La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La mesure de Lebesgue sur la droite réelle"

Transcription

1 Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue Mesure extérieure Définition Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et les singletons sont par convention des intervalles. Un intervalle borné est de la forme [a, b], ]a, b[, [a, b[, ]a, b], avec a, b R, a b. Un intervalle non borné est de la forme [a, + [, ]a, + [, ], a], ], a[ ou ], [, avec a R. Définition (Longeur d un intervalle). Soit I un interval borné. Sa longeur est par definition (I) = b a, où b = sup(i) et a = inf(i). Si I est non borné on pose (I) = +. On a la propriété élémentaire : Si I et J sont deux intervalles tels que I J alors (I) (J). Nous allons souvent utiliser l ensemble [0, + ], sur lequel on a une relation d ordre, une addition et une topologie naturelles, prolongeant les propriétés de R + ; cet espace et compact, et toute série est convergente. Définition (Mesure extérieure). Soit E une partie R. Pour toute famille dénombrable (I n ) n 1 d intervalles recouvrant E, la somme (I n ) appartient à [0, + ]. La mesure extérieure de E est par définition la borne inférieure de ces sommes, notée m (E). La mesure extérieure de E est caractérisée en pratique par les deux conditions : m (E) = α [0, + ] si et seulement si α pour toute famille (I n ) n 1 d intervalles recouvrant E, et pour tout ε > 0, il existe une famille (I n ) n 1 recouvrant E telle que (I n ) α + ε. On remarque que si E est borné, alors E est contenu dans un intervalle borné, donc 0 m (E) < +. Une première propriété remarquable de m est la croissance : Proposition Si A B alors m (A) m (B). Démonstration. Évident. 1 (I n )

2 2 CHAPITRE 1. LA MESURE DE LEBESGUE SUR LA DROITE RÉELLE Définition Une partie E de R est dite négligeable au sens de Lebesgue, ou de mesure nulle, si m (E) = 0, c est-à-dire que pour tout ε > 0, il existe une famille dénombrable d intervalles (I n ) n 1, recouvrant E, tels que (I n ) ε. Tout ensemble dénombrable est de mesure nulle. Proposition La mesure extérieure d un intervalle est égale à sa longeur. Corollaire Un ensemble de mesure nulle est d intérieur vide. Cette propriété n est pas aussi élémentaire qu on peut le penser! Elle repose sur un lemme fondamental de Borel, qui fait marcher toute l artillerie de la théorie de la mesure de Lebesgue : Lemme (lemme de Borel). Soit a, b R avec a b. Soit (I n ) n 1 une famille d intervalles recouvrant [a, b]. Alors b a (I n ). (1.1) Démonstration. L inégalité (1.1) est évidente si l un des I n n est pas borné. Supposons donc que tous sont bornés. Posons b n = sup(i n ) R et a n = inf(i n ) R. On va montrer que b a (I n ) + ε (1.2) pour tout ε > 0. Posons J n =]a n ε/2 n+1, b n + ε/2 n+1 [. Comme I n J n, la famille J n recouvre [a, b]. Les J n sont ouverts, et [a, b] est compact, donc par la propriété de Borel, il existe N 1 tel que Démontrons que [a, b] N J n. b a N (J n ). Le point b est dans l un des intervalles J n, par exemple le dernier, J N. Soit b = inf(j N ). Si b a, alors [a, b] J N cqfd. Supposons donc que a < b b. Donc J N [a, b] =]b, b] et[a, b ] 1 n N 1 J n. Par récurrence : Or ]b, b] J N donc b b (J N ). cqfd. On a donc pour tout ε > 0, cqfd. b a = b a N (J n ) = N 1 (J n ). N b n a n + ε/2 n N (I n ) + ε(1 2 N ) (I n ) + ε.

3 1.1. ENSEMBLE MESURABLE AU SENS DE LEBESGUE 3 Nous pouvons maintenant établir la proposition : Démonstration de la proposition Soit I un interval borné. Posons b = sup(i), a = inf(i). Si a = b, alors I est de longeur nulle, mais I ]a 1/n, a + 1/n[ pour tout n 1, donc on a aussi m (I) = (I) = 0. Supposons donc que a < b. Pour tout ε > 0 assez petit posons I ε = [a + ε, b ε] I. Par le lemme 1.1.8, on a b a 2ε pour tout 0 < ε < (b a)/2, donc b a m (I). L inégalité inverse est évidente, car I est recouvert par l intervalle [a, b]. cqfd. Si I n est pas borné, sa longeur est infinie, et on doit montrer que sa mesure extérieure l est aussi. Soit I n = I [ n, n], pour n grand. C est un intervalle borné, dont la longeur tend vers l infini, et qui est inclus dans I. Donc par la croissance de m, cqfd propriétés de m (I n ), m (I) m (I n ) = (I n ) +. Proposition L application m, définie sur l ensemble P(R) des parties de R, à valeurs dans [0, + ] vérifie les trois propriétés suivantes : m ( ) = 0. Croissance: Si A B alors m (A) m (B). Sous-additivité dénombrable : Si (A n ) n 1 est une famille dénombrable d ensembles, et si A est leur réunion, m (A) [Faire une remarque sur l addition dans [0, + ]]. m (A n ). Définition De manière générale, si X est un ensemble, une application µ de P(X) à valeurs dans [0, + ], qui est croissante, dénombrablement sous-additive, et telle que µ ( ) = 0, s appelle une mesure extérieure sur X. Pour être rigoureux, on devrait appeler m la mesure extérieure de Lebesgue... Démonstration de la proposition Les deux premier points ont déjà été établis. Soit (A n ) n 1 une famille dénombrable de parties de X, et A leur réunion. Nous voulons démontrer que m (A) m (A n ). Cette inégalité est évidente si la somme de droite est infinie, donc on peut supposer que chaque m (A n ) est fini, ainsi que la série m (A n ). soit ε > 0. Pour chaque n, il existe une famille dénombrble d intervalles I k,n tels que A n soit inclus dans la réunion des I k,n, et (I k,n ) m (A n ) + ε/2 n.

4 4 CHAPITRE 1. LA MESURE DE LEBESGUE SUR LA DROITE RÉELLE Alors A est inclus dans la reunion de tous les I k,n, pour k et n variant entre 1 et +. Comme (N ) 2 est dénombrable. Choisissons une bijection l (k(l), n(l)) de N dans (N ) 2, et posons J l = I k(l),n(l). Pour tout L 1, soit R le maximum des k(l) et n(l), pour 1 l L. Alors L (J l ) l=1 r r (I k,n ) r m (A n ) + ε/2 n m (A n ) + ε <. (1.3) Donc la série (J l ) est convergente, de somme plus petite que m (A n ) + ε. Comme la famille des J l recouvre A, on voit que m (A) Ceci étant vrai pour tout ε > 0, on a le résultat. l=1 (J l ) m (A n ) + ε Ensembles mesurables au sens de Lebesgue On ne poura pas définir la longeur de tout sous-ensemble de R. On veut que la longeur d une réunion disjointe soit égale a la somme des longeurs. Par exemple, si E [0, 1], on voudrait que la longeur de E plus celle de [0, 1] \ E soit égale à 1. On a toujours 1 m (E) + m ([0, 1] \ E), d après la proposition Mais l égalité n est pas toujours vérifiée. Trouver un ensemble E tel que m (E) + m (E c ) > 1, n est pas évident. Cela existe (TD) ==> axiome du choix. En fait, Lebesgue définit les sous-ensembles mesurables de [0, 1] comme étant ceux tels que m (E) + m ([0, 1] \ E) = 1. Nous ne prendrons pas cette définition ici. Cependant nous verrons que c est bien une définition équivalente à celle que nous donnerons (qui est la définition de Carathéodory). Définition Soit E R. On dira que l ensemble E est mesurable au sens de Lebesgue si, et seulement si, pour toute partie A de R, m (A) = m (E A) + m (E c A). De manière plus générale on peut donner la définition suivante : Définition Soit X un ensemble, µ une mesure extérieure sur X. µ -mesurable, ou µ -régulière, si pour toute partie A de X, µ (A) = µ (E A) + µ (E c A). Notation: La famille des ensembles mesurables au sens de Lebesgue sera notée L(R). Une partie E de X sera dite Proposition Soit X un ensemble, et µ un mesure extérieure sur X. Tout ensemble de mesure extérieure nulle est µ -mesurable. Démonstration. Soit E de mesure extérieure nulle. Toute partie de E est aussi de mesure exterieure nulle, par croissance, donc µ (E A) + µ (E c A) = µ (E c A) m (A). (l autre sens est systématique). cqfd

