ANNEXE 3 ANALYSE DU QUESTIONNAIRE «EGALITE FEMMES-HOMMES» EN DIRECTION DES AGENT-E-S DU CONSEIL GENERAL DE L ESSONNE (NOVEMBRE-DECEMBRE 2011)

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANNEXE 3 ANALYSE DU QUESTIONNAIRE «EGALITE FEMMES-HOMMES» EN DIRECTION DES AGENT-E-S DU CONSEIL GENERAL DE L ESSONNE (NOVEMBRE-DECEMBRE 2011)"

Transcription

1 ANNEXE 3 ANALYSE DU QUESTIONNAIRE «EGALITE FEMMES-HOMMES» EN DIRECTION DES AGENT-E-S DU CONSEIL GENERAL DE L ESSONNE (NOVEMBRE-DECEMBRE 2011) 76

2 INTRODUCTION En mai 2007, le Conseil général de l Essonne a adopté ses orientations en matière d'égalité entre les femmes et les hommes, déclinées en un Plan d'actions départemental : le PADEFH. Le bilan sur la période a été adopté par l Assemblée départementale en mars Suite à la signature de la Charte européenne pour l'égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale en mai 2009, le Conseil général s est engagé à refondre le PADEFH pour l adapter aux différents principes de la Charte. Le questionnaire visait à sensibiliser le personnel départemental sur l égalité entre les femmes et les hommes et à mesurer leurs connaissances sur cette thématique. Enfin cet avis participatif avait pour autres objectifs d augmenter la visibilité du PADEFH et de recenser les besoins identifiés par les agent-e-s et leurs propositions d actions, afin de les prendre en compte lors de l élaboration des nouvelles fiches du plan. Ces éléments ont largement été inclus dans la refonte et l avis des agent-e-s sera consultable sur le site intranet «Egram». Le questionnaire, anonyme et déclaratif, se divisait en deux parties : une première partie d identification du-de la répondant-e et une seconde partie comprenant dix questions. Il a été distribué dans le cadre d une campagne de communication interne comprenant six clichés d agent-e-s dont l objectif était de remettre en cause les idées reçues concernant l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Il a été diffusé en version papier au restaurant inter-administratif, sur le temps du repas, pendant trois jours en novembre 2011 et par courrier au personnel des collèges. Une version électronique était également disponible sur le site intranet de la collectivité pendant cinq semaines entre novembre et décembre PARTICIPATION RESULTATS DU QUESTIONNAIRE 225 questionnaires exploitables ont été recueillis; soit un taux de réponses de 5,5% des 4090 agent-e-s de la collectivité. Répartition des répondant e s par DGA DGAS 38% DGACQV 24% DGAAR 15% DGAEE 12% AUTRES* 9% DGAADT 2% 0% 10% 20% 30% 40% Parmi les répondant-e-s, par ordre décroissant, 38% sont rattachés à la DGAS 5, 24% à la DGACQV 6, 15% à la DGAAR 7, 12% à la DGAEE 8, 2% à la DGAADT 9 et 9% à d autres directions (DGS 10, DGATEQ 11, Cabinet). La comparaison entre le nombre total d agent-e-s et le nombre de répondante-s par direction met en lumière une certaine représentativité pour les DGAS, DGAEE et la DGAADT. 5 DGAS : Direction Générale Adjointe (DGA) des Solidarités 6 DGACQV : DGA Citoyenneté et Qualité de Vie 7 DGAAR : DGA Administration et Ressources 8 DGAEE : DGA Equipements et Environnement 9 DGAADT : DGA Aménagement et Développement des Territoires 10 DGS : Direction Générale des Services 11 DGATEQ : DGA Territorialisation, Evaluation et Qualité 77

3 Effectif total des agent-e-s par DGA Pourcentage de répondant-e-s par DGA Femmes Hommes Total de la DGA sur l effectif Femmes Hommes Total des répondant-e-s départemental DGAS 93% 7% 40,68% 86% 9% 38% DGACQV 68% 32% 36,20% 61% 39% 24% DGAAR 65% 35% 9,98% 79% 26% 15% DGAEE 43% 57% 9,30% 67% 33% 12% DGAADT 74% 26% 1,52% 100% 0% 2% AUTRES (DGS, DGATEQ, CAB) 70% 30% 2,3% (0,49% ; 0,22% ; 1,59%) 50% 50% 9% TOTAL 75% 25% 75% 25% La participation sexuée est équivalente à la répartition sexuée de la collectivité, avec 75% de femmes et 25% d hommes. Une participation masculine conséquente, supérieure à la répartition sexuée des effectifs par DGA, est à noter au sein de la DGACQV et la DGAS. La participation féminine est surreprésentée, quant à elle, au sein de la DGAAR, la DGAEE et la DGAADT. 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Répartition des effectifs par catégorie 47% 51% 31% 28% 21% 19% Catégori e A Catégorie B Catégorie C Répondant e s Personnel départemental Concernant les catégories, nous retrouvons 47% d agent-e-s de catégorie A, 31% de catégorie B et 19% de catégorie C, alors que le personnel départemental est composé de 21% agent-e-s de catégorie A, 28% agent-e-s de catégorie B, 51% agent-e-s de catégorie C 12. On observe donc une plus forte participation du personnel de catégorie A par rapport aux autres catégories. Quant à la composition par statut, 84% des répondant-e-s sont titulaires et 12% non titulaires, reflétant la composition départementale par statut (90% de titulaires). 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 51% Répartition des effectifs par filière 35% 18% 14% Filière Filière administrative sanitaire et sociale Répondant e s 23% 39% Filière technique 4% 1% Filière sportive et culturelle Personnel départemental La répartition par filière montre une forte participation des filières administrative (51% de répondant-e-s alors qu elles-ils représentent 35% des agent-e-s de la collectivité), et sanitaire et sociale (18% des répondant-e-s alors qu elles-ils représentent 14% de l effectif). Une moins forte participation de la filière technique (23% des répondant-e-s alors qu ils représentent 39% 13 de l effectif) est à noter. Les filières sportive et culturelle sont représentées à 4% tandis que l effectif départemental s élève à 1,17%. 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Répartition des effectifs par âge 52% 47% 43% 40% 8% 8% ans ans 46 ans et + Répondant e s Personnel départemental Concernant le profil des tranches d âge des répondant-e-s, 8% ont déclaré avoir entre 18 et 30 ans, 43% de 31 à 45 ans et 47% sont âgés de 46 ans et plus. Ces chiffres reflètent à quelques points près la répartition des agent-e-s par tranche d âge, soit 8,42% ont entre 18 et 30 ans, 39 % entre 31 et 45 ans et 52% plus de 46 ans. 12 Chiffres Bilan social

