ENQU SUR LES ESTHÉTICIENNES À DOMIC LE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENQU SUR LES ESTHÉTICIENNES À DOMIC LE"

Transcription

1 Page 1/5 ENQU SUR LES ESTHÉTICIENNES À DOMIC LE Devant le manque d'informations et de statistiques sur notre métier, un premier questionnaire a ctc soumis aux esthéticiennes à domicile, afin de mieux les connaître. 174 esthéticiennes à domicile ont accepté de répondre aux questions. par Isabelle BENMANSOUR, Esthéticienne, Coach et Formatrice pour les esthéticiennes a domicile, Redactrice du blog http//estheticienneadomicile.net Quel est le niveau de qualification des esthéticiennes à domicile? Faut-il avoir de l'expérience? Où faut-il s'installer et jusqu'où doit-on se déplacer pour réussir? Combien de clientes ont-elles 9 Quels sont les moyens de prospection utilisés? Quel sera le coût de leur installation? Et surtout, quel est le revenu d'une esthéticienne à domicile en moyenne? Beaucoup de questions dont voici les premières réponses QUALIFICATION DES ESTHÉTICIENNES À DOMICILE ET NIVEAU DE FORMATION BM Bac pro BTS ONT-ELLES UNE FORMATION COMPLÉMENTAIRE? 79 % des sondées ont choisi de faire une formation complémentaire, tous diplômes confondus Et 58 % des esthéticiennes qui poursuivent leur formation sont majoritairement des titulaires du CAP Cependant, elles se forment aux techniques de soins et pas vraiment aux connaissances liées a la gestion d'entreprise ou au marketing. FORMATION COMPLÉMENTAIRE / DIPLÔME On pourrait s'attendre à ce que les esthéticiennes à domicile se lancent dans la création d'entreprise après avoir obtenu un diplôme les y préparant davantage qu'un CAP. Même s'il est tout à fait possible de créer une entreprise en tant qu'esthéticienne avec le CAP, il faut au moins le BP pour être formée à la gestion d'entreprise Or, il n'en est rien 54 % d'entre elles ont un CAP et se lancent dans le domicile! CAP BP BM Bac pro BTS Ce sont les diplômées en CAP et en BP qui se forment le plus après leur cursus. Ce sont, de nouveau, les titulaires du CAP qui ont le plus de formations différentes, avec les titulaires du Bac Pro.

2 Page 2/5 LE STATUT DES ESTHETICIENNES À DOMICILE STATUTS O* 20% «I formation supplémentaire 3 formations supplémentaires KOX, 60% i formations supplémentaires 4 formations supplémentaire et plus Au palmarès des formations figurent les soins du corps, le massage et les techniques de spa praticienne pour pres de la moitié (49 %) Vient ensuite la formation de prothésiste ongulaire pour 34 % des formations choisies. TYPE DE FORMATIONS SUMES Massages esthétique: spa praticienne, soin du corps Prothés ste ongula te Beauté du cils (extension, mascara semi permanent ) lumière puisée relooking maquillage permanent, manager LPG, technique cf amincissement EXPÉRIENCE DES ESTHETICIENNES À DOMICILE 37 % des esthéticiennes à domicile sont en reconversion professionnelle et 35 % d'entre-elles se sont lancées directement sans expérience en institut. D'ailleurs, 43 % des esthéticiennes qui se sont lancées à domicile ont peu ou pas d'expérience en institut : -22% des sondées n'ont jamais travaillé en institut, - 21 % ont moins d'un an d'expérience. Il semble que le manque d'expérience ne freine pas l'installation des esthéticiennes dans cette manière d'exercer. Il faut aussi noter que le manque d'emploi sur le marché les incite à s'installer faute de mieux, maîs est-ce vraiment la solution 7 EXPERIENCE sans expérience expérience < lan en cours d'immatriculation Micro entreprise Entreprise individuelle portage salarial «SASU/SARL en couveuse Sans grande surprise, c'est l'auto-entreprise qui l'emporte haut la mam. Il est vrai que c'est un moyen simple rapide et peu risque de commencer. Cependant, l'auto-entreprise n'est pas toujours le statut adéquat pour exercer en tant qu'esthéticienne a domicile En effet, même si l'on garde les trois quarts de son chiffre d'affaires comme bénéfice, cela n'est pas synonyme de revenu ll faut aussi prévoir la trésorerie pour racheter les produits et matériels nécessaires à l'activité, et aussi retirer les frais de déplacements, de publicité, etc. Souvent, ces points-la sont oubliés et )'ai des esthéticiennes qui, lors des coachings que je fais, se rendent compte qu'il leur reste moins dans leur poche que si elles avaient choisi un autre statut Chaque cas est particulier, et c'est l'étude financière liée à votre étude de marché qui déterminera la meilleure option. ANCIENNETÉ DE LEUR ACTIVITÉ 4 % des esthéticiennes seulement sont installées depuis plus de 5 ans Est-ce lié a l'activité qui a du mal a être pérenne ou est-ce qu'elles finissent par créer leur institut? Une étude plus approfondie pourrait repondre à cette question, à l'avenir. Dans tous les cas, 85 % sont installées depuis moins de trois ans, et pres de la moitié depuis moins d'un an. L'esthétique a domicile serait-elle une activité sans lendemains 9 INSTALLEE DEPUIS. g moins de I an entre I et 3 ans entre 3 et 5 ans entre 5 et 10 ani plus de 10 ans entre let Sans plus de 5 ans LINVESTISSEMENT DE DEPART On se demande souvent combien il faudra investir pour s'installer Ce que l'on constate c'est que l'écart est assez conséquent. Certaines n'investissent aucun euro au lancement de leur installation Elles se lancent sans même

