Analyse coût-effacité : Aide au dimensionnement d un service lit-porte ou d un pool d infirmières

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse coût-effacité : Aide au dimensionnement d un service lit-porte ou d un pool d infirmières"

Transcription

1 efficience Analyse coût-effacité : Aide au dimensionnement d un service lit-porte ou d un pool d infirmières L activité hospitalière présente la particularité d être à la fois non stockable et de répondre à une demande en grande partie aléatoire. Les contraintes de service public que doivent respecter les établissements de santé font qu ils ont pour mission de répondre au mieux à cette demande par essence fluctuante, qu elle se traduise par un besoin immédiat de lits disponibles ou par la nécessité de remplacer provisoirement un agent dont l absence n avait pas été planifiée. Or on constate que les fluctuations observées dans ces besoins, aléatoires au quotidien, génèrent des mouvements qu il est possible de modéliser. Jacques GROLIER Directeur du master d Économie et de Gestion des Établissements Sanitaires et Sociaux à l Université de Rennes 1. Conférencier à l École des Hautes Études en Santé Publique (1). Beckers - «Application d une loi de probabilité dans la gestion hospitalière» - Archives Belges de Médecine Sociale, Hygiène, Médecine du Travail et Médecine Légale - n 2 - Février pages 103 à 108. (2). Beckers - «Application d une loi de probabilité dans le planning et la gestion hospitalière» - Archives Belges de Médecine Sociale, Hygiène, Médecine du Travail et Médecine Légale - n 5 - Mai pages 303 à 313. (3). Michèle Guillou - «Phénomènes aléatoires avec et sans attente : application à la gestion hospitalière» - École Nationale de la Santé Publique - Rennes Si de nombreux auteurs se sont intéressés à ce constat, ce sont des travaux déjà anciens de Beckers (1) et (2), repris et développés par Michèle Guillou (3), qui ont permis de définir les indicateurs alliant la meilleure pertinence théorique à une mise en application sur le terrain relativement simple et intuitive. Prolongeant ces recherches initiales, l approche décrite dans cet article bénéficie dans sa mise en application d un recul expérimental solide. Son objectif est de mettre en oeuvre une analyse prospective débouchant sur un outil de pilotage qui estime les conséquences à attendre d une prise de décision. Dans le cadre d une approche médico-économique, ces conséquences doivent bien évidemment prendre en compte les coûts mais aussi l efficacité des solutions retenues. Nous nous proposons donc de définir et de revenir sur la construction des indicateurs qui vont permettre de mesurer le coût et l efficacité prévisionnels de la décision prise (partie 1) avant de fournir le tableau Excel permettant de mettre en application la démarche proposée sur un cas réel dans le numéro de septembre (partie 2). Finances Hospitalières JUILLET/AOUT PAGE 8 MESURER LE COÛT ET L EFFICACITÉ DE L UNITÉ CRÉÉE L analyse coût-efficacité va conduire à définir et construire des indicateurs jugés pertinents puis à proposer, sous certaines hypothèses, un critère d aide à la décision. Afin d illustrer notre propos, nous allons retenir dans un premier temps l exemple de la mise en place éventuelle d un service lit-porte, mais les outils proposés peuvent aussi permettre l analyse de la création d un pool d infirmières, ce qui correspondra au cas concret traité en partie 2. La définition et la construction des indicateurs de coût et d efficacité L analyse historique des transferts en provenance des urgences Prenons l exemple de l éventuelle mise en place d un service «lit-porte» destiné à désengorger les urgences par la mise à disposition quotidienne de lits d aval. La question qui se pose est, d une part, celle de la pertinence médico-économique de la création de ce service et, d autre part, du

2 dimensionnement en nombre de lits du service ainsi créé. La démarche proposée va se fonder sur l estimation des besoins en lits disponibles observés quotidiennement au cours de l année ou des deux années qui précèdent l étude. En notant X i le nombre de lits qui auraient permis chaque jour d hospitaliser en urgence des patients, et n i le nombre de jours pendant lesquels on aurait eu besoin de X i lits (avec n i = 365 jours de l année), et en relevant les observations sur les deux exercices qui viennent de s écouler, nous obtenons les résultats décrits dans le tableau 1. TABLEAU 1 : Distribution statistique des hospitalisations en provenance du service des urgences Nombre d hospitalisations quotidiennes en provenance des urgences x i Nombre de jours pendant lesquels on a observé x i hospitalisations en provenance des urgences n i Année n 1 Année n TOTAL On voit ici que, dans l établissement étudié, au cours des deux années écoulées, entre 0 et 5 patients ont dû quotidiennement être hospitalisés de façon imprévue en provenance des urgences. Ainsi, par exemple, 3 patients ont dû être hospitalisés de façon imprévue en provenance des urgences pendant 112 des 365 journées de l année n 1 et pendant 126 journées de l année n 2 (données en caractères gras sur le tableau 1). La représentation graphique correspondante est présentée dans le graphique 1. GRAPHIQUE 1 : Fonction de densité des hospitalisations urgentes Source : Service des entrées, exercices n 1 et n Nombre de jours de l'année Source : tableau 1 JUILLET/AOUT PAGE 9 Finances Hospitalières

