Aidez-le à élaborer son projet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aidez-le à élaborer son projet"

Transcription

1 DOSSIER 21 Aidez-le à élaborer son projet PHOTOS/ILLUSTRATIONS DU DOSSIER RÉALISÉES PAR BERNARD DEMENGE POUR FAMILLE & ÉDUCATION Famille & éducation n o 495 janvier-février 2013

2 22 DOSSIER «Il est important QUE LE dialogue SOIT PLURIEL» Interview d Emmanuelle Reille-Baudrin, docteur en psychologie clinique du travail, au Cnam- Inetop (Institut national d étude du travail et d orientation professionnelle). Famille et éducation : comment aborder la question de l orientation avec son enfant afin d établir un vrai dialogue, sans a priori ni jugement? Emmanuelle Reille-Baudrin : l orientation implique un changement dans la vie de l adolescent. Ceci va provoquer un sentiment d inconfort, qui est aussi l énergie même du développement. Ainsi, l adolescent va se séparer de son établissement scolaire et de sa famille pour devenir un sujet dans le monde. Les parents sont alors un support pour rendre possible cette séparation, car ils sont source d altérité : ils énoncent leurs propres points de vue sur les formations, les métiers, apportent des connaissances, même informelles, sans chercher l accord ou le désaccord. Cependant, il est important que le dialogue soit pluriel : le jeune et ses parents, mais aussi son professeur principal, un conseiller d orientation, des copains Les choix se font très tôt. Comment aider les jeunes à appréhender la réalité des études supérieures, puis du monde professionnel? E. R.-B. : dès la maternelle, on peut parler aux enfants de certains métiers : le boulanger, le pompier, le médecin ; de son propre métier ou de celui d un grand-parent Les enfants ont une attirance très forte pour le monde extérieur. Il ne s agit pas pour autant de diriger plus tard le jeune dans ses choix, mais de l aider à donner un sens au monde qui l entoure. Toutes les occasions sont bonnes : les stages en entreprise, les salons, bien sûr, mais aussi les présentations vidéo de métiers par des professionnels sur Internet, les repas familiaux, une affiche dans la rue Jusqu où les parents peuvent aider leurs enfants et comment dégager ensemble un espace de réflexion, de discussion qui ne soit pas uniquement Famille & éducation n o 495 janvier -février 2013

3 23 Il ne s agit pas de diriger le jeune dans ses choix, mais de l aider à donner un sens au monde qui l entoure. assujetti aux échéances scolaires? E. R.-B. : les parents peuvent donner envie à leurs enfants de participer à la société dans laquelle ils vivent, en leur disant que l objectif de leur propre activité professionnelle, au-delà de la rémunération, c est de participer à son développement. Deux problématiques se croisent, dont on peut parler sereinement en famille et suffisamment en amont : la personnalité et les qualités de l enfant (ce que je sais de moi et ce que j ai envie de faire) et l organisation sociale des activités humaines, dont l accès est balisé par un cadre scolaire. C est une donnée, il faut faire avec, mais il importe d être acteur et de ne pas se laisser écraser par les procédures. Les adultes peuvent aider les jeunes à être armés pour ce type de navigation. Comment accompagner un enfant qui ne sait pas ce qu il veut faire ou, au contraire, a une idée trop précise? E. R.-B. : un choix est le compromis entre ce que l on souhaite faire et la réalité. Mais ce compromis n est jamais fixé une fois pour toutes. Un jeune peut vouloir, par exemple, être architecte, parce qu il rêve de construire des buildings à l autre bout du monde. Une fois son diplôme en poche, on lui propose d agrandir des bâtiments publics. Ce n est pas son projet initial et pourtant, il découvre que cela lui plaît autant. On peut se dire qu un parcours d orientation, c est une ligne droite qui nécessite des efforts, des tensions, mais peut être entrecoupée de chemins de traverse, de passerelles, qui permettent de souffler et de laisser s exprimer la créativité qu il y a en chacun d entre nous. Comment donner aux jeunes une image positive du monde du travail? E. R.-B. : il est urgent de séparer l emploi et le travail dans la tête des uns et des autres. Rabattre le travail sur l emploi, c est terrifiant car on ne sait pas de quoi, demain, l emploi sera fait! Et à force de parler emploi, on ne parle plus du travail. Or, le travail porte en lui le destin de l humanité. C est quelque chose de beau, qui fait que le monde existe et qu il va se développer. C est l histoire du don des générations précédentes. Soignons la jeunesse, donnons-lui envie de continuer. Aux parents et à l école de faire l éloge du travail et d expliquer aux jeunes comment le travail des uns va développer le métier des autres. Justement, on accorde de plus en plus d importance à l expérience professionnelle (stages de troisièmeseconde, stages pendant les études supérieures). Quelles sont les conditions pour que cela soit réussi? E. R.-B. : ces expériences, que l école propose et auxquelles les parents peuvent contribuer en emmenant leurs enfants sur leurs lieux professionnels, sont des moments exceptionnels, des espaces de transition entre ce que le jeune a en tête et la réalité. Mais pour qu elles soient véritablement enrichissantes, le rapport de stage ne suffit pas. Il faut instaurer un dialogue en classe pour que chacun fasse vivre ces différentes expériences avec les points de vue, les commentaires, les regards des autres. Au-delà des stages, comment bien informer les élèves sur les métiers? E. R.-B. : je pense qu il ne faut pas chercher le bon document, mais le plus de documents possible. D ailleurs, plus il y a d ambivalences et de contradictions et plus cela donne aux jeunes l envie de réfléchir. Un métier, c est à la fois un besoin que la société a prescrit, une aventure humaine (des hommes en relation avec les autres) et une histoire personnelle. Il est important que les jeunes, en dehors des fiches sur les métiers, entendent des témoignages. La motivation, c est souvent une injonction. Or, elle ne se décrète pas : que peut-on mettre derrière ce mot? E. R.-B. : effectivement, on n est pas motivé en soi, mais par et pour quelque chose. Ce par et ce pour, le jeune ne les a pas en lui. Il va pouvoir les développer, en découvrant le monde dans lequel il vit, en développant ses relations avec les autres, en multipliant les formations La motivation est un concept composite, où interviennent beaucoup les notions de confiance en soi, la façon dont l enfant s attribue ce qu il fait Être motivé, c est avoir envie de contribuer au monde et il y a mille façons de le faire! PROPOS RECUEILLIS PAR SYLVIE BOCQUET

4 24 DOSSIER 3 QU EST CE QU UN BDI? 5 CRÉER UN BDI 8 ANIMER UN BDI 12 LE BDI AU QUOTIDIEN 14 LES DÉFIS DE DEMAIN LES ÉQUIPES DE PILOTAGE D ACCOMPAGNEMENT À L ORIENTATION Elles sont organisées dans les académies, diocèses, et les établissements pour promouvoir, coordonner, recenser des actions concernant l orientation et mettre en synergie toutes les initiatives qui aideraient les jeunes dans la connaissance d eux-mêmes, dans l accès à l information, dans la découverte du monde professionnel et ainsi permettre d éclairer leur choix. Ces équipes sont composées, autour du chef d établissement, de représentants d élèves, d enseignants, de parents, de membres de l équipe pédagogique, de parents animant le BDI Orientation, de personnels de vie scolaire, d animateurs de la vie pastorale, du psychologue de l éducation. Le BDI au cœur de l orientation LE BUREAU DE DOCUMENTATION ET D INFORMATION LE BDI ORIENTATION Au sein d un établissement scolaire de l enseignement catholique, il est ouvert à tous les élèves. Des adultes formés les accueillent et mettent à leur disposition les informations relatives aux métiers, filières de formation, cursus d études. Sous la responsabilité de l Apel et du chef d établissement, il est animé par des parents d élèves, des professeurs, des documentalistes ou toute personne bénévole formée et engagée par une charte assurant son engagement et son respect du caractère confidentiel des échanges. AU SEIN DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE, l orientation, ÇA BOUGE! Jérôme Pallé / Onisep L avis de l GUIDE ÉLÈVE JE DÉCOUVRE MON WEBCLASSEUR ORIENTATION L'adresse web (ou URL) pour se connecter est : Mes identifiants : J'inscris mes identifiant et mot de passe personnels transmis par mon professeur : Mon identifiant : Mon mot de passe : Les identifiants de la classe (pour mes parents) : Identifiant : Mot de passe : Janvier V3 Nos projets pour 2013 Avec l implication forte de l ensemble des services Information et conseil aux familles (ICF) l Apel souhaite mettre tout en œuvre, pour favoriser le développement des équipes de pilotage d accompagnement à l orientation dans chaque établissement scolaire. Dans la poursuite de ce projet, les services ICF participeront, avec le soutien de chaque Apel de collège et lycée à l implantation de BDI Orientation, pour que chaque jeune puisse en bénéficier dans son établissement. Véronique Bilbault, responsable du service ICF. LE WEBCLASSEUR ORIENTATION est un outil numérisé qui est au service de l orientation, sorte de portfolio qui va suivre l élève tout au long de son parcours scolaire, de la 5 e à la terminale. Le webclasseur est développé par l Onisep. Une version spécifique à l Enseignement catholique a été mise en ligne, afin de donner la possibilité de déposer des informations supplémentaires concernant nos établissements. Le webclasseur orientation aide l élève à construire des axes de réflexion et il doit être un support d échanges entre les adultes impliqués dans l orientation et le jeune. LE SITE DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE est dédié à l orientation et propose dans trois grandes rubriques destinées aux parents, aux élèves, et aux équipes éducatives des éléments d information indispensables pour mieux comprendre l orientation, ses enjeux, son calendrier. Le site est le point d entrée pour accéder au webclasseur, outil de la démarche d orientation. MARTINE CARRÉ

