dossier Le temps des seniors : une nouvelle conjugaison

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "dossier Le temps des seniors : une nouvelle conjugaison"

Transcription

1 Le temps des seniors : une nouvelle conjugaison Ils sont de plus en plus nombreux, vivent de plus en plus longtemps, et, fort heureusement, en bonne santé. D ailleurs, les seniors ne se sentent pas vieux puisque «la jeunesse, c est le temps qu il reste à vivre», comme l écrivait Simone de Beauvoir. Chef de file de l action sociale, le Département les accompagne dans leurs projets. Il a d ailleurs réactivé le Comité départemental des retraités et des personnes âgées (CODERPA), en 2005, pour se tenir à leur écoute, réfléchir avec eux, informer, proposer Et lorsque des pertes d autonomie surviennent, il leur donne le choix du maintien à domicile ou de l hébergement dans divers établissements. Cela dit, avec l arrivée de la génération Baby boom, le temps des seniors reste à réinventer! 13

2 Des services pour bien vieillir «Bien vieillir dans le Doubs, c est avoir le libre choix de son mode de vie», affirme Jean-Marie Bart, conseiller général délégué et président du Coderpa. C est pourquoi le Département mène une politique volontariste de création de places d hébergement, et auprès des associations d aide à domicile, depuis Le retard qu il accusait alors est désormais rattrapé. Ça commence quand la vieillesse? À 60 ans, âge légal de la retraite? Au bout de 41 années de cotisations pour bénéficier complètement de ses droits? Lorsqu on devient dépendant? La question peut paraître anodine mais elle en suggère une autre : quelle est la place de la personne âgée dans notre société? «C est l un des débats qui anime le Comité départemental des retraités et des personnes âgées (Coderpa)», note Jean-Marie Bart, qui préside cette instance consultative réactivée en 2005 par le Conseil général. «Des groupes de travail traitent, entre autres sujets, des relations intergénérationnelles, des services à la personne, de l hébergement, de la bientraitance Il en ressort des propositions qui sont intégrées au volet vieillissement du Schéma départemental de l organisation sociale et médico-sociale, et dans notre projet Doubs 2017.» «Parallèlement, nous avons créé des Centres locaux d information et de coordination (CLIC), dans le cadre de partenariats avec les collectivités et les professionnels de la gérontologie, signale Danièle Nevers, vice-présidente en charge des Solidarités. Ce sont des relais d information et d accompagnement de proximité pour les personnes âgées et leurs familles. Nous soutenons aussi le mouvement associatif car il a un rôle primordial dans le maintien de l autonomie par la prévention» Des projets de vie «Nous voyons bien que le fait d avoir des projets et des activités retarde la perte d autonomie, enchaîne Danièle Nevers. C est pourquoi il est important que la personne âgée détermine son projet de vie. Nous savons que la majorité de nos concitoyens préfèrent le maintien à domicile. Le Conseil général s attache à satisfaire cette attente, avec un dispositif d'adaptation du logement, par exemple, Danièle Nevers, vice-présidente en charge des Solidarités et Jean-Marie Bart, conseiller général délégué en charge du Handicap et président du Coderpa. en soutenant les associations d aide à domicile. Nous apportons aussi une attention particulière à l accompagnement des aidants car ils jouent un rôle indispensable. C est en pensant à eux que nous favorisons la création de places d accueil temporaire, de jour notamment.» (Voir l encadré Le Doubs pionnier). Hébergement : un effort considérable Toutefois, le maintien à domicile ne peut être la seule réponse, même avec le développement des services infirmiers et la professionnalisation des intervenants, sachant qu une personne âgée sur six devient dépendante en fin de vie. Depuis Repères 32 M : budget départemental de l APA à domicile en 2012 pour personnes âgées. 15,3 M : budget départemental de l APA en établissement en 2012 pour résidents. 58,78 : prix de journée moyen restant à la charge des résidents. 1 personne âgée sur 6 devient dépendante. 85 ans : c est l âge moyen d entrée en établissement. Jusque-là, 9 personnes sur 10 vivent à leur domicile. Claude Jeannerot, président du Conseil général du Doubs «Un fonctionnement intenable» «L État laisse aux Départements le soin de prendre en charge l essentiel d une aide qui devrait relever de la solidarité nationale, estime Claude Jeannerot. Ainsi, dans le Doubs, en 2003, avons-nous versé 27 millions d euros au titre de l Allocation personnalisée d autonomie, et reçu une compensation de 10 M (soit 37 % du total) de la Caisse nationale de solidarité pour l autonomie (CNSA). En 2012, nous mobilisons plus de 47 M pour une compensation qui ne dépassera pas 12 M. Nous arrivons au bout d un fonctionnement intenable. La solidarité nationale devrait jouer ; mais, vu l état des finances publiques, il faut imaginer d autres modes de financement, plus justes et plus efficaces. C est toute la fiscalité qu il faut repenser.» 14

3 «La personne bénéficiaire d un suivi est au cœur des préoccupations d AFL, constate Jeanine Mélières. Par exemple, Guy, mon mari, a toujours affaire aux deux mêmes intervenantes. C est appréciable.» «Nous nous adaptons aux attentes des personnes pour leur faciliter la vie», répond Charlène Grégis, aide à domicile diplômée. 2005, le Conseil général du Doubs mène une politique de développement des établissements d hébergement qui se distingue au niveau national. Pas moins de 500 places ont été créées entre 2005 et fin Et 400 le seront d ici à À cette date, ce seront 1755 places globalement qui auront été construites ou reconstruites, accessibles à l aide sociale pour l essentiel. «Cet effort d investissement de 29 millions d euros sur neuf ans a permis aux secteurs public et privé associatif de contenir ses emprunts dans des limites raisonnables et de maîtriser le prix de journée», souligne Jean-Marie Bart. Confronté à une population plus vieillissante que la moyenne nationale (au-delà de 75 ans), le Doubs comble ainsi son retard en quantité mais aussi en qualité. En savoir plus : coderpa.doubs.fr Aide à domicile pour le bien-être «Les tâches de l aide à domicile sont de plus en plus complexes face au vieillissement de la population», souligne Sébastien Briouz, directeur de l Association des familles laïques Emploi-Famille, de Besançon. «Le métier d aide à domicile a deux aspects : l aide ménagère et l aide à la personne. Mais le ménage n est qu'un moyen d améliorer les conditions de vie du bénéficiaire, et se fait suivant une procédure sanitaire particulière», présente Sébastien Briouz. Les tâches sont variées et multiples : aide au lever et au coucher, à la toilette, aux repas, aux courses, aux démarches administratives «Dans toutes les structures, on observe un glissement des tâches du médecin vers l infirmière, puis vers l aide-soignante et vers l aide à domicile», note de son côté la sociologue Isabelle Moesch. «Les trois-quarts de nos 35 intervenantes (un seul homme pour le moment!) sont diplômés, au terme d une année de formation spécialisée : soit auxiliaires de vie sociale, soit assistante de vie aux familles, précise Sébastien Briouz. La formation continue et l accompagnement individuel sont indispensables car elles sont confrontées à des situations délicates, et, souvent, au deuil.» Association présidée par Jean-Marie Dame, AFL suit 350 personnes âgées sur Besançon (80 %) et son agglomération. «7 jours sur 7 avec 25 équivalents temps plein», ajoute Sébastien Briouz. Elle est l une des neuf structures autorisées signataires d un Contrat pluriannuel d objectifs et de moyens. Tél Le Doubs pionnier du partenariat avec les associations Le Doubs compte parmi les quatre départements pionniers qui ont expérimenté les Contrats pluriannuels d objectifs et de moyens. Il les a mis en place avec les neuf structures d aide à domicile habilitées. Ces contrats mettent fin à une libre concurrence qui ne permettait pas de répondre, à qualité égale, aux besoins sur l ensemble du territoire ; et elle ne garantissait pas la maîtrise des tarifs. Désormais, les usagers ne paient que le ticket modérateur quel que soit l opérateur choisi. Les interventions peuvent être modulées en fonction de leurs besoins réels. Les opérateurs perçoivent une dotation qui leur permet d avoir de la visibilité, celle-ci étant calculée à partir des heures prévisionnelles, notamment. Cette nouvelle organisation apparaît d ores et déjà source d économies pour tout le monde. 15

4 Le point de vue de la sociologue, Isabelle Moesch : «Des projets jusqu au bout de la vie» Isabelle Moesch. Sociologue, chargée d études et de recherches à l Institut régional du vieillissement, Isabelle Moesch interroge volontiers le sens des mots pour découvrir ce qu il cache : «Les Français utilisent le terme de dépendance pour désigner l ensemble des soins apportés aux personnes âgées face à la perte de capacité dans l accomplissement des actes essentiels à la vie. Les Italiens désignent une politique de non-autosuffisance! Les Nordiques préfèrent le terme d autonomie pour évoquer la capacité de la personne à choisir ses modes de vie. Les Japonais parlent de solidarité Ces termes ne sont pas anodins car ils révèlent la place qu une société accorde aux citoyens âgés. Si une nouvelle catégorie apparaît, celle des seniors actifs, les très grands vieillards n en sont pas moins mis à part. Dans une société qui a le culte de la jeunesse et de la vitesse, ils nous rappellent trop que nous sommes mortels. Et face à cette réalité que nous occultons, nous avons recours à une médicalisation poussée.» «La vieillesse n'est pas une pathologie» «Or la vieillesse n est pas une pathologie, elle est une nouvelle étape de la vie. Même la fin de la vie ne signifie pas la fin de la place occupée, on reste inscrit dans une généalogie Une politique nationale de l autonomie reste à inventer pour accompagner les personnes âgées dans leurs projets. L un d eux, essentiel, touche à la transmission. Mais pour qu elle puisse opérer, il faut que chacun soit bien à sa place, il faut du temps, des lieux de rencontres, dans des territoires vécus où chacun s enracine. L essentiel pour la personne âgée, c est de pouvoir choisir son parcours de vie jusqu au bout, quitte à prendre des risques, comme tout au long de la vie. Je pense que la génération du papy-boom, celle des seniors actifs, va transformer le regard de notre société sur le vieillissement et la perte d autonomie. Elle va affirmer ses choix d autant plus facilement qu elle sera nombreuse et représentera un poids économique.» IRV, tél Alzheimer : mieux comprendre pour mieux accompagner L accompagnement d une personne atteinte de la maladie d Alzheimer est une charge lourde, le plus souvent assumée bénévolement par un membre de la famille ou un proche Pour aider ces derniers à l accomplir du mieux possible sans s épuiser, France Alzheimer Franche- Comté organise des cycles de cinq réunions de formation (espacées de 15 jours environ chacune). Un membre bénévole de l association et une psychologue s appuient sur les expériences de chaque participant pour trouver réponses et solutions, fournir des informations sur les symptômes et l évolution de la maladie Ces formations gratuites, ouvertes à tous les aidants familiaux, adhérents ou non à l association, débutent en avril, simultanément à Maîche, Morteau et Ornans. Pour en savoir plus, contacter France Alzheimer Franche-Comté, 2 rue Kepler à Besançon, tél Jouer pour entretenir sa mémoire. 16

5 Perte d autonomie : un financement toujours en question Présidente de l Instance régionale d éducation et de promotion de la santé (IREPS), Jeannette Gros a étudié de près la question du financement de la dépendance et participé à de nombreux débats nationaux. Ancienne agricultrice avec son mari, présidente de la Mutualité sociale agricole de 1997 à 2005, elle connaît particulièrement bien les difficultés des retraités, notamment en milieu rural. «Une priorité s impose : réduire le coût qui reste à la charge d une personne âgée en établissement d hébergement, estime-t-elle. Si les soins sont pris en charge quasiment à 100 % par l Assurance-maladie et les organismes complémentaires, l APA ne couvre qu une partie des frais liés à la dépendance. Et l hébergement reste à la charge de la personne âgée et de sa famille : chambre et repas, frais administratifs Mais est-il normal qu elle participe aux amortissements mobiliers et immobiliers, sachant que la durée de son séjour sera, en moyenne, de trois ans?» Des pensions de retraite insuffisantes «L hébergement coûte en moyenne en milieu rural, en milieu urbain, indique Jeannette Gros. Ce qui reste à charge du résident s élève environ à Or, la pension de retraite atteint en moyenne 1 200, et la moitié des retraités perçoivent une pension inférieure à Tant et si bien que les personnes âgées utilisent leurs économies puis entament leur patrimoine, et enfin font appel aux enfants. Ainsi, les plus modestes s appauvrissent. Ou bien ils se privent de soins et leur état de santé se dégrade.» «Sachant que les Départements ne peuvent pas continuer à supporter la charge de l APA, des solutions ont été évoquées : alignement de la CSG des actifs et des retraités, création d une deuxième journée de solidarité, taxe sur les droits de succession Si les contrats d assurance privée devaient se développer, il faudrait que ce soit de façon encadrée.» «Deux autres priorités s imposent : le soutien aux organismes d aide à domicile qui doivent faire face à des besoins de plus en plus complexes, et professionnaliser toujours plus leur personnel. Et le soutien aux aidants familiaux pour les personnes âgées qui restent à leur domicile. Ils ont besoin d être formés et accompagnés pour disposer de moments de répit. Une chose Jeannette Gros. est sûre : la solidarité publique encourage la solidarité privée!» IREPS, tél Forum Prévention santé dans le Pays Doubs central L Espace Seniors renouvelle en mars son Forum Prévention Santé avec ses partenaires de l accompagnement des retraités et personnes âgées (de 13h30 à 17h). Il saisit cette occasion pour présenter ses missions de Centre local d information et de coordination (13h30-14h), et propose une conférence (14h-15h) sur la prévention des maladies cardio-vasculaires. De 15h à 16h, une réunion d information est organisée sur le thème Mémoire et nutrition et Arts du cirque, en sus, à Roulans! Enfin, l association Jalmav (Jusqu au bout accompagner la vie) évoque ses missions auprès des malades en fin de vie et de leurs familles. Le 19 mars à Rougemont, Maison des associations. Le 20 mars à Roulans, salle des fêtes Espace culturel. Le 30 mars à Sancey-le-Grand, salle des Miroirs. Espace Seniors, tél

6 Pays du Haut-Doubs : un espace réservé aux retraités et aux professionnels Le Centre local d information et de coordination (CLIC) du Pays du Haut- Doubs a une approche collaborative du vieillissement avec le Centre hospitalier de Pontarlier. Le CLIC partage des locaux avec l'équipe mobile de gérontologie du Centre Hospitalier, l'équipe mobile de soins palliatifs, le service social hospitalier et le réseau de Santé Haut-Doubs Jura santé territoire. Son rayon d action couvre les cantons de Pontarlier, Levier, Mouthe et Montbenoît soit 78 communes. En plus de ses missions classiques d'accueil du Stéphanie Pourchet en visite chez Geneviève Serra, et Marie-Claude Bongay, aide à domicile de l'assad. public senior et des familles, il se charge de remettre les dossiers d'admission pour l EHPAD du Larmont, à Doubs. Des projets en 2012 Plus largement, il anime sur tout le secteur des réunions de coordination entre les différents intervenants auprès des personnes âgées afin, par exemple, de veiller à la continuité de la prise en charge entre l hospitalisation et le domicile, et de trouver des solutions aux situations complexes. Des plaquettes d'information sur les aides accessibles sont diffusées auprès des mairies et des professionnels. En 2012, l assistante, le travailleur social et la coordinatrice du CLIC travaillent avec l équipe de gérontologie à la mise en place de cycles d aide aux aidants, à Pontarlier, Morteau et Montbenoit, dans le cadre du plan Alzheimer. Des journées du bien vieillir sont destinées aux personnes retraitées valides dans un objectif de prévention. La création d un lieu de parole pour les aidants est en préparation sur le secteur de Labergement-Mouthe. De gauche à droite : Sandrine Beline, conseillère en économie sociale et familiale, Stéphanie Pourchet, secrétaire médicale et Isabelle Koch, coordinatrice. Un service de proximité Dispositif de proximité mis en place par le Conseil général, le Centre local d information et de coordination est un lieu d information et d orientation pour les personnes âgées, leur entourage et les professionnels de la gérontologie. Il assure un accueil personnalisé, gratuit et confidentiel. Parallèlement, le CLIC anime et coordonne un réseau de professionnels et d associations pour satisfaire au mieux les attentes des retraités : campagne d information, animations diverses, rencontres thématiques sont organisées régulièrement. Quatre CLIC existent actuellement, mais le Conseil général a l'ambition de couvrir l'ensemble du département à terme. CLIC du Pays du Haut-Doubs CLIC du Pays Doubs Central CLIC Maison des Seniors de la CLIC du Pays de Montbéliard Centre Hospitalier de Pontarlier Espace Seniors Ville de Besançon 28 avenue Wilson Faubourg Saint-Étienne Association centrale de 8 rue Pasteur Besançon Montbéliard Pontarlier Coordination Médico-Sociale Tél Tél Tél rue Barbier Baume-les-Dames besancon.fr paysdemontbeliard.fr Accueil du lundi au vendredi Tél Accueil du mardi au vendredi (8h30-17h30). Rendez-vous (10h30-18h30), Accueil du lundi au vendredi en soirée et visites à domicile Accueil du lundi au vendredi le samedi (9h-12h) (9h-12 h et 14h-18h) possibles si nécessaire. (9h-12h et 14h-17h) 18

7 Mutualité française : mutuelle tout au long de la vie Prévention, soin, accompagnement structurent toute l activité de la Mutualité française du Doubs, forte de collaborateurs. Organisme fédératif à but non lucratif, elle gère, par délégation de service public du Conseil général, 10 établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Une éthique partagée. Joël Beugin (à gauche) et Pierre Alixant : «Nous considérons qu il faut mutualiser la prise en charge de la perte d autonomie.» «Notre mouvement est bien ancré ici puisqu il rassemble 70 % de Doubiens», souligne Pierre Alixant, président de la Mutualité française du Doubs et de Franche-Comté. Autour de son rôle de complémentaire santé et de prévoyance, celle-ci a développé progressivement des services de soins. Le premier centre dentaire est apparu vers 1957, suivi de centres optique puis audition. Tout naturellement, la Mutualité française s est investie dans le secteur hospitalier lorsqu elle a été sollicitée par des médecins porteurs d un projet : ainsi est née la Polyclinique de Franche-Comté, à Besançon. «Toujours selon nos principes mutualistes de solidarité, souligne Pierre Alixant. Par exemple, les dépassements d honoraires sont limités, voire inexistants en maternité». Suivront le rachat de la Polyclinique du Parc, à Dole, et la création du service d hospitalisation à domicile (120 lits actuellement). Parallèlement, en 2004, le Conseil général confie à la Mutualité française du Doubs, par délégation de service public, la gestion de 10 Unités de vie : de petites maisons de retraite de 24 places au maximum, créées essentiellement en milieu rural, spacieuses et agréables. Cette délégation a été renouvelée en 2012 pour cinq ans. Répondre aux besoins des personnes âgées «Les pensionnaires vieillissants et perdant de leur autonomie, nous avons procédé à la médicalisation de ces unités qui sont devenues des EHPAD à part entière», indique Joël Beugin, directeur de la Mutualité. «Nous percevions bien, depuis de nombreuses années, les besoins croissants des personnes âgées, précise Pierre Alixant. Par sa politique dynamique de création de places, le Conseil général nous a donné l opportunité d y répondre. À la même époque, nous avons créé un établissement de 75 places en partenariat avec la commune de Maîche. Nous avons repris La Retraite, à Besançon, qui sera agrandie en 2013, puis créé une résidence à Grand- Charmont, avec l'appui du Conseil général. Nous ouvrirons une nouvelle résidence à Bart fin C est devenu pour nous une activité à part entière avec, toujours, comme spécificité, la solidarité : tous nos établissements peuvent donner accès à l aide sociale en fonction des revenus familiaux. Ainsi, nous accompagnons les Doubiens tout au long de la vie!» L'association SIEL bleu promeut l'exercice physique dans les clubs Troisième âge et les établissements pour personnes âgées. Ici, Laetitia Ferreux, responsable départementale, intervient à la maison de vie de Saint-Vit. Historique Si les racines du mouvement mutualiste plongent dans l histoire de la révolution industrielle du XIX e siècle, la création de la Sécurité sociale les a incitées à se développer sur le terrain de la prévention et de la promotion de la santé. Ce qui en fait le troisième acteur national en la matière, après l État et l Assurance-maladie. 550 C est le nombre de places d accueil pour personnes âgées dont dispose la Mutualité française du Doubs dans ses 13 établissements. Il en sera créé 150 d ici à fin

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Nathalie CHATILLON FNMF Direction des Affaires Publiques Département International Sommaire

Plus en détail

9 Référentiel de missions de l agence du service civique

9 Référentiel de missions de l agence du service civique BINOME 21 PROJET ASSOCIATIF 2011-2013 Pour une solidarité intergénérationnelle Erard Marie-Françoise Sommaire 1 Objectifs 2 Chartes 3 Fonctionnement de l association 4 Etude préalable 5 Projet actuel 6

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

CODERPA 89 RAPPORT COMMISSION INTERNET ET COMMUNICATION. du mercredi 8 octobre 2008

CODERPA 89 RAPPORT COMMISSION INTERNET ET COMMUNICATION. du mercredi 8 octobre 2008 du mercredi 8 octobre 2008 Etaient présents : Mme BEAUCHEMIN M. DEFOSSEZ M. HUTIN M. OURCEYRE M. SAPIN. Absents : M. KRASNOPOLSKI. Mise au point sur le rapport qui sera lu au cours de la Séance Plénière

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

dernier avis d imposition du foyer ; justificatifs des ressources des 3 derniers mois du foyer ; factures acquittées. Aide unique.

dernier avis d imposition du foyer ; justificatifs des ressources des 3 derniers mois du foyer ; factures acquittées. Aide unique. Placement en établissement médicalisé ou spécialisé Cette aide permet de faire face à la charge financière importante que représente le placement en établissement spécialisé de l adhérent ou de l ayant

Plus en détail

L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS

L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS CCN, des organismes gestionnaires de Foyers et Services pour Jeunes Travailleurs. RETRAITE PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE Livret CCN FSJT 2 Humanis s engage à vous accompagner durablement

Plus en détail

2O14 LIVRET D ACCUEIL DES RESIDENTS. EHPAD Les Savarounes, 1 rue du Roc Blanc 63400 CHAMALIERES Tel : 04.73.31.76.00 Fax : 04.73.31.76.

2O14 LIVRET D ACCUEIL DES RESIDENTS. EHPAD Les Savarounes, 1 rue du Roc Blanc 63400 CHAMALIERES Tel : 04.73.31.76.00 Fax : 04.73.31.76. 2O14 IVRET D ACCUEI DES RESIDENTS EHPAD es Savarounes, 1 rue du Roc Blanc 63400 CHAMAIERES Tel : 04.73.31.76.00 Fax : 04.73.31.76.01 lessavarounes@wanadoo.fr Bienvenue e plus grand bien qu on puisse faire

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS T R A N S P O R T S LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS R O U T I E R S Votre interlocuteur : Nicolas SAINT-ETIENNE Conseiller Mutualiste Entreprises Tél : 03 84 45

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

CENTRES DES FINANCES PUBLIQUES DU DÉPARTEMENT

CENTRES DES FINANCES PUBLIQUES DU DÉPARTEMENT CENTRES DES FINANCES PUBLIQUES DU DÉPARTEMENT SERVICES FONCIERS Service de la publicité foncière Besançon 1 er bureau Immeuble "Le Major" 83 rue de Dole 25042 BESANÇON CEDEX Tél. : 03 81 47 24 03 - Fax

Plus en détail

Des aides individuelles pour prévenir votre perte d autonomie

Des aides individuelles pour prévenir votre perte d autonomie Action Sociale I janvier 2013 I Des aides individuelles pour prévenir votre perte d autonomie Plan d actions personnalisé Aides d urgence : ARDH et ASIR Logement et cadre de vie Secours exceptionnels Le

Plus en détail

Résidence Saint Jean

Résidence Saint Jean Résidence Saint Jean 41 Avenue Félix Baert 59380 BERGUES Tél : 03.28.68.62.99 Fax : 03.28.68.53.19 Email : stjean.residence@wanadoo.fr Site web : www.residence-saint-jean.fr Madame, Monsieur, Le Conseil

Plus en détail

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE EN QUELQUES CHIFFRES * 35 délégations régionales 218 collaborateurs dédiés, dont 154 sur le terrain 12 500 membres d associations bénévoles

Plus en détail

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement DOSSIER PRESSE Mars 2015 Contact : cab-fpa-presse@sante.gouv.fr www.social-sante.gouv.fr Introduction Le projet de loi relatif à

Plus en détail

Zoom sur p4. Sommaire. L APPARTEMENT TÉMOIN MADONAH Un projet au carrefour de la construction et des nouvelles technologies. Éditorial.

Zoom sur p4. Sommaire. L APPARTEMENT TÉMOIN MADONAH Un projet au carrefour de la construction et des nouvelles technologies. Éditorial. n 78 - Mars 2014 Sommaire Éditorial p2 Actualités p3 Rencontre avec p5-6 Générations Mouvement Le Pôle séniors Vierzon-Sologne Le saviez-vous? p7 Agenda p8 Zoom sur p4 L APPARTEMENT TÉMOIN MADONAH Un projet

Plus en détail

vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou territoriale,

vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou territoriale, Vous êtes un professionnel du corps médical ou des services sociaux, vous travaillez au sein d un établissement spécialisé, vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou

Plus en détail

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009.

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009. Chiffres clés 21 Créée en 24, la CNSA contribue au financement des politiques d aide à l autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées. Elle consacre en particulier une grande part de son

Plus en détail

au départ en vacances www.francealzheimer.org Un malade, c est toute une famille qui a besoin d aide

au départ en vacances www.francealzheimer.org Un malade, c est toute une famille qui a besoin d aide VOS aides au départ en vacances www.francealzheimer.org Un malade, c est toute une famille qui a besoin d aide Cabourg, Autrans, Grasse, Pornichet, La Rochelle, La carte des destinations de vacances laisse

Plus en détail

dans la Loire... I ACCUEILS DE JOUR

dans la Loire... I ACCUEILS DE JOUR DES PROFESSIONNELS DU CONSEIL GÉNÉRAL DE LA LOIRE proches de chez vous Roanne 31-33 rue Alexandre Raffin 42300 Roanne Autonomie 53 rue de la République 42600 Montbrison 23 rue d'arcole 42000 Montbrison

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

Bien vieillir à domicile : accompagner les seniors

Bien vieillir à domicile : accompagner les seniors Bien vieillir à domicile : accompagner les seniors Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays. Afin d élaborer des

Plus en détail

LES AINES RURAUX. 8677 adhérents. : 191 clubs. En Saône-et

LES AINES RURAUX. 8677 adhérents. : 191 clubs. En Saône-et LES AINES RURAUX Fédération Départementale de Saône-et-Loire 46 rue de Paris 71000 MACON Tél. : 03.85.39.51.34 e-mail : aines.ruraux71@orange.fr Site internet national : www.ainesruraux.org départemental

Plus en détail

vous êtes senior - 43

vous êtes senior - 43 vous êtes senior - 43 Bien vieillir dans l Allier! Le Conseil général s engage à améliorer votre vie quotidienne la prévention, l aide à l autonomie, le mode d hébergement sont ses principales priorités.

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 28 janvier 2009 Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat Le groupe Malakoff Médéric et la Caisse

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

Réunica vous accompagne

Réunica vous accompagne GUIDE DES SERVICES Réunica vous accompagne REUNICA.COM Nos services CLIENTS SANTÉ Particuliers et affiliés à un contrat collectif Professionnels (auto-entrepreneurs, TNS) Assistance Réunica Assistance

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION HÉBERGEMENT EN ÉTABLISSEMENT D ACCUEIL POUR PERSONNES ÂGÉES DOSSIER D INSCRIPTION Vous envisagez de vous inscrire dans un établissement d accueil pour personnes âgées. Afin de faciliter vos démarches,

Plus en détail

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires ANNUAIRE SANTE Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires IREPS : Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Poitou-Charentes (4 antennes

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN 1 1 L ACTION SOCIALE NOS VALEURS SOLIDARITÉ Valeur centrale, elle s exprime par la mise en œuvre d interventions au profit de tous ses clients : entreprises,

Plus en détail

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel»

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» DOSSIER DE PRESSE Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» Lundi 21 janvier 2013 à 15h30 A l Hôtel du Département, à Rouen En présence de : Didier MARIE, Président du

Plus en détail

Synthèse des questions-réponses

Synthèse des questions-réponses Synthèse des questions-réponses La feuille de soins, même non remplie par le PS (professionnel de santé) doit être jointe à la PM (prescription médicale) et aux factures. Signaler à la section, à l unité

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

Nous pouvons faire beaucoup ensemble

Nous pouvons faire beaucoup ensemble Santé Prévoyance Protéger Prévenir Aider Soigner Solidariser Nous pouvons faire beaucoup ensemble Protéger Pour préserver ce bien inestimable qu est la santé En complément de la Sécurité sociale, la Mutuelle

Plus en détail

MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine

MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine N 13 : 30 mars 2011 Priorité Santé Mutualiste : un kit de communication pour permettre aux mutuelles de promouvoir

Plus en détail

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité,

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes La Garantie Santé Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, immatriculée au registre national des mutuelles sous le

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie APPEL À PROJETS Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie en partenariat avec le Comité national Coordination Action Handicap (CCAH)

Plus en détail

LE JOURNAL DES PATIENTS DE NOUVEAUX OUTILS DE COMMUNICATION ET D INFORMATION 3 OUVRAGES

LE JOURNAL DES PATIENTS DE NOUVEAUX OUTILS DE COMMUNICATION ET D INFORMATION 3 OUVRAGES LA NEWSLETTER / LIGUE REIN ET SANTÉ / AVRIL 2015 #19 NOUVEAUTÉ 2015 / DES PAGES À PHOTOCOPIER DESTINÉES À VOS PATIENTS LE JOURNAL DES PATIENTS DE NOUVEAUX OUTILS DE COMMUNICATION ET D INFORMATION 2 SITES

Plus en détail

GENER'ACTION Formation

GENER'ACTION Formation GENER'ACTION Formation Actions et formations dans le domaine de la gérontologie sociale GENER'ACTION Formation est une association loi 1901 à but non lucratif dont l'objet est de : Permettre de maintenir

Plus en détail

L intervention de la Mutualité sur l abonnement à un système de biotélévigilance s élève à 7.50 par mois.

L intervention de la Mutualité sur l abonnement à un système de biotélévigilance s élève à 7.50 par mois. Organisation Organisatie Mutualité Socialistes de Mons Wallonie Picarde 315 Rue du Fort 48 7800 ATH Tél. : (068) 84 84 84 Fax : (068) 84 88 48 Acupuncture Avantages Voordelen Activité sportive Assistance

Plus en détail

Les Quatre Saisons. Appartement gérontologique. 36 rue Trevet 93300 Aubervilliers Tél. : 01.48.39.98.64

Les Quatre Saisons. Appartement gérontologique. 36 rue Trevet 93300 Aubervilliers Tél. : 01.48.39.98.64 Livret d accueil Les Quatre Saisons Appartement gérontologique 36 rue Trevet 93300 Aubervilliers Tél. : 01.48.39.98.64 Présentation La résidence Les Quatre Saisons est un appartement d accueil, non médicalisé,

Plus en détail

Seniors en Vacances OFFREZ DU BIEN-ÊTRE À VOS SENIORS. Parce que les vacances, c est essentiel.

Seniors en Vacances OFFREZ DU BIEN-ÊTRE À VOS SENIORS. Parce que les vacances, c est essentiel. 2015 Seniors en Vacances OFFREZ DU BIEN-ÊTRE À VOS SENIORS Parce que les vacances, c est essentiel. Un outil innovant au service de vos politiques sociales Ce programme déployé par l ANCV depuis 2007 a

Plus en détail

GARANTIES. Étudiants NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE

GARANTIES. Étudiants NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Étudiants NOUS SOMMES PARCE BIEN QUE PLACÉS VOUS ÊTES POUR PLUS VOUS QU UN COMPRENDRE MÉDECIN, NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Étudiants 5 raisons de choisir la Mutuelle du Médecin Une

Plus en détail

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer en SOLO SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE dépendance la qui renouvelle la mutuelle ARTISANS, COMMerçANTS, professions LIBÉRAles, INDÉPENDANTS... Vous

Plus en détail

auremar - Fotolia.com

auremar - Fotolia.com auremar - Fotolia.com Bien vivre chez soi Différents dispositifs permettent aux seniors giffois de rester chez eux avec des repas à domicile, des aides ponctuelles comme le ménage, le repassage, les courses

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL CCAS. des services à la personne. CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière. + d infos : www.ville-laverriere.

LIVRET D ACCUEIL CCAS. des services à la personne. CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière. + d infos : www.ville-laverriere. LIVRET D ACCUEIL des services à la personne + d infos : www.ville-laverriere.com CCAS CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière Agrément qualité Service d Aide à la Personne : 267802783 Délivré

Plus en détail

Comment m informer au mieux?

Comment m informer au mieux? Comment m informer au mieux? Pour suivre le versement de ma pension d invalidité, j ouvre mon compte sur JE SUIS ACCOMPAGNÉ EN CAS D INVALIDITÉ L'ASSURANCE MALADIE EN LIGNE Pour en savoir plus sur l information

Plus en détail

MAMI SENIORS Livret d accueil

MAMI SENIORS Livret d accueil MAMI SENIORS Livret d accueil Maison «Mami seniors» : Un espace d accueil de jour non médicalisé. C est un lieu de rencontres, d échanges et d animation au cœur de Toulon. Soucieux de cultiver le lien

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes CAHIER DES CHARGES Thématique de l appel à projets 2014 Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes Fondation Alsace Personnes Agées 4 rue de la Houblonnière 68000 COLMAR

Plus en détail

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre.

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. 1 Qu est-ce qu un aidant familial Une personne qui vient en aide, à titre non professionnel

Plus en détail

Le Centre Communal. avec et pour ses séniors

Le Centre Communal. avec et pour ses séniors Le Centre Communal d'action Sociale de la ville de Béziers avec et pour ses séniors Le service Vie Sociale et Animation : maintenir le lien social... Les clubs d'animation : des lieux de rencontre, d'échange

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Editorial. Sommaire. Vous vivez à votre domicile Vous vivez en établissement

Editorial. Sommaire. Vous vivez à votre domicile Vous vivez en établissement 2014-2015 Editorial La politique du Conseil général vise à accompagner les personnes âgées dépendantes tout au long de leur parcours, que ce soit à domicile ou en établissement. Afin d améliorer encore

Plus en détail

Mutex Indépendance Services - 10 % si vous adhérez en couple. Gardez le contrôle de votre vie!

Mutex Indépendance Services - 10 % si vous adhérez en couple. Gardez le contrôle de votre vie! - 10 % si vous adhérez en couple Mutex Indépendance Services Gardez le contrôle de votre vie! Les 10 raisons de souscrire Mutex Indépendance Services Une rente mensuelle de 300 f à 2000 f en fonction de

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA SANTE Poitou-Charentes ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES Enquête auprès des établissements de Poitou-Charentes Etude commanditée

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Faire face à la perte d autonomie Épargner selon ses objectifs DÉCEMBRE 2014 GUIDE PRATIQUE / FAIRE FACE À LA PERTE D AUTONOMIE

GUIDE PRATIQUE. Faire face à la perte d autonomie Épargner selon ses objectifs DÉCEMBRE 2014 GUIDE PRATIQUE / FAIRE FACE À LA PERTE D AUTONOMIE GUIDE PRATIQUE Faire face à la perte d autonomie Épargner selon ses objectifs DÉCEMBRE 2014 03 AVANT-PROPOS 1 La perte d autonomie touche de plus en plus de personnes, en raison principalement du vieillissement

Plus en détail

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire E.H.P.A.D E.H.P.A.D (Etablissement d hébergement pour personnes agées dépendantes) Un

Plus en détail

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL,

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, nathalie.perpinial@fehap.fr, 06 74 72 73 78 SOMMAIRE Pourquoi la FEHAP intervientelle

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour!

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! SOLUTIONS ENTREPRENEUR La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! Sophie B. Commerçante prévoyance épargne retraite ARTISANS, COMMERÇANTS, PROFESSIONS LIBÉRALES, INDÉPENDANTS......

Plus en détail

SERVICES. aux Adhérents NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE

SERVICES. aux Adhérents NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE SERVICES aux Adhérents NOUS SOMMES PARCE BIEN QUE PLACÉS VOUS ÊTES POUR PLUS VOUS QU UN COMPRENDRE MÉDECIN, NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Services aux adhérents + En partenariat avec

Plus en détail

La Mutualité en chiffres Édition 2011

La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 6 Sommaire Message du directeur général de la Mutualité Française

Plus en détail

D o s s i e r D e P r e s s e

D o s s i e r D e P r e s s e D o s s i e r D e P r e s s e Ouverture à Lyon de la première Maison des Emplois de la Famille La Maison des Emplois de la Famille Le Groupe IRCEM La FEPEM IPERIA, l Institut Maison des Emplois de la Famille

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

Offre santé 2015 FGMM-CFDT

Offre santé 2015 FGMM-CFDT SOMILOR - HARMONIE MUTUELLE Offre santé 2015 FGMM-CFDT Réservée aux adhérents régime général La FGMM-CFDT a négocié pour vous une complémentaire santé groupe SOMILOR-HARMONIE MUTUELLE. Bénéficiez de tous

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

OFFRE RÉSERVÉE AUX entreprises, TPE/PME et indépendants. Le guide. santé. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

OFFRE RÉSERVÉE AUX entreprises, TPE/PME et indépendants. Le guide. santé. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! OFFRE RÉSERVÉE AUX entreprises, TPE/PME et indépendants Le guide santé www.menagesprevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! On a toujours du mal à s y retrouver dans les principes de s de santé. Et si on

Plus en détail

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE Lépine Providence L E S E N S D E L A V I E DOSSIER DE PRESSE Réunir & innover au service des personnes âgées Depuis 2010, la Ville de Versailles est titulaire du label Bien vieillir. Véritable récompense

Plus en détail

Le premier Village Répit familles pour personnes âgées dépendantes ouvre ses portes à Fondettes (37)

Le premier Village Répit familles pour personnes âgées dépendantes ouvre ses portes à Fondettes (37) DOSSIER DE PRESSE Le premier Village Répit familles pour personnes âgées dépendantes ouvre ses portes à Fondettes (37) 29 septembre 2014 1. Communiqué de presse 2. Le contexte démographique, social et

Plus en détail

le guide pratique santé

le guide pratique santé le guide pratique santé introduction En quelques points AG2R-MACIF Prévoyance est une institution de prévoyance issue du partenariat en assurances collectives santé et prévoyance entre le groupe MACIF

Plus en détail

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) :

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) : C14 Allocation compensatrice tierce personne (ACTP) Depuis la mise en œuvre au 01/01/2006 de la loi du 11 février 2005 instaurant la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) remplaçant l Allocation

Plus en détail

À tout moment. une mutuelle sur qui compter

À tout moment. une mutuelle sur qui compter À tout moment une mutuelle sur qui compter Harmonie Mutualité, votre partenaire santé Votre entreprise vous permet de bénéficier d une complémentaire santé collective Harmonie Mutualité. En nous rejoignant,

Plus en détail

STRUCTURES CONSEIL ORGANISME COMPETENCE CONTACT SITE INTERNET

STRUCTURES CONSEIL ORGANISME COMPETENCE CONTACT SITE INTERNET FICHIER CONTACTS STRUCTURES CONSEIL Agence Départementale d'information sur le Logement - ADIL 1, Ch de ronde du Fort Griffon - Entrée C La vocation de l ADIL est d offrir gratuitement aux habitants du

Plus en détail

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées SYNTHÈSE BP 823-98845 Nouméa Nouvelle-Calédonie (687) 27 54 81 isee@isee.nc www.isee.nc Directeur de la publication Alexandre Gautier Conception et réalisation Département publications Synthèse N 3 Édition

Plus en détail

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés 1 Connaître le régime facultatif de complémentaire santé Pour les anciens salariés Préambule Le 12 août 2008, l Union des Caisses Nationales de Sécurité sociale et des organisations syndicales ont signé

Plus en détail

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele. 5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.com Le 15/06/2011 Dossier de Presse Sommaire 1. Présentation du groupe..page 3

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

Vos contacts GUIDE DE L EMPLOYEUR. Régime d assurance complémentaire Santé

Vos contacts GUIDE DE L EMPLOYEUR. Régime d assurance complémentaire Santé Vos contacts Pour tous renseignements ou questions relatives : aux cotisations : contacter votre caisse de MSA, pour toute autre question : contacter l ANIPS au 09 69 32 34 27 (numéro non surtaxé). de

Plus en détail

Utile & pratique. > En cas d urgence... 32 > Numéros utiles... 32 > Pour vous faciliter... 34 la vie. Ligne bleue 25

Utile & pratique. > En cas d urgence... 32 > Numéros utiles... 32 > Pour vous faciliter... 34 la vie. Ligne bleue 25 Utile & pratique > En cas d urgence........ 32 > Numéros utiles.......... 32 > Pour vous faciliter....... 34 la vie > En cas d urgence Police Secours 17 Pompiers 18 SAMU 15 > Numéros utiles 32 Ligne bleue

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

5 raisons de choisir la Mutuelle du Médecin. Une mutuelle dédiée aux médecins et à leur famille

5 raisons de choisir la Mutuelle du Médecin. Une mutuelle dédiée aux médecins et à leur famille Complémentaire santé NOUS SOMMES PARCE BIEN QUE PLACÉS VOUS ÊTES POUR PLUS VOUS QU UN COMPRENDRE MÉDECIN, NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Complémentaire santé + 5 raisons de choisir la

Plus en détail

Tous ensemble, Maitrisons nos dépenses de santé

Tous ensemble, Maitrisons nos dépenses de santé P Des outils à votre disposition Vous cherchez des tarifs de consultation, des adresses de médecins,. www.ameli-direct.ameli.fr Vous cherchez des informations sur les centres mutualistes. www.mutualite.fr

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Agence d urbanisme de la région nantaise AURAN - 88.07 n Le nombre de seniors dans l Agglomération nantaise progresse et plus particulièrement

Plus en détail