Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre"

Transcription

1 IUFM du Limousin PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables On rappelle ici quelques propriétés des fonctions de plusieurs variables, c est-à-dire définies sur une partie de R n et à valeurs dans R m, où n et m sont deux entiers naturels. Pour la présentation de la plupart des notions, on se restreint au cas où n = 2, les autres cas étant parfaitement similaires. Noter de plus que, au besoin, une fonction à valeurs dans R m se décompose naturellement en m fonctions à valeurs réelles, qui sont ses composantes dans la base canonique de R m. Pour p N et u = (u 1,..., u p ) R p, on note u l une des trois normes équivalentes (c est-à-dire qu elles engendrent la même topologie) : u = sup u i, u 1 = 1 i p ( p p u i, u 2 = i=1 ) 1/2 u 2 i. i=1 La limite en un point se définit de façon similaire au cas des fonctions d une variable. Définition 1 Soient A R 2, f : A R m, (x 0, y 0 ) A et l R m, alors f a pour limite l quand (x, y) tend vers (x 0, y 0 ) si ε > 0, η > 0, ( x x 0 < η et y y 0 < η ) f(x, y) l < ε. On peut aussi exprimer l implication de la manière suivante : (x, y) B ( (x 0, y 0 ), η) f(x, y) B(l, ε), où B(u, r) désigne la boule (ouverte) de centre u et de rayon r (pour la norme choisie), dans R 2 d un côté, dans R m de l autre. À partir de là on définit la notion de continuité comme dans le cas des fonctions d une variable. On dispose de fonctions de référence (polynômes, fractions rationnelles, racine carrée,...) et de théorèmes généraux (somme, produit, inverse, composée de fonctions... ). Si f est à valeurs réelles, on peut définir de manière analogue la notion de limite infinie. Exercice 1 Soit h la fonction définie de R 2 dans R par h(0, 0) = 0 et, si (x, y) (0, 0), h(x, y) = xy x 2 + y 2. Vérifier que h est continue en tout point (x, y) (0, 0). Calculer h(x, x) pour x R ; la fonction h est-elle continue en (0, 0)? 1

2 Étant donné (x 0, y 0 ) A, on définit les deux applications partielles associées à f en ce point par : f 1 : x f(x, y 0 ) et f 2 : y f(x 0, y). On appelle aussi f 1 et f 2 les fonctions directionnelles associées à f, de direction x pour la première, y pour la seconde. Ce sont des fonctions d une variable, que l on sait donc éventuellement dériver, ce qui permet de définir le cas échéant les dérivées partielles de f. Définition 2 f admet une dérivée partielle par rapport à x (resp. y) au point (x 0, y 0 ) si f 1 (resp. f 2 ) est dérivable en x 0 (resp. en y 0 ). Dans ce cas on note : f x (x 0, y 0 ) = f 1(x 0 ) (resp. f (x 0, y 0 ) = f 2(y 0 ) ). Si par exemple f 2 est dérivable sur A x0 = {y R, (x 0, y) A}, on obtient ainsi une nouvelle fonction de deux variables, f, définie sur A x 0. Attention à l éventuelle confusion provenant du fait qu on omet souvent de noter le couple de variables (x 0, y 0 ), ou qu on le note plus simplement (x, y), c est-à-dire qu on écrit souvent f f ou (x, y). Exercice 2 Montrer que la fonction h de l exercice précédent est dérivable par rapport à x et par rapport à y en tout point de R 2 et calculer ses dérivées partielles. Sont-elles continues en (0, 0)? Si les dérivées partielles de f existent et sont continues sur un ouvert U A de R 2, alors f est dite continûment différentiable, en abrégé C 1, sur U. L intérêt de cette notion est encore plus frappant que pour les fonctions d une variable. En effet, la continuité des applications partielles f 1 et f 2 n entraîne pas celle de f, comme on l a vu dans l exercice ci-dessus, qui montre aussi que l existence des dérivées partielles ne suffit pas plus à garantir la continuité de f. Par contre on a la propriété : f continûment différentiable sur U f continue sur U. Pour calculer les dérivées partielles d une fonction composée de manière agréable, on introduit la notion de matrice jacobienne. Plaçons-nous dans le cadre le plus général f : U R n R m, où U est un ouvert, et f admet des dérivées partielles par rapport à toutes les variables en un point u U. La matrice jacobienne de f en u est la matrice à m lignes et n colonnes égale à : ( ) fi J f (u) = (u). x j 1 i m 1 j n Lorsque n = m, on nomme jacobien de f le déterminant de la matrice jacobienne. Proposition 1 Soient f et g deux applications définies respectivement de U R n dans R m et de V R m dans R p, avec f(u) V. On suppose qu elles sont continûment dérivables respectivement aux points u U et v = f(u). Alors on a l égalité des matrices : Exercice 3 Retrouver les formules donnant f x J g f (u) = J g (v)j f (u). et f lorsque f(x, y) = F (u, v), où u = u(x, y), v = v(x, y). 2

