ANTIGANG : MISSIONS IMPOSSIBLES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANTIGANG : MISSIONS IMPOSSIBLES"

Transcription

1 PROLOGUE La rue du Faubourg Saint-Honoré est animée. Les encombrements quotidiens du début de soirée ont laissé place à l agitation des forces de l ordre. Des hommes sémaphores et leurs sifflets strident repoussent les véhicules hors du périmètre protégé, celui réservé à l hôte de prestige du président de la République. Envahi d une cohorte de gardes mobiles et de CRS, mais aussi de bataillons de flics en civil trahis par des talkies-walkies guère dissimulés, le quartier ressemble à un camp retranché. Par ignorance de la visite officielle, seuls quelques rares touristes arpentent les trottoirs et, en dépit de l heure tardive, poursuivent le lèche-vitrines devant les boutiques du plus beau fleuron de notre commerce de luxe. Au milieu du tintamarre, j exhibe ma carte de police. Le brigadier me salue puis, sans hésitation, il déplace la barrière. Je m engage dans la rue avec le sentiment, un peu gêné, d être un privilégié du système même si, en la circonstance, je réponds à la convocation pressante de la direction. À hauteur de l hôtel Bristol, face à moi, j entrevois le drapeau aux armoiries présidentielles. Il flotte sur l Élysée comme pour mieux affirmer la présence du chef de l État dans la demeure républicaine, imposant aux Parisiens la nécessité de cet état de siège. Place Beauvau, je vire à gauche dans la rue des Saussaies où, fait rarissime, en raison des interdictions de stationnement pour la soirée, je peux garer mon véhicule de police banalisé face au n 11. Une fois sous le porche, le gardien en faction me reconnaît, aussi il évite de m interpeller inutilement. Mon attitude doit trahir l empressement. Le képi me sourit courtoisement avec un bref signe de sympathie très éloigné de la déférence militaire qui sied aux personnels en uniforme.

2 ANTIGANG : MISSIONS IMPOSSIBLES Le couloir franchi, je me retrouve dans la cour Pierre Brossolette. Là, comme toujours et quelle que soit l heure, deux ou trois chauffeurs tirés à quatre épingles patientent, grillant une cigarette auprès de leur belle berline noire, couleur que l administration réserve depuis toujours à ses hauts fonctionnaires. Après avoir grimpé les trois marches du hall, je fais face à l ascenseur mais, par sportivité naturelle, je décide d emprunter l étroit escalier ; il doit me conduire au cinquième étage. C est là que j ai rendez-vous avec le directeur central de la police judiciaire (DCPJ). À l occasion de notre conversation téléphonique, la secrétaire ne m a fait aucun commentaire sur la convocation, mais, par anticipation, je crois en deviner le motif Depuis les attentats des rues Marbeuf et des Rosiers à Paris, le terrorisme occupe tous les esprits des responsables du ministère. De mon côté, j ai décidé de quitter la brigade antigang nationale. Désormais, mon destin professionnel va donc s orienter vers la DST, la Direction de la surveillance du territoire Ma mutation pour le contre-espionnage est arrivée le jour même sur les téléscripteurs. Le changement explique sûrement l appel du secrétariat du directeur pour un «au revoir» et un «bonne chance» officieux, à moins que tout cela ne soit le fruit de mon imagination Je vais tirer ma révérence à la police judiciaire (PJ) en regrettant sa tradition de rigueur, de droiture et d amitié Au fur et à mesure que je gravis les marches de l escalier poussiéreux, je deviens nostalgique. Lentement, mon départ programmé de la PJ se transforme en un véritable cauchemar. À présent, mon chemin de croix est un calvaire. Ce ne sont pas les cinq étages qui me causent des difficultés, mais le doute dont je suis envahi. Je crains une erreur d appréciation dans le changement de carrière que j ai souhaité. J angoisse à l idée de m être fourvoyé. À chacune des marches, l inquiétude tourne un peu plus à l obsession. Je divague! Je sais que lorsque je redescendrai l escalier, le changement sera effectif. L erreur sera consommée. Je ne serai plus le même homme. Je ne serai plus un véritable flic, ce traqueur de voyous qui, sans jamais regarder sa montre et sans jamais s interroger sur le pourquoi, le comment ou bien le pour qui, a consacré plus d une décennie de sa vie à lutter contre le crime organisé 12

3 PROLOGUE La rêvasserie me ramène vers le jeune inspecteur un peu intimidé que j ai été. Douze ans plus tôt, il grimpait le même escalier sans savoir où il allait le conduire. Au fil des étages, le flash-back se fait de plus en plus net, ma mémoire de plus en plus précise, mon éphéméride de plus en plus certain Voici mes souvenirs. Ce sont aussi ceux de mes collègues et de mes amis ; ils sont souvent les mêmes. Je leur dédie le récit d un épisode de l institution. Cet ouvrage est en quelque sorte le leur. 13

4 1 Fils d honnêtes commerçants besogneux, je me souviens de mon enfance et de ma jeunesse. Celles-ci ont été imprégnées d une convenable éducation au sein d un centre catholique de province, où je passais d agréables jeudis après-midi, week-ends et vacances scolaires. C est sûrement grâce à cette formation que, par atavisme, j ai découvert qu au sein même du jardin d Éden sévissait un serpent. À l heure où, dans les années soixante, au sein du foyer parental nous possédions enfin un téléviseur, l enlèvement du jeune Éric Peugeot et le défi de l étrangleur à la police, tout comme l assassinat du président Kennedy ou le dépôt des cendres de Jean Moulin au Panthéon ont définitivement orienté ma vocation et ma personnalité. Comme tous les jeunes gens de ma génération, j ai effectué mes obligations militaires. Une fois celles-ci achevées, j ai quitté mon Languedoc natal pour rejoindre ma première affectation : le commissariat de voie publique du 5 e arrondissement de Paris... Le contrecoup des événements de soixante-huit donne au quartier Latin une ambiance estudiantine des plus agitées. Les manifestations se succèdent, mettant en cause le récent régime pompidoulien par des confrontations violentes entre les formations extrémistes de droite et de gauche. C est dans ce contexte que j effectue mes premières surveillances discrètes sur la voie publique. Pour le compte des Renseignements généraux (RG), dans le cadre de la loi anticasseurs, il me revient de prévenir tous les incidents consécutifs aux cortèges contestataires issus des facultés d Assas, de la Sorbonne et de Jussieu.

5 ANTIGANG : MISSIONS IMPOSSIBLES Par ailleurs, j assure de façon régulière la sécurité du 26, rue de Bièvre. François Mitterrand demeure dans l immeuble dont le faste intérieur contraste avec la modestie de la ruelle moyenâgeuse. Personnage énigmatique, le futur président de la République est déjà Dieu ; il ne s abaisse pas à nous saluer et encore moins à dialoguer avec les humbles serviteurs mis gracieusement à sa disposition par l État pour sa protection et celle de son domicile. Dans la même période, j effectue un stage de plusieurs semaines au sein même de la «grande maison». Les locaux du quai des Orfèvres sont austères, mais ce 36 a une âme. Il représente un mythe professionnel où, déjà, je me sens comme un poisson dans l eau. Les inspecteurs de la Brigade de répression du banditisme (BRB) et ceux de la Brigade du proxénétisme et des stupéfiants (BPS) m accueillent avec amabilité, mais surtout avec professionnalisme. D une conscience didactique hors du commun, ils me dispensent une solide formation de PJ de terrain. Dès lors, fort de ces conseils, je m engage dans cette nouvelle et passionnante mission de flagrants délits de voie publique au sein même du Quartier latin. Du pickpocket au mineur fugueur, du toxicomane consommateur au dealer, de l individu recherché à celui qui a commis un vol, mes interpellations tous azimuts s intensifient. Un soir, rue Mouffetard, un voleur de voiture surpris en flagrant délit dégaine un revolver. Nous sommes deux. Mon collègue fait usage de son pistolet automatique. Il blesse par trois fois le malfaiteur. C est la première fois que je vois un truand s écrouler. Ce ne sera pas la dernière! Cette anecdote, première du genre, me servira dans toute ma carrière, notamment dans mon rapport avec les armes à feu. Depuis l intervention de la rue Mouffetard où j ai vu un malfaiteur agoniser, je me suis juré de ne jamais faire parler la poudre sauf, bien évidemment, nécessité absolue : en cas de légitime défense! L exception confirme la règle. En raison de cette périlleuse interpellation, je suis convié par le commissaire divisionnaire. Je participe à un repas en présence de l ensemble de la hiérarchie. Cette convocation inhabituelle me va droit au cœur mais je reste prudent sachant, comme Virgile, que l on n est jamais invité à déjeuner sans raison! Le repas se déroule sans simagrées. Au terme de celui-ci et alors que le champagne est servi, d une voix nasillarde le commissaire me remet très solennellement une lettre de 16

6 CHAPITRE 1 félicitations accompagnée d une gratification de Jean Ducret, le directeur de la PJ de la préfecture de police : J ai appris que vous prépariez le concours d inspecteur. Nous ne pouvons que vous inciter à poursuivre. Nous vous souhaitons de réussir dans votre future carrière qui se dessine sûrement à la PJ. J ai suivi les conseils et les encouragements du commissaire divisionnaire du 5 e arrondissement de Paris. Comme la chance sourit aux audacieux, je rejoins l École supérieure de police de Cannes-Écluses. Trois mois plus tard, l instruction est terminée. Mon classement au sein de cette promotion d inspecteurs me permet un large choix qui, naturellement, se porte sur la PJ. Au ministère de l Intérieur, Honoré Gévaudan, sous-directeur des affaires criminelles de la DCPJ, me reçoit dans son bureau du cinquième étage. L ancien élève du lycée Paul-Valéry de Sète m accueille chaleureusement avec sa sempiternelle pipe aux lèvres et son accent languedocien. Lors de l entrevue, fidèle à sa légende, mon interlocuteur cultive son ambivalence notoire entre son amitié avec le poète des morts aux vaches et ses responsabilités institutionnelles. L entretien est cordial. Au moment où je quitte le bureau, je suis nommé à l Office central pour la répression du banditisme (OCRB). L antre de l OCRB est à deux pas du ministère. Au 127 de la rue du faubourg Saint-Honoré, Joseph Le Bruchec, le responsable de l Office, ouvre la porte de son bureau. Il me fait asseoir et, courtoisement, me questionne sur ma vie familiale, le déroulement de ma carrière, mes motivations et mes disponibilités. Un véritable examen d embauche. Dans mon costume La Redoute flambant neuf, je reste emprunté comme un communiant. L adjoint au chef de l Office fait une apparition. Le personnage est souriant et semble passablement désinvolte. Sa présence autorise un bref intermède à l interrogatoire que j ai le sentiment de subir. Le nouveau venu est Charles Pellegrini. Commissaire principal, il est chargé des affaires opérationnelles. En réalité, en dépit de l amabilité de mes interlocuteurs, j ai soudain l étrange sensation de faire tache dans mon costume cravate adapté à la fonction d un bureaucrate. De manière anodine et affable, l adjoint réitère les préoccupations déjà émises par son supérieur. La discussion se poursuit entre les deux commissaires. Celle-ci achoppe maintes fois sur ma vie familiale. Visiblement, en 17

7 ANTIGANG : MISSIONS IMPOSSIBLES dépit de mon expérience de la voie publique, mon épouse enceinte et mon fils de trois ans sont au centre du débat. Ils semblent être un sérieux obstacle à mon affectation dans un groupe opérationnel de l Office. Joseph Le Bruchec tranche. Il me destine à la documentation. Devant mon air affligé, le commissaire principal interrompt promptement le patron de l Office. Il s ensuit une controverse dont je reste le pudique témoin. Je note avec un vif intérêt le côté humain et la sagesse de ces deux managers. La décision à mon sujet est néanmoins prise avec rapidité. Charles Pellegrini m intègre au GNI, le groupe national d intervention. J ai trois mois pour faire mes preuves. L épée de Damoclès de la documentation plane désormais au-dessus de ma tête! Point de palabre. Dès le lendemain, j arrive en jeans-basket-blouson avec la ferme résolution de ne pas décevoir. Très vite Michel, Max, Gilles et Jean-Marie se chargent de mon adaptation au sein de l équipe dirigée par Humbert. Cette instruction porte principalement sur les techniques utilisées dans la recherche, l identification, la surveillance, la filature et l interpellation des malfaiteurs. Sans être présomptueux, j ai tout de même l impression de ne pas être tellement dépaysé eu égard à mon expérience précédente de la voie publique. Seuls les moyens et la circonscription sont différents. Nos matériels et nos moyens sont adaptés à nos missions de lutte contre le grand banditisme. Notre compétence judiciaire est nationale, voire internationale, c est-à-dire qu aucune frontière ne peut restreindre le champ de nos investigations et de nos actions. Humbert me met rapidement dans la confidence. Le travail du groupe est fondé sur l initiative et le flagrant délit. Il consiste à s auto-saisir d événements judiciaires aux conséquences médiatiques hexagonales. Cette envergure et cette dimension nationale se répercutent sur nos opérations en toutes occasions : vols à main armée, prises d otages, enlèvements, règlements de compte, extorsions de fonds Inutile d être un expert en sigillographie. L OCRB est un service de police judiciaire constitué spécialement pour la lutte contre la grande criminalité : hold-up, enlèvements, etc. La définition du Petit Larousse du mot antigang est respectée. Fer de lance de l OCRB, le GNI est l unité spécialisée de l Office, l antigang à l intérieur même de la brigade antigang nationale! J ai la fierté d appartenir à une unité d élite. La situation provisoire m incite à faire mes preuves. J ai conscience du prestige de cette police ; celle qui siège dans des locaux où, dans la période 18

8 CHAPITRE 1 d après-guerre, Pierrot le Fou a été interrogé par l inspecteur principal Roger Borniche. Je réalise le caractère exceptionnel de ma chance. Il ne faut surtout pas la gâcher! L actualité judiciaire et la cohésion du groupe vont précipiter ma formation. Mes premières filatures débutent dans l Oise, où demeure Alexis Piéto, dont les deux fils sont des proches du milieu lyonnais. À la suite de l arrestation par l Office et le SRPJ Lyon de Monmon Vidal et de ses complices pour le hold-up de la poste de Strasbourg, nous devons continuer à épurer la capitale des Gaules. À Lyon, trois affaires restent en suspens : le meurtre du restaurateur Jean-Pierre Marin-Laflèche, l assassinat du juge François Renaud et l enlèvement du jeune Christophe Mérieux. Les frères Claude et Jean-Luc Piéto appartiennent au clan des Lyonnais dirigé par Caclamanos. Originaire de Charvieu dans l Isère, Nicolas Caclamanos, surnommé Nick le Grec, est un repris de justice haut de gamme. Nicolas Caclamanos est inscrit au fichier spécial de la lutte contre le grand banditisme, le Who s Who de l aristocratie nationale du crime géré par l OCRB. Le malfaiteur et ses complices sévissent dans la région de Lyon, principalement à partir de l Espagne, leur base arrière. Auteurs présumés d un vol qualifié commis en novembre 1973 au cabinet de change Moureau, rue Rossini à Paris, les deux frères Piéto sont également en relation avec Robert Alfani, dit Fafa, Jean-Pierre Marin et Michel Lamouret, individus qui n ont rien à envier à la notoriété criminelle de Nick le Grec. Ils figurent eux aussi au répertoire national de l Office. L enquête est sensible! La méthode de beaux mecs consiste à soudoyer des policiers ripoux qui n hésitent pas à trahir l institution au profit du milieu. Seul le commissaire divisionnaire Richard, le chef du SRPJ Lyon, et quelques-uns de ses proches collaborateurs sont dans la confidence de nos investigations. À partir d un pressing géré à Issy-les-Moulineaux par Anne-Marie Piéto, puis du domicile à Colombes de son frère Jean-Luc, notre dossier s étoffe. Le système mafieux mis en place par ces malfaiteurs repose sur le proxénétisme en divers points de l Hexagone, mais aussi sur des agressions à main armée organisées de manière professionnelle. 19

9 ANTIGANG : MISSIONS IMPOSSIBLES Un hold-up commis à Saint-Étienne nous donne l occasion d interpeller les deux frères et trois de leurs complices. Avec l assistance de l Office central pour la répression des êtres humains et le concours des SRPJ de Versailles, de Lyon et de Lille, de nombreuses arrestations et perquisitions sont effectuées sur le territoire national. Mis en cause, les intéressés sont déférés puis incarcérés. Ils deviennent les hôtes de la maison d arrêt de Saint-Paul à Lyon. La liste des faits qui leur sont reprochés est impressionnante, un véritable catalogue judiciaire à la Prévert : proxénétisme aggravé, vols à main armée, détention d armes et de munitions, association de malfaiteurs. Quelques jours plus tard, j effectue avec Humbert et Gérard le déplacement à Lyon. À la maison d arrêt de la ville, nous rencontrons séparément les protagonistes de la dernière affaire. Dans un bureau sordide avec des murs crasseux pour décor, nous faisons défiler l un après l autre les détenus impliqués dans cette association de malfaiteurs. J observe mon chef de groupe. Il a dissimulé un magnétophone discret dans la veste de son costume. Figure emblématique de l Office, très grand et mince, l inspecteur divisionnaire a du caractère et de l expérience. Ancien de la brigade criminelle de la préfecture de police, en mai 1968 il était à l Élysée et à Colombeyles-Deux-Églises au côté du président de la République. De cette époque, Humbert conserve un style vestimentaire élégant. Privilège du chef, celuici dénote avec nos tenues de stakhanovistes des planques. Alors, qu est-ce que tu penses de ma proposition? Le ton est ferme, sec et autoritaire. Notre interlocuteur baisse les yeux. Tel le penseur de Rodin, il penche la tête. Le long silence qui suit est momentanément interrompu par les cris de haine lancés par la canaille précédente. Réintégrant ses quartiers d isolement, le pauvre hère ameute les autres codétenus pour leur signifier qu il nous a envoyés vadrouiller. Comme à l accoutumée, un énorme chahut répond à ses injures! Gérard sourit. Je croise ses yeux, ceux d Humbert sont malicieux et son front ridé. La manipulation semble fonctionner. En contrepartie de révélations, on te propose une absolution partielle Je ne suis pas une balance. Allez vous faire foutre! Tu sais, nous sommes mandatés par Charles Pellegrini, le patron opérationnel de l antigang national Alors? 20

10 CHAPITRE 1 Je connais. C est celui de la mutinerie de la centrale de Clairveaux Monsieur connaît ses classiques! Oui! Buffet et Bontemps ont été guillotinés Exact! Et puis en haut lieu, le nouveau ministre de l Intérieur, Michel Poniatowski, pourrait même cautionner notre troc Le préliminaire psychologique avec le malfrat a été pertinent, nous avons flairé ses faiblesses. Le voyou est fragilisé par son internement et par la séparation d avec sa jeune épouse. Ce n est pas un véritable caïd. Au moment de sortir de la pièce lugubre pour rejoindre la liberté, le grand air et le froid hivernal, nous savons que le poisson est ferré, la pêche a été fructueuse. En Rhône-Alpes, Jean-Pierre Marin-Laflèche était un restaurateur heureux. Son établissement est prospère. Les mets qu il propose sont appréciés d une clientèle de gastronomes ; les fins connaisseurs viennent des quatre coins de la région. Sa mort demeure mystérieuse en dépit du contenu d une cassette audio retrouvée à son domicile. Il s agit d un document sonore laissant supposer une extorsion de fonds orchestrée par les anarchistes italiens du groupe Renato Curciode, les Brigades rouges. L enquête piétine. Et puis, peu à peu, comme toujours, les langues se délient. Le restaurateur était un dépravé, un être malsain obnubilé par le vice. Ses penchants pervers dans ses relations avec ses partenaires homosexuels lui ont attiré des animosités. Son cynisme sexuel autant que sa réussite expliquent peut-être son assassinat. Les auditions menées dans le milieu à partir de ces hypothèses n apportent aucune nouvelle direction à l enquête. La discrétion est respectée. On tente notre va-tout. Dans l Hexagone. Ce sera une première. Dans la semaine, un matin, l enregistrement de la voix du racketteur est diffusé sur plusieurs radios. Nous espérons que dans la région Rhône-Alpes, un débauché dénoncera l un des siens. Surprise! C est un membre de la famille du rançonneur qui appelle. La voix est celle d un certain Joël Matencio. L individu a déjà été auditionné dans le cadre de l enquête ; il demeure à Maisons-Alfort. Nous fonçons. Trop tard. Nous perquisitionnons. Le présumé coupable est inscrit dans une agence d intérim du 9 e arrondissement. C est reparti sur les chapeaux de roue! Désolé, Messieurs, mais cet intérimaire est absent C est-à-dire? 21

11 ANTIGANG : MISSIONS IMPOSSIBLES Il est sur son lieu de travail. Il occupe depuis quinze jours un emploi de typographe dans un grand journal parisien Et c est ainsi que Joël Matencio accordera sa première interview sur les lieux mêmes de son dernier emploi. Pour sa défense, il mentira en évoquant son appartenance aux Brigades rouges. Un jour, Humbert s épanche sur le dossier du juge François Renaud. Assassiné dans la nuit du 2 au 3 juillet 1975 à Lyon, le magistrat implacable surnommé Le Shérif était particulièrement enclin aux procédés musclés. Selon les premiers indices de l enquête, les méthodes auxquelles il avait recours expliquent son meurtre, annoncé tant par la haine des détenus et la rivalité des gangs, que par son efficacité et sa détermination. En réalité, les débouchés de l enquête du juge sur les suites du hold-up commis le 30 juin 1971 à la poste centrale de Strasbourg alimentaient une polémique médiatique autour d éventuelles compromissions politiques. Les onze millions de francs de butin qu avait dérobés Monmon Vidal serviraient-ils au financement d un parti politique? L hypothèse sera reprise par le cinéaste Yves Boisset, qui a campé dans Le juge Fayard, interprété par Patrick Dewaere, un magistrat pugnace et jusqu au-boutiste, abattu par les truands qu il combattait. Dans le film, la censure volontaire du sigle SAC (Service d action civique) contribuera à nourrir cette légende de liens étroits entre le hold-up commis par le gang des Lyonnais et le financement d un parti politique. Entre-temps, le mythe sera relayé par le règlement de compte d un parrain du milieu Lyonnais, Jean Augé, barbouze notoire affilié au SAC, mais aussi par le rôle fantaisiste de poseur de micros que Monmom Edmond Vidal affirmera avoir tenu à l occasion de son procès d assises, en juin Si lors de notre visite au parloir de la maison d arrêt de Saint-Paul, le détenu bavard nous avait aiguillés vers La Carpe comme étant l un des ravisseurs du jeune Christophe Mérieux, il nous avait également révélé les noms de deux de ses complices : Jean-Pierre Marin et Michel Lamouret. Au cours de ses confidences, le prolixe voyou avait également indiqué que ces deux derniers malfaiteurs étaient les auteurs de l exécution du Shérif, exécution commanditée par contrat par Robert Alfani pour le compte de Nicolas Caclamanos. 22

12 CHAPITRE 1 Sans faire connaître sa source, l Office avait donc transmis cette piste au SRPJ Lyon. Après un échange de coups de feu avec les collègues locaux, Jean-Pierre Marin sera abattu lors de son arrestation. Au fil des ans, les règlements de comptes entre truands élimineront progressivement tous les protagonistes du meurtre du juge François Renaud, sans que par la suite aucun des six juges chargés d instruire l affaire d assassinat ne puisse aboutir officiellement à l identification des auteurs. Le 17 septembre 1992, malgré son acharnement, le juge Georges Fenech rendra une ordonnance de non-lieu ; il refermera irrévocablement le dossier. Si au plan policier la question sur l enquête est depuis longtemps définitivement résolue, la justice s interroge encore sur l assassin du Shérif. C est dans ce contexte embrouillé qu au seuil de ma carrière PJ, j ai effectué ce déplacement à Lyon sans avoir réellement conscience des méandres du banditisme qui régnait sournoisement dans cette ville. Crimes de sang, attaques à main armée, réseaux de proxénétisme et de stupéfiants, caïds tenaces et canailles dégonflées, donneurs et donnés, journalistes gangrenés et cinéastes avertis, flics véreux et policiers modèles, apprentis détectives et privés marginaux, barbouzes corrompues et crapules, juges obstinés et magistrats passéistes : l office baignait dans les arcanes de la criminalité lyonnaise, ceux qui sont interdits d enseignement à l École supérieure de police! Dans l affaire Mérieux, nous avons désormais une nouvelle piste. L année précédente, l enlèvement s était soldé par le paiement d une rançon. Cinq cents millions de francs pour la libération de Christophe Mérieux avaient été versés. Nous identifions La Carpe. Il s agit de Louis Guillaud, la cinquantaine, dont le mutisme justifie le pseudo de criminel. Ce repris de justice originaire du Nord est connu du SRPJ Lyon pour diverses attaques à main armée commises en 1969 en compagnie de membres du clan Caclamanos. Nous avons mis dans le mille. D une part son signalement morphologique correspond à celui d un des auteurs du rapt, d autre part la voix de la bande sonore d un des kidnappeurs est bien celle de La Carpe. Depuis 1973, Louis Guillaud est un repris de justice inscrit sur la circulaire spéciale de l OCRB du grand banditisme. Dans le même temps, notre traque s oriente vers un certain Franscisco Alcazar-Lopez, un malfaiteur franco-espagnol. Cet individu a séjourné à la 23

13 ANTIGANG : MISSIONS IMPOSSIBLES maison d arrêt de Lyon avec La Carpe. À Paris, il fréquente assidûment un établissement nocturne tenu par l ancienne compagne de Louis Guillaud. La persévérance de nos surveillances de ces deux personnages nous permet de localiser La Carpe dans un modeste logement de Puteaux. À ce stade de nos investigations, je découvre avec stupéfaction que finalement nos moyens légaux sont pour le moins limités. Je veux bien évidemment parler des possibilités juridiques prévues par le Code de procédure pénale. Nouvel arrivant, je suis particulièrement naïf et encore égaré par la lecture du Para-Montreuil, véritable mémento de tout policier procédurier : l œuvre légaliste de référence de tout inspecteur. C était sans connaître les ressources et les astuces du patron opérationnel de l Office! Quelle déception! Ce 30 janvier, en fin de matinée, Humbert et mes collègues partent précipitamment pour Troyes où le jeune Philippe Bertrand, âgé de neuf ans, a été enlevé. Je me morfonds. Je dois rester au siège de l Office afin d assurer l interface avec le terrain. Pel, c est-à-dire Charles Pellegrini, ne me ferait-il pas confiance? Mon œil interrogatif n y change rien. Joseph Le Bruchec a préféré me confier la permanence en lieu et place de Jojo, un enquêteur aguerri à l action. Mon collègue sera plus utile à l opérationnel que dans d hypothétiques liaisons administratives. Le détail est depuis totalement dérisoire et, je le concède, absolument indécent par rapport à la tragédie qui allait malheureusement survenir. Je serai par la suite associé à l enquête dans laquelle, en dépit de l énergie déployée, nous resterons des acteurs bien impuissants! À Troyes, les investigations discrètes se poursuivent autour d une auberge où nous a conduits la piste du ou des ravisseurs. C est dans ces circonstances que Patrick Henry est interpellé. L individu est alors répertorié au fichier central de la police nationale pour des exactions banales : un vol de vélo et une escroquerie à l assurance. Patrick Henry ne peut nous convaincre de la pertinence de sa présence sur les lieux. Ce blondinet d un an mon cadet est mis en garde à vue. Au cours de celle-ci, le suspect est amené illicitement en balade. Malgré la nuit et bien qu acculé par tous les éléments de nos auditions, le suspect à genou reste froidement stoïque à nos différentes questions. En dehors de toutes les considérations de procédure pénale, le commissaire Charles Pellegrini souhaite obtenir la reine des preuves, autrement dit les aveux du kidnappeur. Comme Humbert et Gérard, je fais confiance à la perspicacité du patron. Nécessité fait loi! La vie d un enfant de neuf ans est peut-être entre 24

14 CHAPITRE 1 nos mains. Notre conscience autant que notre raison nous commande d agir avec diligence sur le déroulement de l événement. Peu importe que la loi soit transgressée, il faut impérativement que nous réussissions. Avec sang-froid et conviction, le commissaire dégaine son revolver. Les six détonations de 357 qui sifflent aux oreilles de Patrick Henry ne changent rien. Impassible, il est inébranlable. Déterminé, il affirme être innocent. Le sérieux coup de bluff du boss se solde par un fâcheux bide! Aujourd hui encore, je maintiens que l importance de l enjeu méritait de tout faire pour tenter de connaître la vérité et de sauver, peut-être, la vie d une victime innocente. Fussions-nous après coup sanctionnés par l autorité judiciaire et révoqués de la police nationale! Au terme de ses quarante-huit heures de garde à vue, le jeune homme aux lunettes d intellectuel donnera une conférence à la presse radiotélévisée nationale. Dans celle-ci, avec aplomb et arrogance, il condamnera bien évidemment nos méthodes, mais surtout il ira même jusqu à invoquer la peine de mort pour les ravisseurs d enfants. La suite est connue. Le jeune Philippe est retrouvé étranglé sous le lit d une chambre d hôtel louée sous une fausse identité par le ravisseur. Le 21 janvier 1977, le futur garde des Sceaux, l avocat Robert Badinter, sauvera la tête de Patrick Henry. De toute ma vie, je ne pourrai admettre le verdict trop clément de la cour d assises de l Aube : la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre d un enfant. En réalité, il est vrai que cette cour débattait plus de la peine de mort et de la guillotine qu elle ne jugeait un homme accusé de l assassinat d un enfant! En mai 2001, par le jeu de l application de la Loi sur la présomption d innocence, dite Loi Élisabeth Guigou, la peine de réclusion criminelle à perpétuité de Patrick Henry se transforme en liberté conditionnelle. Vingtcinq ans d internement pour la vie d un enfant, est-ce bien suffisant? Un an après sa libération, Patrick Henry commet un vol à l étalage : il est symboliquement sermonné par le juge d application des peines et condamné à seulement deux mille euros d amende par le tribunal correctionnel de Caen. Quelle Justice! Les méfaits inoffensifs commis par l intéressé avant l assassinat du jeune Philippe Bertrand auraient dû alerter la juridiction des libérations conditionnelles de Basse-Normandie sur la réelle personnalité d un tel individu : un rusé, menteur, manipulateur, dont la sagacité est dictée par l appât du gain facile! 25

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme M.R., sa fille, Mme M.K., ainsi que MM. S.A., capitaine de police, et S.C., brigadier-chef.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme M.R., sa fille, Mme M.K., ainsi que MM. S.A., capitaine de police, et S.C., brigadier-chef. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2010-109 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le

Plus en détail

Guide pour adolescents

Guide pour adolescents Guide pour adolescents Guide pour adolescents Nous remercions le ministère de la Justice du Canada pour sa contribution financière. Nous remercions également Public Legal Education Association Saskatchewan

Plus en détail

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT 2 Les transferts et changements d affectation CHANGER D ÉTABLISSEMENT Un changement d affectation est une décision de transférer un détenu dans un autre établissement. Le transfert est la conduite de la

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDS-2013-138

Décision du Défenseur des droits n MDS-2013-138 Décision du Défenseur des droits n MDS-2013-138 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative aux circonstances dans lesquelles une personne a fait l objet d un contrôle d identité à son domicile (Recommandation)

Plus en détail

Se Renseigner sur la Loi

Se Renseigner sur la Loi Se Renseigner sur la Loi Le droit pénal Les crimes et la police Qu est-ce que le droit pénal? Le droit pénal rend illégal tout actes qui mènent à la blessure ou la mort de quelqu un à la main de quelqu

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

Le journalisme. Diaporama réalisé à partir de la présentation de M-C Lipani de l IJBA

Le journalisme. Diaporama réalisé à partir de la présentation de M-C Lipani de l IJBA Le journalisme Diaporama réalisé à partir de la présentation de M-C Lipani de l IJBA LA LIBERTE D EXPRESSION L Ce qu elle garantie Déclaration des droits de l homme et du citoyen de 1789 Liberté de la

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

Direction de l administration pénitentiaire Le placement sous surveillance électronique mobile

Direction de l administration pénitentiaire Le placement sous surveillance électronique mobile Direction de l administration pénitentiaire Le placement sous surveillance électronique mobile Sous-direction des personnes placées sous main de justice (PMJ) Pôle PSEM Septembre 2007 Le placement sous

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 AMENAGEMENT DE PEINE Projet de réinsertion solide, nécessité Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 Un projet permettant de prévenir le risque de récidive grâce à une réinsertion

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la justice pénale Descriptif Le module Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la

Plus en détail

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La volonté affichée au printemps 2013 par le Président de la République d intensifier la

Plus en détail

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE Strasbourg, 21 juin 2012 pc-cp\docs 2012\pc-cp (2012) 7 f rév PC-CP (2012) 7 rév COMITÉ EUROPÉEN POUR LES PROBLÈMES CRIMINELS (CDPC) Conseil de coopération pénologique (PC-CP) CHAMP D APPLICATION ET DÉFINITIONS

Plus en détail

Comment organiser, conduire, conclure et rendre compte des résultats d enquêtes en matière de corruption

Comment organiser, conduire, conclure et rendre compte des résultats d enquêtes en matière de corruption Comment organiser, conduire, conclure et rendre compte des résultats d enquêtes en matière de corruption UNE ÉTUDE DE CAS Mener des investigations efficaces en matière de corruption ---------- Une conception

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

VIDEO PROTECTION : Sécurité publique

VIDEO PROTECTION : Sécurité publique AFFAIRES RESOLUES VIDEOPROTECTION mai 2011 VIDEO PROTECTION : Sécurité publique MARSEILLE (13) Viols 1 interpellation Le 21 puis le 22 mai 2011, les enquêteurs de la sûreté départementale des Bouchesdu-Rhône

Plus en détail

Direction des Affaires Criminelles et des Grâces. La justice pénale Présentation à l adresse des maires

Direction des Affaires Criminelles et des Grâces. La justice pénale Présentation à l adresse des maires Direction des Affaires Criminelles et des Grâces La justice pénale Présentation à l adresse des maires Direction des affaires criminelles et des grâces Bureau de la justice pénale de proximité, des politiques

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

SÉCURITÉ DES SENIORS. Mardi 17 janvier 2012, Le Perreux-sur-Marne

SÉCURITÉ DES SENIORS. Mardi 17 janvier 2012, Le Perreux-sur-Marne SÉCURITÉ DES SENIORS Mardi 17 janvier 2012, Le Perreux-sur-Marne SENIORS, AYEZ LES BONS REFLEXES! POURQUOI FAIRE APPEL AUX SERVICES DE POLICE? Les services publics de Police sont à votre disposition pour

Plus en détail

Ligne directrice n 5 : COU:1

Ligne directrice n 5 : COU:1 Manitoba Ministère de la Justice Bureau des procureurs de la Couronne Directive d orientation Ligne directrice n 5 : COU:1 Objet : Nomination d un avocat indépendant Date : septembre 2012 ÉNONCÉ DES POLITIQUES

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

DECISION DCC 07-061. VU la Constitution du 11 décembre 1990 ;

DECISION DCC 07-061. VU la Constitution du 11 décembre 1990 ; DECISION DCC 07-061 Date : 23 Juillet 2007 Requérant : Arnold-Orphée DJOSSOU -BAKA Contrôle de conformité Décisions administratives Sanction disciplinaire Conformité La Cour Constitutionnelle, Saisie d

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 22 mars 2012 présentant les dispositions pénales d application immédiate de la loi n 2012-304 du 6 mars 2012 relative à l établissement d un contrôle des armes moderne, simplifié et préventif

Plus en détail

Surveillance électronique en tant que système d exécution des peines privatives de liberté sans l isolation du condamné Guide

Surveillance électronique en tant que système d exécution des peines privatives de liberté sans l isolation du condamné Guide Surveillance électronique en tant que système d exécution des peines privatives de liberté sans l isolation du condamné Guide -1- Conditions de purgation de la peine Vous êtes placé(e) sous le système

Plus en détail

PERSONNES AGEES : REAGISSEZ AVANT D ETRE VICTIME

PERSONNES AGEES : REAGISSEZ AVANT D ETRE VICTIME DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA SECURITE PUBLIQUE DE LA SARTHE PERSONNES AGEES : REAGISSEZ AVANT D ETRE VICTIME LA POLICE NATIONALE VOUS OFFRE SES CONSEILS 1 La sécurité, c est l affaire de tous Les personnes

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire. La Commission a entendu Mme B.E. et M. T.B., brigadier de police.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire. La Commission a entendu Mme B.E. et M. T.B., brigadier de police. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-114 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Elle a pris connaissance de la procédure judiciaire. Elle a entendu M. D.M., ainsi que M. E.P., officier de police judiciaire.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Elle a pris connaissance de la procédure judiciaire. Elle a entendu M. D.M., ainsi que M. E.P., officier de police judiciaire. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-108 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

DECISION DCC 09-099 DU 27 AOÛT 2009

DECISION DCC 09-099 DU 27 AOÛT 2009 DECISION DCC 09-099 DU 27 AOÛT 2009 Date : 27 Aout 2009 Requérant : Sègla DEGBEGNI Contrôle de conformité Atteinte à l intégrité physique et morale Garde à vue Traitements cruels inhumains et dégradants

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le système correctionnel canadien : un travail d équipe Descriptif Le module Le système correctionnel canadien : un travail d équipe permet

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

CONGRES BALISTIQUE MARSEILLE 1-3 DECEMBRE 2008. Je vois un double intérêt à cette manifestation :

CONGRES BALISTIQUE MARSEILLE 1-3 DECEMBRE 2008. Je vois un double intérêt à cette manifestation : Bonjour à tous CONGRES BALISTIQUE MARSEILLE 1-3 DECEMBRE 2008 Je me félicite que ce congrès réunisse des professionnels d horizons divers, magistrats, avocats, médecins, techniciens, experts Je vois un

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Janvier 2007 LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Note sur la méthodologie : Les données chiffrées présentées dans ce document sont issues de l état 4001, qui est tenu et mis à jour par la Direction

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

20è Anniversaire de l AJAM (1990-2010) Thème : Les Droits de la Défense au niveau de l enquête préliminaire et problèmes de la garde à vue

20è Anniversaire de l AJAM (1990-2010) Thème : Les Droits de la Défense au niveau de l enquête préliminaire et problèmes de la garde à vue Association des Jeunes Avocats de Madagascar A.J.A.M 20è Anniversaire de l AJAM (1990-2010) Thème : Les Droits de la Défense au niveau de l enquête préliminaire et problèmes de la garde à vue Exposé par

Plus en détail

Je contribue. à la sécurité de mon. bureau de tabac

Je contribue. à la sécurité de mon. bureau de tabac Je contribue à la sécurité de mon bureau de tabac Dans le cadre de mon activité quotidienne, mon comportement peut déjà contribuer à la sécurisation de mon commerce. Des gestes simples peuvent me protéger.

Plus en détail

caisse de défense collective

caisse de défense collective caisse de défense collective caisse d autodéfense juridique collective à Paris un outil pour :» élaborer ensemble un discours public permettant de continuer à défendre les raisons de la lutte» se réapproprier

Plus en détail

LA PLANETE BOUGE. Le scandale de «premier pocheton»

LA PLANETE BOUGE. Le scandale de «premier pocheton» Le scandale de «premier pocheton» La polémique enfle depuis le 1er mars, après la mise en ligne d une vidéo de rap aux paroles ultraviolentes et sexistes, où une dizaine de jeunes mineurs de Sarcelles

Plus en détail

Lois antiterroristes en vigueur en Australie

Lois antiterroristes en vigueur en Australie Lois antiterroristes en vigueur en Australie French & Questions et réponses Cette brochure sert de référence afin d expliquer les lois antiterroristes en vigueur en Australie. TABLE DES MATIERES Cette

Plus en détail

Leçon n 5 : «La sûreté : un droit de l Homme»

Leçon n 5 : «La sûreté : un droit de l Homme» Leçon n 5 : «La sûreté : un droit de l Homme» Introduction : Longtemps la sûreté n a pas été garantie équitablement aux français. Mais c est aujourd hui un des droits de l Homme qui permet l exercice de

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI! 17.06.2014 Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe 19 e Conférence du Conseil

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance des pièces de la procédure pénale et d autres documents administratifs relatifs à ce dossier.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance des pièces de la procédure pénale et d autres documents administratifs relatifs à ce dossier. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-82 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le 4

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme F.R., son ex-concubin et père de son fils, M. H.T. et le capitaine de police B.D.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme F.R., son ex-concubin et père de son fils, M. H.T. et le capitaine de police B.D. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-144 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le

Plus en détail

Pour te revoir. Zoé Sullivan. chapitre 20. image de couverture copyright Marin/Free digital photo.net

Pour te revoir. Zoé Sullivan. chapitre 20. image de couverture copyright Marin/Free digital photo.net Pour te revoir chapitre 20 Zoé Sullivan image de couverture copyright Marin/Free digital photo.net À lire très important Le simple fait de lire le présent livre vous donne le droit de l'offrir en cadeau

Plus en détail

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits ou réglementés. Cela concerne toutes les drogues illégales,

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 17 mai 2004 MONEYVAL (2004)5 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Déroulement de l activité du jour

Déroulement de l activité du jour Niveau : 3AM Projet 01: «Rédiger des faits divers pour le journal de l école.» Séquence 02 : «Je rédige un fait divers relatant un méfait, un délit». Activité : Vocabulaire Durée : 01 heure Leçon du jour

Plus en détail

Arrêts et décisions choisis de la Cour européenne des droits de l'homme

Arrêts et décisions choisis de la Cour européenne des droits de l'homme Arrêts et décisions choisis de la Cour européenne des droits de l'homme 2 ème trimestre 2015 I. Arrêts et décisions contre la Suisse Arrêt Tatar c. Suisse du 14 avril 2015 (req. n 65692/12) Droit à la

Plus en détail

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales Institutions Acteurs Procédures Vos droits Les violences conjugales F i c h e P r a t i q u e Les violences conjugales Toute personne qui subit des violences physiques, verbales, psychologiques ou sexuelles

Plus en détail

13/18 QUESTIONS DE JUSTICE

13/18 QUESTIONS DE JUSTICE 13/18 QUESTIONS DE JUSTICE «13/18 Questions de justice» est une exposition présentée au Collège La Fayette pour les élèves de 4è. Elle a pour objectif de permettre aux élèves de comprendre le fonctionnement

Plus en détail

La loi dite «Salduz» et ses implications pour la Défense

La loi dite «Salduz» et ses implications pour la Défense La loi dite «Salduz» et ses implications pour la Défense Nicolas LANGE - Attaché DGJM-LEGAD Int 26 mars 12 Plan 1. Cadre légal européen et belge 2. Notion d audition 3. Catégories de personnes visées par

Plus en détail

Le commissaire s approche du sac de sport contenant le

Le commissaire s approche du sac de sport contenant le CHAPITRE 1 Un million d euros dans un sac Le commissaire s approche du sac de sport contenant le million, et demande au garçon de décliner son identité. Jérôme Forestier. Jérôme Forestier Il y a un rapport

Plus en détail

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat 2010 ISBN : 978-2-212-54655-2 Partie 1 La justice : comment ça marche? Cet ouvrage a pour vocation de donner des informations pratiques

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-41 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le 18

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire DOSSIER DE PRESSE 01/09/2014 Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire Avec l appui de la Ligue Contre la Violence Routière,

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

AMENAGEMENTS DE PEINE

AMENAGEMENTS DE PEINE AMENAGEMENTS DE PEINE TEXTES DE REFERENCE La loi du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité a affirmé le principe selon lequel les peines d emprisonnement ont vocation

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

BILAN 2013 ET PERSPECTIVES DE LA SECURITE DANS LES HAUTS DE SEINE

BILAN 2013 ET PERSPECTIVES DE LA SECURITE DANS LES HAUTS DE SEINE DOSSIER DE PRESSE BILAN 2013 ET PERSPECTIVES DE LA SECURITE DANS LES HAUTS DE SEINE MARDI 4 FEVRIER 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE 4 février 2014 LUTTE CONTRE LA DELINQUANCE Bilan 2013 En 2013, l activité des

Plus en détail

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1156c La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

TABLE ANALYTIQUE DES MATIÈRES Les chiffres renvoient aux numéros (en caractère gras) de l ouvrage

TABLE ANALYTIQUE DES MATIÈRES Les chiffres renvoient aux numéros (en caractère gras) de l ouvrage Table analytique des matières / 845 TABLE ANALYTIQUE DES MATIÈRES Les chiffres renvoient aux numéros (en caractère gras) de l ouvrage Préliminaires... 1 I. Les intérêts du droit pénal spécial... 2 II.

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

Table des matières. Titre I De la Cour d arbitrage à la Cour constitutionnelle

Table des matières. Titre I De la Cour d arbitrage à la Cour constitutionnelle Table des matières Préface 7 Ann Jacobs Postface 9 Paul Martens Introduction générale 1. Le Code d instruction criminelle 14 2. La jurisprudence de la Cour constitutionnelle 17 3. La jurisprudence de la

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT EDUCATION NATIONALE JUSTICE

CONVENTION DE PARTENARIAT EDUCATION NATIONALE JUSTICE Académie de Grenoble Cour d Appel de Grenoble Logo CONVENTION DE PARTENARIAT EDUCATION NATIONALE JUSTICE Le succès de la première convention de collaboration signée le 1 er septembre 1994 invite les partenaires

Plus en détail

F a c e à l a p o l i c e

F a c e à l a p o l i c e Face à la police Si tu as besoin d aide. Parfois, les choses ne se passent pas comme nous l expliquons. En général, il y a moyen de réagir. Fais-toi aider. Une des premières personnes qui peut t aider

Plus en détail

Droit des jeunes : la Justice

Droit des jeunes : la Justice Droit des jeunes : la Justice Fonctionnement de la justice Qu'est-ce que la loi? Droits fondamentaux Des notions à éclaircir & définitions juridiques Justice des mineurs Fonctionnement de la Justice L'ordre

Plus en détail

4. Dois-je être informé(e) de ce droit aux services d un avocat?

4. Dois-je être informé(e) de ce droit aux services d un avocat? Chapitre 3 : Avocats Partie 1 : Le droit aux services d un avocat 1. Quand ai-je besoin d un avocat? Tu devrais parler à un avocat dans tous les cas où tu es accusé(e)* d avoir enfreint la loi, tu es arrêté(e)

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Bruno Pompili Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Nous avions cru que c était vrai, et que les sculptures de Jean-Pierre Duprey étaient définitivement perdues. Un

Plus en détail

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION Etre capable d apprécier le cadre juridique d intervention et mettre en œuvre la procédure judiciaire. Connaître et articuler les cadres juridiques des interventions. Etre capable de situer son action

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

LA REFORME DE LA GARDE A VUE

LA REFORME DE LA GARDE A VUE L A LETTRE PROCEDURE PENALE LA REFORME DE LA GARDE A VUE En 2001, 336.718 personnes étaient concernées par une mesure de garde à vue. En 2009 ce chiffre s élevait à 792.293 personnes, dont 174.244 pour

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 : en bref Thème : La vie en banlieue parisienne Après une mise en route sur le début du film, les apprenants découvriront l

Plus en détail

LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES

LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES PAR François ROUX Depuis Nuremberg jusqu au Tribunal spécial pour le Liban, la défense devant les tribunaux pénaux internationaux a subi une évolution

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDS 2015-117

Décision du Défenseur des droits MDS 2015-117 Paris, le 11 mai 2015 Décision du Défenseur des droits MDS 2015-117 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Le vol à l étalage 1

Le vol à l étalage 1 Le vol à l étalage 1 Le vol à l étalage, c est du vol tout court Définition ; Le vol consiste à prendre sans en avoir la permission quelque chose, si petit que soit-il, qui appartient à autrui, à un magasin

Plus en détail

PROJET DE CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE. authentique de ce projet de loi, dont je vous prie de vouloir N 368

PROJET DE CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE. authentique de ce projet de loi, dont je vous prie de vouloir N 368 N 368 CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE SESSION ORDINAIRE DE 1957-1958 Annexe au procès-verbal de la séance du 20 mars 1958. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE portant amnistie dans les Territoires

Plus en détail

Une enquête de l inspecteur Copeland

Une enquête de l inspecteur Copeland Une enquête de l inspecteur Copeland De Mélissa, Nigel et Kenza (5 ème 7) L enquêteur Patrick Copeland, policier à Alès, était tranquillement assis dans son fauteuil en train de regarder «Enquêtes Criminelles»

Plus en détail

Déclaration de la directrice des poursuites criminelles et pénales, Me Annick Murphy. Le 16 octobre 2015

Déclaration de la directrice des poursuites criminelles et pénales, Me Annick Murphy. Le 16 octobre 2015 La version prononcée fait foi. Déclaration de la directrice des poursuites criminelles et pénales, Me Annick Murphy Le 16 octobre 2015 Mesdames et messieurs, bonjour et merci d avoir répondu à l invitation.

Plus en détail

L affirmation de soi. Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille

L affirmation de soi. Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille L affirmation de soi Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille S affirmer «Communiquer de façon affirmée, c est exprimer ses sentiments et ses façons de voir, par des mots, des gestes,

Plus en détail

Questionnaire du projet Innocence

Questionnaire du projet Innocence 1 Questionnaire du projet Innocence Directives : Répondez de façon aussi détaillée que possible à chacune des questions suivantes ayant trait à votre dossier. Des réponses complètes et précises nous permettront

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 Thème : adolescence : vie révée / vie réelle Après une mise en route sur les motivations qui poussent un jeune à quitter son

Plus en détail

Les droits des femmes au quotidien : attribution du domicile, éviction du conjoint violent, coresponsabilité locative

Les droits des femmes au quotidien : attribution du domicile, éviction du conjoint violent, coresponsabilité locative Agir contre les discriminations en raison du sexe, de la situation familiale et de l origine, L accès au logement des femmes victimes de violences 11 octobre 2007 Les droits des femmes au quotidien : attribution

Plus en détail

AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité. La Commission a examiné les pièces de la procédure.

AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité. La Commission a examiné les pièces de la procédure. Saisine n 2007-5 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le 15 janvier 2007, par Mme Claire-Lise CAMPION, sénatrice de l Essonne et le

Plus en détail

Équipe d enquête indépendante Rapport public

Équipe d enquête indépendante Rapport public Enquête menée à la suite d allégations d agressions sexuelles commises par un membre du personnel de la Cour sur la personne de quatre victimes placées sous la protection de la Cour pénale internationale

Plus en détail