Calcul différentiel sur R n Première partie

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Calcul différentiel sur R n Première partie"

Transcription

1 Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité en un point ) : Soit f une application d un ouvert Ω de R n à valeur dans R m. On considère deux normes sur R n et R m que l on notera de fa on identique.. On dit que f admet au point a Ω une dérivée L 1. Si L est une application linéaire de R n dans R m 2. Et si pour tout élément h R n tel que a + h Ω on ait f(a + h) = f(a) + L.h + ε(h) h où ε(h) est une fonction de R n dans R m qui tend vers 0 l origine de R m quand h tend vers 0 l origine de R n. Notation 1.1 (notation o(h)) : On dit qu une fonction ϕ(h) de R n dans R m est négligeable devant h si On note o(h) une telle fonction. Avec cette notation on a ϕ(h) lim h 0 h = 0 f(a + h) = f(a) + L.h + o(h) (1) Cette relation est la propriété fondamentale d une fonction dérivable en a. Lemme 1.1 (arithmétique des fonctions o(h)) : 1. o(h) + o(h) = o(h) 2. o(h) = o(h) 3. Pour tout réels (λ, µ) on a λo(h) + µo(h) = o(h) 1

2 Cela résulte des propriétés des fonctions qui ont pour limite 0 Remarque 1.1 : La propriété fondamentale (1) peut s écrire de façon équivalente f(x) = f(a) + L.(x a) + o(x a) (2) Remarque 1.2 : Il faut faire attention que o(h) est un vecteur de R m. On a évidemment avec la définition de limite ϕ(h) lim = 0 h 0 h On ne peut pas «diviser» par h qui est un vecteur de R n. Remarque 1.3 : On ne peut définir la notion de dérivée que en un point d un ouvert. Cela signifie que ce point doit être contenu dans un ouvert lui-même contenu dans le domaine de définition de f Remarque 1.4 : L existence de la dérivée ne dépend pas des normes choisies, puisque toutes les normes sont équivalentes sur R n et R m. Remarque 1.5 : Puisque f(a + h) f(a) L.h = o(h) On dit que f(a) + L.h est une bonne approximation de f(a + h). Remarque 1.6 : La définition est équivalente à l existence de L L(R n, R m ) telle que où de façon équivalente f(a + h) f(a) L.h lim = 0 h 0 h f(x) f(a) L.(x a) lim = 0 x a h Notation 1.2 (de la dérivée en un point) : La dérivée sera notée de f en a sera notée Df(a) Attention c est une application linéaire. Proposition 1.1 : Si f est dérivable en a, sa dérivée est unique et f est continue en a 2

3 preuve Supposons que M (R n, R m ) est aussi telle que f(a + h) f(a) M.h = o(h) Attention o(h) de cette formule n est pas forcément la même que la fonction o(h) apparaissant dans la formule avec L. Par commodité notons (h) = f(a+ h) f(a). On a L.h = (h) + o(h) L.h M.h = o(h) o(h) = o(h) Soit x 0 un élément quelconque de R n. Par hypothèse ( ) h (L M) h a pour limite 0 quand h tend vers 0. Posons h = λx avec λ > 0. Alors ( ) ( ) ( ) h λx x (L M) = (L M) = (L M) = 1 (L M)(x) h λx x x C est une constante qui ne dépend que de x et pas de λ. Par conséquent ( ) h lim(l M) = 0 = 1 (L M)(x) λ 0 h x ce qui entraîne (L M)(x) = 0 pour tout x. On a montré L = M On a (fa + h) f(a) L.h + o(h) Comme les applications linéaires de L(R n, R m ) sont toutes continues, cette inéagalité prouve que f(a + h) f(a) tend vers 0 quand h tend vers 0. Ce qui est la définition de continuité. 1.1 Cas ou f est une application de R dans R m La dérivabilité de f en a implique l existence d une application de R dans R m. Mais on sait alors que En effet soit L(R, R m ) R m Φ : L(R, R m ) L L(1) L application Φ est clairement une application linéaire et son inverse est définie par R m 3

4 Φ 1 : R m L(R, R m ) v (t t.v) On identifie traditionnellement L(R, R m ) avec R m. Si on pense en terme de matrices alors L(R, R m ) est isomorphe aux matrices m lignes et 1 colonne, autrement dit aux vecteurs colonnes. L existence de la dérivée est donc équivalente à l existence d un vecteur v tel que f(a + h) f(a) h.v = o(h) Mais ici, dans ce cas particulier h est un réel, on peut diviser par h. La dérivabilité est donc équivalente à l existence d un vecteur v tel que lim h 0 h 0 f(a + h) f(a) h Dans ce cas et dans ce cas seulement il y a ambiguïté sur la définition de la dérivée qui peut désigner un vecteur de R m ou l application linéaire associée. Cependant cette ambiguïté n est guère gênante dans la pratique. Dans le calcul matriciel on représente un vecteur x de R n par une matrice colonne, x 1 x 2. x m c est à dire la matrice de l application linéaire L : t t.x. On a écrit les coordonnées de l image par L de la base canonique de R par L dans la base canonique de R m. On autrement dit on écrit les composantes de L.1 : x dans R m. 1.2 Matrice Jacobienne Définition 1.2 : Si on choisit une base {e i },,n de R n et une base {f j },,m de R m la matrice de Df(a) dans ces bases s appelle la matrice Jacobienne de f en a relativement aux bases {e i } et {f j }. On la note Jacf(a) Définition 1.3 : On dit que f est différentiable dans l ouvert Ω si elle différentiable en tout point de Ω. L application s appelle l application dérivée de f. = v Df : Ω L(R n, R m ) x Df(x) 4

5 2 Règles de dérivation Théorème 2.1 : 1. Si f est une application constante, f est dérivable et Df(x) = 0 pour tout x R n 2. Si f = L est une application linéaire alors DL(x) = L pour tout x R n. 3. La dérivée d une fonction affine f(x) = Lx + v est Df(x) = L 4. La dérivation est opération linéaire { D(f + g)(a) = Df(a) + Dg(a) D(λf)(a) = λdf(a) 5. Si f de R n dans R m est définie ses applications composantes par f = (f 1, f 2,, f m ) pour que f soit différentiable en a, il faut et il suffit que chaque f i soit différentiable en a et l on a Df(a) = (Df 1 (a), Df 2 (a),, Df m (a)) 2.1 Dérivée d une application bilinéaire Lemme 2.1 : Soit B une application bilinéaire de R n R m dans R p. Alors B est continue en tout point (x, y) de R n R m et il existe M > 0 tel que B(x, y) M x y preuve On va le démontrer pour la norme puisque sur les espaces vectoriels de dimension finie toutes les normes sont équivalentes. Soit {e i },,n et {f j },,m les bases canoniques de E = R n et F = R m muni de la norme. En utilisant les propriétés de bilinéarité l on a B(x, y) = i=n j=m j=1 x i y j B(e i, f j ) En notant M = max B(e i, f j ) et en utilisant l inégalité triangulaire on a i,j B(x, y) M x y On peut quitte à augmenter M obtenir M > 0 5

6 Théorème 2.2 : Soit B une application bilinéaire de R n R m dans R p. Alors B est dérivable en tout point de R n R m dans R p et DB(a 1, a 2 ).(h 1, h 2 ) = B(a 1, h 2 ) + B(h 1, a 2 ) preuve On pose a = (a 1, a 2 ) E F et h = (h 1, h 2 ). On va calculer B(a 1 +h 1, a 2 +h 2 ). On a B(a 1 + h 1, a 2 + h 2 ) = B(a 1, a 2 ) + B(a 1, h 2 ) + B(a 2, h 2 ) + B(h 1, h 2 ) Il est facile de voir (exercice ) que l application L a1,a 2 de E F dans G = R p est linéaire. On a donc (h 1, h 2 ) L a1,a 2 (h 1, h 2 ) = B(a 1, h 2 ) + B(a 2, h 2 ) B(a + h) = B(a) + L a (h) + B(h) Il reste à montrer que B(h) = o(h). Cela provient du lemme. On choisit par exemple sur E F la norme (x, y) = x + y. C est une norme sur E F (voir exercices). Alors h 1 B(h 1, h 2 ) h 1 + h 2 M h 1 h 2 h 1 + h 2 M h 2 On a utilisé h 1. Maintenant quand h 0 on a bien h 1 + h Ce qui montre B(h) = o(h). 2.2 Dérivée du carré scalaire 2 2 On a la relation x + h 2 2 = x + h x + h = x x h + h 2 2 On a évidemment h 2 2 = o(h), la dérivée est donc l application linéaire 2 x soit D ( 2 2) (x) : h 2 x h 6