3 Revenons au cas f : U R 2 R m de classe C 1. Les dérivées partielles étant des fonctions de deux variables, on peut considérer leurs dérivées partielles, à nouveau par rapport à x et par rapport à y, si elles existent. On obtient ainsi les dérivées partielles secondes de f, qui sont au nombre de 3 puisque le théorème de Schwarz stipule que l ordre dans lequel sont prises les dérivées partielles par rapport à différentes variables n importe pas, en clair : 2 f x = f x = f x = 2 f x. La fonction f est dite de classe C k sur U si toutes ses dérivées partielles à l ordre k existent et sont continues. (Question : combien y en a-t-il?) Celles d ordre 2 sont particulièrement importantes pour déterminer les extrema des fonctions à valeurs réelles. Supposons donc f : U R 2 R de classe C 2 et (x 0, y 0 ) U. On pose : p = f x (x 0, y 0 ), q = f (x 0, y 0 ), r = 2 f x 2 (x 0, y 0 ), s = 2 f x (x 0, y 0 ), t = 2 f 2 (x 0, y 0 ) et on appelle ( r s s t ) la matrice hessienne de f. On dit que f admet un extremum local en (x0, y 0 ) appartenant à U si f(x, y) f(x 0, y 0 ) garde un signe constant au voisinage de (x 0, y 0 ). Il s agit d un maximum local si ce signe est négatif, d un minimum local sinon. Théorème 2 Pour que f admette un extremum local en (x 0, y 0 ), il est nécessaire que p = q = 0. Pour que f admette un extremum local en (x 0, y 0 ), il suffit que la condition précédente soit remplie (on parle alors de point critique) et que s 2 rt < 0. Dans ce cas, on aura un minimum local si r > 0, un maximum local si r < 0. Noter que r 0, et que t est du même signe que r, si s 2 rt < 0. On peut montrer de plus qu on obtient un point col si s 2 rt > 0 ; si s 2 rt = 0, on ne peut rien dire. En fait, on a le développement de Taylor-Young suivant pour f au voisinage du point (x 0, y 0 ) : f(x 0 + h, y 0 + k) = f(x 0, y 0 ) + (ph + qk) (rh2 + 2shk + tk 2 ) + (h 2 + k 2 )ε(h, k), où ε(h, k) tend vers 0 quand (h, k) tend vers 0. Donc, si p = q = 0, f(x 0 + h, y 0 + k) f(x 0, y 0 ) est pour (h, k) au voisinage de (0, 0) de même signe que l image de (h, k) par la forme quadratique de matrice la hessienne de f. Exercice 4 On revient à la fonction h du premier exercice. a) Montrer que, pour (x, y) (0, 0), h h x (x, y) = (x, y) = 0 si et seulement si x = ±y. b) Montrer que, pour tout (x, y) R 2, 1 2 h(x, y) 1 2 ; qu en déduit-on pour les points de coordonnées (x, ±x) avec x 0? c) Calculer les dérivées secondes de h en (x, y) (0, 0). Quels renseignements donne la matrice hessienne de h aux points de coordonnées (x, ±x) avec x 0? 2 Intégrales multiples Maintenant que l on connaît les fonctions de plusieurs variables, comment les intégrer? Nous allons dessiner les contours de la construction de l intégrale de Riemann de ces fonctions, dont on 3

