Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables"

Transcription

1 Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée

2

3 Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables Exemples de fonctions à plusieurs variables en économie L espace R Produit scalaire Vecteur normal et équation d un plan dans l espace Représentation graphique des fonctions de deux variables Domaine de définition et graphe Fonctions partielles et coupes Courbes de niveau Continuité et dérivation de fonctions de plusieurs variables Continuité et limites Continuité Notion de limite Dérivées partielles et élasticité Dérivées d ordre supérieur Notion de différentielle et dérivation des fonctions composées Développement de Taylor d ordre Dérivée de fonctions composées

4 Cours d Analyse 4 Fonctions de plusieurs variables

5 Chapitre Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables Exemples de fonctions à plusieurs variables en économie Les fonctions utilisées dans les modèles économiques sont, le plus souvent, des fonctions de plusieurs variables. Exemple Les fonctions de production, les fonctions d utilité. On considère un système de production produisant un certain produit output à partir de n autres biens, appelés facteurs de production ou input. La fonction de production associe à un n-upplet (x 1,..., x n ) de nombres positifs la quantité maximale q d output que l on peut produire. Dans certains modèles, on se limite à deux facteurs de production : le capital et le travail. Dans ce cas, on s intéresse à des fonctions de la forme : q = f(k, L, ) où K représente le capital et L le travail. On a alors une fonction de deux variables, associant à un couple (x, y) de nombres réels (ici positifs) un nombre f(x, y). Exemple Les fonctions suivantes apparaissent souvent en théorie de production : f(k, L) = ak + bl (fonction linéaire) ; f(k, L) = min(k/a, L/b), avec a > 0 et b > 0 (fonction à facteurs complémentaires) ; f(k, L) = k K α L β, avec k 0, α 0, β 0 (fonction de Cobb-Douglas). Remarque 1.1 : La fonction minimum, min, est la fonction qui prend pour valeur le plus petit des réels passés en argument. Par exemple : min( 2, 3, 4, 10, 4, 234) = 10. On définit de la même manière la notion de maximum, max, qui renvoit le plus grand 5

6 1.2. L ESPACE R 3 des éléments passés en paramètres : max( 2, 3, 4, 10, 4, 234) = 234. Les fonctions d utilité apparaissent dans la théorie du consommateur. Dans un modèle où il y a n biens de consommation, un plan de consommation est défini par un n-uplet (x 1,..., x n ) de nombres positifs représentant les quantités consommées de chacun des n biens. La fonction d utilité associe à ce panier de biens un indice de satisfaction u(x 1, x 2,..., x n ), que le consommateur cherche à maximiser. 1.2 L espace R 3 R, l ensemble des réels, s identifie à une droite orientée munie d une origine et d une unité de longueur : R 2, l ensemble des couples de réels (x, y), s identifie à un plan muni d un repère orthonormé (O; i, j ) composé d une origine O et de trois vecteurs i et j orthogonaux et de longueur égale à 1. Au couple (x, y), on associe le point M du plan de coordonnées x et y dans le repère (O; i, j ) : y M j O i x On peut orienté le repère, et dans ce cas, on dit que le repère (O; i, j ) (ou que la base ( i, j )) est directe si, pour parcourir le plus petit chemin allant de i à j sur le cercle unité, on tourne dans le sens inverse des aiguilles d une montre. Cours d Analyse 6 Fonctions de plusieurs variables

7 CHAPITRE 1. NOTIONS DE GÉOMÉTRIE DANS L ESPACE ET FONCTIONS À DEUX VARIABLES Lorsque l on tourne dans le sens inverse des aiguilles d une montre un angle est alors positif, et il sera négatif si on le mesure en allant dans le sens des aiguilles d une montre. Par exemple, l angle formé par les vecteurs i et j dans un repère orthonormé direct est de π/2 alors que celui formé par les vecteurs j et i et de π/2 (le repère (O; j, i ) est alors un repère orthonormé indirect). Remarque 1.2 : Le couple (x, y) s identifie au vecteur OM. Ainsi, les éléments de R 2 sont considérés tantôt comme des points, tantôt comme des vecteurs. R 3, l ensemble des triplets (x, y, z) de réels, s identifie à l espace à trois dimensions muni d un repère orthonormé (O; i, j, k ) composé d une origine O et de trois vecteurs i, j et k deux à deux orthogonaux et de longueur égale à 1. Le triplet (x, y, z) s identifie au point M du plan de coordonnées x, y et z dans le repère (O; i, j, k ) : z M 1 k O y i j x Dans R 3, pour dire si un repère (O; i, j, k ) (ou une base ( i, j, k )) est directe, en faisant appel à la règle du bonhomme de Newton : il doit se placer au niveau du vecteur k (le sens des pieds à la tête est celui de k ), il doit pointer son bras droit dans la direction et le sens de i et regarder dans la direction et le sens de j. Sinon, le repère (ou la base) est dit indirect. Par exemple, sur le dessin, on peut voir que notre repère est un repère orthonormé direct de R 3. Remarque 1.3 : Le triplet (x, y, z) s identifie au vecteur OM. Ainsi, les éléments de R 3 sont considérés tantôt comme des points, tantôt comme des vecteurs. Nous allons maintenant donner les opérations de bases sur les vecteurs : Cours d Analyse 7 Fonctions de plusieurs variables

8 1.2. L ESPACE R 3 Propriété 1.4 : Addition : (x, y, z) + (x, y, z ) = (x + x, y + y, z + z ). Multiplication par un scalaire (par un réel) : λ R, (x, y, z) R 3, λ(x, y, z) = (λx, λy, λz). Remarque 1.5 : 1. Un vecteur est déterminé par : une direction, un sens, et une longueur. 2. ABCD est un parallélogramme si et seulement si : AB = DC. 3. La relation de Chasles : AC = AB + BC permet de construire géométriquement la somme de deux vecteurs. Définition 1.6 : Deux vecteurs u et v sont dits colinéaires s il existe un réel t tel que u = t v ou v = t u. Sinon, on dit qu ils sont linéairement indépendants. Remarque 1.7 : Les vecteurs u = (u 1, u 2, u 3 ) et v = (v 1, v 2, v 3 ) sont colinéaires si et seulement si : u 1 = u 2 = u 3, v 1 v 2 v 3 avec pour convention : u i = 0 v i = 0. Exemple Les vecteurs u = (1, 2, 1) et v = ( 2, 4, 2) sont colinéaires. 2. Les vecteurs u = (1, 2, 1) et v = (0, 4, 2) sont linéairement indépendants. Proposition 1.8 : 1. Trois points A, B et C de l espace sont alignés si et seulement si les vecteurs AB et AC sont colinéaires. 2. Par deux points non confondus ne passe qu une seule droite. Par trois points non alignés A, B et C passe un unique plan P. On a la caractérisation suivante de P : M P AM = s AB + t AC, où s, t R. Cours d Analyse 8 Fonctions de plusieurs variables

9 CHAPITRE 1. NOTIONS DE GÉOMÉTRIE DANS L ESPACE ET FONCTIONS À DEUX VARIABLES Définition 1.9 : 1. On dit que le vecteur u est une combinaison linéaire de AB et AC s il existe deux réels s et t tels que : u = s AB + t AC. 2. On dit que les vecteurs AB et AC sont des vecteurs directeurs d un plan P si pour tout point M P, AM est combinaison linéaire de AB et AC. 1.3 Produit scalaire Définition 1.10 : Soit u = (u 1, u 2, u 3 ) et v = (v 1, v 2, v 3 ) deux vecteurs de R 3. On appelle produit scalaire de u et v, et on note u. v, le nombre u. v = u1 v 1 + u 2 v 2 + u 3 v 3. Propriété 1.11 : Le produit scalaire est : Symétrique : u, v R 3, u v = v u. Bilinéaire : pour tous vecteurs u, v, u, et v de R 3, et pour tous réels a, b, a et b, on a : (a u + b v ) (a u + b v ) = aa u u + ab u v + ba v u + bb v v. Positif : u R 3, u u 0. Remarque 1.12 : Le terme bilinéaire signifie que le produit scalaire est linéaire à gauche ( u + v ) w = u w + v w, et linéaire à droite : w ( u + v ) = w u + w v. Définition 1.13 : Le nombre réel u u est appelé norme (euclidienne) du vecteur u et est noté u. C est la longueur du vecteur u. Cours d Analyse 9 Fonctions de plusieurs variables

10 1.3. PRODUIT SCALAIRE Remarque 1.14 : Si A et B sont deux points de l espace, AB est la distance entre les points A et B (c est-à-dire, la longueur du segment [AB]). Théorème 1.15 : Soient u et v deux vecteurs et θ l angle formé par les vecteurs u et v. Alors, on a : u v = u v cos(θ). Corollaire 1.16 : 1. u et v sont orthogonaux si et seulement si u v = u et v forment un angle aigu (θ [0, π/2]) si et seulement si u v u et v forment un angle obtu (θ [π/2, π]) si et seulement si u v 0. Propriété 1.17 : La norme vérifie les propriétés suivantes : 1. Positivité : u R 3, u 0, et u = 0 u = Homogénéité : u R 3, a R, a u = a u. 3. Inégalité de Cauchy-Schwarz : u, v R 3, u v u v. 4. Inégalité triangulaire : u, v R 3, u + v u + v. Démonstration : 1. u = u u 0, car la fonction x x est une fonction positive. u = 0 u u = 0 u u u 2 3 = 0 u 1 = u 2 = u 3 = 0 u = 0. Cours d Analyse 10 Fonctions de plusieurs variables

11 CHAPITRE 1. NOTIONS DE GÉOMÉTRIE DANS L ESPACE ET FONCTIONS À DEUX VARIABLES 2. Par bilinéarité, on a : a u = a 2 ( u u ). Donc, a u = a 2 ( u u ) = a u u = a u, car a 2 = a. 3. D après le Théorème 1.15, on a : u v = u v cos(θ) = u v cos(θ), car 0, u v, car cos(θ) Par bilinéarité, on a : ( u + v ) ( u + v ) = u u + u v + v u + v v = u u + 2 u v + v v. Donc, u + v 2 = ( u + v ) ( u + v ) = u u + 2 u v + v v = u u v + v 2 u u v + v 2 u u v cos(θ) + v 2 u u v + v 2 = ( u + v ) 2. Donc, u + v u + v. 1.4 Vecteur normal et équation d un plan dans l espace Définition 1.18 : Soit P un plan de l espace. Un vecteur n est dit normal au plan P, si pour tous points A et B de P, on a : n AB = 0. Remarque 1.19 : Il est clair que par tout point A de l espace passe un unique plan orthogonal à une direction donnée. Cours d Analyse 11 Fonctions de plusieurs variables

12 1.4. VECTEUR NORMAL ET ÉQUATION D UN PLAN DANS L ESPACE n A Ainsi, un plan peut être déterminé par un point et un vecteur normal. Proposition 1.20 : Si A est un point de l espace et si n est un vecteur non nul, le plan passant par A et de vecteur normal n est l ensemble des points M du plan vérifiant : n AM = 0. (1 1) Théorème 1.21 : Soit n = (a, b, c) R 3, A = (x A, y A, z A ) R 3, et P le plan passant par A et de vecteur normal n. Alors, M = (x, y, z) P si et seulement si a(x x A ) + b(y y A ) + c(z z A ) = 0. (1 2) Démonstration : Il suffit d utiliser l égalité (1 1). Définition 1.22 : L équation (1 2) mise sous la forme : ax + by + cz + d = 0, est appelée équation cartésienne du plan P. Propriété 1.23 : Si un plan P a pour équation cartésienne : ax + by + cz + d = 0, alors, le vecteur (a, b, c) est un vecteur normal de P. Cours d Analyse 12 Fonctions de plusieurs variables

13 CHAPITRE 1. NOTIONS DE GÉOMÉTRIE DANS L ESPACE ET FONCTIONS À DEUX VARIABLES Démonstration : Soit A = (x A, y A, z A ) P. Comme A vérifie l équation cartésienne du plan P, on a : ax A + by A + cz A + d = 0. (1 3) Soit M = (x, y, z) P, on a : (1 4) (1 3) donne : ax + by + cz + d = 0. (1 4) a(x x A ) + b(y y A ) + c(z z A ) = 0, donc, n AM = 0, où n = (a, b, c). Rappel : Soient A = (x A, y A, z A ) et B = (x B, y B, z B ) deux points de l espace. Le vecteur AB à pour coordonnées : AB = (x B x A, y B y A, z B z A ). Remarque 1.24 : Un plan peut aussi être déterminé par un point et deux vecteurs non colinéaires u et v. Propriété 1.25 : Soit P le plan passant par A et de vecteurs directeurs u et v. Alors, M P s, t R, AM = s u + t v. Définition 1.26 : Un vecteur w est dit parallèle à un plan s il est combinaison linéaire de ses vecteurs directeurs. Proposition 1.27 : w = (w 1, w 2, w 3 ) est parallèle à un plan de vecteur normal n = (a, b, c) si et seulement si w n = 0, c est-à-dire : aw 1 + bw 2 + cw 3 = Représentation graphique des fonctions de deux variables Domaine de définition et graphe Une fonction de deux variables f, qui associe à un couple de réels (x, y) un réel, est définie de la façon suivante : f : D f R 2 R (x, y) f(x, y) Cours d Analyse 13 Fonctions de plusieurs variables

14 1.5. REPRÉSENTATION GRAPHIQUE DES FONCTIONS DE DEUX VARIABLES L ensemble D f de R 2 est l ensemble de définition de la fonction f. Il s agit de l ensemble des couples de R 2 où la fonction f est définie. La première étape de l étude d une fonction de deux variable est souvent la détermination et la représentation graphique de son domaine de définition. Exercice Déterminer et représenter graphiquement le domaine de définition de la fonction (x, y) ln(xy 1). Solution : D f contient tous les couples de (x, y) R 2 tels que ln(xy 1) soit bien définie, c est-à-dire que xy 1 doit être strictement positif. Donc, D f = { (x, y) R 2, xy 1 > 0 } = { (x, y) R 2, xy > 1 }. Or, on a : xy > 1 { y > 1/x et x > 0, y < 1/x et x < 0, Définition 1.28 : Soit f : D f R 2 R. On appelle graphe de f l ensemble : G = { (x, y, z) R 3, (x, y) D f et z = f(x, y) }. Remarque 1.29 : Cours d Analyse 14 Fonctions de plusieurs variables

15 CHAPITRE 1. NOTIONS DE GÉOMÉTRIE DANS L ESPACE ET FONCTIONS À DEUX VARIABLES 1. Graphe d une fonction d une variable courbe. Graphe d une fonction de deux variables surface. 2. On dit que le graphe de f est la surface d équation z = f(x, y). Définition 1.30 : Si g est une fonction de trois variables, g : D g R 3 R, on appelle surface d équation g(x, y, z) = 0, l ensemble des points de l espace dont les coordonnées vérifient g(x, y, z) = 0. Exemple La surface d équation x 2 + y 2 + z 2 = 1, est la sphère de centre O et de rayon 1. Plus généralement, la sphère de centre A = (x A, y A, z A ) et de rayon r est la surface d équation : (x x A ) 2 + (y y A ) 2 + (z z A ) 2 = r 2. Exemple Graphe des fonctions : f : (x, y) 2x + y + 1 et g : (x, y) y 2 : Cours d Analyse 15 Fonctions de plusieurs variables

16 1.5. REPRÉSENTATION GRAPHIQUE DES FONCTIONS DE DEUX VARIABLES Fonctions partielles et coupes Un moyen d étudier une fonction de deux variables consiste à fixer l une des deux variables pour pouvoir se ramener à une fonction d une seule variable. Définition 1.31 : Soit f : D f R, une fonction définie sur une partie D f de R 2 et soit (x 0, y 0 ) D f. On appelle fonctions partielles de f en (x 0, y 0 ) les fonctions x f(x, y 0 ) et y f(x 0, y) respectivement définies sur {x R, (x, y 0 ) D f } et {y R, (x 0, y) D f } Définition 1.32 : 1. La coupe du graphe de f par le plan d équation x = x 0 est l intersection entre le graphe de f et le plan x = x La coupe du graphe de f par le plan d équation y = y 0 est l intersection entre le graphe de f et le plan y = y La coupe du graphe de f par le plan d équation z = z 0 est l intersection entre le graphe de f et le plan z = z 0. Remarque 1.33 : 1. Le graphe de la fonction partielle y f(x 0, y) s identifie à la coupe du graphe de f par le plan d équation x = x 0. Cours d Analyse 16 Fonctions de plusieurs variables

17 CHAPITRE 1. NOTIONS DE GÉOMÉTRIE DANS L ESPACE ET FONCTIONS À DEUX VARIABLES 2. Le graphe de la fonction partielle x f(x, y 0 ) s identifie à la coupe du graphe de f par le plan d équation y = y Courbes de niveau Définition 1.34 : Soit f : D f R 2 R, on appelle courbes de niveau (ou lignes de niveau) les courbes d équation f(x, y) = C, où C R est une constante. Remarque 1.35 : La courbe de niveau f(x, y) = C s identifie à la coupe du graphe de f par le plan d équation z = C. Exercice Déterminer les lignes de niveau de la fonction f : (x, y) x 2 + y Étudier les fonctions partielles de f. 3. En déduire le graphe de f. Solution : 1. Soit C R. La courbe de niveau f(x, y) = C (ou coupe par rapport au plan z = C) est l ensemble des couples (x, y) R 2 tels que : x 2 + y 2 = C. Si C < 0, aucun couple ne vérifie cette relation, si C > 0, il s agit du cercle de centre O et de rayon C, sinon, si C = 0, seul le point O vérifie cette égalité. C j C O i C C Coupe de f par rapport au plan z = C 2. Les fonctions partielles de f sont les fonctions x x 2 + y 2 0 et y x y 2. Cours d Analyse 17 Fonctions de plusieurs variables

18 1.5. REPRÉSENTATION GRAPHIQUE DES FONCTIONS DE DEUX VARIABLES x 2 0 k y0 2 k O j O i Coupe de f par rapport au plan x = x 0 Coupe de f par rapport au plan y = y 0 3. Remarque 1.36 : 1. Pour des fonctions de trois variables, on parle de surface de niveau. Cours d Analyse 18 Fonctions de plusieurs variables

19 CHAPITRE 1. NOTIONS DE GÉOMÉTRIE DANS L ESPACE ET FONCTIONS À DEUX VARIABLES 2. Dans la théorie de production, les courbes de niveau sont appelées isoquantes. 3. Dans la théorie d utilité, les courbes de niveau sont appelées courbes d indifférence (surface d indifférence s il y a trois variables). Cours d Analyse 19 Fonctions de plusieurs variables

20 1.5. REPRÉSENTATION GRAPHIQUE DES FONCTIONS DE DEUX VARIABLES Cours d Analyse 20 Fonctions de plusieurs variables

21 Chapitre Continuité et dérivation de fonctions de plusieurs variables Continuité et limites Continuité Définition 2.1 : Soit f : (x, y) f(x, y) une fonction définie sur une partie D f de R 2 et soit (x 0, y 0 ) D f. On dit que f est continue en (x 0, y 0 ) si pour toutes suites (u n ) n N et (v n ) n N telles que (u n, v n ) D f et : on a : lim u n = x 0 et lim v n = y 0, n + n + lim f(u n, v n ) = f(x 0, y 0 ). n + Remarque 2.2 : Géométriquement, la condition sur (u n ) n N et (v n ) n N signifie que la suite des poins A n = (u n, v n ) converge vers le point M 0 = (x 0, y 0 ) dans le sens où : lim M 0 A n = 0. n + Propriété 2.3 : La fonction f : D f R 2 R est continue au point (x 0, y 0 ) D f si et seulement si : ɛ > 0, δ ɛ > 0, (x, y) D f, (x x0 ) 2 + (y y 0 ) 2 δ ɛ f(x, y) f(x 0, y 0 ) ɛ. 21

22 2.1. CONTINUITÉ ET LIMITES Remarque 2.4 : 1. En particulier, la Définition 2.1 est vraie pour les fonction d une variable. 2. La Définition 2.1 et la caractérisation de la Propriété 2.2 restent vraies pour les fonctions à plus de deux variables. Théorème 2.5 : Soit D R 2 et f et g deux fonctions définies sur D. Si f et g sont continues en un point (x 0, y 0 ) D, il en est de même des fonctions suivantes : f + g, fg et f/g si g ne s annule pas sur D. Définition 2.6 : On dit que f : D R 2 continue en tout point de D. R est continue sur D si f est Proposition 2.7 : 1. Les applications coordonnées, (x, y) x et (x, y) y sont continues sur R Toute fonction polynôme de deux variables (c est-à-dire une somme de fonctions de la forme ax α y β, avec a R, α, β N) est continue sur R 2. Théorème 2.8 : Soit f : D f R 2 R une fonction continue en un point (x 0, y 0 ) D f. On suppose que f prend ses valeurs dans un intervalle I R (c est-à-dire que pour tout (x, y) D f, f(x, y) I) et que la fonction g : I R est continue en f(x 0, y 0 ). Alors, la fonction composée g f est continue en (x 0, y 0 ) Remarque 2.9 : La continuité des fonctions partielles n implique pas la continuité de la fonction. Contre-exemple : Soit f la fonction définie par : f(x, y) = xy, si (x, y) (0, 0) x 2 + y2 f(0, 0) = 0. Les fonctions partielles x xy 0 et y x 0y sont continues en (0, 0) pour x 2 + y0 2 x y 2 tout (x 0, y 0 ) R 2, mais f n est pas continue en (0, 0). En effet, si on pose pour tout entier n 1, u n = v n = 1/n, on a : lim f(u n, v n ) = 1 f(0, 0). n + 2 Donc, f n est pas continue en (0, 0), mais par contre elle est continue sur R 2 \{(0, 0)}. Cours d Analyse 22 Fonctions de plusieurs variables

23 CHAPITRE 2. CONTINUITÉ PLUSIEURS VARIABLES ET DÉRIVATION DE FONCTIONS DE Notion de limite Définition 2.10 : 1. Soit D une partie de R 2 et (x 0, y 0 ) D. On dit que D est un voisinage de (x 0, y 0 ) ou que (x 0, y 0 ) est un point intérieur de D s il existe r > 0 tel que, pour tout (x, y) R 2, (x x0 ) 2 + (y y 0 ) 2 < r (x, y) D. 2. Si D est un voisinage de (x 0, y 0 ), l ensemble D \ {(x 0, y 0 )} est appelé voisinage pointé de (x 0, y 0 ). 3. Soit f une fonction définie dans un voisinage (éventuellement pointé) V de (x 0, y 0 ) et l R. On dit que f admet l pour limite en (x 0, y 0 ), et on note : lim f(x, y) = l, (x,y) (x 0,y 0 ) si, pour toutes suites (u n ) n N et (v n ) n N telles que (u n, v n ) V, on a : lim u n = x 0 et lim v n = y 0, n + n + lim f(u n, v n ) = l. n + Proposition 2.11 : Une fonction f : V R 2 (x 0, y 0 ) si et seulement si : R admet l pour limite en ɛ > 0, δ ɛ > 0, (x, y) V, (x x0 ) 2 + (y y 0 ) 2 δ ɛ f(x, y) l ɛ. 2.2 Dérivées partielles et élasticité Définition 2.12 : 1. Soit (x 0, y 0 ) R 2 et f : (x, y) f(x, y) une fonction numérique définie dans un voisinage de (x 0, y 0 ). On dit que f admet une dérivée partielle par rapport à la première variable au point (x 0, y 0 ) si la première fonction partielle, définie au voisinage de x 0 par : x f(x, y 0 ) Cours d Analyse 23 Fonctions de plusieurs variables

24 2.2. DÉRIVÉES PARTIELLES ET ÉLASTICITÉ est dérivable au point x 0. La dérivée est alors appelée première dérivée partielle de f en (x 0, y 0 ) et notée : f x (x 0, y 0 ). 2. On définit de façon analogue la dérivée partielle f y (x 0, y 0 ), par rapport à la seconde variable en (x 0, y 0 ). Remarque 2.13 : 1. Par définition de la dérivée d une fonction d une variable : f x (x 0, y 0 ) = lim x x0 f(x, y 0 ) f(x 0, y 0 ) x x 0 et f y (x 0, y 0 ) f(x 0 + h, y 0 ) f(x 0, y 0 ) = lim, h 0 h = lim y y0 f(x 0, y) f(x 0, y 0 ) y y 0 f(x 0, y 0 + h) f(x 0, y 0 ) = lim, h 0 h 2. On note aussi f x et f y au lieu f f et x y. On peut étendre la définition aux fonctions de n variables : Définition 2.14 : Soit a = (a 1,..., a n ) R n et f : (x 1,..., x n ) f(x 1,..., x n ) une fonction numérique définie dans un voisinage de a. On dit que f admet une dérivée partielle par rapport à la i ième variable au point a si la i ième fonction partielle, définie au voisinage de a i par : z f(a 1,..., a i 1, z, a i+1,..., a n ), est dérivable au point a i. La dérivée est alors appelée i ième dérivée partielle de f en a et est notée : f x i (a). On a donc, f f(a 1,..., a i 1, a i + h, a i+1,..., a n ) f(a 1,..., a n ) (a 1,..., a n ) = lim. x i x h h Cours d Analyse 24 Fonctions de plusieurs variables

25 CHAPITRE 2. CONTINUITÉ PLUSIEURS VARIABLES ET DÉRIVATION DE FONCTIONS DE Définition 2.15 : Lorsque f admet des dérivées partielles en (x 0, y 0 ), le vecteur : f x (x 0, y 0 ) f y (x, 0, y 0 ) est appelé gradient de f au point (x 0, y 0 ) et noté : grad f(x 0, y 0 ). Remarque 2.16 : (en économie) Si f est une fonction de production, les dérivées partielles de f s interprètent comme les productivités marginales des divers facteurs de production. Si u : (x 1,..., x n ) u(x 1,..., x n ) est une fonction d utilité dans un modèle avec n biens de consommation, la dérivée partielle u/ x i s interprète comme l utilité marginale du i ième bien. On s intéresse souvent aux variations relatives (c est-à-dire les pourcentages) qui sont associés à la notion d élasticité : Définition 2.17 : Si f : (x, y) f(x, y) est une fonction de deux variables ne s annulant pas et admettant des dérivées partielles en (x 0, y 0 ), on appelle élasticité de f par rapport à la première variable en (x 0, y 0 ) le nombre : E x (f) = lim h 0 f(x 0 + h, y 0 ) f(x 0, y 0 ) f(x 0, y 0 ) h x 0 = x 0 f f(x 0, y 0 ) x (x 0, y 0 ). Exercice Soit f la fonction de deux variables définie par f(x, y) = kx α y β, avec k, α, β des constantes réelles positives (fonction de Cobb-Douglas). 1. Déterminer l élasticité de f par rapport à ses deux variables en un point (x 0, y 0 ) tel que x 0 > 0 et y 0 > Généraliser le résultat pour une fonction de Cobb-Douglas de n variables. (f(x 1,..., x n ) = kx α 1 1 x αn n ) Cours d Analyse 25 Fonctions de plusieurs variables