4 2. ANALYSE PAR QUESTION Q1 : Qu évoque pour vous l égalité entre les femmes et les hommes? 100% 80% 60% 40% 20% 0% Qu'évoque l'égalité femmes hommes? 84% Un combat à mener pour que l'égalité se réalise dans les faits 8% 7% 1% Un principe déjà atteint ou proche de l'être Un débat non prioritaire Un combat dépassé Parmi les quatre réponses possibles, 84 % des répondant-e-s considèrent que l égalité entre les femmes et les hommes est «un combat à mener pour qu elle se réalise dans les faits». On observe que les femmes conçoivent majoritairement l égalité comme un combat à mener en vue d une réalisation effective (88% des femmes interrogées pour 60% des hommes interrogés). Plus de la moitié des femmes, envisageant la problématique égalitaire comme une lutte, appartiennent à la filière administrative. La filière sanitaire et sociale est également surreprésentée pour cet item. Si seulement 8 % des répondant-e-s estiment qu il s agit d un «principe déjà atteint ou proche de l être», il est à noter que cette réponse a été choisie par 23% des hommes interrogés. Ce choix témoigne d une approche différente des hommes au regard des avancées de l égalité entre les femmes et les hommes. De même, pour 7 % des agent-e-s l égalité des sexes constitue «un débat non prioritaire» au regard d autres thèmes sociétaux jugés plus importants. Enfin, 1% des enquêté-e-s jugent que «ce combat est dépassé». La grande majorité des enquêté-e-s a perçu le décalage entre l égalité légale et l égalité réelle. Q2 : Qu évoque pour vous la notion de genre? notion permettant de briser les stéréotypes sujet faisant polémique terme difficile à comprendre ne se prononce pas Qu'évoque la notion de genre? 5% 20% 28% 60% 0% 20% 40% 60% 80% A la question de la perception de la notion de genre, les enquêté-e-s déclarent massivement qu elle permet de «briser les stéréotypes et préjugés adjugés aux femmes et aux hommes», soit un total de 130 personnes (101 femmes et 29 hommes), l occurrence de cette réponse est légèrement plus importante chez les répondants (66%) que chez les répondantes (59%). La répartition par catégorie A, B ou C est équilibrée. 60 répondant-e-s (46 femmes et 14 hommes) considèrent que la notion de genre est «un sujet faisant polémique, inscrit au nouveau programme de SVT». Nous constatons une surreprésentation des catégories A et B pour cet item. Enfin, 42 personnes (35 femmes et 7 hommes) pensent que la notion de genre relève «d une problématique savante difficile à appréhender». La répartition par catégorie est équilibrée. Ces résultats mettent en lumière une réelle prise de conscience de la part de l ensemble des personnes interrogées du profond ancrage des stéréotypes de genre dans nos représentations collectives et de la nécessité de les déconstruire à tous les niveaux. 79

5 Q3 : Quels sont les enjeux d une politique de promotion de l égalité entre les femmes et les hommes? Quels sont les enjeux d'une politique de promotion de l'efh? l'accès égal aux postes à responsabilités l'égalit é professionnelle ent re les agent - 66% 64% plus de 46 ans qui ont mentionné le plus l option «l égal accès des femmes et des hommes aux postes à responsabilités». Cette réponse correspond à une inquiétude légitime des femmes avec une longue expérience professionnelle redoutant d être confrontée au plafond de verre qui les empêche d accéder à des postes à responsabilités. l'éducation non sexiste la lutte contre les violences faites aux l'articulation des temps de vie l'éducation à la sexualité 8% 48% 43% 52% 0% 20% 40% 60% 80% Concernant les enjeux d une politique de promotion de l égalité entre les genres, les réponses les plus fréquemment choisies sont «l égalité professionnelle entre les agent-e-s» (salaire, évolution de carrière ) et «l accès égal des femmes et des hommes aux postes à responsabilités» (respectivement 132 et 131 occurrences): l'accès égal à des postes à responsabilité constitue un enjeu prioritaire à la politique de promotion EFH dans 66% des réponses, l'égalité professionnelle entre les agent-e-s constitue un enjeu prioritaire à la politique de promotion EFH dans 64% des réponses. On ne note pas de différence de réponse entre les femmes et les hommes. Pour l item «l égalité professionnelle entre les agent-e-s», les femmes âgées entre 31 et 45 ans représentent la part la plus importante de l échantillon. En revanche, ce sont les femmes de Ensuite, l item «éducation non sexiste et les relations filles garçons» a été cité dans plus de la moitié des réponses, soit 112 fois. «La lutte contre les violences faites aux femmes» représente également un enjeu important (citée dans près de la moitié des réponses soit 94 fois). «L articulation des temps de vie» apparaît dans près de la moitié des réponses (71 fois). La question de «l éducation à la sexualité et à la santé sexuelle» constitue un enjeu de moindre importance selon les enquêté-e-s (8% des réponses, soit 17 occurrences). Les répondant-e-s ne font pas nécessairement le lien entre la lutte contre les stéréotypes genrés et l éducation à la sexualité, parmi lesquelles sont abordées les relations fillesgarçons. Si l égal accès aux postes à responsabilités et l égalité professionnelle sont des enjeux clairement identifiés par les répondant-e-s, les préalables à cette égalité réelle ont également bien été perçus. En effet, nous savons qu une bonne articulation des temps de vie (favoriser la parentalité des deux parents, respecter les horaires de travail et les temps partiels, développer les modes de garde des enfants ) et la résorption des violences conjugales constituent des conditions à un meilleur équilibre entre les genres. La ségrégation professionnelle se nourrit de ces phénomènes sociétaux sur lesquels il est nécessaire d agir de manière transversale. 80

6 Q4 : Connaissez vous le PADEFH? Connaissez vous le PADEFH? 65% Non F 35% % des personnes interrogées ne connaissent pas le PADEFH. Quel que soit le genre, les agent-e-s de catégorie A ont majoritairement répondu «oui» à cette question. En revanche, la répartition par catégorie est équilibrée pour les réponses négatives : les agent-e-s A, B ou C ont répondu «non» dans une proportion quasiment égale. Ce sont les femmes situées dans la tranche d âge 46 à H 56 Oui 60 ans qui ont majoritairement répondu «non» suivies par la tranche d âge des 31 à 45 ans. Ces résultats prouvent la nécessité de réaliser des campagnes internes de sensibilisation en direction de tous les agent-e-s et d intégrer la question du genre dans les politiques publiques. Les actions qui pourraient être déployées comprennent notamment la présentation des politiques transversales aux nouveaux-elles arrivant-e-s, la formation des agente-s et des élu-e-s à la transversalité de l égalité entre les femmes et les hommes, et le développement d outils documentaires à disposition des agent-e-s sur les différentes thématiques liées à l EFH. En définitive, il est nécessaire de renforcer la visibilité de cette politique transversale et d adopter une démarche pédagogique envers toutes-tous les agente-s. Q5 : Sur quelles thématiques le Conseil général devrait-il renforcer sa politique d égalité femmes-hommes? 81

7 Sur le rôle politique du Conseil général : «la lutte contre les stéréotypes sexistes et sexuels» a été le choix plébiscité par les enquêté-e-s. En effet, 131 personnes ont cité cet item qui revient dans 61% des réponses, dont 107 femmes. Toutefois, si cette thématique recueille un nombre conséquent de voix, l importance de «promouvoir l égalité femmes-hommes par des actions de sensibilisation/communication» a aussi été affirmée : 106 personnes ont choisi cette option qui est citée dans 50% des réponses dont 82 femmes. Parallèlement, 39 agent-e-s considèrent que le Conseil général devrait renforcer sa démarche politique sur l égalité femmeshommes tant par le biais d actions de sensibilisation que par la lutte contre les stéréotypes sexistes et sexuels. Les deux options semblent donc être nécessaires pour les agent-e-s. Quant au rôle d employeur du Conseil général : 173 agent-e-s (140 femmes et 33 hommes) souhaitent l application d un plan d égalité professionnelle (rémunération, évolution, mixité, etc.) qui est cité dans 83% des réponses, 98 penchent pour une meilleure articulation des temps de vie (adapter les horaires de réunion ) (44% des réponses) et 60 personnes approuvent le développement de la sensibilisation du personnel à la question de l égalité femmes-hommes (30% des réponses). La primauté de la thématique de l égalité professionnelle sur la question de l articulation des temps de vie témoigne d une certaine réticence du corps social à l immixtion de l employeur dans la sphère privée. Toutefois, les frontières bougent, l enjeu de l implication des organisations dans les problématiques intimes des individus qui les composent notamment pour améliorer le bien-être au travail (violences conjugales et intrafamiliales, gardes d enfants ) est de plus en plus présent. Les différences de réponses entre les femmes et les hommes: L'application d'un plan d'égalité professionnelle est une priorité pour les deux sexes (84% des réponses des femmes, 77% des réponses des hommes). Si la lutte contre les stéréotypes sexistes et sexuels constitue clairement la deuxième réponse des femmes (63% d'occurrence) ; chez les hommes cette préoccupation est à égalité avec la promotion de l EFH par des actions de sensibilisation et de communication (55% pour ces deux thématiques chez les hommes). Ce qui revient le moins chez les femmes concerne le développement d'actions de sensibilisation du personnel à l'efh; chez les hommes c'est l'articulation des temps de vie. Q6 : Votre direction est-elle concernée par l égalité entre les femmes et les hommes? Votre direction est elle ou devraitelle être concernée par l'efh? 100% 80% 60% 40% 20% 0% 79% 18% 3% Oui Non Ne se prononce pas Si la visibilité du PADEFH doit être améliorée, la problématique de l égalité femmes-hommes est en revanche bien intégrée. En effet, 79 % des personnes interrogées, dont une proportion plus importante de femmes que d hommes, considèrent que leur direction est ou devrait être concernée par l égalité entre les femmes et les hommes (EFH). Une part importante des réponses positives émane de la DGACQV et de la DGAS (84% et 81% respectivement). Les directions "autres" (Cabinet, DGS, DGATEQ) se démarquent nettement et apparaissent très partagées avec autant de réponses négatives que positives. Parmi les DGA qui semblent le moins concernées on repère la DGAAR (29% de réponses négatives) et la DGAEE (22% de réponses négatives). Cependant, au vu de la faiblesse des effectifs des personnes interrogées ces résultats ne sont pas significatifs. 82

8 Oui Non En quoi votre direction est concernée (ou pas)? Nombre % Mixité des équipes 40 22% Tout le monde est concerné 26 14% Plafond de verre 21 11% Nécessité de déconstruire les stéréotypes en interne 14 8% Articulation des temps de vie 10 6% Exemplarité sur l'efh en termes de ressources humaines 10 6% Transversalité et conditionnalisation des aides 6 3% Déconstruction des stéréotypes sexués des publics cibles de la direction 5 2% Autre 11 6% Ne se prononce pas 40 22% TOTAL OUI % Inexistence d'inégalités ou de discriminations sexistes 13 27% Mixité des équipes 11 23% Plafond de verre dépassé 8 17% La question est jugée "orientée" ou "sans intérêt" 2 4% Autre 2 4% Ne se prononce pas 12 25% TOTAL NON 48 18% Parmi les enquêté-e-s ayant répondu positivement, 22% des réponses (soit 40 personnes) évoquent la question du «manque de mixité des équipes», 16% des réponses (26 personnes) estiment que l égalité femmes-hommes «concerne tout le monde», 12% des réponses (21 personnes) soulignent la persistance du phénomène du «plafond de verre», 8% des réponses (14 personnes) mentionnent la nécessité de «déconstruire les stéréotypes en interne», 10 mettent en évidence «l articulation des temps de vie», une dizaine relève l importance de «l exemplarité sur l EFH en termes de ressources humaines», 6 font référence à la «transversalité et à la conditionnalisation des aides». Enfin, 5 personnes insistent sur la «déconstruction des stéréotypes sexués des publics cibles». Les femmes comme les hommes se sont davantage prononcés en faveur de la mixité des équipes, cependant la réponse "tout le monde est concerné" revient plus souvent chez les hommes (19%) que chez les femmes (15%). Parmi les 18% d enquêté-e-s ayant répondu négativement, l'inexistence de discriminations ou d'inégalités est citée en premier lieu : 32% d'occurrences), du fait d'une prédominance des réponses masculines (64%). En effet, parmi les femmes c'est la mixité des équipes qui revient le plus (31% d'occurrence). 13 avancent qu il n existe ni inégalités ni discriminations sexistes au sein de leur direction, 11 signalent une «bonne mixité des équipes», 8 jugent que le «plafond de verre est un phénomène dépassé», enfin 2 personnes jugent la question «orientée» ou «sans intérêt». Il est important de souligner la place du «Ne se prononce pas», qui représente approximativement un quart tant des réponses positives que négatives. Les agent-e-s ne sont pas encore en mesure d appréhender la raison pour laquelle leur direction serait ou non concernée par l égalité entre les femmes et les hommes. Ces résultats montrent la nécessité d informer les personnes sur ce que recouvre cette problématique égalitaire, et au-delà de cela, de veiller à ne pas la circonscrire aux seules questions de la représentativité aux niveaux supérieurs d encadrement, aux discriminations sexistes et à la diversification des choix de métiers. En effet, de nombreuses actions entrent dans le cadre de cette promotion de l égalité entre les genres telles que la féminisation des noms de métiers, de fonctions, de grades et de titres, l articulation des temps de vie, la généralisation des statistiques sexuées, etc. 83/87

9 Q7 : Dans votre activité professionnelle, quelles bonnes pratiques en matière d'égalité femmeshommes ont été mises en place? Cette question a recueilli une grande majorité de réponses sur le champ «rien à signaler» soit 61% (ce qui correspond à 138 réponses). Ceci peut être dû à plusieurs possibilités : un essoufflement du-de la répondant-e qui ne comprend pas l intérêt de la question, un manque de visibilité des agent-e-s sur ces bonnes pratiques, voire même une inexistence de celles-ci au sein de leurs directions respectives, ou à une incompréhension de la part des agent-e-s sur l intégration du genre dans leur pratique professionnelle. Toutefois, cet élément conforte la nécessité de sensibiliser l ensemble des agent-e-s à l intégration du genre dans les politiques publiques. Dans votre activité professionnelle, quelles bonnes pratiques en matière d'efh ont été mises en places? Nécessité de déconstruire les stéréotypes en interne 1% Féminisation Déconstruction des stéréotypes sexués des publics cibles de la direction 3% 3% Plafond de verre 5% Exemplarité sur l EFH en termes de ressources humaines L égalité est déjà acquise Autre 6% 7% 7% Articulation des temps de vie 11% Mixité des équipes 24% 0% 5% 10% 15% 20% 25% Parmi les personnes ayant signalé une ou plusieurs bonnes pratiques, l ensemble des répondant-e-s ont retenu des réponses en lien avec les ressources humaines, en ne privilégiant donc pas des exemples dans le cadre de leur quotidien professionnel : 24% des personnes qui estiment que leur direction est ou doit être concernée par l'efh, signalent des pratiques autour de la mixité des équipes en mettant en avant la nécessaire diversification des choix professionnels et 11% autour de l'articulation des temps de vie. Parmi les autres pratiques signalées, 6% ont cité des actions positives en lien avec «l exemplarité en termes de ressources humaines», 5% ont penché pour l utilité de briser «le plafond de verre». A peine 3% des répondant-e-s ont mis en avant la nécessité de «déconstruire les stéréotypes sexués des publics cibles de la direction». 1% ont finalement cité la nécessité de «déconstruire les stéréotypes sexués en interne» au Conseil général. Au regard de cette faible fréquence d occurrence, l enjeu de l égalité entre les femmes et les hommes sur les dispositifs auprès des publics cibles des directions n est pas identifié par les personnes interrogées. Les effectifs sont trop faibles et le taux de personnes ne se prononçant pas trop important pour faire une analyse de la répartition des réponses par genre ou par DGA qui soit significative. 84/87

10 Q8 : Lesquelles de ces pratiques pourraient être étendues à l'ensemble de la collectivité, et intégrées au PADEFH? Nombre % des personnes ayant signalé des pratiques % au total des répondant-e-s Articulation des temps de vie 8 24% 4% Mixité des équipes 7 20% 3% Plafond de verre 7 20% 3% Formation et sensibilisation 3 9% 1% Une ou plusieurs pratiques Déconstruire les stéréotypes 3 9% 1% Egalité salariale 3 9% 1% Transversalité et 6% 2 conditionnalisation des aides 1% Lutter contre les violences faites 3% 1 aux femmes 0.5% TOTAL % 12% Inexistence d'inégalités 2 1% Autre 6 3% Ne se prononce pas % Sur la question de l extension de ces bonnes pratiques à l ensemble de la collectivité on constate le même phénomène d essoufflement analysé auparavant, qui s amplifie davantage, étant donné que la réponse «Ne se prononce pas» atteint jusqu à 85% des réponses. Ce taux élevé de NSPP peut aussi se justifier par la méconnaissance des agent-e-s des actions portées par le PADEFH, comme on a vu dans la question 4. Tout en ayant signalé le peu de réponses sur des bonnes pratiques à étendre à l ensemble de la collectivité et à intégrer au PADEFH, des tendances peuvent être dégagées sur les actions que les personnes interrogées souhaiteraient généraliser. On observe la coïncidence avec les items auparavant signalés. «L articulation des temps de vie» est priorisée par 24% des répondant-e-s ayant signalé une ou plusieurs bonnes pratiques. La «diversification des choix de métiers» à travers la mixité dans les équipes et la «lutte contre le plafond de verre» arrivent chacune à obtenir 20% des réponses. La «formation et la sensibilisation», la «déconstruction des stéréotypes» et la poursuite de «l égalité salariale» obtiennent chacune 9% des réponses. «La transversalité et la conditionnalisation des aides» est un enjeu à généraliser pour 6% des répondant-e-s et «la lutte contre les violences faites aux femmes» arrive en dernière position avec 3% des réponses. Les effectifs sont trop faibles et le taux de personnes ne se prononçant pas trop important pour faire une analyse de la répartition des réponses par genre ou par DGA qui soit significative. Q9 : Plus largement, avez-vous des propositions à formuler pour améliorer le PADEFH et lutter contre les inégalités que vous pouvez constater? Une ou plusieurs propositions Nombre % des personnes ayant signalé des propositions % au total des répondant-e-s Combattre les plafonds de verre 30 21% 13% Articuler les temps de vie 25 18% 11% Prévention, formation et sensibilisation 24 18% 11% Favoriser l'égalité salariale 14 10% 6% Améliorer la mixité des équipes 10 7% 4% Diversification des choix de métiers 5 6% 2% Lutter contre les violences faites aux femmes 3 2% 1% Déconstruire les stéréotypes sexistes 3 2% 1% Autre 23 16% 10% TOTAL % 59% Ne connaît pas le PADEFH et/ou préfère prendre connaissance du PADEFH avant de répondre et/ou il faut plus de communication ou mieux communiquer 11 9% autour du PADEFH Aucune proposition 39 28% Ne sait pas ou ne se prononce pas 62 17% 85/87