4 verra qu ils rappellent fortement ce qu on fait pour les fonctions d une variable. On traite le cas des fonctions à valeurs réelles, étant entendu que le cas des fonctions à valeurs dans R m s en déduit en les traitant composante par composante. On donnera ensuite deux procédés permettant de calculer les intégrales multiples dans un certain nombre de cas. 2.1 Construction de l intégrale Plaçons-nous dans R n pour un entier n 2. On appelle pavé de R n le produit cartésien Π = I 1 I n de n intervalles I 1,..., I n de R. Le pavé Π est borné (resp. compact) si tous les I k le sont ; la mesure de Π est le produit µ(π) des longueurs des I k ; deux pavés sont quasi-disjoints si la mesure de leur intersection (qui est un pavé) est nulle. Si Π est un pavé compact, P = (Π 1,..., Π r ) est un pavage de Π si les Π k sont deux à deux quasi-disjoints, d union égale à Π. On vérifie alors que la mesure de Π est égale à la somme des mesure des Π k. On peut aussi définir la notion de pavage plus fin que deux pavages donnés P et P de Π. Soit Π un pavé. Une fonction ϕ : Π R est en escalier s il existe un pavage P de Π tel que, pour tout P P, ϕ P est constante ; P est alors dit adapté à ϕ. En notant χ P la fonction indicatrice d un pavé P, on voit qu il existe des réels λ P pour P P tels que ϕ = P P λ P χ P et on peut définir l intégrale de ϕ en posant : I(ϕ) = P P λ P µ(p ), en vérifiant que ceci ne dépend pas du pavage adapté à ϕ choisi (grâce à la notion de pavage plus fin). Notons E le R-espace vectoriel des fonctions en escalier définies sur Π. Pour f : Π R bornée, on peut alors définir I (f) = sup{i(ϕ) : ϕ f, ϕ E}, I (f) = inf{i(ϕ) : ϕ f, ϕ E}, et décider (avec Riemann) que f est intégrable si I (f) = I (f), auquel cas on note cette valeur : f = f(x 1,..., x n ) dx 1... dx n. Π Π Enfin, une partie bornée A de R n est dite mesurable si sa fonction indicatrice χ A est intégrable sur un pavé Π contenant A. Si tel est le cas, et si f : A R est bornée, alors f est intégrable sur A si fχ A est intégrable sur un pavé Π contenant A, auquel cas on pose : f = fχ A. A On montre en particulier que toute fonction continue sur une partie mesurable A est intégrable sur cette partie. 2.2 Théorème de Fubini On voit maintenant un théorème essentiel pour le calcul des intégrales multiples, puisqu il permet de découper celui-ci en plusieurs calculs d intégrales de fonctions d une variable. Sa preuve suit le cheminement effectué ci-dessus pour la construction de l intégrale (pour les fonctions en escalier, puis pour les fonctions intégrables). Π 4

