Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples"

Transcription

1 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et de dimension nie ou innie. Si E et F sont deux espaces vectoriels normés, on note L c (E, F ) l'espace vectoriel des applications linéaires continues de E dans F, muni de la norme usuelle : u L c (E, F ), u = u (x) sup x E\{0} x = sup u (x) x =1 En toute rigueur, on devrait noter E la norme choisie sur E et F la norme choisie sur F. Mais, dans la mesure où il n'y a pas d'ambiguïté, on utilisera la même notation pour les normes sur E et F. On rappelle que L c (E, F ) est un espace de Banach si E et F le sont. Dans le cas où E et F sont de dimension nie, toute application linéaire de E dans F est continue, on a donc L c (E, F ) = L (E, F ) Fonctions diérentiables Dénition 45.1 On dit qu'une fonction f dénie sur un ouvert non vide O de E et à valeurs dans F est diérentiable en a O s'il existe une application linéaire continue u L c (E, F ) et un voisinage ouvert V de 0 dans E tels que : h V, f (a + h) = f (a) + u (h) + o ( h ) (45.1) Dire que f est diérentiable en a, signie donc qu'il existe une application linéaire continue u L c (E, F ) et une fonction ε dénie sur une boule ouverte B (0, η) de centre 0 et de rayon η > 0 telles que : lim h 0 ε (h) = 0 et : h B (0, η), f (a + h) = f (a) + u (h) + h ε (h) 1131

2 1132 Fonctions de plusieurs variables : diérentielle... ce qui équivaut encore à : f (a + h) f (a) u (h) lim h 0 h = 0 (45.2) Remarque 45.1 Le rayon η > 0 est choisi assez petit, de sorte que B (a, η) O. Remarque 45.2 Si on remplace les normes sur E et F par des normes équivalentes, une fonction f diérentiable en a l'est toujours avec la même valeur pour la diérentielle. En eet, on a des encadrements du type : γ f (a + h) f (a) u (h) δ h f (a + h) f (a) u (h) h β f (a + h) f (a) u (h) α h où les réels α, β, γ, δ sont strictement positifs. En dimension nie, toutes les normes sont équivalentes et on peut alors utiliser n'importe quelle norme. Théorème 45.1 Soient O un ouvert non vide de E et f : O F. Si f est diérentiable en a O, elle est alors continue en ce point. Démonstration. Résulte de : sachant que u est continue. f (x) f (a) = u (x a) + x a ε (x a) x a 0 Théorème 45.2 Soient O un ouvert non vide de E et f : O F. Si f est diérentiable en a O, l'application linéaire continue dénie par (45.1) est alors uniquement déterminée. Démonstration. Supposons qu'il existe deux telles applications u, v dans L c (E, F ). De la dénition, on déduit que : (v u) (h) lim = 0 h 0 h donc, pour tout x E \ {0}, on a : 0 = lim t 0 (v u) (tx) tx = (v u) (x) x ce qui équivaut à (v u) (x) = 0, soit à u (x) = v (x). Cette dernière égalité étant réalisée aussi pour x = 0, on en déduit que u = v. Avec les hypothèses et notations du théorème précédent, on peut noter df (a) l'application linéaire continue de E dans F dénie par (45.1) et on dit que c'est la diérentielle de f en a. Remarque 45.3 Si E est un espace euclidien de dimension n 1 (ou de manière plus générale un espace de Hilbert) et F = R, pour f : O R diérentiable en a O, df (a) est alors une forme linéaire continue sur E et il existe un unique vecteur g f (a) E tel que df (a) (x) = g f (a) x pour tout x E. On dit que g f (a) est le vecteur gradient de f en a. Dans le cas où E = R, la notion de diérentiabilité coïncide avec celle de dérivabilité. Rappelons la dénition de cette notion.

3 Fonctions diérentiables 1133 Dénition 45.2 Soient O un ouvert non vide de R et f : O F. On dit que f est dérivable en a O si la fonction τ a : x 1 (f (x) f (a)) dénie sur O \ {a} admet une limite en x a a. On note alors f (a) cette limite. Théorème 45.3 Soient O un ouvert non vide de R et f : O F. La fonction f est dérivable en a O si, et seulement si, elle est diérentiable en ce point. Dans ce cas, on a df (a) (h) = f (a) h pour tout h R (et en particulier f (a) = df (a) (1)). Démonstration. Si f est dérivable en a, on a alors pour tout x O \ {a} : f (x) = f (a) + (x a) τ a (x) = f (a) + (x a) f (a) + (x a) (τ a (x) f (a)) égalité encore valable en x = a si on pose τ a (a) = f (a). Comme lim x a τ a (x) = f (a), cela s'écrit : f (x) = f (a) + (x a) f (a) + o (x a) et signie que f est diérentiable en a de diérentielle : df (a) : h R f (a) h (cette application est bien linéaire et continue). Réciproquement si f est diérentiable en a, on a pour x V \ {a}, où V est un voisinage ouvert de a dans O : f (x) = f (a) + df (a) (x a) + o (x a) donc : 1 1 (f (x) f (a)) = df (a) (x a) + o (1) x a x a = df (a) (1) + o (1) df (a) (1) x a ce qui signie que f est dérivable en a de dérivée df (a) (1). Exercice 45.1 Soient O un ouvert non vide de E et f : O F. Montrer que f est diérentiable en a O si, et seulement si, f est continue en a et il existe u L (E, F ) telle que f (a + h) = f (a) + u (h) + o ( h ). Solution 45.1 Pour E, F de dimension nie, il n'y a rien à montrer. Pour la condition nécessaire c'est vu. Pour la réciproque, avec u (h) = f (a + h) f (a) + o ( h ) et la continuité de f en a, on déduit que lim u (h) = 0, ce qui signie que l'application linéaire u est continue en 0, donc sur E. h 0 L'application f est donc diérentiable en a avec df (a) = u. Dénition 45.3 Soient O un ouvert non vide de E et f : O F. On dit que f est diérentiable sur O, si elle est diérentiable en tout point de O. Si f : O F est diérentiable sur O, l'application : df : O L c (E, F ) x df (x) est la diérentielle de f. Dans le cas où cette application df est continue (L c (E, F ) est un espace normé), on dit que f est de classe C 1 sur O.