3 Page 3/5 prévoir un budget minimum a l'achat de leur matériel, des produits ou de la publicite. Elles achètent peut-être au fur et à mesure et freinent, par conséquent, leur réussite. A contrario, d'autres n'hésitent pas à dépenser des sommes assez importantes pour se lancer. 56 % des esthéticiennes à domicile investissent moins de 2 DOO dans leur affaire. Il est vrai que le domicile demande moins d'investissement qu'un institut, maîs beaucoup ne conçoivent pas leur activité comme une création d'entreprises et dépensent le moins possible quitte à mettre la réussite de leur activité en danger ll y a peu d'entreprises qui réussissent en faisant de la création au rabais. Un minimum de budget est à prévoir pour mettre toutes les chances de son côté. Le budget peut être plus ou moins conséquent, mais il doit être en rapport avec le chiffre d'affaires que vous espérez atteindre. INVESTISSEMENT À L'INSTALLATION LES MOYENS DE PROSPECTION UTILISÉS flyers Facebook site partenaires/commerçants rn bouche à oreille 154 1% salon/foire 1% flocage voiture annuaire I magazine/annonce On constate que le bouche-à-oreille reste le moyen de prospection le plus utilisé. Viennent ensuite les flyers et la page Facebook. Quant au site Internet, il ne prend que la quatrième place au classement des moyens de trouver de la clientèle. Beaucoup n'ont pas encore pris conscience de l'importance de leur présence sur le Net. Il faut aussi retenir que l'un des moyens de faire face à la concurrence est de se faire connaître. On pense souvent à la fidéhsation, maîs avant de fidéliser ses clientes il faudrait déjà en avoir. Si une concurrente fait plus de bruit que vous, qu'elle est partout où on la cherche, elle aura plus de chance d'avoir des clients. C'est le bon mixage de tous ces moyens de prospection qui augmentera la réussite. Au-delà du choix du moyen de prospection, il y a aussi l'usage qu'on en fait. Les flyers ne sont pas forcément déposés dans les bons endroits ou au bon moment, ou ne sont pas tres vendeurs. La page Facebook sert d'«auto-promo» et d'informations sur les prestations alors que c'est le site qui devrait jouer ce rôle La conséquence est que le retour client est presque infime. La page Facebook perd son rôle de dialogue entre les clientes et l'esthéticienne. Aussi certains moyens de prospection ne sont pas trop utilises malgré leur faible coût, comme les partenariats par exemple FOCUS SUR LES PARTENAIRES Ce qui est étonnant dans ce résultat c'est que lorsqu'on demande les moyens de prospection, 11% d'entre-elles pensent aux partenaires, alors qu'au final 44 % des esthéticiennes a domicile en ont un, voire plusieurs. Les partenaires sont un moyen de trouver des clients, au même titre que les flyers Je reste dubitative devant cette vision du partenariat. TYPE DE PARTENAIRES C'est la grande bête noire de toutes entreprises. Et ça l'est d'autant plus quand on n'a pas de vitrine dans une rue passante. Les techniques sont nombreuses. Certaines fonctionneront pour l'une et pas pour l'autre C'est une question d'emplacement, de personnalité, de clientèle, d'offre, de communication et j'en passe.. LES PRESTATIONS Au même titre que pour les instituts, l'épilation reste le fer de lance de l'esthétique Prestation n 1 demandée par les clientes, les soins du visage sont aussi apprécies devant les prestations pour ongles. Cela montre aussi qu'il est important de bien choisir les marques de soins, car cela représente un quart de demandes, sans compter qu'il est

