Problématique de l inscription des professions libérales dans la BCE. Note de politique générale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Problématique de l inscription des professions libérales dans la BCE. Note de politique générale"

Transcription

1 Problématique de l inscription des professions libérales dans la BCE Note de politique générale le 7 juillet 2005

2 Eléments clés 1. Situation La loi du 16 janvier 2003 portant sur la création d une Banque-Carrefour des Entreprises (ciaprès dénommée BCE) prévoit que, outre les informations actuelles dans la BCE, les informations relatives aux personnes qui exercent une profession intellectuelle, libre ou de prestataire de services, en qualité d'indépendant doivent également être enregistrées dans la BCE. Ce dernier groupe n a pas encore été enregistré dans la BCE. Les professions libérales qui soit ne sont pas une entreprise commerciale, soit ne sont pas immatriculées à l ONSS en qualité d employeur, ou ne sont pas assujetties à la TVA ne figurent donc pas dans la BCE. 2. Portée A la demande de Mme S. LARUELLE, Ministre des Classes moyennes et de l Agriculture, de M. M. VERWILGHEN, Ministre de l Economie et de M. V. VAN QUICKENBORNE, Secrétaire d Etat à la Simplification administrative, adjoint au Premier Ministre, le Service public fédéral Economie (SPF) et l Agence pour la Simplification administrative (ASA) ont été invités à analyser, à l aide du test KAFKA étendu, les conditions nécessaires à l enregistrement du groupe cible spécifié ci-dessus. Cette analyse a débuté fin janvier 2005 pour se terminer fin juin Elle a notamment examiné les points suivants : a) la délimitation précise du groupe cible, b) les objectifs d intégration possibles et réalisables, c) les données à enregistrer impérativement en fonction des objectifs, d) les responsabilités en matière de saisie par type de données à enregistrer. La présente note reprend les éléments-clés des constatations. Voir les annexes pour de plus amples détails et un aperçu exhaustif. 3. Groupe à enregistrer La définition du champ d application telle que reprise dans la loi BCE actuelle ne permet pas de définir de manière suffisamment précise et univoque le groupe cible à enregistrer. D une part, elle vise des personnes qui n agissent pas en qualité d entreprise au sens économique du terme. D autre part, certaines personnes agissant effectivement en qualité d entreprise au sens économique de terme risquent de ne pas être prises en considération. Outre la délimitation juridique de notions telles que travailleur indépendant, profession libérale, profession intellectuelle et de prestataire de services, une classification des professions libérales a été élaborée sur base de certains critères précis dans le cadre de l analyse. Première proposition: le groupe de pilotage propose de limiter le champ d application de la loi BCE, d une part, aux personnes morales (de droit privé et public), et d autre part, à toutes les personnes physiques qui, en Belgique, effectuent des livraisons de biens ou de services, comme entité indépendante, principalement ou complémentairement et qui poursuivent un but économique de manière durable. 4. Buts poursuivis et échelonnement Un des plus importants buts de la BCE est l aspiration à réaliser une collecte de données unique pour des entreprises, de sorte que ces données inclues dans la BCE, ne doivent (et ne peuvent) plus être réclamées par les administrations à l entreprise, mais être mises à la 2

3 disposition par la BCE. La collecte unique de données mène ainsi à une baisse réelle de charges pour les entreprises. La collecte unique de données contribue aussi à la simplification et l accomplissement de l environnement statistique. Un dernier but est le développement par et pour le grand public d une base de données des entreprises consultable, dont les données administratives (nom, adresse, type d activité) des «entreprises» enregistrées en Belgique sont disponibles. Deuxième proposition: afin de pouvoir garantir un enregistrement rapide et complet de l information de base du groupe à enregistrer, le groupe de pilotage conseille de, premièrement, enregistrer les données de base pour des professions libérales, notamment l identification et les activités au niveau de l entreprise. Cette proposition indique que, pour l initiation des professions libérales, l information sur la capacité professionnelle n est pas suivie pour le moment, vu que ceci apportera des charges extra pour tant les titulaires de la profession libérale même, les organisations professionnelles représentées (où applicable) et la BCE. Troisième proposition: sans ternir les obligations d inscription existantes, le groupe de pilotage conseille de faire initier les données de base concernant les professions libérales par l'institut national d'assurances sociales pour travailleurs indépendants (référé ci-dessous comme l INASTI). Par les fonds d assurances sociales, les professions libérales sont obligés de s annoncer. La BCE garantira elle-même, dans une fase suivante, l initiation des données au niveau d établissements par un formulaire électronique pour des entreprises qui ne sont ni une entreprise commerciale, ni employeur, ni assujetties à la TVA. 5. Actions exigées Citons d abord les adaptations juridiques. Premièrement, le champ d application doit être adapté, comme mentionné ci-dessus. Deuxièmement, il faut des adaptions dans l AR à la constatation des initiateurs et dans l AR du 19 juin 2003 concernant les modalités à admission et droits de consultations pour ces données BCE. Notons ensuite les exigences techniques telles l adaptation de la procédure d affiliation à l INASTI et des procédures d enregistrement à la BCE afin d enregistrer, de vérifier et d actualiser les données relatives aux professions libérales. Enfin, il convient de citer les adaptations organisationnelles. L enregistrement des activités à l INASTI doit être adaptée à la nomenclature NACEBEL. 3

4 Considérations préliminaires Article 4 de la loi du 16 janvier 2003 portant création d une Banque-Carrefour des Entreprises détermine le champ d application. En vertu de l article 4, 3, le quatrième tiret prévoit que les informations relatives à toute personne physique ou toute association qui en Belgique exerce une profession intellectuelle, libre ou de prestataire de services, en qualité d'indépendant doivent être enregistrées. Ce dernier groupe n a pas encore été enregistré dans la BCE. Les professions libérales qui soit ne sont pas une entreprise commerciale, soit ne sont pas immatriculées à l ONSS en qualité d employeur, soit ne sont pas assujetties à la TVA ne figurent donc pas encore dans la BCE. Les Ministres des Classes moyennes et de l Economie et le Secrétaire d Etat à la Simplification administrative ont demandé de faire le bilan des pertes et des profits liés à l enregistrement de ce groupe cible dans la BCE. Le SPF Economie et l Agence pour la Simplification Administrative (ASA) ont été chargés d élaborer un cadre légal et organisationnel permettant d enregistrer les professions libérales dans la BCE, avec un minimum de charges administratives, et de tenir à jour leurs données. Dans le cadre de cette analyse, la méthodologie du test KAFKA étendu a été appliquée. Cette méthodologie permet de faire le bilan des pertes et des profits liés aux différents scénarios d intégration des professions libérales dans la BCE. Pour ce faire, non seulement les charges imposées aux administrations, mais aussi celles imposées aux citoyens et aux entreprises ont été prises en considération. Par ailleurs, l analyse a examiné les charges liées aux adaptations juridiques (précisions et adaptions de la législation), organisationnelles (procédures et compétences) et techniques (IT et banques de données). Le suivi des travaux a été assuré par un groupe de pilotage. Les travaux ont été préparés par divers groupes de travail et lors de plusieurs tours de table bilatéraux. La contribution suivante commente les résultats du test KAFKA étendu : a) De quelles professions libérales s agit-il? b) Quels sont les objectifs de cette saisie? c) Quelles données doivent être enregistrées? d) Comment cette saisie sera-t-elle réalisée? e) Qui se chargera de la saisie? f) Quel sera l impact? 1. De quelles professions libérales s agit-il? La définition (voir aussi annexe 2) prévue dans l article 4, 3, quatrième tiret est sensible à la discussion. Cette définition est toutefois trop large. D une part, elle vise des personnes qui n agissent pas en qualité d entreprise au sens économique du terme. D autre part, certaines personnes agissant effectivement en qualité d entreprise au sens économique du terme risquent de ne pas être prises en considération. Outre la délimitation juridique de notions telles travailleur indépendant, profession libérale, profession intellectuelle et profession de prestataire de services, une classification des professions libérales a été élaborée sur la base de certains critères précis. Cette classification a été validée par divers services publics (TVA, SPF Economie Direction PME et le SPF Justice et par l UCM/UNIZO). D une part, elle reprend une répartition des professions libérales en fonction du caractère intellectuel ou non de la profession (par exemple avocat et réviseurs d entreprises face à vente directe et gardiennes 4

5 d enfants) et, d autre part, elle indique si ces professions doivent être inscrites ou non auprès d un ordre, institut ou administration. La catégorie résiduelle non encore inscrite dans la BCE peut être définie comme celle des entreprises non commerciales. Avis Le groupe de pilotage propose de limiter le champ d application de la loi BCE, d une part, aux personnes morales (de droit privé et public) et, d autre part, à toutes les personnes physiques qui, en Belgique, effectuent des livraisons de biens ou de services, comme entité indépendante, principalement ou complémentairement, et qui poursuivent un but économique de manière durable. Ceci veut dire que les groupes suivants ne seront pas inclus dans la BCE : 1. les travaillerus indépendants relevant du droit social tels les aidants, associés, administrateurs et conjoints aidants 2. les personnes physiques exerçants une profession libérale ou de prestataire de servicesen qualité de salariés Voir annexe Quels sont les objectifs de cette saisie? La BCE a pour objectif de réaliser le principe de la collecte unique des données. Les administrations ne pourront donc plus réclamer aux entreprises des données enregistrées dans la BCE par d autres administrations. Toutes les données enregistrées dans la BCE pour une entreprise déterminée peuvent être collectées à l aide du numéro d identification unique de cette entreprise. Cette collecte unique des données a des effets positifs pour l entreprise, pour les administrations et pour le citoyen. 1. Réduction des charges pour les entreprises Grâce à l intégration de toutes les professions libérales dans la BCE, les charges administratives imposées à ce groupe cible pourront être réduites. La collecte unique des données permet d éviter que les mêmes données ne doivent être réclamées plusieurs fois aux entreprises. Le nombre d actes administratifs pourra être réduit. 2. Consultation et utilisation des données déjà disponibles dans la BCE par d autres administrations La liaison entre les données disponibles sur les professions libérales et le numéro d identification unique simplifiera pour les autres administrations le réemploi par le biais de ce numéro d identification d informations relatives à ce groupe cible. 3. Possibilité de compléter les statistiques L intégration de toutes les professions libérales dans la BCE permettra de compléter les statistiques relatives aux entreprises belges. Les instances responsables de la production des statistiques pourront s adresser à la BCE afin de consulter ces données. Par conséquent, ces instances ne devront plus réclamer aux entreprises les données disponibles dans la BCE. 5

6 4. Possibilités de consultation pour le grand public L objectif sous-jacent de la BCE est enfin de constituer une banque de données des entreprises permettant à un large public de consulter les données disponibles sur les entreprises. Grâce à l enregistrement des codes d activité NACEBEL, le citoyen pourra par exemple obtenir des informations sur les entreprises exerçant certaines activités. La publication de ces informations fournira un incitant supplémentaire aux entreprises pour qu elles enregistrent et actualisent les données. 3. Quelles données doivent être enregistrées? Il convient d opérer une distinction entre différents types de données. 1. La personne face à l entreprise Il importe en premier lieu de distinguer le lancement d une entreprise en qualité de personne morale (PM) et le lancement d une entreprise en qualité de personne privée (PP). Tant les personnes morales que les personnes privées qui lancent une entreprise sont identifiées dans la BCE à l aide d un numéro unique, le numéro d entreprise. Il convient de faire remarquer que la BCE a uniquement pour mission d enregistrer des données. Or, de nombreuses données relatives aux professions libérales concernent la personne du titulaire d une profession libérale (citoyen) et non le titulaire d une profession libérale en qualité d entreprise. Les données relatives à la personne doivent être enregistrées par le biais du numéro de registre national des personnes physiques. Pour les personnes physiques n agissant pas en qualité d entreprise distincte, la collecte unique des données devrait donc être organisé par le numéro de registre national et non par le numéro d entreprise. 2. L entreprise face à l unité d établissement Il convient de distinguer, d une part, les données au niveau de l entreprise et, d autre part, les données au niveau de l unité d établissement. L entreprise est l entité juridique à laquelle le numéro d entreprise est attribué. Chaque lieu de travail où l entreprise exerce ses activités et qui est identifié par une adresse est défini comme unité d établissement. Néanmoins, il convient de faire remarquer que les données au niveau des unités d établissement ne doivent être enregistrées que si cette obligation est imposée par une loi belge. 6

7 3. Les données de base face aux données détaillées Il convient d opérer une distinction au niveau de la nature des données : d une part, les données d identification de base telles le nom et l adresse et, d autre part, les données telles les activités, la fonction et la qualité. Il convient de citer comme données de base au niveau de l entreprise le nom, l adresse, la date de lancement et de cessation de l entreprise et les informations juridiques (forme, situation). Pour une personne privée, il s agit du nom, du prénom et de l adresse de son domicile. Pour une personne morale, il s agit des informations figurant dans les statuts : la dénomination sociale, éventuellement la raison sociale et l abréviation, le siège social et la forme juridique. Au niveau des établissements, la raison sociale et l adresse font également partie des données de base. Ces données de base sont nécessaires à l identification de l entreprise et des diverses unités d établissement. Pour l enregistrement des professions libérales dans la BCE, l identification du nom et de l adresse est prioritaire et nécessaire. Grâce à l enregistrement de ces données, toutes les professions libérales pourront être identifiées à l aide de leur numéro d entreprise. Ainsi, non seulement les statistiques relatives aux acteurs économiques pourront être complétées, mais l octroi du numéro d identification unique, à savoir le numéro d entreprise, permettra aussi d éviter que les données de base ne doivent être réclamées plusieurs fois aux entreprises. Les administrations peuvent consulter ces données auprès de la BCE et les utiliser. Pour l enregistrement des professions libérales dans la BCE, il est essentiel d identifier les activités de ce groupe cible à partir de la nomenclature NACEBEL. En effet, l enregistrement permettra non seulement de compléter les données relatives aux acteurs économiques, mais aussi d éviter que ces données ne doivent être réclamées plusieurs fois aux entreprises étant donné qu elles sont disponibles et utilisables auprès de la BCE. L entreprise ne devra donc faire enregistrer ses activités qu une seule fois. Avis Les analyses des groupes de travail (voir annexes 3 et 4) font apparaître que la saisie et surtout la tenue à jour des données relatives à la qualification professionnelle entraîneront une augmentation des charges administratives trop lourde en interne. Les initiateurs possibles sont les points de contact auprès desquels les professions libérales doivent s inscrire actuellement: les ordres, instituts et administrations. La diversité de toutes ces organisations compliquerait fortement l établissement d accords pratiques et les rendrait ingérables. Etant donné que la plupart de ces organisations ne tiennent à jour que des données relatives à la personne, les titulaires d une profession libérale pourraient être invités à fournir des informations complémentaires, ce qui est contraire à la réduction des charges envisagée. C est pourquoi le groupe de pilotage propose de ne pas encore enregistrer dans la BCE les données relatives à la qualification professionnelle. Afin de rendre ces données accessibles, il suggère de créer un lien sur le site portail fédéral vers les banques de données des administrations compétentes et des ordres et instituts concernés d où les listes des titulaires d une profession certifiée ou d une profession libérale à qualification professionnelle particulière ont été intégré. Le groupe de pilotage conclut qu il convient d abord d enregistrer les données de base pour les professions libérales : l octroi d un numéro d entreprise y compris l identification (nom et adresse) et les activités au niveau de l entreprise. 7

8 4. Comment cette saisie sera-t-elle réalisée? Les effets de la saisie des diverses données ont été examinés dans le cadre de l analyse KAFKA étendue (voir annexe 3). Avis Le groupe de pilotage propose une approche échelonnée. Phase 1: Dans un premier temps, les données d identification de base (numéro de registre national, nom, adresse, activité) au niveau de l entreprise seront enregistrées pour toutes les professions libérales. Par conséquent, chaque titulaire d une profession libérale pourrait disposer d un numéro d entreprise. Phase 2: Une étape suivante constitue l enregistrement des données supplémentaires, comme les unités d établissement. Le groupe de pilotage propose de commencer que la première phase. 5. Qui se chargera de la saisie? Les données relatives au titulaire d une profession libérale pourraient être enregistrées par diverses instances : les ordres, instituts ou administrations compétentes auprès desquels le titulaire d une profession libérale doit s enregistrer ou les initiateurs actuels pour les autres entreprises, à savoir les guichets d entreprises, l Administration de la TVA, l ONSS ou l INASTI qui assure l enregistrement de tous les travailleurs indépendants par l intermédiaire des caisses d assurances sociales (CAS). Pour chacun de ces scénarios, les avantages et les inconvénients tant en termes d effectivité (éviter toute augmentation des charges pour le groupe cible concerné) qu en termes d efficacité (complexité de la saisie) ont été analysés. Cette analyse est étayée par des documents détaillés repris dans le rapport d analyse KAFKA (voir annexe 4). Si la saisie des données relatives aux professions libérales est prise en charge par les ordres ou instituts, le titulaire d une profession libérale affilié à un de ces ordres ou instituts ne devra supporter qu un minimum de charges supplémentaires à condition que l initiateur concerné dispose des informations relatives à l entreprise. Les ordres ou instituts disposent souvent des données relatives à (la qualité et à) la qualification professionnelle. Par contre, la plupart des ordres et instituts n utilisent pas la notion d «entreprise». La diversité des ordres et instituts peut peser sur les frais de gestion de la BCE et donner lieu à des interrogations supplémentaires des concernés. Si la saisie est prise en charge par le SPF de tutelle, l administration concernée sera l initiateur des données relatives aux professions libérales sur lesquelles elle exerce la tutelle. En dehors des données de base, la plupart des SPF ne disposent pas des données souhaitées et les réclament actuellement à d autres instances telles les ordres et instituts. Les SPF contactés ne souhaitent généralement pas se charger de la saisie supplémentaire des données relatives à ce groupe d entreprises. Ils estiment qu il est plus avantageux de consulter et d utiliser les données disponibles dans la BCE à des fins de vérification. La plupart de ces organismes publics n utilisent pas non plus la notion d «entreprise». 8

9 Le guichet d entreprise a acquis une large expérience au niveau de l enregistrement des données relatives aux entreprises commerciales, tant au niveau de l entreprise (pour les PP) qu au niveau de l unité d établissement (PP et PM). Leur rôle d initiateur pourrait être étendu à d autres professions telles les titulaires d une profession libérale. Le guichet d entreprise pourrait alors être évolué vers le point de contact par excellence des concernés. Les concernés devront toutefois payer un prix pour ces services et le guichet d entreprise sera un point de contact supplémentaire pour le nouveau groupe cible. Tous les travailleurs indépendants doivent s affilier à une caisse d assurances sociales (CAS) par le biais d une application développée par l INASTI. Ce dernier organisme dispose des données d identification de base de ce groupe cible. Néanmoins, il convient d opérer une distinction dans ce cadre entre les travailleurs indépendants ayant créé une entreprise en qualité de personne privée et les exploitants ou associés qui ne sont pas enregistrés dans la BCE en qualité d entreprise. Actuellement, l ONSS se charge de la saisie des données de base et des codes d activité au niveau de l entreprise pour les entreprises non commerciales ayant introduit une demande d immatriculation. Pour ce groupe cible, l ONSS saisit également les données au niveau de l établissement et demande que son rôle d initiateur pour ce groupe cible soit confirmé. L Administration de la TVA enregistre les données de base et les codes d activité pour les entreprises assujettie à la TVA au niveau de l entreprise (PP). Cet organisme souhaite enregistrer les données au niveau de l unité d établissement pour ce groupe cible (à confirmer formellement par l administration de la TVA). Une proposition complémentaire consiste à demander les données manquantes par le biais d un formulaire électronique. Si les informations disponibles sont préimprimées, les charges administratives imposées aux entreprises resteront limitées à l obligation de compléter les données manquantes. Cette approche nécessite toutefois un investissement non négligeable au niveau du développement du formulaire et des accords sur la mise à disposition et l utilisation des informations, mais surtout au niveau du lancement de mécanismes de contrôle destinés à vérifier les informations mises à disposition par le concerné, ce qui se répercutera sur les frais de gestion. 9

10 Avis Concernant les personnes qui exercent une profession libérale et qui remplissent à la condition de l article 4, 3 de la loie CBE de 16 janvier 2003 et qui ne disposent pas encore d un numéro d entreprise, le groupe de pilotage propose de confier à l INASTI l enregistrement des données de base. Puisque les professions libérales sont obligées de s affilier par l intermédiaire des caisses d assurances sociales (CAS). Cette affiliation pourrait fournir l occasion d enregistrer les données de base pour les professions libérales. De cette manière toutes les charges supplémentaires seront évitées pour le concerné (voir annexe 5 pour l analyse d impact). 10

11 6. Quel sera l impact? L intégration des professions libérales dans la BCE nécessitera un certain nombre des adaptations suivantes. Adaptations juridiques La nouvelle proposition de définition en vue de délimiter le groupe cible des professions libérales à reprendre dans la BCE requiert une adaptation de la loi BCE du 16 janvier Afin d intégrer les informations relatives aux titulaires d une profession libérale dans la BCE, il sera nécessaire de confier le rôle d initiateur à la (nouvelle) organisation qui se chargera de la saisie. L arrêté royal relatif aux gestionnaires et aux initiateurs devra donc être adapté. Adaptations techniques Il conviendra de conclure des accords avec les initiateurs des nouvelles données complémentaires sur le rôle qu ils accompliront au niveau de la saisie et de l actualisation de ces données. En fonction du degré de détail des informations, des procédures et demandes adéquates devront être développées par les initiateurs et la BCE. Le nouveau groupe de professions libérales, sera identifié dans la BCE à l aide d une nouvelle dénomination désignant la qualité. Ce code de qualité «entrepreneur indépendant» devra être ajouté dans la banque de données BCE. Actuellement, la BCE ne reprend que des codes désignant les entités déjà enregistrées telles entreprise commerciale, assujetti à la TVA ou assujetti à l ONSS. Les fonctionnalités du moteur de recherche Public Search devront être étendues à terme, de manière à permettre une recherche sur divers critères comme les activités. Actuellement, il est uniquement possible de chercher sur le nom de l entreprise. Ensuite, il convient de déterminer le niveau de la consultation : au niveau de l entreprise ou au niveau de l unité d établissement. Si l objectif à terme est également d informer le grand public sur l octroi éventuel d une qualification professionnelle ou certification à une entreprise, il conviendra d enregistrer des données complémentaires. Actuellement, seules les données de base et les activités au niveau de l entreprise et au niveau de l unité d établissement sont enregistrées. Le degré de détail dont a besoin le grand public peut être supérieur à celui des données collectées pour le moment. Actuellement, des codes NACEBEL sont par exemple enregistrés pour des groupes d activités (comme les professions paramédicales), tandis que la consultation par les citoyens doit plutôt permettre d identifier des logopèdes, infirmiers, etc. Par conséquent, le niveau de détail des activités NACEBEL enregistrées devrait être augmenté. Adaptations organisationnelles Une première adaptation concerne l intégration de la saisie dans les procédures du nouvel initiateur de ce groupe cible. L objectif étant de réduire au maximum les charges imposées aux entreprises, l initiateur désigné devra adapter les procédures initiales (telles la procédure d affiliation à l INASTI). Cette remarque s applique également à la BCE qui sera notamment tenue d établir des contacts et de conclure des accords avec un initiateur supplémentaire. 11

CONSEIL DE LA CONCURRENCE. Auditorat. Décision n 2013-PK-32-AUD du 30 août 2013

CONSEIL DE LA CONCURRENCE. Auditorat. Décision n 2013-PK-32-AUD du 30 août 2013 CONSEIL DE LA CONCURRENCE Auditorat Décision n 2013-PK-32-AUD du 30 août 2013 Affaire CONC-P/K-05/0007: Infobase / Coface Euro DB I. Procédure Le Conseil de la concurrence a enregistré le 16 février 2005

Plus en détail

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Légende: Examen des différents instruments juridiques dont dispose la Banque centrale européenne. Source: Bulletin mensuel de la BCE. dir. de

Plus en détail

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S concernant UN PROJET DE LOI PORTANT CREATION D UNE BANQUE-CARREFOUR DES ENTREPRISES, MODERNISATION DU REGISTRE DE COMMERCE ET CREATION

Plus en détail

fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée;

fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée; 1/11 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 37/2013 du 14 novembre 2013 Objet: Demande d autorisation d accès à la Banque-Carrefour des véhicules du SPF Mobilité et Transports par

Plus en détail

A V I S N 1.855 ----------------------- Séance du mardi 25 juin 2013 ----------------------------------------

A V I S N 1.855 ----------------------- Séance du mardi 25 juin 2013 ---------------------------------------- A V I S N 1.855 ----------------------- Séance du mardi 25 juin 2013 ---------------------------------------- Projet de loi modifiant le Chapitre 8 du Titre IV de la loi-programme (I) du 27 décembre 2006

Plus en détail

Avis relatif à la position du médiateur dans l hôpital et sa relation vis-à-vis du gestionnaire hospitalier, de la direction et du médecin en chef

Avis relatif à la position du médiateur dans l hôpital et sa relation vis-à-vis du gestionnaire hospitalier, de la direction et du médecin en chef SPF SANTE PUBLIQUE, Le 22/01/07 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT DIRECTION GENERALE DE L ORGANISATION DES ETABLISSEMENTS DE SOINS --- COMMISSION FEDERALE «DROITS DU PATIENT» --- Réf.

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE MODIFICATION DE DONNEES DANS LA BANQUE CARREFOUR DES ENTREPRISES

FORMULAIRE DE DEMANDE MODIFICATION DE DONNEES DANS LA BANQUE CARREFOUR DES ENTREPRISES FORMULAIRE DE DEMANDE MODIFICATION DE DONNEES DANS LA BANQUE CARREFOUR DES ENTREPRISES 1. DONNEES DE BASE 1.1 Choix de langue néerlandais français allemand 1.2 Numéro d identification (compléter uniquement

Plus en détail

Charte du Portail de l information publique environnementale

Charte du Portail de l information publique environnementale Charte du Portail de l information publique environnementale http://www.toutsurlenvironnement.fr Entre : L État, représenté par le ministre chargé de l environnement Dénommé ci-après «Maître d ouvrage»

Plus en détail

Demande d accès aux données de la Banque-Carrefour des Entreprises et de la base de données «Activités ambulantes et foraines»

Demande d accès aux données de la Banque-Carrefour des Entreprises et de la base de données «Activités ambulantes et foraines» Formulaire à renvoyer complété au Service de Gestion de la Banque-Carrefour des Entreprises, Bd du Roi Albert II, 16 à 1000 Bruxelles Helpdesk : Tél. : 02/277 64 00 e-mail : helpdesk.bce@economie.fgov.be

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/320 DÉLIBÉRATION N 12/097 DU 6 NOVEMBRE 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR L'INSTITUT

Plus en détail

Vu la demande du Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale du 8 juin 2007 ;

Vu la demande du Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale du 8 juin 2007 ; CSSS/07/124 1 DÉLIBÉRATION N 07/038 DU 3 JUILLET 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À LA DIRECTION DES TAXIS ET DES TRANSPORTS RÉGULIERS SPÉCIALISÉS DE L ADMINISTRATION DE

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE Entre : - l Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, et - les Organisations syndicales

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE 17/11/2011 Le commerce électronique est en pleine expansion, il s inscrit maintenant dans un cadre juridique précis. Le Code civil, le Code de la consommation et la loi pour la confiance

Plus en détail

Vu la demande du Département de l Enseignement du Ministère de la Communauté flamande du 23 mai 2005;

Vu la demande du Département de l Enseignement du Ministère de la Communauté flamande du 23 mai 2005; CSSS/05/90 1 DÉLIBÉRATION N 05/031 DU 10 OCTOBRE 2005, MODIFIÉE LE 20 JUIN 2006, RELATIVE AU DÉPARTEMENT DE L ENSEIGNEMENT DU MINISTÈRE DE LA COMMUNAUTÉ FLAMANDE ACCÈS AUX REGISTRES BANQUE CARREFOUR GÉRÉS

Plus en détail

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant :

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : BULLETIN DE SALAIRE Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : l employeur (nom, adresse, numéro d immatriculation, code

Plus en détail

Note 1 relative à l organisation de l examen d admission au stage d expert-comptable

Note 1 relative à l organisation de l examen d admission au stage d expert-comptable Note 1 relative à l organisation de l examen d admission au stage d expert-comptable La loi du 22 avril 1999 relative aux professions comptables et fiscales donne à tout détenteur d un diplôme repris à

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Santé

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Santé 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Santé CSSS/12/241 DÉLIBÉRATION N 12/065 DU 17 JUILLET 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL AU COLLÈGE INTERMUTUALISTE

Plus en détail

l'organisation d'un intégrateur de services fédéral (CO-A-2015-025) données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 29 ;

l'organisation d'un intégrateur de services fédéral (CO-A-2015-025) données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 20/2015 du 10 juin 2015 Objet : avis relatif au projet d'arrêté royal déterminant les critères sur la base desquels des données sont qualifiées d'authentiques en exécution de la loi du 15 août

Plus en détail

CONFERENCE LIBRE DU JEUNE BARREAU CONFERENCE DE MIDI LA BANQUE CARREFOUR DES ENTREPRISES

CONFERENCE LIBRE DU JEUNE BARREAU CONFERENCE DE MIDI LA BANQUE CARREFOUR DES ENTREPRISES CONFERENCE LIBRE DU JEUNE BARREAU CONFERENCE DE MIDI LA BANQUE CARREFOUR DES ENTREPRISES 1. Le cadre législatif Loi du 16 janvier 2003 portant création d une Banque-Carrefour des Entreprises, modernisation

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2009/3 Traitement comptable des subsides en capital dont l octroi et/ou le paiement sont échelonnés sur plusieurs années Avis du 11 février 2009 Mots clés Condition

Plus en détail

«Pour une révision de la directive actuelle applicable au secteur public»

«Pour une révision de la directive actuelle applicable au secteur public» Règlement général sur la protection des données «Pour une révision de la directive actuelle applicable au secteur public» Projet de prise de position du CCRE sur la proposition de la Commission de règlement

Plus en détail

A V I S N 1.662 ------------------------ Séance du lundi 22 décembre 2008 -------------------------------------------------

A V I S N 1.662 ------------------------ Séance du lundi 22 décembre 2008 ------------------------------------------------- A V I S N 1.662 ------------------------ Séance du lundi 22 décembre 2008 ------------------------------------------------- Favoriser la mise à l emploi de travailleurs d origine étrangère x x x 2.329-1

Plus en détail

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France Date de publication : 25 mars 2014 ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014 relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA BANQUE DE FRANCE,

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

REGISTRES OBLIGATOIRES CONFORMEMENT AU DROIT DU TRAVAIL

REGISTRES OBLIGATOIRES CONFORMEMENT AU DROIT DU TRAVAIL REGISTRES OBLIGATOIRES CONFORMEMENT AU DROIT DU TRAVAIL 16/12/2014 Tout employeur doit tenir un certain nombre de registres destinés à l'information des administrations. Leur nombre varie en fonction de

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) I ADHÉSION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) I ADHÉSION RÈGLEMENT INTÉRIEUR Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) PRÉAMBULE Dans le cadre du présent règlement : - l association sera dénommée «SIMT», - le membre

Plus en détail

L effectivité du droit à la qualification : objectif structurant de la réforme annoncée de la formation professionnelle.

L effectivité du droit à la qualification : objectif structurant de la réforme annoncée de la formation professionnelle. L effectivité du droit à la qualification : objectif structurant de la réforme annoncée de la formation professionnelle. 1. De l affirmation du droit à la qualification à son «effectivité». L accès à la

Plus en détail

Projet de relevé de conclusions relatif à la modernisation des droits et moyens syndicaux

Projet de relevé de conclusions relatif à la modernisation des droits et moyens syndicaux Projet de relevé de conclusions relatif à la modernisation des droits et moyens syndicaux Les Accords de Bercy sur la rénovation du dialogue social, signés le 2 juin 2008 par les ministres en charge de

Plus en détail

Le département de l Enseignement a également été autorisé à utiliser le numéro d identification du Registre national pour les mêmes finalités.

Le département de l Enseignement a également été autorisé à utiliser le numéro d identification du Registre national pour les mêmes finalités. CSSS/05/90 1 DELIBERATION N 05/031 DU 10 OCTOBRE 2005 RELATIVE AU DEPARTEMENT DE L ENSEIGNEMENT DU MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FLAMANDE ACCES AUX REGISTRES BANQUE CARREFOUR GERES PAR LA BANQUE CARREFOUR

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/10/075 DÉLIBÉRATION N 10/044 DU 1 ER JUIN 2010 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PROVENANT

Plus en détail

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale Circulaire Objet : dont la date d effet est fixée à compter du 1 er janvier 2015 Référence : 2014-65 Date : 23 décembre 2014 Direction juridique et de la réglementation nationale Département réglementation

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2002-168

LETTRE CIRCULAIRE N 2002-168 PARIS, le 22/07/2002 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2002-168 OBJET : Application de l'accord du 21 juin 1999 conclu entre l'union européenne et

Plus en détail

Paris, le 08/10/2004. Circulaire n NOR/LBL/B/04/10077/C

Paris, le 08/10/2004. Circulaire n NOR/LBL/B/04/10077/C MINISTERE DE L'INTERIEUR DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES SOUS-DIRECTION DES ELUS LOCAUX ET DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA PROTECTION SOCIALE BUREAU

Plus en détail

La banque de données fédérale des professionnels des soins de santé. Professeur Docteur Alain De Wever, Nadia Benahmed. Objectif

La banque de données fédérale des professionnels des soins de santé. Professeur Docteur Alain De Wever, Nadia Benahmed. Objectif La banque de données fédérale des professionnels des soins de santé Professeur Docteur Alain De Wever, Nadia Benahmed Objectif La loi du 29 janvier 2003 (MB : 26.02.03) institue la banque de données fédérale

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

Programme Bourse Solidarité Vacances Convention ANCV Porteur de projets

Programme Bourse Solidarité Vacances Convention ANCV Porteur de projets (organisme) Agréé(e) par Programme Bourse Solidarité Vacances Convention ANCV Porteur de projets ENTRE LES SOUSSIGNES: L Agence Nationale pour les Chèques-Vacances, Établissement public à caractère industriel

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/136 DELIBERATION N 09/049 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIEE LE 1 ER DECEMBRE 2009, RELATIVE A LA COMMUNICATION DE

Plus en détail

Source administrative

Source administrative SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie Source administrative BCE : Banque-carrefour des Entreprises Informations générales La Banque-Carrefour des Entreprises est un registre créé au sein du Service

Plus en détail

COMMUNE DE FERNEY-VOLTAIRE CAHIER DES CHARGES

COMMUNE DE FERNEY-VOLTAIRE CAHIER DES CHARGES COMMUNE DE FERNEY-VOLTAIRE CAHIER DES CHARGES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE PRESTATIONS DE SERVICES JURIDIQUES : CONSEIL ET REPRESENTATION EN JUSTICE Article 1 - Objet du contrat 1-1 Présentation Le

Plus en détail

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) ***

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** 2 Après avoir consulté la commission permanente «Politique générale

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes. Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes. Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision le 8 novembre 2011 Décision 2011-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision Au cours de sa séance du 3 novembre

Plus en détail

Règlement relatif à la redevance de stationnement réglementé.

Règlement relatif à la redevance de stationnement réglementé. Règlement relatif à la redevance de stationnement réglementé. Conseil communal du 28 septembre 2015 Le règlement relatif à la redevance de stationnement réglementé se lira désormais comme suit : Article

Plus en détail

Annexe à la circulaire D1 2001/13 du 18 décembre 2001 relative à la compliance TABLE DES MATIERES

Annexe à la circulaire D1 2001/13 du 18 décembre 2001 relative à la compliance TABLE DES MATIERES Annexe à la circulaire D1 2001/13 du 18 décembre 2001 relative à la compliance TABLE DES MATIERES Table des matières 0. Base légale et aperçu des principes 1. Définition de la compliance 2. Responsabilité

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative 1. Les lignes directrices élaborées par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP)

Plus en détail

Saisine : Ministre de la Justice (8 octobre 2013) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de la Justice (8 octobre 2013) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 22 avril 2014 Objet : 1) Projet de loi portant réforme du régime de publication légale relatif aux sociétés et associations modifiant - la loi modifiée du 19 décembre 2002 concernant le

Plus en détail

Considérations préliminaires

Considérations préliminaires 1 Considérations préliminaires Le message que Claude m a envoyé il y a quelques semaines m a fait comprendre qu en dépit du succès du séminaire de Paris en mai dernier, le CEDEP a des soucis financiers

Plus en détail

CONVOCATION À ASSISTER À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE DES ACTIONNAIRES

CONVOCATION À ASSISTER À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE DES ACTIONNAIRES société anonyme Allée de la Recherche 60, 1070 Bruxelles n d entreprise 0403.053.608 (RPM Bruxelles) ("UCB SA") CONVOCATION À ASSISTER À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE DES ACTIONNAIRES Les actionnaires

Plus en détail

CSSS/06/025. Vu la demande du SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie du 8 novembre 2005;

CSSS/06/025. Vu la demande du SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie du 8 novembre 2005; CSSS/06/025 1 DELIBERATION N 06/010 DU 14 FEVRIER 2006 RELATIVE A LA CONSULTATION DU FICHIER DU PERSONNEL PAR LE SERVICE GUICHETS D ENTREPRISES DE LA DIRECTION GÉNÉRALE POLITIQUE PME DU SERVICE PUBLIC

Plus en détail

Circulaire du 4 septembre 2009

Circulaire du 4 septembre 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat NOR : BCFF0920191C Circulaire du 4 septembre 2009 relative à l organisation, aux attributions

Plus en détail

I. INFORMATION AUX NOTAIRES

I. INFORMATION AUX NOTAIRES Taxe sur la valeur ajoutée. Article 44, 1 er, 1, du Code de la TVA. Soumission à la TVA des prestations des notaires et des huissiers de justice à partir du 1 er janvier 2012. L administration a informé

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106)

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106) FR ECB-PUBLIC AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106) Introduction et fondement juridique Le 15 novembre 2012, la Banque centrale

Plus en détail

NOR : RDFF1228702C. La ministre de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique

NOR : RDFF1228702C. La ministre de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 26 juillet 2012 relative à la mise en œuvre du dispositif d accès à l emploi titulaire

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/050 AVIS N 08/04 DU 4 MARS 2008 RELATIF À LA COMMUNICATION DE DONNÉES ANONYMES AU FOREM ET A LA PLATE-FORME DE

Plus en détail

STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE

STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE Adoptés par l assemblée générale extraordinaire du 9 novembre 2012 TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE Article 1 Constitution, dénomination A l initiative des professionnels

Plus en détail

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Textes de référence : articles L.225-38, L.225-39, L.225-40, L.225-96, L.225-98, L.225-100, L.225-102-1 L.225-105,

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique BEPS ACTION 10: PROJET DE RAPPORT RELATIF AUX PRIX DE TRANSFERT PRATIQUES DANS LES TRANSACTIONS TRANSFRONTALIERES PORTANT SUR DES PRODUITS DE BASE 6 décembre 2014 6 février 2015 PROJET

Plus en détail

DELIBERATION N 2016-40 DU 16 MARS 2016 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

DELIBERATION N 2016-40 DU 16 MARS 2016 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT DELIBERATION N 2016-40 DU 16 MARS 2016 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015

Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015 ARIF / Juin 2015 Page 1 sur 7 Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015 A.- Généralités 1. Contenu Le présent document contient un certain nombre de renseignements et d instructions pour les

Plus en détail

RSM InterTax TaxAlert Décembre 2015

RSM InterTax TaxAlert Décembre 2015 RSM InterTax TaxAlert Décembre 2015 Le droit à déduction grevant les biens à usage mixte : évolution intéressante! Les annéés passent et se ressemblent Il est de réputation notoire que l administration

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-48 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA

DELIBERATION N 2015-48 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA DELIBERATION N 2015-48 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA MODIFICATION DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES

Plus en détail

GUICHET D ENTREPRISES MODIFICATION PERSONNE MORALE

GUICHET D ENTREPRISES MODIFICATION PERSONNE MORALE GUICHET D ENTREPRISES MODIFICATION PERSONNE MORALE (DANS LA BANQUE CARREFOUR DES ENTREPRISES) INFORMATIONS PREALABLES La demande est complétée par : l organe de la société (Cocher la case) un mandataire

Plus en détail

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Juillet 2011 Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Document de nature explicative L instauration de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) par l ordonnance n o 2010-76 1 s est

Plus en détail

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes :

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes : Section de l intérieur Avis n 370.169 18 mai 2004 Domaine public de l Etat Consistance et délimitation Cas de la mise à disposition de la Cinémathèque française de locaux acquis par l Etat - Affectation

Plus en détail

Relatif aux modalités d établissement des comptes des établissements de paiement

Relatif aux modalités d établissement des comptes des établissements de paiement CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION DE L AVIS N 2009-19 DU 3 DÉCEMBRE 2009 Relatif aux modalités d établissement des comptes des établissements de paiement Sommaire 1 Présentation

Plus en détail

Indépendant Guichet d entreprises, caisse d assurances sociales, mutuelle : pourquoi choisir des organismes différents?

Indépendant Guichet d entreprises, caisse d assurances sociales, mutuelle : pourquoi choisir des organismes différents? Indépendant Guichet d entreprises, caisse d assurances sociales, mutuelle : pourquoi choisir des organismes différents? Fiche juridique Travail indépendant Pour démarrer une activité d indépendant, il

Plus en détail

En savoir plus sur les services financiers. Comment porter plainte

En savoir plus sur les services financiers. Comment porter plainte En savoir plus sur les services financiers Comment porter plainte COMMISSION BANCAIRE, FINANCIERE ET DES ASSURANCES 2 Comment porter plainte En savoir plus sur les services financiers 5 Introduction 6

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/186 DÉLIBÉRATION N 08/068 DU 4 NOVEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE - Dossier de consultation - et UEROS Nortraum 3 et 5 Rue du Docteur CHARCOT 59000 LILLE

MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE - Dossier de consultation - et UEROS Nortraum 3 et 5 Rue du Docteur CHARCOT 59000 LILLE MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE - Dossier de consultation - ETABLISSEMENTS : Centre Lillois de Rééducation Professionnelle et UEROS Nortraum 3 et 5 Rue du Docteur CHARCOT 59000 LILLE OBJET : MAPA 01315005 -

Plus en détail

Contrat de partenariat

Contrat de partenariat Contrat de partenariat ENTRE LES SOUSSIGNES : Milieu de Terrain, EURL au capital de 1.000 euros, immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Besançon sous le n B 537 727 117, dont le siège

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/129 DÉLIBÉRATION N 09/068 DU 3 NOVEMBRE 2009 RELATIVE A L ACCES AUX REGISTRES BANQUE-CARREFOUR DANS LE CHEF DE

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/175 DELIBERATION N 08/060 DU 4 NOVEMBRE 2008 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LA

Plus en détail

Bruxelles, le 6 novembre 2007. Madame, Monsieur, Introduction

Bruxelles, le 6 novembre 2007. Madame, Monsieur, Introduction Politique prudentielle banques et assurances Bruxelles, le 6 novembre 2007 Communication de la CBFA sur sa politique concernant les questions d externalisation de services de gestion de portefeuille de

Plus en détail

ACCORD EUROPEEN SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN AGRICULTURE

ACCORD EUROPEEN SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN AGRICULTURE ACCORD EUROPEEN SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE EA(02)212X1 EN AGRICULTURE PREAMBULE L objectif stratégique de l Union européenne, fixé par le sommet de Lisbonne de mars 2000, est de devenir, d ici 2010,

Plus en détail

DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d exercice de l ostéopathie NOR: SANH0721330D

DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d exercice de l ostéopathie NOR: SANH0721330D DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d exercice de l ostéopathie NOR: SANH0721330D Le Premier ministre, Sur le rapport du ministre de la santé et des solidarités,

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. LIMITÉE TD/B/COM.2/ISAR/L.4 18 septembre 2001 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF-Accueillant(e) auto. d'enfant A08 Bruxelles, le 25.06.2009 MH/BL/JP A V I S sur UN ARRETE ROYAL RELATIF A L'EXCLUSION DE L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

Plus en détail

DÉCRET RELATIF A LA CARTE D IDENTIFICATION DES SALARIÉS DU BTP

DÉCRET RELATIF A LA CARTE D IDENTIFICATION DES SALARIÉS DU BTP N 38 - SOCIAL n 18 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 3 mars 2016 ISSN 1769-4000 DÉCRET RELATIF A LA CARTE D IDENTIFICATION DES SALARIÉS DU BTP L essentiel La carte d identification professionnelle

Plus en détail

Note sur la simplification des démarches administratives des étudiant-e-s. Présentée au Conseil Fédéral de la FEF du 27/11/2007

Note sur la simplification des démarches administratives des étudiant-e-s. Présentée au Conseil Fédéral de la FEF du 27/11/2007 Note sur la simplification des démarches administratives des étudiant-e-s Présentée au Conseil Fédéral de la FEF du 27/11/2007 Tables des matières 1 Introduction...3 2 Ethique et protection de la vie privée...3

Plus en détail

INFORMATIONS ECONOMIQUES ET FINANCIERES A FOURNIR AUX CONSEILS D ENTREPRISE

INFORMATIONS ECONOMIQUES ET FINANCIERES A FOURNIR AUX CONSEILS D ENTREPRISE INFORMATIONS ECONOMIQUES ET FINANCIERES A FOURNIR AUX CONSEILS D ENTREPRISE MINISTERE 1010 Bruxelles, le 13 mars 1989 DE LA SANTE PUBLIQUE Cité administrative de l Etat ET DE L ENVIRONNEMENT Quartier Vésale

Plus en détail

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Février 2010 SOMMAIRE Page Introduction... 2 I. Recentrage des cadres conceptuels

Plus en détail

LE TÉLÉTRAVAIL FACE AU DROIT. Christine Baudoin Avocat au Barreau de Paris Associée du cabinet Lmt Avocats Spécialiste en droit social

LE TÉLÉTRAVAIL FACE AU DROIT. Christine Baudoin Avocat au Barreau de Paris Associée du cabinet Lmt Avocats Spécialiste en droit social LE TÉLÉTRAVAIL FACE AU DROIT Christine Baudoin Avocat au Barreau de Paris Associée du cabinet Lmt Avocats Spécialiste en droit social 1 PLAN INTRODUCTION L ETAT ACTUEL DU DROIT 1. DÉFINITION DU TÉLÉTRAVAIL

Plus en détail

TVA SUR LES MANDATS D ADMINISTRATEUR EXERCES EN SOCIETE : ENFIN DES PRECISIONS!

TVA SUR LES MANDATS D ADMINISTRATEUR EXERCES EN SOCIETE : ENFIN DES PRECISIONS! TVA SUR LES MANDATS D ADMINISTRATEUR EXERCES EN SOCIETE : ENFIN DES PRECISIONS! 1.- Nous avons déjà évoqué plusieurs fois la problématique des mandats d administrateur ou de gérant de société exercés par

Plus en détail

INFO Septembre 2015 loi de transposition de la directive sur les bilans critères rehaussés bilan 2014

INFO Septembre 2015 loi de transposition de la directive sur les bilans critères rehaussés bilan 2014 INFO Septembre 2015 La loi de transposition de la directive sur les bilans (Bilanzrichtlinie- Umsetzungsgesetz BilRUG) a été acceptée par le Conseil fédéral le 10/07/2015 et sera donc publiée sous peu

Plus en détail

Chambre des classes moyennes Avis d initiative relatif au transfert de compétences de l Etat fédéral aux régions en matière d accès à la profession

Chambre des classes moyennes Avis d initiative relatif au transfert de compétences de l Etat fédéral aux régions en matière d accès à la profession Chambre des classes moyennes Avis d initiative relatif au transfert de compétences de l Etat fédéral aux régions en matière d accès à la profession 2012 L avis a été approuvé lors de la session plénière

Plus en détail

ANNONCE AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE PROCEDURE FORMALISEE

ANNONCE AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE PROCEDURE FORMALISEE ANNONCE AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE PROCEDURE FORMALISEE CONTENU DE L'AVIS AVIS DE MARCHE SECTION I : POUVOIR ADJUDICATEUR I.1) Nom, adresses et point(s) de contact : MSA du Limousin 1 Impasse

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques pour la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels

Guide de bonnes pratiques pour la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels Le 13 octobre 2009 Guide de bonnes pratiques pour la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels L Autorité des marchés financiers a constaté au cours de ces dernières

Plus en détail

Modalités à accomplir par un entrepreneur de construction belge qui se rend en France : illustration en rénovation de patrimoine

Modalités à accomplir par un entrepreneur de construction belge qui se rend en France : illustration en rénovation de patrimoine Modalités à accomplir par un entrepreneur de construction belge qui se rend en France : illustration en rénovation de patrimoine 1) Le secteur de la construction au service du patrimoine wallon 1) Le secteur

Plus en détail

Le Droit Individuel à la Formation

Le Droit Individuel à la Formation Le Droit Individuel à la Formation S O M M A I R E : Définition Bénéficiaires Conditions Procédure Déroulement Prise en charge Portabilité du DIF CDD & DIF Le C.I.F J A N V I E R 2 0 1 3 L e Droit Individuel

Plus en détail

REGLEMENT COBAC R-93/09 RELATIF AUX MODIFICATIONS DE SITUATION DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT

REGLEMENT COBAC R-93/09 RELATIF AUX MODIFICATIONS DE SITUATION DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT REGLEMENT COBAC R-93/09 RELATIF AUX MODIFICATIONS DE SITUATION DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT La Commission Bancaire de l Afrique Centrale, Vu la Convention du 16 octobre 1990 portant création d une Commission

Plus en détail

LA LISTE DES PRESTATIONS ESPECES PAYEES A LEURS SALARIES»

LA LISTE DES PRESTATIONS ESPECES PAYEES A LEURS SALARIES» DELIBERATION N 2012-50 DU 2 AVRIL 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA CAISSE DE COMPENSATION DES SERVICES SOCIAUX (CCSS)

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES adoptée par l Assemblée de l Union de Paris pour la protection de la propriété industrielle et l Assemblée générale de l Organisation Mondiale

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/141 DELIBERATION N 09/078 DU 1 ER DECEMBRE 2009 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL PAR

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/13/087 DÉLIBÉRATION N 13/033 DU 2 AVRIL 2013 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL AU SERVICE

Plus en détail

Vous n ignorez pas que la Belgique connaît depuis le dix-neuvième siècle un système d enregistrement rigoureux de la population.

Vous n ignorez pas que la Belgique connaît depuis le dix-neuvième siècle un système d enregistrement rigoureux de la population. Bruxelles, le 20 avril 2006 Au Collège des Bourgmestre et Echevins Institutions et Population Registre national JH Votre fax du : Nos références : Annexe(s) : III/32/3287/05 1 Correspondant : E-mail :

Plus en détail