4 1134 Fonctions de plusieurs variables : diérentielle... Exemple 45.1 Une application constante f : O F est de classe C 1 avec df (x) = 0 pour tout x O. Le résultat de l'exemple précédent peut être utilisé pour résoudre l'exercice Exemple 45.2 Une application linéaire continue f : E F est de classe C 1 sur E avec df (x) = f pour tout x E. En eet, pour x, h dans E, on a : f (x + h) = f (x) + f (h) = f (x) + f (h) + h ε (h) avec ε = 0 et f linéaire continue, donc df (x) = f. Pour E, F de dimension nie, une application linéaire est automatiquement continue, donc de classe C 1 sur E. n Exercice 45.2 Soient n 2, E 1,, E n des espaces normés et E = E k normé par : x = (x 1,, x n ) E, x = max 1 k n x k Montrer que toute application n-linéaire continue f de E dans F est de classe C 1 sur E avec, pour tous x, h dans E : df (x) (h) = f (x 1,, x k 1, h k, x k+1,, x n ) k=1 Solution 45.2 Pour x, h dans E, tenant compte de la n-linéarité de f, on a : f (x + h) = f (x 1 + h 1,, x n + h n ) = f (x 1,, x n ) + f (x 1,, x k 1, h k, x k+1,, x n ) + R (x, h) k=1 où R (x, h) est somme nie de vecteurs de la forme f (y 1,, y n ) avec au moins deux indices j k tels que (y j, y k ) = (h j, h k ). Comme f est n-linéaire continue, il existe une constante M 0 telle que : n y E, f (y) M y k Dans le cas où il existe au moins deux indices j k tels que (y j, y k ) = (h j, h k ), on a : n n f (y) M h k h k y k M h 2 y k i/ {j,k} k=1 i/ {j,k} En conséquence, il existe une constante α x telle que pour h 1, on ait : On a donc : f (x + h) = f (x 1,, x n ) + R (x, h) α x h 2 k=1 f (x 1,, x k 1, h k, x k+1,, x n ) + h o (h) k=1 ce qui signie que f est diérentiable en x et nous donne la diérentielle. L'application n-linéaire f étant continue, il en est de même des applications linéaires h f (x 1,, x k 1, h k, x k+1,, x n ), donc df (x) est linéaire continue.

5 Fonctions diérentiables 1135 On déduit de l'exercice précédent que l'application : det : M n (R) R qui est n-linéaire (alternée) et continue est de classe C 1 sur M n (R) avec : d (det) (X) (H) = det (X 1,, X k 1, H k, X k+1,, X n ) k=1 en désignant pour toute matrice X M n (R) par X k sa colonne k (voir l'exercice pour une autre expression de cette diérentielle). Exercice 45.3 Soit (E, ) un espace préhilbertien. Montrer que l'application f : x x = x x est diérentiable sur E \ {0} avec, pour tout x E \ {0} et tout h E : df (x) (h) = x h x Solution 45.3 Pour x, h dans E, on a : soit : x + h 2 = x x h + h 2 x + h 2 x 2 = ( x + h x ) ( x + h + x ) = 2 x h + h 2 et pour x 0, h < x (de sorte que x + h 0), on a : ce qui nous donne : x + h x 2 x h x + h x = x + h + x + h 2 x + h + x x h 2 x = x x + h + x + h 2 x + h + x x h x = x h x = ( ) 2 x x + h + x 1 + x h x x + h x x + h + x + h 2 x + h + x h 2 x + h + x et en utilisant l'inégalité de Cauchy-Schwarz : x h x + h x x h x x + h x x x + h + x + h 2 x + h + x x x + h h x + h + x + h 2 x + h + x x x + h + h h x + h + x

6 1136 Fonctions de plusieurs variables : diérentielle... On a donc : 1 h x h x + h x x ce qui signie que f est diérentiable en x avec : Pour tout h E, on a : df (x) : h df (x) (h) = x x + h + h x + h + x x h x x h x h 0 h 0 donc la forme linéaire df (x) est bien continue avec df (x) 1. Et comme df (x) (x) = x, on déduit que df (x) = 1. En utilisation le théorème sur la diérentiabilité d'une composée de deux fonctions, on peut résoudre l'exercice précédent de façon plus simple (voir l'exercice?? Exercice 45.4 Montrer qu'une norme n'est jamais diérentiable en 0. Solution 45.4 Soit f : x x. Si f est diérentiable en 0, en notant u = df (0), on a alors : f (h) f (0) u (h) h u (h) lim = lim = 0 h 0 h h 0 h u (h) ce qui revient à dire que lim = 1. On ne peut donc avoir u = 0 et il existe x E tel que h 0 h x = 1 et u (x) 0. On a donc : t soit lim t 0 t = 1, ce qui est impossible. u (x) u (tx) lim t 0 tx = lim t t 0 t u (x) = 1 Pour ce qui concerne les opérations sur les fonctions diérentiables [resp. de classe C 1 ] on a les résultats suivants. Théorème 45.4 Soient O un ouvert non vide de E et f, g deux fonctions de O dans F. Si ces fonctions sont diérentiables en a O, il en est alors de même de λf + g pour tout réel λ et on a : d (λf + g) (a) = λdf (a) + dg (a) Démonstration. Il existe deux fonctions ε 1, ε 2 dénies sur une boule ouverte B (0, η) de centre 0 et de rayon η > 0 telle que : et : h B (0, η), lim ε k (h) = 0 (k = 1, 2) h 0 { f (a + h) = f (a) + df (a) (h) + h ε1 (h) g (a + h) = g (a) + dg (a) (h) + h ε 2 (h)

7 Fonctions diérentiables 1137 ce qui nous donne, pour h B (0, η) : (λf + g) (a + h) = (λf + g) (a) + (λdf (a) + dg (a)) (h) + h ε (h) avec : ε (h) = λε 1 (h) + ε 2 (h) 0 h 0 ce qui nous donne le résultat annoncé. Théorème 45.5 Soient O un ouvert non vide de E et f, g deux fonctions de O dans R (ou plus généralement dans une algèbre normée F). Si ces fonctions sont diérentiables en a O, il en est alors de même de f g et on a : h E, d (f g) (a) (h) = f (a) dg (a) (h) + df (a) (h) g (a) Démonstration. En utilisant les notations de la démonstration précédente, on a pour h B (0, η) : (f g) (a + h) = f (a + h) g (a + h) = (f (a) + df (a) (h) + h ε 1 (h)) (g (a) + dg (a) (h) + h ε 2 (h)) = (f g) (a) + f (a) dg (a) (h) + df (a) (h) g (a) + h ε (h) avec : ε (h) = f (a) ε 2 (h) + 1 h df (a) (h) dg (a) (h) + df (a) (h) ε 2 (h) + ε 1 (h) (g (a) + dg (a) (h) + h ε 2 (h)) Les applications linéaires df (a) et dg (a) étant continues et F étant une algèbre normée, on a : df (a) (h) dg (a) (h) df (a) dg (a) h 2 = o ( h ) ce qui nous donne lim h 0 ε (h) = 0 et le résultat annoncé. On déduit des théorèmes précédents qu'une combinaison linéaire ou un produit (quand il a un sens) de fonctions de classe C 1 est de classe C 1. Exemple 45.3 Si E est de dimension nie égale à n 1 et B = (e i ) 1 i n est une base de E, alors toute fonction qui associe à x = x i e i E une expression polynomiale réelle f (x 1,, x n ) est de classe C 1 sur E puisque les projections dx i : x x i sont des applications linéaires continues. Exemple 45.4 L'expression du déterminant det (X) = σ S n ε (σ) l'application det est de classe C 1 sur M n (R) puisqu'elle est polynomiale. n x i,σ(i) nous montre que Théorème 45.6 Soient O un ouvert non vide de E, O un ouvert non vide de F, f : O O, G un espace normé et g : O G. Si f est diérentiable en a O et g diérentiable en b = f (a) O, la fonction g f est alors diérentiable en a avec : d (g f) (a) = dg (f (a)) df (a)

8 1138 Fonctions de plusieurs variables : diérentielle... Démonstration. L'application linéaire dg (f (a)) df (a) est linéaire continue comme composée d'applications linéaires continues. Pour η > 0 assez petit et h, k dans B (0, η), on a : f (a + h) = f (a) + df (a) (h) + h ε 1 (h) g (b + k) = g (b) + dg (b) (k) + k ε 2 (k) avec lim ε 1 (h) = 0 et lim ε 2 (k) = 0. h 0 k 0 Avec : df (a) (h) + h ε 1 (h) h ( df (a) + ε 1 (h) ) 0 h 0 on déduit qu'il existe η 1 ]0, η[ tel que : On a alors, pour tout h B (0, η 1 ) : h B (0, η 1 ), df (a) (h) + h ε 1 (h) < η g f (a + h) = g (f (a) + df (a) (h) + h ε 1 (h)) = g (b) + dg (b) (df (a) (h)) + h dg (b) (ε 1 (h)) + df (a) (h) + h ε 1 (h) ε 2 (df (a) (h) + h ε 1 (h)) = g (b) + dg (b) (df (a) (h)) + h ε 3 (h) en posant ε 3 (0) = 0 et pour h B (0, η 1 ) \ {0} : ε 3 (h) = dg (b) (ε 1 (h)) + df (a) (h) + h ε 1 (h) ε 2 (df (a) (h) + h ε 1 (h)) h On a : lim dg (b) (ε 1 (h)) = 0 h 0 puisque dg (b) est continue et lim ε 1 (h) = 0 : h 0 lim ε 2 (df (a) (h) + h ε 1 (h)) = 0 h 0 puisque df (a) est continue et lim k 0 ε 2 (k) = 0 et : df (a) (h) + h ε 1 (h) h ( df (a) + ε 1 (h) ) Il en résulte que lim h 0 ε 3 (h) = 0, ce qui nous donne le résultat annoncé. On peut écrire plus rapidement, en exploitant le fait que df (a) et dg (f (a)) sont linéaires continues : g f (a + h) = g (f (a) + df (a) (h) + o ( h )) = g (f (a)) + dg (f (a)) (df (a) (h) + o ( h )) + o ( h ) = g (f (a)) + dg (f (a)) (df (a) (h)) + o ( h ) Corollaire 45.1 Soient I un intervalle réel non réduit à un point, O un ouvert non vide de E, f : I O et g : O F. Si f est dérivable en a I et g diérentiable en b = f (a), la fonction g f : I F est alors dérivable en a avec : (g f) (a) = dg (f (a)) (f (a))

9 Fonctions diérentiables 1139 Démonstration. Si f est dérivable en a, elle est alors diérentiable en ce point et pour g diérentiable en f (a), la composée g f est diérentiable, donc dérivable en a, avec : (g f) (a) = d (g f) (a) (1) = dg (f (a)) df (a) (1) = dg (f (a)) (df (a) (1)) = dg (f (a)) (f (a)) Exercice 45.5 Soit (E, ) un espace préhilbertien. 1. Montrer que l'application g : x x 2 = x x est diérentiable sur E \ {0} avec, pour tous x E \ {0} et tout h E : dg (x) (h) = 2 x h 2. En déduire que l'application f : x x est diérentiable sur E \ {0} avec, pour tous x E \ {0} et tout h E : x h df (x) (h) = x Solution Pour x, h dans E, on a : x + h 2 = x x h + h 2 ce qui prouve que g est diérentiable sur E \ {0} avec, pour tout x E \ {0} et tout h E : dg (x) (h) = 2 x h 2. Il en résulte que f = g est diérentiable sur E \ {0} comme composée f = φ g, où φ : t R +, t et on a, pour tout x E \ {0} : df (x) = dφ (g (x)) dg (x) avec dφ (t) = φ (t) = 1 2, donc, pour tout h E : t df (x) (h) = 1 2 g (x) dg (x) (h) = x h x Le théorème de composition des applications diérentiables nous permet de montrer le résultat suivant pour F = R n. Théorème 45.7 Soient O un ouvert non vide de E et f : x O f (x) = (f 1 (x),, f n (x)) R n. La fonction f est diérentiable en a O si, et seulement si, chaque fonction f i : O R est diérentiable en a. Dans ce cas, on a : h E, df (x) (h) = (df 1 (x),, df n (x))

10 1140 Fonctions de plusieurs variables : diérentielle Dérivée suivant un vecteur, dérivées partielles Soient E, F deux espaces normés, O un ouvert non vide de E et f : O F. Étant donnés a O, v E \ {0} et η > 0 tel que B (a, η) = {x E x a < η} O (O est ouvert), on leur associe la fonction : ] φ a,v : t η [ v, η f (a + tv) v ] (on a (a + tv) a = t v < η pour t η [ v, η ). v Dénition 45.4 On dit que f admet une dérivée partielle en a suivant la direction dénie par le vecteur v (ou suivant le vecteur v), si la fonction φ a,v est dérivable en 0. On note alors : f v (a) = φ 1 a,v (0) = lim t 0 t (φ 1 a,v (t) φ a,v (0)) = lim (f (a + tv) f (a)) t 0 t Théorème 45.8 Si f est diérentiable en a, elle admet alors une dérivée partielle en a suivant tout vecteur v E \ {0} et cette dérivée partielle est donnée par : f v (a) = df (a) (v) Démonstration. Pour t R voisin de 0, on a : ( f (a + tv) f (a) = df (a) (tv) + tv ε (tv) = t df (a) (v) + t ) v ε (tv) t avec lim t 0 ε (tv) = 0, ce qui nous donne, compte tenu de t t = 1 : 1 lim (f (a + tv) f (a)) = df (a) (v) t 0 t Remarque 45.4 La réciproque du théorème précédent est fausse. Une fonction peut admettre des dérivées partielles suivant toutes les directions sans être diérentiable ni même continue (alors que pour les fonctions d'une variable réelle, la dérivabilité entraîne la continuité). Exercice 45.6 Montrer que la fonction : f : R 2 R (x, y) xy 2 x 2 + y 2 si (x, y) (0, 0) 0 si (x, y) = (0, 0) est continue en (0, 0), admet une dérivée partielle suivant toute direction en (0, 0) et n'est pas diérentiable en ce point.