3 On constate, sur le graphique 1, une grande proximité dans la distribution statistique observée au cours des deux années. Si on pose l hypothèse dès lors très vraisemblable d une absence de changement brutal dans la prise en charge urgente de patients, il est possible de se fonder sur ces observations pour construire les indicateurs d analyse coût-efficacité. La construction des indicateurs relatifs au coût et à l efficacité La mise en place d un service lit-porte va se traduire par un coût résultant d une éventuelle sous-occupation des lits réservés et par une efficacité liée au meilleur accueil des patients transférés. Afin de prendre en compte ces deux considérations, il convient de mesurer le taux d occupation attendu ainsi que l efficacité prévisionnelle du service en fonction de la taille qui sera définie. L occupation attendue du service lit-porte De façon générale, un taux d occupation se définit par le rapport entre l activité réalisée et l activité réalisable. Afin d éviter toute confusion avec le taux d occupation réellement observé dans un service, il est ici décidé de parler de facteur d occupation (noté FO). Dépendant de la taille qui sera déterminée pour le service lit-porte, ce facteur va donc être égal au rapport entre la demande satisfaite DS et l offre totale OT, éléments dont le calcul est détaillé ci-après. L offre totale OT - Si nous notons l (pour «lits») la taille choisie pour le service lit-porte, il est possible d y accueillir l patients chaque jour de l année. L activité réalisable dans ce service, c est-à-dire l offre totale, est donc égale 365 X l. Ainsi, si ce service est créé et que 3 lits lui sont affectés, l activité potentielle annuelle est égale à 365 x 3 soit journées. La demande satisfaite DS - La demande satisfaite par le service lit-porte va cumuler la demande parfaitement satisfaite (jours pendant lesquels chaque transfert en provenance des urgences peut être réalisé) à la demande partiellement satisfaite (jours pendant lesquels seule une partie des transferts peut être effectuée, le trop faible dimensionnement du service conduisant à refuser des patients). La demande parfaitement satisfaite - Lorsque le nombre de patients à transférer X i est inférieur ou égal au nombre l de lits dont dispose le service, tous les transferts peuvent être réalisés. La demande parfaitement satisfaite est donc égale à X i X n i. X i l Ainsi, dans notre exemple, si nous réalisons le calcul à partir des données de l année n 1, nous obtenons les résultats suivants : si le service est constitué d un lit, il répondra parfaitement à la demande uniquement lorsqu il n y aura qu un patient à transférer, ce qui est arrivé 24 fois dans l année ; si le service est constitué de deux lits, il répondra parfaitement à la demande lorsqu il y aura un patient à transférer (soit 24 patients) ainsi que lorsqu il y en aura deux (89 jours à 2 patients, soit 178 patients) : la demande sera donc parfaitement satisfaite pour 24 plus 178 patients, soit 202 patients ; Finances Hospitalières JUILLET/AOUT PAGE 10

4 si le service est constitué de trois lits, il répondra parfaitement à la demande pour 24, pour 178 et pour 336 patients, soit au total 538 patients, etc. On le voit, la demande parfaitement satisfaite correspond donc à un cumul progressif des X i X n i. Les résultats correspondants sont repris dans le tableau 2. TABLEAU 2 : Calcul de la demande parfaitement satisfaite en fonction du nombre l de lits réservés Nombre d hospitalisations Nombre de jours pendant lesquels quotidiennes en provenance des Masse de transferts en provenance on a observé x i hospitalisations urgences des urgences x x i en provenance des urgences n i X n i i partiellement satisfaite TOTAL La demande partiellement satisfaite - Lorsque le nombre d hospitalisations imprévues à réaliser au cours d une journée est supérieur au nombre l de lits réservés, seuls les l premiers patients peuvent être accueillis dans le service lit-porte. La demande partiellement satisfaite est alors égale à l X n i. Ainsi : si le service est constitué d un lit, il sera possible d accueillir le premier patient arrivant lorsqu il y aura plus d une personne à transférer, ce qui arrive pendant jours (soit au total 334 jours) ; si le service est constitué de deux lits, il sera possible d accueillir les deux premiers patients lorsque plus de deux patients se présentent, soit pendant jours, ce qui fera un nombre de journées de 2 fois 245 = 490 journées, etc. Les résultats de ces calculs sont décrits dans le tableau 3. TABLEAU 3 : Calcul de la demande partiellement satisfaite en fonction du nombre l de lits réservés x i n i x i X n i partiellement satisfaite parfaitement satisfaite TOTAL JUILLET/AOUT PAGE 11 Finances Hospitalières

5 La demande satisfaite - La demande satisfaite est égale à la somme de la demande parfaitement satisfaite et de la demande partiellement satisfaite, soit : DS = X i X n i + l X n i X i l Il résulte de ce calcul les valeurs décrites dans le tableau 4. TABLEAU 4 : Calcul de la demande satisfaite en fonction du nombre l de lits réservés x i n i x i X n i parfaitement satisfaite (1) partiellement satisfaite (2) satisfaite (1) + (2) TOTAL Le facteur d occupation FO - Le facteur d occupation FO est égal au rapport entre l activité réalisée (demande satisfaite DS) et l activité réalisable (offre totale OT), soit : X i X n i + l X n i FO = DS X = i l OT 365 X l En fonction du dimensionnement du service, le facteur d occupation (taux d occupation attendu) connaitra les valeurs décrites dans le tableau 5. TABLEAU 5 : Calcul du facteur d occupation en fonction du nombre l de lits réservés satisfaite... x i n i x i X n i Parfaitement Partiellement Totale FO ,00 % ,08 % ,79 % ,57 % ,29 % ,88 % TOTAL Ainsi, si un service lit-porte de 3 lits est créé, 538 journées seront réalisées en répondant parfaitement à la demande et 399 en refusant certains patients. L activité sera donc de 937 journées pour une activité potentielle Finances Hospitalières JUILLET/AOUT PAGE 12

