admission à l'emploi d'ouvrier plombier s services techniques, comporte : i Epreuves écrites: a) rédaction sur sujet se rapportant à profession plombier ; b) schéma simple se rapportant à e instaltion plomberie ; c) calcul (problèmes simples sur les quatre opérations, sur les mesures poids, les surfaces et les volumes) ; 20 Epreuves pratiques: a) nœud soudure jonction, d'empattement, cintrage d' tuyau, soudure fman sur collerette pncher, façon boîtes en plomb avec reliefs soudés, façon tamponnement et scellenient, démontage, réparation et remontage d' robinet. troupes régulières)'. es républicains connurent, en 1870, toute e série nouveaux succès : victoire Jordan à Guainamo (ier janvier) ; prise et expulsion du gouverneur Dulce (juin). e terrorisme ses successeurs, Caballero Rodas, Balmaceda, et les tentatives conciliation Ceballos, et Pieltain, venus ensuite, n'eurent pas plus d'effets : les indépendants ne vc-uient à auc prix meurer sujets espagnols. Devant leur irréductibilité, l'espagne envoya à Cuba, en 1873, comme gouverneur, Jovelr, général répute pour son énergie. S'appuyant sur l'ouest l'île, qui était meure, dans Cuba. Programme du concours e concours pour l'admission à l'emploi d'ouvrier serrurier s services techniques, comporte : i Epreuves écrites: a) rédaction sur sujet se rapportant à profession serrurier ; b) croquis coté d'e pièce serrurerie ; cj calcul (problèmes simples sur les poids, surfaces et volumes) ; 20 Epreuves pratiques: confection ou assembge pièces serrurerie. Programme du concours général. Mais, quelques revers dans le commanment supérieur Constantine, le firent rappeler et mettre quelque temps en disponibilité. Cependant, en 1847, le titre d'inspecteur général l'infanterie lui fut donné en dédommagement. Pcé, après révolution du 24 février, à ÉECTRICIENS tête division militaire Besançon, il fut Programme du concours élu, par le département du Doubs, représentant du peuple à l'assemblée constituante et e concours pour l'admission à l'emploi vint s meneurs droite. Il venait d'ouvrier électricien s services techniques, d'être réélu quand ouis-napoléon, qui vou- comporte : it se l'attacher, le mit à tète l'armée i Epreuves écrites: a) rédaction sur française Rome (novembre 1849). Puis il sujet se rapportant à profession d'électrifut appelé au commanment l'armée cien ; b) Schéma d'e instaltion électrique Paris, après stitution retentissante (lumière ou force) ; c) calcul (problèmes Changarnier. Ce fut lui qui, en 1854, emporta simples sur l'électricité et les poids, surd'assaut, à tête du corps expéditionnaire faces et volumes) ; Baltique, Bomarsd (16 août 1854). Il fut 2 Epreuves orales: électricité industrielle, fait maréchal France. Sénateur, puis vice- questions diverses sur les instaltions d'éciprésint du Sénat, il prit, dans l'armée rage et transport force, sur les générad'italie, le -commanment ce icr corps trices, les alternateurs, les moteurs, les comfrançais qui se Couvrit gloire à Montebelïo, mutatrices, les transformateurs, les compteurs, Melegnano, et, à Solférino, enleva hauteur et les appareils mesure et contrôle le vilge. tous systèmes, accumuteurs, pile, téléphoe maréchal Achille, comte Baraguey nie, télégrapliie, mpes à incanscence ; d'hilliers ne joua plus, après campagne 30 Epreuves pratiques: les candidats auront d'italie, qu' rôle assez effacé ; il fut nommé à exécuter le montage d' moteur ou d'e gouverneur Paris en 1870, présida, eu 1871 génératrice et l' s travaux suivants : et 1872, s commissions d'enquête et s a) instaltion complète d'e _ mpe susconseils guerre (notamment affaire Creuu-r). pendue avec coupe-circuit et interrupteur ; Il mourut à Amélie-les-Bains, le 6 juin b) établissement d'e ligne en dérivation sur e ligne principale ; c ) recherche et réparation d' défaut dans e instaltion ; d) montage d' instrument mesure ; e) mona GUERRE DE DIX ANS A CUBA tage d' poste téléphonique. SERRURIERS PEINTRES POMBIERS 'INSURRECTION 1868 à Cuba, avait été le prélu d'e longue guerre qui vait durer près dix ans et qu'on appelle, pour cette raison, guerre Dix ans. Dès le début 1869, les territoires gagnés à cause s'accrurent du district Cinco Vils, victorieusement soulevé par son chef, le Polonais Rolov. e 10 avril 1869, les députés du Centre et l'est se réirent en convention nationale à Guaimaro ; ils votèrent : i l'organisation s territoires libérés en e république quatre Etats ; 20 e constitution ; 30 confièrent à Céspes présince, et à Manuel Quesada, le commanment en chef s troupes : hommes en tout, qui tenaient tête à hommes (dont SEINE Programme du concours Programme du concours BARAGUEY D'HIIERS marins coupables contreban, sans intervenir sérieusement ; il y avait en leurs assemblées e majorité qui se souciait peu d'incorporer à République million catholiques espagnols et mi-million noirs. es séparatistes cubains étaient donc livrés à eux-mêmes et sentaient leurs ressources s'épuiser ; les discors qui se produisirent fatalement entre eux, alient les réduire à MENUISIERS merci l'espagne. orsque l'insurrection carliste eût été juprogramme du concours gulée, Jovelr revint avec s forces suffies concours pour l'admission à l'emploi santes (mars 1876). Il abolit les impôts les d'ouvrier menuisier s services techniques, plus lourds, puis battit successivement les comporte : guérils et les désarma. Des terres furent i Epreuves écrites: a) rédaction sur concédées aux soldats, aux colons fidiles, aux sujet se rapportant à profession menuiinsurgés soumis. En 1878, le général Martinez sier ; b) croquis coté d' ouvrage simple Campos, habile négociateur, vait achever menuiserie ; c) calcul (problèmes simples e pacification apparente ds l'île par sur les quatre opérations, sur les mesures capitution Zanjon : amnisti: générale, poids, surfaces et volumes) ; abolition l'escvage, s monopoles, s 2 Epreuves pratiques : exécution d' taxes d'exportation, promesse d'e constitutravail menuiserie, avec débit bois, tion, etc. Ce pacte, aux intentions excellentes, d'après croquis coté. valut à Martinez Campos le titre pacijicador FRANÇOIS BAZIN F B.AZIN, compositeur dî. neuf opéras, dont seul le Voyage en Chine s'est maintenu au répertoire, était né à Marseille le 4 septembre Entré le 18 octobre 1834 au Conservatoire RANÇOIS JARDINIERS Programme du concours e concours pour l'admission à l'emploi d'ouvrier jardinier du service technique s promenas, comporte : i Epreuves écrites : a) rédaction sur sujet se rapportant à profession jardinier ; b) croquis coté d'e pte-ban, d'e corbeille ou d' petit jardin avec état pntation, cube terre, nature s matériaux employés' ; c) calcul (problèmes simples sur les quatre opérations et les mesures poids, surfaces et volumes) ; 2 Epreuves orales et pratiques: les candidats ont à exécuter s épreuves pratiques, correspondant aux matières indiquées pour les épreuves orales suivantes : a) travaux jardinage. (arpentage, choix s végétaux, pntation, établissement d'e pelouse, soins généraux d'entretien, conduite et direction s serres, etc.) ; b) ornementation fleurale, choix et culture s végétaux à fleurs, composition corbeilles et massifs, entretien ; c) pntation d'alignements, choix s essences, taille, égage, etc., insectes nuisibles, ' traitement préventif et curatif ; d) pépinières, multiplication et élevage s végétaux ligneux ; e) détermination s végétaux ditférents utilisés dans région Paris. FRANÇOIS BAZIN Paris, il fut, en 1839, second prix composition et, en 1840, premier prix Rome (avec sa cantate ouise Mont fort). A Rome, il écrivit e messe solennelle, psaume et oratorio. A son retour d'italie, il vint professeur solfège, puis d'harmonie. Ce fut le point départ d'e belle carrière d'enseignement, au cours quelle il publia Cours d'harmonie théorique et pratique très réputé et qui se termina, en 1871, par chaire composition au Conservatoire. es opéras et opéras-comiques Bazin ont été : en 1846, Trompette M. le Prince ; en 1847, le Malheur d'être jolie ; en 1849, Nuit Saint-Sylvestre.; en 1852, Malon ; en 1856, Maxti0 Pathelin ; en 1859, les Désespérés ; en 1869, l'ours et le Pacha. Ce fut le 9 décembre 1865 que fut représenté, à l'opéra-comique,. son Voyage en Chine (livret abiche et Decour). Parmi les ouvrages non représentés ce Traitements musicien, on cite : Belle au Bois Dormant, es traitements du personnel ouvrier sont Màscarille et Marianne. très variables et très différents, suivant qu'ils Successeur Carafa _à l'académie s sont ouvriers d'etat ou qu'ils appartiennent Beaux-Arts, François Bazin mourut à Paris, simplement au cadre du personnel ouvrier. le 2 juillet' Dans le cadre du personnel ouvrier," ils - ^> *y o perçoivent, suivant les catégories, à , à , à E PONT DE 'AMA , à e cadre du personnel s ouvriers d'etat E pont l'aima, dont les statues d'avant comprend quatre csses, et e hors csse : et d'arrière-becs sont l'objet d'e attenouvriers d'etat : 4e csse, francs ; tion générale au cours s périos e e 3 csse, francs ; 2 csse, fr. ; d'inondation (hauteurs comparatives s eaux r i e csse, francs ; hors csse, indiquées, notamment, par l'examen francs. statue du Zouave), a été commencé à fin EUE MOSSE, Directeur l'ecole supérieure Colbert. son ensemble, fidèle à l'espagne, il s'empara, en 1874, Cisneros, qui.avait succédé à Céspes, tué en même année, et le fit fusiller. Il décréta l'état siège sur toute l'île, réquisitionna tous les hommes valis pour les envoyer au feu. Ces mesures lui aliénèrent grand nombre sympathies ; l'espagne, qu'épuisait continuation guerre carliste, ne pouvait temporairement le soutenir ; elle le rempça par José Concha, qui parvint, cependant, à vaincre, à Yarayaba, les insurgés. Chose curieuse : les Américains avaient issé saisir le Virginius et exécuter 50 leurs e nouveau pont reçut le nom Aima, commémoratif première victoire remportée sur les Russes en septembre Il fut inauguré, le 2 avril 1856, par Napoléon, à l'occasion remise leurs drapeaux aux régiments qui avaient fait campagne Crimée. D'e rgeur 20m, 70 entre les têtes, le pont l'aima comprend trois arches forme elliptique (ux dè 38 m. 50 d'ouverture et e, celle qui est médiane, 43 mètres d'ouverture). Sur les quatre statues décoratives : zouave, soldat ligne, artilleur et chasseur à pied, les ux premières sont dues au ciseau M. Diebolt, les ux autres à celui M. Arnauld. Elles ont coûté francs, tandis que le pont proprement dit est revenu à francs.

12 imimi imiiimiiimimmmiimimimimhmiiimmmmiiiimiiiimiimiiiimii A va chez le ntiste. Mais, e fois installé dans le fauteuil, il a peur et ne veut à auc prix se isser arracher nt qui, cependant, le fait tant souffrir. Voyons, monsieur, ouvrez bouche, dit le ntiste, que j'examine à nouveau si cette nt peut encore attendre pour l'extraction. Non, non, répond Rabolin, mais aussitôt il pousse cri aigu en portant main à sa cuisse. e ntiste en a profité pour introduire ses CONCOURS (HISTOIRE ABOIN imiiiiii COMIQUE DE PAROES) TIR (Destin inédit G. CHAPT.) UN NGUVEÂU-NÉ monsieur s'adressait à rédaction d' journal américain, ayant e récmation U à y faire. Introduit près du directeur du N Quelques bons mots s questionne e fillette sur retraite Russie. a voyant embarrassée, examinateur, afin remettre sur voie, lui man : Voyous, qui est-ce qui régnait en Russie, à cette époque? Dame! monsieur, il régnait froid intense! O ssinateur avait remis à journal mo consacré aux vêtements masculins croquis représentant homme vêtu d' habit impeccable. Mais il avait oublié d'y indiquer les boutons! On passa tout même le ssin. Or, quelque temps après, s plus grands tailleurs Bruxelles, rencontrant le. ssinateur, l'interpel comme suit : Très bien, lui dit-il, votre nouvel liabit! Quel habit nouveau? 'habit sans boutons. J'en ai fait exécuter plusieurs modèles ; mes clients en ont été enchantés. e ssinateur ne donna pas d'explications. N baryton province, débutait dans Carmen. Au X...,premier moiceau, il est accueilli par e bordée sifflets. X... rentre dans les coulisses et, abordant ses amis. C'est drôle, dit-il, dans ce pays, ou n'a pas l'air d'aimer musique Bizet. à sa mire. Emmène-moi au bal, dis? Non, tu es trop petite et tu ne sais pas danser! Avec ça! Je sais mieux que toi. Je sais danser seule, et, loi, il faut toujours quelqu' pour te tenir! IY, ceuvé ou ite, votre hareng? Vous le voulez-t-y Beuh... entre les ux... ui l' ni l'autre... panaché, quoi! e fois sûrs d'être contenaient ' narcotique, ainsi que le bout sucre d'orge, tranquilles pendant dîner veille? Bah! On verrait bien.' RÉSUME DES CHAPITRES PRECEDENTS dans sa vabse où il quelque temps, se hâ- Et, dans tous les cas, Médor ne pouvait y avait pce-, e marquis s Entournures, ruiné, est tèrent délivrer Mé- revenir, sa mission accomplie, avant le jour désormais: 1 chauffeur taxi. Il a conservé le château dor. a pauvre bête suivant. Puis ils affectèrènt paternel où est caché J-r&sor. Il veut s'en Et donc, tout en festoyant, pour tirer le n'en pouvait plus. On DE A prendre air tout emparer pour épouser e jee fille meilleur parti possible situation actuelle, issa moment à'fait désintéressé. qu'il aime. Il a d'ailleurs abandonné s'ébattre dans cel- puisque tout conseilit d'attendre, ils se Entrez, par pour le moment le château, ruiné lui mandaient comment, brave bête avait lule. Dieu! s'écria Cloarec, aussi. Mais à nouvelle du trésor inconnu, Super-roman d'aventures Cloarec lui prodi- pu les dénicher. Une seule explication était se rappent soudain il part avec brave égoutier, Yves Cloapar Gabriel AUTREC gua à voix basse quel- possible : Médor, accroché à l'arrière l'auto cme ses aïeux avaient rec. Ce rnier a perroquet, du nom ques paroles conso- du marquis chauffeur, comme ils l'avaient été aux croisas.. Médor,, parce qu'il essaye tout le temps en colboration., tion, tandis que le soupçonné,' les avait suivis jusqu'au bout. a porte s'ouvrit.' lilililll avec nos lecteurs d'aboyer.' A leur arrivée, Cloarec et le marquis, d'e main Puis il s'était renvolé au point départ, e majordome appa. marquis sont saisis et emprisonnés par fébrile, écrivait - comme les pigeons voyageurs. Pourquoi Voir règlement page IO rut, ayant en main. pommé Boudin, ancien négociant n'y aurait-il pas aussi s perroquets voyabillet rapi à Emee masse d'argent, richi quifveut forcer s Entournures à geurs? rance, lui fournissant '""ihhhillllllllliiu0"d'argent massif, aui. vendre le château. Cloarec avait mis Et il était revenu chez les Cloarec. e martoutes les indications tant qu'on en "poift dans<l-sa-* va lise ses bottes d'égoutier et surlelieuoùils étaient quis avait promis à sa fiancée, et Cloarec à sa C H A P JTRt V vait- jugejr;...pâr ;*'ex-. 'divers outil$,. dont ux pics solis. En emprisonnés, et sur femme, leur envoyer télégramme aussi-tériànr'; lotait.suivi route,. ils avaient échangé 'leurs papiers, PAR RETOUR DU COl^lER^ leur situation! e bil- tôt que possible. Ils comptaient le faire le quatre vâtef s, porpar e sorte pressentiment prunce let fut mis dans,e lenmain leur arrivée, bonne heure. teurs mets ét ' Boudin leur a fait prendre narcotique. ES ux hommes auraient volonrien reçu. Emerance était enveloppe et attaché Elles n'avaient boissons variés ; 'ra leur réveil, les outils ont disparu. Ils tiers battu dès mains,, si lés appuallée chez Mme Cloarec, dont son fiancé, au cou Médor. e rière eux, autre,.alient se livrer au désespoir, quand ils dissements n'eussent ' été rigoureumarquis avisa, sur e fois le voyage décidé, lui avait donné entennt aboiement ait soupirail. sement interdits. Us firent même le cinquième, tenait table soigneusement l'adresse, à tout hasard. lijje avait réussi à 1 C'est Médor, avec e lettre attachée au col. «v signe se. taire à Médqr, dont les sous son bras e servie, e bouteille se sauver chez son père,moet elle était en «ru.i.iiri-'il aboiements pintifs évoquaient table pliante, cm'il ou vieux vin rouge train se désoler avec M Cloarec, quand d'e façon surprenante ceux d'e jee vrit et pça au centre Boraux et sucrier. Il prépara petit elles avaient entendu aboiement ridicule cave. es autres y disposèrent les couchienne à plumage? vert dbnt on vient d'enverre vin sucré que le perroquet but avec et furieux coups bec à fenêtre. e verts et le repas. Nos amis ne songèrent lever les petits. e marquis avait encore dans sensible pisir. Il tenta ensuite s'es- reste se vine fort aisément. même pas à profiter porte ouverte sa peche s morceaux sucre d'orge que Dès qu'elles auraient lettre, les ux suyer les lèvres avec sa patte, mais ne put pour s'enfuir. le petit F.usèbe, le fils Cloarec, lui 'avait femmes s'empresseraient évimment préy réussir. Ses connaissances canines n'alils étaient ux contre six/sans compter donnes au départ. Il le tendit- ;aii perroquet. venir police, et le nommé Boudin prendrait, pas.jusque-là. Celui-ci saute sur l'épaule du généreux dona- ceux qu'ils ne voyaient pas. es valets eurent ient dans e maison officielle, pce s prisonpuis on lui donna volée. es prisonniers teur qui prit délicatement lettre et l'ouvrit. bientôt terminé et se dirigèrent vers po'rte. le virent passer à travers les barreaux et sui- niers du château. Pourvu que lettre arrivât Il lut avec ravissement ces quelques mots : A ce moment-là, fatalité, aboiement sourd virent s yeux son essor jusqu'à cime s à stination I se fit entendre. <i Où êtes-vous? Si Médor peut vous atteindre, Même si l'oiseau se perdait eu route, Cloarec et le marquis échangèrent regard arbres, à chaque secon craignant d'entendre ou s'il avait été pris par les gens Boudin, dit attachez-lui mot au col, avec toutes les coup fusil qui aurait tué leur espoir. furtif et anxieux.: Médor S 'ennuyait évimindications possibles.- Faites vite. ^Je suis le marquis, nous aurions moyen bien simple ment dans valise où il ne vait pas être Il n'en fut rien, heureusement. impatiente et anxieuse. Emerance.-» nous eu tirer. Us avaient maintenant le temps vant à l'aisé, et il alit tout révéler. Mais ils furent Il n'y a pas moment...,- murmura le Et lequel donc? murmura Cloarec. eux. Rien ne les empêchait désormais vi te rassures par - éct rire jovial du marquis: Voyons! répondit s Entournures sur faire honneur au repas qu'on venait leur majordome :,,... à perdre, acheva Cloarec. le même ton, et en s'inclinant profondément, servir. Allons! Allons! Ce n'est pas peine Dans les circonstances difficiles, les hommes C'était grand petit déjeer. Il y voyons, monsieur le marquis, vous n'auriez faire4és malins. Nbus savons que l' vous cœur s'entennt immédiatement. avait bien du café, du it et du chocot. qu'à accepter les propositions Boudin, et est ventriloque. On a déjà entendu aboyer Comme le sucre d'orge était vert, le perromais aussi, comme en Angleterre, s œufs lui vendre le château vos pères. Une fois chien, hier au soir, dans les hautes branches quet s'était mis à le croquer comme si c'eût été au jambon, marme, et s vians libres,, nous n'aurions pas mal à prouver s arbres du parc, durant le dîner. Un chien membre sa famille. Cependant, le marfrois, veau, rosbif, poulet. e marquis q«ae ctff acte est sans valeur. Ce -serait rais se hâtait prendre e feuille papier dans arbre. C'est e bonne niche, évim- songea, avec e méncdnv égayée, que le faux, c'est vrai. Et moi, le véritable s Eif ment, puisqu'il s'agit d' chien, mais ça et son stylographe: poulet servi sur t^ble était peut-être le tournures, je pourrai^ vous poursuivre pour ne prend pas. A ce moment, on frappa à porte. "faux et usage faux. Vous ne vez pas en Et il sortit d' air intelligent, cependant scendant en ligne directe s rats dont avoir très peur... 'fout entiers à leur émoi joyeux, les ux il se nourrissait, dans les rniers temps GABRIE DE AUTREC compagnons n'avaient pas entendu le bruit s que les valets le suivaient, et ensuite refer- son séjour au châteatt Mais race, évimpas qui s'étaient approchés. e marquis n'eut maient soigneusement porte rrière eux. Avec colboration 'MM. ouis Caur~ es prisonniers écoutèrent le bruit s pas ment, s'était améliorée. que le temps mettre lettre dans sa poche, rier, éonard Dupra et E. Grano. Il leur vint léger scrupule. Si les mets se perdre dans le lointain et le hautain, puis, et Cloarec d'enfouir le perroquet, avec son i JHpi...»«-"HllHll )jj jj j E CHATEAU -NUIT SANS UNE S A j'attends votre journal e rétractation'. Impossible, monsieur. Nous ne corrigeons jamais e ligne qui a paru dans notre journal. Cependant... Pour arranger les choses, conclut le directeur, et pour montrer que je n'y mets pas mauvaise volonté, je vous ferai paraître main sur liste s naissances! Un peu fantaisie SANS mu journal: Monsieur, lui dit-il, j'apprends par votre respectable journal que je viens mourir.! Si c'est mon journal qui l'annonce, répond le directeur avec e certaine hauteur, le it est vrai. Mais je vous aflîrme que non, puisque me voilà vant vous, bien en vie. Aussi, pinces dans bouche du client et, rapiment,' il extrait nt cariée. Tout abasourdi, et se tenant toujours cuisse, Rabolin, en regardant sa nt, s'écrie : Je n'aurais jamais cru que racine soit si longue! e ntiste lui avait enfoncé e épingle dans cuisse pour l'obliger à ouvrir bouche en criant. U nimiiimiiminmmimmimmimmmiimmimimimiiiimimiimmiimi SEMAINE E TRUC DU DENTISTE R 12