26 2.3. DÉRIVÉES D ORDRE SUPÉRIEUR 2.3 Dérivées d ordre supérieur Soit f une fonction de deux variables sur une partie D de R 2. Soit (x 0, y 0 ) un point intérieur de D et r > 0 tel que : { D r = (x, y) R 2, (x x0 ) 2 + (y y 0 ) 2 < r} D. Tout point (x, y) D r est alors un point intérieur de D. Si en chaque point (x, y) D r, f admet des dérivées partielles, on peut définir sur le voisinage D r de (x 0, y 0 ) les fonctions (x, y) f f (x, y) : et (x, y) (x, y). x y Si la fonction f/ x admet des dérivées partielles en (x 0, y 0 ), on les note : 2 f x 2 (x 0, y 0 ) et 2 f y x (x 0, y 0 ). De même, si f/ y admet des dérivées partielles en (x 0, y 0 ), on les note : 2 f x y (x 0, y 0 ) et 2 f y 2 (x 0, y 0 ). On dit alors que f admet des dérivées partielles d ordre 2 en (x 0, y 0 ). On définit de même la notion des dérivées partielles d ordre k, pour k > 2. Exercice de deux variables? Combien de dérivées partielles d ordre 2 peut avoir une fonction Théorème 2.18 (Théorème de Schwarz) : Soit f une fonction définie dans un voisinage d un point (x 0, y 0 ) R 2. On suppose que f admet des dérivées partielles continues au voisinage de (x 0, y 0 ) et que les dérivées partielles 2 f et 2 f sont x y y x également définies dans un voisinage de (x 0, y 0 ) et continues en (x 0, y 0 ). Alors, 2 f x y (x 0, y 0 ) = 2 f y x (x 0, y 0 ). Exercice Calculer les dérivées premières et secondes de la fonction f(x, y) = xe xy, et vérifier le résultat du théorème de Schwarz. Définition 2.19 : On dit que f : U R 2 R est de classe C 1 sur U si f admet des dérivées partielles en tout point de U et si ces dérivées partielles sont continues sur U. (En particulier, f est continue) Cours d Analyse 26 Fonctions de plusieurs variables

27 CHAPITRE 2. CONTINUITÉ PLUSIEURS VARIABLES ET DÉRIVATION DE FONCTIONS DE Remarque 2.20 : Cette définition suppose que tous les points de U sont des points intérieurs de U, autrement dit que U est un voisinage de chacun de ses points. On dit alors que U est un ouvert de R 2. Définition 2.21 : 1. f est de classe C k, k 1, sur l ouvert U si f admet des dérivéees partielles jusqu à l ordre k en tout point de U et si ces dérivées partielles sont continues sur U. 2. On dit que f est de classe C sur U si f est de classe C k pour tout entier k 1. Remarque 2.22 : Le théorème de Schwarz implique que si f est de classe C k, on peut faire les calculs de dérivées partielles sans se soucier de l ordre des variables par rapport auxquelles on dérive. Par exemple, si f est de classe C 3, on a : 3 f x 2 y = 3 f x y x = 3 f y x Notion de différentielle et dérivation des fonctions composées Développement de Taylor d ordre 1 Rappel : (développement de Taylor d ordre 1) Si une fonction d une variable f : R R est dérivable en x 0, on peut écrire : f(x 0 + h) = f(x 0 ) + hf (x 0 ) + hɛ(h), où lim h 0 ɛ(h) = 0. On peut aussi donner une valeur approchée de f(x 0 + h) à l aide de f(x 0 ) + hf (x 0 ). On va généraliser ce résultat aux fonctions de plusieurs variables. Théorème 2.23 (Développement de Taylor d ordre 1) : Soit (x 0, y 0 ) R 2. Soit f une fonction de classe C 1 dans un voisinage V de (x 0, y 0 ). Il existe un voisinage W de l origine et une fonction ɛ définie sur W tels que, pour tout (h, k) W, (x 0 + h, y 0 + k) V, et f(x 0 +h, y 0 +k) = f(x 0, y 0 )+h f x (x 0, y 0 )+k f y (x 0, y 0 )+ h 2 + k 2 ɛ(h, k) (2 1) lim ɛ(h, k) = 0. (h,k) (0,0) Cours d Analyse 27 Fonctions de plusieurs variables

28 2.4. NOTION DE DIFFÉRENTIELLE ET DÉRIVATION DES FONCTIONS COMPOSÉES Remarque 2.24 : 1. Cette formule peut se généraliser pour des fonctions de n variables. 2. Dans la formule (2 1), le terme h f x (x 0, y 0 ) + k f y (x 0, y 0 ) s interprète comme le produit scalaire entre le vecteur (h, k) et le gradient de f au point (x 0, y 0 ). 3. L application (h, k) h f x (x 0, y 0 ) + k f y (x 0, y 0 ) est appelée différentielle de f au point (x 0, y 0 ) et est notée df(x 0, y 0 ). On a : Exercice Donner une approximation de df(x 0, y 0 )(h, k) = h f x (x 0, y 0 ) + k f y (x 0, y 0 ). a = (2, 01) 4 + (3, 05) 2 en utilisant le développement de Taylor. 2. Vérifier avec une calculatrice Dérivée de fonctions composées Soit f une fonction de classe C 1 dans un voisinage V de (x 0, y 0 ) et soit t x(t) et t y(t) deux fonctions définies sur un intervalle I R telles que : t I, (x(t), y(t)) V. On peut alors définir sur I une fonction (d une variable) F en posant : Supposons que pour un certain t 0 I, Alors, F (t 0 ) = f(x 0, y 0 ). F (t) = f(x(t), y(t)). (x(t 0 ), y(t 0 )) = (x 0, y 0 ). Le corollaire suivant permet de calculer F (t 0 ) : Corollaire 2.25 : Avec les notations et les hypothèses précédentes, supposons que les fonctions t x(t) et t y(t) sont dérivables en t 0. Alors, la fonction F est dérivable en t 0 et F (t 0 ) = f x (x 0, y 0 )x (t 0 ) + f y (x 0, y 0 )y (t 0 ) Cours d Analyse 28 Fonctions de plusieurs variables

29 CHAPITRE 2. CONTINUITÉ PLUSIEURS VARIABLES ET DÉRIVATION DE FONCTIONS DE Notation différentielle : La formule précédente se retient en écrivant la formule différentielle suivante : df(x, y) = f f (x, y)dx + (x, y)dy, x y puis, en divisant par dt pour faire apparaître les dérivées : x (t) = dx dt et y (t) = dy dt. Corollaire 2.26 : Soit U R n un ouvert et f : U R de classe C 1 sur U. Soit ϕ : I U une fonction dérivable sur un intervalle I R, à valeur dans U. La fonction f ϕ est dérivable sur I et : t I, (f ϕ) (t) = grad f (ϕ(t)) ϕ (t) = df (ϕ(t)) [ ϕ (t) ]. Cours d Analyse 29 Fonctions de plusieurs variables

Produit scalaire dans l Espace

Produit scalaire dans l Espace Produit scalaire dans l Espace Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 014/015 Table des matières 1 Produit scalaire du plan 1.1 Différentes expressions du produit scalaire............................... 1.

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

un repère orthonormé de l espace.

un repère orthonormé de l espace. Terminale S GEOMETRIE Ch 13 DANS L ESPACE. Soit ( O ; i, j, k ) un repère orthonormé de l espace. I) Droites et plans dans l espace : Propriété 1 : Soient A et B deux points de l espace. AB est l ensemble

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Optimisation des fonctions de plusieurs variables

Optimisation des fonctions de plusieurs variables Optimisation des fonctions de plusieurs variables Hervé Hocquard Université de Bordeaux, France 8 avril 2013 Extrema locaux et globaux Définition On étudie le comportement d une fonction de plusieurs variables

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Géométrie dans l Espace

Géométrie dans l Espace Géométrie dans l Espace Année scolaire 006/007 Table des matières 1 Vecteurs de l Espace 1.1 Extension de la notion de vecteur à l Espace............................. 1. Calcul vectoriel dans l Espace......................................

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés

Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : notion de vecteur, transformation de points par translation et vecteurs égaux Exercice 2 : parallélogramme

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Introduction : Cette leçon s inscrit dans la continuité de la précédente. On supposera connu

Plus en détail

CHAPITRE 6 Les vecteurs

CHAPITRE 6 Les vecteurs A/ Vecteurs Cours de Mathématiques Classe de Seconde Chapitre 6 Les Vecteurs CHAPITRE 6 Les vecteurs 1) Définition et exemples a) Définition Soient deux points A et B. On appelle vecteur AB "la flèche"

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Mathématiques I. Recueil d exercices #2. Analyse II

Mathématiques I. Recueil d exercices #2. Analyse II FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES Sections des sciences économiques et des hautes études commerciales Mathématiques I Cours du professeur D. Royer Recueil d exercices #2 Analyse II Semestre

Plus en détail

Fonction inverse Fonctions homographiques

Fonction inverse Fonctions homographiques Fonction inverse Fonctions homographiques Année scolaire 203/204 Table des matières Fonction inverse 2. Définition Parité............................................ 2.2 Variations Courbe représentative...................................

Plus en détail

Baccalauréat S Métropole 21 juin 2011

Baccalauréat S Métropole 21 juin 2011 Baccalauréat S Métropole 1 juin 011 EXERCICE 1 Les deux parties A et B peuvent être traitées indépendamment. 4 points Les résultats seront donnés sous forme décimale en arrondissant à 10 4. Dans un pays,

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

La fonction carré Cours

La fonction carré Cours La fonction carré Cours CHAPITRE 1 : Définition CHAPITRE 2 : Sens de variation CHAPITRE 3 : Parité et symétrie CHAPITRE 4 : Représentation graphique CHAPITRE 5 : Equation du type CHAPITRE 6 : Inéquation

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Introduction aux inégalités

Introduction aux inégalités Introduction aux inégalités -cours- Razvan Barbulescu ENS, 8 février 0 Inégalité des moyennes Faisons d abord la liste des propritétés simples des inégalités: a a et b b a + b a + b ; s 0 et a a sa sa

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S )

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 01 Septembre 010 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 006-007) Lycée Stendhal, Grenoble

Plus en détail

CALCULATRICE AUTORISEE

CALCULATRICE AUTORISEE Lycée F. MISTRAL AVIGNON BAC BLANC 2012 Epreuve de MATHEMATIQUES Série S CALCULATRICE AUTORISEE DUREE : 4 heures Dès que le sujet vous est remis, assurez-vous qu il est complet Ce sujet comporte 3 pages

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Extrema locaux (ou relatifs)

Extrema locaux (ou relatifs) Chapitre 3 Extrema locaux (ou relatifs) 3.0.77 DÉFINITION Soit f : U! R une fonction, U ouvert d un espace vectoriel normé E et a 2 U. On dit que f présente un minimum local (respectivement un maximum

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7.

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7. Mathématiques pour l informatique IMAC première année - Soutien - Nombres complexes Rappels. Un nombre complexe z admet plusieurs représentations : représentation vectorielle z = (a, b) où a, b R représentation

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 2010-2011

Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 2010-2011 Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 010-011 novembre 010 I Définition d une conique en terme d équation cartésienne On se place dans le repère orthonormé direct (0, i, j ).

Plus en détail

Nombres complexes Forme trigonométrique d un complexe Exercices corrigés

Nombres complexes Forme trigonométrique d un complexe Exercices corrigés Nombres complexes Forme trigonométrique d un complexe Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : affixe d un point, représentation d un point-image dans le plan complexe, argument

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque FNCTINS I Généralités sur les fonctions Définitions Soit D une partie de l'ensemble IR. n définit une fonction f de D dans IR, en associant à chaque réel de D, un réel et un seul noté f() et que l'on appelle

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Baccalauréat S Asie 18 juin 2013

Baccalauréat S Asie 18 juin 2013 Baccalauréat S Asie 18 juin 2013 Dans l ensemble du sujet, et pour chaque question, toute trace de recherche même incomplète, ou d initiative même non fructueuse, sera prise en compte dans l évaluation

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Géométrie vectorielle plane, cours, première S

Géométrie vectorielle plane, cours, première S Géométrie vectorielle plane, cours, première S F.Gaudon 25 septembre 2015 Table des matières 1 Géométrie vectorielle dans un repère 2 1.1 Compléments sur la colinéarité.................................

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Fausto Errico Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2012 Table des matières

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation )

Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation ) Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation ) Introduction : On se place dans plan affine euclidien muni

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe.

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe. Chapitre I INTRODUCTION ATHÉATIQUE I.A. I.A.1. Calcul vectoriel Produit vectoriel Plaçons-nous dans un espace vectoriel euclidien à trois dimensions. En faisant subir des rotations identiques aux trois

Plus en détail

CH1 : Langages de la continuité Limites

CH1 : Langages de la continuité Limites CH : Langages de la continuité Limites I. Continuité- Théorème des valeurs intermédiaires. Définition : Soit f une fonction définie sur un intervalle I de R. Lorsque la courbe représentative de f ne présente

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

LES FONCTIONS : GENERALITES ET VARIATIONS

LES FONCTIONS : GENERALITES ET VARIATIONS 1 sur 10 LES FONCTIONS : GENERALITES ET VARIATIONS Activité conseillée p42 n 1 : Évolution du climat Activité conseillée p22 n 1 : Évolution du climat p61 n 5 p74 n 82 p61 n 7 p43 n 19 p44 n 20 p44 n 21

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

BACCALAURÉAT BLANC 2013

BACCALAURÉAT BLANC 2013 BACCALAURÉAT BLANC 203 Série S Corrigé Exercice. a) On traduit les données de l énoncé et on représente la situation par un arbre pondéré. PF ) = 2, PF 2) = 3, P F ) = 5 00 = 20, P F 2 ) =,5 00 = 3 3,5,

Plus en détail

1 Comptage de solutions et escaliers

1 Comptage de solutions et escaliers Licence Informatique Systèmes polynomiaux, que signifie : résoudre? Feuille de TD numéro 11 1 Comptage de solutions et escaliers Question 1. On considère le système suivant p1 := 2*x*y^2 + 3*x^2-5*y^3

Plus en détail

Intégrales curvilignes.

Intégrales curvilignes. Chapitre 1 Intégrales curvilignes. 1.1 Généralités 1.1.1 Courbes paramétrées dans le plan. Motivations, exemples. L exemple basique de courbe est la trajectoire décrite par un objet assimilée à un point

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

Savoir que AB= CD équivaut à ABDC est un parallélogramme, éventuellement aplati. Connaître les coordonnées (x B x A ; y B y A ) du vecteur AB

Savoir que AB= CD équivaut à ABDC est un parallélogramme, éventuellement aplati. Connaître les coordonnées (x B x A ; y B y A ) du vecteur AB Chapitre 3 La notion de vecteurs CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Vecteurs Définition de la translation qui transforme un point A du plan en un point B. Vecteur AB associé. Égalité de deux vecteurs

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2011 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2011 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 011 MATHÉMATIQUES Série S Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformément à la

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES.

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES. CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE EQUATIONS DIFFERENTIELLES Le but de ce chapitre est la résolution des deux types de systèmes différentiels linéaires

Plus en détail

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b I Définition d une fonction affine Faire l activité 1 «une nouvelle fonction» 1. définition générale a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

FICHE MÉTHODE POUR L ALGÈBRE LINÉAIRE EN L1

FICHE MÉTHODE POUR L ALGÈBRE LINÉAIRE EN L1 FICHE MÉTHODE POUR L ALGÈBRE LINÉAIRE EN L TABLE DES MATIÈRES. Déterminer si un ensemble est un sous espace vectoriel sur R ou non.. Une vérification essentielle.2. La stabilité par combinaisons linéaires

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

Cours fonctions, expressions algébriques

Cours fonctions, expressions algébriques I. Expressions algébriques, équations a) Développement factorisation Développer Développer un produit, c est l écrire sous forme d une somme. Réduire une somme, c est l écrire avec le moins de termes possibles.

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Chapitre 11. 2ème partie Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES 2ème partie Produit scalaire Produit scalaire

Plus en détail

Points fixes de fonctions à domaine fini

Points fixes de fonctions à domaine fini ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE CACHAN ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2013 FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail