Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives"

Transcription

1 Danièle LAJOUMARD Inspecteur Général des Finances Chorus : résultats et perspectives Le projet Chorus destiné à permettre la mise en œuvre intégrale de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF) du 1 er août 2001, peut légitimement être considéré comme une réussite. Utilisé par plus de personnes, le système d information Chorus est devenu l outil unique et partagé de tenue des comptabilités budgétaires et de la comptabilité générale de l État. Il constitue désormais le centre du système de gestion de l État et est au cœur de la démarche de dématérialisation et de simplification des procédures financières de l État. Le projet Chorus a été conçu pour doter l État d un système d information financière, budgétaire et comptable unique et partagé, permettant la mise en œuvre intégrale de la Loi organique relative aux lois de finances (LOLF) du 1 er août Il avait également pour but de contribuer à l amélioration de la programmation, du suivi et du pilotage de la dépense de l État ainsi qu à la qualité et à la sécurité des opérations. Lors du lancement du projet, à la fin de l année 2006, le choix a été fait de faire reposer Chorus sur un progiciel de gestion intégré (PGI) 1 constituant un puissant outil de standardisation et de rationalisation des procédures et des organisations. Le projet Chorus s inscrivait, ainsi, dans une perspective de transformation en profondeur de la fonction financière de l État. La conduite du projet a été confiée à l Agence pour l informatique financière de l État (AIFE), service à compétence nationale créé par décret n o du 11 février et rattaché au ministre chargé du budget. Le projet, d une ampleur exceptionnelle, peut légitimement être considéré comme une réussite. En effet, de fin 2006 à 2011, l AIFE a mené à bien, dans le cadre d une gouvernance interministérielle et en étroite liaison avec les ministères, la direction générale des finances publiques (DGFiP) 1. Il s agit d un progiciel de l éditeur SAP. 2. Modifié par décret du 2 novembre

2 et la direction du budget, les travaux de construction du système d information Chorus (SI Chorus) et de déploiement de l outil auprès de l ensemble des utilisateurs. Elle a ensuite réalisé, avec la DGFiP, la reprise de la comptabilité générale sur le nouveau système d information Chorus au 1 er janvier Utilisé par plus de personnes (gestionnaires, ordonnateurs et comptables), le SI Chorus est devenu l outil unique et partagé de tenue des comptabilités budgétaires et de la comptabilité générale de l État (I). Il constitue le centre d un système d information dont la rationalisation et l enrichissement ont pour but de permettre à l État d améliorer sa gestion (II). Sur cette base unifiée et rationalisée, s ouvrent désormais des perspectives nouvelles attachées à la dématérialisation des procédures de gestion financières de l État (III). 1 Chorus est devenu l outil unique et partagé permettant de tenir l ensemble des comptabilités exigées par la LOLF 3 3. L article 27 de la LOLF définit les trois comptabilités que l État doit tenir. 4. L article 27 de la LOLF prévoit la tenue de la comptabilité des recettes et des dépenses budgétaires (ce qui permet donc de suivre la consommation des crédits de paiement). En revanche, la LOLF n évoque pas explicitement une comptabilité permettant de suivre la consommation des autorisations d engagement. La tenue d une telle comptabilité est cependant indispensable pour répondre aux exigences de la LOLF en ce domaine. 5. Sous réserve du cas particulier des budgets annexes. Pour que la LOLF puisse être intégralement appliquée, le système d information Chorus devait permettre de suivre les autorisations d engagement et la consommation des crédits de paiement (les comptabilités budgétaires) 4, de tenir la comptabilité générale de l État et la comptabilité d analyse des coûts (CAC) des différentes actions engagées dans le cadre des programmes. Tout ceci dans un champ couvrant la totalité des ministères et impliquant plus de utilisateurs directs et indirects, au titre des compétences relevant tant des ordonnateurs que des comptables. Compte tenu de son ampleur et de son ambition et afin d éviter les risques d échec, la construction de la solution Chorus a été découpée en plusieurs phases, en commençant par les fonctionnalités de base. C est ainsi que le déploiement s est effectué par vagues annuelles successives, à partir de versions de Chorus progressivement enrichies, permettant le traitement d opérations budgétaires de plus en plus complexes et leur comptabilisation aux fins de suivi des autorisations d engagement et des crédits de paiement. Les deux vagues majeures au 1 er janvier.2010 (vague V4) et 1 er janvier 2011 (vague V6) ont porté chacune sur près de utilisateurs directs de Chorus (utilisateurs «Chorus cœur»), correspondant pour l essentiel aux personnels des centres de service partagés (CSP), des services facturiers et des comptables de la DGFiP. Les personnels des ordonnateurs (les «prescripteurs»), intervenant en amont des centres de services partagés pour exprimer leurs besoins au stade de l engagement juridique et attester du service fait, communiquent avec les CSP à partir d une technologie web («Chorus formulaires») permettant ainsi un usage indirect de Chorus dans des conditions simplifiées. À la fin de l année 2013, le nombre d utilisateurs de Chorus était de dont utilisateurs déclarés dans «Chorus cœur» et utilisateurs de «Chorus formulaires». Avec la dernière vague de déploiement au 1 er janvier 2011, Chorus est devenu l outil d exécution budgétaire commun à toutes les administrations et l unique support de tenue des comptabilités budgétaires de l État 5. L AIFE a ensuite pu procéder, en association avec la DGFiP, à l opération de reprise de la compta - bilité générale de l État dans Chorus au 1 er janvier La DGFiP a fait précéder cette «bascule comp - table» d un important travail de reconception et de simplification du plan comptable de l État précédemment aménagé pour répondre aux besoins du système d information transitoire (dit «du palier LOLF») qui a fonctionné du 1 er janvier 2006 au 31 décembre Elle a également fait évoluer son dispositif de maîtrise de la qualité comptable pour prendre en compte la mutation fondamentale que constitue Chorus. Cette très délicate opération de «bascule comptable» a été préparée pendant l essentiel de l année 2011 et a été réalisée en différentes étapes tout au long du premier semestre 2012 (reprise des balances d entrée, reprise des développements de soldes ) selon un processus permettant d assurer la traçabilité des opérations et de répondre ainsi tant aux attentes des comptables qu aux exigences de la Cour des comptes qui a 36

3 été régulièrement tenue informée de la conception et du déroulement de ces différentes phases. Les comptes de l exercice 2012 ont, ainsi, pu être intégralement tenus dans Chorus. Ils ont été les premiers à avoir été, au début de l année 2013, arrêtés et présentés par le comptable de l État en utilisant cet outil, avant d être audités par la Cour des comptes. Celle-ci, dans son acte de certification des comptes de l État pour l exercice 2012, constate qu «en 2012, la mise en place du progiciel de gestion intégré Chorus s est achevée avec succès, mobilisant fortement l administration afin de sécuriser les opérations réalisées à cette occasion et de valider les données qui y ont été transférées, au regard des exigences d intégrité de l information comptable.» Elle relève que «cette étape étant franchie, il faut désormais réussir l appropriation progressive de cet outil par l ensemble des gestionnaires, la mise en œuvre des contrôles internes appropriés dans ce nouvel environnement et la résolution des difficultés qui pèsent encore sur les comptes de l État». Après avoir développé ce dernier point, la Cour, considère que «la mise en place d un système d information aussi structurant et centralisé que Chorus devrait y contribuer» Le troisième volet comptable tel que prévu par l article 27 de la LOLF, portant sur la comptabilité d analyse des coûts (CAC) a, quant à lui, été mis en œuvre en 2013, pour la confection des projets annuels de performance (PAP) accompagnant le projet de budget pour L utilisation de Chorus permet l amélioration des délais de production des PAP et la fiabilisation des données. Des travaux ont été engagés en étroite liaison avec la DGFiP pour assurer, à partir de 2014, la production des rapports annuels de performance (RAP) qui seront déposés devant le Parlement avec le projet de loi de règlement concernant l exécution du budget Les RAP au titre de l année 2013 devraient ainsi être les premiers à être présentés à partir de Chorus. Il convient de noter que la LOLF ne mentionne pas la tenue d une comptabilité analytique par les services de l État. En revanche, l article 166 du décret sur la gestion budgétaire et comptable (GBCP) du 7 novembre 2012 prévoit que des services de l État ou certaines opérations seront soumis à la tenue d une comptabilité analytique et que les principes régissant cette comptabilité seront fixés par arrêté du ministre chargé du budget et du ministre intéressé. Des études de faisabilité 6 engagées par l AIFE avec des ministères volontaires, à la fin de l année 2012, ont permis de vérifier, in concreto, la possibilité de tenir dans Chorus une pluralité de comptabilités analytiques répondant à des besoins divers conformément aux dispositions du décret GBCP. Ainsi rien ne s oppose à ce que l outil puisse porter cette nouvelle dimension comp - table lorsque le cadre conceptuel de la comptabilité analytique aura été arrêté et que les services et opérations, objet de l article 166 du décret GBCP, auront été définis. 6. Il s agit techniquement de «proof of concept» (P.O.C) 2 Chorus constitue désormais le centre d un système d information dont la rationalisation et l enrichissement ont pour but de permettre à l État d améliorer sa gestion La conception et la mise en œuvre du SI Chorus se sont accompagnées d une réflexion visant à rationaliser le système d information financière de l État qui comprenait non seulement les applications de comptabilités budgétaires et de comptabilité générale «du palier», mais aussi de nombreuses applications ministérielles de gestion développées tant pour répondre aux impératifs de la LOLF en matière budgétaire que pour satisfaire à des besoins de gestion propres à chaque ministère. La mise en place du SI Chorus rendait redondants nombre de ces outils et a d ores et déjà entraîné la suppression d une soixantaine d applications ministérielles de gestion (sur 80 prévues à terme) et de 13 applications interministérielles (sur 16 prévues à terme). Par ailleurs, l AIFE et les ministères ont conduit et conduisent encore des travaux permettant l interfaçage avec Chorus des applications ministérielles de gestion dont Chorus ne reprend pas les fonctionnalités. Pour ne donner que quelques exemples, l application de liquidation des bourses étudiantes (AGLAE) du ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche a été interfacée au 1 er janvier 2011 tandis que les différentes appli - cations de suivi des stocks du ministère de la Défense le sont progressivement depuis

4 Un autre axe de rationalisation est la mutualisation d applications ministérielles de gestion conduisant à faire évoluer ou à créer une application compatible avec l univers Chorus Un autre axe de rationalisation est la mutualisation d applications ministérielles de gestion conduisant à faire évoluer ou à créer une application compatible avec l univers Chorus et mise ensuite à la disposition des autres ministères qui souhaitent l utiliser. La nouvelle application «Chorus déplacements temporaires» (Chorus DT) relève de cette logique. Au total, ce travail d urbanisation informatique, sous ses différents aspects, a permis la suppression des coûts d exploitation et de maintenance d applications anciennes dont les fonctionnalités sont reprises par Chorus et l amélioration des processus, notamment grâce à la disparition de doubles saisies et de redondances diverses. La mise en place de Chorus a également été l occasion de repenser le système de suivi de l immobilier de l État et de mettre en place en 2010 dans Chorus un dispositif articulé de recensement de l ensemble des biens immo - biliers de l État (module RE-FX) et de comptabilisation des immobilisations (module RE-FI). Cette évolution venait après une importante opération de recensement et de valorisation du patrimoine immobilier de l État en vue de la préparation du bilan d ouverture de l État au 1 er janvier 2006, réalisée sous l égide de la direction générale de la Comptabilité publique 7 dans le cadre des travaux de création d une compta - bilité générale conforme aux exigences de l article 27 de la LOLF. Depuis lors, l évolution de l organisation de la gestion du patrimoine immobilier de l État avec un rôle central attribué à France Domaine a fait évoluer les besoins d information. Des travaux se poursuivent pour donner à ce service, mais aussi aux directions les outils nécessaires pour assumer les tâches de gestion qui leur incombent. De même, l organisation d une «fonction achat» professionnalisée, animée par le service des achats de l État (SAE) a nécessité la mise en place d outils d analyse et de suivi articulés avec Chorus. Des travaux sont également en cours pour rationaliser le dispositif et améliorer l information des acheteurs afin de leur permettre de faire des choix plus éclairés et d être en capacité de négocier les produits et les prix dans les meilleures conditions. 3 Chorus permet d entrer dans une nouvelle phase de modernisation grâce à la dématérialisation des procédures de gestion financières de l État 7. Fusionnée avec la Direction générale des impôts pour constituer, en 2008, la Direction générale des finances publiques (DGFiP) Parce qu il repose sur un progiciel de gestion intégré (PGI), le SI Chorus est, par nature, porteur de dématérialisation. Partagé entre tous les acteurs d un processus, il assure la description, sans ressaisie de données ni rupture de chaîne, de la totalité des phases et des aspects d une opération et permet l'automatisation du traitement et les échanges de données internes et externes. Des gains d efficacité et de productivité dans les procédures comptables et budgétaires sont donc, en puissance, liés à l outil Chorus. Les projets de dématérialisation permettent de concrétiser ces gains en prolongeant l auto - matisation des échanges et des processus. Ces projets sont désormais largement permis, en tous domaines, par le décret sur la gestion budgétaire et comptable publique du 7 novembre Son article 51 précise, notamment, que «l établis - sement, la conservation et la transmission des documents et pièces justificatives de toutes natures peuvent, dans les conditions arrêtées par le ministre chargé du budget, être effectués sous forme dématérialisée». En mettant en place l outil «Chorus factures», l AIFE avait permis aux services de l État de satisfaire à l obligation d accepter les factures dématérialisées de leurs fournisseurs à compter du 2 janvier 2012, en application de la loi de modernisation de l économie (LME). L AIFE s est désormais mise en capacité de compléter cette réponse initiale en proposant une offre de dématérialisation diversifiée et de grande ampleur, permettant de satisfaire des besoins tant internes qu externes à l administration. La dématérialisation est, en effet, l une des priorités gouvernementales. C est un des leviers mis en œuvre par l État pour moderniser et simplifier ses relations avec les entreprises. C est ainsi que la dématérialisation des factures a été retenue comme une des actions prioritaires 38

5 du plan de modernisation et de simplification pour les entreprises dans le cadre du Comité interministériel pour la modernisation de l action publique (CIMAP) présidé, le 2 avril 2013, par le Premier ministre. Le CIMAP du 18 juillet 2013 a confirmé que la dématérialisation était le corollaire indispensable de la modernisation de l action publique : elle permet la réduction des délais de paiement, la diminution des coûts de fonctionnement tant pour l État que pour les fournisseurs et l amélioration du service rendu. La dématérialisation des factures des fournisseurs de l État, ainsi retenue comme action prioritaire, a été intégrée dans le projet de loi d habilitation à prendre, par ordonnances, diverses mesures de simplification et de sécurisation de la vie des entreprises, présenté le 4 septembre 2013 en conseil des ministres. La dématérialisation des relations avec les fournisseurs est, de façon cohérente, un des axes de modernisation de la fonction financière de l État défini par le programme ministériel de modernisation et de simplification (PMMS) des ministères économique et financier. Le SI Chorus est en capacité de répondre à ces ambitions et attentes, selon un triple dispositif. Il s agit tout d abord, au sein de l administration, d utiliser les outils du SI Chorus sans matérialiser les documents sous forme traditionnelle. Des dispositifs sont d ores et déjà opérationnels. Ils reposent sur l aménagement des formulaires Chorus et la définition de procédures facilitant l expression de besoin 8, l attestation de service fait 9 ou l émission de demandes de paiement sur la base d un plan de facturation pour les dépenses récurrentes comme celles concernant les fluides (eau, électricité ) ou les baux. Il s agit ensuite, pour les relations avec les fournisseurs, de privilégier les formes natives de dématérialisation qui conduisent à d importants gains de productivité et des réductions de délais de paiement substantielles. L enjeu est d importance puisque les services de l État reçoivent actuel - lement plus de 4 millions de factures par an. La solution de base offre, dans le cadre de l outil «Chorus factures», la possibilité pour les fournisseurs de s inscrire sur un portail et d y déposer leurs factures sous forme dématérialisée. Pour les fournisseurs établissant un volume important de factures concernant l État, la forme adaptée est celle de l échange de données informatisé (EDI). Lorsque les formes natives ne sont pas utilisées par les fournisseurs, la dématérialisation repose alors sur une solution industrielle de numéri - sation : il s agit de transformer les factures en documents numériques qui pourront être ainsi plus aisément et plus rapidement traités dans le cadre du processus Chorus. Après une phase d expérimentation, un déploiement progressif est prévu à partir de La dématérialisation ne concerne pas que le traitement des factures. Elle porte également sur les frais de justice ou le traitement des frais de déplacement des agents de l administration à travers la nouvelle appli cation «Chorus dépla - cements temporaires» (Chorus DT) en cours de déploiement. De même, la plateforme des achats de l État (PLACE), interfacée à Chorus en 2011, permet aux acheteurs de l État de mettre en ligne les dossiers de consultation des entreprises, de publier des avis électroniques, de traiter les offres dématérialisées des entreprises et de notifier électroniquement les marchés à ces dernières. Les entreprises peuvent télécharger les dossiers de consultation mis en ligne et transmettre leurs réponses par voie électronique. C est ainsi toute une gamme de services dématérialisés que le SI Chorus propose, tant pour les entreprises que pour les services de l État et leurs agents. Il répond ainsi à la vocation qui lui a été assignée à sa création : au-delà de sa dimension technique, le projet Chorus a été conçu comme un levier de transformation de la fonction financière de l État au service de la collectivité nationale. *** Au total, le SI Chorus s inscrit dans la volonté politique qui avait présidé à la définition de la LOLF de moderniser, de rationaliser et de mieux maîtriser la gestion des services de l État. Par sa technologie, il porte, en puissance des possibilités de modernisation que les administrations de l État concrétisent en adaptant en permanence les processus aux attentes des usagers. Il contribue à rationaliser des dispositifs informatiques apparus pour répondre en des temps plus ou moins anciens à des besoins qu il couvre désormais largement selon une logique interministérielle qui permet de fédérer les énergies et de mutualiser travaux, outils et expériences. Il permet, au travers des dispositifs comptables dont il est le support, de fournir aux citoyens, à leurs représentants, au Gouvernement, aux instances européennes et aux gestionnaires les informations qui sont nécessaires dans une démocratie moderne et exigeante. 8. Les prescripteurs expriment leurs besoins au travers d un formulaire web (formulaire Chorus) traité par le centre de services partagés concerné pour intégration dans Chorus au stade de l engagement juridique (EJ). 9. Le formulaire service fait en «mode push» donne la possibilité d envoyer automatiquement à l utilisateur concerné un formulaire de service fait, à l approche de la date de livraison. Ce formulaire est notamment utilisé par le ministère des Finances. 39

La dématérialisation

La dématérialisation La dématérialisation La dématérialisation : une priorité de l Etat La dématérialisation, la ligne d action prioritaire de l AIFE : Elle constitue un levier important d amélioration de l efficience des

Plus en détail

Le programme Chorus et l'intégration du document électronique dans la comptabilité nationale

Le programme Chorus et l'intégration du document électronique dans la comptabilité nationale Le programme Chorus et l'intégration du document électronique dans la comptabilité nationale Présentation EDIFICAS Mai 2011 Nicolas Botton SOMMAIRE 1. Les gains issus de la dématérialisation dans le secteur

Plus en détail

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DE LA REFORME DE L'ETAT ET DE LA SIMPLIFICATION

Plus en détail

Ouverture de la journée des éditeurs de logiciels comptable et financier pour les organismes publics locaux. Vendredi 17 janvier 2014 (9h30-10h00)

Ouverture de la journée des éditeurs de logiciels comptable et financier pour les organismes publics locaux. Vendredi 17 janvier 2014 (9h30-10h00) Ouverture de la journée des éditeurs de logiciels comptable et financier pour les organismes publics locaux Vendredi 17 janvier 2014 (9h30-10h00) Centre de conférences Pierre MENDES-FRANCE Eléments pour

Plus en détail

Rapport technique n 8 :

Rapport technique n 8 : Modernisation de l action publique Groupe de travail interministériel sur les agences et opérateurs de l Etat Rapport technique n 8 : L'appui des têtes de réseau interministérielles en matière de fonctions

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

Dématérialisation des factures du Secteur Public. Présentation de l obligation à la fédération des offices publics de l habitat 3 avril 2015

Dématérialisation des factures du Secteur Public. Présentation de l obligation à la fédération des offices publics de l habitat 3 avril 2015 Dématérialisation des factures du Secteur Public Présentation de l obligation à la fédération des offices publics de l habitat 3 avril 2015 1 La dématérialisation des factures 2 2008 : La première étape

Plus en détail

Colloque de la facturation électronique. 12 novembre 2014

Colloque de la facturation électronique. 12 novembre 2014 Colloque de la facturation électronique 12 novembre 2014 Rappel du programme 14h00-14h15 Ouverture par M. le Secrétaire d Etat au Budget Christian Eckert 2 14h15-14h45 Contexte européen Cyrille Sautereau,

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD Adresse : 1 bis place de la Banque 21042 DIJON CEDEX Tél : 03 80 59 26 00 Fax : 03 80 50 14 75 Mail : tg21.contact@cp.finances.gouv.fr

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance Sage 100 pour les PME Faites de votre gestion un levier de performance À propos de Sage Leader des éditeurs de logiciels de gestion sur le marché des PME dans le monde* Plus de 6 millions d entreprises

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

Sage 100. pour le BTP. Faites de votre gestion un levier de croissance

Sage 100. pour le BTP. Faites de votre gestion un levier de croissance Sage 100 pour le BTP Faites de votre gestion un levier de croissance Sage 100 pour le BTP Faites de votre gestion un levier de croissance Gagner des parts de marché, optimiser ses investissements, sécuriser

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Recette Présentation du processus standard de la recette

Recette Présentation du processus standard de la recette Gestion Budgétaire et Comptable Publique (GBCP) Recette Présentation du processus standard de la recette Détails et explicitations dans les commentaires du document Préambule Présentation de l ensemble

Plus en détail

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. La comptabilisation des logiciels et bases de données. l immatériel. Pour agir.

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. La comptabilisation des logiciels et bases de données. l immatériel. Pour agir. Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état La comptabilisation des logiciels et bases de données En bref L administration consacre des moyens financiers et humains considérables

Plus en détail

Guide pratique. de la LOLF. Comprendre le budget de l État

Guide pratique. de la LOLF. Comprendre le budget de l État LOLF Guide pratique de la LOLF Comprendre le budget de l État Édition juin 2012 Préface Julien Dubertret, directeur du Budget DR À l été 2001, le parlement engageait, avec l adoption de la loi organique

Plus en détail

Dématérialisation des factures du Secteur Public

Dématérialisation des factures du Secteur Public Dématérialisation des factures du Secteur Public Rencontre Editeurs de solutions informatiques à destination du secteur public local 16 mars 2015 Ordre du jour 1. Présentation d ensemble du projet CPP

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

La loi sur la mobilité des fonctionnaires

La loi sur la mobilité des fonctionnaires MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L ÉTAT La loi sur la mobilité des fonctionnaires De nouveaux outils au service d une vraie carrière collection Ressources

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

LA COMPTABILITE MATIERE

LA COMPTABILITE MATIERE INFORMATIONS CONSEIL ET ASSISTANCE AUX E.P.L.E. DE LA GUADELOUPE LA COMPTABILITE MATIERE S O M M A I R E 1 - Rappel des dispositions réglementaires page 2 2 - Modalités de mise en œuvre de la comptabilité

Plus en détail

La simplification du dossier de candidature

La simplification du dossier de candidature FICHE 20 La simplification du dossier de candidature Pour de nombreux opérateurs économiques, la constitution des dossiers de candidature est trop complexe et coûteuse du fait du nombre des documents à

Plus en détail

Éditorial. des ministres

Éditorial. des ministres PROJET STRATÉGIQUE Éditorial des ministres Nous avons souhaité fin 2012 que la douane établisse un projet stratégique à horizon 2018 afin qu elle poursuive son processus d évolution... Les principaux secteurs

Plus en détail

Relevé de concertation - Réunion du 03/12/2013

Relevé de concertation - Réunion du 03/12/2013 BERCY 3 10, RUE DU CENTRE 93464 NOISY-LE-GRAND CEDEX Standard : (+33) 1 57 33 99 00 PROJET DE LOI D HABILITATION RELATIF A LA SIMPLIFICATION DE LA VIE DES ENTREPRISES DEMATERIALISATION DES FACTURES TRANSMISES

Plus en détail

Etat. factures. portail. res. dématérialiser EDI. fournisseurs. Etat EDI CO2. Dématérialisation des factures. portail. fiabilité.

Etat. factures. portail. res. dématérialiser EDI. fournisseurs. Etat EDI CO2. Dématérialisation des factures. portail. fiabilité. it fournisseurs ourn p tu fi bi r q res e Dématérialisation des Chorus une solution simple 100 % GRATUITE Gains financiers Réduction des coûts d impression, de stockage et d acheminement Gains d espace

Plus en détail

de la consultation «innover et simplifier avec les agents publics»

de la consultation «innover et simplifier avec les agents publics» Bilan de la consultation «innover et simplifier avec les agents publics» Premier ministre SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR LA MODERNISATION DE L ACTION PUBLIQUE La participation des agents à la modernisation de

Plus en détail

la Facture électronique mes premiers pas

la Facture électronique mes premiers pas b X la Facture électronique mes premiers pas 2 e SOMMAIRE INTRODUCTION Pourquoi émettre des factures?... 5 Pourquoi passer à l électronique?... 6 Etape 1 La facture électronique : qu est-ce que c est?

Plus en détail

la Facture électronique mes premiers pas

la Facture électronique mes premiers pas b e X la Facture électronique SOMMAIRE INTRODUCTION Pourquoi émettre des factures?... 5 Pourquoi passer à l électronique?... 6 Etape 1 : qu est-ce que c est? 8 Définition... 8 Modes d échange... 8 Etape

Plus en détail

LA DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE

LA DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE DOSSIER DE PRESSE LA DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE mars 2015 CONTACTS PRESSE GIP-MDS / net-entreprises.fr Céline Tinot 01 58 10 47 05 celine.tinot@gip-mds.fr Agence Wellcom Sandra Ciavarella & Gaëlle

Plus en détail

Agence du patrimoine immatériel de l État

Agence du patrimoine immatériel de l État Agence du patrimoine immatériel de l État Les richesses de l immatériel sont les clés de la croissance future Rapport de la commission de l économie de l immatériel 2006 Le mot du directeur général L APIE

Plus en détail

La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques

La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques L ouverture des données publiques, liberté publique et levier d innovation L ouverture des données publiques

Plus en détail

Le développement de l offre de services en ligne. Décembre 2010

Le développement de l offre de services en ligne. Décembre 2010 Le développement de l offre de services en ligne Décembre 2010 L administration électronique comme levier de la modernisation de l Etat L administration électronique fait désormais partie des leviers utilisés

Plus en détail

Le nouveau cadre budgétaire

Le nouveau cadre budgétaire Le nouveau cadre budgétaire Le cadre budgétaire actuel des établissements publics locaux d enseignement remonte aux lois de décentralisation de 1983 et à la création des EPLE en 1985 ; il est décrit dans

Plus en détail

Transition numérique de l Etat et Modernisation de l action publique

Transition numérique de l Etat et Modernisation de l action publique Investissements d avenir Transition numérique de l Etat et Modernisation de l action publique Appel à projets «Echanges de données interministérielles - Programme Dites-le-nous une fois» Cahier des charges

Plus en détail

Retour d expérience sur la mise en place du SERVICE FACTURIER

Retour d expérience sur la mise en place du SERVICE FACTURIER Retour d expérience sur la mise en place du SERVICE FACTURIER Réunion des Musées Nationaux Grand Palais des Champs-Elysées 10 et 13 mars 2014 Sommaire de la présentation 1- Le contexte 2- Présentation

Plus en détail

Les achats de l État et de ses établissements publics Objectifs et organisation

Les achats de l État et de ses établissements publics Objectifs et organisation septembre 2013 Les achats de l État et de ses établissements publics Objectifs et organisation Guide de la modernisation de l achat La circulaire du Premier ministre en date du 31 juillet 2013 attire l

Plus en détail

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015 La modernisation de la gestion publique au sein des Colloque des Agents Comptables 05 juin 2015 EPSCP Frédéric Dehan Directeur Général des Services Université de Strasbourg 1) Des éléments de contexte

Plus en détail

Dématérialisation des factures du Secteur Public

Dématérialisation des factures du Secteur Public Dématérialisation des factures du Secteur Public Présentation de la solution mutualisée CPP2017 FOPH 8 juillet 2015 Le contexte de la mesure Un contexte réglementaire déjà favorable 2 Cadre commun de la

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2.

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2. Appel à proposition Projet Alimen terre Un système d'alimentation local sur le Pays de Vannes 3 ème année Avec près de 60 % de surfaces agricoles, l agriculture demeure prépondérante sur notre territoire.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 35 du 6 août 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 2

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 35 du 6 août 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 2 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 35 du 6 août 2015 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 2 INSTRUCTION N 351673/DEF/SGA/DRH-MD relative à la comptabilisation de la provision

Plus en détail

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme Avril 2006 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme 1 PREAMBULE Quelques dates pour situer la réforme du permis de construire 2 Le permis de construire en quelques dates 1852 : décret relatif

Plus en détail

2013 R a p p o R t a n n u e l d activité

2013 R a p p o R t a n n u e l d activité Rapport 2013 annuel d activité Rapport annuel d activité Sommaire Édito 3 2013 en images 4 Piloter/organiser 7 Mettre en œuvre/accompagner 19 Évaluer/Mesurer 35 Progresser 43 Cartographie du SAE en 2013

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

10èmes Rencontres Mondiales du Logiciel Libre. NANTES, Le 7 Juillet 2009

10èmes Rencontres Mondiales du Logiciel Libre. NANTES, Le 7 Juillet 2009 10èmes Rencontres Mondiales du Logiciel Libre NANTES, Le 7 Juillet 2009 Les principes généraux : enjeux, approche partenariale... 2 Des enjeux financiers et qualitatifs les coûts de papier, d édition et

Plus en détail

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE Annexe 1 SEF - Pôle Analyses, Etudes Bancaires et Financières 1/8 I. CONTEXTE L Institut d Emission des Départements d Outre-Mer (IEDOM) a désigné

Plus en détail

Section Gestion comptable publique n 14-0010

Section Gestion comptable publique n 14-0010 DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES Section Gestion comptable publique n 14-0010 NOR : FCPE1414565J Instruction du 17 juin 2014 DIFFUSION DE L'INSTRUCTION DGFIP DGOS DU 05 JUIN 2014 Bureau CL-1C

Plus en détail

Présentation des guides d audit et du processus d audit d un réseau académique de formation continue

Présentation des guides d audit et du processus d audit d un réseau académique de formation continue Décembre 2011 Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la Recherche Inspection générale de l'éducation nationale Présentation des guides d audit et du processus d audit d

Plus en détail

Dématérialisation fiscale des factures

Dématérialisation fiscale des factures White White paper paper Dématérialisation fiscale des factures Sommaire 2 4 5 Parlons des bénéfices Les 10 principaux bénéfices de la dématérialisation des factures vus par les utilisateurs Comment évaluer

Plus en détail

LIVRET SERVICE. Portail Déclaratif Etafi.fr

LIVRET SERVICE. Portail Déclaratif Etafi.fr LIVRET SERVICE Portail Déclaratif Etafi.fr LS-YC Portail Déclaratif Etafi.fr-11/2013 ARTICLE 1 : PREAMBULE LIVRET SERVICE PORTAIL DECLARATIF ETAFI.FR Les télé-procédures de transfert de données fiscales

Plus en détail

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES SOMMAIRE I- AVANT-PROPOS I.1- LES TROIS MODES DE FINANCEMENT DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET I CONTEXTE DE LA REFORME BUDGETAIRE II OBJECTIFS ET AXES DE LA REFORME BUDGETAIRE III CARACTERISTIQUES DE LA REFORME BUDGETAIRE IV FACTEURS CLES DE SUCCES 2 Modernisation

Plus en détail

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats.

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. DEMATERIALISATION DES FACTURES FOURNISSEURS : PROJET ACHATS OU PROJET D

Plus en détail

Les leviers de performance du pilotage du processus achats/fournisseurs

Les leviers de performance du pilotage du processus achats/fournisseurs Les leviers de performance du pilotage du processus achats/fournisseurs Synthèse Petit-déjeuner «Démat-finance» Octobre 2012 SOMMAIRE I. LA PERFORMANCE DU PROCESSUS ACHATS FOURNISSEURS 2 II. GRANDS ENSEIGNEMENTS

Plus en détail

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Initialement conçu comme une mesure destinée à concilier le principe de liberté contractuelle en matière d ouverture

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec Présentation Présenté

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

QUESTIONS. décembre 2014

QUESTIONS. décembre 2014 QUESTIONS RéPONSES RELATIF à l agrément, aux missions et au fonctionnemement des organismes paritaires collecteurs agréés au titre de la formation professionnelle continue décembre 2014 questions-réponses

Plus en détail

Direction du budget I Recueil des règles de comptabilité budgétaire de l Etat I J.O. du 25 juillet 2014

Direction du budget I Recueil des règles de comptabilité budgétaire de l Etat I J.O. du 25 juillet 2014 de l Etat 2 INTRODUCTION L article 54 du décret n 2012-1246 du 7 novembre 2012 relatif à la gestion budgétaire et comptable publique (GBCP) prévoit que les règles des composantes de la comptabilité publique

Plus en détail

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. Les paiements sur Internet. l immatériel. Pour agir. En bref

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. Les paiements sur Internet. l immatériel. Pour agir. En bref Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état En bref Valoriser le patrimoine immatériel invite l État à développer des approches nouvelles et, parfois, à céder contre paiement

Plus en détail

Yourcegid Secteur Public Finances : Une réponse globale aux nouveaux enjeux de la fonction publique. Collectivités. Finances

Yourcegid Secteur Public Finances : Une réponse globale aux nouveaux enjeux de la fonction publique. Collectivités. Finances Yourcegid Secteur Public Finances : Une réponse globale aux nouveaux enjeux de la fonction publique Collectivités Finances Parce que votre organisation est unique, parce que vos besoins sont propres à

Plus en détail

Un nouvel État territorial

Un nouvel État territorial La réforme de l administration territoriale de l État 1 / 7 Un nouvel État territorial L organisation territoriale de l État en France est caractérisée par : une architecture historique calée sur les départements

Plus en détail

Séminaire en ligne : Diffuser un management transversal des projets dans une université

Séminaire en ligne : Diffuser un management transversal des projets dans une université Séminaire NQI du jeudi 14 février 2013 En partenariat avec : Séminaire en ligne : Diffuser un management transversal des projets dans une université NQI COMPTE RENDU DE SEMINAIRE EN LIGNE Présenté par

Plus en détail

Marchés publics de fournitures et services EMISSION DE CARTES D ACHATS ET PRESTATIONS ANNEXES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.

Marchés publics de fournitures et services EMISSION DE CARTES D ACHATS ET PRESTATIONS ANNEXES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P. Marchés publics de fournitures et services EMISSION DE CARTES D ACHATS ET PRESTATIONS ANNEXES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Pouvoir adjudicateur : Ecole supérieure d art des Pyrénées

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : JUSC1502013D Intitulé du texte : décret relatif à la liste limitative des prestations particulières et au contrat type de syndic prévus à l article 18-1

Plus en détail

Communiqué de lancement SAGE Paie & RH Génération i7

Communiqué de lancement SAGE Paie & RH Génération i7 Communiqué de lancement SAGE Paie & RH Génération i7 1 Sommaire Communiqué de lancement Introduction... 3 Les ambitions de Sage paie & RH Génération i7... 4 La stratégie...4 Sage Paie & RH Génération i7...6

Plus en détail

Feuille de route sur les achats innovants au ministère de l Intérieur

Feuille de route sur les achats innovants au ministère de l Intérieur «L innovation est la capacité des individus, des entreprises et des nations à construire en permanence l avenir auquel ils aspirent». Initiative EUROPE 2020. Feuille de route sur les achats innovants au

Plus en détail

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)»

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Investissements d avenir Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Appel à projets «Innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires» Volet compétitif «Initiatives

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. Pré-requis : Principes comptables. Modalités : Schéma d'organisation comptable. TABLE

Plus en détail

Portail d informations et de données de marchés publics ou la commande publique augmentée

Portail d informations et de données de marchés publics ou la commande publique augmentée Portail d informations et de données de marchés publics ou la commande publique augmentée Association Loi 1901 créée à l initiative de Pascale Lang-Mouginot et Céline Faivre http://breizhsmallbusinessact.fr/-

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION - PREFECTURES DE METROPOLE HORS CORSE - DES FONCTIONS DE GESTION FINANCIERE AU MINISTERE DE L INTERIEUR MINISTERE DE L INTERIEUR

RAPPORT D EVALUATION - PREFECTURES DE METROPOLE HORS CORSE - DES FONCTIONS DE GESTION FINANCIERE AU MINISTERE DE L INTERIEUR MINISTERE DE L INTERIEUR MINISTERE DE L INTERIEUR ----- INSPECTION GENERALE DE L ADMINISTRATION ----- N 12-101/12-033/01 RAPPORT D EVALUATION DES FONCTIONS DE GESTION FINANCIERE AU MINISTERE DE L INTERIEUR - PREFECTURES DE METROPOLE

Plus en détail

Utiliser Internet pour les achats

Utiliser Internet pour les achats L évolution de la fonction achats, ces dernières années, s est encore accélérée sous l impulsion d Internet. La conjonction d éléments différents, tels la reconnaissance de l importance économique des

Plus en détail

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Associations (artistiques et culturelles), quels liens avec l ESS Les associations font donc automatiquement partie du périmètre de l ESS

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Afi n de permettre aux aménageurs d intégrer l archéologie

Afi n de permettre aux aménageurs d intégrer l archéologie Afi n de permettre aux aménageurs d intégrer l archéologie préventive en amont de leurs projets, l article L.522-4 du Code du patrimoine prévoit une alternative à la prescription de diagnostic qui consiste

Plus en détail

GESTION DES FINANCES PUBLIQUES ET DES RESSOURCES HUMAINES

GESTION DES FINANCES PUBLIQUES ET DES RESSOURCES HUMAINES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E MISSION INTERMINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 GESTION DES FINANCES PUBLIQUES ET DES RESSOURCES HUMAINES

Plus en détail

Sage 30 pour les petites entreprises

Sage 30 pour les petites entreprises Informations France : 0 825 825 603 (0.15 TTC/min) Informations Export : +33 (0)5 56 136 988 (hors France métropolitaine) www.sage.fr/pme Sage 30 pour les petites entreprises Abordez votre gestion en toute

Plus en détail

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies Atelier n 15 Organisateurs : Conseil de l Europe (Centre d expertise sur la réforme de l administration locale

Plus en détail

LOI N 2006-01 portant Code des Postes

LOI N 2006-01 portant Code des Postes REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi LOI N 2006-01 portant Code des Postes EXPOSE DES MOTIFS Le secteur postal connaît actuellement des mutations liées notamment aux avancées technologiques,

Plus en détail

PICRIS. Le progiciel des métiers de la Retraite, de la Santé, de la Prévoyance et du Social

PICRIS. Le progiciel des métiers de la Retraite, de la Santé, de la Prévoyance et du Social PICRIS Le progiciel des métiers de la Retraite, de la Santé, de la Prévoyance et du Social Comment construire un seul et même système d information pour supporter la gestion de différents produits d épargne

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05 8 Article 1er. Le présent décret a pour objet de modifier le décret exécutif n 11-19 du 20 Safar 1432 correspondant au 25 janvier 2011, susvisé. Art. 2. La dénomination de la «direction de wilaya de l'industrie,

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION. Principes du système

MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION. Principes du système MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Principes du système ebudget : Sommaire ebudget Définition & objectifs clés Apports et atouts Pour un cadre amélioré de la gestion budgétaire En chiffre Technologie

Plus en détail

OBJET : Mise en œuvre du décret n 2004-1144 du 26 octobre 2004 relatif à l'exécution des marchés publics par carte d'achat.

OBJET : Mise en œuvre du décret n 2004-1144 du 26 octobre 2004 relatif à l'exécution des marchés publics par carte d'achat. Secrétariat général DIRECTION DE L'EVALUATION DE LA PERFORMANCE, ET DES AFFAIRES FINANCIERES ET IMMOBILIERES SOUS-DIRECTION DES AFFAIRES IMMOBILIERES SLAC/N AFFAIRE SUIVIE PAR : Pierre AZZOPARDI Tél :

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

DEPENSES PUBLIQUES ET CONTRÔLE DES FINANCES PUBLIQUES EN FRANCE GASTOS PUBLICOS E CONTROLE DAS FINANCAS PUBLICAS NA FRANCA

DEPENSES PUBLIQUES ET CONTRÔLE DES FINANCES PUBLIQUES EN FRANCE GASTOS PUBLICOS E CONTROLE DAS FINANCAS PUBLICAS NA FRANCA DEPENSES PUBLIQUES ET CONTRÔLE DES FINANCES PUBLIQUES EN FRANCE GASTOS PUBLICOS E CONTROLE DAS FINANCAS PUBLICAS NA FRANCA - 5 novembre 2014 5 de novembro de 2014 - David BARES Directeur du pôle Gestion

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

LIVRE BLANC. Dématérialisation des factures fournisseurs

LIVRE BLANC. Dématérialisation des factures fournisseurs LIVRE BLANC 25/03/2014 Dématérialisation des factures fournisseurs Ce livre blanc a été réalisé par la société KALPA Conseils, société créée en février 2003 par des managers issus de grandes entreprises

Plus en détail

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications En bref L État est riche d un patrimoine immatériel inestimable.

Plus en détail

Copyright Agirc-Arrco Mars 2012. 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC)

Copyright Agirc-Arrco Mars 2012. 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC) 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC) SOMMAIRE (1/3) ENJEUX DE L INFORMATIQUE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE 1. Depuis quand un programme de convergence informatique

Plus en détail

Prix de l'innovation financière 2013

Prix de l'innovation financière 2013 Prix de l'innovation financière 2013 Dématérialisation du traitement des factures : mise en œuvre de la dématérialisation comptable De l arrivée d une facture au sein des services du Conseil Général à

Plus en détail

Jedeclare.com fournisseur de gains de productivité

Jedeclare.com fournisseur de gains de productivité Jedeclare.com fournisseur de gains de productivité Christine CLIPET responsable marketing de jedeclare.com Bonjour Christine CLIPET, pouvez-vous présenter rapidement JeDeclare.com ainsi que votre fonction?

Plus en détail