13 Hiiiiui 13 iiiiiiiihiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiii QUAND ON OMET Dis-moi, mon petit ami, veux-tu me faire voir où meure M. Durand-Dupont? - Où il meure? C'est bien, venez... DE IIIIIIIIIIUIUIIIIIIIIIIIIIHIIIIIIII METTRE ES Que c'est haut! N'est-on pas encore arrivé? Si, monsieur, c'est au sixième ; on a encore ux étages à monter! iiiittiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiimiiiiii POINTS Voilà, on y est, c'est là! Ce n'est pas trop tôt! SUR ES mumit I Tîen! mais cm dirait qu'il n'est pas chez lui l Bien sûr, c'est lui qui prenait le frais, en bas, vant porte!... (Dessin inédit R. ENOIR.) UNE EÇON QUI PORTE SES FRUITS!... JARDINIER AMATEUR Zut! J'ai plus d'eau! (Dessin inédit MAO. BAUDRY.) Agnès!... s biscuits et s petits fours, s'il vous pît Mais, non, ma fille, quand je. vous man quelque chose, servez sur e assiette ou sur pteau... voyons l FOEE INQUIÉTUDE Je ne dors plus, avec ces conférences navales... J'ai peur qu'ils finissent, jour, CONFUSION DE CIRCONSTANCE J'ai pensé que, par ce temps froid, vous accepteriez volontiers quelques ssins d'e actualité brûnte I (Dessin inédit Voilà, madame / (Dessin inédit R. SoUPAUT.) Vlâ que Vmécin me défend le vin.. Ben, mon pauvre vieux, faut changer., Boire du cidre, alors? Mais non, changer mécin! (Dessin inédit RENÉ CHESA.) UNE C'est produit étotw*_ nant, monsieur Agnès I Je sors! Apportez-moi mes chaussures et mon tom-pouce... EAU, CAPIAIRE «En êtes-vous bien, sûr } HAEÏ.) VRAIMENT.ÉTONNANTE! Si j'.en suis sûr? Tenet, il y a mois ma bonne, par _ madresse, en a répandu le contenu... et, puis ce jour, on est obligé, trois fois par semaine.*.... passer ssus e tonuse à gazon! (Dénia inédit } R. FEUSYJ

14 IHIIIHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIHIIII«IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII«II" ""IH' 14 ET NOUVEES AITERIES MATERNEES ï E docteur Hoobler Détroit, dans les États-Unis, * < vient d'avoir e initiative puériculturale s plus intéressantes. Tandi3 que. certaines mères n'ont pas suffisamment it pour nourrir leur enfant, d'autres, au contraire, en ont en abondance et même plus qu'ii n'en faut pour leur nourrisson. e docteur Hoobler a songé à rétablir l'équilibre et, pour ce, il a aménagé s iteries maternelles où les mères nourrices qui ont trop it, viennent vendre le superflu. A l'ai d' dispositif électrique, on tire le liqui nourricier et le produit traite, mis dans s fcons cachetés, est donné gratuitement aux mères indigentes et vendu à bon prix à celles qui sont dans l'aisance. es mères bonnes itières se font ainsi revenu annuel quinze à vingt mille francs qui assure leur bien-être pendant toute pério oit leurs occupations maternelles les empêche travailler au hors. Tout le mon y trouve son compte. PARTOUT et me reprocher, comme e horrible indécence, cet abandon sous les beaux arbres! «Ce fut le rnier coup porté à ma vocation bancaire. Dégoûté s additions, saturé romances, diassé s Tuileries, abandonné par' Vénus, je. pris; jour, mon courage à ux mains, et, sans avertir ma famille, j'envoyai à M. Picard ma démission e Dimanche Femme. E " FRAM " A A RETRAITE 0>E vénérable Fram, le navire qui emmena le professeur Nansen au Nord le plus lointain et le capitaine JRoald Amimdsen au Sud le plus absolu, a été équipé pour son rnier voyage. On ira le voir, cet été, à l'exposition organisée à Trontheim, pour célébrer le neuf centième anniversaire l'introduction du christianisme en Norvège. e Fram aura, cette fois-ci, équipage particulièrement illustre. Son chef sera le capitaine Wisting, le seul homme vivant, dont les pieds aient foulé le pôle Sud et qui aussi ait vu le pôle Nord du haut s airs. e reste l'équipage comprendra vieux loups mer : s explorateurs poires s expéditions Nansen, Amdsen et Sverdrup, soit au pôle Nord, soit au pôle Sud. Après l'exposition, le Fram voguera encore pour e ultime fois jusqu'à Oslo, où, désormais, il reposera au Musée arctique norvégien. orsqu'on répara rnièrement le Fram, pour lui permettre reprendre l'eau, ou se heurta à e grosse difficulté : on ne trouve plus mâts 33 mètres hauteur comme ceux qu'on employait jadis. Il fallut en faire venir du Pacifique. On se fera e idée solidité du bâtiment si l'on sait que pnchers, pfonds et cloisons, tout y était fait du même nombre couches : pin bnc, couche d'air, couche feutre, me pin bnc, linoléum, rembourrage poil renne, me pin bnc, encore linoléum, couche d'air et pin bnc pour finir. Dix couches travailnt à vaincre les gces poires et le terrible froid! Observer. E financier.» a Revue du Bureau. POURQUOI DIT-ON... AU CHATEAU DTF Q ui n'a gardé s lectures sa jeesse le souvenir du héros d'alexandre Dumas, le comte MonteCristo, qui fut, pendant s années, gardé prisonnier au château d'if? Vieille forteresse, puis longtemps désaffectée et venue quelque peu légendaire, le château d'if est menacé disparaître. Pendant rnière guerre, le château d'if constitua excellent point d'observation à l'avant-gar Marseille menacée par les sous-marins allemands. es services français marine guerre considèrent qu'il serait utile d'organiser et d'équiper l'îlot fameux, et viennent décir d'y pcer quelques canons. Ceci ne se fera pas sans quelques aménagements. Que restera-t-il après du célèbre château? Encore souvenir romantique qui s'en va... a Tribe Genève. ADDITIONS FAUSSES DE 'ÉCRIVAIN ÉRÔME THAKAUD, dans e conférence à Société Géographie, a spirituellement raconté ses débuts jeesse comme employé à Banque France : (t II y a quelque vingt-cinq ans, a-tdl dit, ma famille nourrissait à mon endroit perverse ambition faire moi financier. On m'avait donc casé à Banque France, où je préludais à mon futur stin en faisant, rue s Petits-Champs, d'interminables additions, et invariablement inexactes. Mais ce n'était pas encore là le pire journée! e pire journée, c'était, entre midi et ux heures, le moment où l'on quittait gargote où l'on avait déjeé, et celui où je retournais à ces fatales additions. Comment occuper cet instant à fois trop long et trop court? Que faire quand il pleuvait, sinon se réfugier sous porche, entendre e pauvre romance, accompagnée d' crin-crin? En ai-je écouté s couplets, s barcaroles, s berceuses, pendant que mon esprit, affolé d'arithmétique, ne pouvait plus s'arrêter d'accoupler s 7 et s 8, s 3 et s 5, s 7 et s 4, etc.!... Que faire quand il faisait soleil, sinon aller aux Tuileries, où, pour dormir, pour oublier, je m'étendais sur banc? Hés! bien vite arrivaient képi, iforme, e épée, pour m'arracher à ce sommeil J APRÈS ES REPAS Pour favoriser digestion, verre d'eau sucrée très chau, additionnée quelques gouttes d'alcool menthe Ricqlcs, est meilleure et plus agréable infusion menthe. Exiger du Kieqlès. DERNIÈRES PAROES D'UN GRAND PHIOSOPHE «Vous tous, dit-il en mourant, qui souffrez cors aux pieds, allez au «Diable 1». «e Diatïlo enlève les cors en six jours, cour toujours. 3 fr. 95. Pharmacie Weinmann, à Epernay, et toutes pharmacies. Mais Attention 1... Exigez «e Diable >, "IIIIIIH AVENUE D'OQEAIi/-Pm/-7ElEmVAKSJ5'S2-5>BIJOUTERIE - ORFEVRERIE CABIOM/-GARNITURE/ DE CHEMIMËE/ ^? W du 22 ou 29 cniafc _ DERDRE E FI? Kant, le grand philosophe, nous * apprend en e page où il se trouve dans e veine plus légère, qu' avocat angis avait l'habitu, pendant ses pidoiries, tirer fil sa poche, l'enrouler, puis le dérouler. Un jour, l'avocat partie adverse lui enleva ce fil avant séance ; ne pouvant se livrer à son innocente manie, l'homme loi fut pris d' embarras terrible et ne put trouver mot. On se prit à rire, disant qu'il avait perdu le fil. Pourquoi nomme-t-on «pumpernickel», le pain noir Westphalie? 'e s explications les plus connues est celle-ci : Un Français, qui faisait l'occupation en Westphalie et à qui l'on tendit morceau pain noir, répondit : «C'est bon pour Nickel», c'est-à-dire pour son cheval et non pour lui. Une autre origine est peut-être plus sûre. Ce serait maître bounger d'osnabriick, Nikous Pumper, qui, au XVE siècle, aurait donné son nom au pain noir et savoureux qu'il fabriquait. e mot est sans doute beaucoup plus ancien encore, il viendrait du tin «bonum paniculum», qui signifie bon petit pain.,, COMPTOIR o'oream/ BRIC - A - B R A C CHOS iiiiiiiiihiiiiiniiihiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiimiiiiiiiiitut»»11 1lot couverts puis ZSOpièce COU TEA UX puis 1?45 pièce SERVICE SAADE ETOECOUPER puis Sf7S. FOURCHETTES ET COUTEAUXA FRUITSpuisl 75 pièce Die Woche. UNE TAIE QUI DIMINUE T TN vétéran guerre hispano-américaine, Joseph Magott, âgé cinquante-quatre ans, qui habite Maison s Soldats Sacotelle, est atteint d'e madie très rare qui le fait diminuer taille. es docteurs prétennt qu'il peut vivre encore cinquante ans, mais, si son mal persiste, il pourra alors se cacher rrière e boîte à chaussures II y a huit ans, il était haut 5 pieds 7 pouces, alors qu'aujourd'hui il ne mesure que 4 pieds 10 pouces. Cette madie, incurable, a été appelée mal Paget et réduit graduellement taille s os. a France l'est. A PECHE A A PERE 1 A pêche à perle au golfe Pcrsiqite est faite par -1 s plongeurs indigènes. Cette région est presque entièrement sous le contrôle policier l'angleterre, qui interdit l'utilisation s cloches à plongeurs, dragues et autres méthos mécaniques. a tâche s plongeurs est très dure et beaucoup contractent s maux d'oreilles, s madies bronches, etc. Un navirehôpital du gouvernement indien reste en permanence. es plus gros acheteurs perles sont les Européens et quelques marchands hindous et perses. es perles artificielles et cultivées ont énormément affecté le commerce s perles en général, et, à moins d'être expert, il est difficile les distinguer s perles véritables. e Grand Négoce. A PÊCHE AUX REQUINS T ES habitants s îles Samoa regarnt pêche au J-1 requin comme sport particulièrement captivant. Ils n'emploient pour s'y livrer ni nce, ni harpon. Ils s'installent d'abord dans canot et s'absorbent en solennelles prières pour manr aux dieux e pêche heureuse. Comme amorce, ils se servent saumon en boîtes dont les requins sont très friands. Pour attirer le mangeur d'hommes, on retient le saumon à surface l'eau à l'ai d' grand et fort bâton, d'i'i*..mcé est passée dans e noix coco coupée en ux ; en même temps, l'indigène fait entendre bruit très particulier. On nce également e ligne à quelle est fixée morceau vian avariée. Si le requin tar à apparaître, on redit nouvelles prières. Enfin, l'amorce a joué son rôle. Voici le requin. Pour happer le morceau savoureux, il est obligé se retourner sur le dos. a ligne, en se recunt, fait arriver l'animal jusqu'au bord du canot. C'est alors qu' sso adroitement ncé se serre autour du cou tendu et que, dans gueule rgement ouverte, s'enfonce pieu dévastateur. e requin se débat furieusement, mais coup hache dans tête termine lutte. Mais il arrive parfois que celle-ci dure plusieurs heures. 1 c Sday Times. dn croqdânt ^ortbon vous pouvez gagner ««~ - if«5j 5000** ou l' s nombreux prix cette liste. Faites le Concours facile et amusant organisé par : fourre au Jus vian.moto et fruits.friandise nourrissante.qui stlmule.fortifie,dësaltere ouvert à toute jeesse scoire du 1" Mars au 30 Juin 1930 Demanz liste s nombreux prix, ainsi que les conditions générales du concours chez les confiseurs, - épiciers, pâtissiers ét pharmaciens ou à défaut, écrivez au service E concours Fortifi, 55, avenue République à -< Nan terre (Seine). e Croquis rapi. E h rm à nn-[pubïiçi* é 1S d sans accint... 4' RETOUR 'AGE aprjî 6 mois ttélus E ssin, comme toutes choses, s'apprend. Si, dans votre jeesse,au lieu vous enfermer dans pâle Délicieuse, axative, Dépurative, Diurétique routine, on vous avait mis dans les mains e bonne a boîte : 4 fr. 25. TOUTES. PHARMACIES métho, si l'on vous avait fait autant travailler pour apprendre à ssiner que pour apprendre à écrire, vous sauriez maintenant ssiner...comme vous savez écrire. Mais métho A. B. C. vous of're possibilité TIMBRES- POSTE AUTHENTIQUES combler cette ce : elle vous permettra rapiment, DES MISSIONS ÉTRANGÈRES ssiner, en utilisant l'habileté graphique que vous Garantis non triés ; vendus au kilo posséz déjà l'habileté que vous avez acquise Demanz notice explicative au Directeur l'office en écrivant chaque jour. s Timbres s Missions Quels que soient vos occupations, votre âge, votre résince, rien ne vous empêchera bénéficier cette 3, rue s Moutons, TOUOUSE (France) métho, puisque notre Ecole TOUS fera parvenir régulièrement, par courrier, les leçons particulières d' ses professeurs. oi's aurez satisfaction pouvoir faire s croquis, s ssins, s caricatures. Vous pourrez ensuite id prîl main-d'œuvre augmenter votre situation ou même vous en créer e nous livrons e montre pour; lui nouvelle dans le ssin d'affiches ou publicité, dans le Soignée, garantie 5 années ssin mo, dans décoration, dans le ssin Envoi ointrt remboursement. Ecrire d'illustration, etc., etc. ttab* «. VICTOR, m imelot. PASISCU") Demanz - nous notre Intéressante brochure entièrement Illustrée par nos élèves, qui vous donnera tous les renseignements désirables sur notre métho et les conditions d'inscription. Seule, l'eectroyse MSSS étruitt a racine s duvets, durcis par épitoire. ÉCOE A. B. C. DE DESSIN (Studio B. 188) M"" CHAPON (diplômé) garantit les résultats. 12, rue incoln, PARIS (8 ) 11, rue l'étoile, Paris. Croquh d élève V ES 1111 CACHETS FORENTINS Formule vtigé'ale pour TISANE BONN ARD A TITRE DE RÉCAME «i nfr. Notice sur man. a cur.- rl'iiti mois : : o? anes Pharmacie M trcadet, rue Marcat, Paris 28, en vous adressant ukas "aux Etablissements JAItlET-BUFFEREAU i»c, Rue Rivoli, PARIS CONCOURS DE INSPECTEUR du CONTROE 'ÉTAT sur s CHEMINS FER i Carrière honorable, active. Carte csse circution. *" avoir 21 à 30 ans ou plus (serv. mil.) VUIIUIIIUIIS 2' satisfaire concours. Hens. grat. par l'ecole Spécial» d'administration, 4, rue Ferou, 4, Paris PnnHif inné. (fr)