7 3 Théorème de dérivation des fonctions composées Théorème 3.1 : Si f est différentiable en a de E = R n dans F = R m et si g est différentiable en f(a) de F dans G = R p alors g f est différentiable en a de E dans G et l on a D(g f)(a) = Dg(f(a)) Df(a) Ce théorème est connu dans la littérature anglo-saxonne comme le «chain rule theorem». preuve Posons b = f(a). Puisque f et g sont différentiable en a respectivement en b on a les relations et f(x) = f(a) + Df(a).(x a) + o(x a) g(y) = g(b) + Dg(b).(y b) + o(y b) Calculons g f(x) g f(a). On utilise la dernière relation en posant y = f(x) et b = f(a) g (f(x)) g (f(a)) = Dg(f(a)). (f(x) f(a)) + o (f(x) f(a)) On remplace (f(x) f(a)) par sa valeur donnée par la première relation, et on tient compte du fait que Dg(f(a)) est linéaire : g (f(x)) g (f(a)) = Dg(f(a)).Df(a).(x a) + Dg(a). (o(x a)) + o (f(x) f(a)) Comme les applications Df(a) et Dg(f(a)) sont linéaires il existe des constantes M 1 et M 2 telles que On a donc l inégalité Df(x).x M 1 x Dg(f(a)).y M 2 y Dg(a). (o(x a)) M 2 o(x a) Ce qui prouve Dg(a). (o(x a)) = o(x a). D après la première relation on a f(x) f(a) = Df(a).(x a) + o(x a) et donc par majoration f(x) f(a) x a M 1 x a x a + o(x a) x a Ceci prouve que f(x) f(a) x a est bornée quand x a. Mais comme on peut écrire 7

8 o ( f(x) f(a) ) o ( f(x) f(a) ) f(x) f(a) = x a f(x) f(a) x a Comme f est continue, si x a alors f(x) f(a), la dernière inégalité est donc quand x a est majorée par le produit d une quantité bornée par une quantité qui tend vers 0. On a donc montré Par conséquent o ( f(x) f(a) ) = o(x a) Dg(a). (o(x a)) + o (f(x) f(a)) = o(x a) + o(x a) = o(x a) Ce qui termine la démonstration et l on a D(g f)(a) = L h (a) 3.1 Une première application : permutabilité de la dérivation et d une application linéaire Corollaire 3.1 : Si f est une application de E = R n dans F = R m ayant une dérivée en a et si L est une application linéaire de F dans G = R p alors l application composée L f a une dérivée en a, donnée par C est évident. 3.2 Deuxième application D(L f)(a) = L Df(a) Proposition 3.1 : Si f est une bijection d un ouvert Ω de R n sur un ouvert Ω de R m, qui est dérivable en tout point de Ω ainsi que sa fonction réciproque f 1 en tout point de Ω. Alors la dérivée Df(a) est une bijection de R n sur R m. En particulier n = m. De plus la bijection réciproque Df 1 (a) de Df(a) n est autre que la dérivée, au point b = f(a) de f 1. Autrement dit on a (Df(a)) 1 = D(f 1 )(b) 8

9 3.3 Troisième application Exercice 3.1 : Trouver la dérivée de x x 2 Que se passe-t-il en 0? La dérivée en x 0 est l application linéaire x h h x 2 La norme n est pas dérivable en l origine. 3.4 Quatrième application :dérivée directionnelle Définition 3.1 (dérivée directionnelle) : On dit que f admet une dérivée directionnelle en a suivant le vecteur v si et seulement si l application ϕ v (t) = f(a + t.v) de R dans R m est dérivable en t = 0. Comme au paragraphe (1.1) on identifie cette dérivée avec un vecteur de R m. La dérivée est Df(a).v Cela revient à dire que la limite suivante existe lim t 0 t 0 f(a + t.v) f(a) t Proposition 3.2 : Si f est différentiable en a alors pour tout v 0 alors f admet une dérivée directionnelle en a que l on note D v (a) preuve On applique le théorème de composition. R θ v R n f R m t a + t.v f(a + tv) On remarque que θ v est une application affine, sa dérivée est l application linéaire h h.v que l on identifie avec le vecteur v. Le théorème de composition donne pour la dérivée Df(a) v = Df(a).v. 4 Dérivées partielles, Jacobien, gradient 4.1 Dérivées partielles On considère une application f définie sur un ensemble ouvert D de R n à valeurs dans R m On rappelle la notion d application partielle 9

10 Définition 4.1 : Soit f une application définie sur un ensemble D de R n à valeurs dans R m. Soit a D. On appelle i-ème application partielle associée à f relativement au point a l application de R dans R m l application ϕ i : x f(a 1, a 2,, a i 1, x, a i+1,, a n ) L application partielle est définie sur l ensemble des x tels que (a 1, a 2,, a i 1, x, a i+1,, a n ) D. Proposition 4.1 : Si f est différentiable en a, alors pour chaque indice i l application partielle relativement à a est différentiable en a i. On note D i f(a) sa dérivée en a i. C est une application linéaire de R dans R m. On l appelle i-ème dérivée partielle de f par rapport à la i-ème variable x i. On a Df(a).(h 1, h 2,, h n ) = n Df i (a).h i (3) Remarque 4.1 : La i-ème dérivée partielle est la dérivée directionnelle en a suivant le i-ème vecteur e i de la base canonique de R n. Remarque 4.2 : On a D i f(a) L(R n, R m ) Remarque 4.3 : La dérivée partielle par rapport à la i-ème variable Df i (a) se note aussi très souvent La formule (3) devient f x i (a) Df(a).(h 1, h 2,, h n ) = n f x i.h i Ces notations sont très utilisées mais elles conduisent souvent à des confusions inextricables quand par exemple on fait des changement de variables. Quel sens doit-on attribuer à y f(y, x) où à x f(x, x)? Remarque 4.4 : Le calcul pratique de la dérivée partielle est très facile. En fait l application partielle est une application d une variable (par exemple x i ). On a donc à calculer la dérivée d une fonction d une variable. On a vu que l on peut écrire 10

11 f(x D i f(x) = lim 1,,x i 1,x i+h,x i+1,,x n) f(x 1,,x i 1,x i,x i+1,,x n) h 0 h x i 0 Cela signifie que si f(x 1,, x n ) est donnée par une formule qui comporte des variables notées x 1,..., x n, la i-ème dérivée partielle, c est à dire dans ce cas, la dérivée par rapport à x i s obtient en dérivant la formule par rapport à x i, quand tous les x j, pour j i sont considérées comme des constantes. Par exemple si f(x, y) = sin(xy 2 ) alors D 1 f(x, y) = y 2 cos(xy 2 ) et D 2 f(x, y) = 2xy cos(xy 2 ). De même si f(x, y) = x y alors D 1 f(x, y) = yx y 1 et D 2 f(x, y) = x y log x Si l on doit calculer la i-ème dérivée partielle en a, on peut mettre les valeurs des variables x j autres que x i à la valeur a j. Par exemple Calculer D 2 f(1, y) pour la fonction f(x, y) = x xxxy + log(x) arctg(arctg(arctg(sin(cos(xy) log(x + y))))) preuve de la proposition Il n y a rien à démontrer. Puisque D i f(a) = D ei f(a) on applique la proposition sur les dérivées directionnelles. Autrement dit D i f(a) = Df(a).e i. Maintenant si on écrit h = n h i e i on a, en utilisant le fait que Df(a) est une application linéaire On a donc, puisque Df(a) est linéaire Df(a).h = ( n ) Df(a) h i e i = n h i Df(a).e i = = n h i D i f(a) n D i f(a)h i Ce qui donne exactement la formule (3) puisque les h i sont des scalaires. Commentaire 4.1 : Attention! : Si f est différentiable alors les dérivées partielles existent mais la réciproque n est pas forcément vraie. 11

12 Exercice 4.1 : Soit f : R 2 R définie par = xy x 2 +y sin 1 si (x, y) (0, 0) 2 x 2 +y 2 f(x, y) = = 0 si (x, y) = (0, 0) n est pas différentiable en (0, 0) et pourtant D 1 f(0, 0) et D 2 f(0, 0) existent. Exercice 4.2 : Soit f : R 2 R définie par x = 5 (y x) 2 +x si (x, y) (0, 0) 8 f(x, y) = = 0 si (x, y) = (0, 0) En considérant l ensemble des points {(x, y) y x 2 } (parabole) montrer que f n est pas continue en (0, 0). Montrer que D 1 f et D 2 f existent en Gradient On considère des applications f différentiables de plusieurs variables à valeurs réelles. Autrement dit f : R n R Si f est dérivable en a, sa dérivée Df(a) est une application linéaire de R n dans R, autrement dit une forme linéaire. La matrice Jacobienne de f en a est un vecteur ligne et l on a, en identitifiant par abus de langage la dérivée et sa matrice dans la base canonique Df(a) = (D 1 f(a), D 2 f(a),, D n f(a)) C est tout simplement la formule (3), en utilisant le produit matriciel Df(a).(h 1, h 2,, h n ) = n Df i (a).h i = (D 1 f(a),, D n f(a)) h 1. h n = (D 1 f(a),, D n f(a)) (h 1,, h n ) T La dernière équation fait penser à un produit scalaire. C est le produit scalaire, si on identifie Df(a) avec le vecteur ligne Df(a) T h. Cela donne la 12

13 Définition 4.2 : On appelle gradient en a d une fonction différentiable f à valeur réelle, que l on note f(a) le vecteur colonne des dérivées partielles calculées en a : D 1 f(a) D 2 f(a) f = 4.3 Matrice Jacobienne. Df n (a) Df(a)T Proposition 4.2 : Soit f = (f 1, f 2, f m ) une application différentiable de R n dans R m. La matrice Jacobienne de Df(a) dans la base canonique de R n et R m vaut D 1 f 1 (a) D n f 1 (a) J f (a) = (D j f i (a)),,m = j=1,,n On trouve aussi la notation J f (a) = ( ) fi (a) =,,m x j j=1,,n. D 1 f m (a) f 1 x 1 (a). f m x 1 (a). D n f m (a) f 1 x n (a). f m x n (a) C est évident avec les définitions. Les lignes de la matrice sont les dérivées des applications composantes f i. Comme les f i sont à valeur réelles on identifie la dérivée avec un vecteur ligne Df i (a). Ce vecteur ligne est, voir le paragraphe (4.2) Df i (a) = (D 1 f i (a), D 2 f i,, D n f i (a)) La i-ème ligne est le transposé du gradient f i (a). La j-ème colonne est la j-ème dérivée partielle de f, D j f(a). C est bien l identification avec un vecteur des applications linéaires à une seule variable réelle comme dans le paragraphe (1.1). Remarque 4.5 : Le théorème de composition se traduit par une produit de matrices Jacobienne : J g f (a) = J g (f(a) J f (a) 13

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées.

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées. Chapitre 10 Calcul Matriciel 101 Qu est-ce qu une matrice? Définition : Soit K un ensemble de nombres exemples, K = N, Z, Q, R, C, n, p N On appelle matrice à n lignes et p colonnes la données de np nombres

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Fiche Méthode 11 : Noyaux et images.

Fiche Méthode 11 : Noyaux et images. Fiche Méthode 11 : Noyaux et images. On se place dans un espace vectoriel E de dimension finie n, muni d une base B = ( e 1,..., e n ). f désignera un endomorphisme de E 1 et A la matrice de f dans la

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

Extrema locaux (ou relatifs)

Extrema locaux (ou relatifs) Chapitre 3 Extrema locaux (ou relatifs) 3.0.77 DÉFINITION Soit f : U! R une fonction, U ouvert d un espace vectoriel normé E et a 2 U. On dit que f présente un minimum local (respectivement un maximum

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Fausto Errico Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2012 Table des matières

Plus en détail

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3 Chapitre 5 Systèmes linéaires 1 Généralités sur les systèmes linéaires 2 11 Définitions 2 12 Opérations élémentaires 2 13 Systèmes échelonnés et triangulaires 3 2 Résolution des systèmes linéaires 3 21

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2. Première partie

CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2. Première partie CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2 Première partie I. A. 1. La fonction x px kx 2 = x(p kx) présente un maximum pour toute valeur de p au point d abscisse x = p p2 et il vaut 2k 2k. Conclusion : J(f) =

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

Compléments sur les couples aléatoires

Compléments sur les couples aléatoires Licence Math et MASS, MATH54 : probabilités et statistiques Compléments sur les couples aléatoires 1 Couple image ans ce paragraphe, on va s intéresser à la loi d un vecteur aléatoire S, T qui s obtient

Plus en détail

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Il s agit donc de montrer une propriété commençant par un symbole. La démonstration débute donc par : Soit (x 1, x 2 ) E 2. La propriété

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

Cours Diagonalisation

Cours Diagonalisation Cours Diagonalisation par Pierre Veuillez 1 Objectif Pour une matrice A donnée, déterminer une matrice D diagonale et une matrice P inversible telle que A = P D P 1. Interprètation : Quelle relation reconnaît-on?

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

La notion de dualité

La notion de dualité La notion de dualité Dual d un PL sous forme standard Un programme linéaire est caractérisé par le tableau simplexe [ ] A b. c Par définition, le problème dual est obtenu en transposant ce tableau. [ A

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Chapitre IV Applications linéaires Révisions Définition. Soient E, deux espaces vectoriels sur le même corps commutatif est dite linéaire si quels que soient x, y E et λ,. Une application f : E f x y f

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume.

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume. Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Université Paris Diderot Langage Mathématique (LM1) Département Sciences Exactes 2011-2012 Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Durée : 3 heures Exercice 1 Dans les expressions suivantes, les

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y )

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y ) COR TD 2 Année 21 Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R 2 R 2 f 1 x, y = 2x + y, x y f 2 : R R f 2 x, y, z = xy, x, y f : R R f x, y, z = 2x + y + z, y z, x

Plus en détail

CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1

CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1 Université Paris 7 U3MI36 CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1 4.1 Formes normales Définitions : 1) Une formule F est sous forme normale disjonctive si et seulement si il existe

Plus en détail

Cours 3: Inversion des matrices dans la pratique...

Cours 3: Inversion des matrices dans la pratique... Cours 3: Inversion des matrices dans la pratique... Laboratoire de Mathématiques de Toulouse Université Paul Sabatier-IUT GEA Ponsan Module complémentaire de maths, année 2012 1 Rappel de l épisode précédent

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0 cours 13, le lundi 7 mars 2011 IV. spaces L p IV.1. Convexité Quand deux points x 0, x 1 R sont donnés, on peut parcourir le segment [x 0, x 1 ] qui les joint en posant pour tout t [0, 1] x t = (1 t)x

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

1 Fonctions de plusieurs variables

1 Fonctions de plusieurs variables Université de Paris X Nanterre U.F.R. Segmi Année 006-007 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II. Chapitre 1 Fonctions de plusieurs variables Ce chapitre est conscré aux fonctions

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Matrices et déterminants

Matrices et déterminants Matrices et déterminants Matrices Définition.. Une matrice réelle (ou complexe) M = (m i,j ) (m, n) à m lignes et n colonnes est un tableau à m lignes et n colonnes de réels (ou de complexes). Le coefficient

Plus en détail

Dans toute la suite, n et p désignent des entiers naturels non nuls, et U un ouvert de R n.

Dans toute la suite, n et p désignent des entiers naturels non nuls, et U un ouvert de R n. L2 - cursus prépa Fiche de cours : Calcul différentiel (du 03//4 au 7//4) Dans toute la suite, n et p désignent des entiers naturels non nuls, et U un ouvert de R n. Définition Soit f : U R n R p. On dit

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

Base : une axiomatique

Base : une axiomatique Autour des groupes de réflexions Master 2 Mathématiques fondamentales Cours : Michel Broué Université Paris VII Denis Diderot TD : Vincent Beck Année 2005 2006 Base : une axiomatique a) D après (i), on

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercice 1 On considére le sous-espace vectoriel F de R formé des solutions du système suivant : x1 x 2 x 3 + 2x = 0 E 1 x 1 + 2x 2 + x 3

Plus en détail

un repère orthonormé de l espace.

un repère orthonormé de l espace. Terminale S GEOMETRIE Ch 13 DANS L ESPACE. Soit ( O ; i, j, k ) un repère orthonormé de l espace. I) Droites et plans dans l espace : Propriété 1 : Soient A et B deux points de l espace. AB est l ensemble

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Les espaces vectoriels

Les espaces vectoriels Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES 1. Généralités Les espaces vectoriels Dans tout le chapitre, K représente un corps commutatif. 1.1. Notion d espace vectoriel On considère un ensemble E sur lequel

Plus en détail

Optimisation des fonctions de plusieurs variables

Optimisation des fonctions de plusieurs variables Optimisation des fonctions de plusieurs variables Hervé Hocquard Université de Bordeaux, France 8 avril 2013 Extrema locaux et globaux Définition On étudie le comportement d une fonction de plusieurs variables

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Produit scalaire dans l Espace

Produit scalaire dans l Espace Produit scalaire dans l Espace Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 014/015 Table des matières 1 Produit scalaire du plan 1.1 Différentes expressions du produit scalaire............................... 1.

Plus en détail

Espaces vectoriels. par Pierre Veuillez

Espaces vectoriels. par Pierre Veuillez Espaces vectoriels par Pierre Veuillez 1 Objectifs : Disposer d un lieu où les opérations + et se comportent bien. Déterminer des bases (utilisation de la dimension) Représenter les vecteurs grace à leurs

Plus en détail

Optimisation linéaire

Optimisation linéaire Optimisation linéaire Recherche opérationnelle GC-SIE Algorithme du simplexe Phase I 1 Introduction Algorithme du simplexe : Soit x 0 une solution de base admissible Comment déterminer x 0? Comment déterminer

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Calcul Différentiel. Automne f(x) = ax + b.

Calcul Différentiel. Automne f(x) = ax + b. Calcul Différentiel Automne 2016 1 Dérivabilité des fonctions réelles Une application affine de R dans R est une application de la forme f(x) = ax + b. Son graphe est une droite : Idée : On veut approcher

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Autour du cardinal d un ensemble de matrices binaires

Autour du cardinal d un ensemble de matrices binaires Autour du cardinal d un ensemble de matrices binaires Adrien REISNER 1 Abstract. We here study a couple of algebraic and analytic properties of certain binary matrices in the spaces M n(r). In particular,

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi Cours d analyse 1ère année Rhodes Rémi 10 décembre 2008 2 Table des matières 1 Propriétés des nombres réels 5 1.1 Sous-ensembles remarquables de R........................ 5 1.2 Relations d ordre..................................

Plus en détail

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Dans ce module, introduction d une nouvelle notion qu est la continuité d une fonction en un point. En repartant de la définition et de l illustration graphique

Plus en détail

Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation )

Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation ) Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation ) Introduction : On se place dans plan affine euclidien muni

Plus en détail

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Objectif : Nous allons voir comment fabriquer des systèmes de coordonnées pour les vecteurs d un espace vectoriel général. Dans ce chapitre désigne

Plus en détail

Indication Prendre une combinaison linéaire nulle et l évaluer par ϕ n 1.

Indication Prendre une combinaison linéaire nulle et l évaluer par ϕ n 1. 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R 2 (2x + y, x y) R 2, f 2 : (x, y, z) R 3 (xy, x, y) R 3 f 3 : (x, y, z) R 3 (2x +

Plus en détail

TS - Cours sur le logarithme népérien

TS - Cours sur le logarithme népérien Lcée Europole - R. Vidonne 1 TS - Cours sur le logarithme népérien Fonction carrée et racine carrée Considérons les fonctions f : R + R + g : R + R + 2 Dans un repère orthonormal, les courbes C f et C

Plus en détail

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot SOMMES ET PRODUITS 1 Techniques de calcul 1.1 Le symbole Notation 1.1 Soient m et n deux entiers naturels. Alors { a m + a m+1 + + a + a n si m n, a = 0 sinon. On peut aussi noter m n =m a ou encore m,n

Plus en détail

Théorie et codage de l information

Théorie et codage de l information Théorie et codage de l information Les codes de Hamming et les codes cycliques - Chapitre 6 (suite et fin)- Les codes de Hamming Principe La distance minimale d un code linéaire L est le plus petit nombre

Plus en détail

Points fixes de fonctions à domaine fini

Points fixes de fonctions à domaine fini ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE CACHAN ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2013 FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J.

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. FAIVRE s de cours exigibles au bac S en mathématiques Enseignement

Plus en détail

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels.

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay Exo7 Sujets de l année 28-29 1 Partiel Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. On suppose a + c = b + d = 1 et a b 1. ( ) a b c d 1. Soient (x 1,x

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail