Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie"

Transcription

1 Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie 1 Définition des nombres complexes On définit sur les couples de réels une loi d addition comme suit : (x; y) + (x ; y ) = (x + x ; y + y ) (1) Il est immédiat de vérifier que cette addition est commutative et associative, et que (0; 0) est neutre. On définit également la multiplication d un couple de réels (x; y) par un nombre réel λ par : λ.(x; y) = (λx; λy) On note cette multiplication à l aide d un point. Enfin on définit une multiplication entre deux couples de réels par : (a; b)(a ; b ) = (aa bb ; ab + a b) On pose 1 = (1; 0) et i = (0; 1). On appelle nombre complexe z de partie réelle x et de partie imaginaire y le couple : z = (x; y) = x.1 + y.i On note x = Re(z) et y = Im(z). On note C l ensemble des nombres complexes muni de ces lois. En toute rigueur, R n est pas un sousensemble de C. En effet un nombre complexe est un couple de réels, et ne peut donc jamais être égal à un réel. Par exemple le nombre complexe que l on a désigné par 1 n est pas le réel 1. Cependant, les complexes de la forme x.1, ou encore (x; 0) si on les écrit sous forme de couples, ont exactement les mêmes propriétés que les nombres réels : ils s additionnent et se multiplient de la même façon. On se permet donc un abus de langage et d écriture en identifiant le réel x et le complexe x.1. En particulier on ne distinguera plus 1 et 1 et on notera un complexe sous la forme z = a + bi = a + ib. De cette façon, on peut dire que R C. On peut vérifier que : 1. la multiplication des complexes est commutative zz = z z, 2. elle est associative : (zz )z = z(z z ), 3. elle prolonge la multiplication des réels, 4. 1z = z pour tout z C, 5. on a distributivité de la multiplication sur l addition : (z + z )z = zz + z z, 6. i 2 = 1. Exercice 1.1 KK Montrer que si on désire définir une multiplication sur les couples de réels de sorte que : 1. on ait commutativité, 2. on ait associativité, 3. on ait distributivité de la multiplication sur l addition des couples, 4. pour tous x, x, y réels on ait (x; 0)(x ; y ) = (xx ; xy ), 5. on ait (0; 1) 2 = ( 1; 0). alors on doit nécessairement poser (1). 1

2 2 Module et Arguments 2.1 Module Pour tout z C on note z et on appelle module de z le nombre réel z = Re(z) 2 + Im(z) 2. On rappelle les propriétés suivantes : Propriété 2.1 Pour tous complexes z, z on a : 1. z z = z 2 2. zz = z z 3. z = 0 z = 0 4. z + z z + z 5. z z z z De 2.1, 1 on déduit que tout complexe z 0 admet un inverse égal à : Exercice 2.1 Démontrer la propriété 2.1, 5. 1 z = z z 2 Exercice 2.2 K Dans quel cas a-t-on égalité dans la propriété 2.1, 4? 2.2 Exponentielle complexe Dans toute la suite on fixe (O, u, v ) un repère OND du plan. À tout point M du plan de coordonnées (x; y) on associe son affixe z = x + iy. Réciproquement on dit que M est le point image du complexe z. Dans la suite on utilise les notations (pour tout, quel que soit), (il existe) et! (il existe un unique). Définition 2.1 θ R on note e iθ = cos(θ) + i sin(θ). Remarque : En utilisant à la fois la définition de l exponentielle d un nombre réel x et la définition précédente de l exponentielle d un nombre imaginaire pur iy, on peut définir l exponentielle de tout complexe z = x + iy en posant : e z = e x e iy Nous laissons le lecteur vérifier que e z+z = e z e z pour tous nombres complexes z et z. Nous n utiliserons pas cette année l exponentielle d un nombre complexe quelconque, mais son rôle est fondamental en mathématiques. Les formules suivantes sont des rappels de Terminale. Théorème 2.1 On a, pour tous θ, θ R et n Z : e iθ = 1 e iθ = e iθ e i(θ+θ ) = e iθ e iθ e i(θ θ ) = eiθ e iθ (e iθ ) n = e inθ e iθ = e iθ ssi θ θ (2) Remarque : Puisque e iθ = 1, 1/e iθ = e iθ = e iθ. Rappel : la formule θ θ se lit «θ est congru à θ modulo 2π» et signifie qu il existe k Z tel que θ = θ + 2kπ. 2

3 Corollaire 2.2 (Formules de Moivre) θ R, p Z, on a : (cos(θ) + i sin(θ)) p = cos(pθ) + i sin(pθ) (cos(θ) i sin(θ)) p = cos(pθ) i sin(pθ) (3) Exercice 2.3 K Exprimer cos(3θ) et sin(3θ) en fonction de cos(θ) et sin(θ). On aime souvent aller dans l autre sens, c est-à-dire linéariser des expressions polynomiales en cos et sin. Pour cela on peut utiliser les formules d Euler : cos(θ) = eiθ + e iθ, sin(θ) = eiθ e iθ 2 2i Exercice 2.4 K Linéariser cos 3 (θ). (4) 2.3 Représentation polaire Théorème 2.3 z C!ρ R + θ R, z = ρe iθ On dit que θ est un argument de z. Le réel θ est un autre argument de z ssi θ θ.! Quand on note arg(z) on veut dire «un argument quelconque de z». Quand on écrit une formule concernant des arguments, il faut donc toujours des «modulo».! Attention, 0 n a pas d argument. Proposition 2.1 (interprétation géométrique) Soit z C et M le point image de z. Alors arg(z) est une mesure de l angle orienté de vecteurs ( u, OM). Théorème 2.4 On a, pour tous z, z complexes non-nuls, et tout n Z : arg(zz ) arg(z) + arg(z ) arg(z n ) n arg(z) arg(1/z) arg(z) arg( z) arg(z) (5) Ces formules montrent que l on peut interpréter la multiplication par e iθ de façon géométrique. Soit le complexe z de point image M. Alors le point image M de z = e iθ z est l image de M par la rotation de centre O et d angle θ. Il résulte également de ce qui précède la formule suivante : Théorème 2.5 Soient A, B, C trois points distincts d affixes respectives a, b, c. Alors : ( AB, AC) arg( c a b a ) Exercice 2.5 K Soit M d affixe z. Quelle figure forment les points d affixes respectives z, e 2iπ 3 z et e 4iπ 3 z? Exercice 2.6 K Montrer que ABC (direct) est équilatéral ssi c a b a = e iπ 3. Comme on l a vu dans les exercices, on peut utiliser les nombres complexes pour vérifier certaines propriétés géométriques des figures planes. En particulier le théorème suivant est une simple application du théorème 2.5. Théorème 2.6 Soient A, B, C trois points distincts d affixes respectives a, b, c. Alors A, B, C sont alignés ssi c a b a R. 3

4 Plus remarquable est le théorème suivant : Théorème 2.7 Soient A, B, C, D quatre points distincts d affixes respectives a, b, c, d. Alors ces quatres points sont cocycliques ou alignés ssi c a b a : c d b d R Exercice 2.7 KK Démontrer ce théorème. Indication : utiliser le théorème de l arc capable. (Voir la solution en appendice.) 3 Nombres complexes et transformations du plan Principe : soient A d affixe a et B d affixe b. Alors au vecteur AB correspond le complexe b a. On en déduit les expressions complexes des transformations usuelles du plan : transformation notation de l application définition vectorielle définition complexe translation de vecteur u t u (M) = M MM = u z = z + u rotation de centre Ω et d angle θ r Ω,θ (M) = M ΩM = ΩM ( ΩM, ΩM z ω = e iθ (z ω) )=θ homothétie de centre Ω et de rapport λ R h Ω,λ (M) = M ΩM = λ ΩM z ω = λ(z ω) En considérant les deux dernières lignes, on voit que la multiplication par un complexe non-nul écrit sous forme polaire z = λe iθ revient à composer une rotation avec une homothétie de même centre. Une telle transformation s appelle une similitude directe. Ainsi la multiplication par un nombre complexe nonnul s interprète géométriquement comme une similitude directe. Quitte à ajouter π à θ, on peut supposer λ > 0, on l appelle alors «rapport de la similitude» et il est unique, tandis que θ appelé «angle de la similitude» est unique modulo 2π. Remarque : Certains auteurs englobent les translations dans la famille des similitudes directes. Les résultats des trois exercices suivants sont à connaître et à savoir retrouver. Exercice 3.1 K Soient a, b C tels que a 0 et soit f : C C telle que f(z) = az + b. Identifier géométriquement f lorsque a = 1, puis lorsque a 1 (dans ce dernier cas on cherchera les points fixes). On distinguera les cas a R et a = 1. Solution: Si a = 1, il est clair que f est l expression complexe d une translation. Si a 1 alors f(ω) = ω admet pour unique solution ω =. On a donc : b 1 a f(z) f(ω) = f(z) ω = a(z ω) On reconnaît une similitude directe de centre Ω d affixe ω, de rapport a et d angle arg(a). En particulier, si a = 1 il s agit d une rotation, et si a R il s agit d une homothétie. D après l exercice précédent, les applications affines (non-constantes) de C dans lui-même s interprètent géométriquement comme des similitudes directes/translation. Comme réciproquement il est clair par définition que toute similitude directe/translation a une expression complexe de la forme z az + b avec a, b C et a 0, on peut conclure que cette écriture complexe caractérise ce type de transformation du plan. Exercice 3.2 K Montrer qu une similitude/translation F admet toujours une application réciproque G telle que F G = G F = id et que G est aussi une similitude/translation. Solution: Il est clair que la réciproque d une translation de vecteur v est une translation de vecteur v. Dans les autres cas, une similitude directe s = r h est la composé d une rotation r et d une homothétie h de même centre. Or s admet pour réciproque h 1 r 1, qui est également la composée d une homothétie et d une rotation de même centre, mais de rapport inverse, et d angle opposé. D où le résultat. 4

5 Exercice 3.3 K Soient A, B, A, B quatre points tels que A B et A B. Montrez qu il existe une soit unique similitude directe, soit une unique translation, transformant A en A et B en B. Solution: En notant a, b, a, b les affixes respectives de A, B, A, B, il suffit de trouver f : C C de la forme f(z) = αz + β tel que f(a) = a et f(b) = b. Ceci conduit au système suivant : { αa + β = a αb + β = b Ce système a une solution unique car a b. On trouve α = a b a b 0 car a b. On conclut par l exercice précédent. Théorème 3.1 Une transformation du plan est une similitude directe ou une translation ssi elle conserve les angles orientés. Démonstration: Il est clair qu une similitude directe conserve les angles orientés puisque c est le cas pour une homothétie ainsi que pour une rotation. De même, une translation conserve les angles orientés. Il faut montrer la réciproque. Soit F une transformation vérifiant la propriété. Soient O, I et M trois points non-alignés. L image du triangle OIM par F est un triangle O I M qui lui est directement semblable. En particulier on a O I. D après l exercice précédent, il existe une translation/similitude G qui envoie O sur O et I sur I. Notons M l image de M par G. Considérons la transformation H = G F. On a H(O) = O, H(I) = I et H(M) = M. De plus, H conserve les angles orientés car F et G le font. Donc OIM est directement semblable à OIM, et de plus il a un côté commun. Ces deux triangles sont donc égaux, et M = M. Le point M étant quelconque, on voit que H est la transformation identique. Il en résulte que F est la réciproque de G, c est donc une similitude/translation. Exercice 3.4 K Soit h une homothétie de rapport 1 et r une rotation d angle θ 0. Montrer que h r et r h sont deux similitudes de même angle et de même rapport, mais de centres différents. Si on compose une symétrie axiale 1 avec une similitude directe ou une translation, on obtient une transformation du plan qui renverse les angles orientés. Une telle transformation s appelle une similitude indirecte, on peut citer en exemple les symétries axiales et les glissements 2 ). Réciproquement, en composant une transformation du plan s qui renverse les angles orientés avec une symétrie axiale σ (n importe laquelle), on obtient une transformation f qui conserve les angles orientés. Donc f est une similitude directe ou une translation d après le théorème précédent. Or de σ s = f on tire s = σ f puisque σ σ = Id. On peut donc conclure que les transformations du plan qui renversent les angles orientés sont les similitudes indirectes et sont de la forme σ f, où σ est une réflexion et f une similitude directe/translation. Exercice 3.5 K Montrer que l expression complexe d une symétrie axiale ou d un glissement est de la forme : f(z) = e iθ z + b. (Indication : composer avec des rotations et des translations bien choisies pour se ramener au cas où l axe de la symétrie est l axe réel.) Montrer qu il s agit d une symétrie axiale ssi f(b) = 0. Exercice 3.6 K Montrer que l expression complexe d une similitude indirecte est f(z) = a z+b. Identifier les cas particuliers. Proposition 3.1 Les transformations du plan qui conservent les distances (isométries) sont : les rotations, les translations, les symétries axiales (réflexions) et les glissements. Démonstration: La preuve nécessite un lemme dont la démonstration, très simple, est laissée en exercice. Lemme 3.2 Une isométrie qui fixe trois points non-alignés est nécessairement égale à l identité. Soit f une isométrie et soient A, B, C trois points non-alignés et A, B, C leurs images par f. On voit immédiatement qu en composant la translation t de vecteur A A avec une rotation r de centre A 1 Toutes les symétries axiales que nous utilisons sont des symétries orthogonales, c est-à-dire des réflexions. 2 Symétrie axiale composée avec une translation dans la même direction que l axe, également appelée symétrie glissée. 5