5 25 Choisir sa FORMATION DANS LE SUPÉRIEUR Pour réussir son inscription dans le supérieur, il faut allier une bonne connaissance de soi à une information précise sur ce qui est attendu dans chaque type de formation. Revue de détails. UN cursus général À L UNIVERSITÉ POUR LES PLUS MÛRS PROFIL REQUIS Autonomie dans le travail Bonne gestion de son temps Quelle que soit la matière, la capacité à anticiper et à s astreindre à un travail régulier sont les conditions premières de la réussite d un étudiant à l université. «On considère que le jeune est apte à travailler seul. On ne va pas lui indiquer toutes les étapes intermédiaires d un travail. S il doit avoir étudié une œuvre, il faut qu il ait lu les critiques qui ont travaillé dessus et qu il se soit entraîné aux sujets de dissertation qui sortent le plus souvent à propos de cette œuvre», précise Martine Vanhamme-Vinck, directrice du CIO médiacom, à Paris. Avec cela en tête, et une bonne planification de son travail, on peut très bien réussir à l université et y être heureux. 80 % des bacheliers qui s inscrivent en L1 sont dans la fi lière qui correspond à leur choix. UNE LICENCE DE sciences, ENTRE THÉORIE ET RECHERCHE APPLIQUÉE PROFIL REQUIS Passion pour une science Goût pour la recherche Vous aimez les sciences de la vie et de la terre, et rien d autre. Vous adorez la chimie et pas du tout la physique Les études scientifiques à l université sont faites pour vous. Vous pourrez vous concentrez sur ce que vous aimez, vous aurez accès à la recherche et vous aurez des enseignants pointus dans votre discipline de prédilection. Les travaux pratiques et les cours s y déroulent désormais en petits groupes, car ces cursus ne font pas le plein. Quant aux débouchés, ils sont déjà multiples et continuent de se développer dans un monde de plus en plus scientifique. Selon les enquêtes du Céreq sur l insertion professionnelle des jeunes diplômés, 70 % des titulaires d une licence de mathématiques ou de sciences s insèrent rapidement et de façon stable dans le monde du travail.

6 26 DOSSIER ALTERNANCE, LE GOÛT DU TRAVAIL Il faut bien choisir sa classe préparatoire en fonction de son niveau et de sa personnalité. MARTINE VANHAMME-VINCK, DIRECTRICE DU CIO MÉDIACOM, À PARIS Profil requis Envie de ne pas être toujours à l école Besoin de se confronter à la pratique Aujourd hui, 14 % des étudiants choisissent les études en alternance pour avoir un pied dans l entreprise et l autre en formation. Leur nombre a augmenté de 8 % entre 2010 et 2011, parce que c est un bon moyen d améliorer son insertion professionnelle. De plus, l étudiant est rémunéré et son entreprise paie ses droits de scolarité. La formule permet de mettre en pratique tout de suite les enseignements théoriques. En revanche, elle nécessite une bonne résistance physique, car le rythme est lourd et les vacances sont celles d un salarié classique. Les classes préparatoires, SELON SON NIVEAU PROFIL REQUIS Envie de rester généraliste Penchant pour la compétition Ambition «La prépa est réservée aux élèves qui ont au-dessus de 12 de moyenne», conseille Lionel Martin, professeur principal en terminale Pourtant, ce sont moins les notes qui comptent pour intégrer ces classes au rythme intensif, que le goût des études. «En fait, il existe des classes préparatoires de niveaux très différents», précise Martine Vanhamme-Vinck. «On peut apprécier le travail intellectuel par goût des disciplines étudiées, par ambition d intégrer une grande école, ou par plaisir de la compétition. Après, il faut bien choisir sa classe préparatoire en fonction de son niveau et de sa personnalité», conseille-telle. Certains se sentiront mieux s ils sont en tête de classe, d autres aimeront avoir à se battre pour gagner une ou deux places. L essentiel, c est de ne pas viser plus haut que ce que l on peut supporter. Si 70 % des inscrits en prépas sont en sciences, les classes littéraires relèvent la tête. Une banque d épreuves littéraires (BEL) permet désormais aux khâgneux qui le souhaitent que leurs notes aux concours des écoles normales supérieures les classent admissibles dans les meilleures écoles de management (voir info p.47). Par exemple, cette année 37 étudiants ont intégré HEC par cette voie. Une vraie nouveauté! L IUT, DEUX ANS ET PLUS SI AFFINITÉS PROFIL REQUIS Envie d une formation courte Souhait d éviter les premières années d université Les instituts universitaires technologiques (IUT) permettent d acquérir une formation professionnelle de très bon niveau en deux ans. C est aussi un tremplin vers les écoles d ingénieur ou la licence d université, car il existe de nombreuses équivalences. Les IUT sont prisés car l encadrement y est très présent et le nombre d heures de cours important. Pensé à l origine pour les bacheliers technologiques, il est aussi très demandé par les bacheliers généraux. Famille & éducation n o 495 janvier -février 2013

7 27 FACULTÉ DE médecine OU PROFESSIONS DE SANTÉ PROFIL REQUIS : Détermination Très bonne capacité de travail Yann, qui a intégré médecine, en 2012, à sa deuxième tentative, avoue n avoir jamais autant travaillé que durant ces deux années. «La première année je n ai pas eu le temps d emmagasiner suffisamment de connaissances, mais je n étais pas trop loin du numerus clausus qui donne, par université, le nombre de jeunes admis en deuxième année. En redoublant, j ai recommencé à travailler mi-juillet, tous les jours et tous les week-end, et je ne me suis plus arrêté Même mes temps de transports me permettaient de réviser. Il faut mettre sa vie entre parenthèses et tabler sur deux années plutôt que sur une. Mais le travail paye», rappelle le jeune homme. Inscrit à Paris 7, il a aussi dû s habituer à étudier chez lui : «Les cours sont en ligne, et je ne sortais que pour suivre ma prépa». La prépa privée est, en effet, un passage obligé parce qu elle offre un entrainement intensif aux épreuves du concours. Pour réussir, il faut quatre choses, selon Yann : «Un travail très intensif, très régulier, une prépa et surtout un moral d acier». Désormais, on peut préparer plusieurs concours à la fois : médecine, odontologie, pharmacie, sage-femme (maïeutique). Un étudiant peut encore augmenter ses chances en préparant aussi en même temps un ou plusieurs concours paramédicaux. FACULTÉ DE droit, ÉCOLE DE RIGUEUR PROFIL REQUIS Être logique Être régulier dans son travail L image d Épinal de l avocat en robe, lancé dans une plaidoirie passionnée fait rêver étudiants sont inscrits en droit, soit 15 % des étudiants d université. Pourtant, seuls quatre sur dix passent en deuxième année, parce qu ils oublient que c est une formation très rigoureuse. «Pour être un bon élève en droit, il faut être assez littéraire pour savoir lire les textes dans le détail et un assez bon scientifique pour en faire une analyse logique», rappelle Martine Vanhamme-Vinck. Le droit est une discipline exigeante qui nécessite de se mettre très vite au travail et d être rigoureux. 15% des étudiants d université sont inscrits en droit. ÉCOLE DE MANAGEMENT ET D INGÉNIEUR, C EST POSSIBLE EN SORTANT DU LYCÉE Profil requis Souhait d une formation équilibrée avec un travail régulier Recherche d un environnement cadré Intégrer une école juste après le bac se développe. Cette voie permet de sortir diplômé d un master, sans passer par deux années de classe préparatoire. Les inscriptions se font sur concours que l on passe durant l année de terminale. Ils deviennent de plus en plus diffi ciles, car le nombre de candidats augmente. L école post bac a tout de même un vrai défaut : son coût. Les ou euros de frais de scolarité ne sont pas dûs sur trois ans, mais sur cinq. Le BTS, À CHOISIR AVEC SOIN PROFIL REQUIS Envie d une formation courte Goût pour un secteur d études Les sections de techniciens supérieurs (STS), qui préparent aux BTS (brevets de techniciens supérieurs) sont des formations en deux années avec, en moyenne, 30 heures de cours par semaine étudiants, bacheliers y sont inscrits, dont 41,5 % viennent des bacs technologiques. Dans la jungle des BTS, il y a de tout : des formations très prisées, donc très élitistes, et d autres qui le sont beaucoup moins et dans lesquelles il reste des places en juin à la fin d APB, voire en septembre. Certains BTS proposés par des lycées catholiques acceptent des élèves qui ont le niveau bac, mais pas le diplôme. En revanche, d autres, comme le BTS audiovisuel du lycée Jacques Prévert, à Boulogne-Billancourt (92), prend moins d un postulant sur 50, uniquement sur dossier et avec le bac. Nombre de BTS commerce international sont dans le même cas. ERMANCE MUSSET

8 28 DOSSIER LA DÉCOUVERTE du monde PROFESSIONNEL Comment permettre aux jeunes de découvrir le monde professionnel pour qu ils préparent de façon éclairée leur projet d orientation. Dans les établissements de l Enseignement catholique, souvent grâce à l impulsion de l Apel, de plus en plus d expériences se mettent en place. S elon une enquête menée par l AJE, en 2012, auprès des étudiants, 52 % déclaraient avoir des connaissances insuffisantes sur le fonctionnement et le management des entreprises, et 49 % sur les métiers (1). Une méconnaissance du monde professionnel qui pénalise à la fois les jeunes et les entreprises qui déplorent recruter des jeunes insuffisamment préparés à la vie professionnelle. À tel point que le ministre de l Éducation nationale, Vincent Peillon, annonçait en novembre dernier vouloir nommer dès 2013, un conseil éducation-entreprise, pour «que les chefs d entreprise soient représentés dans l Éducation nationale». Aller dans l entreprise Le stage de découverte professionnelle pour les élèves de 3 e (ou seconde, selon les établissements), autrement appelé, séquence d observation en milieu professionnel, est une première étape. Yvon Bonnet, chargé de mission, correspondant EMP (réseau École et monde professionnel) de l Apel Famille & éducation n o 495 janvier -février 2013

9 29 des Côtes d Armor, a constaté, grâce à un sondage mené auprès des collégiens, dans son département, que seulement 51 % ont choisi leur stage en lien avec un projet professionnel. «Il reste beaucoup de travail à faire, car il faudrait que les jeunes fassent le stage uniquement en fonction du métier qu ils voudraient exercer plus tard.» C est le choix qu a pu faire Thomas, élève en 3 e, qui va faire son stage dans un quotidien national, parce qu il veut être journaliste et que sa mère connaît quelqu un à la rédaction. «Je vais voir si c est vraiment le métier que je veux faire», se réjouit-il. Un autre moyen de découvrir le monde professionnel, ce sont les classes en entreprise. Le principe est simple : grâce à un partenariat entre un établissement et une entreprise, une classe se transplante dans les locaux de l entreprise pendant une semaine, où une salle de cours est aménagée pour que la classe ait lieu comme au lycée. Par ailleurs, des moments sont aménagés pour que les lycéens (et leurs enseignants) découvrent l entreprise et ses métiers. Cette année, l Apel du Rhône, l Apel du lycée La Mache, à Lyon, le lycée La Mache, et Renault Truck du groupe Volvo ont mis en place une classe en entreprise pour des 1 re ST2I. «Ces expériences sont très intéressantes pour les élèves car ils font un lien direct entre les disciplines qui leur sont enseignées et la réalité du terrain, constate Soazik Ollivry, responsable des relations entre l école et l entreprise, au lycée La Mache, à Lyon (69). Par exemple, à la place d un cours théorique en comptabilité, les élèves sont allés dans le service comptabilité de l entreprise pour voir de près à quoi cela ressemblait.» Dans le département Midi-Pyrénées, l Apel départementale et l UIMM (Union des industries et des métiers de la métallurgie) ont signé une convention pour promouvoir les classes en entreprise. En 2012, première année de sa mise en place, cinq classes sont allées dans cinq entreprises. «Tout le monde est gagnant, explique Pierre Calas, référent École et monde professionnel, pour l Apel dans ce département. Le secteur de l aéronautique est très présent dans notre département. Et les entreprises recrutent déjà et vont recruter pour tous types de postes. C est pour elles un bon moyen de faire connaître leurs métiers.» C est TRÈS INTÉRESSANT pour les élèves de faire un lien direct entre les disciplines qui leur sont enseignées ET LA RÉALITÉ DU TERRAIN Soazik Ollivry, responsable des relations entre l école et l entreprise, au lycée La Mache, à Lyon (69 Rencontrer des professionnels Certains établissements, aidés par les Apel, ont trouvé le moyen de faire rencontrer aux jeunes des professionnels. L Apel départementale d Indre-et-Loire, par exemple, a organisé pour la première fois, en novembre 2012, un Forum des métiers Imagine ton avenir, choisis ton métier jeunes y ont rencontré environ 70 professionnels, répartis en huit secteurs d activités. Les élèves de terminale avaient aussi la possibilité de participer à des ateliers de simulations d entretiens de motivation. Car, pour Sylvie Rimbert, présidente de l Apel départementale, chargée de mission ICF (Information et conseil aux familles) «préparer son projet professionnel et découvrir le monde professionnel, c est aussi savoir comment on présente son parcours, son projet, ses compétences». Enfin, les jeunes pouvaient assister à des tables rondes thématiques liées aux secteurs d activités. Ce qui a fait la particularité de ce forum, c est le guide d accompagnement, conçu par le service ICF, à destination des élèves. «Il se compose de trois parties : avant le forum, se poser les bonnes questions ; pendant le forum, poser les bonnes questions aux professionnels ; et après le forum, aller plus loin. Nous voulions que le forum soit préparé et qu il s intègre dans une démarche d orientation», précise Sylvie Rimbert. Léna, élève de 2 nd, était très motivée par ce forum des métiers. «J ai quelques idées, dans les grandes lignes, mais pas très précises. Au forum, j ai trouvé des réponses à des questions», raconte-t-elle. «Nous avons eu un très bon contact avec les adultes. Comme j étais avec une amie pour poser les questions, je me suis sentie plus à l aise.» Elle a rencontré un journaliste à qui elle a posé des questions très pratiques sur les horaires de travail, le déroulement d une journée «Ça me remotive pour ce métier que j avais un peu laissé tomber», précise-t-elle. Eliot, en terminale S, allait au forum sans trop savoir ce qu il venait y chercher. Cette journée a été un déclic : «Après le forum, je suis allé sur Internet, ça a mis en route ma recherche», reconnaît Eliot, qui va devoir faire ses vœux sur APB d ici peu. Autre initiative, au lycée La Providence, à Fécamp (76), les déjeuners avec des professionnels ont été lancés avec succès, il y a deux ans à l initiative du chef d établissement. Environ une fois par mois, un déjeuner avec un professionnel est proposé aux élèves. Les places sont chères, puisqu une vingtaine de jeunes seulement peuvent y participer. «Nous avons choisi le moment du déjeuner, car nous savons que les lycéens sont sur place, disponibles», précise Laurence Guinaudeau, présidente de l Apel de l établissement. Chacun vient avec son sandwich et la présentation peut commencer. Les élèves ont eu la chance de rencontrer une correspondante de presse, un agent immobilier, un libraire, un banquier, un consultant en marque et design «C est une formule qui fonctionne très bien, constate Laurence Guinaudeau. Le moment est très convivial et le dialogue s instaure facilement.» Ensuite, le BDI Orientation prend le relais en apportant toutes les informations nécessaires, si le métier ou le secteur d activité a intéressé le jeune. CLAIRE ALMÉRAS (1) Enquête sur la connaissance de l entreprise par les étudiants de l enseignement supérieur, AJE, octobre 2012.

10 30 DOSSIER Écoles de production Dans le bain de L ENTREPRISE Les écoles de production plongent les jeunes dans la vie professionnelle en les faisant travailler pour de vrais clients. Cette voie, pas tout à fait aux normes étatiques, se révèle néanmoins efficace pour lutter contre l échec scolaire. E lles ont pour credo «faire pour apprendre». Leurs élèves travaillent les deux tiers du temps en atelier et consacrent le dernier tiers à la théorie (français, maths, dessin industriel ). Leurs plannings évoquent ceux des salariés: 35 heures hebdomadaires et des vacances scolaires raccourcies. Au nombre de quinze, dont huit en Rhône-Alpes, les écoles de production, préparent à des CAP, BEP, Bac pro ou certificat de compétences. Couvrant un vaste éventail de métiers, elles scolarisent 700 jeunes. On y entre à partir de 14 ans (15, si les machines sont dangereuses). Un travail avec de vrais clients En immergeant des adolescents dans le monde réel et en donnant du sens aux apprentissages, cette filière, qui accueille 90 % de jeunes en difficulté, parvient à rattraper au vol nombre de décrocheurs. «En atelier, les jeunes réalisent des commandes passées par de vrais clients», indique Christophe Girard, délégué général de la Fédération nationale des écoles de production (Fnep). Ils opèrent sous la houlette d un maître-professionnel doté d une solide expérience, qui leur transmet son savoir-faire et rectifie le tir si l élève rate son coup. «Dans ces écoles, précise Christophe Girard, nous travaillons aux prix du marché et avec le même niveau d exigence.» Spécialisés dans la métallerie et la menuiserie, les Ateliers d apprentissage de La Giraudière, à Brussieu (69), comptent 102 jeunes en école de production, en vue d un CAP ou d un bac pro. Créés en 1957, ils accueillent en majorité des élèves de 3 e, attirés par leurs 100 % de réussite, mais aussi des jeunes déscolarisés. «Les mêmes élèves qui n arrivent pas à se concentrer en cours plus de dix minutes peuvent passer quatre heures sur des finitions en atelier», note Jean-Lou Moretton, directeur de La Giraudière. Chaque maître professionnel encadre un groupe d une dizaine de jeunes, qui, euxmêmes, s entraident. «Un élève de bac pro peut jouer un rôle de tuteur auprès d un camarade de CAP», précise Jean-Lou Moretton. 30 % des diplômés poursuivent leurs études en BTS et 70 % entrent dans la vie active. SERVICES À LA PERSONNE Des jeunes très encadrés À une soixantaine de kilomètres, à Saint- Étienne, l Afep scolarise 39 élèves qui se forment en métallerie ou en mécanique, du certificat de compétences au CAP. Depuis vingt ans, cet établissement jésuite accueille des jeunes «en grande difficulté»: décrocheurs, primo-arrivants ne maîtrisant pas le français, ados à la dérive adressés par la Protection judiciaire de la jeunesse Très encadrés, ils reprennent pied en travaillant manuellement sur de vraies machines. En atelier comme en cours, on compte un adulte pour 3 à 4 jeunes. L enseignement théorique est assuré par des bénévoles, car l école ne peut pas payer autant de professeurs. Mais la pédagogie, axée sur le concret, ressemble à celle des autres écoles. «Les cours partent de ce que les jeunes ont vécu à l atelier», indique Antoine Martin, le chef d établissement. Que deviennent les élèves? Les trois-quarts passent en deuxième année, l école s effor- Famille & éducation n o 495 janvier -février 2013

11 31 MÉCANIQUE QUELQUES CHIFFRES En moyenne, les revenus de ces écoles proviennent pour 40 à 50 % de la vente de leurs produits et pour le reste de la taxe d apprentissage et des subventions régionales. 90 % des élèves obtiennent un diplôme d État, 45 % poursuivent leurs études et 55 % sont embauchés. çant d aider les autres à se réorienter. L année suivante, 70 % obtiennent leur diplôme. «Cela n empêche pas les autres de trouver une place en entreprise», précise Antoine Martin. Pas de rémunération À la fois lieu de formation et entreprise, l école de production convient aux recalés de la voie professionnelle : ceux qui renoncent au lycée, parce que l aspect scolaire les rebute, ou à l apprentissage, parce qu ils ne trouvent pas d employeur. Mais ce statut hybride, qui fait la force de ces établissements, les empêche en même temps d être reconnus par l État. Certes, huit établissements sur quinze ont obtenu, en 2006, le statut d établissement privé d enseignement technique. Mais le Conseil supérieur de l éducation a refusé que leurs élèves touchent une bourse. Or, certaines écoles de production sont payantes. Les tarifs annuels varient selon les établissements : gratuité, quelques centaines d euros, voire autour de euros dans certains cas. Par ailleurs, les jeunes ne touchent pas de rémunération. «Nous n en avons pas les moyens», précise Jean-Lou Moretton. Certaines écoles comme l Afep versent une «récompense», modulée selon le comportement. En novembre dernier, le sénateur UMP Jean- Claude Carle a déposé une proposition de loi donnant droit, entre autres, aux élèves, à la carte étudiant des métiers et à une bourse. Celle-ci a été rejetée. Ne remplissant ni les obligations des lycées (un nombre d heures de cours obligatoire) ni des CFA (1), où on n entre pas avant 16 ans et où on est payé. Les écoles de production ne peuvent prétendre aux mêmes avantages, ont estimé les sénateurs. Doivent-elles s adapter? Recruter leurs enseignants sur concours, augmenter la part des cours théoriques ou se fermer aux RESTAURATION moins de 16 ans? «Si nous devenons pareils aux autres, nous n apporterons plus rien aux jeunes», proteste Christophe Girard. La situation semble bloquée, ce qui n empêche pas les écoles de production de continuer leur bonhomme de chemin. Sept nouveaux établissements devraient se créer en NOÉMI CONSTANS (1) Centres de formation d apprentis. Pour en savoir +

12 32 DOSSIER Papa, maman, vous faites quoi DANS LA VIE? Tous les ans, des parents viennent expliquer aux élèves de CM2 de l école Assomption-Bellevue, à La Mulatière (69), en quoi consiste leur travail. Des interventions qui enthousiasment les enfants et élargissent leurs horizons. Les enfants écouteront ce trimestre LE TÉMOIGNAGE DE PARENTS MÉDECINS, qui révèlera peut-être de futurs Hippocrate. I ls arrivent seuls ou à plusieurs, parlent ave c a ssurance ou un léger trac. Chaque année, Claire Bouillet, enseignante en CM2, à l école Assomption-Bellevue, à La Mulatière (69), lance un appel à témoignages. Les parents qui le souhaitent peuvent venir raconter leur métier. Partie d une envie d ouvrir la classe sur l extérieur, l initiative a débuté il y a dix ans. Une décennie durant laquelle les élèves ont élargi leurs horizons aux professions les plus diverses : plombier, économiste, chercheur, réanimateur de nouveau-nés «J ai découvert des métiers que je ne connaissais pas, témoigne Claire Bouillet. Je me souviens d une dame qui tannait les cuirs chez elle. Elle expliquait comment elle les choisissait, puis comment elle les préparait pour des défilés.» Certains parents se prennent au jeu et font des prestations mémorables. Un salarié d un distributeur d aliments bio a demandé aux élèves de tester des produits. Un pilote est arrivé avec une maquette d avion. «Quand les enfants peuvent manipuler des objets, c est plus concret», constate Claire Bouillet. En général, un à trois parents se proposent chaque année, parfois plus. «Avec l expérience, j arrive à sentir leur état d esprit. S ils sont inquiets, je leur donne les questions à l avance et je reste à côté d eux. S ils sont à l aise, je m installe au fond de la classe», explique-t-elle. De leur côté, les élèves s efforcent de poser des questions en langage soutenu, d écouter et de rebondir sur ce que les parents disent. Sans détour Combien gagnez-vous? Quel niveau d études votre métier exige-t-il? Laisse-t-il de la place à la vie de famille? Voici des exemples de questions que les enfants posent. «En général, ils restent concentrés sur le sujet. Parfois, ils sont directs. Au réanimateur de nouveau-nés, ils ont demandé s il y avait beaucoup de bébés qui mourraient!», raconte l institutrice. De ces échanges, ils sortent ravis, fiers quand il s agit de leur parent, avec parfois une vocation naissante qui les remotive. Savoir qu un architecte doit rédiger des projets peut donner aux leçons de grammaire un intérêt nouveau. «Les parents insistent sur la nécessité de bien parler l anglais dans leur métier. Dans une classe bilingue comme la nôtre (1), c est précieux», ajoute Claire Bouillet. Plutôt rare en primaire, cette initiative incite les enfants à réfléchir en douceur à leur futur. Dès la fin de l année, certains feront d ailleurs un premier choix, car le collège du groupe scolaire Assomption-Bellevue propose des 6 e et 5 e à projet. En attendant, les enfants écouteront ce trimestre le témoignage de parents médecins, qui révèlera peutêtre de futurs Hippocrate. NOÉMI CONSTANS (1) L école Assomption-Bellevue est une école bilingue français/anglais, de la maternelle au CM2.

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Classe terminale - Série STMG L accompagnement personnalisé Ressources pour le lycée général et technologique S orienter Les supports du scénario Document 1 : la fiche d entretien ENTRETIEN INDIVIDUEL

Plus en détail

Que faire après le Bac pro Vente ou Commerce?

Que faire après le Bac pro Vente ou Commerce? Que faire après le Bac pro Vente ou Commerce? Diaporama réalisé par les COP du lycée Prévert d après celui des documentalistes du lycée Saint-François de Carcassonne La question à se poser : Diplôme en

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire)

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire) Un BTS ou un DUT, une prépa ou une université, ou bien une école spécialisée? Choisir son orientation après le bac n'est pas toujours facile. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons quelques

Plus en détail

Orientation fin Terminale

Orientation fin Terminale F Orientation fin Terminale Orientation fin Terminale Fchoix d études mais commence à se profiler un F choix professionnel choix d un environnement professionnel, d un contexte de travail F choix de vie

Plus en détail

APRÈS LE BAC, QUELLE FORMATION

APRÈS LE BAC, QUELLE FORMATION APRÈS LE BAC, QUELLE FORMATION CHOISIR? (DOCUMENT 1) «CAP SUP» 20 mars 2015 2 ETUDES COURTES/ETUDES LONGUES Durée des études Finalité des enseignements Zoom sur les filières 3 ETUDES COURTES 2 À 3 ANS

Plus en détail

L élève et la construction de son projet «post-bac»

L élève et la construction de son projet «post-bac» L élève et la construction de son projet «post-bac» Il apprend à se connaître : - Goûts, intérêts, matières et activités préférées - Aptitudes, compétences, points forts, points faibles - Motivation, niveau

Plus en détail

Je ne sais pas quoi faire

Je ne sais pas quoi faire Septembre 2009 Les bonnes questions à se poser. Qu est-ce qui me plaît dans la vie? Qu est-ce que j aime faire? Quelles matières me plaisent le plus? Dans lesquelles suis-je le plus à l aise? Puis-je progresser?

Plus en détail

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations BTS Comptabilité et Gestion des Organisations Recueil de témoignages de titulaires d un bac général 12 rue Dessaignes 41016 BLOIS CEDEX bts-dessaignes.org Téléphone : 02 54 55 53 00 Messagerie : contact.tscompta@laposte.net

Plus en détail

Petit guide des filières avant le Bac

Petit guide des filières avant le Bac Petit guide des filières avant le Bac Filière générale Séries Spécificités (en plus des cours communs *) Pour quelles études supérieures? Série L (Littérature) - 2h de littérature française - 2h de littérature

Plus en détail

Séance d information des classes de terminale du lycée Blaise Pascal d Orsay. Les poursuites d études après une classe de Terminale S

Séance d information des classes de terminale du lycée Blaise Pascal d Orsay. Les poursuites d études après une classe de Terminale S Séance d information des classes de terminale du lycée Blaise Pascal d Orsay Les poursuites d études après une classe de Terminale S Comment choisir une orientation? Se connaître soi-même : faire le point

Plus en détail

ONISEP. Guide du lycée. Groupe Eyrolles, 2006, ISBN 2-7081-3656-9. www.onisep.fr

ONISEP. Guide du lycée. Groupe Eyrolles, 2006, ISBN 2-7081-3656-9. www.onisep.fr ONISEP Guide du lycée Groupe Eyrolles, 2006, ISBN 2-7081-3656-9 www.onisep.fr Table des matières Sommaire....................................................... 5 Avant-propos....................................................

Plus en détail

CIO DE BOULOGNE. 10, rue Paul-Adolphe Souriau 92100 Boulogne-Billancourt. Mme DANDIN M. FAUCHEUX. & Mme PIERRE. Au lycée Le lundi matin

CIO DE BOULOGNE. 10, rue Paul-Adolphe Souriau 92100 Boulogne-Billancourt. Mme DANDIN M. FAUCHEUX. & Mme PIERRE. Au lycée Le lundi matin CIO DE BOULOGNE Mme DANDIN M. FAUCHEUX 10, rue Paul-Adolphe Souriau 92100 Boulogne-Billancourt 01 55 20 09 30 Horaires d'ouverture : Du lundi au vendredi De 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h (18h le mercredi)

Plus en détail

Université IUT MASTER 1 LICENCE 3 LICENCE 2 BTS 2 DUT 2 LICENCE 1 BTS 1 DUT 1. Doctorat D 2 D 1. Diplôme de grande école MASTER PRO 2

Université IUT MASTER 1 LICENCE 3 LICENCE 2 BTS 2 DUT 2 LICENCE 1 BTS 1 DUT 1. Doctorat D 2 D 1. Diplôme de grande école MASTER PRO 2 médecine spécialisée médecine spécialisée médecine générale Doctorat Diplôme d école IEP, Archi, Arts, Vente 3/ 6 ans 11 10 9 8 pharmacie dentaire D 2 D 1 Paramédical Social 3/ 4 ans 7 6 sage femme MASTER

Plus en détail

MÉDECINE LA PRÉPA DE RÉFÉRENCE PLUSIEURS FORMULES > 2 PRÉPARATIONS ANNUELLES > 2 STAGES INTENSIFS

MÉDECINE LA PRÉPA DE RÉFÉRENCE PLUSIEURS FORMULES > 2 PRÉPARATIONS ANNUELLES > 2 STAGES INTENSIFS MÉDECINE PLUSIEURS FORMULES > 2 PRÉPARATIONS ANNUELLES - PRÉPARATION ANNÉE ZÉRO APRÈS LE BACCALAURÉAT - PRÉPARATION ANTICIPÉE PENDANT LA TERMINALE SCIENTIFIQUE > 2 STAGES INTENSIFS LA PRÉPA DE RÉFÉRENCE

Plus en détail

Informations sur le baccalauréat économique et social

Informations sur le baccalauréat économique et social Informations sur le baccalauréat économique et social MAHIEU - 2011 La filière sciences économiques et sociales au lycée Une démarche scientifique appliquée à des problématiques généralistes au service

Plus en détail

Guide de l Admission Post bac

Guide de l Admission Post bac Page 1 / 8 Guide de l Admission Post bac Par Mediaetudiant.fr L Admission Post-Bac, c est le moment où vous décidez de votre orientation future. Quelles-sont les démarches à suivre? Que faire après le

Plus en détail

PEI PEI. un autre regard. pour réussir dans le supérieur. Programme. Intégrées. SCIENCes po lille.

PEI PEI. un autre regard. pour réussir dans le supérieur. Programme. Intégrées. SCIENCes po lille. PEI Programme d Etudes Intégrées SCIENCes po lille. un autre regard pour réussir dans le supérieur PEI programme destiné aux Classes de Première et de Terminale PEI le programme d ouverture sociale pour

Plus en détail

Lycée Français Mermoz Dakar Octobre 2012

Lycée Français Mermoz Dakar Octobre 2012 Lycée Français Mermoz Dakar Octobre 2012 Comptabilité et Finance d Entreprise Études Emploi Se documenter Problématique Les voies de formation : généralités Études courtes Études longues Problématique

Plus en détail

Samedi 28 janvier 2012 Lycée Gustave Flaubert La Marsa

Samedi 28 janvier 2012 Lycée Gustave Flaubert La Marsa FORUM DES FORMATIONS POST-BAC IUT BTS Prépas Universités Ecoles Samedi 28 janvier 2012 Lycée Gustave Flaubert La Marsa un Forum Le Forum des formations Post bac est pour vous une occasion unique de vous

Plus en détail

Préparation Concours psychomotricien- Toulouse

Préparation Concours psychomotricien- Toulouse Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com SOMMAIRE : Préparation Concours psychomotricien- Toulouse I. Le concours de psychomotricien

Plus en détail

Les poursuites d études après la classe de seconde

Les poursuites d études après la classe de seconde Les poursuites d études après la classe de seconde Le CIO, Centre d Information et d Orientation : son rôle l C est un lieu d information et de documentation sur les métiers et les formations scolaires

Plus en détail

information Les bacheliers S : des poursuites d études de plus en plus dispersées note d 12.10 Enseignement supérieur & Recherche AOÛT

information Les bacheliers S : des poursuites d études de plus en plus dispersées note d 12.10 Enseignement supérieur & Recherche AOÛT note d information Enseignement supérieur & Recherche 12.10 AOÛT L évolution des orientations prises par les bacheliers S se caractérise principalement par une dispersion croissante de leurs choix : en

Plus en détail

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Olivier Lefebvre* Sur 100 jeunes entrés en 6 e en 1995, 44 sont désormais titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur.

Plus en détail

LE CALENDRIER 2011. en six étapes. POST BAC : une procédure d admission. 3 Phases d admission

LE CALENDRIER 2011. en six étapes. POST BAC : une procédure d admission. 3 Phases d admission Vous souhaitez vous inscrire en 1 ère année à l Université de Bourgogne? Pour > intégrer une première année de licence, > accéder à la première année commune des études de santé (médecine / masso-kinésithérapie,

Plus en détail

Aide à l orientation. Classe de TERMINALE

Aide à l orientation. Classe de TERMINALE Aide à l orientation Classe de TERMINALE Se poser les bonnes questions Quels sont mes goûts, mes envies? Domaines d études Durée De quoi est-ce que je me sens capable? Travail? Assiduité Ambition? Quels

Plus en détail

un Forum pour une orientation

un Forum pour une orientation un Forum Le Forum académique du lycéen est pour vous une occasion unique de vous informer. Besoin de compléments d informations? Envie de plus de précisions? Aujourd hui lycéenne, lycéen, demain étudiant,

Plus en détail

C.P.G.E. Lycée Auguste Blanqui. Classes Préparatoires littéraires aux Grandes Écoles - Saint-Ouen. Pourquoi choisir Blanqui?

C.P.G.E. Lycée Auguste Blanqui. Classes Préparatoires littéraires aux Grandes Écoles - Saint-Ouen. Pourquoi choisir Blanqui? C.P.G.E. Classes Préparatoires littéraires aux Grandes Écoles - Lycée Auguste Blanqui Saint-Ouen Pourquoi choisir Blanqui? Avez-vous pensé à une prépa? Que vais-je apprendre en classe prépa? Mais vais-je

Plus en détail

DOSSIER DE PREPARATION A L ORIENTATION POST-BAC EN CYCLE TERMINAL DE LYCEE

DOSSIER DE PREPARATION A L ORIENTATION POST-BAC EN CYCLE TERMINAL DE LYCEE Le BAC. Et après? DOSSIER DE PREPARATION A L ORIENTATION POST-BAC EN CYCLE TERMINAL DE LYCEE 2 ans pour préparer ses choix d orientation! SAIO Nantes Année 2015 2016 Vous êtes actuellement en classe de

Plus en détail

www.ivoire.campusfrance.org

www.ivoire.campusfrance.org Côte d Ivoire Les filières courtes professionnelles (BTS, DUT, licences professionnelles) : passeports pour l emploi www.ivoire.campusfrance.org Les filières courtes professionnelles Le Brevet de Technicien

Plus en détail

Favoriser l intégration des Bac Pro en 1 ère année STS

Favoriser l intégration des Bac Pro en 1 ère année STS Lycée G. Colomb 70 Lure Accompagner les élèves en difficulté Favoriser l intégration des Bac Pro en 1 ère année STS Rapport final - Résumé du projet : Améliorer l intégration des étudiants issus de baccalauréat

Plus en détail

Les poursuites d études après une classe de Terminale L Diaporama 2010

Les poursuites d études après une classe de Terminale L Diaporama 2010 Séance d information des classes de terminale du lycée Blaise Pascal d Orsay Les poursuites d études après une classe de Terminale L Diaporama 2010 Comment choisir une orientation? Se connaître soi-même

Plus en détail

Octobre Novembre 2015

Octobre Novembre 2015 Calendrier Octobre Novembre 2015 Inscription au baccalauréat sur le site académique Pièces nécessaires Photocopie de la pièce d identité ou du passeport N d inscription figurant sur le document des résultats

Plus en détail

éditorial sommaire Octobre 2009 n 1 page 1 Editorial ateliers PEEP SUP pages 2 et 3 Ateliers d information filières et carrières

éditorial sommaire Octobre 2009 n 1 page 1 Editorial ateliers PEEP SUP pages 2 et 3 Ateliers d information filières et carrières Octobre 2009 n 1 sommaire page 1 Editorial ateliers PEEP SUP pages 2 et 3 Ateliers d information filières et carrières pages 4 et 5 Peep Val de Saône Etre étudiant à l heure de l Europe page 6 Calendrier

Plus en détail

Calendrier 2014-2014 Élèves de Terminale

Calendrier 2014-2014 Élèves de Terminale Calendrier 2014-2014 Élèves de Terminale procédure orientation active Date limite envoi dossiers filières sélectives UNIVERSITÉS fin saisie vœux sur APB début saisie vœux sur APB décembre NOVEMBRE DÉCEMBRE

Plus en détail

(Sciences et Technologies du Management et de la. (Sciences et Technologies du Management et de la Gestion)

(Sciences et Technologies du Management et de la. (Sciences et Technologies du Management et de la Gestion) (Sciences et Technologies du Management et de la (Sciences et Technologies du Management et de la Gestion) Les poursuites d études possibles selon la spécialité du bac STMG suivie : BTS, DUT, Classe Prépa

Plus en détail

Après la classe de Seconde

Après la classe de Seconde Après la classe de Seconde Equipe du Lycée Louis LACHENAL Année scolaire 2013/2014 Vous avez dit «palier d orientation»? Les enjeux de l orientation post-seconde APRES LA CLASSE DE SECONDE La réorientation

Plus en détail

Management de la distribution

Management de la distribution NOUVELLE FORMATION RENTRÉE 2013 Master 2 Alternance Contrat PRO À LYON Management de la distribution C est quoi l IMMD? 30 130 ans d existence enseignants professionnels 4SITES à Roubaix, Lille, Paris,

Plus en détail

Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com

Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com Préparation Concours manipulateur en électroradiologie Toulouse SOMMAIRE : I. Le

Plus en détail

Licence Information et communication

Licence Information et communication Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Information et communication Université Stendhal - Grenoble 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Licence professionnelle Logistique globale

Licence professionnelle Logistique globale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Logistique globale Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

APRES LE BAC au lycée Gabriel Fauré

APRES LE BAC au lycée Gabriel Fauré APRES LE BAC au lycée Gabriel Fauré LES CLES DE L ORIENTATION S auto évaluer S informer Mettre en place des stratégies Prévoir des solutions de repli S auto évaluer Quels sont mes points forts et mes faiblesses?

Plus en détail

Préparation Concours d infirmiers- Toulouse

Préparation Concours d infirmiers- Toulouse Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com Préparation Concours d infirmiers- Toulouse SOMMAIRE : I. La Prépa infirmière à

Plus en détail

Educateur de Jeunes. Le Métier d Educateur de Jeunes. Le Concours. Concours Prépa Santé

Educateur de Jeunes. Le Métier d Educateur de Jeunes. Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Educateur de Jeunes Le Métier d Educateur de Jeunes L éducateur de jeunes enfants est chargé d organiser des activités éducatives

Plus en détail

APRÈS LE BAC STG.... Année 2010.2011

APRÈS LE BAC STG.... Année 2010.2011 APRÈS LE BAC STG.... Année 2010.2011 INTRODUCTION La terminale est une année chargée 3 priorités à mener de front Votre dossier scolaire Choisir vos études Réussir votre Baccalauréat MOI, ÉLÈVE DE TERMINALE

Plus en détail

Orientation. Présentation d APB et des débouchés du bac STMG. Accompagnement Personnalisé Lundi 20 septembre 2015. Sophie Dupaquier-Dars

Orientation. Présentation d APB et des débouchés du bac STMG. Accompagnement Personnalisé Lundi 20 septembre 2015. Sophie Dupaquier-Dars Orientation Présentation d APB et des débouchés du bac STMG Accompagnement Personnalisé Lundi 20 septembre 2015 (Inspiré des présentations de M. Lamine) Présentation d APB Sophie Dupaquier Qu est-ce que

Plus en détail

acquérir une qualification professionnelle validée par un diplôme professionnel

acquérir une qualification professionnelle validée par un diplôme professionnel APRES LE BAC STI2D acquérir une qualification professionnelle validée par un diplôme professionnel Quelle que soit la durée des études envisagées ne pas interrompre ses études avant d avoir obtenu un

Plus en détail

COMPTE-RENDU DU 29-03-2013. A LA RENCONTRE DES UNIVERSITES PARISIENNES : Panthéon-Sorbonne (paris 1)

COMPTE-RENDU DU 29-03-2013. A LA RENCONTRE DES UNIVERSITES PARISIENNES : Panthéon-Sorbonne (paris 1) 1 COMPTE-RENDU DU 29-03-2013 A LA RENCONTRE DES UNIVERSITES PARISIENNES : Panthéon-Sorbonne (paris 1) Dispositifs généraux de licence à Paris 1 Panthéon-Sorbonne M. Boutry, président 51 000 inscrits sur

Plus en détail

Quelles sont les poursuites d études des élèves bacheliers du Lycée Saint-Denis à Annonay entre 2008 et 2010?

Quelles sont les poursuites d études des élèves bacheliers du Lycée Saint-Denis à Annonay entre 2008 et 2010? Série Littéraire (L) Dotés d une bonne culture générale, amateurs de Littérature, de Philosophie, d Histoire, de Langues ou d Arts.les bacheliers L s inscrivent majoritairement à l Université. D autres,

Plus en détail

Ecoles primaires en quartier défavorisé: que faire pour surmonter les difficultés?

Ecoles primaires en quartier défavorisé: que faire pour surmonter les difficultés? DOSSIER Echec scolaire Ecoles primaires en quartier défavorisé: que faire pour surmonter les difficultés? Nous avons posé la question à Véronique Grosjean, conseillère pédagogique pour les écoles du réseau

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. L ameublement : une filière qui a le vent en poupe PÔLE LORRAIN DE L AMEUBLEMENT BOIS

COMMUNIQUÉ. L ameublement : une filière qui a le vent en poupe PÔLE LORRAIN DE L AMEUBLEMENT BOIS COMMUNIQUÉ L ameublement : une filière qui a le vent en poupe PÔLE LORRAIN DE L AMEUBLEMENT BOIS L ameublement : une filière qui a LE VENT EN POUPE Riche en opportunités de carrière, le secteur de l ameublement

Plus en détail

Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le Concours. Concours Prépa Santé. Le CPS de Nantes prépare les étudiants au concours d infirmier(e)

Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le Concours. Concours Prépa Santé. Le CPS de Nantes prépare les étudiants au concours d infirmier(e) CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Infirmier(e) Le CPS de Nantes prépare les étudiants au concours d infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le métier d infirmier

Plus en détail

Réussir ses années lycée

Réussir ses années lycée PARTIE 1 Réussir ses années lycée u contraire des bacs professionnels, les baccalauréats A technologiques ne préparent pas à la vie active. Ils sont certes moins généraux que les bacs ES, S et L, mais

Plus en détail

Philosophie. Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés

Philosophie. Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés Institut Catholique de Paris Service Communication Fiche Filière / parcours Philosophie Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés Collection «Orientation à l ICP : Fiches

Plus en détail

Après le Bac Scientifique

Après le Bac Scientifique Après le Bac Scientifique Poursuites d études des Bacheliers Scientifiques (stat 2010) Les formations longues L université (la fac) Les Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE) Les écoles spécialisées

Plus en détail

Icam : un projet unique et plusieurs manières de devenir ingénieur

Icam : un projet unique et plusieurs manières de devenir ingénieur Icam : un projet unique et plusieurs manières de devenir ingénieur Ils sont 600 ingénieurs généralistes, chaque année, diplômés de l Icam. 600 hommes et femmes ayant acquis les compétences professionnelles,

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

LA VOIE GENERALE ET TECHNOLOGIQUE Après la classe de 3ème

LA VOIE GENERALE ET TECHNOLOGIQUE Après la classe de 3ème LA VOIE GENERALE ET TECHNOLOGIQUE Après la classe de 3ème Schéma des études.. Pour qui? A quelles conditions?... La seconde générale et technologique: organisation L accompagnement personnalisé Les enseignements

Plus en détail

Université IUT Lycée

Université IUT Lycée DE médecine spécialisée DE médecine spécialisée DE médecine générale > Diplôme professionnel > Qualification > meilleure insertion professionnelle Doctorat Diplôme d école IEP, Archi, Arts, Vente 3/ 6

Plus en détail

LICENCES BTS DUT CLASSES PREPAS ECOLES SPECIALISEES

LICENCES BTS DUT CLASSES PREPAS ECOLES SPECIALISEES LICENCES BTS DUT CLASSES PREPAS ECOLES SPECIALISEES LES LICENCES L université propose des formations dans + de 30 filières LMD : L pour licence = 3 ans (L1, L2, L3) après le bac M pour master = 2 ans après

Plus en détail

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations BTS Comptabilité et Gestion des Organisations Recueil de témoignages de titulaires d un bac STG ou professionnel de comptabilité 12 rue Dessaignes 41016 BLOIS CEDEX bts-dessaignes.org Téléphone : 02 54

Plus en détail

Educateur spécialisé. Le Métier d Educateur spécialisé. Le Concours. Concours Prépa Santé

Educateur spécialisé. Le Métier d Educateur spécialisé. Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Educateur spécialisé Le Métier d Educateur spécialisé Qu il travaille auprès de jeunes souffrant de problèmes (familiaux,

Plus en détail

FORUMS PREMIERES. Janvier 2015 Annexe 3

FORUMS PREMIERES. Janvier 2015 Annexe 3 Janvier 2015 Annexe 3 FORUMS PREMIERES Pour renforcer le continuum des formations Bac-3/Bac+3, la politique d orientation des lycéens vers l enseignement supérieur s appuie sur le conseil en orientation

Plus en détail

Présentation de l échantillon

Présentation de l échantillon Cette année, rien ne va plus pour la filière AES! Après une baisse de 5,4% d inscrits pour l année 2013-2014 par rapport à l année passée, la licence pluridisciplinaire par excellence souffle ses 40 bougies

Plus en détail

Portes ouvertes. Vendredi 12 mars 16h30 20h00 Samedi 13 mars 9h00 / 16h00

Portes ouvertes. Vendredi 12 mars 16h30 20h00 Samedi 13 mars 9h00 / 16h00 Portes ouvertes Vendredi 12 mars 16h30 20h00 Samedi 13 mars 9h00 / 16h00 APRES LA TERMINALE choisir sa filière d orientation Des moyens d informationd Séances d information: Entretiens au point Orientation

Plus en détail

Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE L ESSENTIEL SUR LA SÉRIE STI2D La série STI2D s inscrit de manière affirmée dans la voie technologique

Plus en détail

La voie professionnelle

La voie professionnelle CIO Lyon Page 1 14/10/2014 La voie professionnelle - Acquérir des connaissances et des savoir-faire dans un domaine professionnel - Un enseignement concret - Des stages en entreprises - En lycée professionnel

Plus en détail

Procédure Affectation Post-Bac 2015 Vendredi 16 janvier 2015

Procédure Affectation Post-Bac 2015 Vendredi 16 janvier 2015 Procédure Affectation Post-Bac 2015 Vendredi 16 janvier 2015 1 Admission Post-Bac Comment fonctionne APB 2 Comment fonctionne APB Admission Post-Bac (APB) est un dispositif qui regroupe sur un site internet:

Plus en détail

Communication et Gestion des Ressources Humaines. Comptabilité et Finance d Entreprise NOVEMBRE 2013

Communication et Gestion des Ressources Humaines. Comptabilité et Finance d Entreprise NOVEMBRE 2013 Communication et Gestion des Ressources Humaines Comptabilité et Finance d Entreprise NOVEMBRE 2013 Après le Bac STMG S.T.S. (B.T.S.) I.U.T. (D.U.T.) 44 % 10 % UNIVERSITÉ (Licence 1) 20 % C.P.G.E. économiques

Plus en détail

L.P.O René Perrin Ugine - Année 2013-2014. 23 Janvier 2014 CIO d Albertville Diaporama réalisé par Patricia GUIDON

L.P.O René Perrin Ugine - Année 2013-2014. 23 Janvier 2014 CIO d Albertville Diaporama réalisé par Patricia GUIDON L.P.O René Perrin Ugine - Année 2013-2014 23 Janvier 2014 CIO d Albertville Diaporama réalisé par Patricia GUIDON Vous êtes en terminale professionnelle. Votre premier objectif est d obtenir votre diplôme.

Plus en détail

La Formation des Enseignants. Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole»

La Formation des Enseignants. Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole» La Formation des Enseignants Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole» 1 Avant-propos Le président de la République a fait de la refondation de l Ecole une priorité de son action.

Plus en détail

PEI. un autre regard. pour réussir dans le supérieur. Programme. Intégrées. SCIENCes po lille. d Etudes. Classes de première et terminale

PEI. un autre regard. pour réussir dans le supérieur. Programme. Intégrées. SCIENCes po lille. d Etudes. Classes de première et terminale PEI Programme d Etudes Intégrées SCIENCes po lille. Classes de première et terminale un autre regard pour réussir dans le supérieur PEI le programme d ouverture sociale pour votre réussite dans le supérieur

Plus en détail

Les sites de l Onisep

Les sites de l Onisep Les sites de l Onisep Toute l info sur les métiers et les formations au niveau national onisep.fr Choisir mes études : un mode d'emploi sur l'organisation des études au collège, au lycée et les poursuites

Plus en détail

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 350 h/an Access : 225 h/an de septembre à mai Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Sous la responsabilité de l infirmier, l aide-soignant s occupe de l hygiène

Plus en détail

Communiqué de presse Semaine nationale de l apprentissage du 18 au 22 mai 2015

Communiqué de presse Semaine nationale de l apprentissage du 18 au 22 mai 2015 Dossier de presse Mai 2015 Sommaire 1) Communiqué de presse 2) Présentation de l opération semaine nationale de l apprentissage 3) La formation en apprentissage : une priorité pour les CCI 4) Les développeurs

Plus en détail

L Y C E E D A U T E T

L Y C E E D A U T E T L Y C E E 18 rue Delayant - BP 534-17022 La Rochelle Cedex 1-05 46 28 05 70-05 46 41 51 31 ce.0170028n@ac-poitiers.fr - http://hebergement.ac-poitiers.fr/l-jd-larochelle D A U T E T Grâce à l informatique,

Plus en détail

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale

Plus en détail

Nathalie SOUBRIER Septembre 2013

Nathalie SOUBRIER Septembre 2013 Nathalie SOUBRIER Septembre 2013 EN FÉVRIER, LES ÉLÈVES DE 2DE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE ONT À EXPRIMER DES CHOIX PROVISOIRES D ORIENTATION POUR LA RENTRÉE PROCHAINE. 1RE GÉNÉRALE (BACS ES, L ET S) OU

Plus en détail

Université IUT Lycée

Université IUT Lycée DE médecine spécialisée DE médecine spécialisée DE médecine générale > Diplôme professionnel > Qualification > meilleure insertion professionnelle Doctorat Diplôme d école IEP, Archi, Arts, Vente 3/ 6

Plus en détail

Permanence de Mme Amphimaque Conseillère d Orientation Psychologue. Au lycée Jaurès. Au CIO de Clamart. Le lundi toute la journée

Permanence de Mme Amphimaque Conseillère d Orientation Psychologue. Au lycée Jaurès. Au CIO de Clamart. Le lundi toute la journée Permanence de Mme Amphimaque Conseillère d Orientation Psychologue Au lycée Jaurès (prise des RDV au CDI 01.40.83.40.33) Le lundi toute la journée Au CIO de Clamart 3 rue Pierre et Marie Curie 01.46.42.92.91

Plus en détail

Après la classe de seconde

Après la classe de seconde Compte- rendu de la réunion d orientation du 19 février 2015 M. Ritter Après la classe de seconde Pour tout renseignement complémentaire, n hésitez pas à contacter M. Ritter : pritter@lfjtokyo.org et le

Plus en détail

LES CLASSES PRÉPARATOIRES LITTÉRAIRES LYCÉE HENRI POINCARÉ

LES CLASSES PRÉPARATOIRES LITTÉRAIRES LYCÉE HENRI POINCARÉ «Un grand lycée de tradition, votre passeport pour l'avenir» LES CLASSES PRÉPARATOIRES LITTÉRAIRES LYCÉE HENRI POINCARÉ 2, rue de la Visitation CS 54202 54042 NANCY CEDEX 03.83.17.39.40 : 03.83.17.39.41

Plus en détail

La lettre de l orientation des Lycées Français en Espagne Numéro 1 Décembre 2014. Quelles formations après le bac? Les filières sélectives

La lettre de l orientation des Lycées Français en Espagne Numéro 1 Décembre 2014. Quelles formations après le bac? Les filières sélectives La lettre de l orientation des Lycées Français en Espagne Numéro 1 Décembre 2014 Quelles formations après le bac? Terminales En France Plusieurs voies de formations sont possibles. Il est important de

Plus en détail

Généralités. L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges.

Généralités. L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges. Généralités L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges. Requiert une certaine créativité et des facultés d adaptation. Il est possible de changer de nombreuses fois de postes

Plus en détail

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale

Plus en détail

Contribution aux Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche

Contribution aux Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche L Union Nationale des Etudiants en Gestion, créée en 2003 est une organisation étudiante ayant vocation à représenter les étudiants de la filière Gestion, en fédérant les BDE des IAE, IUT, UFR et Instituts

Plus en détail

Les épreuves portent sur le programme de Première et Terminale scientifique.

Les épreuves portent sur le programme de Première et Terminale scientifique. CP Concours Prépa Santé Optimum : 896 h/an Access : 700 h/an de septembre à mai ostéopathe Le Métier d Ostéopathe L ostéopathe soigne toutes sortes de dysfonctionnements : rhumatismes, mal de dos, troubles

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

Études. Certaines filières STS (BTS, BTSA) IUT (DUT) universitaires. Écoles (Social, Santé, Arts, Ingénieurs, Commerce ) Classes préparatoires

Études. Certaines filières STS (BTS, BTSA) IUT (DUT) universitaires. Écoles (Social, Santé, Arts, Ingénieurs, Commerce ) Classes préparatoires sélectives à l entrée STS (BTS, BTSA) IUT (DUT) Études non sélectives à l entrée Certaines filières universitaires Écoles (Social, Santé, Arts, Ingénieurs, Commerce ) Classes préparatoires Certaines filières

Plus en détail

Licence professionnelle Droit, procédures, métiers du contentieux

Licence professionnelle Droit, procédures, métiers du contentieux Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Droit, procédures, métiers du contentieux Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

UNIVERSITÉ 66,8 C.P.G.E. 74,8 % D.U.T. B.T.S. 13,4 % 2,3 11,1 Autres formations 9,7. Total : 97,5 % 7,8 0,2. Lettres Economiques

UNIVERSITÉ 66,8 C.P.G.E. 74,8 % D.U.T. B.T.S. 13,4 % 2,3 11,1 Autres formations 9,7. Total : 97,5 % 7,8 0,2. Lettres Economiques APRES LE BAC UNIVERSITÉ 66,8 C.P.G.E. Lettres Economiques 8 7,8 0,2 74,8 % D.U.T. B.T.S. 2,3 11,1 Autres formations 9,7 Ecoles de commerce, vente, gestion Ecoles artistiques (y compris archi) Ecoles paramédicales

Plus en détail

- Certificat de compétences de citoyens de sécurité civile Prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC)

- Certificat de compétences de citoyens de sécurité civile Prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC) Réflexion menée par Laurence Martin, chargée de mission, économie et gestion sous le pilotage IEN C. François dans le cadre du parcours professionnel de l élève Issu de l annexe FICHE ENSEIGNANT : COMPARAISON

Plus en détail

les différentes filières

les différentes filières Les classes préparatoires littéraires offrent les débouchés suivants : les écoles normales supérieures (voir pages 2 et 3) les instituts d études politiques (I.E.P. ou " Sciences Politiques ") (voir page

Plus en détail

Contacts presse : CCI de Lyon Thibaud ETIENNE Tél. 04 72 40 58 39 etienne@lyon.cci.fr

Contacts presse : CCI de Lyon Thibaud ETIENNE Tél. 04 72 40 58 39 etienne@lyon.cci.fr Salon de l apprentissage et de l alternance de Lyon 27 & 28 février 2015 Adaptée à un large public, l alternance permet la concrétisation des formations par l implication de chaque candidat dans un travail

Plus en détail

Que faire après mon bac ES?

Que faire après mon bac ES? Après le BAC ES Que faire après mon bac ES? Choix d un domaine : Commerce, vente, comptabilité, finance, économie, gestion, fonction publique, droit, immobilier, communication, social, tourisme, logistique,

Plus en détail

INFORMATION POST TERMINALE SCIENCE ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION CIO DE VERNON

INFORMATION POST TERMINALE SCIENCE ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION CIO DE VERNON INFORMATION POST TERMINALE SCIENCE ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION TYPES D ETUDES DOMAINES PROFESSIONNELS Très majoritairement en BTS ou DUT : Dans le secteur tertiaire, correspondant à

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

Licence Administration publique

Licence Administration publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Administration publique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

LES CLASSES PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES SCIENTIFIQUES - CPGE

LES CLASSES PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES SCIENTIFIQUES - CPGE LES CLASSES PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES SCIENTIFIQUES - CPGE 1- VOCATION Les Classes Préparatoires Scientifiques (1ère et 2ème année) permettent d acquérir des méthodes efficaces de travail et assurent,

Plus en détail

Orienta(on. Post- Bac

Orienta(on. Post- Bac Orienta(on Post- Bac Réunion du mardi 8 novembre 2011 Classes préparatoires Grandes écoles IEP Ecoles spécialisées Réunion du lundi 14 novembre 2011 Etudes courtes Etudes universitaires quelques ques(ons

Plus en détail