4 Page 4/5 plus facile de vendre un produit après un soin du visage qu'après une épilation. LES PRESTATIONS LES PLUS PRATIQUEES épilation ongles La majorité d'entre elles ont moins de 50 clientes en fichier et il faut compter plus de 150 clientes en fichier pour commencer à avoir un chiffre d'affaires supérieur à 1500, et plus de 200 pour obtenir un revenu correct. soin visage maquillage massage esthétique/soins du corps nombre de clientes -CA LE CHIFFRE D'AFFAIRES RÉALISÉ PAR LES ESTHÉTICIENNES À DOMICILE 31 % des esthéticiennes réalisent moins de 250 de chiffre d'affaires par mois et ont moins de 50 clientes en portefeuille. Moins de 24 % font plus de 1 DOO de chiffre d'affaires par mois, dont à peine 5 % arrivent à générer plus de 2 DOO par mois. Sachant que 84 % des esthéticiennes à domicile sont des auto-entrepreneures, sur ces 2 DOO de chiffre d'affaires, il restera de bénéfices. L'on parle bien de bénéfices et non de revenu, car il faudra également retirer les coûts de fonctionnement inhérents à l'activité comme le déplacement, le rachat de produits, la publicité, etc., pour obtenir le revenu final. Autant dire que peu d'entre elles arrivent à vivre de leur activité, la moyenne du chiffre d'affaires étant de 730 par mois. Soit un bénéfice de 540 (hors coût de fonctionnement) qui ont entre entre entre >2000 un CA de 2 50 et 500 et 1000 et moins de 500 fc looot LIEUX D'EXERCICE 35% i 3. 25% 20» 10% qui ont un entre 250 entre 500 entre entre plus de CA de et 500 et et 2000 et 3000 moins de LE NOMBRE DE CLIENTES EN FICHIER NOMBRE DE CLIENTES EN FICHIER 40% 36% Les esthéticiennes sont plus nombreuses à s'installer en Ile de France, en Midi-Pyrénées et en Rhône-Alpes. Le Nord-Pas-de-Calais est aussi assez attractif. Le Poitou-Charentes et la Provence-Alpes-Côte d'azur arrivent, cependant, en tête en terme de chiffre d'affaires. En revanche, des régions comme l'alsace, la Franchecomté ou encore la Haute-Normandie et l'auvergne ne sont pas les plus dynamiques pour ce type d'activité. En effet, peu d'esthéticiennes à domicile sont présentes et leur chiffre d'affaires fait partie des plus bas, n'excédant pas les 450. ' 21% 17% 5% moins de 10 entre 10 et entremet entre 100 et plus de 300 clientes SO clientes IOU clientes 300 clientes

5 Page 5/5 Île-de-France Midi-Pyrénées Rhône-Alpes Nord-Pas-de-Calais Provence-Alpes-Côte d Azur Pays de la Loire Picardie Bourgogne languedocroussillon Bretagne Centre Aquitaine Champagne- Ardenne Basse-Normandie La Reunion Lorraine Auvergne Limousin Poitou-Charentes Alsace Franche-Comté Haute-Normandie esthéticienne/ région 12,1 % 10.3% 10,3 % 8,6 % 6,9 % 5,7 % 5,2 % 4,6 % 4,6 % 4,0 % 4,0 % 2,9 % 2,9 % CA/ Région ,9 % des esthéticiennes se déplacent en grande agglomération uniquement. 20,2 % se déplacent uniquement dans les villages, la ville étant à plus de 30 km. Et 64,9 % vont dans les villages tout en étant proches d'une grande agglomération. Le chiffre d'affaires moyen quelle que soit la zone d'exercice va de 716 à 788. Il n'y a donc pas un grand écart de chiffre d'affaires entre celles qui sont en ville et celles qui sont en village. J'entends souvent les esthéticiennes dirent qu'elles ne peuvent pas faire de prix trop haut car elles sont en village Le resultat de l'enquête démontre qu'il n'en est rien. Et qu'il n'est pas toujours pertinent de baisser ses prix parce que sa clientèle réside dans les villages En revanche, il semblerait que plus elles s'éloignent et plus elles augmentent leur chiffre d'affaires. CA CONCLUSION Cette première enquête donne un regard plus précis sur les esthéticiennes à domicile. Certes, cela demande à être approfondi par une autre etude dans le futur Maîs l'on peut déjà dresser le portrait de l'esthéticienne à domicile : - elle a un CAP, - elle est auto-entrepreneur, - elle a peu ou pas d'expérience en institut, - elle gagne environ 730 par mois, - elle a moins de 50 clientes en fichier, - elle exerce majoritairement dans les villages à proximité des grandes villes, - elle n'hésite pas a faire 30 km pour augmenter son chiffre d'affaires, - elle a plus de chance de réussir si elle habite l'ile de France ou le Midi-Pyrénées - elle pratique essentiellement des épilations et des soins du visage, - elle investit environ pour créer son entreprise, - elle prospecte essentiellement via les flyers et la page Facebook (même si ce ne sont pas les meilleurs moyens), - elle travaille majoritairement en partenariat avec les coiffeurs, - elle est installée depuis moins de 3 ans, - elle complète son cursus essentiellement par les formations de massages esthétiques et de spa praticienne Sur ce dernier point, il faut noter que la preoccupation première est bien d'apprendre de nouvelles techniques professionnelles. Aucune n'aura cité des formations liées à leur entreprise comme le marketing, la vente, la gestion administrative et comptable. Certes, les diplômes préparent à la creation d'entreprises dans le but d'ouvrir ou de prendre la responsabilité d'un institut ou d'un point de vente Toutefois, le domicile est très particulier et demande, aujourd'hui, de connaître d'autres savoirs. Le regime de l'auto-entrepreneur facilite l'installation faisant oublier que devenir esthéticienne à domicile est une véritable création d'entreprise. Il faut l'envisager aussi sérieusement et de façon aussi préparée que si l'on ouvrait un salon. reste chez elle <10km <20km <30ktn > de 30km -CA Il existe des difficultés liées à l'exercice de ce métier dans un environnement assez éloigné de ce que l'on apprend à l'école ou de ce que l'on trouve dans le confort de son institut. Pour réussir, l'improvisation n'a pas sa place. 26 % des esthéticiennes ont également aménage une pièce chez elle, et ont en moyenne 67 clientes en fichier, contre 83 clientes pour celles qui se déplacent exclusivement. Celles qui ont une pièce chez elles ont moins de clientes en fichier, mais génèrent plus 100 de CA supplementaire par mois.

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise DOSSIER DE CANDIDATURE franchise 1. DEMANDEUR PHOTO ÉTAT CIVIL Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance / / Adresse Code postal Téléphone fixe Fax Ville tél portable: E-mail Situation familiale :

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Opportunités de croissance ou créations d entreprise, plus de 44 000 commerces ou industries

Plus en détail

ANI mène l'enquête: les résultats

ANI mène l'enquête: les résultats ANI mène l'enquête: les résultats Pour la première fois une enquête a été réalisée sur le métier d iconographe. 235 personnes ont répondu au questionnaire alors que nous estimons le nombre d iconographes

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

Un dispositif d appui aux très petites entreprises

Un dispositif d appui aux très petites entreprises Spectacle vivant Un dispositif d appui aux très petites entreprises DA TPE-SV Votre entreprise a besoin de se développer? Elle emploie moins de cinq salariés? Vous pouvez bénéficier d un accompagnement

Plus en détail

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013 CEBATRAMA La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local Bruges, le 3 juillet 2013 HÉRITIÈRE DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE 100% Filiale à 100% du groupe La Poste La Banque Postale

Plus en détail

BIENVENUE AU PETIT DEJEUNER DES TRANSPORTS du Vendredi 27 Novembre 2009 SUR PANORAMA DE L OFFRE DE FORMATION *****

BIENVENUE AU PETIT DEJEUNER DES TRANSPORTS du Vendredi 27 Novembre 2009 SUR PANORAMA DE L OFFRE DE FORMATION ***** BIENVENUE AU PETIT DEJEUNER DES TRANSPORTS du Vendredi 27 Novembre 2009 SUR PANORAMA DE L OFFRE DE FORMATION ***** SOMMAIRE 1.Offre de Formation Education Nationale 2.Offre de Formation par Apprentissage

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~ SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE AQUITAINE ANNEE 2010 Note dee conjoncture TNS SOFRES-CRTA Suivi de la Demande touristique 2010 CRTAA DIRECCTE Aquitaine TNS T SOFRES 1 ~ SOMMAIRE AVERTISSEMENT METHODOLOGIQUE...

Plus en détail

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique AFITL - 3 mai 2006 L objectif poursuivi Offrir aux membres de l AFITL (ou à quiconque se promène sur son site Internet) un recensement

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise 50 salariés et plus / groupes de distribution (GDSA) dans la Branche des Services de l Automobile GPEC La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise Anticiper les enjeux

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

Dossier de Presse. Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr. FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville

Dossier de Presse. Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr. FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Dossier de Presse Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Historique Jean-Paul Debeuret, diplômé d'expertise comptable,

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Résultats annuels 2014 des dispositifs permanents d enquêtes dans les aéroports, dans les trains et sur les aires d autoroutes

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

EXPÉRIENCE CLIENT. Baromètre des secteurs assurances et mutuelles

EXPÉRIENCE CLIENT. Baromètre des secteurs assurances et mutuelles EXPÉRIENCE CLIENT Saison 2 # Baromètre des secteurs assurances et mutuelles Etude réalisée par INIT Marketing pour Akio Software en mai 2014 sur un échantillon représentatif de la population française

Plus en détail

Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert 06 82 93 35 09 ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville

Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert 06 82 93 35 09 ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert Tél. : 06 82 93 35 09 E-mail : ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Historique Jean-Paul Debeuret, diplômé d'expertise

Plus en détail

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

La régie de la radio en ligne. Offre commerciale 2013

La régie de la radio en ligne. Offre commerciale 2013 La régie de la radio en ligne Offre commerciale 2013 Audience des radios EN LIGNE en France Chaque jour, en moyenne 1.9OO.OOO d internautes ont visité au moins l un des sites de Radio 2.0 la semaine, contre

Plus en détail

la création d entreprise en nord-pas de calais

la création d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 184 SEPTEMBRE 2014 la création d entreprise en nord-pas de calais Près de 24 000 créations d entreprise en 2013 en Nord-Pas de Calais En 2013, les créations ont légèrement baissé en

Plus en détail

: aujourd hui, un véritable succès et demain, quel avenir?

: aujourd hui, un véritable succès et demain, quel avenir? Paris, le 07 octobre 2009 er Baromètre Ciel Auto uto-entrepreneur : aujourd hui, un véritable succès et demain, quel avenir? 1 er Contexte du 1 er Baromètre Ciel Auto-Entrepreneur En mars dernier, Ciel,

Plus en détail

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie Form tion Magazine Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie spécial emploi Région Haute-Normandie Édito P 3 P 4 P 6 P 7 P 8 P 10 P 11 Engagé dans

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

Livret. du professeur OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS. Le programme Le site Internet La visite Le concours photo

Livret. du professeur OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS. Le programme Le site Internet La visite Le concours photo Livret du professeur Le programme Le site Internet La visite Le concours photo OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS Découverte professionnelle 2010-2011 Découverte professionnelle 2010-2011

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

Business Plan. Belfort 21 décembre 2012. Frédéric de Thezy / Laetitia B.

Business Plan. Belfort 21 décembre 2012. Frédéric de Thezy / Laetitia B. Business Plan Belfort 21 décembre 2012 Frédéric de Thezy / Laetitia B. 0 Sommaire Résumé... 2 Portrait de l entreprise... 3 Les prestations... 4 SWOT... 5 Le marché... 6 Les acteurs... 9 Business modèle...

Plus en détail

Fiche formation Coach en image et communication - N : 10021 - Mise à jour : 05/02/2015

Fiche formation Coach en image et communication - N : 10021 - Mise à jour : 05/02/2015 Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 27/08/2015. Fiche formation Coach en image et communication - N : 10021 - Mise à jour : 05/02/2015 CIC Coach en image et communication

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

Les enjeux du quotidien

Les enjeux du quotidien Les enjeux du quotidien LES FRANCAIS ET LES JEUX D ARGENT EN LIGNE Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale ATTENTION EMBARGO

Plus en détail

Découvrir rapidement la création d'une entreprise

Découvrir rapidement la création d'une entreprise Découvrir rapidement la création d'une entreprise Pour construire un projet de création d'entreprise et augmenter ses chances de succès, il est recommandé d'agir avec méthode en respectant des étapes chronologiques.

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000

F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000 F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000 PARIS, le 11 Avril 2000 PROCES VERBAL REUNION AFFAIRES GENERALES DU 24 MARS 2000 Présents : MM. SIMON, MERIC, VILLEROT, MARLIOT, Mmes

Plus en détail

Licence professionnelle Management des relations commerciales

Licence professionnelle Management des relations commerciales IUP Management et Gestion des Entreprises Licence professionnelle Management des relations commerciales / Lieux Lieux de formation de formation : Aurillac, : Clermont-Ferrand et et Brioude Vichy Objectifs

Plus en détail

Quelle image avez-vous de la Belgique?

Quelle image avez-vous de la Belgique? Quelle image avez-vous de la Belgique? Saviez vous que?. Sont d origine belge. Le saxophone. La marque de montres Ice watch. La chaine de fast food Quick. l ile de Porquerolles au large de Toulon appartenait

Plus en détail

Etude de Besoin de Main-d Oeuvre dans la Plasturgie

Etude de Besoin de Main-d Oeuvre dans la Plasturgie Etude de Besoin de Main-d Oeuvre dans la Plasturgie Année 2013 SOMMAIRE Représentation géographique des projets de recrutement par métier en 2012 Pilotes d'installations lourdes des industries de transformation...

Plus en détail

Votre Conseiller ZECIBLE by NOTE BLEUE : Julie PERISSE julie@zecible.fr 05 61 91 30 40 BP 4 31370 RIEUMES www.zecible.fr

Votre Conseiller ZECIBLE by NOTE BLEUE : Julie PERISSE julie@zecible.fr 05 61 91 30 40 BP 4 31370 RIEUMES www.zecible.fr Zecible Location et Achat de Fichiers Décideurs, B2B & B2C Votre Conseiller ZECIBLE by NOTE BLEUE : Julie PERISSE julie@zecible.fr 05 61 91 30 40 BP 4 31370 RIEUMES www.zecible.fr VOTRE CONSEILLER ZECIBLE

Plus en détail

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs DONNÉES AU 31/12/2006 SOURCE INSEE-CLAP 1 - DÉCEMBRE 2008 Panorama de l'économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Ce document est la première publication réalisée par l Observatoire national de l

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

Licence professionnelle Management des relations commerciales

Licence professionnelle Management des relations commerciales Promotion 29/2 Site : Clermont-Ferrand Licence professionnelle Management des relations commerciales Objectifs de cette licence professionnelle : D'une part, former des étudiants destinés à intégrer le

Plus en détail

Grenelle de l environnement BONUS ECOLOGIQUE

Grenelle de l environnement BONUS ECOLOGIQUE Grenelle de l environnement BONUS ECOLOGIQUE N 51243#03 Décret n 2010-1618 du 23 décembre 2010 modifiant le décret n 2007-1873 du 26 décembre 2007 instituant une aide à l acquisition des véhicules propres

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers 1 er semestre 2013 Réalisé par 1 Édito L Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers succède à l Observatoire de l équipement des foyers pour

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

Règlement du concours de dessin «Mon éolienne est la plus originale»

Règlement du concours de dessin «Mon éolienne est la plus originale» Règlement du concours de dessin «Mon éolienne est la plus originale» Article 1 : Organisateur du concours L association France Energie Eolienne, située au 12 rue Vivienne, 75002 Paris, SIRET n 432 446

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant juridique

Licence professionnelle Assistant juridique Promotion / Site : Clermont-Ferrand Objectif de cette licence professionnelle : Licence professionnelle Assistant juridique La licence professionnelle assistant juridique offre aux étudiants qui ont acquis

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Argent 25 janvier 2013 Pour ce palmarès 2013, la CLCV et Mieux Vivre Votre Argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME Conditions de l enquête Du fait des difficultés économiques actuelles, la restriction de l accès au crédit pour les PME devient une préoccupation majeure.

Plus en détail

www.metiersdelauto.com Les métiers de l auto, du camion, de la moto et du vélo

www.metiersdelauto.com Les métiers de l auto, du camion, de la moto et du vélo www.metiersdelauto.com Les métiers de l auto, du camion, de la moto et du vélo Les services de l automobile du camion, de la moto et du vélo regroupent l ensemble des métiers de la commercialisation au

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

Le commerce de proximité Repérage statistique et implantation sur le territoire

Le commerce de proximité Repérage statistique et implantation sur le territoire Le commerce de proximité Repérage statistique et implantation sur le territoire Gwennaël Solard Insee - Division Commerce Chargé d études 18 boulevard Adolphe Pinard 75675 Paris Cedex 14 tél : 01 41 17

Plus en détail

Questionnaire de souscription Responsabilité Civile Professionnelle A2D ASSURANCES Beauté - Esthétique

Questionnaire de souscription Responsabilité Civile Professionnelle A2D ASSURANCES Beauté - Esthétique Vous:Le souscripteur/l'assuré: Questionnaire de souscription Responsabilité Civile Professionnelle A2D ASSURANCES Beauté - Esthétique Personne physique Nom : Prénom : Statut : Libéral Salarié Personne

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et entrepreneuriat

Licence professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et entrepreneuriat Promotion / Site : Clermont-Ferrand Licence professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et entrepreneuriat Objectif de cette licence professionnelle : Former des cadres intermédiaires du

Plus en détail

Édition 2013. «Les expatriés investissant en France : projets et attentes spécifiques»

Édition 2013. «Les expatriés investissant en France : projets et attentes spécifiques» Édition 2013 «Les expatriés investissant en France : projets et attentes spécifiques» 1 Introduction La 5ème édition de l Observatoire Investing & Living Abroad 2013 s articule autour de 3 études : 1/

Plus en détail

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2014? Une étude du Crédit Foncier

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2014? Une étude du Crédit Foncier Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2014? Une étude du Crédit Foncier SOMMAIRE PAGE 02 SYNTHÈSE PAGE 03 L INVESTISSEMENT LOCATIF DES MÉNAGES EN FRANCE

Plus en détail

Emplois. Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois!

Emplois. Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois! Gamme Insertion Emplois Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois! Gamme Insertion Emplois, Des actifs monétaires aux marchés actions, la gamme des FCP Insertion Emplois de Mirova* vise à concilier

Plus en détail

Prix d'un site Internet ou e-commerce professionnel

Prix d'un site Internet ou e-commerce professionnel Prix d'un site Internet ou e-commerce professionnel Lors de vos recherches concernant le prix d'un site Internet, vous avez dû voir un peu tout et n'importe quoi. Des sites Internet (soi-disant) gratuits.

Plus en détail

LIVRET DE SUIVI DE LA FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL

LIVRET DE SUIVI DE LA FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL LIVRET DE SUIVI DE LA FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL BACCALAUREAT PROFESSIONNEL ESTHÉTIQUE COSMETIQUE PARFUMERIE EN 3 ANS Centre de formation : LOGO ET COORDONNES Élève : Promotion : Photo Livret de

Plus en détail

Responsable du développement commercial (RDC) - Bachelor

Responsable du développement commercial (RDC) - Bachelor Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 18/09/2015. Fiche formation Responsable du développement commercial (RDC) - Bachelor - N : 0066077 - Mise à jour : 02/12/2014 Responsable

Plus en détail

FICHE CANDIDATURE. Ain de mieux vous connaître, nous vous remercions de compléter soigneusement toutes les rubriques de ce document.

FICHE CANDIDATURE. Ain de mieux vous connaître, nous vous remercions de compléter soigneusement toutes les rubriques de ce document. FICHE CANDIDATURE Ain mieux vous connaître, nous vous remercions compléter soigneusement toutes les rubriques ce document. Ce document dûment complété n engage en rien Planet Sushi ou le candidat. L intégralité

Plus en détail

Licence professionnelle Systèmes informatiques et logiciels spécialité développement d'applications Internet/Intranet

Licence professionnelle Systèmes informatiques et logiciels spécialité développement d'applications Internet/Intranet IUT - Institut Universitaire de Technologie Licence professionnelle Systèmes informatiques et logiciels spécialité développement d'applications Internet/Intranet / Objectifs de cette licence professionnelle

Plus en détail

REGION HAUTE-NORMANDIE

REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la Région Haute-Normandie et de la Région Basse-Normandie REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la région Haute-Normandie et de la région Basse-Normandie

Plus en détail

Septembre 2010 - N 87 L édition 2010 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique. Enquête réalisée du 18 au 20 juin 2010

Septembre 2010 - N 87 L édition 2010 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique. Enquête réalisée du 18 au 20 juin 2010 Septembre 10 - N 87 L édition 10 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique Enquête réalisée du 18 au juin 10 Depuis 1987, le Game Fair a élu domicile dans le cadre prestigieux

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

ISF et intermédiation : Collecte 2009

ISF et intermédiation : Collecte 2009 ISF et intermédiation : Collecte 2009 juillet 2009 1 Contexte et méthodologie Contexte: L AFIC et l AFG ont conduit une enquête pour suivre l impact des mesures dites «ISF PME», et en particulier, pour

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

Vous voulez une expérience qui compte? Rejoignez-nous en alternance.

Vous voulez une expérience qui compte? Rejoignez-nous en alternance. Vous voulez une expérience qui compte? Rejoignez-nous en alternance. «A La Poste, j ai pu à la fois apprendre un métier et suivre une formation adaptée et rémunérée, au sein d un grand groupe.» HUGO -

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

Le financement et les effectifs de l apprentissage

Le financement et les effectifs de l apprentissage CNEFOP Le financement et les effectifs de l apprentissage Données 2012 Janvier 2015 CNEFOP 2 Introduction Le rapport sur le financement et les effectifs de l apprentissage (données 2012) s inscrit dans

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations Catalogue des Formations 2015 2016 #formation06 De Septembre 2015 à Juillet 2016 PAss VIP JEUNE entreprise Prise en charge à 100% * 21 h/an se former dans l artisanat : un investissement Un parcours professionnel

Plus en détail

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015?

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015? www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015? SEPTEMBRE 2015 sommaire PAGE 02 PAGE

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel 2 ond semestre 2014. Département Télécom et Equipement Novembre 2014

Observatoire de l équipement audiovisuel 2 ond semestre 2014. Département Télécom et Equipement Novembre 2014 Observatoire de l équipement audiovisuel 2 ond semestre 2014 Département Télécom et Equipement Novembre 2014 Rappel Méthodologique Modes de réception TV À partir de 2014 : Niveau national et régional Enquête

Plus en détail

L épargne de tous au service de l intérêt général

L épargne de tous au service de l intérêt général L épargne de tous au service de l intérêt général 1 Pour la réussite de tous les projets Sommaire Un modèle unique et vertueux 4 Prêts au logement social et à la politique de la ville 7 Prêts au secteur

Plus en détail

Envolez-vous vers votre réussite pro!

Envolez-vous vers votre réussite pro! Envolez-vous vers votre réussite pro! FORMATIONS DE CAP À BAC+5 2015/2016 http://www.erudis-formation.fr contact@erudis-formation.fr Bienvenue à ÉRUDIS Formation. Nous espérons que ce document vous apportera

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Organiser et consolider le secteur de l'esthétique Parfumerie

Organiser et consolider le secteur de l'esthétique Parfumerie Le développement de l'activité incite le secteur de l'esthétique - Parfumerie à se structurer et les salariés à mont er en compétences Le secteur de l'esthétique - Parfumerie vient de traverser une période

Plus en détail

Prothésie Ongulaire ou Stylisme Ongulaire L Etat des lieux Janvier 2014!

Prothésie Ongulaire ou Stylisme Ongulaire L Etat des lieux Janvier 2014! Régine Ferrère Présidente de la CNEP Jean-Pierre Blain Président de l UPCOM Prothésie Ongulaire ou Stylisme Ongulaire L Etat des lieux Janvier 2014! Un peu d histoire : Le 4 septembre 2013, dans le cadre

Plus en détail

Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens

Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens au 1er Juin 2015 Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens Sommaire Synthèse des objectifs Synthèse générale des programmes européens... 4 Synthèse générale

Plus en détail

MAISONS FAMILIALES RURALES. Moniteur-Monitrice. Mieux connaître. les Maisons en Familiales Rurales

MAISONS FAMILIALES RURALES. Moniteur-Monitrice. Mieux connaître. les Maisons en Familiales Rurales MAISONS FAMILIALES RURALES Mieux connaître Moniteur-Monitrice les Maisons en Familiales Rurales UNMFREO Septembre 2007 >Sommaire > > > «Plus qu une profession, une carrière éducative» Les Maisons Familiales

Plus en détail

au 1er novembre 2013

au 1er novembre 2013 au 1er novembre 2013 Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens Sommaire Synthèse des objectifs Synthèse générale des programmes européens... 4 Synthèse générale

Plus en détail

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Données 2013 Version définitive Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47

Plus en détail

Partie 1 : Évaluer le marché

Partie 1 : Évaluer le marché Partie 1 : Évaluer le marché 1.1 Établir un diagnostic de ces 2 segments. Conclure Remarques préliminaires : Forces : Faiblesses : utiliser la matrice SWOT la conclusion doit tendre vers un élargissement

Plus en détail

Licence professionnelle Génie logiciel, développement d'applications pour plateformes mobiles

Licence professionnelle Génie logiciel, développement d'applications pour plateformes mobiles Promotion 22/23 Situation au er mars 24 Site : Clermont-Ferrand / Aubière Licence professionnelle Génie logiciel, développement d'applications pour plateformes mobiles Objectif de cette licence professionnelle

Plus en détail

Résumé de l étude. Citoyenneté et participation. Les motivations à participer TABLEAU - PRINCIPALES MOTIVATIONS À PARTICIPER AUX

Résumé de l étude. Citoyenneté et participation. Les motivations à participer TABLEAU - PRINCIPALES MOTIVATIONS À PARTICIPER AUX Table des matières Recherche et rédaction Rock Beaudet Frédéric Lapointe de Asynchrolab Comité de suivi de l étude Steve Francoeur Nicolas Fournier Julie Richard Niki Messas Coordination Caroline Rioux

Plus en détail

TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE

TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE DOSSIER DE PRESSE SNCF CONTACTS PRESSE Clément Nourrit - 01 53 25 76 56 - clement.nourrit@sncf.fr Gaëlle Rual - 01 53 25 74 83 - gaelle.rual@sncf.fr TER 2020 : VERS

Plus en détail

Portrait statistique

Portrait statistique ÉTUDE SECTEUR Cadre de vie-technique ENTREPRISES D ARCHITECTURE Portrait statistique 02 ÉTUDE - mai 2013 Entreprises d'architecture : portrait statistique Sommaire 03 Étude initiée par la cpnefp des entreprises

Plus en détail

q u estions santé d économie de la analyse Repères Les primes des contrats individuels des couvertures complémentaires en 1998

q u estions santé d économie de la analyse Repères Les primes des contrats individuels des couvertures complémentaires en 1998 Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé analyse Repères Depuis plusieurs années, l IRDES étudie le marché de la couverture complémentaire et a élaboré, en 1998,

Plus en détail

Etudes. Pérennité des entreprises Insertion des créateurs & Impact de l action de l Adie sur l insertion des créateurs et sur leur satisfaction

Etudes. Pérennité des entreprises Insertion des créateurs & Impact de l action de l Adie sur l insertion des créateurs et sur leur satisfaction Etudes Pérennité des entreprises Insertion des créateurs & Impact de l action de l Adie sur l insertion des créateurs et sur leur satisfaction Deux études Étude n 1!: Pérennité des entreprises Insertion

Plus en détail

ÉTUDE. SECTEUR Santé PHARMACIES D OFFICINE. Portrait de branche

ÉTUDE. SECTEUR Santé PHARMACIES D OFFICINE. Portrait de branche ÉTUDE SECTEUR Santé PHARMACIES D OFFICINE Portrait de branche 02 ÉTUDE - mars 2012 Sommaire 03 LES PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS 04 LES SOURCES DE DONNÉES EXPLOITÉES 05 LES PHARMACIES D OFFICINES ET LEURS SALARIÉS

Plus en détail

Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme

Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme Alsace Université Mulhouse Licence anglais option anglais appliqué à la formation des adultes DESS responsable en formation

Plus en détail