6 et d angle ( AB, AB), on amene A sur A et B sur B. Il est alors clair que soit r t(c ) = C, soit r t(c ) est le symétrique de C par rapport à (AB). Dans le premier cas on pose g = r t et dans le second on pose g = s r t, où s est la symétrie orthogonale d axe (AB). Dans les deux cas on a : g(a ) = A, g(b ) = B et g(c ) = C. Donc l application g f, qui est une isométrie en tant que composée d isométries, fixe les points A, B et C. Par lemme, g f = Id, d où f = g 1 = t 1 r 1 ou t 1 r 1 s, suivant les cas. L application f est dans la composée d une translation, d une rotation, et éventuellement d une symétrie axiale. En étudiant les différents cas, on voit facilement qu une telle composée est nécessairement soit une rotation, soit une translation, soit une réflexion, soit un glissement. Nous laissons le lecteur effectuer cette vérification (voir exercice suivant). Exercice 3.7 KK Étudier (géométriquement) la composée de deux réflexions. En utilisant ce résultat, déterminer la nature de la composée d une réflexion et d une rotation, puis d une réflexion et d une translation. En déduire que toute isométrie du plan est la composée d au plus trois réflexions. Solution: (esquisse) Soient s et s les réflexions, et δ et δ leurs axes respectifs. Si δ δ, on trouve une translation dans une direction orthogonale aux axes, et d une longueur égale à deux fois la distance entre eux. Le sens dépend de l ordre dans lequel on compose les réflexions : la translation s s se fait dans le sens allant de δ vers δ. Si δ et δ se coupent en O, et forment un angle θ [0; π], mesuré de δ vers δ dans le sens direct, alors s s est la rotation de centre O et d angle 2θ dans le sens direct. Pour déterminer la composé s r d une réflexion s et d une rotation r, on décompose r en produit de deux réflexion s 1 s 2, de sorte que l axe de s 1 et de s soient confondus : d où s = s 1. On a donc s r = s s s 2 = s 2. Pour t s, où t est une translation, on commence par décomposer t en t 2 t 1, où t 1 est une translation dans une direction orthogonale à l axe de s, et t 2 dans une direction parallèle à l axe de s. On peut alors décomposer t 1 sous la forme t 1 = s s où s est une réflexion par rapport à un axe parallèle à celui de s. Ainsi t s = t 2 s s s = t 2 s : c est un glissement. En utilisant ce qui précède et la proposition 3.1 on déduit immédiatement que toute isométrie du plan se décompose en produit d au plus trois réflexions. Remarque : Le théorème précédent permet de justifier pleinement la terminologie utilisée depuis la Seconde. En effet, deux triangles tels que ABC et A B C sont isométriques, par définition de ce terme, c est-à-dire que leurs côtés sont deux à deux de même longueur. Mais d après la démonstration précédente, ceci est vrai si, et seulement si, il existe une isométrie permettant de passer de l un à l autre, avec deux cas suivant que cette isométrie est directe (on dit alors que c est un déplacement) ou indirecte. Isométries du plan f(z) = e iθ z + b (directe) f(z) = e iθ z + b (indirecte) θ = 0 θ 0 θ qqc θ qqc b = 0 b 0 b qqc f(b) = 0 f(b) 0 Identité translation rotation d angle θ réflexion glissement plan fixe pas de point fixe 1 point fixe droite fixe pas de point fixe Les isométries du plan et leur expression complexe. 4 Équations polynomiales dans C. On connaît une méthode pour résoudre les équations du second degré à coefficients dans R. On peut reprendre la démonstration qui reste valide dans C, à condition de remplacer la racine du discriminant par une solution quelconque de l équation ω 2 =. Ainsi, les solutions de l équation : az 2 + bz + c = 0, a, b, c C, a 0 (6) 6

7 sont : z 1 = b + ω 2a, z 2 = b ω, où ω 2 = = b 2 4ac (7) 2a Ce qu on peut vérifier directement en injectant ces solutions dans (6). Pour trouver ω, on pose ω = X +iy et on obtient deux équations en élevant au carré et en séparant partie réelle et partie imaginaire. On peut ajouter à ces équations X 2 + Y 2 = ω 2 =. D où : X 2 Y 2 = Re( ) 2XY = Im( ) X 2 + Y 2 = On obtient facilement X 2 et Y 2, d où X et Y au signe près. On utilise la deuxième équation pour trouver le signe du produit, d où deux solutions opposées pour ω. Il n existe pas de méthode algébrique pour résoudre les équations générales de degré 5 (résultat de Galois). Néanmoins certaines équations particulières peuvent se résoudre à l aide des fonctions trigonométriques via la représentation polaire. Ainsi, l équation : ω n = 1 (8) pour n N admet n racines distinctes nommées «racines n-ièmes de l unité». Il suffit de remarquer que ω = 1 donc ω = e iθ. L équation (8) est donc équivalente à : d où les solutions : {1; e 2iπ n e inθ = 1 e inθ = e 0 nθ 0 ;... ; e 2ikπ n ;... ; e 2i(n 1)π n }. θ 0 [ 2π n ] (9) Exercice 4.1 K Résoudre les équations z 3 = 1, z 5 = 1, z 6 = 1, z 3 = 2, z 3 = 2i dans C Exercice 4.2 K Soit w = 1 + i. Trouver les racines carrées puis cubiques de w, et placer les points correspondants dans le plan complexe. On admet le théorème suivant, dont la démonstration dépasse le niveau de ce cours. Théorème 4.1 (Théorème de d Alembert-Gauss) Toute équation polynomiale de degré n 1 à coefficients dans C, i.e. a n z n + a n 1 z n a 0 = 0 avec a 0,..., a n C et a n 0, admet au moins une solution dans C. On en déduit très simplement que tout polynôme de degré n à coefficient dans C se décompose de la façon suivante : a n z n a 0 = a n n i=1 k (z z i ) = a n (z z i) mi (10) Les z i sont les racines de P. Dans la seconde égalité on a regroupé les racines égales, et l entier m i est appelé multiplicité de la racine z i. On a m i N tels que m m k = n. En développant l équation (10) on obtient des relations entre les coefficients a 0, a 1,..., a n du polynôme et ses racines. Ces relations sont très importantes et à savoir retrouver rapidemment. On les appelle les formules de Viète. Pour un polynôme de degré 2 on a en particulier : i=1 z 1 + z 2 = a 1 a 2 ; z 1 z 2 = a 0 a 2 7

8 En degré 3 : z 1 + z 2 + z 3 = a 2 a 3 ; z 1 z 2 + z 2 z 3 + z 3 z 1 = a 1 a 3 ; z 1 z 2 z 3 = a 0 a 3 Exercice 4.3 Retrouver ces formules et trouver la formule en degré 4. Le principe se comprend aisément même si la formule générale est lourde à écrire. On remarque que les fonctions des racines z 1, z 2,... qui apparaissent sont symétriques : elles sont invariantes lorsque l on permute les racines. On appelle ces fonctions les polynômes symétriques élémentaires. Exercice 4.4 K Démontrer à l aide de (10) que les fonctions des racines apparaissant dans les formules précédentes sont bien symétriques. Exercice 4.5 Soient deux nombres dont la somme fait 4 et le produit fait 2. Déterminer ces deux nombres. Il est bon de savoir que tout polynôme symétrique en les variables z 1,..., z n peut s écrire commme un polynôme des polynômes symétriques élémentaires 3. Par exemple, on peut vérifier que z 1 z 2 z z 1 z 3 2z 3 + z 3 1z 2 z 3 = e 3 (e 2 1 2e 2 ) où e 3 = z 1 z 2 z 3, e 2 = z 1 z 2 + z 2 z 3 + z 1 z 3 et e 1 = z 1 + z 2 + z 3. Exercice 4.6 K Combien vaut la somme des cubes des racines du polynôme P (z) = z 3 + 2z 2 3z + 5? A Points cocycliques et birapport On commence par rappeler le théorème suivant : Théorème A.1 Soient A, B, C trois points distincts du plan et O le centre du cercle circonscrit au triangle ABC. Alors on a : ( CA, 1 CB) 2 ( OA, OB) [π] C O A B Démonstration: On a : car OCA isocèle en O et : 2( CA, CO) + ( OC, OA) π 2( CO, CB) + ( OB, OC) π car OCB isocèle en O. En faisant la somme et en appliquant la «relation de Chasles pour les angles» on obtient : 2(( CA, CO) + ( CO, CB)) + ( OB, OC) + ( OC, OA) 0 3 La démonstration est une récurrence assez délicate. ( CA, 1 CB) 2 ( OA, OB) [π] 8

9 On en déduit le théorème dit de l arc capable : Théorème A.2 Soit θ R et A, B deux points distincts. Alors le lieu des points M du plan tels que ( MA, MB) θ [π] est : 1. la droite (AB) si θ 0 [π], 2. un cercle passant par A et B sinon. Démonstration: Le cas θ 0 [π] est trivial. Supposons donc θ 0 [π]. Soit un point O sur la médiatrice de [AB] et tel que l on ait ( OA, OB) 2θ : il est facile de voir que O existe et est unique. Alors d après le théorème précédent tout point M du cercle de centre O et de rayon OA vérifie l égalité. Réciproquement, si on a ( MA, MB) θ [π] alors d après le théorème précédent on a ( O A, O B) 2θ où O est le centre du cercle circonscrit au triangle AMB. Donc O = O par unicité du point O vérifiant cette condition angulaire sur la médiatrice de [AB]. Donc finalement M appartient au cercle précédemment défini. Corollaire A.3 Soient A, B, C, D quatre points distincts du plan, alors ces points sont cocycliques ou alignés ssi : ( CA, CB) ( DA, DB) [π] Démonstration: Premier cas : ( CA, CB) 0 [π]. Alors A, B, C sont alignés, et on applique au point D le premier cas du théorème précédent. Second cas : ( CA, CB) 0 [π]. Alors d après le second cas du théorème précédent, D appartient au cercle circonscrit à ABC ssi ( DA, DB) θ [π] ( CA, CB) [π] Il ne reste plus qu à traduire en terme d affixes : ( CA, CB) ( DA, DB) arg( b c a c ) arg( b d a d ) 0 arg( b c a c : b d a d ) 0 b c a c : b d a d R Remarque : On ne trouve pas les lettres dans le même ordre, mais il est évident que ABCD sont cocycliques ou alignés ssi BCAD le sont. En procédant à cette permutation de lettres on arrive au résultat exact du cours. Remarque : Il faut prendre garde à énoncer les points en suivant une orientation fixée, par exemple le sens trigonométrique pour éviter les ennuis avec les angles orientés... [π] [π] [π] 9

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 :

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 : Exercice 1 : NOMBRES COMPLEXES On donne θ 0 un réel tel que : cos(θ 0 ) 5 et sin(θ 0 ) 1 5. Calculer le module et l'argument de chacun des nombres complexes suivants (en fonction de θ 0 ) : a i( )( )(1

Plus en détail

Baccalauréat S Nombres complexes Index des exercices sur les complexes de septembre 1999 à juin 2012 Tapuscrit : DENIS VERGÈS

Baccalauréat S Nombres complexes Index des exercices sur les complexes de septembre 1999 à juin 2012 Tapuscrit : DENIS VERGÈS Baccalauréat S Nombres complexes Index des exercices sur les complexes de septembre 1999 à juin 2012 Tapuscrit : DENIS VERGÈS N o Lieu et date Q.C.M. Algébrique Géométrie 1 Asie juin 2012 2 Métropole juin

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

Nombres complexes. cours, exercices corrigés, programmation

Nombres complexes. cours, exercices corrigés, programmation 1 Nombres complexes cours, exercices corrigés, programmation Nous allons partir des nombres réels pour définir les nombres complexes. Au cours de cette construction, les nombres complexes vont être munis

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 1 avril 7 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 4 points 1 a Les vecteurs AB et AC ont pour coordonnées AB ; ; ) et AC 1 ; 4 ; 1) Ils ne sont manifestement pas colinéaires

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S )

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 4 Janvier 007 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble ( Année 006-007 ) 1 Table des matières 1 Grille d autoévaluation

Plus en détail

Cours arithmétique et groupes. Licence première année, premier semestre

Cours arithmétique et groupes. Licence première année, premier semestre Cours arithmétique et groupes. Licence première année, premier semestre Raphaël Danchin, Rejeb Hadiji, Stéphane Jaffard, Eva Löcherbach, Jacques Printems, Stéphane Seuret Année 2006-2007 2 Table des matières

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Asie 21 juin 2010

Corrigé du baccalauréat S Asie 21 juin 2010 Corrigé du baccalauréat S Asie juin 00 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. Question : Le triangle GBI est : Réponse a : isocèle. Réponse b : équilatéral. Réponse c : rectangle. On a GB = + =

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

4. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

4. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE 4. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE 1 Introduction. 1. 1 Justication historique. La résolution de l'équation du degré (par la méthode de Cardan) amena les mathématiciens italiens du seizième 3ème siècle

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S )

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 01 Septembre 010 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 006-007) Lycée Stendhal, Grenoble

Plus en détail

Chapitre 2. Matrices

Chapitre 2. Matrices Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Chapitre 2 Matrices Emmanuel Royer emmanuelroyer@mathuniv-bpclermontfr Ce texte mis gratuitement à votre disposition a été rédigé grâce

Plus en détail

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007 Correction du baccalauréat S Liban juin 07 Exercice. a. Signe de lnx lnx) : on fait un tableau de signes : x 0 e + ln x 0 + + lnx + + 0 lnx lnx) 0 + 0 b. On afx) gx) lnx lnx) lnx lnx). On déduit du tableau

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites. Les pages qui suivent comportent, à titre d exemples, les questions d algèbre depuis juillet 003 jusqu à juillet 015, avec leurs solutions. Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Plus en détail

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Chapitre 11. 2ème partie Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES 2ème partie Produit scalaire Produit scalaire

Plus en détail

Introduction. Mathématiques Quantiques Discrètes

Introduction. Mathématiques Quantiques Discrètes Mathématiques Quantiques Discrètes Didier Robert Facultés des Sciences et Techniques Laboratoire de Mathématiques Jean Leray, Université de Nantes email: v-nantes.fr Commençons par expliquer le titre.

Plus en détail

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE Le cours de la première année concerne les sujets de 9ème et 10ème années scolaires. Il y a bien sûr des différences puisque nous commençons par exemple par

Plus en détail

Cours de mathématiques Première année. Exo7

Cours de mathématiques Première année. Exo7 Cours de mathématiques Première année Eo7 2 Eo7 Sommaire Logique et raisonnements 9 Logique 9 2 Raisonnements 4 2 Ensembles et applications 9 Ensembles 20 2 Applications 23 3 Injection, surjection, bijection

Plus en détail

1S Modèles de rédaction Enoncés

1S Modèles de rédaction Enoncés Par l équipe des professeurs de 1S du lycée Parc de Vilgénis 1S Modèles de rédaction Enoncés Produit scalaire & Corrigés Exercice 1 : définition du produit scalaire Soit ABC un triangle tel que AB, AC

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Mathématiques Algèbre et géométrie

Mathématiques Algèbre et géométrie Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND Mathématiques Algèbre et géométrie en 30 fiches Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND Mathématiques Algèbre et géométrie en 30 fiches

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Deux disques dans un carré

Deux disques dans un carré Deux disques dans un carré Table des matières 1 Fiche résumé 2 2 Fiche élève Seconde - version 1 3 2.1 Le problème............................................... 3 2.2 Construction de la figure avec geogebra...............................

Plus en détail

Mesure d angles et trigonométrie

Mesure d angles et trigonométrie Thierry Ciblac Mesure d angles et trigonométrie Mesure de l angle de deux axes (ou de deux demi-droites) de même origine. - Mesures en degrés : Divisons un cercle en 360 parties égales définissant ainsi

Plus en détail

Si deux droites sont parallèles à une même troisième. alors les deux droites sont parallèles entre elles. alors

Si deux droites sont parallèles à une même troisième. alors les deux droites sont parallèles entre elles. alors N I) Pour démontrer que deux droites (ou segments) sont parallèles (d) // (d ) (d) // (d ) deux droites sont parallèles à une même troisième les deux droites sont parallèles entre elles (d) // (d) deux

Plus en détail

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé.

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. I- ACTIVITES NUMERIQUES (12 points) Exercice 1 (3 points) On considère

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Maths MP Exercices Fonctions de plusieurs variables Les indications ne sont ici que pour être consultées après le T (pour les exercices non traités). Avant et pendant le T, tenez bon et n allez pas les

Plus en détail

5 ème Chapitre 4 Triangles

5 ème Chapitre 4 Triangles 5 ème Chapitre 4 Triangles 1) Médiatrices Définition : la médiatrice d'un segment est l'ensemble des points équidistants des extrémités du segment (cours de 6 ème ). Si M appartient à la médiatrice du

Plus en détail

Programme de la classe de première année MPSI

Programme de la classe de première année MPSI Objectifs Programme de la classe de première année MPSI I - Introduction à l analyse L objectif de cette partie est d amener les étudiants vers des problèmes effectifs d analyse élémentaire, d introduire

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Quelques contrôle de Première S

Quelques contrôle de Première S Quelques contrôle de Première S Gilles Auriol auriolg@free.fr http ://auriolg.free.fr Voici l énoncé de 7 devoirs de Première S, intégralement corrigés. Malgré tout les devoirs et 5 nécessitent l usage

Plus en détail

La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques

La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques La géométrie du triangle III IV - V Cercles remarquables - Lieux géométriques - Relations métriques III. Cercles 1. Cercle d'euler 2. Droite d'euler 3. Théorème de Feuerbach 4. Milieux des segments joignant

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

CONJUGUÉ D'UN POINT PAR RAPPORT À UN TRIANGLE

CONJUGUÉ D'UN POINT PAR RAPPORT À UN TRIANGLE CONJUGUÉ D'UN POINT PAR RAPPORT À UN TRIANGLE Jean Luc Bovet, Auvernier L'article de Monsieur Jean Piquerez (Bulletin de la SSPMP No 86), consacré aux symédianes me paraît appeler une généralisation. En

Plus en détail

Correction : E = Soit E = -1,6. F = 12 Soit F = -6 3 + 45. y = 11. et G = -2z + 4y G = 2 6 = 3 G = G = -2 5 + 4 11

Correction : E = Soit E = -1,6. F = 12 Soit F = -6 3 + 45. y = 11. et G = -2z + 4y G = 2 6 = 3 G = G = -2 5 + 4 11 Correction : EXERCICE : Calculer en indiquant les étapes: (-6 +9) ( ) ( ) B = -4 (-) (-8) B = - 8 (+ 6) B = - 8 6 B = - 44 EXERCICE : La visite médicale Calcul de la part des élèves rencontrés lundi et

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

Exprimer ce coefficient de proportionnalité sous forme de pourcentage : 3,5 %

Exprimer ce coefficient de proportionnalité sous forme de pourcentage : 3,5 % 23 CALCUL DE L INTÉRÊT Tau d intérêt Paul et Rémi ont reçu pour Noël, respectivement, 20 et 80. Ils placent cet argent dans une banque, au même tau. Au bout d une année, ce placement leur rapportera une

Plus en détail

Simulation de variables aléatoires

Simulation de variables aléatoires Chapter 1 Simulation de variables aléatoires Références: [F] Fishman, A first course in Monte Carlo, chap 3. [B] Bouleau, Probabilités de l ingénieur, chap 4. [R] Rubinstein, Simulation and Monte Carlo

Plus en détail

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions Formes quadratiques Imen BHOURI 1 Ce cours s adresse aux étudiants de niveau deuxième année de Licence et à ceux qui préparent le capes. Il combine d une façon indissociable l étude des concepts bilinéaires

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET TOUT E QU IL FUT SVOIR POUR LE REVET NUMERIQUE / FONTIONS eci n est qu un rappel de tout ce qu il faut savoir en maths pour le brevet. I- Opérations sur les nombres et les fractions : Les priorités par

Plus en détail

PROBLEME(12) Première partie : Peinture des murs et du plafond.

PROBLEME(12) Première partie : Peinture des murs et du plafond. PROBLEME(12) Une entreprise doit rénover un local. Ce local a la forme d'un parallélépipède rectangle. La longueur est 6,40m, la largeur est 5,20m et la hauteur est 2,80m. Il comporte une porte de 2m de

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Séquence 10. Géométrie dans l espace. Sommaire

Séquence 10. Géométrie dans l espace. Sommaire Séquence 10 Géométrie dans l espace Sommaire 1. Prérequis 2. Calculs vectoriels dans l espace 3. Orthogonalité 4. Produit scalaire dans l espace 5. Droites et plans de l espace 6. Synthèse Dans cette séquence,

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Items étudiés dans le CHAPITRE N5. 7 et 9 p 129 D14 Déterminer par le calcul l'antécédent d'un nombre par une fonction linéaire

Items étudiés dans le CHAPITRE N5. 7 et 9 p 129 D14 Déterminer par le calcul l'antécédent d'un nombre par une fonction linéaire CHAPITRE N5 FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION Code item D0 D2 N30[S] Items étudiés dans le CHAPITRE N5 Déterminer l'image

Plus en détail

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E Exo7 Espaces vectoriels Vidéo partie 1. Espace vectoriel (début Vidéo partie 2. Espace vectoriel (fin Vidéo partie 3. Sous-espace vectoriel (début Vidéo partie 4. Sous-espace vectoriel (milieu Vidéo partie

Plus en détail

Devoir 2 avec une figure en annexe, à renvoyer complétée. Corrigés d exercices sections 3 à 6. Liste des exos recommandés :

Devoir 2 avec une figure en annexe, à renvoyer complétée. Corrigés d exercices sections 3 à 6. Liste des exos recommandés : LM323 Envoi 2 2009-2010 Contenu de cet envoi Devoir 2 avec une figure en annexe, à renvoyer complétée. Corrigé du devoir 1. Un exercice de révision sur le chapître 1. Exercices sur l inversion. Corrigés

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x =

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x = LE NOMBRE D OR Présentation et calcul du nombre d or Euclide avait trouvé un moyen de partager en deu un segment selon en «etrême et moyenne raison» Soit un segment [AB]. Le partage d Euclide consiste

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Logique. Plan du chapitre

Logique. Plan du chapitre Logique Ce chapitre est assez abstrait en première lecture, mais est (avec le chapitre suivant «Ensembles») probablement le plus important de l année car il est à la base de tous les raisonnements usuels

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale.

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale. MODÉLISATION ET SIMULATION EQUATIONS AUX DIFFÉRENCES (I/II) 1. Rappels théoriques : résolution d équations aux différences 1.1. Équations aux différences. Définition. Soit x k = x(k) X l état scalaire

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Titre : Tangram en carré Numéro de la dernière page : 14 Degrés : 1 e 4 e du Collège Durée : 90 minutes Résumé : Le jeu de Tangram (appelé en chinois les sept planches

Plus en détail

Cours d Analyse I et II

Cours d Analyse I et II ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours d Analyse I et II Sections Microtechnique & Science et génie des matériaux Dr. Philippe Chabloz avril 23 Table des matières Sur les nombres. Les nombres

Plus en détail

Axiomatique de N, construction de Z

Axiomatique de N, construction de Z Axiomatique de N, construction de Z Table des matières 1 Axiomatique de N 2 1.1 Axiomatique ordinale.................................. 2 1.2 Propriété fondamentale : Le principe de récurrence.................

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Chapitre 2 : Vecteurs

Chapitre 2 : Vecteurs 1 Chapitre 2 : Vecteurs Nous allons définir ce qu'est un vecteur grâce à une figure (le parallélogramme), mais au préalable nous allons aussi définir une nouvelle transformation (la translation). Nous

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Cours de Probabilités et de Statistique

Cours de Probabilités et de Statistique Cours de Probabilités et de Statistique Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université Paris-Est Cours de Proba-Stat 2 L1.2 Science-Éco Chapitre Notions de théorie des ensembles 1 1.1 Ensembles

Plus en détail

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, revu en 2006 STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE Eléments de calcul vectoriel Opérations avec les forces Equilibre du point

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques DEUG MIAS premier niveau Cours de mathématiques année 2003/2004 Guillaume Legendre (version révisée du 3 avril 2015) Table des matières 1 Éléments de logique 1 1.1 Assertions...............................................

Plus en détail

Mathématiques I Section Architecture, EPFL

Mathématiques I Section Architecture, EPFL Examen, semestre d hiver 2011 2012 Mathématiques I Section Architecture, EPFL Chargé de cours: Gavin Seal Instructions: Mettez votre nom et votre numéro Sciper sur chaque page de l examen. Faites de même

Plus en détail

Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes

Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes J. Erhel Janvier 2014 1 Inverse d une matrice carrée et systèmes linéaires Ce paragraphe a pour objet les matrices carrées et les systèmes linéaires.

Plus en détail

Corps des nombres complexes, J Paul Tsasa

Corps des nombres complexes, J Paul Tsasa Corps des nombres complexes, J Paul Tsasa One Pager Février 2013 Vol. 5 Num. 011 Copyright Laréq 2013 http://www.lareq.com Corps des Nombres Complexes Définitions, Règles de Calcul et Théorèmes «Les idiots

Plus en détail

Vecteurs. I Translation. 1. Définition :

Vecteurs. I Translation. 1. Définition : Vecteurs I Translation Soit A et B deux points du plan. On appelle translation qui transforme A en B la transformation du plan qui a tout point M associe le point M tel que [AM ] et [BM] aient le même

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b I Définition d une fonction affine Faire l activité 1 «une nouvelle fonction» 1. définition générale a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe

Plus en détail