15 imiiiiiui imiiiiuiuiimiinmhiiiiiiiihiiiiimiiiiiiiiiiiiuiiiiimihihiiiiihhiiuii Rues Réaumur & Saint-Denis, Paris 15 Maison J.-B. Gobert-Martin iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiuiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiirirniiiiciiiiiiiiiiiiniit DIMANCBE-TUSTRÉ Succursales : Nantes-Metz-Briey Prix sensationnels pendant 3 jours Jeudi 27, Vendredi 2 S, Samedi 29 Mars S DE SAIS A...vite E VAIANT...et tout ira bien. 'Autopsme Vailnt possè toutes lés propriétés dt s Catapsmes si napisés, sans en avoir les inconvénients. Il est toujours prêt à être employé, il est économique, il se conserveindéfiniment. En vente dans toutes les Pharmacies. Gros; 19, r. Jacob. Paris SÂÛUE IPU-OVER chemisier pour dames et jees filles belle toile pure soie naturelle, joiis motifs jours enivrement faits à main. Existe en noir, bnc el _ O» De, pure inô et soie tons mo. artificielle quadril- Seassiionns! Trçja lés fantaisie tuas mo. nti _ ong.0.65 OÊ.» Augm. 2 f. par O-O.i jusqu'à 0-y.i. ROBE a. DfJ j dame tonne ftukfc nouvelle, en beau crêpe chine, soie naturelle; im- tricot ine, marron, rouge, marine, fris, beige noir, base fantaisie, soie artif. P' dames est machine à coudre PARFAITE Ji ijf très axwtioqtiuk nuances mo et en draperie P" genre Iweed 2 «3 n _ a 14, 2 ans doa Augm. 3 f. par année supplénienl". REDINGOTES Dfatf I. pour jees nude filles beau façonné pure ine, tailleur, doublée entièrement reps pure ine noir, manoir, bleu et rine, en beau drapé teintes tons mo. ies et en inage faut, genre tweed, g, _ ^ pour daines. 105.» Exceptionnel, ï hïg» «élégant garai ruban gros grain, nouvetu-, en crin rnière Pour dame... i noir, beige -marine, Pour jee fille. 140.» nouveauté i ruban mordoré. Enlr. : 'J Crin cet. disposition mo. n«, Exceptionnel marron, noisette, mariait* lin crin fantaisie i Entr Réc prrssions mu liée f'iie jees filles. veston pour jee fillle bordé tresse, doublé beau salin. En reps fttche COSTUME C» CHAPEAU?lf$3IA $l ET lïïiltlirsi il.sll AMPE" TITUS" à incanscence par 1 essence. UNE MERVEIE! A PUS BEE 30 gabardine grise ou chinée beige entièrement doublé, pour hommes. 321, Fantaisie rnière ncmvcaûlé et armure bleue. Ortfl *i Pour jees gens. UaU.'* en beau madapum sonffisy ornée * * -jours et JJ MA nr.'ifierie... V Ciiiuttiji'enn. infini pris vous permettra d'apprécier îa ES COCHE veston droit, tissu ntaisiu et serge bleue ou noire pure ine, pour horames... CHEMISE EXCESEOR MANTEAU fillette en reps, Pour jees gens. Prix 175. UMIÈRE. Paissante et économique tissu velouté, belle qualilé, manchettes brodées réversibles, 1 bouton pression, beige suédé / Qn gris et noir.. 6.OU Sans pression, ni pompe ss; yitr8fîes GRANDE POCHETTE S&KPS CRAVATEE CARREE! à franges, grand sac trapèze. Véritable box- H h calf noir, Tiavane, marron. Sans précént.a p lire 8ATH SÛAP C&& SE TUl COMBINAISON - JUPON bain. Parfums : Eau Cologne, Fougère, avan. Violette.et Kose. fa boile ii gros nt pains 150 grammes Fonctionne sans liqui. nouveaux, coloris tarlés, liclle qualité.... sole naturelle, impres. sions nouv"" Exceptionnel. 0.^ coloria variés, Garantie inexplosible. 20 Modèles. bva * CATAOGUE pour dame et Jee fille soie artificielle méngée, saumon et mauve, corsage garni ntelle M (quantité limitée) 1k, En récme Bill 0. U.SO tailleur en draperie fan_, taisie, coloris mo. Pour dames et jees filles. Récme.. Ù FRANCO Etablissements 38,bd Henri 1V.PARIS du Sang PU A ESC Ail feutre souple bord roulé. noir, havane, beige, gris moyen Pour hommes et s Nerfs ynareau Bans force et sans courage, suivez le nouveau traitement s CHARTREUX OURSON qui, associant le dépuratif au tonique, produit s cures surprenantes. Tisane, le tc. 14 tsu Pilules, l'étui Ton es ph'es et aloraloires J. erthier, Gren* qui envoient brochures et attestai oui. vachette box, 2 tons, semelles et., talons crêpe, haute nouveauté, nn» du 35 au 41-" Complet - Vestonu croisé draperie h nouveauté et serge bleuè ou noire pure ine A a- A, pour 9h J» hommes fauvl Fantaisie mo et armure bleue, p' g^nt » Envoi 1*5.» 135.» 150.» franco <fe _ port REIEUR n BÂMORA PU-OVER CHEMISE NORFOK draperie fantaisie nouvelle, dos plis martingale, culotte droite. 6à9ans 10 à à 16 Grosseur poitrine 0-78a » ^iiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiimiintiiiimiitiiimv^ Vachette box calf noir, doublé peau, fortes semelles, du 39 au et d'emboîtage en bon Zéphir, à rayures bleues ou mauves, vant à plis souples, sans col à poignets tricot Jacquard ine fond beige, gris, marron. Pour hommes 45.» tns toute frattee a AMÉRICAIN belle serge marine. Col Marin faille marine, culotte droite. 95.» » 10 ans » tte fabriqué spécialement pour conserver I touriste haute nouveauté. Pour hommes 175.» Pour jees gens 150.» SO Couverture élégante et soli, dos souple, coins peau, titre et filet or sur le pt, pouvant contenir e année au moins. Sans colge, perforation ni mécanisme ; pose et retrait chaque fascicule sans déra'gir Us fascicules VoiÛnê. franes. PRIX DES REIURES Dant nos bureaux, 20, rue d'enghien, Paris.... ACHETEZ vos BAS SOUSVÊTEMENTS-CHAUSSETTES directement à l'usine vous les paierez bien moins cher MAIGRIR N? 10, franco sur man ^<Sc entièrement pour être mince et distinguée, ou à volonté l'endroit voulu. Très facile à suivre Raffermit les chairs Sans rien avaler e seul sans danger, absolument garanti, Effets rapis èt durables. Ecrivezencitantcejournal à: SU Stel Goln, 47, boul. ln Chapelle, Paris-X* oui voua fera CONNAÎTRE GUATITI MKNT le moyen. e Gérant : II. Paris. BON DE CONCOURS A DÉTACHER du super-roman " " <rn. m,. HÉMKRY, Imprimeur, '18, E PAGE. rue (PEngiiien. AUX FUMEURS trole pour te Chapitre VI E. CHATEAU DE A NUIT SANS UNE r 17 f*. PAR COIS POSTA ; Départements 24 fif» Corse, Algérie (gare).. 25 fi% Tisie ou Maroc (gare) 26 fr. Belgique (gare) 28 ft. Plus frai* Ttmboursemtnt, s'il u a lieu. llllllimhiilhllllunihmlilhlllliiiilhh«;ih»»l!!11!hiiiiiili!l UNE IDÉE Catalogue illustré l COSTUME 2 i 5 ans partir MOBIE ë i Vous pouvez vaincre l'habitu fumer en jours, améliorer votre santé et prolonger votre vis. Plus troubles d'estomac, plus mauvaise haleine, plus faiblesse cœur, ttccouvréz votre vigueur, calmez vos rieris, écircissez votre vue et développez votre force mentale. Que vous fumiez cigarette, lé cigare, pipe ou que vous prisiez, manz mon livre si intéressant pour tous les fumeurs. Il vaut son pesant d'or. Envoigratls. B.J. WOODS, Ua, 167, Straud (190TB) ONDRES,W.C.2,

16 ^utiiiiiniiiiiuiiilhitiiinniiiii -.,,,.»..»,.».,...,.««...«...«...".. ->> '«««»"»»"»«M -»'»»" m«i»"t»""»'»» UNE INNOVATION 4ans l'économie* ^roiwpeté et NOUVEE FABRICATION à double serrage CHEVIE DANS TOUS ES PAYS VPAT V BREVETS DANS TOUS ES PAYS illllliini.....lllllll llllllimn...i 'Outil *f SA.BO " a Cheville OUTI Pour vis et tire-fond 3 à 21 millimètres diamètre BREVETS...iiiillllllllll ABU 99 est est le moyen PERCEUSE UNIVERSE UNIVERSEE pour pour pénétrer tous fixer tous objets : matériaux : béton, vis, clous, ciment, briques, granit, dans tous les murs, verre, marbre, plâtre, parquets, pfonds, faïence, ardoises, etc. etc.. "'"Wlllllll IIIIIIH» """IHIIIIIIHI Il suffit d'enfoncer e Cheville es i : Outils "UPAV et le mur SABO WÊàt* économisent est prêt pour fixer r lo 60 tous objets. SI VOTRE QUINCAIIER N'EST PAS ENCORE FOURNI, ADRESSEZ-VOUS DIRECTEMENT AUX Établissements W, VPAT 99 21, rue Saintonge JPARIS antre mandat 18 fr. 53, et à titre ré dame, vous recevrez e boîte à usage ménager comprenant outil et s chevilles (Conserves Se cartonnage tle botte.) 0.1.?..

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Évangiles (N bleus pages 35 à 42)

Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles pages 1/5 N 12 Matthieu 28, 18-20 Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu Au temps de Pâques, Jésus ressuscité adressa ces paroles aux Apôtres : «Tout

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Ma première Lettre d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Table des matières (par ordre alphabétique des prénoms): Page 3 : Anonyme Page 4 : Anonyme Page 5 : Clara Page 6 : Anonyme

Plus en détail

Hans Christian Andersen. L Ange. Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE

Hans Christian Andersen. L Ange. Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE Hans Christian Andersen L Ange Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE Hans Christian Andersen (1805-1875) portrait (1836) par le peintre danois Constantin Hansen (1804-1880). «CHAQUE FOIS QU UN

Plus en détail

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976)

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La véritable histoire de la Belle au bois dormant (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La classe de 6 ème 1 du collège Paul Froment vous présente : La

Plus en détail

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis Munich, le 27 octobre 2005 Bonjour les amis Ces trois derniers mois, il y a eu parait-il, l été. Pourtant, avec toute cette pluie et tout ce froid, ça m a laissée un peut perplexe : le 18 août : «maman,

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 JE ME SOUCIE DE TOI Chant d entrée : La promesse Grégoire et Jean-Jacques Goldman La Promesse On était quelques hommes Quelques hommes quelques femmes en rêvant de

Plus en détail

Le Petit Prince et le renard

Le Petit Prince et le renard LISEZ CE TEXTE ET FAITES LES ACTIVITÉS SUIVANTES. Le Petit Prince et le renard [ ] C est alors qu apparut le renard. - Bonjour, dit le renard. - Bonjour, répondit poliment le Petit Prince, qui se retourna

Plus en détail

Un Conte de Noël (à raconter à vos enfants avant de se coucher)

Un Conte de Noël (à raconter à vos enfants avant de se coucher) Un Conte de Noël (à raconter à vos enfants avant de se coucher) Avant-propos : Chaque soir, je raconte une histoire à mon fils pour qu il s endorme. Il a 2 ans. Habituellement, c est les 3 petits cochons.

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok)

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok) La mort est comme une chandelle qui s éteint lorsque le soleil se lève CHSLD (villa Pabok) Nous attirons plus particulièrement votre attention sur les besoins du résidant à ses derniers moments de vie

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

Couleur Mékong. Recueil de poèmes, de chansons et de partitions. Volume 2

Couleur Mékong. Recueil de poèmes, de chansons et de partitions. Volume 2 Couleur Mékong Recueil de poèmes, de chansons et de partitions Volume 2 1 INDEX CHANSONS & PARTITIONS Chanson Partition Aime-moi sans mentir...................................... 75....... 218 Amours cosmiques........................................

Plus en détail

Les sept jours de la création Activité d éducation chrétienne inspirée du récit en Genèse, chapitre 1

Les sept jours de la création Activité d éducation chrétienne inspirée du récit en Genèse, chapitre 1 Objectifs ACTIVITÉ D ÉDUCATION CHRÉTIENNE Les sept jours de la création Activité d éducation chrétienne inspirée du récit en Genèse, chapitre 1 Après cette activité, le jeune sera capable de : Raconter

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

HENRY JAMES. Washington Square

HENRY JAMES. Washington Square HENRY JAMES Washington Square roman traduit de l anglais par camille dutourd LE LIVRE DE POCHE 1 Il y avait à New York vers le milieu du siècle dernier un médecin du nom de Sloper qui avait su se faire

Plus en détail

au s s i on t un e âm e

au s s i on t un e âm e Frère Marie-Angel Les canailles au s s i on t un e âm e Itinéraire spirituel d un enfant SDF éditions des Béatitudes Préface Je m appelle Angel. Mon second prénom chrétien est Gabriel et c est par ce dernier

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

Le Sort d un papillon

Le Sort d un papillon Emma Adèle Lacerte Le Sort d un papillon Les Revenants Le sort d un papillon Sur le toit d une véranda, deux chenilles avaient élu domicile. Toutes deux, enveloppées d un tissu blanc et ouaté, attendaient

Plus en détail

Cahier de l élève. À l action! Enseignement religieux 5 e année. Nom de l élève

Cahier de l élève. À l action! Enseignement religieux 5 e année. Nom de l élève ER Cahier de l élève À l action! Enseignement religieux 5 e année Nom de l élève Mise en situation Message de mon texte biblique Activité en dyade En dyade : 1. Je choisis un de ces textes bibliques (voir

Plus en détail

47 Apprenant que c'était Jésus de Nazareth, il se mit à crier: "Fils de David, Jésus, aie pitié de moi!"

47 Apprenant que c'était Jésus de Nazareth, il se mit à crier: Fils de David, Jésus, aie pitié de moi! Versets 46 Ils arrivent à Jéricho. Comme Jésus sortait de Jéricho avec ses disciples et une assez grande foule, l'aveugle Bartimée, fils de Timée, était assis au bord du chemin en train de mendier Texte

Plus en détail

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE La rentrée des classes est faite, elle s'est bien déroulée et chaque matin les Mamans viennent confier leurs enfants à la Maîtresse pour les reprendre le soir. Chaque

Plus en détail

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit.

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit. Correspondance jusqu à la mort MARIA PHILIPPOU ========================= Mary : Mon cher John. J espère que tu vas bien. Je n ai pas reçu eu de tes nouvelles depuis un mois. Je m inquiète. Est-ce que tu

Plus en détail

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m.

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m. CHAOS Pièce en 14 tableaux de m. 1995 1 TABLEAU 1 L'UNE : Je t'aime. L'AUTRE : Chut... As-tu entendu ce bruit-là? L'UNE : Quel bruit? L'AUTRE : Le même bruit et pratiquement à la même heure. Le bruit de

Plus en détail

LES FÉES. Devoir surveillé de français n 3 6 ème Mademoiselle Depoorter 1 heure sans document

LES FÉES. Devoir surveillé de français n 3 6 ème Mademoiselle Depoorter 1 heure sans document Devoir surveillé de français n 3 6 ème Mademoiselle Depoorter 1 heure sans document Nom : Prénom :.. Classe : LES FÉES Texte long donné aux élèves au préalable afin qu ils aient le temps de le lire à la

Plus en détail

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable La magie des mots Bienvenue Un poème Merci à tous Les mots Etre une chanson Juste un petit mot L aigle et le vermisseau La prière de la dent L oiseau Une note de musique L amour Ma naissance Fleur d amour

Plus en détail

Projet «Création littéraire»

Projet «Création littéraire» Projet «Création littéraire» Ce projet vise principalement à développer les compétences écrites des élèves et à stimuler chez eux la création littéraire. Il est destiné à un public adolescent francophone

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

Français Authentique Pack 2

Français Authentique Pack 2 Guide : Comment utiliser le pack 2 Discussions Authentiques Cher(e) ami(e), Merci d avoir acheté le pack 2 Discussions Authentiques. C est une bonne décision et vous ne le regretterez pas. Je mets à votre

Plus en détail

J adore le français! B. Racontez à votre tour l histoire d Élodie à un camarade.

J adore le français! B. Racontez à votre tour l histoire d Élodie à un camarade. J adore le français! 1 Piste 01 1. six mois à londres A. Une radio consacre une émission aux Français à l étranger. Écoutez le témoignage d Élodie et remettez dans l ordre les différentes étapes de son

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. Marcel MICHELET Liminaire. Dans Echos de Saint-Maurice, 1979, tome 75, p. 67-71

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. Marcel MICHELET Liminaire. Dans Echos de Saint-Maurice, 1979, tome 75, p. 67-71 LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Marcel MICHELET Liminaire Dans Echos de Saint-Maurice, 1979, tome 75, p. 67-71 Abbaye de Saint-Maurice 2013 Liminaire Liminaire... cet adjectif substantifié

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE

ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE Enseignement intégré des humanités Octobre 2012 Épreuve n 2 Compréhension et expression écrites Les Mille et une nuits ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE Nom : Prénom : Classe de sixième :.. COMPRÉHENSION

Plus en détail

1/Souligne ce que tu as ressenti pendant le film. (nombre d avis) 2/ Entoure tes personnages préférés. Qu est ce que tu aimes en eux?

1/Souligne ce que tu as ressenti pendant le film. (nombre d avis) 2/ Entoure tes personnages préférés. Qu est ce que tu aimes en eux? Réponses au questionnaire ludique par de 2 classes de CM1/CM2 de Courtoiville (35) Suite à la projection durant la Biennale de l égalité 2011 à Saint-Malo. 1/Souligne ce que tu as ressenti pendant le film.

Plus en détail

2012 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

2012 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2012 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE : MALE : FEMALE : MALE : Heureusement que nous sommes très en avance.

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

Lili et le nouveau cirque

Lili et le nouveau cirque PROGRAMNR 51458/ra5 Lili et le nouveau cirque Programlängd : 14 30 Producent : Anna Trenning-Himmelsbach Sändningsdatum : 2006-02-14 - T'as déjà été au cirque? - Oui - Et c'était quoi le cirque? - Ben

Plus en détail

Sonia et moi. Marie et toi. Marc et Jules. La chatte et la souris

Sonia et moi. Marie et toi. Marc et Jules. La chatte et la souris Trouve le pronom sujet qui convient... ramasse les olives.... écrivons une lettre.... avertissent par téléphone....admirez le bateau....obéit à sa maman.... parles au téléphone. Tu Relies je tu il elle

Plus en détail

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET)

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET) ELMO DES ENFANTS... EN PARLENT Nous incitons de mille manières nos enfants à lire. Nous tentons de nous montrer psychologues en tenant compte de leurs manières de choisir, de leur goût, des aides dont

Plus en détail

Liste de mots à copier (4 mots à copier 3 fois) Attention, écris «un» ou «une» devant le mot quand c est possible

Liste de mots à copier (4 mots à copier 3 fois) Attention, écris «un» ou «une» devant le mot quand c est possible Série 1 maison papa porte rue Série 2 avec deux terre été Série 3 maman pipe pour table Série 4 école jardin mal bébé Série 5 carte cheminée livre nature Série 6 rouge sucre tête vache Série 7 achat barbe

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3 SOMMAIRE : Titre Usage Livret Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3 Dieu nous accueille Entrée Page 3 Nous sommes le corps du Christ Entrée Page 4 Si le Père vous appelle Entrée Page 4 Je

Plus en détail

La princesse qui n aimait pas les princes Alice Brière Haquet (1)

La princesse qui n aimait pas les princes Alice Brière Haquet (1) La princesse qui n aimait pas les princes (1) Il était une fois, dans un beau et paisible royaume, une jolie princesse qui réussit un jour une superbe mayonnaise. Conseillers et ministres, cuisiniers et

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010. Découvrez EN APESANTEUR. De BRIGIT H. Et votez en couleurs!

Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010. Découvrez EN APESANTEUR. De BRIGIT H. Et votez en couleurs! Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010 Découvrez EN APESANTEUR De BRIGIT H Et votez en couleurs! Les zones d interprétation se situent après le texte, ci-dessous. Pour voter, suivez les

Plus en détail

Leçon 7. Aimer Dieu par l'adoration et le service

Leçon 7. Aimer Dieu par l'adoration et le service 1 Leçon 7 Aimer Dieu par l'adoration et le service Introduction Lecture : Apocalypse 4.2-11; 5.11-14 Lorsque nous disons que nous aimons quelqu un, que ce soit notre époux, un membre de la famille ou un

Plus en détail

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona Guide de lecture Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona 1 1. Introduction et contextualisation. 2. Pourquoi lire ce livre? 3. Questions et activités

Plus en détail

Complément du pronom et complément de l adjectif

Complément du pronom et complément de l adjectif ET MATÉRIEL COMPLÉMENT POUR DE L ADJECTIF ALLOPHONES 1 Fonctions de base Complément du pronom et complément de l adjectif 1 CARACTÉRISTIQUES DU COMPLÉMENT DU PRONOM Tout comme le complément du nom, le

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Pour le concours «Itinéraires Humanistes», nous avons jugé nécessaire de récompenser un second projet qui nous a marqué par son originalité.

Pour le concours «Itinéraires Humanistes», nous avons jugé nécessaire de récompenser un second projet qui nous a marqué par son originalité. Pour le concours «Itinéraires Humanistes», nous avons jugé nécessaire de récompenser un second projet qui nous a marqué par son originalité. Le projet intitulé «Dire le monde, dire mon monde : émotions

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

«Artisans, à l œuvre!»

«Artisans, à l œuvre!» «Artisans, à l œuvre!» 1er sept 15 nov. Chers responsables ES, Thème : Depuis ton atelier, sois l artisan qui cherche et façonne un présent pour le monde. Message d année : «Il le regarda et il l aima»

Plus en détail

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas?

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas? Première scène Il est assis sur le bord du lit. En boxer-short et en tee-shirt. Il fait visiblement de grands efforts pour se réveiller. Elle est dans la cuisine. On ne la voit pas encore. Quel temps fait-il?

Plus en détail

L'AVENT. Faire vivre l'avent en Cycle 2, avec une étape par semaine pour cheminer vers Noël.

L'AVENT. Faire vivre l'avent en Cycle 2, avec une étape par semaine pour cheminer vers Noël. L'AVENT Faire vivre l'avent en Cycle 2, avec une étape par semaine pour cheminer vers Noël. SEQUENCE Vivre l'avent ensemble, préparer son coeur à accueillir Jésus : Jésus est paix, il est amour, il nous

Plus en détail

Dans la première ruse de Renart, ce fut Ysengrin la victime.

Dans la première ruse de Renart, ce fut Ysengrin la victime. Je vais vous présenter les ruses de Renart dans le roman de Renart. Renart, notre héros Renart est le personnage principal choisi par l'auteur. Dans chacune de ses histoires, il est dans une mauvaise posture

Plus en détail

«L AMOUR NE S ACHETE PAS!»

«L AMOUR NE S ACHETE PAS!» KATE SANSET «L AMOUR NE S ACHETE PAS!» PRIX DE LA MEILLEURE NOUVELLE REALISTE 2014 EDITIONS COLLEGE BRAS PANON Monsieur Gilbert Martin était âgé de soixante ans il possédait une entreprise de tissus à

Plus en détail

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont Elles ont créé, pourquoi pas moi? (garde d enfant) (patronne salon coiffure) - (patronne restaurant) (femme de ménage / vendeuse à la sauvette) www.claee.org DepliantCLAEE-Final.indd 1 1/02/11 22:16:36

Plus en détail

Collège Maximilien ROBESPIERRE

Collège Maximilien ROBESPIERRE Collège Maximilien ROBESPIERRE Évaluations communes (2 e trimestre) Niveau 6 e Année scolaire 2013-2014 N de l élève : Durée : 1 heure 30 Épreuve : FRANÇAIS Première partie : 1heure 15 Dictée : 15 dernières

Plus en détail

La concordance des modes

La concordance des modes DES TEMPS L EMPLOI CONCORDANCE DU MODE DANS LA SUBORDONNÉE DES TEMPS CIRCONSTANCIELLE 1 La concordance des modes La concordance des modes L emploi du mode dans la subordonnée circonstancielle RAPPEL :

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

La grammaire du français. en 40 leçons et 201 activités CORRIGÉS. niveau

La grammaire du français. en 40 leçons et 201 activités CORRIGÉS. niveau La grammaire du français en 40 leçons et 201 activités CORRIGÉS niveau B1 L ADJECTIF 1 Écoutez et complétez Piste 3 1 La mairie de votre ville organise une séance publique le 16 mars dans les locaux (12

Plus en détail

«Requiem» chanté par l organiste pendant que j entre. Je salue le corps et la croix et je me tiens debout devant le pupitre en bois.

«Requiem» chanté par l organiste pendant que j entre. Je salue le corps et la croix et je me tiens debout devant le pupitre en bois. 1 Célébration des obsèques : N. célébrant : Lize De Bie orgue : Raphaël sacristie : Sr. Marie-Hélène Entrée «Requiem» chanté par l organiste pendant que j entre. Je salue le corps et la croix et je me

Plus en détail

C o m m u n i q u é Pour diffusion immédiate

C o m m u n i q u é Pour diffusion immédiate C o m m u n i q u é Pour diffusion immédiate Nathalie Roy, élève de l école secondaire Paul-Le Jeune, reçoit une bourse de 2 000 $ pour le centenaire de la Marine canadienne Shawinigan, le 16 juin 2010

Plus en détail

Voyage à. de Compostelle (26 au 28 mai 2010) classes de 5ème. Le programme :

Voyage à. de Compostelle (26 au 28 mai 2010) classes de 5ème. Le programme : Voyage à de Compostelle (26 au 28 mai 200) classes de 5ème Le programme : Le premier jour : Nous sommes arrivés à 2h30 (heure espagnole) à Saint-Jacques et nous avons piqueniqué au parc Alameda. On a commencé

Plus en détail

Le conditionnel présent

Le conditionnel présent Le conditionnel présent EMPLOIS On emploie généralement le conditionnel présent pour exprimer: une supposition, une hypothèse, une possibilité, une probabilité ( certitude); Ça m'étonnerait! J'ai entendu

Plus en détail

Prénom :.. Nom :... Langage oral. Lecture

Prénom :.. Nom :... Langage oral. Lecture CP EVALUATION FRANCAIS Fin du 3ème trimestre Prénom :.. Nom :... Langage oral LO04 - Raconter une histoire déjà entendue en s appuyant sur des illustrations. =Raconte l'histoire de Blanche Neige en t'aidant,

Plus en détail

Pourquoi le Chien. chasse le Chat

Pourquoi le Chien. chasse le Chat Pourquoi le Chien chasse le Chat 1 Pourquoi le Chien chasse le Chat Par Liz Hutchison À Madame Yannick Post, mon premier professeur de français. Ce livre est un don à l organisme non gouvernemental Seeds

Plus en détail

PERSILLETTE D après «les contes populaires italiens», présentés par Italo Calvino Adaptation de Sarah Pèpe www.compagnie-adae.fr.

PERSILLETTE D après «les contes populaires italiens», présentés par Italo Calvino Adaptation de Sarah Pèpe www.compagnie-adae.fr. PERSILLETTE D après «les contes populaires italiens», présentés par Italo Calvino Adaptation de Sarah Pèpe www.compagnie-adae.fr.st Nous vous présentons ici à peu près la moitié de la pièce. Si vous êtes

Plus en détail

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien 1 Au Japon, dans un petit village, vivait un vieil homme. Il habitait une minka une petite maison de bambou et cultivait le riz avec sa femme. Un jour, dans la forêt, le vieil homme vit son chien gratter

Plus en détail

Quelques exemples de croyants célibataires

Quelques exemples de croyants célibataires Périodique de matière biblique pour les jeunes - Août 2013 - Numéro 16 Quelques exemples de croyants célibataires La situation du chrétien En 1 Corinthiens 7, Paul aborde le sujet du chrétien célibataire.

Plus en détail

EMERVEILLE. Psaume 19

EMERVEILLE. Psaume 19 EMERVEILLE Psaume 19 Cédric Chanson La Colline, le 12 juillet 2015 Soli Deo Gloria 1. S émerveiller, remercier, partager (Faire passer et déguster des morceaux de melon) Comment vous trouvez ce melon?

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

Zoé Rémi Alexej Thomas Maïa a un cousin en Italie. est d'origine lyonnaise. est d'origine marocaine. vient de Lituanie. a une grand-mère suédoise.

Zoé Rémi Alexej Thomas Maïa a un cousin en Italie. est d'origine lyonnaise. est d'origine marocaine. vient de Lituanie. a une grand-mère suédoise. NOM : PRÉNOM : UNITÉ 0 ET 1 DATE : CLASSE : GROUPE : C. Santa Victoria M.M. Escolapias 2º ESO REFUERZO DE FRANCÉS DE 1ª EVALUACIÓN 1 Lis le dialogue de l unité 0, page 6 et dis si c est Vrai ou faux. Corrige

Plus en détail

电 子 科 技 大 学 2014 年 攻 读 硕 士 学 位 研 究 生 入 学 考 试 试 题 考 试 科 目 :241 法 语 ( 二 外 )

电 子 科 技 大 学 2014 年 攻 读 硕 士 学 位 研 究 生 入 学 考 试 试 题 考 试 科 目 :241 法 语 ( 二 外 ) 电 子 科 技 大 学 2014 年 攻 读 硕 士 学 位 研 究 生 入 学 考 试 试 题 考 试 科 目 :241 法 语 ( 二 外 ) 注 : 所 有 答 案 必 须 写 在 答 题 纸 上, 写 在 试 卷 或 草 稿 纸 上 均 无 效 一 用 括 号 中 动 词 的 正 确 形 式 填 空 ( 每 空 1 分, 共 10 分 ) 1. Plusieurs éléments (rendre)

Plus en détail

3. Matthieu 25,31-46 C'est sur l'amour que nous serons jugés. Dieu regarde comment nous avons aimé. Dieu nous juge d'après nos solidarités vécues.

3. Matthieu 25,31-46 C'est sur l'amour que nous serons jugés. Dieu regarde comment nous avons aimé. Dieu nous juge d'après nos solidarités vécues. 1 PROPOSITIONS DE TEXTES D ÉVANGILE 1. Matthieu 5,1-12a Où se trouve le vrai bonheur? Jésus nous le dit. Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu Quand Jésus vit toute la foule qui le suivait, il

Plus en détail

D IRQUE ET FIEN Carrousel des moutons

D IRQUE ET FIEN Carrousel des moutons D IRQUE ET FIEN Carrousel des moutons Jonglage, acrobatie, piano tournant. Un spectacle sans mots... Vendredi 6 janvier 14h30 (représentation scolaire) & 20H La Luna MAUBEUGE Durée : 1h Le Manège Rue de

Plus en détail

Tu rencontres Julie. Tu découvres des sons inconnus. Tu comprends des petits dialogues sur cassette. Tu identifies et tu décris

Tu rencontres Julie. Tu découvres des sons inconnus. Tu comprends des petits dialogues sur cassette. Tu identifies et tu décris Tu rencontres Julie. Tu découvres des sons inconnus. Tu comprends des petits dialogues sur cassette. Tu identifies et tu décris Tu parles de toi, de tes goûts. Tu lis BD. Tu fabriques un poster pour te

Plus en détail

Une histoire de Letizia Lambert

Une histoire de Letizia Lambert Une histoire de Letizia Lambert Voix off : Aujourd hui c est dimanche. Bonne nouvelle, c est le jour du cinéma. Voix off : Gabriel aime ce moment car... Voix off :...c est très ennuyeux l hôpital. Voix

Plus en détail

Unité 3 es oches et leurs reproche r s p r leu, senu je s Le page 37

Unité 3 es oches et leurs reproche r s p r leu, senu je s Le page 37 es Les jeunes, leurs proches et leurs reproches page 37 1 Je sais communiquer! Écoutez le dialogue suivant, entre Christophe, un copain de Lucas et son père. Cochez les bonnes cases dans le tableau suivant.

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

Französisch Serie 2 (60 Min.)

Französisch Serie 2 (60 Min.) Aufnahmeprüfung 2008 Französisch Serie 2 (60 Min.) Hilfsmittel: keine Name... Vorname... Adresse...... Maximal erreichbare Punktzahl 100 Punkte - Leseverständnis 30 Punkte - Grammatik / Wortschatz 70 Punkte

Plus en détail

Les uns, les autres. 1. Complétez les phrases avec le bon adjectif possessif : Mon, Ma, Mes.

Les uns, les autres. 1. Complétez les phrases avec le bon adjectif possessif : Mon, Ma, Mes. \\ UNITÉ 1 \\ Les uns, les autres 1. Complétez les phrases avec le bon adjectif possessif : Mon, Ma, Mes. a.... meilleur ami est italien. b.... école de langues est dans le centre-ville. c.... travail

Plus en détail

DELF Prim A2. Livret du candidat. Compréhension de l'oral. Compréhension des écrits. Production écrite

DELF Prim A2. Livret du candidat. Compréhension de l'oral. Compréhension des écrits. Production écrite Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues Livret du candidat Compréhension de l'oral Compréhension des écrits Production écrite PMA22S008 04/06/13 Code du candidat : Nom : Prénom

Plus en détail

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions.

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. LIRE UN CNTE ET RÉPNDRE À UN QUESTINNAIRE METTANT EN JEU DIFFÉRENTES CMPÉTENCES. Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. Dans une forêt très sombre,

Plus en détail

Le loup qui voyageait dans le temps

Le loup qui voyageait dans le temps Ce jour-là, Loup farfouillait dans son grenier. Il y trouvait toujours des choses extraordinaires. Comme ce vieux livre avec sa couverture dorée. Loup s empara du livre et lut le résumé : «Cher lecteur,

Plus en détail

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)?

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)? Leçon 1 1. Comment ça va? 2. Vous êtes (Tu es) d'où?' 3. Vous aimez (Tu aimes) l'automne? 4. Vous aimez (Tu aimes) les chats? 5. Comment vous appelez-vous (t'appelles-tu)? 6. Quelle est la date aujourd'hui?

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (Mt 5,1-12)

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (Mt 5,1-12) E1 Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu (Mt 5,1-12) Quand jésus vit toute la foule qui le suivait, il gravit la montagne. Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent. Alors, ouvrant la bouche,

Plus en détail

Une méditation évangélique. dans une action au service. Marc 10, 17 27

Une méditation évangélique. dans une action au service. Marc 10, 17 27 Une méditation évangélique pour des personnes engagées dans une action au service d un dun monde plus juste et solidaire Marc 10, 17 27 Evangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 10, 17 22) Jésus se

Plus en détail