6 de 665 X 3 = 1095 journées. Le facteur d occupation s élèvera donc à 937 = 85,57% ce qui signifie, par complément, que 14,43 % des lits du 1095 service demeureront inoccupés en moyenne sur l année. L efficacité attendue du service lit-porte Le second versant de l étude concerne l efficacité de l éventuelle création du service lit-porte. Cette efficacité va traduire la capacité du service à répondre à la demande et le facteur d efficacité (noté FE) se calcule en rapportant la demande satisfaite DS à la demande totale DT. La demande totale DT - La demande totale est constituée de l ensemble des transferts potentiels qui auraient dû être réalisés si tous les patients, sans exception, avaient pu trouver une place. Cela correspond donc à X i X n i soit, dans notre cas, à personnes. La demande satisfaite DS - La demande satisfaite a été calculée lors de l estimation du facteur d occupation FO. La démarche a été très détaillée, et il suffit ici d en reprendre le résultat : DS = X i X n i + l X n i X i l Le facteur d efficacité FE - Rapport entre la demande satisfaite DS et la demande totale DT, le facteur d efficacité FE est égal à : X i X n i + l X n i FE = DS X = i l DT X i X n i Les facteurs d efficacité estimés sur notre exemple et résultant de ce calcul sont présentés dans le tableau 6. TABLEAU 6 : Calcul du facteur d efficacité en fonction du nombre l de lits réservés satisfaite... x i n i x i X n i Parfaitement Partiellement Totale FO FE ,00 % 0,00 % ,08 % 32,22 % ,79 % 62,29 % ,57 % 84,34 % ,29 % 96,31 % ,88 % 100,00 % TOTAL Ainsi, si un service lit-porte de 3 lits est créé, 937 patients seront accueillis par ce service alors que auraient du l être afin de répondre parfaitement à la demande. Le facteur d efficacité s élèvera alors à 937 = 84,34%, ce qui 1111 signifie que 84,34 % des patients pourront trouver un lit d aval alors que, par complément, 15,66 % ne seront pas accueillis dans des conditions optimales. JUILLET/AOUT PAGE 13 Finances Hospitalières

7 Une orientation dans l aide à la décision : le rapport d efficience π G Le tableau 6 met clairement en évidence le lien qui existe entre la taille du service et les indicateurs proposés : plus le nombre de lits est important et plus l efficacité du service sera grande, mais plus l occupation des lits sera faible, générant ainsi des surcoûts. Ces relations sont représentées dans le graphique 2. GRAPHIQUE 2 : Évolution du facteur d occupation FO et du facteur d efficacité FE en fonction du nombre de l lits réservés 100,00% 75,00% Valeur des facteurs FE et FO 50,00% 25,00% 0,00% Nombre de lits réservés Notons tout d abord, afin d éviter toute tentation qui résulterait d une mauvaise assimilation de la mathématique appliquée à l économie, que le point d intersection des deux courbes ne peut en aucun cas définir la solution recherchée. Le point d intersection des deux courbes correspond effectivement au lieu géométrique où FO est égal à FE. À ce niveau, on a donc : FE = FO => DS = DS => DT = OT DT OT En ce point donc, la demande totale annuelle est égale à l offre totale annuelle, ce qui ne signifie bien entendu pas que l équilibre quotidien existe, sauf dans le cas où le nombre de transferts quotidiens resterait constant tout au long de l année : tous problèmes seraient alors résolus. En réalité, du fait de l évolution nécessairement inverse des facteurs d occupation et d efficacité, il convient de trouver un juste milieu entre deux décisions extrêmes : si on ne crée pas de service lit-porte, on n a bien évidemment pas de problème de sous-occupation, mais l efficacité est nulle ; en revanche, si on crée un service doté de 5 lits, ce qui correspond au maximum de transferts observés par le passé dans cet établissement, l efficacité est maximum mais l occupation est faible (60,88%). Finances Hospitalières JUILLET/AOUT PAGE 14

8 Selon l orientation souhaitée, tel ou tel indicateur pourra être privilégié : un souci d économies pourra conduire à privilégier un facteur d occupation élevé : ainsi, la volonté de ne pas voir l occupation de ce service descendre sous 90 % conduira, dans notre exemple, à dimensionner le service à 2 lits; une recherche de la qualité conduira en revanche à privilégier le facteur d efficacité : ainsi, la volonté de répondre à au moins 90 % de la demande conduira à affecter 4 lits à ce service. L analyse économique peut permettre de prendre en compte à la fois coût et efficacité, si on pose l hypothèse qu il est accordé autant d importance à ces deux indicateurs. Cela conduit à proposer la construction du concept de rapport d efficience, lui-même dérivé de la notion économique d élasticité appliquée concrètement au cas traité. L efficience prenant en compte simultanément le coût et l efficacité, on peut définir le taux d efficience comme étant égal au produit des deux facteurs FO et FE. On a alors, pour un dimensionnement fixé à l lits : Efficience (l) = FO(l) X FE(l) Ainsi, si on décide de créer un service constitué de 2 lits, le tableau 6 indique que le facteur d occupation FO s élèvera à 94,79 % et que le facteur d efficacité FE s élèvera à 62,29 %. L efficience sera alors telle que : Efficience (2) = 0,9479 X 0,6229 = 0,5904 La constitution d un service doté de 2 lits aura donc une efficience estimée à 59,04 %. Calculés selon cette méthode, les taux d efficience liés aux différents dimensionnements possibles sont dès lors décrits dans le tableau 7. TABLEAU 7 : Calcul de l efficience en fonction du nombre l de lits réservés x i n i x i X n i satisfaite FO FE Efficience ,00 % 0,00 % 0,00 % ,08 % 32,22 % 31,61 % ,79 % 62,29 % 59,04 % ,57 % 84,34 % 72,17 % ,29 % 96,31 % 70,58 % ,88 % 100,00 % 60,88 % TOTAL Ainsi : si on crée un service doté de 2 lits, l efficience est de 94,79 % X 62,29 % soit 59,04 % ; si on crée un service doté de 3 lits, l efficience est de 85,57 % X 84,34 % soit 72,17 %. JUILLET/AOUT PAGE 15 Finances Hospitalières

9 x i n i x i X n i satisfaite Si on pose l hypothèse qu on accorde autant d importance au facteur d efficacité qu au facteur d occupation, on peut s intéresser à l évolution marginale de l efficience résultant de l affectation d un lit supplémentaire au service. Le rapport d efficience est alors défini par π G tel que : π G = Efficience (l+1) = FO(l+1) X FE (l+1) = FO(l+1) X FE(l+1) Efficience (l) FO(l) X FE (l) FO(l) FE(l) Le calcul des rapports d efficience conduit aux résultats présentés dans le tableau 8. TABLEAU 8 : Calcul du rapport d efficience en fonction du l de lits réservés FO FE Efficience Rapport d efficience π G ,00 % 0,00 % 0,00 % ,08 % 32,22 % 31,61 % ,79 % 62,29 % 59,04 % 1, ,57 % 84,34 % 72,17 % 1, ,29 % 96,31 % 70,58 % 0, ,88 % 100,00 % 60,88 % 0,8625 TOTAL Ainsi, on l a vu, pour un dimensionnement de 2 lits, l efficience est de 59,04 %. Pour un dimensionnement de 3 lits, l efficience est de 72,17 %. Le passage de 2 à 3 lits génère donc un rapport d efficience estimé à, 0,7217 =1,2223 ce qui signifie que l augmentation relative du facteur 0,5904 d efficacité attendue du passage de 2 à 3 lits est de 22,23 % plus importante que la dégradation relative du facteur d occupation qui en résultera. Dans les hypothèses retenues (importance identique accordée à FE et à FO), un service de 3 lits est donc plus efficient qu un service de 2 lits. En revanche, dans notre exemple, le passage de 3 à 4 lits va conduire à une diminution de l efficience ainsi mesurée (passage de 72,17 % à 70,58 %). Le rapport d efficience est alors de 0,9780, ce qui signifie que l amélioration relative du facteur d efficacité lié au passage de 3 à 4 lits est de 2,20 % inférieure à la dégradation relative de l occupation qui en résultera. On le constate, si on accorde autant d importance au coût (mesuré à travers le facteur d occupation FO) qu à l efficacité (mesurée à partir du facteur d efficacité FE), le dimensionnement du service sera fixé au dernier niveau pour lequel le rapport d efficience est supérieur à 1, soit ici 3 lits. Le fait que le rapport d efficience devienne inférieur à 1 concrétise en effet une diminution de l efficience. La démarche d aide au dimensionnement étant décrite de façon générale, il est maintenant possible d en décrire une mise en application pratique après avoir proposé la construction du tableau Excel qui permet l automatisation des calculs. Finances Hospitalières JUILLET/AOUT PAGE 16

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction Antécédents d un nombre par une fonction 1) Par lecture graphique Méthode / Explications : Pour déterminer le ou les antécédents d un nombre a donné, on trace la droite (d) d équation. On lit les abscisses

Plus en détail

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions?

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Il est clair que la finalité principale d une démarche d investigation est de faire acquérir des connaissances aux élèves.

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux DOSSIER DE PRESSE Services de change et de gestion des paiements internationaux Janvier 2014 Fiche d identité de FX4Biz Date de création 2012 : FX4Biz Belgique Type de société SA de droit Belge au capital

Plus en détail

Les mutuelles de prévention

Les mutuelles de prévention Les modes de tarification de la Commission sur la Santé et Sécurité au Travail (CSST) Annuellement, chaque employeur doit remettre à la CSST une prime dont le montant est calculé selon le taux de prime.

Plus en détail

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics)

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics) Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) Relatif au projet de : Déploiement du logiciel DMU Net au sein du service des urgences et mise en place d un EAI (Enterprise Application Integration)

Plus en détail

FICHE. La GMAO en quelques lignes OCTOBRE 2008 THÉMATIQUE. Vincent Drecq

FICHE. La GMAO en quelques lignes OCTOBRE 2008 THÉMATIQUE. Vincent Drecq FICHE OCTOBRE 2008 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La GMAO en quelques lignes La G.M.A.O. (Gestion de Maintenance Assistée par Ordinateur) est un logiciel spécialisé qui facilite la réalisation

Plus en détail

Ingénierie et Manufacture Votre guide SMS

Ingénierie et Manufacture Votre guide SMS Votre guide SMS Le SMS, un outil de communication efficace Beaucoup d entreprises intègrent l envoi de SMS dans leurs applications. Cette tendance est de plus en plus marquée puisque le SMS est l outil

Plus en détail

En outre, son architecture logicielle moderne lui confère une stabilité, une rapidité de traitement ainsi qu ergonomie optimale.

En outre, son architecture logicielle moderne lui confère une stabilité, une rapidité de traitement ainsi qu ergonomie optimale. LE PRODUIT Maitrisez la gestion de votre activité Integral deviendra votre partenaire privilégié dans la gestion de votre activité et de votre comptabilité. Sa large couverture fonctionnelle vous permettra

Plus en détail

Le module Supply Chain pour un fonctionnement en réseau

Le module Supply Chain pour un fonctionnement en réseau Prélude 7 ERP Le module Supply Chain pour un fonctionnement en réseau Gérard Baglin Septembre 2008 Sommaire Chapitre 1 Le mode de fonctionnement en réseau de Prélude 7... 1 Le principe des jeux en temps

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON Consultants. Maîtriser la gestion du parc automobile

Dossiers méthodologiques DURANTON Consultants. Maîtriser la gestion du parc automobile Dossiers méthodologiques DURANTON Consultants Maîtriser la gestion du parc automobile Version actualisée le 17 octobre 2013 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance

Plus en détail

Le design de service, tout le monde en parle. Mais après tout, qu est-ce que c est?

Le design de service, tout le monde en parle. Mais après tout, qu est-ce que c est? Wallonie Design confie une thématique pour la réalisation d un «focus» mensuel, à des spécialistes en design. Chaque article est réalisé par une agence, un designer ou un enseignant dans le domaine du

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Excel 2010 Module 13. Comment créer un tableau d amortissement dégressif d une immobilisation. Enseignant : Christophe Malpart

Excel 2010 Module 13. Comment créer un tableau d amortissement dégressif d une immobilisation. Enseignant : Christophe Malpart Excel 2010 Module 13 Comment créer un tableau d amortissement dégressif d une immobilisation Enseignant : Christophe Malpart Excel 2010. Module 13. Christophe Malpart Sommaire 1 Introduction 3 2 Calcul

Plus en détail

Je découvre Lina Maintenance

Je découvre Lina Maintenance Je découvre Lina Maintenance Une interface simple et ergonomique pour optimiser la maintenance de vos équipements 1 Sommaire Présentation 4 La plateforme Lina 5 Référentiel 6 Agenda et données personnelles

Plus en détail

Peut-on imiter le hasard?

Peut-on imiter le hasard? 168 Nicole Vogel Depuis que statistiques et probabilités ont pris une large place dans les programmes de mathématiques, on nous propose souvent de petites expériences pour tester notre perception du hasard

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

Le portage salarial à la vraie mesure de vos besoins et de vos ambitions. Sommaire. PluS by Delta S.I, pour vous

Le portage salarial à la vraie mesure de vos besoins et de vos ambitions. Sommaire. PluS by Delta S.I, pour vous Le portage salarial à la vraie mesure de vos besoins et de vos ambitions PluS Delta S.I, pour vous n Consultant, profession libérale, travailleur indépendant, vous souhaitez vous concentrer sur votre essentiel,

Plus en détail

Dossier d information. DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application

Dossier d information. DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application MARS 2015 DROITS RECHARGEABLES Mars 2015 SOMMAIRE Une application problématique dans

Plus en détail

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. La comptabilisation des logiciels et bases de données. l immatériel. Pour agir.

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. La comptabilisation des logiciels et bases de données. l immatériel. Pour agir. Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état La comptabilisation des logiciels et bases de données En bref L administration consacre des moyens financiers et humains considérables

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique.

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. Final le 08/10/2007 Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. - NOTE DETAILLEE - 1- Le contexte Le calcul du contenu

Plus en détail

Par accident, on entend un événement soudain dont la cause ou l une des causes est extérieure

Par accident, on entend un événement soudain dont la cause ou l une des causes est extérieure titre V VIVIUM TRAVEL RELAX préambule Pour autant que le véhicule désigné aux conditions particulières de la présente police auto bénéficie de la garantie Vivium car relax, le preneur d assurance peut

Plus en détail

Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure.

Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure. Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure. Participants : Dr Evelyne Barraud, Martine Chevillard, Marie-José Dureau Mer, Isabelle Gouget,

Plus en détail

PRÉSENTATION DES SERVICES

PRÉSENTATION DES SERVICES PRÉSENTATION DES SERVICES TRANSFERT IT FICHE D IDENTITÉ Raison Sociale : Forme Juridique : SARL Capital : 7500 Date de création : mars 1999 Type de Clientèle : Secteur Bancaire, Opérateurs Telecom, Hébergeurs,

Plus en détail

TÉLÉ-SERVICES TÉLÉ-SECRÉTARIAT

TÉLÉ-SERVICES TÉLÉ-SECRÉTARIAT TÉLÉ-SERVICES TÉLÉ-SECRÉTARIAT 1 INTRODUCTION INTRODUCTION... externalisez la gestion de votre standard...... une assistante Exodial au service de vos collaborateurs... Une relation privilégiée avec vos

Plus en détail

F REGL PROF-Dispositions transitoires A 06 Bruxelles, 18.12.2007 MH/BL/JP A V I S. sur le

F REGL PROF-Dispositions transitoires A 06 Bruxelles, 18.12.2007 MH/BL/JP A V I S. sur le F REGL PROF-Dispositions transitoires A 06 Bruxelles, 18.12.2007 MH/BL/JP A V I S sur le PROJET D ARRETE ROYAL MODIFIANT L ARRETE ROYAL DU 21 DECEMBRE 2006 RELATIF A LA COMPETENCE PROFESSIONNELLE POUR

Plus en détail

Le point de vue d une administration hospitalière Inka Moritz, Secrétaire générale

Le point de vue d une administration hospitalière Inka Moritz, Secrétaire générale Spécialistes en santé publique? Le point de vue d une administration hospitalière Inka Moritz, Secrétaire générale Le CHUV est l employeur de 10 000 personnes Budget 1,4 milliard de frs 2 1 des 5 Hôpitaux

Plus en détail

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419 Gestion LCA.8Z Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 35 unités 1/3. Buts généraux du programme Ce programme

Plus en détail

Zéro papier dès le premier jour

Zéro papier dès le premier jour Zéro papier dès le premier jour Économies de coûts et augmentation de productivité grâce à la numérisation www.i-fourc.fr A digital archive Véritable référence dans le domaine de la numérisation, I-FourC

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

ASSUSOFT: CONTRÔLE BORDEREAU DES PRIMES ASSUSOFT S.A. INFO@ASSUSOFT.BE TÉL: 03/289.83.85 WWW.ASSUSOFT.BE

ASSUSOFT: CONTRÔLE BORDEREAU DES PRIMES ASSUSOFT S.A. INFO@ASSUSOFT.BE TÉL: 03/289.83.85 WWW.ASSUSOFT.BE ASSUSOFT: CONTRÔLE BORDEREAU DES PRIMES ASSUSOFT S.A. TÉL: 03/289.83.85 But 1 CONTENTS 1. But... 2 2. Description... 3 3. Rapports... 4 4. Paramètres à analyser pour effectuer efficacement une offre...

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Journée Santé ESRI France 28/01/2010 La valeur ajoutée des SIG Retours d expériences (PMSI et géomarketing)

Journée Santé ESRI France 28/01/2010 La valeur ajoutée des SIG Retours d expériences (PMSI et géomarketing) Jean-François Mary, Études géographiques Journée Santé - ESRI France - 28/01/10 La valeur ajoutée des SIG dans la santé : Retours d expériences de consultant et de formations (PMSI, Géomarketing) La valeur

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

L ASSURANCE ET LE SERVICE BMW PROTECTION. LA PROTECTION TOUT-EN-UN POUR VOTRE NOUVELLE BMW.