11 Dérivée suivant un vecteur, dérivées partielles 1141 Solution 45.6 Pour (x, y) (0, 0), on a xy x2 + y 2 f (x, y) y 2 2 et : 0 = f (0, 0) (x,y) (0,0) donc f est continue en (0, 0). Pour tout vecteur v = (α, β) dans R 2 \ {(0, 0)} et tout réel t R, on a : f (tα, tβ) f (0, 0) t = αβ2 α 2 + β 2 donc f admet une dérivée partielle suivant v en (0, 0) donnée par f v (0, 0) = αβ2 α 2 + β. 2 Si f était diérentiable en (0, 0), on aurait f v (0, 0) = df (0, 0) (v) et l'application v f v (0, 0) = αβ 2 serait linéaire, ce qui n'est pas. Donc f n'est pas diérentiable en (0, 0). α 2 + β2 Exercice 45.7 Montrer que la fonction : f : R 2 R { y e x (x (x, y) 2 + y 2 ) si x 0 0 si x = 0 admet une dérivée partielle suivant toute direction en (0, 0) et n'est pas continue en ce point. Solution 45.7 Pour tout vecteur v = (α, β) dans R 2 avec α 0 et tout réel t R, on a : f (tα, tβ) f (0, 0) t = te β α ( α 2 + β 2) t 0 0 et pour tout vecteur v = (0, β) dans R 2 avec β 0 et tout réel t R, on a : f (0, tβ) f (0, 0) t = 0 t 0 0 La fonction f admet donc une dérivée partielle suivant toute direction en (0, 0), cette dérivée étant nulle. Comme : f ( t 2, t ) = e 1 t t 2 ( t ) t la fonction f n'est pas continue en (0, 0). Dans le cas particulier où E = R n, en désignant par (e i ) 1 i n sa base canonique, les dérivées suivant les vecteurs de base e i, quand elles existent, sont appelées dérivées partielles. Précisément, on donne la dénition suivante. Dénition 45.5 Soient O un ouvert non vide de R n, f : O F, a un point dans O et i un entier compris entre 1 et n. On dit que f admet une dérivées partielle par rapport à la variable x i si elle admet une dérivée partielle en a suivant le vecteur de base e i. On note alors x i (a) cette dérivée partielle.

12 1142 Fonctions de plusieurs variables : diérentielle... On a donc, en cas d'existence de la dérivée partielle : (a) = f 1 e x i (a) = lim i t 0 t (f (a + te i) f (a)) ce qui revient à dire que x i (a) est la dérivée en a i de la fonction : x i f (a 1,, a i 1, x i, a i+1,, a n ) qui est dénie sur un voisinage ouvert de a i (on xe les a j pour j i et on dérive par rapport à x i ). Si la dérivée partielle (x) est dénie en tout point de O, l'application : x O x i x i (x) est la i-ème dérivée partielle de f. x i Théorème 45.9 Soient O un ouvert non vide de R n, f : O F et a un point dans O. Si f est diérentiable en a, elle admet alors des dérivées partielles en a par rapport à chacune des variables x i (1 i n) et on a : Démonstration. On a : et pour tout h = h i e i, on a : h R n, df (a) (h) = h i x i (a) x i (a) = f e i (a) = df (a) (e i ) df (a) (h) = h i df (a) (e i ) = h i x i (a) Dans le cas particulier où F = R, en notant (dx i ) 1 i n la base duale de la base canonique (e i ) 1 i n (dx i est la forme linéaire dénie sur R n par dx i (x) = x i pour tout x = x k e k ), le théorème précédent se traduit par : ou encore par l'égalité : dans le dual de R n. h R n, df (a) (h) = df (a) = x i (a) dx i (h) x i (a) dx i Dénition 45.6 Soient O un ouvert non vide de R n et f : O R une fonction diérentiable. On dit qu'un point a O est régulier si df (a) 0 et on dit que c'est un point critique si df (a) = 0. k=1

13 Dérivée suivant un vecteur, dérivées partielles 1143 On a vu que si f est diérentiable sur un ouvert O de R n, elle est alors continue et admet des dérivées partielles suivant toute direction en tout point de O, la réciproque étant fausse. Exercice 45.8 Montrer que la fonction : f : R 2 R { xy si (x, y) (0, 0) (x, y) x 2 + y 2 0 si (x, y) = (0, 0) admet une dérivée partielle par rapport à x et y en (0, 0) et n'est pas diérentiable en ce point. Solution 45.8 Avec : f (x, 0) f (0, 0) x = f (0, y) f (0, 0) y = 0 pour x 0 et y 0, on déduit que (0, 0) = (0, 0) = 0 et avec : x y f (x, λx) = λ 1 + λ 2 x 0 λ 1 + λ 2 pour tout réel λ, on déduit que f n'est pas continue en (0, 0) et en conséquence, elle n'est pas diérentiable en ce point. On a quand même le résultat important suivant. Théorème Soient O un ouvert de R n et f : O F admettant des dérivées partielles par rapport à toutes les variables en tout point de O. Si ces dérivées partielles sont continues en un point a de O, f est alors diérentiable en a. Démonstration. On se place dans le cas d'une fonction de deux variables à valeurs réelles et on note (x, y) les variables. En supposant que x, existent en tout point de O et qu'elles y sont continues en (a, b), il s'agit de montrer, en notant : que : Pour ce faire on écrit que : h = x a, k = y b, p = (a, b), q = (a, b) x y f (x, y) = f (a, b) + ph + qk + o ( h + k ) f (x, y) f (a, b) = f (x, y) f (x, b) + f (x, b) f (a, b) et en utilisant le théorème des accroissements nis, on a : f (x, y) f (x, b) = (y b) y (x, c x,y) f (x, b) f (a, b) = (x a) x (d x, b)

14 1144 Fonctions de plusieurs variables : diérentielle... avec c x,y compris entre y et b et d x compris entre a et x, de sorte que : ( f (x, y) f (a, b) ph qk = h x (d x, b) ) (a, b) x ( + k y (x, c x,y) ) (a, b) y Avec la continuité des dérivées partielles en (a, b), on déduit que pour tout réel ε > 0 il existe un réel η > 0 tel que les conditions u a < η et v b < η entraînent (u, v) (a, b) x x < ε, (u, v) (a, b) y y < ε. On déduit alors que pour x a < η, y b < η on a : c'est-à-dire le résultat souhaité. f (x, y) f (a, b) ph qk < ( h + k ) ε, Remarque 45.5 Du théorème précédent, on déduit que si f admet des dérivées partielles sur O qui sont continues en a, alors f est continue en a. La seule existence des dérivées partielles n'entraîne par la continuité en a comme le montre l'exemple de la fonction dénie sur R 2 par : { xy si (x, y) (0, 0) f (x, y) = x 2 + y2 0 si (x, y) = (0, 0) Corollaire 45.2 Soient O un ouvert de R n et f : O F admettant des dérivées partielles par rapport à toutes les variables en tout point de O. La fonction f est de classe C 1 sur O si, et seulement si, toutes les dérivées partielles x i sont continues sur O. Exercice 45.9 Soit φ C 1 (R, R). 1. Montrer que l'application : f : R 2 R φ (y) φ (x) (x, y) y x φ (x) si x y si x = y est continue. 2. Montrer que si φ est deux fois dérivable en a, la fonction f est alors diérentiable en (a, a). Solution Si φ C 1 (R, R), on peut alors écrire, pour tous x, y dans R : et pour x y, on a : φ (y) φ (x) = y x φ (u) du = (y x) 1 0 φ (x + t (y x)) dt f (x, y) = φ (y) φ (x) y x = 1 0 φ (x + t (y x)) dt

15 Dérivée suivant un vecteur, dérivées partielles 1145 Pour y = x, on a aussi f (x, x) = φ (x) = 1 (x, y) R 2, f (x, y) = φ (x) dt. On a donc : φ (x + t (y x)) dt La fonction (x, y, t) φ (x + t (y x)) étant continue sur R 2 [0, 1] et l'intégration se faisant sur un segment, on en déduit que f est continue sur R Pour tout (h, k) R 2, on a : f (a + h, a + k) f (a, a) = 1 0 φ (a + h + t (k h)) φ (a) dt Comme φ est dérivable en a, il existe une fonction δ : R R telle que : z R, φ (z) φ (a) = (z a) (φ (a) + δ (z)) et lim z a δ (z) = 0, ce qui nous donne pour tout t [0, 1] : et : φ (a + h + t (k h)) φ (a) = (h + t (k h)) (φ (a) + δ (a + h + t (k h))) f (a + h, a + k) f (a, a) = φ (a) avec : R (h, k) = = φ (a) ( h + k ) ( h + k h ) (h + k) + R (h, k) 0 ((1 t) h + tk) δ (a + h + t (k h)) dt 1 0 (h + t (k h)) δ (a + h + t (k h)) dt δ (a + (1 t) h + tk) dt Comme lim z a δ (z) = 0, pour tout réel ε > 0, il existe un réel η > 0 tel que : donc pour (h, k) 1 = h + k < η, on a : u < η δ (a + u) < ε (1 t) h + tk (h, k) 1 < η et : 1 δ (a + (1 t) h + tk) dt ε On a donc ainsi montré que : 0 f (a + h, a + k) f (a, a) = φ (a) (h + k) + o ( (h, k) 2 1 ) ce qui signie que f est diérentiable en (a, a) de diérentielle : df (a, h) : (h, k) φ (a) 2 h + φ (a) k 2 et en conséquence : (a, a) = x y (a, a) = φ (a) 2 Dans le cas où φ C 2 (R, R), la fonction f est de classe C 1 sur R 2.

16 1146 Fonctions de plusieurs variables : diérentielle... Exercice Soit f : X M n (R) det (X). Cette application étant polynomiale, elle est de classe C. Pour toute matrice X M n (R), on désigne par C (X) la comatrice de X. Montrer que, pour tous X, H dans M n (R), on a : df (X) (H) = Tr ( H t C (X) ) = Tr ( t C (X) H ) Solution Comme f est de classe C sur M n (R), elle est diérentiable et : df (X) (H) = 1 i,j n x ij (X) h ij De l'identité X t C (X) = det (X) I n, en notant C (X) = ((c ij (X))) 1 i,j n, on déduit que, pour tout i compris entre 1 et n, on a : f (X) = det (X) = x ik c ik (X) k=1 et comme les cofacteurs d'indice (i, k), c ik (X) = ( 1) i+k det (X i,k ), où X ik M n 1 (R) est la matrice extraite de X en supprimant la ligne i et la colonne k ne dépendent pas de x ij, on en déduit que : (X) = c ij (X) x ij et : df (X) (H) = ( ) c ij (X) h ij = c ij (X) h ij = 1 i,j n j=1 ( ( h t ij C (X) ) ) = ji = Tr ( H j=1 ( H t C (X) ) ii t C (X) ) = Tr ( t C (X) H ) Dans le cas particulier où E est de dimension nie égale à n 1, B = (e j ) 1 j n est une base de E, F est de dimension nie égale à m 1 et B = (e i) 1 i m est une base de F, une fonction m f qui associe à x = x j e j O un vecteur f (x) = f i (x) e i est diérentiable en a O si, j=1 et seulement si, chaque fonction f i : O R est diérentiable en a et on a pour tout vecteur h = h j e j, on a alors : j=1 df (a) (h) = j=1 h j x j (a) = m i h j (a) e i = x j La matrice de df (a) dans las bases B et B est donc : (( )) i J f (a) = (a) M m,n (R) x j 1 i m 1 j n j=1 La matrice J f (a) est la matrice jacobienne de f en a. ( m ) i (a) h j x j j=1 e i

17 Dérivée suivant un vecteur, dérivées partielles 1147 Pour m = 1, on a : J f (a) = ( (a),, ) (a) x 1 x n et on retrouve le vecteur gradient g f (a) = t J f (a). Dans la cas particulier où E = R n, F = R m et G = R, le théorème de composition des applications diérentiables (théorème 45.6) nous dit que : (on utilise les bases canoniques), soit : ( f (a),, f ) (a) = x 1 x n ce qui équivaut à : f x j (a) = J g f (a) = J g (f (a)) J f (a) ( y 1 (f (a)),, m (f (a)) i (a) (1 j n) y i x j ) (( )) i (f (a)) (a) y m x j 1 i m 1 j n Exemple 45.5 Pour le passage en coordonnées polaires dans R 2, on utilise : f : O = ]0, + [ ]0, 2π[ R 2 (r, θ) (r cos (θ), r sin (θ)) et pour g : f (O) R diérentiable, on dénit h : O R par h (r, θ) = g (r cos (θ), r sin (θ)) = g f (r, θ) et on a : h (r, θ) = cos (θ) (r cos (θ), r sin (θ)) + sin (θ) (r cos (θ), r sin (θ)) r x y h (r, θ) = r sin (θ) (r cos (θ), r sin (θ)) + r cos (θ) (r cos (θ), r sin (θ)) θ x y ce qu'on écrit plus simplement : h en posant (x, y) = (r cos (θ), r sin (θ)). (r, θ) = cos (θ) (x, y) + sin (θ) (x, y) x y r h (r, θ) = r sin (θ) (x, y) + r cos (θ) (x, y) θ x y Exemple 45.6 Sur R 3, on dispose du passage en coordonnées sphériques : (x, y, z) = (r cos (θ) sin (φ), r sin (θ) sin (φ), r cos (φ)) et en notant g (x, y, z) = h (r, θ, φ), on a avec des hypothèses adaptées : h (r, θ, φ) = cos (θ) sin (φ) (x, y, z) + sin (θ) sin (φ) (x, y, z) + cos (φ) (x, y, z) r x y z h (r, θ, φ) = r sin (θ) sin (φ) (x, y, z) + r cos (θ) sin (φ) (x, y, z) θ x y h (r, θ, φ) = r cos (θ) cos (φ) (x, y, z) + r sin (θ) cos (φ) (x, y, z) r sin (φ) (x, y, z) φ x y z

18 1148 Fonctions de plusieurs variables : diérentielle... Pour n = m, la matrice jacobienne est carrée d'ordre n et son déterminant est le déterminant jacobien de f en a. Ce déterminant jacobien intervient dans la formule de changement de variable pour les intégrales multiples. Dénition 45.7 Soient O un ouvert non vide de E et O un ouvert non vide de F. Un C 1 - diéomorphisme de O sur O est une application bijective φ : O O qui est de classe C 1 sur O et telle que son inverse φ 1 soit aussi de classe C 1 sur O. Théorème Soient O, O deux ouverts non vides de R n et φ : O O un C 1 -diéomorphisme. Si f : O R est une fonction intégrable sur O telle que la fonction f φ det (J φ ) soit intégrable sur O, on a alors : f (y) dy = f (φ (x)) det (J φ (x)) dx O O Démonstration. Voir S. Lang, Analysis Diérentielles d'ordre supérieur Dénition 45.8 On dit qu'une fonction f dénie sur un ouvert non vide O de E et à valeurs dans F est deux fois diérentiable sur O si elle est diérentiable sur O et si df : O L c (E, F ) est diérentiable sur O. On note alors d 2 f = d (df). Quand elle existe, d 2 f (x) est une application linéaire continue de E dans L c (E, F ). Dénition 45.9 On dit qu'une fonction f dénie sur un ouvert non vide O de E et à valeurs dans F est de classe C 2 sur O si elle est deux fois diérentiable sur O et si d 2 f est continue sur O. Par récurrence, on dénit les notions de fonctions p fois diérentiable [resp. de classe C p ] et de classe C sur O. Comme une fonction diérentiable est continue, on en déduit qu'une fonction p + 1 fois diérentiable sur O est de classe C p. Exemple 45.7 Une fonction constante sur E est de classe C. Exemple 45.8 Une application linéaire continue f L c (E, F ) est de classe C sur E avec df (x) = f pour tout x E et d p f (x) = 0 pour tout p 2 et tout x E puisque df est constante égale à f. Exemple 45.9 Une fonction f : O R m est p fois diérentiable [resp. de classe C p ] sur O si, et seulement si, chaque fonction f i : O R est p fois diérentiables [resp. de classe C p ] sur O. Exercice Soient E 1, E 2 des espaces normés et E = E 1 E 2 normé par : x = (x 1, x 2 ) E, x = max ( x 1, x 2 ) Montrer que toute application bilinéaire continue f de E dans F est de classe C sur E avec, pour tous x, h dans E : df (x) (h) = f (x 1, h 2 ) + f (h 1, x 2 ) d 2 f (x) (h) = df (h) p 3, d p f (x) (h) = 0

19 Diérentielles d'ordre supérieur 1149 Solution On a déjà vu que f est diérentiable sur E avec : df (x) (h) = f (x 1, h 2 ) + f (h 1, x 2 ) L'application df : x E df (x) L c (E, F ) est linéaire avec : df (x) (h) f (x 1, h 2 ) + f (h 1, x 2 ) f ( x 1 h 2 + h 1 x 2 ) f ( x 1 + x 2 ) h 2 f x h donc df (x) 2 f x et df est continue. Il en résulte que df est de classe C sur E avec d 2 f (x) = df et d p f = 0 pour tout p 3. Des résultats relatifs aux opérations sur les fonctions diérentiables, on déduit le suivant. Théorème Une combinaison linéaire, un produit (quand il a un sens), une composée d'applications p fois diérentiables [resp. de classe C p ] est p fois diérentiable [resp. de classe C p ]. Pour E = R n, on a pour f diérentiable sur O, df (x) (h) = h i (x) pour tout x O et x i tout h R n et dire que f est deux fois diérentiable sur O équivaut à dire que chaque fonction : O F est diérentiable sur O. Ces fonctions admettent donc des dérivées partielles qui x i sont les dérivées d'ordre 2 de f, à savoir les fonctions 2 f = ( ) pour 1 i, j n. x j x i x j x i Théorème Soient O un ouvert de R n et f : O F. La fonction f est de classe C 2 sur O si, et seulement si, elle admet des dérivées partielles d'ordre 1 et 2 en tout point de O et ces dérivées partielles sont toutes continues sur O. Théorème Soient O un ouvert de R n et f : O R deux fois diérentiable. Pour tout x O et tout h, k dans R n, on a : d 2 f (x) (h) (k) = 2 f (x) h i k j x j x i 1 i,j n Démonstration. On rappelle que df : O L c (E, F ). Pour tout x O et tout h R n, on a : ( ) d (df) (x) (h) = h i (df) (x) = h i (x) dx j x i x i x j=1 j ( ) 2 f = h i (x) dx j x j=1 i x j et : d 2 f (x) (h) (k) = ( ) 2 f h i (x) k j x j=1 i x j Avec les notations du théorème précédent, on peut remarquer que l'application (h, k) d 2 f (x) (h) (k) est bilinéaire, mais a priori pas symétrique, dans la mesure où l'existence des dérivées partielles d'ordre 2 n'assure pas l'égalité 2 f (x) = 2 f (x). x i x j x j x i On notera d 2 f (x) (h, k) pour d 2 f (x) (h) (k).

20 1150 Fonctions de plusieurs variables : diérentielle... Théorème (Schwarz) Soient O un ouvert de R n et f une fonction dénie sur O à valeurs réelles, diérentiable sur O et admettant sur O des dérivées partielles 2 f, pour x i x j tous i, j compris entre 1 et n, continues en un point a de O. Pour tous i, j compris entre 1 et n, on a : 2 f x y (a) = 2 f y x (a) Démonstration. On se contente du cas n = 2. Pour h, k strictement positifs tels que [a, a + h] [b, b + k] soit contenu dans O, on note : g (h, k) = f (a + h, b + k) f (a + h, b) f (a, b + k) + f (a, b). En notant φ (x) = f (x, b + k) f (x, b), on a g (h, k) = φ (a + h) φ (a) qui avec le théorème des accroissements nis s'écrit g (h, k) = hφ (a + θh), soit : ( ) g (h, k) = h (a + θh, b + k) (a + θh, b), x x ce qui peut s'écrire en utilisant à nouveau le théorème des accroissements nis : g (h, k) = hk 2 f y x (a + θh, b + θ k). En procédant de manière analogue avec la fonction ψ dénie par ψ (y) = f (a + h, y) f (a, y), on a : ( ) g (h, k) = ψ (b + k) ψ (b) = k (a + h, b + ηk) (a, b + ηk) y y = hk 2 f x y (a + η h, b + ηk). Ce qui donne 2 f y x (a + θh, b + θ k) = 2 f x y (a + η h, b + ηk) où les réels θ, θ, η, η sont dans ]0, 1[. En faisant tendre (h, k) vers (0, 0) et en utilisant la continuité des dérivées partielles d'ordre 2, en on déduit que 2 f x y (a, b) = 2 f (a, b). y x L'exemple de la fonction f dénie sur R 2 par f (0, 0) = 0 et f (x, y) = xy (x2 y 2 ) pour x 2 + y 2 (x, y) (0, 0) nous montre que le résultat précédent est faux si on en enlève l'hypothèse de continuité des dérivées partielles d'ordre 2 (voir l'exercice qui suit). Plus nement, on a le résultat suivant. Théorème (Schwarz) Soient O un ouvert de R n diérentielle d'ordre 2 en a O, on a alors entre 1 et n. 2 f x i x j (a) = et f : O R. Si f admet une 2 f (a) pour tous i, j compris x j x i Démonstration. Voir Cartan, pages 65 à 67. On déduit du théorème de Schwarz que si f : O R n R est deux fois diérentiable en a O, la forme bilinéaire d 2 f (a) est alors symétrique.

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal 19 Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal Dans un premier temps, E est un espace vectoriel réel de dimension n 1. 19.1 Espaces vectoriels euclidiens Dénition 19.1 On dit qu'une forme bilinéaire

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Le théorème du point xe. Applications

Le théorème du point xe. Applications 49 Le théorème du point xe. Applications 1 Comme dans le titre de cette leçon, le mot théorème est au singulier, on va s'occuper du théorème du point xe de Picard qui a de nombreuses applications. Le cas

Plus en détail

Extrema locaux (ou relatifs)

Extrema locaux (ou relatifs) Chapitre 3 Extrema locaux (ou relatifs) 3.0.77 DÉFINITION Soit f : U! R une fonction, U ouvert d un espace vectoriel normé E et a 2 U. On dit que f présente un minimum local (respectivement un maximum

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y )

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y ) COR TD 2 Année 21 Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R 2 R 2 f 1 x, y = 2x + y, x y f 2 : R R f 2 x, y, z = xy, x, y f : R R f x, y, z = 2x + y + z, y z, x

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES Pour le Jeudi 14 Octobre 2010 NOTATIONS Soit V un espace vectoriel réel ; l'espace vectoriel des endomorphismes de l'espace vectoriel V est désigné par L(V ). Soit f un endomorphisme de l'espace vectoriel

Plus en détail

un repère orthonormé de l espace.

un repère orthonormé de l espace. Terminale S GEOMETRIE Ch 13 DANS L ESPACE. Soit ( O ; i, j, k ) un repère orthonormé de l espace. I) Droites et plans dans l espace : Propriété 1 : Soient A et B deux points de l espace. AB est l ensemble

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0 Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0. Le théorème de Rolle sur un espace vectoriel normé Pour ce paragraphe, on se donne un espace vectoriel normé (E, ). Le théorème

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Optimisation des fonctions de plusieurs variables

Optimisation des fonctions de plusieurs variables Optimisation des fonctions de plusieurs variables Hervé Hocquard Université de Bordeaux, France 8 avril 2013 Extrema locaux et globaux Définition On étudie le comportement d une fonction de plusieurs variables

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 2010-2011

Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 2010-2011 Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 010-011 novembre 010 I Définition d une conique en terme d équation cartésienne On se place dans le repère orthonormé direct (0, i, j ).

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques 7 Généralités sur les fonctions numériques Une fonction numérique est, de manière générale, une fonction d une variable réelle et à valeurs réelles. 7.1 Notions de base sur les fonctions Si I, J sont deux

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J.

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. FAIVRE s de cours exigibles au bac S en mathématiques Enseignement

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Direction des Admissions et concours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail

Suites et Convergence

Suites et Convergence Suites et Convergence Une suite c est se donner une valeur (sans ambigüité) pour chaque N sauf peutêtre les premiers n. Donc une suite est une fonction : I R où I = N: = N. Notation : On note ( ) I R pour

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

C) Fiche : Espaces vectoriels.

C) Fiche : Espaces vectoriels. C) Fiche : Espaces vectoriels. 1) Définition d'un espace vectoriel. K= I ou est le corps des scalaires. E est un K-espace I vectoriel si et seulement si : C'est un ensemble non vide muni de deux opérations,

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Université Paris Diderot Langage Mathématique (LM1) Département Sciences Exactes 2011-2012 Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Durée : 3 heures Exercice 1 Dans les expressions suivantes, les

Plus en détail

CHAPITRE 6 Les vecteurs

CHAPITRE 6 Les vecteurs A/ Vecteurs Cours de Mathématiques Classe de Seconde Chapitre 6 Les Vecteurs CHAPITRE 6 Les vecteurs 1) Définition et exemples a) Définition Soient deux points A et B. On appelle vecteur AB "la flèche"

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail

1.1.1 Composantes contravariantes, covariantes d un vecteur

1.1.1 Composantes contravariantes, covariantes d un vecteur Chapitre 1 Prérequis Ce chapitre regroupe les définitions et les résultats sur les tenseurs qui sont utilisés dans la théorie des coques et des membranes. Il comprend deux parties : 1. L algèbre tensorielle,

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

1 Fonctions de plusieurs variables

1 Fonctions de plusieurs variables Université de Paris X Nanterre U.F.R. Segmi Année 006-007 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II. Chapitre 1 Fonctions de plusieurs variables Ce chapitre est conscré aux fonctions

Plus en détail

3 2 Séries numériques

3 2 Séries numériques BCPST 9 5 3 Séries numériques I Généralités A) Dénition Soit (a n ) n N une suite à valeurs dans R. On appelle série de terme général a n, et on note a n la suite dénie par : S n = On dit que S n est la

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Examen de l UE LM125 Janvier 2007 Corrigé

Examen de l UE LM125 Janvier 2007 Corrigé Université Pierre et Marie Curie Licence Sciences et Technologies MIME L énoncé est repris sur fond mauve. En prune : des commentaires. Examen de l UE LM15 Janvier 007 Corrigé Commentaires généraux barème

Plus en détail

Examen - septembre 2012. Question de cours Enoncer et démontrer l inégalité de Cauchy-Schwarz dans un espace euclidien. Quel est le cas d égalité?

Examen - septembre 2012. Question de cours Enoncer et démontrer l inégalité de Cauchy-Schwarz dans un espace euclidien. Quel est le cas d égalité? Université Paris Dauphine DEMIE e année Algèbre linéaire 3 Examen - septembre 01 Le sujet comporte pages. L épreuve dure heures. Les documents, calculatrices et téléphones portables sont interdits. Question

Plus en détail

Première partie. Deuxième partie

Première partie. Deuxième partie PC 96-97 correction épreuve X97 Première partie. f étant convexe sur l intervalle [t, t 2 ], sa courbe représentative est en dessous la corde joignant les points (t, f(t )) et (t 2, f(t 2 )). Comme f(t

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Probabilité conditionnelle et indépendance. Couples de variables aléatoires. Exemples

Probabilité conditionnelle et indépendance. Couples de variables aléatoires. Exemples 36 Probabilité conditionnelle et indépendance. Couples de variables aléatoires. Exemples (Ω, B, P est un espace probabilisé. 36.1 Définition et propriétés des probabilités conditionnelles Définition 36.1

Plus en détail

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque FNCTINS I Généralités sur les fonctions Définitions Soit D une partie de l'ensemble IR. n définit une fonction f de D dans IR, en associant à chaque réel de D, un réel et un seul noté f() et que l'on appelle

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

Cours Diagonalisation

Cours Diagonalisation Cours Diagonalisation par Pierre Veuillez 1 Objectif Pour une matrice A donnée, déterminer une matrice D diagonale et une matrice P inversible telle que A = P D P 1. Interprètation : Quelle relation reconnaît-on?

Plus en détail

Outils Mathématiques 4

Outils Mathématiques 4 Université de Rennes1 Année 5/6 Outils Mathématiques 4 Intégrales de surfaces résumé 1 Surfaces paramétrées éfinition 1.1 Une surface paramétrée dans l espace, est la donnée de trois fonctions de classes

Plus en détail

Extrait de cours maths 3e. Multiples et diviseurs

Extrait de cours maths 3e. Multiples et diviseurs Extrait de cours maths 3e I) Multiples et diviseurs Multiples et diviseurs Un multiple d'un nombre est un produit dont un des facteurs est ce nombre. Un diviseur du produit est un facteur de ce produit.

Plus en détail

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume.

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume. Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Introduction : Cette leçon s inscrit dans la continuité de la précédente. On supposera connu

Plus en détail

COURBES PARAMÉTRÉES. t + 1. c ex :]0, [ R n, t + Γ ex := c ex (I). c est une courbe paramétrée de classe C 2.

COURBES PARAMÉTRÉES. t + 1. c ex :]0, [ R n, t + Γ ex := c ex (I). c est une courbe paramétrée de classe C 2. COUBES PAAMÉTÉES 1 Propriétés géométriques des courbes paramétrées Soit n = 2 ou 3 et E n un espace ane associé à l'espace vectoriel n Soit une norme sur n Dénition 11 Une courbe paramétrée est une application

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S)

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S) MA 09 CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES (Classe terminale S) DURÉE : 5 heures La calculatrice de poche est autorisée, conformément à la réglementation. La clarté et

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours.

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours. Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Cours de mathématiques : Equation du second degré

Cours de mathématiques : Equation du second degré Cours de mathématiques : Equation du second degré I ) Formes de l'équation du second degré. L'équation du deuxiéme degré à une inconnue est celle où l'inconnue est élévé à la puissance de 2, sans y etre

Plus en détail

Calcul rapide des puissances

Calcul rapide des puissances Calcul rapide des puissances Par Mathtous Il s'agit de puissances à exposant entier naturel (avec la convention a 0 = 1, et a 1 = a). Si on applique la dénition pour calculer a n, on calcule de proche

Plus en détail

Produit scalaire dans l Espace

Produit scalaire dans l Espace Produit scalaire dans l Espace Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 014/015 Table des matières 1 Produit scalaire du plan 1.1 Différentes expressions du produit scalaire............................... 1.

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Formulaire de maths Algèbre linéaire et multilinéaire

Formulaire de maths Algèbre linéaire et multilinéaire Formulaire de maths Algèbre linéaire et multilinéaire Nom Formule Espaces vectoriels Famille libre On dit que la famille est libre si Famille liée On dit que la famille est liée si Théorème de la base

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 MATHÉMATIQUES Série S Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformément à la

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 4 : Dérivabilité. Terminale S1. Année scolaire 2008-2009 mise à jour 22 novembre 2008. Fig.

Cours de mathématiques. Chapitre 4 : Dérivabilité. Terminale S1. Année scolaire 2008-2009 mise à jour 22 novembre 2008. Fig. Cours de matématiques Terminale S1 Capitre 4 : Dérivabilité Année scolaire 008-009 mise à jour novembre 008 Fig. 1 Jean Dausset Fig. alliday Fig. 3 Joann Radon Il y a des gens connus et des gens importants-idée

Plus en détail

Intégrales curvilignes.

Intégrales curvilignes. Chapitre 1 Intégrales curvilignes. 1.1 Généralités 1.1.1 Courbes paramétrées dans le plan. Motivations, exemples. L exemple basique de courbe est la trajectoire décrite par un objet assimilée à un point

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Avertissement! Dans tout ce chapître, C désigne une partie convexe de IR n, et f une fonction. 9.1 Fonctions affines, convexes, strictement convexes

Avertissement! Dans tout ce chapître, C désigne une partie convexe de IR n, et f une fonction. 9.1 Fonctions affines, convexes, strictement convexes Chp. 9. Convexité Avertissement! Dans tout ce chapître, C désigne une partie convexe de IR n, et f une fonction numérique partout définie sur C. 9.1 Fonctions affines, convexes, strictement convexes Définition

Plus en détail

TD7. ENS Cachan M1 Hadamard 2015-2016. Exercice 1 Sous-espaces fermés de C ([0,1]) formé de fonctions régulières.

TD7. ENS Cachan M1 Hadamard 2015-2016. Exercice 1 Sous-espaces fermés de C ([0,1]) formé de fonctions régulières. Analyse fonctionnelle A. Leclaire ENS Cachan M Hadamard 25-26 TD7 Exercice Sous-espaces fermés de C ([,] formé de fonctions régulières. Soit F un sous-espace vectoriel fermé de C ([,] muni de la convergence

Plus en détail

CHAPITRE 7 Fonction carré et fonction inverse

CHAPITRE 7 Fonction carré et fonction inverse CHAPITRE 7 Fonction carré et fonction inverse A) La fonction "carré" : f() = ² ) Domaine de définition Elle est définie sur ℝ complet (on peut toujours multiplier deu nombres entre eu). 2) Sens de variation

Plus en détail

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007 ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 27 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES INGÉNIEURS DU CONTRÔLE DE LA NAVIGATION AÉRIENNE Épreuve commune obligatoire de MATHÉMATIQUES Durée : 4 Heures Coefficient

Plus en détail

Chapitre 6 La dérivation

Chapitre 6 La dérivation Capitre 6 La dérivation A) Nombre dérivé et tangente 1) Tangente en un point à une courbe et nombre dérivé Soit f(x) la fonction dont la courbe est représentée ci-dessus, et prenons deux points A et B

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail