SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES"

Transcription

1 SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES M. BERLAND Université Claude Bernard Lyon 1 Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux 1 METHODES PREPARATOIRES (1) PREPARATION VULVO PERINEALE EN QUATRE TEMPS AVANT TOUT ACCOUCHEMENT: Nettoyage avec un savon antiseptique, puis rinçage, puis séchage et enfin application d un antiseptique de même gamme. Si une dépilation est souhaitée, préférez une tonte chirurgicale à un rasage (bénéfice non prouvé BaseviV. Cochrane 2005) MATERIEL SPECIFIQUE OPERATEUR 2 1

2 METHODES PREPARATOIRES (2) MATERIEL SPECIFIQUE Sur une table recouverte dun d un champ stérile: paire de ciseaux droits ou angulés pour épisiotomie, deux petites pinces pour hémostase, distincts des pinces pour clamper et sectionner le cordon (paire de ciseaux droits + 3 pinces de Kocher) Les ciseaux ayant servi à l épisiotomie ne doivent plus être utilisés. OPERATEUR: Port de lunettes de protection, d un masque, lavage chirurgical des mains, gants stériles Nouvelle application d antiseptique identique 3 METHODE ANALGESIQUE (1) Royaume Uni: anesthésie locale avant les accouchements PRODUITS UTILISES Lidocaïne non adrénalinée (xylocaïne dans 98% des anesthésies locales) (concentrations variables 0.5 à 2%, doses variables mg) peu d études, dose maximum recommandée:200mg (20ml de Xylo. à 1%) Lidocaïne adrénalinée (dose max. 400mg) TYPES D ANESTHESIE 4 2

3 TYPES D ANESTHESIE: METHODE ANALGESIQUE (2) Locale (sur le trajet de l épisiotomie) Infiltration des nerfs honteux? 10ml de lidocaïne à 1% sur chaque nerf honteux par voie transpérinéale Anesthésie locorégionale (de plus en plus pratiquée) (méthode la plus efficace pour l analgésie) 5 TECHNIQUE OPERATOIRE DIRECTION et LONGUEUR Latérale, médiane, médio latérale(en France) Section franche, suffisante!: 6cm pour médio latérale ouvre l anneau vulvaire comme 4 cm si médiane. Médecin épisio. + oblique, Sage femme épisio. + verticale MOMENT IDEAL??? Ni trop tôt, ni trop tard! 6 3

4 REPARATION OPERATEUR Lunettesde protection, masque,calot, lavagedesmains, casaque stérile, gants (perforation des gants dans 13% des cas dont 62% inaperçues 1 seule paire 18%, deuxième paire 4.6%) MATERIEL Nouvelle antisepsie, champs stériles spécifiques Fil synthétique + bénéfique (douleur, analgésie, déhiscence,, reprises, rapports sexuels ) surtout si vicryl rapide TECHNIQUE Classique (3 plans) / continue (1fil 1 nœud) (préférable Kettle C. Cochrane 2005) 7 8 4

5 9 EPISIOTOMIE SOINS APPORTES EN SUITES DE COUCHES CONSEILS DONNES A LA PATIENTE (1) AUCUNE ETUDE RANDOMISEE, AUCUNE META ANALYSE SUR CE SUJET. CHAQUE ETRABLISSEMENT A SON PROPRE PROTOCOLE. DEUX ETUDES: SFHH (2003) (guide pour la prévention des infections nosocomiales en maternité consacré à la toilette vulvopérinéale et aux soins périnéaux) rôle de la sage femme: soin en 3 temps après lavage des mains et port de gants non stériles: savonnage, rinçage, séchage soigneux. Le savon et les garnitures sont personnels à chaque patiente. Pas de notion d application de solution antiseptique CCLIN (2005) 10 5

6 EPISIOTOMIE SOINS APPORTES EN SUITES DE COUCHES CONSEILS DONNES A LA PATIENTE (2) CCLIN (2005): Les soins du périnée doivent prévenir les complications infectieuses et favoriser la cicatrisation. Au bloc obstétrical: soin avec compresses stériles, eau et savon antiseptique, garnitures stériles. Caractère stérile du soin non démontré. Les jours suivants, soins par la patiente après la douche, chaque miction et chaque selle (technique de la SFHH lavage des mains, nettoyage à l eau et séchage). Eduquer la patiente vérifier l état létat du périnée et de la cicatrice 1 fois par jour. Utilisation d antiseptiques non prouvée scientifiquement, emploi du sèche cheveu déconseillé. 11 EPISIOTOMIE SOINS APPORTES EN SUITES DE COUCHES CONSEILS DONNES A LA PATIENTE (3) TRAITEMENT DE LA DOULEUR: Moyens non médicaux Moyens médicaux Si allaitement: paracétamol, AINS (ibuprofène, kétoprofène, diclofénac mais pas d AMM), aspirine déconseillé, codéine le moins possible. LES FILS DE SUTURE: Surjet et fils de synthèse résorbables conseillés (Kettle Lancet 2002). Enlever les fils qui gênent! 12 6

7 SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES BIBLIOGRAPHIE (1) Recommandations pour la pratique clinique Techniques chirurgicales de l épisiotomie Verspyck E., Sentilhes L., Roman H., Sergent F., Marpeau L. J. Gynecol. Obstet. Biol. Reprod. 2006; 35 (suppl au n 1): 1S40 1S51. Recommandations pour la pratique clinique Soins apportés à l épisiotomie Faruel Fosse H. J. Gynecol. Obstet. Biol. Reprod. 2006; 35 (suppl au n 1): 1S52 1S58. L épisiotomie Lépisiotomie en Francesept ans après les recommandations Parent O., Menadier C., Puygrenier J. Société Française de Médecine Périnatale 42èmes Journées de la Société Française de Médecine Périnatale (Montpellier octobre 2012) 13 SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES BIBLIOGRAPHIE (2) Société Française d Hygiène Hospitalière (SFHH). Version 1 mai Version 2 juin Chapitre 6. Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (CCLIN). Hygiène en maternité, recommandations et grilles d auto évaluation. Chapitre: Hygiène et soins. Deuxième version 2005 Références citées et décrites par Hélène FARUEL FOSSE Pratique de l accouchement J. Lansac, Ph. Descamps, J.F. Oury Elsevier Masson Edit Issy les Moulineaux, 2011,pp

8 SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES BIBLIOGRAPHIE (3) Plagnard Julia Influence de la technique de suture de l épisiotomie sur les douleurs périnéales, les dyspareunies et l incontinence anale à 8 semaines post partum. Mémoire pour l obtention du diplôme de sage femme Université Claude Bernard Lyon 1, 2012 Godon Peggy. La suture un fil un nœud, faisons le point Mémoire pour l obtention du diplôme de sage femme Université de Montpellier 1, 2012 Blanc Emmanuelle Haute suture : il na faut pas se défiler Comparaison des sutures en trois plans et «un fil un nœud» pour une épisiotomie Mémoire pour l obtention du diplôme de sage femme Université Claude Bernard Lyon 1,

Épisiotomie. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/03/11

Épisiotomie. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/03/11 Épisiotomie Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 01/03/11 1/17 Table des matières SPECIFIQUES :... 4 I Les techniques d épisiotomie...6

Plus en détail

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU + Hôpital de Soultz N S PT.S.036.1 Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR

Plus en détail

BILAN DES FORMATIONS C.CLIN SUD EST Prévention du risque infectieux en maternité

BILAN DES FORMATIONS C.CLIN SUD EST Prévention du risque infectieux en maternité BILAN DES FORMATIONS C.CLIN SUD EST Depuis 1995 Un public de sages femmes et d auxiliaires de puériculture concerné par les questions d hygiène. Des formateurs issus du terrain largement impliqués dans

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

Bonne pratique de soins en maternité

Bonne pratique de soins en maternité Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Bonne pratique de soins en maternité de la salle d accouchement à la pouponnière Prévention du risque

Plus en détail

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 L hygiène des mains N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 Un peu d histoire I. Introduction La première pratique remonte au milieu du XIXème siècle, lorsque le Dr Semmelweiss le demande aux étudiants en médecine

Plus en détail

Question : Suture de l épisiotomie selon la technique «un fil un nœud»

Question : Suture de l épisiotomie selon la technique «un fil un nœud» Question : Suture de l épisiotomie selon la technique «un fil un nœud» Définition : La technique «un fil un nœud» permet, par un surjet continu, de suturer successivement le vagin, les muscles puis la

Plus en détail

La pose et les Manipulations des Chambres à Cathéter Implantables

La pose et les Manipulations des Chambres à Cathéter Implantables La pose et les Manipulations des Chambres à Cathéter Implantables Contexte 1/3 2005 Fiche technique pour la pose des CCI Contexte 2/3 2005 Fiche de Reco. pour la prévention du RI associé aux manipulations

Plus en détail

Ablation de sutures. Module soins infirmiers

Ablation de sutures. Module soins infirmiers Ablation de sutures Module soins infirmiers Equipe enseignante de l IFSI du Centre Hospitalier de ROUBAIX Diaporama réalisé par : Stéphane Dubus, Formateur I. Définition Il s agit d ôter les sutures cutanées

Plus en détail

LES SOINS URINAIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1

LES SOINS URINAIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1 LES SOINS URINAIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1 La pose de sonde vésicale Indication: La pose de sonde vésicale est un geste invasif réalisé sur prescription médicale. Les indications principales

Plus en détail

LES SOINS URINAIRES. La pose de sonde vésicale

LES SOINS URINAIRES. La pose de sonde vésicale LES SOINS URINAIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1 La pose de sonde vésicale Indication: La pose de sonde vésicale est un geste invasif réalisé sur prescription médicale. Les indications principales

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION OBJECTIFS SPECIFIQUES : EXPLIQUER L IMPORTANCE DE LA PREVENTION DE L INFECTION DANS LES SERVICES DE SOINS. DECRIRE LE CYCLE DE L INFECTION IDENTIFIER LES MOYENS

Plus en détail

Aspects généraux de la structure d accouchement et d accueil du nouveau-né

Aspects généraux de la structure d accouchement et d accueil du nouveau-né Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU FORMATION EN SOINS OBSTETRICAUX et NEONATALS D URGENCE Aspects généraux de la structure d accouchement et d accueil du nouveau-né

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail

AVIS 14 décembre 2011

AVIS 14 décembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2011 BIORGASEPT 0,5%, solution pour application cutanée Flacon de 250 ml (CIP : 360 430-7) Laboratoires BAILLEUL-BIORGA DCI Code ATC (libellé) Conditions

Plus en détail

Présentation de l audit

Présentation de l audit Audit «Hygiène des mains» Partie II Qualité technique des gestes d hygiène des mains Présentation de l audit Contexte 1 L hygiène des mains : 1 ère mesure de prévention des infections associées aux soins

Plus en détail

PICC = nouveau matériel «Cathéter veineux central à abord périphérique»

PICC = nouveau matériel «Cathéter veineux central à abord périphérique» PICC = nouveau matériel «Cathéter veineux central à abord périphérique» Anne-Marie Béduchaud Responsable Hygiène gestion du risque Polyclinique de Poitiers/Clinique Saint Charles/HAD 18032015 Qu est ce

Plus en détail

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale.

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. DELVAUX Stéphanie 4ème I.G.Pédiatrique Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. Professeur : Dr. Erpicum Année scolaire : 2004-2005 1 1. Définition

Plus en détail

ROLES ET MISSION LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DU CLIN HISTORIQUE DES DEFINITIONS. Me VILLEGAS Cadre formateur IBODE/2012

ROLES ET MISSION LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DU CLIN HISTORIQUE DES DEFINITIONS. Me VILLEGAS Cadre formateur IBODE/2012 ROLES ET MISSION DU CLIN Infections nosocomiales Définition de l Infection Nosocomiale: vient du grec nosokomion et date de 1845 Définition du Conseil de l Europe : elle introduit le personnel hospitalier

Plus en détail

Evidence-based labor and delivery management V Berghella, JK Baxter, SP Chauhan. Am J Obstet Gynecol 2008, 199, 5:445-454

Evidence-based labor and delivery management V Berghella, JK Baxter, SP Chauhan. Am J Obstet Gynecol 2008, 199, 5:445-454 Evidence-based labor and delivery management V Berghella, JK Baxter, SP Chauhan. Am J Obstet Gynecol 2008, 199, 5:445-454 (Résumé Dr S Favrin) Le but est de baser la prise en charge des accouchements sur

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 18 juin 2014 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

MÉMO SANTÉ. RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP

MÉMO SANTÉ. RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP MÉMO SANTÉ ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement Certains travaux vous exposent à des agents infectieux qui peuvent avoir des conséquences sur votre santé : bactéries,

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

Formation des auditeurs

Formation des auditeurs Audit «Hygiène des mains» Partie II Qualité technique des gestes d hygiène des mains Formation des auditeurs Contexte 1 L hygiène des mains : 1 ère mesure de prévention des infections associées aux soins

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 17 juin 2015 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

POLYCLINIQUE DE POITIERS - 1 rue de la Providence - 86035 POITIERS CEDEX. La tenue de l opérateur sera conforme aux règles d hygiène.

POLYCLINIQUE DE POITIERS - 1 rue de la Providence - 86035 POITIERS CEDEX. La tenue de l opérateur sera conforme aux règles d hygiène. Page 1 sur 5 La tenue de l opérateur sera conforme aux règles d hygiène. SONDAGE VESICAL EN SYSTEME CLOS Dans le cadre de son rôle propre, l infirmière accomplit les changements de sonde vésicale et la

Plus en détail

Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES 7.03. Objectifs. Technique et méthode I PRINCIPES II MATERIEL ET PRODUITS

Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES 7.03. Objectifs. Technique et méthode I PRINCIPES II MATERIEL ET PRODUITS SOINS SPECIFIQUES 7.03 Soins de bouche Assurer l hygiène bucco-dentaire en favorisant bien-être et confort Eviter la mauvaise haleine Prévenir et traiter l infection : - prévenir les infections locales

Plus en détail

Isolement "Grippe A" H1N1

Isolement Grippe A H1N1 Isolement "Grippe A" H1N1 Rédigé par: Unité de Prévention des Infections Nosocomiales 'DESP), avec la collaboration des services de Médecine du Travail et de Maladies Infectieuses et Tropicales Validé

Plus en détail

Audit de pratiques professionnelles. La ponction du liquide amniotique

Audit de pratiques professionnelles. La ponction du liquide amniotique Audit de pratiques professionnelles La ponction du liquide amniotique Journée réseau MATER 17 novembre 2011 C. Chapuis/P.Battagliotti/ ESPRI/ HCL PLA : quels sont les risques? Risque de fausse couche :

Plus en détail

Check List sondage urinaire

Check List sondage urinaire Check List sondage urinaire Mode d emploi Groupe de travail ARIH -ARLIN Constitution du groupe de travail Séverine AZALOT Sabine BELLOUR Julie CHASTIN Patrick DEROUSSEN Monique DUHAMEL Virginie LEBRAN

Plus en détail

Prélèvement pour la réalisation d un. Examen Cyto Bactériologique des Urines

Prélèvement pour la réalisation d un. Examen Cyto Bactériologique des Urines Prélèvement pour la réalisation d un Examen Cyto Bactériologique des Urines Réf.: N2-SMT-Lab- Ana -MICR- 01 V2 ECBU Total pages : 06 LABORATOIRE Localisation du document écrit : Classeur : "Guide des prélèvements

Plus en détail

19/06/2014. LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE

19/06/2014. LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2014 1 L incontinence fréquente, de grave conséquence chez le sujet âgé. L incontinence

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE 1 Introduction 822 000 naissances en 2012 14 124 à la Réunion (2011) Infections nosocomiales en maternité Mères bébés Fréquence variable selon le mode d accouchement et le

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

Advanced PICC Placement

Advanced PICC Placement LES PICC S Advanced PICC Placement Debbie Elder RN CRNI Clinical Consultant Bard Access Systems EMILIE GRANJARD Sales Product Specialist BARD 06 20 29 43 61 Emilie.granjard@crbard.com www.bardfrance.com

Plus en détail

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits)

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits) Infections liées aux soins Guide de prévention (extraits) Technique du lavage des mains Mouiller Savonner Rincer Sécher par tamponnement Fermer le robinet avec l essuie-mains Indications du lavage des

Plus en détail

SOINS SPECIFIQUES. Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010. Soins de bouche

SOINS SPECIFIQUES. Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010. Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010 Soins de bouche Assurer l hygiène bucco-dentaire en favorisant bien-être et confort Eviter la mauvaise haleine Prévenir et traiter l infection

Plus en détail

INTERVENTION CANAL CARPIEN LIBÉRATION ENDOSCOPIQUE

INTERVENTION CANAL CARPIEN LIBÉRATION ENDOSCOPIQUE INTERVENTION CANAL CARPIEN LIBÉRATION ENDOSCOPIQUE L'atteinte dite " du canal carpien" est une compression du nerf médian dans une canal étroit, non extensible, fermé par un ligament épais appelé le ligament

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE Responsabilité de chacun et sensibilisation de tous 1 - Tous les professionnels travaillant au contact

Plus en détail

Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA)

Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA) Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA) SOMMAIRE Points essentiels...3 Pose du KTA, contexte urgent...4 Pose du KTA, contexte non urgent...7 Pansement du

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

Soins de la peau TENA : Les peaux fragiles sont entre de bonnes mains!

Soins de la peau TENA : Les peaux fragiles sont entre de bonnes mains! Soins de la peau : Les peaux fragiles sont entre de bonnes mains! Brochure presentation gamme H et S.indd 1 23/03/10 19:15:05 La gamme Hygiène & Soins La gamme Hygiène & Soins en un clin d oeil La nouvelle

Plus en détail

PROTOCOLE ALLAITEMENT

PROTOCOLE ALLAITEMENT PROTOCOLE ALLAITEMENT Vous allaitez votre enfant, sachez que ce n est pas incompatible avec son accueil en crèche ; un lieu spécifique est aménagé pour l allaitement si vous le désirez. Si vous choisissez

Plus en détail

Objet : Préciser les techniques s appliquant au lavage hygiénique des mains.

Objet : Préciser les techniques s appliquant au lavage hygiénique des mains. Référence : PT/HYG/002-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Préciser les techniques s appliquant au lavage hygiénique des mains. Résumé des modifications intervenues : Le temps de lavage des mains a été diminué.

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Désinfection, stérilisation Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Formation élèves aidessoignants Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Plus en détail

Le chirurgien dentiste : un acteur de santé dans la maladie diabétique. Jean François Seret Nancy le 12 octobre 2013

Le chirurgien dentiste : un acteur de santé dans la maladie diabétique. Jean François Seret Nancy le 12 octobre 2013 Diabète et chirurgiens dentistes Le chirurgien dentiste : un acteur de santé dans la maladie diabétique Un professionnel de santé le plus souvent ignoré dans le parcours de soin du diabétique alors qu

Plus en détail

La qualité du diagnostic des bactériémies

La qualité du diagnostic des bactériémies La qualité du diagnostic des bactériémies Aout 2014 Rappels préalables Le sang est un milieu normalement stérile Un état bactériémique se caractérise par le passage répété de micro organismes dans le sang

Plus en détail

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Pourquoi faut-il un KTC? Capital veineux périphérique pauvre Durée de perfusion longue : réanimation, antibiothérapie,

Plus en détail

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive ROLE DE LA SAGE FEMME DANS LA PREVENTION, LE DIAGNOSTIC ET ORIENTATION DES FISTULES Présenté par Mme Atchoumi Annie Hortense Sage-femme DU épidémiologie-bordeaux CHU de Yaoundé Introduction Définition

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06

A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06 A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06 I / L ACCUEIL Présentation n de la chambre Voisin Emplacement lit, placard, salle de bain + emplacement affaires Fonctionnement lit, lumière, sonnette, TV,tel, radio Présentation

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger Prévention de l infection et sondage urinaire Chantal Léger Enquête PRIAM : Résultats Conjonctivites infectieuses 5% Gastro-entérites 7% Zona 1% Autres 7% Infections urinaires 24% Infections d escarres

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

Grippe A / H1N1 NOTIONS GÉNÉRALES

Grippe A / H1N1 NOTIONS GÉNÉRALES Grippe A / H1N1 NOTIONS GÉNÉRALES Historique 26 avril 2009 : premiers cas humains de grippe d origine porcine au Mexique Puis extension aux Etats-Unis Et en quelques semaines à l ensemble des cinq continents

Plus en détail

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE L ABC DE L HÉPATITE B LES GESTES À FAIRE S informer, se protéger et protéger ses proches Direction de santé publique de Laval www.santepubliquelaval.qc.ca Je m informe QU EST-CE QUE L HÉPATITE B? 1 C est

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PG SPI SUR 014 v1 2011 1/5 OBJET Conduite à tenir dans le cadre de l'arrivée d'un patient atteint ou suspect de portage de Clostridium

Plus en détail

Quizz Hygiène des mains

Quizz Hygiène des mains Quizz Hygiène des mains Question 1 En dehors des professionnels de santé, l hygiène des mains concerne : 1. le grand public 2. les résidents 3. les visiteurs 4. les intervenants externes 5. les bénévoles

Plus en détail

Les tondeuses chirurgicales de 3M

Les tondeuses chirurgicales de 3M Les tondeuses chirurgicales de 3M Partenaire de la prévention des infections nosocomiales NOUVEAU Tondeuse chirurgicale 3M 9671 à tête fixe Tondeuse chirurgicale 3M 9661 à tête pivotante Santé 3M Infection

Plus en détail

Michèle BRID (Cadre de santé IBODE) Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Michèle BRID (Cadre de santé IBODE) Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Hygiène périp ri-opératoire Michèle BRID (Cadre de santé IBODE) Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Prévention Architecture des blocs opératoires Traitement de l air Procédures de comportement Désinfection

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsables des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

EVALUATION DE LA POSE DE CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES

EVALUATION DE LA POSE DE CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES XXIème Journée SFHH juin 2010-1 EVALUATION DE LA POSE DE CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES Daenen P, Baghdadi N, Cauchy L, Chevreuil F, D Halluin F, Erb M, Queverue M, Tronchon I, Grandbastien B, Loukili

Plus en détail

Peau. miel. Centre hospitalier universitaire de Limoges. 2, avenue Martin Luther King - 87042 Limoges cedex LA5_625-07/2013

Peau. miel. Centre hospitalier universitaire de Limoges. 2, avenue Martin Luther King - 87042 Limoges cedex LA5_625-07/2013 LA5_625-07/2013 Peau de miel Centre hospitalier universitaire de Limoges 2, avenue Martin Luther King - 87042 Limoges cedex Tél. : 05 05 www.chu-limoges.fr ORIGINE DU MIEL Le miel est le produit de la

Plus en détail

LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX

LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX Daniel BLOC PH hygiéniste CHU de Tours Tout soin délivré est à risque de complication infectieuse mais la fréquence

Plus en détail

Prépration cutanée de l opéré

Prépration cutanée de l opéré Prépration cutanée de l opéré Xème Journée d Hygiène Hospitalière de Bizerte. Bizerte le 3 décembre 2005 Conférence de Consensus de la Société Française d Hygiène Hospitalière 1 Définition: Ensemble de

Plus en détail

Est-ce que le tabagisme de la mère augmente la fé fréquence des infections nosocomiales? Etude conduite aux HCL

Est-ce que le tabagisme de la mère augmente la fé fréquence des infections nosocomiales? Etude conduite aux HCL Est-ce que le tabagisme de la mère augmente la fé fréquence des infections nosocomiales? Etude conduite aux HCL M Berland, R Girard, L Ayzac, M Bourjault, N Rat, MH Metzger, R Rudigoz, ML Valdeyron, P

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT I LES DETERGENTS a) Définition : Substances utilisées pour le lavage ou le nettoyage. Le détergent a uniquement des propriétés nettoyantes. Il ne détruit pas

Plus en détail

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT Document de référence pour la conception et la rédaction des Rapports de Stage effectués en milieu professionnel pour l obtention du Master

Plus en détail

"Le patient acteur de la prévention"

Le patient acteur de la prévention Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Pays de la Loire Formation des représentants des usagers pour la lutte contre les infections nosocomiales "Le patient acteur de la prévention"

Plus en détail

MESURE OBJECTIVE DES NIVEAUX D HYGIÈNE ET DE NETTOYAGE DANS LES HÔPITAUX

MESURE OBJECTIVE DES NIVEAUX D HYGIÈNE ET DE NETTOYAGE DANS LES HÔPITAUX MESURE OBJECTIVE DES NIVEAUX D HYGIÈNE ET DE NETTOYAGE DANS LES HÔPITAUX 1 Applications proposées par Hygiena Communauté Prestataires de services Hôpitaux. 2 Applications dans les hôpitaux Contrôle: Nettoyage

Plus en détail

La sternotomie. Conseils à suivre après votre intervention

La sternotomie. Conseils à suivre après votre intervention La sternotomie Conseils à suivre après votre intervention Qu est-ce qu une sternotomie? Quel objectif? Cette brochure vous explique ce qu est une sternotomie, et vous donne des conseils à observer après

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais.

Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais. Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais Méthodologie Enquête déclarative faite en février 2010 auprès des IDE hygiéniste et/ou

Plus en détail

Organisation des séquences de soins. gilles manquat f bloc 07

Organisation des séquences de soins. gilles manquat f bloc 07 Organisation des séquences de soins 1 Contexte organisationnel (1) Multiples taches à accomplir Par des catégories professionnelles différentes Niveaux de risque différents Définir les taches à réaliser

Plus en détail

Une cicatrice peut vous gâcher la vie! Comment l éviter?

Une cicatrice peut vous gâcher la vie! Comment l éviter? Une cicatrice peut vous gâcher la vie! Comment l éviter? UN ACCIDENT OU UNE INTERVENTION CHIRURGICALE VOUS ONT LAISSÉ UNE CICATRICE. QUE POUVEZ-VOUS FAIRE POUR L ATTÉNUER? Saviez-vous qu un grand nombre

Plus en détail

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien Syndrome du canal carpien Dr Xavier Martinache Qu est ce que le syndrome du canal carpien? Le syndrome du canal carpien correspond à une compression d un gros nerf situé dans la paume de votre main :le

Plus en détail

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7 p.1/7 1. OBJET Description des différentes étapes et des règles d asepsie nécessaires à la réalisation du sondage urinaire qui est un geste invasif. 2. DOMAINE D APPLICATION Ce protocole s applique à tous

Plus en détail

Audit de pratiques d hygiène dans les maternités des Pays de la Loire en

Audit de pratiques d hygiène dans les maternités des Pays de la Loire en Audit de pratiques d hygiène dans les maternités des Pays de la Loire en 2008-2009 - Bernard BRANGER, médecin coordinateur Réseau «Sécurité naissance» des Pays de la Loire - Aouatif LAMKARFED, sage-femme

Plus en détail

HYGIENE BUCCO DENTAIRE

HYGIENE BUCCO DENTAIRE 1. OBJECTIFS Réaliser une hygiène bucco-dentaire adaptée à chaque résident Diminuer le risque d infections en particulier bucco-dentaires et broncho-pulmonaires Une bouche saine participe à l amélioration

Plus en détail

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact :

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Un nouvel outil pour les équipes d hygiène Xe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Yann Ollivier 1 Contexte /

Plus en détail

Le port de gants à usage unique lors des activités de soins en CTR

Le port de gants à usage unique lors des activités de soins en CTR Le port de gants à usage unique lors des activités de soins en CTR état des lieux Forum d'hygiène Hospitalière Septembre 213 Firmino Battistella Infirmier régional HPCI Est-vaudois Hygiène Prévention et

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Dr Marie-Aliette DOMMERGUES Pédiatre, CHV-André Mignot Le 8 octobre 2009 Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Probabilité de survenue d une varicelle en cours de grossesse:

Plus en détail

IEDA Relief Rapport Cameroun IEDA Relief célèbre la Journée Mondiale du Lavage des Mains Région de l Extrême-Nord, Cameroun 12 au 15 Octobre 2015

IEDA Relief Rapport Cameroun IEDA Relief célèbre la Journée Mondiale du Lavage des Mains Région de l Extrême-Nord, Cameroun 12 au 15 Octobre 2015 Pratique du lavage des mains par un élève IEDA Relief Rapport Cameroun IEDA Relief célèbre la Journée Mondiale du Lavage des Mains Région de l Extrême-Nord, Cameroun 12 au 15 Octobre 2015 Préparé par Léon

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit.

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit. Pour plus d information, je contacte : Dr 1 Mon médecin : 2 Le service Info-Santé : 811 3 La Fondation canadienne du foie : www.liver.ca ou 514 876-4170 www.lavalensante.com MA LISTE D ACTIONS Je visite

Plus en détail

Entretien des jouets et du matériel partagé

Entretien des jouets et du matériel partagé Association des hygiénistes de Picardie 9 ème Journée d automne Noyon - 19 Septembre 2013 Entretien des jouets et du matériel partagé Annie BRENET ARLIN Picardie CCLIN PN Généralités L hygiène est un ensemble

Plus en détail

FORMULAIRE. Recueil d'urines pour ECBU (pot sterile et urinocol) - Externes. Date de vérification Validation Approbation

FORMULAIRE. Recueil d'urines pour ECBU (pot sterile et urinocol) - Externes. Date de vérification Validation Approbation UNIBIO BIOMED34 FORMULAIRE Recueil d'urines pour ECBU (pot sterile et urinocol) - Externes 1-C2FORM08 Version 4. 0 Applicable au : 2014-12-02 Date de vérification Validation Approbation 2014-12-01 BAYETTE

Plus en détail

Bonnes Pratiques d injection intra vitréenne (IVT)

Bonnes Pratiques d injection intra vitréenne (IVT) Sommaire Recommandations MAP Bonnes Pratiques d injection intra vitréenne (IVT) Messages clés L injection intra vitréenne doit être réalisée par un ophtalmologiste expérimenté. Elle doit être réalisée

Plus en détail

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE PARTICULARITE PRISE EN CHARGE C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 1 I) PARTICULARITE EN

Plus en détail

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Bilan des activités Esther et perspectives dans le cadre APPS Partenariat ESTHER- CHU de BORDEAUX- OMS Colloque Geres/ESTHER/ISSA Lomé, Togo

Plus en détail

Le référentiel de formation

Le référentiel de formation Chapitre 1 Le référentiel de formation Le diplôme peut s acquérir : soit par le suivi et la validation de l intégralité de la formation, en continu ou en discontinu ; soit par le suivi et la validation

Plus en détail

QUIZ Deux documents de référence LA PERFUSION SOUS CUTANÉE OU HYPODERMOCLYSE

QUIZ Deux documents de référence LA PERFUSION SOUS CUTANÉE OU HYPODERMOCLYSE QUIZ Deux documents de référence LA PERFUSION SOUS CUTANÉE OU HYPODERMOCLYSE ARLIN Aquitaine Journée des Correspondants en Hygiène 28 mai 2015 Recommandations pour la prévention des infections dans les

Plus en détail

PROCEDURE OPERATOIRE DE SERVICE

PROCEDURE OPERATOIRE DE SERVICE POS/DUS/SANTE/S005 du 05H119 Page 1/ 7 Date de mise en application : 01/05/09 PROCEDURE OPERATOIRE DE SERVICE NETTOYAGE ET DESINFECTION D UN VEHICULE DE PREMIERS (VPSP) ANNULE ET REMPLACE Cette POS annule

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

LE SOIN DE BOUCHE. Journée mondiale des Soins Palliatifs MERCREDI 15 OCTOBRE 2014 M-J BOURGADE A. GUYOMARD IDE/EMSC/CHUM

LE SOIN DE BOUCHE. Journée mondiale des Soins Palliatifs MERCREDI 15 OCTOBRE 2014 M-J BOURGADE A. GUYOMARD IDE/EMSC/CHUM LE SOIN DE BOUCHE Journée mondiale des Soins Palliatifs MERCREDI 15 OCTOBRE 2014 M-J BOURGADE A. GUYOMARD IDE/EMSC/CHUM 1 Définition Objectifs Représentations Intentionnalité dans le soin Objectifs poursuivis

Plus en détail