L ASSURANCE ET LE SERVICE BMW PROTECTION. LA PROTECTION TOUT-EN-UN POUR VOTRE NOUVELLE BMW. BMW Financial Services www.bmw.be Le plaisir de conduire L ASSURANCE ET LE SERVICE BMW PROTECTION. LA PROTECTION TOUT-EN-UN POUR VOTRE NOUVELLE BMW. UNE SEULE ÉTAPE POUR VOTRE NOUVELLE BMW. Avec BMW Financial

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Le calcul du barème d impôt à Genève

Le calcul du barème d impôt à Genève Le calcul du barème d impôt à Genève Plan : 1. Historique Passage d un système en escalier à une formule mathématique 2. Principe de l imposition Progressivité, impôt marginal / moyen ; barème couple/marié

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

Facturation 1. DLex Facturation. DLex permet plusieurs niveaux d automatisation de la facturation.

Facturation 1. DLex Facturation. DLex permet plusieurs niveaux d automatisation de la facturation. DLex Facturation Copyright Pyramiq 27 décembre 2013 DLex permet plusieurs niveaux d automatisation de la facturation. Encodage des factures ligne par ligne: vous permet d encoder vos factures de vente

Plus en détail

Bulletin d information statistique

Bulletin d information statistique INFOSTAT JUSTICE Divorces : une procédure à deux vitesses Zakia Belmokhtar * Mai 2012 Numéro 117 En visant à permettre un règlement plus rapide et plus complet des demandes en divorce, la loi du 26 mai

Plus en détail

Proposition d un outil de suivi du plan de formation et de calcul des ETP. Explications

Proposition d un outil de suivi du plan de formation et de calcul des ETP. Explications Proposition d un outil de suivi du plan de formation et de calcul des ETP Explications Janvier 2006 Le classeur Excel se compose de plusieurs feuilles : - liste des formations ; - personnel ; - listes

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Les français et les jeunes conducteurs

Les français et les jeunes conducteurs DOSSIER DE PRESSE Paris, 4 mai 2015 www.jeune-conducteur-assur.com Les français et les jeunes conducteurs Révélation de l étude Jeune Conducteur Assur / Ifop Enquête menée auprès d un échantillon de 1000

Plus en détail

JEAN-LUC VIRUÉGA. Traçabilité. Outils, méthodes et pratiques. Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3260-1

JEAN-LUC VIRUÉGA. Traçabilité. Outils, méthodes et pratiques. Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3260-1 JEAN-LUC VIRUÉGA Traçabilité Outils, méthodes et pratiques, 2005 ISBN : 2-7081-3260-1 2 à l assurance qualité Après la définition de la traçabilité dans la métrologie, on peut remarquer que le domaine

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Crédit hypothécaire. Vous avez décidé d acheter ou de construire? Beobank vous offre des solutions hypothécaires simples et solides.

Crédit hypothécaire. Vous avez décidé d acheter ou de construire? Beobank vous offre des solutions hypothécaires simples et solides. Crédit hypothécaire Prospectus n 4 d application à partir du 27/02/2015 Vous avez décidé d acheter ou de construire? Beobank vous offre des solutions hypothécaires simples et solides. Votre but Vous avez

Plus en détail

TUTORIEL Qualit Eval. Introduction :

TUTORIEL Qualit Eval. Introduction : TUTORIEL Qualit Eval Introduction : Qualit Eval est à la fois un logiciel et un référentiel d évaluation de la qualité des prestations en établissements pour Personnes Agées. Notre outil a été spécifiquement

Plus en détail

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE BIENVENUE EN BELGIQUE Vous avez décidé de venir étudier en Belgique, félicitations! Notre pays est reconnu pour la qualité de son accueil, son sens de l'humour, ses bières,

Plus en détail

EXCEL & XLCubed 10 raisons d en faire l assise de votre Managed Self-Service BI

EXCEL & XLCubed 10 raisons d en faire l assise de votre Managed Self-Service BI EXCEL & XLCubed 10 raisons d en faire l assise de votre Managed Self-Service BI Préambule Excel au centre de la solution Si vous manipulez des rapports et tableaux de bord en somme des données - vous connaissez

Plus en détail

Le Concept de Sécurité Intégrale. Mercedes-Benz Autobus/Autocar

Le Concept de Sécurité Intégrale. Mercedes-Benz Autobus/Autocar Le Concept de Sécurité Intégrale Mercedes-Benz Autobus/Autocar Le sens des responsabilités. Vous pensez que la sécurité doit faire l objet d une priorité absolue dans les autobus/autocars? Chez Mercedes-Benz,

Plus en détail

Hopital: Optimisation, Simulation et évitement des Tensions. ANR-TECSAN 2011 7 partenaires ( 1 CH, 1 PME ) 900 k - 36 mois

Hopital: Optimisation, Simulation et évitement des Tensions. ANR-TECSAN 2011 7 partenaires ( 1 CH, 1 PME ) 900 k - 36 mois HOST ANR-11-TECS-010 Hopital: Optimisation, Simulation et évitement des Tensions HOpital Sous Tensions ANR-TECSAN 2011 7 partenaires ( 1 CH, 1 PME ) 900 k - 36 mois Contexte 1 L hôpital est en crise: Augmentation

Plus en détail

L offre Ciel Grands Comptes : une réponse adaptée à vos besoins

L offre Ciel Grands Comptes : une réponse adaptée à vos besoins L offre Ciel Grands Comptes : une réponse adaptée à vos besoins Sommaire Ciel : une marque du groupe Sage... p3 Le service Grands Comptes : Notre savoir-faire... p4 L offre Ciel... p5 La Comptabilité...

Plus en détail

Maintenir son cap en maîtrisant sa rentabilité. www.clipindustrie.com

Maintenir son cap en maîtrisant sa rentabilité. www.clipindustrie.com Maintenir son cap en maîtrisant sa rentabilité www.clipindustrie.com La GPAO, véritable outil de production La GPAO est un ensemble d outils de gestion et de planification intégrant toutes les informations

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

logiciels de gestion des dossiers médicaux

logiciels de gestion des dossiers médicaux logiciels de gestion des dossiers médicaux (clic) la solution complète pour la gestion des archives www.advalorem.fr 10 bonnes raisons de s équiper avec le logiciel Gesmedic Utilisez-vous une solution

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

Maîtriser les mutations

Maîtriser les mutations Maîtriser les mutations Avec UNE Supply chain AGILE La réflexion porte ses fruits www.cereza.fr TALAN Group Notre savoir-faire : maîtriser les mutations et en faire une force pour l entreprise Cereza,

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Des jeunes conducteurs stigmatisés et mal informés

COMMUNIQUE DE PRESSE. Des jeunes conducteurs stigmatisés et mal informés COMMUNIQUE DE PRESSE Ethias lance le «Young Drivers Bonus», l assurance qui change la donne pour les jeunes conducteurs en récompensant la conduite sécurisée et responsable Ethias dévoile sa nouvelle approche

Plus en détail

Pour votre génération, le meilleur reste à venir

Pour votre génération, le meilleur reste à venir Pour votre génération, le meilleur reste à venir Votre génération? Une génération qui a osé rêver et fait vivre au monde de mémorables instants. Vous faites partie de la Happy Generation. Chez AXA, nous

Plus en détail

Céramique. Apprentissage. CFA Céramique Bourgogne. CFA Céramique Limousin. Institut Céramique Française

Céramique. Apprentissage. CFA Céramique Bourgogne. CFA Céramique Limousin. Institut Céramique Française Apprentissage CFA Bourgogne CFA Limousin Institut Française Cette représentation ou reproduction par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Les Fonctions de Hachage Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury :.10 minutes Entretien avec le jury :..10 minutes GUIDE

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

5 Comment utiliser des noms de domaine supplémentaires?...9

5 Comment utiliser des noms de domaine supplémentaires?...9 Tables des matières 1 Qu est ce qu un nom de domaine?...2 2 Comment choisir son nom de domaine?...3 3 Comment créer un nouveau nom de domaine?...7 4 Comment utiliser un nom de domaine déjà existant?...7

Plus en détail

Plus de 85% des utilisateurs BOB Software ont déjà fait le pas vers Sage BOB 50.

Plus de 85% des utilisateurs BOB Software ont déjà fait le pas vers Sage BOB 50. Plus de 85% des utilisateurs BOB Software ont déjà fait le pas vers Sage BOB 50. Découvrez les nombreux bénéfices immédiats que vous procurera cette migration. Sage BOB 50 Encore plus de simplicité et

Plus en détail

Contracting énergétique EKZ. MON AVIS: pour notre nouvelle installation, nous avons fait le choix des sources d énergie naturelles.

Contracting énergétique EKZ. MON AVIS: pour notre nouvelle installation, nous avons fait le choix des sources d énergie naturelles. MON AVIS: pour notre nouvelle installation, nous avons fait le choix des sources d énergie naturelles. MON CHOIX: Contracting énergétique EKZ Contracting énergétique EKZ Contracting énergétique EKZ Utilisez

Plus en détail

Assurance Arrêt de Travail

Assurance Arrêt de Travail Solutions Assurances Agriculteurs Arrêt de Travail Assurance Arrêt de Travail des Agriculteurs Pour vous aider à ajuster vos garanties à votre situation et à votre type d activité, n hésitez pas à faire

Plus en détail

March 2006. Congrès A.B.H. \ Jean-Michel Lebrun. Process Management

March 2006. Congrès A.B.H. \ Jean-Michel Lebrun. Process Management March 2006 Congrès A.B.H. Process Management \ Jean-Michel Lebrun 1/1 Contexte Le concept de «process management» Le concept de «process» a été développé en 1993 par M. Hammer (Reengineering the Corporation)

Plus en détail

Agence Leitmotiv - Tous droits réservés. Etude de plan marketing RH

Agence Leitmotiv - Tous droits réservés. Etude de plan marketing RH Etude de plan marketing RH Contexte La société xxx souhaite mettre en place un plan de marketing RH avec pour objectifs : - une meilleure communication interne pour expliquer et aider les salariés à vivre

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

LA LETTRE DE MOTIVATION

LA LETTRE DE MOTIVATION - 1 - LA LETTRE DE MOTIVATION Il s agit de convaincre l employeur que votre candidature est pertinente et qu elle mérite une attention particulière. Le but est de décrocher un entretien LETTRE TYPE EN

Plus en détail

Ressources APIE. La comptabilisation des frais de R&D. de l immatériel. Pour agir. En bref. Agence du patrimoine immatériel de l État

Ressources APIE. La comptabilisation des frais de R&D. de l immatériel. Pour agir. En bref. Agence du patrimoine immatériel de l État Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l État La comptabilisation des frais de R&D En bref Des moyens considérables sont alloués par les autorités publiques aux efforts de recherche

Plus en détail

Deux disques dans un carré

Deux disques dans un carré Deux disques dans un carré Table des matières 1 Fiche résumé 2 2 Fiche élève Seconde - version 1 3 2.1 Le problème............................................... 3 2.2 Construction de la figure avec geogebra...............................

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

LE permis moto Et CYCLomotEUr (permis A)

LE permis moto Et CYCLomotEUr (permis A) LE permis moto et CYCLOMOTEUR * (PERMIS A) * à partir du 1 mai 2013 EXPERIENCE ET CONFIANCE Balade du dimanche, week-end d évasion, traversée des embouteillages sans perte de temps, les raisons d adopter

Plus en détail

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 3. Leçon n 3 : la détermination et l enchaînement des coûts

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 3. Leçon n 3 : la détermination et l enchaînement des coûts AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 3 Leçon n 3 : la détermination et l enchaînement des coûts 1 PLAN DE LA LEÇON : 1.De la comptabilité générale à la comptabilité

Plus en détail

RECOMMANDATION. Note de présentation

RECOMMANDATION. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RECOMMANDATION n 2013-02 du 7 novembre 2013 Relative aux règles d évaluation et de comptabilisation des engagements de retraite et avantages similaires pour les comptes annuels

Plus en détail

NOTRE HÔPITAL S ENGAGE. Au-delà du soin, vous comprendre. Au-delà du soin, vous comprendre

NOTRE HÔPITAL S ENGAGE. Au-delà du soin, vous comprendre. Au-delà du soin, vous comprendre NOTRE HÔPITAL Au-delà du soin, vous comprendre S ENGAGE 4, rue Kléber 3, rue Barbès 92300 Levallois-Perret Tél. : 01 47 59 59 59 www.ihfb.org Au-delà du soin, vous comprendre UNE NOUVELLE IMAGE DE NOUVELLES

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE

NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE IMPACT de la NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE MAI 2014 Page 1 sur 26 1. Impact global Issues de l accord signé en mars 2014 et valables pour 2 ans, les nouvelles règles d Assurance chômage ont été

Plus en détail

BUSINESS. / solution de gestion au cœur de votre entreprise RC SOFT RC SOFT

BUSINESS. / solution de gestion au cœur de votre entreprise RC SOFT RC SOFT / solution de gestion au cœur de votre entreprise RC SOFT Créée en 2002, RC SOFT a développé différents types de logiciels avant de se concentrer très tôt sur les différents modules de la solution. En

Plus en détail

CRM & architecture centrée client - Page 1 sur 5

CRM & architecture centrée client - Page 1 sur 5 CRM & architecture centrée client - Page 1 sur 5 LES DOSSIERS MADWATCH.net CRM & SIMK CRM et architecture centrée client Novembre 2003 Nb de pages : 5 CRM & architecture centrée client - Page 2 sur 5 Le

Plus en détail

La problématique de la prise en charge d un patient obèse. Pierre Vanaudenaeren CoAMU Province du Hainaut

La problématique de la prise en charge d un patient obèse. Pierre Vanaudenaeren CoAMU Province du Hainaut 1 La problématique de la prise en charge d un patient obèse. Pierre Vanaudenaeren CoAMU Province du Hainaut 2 Une demande d avis a été demandée par le Conseil national des secours médicaux d urgence en

Plus en détail

Mémo technique MODELES GENERIQUES DE SCORE DE CREDIT ou Le scoring de crédit «prêt à l emploi»

Mémo technique MODELES GENERIQUES DE SCORE DE CREDIT ou Le scoring de crédit «prêt à l emploi» Mémo technique MODELES GENERIQUES DE SCORE DE CREDIT ou Le scoring de crédit «prêt à l emploi» 46, rue de la Tour 75116 Paris tél. (33) 01 73 00 55 00 fax (33) 01 73 00 55 01 www.softcomputing.com Sommaire

Plus en détail

URGENCES. Conférence sur la nouvelle téléphonie et l informatique au sein du Centre de réception et de régulation des appels.

URGENCES. Conférence sur la nouvelle téléphonie et l informatique au sein du Centre de réception et de régulation des appels. Chapitre 113 Conférence sur la nouvelle téléphonie et l informatique au sein du Centre de réception et de régulation des appels I. MONSEUR, N. LUBINSKI, V. DUPONT, Dr SICOT, C. MINNE, Dr GOLDSTEIN 1 re

Plus en détail

L analyse boursière avec Scilab

L analyse boursière avec Scilab L analyse boursière avec Scilab Introduction La Bourse est le marché sur lequel se traitent les valeurs mobilières. Afin de protéger leurs investissements et optimiser leurs résultats, les investisseurs

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Le système d information hospitalier. exercice d équilibre entre innovation et activité quotidienne

Le système d information hospitalier. exercice d équilibre entre innovation et activité quotidienne Le système d information hospitalier exercice d équilibre entre innovation et activité quotidienne Résultats du sondage de septembre 2012 ch Table des matières Avant-propos 3 A propos de l étude 4 Institutions

Plus en détail

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif?

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Kim McPhail et Anastasia Vakos* L e système canadien de transfert des paiements de grande valeur (STPGV) sert à effectuer les paiements

Plus en détail

PARCOURS 3 EXPERIMENTATION APPRENTISSAGE : PHASE 2 CARA CREATION DU PROGRAMME POUR LA PHASE 2

PARCOURS 3 EXPERIMENTATION APPRENTISSAGE : PHASE 2 CARA CREATION DU PROGRAMME POUR LA PHASE 2 REMARQUE : Pour créer un programme, vous devez avoir un profil Parcours 3 «Administrateur». 1. Création des motifs de sortie du programme PHASE 2 CARA Pour correspondre au souhait des évaluateurs, nous

Plus en détail

Rentabilité économique. Pourquoi. 3 expertises à la carte

Rentabilité économique. Pourquoi. 3 expertises à la carte Rentabilité économique Améliorer le résultat d exploitation Vous avez besoin de prendre du recul pour choisir les bons leviers d amélioration de votre rentabilité? Dans cette réflexion complexe, FTC vous

Plus en détail

Un coût, des coûts, quels coûts?

Un coût, des coûts, quels coûts? Un coût, des coûts, quels coûts? Robert LAUNOIS (1-2) Journal d Economie Médicale 1999, T. 17, n 1, 77-82 (1) REES France - 28, rue d Assas - 75 006 Paris Email : reesfrance@wanadoo.fr - Site Internet

Plus en détail

Thibault Denizet. Introduction à SSIS

Thibault Denizet. Introduction à SSIS Thibault Denizet Introduction à SSIS 2 SSIS - Introduction Sommaire 1 Introduction à SQL Server 2008 Integration services... 3 2 Rappel sur la Business Intelligence... 4 2.1 ETL (Extract, Transform, Load)...

Plus en détail