5 1.2. PROPRIÉTÉS STRUCTURELLES DE L(R) Propriétés structurelles de L(R) Énoncé du résultat Le but de cette section est de démontrer que la famille L(R) est une σ-algèbre. Définition Soit X un ensemble, et F P(X) une famille de parties de E. On dit que F est une σ-algèbre, ou une tribu, si F contient et X. F est stable par passage au complémentaire. F est stable par réunion dénombrable. Il est clair que l intersection d une famille quelconque de σ-algèbres en est une. Ce n est pas vrai pour une réunion. Plus généralement nous allons démontrer : Proposition Soit X un ensemble. Soit µ une mesure extérieure sur X, et F la famille des partie de X µ -mesurables. C est une σ-algèbre. Corollaire La famille L(R) est une σ-algèbre. On l appelle la tribu de Lebesgue. Corollaire Tout intervalle est mesurable. Démonstration. Démontrons d abord que tout intervalle du type ]a, + [, a R, est mesurable. On remarquons que si I est un intervalle quelconque, ]a, + [ I et ], a] I sont des intervalles, et (]a, + [ I) + (], a] I) = (I). (1.4) Soit A R, ε > 0 et I n une famille d intervalles recouvrant A tels que (I n ) m (A) + ε. La sous-additivité de m et (1.4) donnent n m (]a, + [ A) + m (], a] A) n m (]a, + [ I n ) + n m (], a] I n ) = n (]a, + [ I n ) + (], a] I n ) = n (I n ) m (A) + ε. (1.5) Ceci étant vrai pour tout ε > 0, on a m (]a, + [ A) + m (], a] A) m (A). L inégalité inverse est systématique, donc tout intervalle du type ]a, + [, a R, est mesurable. Enfin remarquons que tout intervalle peut s exprimer au moyen de réunions, intersection (dénombrables) et de complémentaires d intervalles de ce type (exo). cqfd.

6 6 CHAPITRE 1. LA MESURE DE LEBESGUE SUR LA DROITE RÉELLE Démonstration de la proposition Il est évident que et X sont mesurables, et que si E est mesurable, E c aussi (totologie). Seule la stabilité par union dénombrable n est pas évidente et demande du travail. Comme µ est dénombrablement sous-additive, l inégalité µ (A) µ (E A) + µ (E c A) est systématiquement vérifiée. Donc un ensemble sera mesurable ssi pour tout A X, µ (A) µ (E A) + µ (E c A). Tout d abord, montrons que si E 1, E 1 F alors E = E 1 E 2 F. Soit A X. Utilisons d abord la mesurabilité de E 1 pour écrire Ensuite on utilise la mesurabilité de E 2 : µ (E A) = µ (E A E 1 ) + µ (E A E c 1) = µ(e E 1 A) + µ (E E c 1 A) = µ (E 1 A) + µ (E 2 E c 1 A). µ (E A) + µ(e c A) = µ (E 1 A) + µ (E 2 E c 1 A) + µ (E c 2 E c 1 A) = µ (E 1 A) + µ (E c 1 A) = µ(a). Donc F est stable par réunion finie. Soit maintenant (E n ) n 1 une famille dénombrable d élements de F, et E leur réunion. Posons successivement : F 1 = E 1, F 2 = E 2 \ E 1,, F n+1 = E n+1 \ (E 1 E n ). Les F n sont deux-à-deux disjoints, et leur réunion est égale à E. De plus, nous avons déja établi que F est stable par complémentaire et réunion finie. Donc chaque F n est mesurable. D où Donc en particulier, pour tout n, µ (F 1 F n ) A) = µ ((F 1 F n ) A F n ) + µ ((F 1 F n ) A F c n) = µ (F n A) + µ ((F 1 F n 1 ) A) = = µ (F k A). (1.6) µ (E A) µ (F 1 F n ) A) = µ (F k A). Par passage à la limite on voit que µ (E A) µ (F k A). L inégalité inverse est vraie par sous-additivité de µ, donc µ (E A) = µ (F k A).

7 1.3. MESURE DE LEBESGUE 7 Finalement, et le passage à la limite donne µ (A) = µ ((F 1 F n ) A) + µ ((F 1 F n ) c A) = µ (F k A) + µ ((F 1 F n ) c A) µ (F k A) + µ (E c A), µ (A) µ (E A) + µ (E c A), cqfd. Nous énonçons maintenant une propriété qui nous sera très utile par la suite. Proposition Soit X un ensemble, µ une mesure extérieure sur X. Soit F la tribu des ensembles µ - mesurables. Soit E n une famille d ensembles µ -mesurables, deux à deux disjoints, et E leur réunion. Alors pour tout A X, µ (E n A) = µ (A E). En particulier, µ (E) = µ (E n ). Démonstration. Il suffit de démonter que si µ (A) <, alors pour tout n Posons A = A (E 1 E n ). Comme E n est mesurable, on a µ (E k A) µ (A). (1.7) µ (A ) = µ (A E n ) + µ (A E c n). Comme tous les E k sont disjoints de E n, pour k n 1, ceci implique que et on procède par récurrence. cqfd. 1.3 Mesure de Lebesgue µ (A (E 1 E n )) = µ (A E n ) + µ (A (E 1 E n 1 )), Définition Soit E un ensemble mesurable au sens de Lebesgue. La mesure de Lebesgue de E, ou sa longeur, est par définition sa mesure extérieure, et sera notée m(e). Nous résumons les propriétés que nous avons démontrées : Proposition On a : Tout intervalle I est mesurable et m(i) = (I). Tout ensemble de mesure extérieure nulle est mesurable, de mesure nulle.

8 8 CHAPITRE 1. LA MESURE DE LEBESGUE SUR LA DROITE RÉELLE Le compémentaire d un ensemble mesurable est mesurable. Si (E n ) n 1 sont mesurables, alors leur réunion est mesurable, de mesure m(e) m(e n ). Si (E n ) n 1 sont mesurables disjoints, alors m(e) = m(e n ).

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Construction de la mesure de Lebesgue. 1 Mesure positive engendrée par une mesure extérieure.

Construction de la mesure de Lebesgue. 1 Mesure positive engendrée par une mesure extérieure. Université d Artois Faculté des Sciences Jean Perrin Analyse Fonctionnelle (Licence 3 Mathématiques-Informatique Daniel Li Construction de la mesure de Lebesgue 28 janvier 2008 Dans ce chapitre, nous allons

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Formules d inclusion-exclusion

Formules d inclusion-exclusion Université de Rouen L1 M.I.EEA 2011 2012 Mathématiques discrètes Formules d inclusion-exclusion Je présente ici une correction détaillée de l Exercice 5 de la Feuille d exercices 1, en reprenant le problème

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Base : une axiomatique

Base : une axiomatique Autour des groupes de réflexions Master 2 Mathématiques fondamentales Cours : Michel Broué Université Paris VII Denis Diderot TD : Vincent Beck Année 2005 2006 Base : une axiomatique a) D après (i), on

Plus en détail

Intégrale de Lebesgue

Intégrale de Lebesgue Intégrale de Lebesgue ÉCOLE POLYTECHNIQUE Cours 4 : intégrale de Lebesgue Bertrand Rémy 1 / 50 1. Motivations et points de vue ÉCOLE POLYTECHNIQUE Cours 4 : intégrale de Lebesgue Bertrand Rémy 2 / 50 Deux

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Objectif : Nous allons voir comment fabriquer des systèmes de coordonnées pour les vecteurs d un espace vectoriel général. Dans ce chapitre désigne

Plus en détail

Cours d Analyse Réelle 4M003

Cours d Analyse Réelle 4M003 Cours d Analyse Réelle 4M003 Jean SAINT RAYMOND Université Pierre et Marie Curie Avant-propos Ce texte a été rédigé pour servir de support écrit à un cours de Master 1 de l Université Pierre-et-Marie Curie.

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

5. Options américaines Une option américaine peut être exercée à n importe quelle instant compris entre

5. Options américaines Une option américaine peut être exercée à n importe quelle instant compris entre 5. Options américaines Une option américaine peut être exercée à n importe quelle instant compris entre 0 et l échéance N. Définition 5.1. Une option américaine est définie par une suite (h n ) n=0..n,

Plus en détail

Le raisonnement par récurrence

Le raisonnement par récurrence Le raisonnement par récurrence Nous notons N l ensemble des entiers naturels : N = {0,,, } Nous dirons naturel au lieu de entier naturel Le principe du raisonnement par récurrence Soit A une partie de

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques 7 Généralités sur les fonctions numériques Une fonction numérique est, de manière générale, une fonction d une variable réelle et à valeurs réelles. 7.1 Notions de base sur les fonctions Si I, J sont deux

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS.

Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : connaître différents procédés pour établir une divisibilité : utilisation de la définition, utilisation d identités remarquables, disjonction des cas,

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Chapitre IV Applications linéaires Révisions Définition. Soient E, deux espaces vectoriels sur le même corps commutatif est dite linéaire si quels que soient x, y E et λ,. Une application f : E f x y f

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

Théorie de la mesure. S. Nicolay

Théorie de la mesure. S. Nicolay Théorie de la mesure S. Nicolay Année académique 2011 2012 ii Table des matières Introduction v 1 Mesures 1 1.1 Sigma-algèbres................................. 1 1.2 Mesures.....................................

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Espaces de probabilités.

Espaces de probabilités. Université Pierre et Marie Curie 2010-2011 Probabilités et statistiques - LM345 Feuille 2 Espaces de probabilités. 1. Donner un exemple d'une famille de parties d'un ensemble qui ne soit pas une tribu.

Plus en détail

Sommaire. Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires... 5. Chapitre 2 Variables aléatoires à densité... 65

Sommaire. Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires... 5. Chapitre 2 Variables aléatoires à densité... 65 Sommaire Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires............... 5 A. Généralités sur les variables aléatoires réelles.................... 6 B. Séries doubles..................................... 9

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Chapitre 01 : Intégrales généralisées. Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle

Chapitre 01 : Intégrales généralisées. Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle Chapitre 01 : Intégrales généralisées Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle fermé borné de Dans ce chapitre, on va étudier le cas d

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

Cours de Probabilités et de Statistique

Cours de Probabilités et de Statistique Cours de Probabilités et de Statistique Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université Paris-Est Cours de Proba-Stat 2 L1.2 Science-Éco Chapitre Notions de théorie des ensembles 1 1.1 Ensembles

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Les mots de Sturm. Fathi BEN ARIBI 20 décembre 2008

Les mots de Sturm. Fathi BEN ARIBI 20 décembre 2008 Les mots de Sturm Fathi BEN ARIBI 20 décembre 2008 1 Objectifs Dans cette présentation, nous donnerons quelques résultats de combinatoire des mots. Avant tout, il est nécessaire d introduire quelques notations

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

4.1 La propriété de Borel-Lebesgue

4.1 La propriété de Borel-Lebesgue Chapitre 4 Compacité 4.1 La propriété de Borel-Lebesgue La compacité des espaces métriques ou plus généralement des espaces topologiques doit être comprise comme une propriété de finitude. La définition

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

le triangle de Pascal - le binôme de Newton

le triangle de Pascal - le binôme de Newton 1 / 51 le triangle de Pascal - le binôme de Newton une introduction J-P SPRIET 2015 2 / 51 Plan Voici un exposé présentant le triangle de Pascal et une application au binôme de Newton. 1 2 3 / 51 Plan

Plus en détail

Calculs de probabilités

Calculs de probabilités Calculs de probabilités Mathématiques Générales B Université de Genève Sylvain Sardy 13 mars 2008 1. Définitions et notations 1 L origine des probabilités est l analyse de jeux de hasard, tels que pile

Plus en détail

Intervalles Cours. Intervalles Cours. SOS DEVOIRS CORRIGES (marque déposée)

Intervalles Cours. Intervalles Cours. SOS DEVOIRS CORRIGES (marque déposée) Intervalles Cours CHAPITRE 1 : Notion d intervalle 1) Définition 2) Représentations d intervalles 3) Vocabulaire 4) Notations d ensembles CHAPITRE 2 : Intersection d intervalles 1) Définition 2) Intervalles

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Notes de cours. Cours introductif sur la théorie des domaines. Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique

Notes de cours. Cours introductif sur la théorie des domaines. Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique Notes de cours Cours introductif sur la théorie des domaines Paul-André Melliès Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique 1 Ensembles ordonnés Definition 1.1 (ensemble

Plus en détail

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes.

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Groupes et Actions de groupes On présente ici des notions de base de théorie des groupes pour l agrégation interne. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Un groupe (G, ), ou plus simplement G, est

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

Calculs préliminaires.

Calculs préliminaires. MINES-PONTS 005. Filière MP. MATHÉMATIQES 1. Corrigé de JL. Lamard jean-louis.lamard@prepas.org) Calculs préliminaires. Notons que si f H alors f)e / est bien intégrable sur R car continue positive et

Plus en détail

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Dans ce module, introduction d une nouvelle notion qu est la continuité d une fonction en un point. En repartant de la définition et de l illustration graphique

Plus en détail

Logique informatique 2013-2014. Examen

Logique informatique 2013-2014. Examen Logique informatique 2013-2014. Examen 30 mai 2013. Durée 3h. Tous les documents sont autorisés. Seuls les résultats du cours peuvent être utilisés sans démonstration. Le barême et la longueur des solutions

Plus en détail

Un peu de topologie. Espaces métriques. Documents disponibles sur www.math.polytechnique.fr/ laszlo. Enseignants :

Un peu de topologie. Espaces métriques. Documents disponibles sur www.math.polytechnique.fr/ laszlo. Enseignants : Documents disponibles sur www.math.polytechnique.fr/ laszlo Un peu de topologie Enseignants : F. Golse (golse@math.polytechnique.fr), Y. Laszlo (laszlo@math.polytechnique.fr), C. Viterbo (viterbo@math.polytechnique.fr)

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

Suites numériques 2. n=0

Suites numériques 2. n=0 Suites numériques 1 Somme des termes d une suite Dans les applications, il est souvent nécessaire de calculer la somme de quelques premiers termes d une suite (ou même de tous les termes, mais on étudiera

Plus en détail

Relations d ordre et relations d équivalence

Relations d ordre et relations d équivalence CHAPITRE 1 Relations d ordre et relations d équivalence 1.1 Définition Une relation sur un ensemble E est un sous-ensemble R de l ensemble E E, produit cartésien de E par lui-même. Par exemple, si E =

Plus en détail

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi Cours d analyse 1ère année Rhodes Rémi 10 décembre 2008 2 Table des matières 1 Propriétés des nombres réels 5 1.1 Sous-ensembles remarquables de R........................ 5 1.2 Relations d ordre..................................

Plus en détail

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Il s agit donc de montrer une propriété commençant par un symbole. La démonstration débute donc par : Soit (x 1, x 2 ) E 2. La propriété

Plus en détail

Autour du cardinal d un ensemble de matrices binaires

Autour du cardinal d un ensemble de matrices binaires Autour du cardinal d un ensemble de matrices binaires Adrien REISNER 1 Abstract. We here study a couple of algebraic and analytic properties of certain binary matrices in the spaces M n(r). In particular,

Plus en détail

Ensembles. Fonctions. Cardinaux

Ensembles. Fonctions. Cardinaux Université Lens Année 2003-2004 MIAS 1 ère année feuille n 1 Ensembles. Fonctions. Cardinaux Exercice 1 Montrer par contraposition les assertions suivantes, E étant un ensemble : 1. A, B P(E) (A B = A

Plus en détail

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0 cours 13, le lundi 7 mars 2011 IV. spaces L p IV.1. Convexité Quand deux points x 0, x 1 R sont donnés, on peut parcourir le segment [x 0, x 1 ] qui les joint en posant pour tout t [0, 1] x t = (1 t)x

Plus en détail

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES B. MARCHADIER Dépendance et indépendance de deux aléas numériques images Mathématiques et sciences humaines, tome 25 (1969), p. 2534.

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Le problème des multiplications matricielles enchaînées peut être énoncé comme suit : étant

Le problème des multiplications matricielles enchaînées peut être énoncé comme suit : étant Licence informatique - L Année 0/0 Conception d algorithmes et applications (LI) COURS Résumé. Dans cette cinquième séance, nous continuons l exploration des algorithmes de type Programmation Dynamique.

Plus en détail

THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION

THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION Université Pierre et Marie Curie Licence de Mathématiques Années 2004-2005-2006 LM 363 THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION Cours de P. MAZET Edition 2004-2005-2006 Table des matières Table des matières

Plus en détail

2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh

2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh 2 Fonctions binaires 45 2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh On peut définir complètement une fonction binaire en dressant son tableau de Karnaugh, table de vérité à 2 n cases pour n variables

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Exo7 Logique et raisonnements Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Quelques motivations Il est important d avoir un langage rigoureux. La langue

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs Eo7 Limites de fonctions Théorie Eercice Montrer que toute fonction périodique et non constante n admet pas de ite en + Montrer que toute fonction croissante et majorée admet une ite finie en + Indication

Plus en détail

ŒUVRES DE LAURENT SCHWARTZ

ŒUVRES DE LAURENT SCHWARTZ ŒUVRES DE LAURENT SCHWARTZ LAURENT SCHWARTZ Sur le théorème du graphe fermé C. R. Acad. Sci. Paris Sér. A-B, 263 (1966), p. A602-A605. Extrait des Œuvres de Laurent Schwartz publiées par la Société mathématique

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Les graphes planaires

Les graphes planaires Les graphes planaires Complément au chapitre 2 «Les villas du Bellevue» Dans le chapitre «Les villas du Bellevue», Manori donne la définition suivante à Sébastien. Définition Un graphe est «planaire» si

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Université Paris Diderot Langage Mathématique (LM1) Département Sciences Exactes 2011-2012 Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Durée : 3 heures Exercice 1 Dans les expressions suivantes, les

Plus en détail

Les Algèbres de Tarski avec un nombre fini de générateurs libres

Les Algèbres de Tarski avec un nombre fini de générateurs libres Les Algèbres de Tarsi avec un nombre fini de générateurs libres Antonio Monteiro et Luisa Iturrioz Instituto de Matemática - Universidad Nacional del Sur - 1965 1 Introduction Bahía Blanca - Argentina

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot ESPACES VECTORIELS 1 Définition et exemples fondamentaux 1.1 Définition Définition 1.1 Espace vectoriel Soient K un corps et E un ensemble muni d une loi interne + et d une loi externe. i.e. d une application

Plus en détail

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12 TS. 01/013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 0/11/1 Exercice 1 : ( 6,5 pts) Première partie : Démonstration à rédiger { Démontrer que si ( ) et (v n ) sont deux suites telles

Plus en détail

Les espaces vectoriels

Les espaces vectoriels Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES 1. Généralités Les espaces vectoriels Dans tout le chapitre, K représente un corps commutatif. 1.1. Notion d espace vectoriel On considère un ensemble E sur lequel

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

nous pouvons calculer l intérêt obtenu par ce capital au bout d un an (n =1). 1an

nous pouvons calculer l intérêt obtenu par ce capital au bout d un an (n =1). 1an Chapitre IV : Les intérêts composés I. Généralités et définition Avec les intérêts composés, nous abordons les mathématiques financières de moyen et long terme. Pour gérer les comptes de moyen et long

Plus en détail

Théorie de la Mesure et Intégration

Théorie de la Mesure et Intégration Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 & UE LM365 Intégration 2 Année 2010 11 Théorie de la Mesure et Intégration Responsable des cours : Amaury LAMBERT

Plus en détail

CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1

CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1 Université Paris 7 U3MI36 CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1 4.1 Formes normales Définitions : 1) Une formule F est sous forme normale disjonctive si et seulement si il existe

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

Mesure et Intégration (Notes de cours de L3)

Mesure et Intégration (Notes de cours de L3) Mesure et Intégration (Notes de cours de L3) Ahmed Zeriahi Version préliminaire-octobre 2011 Avertissement : Ceci est une version préliminaire des notes du cours que l auteur a dispensé en troisème année

Plus en détail

La maximisation du profit

La maximisation du profit 2 La maximisation du profit Le profit, au sens économique du terme, se définit comme la différence entre les recettes perçues et les coûts supportés par une firme. Il est important de bien comprendre que

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail