Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance"

Transcription

1 Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Le présent document précise encore davantage les données et la méthodologie utilisées par le BSIF pour calculer les marges pour les sinistres non-payés et le passif des primes qui sont indiquées dans la version provisoire de la ligne directrice, Test du capital minimal (TCM). Contexte Pour déterminer les nouveaux coefficients du risque d assurance, le BSIF a analysé la variabilité fondée sur les données sur les sinistres survenus et payés afin d évaluer les risques liés aux primes et aux sinistres. L examen des marges pour risque d assurance a été réalisé en collaboration avec l Institut canadien des actuaires (ICA) et l Autorité des marchés financiers (AMF). L ICA avait principalement pour mission d offrir des conseils indépendants et des services d expertise actuarielle et de validation de données. Le BSIF a présenté un résumé de haut niveau de la méthodologie utilisée pour définir les coefficients du risque d assurance proposés dans le document de travail qu il a diffusé en mai Le présent document fait fond sur le résumé de haut niveau présenté en mai Voici les étapes de la méthode utilisée pour définir les coefficients de risque pour les sinistres non payés et le passif des primes. Étape 1. Estimer la VaR au 90 e centile selon la branche 2. Convertir à la VaR au 99,5 e centile selon la branche 3. Provision implicite pour diversification 4. Exclure la provision pour écarts défavorables Principale source de données Tableau d analyse des sinistres non payés et des taux de sinistres. Relevés financiers des sociétés d assurances multirisques exigés par la loi Données sur l assurance-automobile du livre vert du BAC Relevés financiers des sociétés d assurances multirisques exigés par la loi Tableau d analyse des sinistres non payés et des taux de sinistres Tableau d analyse des sinistres non payés et des taux de sinistres 1 Document de travail sur les modifications proposées par le BSIF au cadre de capital réglementaire des sociétés d assurances multirisques fédérales diffusé en mai 2013, pp , 255, rue Albert Ottawa, Canada K1A 0H2

2 Dans ce document, certains résultats numériques de ces étapes intérimaires aux fins du calcul de la valeur à risque (VaR) et des coefficients de risque en découlant sont présentés; il faut tenir compte du fait que l information communiquée est nécessairement limitée pour préserver la confidentialité de renseignements sensibles au plan de la compétitivité. Même si les données déjà divulguées sur la méthodologie ne sont pas reprises, certains commentaires explicatifs sont inclus. D autres détails techniques ont été présentés à l assemblée annuelle de de l Institut canadien des actuaires. Risque lié au passif des primes De façon générale, le risque lié au passif des primes s entend du risque que le montant mis de côté pour les sinistres et les dépenses en fonction des primes non gagnées s avère insuffisant. La méthode vise le risque de variabilité des estimations des sinistres futurs (étant donné que les dépenses sont raisonnablement stables) et s appuie sur le taux annuel de sinistres de l année de survenance. La meilleure estimation courante des taux historiques de sinistres de l année de survenance de l actuaire désigné est indiquée dans le Tableau d analyse des sinistres non payés et des taux de sinistres figurant dans le Rapport de l actuaire désigné (RAD) déposé une fois l an auprès du BSIF. 1. Estimer la VaR au 90 e centile selon la branche d assurance a. Variabilité historique de l industrie selon la branche d assurance Les résultats de l industrie canadienne des assurances, dans la plupart des sources, indiquent habituellement des taux de sinistres de l année de survenance qui combinent les résultats de l année de survenance courante et l évolution des sinistres non payés comptabilisé à la fin de l exercice précédent. Les coefficients des sinistres non payés sont un volet distinct du calcul du risque d assurance du BSIF. Ainsi, si les taux de sinistres de l année civile sont utilisés pour estimer le risque lié au passif des primes, les coefficients pourraient être surestimés. Pour éviter cette possibilité, le BSIF a utilisé les taux de sinistres de l année de survenance. Voici les taux de sinistres de l année de survenance agrégés de l industrie pour les grandes branches d assurance pour la période de 2002 à Industrie (Sociétés et succursales) Taux de sinistres de l année de survenance estimé au 31 décembre Responsabilité 70 % 52 % 42 % 42 % 45 % 48 % 60 % 59 % 61 % 65 % Automobile Assurance accident corporel 80 % 64 % 52 % 51 % 55 % 58 % 59 % 61 % 60 % 63 % Automobile Assurance individuelle accidents 94 % 64 % 46 % 51 % 62 % 73 % 83 % Décembre 2013 Page 2 de % 94 % 58 % Automobile - Autres 59 % 51 % 44 % 47 % 49 % 54 % 55 % 51 % 51 % 52 % Automobile Total 72 % 57 % 47 % 49 % 54 % 59 % 62 % 67 % 64 % 57 % Biens personnels 59 % 58 % 55 % 62 % 59 % 61 % 70 % 68 % 61 % 65 % Biens commerciaux 48 % 44 % 42 % 61 % 48 % 58 % 68 % 58 % 62 % 65 % 2 La réforme du test du capital minimal (TCM) Un cadre relatif au capital réglementaire pour le secteur des assurances IARD au Canada, juin 2013, diapositives (version en anglais seulement),

3 À l échelle de l industrie, le taux de sinistres automobile agrégé semble afficher un comportement cyclique, comme en fait foi une tendance à la baisse jusqu en 2004 puis à la hausse jusqu en 2009, suivi de reculs en 2010 et en Le moment où se produisent ces points d inflexion correspond au moment de la réforme de l assurance automobile en Ontario. Étant donné qu on a amplement discuté des conséquences de ces mesures de réforme avant de les mettre en œuvre, ces changements seront habituellement déjà pris en compte dans les travaux de l actuaire (même si le quantum demeurera une estimation). D autre part, tandis que les taux de sinistres sur responsabilité montrent des périodes de sommets et de creux qui pourraient être cycliques, la hausse marquée de 2007 à 2008 n avait pas été prévue à grande échelle et ainsi aucun ajustement cyclique n a été apporté à la variabilité individuelle des sociétés calculée ci-après. Enfin, la variabilité des taux de sinistres sur biens est significative. Il semblerait que ce soit surtout sous l effet des pertes catastrophiques et il y a donc lieu d en tenir compte dans des coefficients de risque plus élevés. b. Variabilité individuelle des sociétés selon la branche d assurance Variabilité du taux net de sinistres de l année de survenance calculée à la VaR au 90 e centile Nombre de sociétés Par rapport à la moyenne Données brutes Ajustée selon la taille Écart d une année à l autre Données brutes Ajustée selon la taille Responsabilité % 32 % 71 % 39 % Automobile Responsabilité % 16 % 42 % 16 % Automobile Accident corporel % 25 % 57 % 20 % Automobile - Autres % 14 % 16 % 14 % Biens personnels % 14 % 30 % 18 % Biens commerciaux % 31 % 51 % 42 % La variabilité est mesurée par rapport au ratio moyen des sinistres de chaque société sur une période de 10 ans et en écart d une année à l autre. L actuaire tiendra compte des taux de sinistres à court et à long termes de chaque société au moment de calculer le passif des primes. Il y a deux colonnes pour chaque mesure, soit les données brutes et une mesure ajustée pour tenir compte du fait que les sociétés plus petites ont tendance à être plus volatiles. Cet ajustement s impose pour éviter le double comptage dans la formule type de la variabilité devant être prise en compte dans le cadre du processus d établissement du niveau de capital cible interne. La branche d assurance de la responsabilité est très variable avant et après l ajustement en fonction de la taille dans les deux mesures. Décembre 2013 Page 3 de 7

4 Pour la branche de l automobile, il semble que les accidents corporels soient plus volatiles que les préjudices corporels, mais il faut prendre en compte le contexte des tendances des taux de sinistres de l industrie mentionné ci-haut. Tel que déjà souligné, les branches d assurance des biens personnels et commerciaux sont assujetties à des fluctuations attribuables aux catastrophes. Cependant, l effet bénéfique de la taille sur la variabilité du taux de sinistres est considérablement plus grand pour les biens personnels que pour les biens commerciaux. Cela peut s expliquer par le fait que pour les biens commerciaux, l effet bénéfique de la «loi des grands nombres» est en partie neutralisé par la capacité accrue (limites de la branche) que les sociétés plus grandes conservent à l égard des risques individuels. 2. Convertir à la VaR au 99,5 e centile Un coefficient de 2,0 a été appliqué pour convertir de la VaR 90 à la VaR 99,5, ce qui est une approximation acceptable en vertu d une distribution normale. 3. Provision implicite pour diversification Un examen des corrélations selon la branche d assurance au sein de chaque société a indiqué un coefficient de corrélation moyen d environ 75 % pour les principales branches d assurance. Tel que prévu, c est plus élevé que la corrélation des sinistres non-payés, car les mesures prises par la direction qui ont un effet sur les taux de sinistres influeront vraisemblablement sur de multiples branches d assurance en même temps. Le crédit pour la diversification moyen, qui a été appliqué à chaque branche d assurance pour les raisons énoncées dans le document de travail de mai 2013, a été calculé en appliquant la corrélation ci-haut à diverses branches d assurance de l industrie. 4. Derniers ajustements Les marges pour écarts défavorables sur le passif des primes sont souvent choisies pour être conformes à celles utilisées pour les sinistres non-payés et cette démarche a été utilisée pour supprimer cet aspect du double comptage potentiel. Les marges plus élevées habituellement utilisées pour les branches à matérialisation longue atténuent en partie leur plus grande volatilité déjà observée, rétrécissant la fourchette des coefficients de risque définitifs recommandés. Tel que souligné dans le document de travail de mai 2013, une provision a également été établie pour la marge moyenne des dépenses dans le passif des primes de meilleure estimation, compte tenu du fait que les dépenses estimatives sont habituellement moins variables que le taux de sinistres. Décembre 2013 Page 4 de 7