11 Alors qu on aurait pu croire à un essoufflement définitif des répondant-e-s face à cette dernière question, qui avait été conçue comme l aboutissement des questions sept et huit, on observe que la réponse «Ne sait pas ou ne se prononce pas» est en net recul, et n obtient que 17%. Même quand on l additionne aux réponses «aucune proposition» ou «ne connaît pas le PADEFH», on constate que la grande majorité des répondant-e-s, à savoir 59%, a fourni une ou plusieurs propositions. Parmi les propositions des agent-e-s pour améliorer le PADEFH, on constate la même présence des réponses en lien avec les ressources humaines et l exemplarité en interne. 21% des répondant-e-s ayant proposé des améliorations au PADEFH signalent la nécessité de «combattre les plafonds de verre». Il est à noter que cette proposition est plébiscitée par les répondantes : une femme sur cinq met en avant cette nécessité. 18% des répondant-e-s insistent sur «l articulation des temps de vie» et la «prévention et la sensibilisation», 10% penchent pour «l égalité salariale», 7% sur «l amélioration de la mixité des équipes», 6% sur la «diversification des choix des métiers», 2% sur les «violences faites aux femmes» ainsi que sur la «déconstruction des stéréotypes sexistes». Q10 : Utilité de désigner des agent-e-s relais d information du PADEFH en complément des référents? Une large majorité des enquêté-e-s, soit 62 % (dont 67% de femmes), perçoit l utilité de la mise en place d agent-e-s relais du PADEFH. L utilité de ces dernier-ère-s résiderait notamment dans la diffusion des bonnes pratiques, dans le recueil et la transmission des informations aux agent-e-s référent-e-s du PADEFH nommé-e-s par chaque direction, dans la lutte contre les stéréotypes de genre, etc. On observe une corrélation entre le manque de visibilité du PADEFH au sein du Conseil général et la perception positive d un projet de désignation d agent-e-s relais. Au sein des deux directions, qui concentrent le plus grand effectif de personnes favorables à la mise en place d'agent-e-s relais, on observe que 73% des femmes de la DGAS et 72% des femmes de la DGACQV y sont favorables, soit davantage que la moyenne féminine totale des personnes interrogées. Parallèlement, 70% des répondants hommes travaillant à la DGAS y sont opposés, les autres effectifs opposés sont trop faibles pour être analysés. Ce sont les agent-e-s se situant dans la tranche d âge de 46 à 60 ans qui représentent la part la plus importante des réponses positives. 86/87

12 3. ANALYSE CROISEE et CONCLUSIONS Ce questionnaire sur l égalité entre les femmes et les hommes en direction des agent-e-s du Conseil général avait pour objectifs d augmenter la visibilité du PADEFH et de démarrer une démarche participative, qui leur permette en même temps de s interroger sur l intégration du thème de l égalité dans leurs pratiques professionnelles et d être force de propositions pour améliorer ce plan transversal. Force est de constater que l égalité entre les femmes et les hommes est majoritairement perçue comme un enjeu lié aux ressources humaines. Avoir distribué le questionnaire parallèlement à une campagne de communication interne sur la diversification des choix des métiers a sans doute influencé les réponses en ce sens, mais le questionnaire avait été conçu pour répertorier l ensemble des initiatives sur l égalité femmes-hommes en termes de pratiques professionnelles. En effet, l action sur la déconstruction des stéréotypes n apparaît pas comme une orientation prioritaire dans les questions ouvertes. Ce résultat n est pourtant pas surprenant puisque les questions fermées 2 et 5 témoignent d une réelle prise de conscience de la part des personnes interrogées du profond ancrage des stéréotypes de genre dans les représentations collectives et de la nécessité de renforcer leur déconstruction. L exemplarité des usages internes en matière de ressources humaines constitue donc une préoccupation majeure pour les agent-e-s qui se sont exprimé-e-s dans les questions ouvertes ; à la fois dans ce qui existe déjà et dans ce qui pourrait être amélioré ou étendu au sein de la collectivité. En effet, «la mixité des équipes» a été plébiscitée et identifiée comme une bonne pratique au sein des directions auxquelles appartiennent les répondant-e-s ; pratique qui, selon elles-eux, pourrait néanmoins être étendue à l ensemble du Conseil général. Ce thème a été cité 96 fois. L extension et l amélioration de la «lutte contre le plafond de verre» représentent également des enjeux significatifs (thème cité 79 fois). Même si une bonne «articulation des temps de vie» a été observée au sein des directions, les répondant-e-s ont considéré que cette mesure devait être généralisée à toute la collectivité (citée 53 fois). Parmi les propositions avancées pour améliorer le PADEFH, la prévention, la sensibilisation, la formation et l égalité salariale ont été citées à 38 reprises. Ces mesures s inscrivent dans une perspective d exemplarité en matière de politique RH et soulignent, de la part des agent-e-s qui se sont exprimé-e-s, la volonté d œuvrer pour la résorption des inégalités entre les genres. Il s agit d une particularité de l égalité entre les femmes et les hommes, en comparaison aux autres enjeux transversaux de la collectivité. Cette politique peut en effet s intégrer de façon transversale aux dispositifs portés en direction des Essonniennes et des Essonniens, mais elle est majoritairement vécue par les agent-e-s comme un levier essentiel des ressources humaines. L exemplarité en interne se dégage comme une forte attente des agente-s du Conseil général, et celle-ci a été entendue dans la refonte du PADEFH. 87/87

Les Français et le handicap visuel

Les Français et le handicap visuel Janvier 015 Enquête TNS Sofres pour la Fédération des Aveugles de France Rapport de résultats 48UA53 Rappel méthodologique Echantillon Enquête réalisée par téléphone auprès d un échantillon de 1005 personnes

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF)

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Réalisé par le Service Etudes et Diagnostics de Sodie

Plus en détail

LES PRIORITES DE SIMPLIFICATION VUES PAR LES USAGERS LES ENTREPRISES I. EN BREF :

LES PRIORITES DE SIMPLIFICATION VUES PAR LES USAGERS LES ENTREPRISES I. EN BREF : LES PRIORITES DE SIMPLIFICATION VUES PAR LES USAGERS LES ENTREPRISES La Direction Général de la Modernisation de l Etat souhaite faire de l écoute des usagers (particuliers, entreprises, collectivités

Plus en détail

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015 1 Introduction Au début de l année 2015, l EHPAD La Vasselière a réalisé une enquête de satisfaction auprès des résidents et des familles. Celle-ci s est articulée autour de 6 thèmes : Situation personnelle

Plus en détail

Résultat du questionnaire «Positionnement du Congrès des Suisses de l étranger»

Résultat du questionnaire «Positionnement du Congrès des Suisses de l étranger» Résultat du questionnaire «Positionnement du Congrès des Suisses de l étranger» But du questionnaire Analyser le positionnement actuel du Congrès des Suisses de l étranger afin de savoir s il faut modifier

Plus en détail

Association des Directeurs Généraux des Grandes Collectivités

Association des Directeurs Généraux des Grandes Collectivités Association des Directeurs Généraux des Grandes Collectivités Enquête sur les modalités d exercice des fonctions de Directeur Général dans les Grandes Collectivités KPMG Secteur public 5 juin 2013 1. Présentation

Plus en détail

9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale

9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale Assemblée Nationale 9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale 7 Novembre 2011 9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale Assemblée Nationale 7 Novembre 2011 Assemblée Nationale 9 èmes Rencontres de l Épargne

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

BVA / Orange / Forum d Avignon. Les Français et la culture numérique

BVA / Orange / Forum d Avignon. Les Français et la culture numérique Octobre 2010 BVA / Orange / Forum d Avignon Les Français et la culture numérique Ce sondage est réalisé par pour et le et sera présenté lors du du 4 au 6 novembre Contact BVA : Céline Bracq Directrice

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

ÉVALUATION DES EFFETS DE LA RÉNOVATION DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL

ÉVALUATION DES EFFETS DE LA RÉNOVATION DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL Toulouse, le 11 juillet 2001 ÉVALUATION DES EFFETS DE LA RÉNOVATION DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL À l issue de cette première année de généralisation de la rénovation de l Enseignement Professionnel,

Plus en détail

Analyse de l enquête de consommation de boissons énergisantes

Analyse de l enquête de consommation de boissons énergisantes Analyse de l enquête de consommation de boissons énergisantes Territoire de Thourotte (60) 2014 Depuis 2013, la Mutuelle Familiale en partenariat avec l IRBMS sensibilise ses adhérents à la consommation

Plus en détail

ENQUETE. Droit Individuel à la Formation : Quelle Réalité pour les Salariés?

ENQUETE. Droit Individuel à la Formation : Quelle Réalité pour les Salariés? ENQUETE Droit Individuel à la Formation : Quelle Réalité pour les Salariés? Enquête menée d Octobre 2010 à Mars 2011 auprès de 1400 salariés. Extrait de l analyse réalisée par Jean-Pierre Willems, expert

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

DGT/DGCS-SDFE. Objectifs de progression Actions Indicateurs chiffrés

DGT/DGCS-SDFE. Objectifs de progression Actions Indicateurs chiffrés Embauche (ces exemples visent à accompagner les partenaires sociaux dans leur négociation, ils ne sont pas exhaustifs des bonnes pratiques en entreprise) Objectifs de progression Actions Indicateurs chiffrés

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Etude TNS Sofres - Les Elles de l'auto. 3ème édition - Avril 2011

Etude TNS Sofres - Les Elles de l'auto. 3ème édition - Avril 2011 Etude TNS Sofres - Les Elles de l'auto 3ème édition - Avril 2011 L objectif de l étude Les conditions de la promotion des femmes dans le secteur automobile Méthodologie Enquête online Adressée aux professionnels

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013?

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013? ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS ENQUETES Quelles RESPONSABLES sont vos pratiques FORMATIONS en 2013? Quelles sont vos pratiques en 2013? Enquête réalisée entre juin et septembre 2013 sur un échantillon

Plus en détail

Méthodologie. Dimension Catégorie Définition

Méthodologie. Dimension Catégorie Définition 1 Enquête «Restauration 2013» - Analyse des commentaires I. Introduction Ce bilan a été établi de façon à identifier les tendances qui se dégagent des commentaires libres de l enquête «Restauration 2013».

Plus en détail

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Sondage Ifop pour Théâtre à la Carte Contacts Ifop : Anne-Sophie VAUTREY - Directrice d études Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Les relations humaines au travail

Les relations humaines au travail Les relations humaines au travail Valeurs et perceptions des 18-25 ans Sondage Viavoice pour Voisins Solidaires Septembre 2013 INSTITUT VIAVOICE Contacts : Maïder Beffa Aurélien Preud homme Tel : +33(0)1

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

Certificat de compétences Projet CAPE

Certificat de compétences Projet CAPE Certificat de compétences Projet CAPE Introduction L objectif principal du projet CAPE est de «contribuer à la mise en place de critères et de compétences de référence dans le cadre de la Certification

Plus en détail

Note de synthèse Enquête régionale Nord- Pas de Calais sur le télétravail

Note de synthèse Enquête régionale Nord- Pas de Calais sur le télétravail Note de synthèse Enquête régionale Nord- Pas de Calais sur le télétravail RAPPEL DU CONTEXTE De plus en plus d entreprises en France se lancent dans le télétravail. Plus de 7 salariés sur 10 déclarent

Plus en détail

L Observatoire de l accès aux soins Vague 2

L Observatoire de l accès aux soins Vague 2 Octobre 2012 JALMA N 110750 Contact Damien Philippot Directeur de clientèle Département Opinion damien.philippot@ifop.com L Observatoire de l accès aux soins Vague 2 1 La méthodologie 2 NOTE MÉTHODOLOGIQUE

Plus en détail

Les salaires minima. La revalorisation des salaires minima

Les salaires minima. La revalorisation des salaires minima La progression des salaires des emplois autres qu artistiques prévue par la Convention collective nationale des entreprises artistiques et culturelles - CCNEAC - La progression des salaires, dans la convention

Plus en détail

Efforts comparables, influence sur les politiques

Efforts comparables, influence sur les politiques Les réseaux et les domaines de programme du CRDI Efforts comparables, influence sur les politiques Mars 2006 En 2006, le CRDI a procédé à une évaluation d envergure du soutien qu il a accordé aux réseaux

Plus en détail

Les Français et la chute de cheveux

Les Français et la chute de cheveux Les Français et la chute de cheveux Sondage Ifop pour Oxygen et Norgil Contacts Ifop : Romain Bendavid - Directeur de Clientèle Thomas Simon Chargé d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

L UTILISATION D INTERNET CHEZ LES PROFESSIONNELS DU SERVICE

L UTILISATION D INTERNET CHEZ LES PROFESSIONNELS DU SERVICE L UTILISATION D INTERNET CHEZ LES PROFESSIONNELS DU SERVICE Sondage mené en ligne auprès de 1000 personnes parmi les prestataires de service aux particuliers inscrits sur sefaireaider.com. Objectif du

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Institut de Recherches Scientifiques sur les Boissons Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Paris, le 9 septembre 2014 L

Plus en détail

Vision des jeunes de l entrepreneuriat

Vision des jeunes de l entrepreneuriat Vision des jeunes de l entrepreneuriat Enquête réalisée auprès de 300 jeunes de 14 à 18 ans présents du 21 au 24 novembre 2013 sur le salon européen de l éducation. L étude porte sur deux points : l entrepreneuriat

Plus en détail

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES De quoi s agit-il? La mesure des risques discriminatoires dans les carrières professionnelles au sein d une organisation présente des difficultés.

Plus en détail

Handicap et emploi : qu en pensent les Français?

Handicap et emploi : qu en pensent les Français? Etude CSA pour CED* Handicap et emploi : qu en pensent les Français? Plus de 4 Français sur 5 se disent à l aise à l idée de travailler aux côtés d une personne en situation de handicap Le 25 septembre

Plus en détail

pas d exception pour le secteur de la construction!

pas d exception pour le secteur de la construction! Loi sur l équité salariale : pas d exception pour le secteur de la construction! Souvent, les dirigeants d entreprises du secteur de la construction vont dire : «Nous sommes régis par la Commission de

Plus en détail

Les Français et la vue

Les Français et la vue pour Les Français et la vue Novembre 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : SNOF Echantillon : Echantillon de 1006 personnes, représentatif de la population française âgée

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Département Évaluation des Politiques Sociales Garanties et services : les attentes des et des entreprises Mars 2014 Synthèse des résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

Responsable grands comptes / comptes clés

Responsable grands comptes / comptes clés Responsable grands comptes / comptes clés DEFINITION DE FONCTION ET ETUDE DE REMUNERATIONS Le responsable grands comptes assure le suivi commercial des comptes clients ayant une importance stratégique

Plus en détail

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain ORLY CHAMPIGNY-SUR-MARNE NOGENT-SUR-MARNE VILLECRESNES VILLEJUIF Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain Synthèse des résultats du questionnaire BONNEUIL-SUR-MARNE SUCY-EN-BRIE

Plus en détail

LA REVUE DE PRESSE ÉGALITÉ

LA REVUE DE PRESSE ÉGALITÉ LA REVUE DE PRESSE ÉGALITÉ REVUE DE PRESSE EGA 06/12/2013 Page 1 sur 17 Le Quotidien jurassien 30 novembre 2013 REVUE DE PRESSE EGA 06/12/2013 Page 2 sur 17 Horizons FNS N 99 décembre 2013 REVUE DE PRESSE

Plus en détail

«Pratique de la GPEC dans les entreprises»

«Pratique de la GPEC dans les entreprises» «Pratique de la GPEC dans les entreprises» Etat des lieux Etude réalisée par En partenariat avec Avril 2009 www.cerclerh.com Sommaire 1- Introduction 2- Méthodologie 3- Signalétique 4- Pratiques de la

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Enquête bien-être au travail des salariés

Enquête bien-être au travail des salariés Présentation petit déjeuner RH & Com Linking http://labrh.opinion-way.com Enquête bien-être au travail des salariés Décembre 2012 Note méthodologique Echantillon représentatif de 1014 salariés français

Plus en détail

SYNTHESE DES RESULTATS «Les enjeux de la fonction immobilière des entreprises à l horizon 2017»

SYNTHESE DES RESULTATS «Les enjeux de la fonction immobilière des entreprises à l horizon 2017» SYNTHESE DES RESULTATS «Les enjeux de la fonction immobilière des entreprises à l horizon 2017» L OMI a réalisé en novembre 2014, en partenariat avec l ADI, l Association des Directeurs Immobiliers, une

Plus en détail

Bayer Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2. Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2

Bayer Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2. Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2 Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude 3 - Les principaux enseignements Page 2 1 La méthodologie Page 3 La méthodologie Etude

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Les bénéficiaires de la CMU-C doivent normalement accéder aux soins sans participation financière, sauf exigence particulière.

Plus en détail

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Grâce à la mise en place d outils de suivi, nous avons à notre disposition, pour l année 2014, des données nouvelles pour

Plus en détail

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Observatoire Orange - Terrafemina Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Sondage de l institut CSA avec Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012 En règle générale, les Canadiens sont confiants de pouvoir reconnaître les signes d une urgence médicale, mais ils sont moins certains d avoir les compétences nécessaires pour intervenir. Quatre Canadiens

Plus en détail

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES Enquêtes : AGEFOS-PME, CGPME, CCI des Ardennes Analyse : Observatoire économique - CCI des Ardennes Direction de la formation, des études économiques,

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE Management des Ressources Humaines

DOSSIER DE CANDIDATURE Management des Ressources Humaines DOSSIER DE CANDIDATURE Management des Ressources Humaines Si vous êtes : une entreprise française, PME ou ETI filiale d aucun grand groupe Conditions de participation Alors vous pouvez concourir dans une

Plus en détail

Mobilités professionnelles

Mobilités professionnelles Mobilités professionnelles Note de synthèse Mai 2009 CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI Laurence GAUNE Contact TNS Sofres : Département Stratégies d opinion Eric CHAUVET / Raphaël RAYNAUD : 01 40 92 45

Plus en détail

Top 10 des fonctionnalités sur une page produit

Top 10 des fonctionnalités sur une page produit Top 10 des fonctionnalités sur une page produit une étude Sur un site e-commerce, c est notamment sur une fiche produit que se décide l acte d achat. Cette page importante va souvent permettre de convertir

Plus en détail

MA MOBILITE PROFESSIONNELLE & MOI. Résultats de notre enquête 2014/5 en partenariat avec Ithaque Coaching

MA MOBILITE PROFESSIONNELLE & MOI. Résultats de notre enquête 2014/5 en partenariat avec Ithaque Coaching + MA MOBILITE PROFESSIONNELLE & MOI Résultats de notre enquête 2014/5 en partenariat avec Ithaque Coaching Sommaire 2 Objectifs de l enquête. Méthodologie Profil des répondants Résultats Mobilité professionnelle..

Plus en détail

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013)

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) 1 «Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) ANALYSE DES RESULTATS : DOCUMENT DE TRAVAIL Enquête INJEP, réalisée en 2013 1 : questionnaire en ligne auprès de 130 répondants (dont

Plus en détail

À l attention des parents (Le conseil étudiant travaillera à produire un questionnaire pour les élèves de l école.)

À l attention des parents (Le conseil étudiant travaillera à produire un questionnaire pour les élèves de l école.) À l attention des parents (Le conseil étudiant travaillera à produire un questionnaire pour les élèves de l école.) REMETTRE CE DOCUMENT AU SECRÉTARIAT DE L ÉCOLE OU NOUS LE FAIRE PARVENIR PAR COURRIEL

Plus en détail

LES RENCONTRES DES PREVENTEURS DE CDG 21 juin 2006

LES RENCONTRES DES PREVENTEURS DE CDG 21 juin 2006 21 juin 2006 INTRODUCTION L Agent Chargé de la Fonction d Inspection, ACFI, selon le décret n 85-603 du 10/06/1985 modifié (art. 5, 5-2, 14-1, 28, 38, 40-1, 43 et 46) Qui est-il? La fonction peut être

Plus en détail

ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT

ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT - Synthèse de l'institut CSA - N 1101469 Octobre 2011 2, rue de Choiseul BP 6571 75065 Paris cedex 02 CSA Politique-Opinion Tél.

Plus en détail

Le film Nouveau en Suède / Nouveau à l Agence pour l emploi

Le film Nouveau en Suède / Nouveau à l Agence pour l emploi Le film Nouveau en Suède / Nouveau à l Agence pour l emploi Filmen Ny i Sverige/Ny på Arbetsförmedlingen Franska A propos du film Bienvenue dans notre guide pour les détenteurs de carte de séjours en Suède

Plus en détail

«La garde des enfants après la séparation : Qu en pensent les Belges?»

«La garde des enfants après la séparation : Qu en pensent les Belges?» Communiqué / Résultats sondage «La garde des enfants après la séparation : Qu en pensent les Belges?» Sondage réalisé par AEGIS/DEEP BLUE en mars 2012 auprès d un échantillon représentatif de 500 Belges.

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Les artisans et leur banque

Les artisans et leur banque Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les artisans et leur banque Analyse des relations entre les artisans et leur banquier Enquête réalisée en août et septembre 2013 Octobre

Plus en détail

Résultats Sondage Campagne Lovelife sur ciao.ch

Résultats Sondage Campagne Lovelife sur ciao.ch 021 311 92 06 CCP 10-5261-6 Résultats Sondage Campagne Lovelife sur ciao.ch 1 Introduction «Les personnes atteintes d'infections sexuellement transmissibles sont incitées à informer leurs partenaires de

Plus en détail

Les Français et l utilisation de leurs véhicules

Les Français et l utilisation de leurs véhicules Les Français et l utilisation de leurs véhicules Sondage de l Institut CSA pour France Nature Environnement Etude N 1300411 Mars 2013 Titre du projet Sommaire 1. 2. Fiche technique du sondage Les principaux

Plus en détail

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Méthodologie Ce Baromètre est mis en place par la Chambre Régionale de Commerce et d Industrie de Bourgogne,

Plus en détail

Transmission / Reprise d entreprises et valorisation des savoir-faire. FISAC : Action n 4

Transmission / Reprise d entreprises et valorisation des savoir-faire. FISAC : Action n 4 Transmission / Reprise d entreprises et valorisation des savoir-faire FISAC : Action n 4 L Artisanat en Maurienne Quelques chiffres 1 152 entreprises artisanales (11,5% des entreprises artisanales de Savoie)

Plus en détail

Les Français et l utilisation de leurs véhicules

Les Français et l utilisation de leurs véhicules Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jérôme SAINTE-MARIE Co-directeur du Pôle / jerome.sainte-marie@csa.eu / 01 44 94 59 10-11 Claire PIAU Directrice d études / claire.piau@csa.eu / 01 44 94 59 08 Nicolas

Plus en détail

Analyse de l Enquête Nationale d Activité des Sophrologues 2010 /2011

Analyse de l Enquête Nationale d Activité des Sophrologues 2010 /2011 Analyse de l Enquête Nationale d Activité des Sophrologues 2010 /2011 Laetitia Heslouis Membre de l ONS, Responsable de l Enquête Directrice de Czazen DU Paris V : Stress & Risques Psychosociaux Certifiée

Plus en détail

Baromètre Eurosearch & Associés Optimisation des ressources de management

Baromètre Eurosearch & Associés Optimisation des ressources de management Paris, le 4 septembre 2014 Baromètre Eurosearch & Associés Optimisation des ressources de management Eurosearch & Associés, société spécialisée dans le Conseil en Ressources de Management, dévoile la deuxième

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT DES RESSOURCES HUMAINES - BAC+5 - MRH Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles). La FEDE est une association à but non

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Offre de formation. CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015

Offre de formation. CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015 2015 Offre de formation Egalité femmes/hommes U Unn lleevviieerr ddee ddéévveellooppppeem meenntt iinnddiivviidduueell eett ccoolllleeccttiiff CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015 Le CIDFF de

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor Etude statistique des données fournies par Médiafor L observatoire des métiers de la presse réalise une photographie

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES

ENQUÊTE SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES ENQUÊTE SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES Synthèse des principaux résultats Conseil Régional Centre Septembre 2003 1 Afin de poursuivre l'élaboration de son Plan Régional de Développement

Plus en détail

L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins

L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins Synthèse Ipsos / CNOM Jeudi 30 mars 2006 Ipsos Public Affairs Ipsos a interrogé, en parallèle, 949 personnes constituant un échantillon

Plus en détail

Synthèse de l enquête covoiturage auprès des entreprises du bassin d emploi d Alençon

Synthèse de l enquête covoiturage auprès des entreprises du bassin d emploi d Alençon Synthèse de l enquête covoiturage auprès des entreprises du bassin d emploi d Alençon Maison de l Emploi et de la Formation d Alençon 6/8 rue des Filles Notre-Dame 61 000 ALENÇON Tél : 02.50.9042.00 PÉRIMÈTRE

Plus en détail

Résultats des enquêtes terrain secteur bancaire

Résultats des enquêtes terrain secteur bancaire Fonds Social Européen Gestion des âges "Du dire au faire" Résultats des enquêtes terrain secteur bancaire Panels 1374 sur trois banques en France (banques A, B et C) et une banque en Europe (la D) (1).

Plus en détail

Certiphyto : bien choisir en fonction de son activité.

Certiphyto : bien choisir en fonction de son activité. Certiphyto : bien choisir en fonction de son activité. Du DAPA au Certificat individuel Le DAPA est mort ou presque Depuis le 1 er janvier 2012, le renouvellement du DAPA n est plus possible. Le DAPA,

Plus en détail

LE DEVENIR PROFESSIONNEL DES SALARIÉS BÉNÉFICIAIRES

LE DEVENIR PROFESSIONNEL DES SALARIÉS BÉNÉFICIAIRES LE DEVENIR PROFESSIONNEL DES SALARIÉS BÉNÉFICIAIRES DE CONGÉS INDIVIDUELS DE FORMATION ÉTAT DES LIEUX DE LA SATISFACTION ET DES ATTENTES DES BÉNÉFICIAIRES DE CIF Une enquête du Fongecif Rhône-Alpes Pourquoi

Plus en détail

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Communication Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Date 20 novembre 2009 1. Introduction Dans

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail