La normalisation : outil d intelligence. économique. Sommaire. Quelques principes de base

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La normalisation : outil d intelligence. économique. Sommaire. Quelques principes de base"

Transcription

1 La normalisation : un outil intelligence novembre 2010 Catherine Lubineau 2010 Sommaire Quelques principes e base Le système français ais e normalisation L Union e Normalisation e la Mécanique La normalisation ans le mone La normalisation : outil intelligence 1

2 Quelques principes e base Les ifférents textes techniques en France Les textes législatifs l et réglementaires r : Lois, irectives,... Règlements, écrets Les ocuments normatifs français (ocuments e référence officiels / application volontaire) : Normes homologuées, normes expérimentales Fascicules e ocumentation Les autres publications AFNOR (ocuments privés) s): Guie application, Accor, Référentiel e bonnes pratiques Les ocuments professionnels et spécifications techniques Règlements Application obligatoire Documents normatifs Application volontaire Quelques principes e base L application es normes en France Marchés privés et contrats : Application volontaire es normes ans les marchés privés, accor contractuel es parties Marchés publics : Référence aux normes (ou autres ocuments équivalents) ans la passation es marchés publics Place e la norme ans la réglementation : Application obligatoire une norme homologuée imposée par un texte réglementaire ( 1% es NF) Présomption e conformité à une réglementation onnée par une norme (publication au JORF ou au JOUE / norme harmonisée) Référence inicative une norme citée ans un texte réglementaire 2

3 Quelques principes e base Les fonamentaux e la normalisation La normalisation repose sur le consensus es acteurs s volontaires au sein es bureaux e normalisation La normalisation constitue un outil e ialogue entre fabricants, utilisateurs, pouvoirs publics et autres partenaires Transparence es procéés (EP, Procéures ) La normalisation est une activité essentiellement technique à finalité La norme, ocument e référencer rence Outil harmonisation et e facilitation es transactions Permet e réuire les coûts e possession et e transaction Outil e confiance et e réuction es risques Facteur élargissement es marchés Contributeur aux gains e prouctivité Quelques principes e base Les ocuments NF / EN / ISO Normatif Pré- normatif Informatif France NF XP FD Europe EN CEN/TS CEN/TR International ISO ISO/TS ISO/PAS ISO/TR 3

4 Quelques principes e base La coification es normes NF EN ISO : 2005 norme française reprise une norme européenne Exemples elle-même reprise une norme internationale NF EN 1101 NF EN ISO 1101 N et ate e pub e la norme NF EN 1101 = DIN EN 1101 = BS EN 1101 Attention : lorsqu une une norme évolue, elle ne change pas e référence r rence mais uniquement e ate Une norme peut être annulée e et remplacée e par une autre norme ayant un autre numéro Le système français ais e normalisation Délégué interministériel riel aux normes AFNOR Bureau e normalisation UTE UNM BNG BNA Commissions e normalisation Fabricants Utilisateurs Laboratoires Pouvoirs publics Centres e compétence Complémentarité totale entre opérateurs u système et experts qui apportent le fon technique es ocuments 4

5 Le système français ais e normalisation Elaboration es normes Franco-fran françaisesaises Elles sont élaborées par les commissions e normalisation sur la base es contributions es membres EN et ISO Les commissions établissent le vote e la France et sont force e proposition au CEN et à l ISO Union e normalisation e la mécaniquem L UNM : Bureau e Normalisation es Inustries Mécaniques M et u caoutchouc Agrément Ministériel Parc e normes NF géré g : ~ (12 % u parc français) ais) 100 commissions e normalisation actives 2000 experts e près s e 1000 organismes 400 normes publiées en 2009 : 40% ISO, 55% EN et 5% NF Le plus gros Bureau e Normalisation travaillant irectement avec AFNOR 5

6 Union e Normalisation e la MécaniqueM Grans omaines intervention Sujets mécaniciens m transversaux : sécurité,, essin technique, métrologie, m souage, Energétique et fluiique : équipements chauronnés, moteurs, turbines, matériels aérauliques, a thermiques, THP, Composants et pièces mécaniques m : élts e fixation, raccors, roulements, outillage, transmissions mécaniques, m forge, emboutissage quincaillerie, Machines et matériels fixes et mobiles : Mach.Outils,, robots, mat. agroalimentaires, mach. textiles, équipts pour BTP/génie civil, équipts e secours, mat. agricoles, matériels jarinage, Caoutchouc : mat. 1eres, courroies, tuyaux, joints, profilés, Union e Normalisation e la MécaniqueM Outils e communication e l UNMl Site Internet : Infos sur association, normalisation, parc e normes UNM, sujets au programme,

7 La normalisation ans le mone La normalisation institutionnelle ans le mone UIT ISO CEI Niveau international AFNOR UTE/CE F Niveau français ETSI CEN CENELEC Niveau européen Télécomm. Tous omaines Electrotechnique La normalisation ans le mone Norme ISO ou norme CEN? ISO CEN 106 comités s membres Pas obligation e reprise es normes ISO au plan national 31 membres Membres CEN ISO (sauf Estonie, Lettonie et Lituanie) Reprise obligatoire es normes EN en normes nationales et annulation es normes contraictoires Norme ISO si - langage commun - marché plutôt monial - accor ISO plus facile Norme EN si - norme application e irective - marché plutôt européen en - accor CEN plus facile 7

8 La normalisation : outil intelligence Intelligence Ensemble es actions cooronnées e recherche, e traitement et e istribution, en vue e son exploitation, e l information l utile aux acteurs s protéger les onnées sensibles et le savoir-faire influer sur l environnementl collecter l information l : veille Vigilance et ouverture Normalisation : fournit un langage commun, onne confiance aux consommateurs et aux prescripteurs, (facilite l interopl interopérabilité, harmonise les pratiques) Permet e évelopper les marchés La normalisation : outil intelligence Pourquoi un inustriel s investirait s il ans la normalisation? Pour tirer la quintessence u système bonne gestion es numéros es normes en vigueur avec les bonnes ates e publication : bonne connaissance es éclinaisons NF, EN, ISO pour s assurer s e étenir les bons ocuments bonne maîtrise e sa ocumentation Connaissance es normes e son omaine : marque e professionnalisme : bonne connaissance e l él état e l art l (normes métier) m pour mieux réponre r aux appels offre (limite les risques erreur ; affirme la compétence / DO) pour mieux acheter : rationalisation u stock, es investissements, meilleure interchangeabilité pour être mieux protégé : prouits marqués s CE conformes aux normes EN (machines achetées) es) 8

9 La normalisation : outil intelligence Protection/influence Connaître les normes en préparation paration pour : anticiper l évolution es prouits répercuter leur impact sur la stratégie e l entreprise en limitant les risques influencer leur contenu pour qu il soit le plus favorable possible à l entreprise L élaboration es normes repose sur les contributions e tous les acteurs s Normalisation = levier économico stratégique Les pays en voie e très s fort éveloppement veloppement affichent leur stratégie : conquérir le maximum e responsabilités s ISO pour imposer leurs vues USA: reprenre leaership abanonné à l Europe Il y aura toujours es contributeurs, peut être pas en phase avec vos attentes Participer à la normalisation, c est c agir pour ne pas subir La normalisation : outil intelligence Veille les normes, je ne peux pas m en m passer mais Quelles sont les normes qui impactent mon activité? Parmi ces normes, quelles sont celles qui ont un enjeu stratégique? Comment suivre les travaux: - en m impliquant : à quel moment intervenir, à quel niveau, à quel titre - en m appuyant sur es relais : organisations professionnelles, centres techniques 9

10 La normalisation : outil intelligence Se tenir informé et mettre au Veille point sa stratégie Norme française aise NF 20 mois Enquête publique 28 mois Norme européenne enne EN Projet potentiel Enquête sur nouveau projet potentiel 3 mois Projet retenu 12 mois 16 mois pren Norme internationale ISO ISO/CD Vote formel ISO/FDIS 12 mois projet 18 mois et faire ISO/DIS 30 mois 8 mois 6 mois Publication e la norme 36 mois (tolérance 44) Si le sujet est intéressant, participer aux travaux Télécharger le projet et faire es commentaires Intégrer la norme ans l entreprise 36 mois (tolérance 48) Si vous souhaitez recevoir cette présentation, merci e vous enregistrer auprès e notre hôtesse NOV. Merci e votre attention 10

ARCHITECTURE ET FONCTIONNEMENT DE LA NORMALISATION. Journée du 22-06-2005 sur la Normalisation dans les Transports Publics

ARCHITECTURE ET FONCTIONNEMENT DE LA NORMALISATION. Journée du 22-06-2005 sur la Normalisation dans les Transports Publics ARCHITECTURE ET FONCTIONNEMENT DE LA NORMALISATION Journée du 22-06-2005 sur la Normalisation dans les Transports Publics DEFINITION D UNE NORME UNE NORME EST UN DOCUMENT : *ETABLI PAR CONSENSUS ET APPROUVE

Plus en détail

touristique : quelle vision partager? Les perspectives de normalisation AFNOR Responsable Développement Sport, Loisirs

touristique : quelle vision partager? Les perspectives de normalisation AFNOR Responsable Développement Sport, Loisirs Sport, loisirs et développement touristique : quelle vision partager? Les perspectives de normalisation internationales Marie Solange BUREAU AFNOR Responsable Développement Sport, Loisirs 1 Normalisation

Plus en détail

GUIDE RELATIF A LA BONNE UTILISATION DES NORMES DANS LA REGLEMENTATION

GUIDE RELATIF A LA BONNE UTILISATION DES NORMES DANS LA REGLEMENTATION Édition Juin 2009 Première édition du 30 juin 2009 GUIDE RELATIF A LA BONNE UTILISATION DES NORMES DANS LA REGLEMENTATION Ce guide est principalement destiné aux personnes en charge de : la rédaction des

Plus en détail

HACCP Évolutions réglementaires et normatives

HACCP Évolutions réglementaires et normatives MADRPM / CEPR Rabat 30 octobre 2007 HACCP Évolutions réglementaires et normatives Une logique de maîtrise But : maîtrise de la sécurité sanitaire des aliments Système HACCP : «Analyse des dangers, points

Plus en détail

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Sécurité Sanitaire des Aliments Saint-Pierre, le 19 novembre 2013 Olivier BOUTOU Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Faisons connaissance Missions au sein d AFNOR Animation de formation

Plus en détail

Système d Information

Système d Information Système Information Système Information Rémy Courier Urbanisation es SI Système Information Urbanisme es SI 1 Rémy Courier Urbanisme es Systèmes Information Inytrouction De l Urbanisme à L Urbanisation

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Ascenseurs - Escaliers mécaniques

Ascenseurs - Escaliers mécaniques Ascenseurs - Escaliers mécaniques Voici les normes publiées qui concernent les et escaliers mécaniques. Pour connaître le prix, la disponibilité et commander et télécharger le ou les documents, connectez-vous

Plus en détail

Qu'est-ce que la normalisation?

Qu'est-ce que la normalisation? NORMALISATION 1 Qu'est-ce que la normalisation? La normalisation est un outil élémentaire et efficace des politiques européennes, ses objectifs étant de : contribuer à la politique visant à mieux légiférer,

Plus en détail

D2IE GUIDE DE L INTELLIGENCE ECONOMIQUE POUR LA RECHERCHE. Juin 2012

D2IE GUIDE DE L INTELLIGENCE ECONOMIQUE POUR LA RECHERCHE. Juin 2012 GUIDE DE L INTELLIGENCE ECONOMIQUE POUR LA RECHERCHE Juin 2012 PIPELINE DE L INNOVATION Limiter aux secteurs économiques non européens Droits de PI Industrie pays tiers $ Breveter avant Publications Coopération

Plus en détail

La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité

La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité 8 ème journée professionnelle de l ANTAB - 21 Octobre 2011 Fatima TOUBAIS Ingénieur qualité Accréditation des Laboratoires Direction

Plus en détail

A apposer sur tout produit mis sur le marché européen. A la fois un symbole, une déclaration et une attestation de conformité à une Directive

A apposer sur tout produit mis sur le marché européen. A la fois un symbole, une déclaration et une attestation de conformité à une Directive Le marquage proprement dit A apposer sur tout produit mis sur le marché européen A la fois un symbole, une déclaration et une attestation de conformité à une Directive N est pas une marque de qualité Obligatoire!

Plus en détail

IMPLEMENTATION D UN SYSTEME D INFORMATION DECISIONNEL

IMPLEMENTATION D UN SYSTEME D INFORMATION DECISIONNEL IMPLEMENTATION D UN SYSTEME D INFORMATION DECISIONNEL Proposé par BUMA Feinance Master en management e projets informatiques Consultant en système écisionnel I. COMPREHENSION DU CONTEXTE «L informatique

Plus en détail

La protection de votre habitation

La protection de votre habitation La protection e votre habitation par la tžlžsžcuritž Vous souhaitez protéger votre habitation par un système e télésécurité. u est-ce qu un service e télésécurité? Comment choisir le prestataire? uels

Plus en détail

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009 Formation des formateurs relais 3RB Paris, 2 et 3 avril 2009 Cadre juridique Formation 3RB -2 et 3 avril 2009 2 Sommaire 1. Introduction: prévention et textes juridiques 2. Hiérarchie des textes 3. Sélection

Plus en détail

LA NORMALISATION ET LA REPRESENTATION DES CONSOMMATEURS

LA NORMALISATION ET LA REPRESENTATION DES CONSOMMATEURS LA NORMALISATION ET LA REPRESENTATION DES CONSOMMATEURS Ludivine COLY-DUFOURT- Décembre 2012 1 Sommaire Introduction I/ LA NOTION DE NORMALISATION A/ Définition et cadre juridique B/Normalisation et Réglementation

Plus en détail

La législation est très stricte sur la sécurité des portes automatiques d où un grand nombre de normes et de règlementations.

La législation est très stricte sur la sécurité des portes automatiques d où un grand nombre de normes et de règlementations. La législation est très stricte sur la sécurité des portes automatiques d où un grand nombre de normes et de règlementations. Portes automatiques de garage Les normes relatives à la sécurité des portes

Plus en détail

ISO/CEI 27001. Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences

ISO/CEI 27001. Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 27001 Deuxième édition 2013-10-01 Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences Information technology

Plus en détail

Intelligence économique Interaction avec la normalisation

Intelligence économique Interaction avec la normalisation Plan de la présentation Le mastère IE de l EISTI Spécificité: la chaire Normalisation Rappel des fondamentaux de l IE La chaire et son contenu : Comment et pourquoi la normalisation est un outil fondamental

Plus en détail

Bien se diriger. aprei AGISSONS POUR L ENTREPRENEURIAT INDIVIDUEL aprei (AGISSONS POUR L ENTREPRENEURIAT INDIVIDUEL 2014-2015

Bien se diriger. aprei AGISSONS POUR L ENTREPRENEURIAT INDIVIDUEL aprei (AGISSONS POUR L ENTREPRENEURIAT INDIVIDUEL 2014-2015 FORMATION Titre Accélérateur e compétences Bulletin inscription à compléter en lettres capitales Accélérateur e compétences es formations 2014-2015 Date session lieu PARTICIPANT Mme Melle Mr Nom Bien se

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre?

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Réunion CCI Franche-Comté - Besançon 13 mai 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Paule.nusa @afnor.org Nour.diab@afnor.org

Plus en détail

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 19770-1 Deuxième édition 2012-06-15 Technologies de l information Gestion des actifs logiciels Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité Information technology

Plus en détail

Groupe AFNOR au service de votre performance

Groupe AFNOR au service de votre performance Groupe AFNOR au service de votre performance GROUPE AFNOR Les clés de votre différenciation et de votre développement AFNOR est un groupe de services organisé autour de 4 grands domaines de compétences

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

Une réponse concrète et adaptée pour valoriser votre engagement pour l environnement. www.evaluation-envol-afnor.org

Une réponse concrète et adaptée pour valoriser votre engagement pour l environnement. www.evaluation-envol-afnor.org Une réponse concrète et adaptée pour valoriser votre engagement pour l environnement www.evaluation-envol-afnor.org Quelques mots à propos du groupe Afnor Opérateur central du système français de normalisation

Plus en détail

Participez à l évolution des normes

Participez à l évolution des normes Plateforme d Echanges Régionale Midi-Pyrénées Participez à l évolution des normes ISO 9001/9004/19011 avec le Groupe Afnor Un lieu privilégié pour : Participer activement à l élaboration des futures normes

Plus en détail

Systèmes de Management Intégré (SMI) Instrumentation, Contrôle et Management des Systèmes

Systèmes de Management Intégré (SMI) Instrumentation, Contrôle et Management des Systèmes Systèmes de Management Intégré (SMI) Instrumentation, Contrôle et Management des Systèmes QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT OUTIL DE PILOTAGE MIS A LA DISPOSITION DES ORGANISMES Système : ensemble d éléments

Plus en détail

Les + SEPRO. Les classiques. Vous êtes client Sepro. Parce que. Helpdesk Sepro

Les + SEPRO. Les classiques. Vous êtes client Sepro. Parce que. Helpdesk Sepro Parce que Vous êtes client Sepro Les classiques Helpdesk Sepro Le Service à notre Client est au cœur de notre métier au quotidien. Concepteur et fabricant de robots, leader mondial dans notre métier, nous

Plus en détail

Devenez Expert Tertiaire Somfy. Et engagez vous sur la voie du succès!

Devenez Expert Tertiaire Somfy. Et engagez vous sur la voie du succès! Devenez Expert Tertiaire Somfy Et engagez vous sur la voie du succès! Valorisez votre savoir-faire et vos compétences avec l appui des chargés d affaires tertiaire Somfy qui s engagent à vos côtés. Votre

Plus en détail

Utilisation des techniques ITS dans les véhicules électriques Nécessité de systèmes compatibles pour les véhicules et l infrastructure

Utilisation des techniques ITS dans les véhicules électriques Nécessité de systèmes compatibles pour les véhicules et l infrastructure Utilisation des techniques ITS dans les véhicules électriques Nécessité de systèmes compatibles pour les véhicules et l infrastructure Pierre Malaterre Introduction En proposant un papier sur la jonction

Plus en détail

LA REGLEMENTATION POUR L'INTEGRATION DES PRODUITS PHOTOVOLTAÏQUES AU BATI

LA REGLEMENTATION POUR L'INTEGRATION DES PRODUITS PHOTOVOLTAÏQUES AU BATI LA REGLEMENTATION POUR L'INTEGRATION DES PRODUITS PHOTOVOLTAÏQUES AU BATI Jean-Pierre Dormeau, Rodolphe Morlot - CSTB Journée Nationale : Intégrer le photovoltaïque au bâtiment, Montpellier, 21 Février

Plus en détail

Certification ISO 9001 de la prise en charge médicamenteuse

Certification ISO 9001 de la prise en charge médicamenteuse Certification ISO 9001 de la prise en charge médicamenteuse Jeudi 9 avril 2015 1 Sommaire Présentation de la Maison de santé Marie Galène La démarche de certification ISO 9001 à Marie Galène Pourquoi cette

Plus en détail

FRANÇAIS IP-310 MANUEL D'INSTALLATION

FRANÇAIS IP-310 MANUEL D'INSTALLATION FRANÇAIS IP-310 MANUEL D'INSTALLATION SOMMAIRE!. APERCU...1 @. CONTENU DE L EMBALLAGE...1 1. Cas où l on a acheté la machine otée u panneau e commane IP-310...1 2. Cas où l on a acheté le panneau e commane

Plus en détail

LES ACTIVITÉS DE NORMALISATION ET DE CERTIFICATION PRO OU ANTICONCURRENTIELLES?

LES ACTIVITÉS DE NORMALISATION ET DE CERTIFICATION PRO OU ANTICONCURRENTIELLES? RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LES ACTIVITÉS DE NORMALISATION ET DE CERTIFICATION PRO OU ANTICONCURRENTIELLES? Document de consultation publique sur le fonctionnement de la concurrence dans le secteur de la normalisation

Plus en détail

Programme de formation 2014-2015

Programme de formation 2014-2015 Programme de formation 2014-2015 INTER INTRA SUR MESURE SOMMAIRE Conditions et Modalités d inscriptions 2 Calendrier 2014-2015 3 Description des formations 4-10 o Bases de la photométrie et de l éclairagisme

Plus en détail

FedISA Congrès 2013 Table ronde du 17 mai "Certification d'un SAE*, normes et référentiels"

FedISA Congrès 2013 Table ronde du 17 mai Certification d'un SAE*, normes et référentiels FedISA Congrès 2013 Table ronde du 17 mai "Certification d'un SAE*, normes et référentiels" Compte-Rendu Date publication : 19/07/2013 *SAE = Système d Archivage Electronique 1 1 Introduction Le présent

Plus en détail

Modalités de candidature et de certification. Niveau 1. Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA

Modalités de candidature et de certification. Niveau 1. Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA Modalités de candidature et de certification Niveau 1 Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA La certification d'expert méthode HACCP/SMSDA s adresse à des professionnels confirmés qui veulent

Plus en détail

Normes internationales et «normes privées»

Normes internationales et «normes privées» Normes internationales et «normes privées» L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Les 159 * membres qui la composent sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Le guide du marquage CE

Le guide du marquage CE Le guide du marquage CE Introduction VOUS AIDER A CONNAITRE LES IMPLICATIONS DU MARQUAGE CE ET LES OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES Le marquage CE constitue le signe visible permettant aux produits qui en sont

Plus en détail

Guide Sécurité des machines

Guide Sécurité des machines Guide Sécurité des machines Six étapes pour une machine sûre Six étapes pour une machine sûre Sommaire Sommaire Six étapes pour une machine sûre Six étapes pour une machine sûre Lois, directives, normes

Plus en détail

MODALITES D'APPLICATION DE LA KEYMARK. "Refroidisseurs de lait en vrac à la ferme "

MODALITES D'APPLICATION DE LA KEYMARK. Refroidisseurs de lait en vrac à la ferme Organisme certificateur 11, avenue Francis Le Pressensé F 93571 SAINT-DENIS LA PLAINE CEDEX MODALITES D'APPLICATION DE LA KEYMARK "Refroidisseurs de lait en vrac à la ferme " N d identification AFAQ AFNOR

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

Les normes : Quels bénéfices économiques pour mon entreprise? Workshop PaperJam - 24/04/2012

Les normes : Quels bénéfices économiques pour mon entreprise? Workshop PaperJam - 24/04/2012 Les normes : Quels bénéfices économiques pour mon entreprise? Workshop PaperJam - 24/04/2012 Introduction 1 ère partie : De l initiation à la normalisation aux avantages d utiliser les normes 2 ème partie

Plus en détail

Gestion des licences électroniques avec Adobe License Manager

Gestion des licences électroniques avec Adobe License Manager Article technique Gestion des licences électroniques avec Adobe License Manager Une méthode plus efficace pour gérer vos licences logicielles Adobe Cet article technique traite des enjeux de la gestion

Plus en détail

Méthode d'organisation de la veille juridique

Méthode d'organisation de la veille juridique Méthode d'organisation de la veille juridique "Je vois de loin, j atteins de même", Jean de La Fontaine* * L'Oracle et l'impie Journée Juriconnexion 25 novembre 2014 1 Toute activité de veille, pour être

Plus en détail

Présentation Journée d information technique AFIAP CLAP 18 mai 2010

Présentation Journée d information technique AFIAP CLAP 18 mai 2010 Présentation Journée d information technique AFIAP CLAP 18 mai 2010 1 Sommaire 2 Sommaire 3 Chiffres clés de la robinetterie industrielle Marché mondial de la robinetterie industrielle : > 32 Mds USD (2009,

Plus en détail

Modèle Cobit www.ofppt.info

Modèle Cobit www.ofppt.info ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Modèle Cobit DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION SECTEUR NTIC Sommaire 1. Introduction... 2 2. Chapitre

Plus en détail

«INTÉGRER NOTRE RÉSEAU, C EST DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE EN TOUTE SÉCURITÉ»

«INTÉGRER NOTRE RÉSEAU, C EST DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE EN TOUTE SÉCURITÉ» «INTÉGRER NOTRE RÉSEAU, C EST DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE EN TOUTE SÉCURITÉ» Présentation d ODE DIAGNOSTIC 3 De solides références qui nous font confiance 5 Une equipe de professionnels à votre service

Plus en détail

MAAF Assurances SA SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 160 000 000 EUROS ENTIEREMENT VERSE RCS NIORT 542 073 580 Code APE 6512 Z ENTREPRISE REGIE PAR LE

MAAF Assurances SA SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 160 000 000 EUROS ENTIEREMENT VERSE RCS NIORT 542 073 580 Code APE 6512 Z ENTREPRISE REGIE PAR LE MAAF Assurances SA SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 160 000 000 EUROS ENTIEREMENT VERSE RCS NIORT 542 073 580 Code APE 6512 Z ENTREPRISE REGIE PAR LE CODE DES ASSURANCES N TVA intracommunautaire FR 38 542

Plus en détail

appliquée aux emballages alimentaires

appliquée aux emballages alimentaires La méthode HACCP La méthode HACCP appliquée aux emballages alimentaires 1- La réglementation des matériaux au contact des aliments Quels contaminants issus des emballages dans les aliments? Des contaminants

Plus en détail

Rapport technique n 8 :

Rapport technique n 8 : Modernisation de l action publique Groupe de travail interministériel sur les agences et opérateurs de l Etat Rapport technique n 8 : L'appui des têtes de réseau interministérielles en matière de fonctions

Plus en détail

Organisme luxembourgeois de normalisation (OLN)

Organisme luxembourgeois de normalisation (OLN) Présentation des différents services de l Institut luxembourgeois de la normalisation, de l accréditation, de la sécurité et qualité des produits et services ILNAS Conférence de presse 22 septembre 2008

Plus en détail

Fermetures antipaniques Fermetures d urgence

Fermetures antipaniques Fermetures d urgence Fermetures antipaniques Fermetures d urgence 8 plates-formes régionales à votre entière disposition : - une équipe de professionnels à votre écoute - un stock près de chez vous BORDEAUX.............................124/126

Plus en détail

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE Actualisation Mai 2012 Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance du Marché GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

Plus en détail

Les nouvelles plaques frontales porte-outils et les connectiques associées en entretien et exploitation de la route

Les nouvelles plaques frontales porte-outils et les connectiques associées en entretien et exploitation de la route Institut Des Routes, des Rues et des Infrastructures pour la Mobilité NOTE D INFORMATION N 23 Septembre 2012 Sommaire P2 P5 P6 P8 La réglementation relative aux plaques porte-outils à l avant Des plaques

Plus en détail

Face aux nouvelles menaces liées aux cyber attaques et l évolution des technologies, comment adapter son SMSI? CLUB27001 PARIS 22 novembre 2012

Face aux nouvelles menaces liées aux cyber attaques et l évolution des technologies, comment adapter son SMSI? CLUB27001 PARIS 22 novembre 2012 Face aux nouvelles menaces liées aux cyber attaques et l évolution des technologies, comment adapter son SMSI? CLUB27001 PARIS 22 novembre 2012 Sommaire 1 L évolution des menaces 2 L évolution du SMSI

Plus en détail

pour des structures en toute sécurité

pour des structures en toute sécurité Boulonnerie de construction métallique apte à la précontrainte et pour des structures en toute sécurité Marque : une chaîne de qualité ininterrompue La Marque NF Boulonnerie de Construction Métallique

Plus en détail

Colloque de la facturation électronique. 12 novembre 2014

Colloque de la facturation électronique. 12 novembre 2014 Colloque de la facturation électronique 12 novembre 2014 Rappel du programme 14h00-14h15 Ouverture par M. le Secrétaire d Etat au Budget Christian Eckert 2 14h15-14h45 Contexte européen Cyrille Sautereau,

Plus en détail

LANCEMENT DE LA PLATEFORME DE LA FILIERE AUTOMOBILE

LANCEMENT DE LA PLATEFORME DE LA FILIERE AUTOMOBILE LANCEMENT DE LA PLATEFORME DE LA FILIERE AUTOMOBILE Automobile Club de France, mardi 9 juin 2009 09/06/09 Une évolution majeure de la relation clients-fournisseurs dans la filière automobile française

Plus en détail

Acquisition. d une centrale de surveillance des températures CAHIER DES CHARGES. Maître de l'ouvrage :

Acquisition. d une centrale de surveillance des températures CAHIER DES CHARGES. Maître de l'ouvrage : Acquisition d une centrale de surveillance des températures CAHIER DES CHARGES Maître de l'ouvrage : INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Etablissement public à caractère Scientifique et Technologique

Plus en détail

«De l authentification à la signature électronique : quel cadre juridique pour la confiance dans les communications électroniques internationales?

«De l authentification à la signature électronique : quel cadre juridique pour la confiance dans les communications électroniques internationales? C.N.U.D.C.I./U.N.C.I.T.R.A.L. Nations Unies - New York, 14 février 2011 «De l authentification à la signature électronique : quel cadre juridique pour la confiance dans les communications électroniques

Plus en détail

SOMMAIRE. Recommandation N T1-99

SOMMAIRE. Recommandation N T1-99 SOMMAIRE Recommandation N T1-99 INTRODUCTION 4 Guide opérationnel sur l équivalence de normes et de certifications 5 Fiches explicatives Fiche A - la responsabilité du maître d ouvrage public : définir

Plus en détail

Introduction au projet ebxml. Alain Dechamps

Introduction au projet ebxml. Alain Dechamps Introduction au projet ebxml Alain Dechamps 1 Introduction ebes Plan Le pourquoi de la réunion Contexte et projet ebxml Fonctionnement Avantages 2 Lexique Business process = processus métier Core component

Plus en détail

Portail d informations et de données de marchés publics ou la commande publique augmentée

Portail d informations et de données de marchés publics ou la commande publique augmentée Portail d informations et de données de marchés publics ou la commande publique augmentée Association Loi 1901 créée à l initiative de Pascale Lang-Mouginot et Céline Faivre http://breizhsmallbusinessact.fr/-

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

Catalogue des services intégrés

Catalogue des services intégrés Responsabilité sociétale et reporting extra-financier Catalogue des services intégrés FORMATION, CONSEIL & ACCOMPAGNEMENT 2014 Pour en savoir plus Dolores.larroque@materiality-reporting.com Tel. 06 86

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION Référentiel I4 NF 285 Edition : Janvier 2015 N de révision : 4 ORGANISMES CERTIFICATEURS CNPP Cert. Route de la Chapelle Réanville CD 64 - CS 22265 F- 27950 SAINT-MARCEL Tél.

Plus en détail

TECHNIQUES INDUSTRIELLES MANAGEMENT ECOLE DU MANAGEMENT ORGANISATION INDUSTRIELLE FORMATIONS REGLEMENTAIRES BUREAUTIQUE ET INFORMATIQUE

TECHNIQUES INDUSTRIELLES MANAGEMENT ECOLE DU MANAGEMENT ORGANISATION INDUSTRIELLE FORMATIONS REGLEMENTAIRES BUREAUTIQUE ET INFORMATIQUE ! CALENDRIER DES S INTER-ENTREPRISES ENTREPRISES 2015 TECHNIQUES INDUSTRIELLES MANAGEMENT ECOLE DU MANAGEMENT ORGANISATION INDUSTRIELLE S REGLEMENTAIRES BUREAUTIQUE ET INFORMATIQUE CONTACTS Bas-Rhin -

Plus en détail

Chapitre. Chapitre 12. Fonctions de plusieurs variables. 1. Fonctions à valeurs réelles. 1.1 Définition. 1.2 Calcul de dérivées partielles

Chapitre. Chapitre 12. Fonctions de plusieurs variables. 1. Fonctions à valeurs réelles. 1.1 Définition. 1.2 Calcul de dérivées partielles 1 Chapitre Chapitre 1. Fonctions e plusieurs variables La TI-Nspire CAS permet e manipuler très simplement les onctions e plusieurs variables. Nous allons voir ans ce chapitre comment procéer, et éinir

Plus en détail

Conférence de presse

Conférence de presse Conférence de presse 1 er août 2011 Système intégré de gestion électronique des documents : vers une dématérialisation des flux d informations au sein de l Etat Page 1 Définition et concepts La gestion

Plus en détail

Marquage CE des Granulats

Marquage CE des Granulats REFERENTIEL SECTORIEL POUR LA Page 1 sur 11 MAÎTRISE DE LA PRODUCTION DES GRANULATS (Système d'attestation de conformité 2+) SOMMAIRE : Article 1 Objet et domaine d application Article 2 Intervenants dans

Plus en détail

CIMAIL SOLUTION: EASYFOLDER SAE

CIMAIL SOLUTION: EASYFOLDER SAE 01100011 01101001 01101101 01100001 01101001 01 CIMAIL SOLUTION: EASYFOLDER SAE IRISLINK le 15 Février 2012 01100011 01101001 01101101 01100001 01101001 01101100 Un monde d informations en toute confiance

Plus en détail

R E G L E M E N T I N T E R I E U R

R E G L E M E N T I N T E R I E U R 19, rue Cognacq-Jay 75007 PARIS Tél. 01 44 15 60 00 Fax : 01 44 15 90 05 www. Edificas.fr ASSOCIATION LOI 1901 CREEE A L INITIATIVE DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES R E G L E M E N T I N T E R I E U R

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

Un rayonnement transfrontalier Des rencontres d affaires utiles entre décideurs et donneurs d ordres JTELEC, le rendez-vous de toutes les énergies

Un rayonnement transfrontalier Des rencontres d affaires utiles entre décideurs et donneurs d ordres JTELEC, le rendez-vous de toutes les énergies www.fistexpo.com Un rayonnement transfrontalier Plus de 14 % des exposants et 15 % des visiteurs sont internationaux. Près de 40 entreprises et délégations commerciales originaires de différents pays européens

Plus en détail

EN 1090 : un nouveau défi pour les constructeurs métalliques, les maîtres d ouvrage et les concepteurs

EN 1090 : un nouveau défi pour les constructeurs métalliques, les maîtres d ouvrage et les concepteurs EN 1090 : un nouveau défi pour les constructeurs métalliques, les maîtres d ouvrage et les concepteurs prof. ir. Wim HOECKMAN Victor Buyck Steel Construction (Eeklo) Vrije Universiteit Brussel infosteel

Plus en détail

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

CONTROLE D UN SIMULATEUR A BASE MOBILE À 3 DDL

CONTROLE D UN SIMULATEUR A BASE MOBILE À 3 DDL Zie Amara 1/8 CONTROLE D UN SIMULATEUR A BASE MOBILE À 3 DDL Zie AMARA 1 Directeur(s) e thèse: Joël BORDENEUVE-GUIBIE* et Caroline BERARD Laboratoire 'accueil: * Laboratoire Avionique & Système Ecole Nationale

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT EGF.BTP SUR LA NUMERISATION DE LA FILIERE BATIMENT

NOTE DE POSITIONNEMENT EGF.BTP SUR LA NUMERISATION DE LA FILIERE BATIMENT NOTE DE POSITIONNEMENT EGF.BTP SUR LA NUMERISATION DE LA FILIERE BATIMENT 1 ) Expérience et perception de la numérisation Les entreprises générales de BTP sont familiarisées avec la numérisation du bâtiment

Plus en détail

étude réalisée par l agence Campus Communication en partenariat avec l Association française de communication interne

étude réalisée par l agence Campus Communication en partenariat avec l Association française de communication interne étude réalisée par l agence Campus Communication en partenariat avec l Association française de communication interne sommaire Le projet Notre agence Notre partenaire Méthodologie Lire l étude Enseignements

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

PRÉSENTATION ENSI Services et Ingénierie- MAROC

PRÉSENTATION ENSI Services et Ingénierie- MAROC Ingénierie de la formation Formation continue Assistance & Conseils Vente de matériel didactique PRÉSENTATION ENSI Services et Ingénierie- MAROC Rabat Tanger Kenitra : 05 37 73 21 42 ou 06.19.20.52.50

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

LE DROIT D AUTEUR, LES NORMES ET INTERNET

LE DROIT D AUTEUR, LES NORMES ET INTERNET LES NORMES ET INTERNET Comment profiter de la disponibilité des normes frança ises, européennes, internationales et étrangères sur Internet, sans tomber dans les pièges de la violation du droit d auteur

Plus en détail

NOVEMBRE 2009 DOCUMENT FONCTIONNEL COMMUN (DOFOCO) DES APPLICATIONS BILLETTIQUES SUR MOBILE NFC

NOVEMBRE 2009 DOCUMENT FONCTIONNEL COMMUN (DOFOCO) DES APPLICATIONS BILLETTIQUES SUR MOBILE NFC NOVEMBRE 2009 DOCUMENT FONCTIONNEL COMMUN (DOFOCO) DES APPLICATIONS BILLETTIQUES SUR MOBILE NFC Introduction Les problématiques relatives aux applications billettiques sans contact (dites NFC : Near Field

Plus en détail

Lundi 18 février 2013. Actualités L'ILNAS. sans tarderr! normalisation. représenté par son. LEMMER, ont. convention pourr renforcer leur

Lundi 18 février 2013. Actualités L'ILNAS. sans tarderr! normalisation. représenté par son. LEMMER, ont. convention pourr renforcer leur Lundi 18 février 2013 Actualités de la normalisation au Luxembourg L'ILNAS rend les normes européennes et internationales accessibles à tous Le catalogue électronique de normes de l ILNAS facilite la recherchee

Plus en détail

CERTIFICAT INFORMATIQUE ET INTERNET NIVEAU 1

CERTIFICAT INFORMATIQUE ET INTERNET NIVEAU 1 CERTIFICAT INFORMATIQUE ET INTERNET NIVEAU 1 RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Autres diplômes Domaine ministériel : Hors domaines de formation Présentation PLUS D'INFOS Le Certificat informatique

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION Objectifs : MAITRISE DU METIER DE SERRURIER DEPANNEUR. Public : Tout public Adulte. Moyens Pédagogique : Pratique intensive, Outillages, Centre de formation, Support de cours interactif.

Plus en détail

Atelier 2 L e-commerce

Atelier 2 L e-commerce Atelier 2 L e-commerce Claude Ménissez E-commerce Les lois de l efficacité 1 Spécificité essentielle du e-commerce Mettre en ligne un site internet marchand c est ouvrir d un coup des millions de boutiques

Plus en détail

ANAC INDUS. Analyses d huile pour applications industrielles

ANAC INDUS. Analyses d huile pour applications industrielles ANAC INDUS Analyses d huile pour applications industrielles ANAC INDUS : l outil indispensable pour optimiser vos coûts d exploitation L huile en service au cœur de vos équipements recèle des informations

Plus en détail

DIVISION TECHNIQUE GÉNÉRALE

DIVISION TECHNIQUE GÉNÉRALE DIVISION TECHNIQUE GÉNÉRALE L UNITÉ DE MESURE ET D EXPERTISE D EDF 04/12/2014 Copyright EDF-DTG SOMMAIRE 01 EDF-DTG : l expertise au cœur d un leader 02 DTG : un rayonnement national et international 03

Plus en détail

PRESENTATION DU CADRE DE REFERENCE 2010 A LA COMMISSION DE DROIT COMPTABLE 12 Juillet 2010

PRESENTATION DU CADRE DE REFERENCE 2010 A LA COMMISSION DE DROIT COMPTABLE 12 Juillet 2010 COMMISSION DES MISSIONS COMPTABLES PRESENTATION DU CADRE DE REFERENCE 2010 A LA COMMISSION DE DROIT COMPTABLE 12 Juillet 2010 Joëlle LASRY/Guy ZERAH CREATIVE WORK Page 1 PRESENTATION GENERALE Le Conseil

Plus en détail

Plancher chauffant avec revêtement de sol

Plancher chauffant avec revêtement de sol Équipements E.2 1/6 Plancher chauffant avec revêtement de sol Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des planchers chauffants, à eau chaude ou électriques,

Plus en détail

Solutions pour groupes propulseurs

Solutions pour groupes propulseurs Solutions pour groupes propulseurs Conception & développement Nous disposons de vastes capacités internes en matière de conception, d expérimentation et de recherche et développement. Grâce à nos centres

Plus en détail

Les Règles Contraignantes d Entreprise francophones (RCEF) Foire aux questions (FAQ) Version pour les entreprises décembre 2014

Les Règles Contraignantes d Entreprise francophones (RCEF) Foire aux questions (FAQ) Version pour les entreprises décembre 2014 Les Règles Contraignantes d Entreprise francophones (RCEF) Foire aux questions (FAQ) Version pour les entreprises décembre 2014 Résumé Ce document a été rédigé à l attention des entreprises candidates

Plus en détail

Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations

Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations Validée formellement par le comité exécutif le 21 août 2014; mise en application dès le 1 er juillet 2014. Le présent document

Plus en détail

NORME PRIVEE Produits de peinture/private STANDARD Coating materials. Contrats d assurance souscrits auprès de sociétés de courtage

NORME PRIVEE Produits de peinture/private STANDARD Coating materials. Contrats d assurance souscrits auprès de sociétés de courtage NORME PRIVEE Produits de peinture/private STANDARD Coating materials Edition française Contrats d assurance souscrits auprès de sociétés de courtage Contracts taken out with insurance brokers companies

Plus en détail