5 Risque lié aux sinistres non payés De façon générale, le risque lié aux sinistres non-payés s entend du risque que le montant mis de côté pour les sinistres déjà encourus s avère insuffisant. Contrairement au risque lié au passif des primes, les données recueillies dans le Tableau d analyse des sinistres non payés et des taux de sinistres et les relevés financiers annuels permettent de mesurer plus directement le risque. Les principaux chiffres pour chacune des grandes branches d assurance figurent dans le tableau suivant; un renvoi à ces chiffres est par la suite fait dans les notes étape par étape plus détaillées qui suivent. Retrait en % de la meilleure estimation Nombre de sociétés VaR au 90 e centile Coefficient de la provision terminale Marge pondérée en fonction de l industrie (MED) Branche d assurance Données Ajustée selon brutes la taille Responsabilité 46 33,9 % 11,2 % 2,5 12,0 % Automobile Responsabilité 55 17,2 % 5,2 % 2,5 10,5 % Automobile Accident 2,5 11,9 % 49 16,3 % 8,0 % corporel Automobile - Autres 54 39,2 % 23,4 % 1,0 5,6 % Biens personnels 53 25,9 % 14,0 % 1,5 4,1 % Biens commerciaux 34 37,8 % 15,6 % 1,0 5,7 % 1. Estimer la VaR au 90 e centile selon la branche d assurance Dans l ensemble, la matérialisation 3 globale du passif de meilleure estimation de l industrie a dernièrement été limitée. Les branches de l assurance automobile responsabilité et de l assurance accident corporel de 2007 à 2011 utilisées aux fins de cette étude sont une exception, la matérialisation généralement favorable des sinistres d assurance responsabilité neutralisant la matérialisation défavorable des sinistres d assurance accident corporel. Il semble que ce phénomène cadre avec les résultats cycliques de la branche d assurance automobile mentionnés ci-haut et qu il se renversera probablement au cycle suivant. Les résultats des branches de l assurance automobile responsabilité et de l assurance automobile accident corporel ont donc été combinés. Il faut de nouveau ajuster selon la taille de la société pour éviter la variabilité de l approche standard qui doit être prise en compte dans le processus d établissement de la cible de capital interne. Les coefficients relativement élevés pour les branches à matérialisation courte (biens et automobile autres) s expliquent en grande partie par les petits montants en suspens. Un seul sinistre déclaré en retard peut influer sur les résultats de manière appréciable quand le dénominateur est petit. 3 La matérialisation des sinistres déclarée par l industrie comprend souvent l effet bénéfique de la libération des provisions pour écarts défavorables détenues à la fin de l exercice précédent. Décembre 2013 Page 5 de 7

6 Inversement, tandis que la variabilité des sinistres de l assurance automobile est depuis toujours faible en pourcentage des sinistres en suspens, lessinistres non-payés de l assurance automobile occupent une part très importante du bilan de l industrie et son ampleur est comparable à celle des sinistres annuels encourus de l industrie; la matérialisation des sinistres non-payés peut donc avoir un effet appréciable sur la société et les résultats globaux de l industrie. 2. Convertir à la VaR au 99,5 e centile Outre le coefficient de 2,0 dont il est question à la section portant sur le passif des primes aux fins de la conversion à la VaR au 99,5 e centile, un coefficient de provision terminale a été appliqué conformément au concept énoncé dans le document «Vision de l évaluation de la solvabilité des assureurs multirisques au Canada» 4, où, pour déterminer la provision terminale, on tient compte de la grave adversité testée dans l horizon temporel précédent aux fins des mesures de surveillance. Pour définir l incidence générale de la provision terminale, on a comparé la variabilité du retrait jusqu au taux ultime (ainsi qu estimé en appliquant des approches populaires de la variabilité des réserves aux triangles dans les relevés financiers réglementaires des sociétés d assurance multirisques) et la variabilité sur un an de chaque société. Compte tenu de la source des données, cela a nécessairement été fait sur une base combinée de toutes les branches d assurance. Les coefficients à l égard de chaque branche d assurance ont été choisis pour établir une approximation de cette provision terminale globale et refléter le montant du passif des sinistres toujours non payé à la fin d une année. La provision terminale n était pas nécessaire pour déterminer le risque lié au passif des primes, car la mauvaise estimation du risque à la fin de l année de survenance est prise en compte dans le coefficient du risque lié au sinistres non-payés. 3. Provision implicite pour diversification Compte tenu du fait que l historique des données sur la constitution de réserves est plus court, des coefficients de corrélation ont été estimés en déterminant, société par société, les coefficients permettant de rapprocher la variabilité combinée de toutes les branches à celle de chacune des branches. Cela a produit une estimation de la corrélation moyenne de 50 %. Le crédit pour diversification moyen, qui a été appliqué à chaque branche d assurance pour les raisons invoquées dans le document de travail de mai 2013, a été calculé en appliquant la corrélation ci-haut à diverses polices de l industrie. 4 Décembre 2011, p. 8, Décembre 2013 Page 6 de 7

7 4. Derniers ajustements Les marges pour écarts défavorables sur les sinistres non-payés ont été supprimées d après les marges moyennes déclarées par branche d assurance dans le Tableau d analyse des sinistres non payés et des taux de sinistres. Conclusion Il a nécessairement fallu faire preuve de jugement à certaines étapes du processus pour générer les coefficients du risque d assurance. Cependant, tout a été mis en œuvre pour appuyer le jugement à l aide des données disponibles. Le BSIF salue les efforts déployés par les sociétés pour fournir des données fiables dans le Tableau d analyse des sinistres non payés et des taux de sinistres et a l intention de continuer à mettre périodiquement à jour son analyse des données y figurant; il utilisera ses constatations et en rendra compte de temps à autre. Décembre 2013 Page 7 de 7

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles Final Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270 Conseil des normes actuarielles Janvier 2011 Document 211005 This document is available

Plus en détail

RAPPORT SUR LES PRINCIPAUX PARAMÈTRES D ÉVALUATION

RAPPORT SUR LES PRINCIPAUX PARAMÈTRES D ÉVALUATION Toutes les sociétés d assurances fédérales (assureurs) doivent remplir un formulaire de rapport sur les principaux paramètres d évaluation (RPPE). Ce rapport doit être soumis au BSIF au moins une fois

Plus en détail

Note de service À : De : Date : Le 12 juillet 2011 Objet :

Note de service À : De : Date : Le 12 juillet 2011 Objet : À : De : Note de service Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées A. David Pelletier, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

Données sur l évolution des sinistres dans l industrie de l assurance des véhicules de tourisme de l Ontario et coûts estimatifs des sinistres

Données sur l évolution des sinistres dans l industrie de l assurance des véhicules de tourisme de l Ontario et coûts estimatifs des sinistres Introduction Le présent document fournit de l information sur l analyse des taux des tendances des sinistres en assurance des véhicules de tourisme de l Ontario, telle qu elle a été préparée par l actuaire

Plus en détail

IFRS. Janvier 2010 Document 210005

IFRS. Janvier 2010 Document 210005 Les méthodes canadiennes appliquées à l évaluation de contrats d assurance (assurance-vie et assurances IARD) visant à satisfaire aux exigences du paragraphe 4.14 de l IFRS 4 IFRS Janvier 2010 Document

Plus en détail

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie)

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie) Ligne directrice Objet : Catégorie : (sociétés d assurance-vie) Comptabilité N o : D-9 Version initiale : décembre 2004 Révision : juillet 2010 La présente ligne directrice s adresse aux sociétés d assurance-vie

Plus en détail

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Ligne directrice Objet : Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Catégorie : Comptabilité N o : C-1 Version

Plus en détail

Note de service À : De :

Note de service À : De : Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées Jim Christie, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010

N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurance-vie) Catégorie : Comptabilité N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice énonce les

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015).

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015). NOTE DE SERVICE À : De : Tous les actuaires des régimes de retraite Bruce Langstroth, président Direction de la pratique actuarielle Manuel Monteiro, président Commission des rapports financiers des régimes

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

TRANSMISSION ÉLECTRONIQUE DES DONNÉES DES TABLEAUX D ANALYSE DES SINISTRES ET INDICES DE PERTE

TRANSMISSION ÉLECTRONIQUE DES DONNÉES DES TABLEAUX D ANALYSE DES SINISTRES ET INDICES DE PERTE GUIDE D INSTRUCTIONS TRANSMISSION ÉLECTRONIQUE DES DONNÉES DES TABLEAUX D ANALYSE DES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Septembre 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION... 2 2. TYPES DE DONNÉES... 2 3. PRÉSENTATION

Plus en détail

GUIDE DE L ACTUAIRE. Concernant la production du rapport sur l attestation de la ligne directrice de fonds propres - Assurance de personnes

GUIDE DE L ACTUAIRE. Concernant la production du rapport sur l attestation de la ligne directrice de fonds propres - Assurance de personnes GUIDE DE L ACTUAIRE Concernant la production du rapport sur l attestation de la ligne directrice de fonds propres - Direction principale de la surveillance des assureurs et du contrôle du droit d exercice

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Le 30 octobre 2009 Consultation sur le projet

Plus en détail

Normes IFRS et Solvabilité 2

Normes IFRS et Solvabilité 2 Normes IFRS et Solvabilité 2 Norme IFRS 4 contrats d assurance Lyon, lundi 28 septembre 2009 Pierre Thérond http://www.pierretherond.fr Sommaire 1. Historique 2. Champ d application 3. Principales caractéristiques

Plus en détail

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Index A n o 9 CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Fondement législatif Articles 650, 651 et 654 de la Loi sur les sociétés d assurances (la «Loi») Définitions

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport de la Vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats Secteur de la surveillance Novembre 2013 BSIF OSFI Table des matières

Plus en détail

Normes de capital provisoires des sociétés d assurance hypothécaire

Normes de capital provisoires des sociétés d assurance hypothécaire Préavis Objet : des sociétés d assurance hypothécaire Catégorie : Capital Date : 1 er janvier 2015 I. Introduction Le présent préavis énonce les normes de capital réglementaire auxquelles doivent souscrire

Plus en détail

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables.

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables. SECTION IV Les établissements «Facility», «Facility Association» («FA»), «FA Risk Sharing Pool» («FARSP») et le «Plan de répartition des risques établi par le Groupement des assureurs automobiles» (le

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Bureau du surintendant des institutions financières Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Juin 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. À propos de l

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables.

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables. SECTION IV Les établissements «Facility», «Facility Association» («FA»), «FA Risk Sharing Pool» («FARSP») et le «Plan de répartition des risques établi par le Groupement des assureurs automobiles» (le

Plus en détail

Approche standard pour le calcul du coussin de solvabilité lié au risque de marché

Approche standard pour le calcul du coussin de solvabilité lié au risque de marché Instructions pour fournir les données requises par l étude d impact quantitative du BSIF/AMF sur la nouvelle approche standard pour le calcul du coussin de solvabilité lié au risque de marché («le document

Plus en détail

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS DÉCEMBRE 2011 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS Le nouveau chapitre SP 3260, Passif au titre des sites contaminés, du Manuel de comptabilité pour le secteur

Plus en détail

Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Ouest État de la situation financière Au 31 mars 2015

Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Ouest État de la situation financière Au 31 mars 2015 État de la situation financière Au 31 mars 2015 Actif Actif à court terme Trésorerie 5 227 401 4 992 479 Débiteurs (note 3) 235 501 196 578 Charges payées d avance 67 728 41 871 5 530 630 5 230 928 Immobilisations

Plus en détail

Note de service À : De :

Note de service À : De : À : De : Note de service Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées A. David Pelletier, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels 2007-2008 Table des matières Introduction...........................................................

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017. Septembre 2013

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017. Septembre 2013 ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017 Septembre 2013 1 Contenu Introduction Principales priorités Considérations supplémentaires du Conseil des normes actuarielles (CNA) Plan de projet par domaine de pratique

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE DES PRINCIPES DU CRPI PAR LES ASSOCIATIONS DE L INDUSTRIE

RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE DES PRINCIPES DU CRPI PAR LES ASSOCIATIONS DE L INDUSTRIE Le Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance (CCRRA) et Les Organismes de réglementation des services d assurance au Canada (CISRO) Projet d examen de la mise en œuvre du Comité

Plus en détail

Stock net de capital («patrimoine»)

Stock net de capital («patrimoine») Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Stock net de capital («patrimoine») Merci de citer ce

Plus en détail

Avantages sociaux 2011 FAQ

Avantages sociaux 2011 FAQ Le présent document fait suite à certains commentaires d employés de MMC que nous avons reçus récemment au sujet des hausses de primes pour l année 2011. Assurance vie facultative et assurance vie facultative

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS 1 ER AVRIL 2009 AU 31 MARS 2010 Ministre des Travaux publics et Services gouvernementaux 2010 n o

Plus en détail

Norme définitive. Conseil des normes actuarielles. Août 2012. Document 212067

Norme définitive. Conseil des normes actuarielles. Août 2012. Document 212067 Norme définitive Version définitive des Normes de pratique Révision des Normes de pratique applicables aux régimes de retraite Déclaration des renseignements concernant le coût supplémentaire et la sensibilité

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/65/57 12 octobre 2011 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Tendance des mauvaises créances au Québec

Tendance des mauvaises créances au Québec ÉTUDE JLR 3 NOVEMBRE 2015 Tendance des mauvaises créances au Québec Octobre 2015 www.jlr.ca FAITS SAILLANTS En octobre 2015, 830 préavis d exercice ont été émis et publiés au Registre foncier, soit 9,3

Plus en détail

Indications et outils à l intention des comités d audit

Indications et outils à l intention des comités d audit Indications et outils à l intention des comités d audit L organisation des Comptables professionnels agréés (CPA Canada) a publié de nouveaux documents en vue d aider les comités d audit à mieux surveiller

Plus en détail

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts RELEVÉ DES MODIFICATIONS hypothécaires en souffrance Numéro de la modification Date d établissement du rapport Numéro

Plus en détail

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Résumé du rapport Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Numéro de contrat : 90030-121581/001/CY Contrat attribué le : 2013-01-18 Préparé pour : Office national

Plus en détail

T2 2014. Données financières complémentaires. Pour le trimestre clos le 30 avril 2014

T2 2014. Données financières complémentaires. Pour le trimestre clos le 30 avril 2014 Données financières complémentaires Pour le trimestre clos le 30 avril 2014 T2 2014 www.bmo.com/relationsinvestisseurs SHARON HAWARD-LAIRD Chef Relations avec les investisseurs 416-867-6656 sharon.hawardlaird@bmo.com

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Approuvé par le conseil d administration le 6 juin 2014

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Approuvé par le conseil d administration le 6 juin 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Approuvé par le conseil d administration le 6 juin 2014 6 juin 2014

Plus en détail

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014-2018. Octobre 2014

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014-2018. Octobre 2014 ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014-2018 Octobre 2014 1 Contenu Introduction Principales priorités Considérations supplémentaires du Conseil des normes actuarielles (CNA) Plan de projet par domaine de pratique

Plus en détail

PROJET DE MODIFICATIONS MODIFIANT L INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE À LA NORME CANADIENNE 81-106 SUR L INFORMATION CONTINUE DES FONDS D INVESTISSEMENT

PROJET DE MODIFICATIONS MODIFIANT L INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE À LA NORME CANADIENNE 81-106 SUR L INFORMATION CONTINUE DES FONDS D INVESTISSEMENT PROJET DE MODIFICATIONS MODIFIANT L INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE À LA NORME CANADIENNE 81-106 SUR L INFORMATION CONTINUE DES FONDS D INVESTISSEMENT 1. L article 2.1 de l Instruction générale relative

Plus en détail

Création et vérification d une base de données sur les entreprises de crédit-bail dans le cadre de la LFPEC

Création et vérification d une base de données sur les entreprises de crédit-bail dans le cadre de la LFPEC Création et vérification d une base de données sur les entreprises de crédit-bail dans le cadre de la LFPEC Rapport présenté à Industrie Canada Avril 2001 Compas Inc. Multi-Audience Research Ottawa et

Plus en détail

Le 5 févier 2004. Monsieur Nicholas LePan Surintendant des institutions financières 255, rue Albert Ottawa (Ont.) K1A 0H2.

Le 5 févier 2004. Monsieur Nicholas LePan Surintendant des institutions financières 255, rue Albert Ottawa (Ont.) K1A 0H2. Le 5 févier 2004 Monsieur Nicholas LePan Surintendant des institutions financières 255, rue Albert Ottawa (Ont.) K1A 0H2 Monsieur, Au nom de l Association canadienne des organismes de contrôle des régimes

Plus en détail

LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE. Politique d investissement

LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE. Politique d investissement LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE Politique d investissement Cette politique est en vigueur depuis le 18 juin 2009 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. GÉNÉRALITÉS P R É A M B U L E Le Musée canadien

Plus en détail

Tableau synoptique - Les stocks

Tableau synoptique - Les stocks Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Tableau synoptique - Les Eléments de comparaison NCT 04 IAS 02 Tableau synoptique - Les Définition Les sont des

Plus en détail

Document de recherche. Exigences de capital pour l assurance maladies graves

Document de recherche. Exigences de capital pour l assurance maladies graves Document de recherche Exigences de capital pour l assurance maladies graves Une recommandation de la Commission sur la gestion des risques et le capital requis de l ICA Juin 2011 Document 211060 This publication

Plus en détail

Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des

Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des logements. Par exemple, les prix des habitations ont fléchi d

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC Janvier 2010 PRINCIPES CLÉS DE L ORIENTATION FUTURE DU CADRE RÉGLEMENTAIRE CANADIEN DE SUFFISANCE DES CAPITAUX EN ASSURANCE DE DOMMAGES

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Rapport sur la méthodologie

Rapport sur la méthodologie Sondage des votants et des non-votants 2002 Rapport sur la méthodologie Établi pour : Élections Canada Date : Juin 2002 Centre de recherche Décima, 2002 Table des matières Introduction...1 Méthodologie

Plus en détail

Décision de radiodiffusion CRTC 2013-736

Décision de radiodiffusion CRTC 2013-736 Décision de radiodiffusion CRTC 2013-736 Version PDF Référence au processus : Demande de la Partie 1 affichée le 12 août 2013 Ottawa, le 19 décembre 2013 0859291 B.C. Ltd. Victoria (Colombie-Britannique)

Plus en détail

Note éducative. Commission d indemnisation des accidents du travail. Septembre 2009. Document 209094

Note éducative. Commission d indemnisation des accidents du travail. Septembre 2009. Document 209094 Note éducative Prise en compte d une provision pour frais d administration dans les états financiers des régimes publics d assurance pour préjudices corporels Commission d indemnisation des accidents du

Plus en détail

Adoption anticipée de la norme IFRS 9 Instruments financiers par les banques d importance systémique intérieure Préavis

Adoption anticipée de la norme IFRS 9 Instruments financiers par les banques d importance systémique intérieure Préavis Référence: Préavis aux banques, SBE, SPB, SFP, ACC, SAV, SAM, SSM, SPA Le 9 janvier 2015 Destinataires : Entités fédérales Objet : Adoption anticipée de la norme IFRS 9 Instruments financiers par les banques

Plus en détail

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Groupe de travail sur les normes en matière de sondage Avril 2011 Les opinions exprimées dans le présent document ne doivent

Plus en détail

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat.

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat. Luxembourg, le 4 mars 2014 Lettre circulaire 14/4 du Commissariat aux assurances portant modification de la lettre circulaire modifiée 03/2 relative au reporting annuel des entreprises luxembourgeoises

Plus en détail

É T A T S F I N A N C I E RS pour le RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2010

É T A T S F I N A N C I E RS pour le RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2010 É T A T S F I N A N C I E RS pour le RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2010 RAPPORT DES VÉRIFICATEURS Au conseil des Biens non publics RÉGIME D ASSURANCE

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»?

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»? Que veut dire «étalement»? FOIRE AUX QUESTIONS Lorsque l augmentation de la valeur foncière de la propriété depuis la dernière mise à jour du rôle peut être répartie sur plus d une année, on dit qu elle

Plus en détail

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite?

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Repenser la retraite Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Numéro 4, avril 2012 Une décennie de taux d intérêt en décroissance, plusieurs marchés

Plus en détail

Note de service À : De : Objet :

Note de service À : De : Objet : À : De : Note de service Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées Jim Christie, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 ANALYSE DES GRANDS INDICATEURS DU MARCHÉ DU TRAVAIL L emploi Le taux d emploi des personnes âgées de 15 à 64 ans

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

Montant de retenue et obligation de remboursement

Montant de retenue et obligation de remboursement Guide technique sur le développement des systèmes à l intention des fournisseurs de REEI Montant de retenue et obligation de remboursement Les institutions financières sont responsables de déterminer les

Plus en détail

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Mai 2011 APERÇU DU SECTEUR des caisses populaires et credit unions de l Ontario au 1T11 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Faits saillants financiers Page 5 États financiers sectoriels

Plus en détail

É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011

É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011 É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011 RAPPORT DES VÉRIFICATEURS Au conseil des Biens non publics Nous avons vérifié

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE D AUTORISATION AU MINISTRE DES FINANCES CONCERNANT L ATTRIBUTION OU LE TRANSFERT D ACTIONS AVEC DROIT DE VOTE PAR UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson. par Gino Lambert, chercheur à la Chaire

Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson. par Gino Lambert, chercheur à la Chaire Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson par Gino Lambert, chercheur à la Chaire 1997 Table des matières Introduction Analyse des taux díintérêt sur les cartes de crédit Analyse

Plus en détail

Vérification des contrôles et de la sécurité liés à l impression des chèques prioritaires. Énoncé du vérificateur... 1

Vérification des contrôles et de la sécurité liés à l impression des chèques prioritaires. Énoncé du vérificateur... 1 Vérification des contrôles et de la sécurité liés à l impression des chèques prioritaires RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation Mai 2004 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1

Plus en détail

PROVISION POUR DEPRECIATION DE CREANCES DOUTEUSES : CORRECTION D ERREUR OU CHANGEMENT D ESTIMATIONS COMPTABLES?

PROVISION POUR DEPRECIATION DE CREANCES DOUTEUSES : CORRECTION D ERREUR OU CHANGEMENT D ESTIMATIONS COMPTABLES? PROVISION POUR DEPRECIATION DE CREANCES DOUTEUSES : CORRECTION D ERREUR OU CHANGEMENT D ESTIMATIONS COMPTABLES? I- EXPOSE DU PROBLEME ET RECHERCHE DE SOLUTIONS AU REGARD DES REFERENTIELS COMPTABLES NATIONAL

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

Conseils sur la prise en compte des frais dans les évaluations de provisionnement

Conseils sur la prise en compte des frais dans les évaluations de provisionnement Note éducative révisée Conseils sur la prise en compte des frais dans les évaluations de provisionnement Commission des rapports financiers des régimes de retraite Septembre 2014 Document 214101 This document

Plus en détail

Le 20 mai 2016. Le président de l ICA, Robert H. Stapleford, FICA, FSA

Le 20 mai 2016. Le président de l ICA, Robert H. Stapleford, FICA, FSA Le 20 mai 2016 L honorable David Orazietti, député provincial Ministre Ministère des Services gouvernementaux et des Services aux consommateurs 777, rue Bay, 5 e étage Toronto (Ontario) M7A 2J3 Monsieur

Plus en détail

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil 1 Modifications fiscales de 217 touchant l assurance-vie EN DÉTAIL offre une protection, mais certains L assurance-vie contrats permettent en plus d accumuler de l épargne de façon fiscalement avantageuse.

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités

EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités Actif EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités (en milliers de dollars US) Au Au 31 août Actif à court terme Espèces 43 418 $ 25 864 $ Placements temporaires 958 1 487 Comptes débiteurs

Plus en détail

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27 Norme comptable internationale 27 États financiers individuels Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable et les obligations d information concernant les participations

Plus en détail

Service administratif de rajustement de la pension alimentaire pour enfants

Service administratif de rajustement de la pension alimentaire pour enfants Service administratif de rajustement de la pension alimentaire pour enfants En quoi consiste ce service? Le gouvernement du Yukon envisage d offrir un service administratif qui se chargerait de rajuster

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

Observation statistique

Observation statistique 2. APERÇU DES RÉSULTATS DU RENDEMENT Observation statistique s. Les résultats présentés dans ce rapport sont fondés sur des échantillons. Des échantillons distincts ont été sélectionnés pour chaque instance

Plus en détail

1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II...

1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II... CADRE D AGRÉMENT Agrément de l approche de notation interne (NI) avancée du risque de crédit Fonds propres Décembre 2007 TABLE DE MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes... 4 3. Principales phases...

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. Définition des termes Dans la présente charte, les termes suivants ont le sens que voici : «Charte» s entend de la charte du Comité, tel

Plus en détail

PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS MES ÉPARGNES GÉNÈRERONT UN REVENU DE RETRAITE DE COMBIEN PAR ANNÉE?

PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS MES ÉPARGNES GÉNÈRERONT UN REVENU DE RETRAITE DE COMBIEN PAR ANNÉE? PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS MES ÉPARGNES GÉNÈRERONT UN REVENU DE RETRAITE DE COMBIEN PAR ANNÉE? AVERTISSEMENT Dans le présent contexte, le terme conseiller financier

Plus en détail

Comptabilisation des immobilisations corporelles

Comptabilisation des immobilisations corporelles 1 Comptabilisation des immobilisations corporelles Introduction Le gouvernement du Nouveau-Brunswick s apprête à faire un changement important dans ses méthodes comptables, ce qui accroîtra sa responsabilité

Plus en détail

AVIS AUX MEMBRES N o 2015 055

AVIS AUX MEMBRES N o 2015 055 AVIS AUX MEMBRES N o 2015 055 Le 8 mai 2015 AUTOCERTIFICATION MODIFICATION AU MANUEL DES RISQUES DE LA CDCC AFIN DE RÉVISER LES PÉRIODES DE LIQUIDATIONS UTILISÉES DANS LE CALCUL DES MARGES Le 14 juillet

Plus en détail