5 Théorème 3 Soit A une partie mesurable de R p R q et f : A R une fonction intégrable. On suppose que, pour tout x R p : A x = {y R q (x, y) A} est mesurable ; y f(x, y) est intégrable sur A x. On suppose de plus que x A x f(x, y)dy est intégrable sur R p. Alors on a l égalité : Exercice 5 En déduire la valeur de A A f(x, y)dxdy = On pourra commencer par représenter la partie A. R p ( ) f(x, y)dy dx. A x xy x 2 + y 2 dxdy, où A = {(x, y) R 2 : x 0, y 0, x 2 + 2y 2 1}. Il est parfois plus pratique d utiliser ce résultat sous la forme suivante. Corollaire 4 En supposant de plus, pour tout y R q : A y = {x R p (x, y) A} est mesurable ; x f(x, y) est intégrable sur A y ; et y A y f(x, y)dx est intégrable sur Rq, on a l égalité : R p 2.3 Changement de variable ( ) f(x, y)dy dx = A x R q ( A y f(x, y)dx Le théorème de changement de variables classique, pour les fonctions de la variable réelle, se généralise aux intégrales multiples. Théorème 5 Si ϕ : U V est un C 1 -difféomorphisme mesurable entre deux ouverts U et V de R n, dont on note ϕ le jacobien, et f : V R une fonction intégrable, alors x f ( ϕ(x) ) ϕ (x) est intégrable sur U et f(y)dy = f ( ϕ(x) ) ϕ (x) dx. V U Un exemple d application très utile de ce résultat est le passage des ( coordonnées cartésiennes ) aux polaires, donné par le C 1 -difféomorphisme φ : R + ] π, π[ R 2 \ ], 0[ {0} tel que φ(ρ, θ) = (ρ cos θ, ρ sin θ). ) dy. Exercice 6 1. Déterminer la matrice jacobienne de φ. En déduire, pour f : R 2 R intégrable, f(x, y)dxdy = R 2 2. Établir l égalité R + [ π,π] R 2 e (x2 +y2) dxdy = π. 5 f(ρ cos θ, ρ sin θ)ρ dρ dθ.

6 + 3. En déduire la valeur de e x2 dx à l aide du théorème de Fubini. 0 Dans le même genre d idée, on pourra calculer l aire de la portion de plan D = {(x, y) [0, 1] 2, x 2 + y 2 1}, après l avoir représentée, en utilisant la symétrie de cet ensemble par rapport à la diagonale. Il y a bien sûr d autres changements de variables possibles, à adapter selon les circonstances, par l exemple dans l exercice suivant. Exercice 7 Soit f la fonction définie de C = [0, 1] 2 dans R par f(x, y) = { xy x+y si (x, y) (0, 0) 0 sinon. a) Montrer que f(x, y) x pour tout (x, y) [0, 1] 2. En déduire que f est continue et intégrable. b) Montrer que I = C f(x, y)dxdy = 2 T f(x, y)dxdy, où T = {(x, y) C, y x}. c) On note T = {(x, y) ]0, 1[ 2, y < x} l intérieur de T. Montrer que l application φ : C C, (u, v) (u, uv), définit un C -difféomorphisme de ]0, 1[ 2 dans T, de jacobien φ (u, v) = u. d) En déduire, à l aide du théorème de changement de variable, que I = 2 3 (1 ln 2). 3 Intégrales dépendant d un paramètre En guise d illustration de la théorie des fonctions de plusieurs variables, voici deux théorèmes extrêmement utiles en analyse, et à connaître parfaitement pour pouvoir en vérifier les hypothèses avant de les appliquer. Théorème 6 Soient I un intervalle de R, a b deux nombres réels et K une fonction numérique définie et continue sur I [a, b]. Alors la fonction f définie sur I par f(x) = b a K(x, t) dt est continue. Noter que c est la continuité de K en tant que fonction de deux variables qui doit être satisfaite. Théorème 7 On conserve les hypothèses du théorème précédent et on suppose de plus que la dérivée partielle de K par rapport à x existe et est continue sur I [a, b]. Alors la fonction f définie sur I par f(x) = b a K(x, t) dt est de classe C1 et pour tout x I : f (x) = b a K (x, t) dt. x Ces théorèmes ne s étendent pas aux intégrales généralisées. Ainsi on montre, par des changements de variables adéquats, que + sin(xt) 0 t dt vaut π 2 pour x > 0 et π 2 pour x < 0, donc n est pas continue en 0, bien que K(x, t) = sin(xt) t si t > 0, x si t = 0, soit continue sur R [0, + [. Exercice 8 1 e (1+t2 )x 2 On considère la fonction f(x) = t 2 dt. 1. Justifier que f est définie dérivable sur R et exprimer sa dérivée à l aide de g(x) = x 0 e t2 dt (à laquelle on pourra appliquer le changement de variable u = t x lorsque x 0). 6

7 2. En déduire que f(x) = π 4 g2 (x) pour tout x R. 3. Établir que pour t [0, 1] et x assez grand, e (1+t2 )x 2 1 ; en déduire que lim f(x) = 0. x 2 x + 4. Montrer la formule : + e t2 dt = 0 π 2. 7

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Extrema locaux (ou relatifs)

Extrema locaux (ou relatifs) Chapitre 3 Extrema locaux (ou relatifs) 3.0.77 DÉFINITION Soit f : U! R une fonction, U ouvert d un espace vectoriel normé E et a 2 U. On dit que f présente un minimum local (respectivement un maximum

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

Optimisation des fonctions de plusieurs variables

Optimisation des fonctions de plusieurs variables Optimisation des fonctions de plusieurs variables Hervé Hocquard Université de Bordeaux, France 8 avril 2013 Extrema locaux et globaux Définition On étudie le comportement d une fonction de plusieurs variables

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Dans ce module, introduction d une nouvelle notion qu est la continuité d une fonction en un point. En repartant de la définition et de l illustration graphique

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Compléments sur les couples aléatoires

Compléments sur les couples aléatoires Licence Math et MASS, MATH54 : probabilités et statistiques Compléments sur les couples aléatoires 1 Couple image ans ce paragraphe, on va s intéresser à la loi d un vecteur aléatoire S, T qui s obtient

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

1 Fonctions de plusieurs variables

1 Fonctions de plusieurs variables Université de Paris X Nanterre U.F.R. Segmi Année 006-007 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II. Chapitre 1 Fonctions de plusieurs variables Ce chapitre est conscré aux fonctions

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

Simulation de variables aléatoires

Simulation de variables aléatoires Simulation de variables aléatoires S. Robin INA PG, Biométrie Décembre 1997 Table des matières 1 Introduction Variables aléatoires discrètes 3.1 Pile ou face................................... 3. Loi de

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007 ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 27 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES INGÉNIEURS DU CONTRÔLE DE LA NAVIGATION AÉRIENNE Épreuve commune obligatoire de MATHÉMATIQUES Durée : 4 Heures Coefficient

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Généralités sur les graphes

Généralités sur les graphes Généralités sur les graphes Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2008/2009 Table des matières 1 Notion de graphe 3 1.1 Un peu de vocabulaire.......................................... 3 1.2 Ordre d un graphe,

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Il s agit donc de montrer une propriété commençant par un symbole. La démonstration débute donc par : Soit (x 1, x 2 ) E 2. La propriété

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

MULTIPLICATION RAPIDE : KARATSUBA ET FFT

MULTIPLICATION RAPIDE : KARATSUBA ET FFT MULTIPLICATION RAPIDE : KARATSUBA ET FFT 1. Introduction La multiplication est une opération élémentaire qu on utilise évidemment très souvent, et la rapidité des nombreux algorithmes qui l utilisent dépend

Plus en détail

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Master Modélisation et Simulation / ENSTA TD 1 2012-2013 Les méthodes dites de Monte-Carlo consistent en des simulations expérimentales de problèmes

Plus en détail

Espaces vectoriels. par Pierre Veuillez

Espaces vectoriels. par Pierre Veuillez Espaces vectoriels par Pierre Veuillez 1 Objectifs : Disposer d un lieu où les opérations + et se comportent bien. Déterminer des bases (utilisation de la dimension) Représenter les vecteurs grace à leurs

Plus en détail

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3 Chapitre 5 Systèmes linéaires 1 Généralités sur les systèmes linéaires 2 11 Définitions 2 12 Opérations élémentaires 2 13 Systèmes échelonnés et triangulaires 3 2 Résolution des systèmes linéaires 3 21

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot SOMMES ET PRODUITS 1 Techniques de calcul 1.1 Le symbole Notation 1.1 Soient m et n deux entiers naturels. Alors { a m + a m+1 + + a + a n si m n, a = 0 sinon. On peut aussi noter m n =m a ou encore m,n

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Direction des Admissions et concours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

Chapitre 01 : Intégrales généralisées. Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle

Chapitre 01 : Intégrales généralisées. Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle Chapitre 01 : Intégrales généralisées Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle fermé borné de Dans ce chapitre, on va étudier le cas d

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées.

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées. Chapitre 10 Calcul Matriciel 101 Qu est-ce qu une matrice? Définition : Soit K un ensemble de nombres exemples, K = N, Z, Q, R, C, n, p N On appelle matrice à n lignes et p colonnes la données de np nombres

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

Résume du cours de Mécanique Analytique

Résume du cours de Mécanique Analytique Résume du cours de Mécanique Analytique jean-eloi.lombard@epfl.ch 22 janvier 2009 Table des matières 1 Équations de Lagrange 1 1.1 Calcul des variations....................... 3 1.2 Principe de moindre

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours.

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours. Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Nombre dérivé, interprétations géométrique et cinématique

Nombre dérivé, interprétations géométrique et cinématique CHAPITRE 4 DÉRIVATION ET PRIMITIVATION Nombre dérivé, interprétations géométrique et cinématique 08. Nombre dérivé Soit f une fonction numérique, définie sur un intervalle ou une réunion d intervalles,

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Calculs préliminaires.

Calculs préliminaires. MINES-PONTS 005. Filière MP. MATHÉMATIQES 1. Corrigé de JL. Lamard jean-louis.lamard@prepas.org) Calculs préliminaires. Notons que si f H alors f)e / est bien intégrable sur R car continue positive et

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

Fiche PanaMaths Calculs avec les fonctions sous Xcas

Fiche PanaMaths Calculs avec les fonctions sous Xcas Fiche PanaMaths Calculs avec les fonctions sous Xcas Cette fiche destinée aux élèves des classes de Terminale requiert un premier niveau de connaissance du logiciel Xcas. Définition d une fonction Fonctions

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

Probabilité conditionnelle et indépendance. Couples de variables aléatoires. Exemples

Probabilité conditionnelle et indépendance. Couples de variables aléatoires. Exemples 36 Probabilité conditionnelle et indépendance. Couples de variables aléatoires. Exemples (Ω, B, P est un espace probabilisé. 36.1 Définition et propriétés des probabilités conditionnelles Définition 36.1

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Première partie. Deuxième partie

Première partie. Deuxième partie PC 96-97 correction épreuve X97 Première partie. f étant convexe sur l intervalle [t, t 2 ], sa courbe représentative est en dessous la corde joignant les points (t, f(t )) et (t 2, f(t 2 )). Comme f(t

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 8 : EQUATIONS DIFFERENTIELLES - COURS + ENONCE EXERCICE - Olivier

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

Examen - septembre 2012. Question de cours Enoncer et démontrer l inégalité de Cauchy-Schwarz dans un espace euclidien. Quel est le cas d égalité?

Examen - septembre 2012. Question de cours Enoncer et démontrer l inégalité de Cauchy-Schwarz dans un espace euclidien. Quel est le cas d égalité? Université Paris Dauphine DEMIE e année Algèbre linéaire 3 Examen - septembre 01 Le sujet comporte pages. L épreuve dure heures. Les documents, calculatrices et téléphones portables sont interdits. Question

Plus en détail

Leçon 1: les entiers

Leçon 1: les entiers Leçon 1: les entiers L ensemble N des entiers naturels Compter, dresser des listes, classer et comparer des objets interviennent dans de multiples activités humaines. Les nombres entiers naturels sont

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

Séminaire TEST. 1 Présentation du sujet. October 18th, 2013

Séminaire TEST. 1 Présentation du sujet. October 18th, 2013 Séminaire ES Andrés SÁNCHEZ PÉREZ October 8th, 03 Présentation du sujet Le problème de régression non-paramétrique se pose de la façon suivante : Supposons que l on dispose de n couples indépendantes de

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Cours de mathématiques : Equation du second degré

Cours de mathématiques : Equation du second degré Cours de mathématiques : Equation du second degré I ) Formes de l'équation du second degré. L'équation du deuxiéme degré à une inconnue est celle où l'inconnue est élévé à la puissance de 2, sans y etre

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail