SFP/Coop/SAV/SAM/SPA. Le 14 mai 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SFP/Coop/SAV/SAM/SPA. Le 14 mai 2014"

Transcription

1 Notre référence : Préavis aux banques/spb/ SFP/Coop/SAV/SAM/SPA Le 14 mai 2014 Destinataires : Banques Sociétés de portefeuille bancaires Sociétés de fiducie et de prêt fédérales Associations coopératives de crédit fédérales Sociétés d assurance-vie / Sociétés de secours mutuels fédérales Sociétés d assurances multirisques fédérales Sociétés de portefeuille d assurances Objet : Modification de la composition du conseil d administration ou de la haute direction Le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) publie la version finale de son préavis sur la modification de la composition du conseil d administration ou de la haute direction d une institution financière fédérale (IFF), qui entre en vigueur immédiatement. Ce préavis décrit la façon de signaler au BSIF les éventuelles modifications de la composition du conseil d administration ou de la haute direction d une IFF. Il souligne davantage qu il appartient aux IFF de décider de telles modifications et dément l idée erronée selon laquelle elles doivent être soumises à l approbation ou à l analyse du BSIF. Le préavis indique que le BSIF peut demander la tenue d une rencontre introductive avec une personne nouvellement nommée par une grande IFF complexe pour l informer de ses attentes et des points d interaction entre lui et l IFF. Le BSIF a diffusé une version à l étude de ce préavis le 20 janvier Il aimerait remercier tous ceux qui l ont commenté, car il s est référé aux commentaires reçus pour décider d harmoniser les délais de préavis tout en veillant à ce que l examen qu il effectue et ses commentaires demeurent opportuns et efficaces et continuent de s inscrire en complément des processus de l IFF même. Vous trouverez en annexe un sommaire des principaux commentaires reçus ainsi qu une explication de la manière dont certaines de ces questions ont été prises en compte dans la version finale du préavis. Le présent préavis s inscrit dans la ligne des activités que mène le BSIF au Canada relativement à la gouvernance d entreprise, et il est conforme aux recommandations récentes en la matière formulées par des instances internationales. Plus particulièrement, le Groupe des Trente a publié en octobre 2013 un document intitulé A New Paradigm: Financial Institution Boards and Supervisors, qui souligne notamment l importance de la participation des organismes de surveillance au processus de diligence raisonnable qui précède les nominations à des postes de haut niveau ou les mises en candidature à cette fin. Selon le BSIF, en prévoyant un rôle efficace du régulateur et en respectant le besoin qu ont les IFF de prendre des décisions indépendantes, la version finale du préavis parvient à un bon équilibre dans le contexte canadien. 255, rue Albert Ottawa, Canada K1A 0H2

2 Grâce au présent préavis, le BSIF officialise des pratiques existantes et réciproquement avantageuses de notification des changements de la composition des conseils d administration et de la haute direction des IFF. Le cas échéant, la notification hâtive permet au BSIF de transmettre ses préoccupations ou ses commentaires au conseil d administration d une IFF avant la nomination ou la mise en candidature. Le BSIF continue de s intéresser surtout à la sensibilité du candidat au risque, et il s attend à ce que les IFF continuent de prendre des décisions d embauche indépendantes qui répondent à leurs besoins opérationnels. Prière de soumettre les questions au sujet du présent préavis à Philipe-A. Sarrazin, directeur général, Groupe de la législation et des initiatives stratégiques, au ou à Le surintendant adjoint, Mark Zelmer

3 ANNEXE Sommaire des commentaires des intervenants à propos de la version à l étude du préavis Modification de la composition du conseil d administration ou de la haute direction Période de consultation : du 20 janvier au 28 février 2014 Commentaire 1. Objet du préavis Le préavis semble décrire un mécanisme d approbation en vertu duquel le BSIF approuve et rencontre les candidats des IFF. Le BSIF peut-il préciser l objet du préavis? Le BSIF n entend ni «approuver» les décisions d embauche des IFF, ni en exiger l agrément de quelque autre manière. Le préavis vise plutôt à formaliser la pratique existante selon laquelle les IFF donnent un préavis au BSIF avant d effectuer des nominations ou des mises en candidature. Le cas échéant, cela permet au BSIF de transmettre ses préoccupations ou ses commentaires au conseil d administration de l IFF avant la nomination ou la mise en candidature. En outre, dans le cas des grandes IFF complexes, le BSIF peut demander de rencontrer le nouveau membre du conseil d administration ou de la haute direction après sa nomination ou son élection pour discuter de ses attentes et de points d interaction avec l IFF de l intéressé. Ces rencontres traduisent également la pratique existante et font partie d une démarche de portée plus générale permettant d évaluer la gouvernance d entreprise de l IFF. Certaines instances ont choisi d assujettir la nomination des titulaires de postes de haut niveau à un mécanisme formel d approbation réglementaire. Même si les recommandations d organismes internationaux (par exemple, le Groupe des Trente, le CBCB et le CSF) sur la gouvernance d entreprise appuient diverses formes de «contrôle» de surveillance des personnes nommées à des postes de haut niveau, le BSIF est d avis que le préavis et la possibilité de signaler d éventuels commentaires ou préoccupations ex ante aux IFF représente le compromis qui convient à la réalité canadienne. En réponse à la rétroaction reçue à ce sujet, l introduction du préavis a été modifiée pour préciser l intention du BSIF. Par exemple, lorsqu il examine les renseignements qui accompagnent le préavis, le BSIF «s intéresse aux antécédents du candidat potentiel et à son aptitude à exercer les fonctions du poste sous l aspect de sa sensibilité au risque de même qu à la sûreté et à la solidité de l IFF». Banques/SPB/SFP/Coop/SAV/SAM/SPA Sommaire des commentaires Préavis Modification de la composition du conseil d administration ou de la haute direction Mai 2014 Page 3 de 6

4 Commentaire 2. Préavis au BSIF Le préavis de 30 jours des nominations à la haute direction est trop fastidieux. Cette préoccupation a été soulevée par bon nombre de répondants et a été retenue. Le BSIF tient à parvenir en pratique à un délai de préavis qui, le plus souvent, s harmonise bien avec les processus d embauche et de diligence raisonnable de la plupart des IFF, et qui donne au BSIF suffisamment de temps pour examiner l information reçue au sujet du candidat de prédilection de l IFF et, le cas échéant, pour faire part à cette dernière de ses préoccupations ou de ses commentaires. D après la rétroaction issue des consultations, la plupart des IFF achèvent normalement leurs propres démarches de diligence raisonnable (contrôle des références, contrôle des antécédents en application de la ligne directrice E-17, etc.) dans les deux semaines environ suivant la désignation du candidat de prédilection. Le BSIF demeure résolu à être informé dès que possible du candidat de prédilection. Les consultations ont fait ressortir la nécessité de privilégier ce principe sous-jacent. Par conséquent, après avoir soigneusement examiné et soupesé la rétroaction, le BSIF a révisé le délai de préavis applicable aux candidats aux postes de cadre supérieur ou d administrateur. Le BSIF estime que ce délai permettra d assurer la supervision réglementaire efficace des nouveaux dirigeants tout en accordant aux IFF l indépendance et la souplesse dont elles ont besoin dans la conduite de leurs affaires courantes. On ne sait trop pourquoi le BSIF a prévu des normes de préavis différentes pour les candidats à la haute direction et ceux à des postes d administrateur. Il faudrait préciser dans quelles «circonstances exceptionnelles» le préavis peut être donné au BSIF dans un délai plus court. Cette note de bas de page devrait aussi être intégrée au corps du texte. Le BSIF avait pris cette décision à dessein, afin de tenir compte des circonstances différentes dans lesquelles ces nominations sont normalement faites. Toutefois, après examen de la rétroaction, certains ayant demandé que le délai de préavis soit le même dans les deux cas, le BSIF a modifié le préavis exigé, comme il est mentionné ci-dessus. La note en question a été intégrée au corps du texte et la notion de «circonstances exceptionnelles» a été étoffée. Par exemple, ces circonstances pourraient inclure le départ imprévu (un licenciement motivé, p. ex.) d un cadre supérieur ou d un administrateur et les cas où des raisons opérationnelles exigent le remplacement urgent de l intéressé. Toutefois, en faisant place à de telles circonstances, le BSIF s attend à ce que les IFF n invoquent pas couramment cette exception puisque la survenance courante de «circonstances exceptionnelles» pourrait signifier que l institution est en difficulté. Le BSIF a également retenu la suggestion d un répondant afin que le gestionnaire des relations (GR) de l IFF avec le BSIF soit informé lorsque des «circonstances exceptionnelles» sont invoquées. L on s attend à ce que les motifs du recours à cette exception soient transmis au GR.

5 Commentaire Certaines institutions de plus petite taille ont souligné que les candidats à certains postes d administrateur sont élus parmi les membres ou les actionnaires. Même si le BSIF estime que tous les postes de haut niveau d une IFF devraient faire l objet d une diligence raisonnable ex ante, il reconnaît que, en raison de leur entente ou structure de propriété, certaines pourraient avoir de la difficulté à donner le préavis exigé relativement à certains postes. Ces institutions sont encouragées à travailler avec leur GR pour déterminer si certaines nominations peuvent être considérées comme étant faites dans des «circonstances exceptionnelles». 3. Rencontres introductives Le BSIF ne devrait pas profiter des rencontres introductives pour «évaluer» la gouvernance d entreprise des IFF. Au lieu de fixer un délai pour la tenue des rencontres introductives, le BSIF devrait indiquer qu il s efforcera de les tenir le plus rapidement possible après la nomination d un candidat. Comme on l a vu, les rencontres introductives avec les nouveaux administrateurs et dirigeants des grandes IFF complexes visent à communiquer les attentes du BSIF et à discuter des points d interaction entre le BSIF et l IFF de l intéressé. Néanmoins, le BSIF croit que toutes les interactions avec une IFF ou avec l un des employés de cette dernière peuvent servir à «évaluer» les pratiques de l IFF. Il importe aussi de noter que, dans la mesure où ces rencontrent sont des mécanismes d évaluation, elles ne sont qu un outil parmi d autres qu utilise le BSIF pour évaluer la gouvernance d entreprise dans so ensemble d une IFF (les rencontres avec les membres du conseil d administration et des comités et l examen des documents relatifs à la planification de la relève sont d autres exemples). Le BSIF appuie cette suggestion. Le préavis a été modifié pour indiquer que les rencontres «ont lieu le plus rapidement possible» suivant la nomination ou l élection du candidat. 4. Prise en compte de la situation des petites institutions Le BSIF est prié de tenir compte de l impact du préavis sur les institutions de plus petite taille. 5. Traitement des filiales Les IFF qui sont la propriété exclusive d IFF à propriété canadienne ne devraient pas être visées par le préavis puisque les Le BSIF s efforce, à l échelle de son organisation, d adapter, dans la mesure du possible, ses consignes et ses activités de surveillance à la situation des institutions financières de plus petite taille. À ce propos, même si, d après le préavis, toutes les IFF (à l exception des succursales de banques étrangères) informent le BSIF à l avance des nominations à des postes de haut niveau, les institutions de petite et de moyenne taille continuent généralement de ne pas être visées par des demandes de rencontres introductives ex post. Cependant, comme pour toute autre question liées à la surveillance, le BSIF se réserve le droit de demander la tenue de telles rencontres à toute IFF, sauf les grandes institutions complexes, à la lumière de son jugement de surveillance. Lorsque les filiales en propriété exclusive d un conglomérat d IFF sont elles-mêmes des IFF, le BSIF a les mêmes attentes réglementaires à leur égard parce que les filiales sont

6 Commentaire administrateurs et les dirigeants de l institution mère l auront été, ce qui s apparente à l application de la ligne directrice E-17 au chapitre du contrôle des références. De même, aux fins de gestion des talents, les IFF membres du groupe d une IFF de plus grande taille constituent souvent un bassin de talent pour la société mère; il n y a donc pas lieu d appliquer le préavis aux filiales. des entités juridiques distinctes ayant chacune son propre conseil d administration et ses propres dirigeants. Le BSIF saisit l analogie évoquée par plusieurs répondants à l effet que le conseil d administration de l IFF mère peut choisir de ne pas appliquer la ligne directrice E-17 (contrôle des références) aux responsables au sein des filiales du groupe lorsque les dirigeants de la filiale relèvent de responsables au sein de l entité mère plus importante dans la filière hiérarchique du groupe. Malgré cela, il faut souligner que les raisons pour lesquelles le BSIF veut être informé à l avance à propos des candidats vont au-delà des objectifs de la ligne directrice E-17. Autrement dit, le point de vue du BSIF à propos de la sensibilité du candidat à la sûreté et à la solidité de l IFF ne repose pas uniquement sur le contrôle des références. Le BSIF n estime donc pas qu il convient de soustraire les filiales à l application du préavis. Le fait que certains groupes d IFF considèrent les administrateurs et les dirigeants des IFF membres de leur groupe comme des bassins de talent pour les postes au sein de la société mère n a rien à voir avec les attentes te les objectifs du BSIF à l égard du préavis. Les filiales canadiennes de sociétés étrangères devraient être soustraites à l application du préavis en raison des liens de gouvernance particuliers entre ces IFF et leur société mère étrangère (p. ex., la filiale peut ne pas être informée à l avance du candidat de prédilection de sa société mère pour un poste d administrateur ou de dirigeant). Le BSIF entretient à l endroit des IFF canadiennes membres du groupe d entités mères étrangères les mêmes attentes que celles qu il applique aux autres IFF constituées au Canada et à propriété canadienne qui sont membres d un groupe. Lorsqu elles demandent l autorisation d exercer leurs activités au Canada, les entités étrangères déterminent, entre autres choses, s il y a lieu de constituer une filiale canadienne ou une succursale de l entité mère. Tout demandeur doit être bien au fait des conséquences de cette décision. 6. Indépendance des IFF et responsabilité du BSIF Il semble que le préavis pourrait mettre en péril l indépendance de l IFF face au BSIF. Du même coup, le BSIF pourrait devoir admettre sa responsabilité en lien avec la nomination d administrateurs et de dirigeants. Le BSIF reconnaît l importance de la capacité des IFF de prendre des décisions indépendantes dans le cours de leurs activités courantes, y compris en ce qui touche la nomination de leurs cadres supérieurs et de leurs administrateurs. Comme on l a vu en réponse aux commentaires sur l objet du préavis, le BSIF n entend ni «approuver» ni agréer de quelque autre manière le candidat de prédilection des IFF. Le préavis permet plutôt au BSIF de faire part, au conseil d administration de l IFF, de ses préoccupations ou de ses commentaires, le cas échéant, à propos du candidat de prédilection de l IFF et, dans le cas des grandes IFF complexes, de rencontrer les nouveaux administrateurs et dirigeants après leur nomination ou leur élection pour discuter de ses attentes et des points d interaction.

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

Charte du Comité de gouvernance du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du Comité de gouvernance du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du Comité de gouvernance du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Le Comité de gouvernance du conseil d administration («le comité») a les obligations et responsabilités décrites

Plus en détail

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA BANQUE NATIONALE DU CANADA CONSEIL D ADMINISTRATION Les administrateurs sont élus annuellement par les actionnaires pour superviser la gestion, en vertu de la loi, des activités commerciales et des affaires

Plus en détail

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL...

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL... CADRE DE TRAVAIL Caisses non membres d une fédération, sociétés de fiducie et sociétés d épargne désirant adopter une approche standard pour le calcul des exigences de fonds propres au titre du risque

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Bureau du surintendant des institutions financières Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Juin 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. À propos de l

Plus en détail

Adoption anticipée de la norme IFRS 9 Instruments financiers par les banques d importance systémique intérieure Préavis

Adoption anticipée de la norme IFRS 9 Instruments financiers par les banques d importance systémique intérieure Préavis Référence: Préavis aux banques, SBE, SPB, SFP, ACC, SAV, SAM, SSM, SPA Le 9 janvier 2015 Destinataires : Entités fédérales Objet : Adoption anticipée de la norme IFRS 9 Instruments financiers par les banques

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 ÉNONCÉ DE POLITIQUE CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration de Cogeco inc. (la «Société») est élu par les actionnaires de la Société afin de surveiller la gestion de l ensemble

Plus en détail

Note de mise en œuvre

Note de mise en œuvre Note de mise en œuvre Objet : appliquant l approche standard ou une AMA Catégorie : Fonds propres N o : A & A-1 Date : Mai 2006 I. Introduction L objectif de cette note de mise en œuvre est de présenter

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 5 novembre 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 5 novembre 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES Le comité des ressources humaines («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil à s acquitter

Plus en détail

Guide de démutualisation d une société mutuelle d assurances multirisques comptant des souscripteurs de polices non mutuelles

Guide de démutualisation d une société mutuelle d assurances multirisques comptant des souscripteurs de polices non mutuelles Guide d instruction Objet : Catégorie : Guide de démutualisation d une société mutuelle d assurances multirisques comptant des souscripteurs de polices non mutuelles Instruction d une demande Date : Décembre

Plus en détail

Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie

Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie Exposé-sondage Note éducative Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie Commission sur la gestion des risques et le capital requis Novembre 2005 Document 205121 This document

Plus en détail

Charte du comité de gouvernance du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du comité de gouvernance du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du comité de gouvernance du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Obligations et responsabilités du Comité de gouvernance du conseil d'administration («le comité»). GOUVERNANCE

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

CONSTITUTION TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS COMPOSITION BANQUE NATIONALE DU CANADA. 6. Présidence COMITÉ DE RESSOURCES HUMAINES

CONSTITUTION TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS COMPOSITION BANQUE NATIONALE DU CANADA. 6. Présidence COMITÉ DE RESSOURCES HUMAINES BANQUE NATIONALE DU CANADA COMITÉ DE RESSOURCES HUMAINES Le comité de ressources humaines (le «Comité») est établi par le conseil d administration (le «Conseil») de la Banque Nationale du Canada (la «Banque»).

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT

RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT Juillet 2010 PRÉPARÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA

Plus en détail

Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe. Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014

Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe. Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014 Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014 NOTES D ALLOCUTION Pour de plus amples renseignements : Brock Kruger

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION Version 1.00, 2015 CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 8 DÉCEMBRE 2015 Préface 1. La présente charte a été adoptée par le conseil d administration (le «Conseil

Plus en détail

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4 BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA CODE DE CONDUITE DU CONSEIL D ADMINISTRATION TABLE DES MATIÈRES 1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3

Plus en détail

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations

Plus en détail

1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II...

1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II... CADRE D AGRÉMENT Agrément de l approche de notation interne (NI) avancée du risque de crédit Fonds propres Décembre 2007 TABLE DE MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes... 4 3. Principales phases...

Plus en détail

Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine

Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine ANNEXE V Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine Définitions Article premier I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Aux fins du présent règlement, on

Plus en détail

BANQUE ZAG DIVULGATION DE LA COMPOSITION DES FONDS PROPRES AU TITRE DU TROISIÈME PILIER DE BÂLE III. 31 mars 2016

BANQUE ZAG DIVULGATION DE LA COMPOSITION DES FONDS PROPRES AU TITRE DU TROISIÈME PILIER DE BÂLE III. 31 mars 2016 BANQUE ZAG DIVULGATION DE LA COMPOSITION DES FONDS PROPRES AU TITRE DU TROISIÈME PILIER DE BÂLE III 1. APERÇU DE LA BANQUE ZAG La Banque Zag (la «Banque») est une banque à charte fédérale de l annexe I

Plus en détail

Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature

Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature Le Programme des chaires de recherche du Canada s engage à favoriser l excellence de la

Plus en détail

RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES

RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES Interprétation RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES 1. (1) Les définitions qui suivent s appliquent aux présentes règles : «Loi» La Loi sur l identification

Plus en détail

Vérification des contrôles des rapports financiers

Vérification des contrôles des rapports financiers Vérification des contrôles des rapports financiers DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Février 2012 Western Economic Diversification

Plus en détail

Énoncé du vérificateur... 1

Énoncé du vérificateur... 1 Vérification des services de sous-traitance RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation 11 juin 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte... 2 But et

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES MISES EN CANDIDATURE ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES MISES EN CANDIDATURE ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES MISES EN CANDIDATURE ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvé par le Conseil d administration le 29 octobre 2013 CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité d évaluation des risques est chargé d aider le Conseil d administration

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés

Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés PARTIE 1 DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION 1. Définitions 2. Interprétation PARTIE 2 DÉRIVÉS DISPENSÉS 3. Dispenses de l obligation d inscription

Plus en détail

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs Référence : Ligne directrice à l intention des SAV et SM Le 11 septembre 2012 Destinataires : Sociétés d assurances fédérales et succursales canadiennes de sociétés d assurances étrangères, y compris les

Plus en détail

PROCÉDURE ET EXIGENCES EN MATIÈRE DE

PROCÉDURE ET EXIGENCES EN MATIÈRE DE PROCÉDURE ET EXIGENCES EN MATIÈRE DE RENSEIGNEMENTS POUR TOUTE MODIFICATION PROPOSÉE AUX PROGRAMMES DÉSIGNÉS EN VERTU DE LA LOI SUR L ATTRIBUTION DE GRADES UNIVERSITAIRES DU NOUVEAU-BRUNSWICK CONTENTS

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration 1. Le conseil d administration (le conseil) est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire

Plus en détail

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Le 30 octobre 2009 Consultation sur le projet

Plus en détail

Groupe Financier Banque TD Politique en matière d indépendance des administrateurs

Groupe Financier Banque TD Politique en matière d indépendance des administrateurs Groupe Financier Banque TD Politique en matière d indépendance des administrateurs Résumé La présente politique officialise la démarche du Conseil visant à établir l indépendance des administrateurs et

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

ANNEXE F MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE

ANNEXE F MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE Le conseil d administration a constitué le Comité de gouvernance d entreprise (le «comité») pour le seconder dans son devoir de supervision de l efficacité du système de gouvernance d entreprise de la

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Introduction 17 Seuils relatifs à l examen 20 Généralités 24 Par Shanon Grauer INTRODUCTION Lois sur les investissements étrangers 19 La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur

Plus en détail

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Version originale signée par LE 21 juillet 2015 M. DANIEL GOSSELIN DATE ADMINISTRATEUR EN CHEF TABLE

Plus en détail

Évaluation des activités de surveillance des octrois du CRSNG/CRSH Réponses de la gestion (plan d action)

Évaluation des activités de surveillance des octrois du CRSNG/CRSH Réponses de la gestion (plan d action) Réponses de la gestion complétées par: Carole Crête-Robidoux En date du: 9 juillet 2004 Observations sur les politiques, procédures et pratiques utilisées pour les activités de surveillance des octrois,

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Juillet 2011 Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Document de nature explicative L instauration de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) par l ordonnance n o 2010-76 1 s est

Plus en détail

Indications et outils à l intention des comités d audit

Indications et outils à l intention des comités d audit Indications et outils à l intention des comités d audit L organisation des Comptables professionnels agréés (CPA Canada) a publié de nouveaux documents en vue d aider les comités d audit à mieux surveiller

Plus en détail

Politique sur la présentation de l information Politique sur la présentation de l information

Politique sur la présentation de l information Politique sur la présentation de l information Politique sur la présentation de Dernière approbation : 26 août 2015 1 de 13 Sommaire La Banque CIBC s'engage à ce que les normes de présentation de soient uniformes afin que les renseignements importants

Plus en détail

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie)

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie) Ligne directrice Objet : Catégorie : (sociétés d assurance-vie) Comptabilité N o : D-9 Version initiale : décembre 2004 Révision : juillet 2010 La présente ligne directrice s adresse aux sociétés d assurance-vie

Plus en détail

Note d orientation sur la mise en œuvre de coupe-circuits pour titre individuel

Note d orientation sur la mise en œuvre de coupe-circuits pour titre individuel Avis sur les règles Note d orientation RUIM Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Institutions Pupitre de négociation Personne-ressource : James E. Twiss

Plus en détail

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017. Septembre 2013

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017. Septembre 2013 ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017 Septembre 2013 1 Contenu Introduction Principales priorités Considérations supplémentaires du Conseil des normes actuarielles (CNA) Plan de projet par domaine de pratique

Plus en détail

CAPSA. P. Gail Armitage Présidente de l ACOR a/s Alberta Finance 401, 9515-107 Street Edmonton AB T5K 2C3. Le 15 février 2002.

CAPSA. P. Gail Armitage Présidente de l ACOR a/s Alberta Finance 401, 9515-107 Street Edmonton AB T5K 2C3. Le 15 février 2002. CAPSA Canadian Association of Pension Supervisory Authorities Objet: Madame, Monsieur, P. Gail Armitage Présidente de l ACOR a/s Alberta Finance 401, 9515-107 Street Edmonton AB T5K 2C3 Le 15 février 2002

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU COMITÉ... 1 2. MEMBRES DU COMITÉ... 1 3. PRÉSIDENT DU COMITÉ... 2 4. DURÉE DU MANDAT DE CHAQUE MEMBRE... 2 5. QUORUM, DESTITUTION ET POSTES

Plus en détail

Révisé pour janvier 2014

Révisé pour janvier 2014 SERVICES DE L AGRÉMENT Lignes directrices pour les programmes de formation paramédicale sur l utilisation du Profil national des compétences professionnelles (PNCP) 2011 de l Association des paramédics

Plus en détail

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION I. RAISON D ÊTRE ET OBJECTIFS GLOBAUX Le Comité de vérification (le «Comité») aide le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport d audit interne des Services intégrés Gouvernance de la gestion financière Contrôle interne en matière de rapports financiers Avril 2014 Table

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D AUTO-ÉVALUATION. Résumé des conclusions. Agence statistique d assurance générale (ASAG)

QUESTIONNAIRE D AUTO-ÉVALUATION. Résumé des conclusions. Agence statistique d assurance générale (ASAG) QUESTIONNAIRE D AUTO-ÉVALUATION DONNÉES À PRÉSENTER AU PLAN STATISTIQUE AUTOMOBILE DE L ASAG Résumé des conclusions Agence statistique d assurance générale (ASAG) Décembre 2008 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE...2

Plus en détail

Sauf indication contraire, les directives contenues dans cet avis reposent sur les normes IFRS en vigueur au 31 mars 2010.

Sauf indication contraire, les directives contenues dans cet avis reposent sur les normes IFRS en vigueur au 31 mars 2010. Avis relatif à la mise en application des Normes internationales d information financière : Pratiques comptables et normes relatives à la suffisance des fonds propres 1. Champ d application Cet avis s

Plus en détail

JEUX OLYMPIQUES DE 2016 PROCÉDURE INTERNE DE NOMINATION

JEUX OLYMPIQUES DE 2016 PROCÉDURE INTERNE DE NOMINATION JEUX OLYMPIQUES DE 2016 PROCÉDURE INTERNE DE NOMINATION Note : Dans l éventualité d une différence d interprétation entre cette version et la version anglophone publiée par Water Polo Canada, il est convenu

Plus en détail

MAGINDUSTRIES CORP (La COMPAGNIE ) MANDAT DU COMITE DE REGIE D ENTREPRISE, NOMINATIF ET DE COMPENSATION

MAGINDUSTRIES CORP (La COMPAGNIE ) MANDAT DU COMITE DE REGIE D ENTREPRISE, NOMINATIF ET DE COMPENSATION MAGINDUSTRIES CORP (La COMPAGNIE ) MANDAT DU COMITE DE REGIE D ENTREPRISE, NOMINATIF ET DE COMPENSATION I. But/Objectifs Le Comité de Régie d Entreprise, Nominatif et de Compensation (le "Comité") est

Plus en détail

COMITÉ DE VÉRIFICATION DE VOLLEYBALL CANADA MANDAT

COMITÉ DE VÉRIFICATION DE VOLLEYBALL CANADA MANDAT COMITÉ DE VÉRIFICATION DE VOLLEYBALL CANADA MANDAT 16 NOVEMBRE 2008 I. OBJECTIF A. La principale fonction du Comité de vérification (le «Comité») est d'aider le Conseil d administration à s acquitter de

Plus en détail

Exigences en matière de divulgation publique au titre du ratio de levier de Bâle III. Comptabilité et communication de renseignements

Exigences en matière de divulgation publique au titre du ratio de levier de Bâle III. Comptabilité et communication de renseignements Ligne directrice Objet : Catégorie : Exigences en matière de divulgation publique au titre du ratio de levier de Bâle III Comptabilité et communication de renseignements No : D-12 Date : Septembre 2014

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions actuelles des documents approuvés sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE ADMINISTRATEURS, DIRIGEANTS,

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le présent règlement d ordre intérieur a été adopté par le Conseil d Administration d Econocom Group SA/NV («Econocom»), ci-après également dénommé

Plus en détail

Le 6 novembre 2014. Assureurs hypothécaires fédéraux (AHF)

Le 6 novembre 2014. Assureurs hypothécaires fédéraux (AHF) Référence : Ligne directrice pour les SAM Le 6 novembre 2014 Destinataires : Objet : Assureurs hypothécaires fédéraux (AHF) Version définitive de la ligne directrice B-21, Pratiques et procédures de souscription

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Note d orientation sur les diligences du Commissaire aux Comptes d un établissement de crédit en matière de l obligation mise à sa charge par l article 3 de la circulaire

Plus en détail

CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2008-07 Le 29 mai 2008

CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2008-07 Le 29 mai 2008 CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2008-07 Le 29 mai 2008 À : Agents généraux administrateurs, a Tous les agents généraux administrateurs, agents associés généraux, courtiers, agents généraux, conseillers

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du Comité de la rémunération et des ressources du personnel de direction

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du Comité de la rémunération et des ressources du personnel de direction 1 1. Objectif (1) La principale fonction du Comité de la rémunération et des ressources du personnel de direction est d aider le conseil d administration à s acquitter de ses responsabilités en matière

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «Comité») est responsable auprès du conseil d administration (le «Conseil») des politiques et pratiques relatives à l intégrité des déclarations financières

Plus en détail

Démarches sur les normes et modalités (Fait à partir de documents de la FSE)

Démarches sur les normes et modalités (Fait à partir de documents de la FSE) Démarches sur les normes et modalités (Fait à partir de documents de la FSE) 2007-2008 2 1 Commentaires généraux En octobre 2005, le MELS invitait les commissions scolaires à entreprendre une démarche

Plus en détail

Le 5 févier 2004. Monsieur Nicholas LePan Surintendant des institutions financières 255, rue Albert Ottawa (Ont.) K1A 0H2.

Le 5 févier 2004. Monsieur Nicholas LePan Surintendant des institutions financières 255, rue Albert Ottawa (Ont.) K1A 0H2. Le 5 févier 2004 Monsieur Nicholas LePan Surintendant des institutions financières 255, rue Albert Ottawa (Ont.) K1A 0H2 Monsieur, Au nom de l Association canadienne des organismes de contrôle des régimes

Plus en détail

ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN

ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN ÉNONCÉ DE PRINCIPE ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN DATE D APPROBATION: octobre 2007 NOUVELLE MISE EN PAGE: mai 2014 Les tâches que l orthophoniste assigne au personnel de soutien,

Plus en détail

NEO BOURSE AEQUITAS INC. (la «Bourse») MANDAT DU COMITÉ DE SURVEILLANCE DE LA RÉGLEMENTATION

NEO BOURSE AEQUITAS INC. (la «Bourse») MANDAT DU COMITÉ DE SURVEILLANCE DE LA RÉGLEMENTATION (la «Bourse») A. Objet Le conseil d administration de la Bourse (le «conseil») a établi un comité de surveillance de la réglementation (le «comité») afin d aider le conseil à superviser les responsabilités

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉGIE D ENTREPRISE

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉGIE D ENTREPRISE MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉGIE D ENTREPRISE 1. Constitution Le comité des ressources humaines et de régie d entreprise (le «comité») est un comité créé par le conseil d administration

Plus en détail

1 Article 25.2 de la Loi sur l Autorité des marchés financiers, L.R.Q., c. A-33.2. 2 L article 405.1 de la Loi sur les assurances prévoit que :

1 Article 25.2 de la Loi sur l Autorité des marchés financiers, L.R.Q., c. A-33.2. 2 L article 405.1 de la Loi sur les assurances prévoit que : Avis de l Autorité des marchés financiers relatif au cadre de sanctions administratives pécuniaires imposées en cas de production tardive de renseignements ou documents (articles 405.1 et suivants de la

Plus en détail

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Attributions, obligations et responsabilités du Comité de direction et d évaluation

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉGIE D ENTREPRISE

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉGIE D ENTREPRISE MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉGIE D ENTREPRISE 1. Constitution Le comité des ressources humaines et de régie d entreprise (le «comité») est un comité créé par le conseil d administration

Plus en détail

Audit de la sécurité ministérielle. Rapport d audit

Audit de la sécurité ministérielle. Rapport d audit Rapport d audit Mars 2015 TABLE DES MATIÈRES Sommaire... 3 Points examinés... 3 Importance de l audit... 3 Constatations... 3 Contexte... 4 Objectif... 5 Portée... 5 Méthodologie... 5 Énoncé d assurance...

Plus en détail

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014-2018. Octobre 2014

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014-2018. Octobre 2014 ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014-2018 Octobre 2014 1 Contenu Introduction Principales priorités Considérations supplémentaires du Conseil des normes actuarielles (CNA) Plan de projet par domaine de pratique

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE PRINCIPE L audit interne

Plus en détail

Note de service À : De : Objet :

Note de service À : De : Objet : À : De : Note de service Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées Jim Christie, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Devant le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre Dans le cadre de l examen quinquennal du

Plus en détail

Commissions d enquête

Commissions d enquête RAPPORT AU MINISTRE DE LA DÉFENSE NATIONALE AVRIL 2015 Commissions d enquête Pleins feux sur les familles 1 Constatations 2 Depuis dix ans, le Bureau de l Ombudsman se penche et produit des rapports sur

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU CAPITAL

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU CAPITAL LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU CAPITAL Mai 2015 Ligne directrice sur la gestion du capital TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Champ d application... 4 Prise d effet et processus de mise à jour... 5

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes. Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes. Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision le 8 novembre 2011 Décision 2011-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision Au cours de sa séance du 3 novembre

Plus en détail

Bulletin sur les institutions et services financiers

Bulletin sur les institutions et services financiers Bulletin sur les institutions et services financiers Juin 2002 Création de l Agence nationale d encadrement du secteur financier Sylvie Bourdeau, Montréal Vancouver Toronto Montréal Québec New York Londres

Plus en détail

Service administratif de rajustement de la pension alimentaire pour enfants

Service administratif de rajustement de la pension alimentaire pour enfants Service administratif de rajustement de la pension alimentaire pour enfants En quoi consiste ce service? Le gouvernement du Yukon envisage d offrir un service administratif qui se chargerait de rajuster

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport d audit interne sur les dépenses de voyages et d accueil de la Division des finances et de la planification intégrée Février 2012 Table des matières

Plus en détail

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH Résumé 18 avril 2012 PRÉFACE ET REMERCIEMENTS BOURSES SPÉCIALES ET PRIX DU CRSH Le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) est l organisme

Plus en détail

MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC

MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC BUDGET FÉDÉRAL 2016 MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC Le présent document résume les mesures annoncées dans le budget fédéral 2016 2017 déposé le 22 mars dernier et qui pourraient toucher

Plus en détail

COMMISSION DE LA CAPITALE NATIONALE. Règlements administratifs

COMMISSION DE LA CAPITALE NATIONALE. Règlements administratifs COMMISSION DE LA CAPITALE NATIONALE Approuvés par le conseil d administration le 8 septembre 2015 1. Interprétation... 3 2. Sceau... 3 3. Pouvoirs... 4 4. Réunions du conseil d administration... 6 5. Mode

Plus en détail

Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers

Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers Circulaire _2009_34 du 26 novembre 2009 Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers Champ d'application: Les principes énoncés dans la

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL Introduction Le mandat de l OCRCVM est d agir en tant qu organisme d autoréglementation pour le compte

Plus en détail

BOURSE DE TORONTO ACTIONNAIRE DE MAPLE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS LIÉS À LA NÉGOCIATION 1

BOURSE DE TORONTO ACTIONNAIRE DE MAPLE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS LIÉS À LA NÉGOCIATION 1 BOURSE DE TORONTO ACTIONNAIRE DE MAPLE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS LIÉS À LA NÉGOCIATION 1 La Bourse de Toronto (la «TSX») applique des politiques et suit des procédures bien établies

Plus en détail