TABAC, TABAGISME & DESACCOUTUMANCE AU TABAC. Module 1 FORDD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TABAC, TABAGISME & DESACCOUTUMANCE AU TABAC. Module 1 FORDD 2013-2014"

Transcription

1 TABAC, TABAGISME & DESACCOUTUMANCE AU TABAC Module 1 FORDD Dr. J-P. Humair Service de Médecine de 1 er recours Hôpitaux Universitaires de Genève

2 Objectifs d apprentissage Connaître les risques du tabagisme, les bénéfices de l'arrêt du tabac Comprendre le processus par stades de l arrêt du tabac & évaluer la motivation à arrêter de fumer Comprendre et évaluer la dépendance à la nicotine Décrire les liens entre tabagisme, problèmes de santé mentale et autres dépendances Aider à l'arrêt du tabac avec des conseils adaptés à la motivation & un traitement pharmacologique Décrire les stratégies collectives de contrôle du tabac

3 Tabac: Histoire & botanique Tabac utilisé depuis des siècles en Amérique Latine, Christophe Colomb le ramène, début de l utilisation en 1560 (Jean Nicot) Feuille de tabac: 5% du poids est de la nicotine Cigarette contient 8 à 20mg de nicotine, mais seulement ~ 1-2 mg sont absorbés

4 Tabac: Composition de la fumée 4000 substances fumeur d un paquet de cigarettes par jour durant 20 ans = une tasse de goudrons et 6 kg de poussière! nicotine: dépendance monoxyde de carbone: maladies cardiovasculaires Goudrons & benzapyrène: cancers Nitrosamines: cancers gaz enzymes protéolytiques: broncho-pneumopathie obstructive

5 Vignette clinique 1 Nico a 19 ans et finit son apprentissage de vendeur. Il a commencé de fumer à 14 ans et fume actuellement 1 paquet de cigarettes par jour, parfois plus lorsqu il sort avec ses amis ou s il a des insomnies nocturnes. Comme il ne peut pas fumer au travail et doit souvent sortir fumer, il se dit qu il devrait baisser sa consommation de tabac mais il n a pas envie d arrêter de fumer car ça lui semble bien trop difficile. Sachant que vous travaillez dans le domaine de la santé, il aimerait savoir quels sont ses risques dus au tabac et vous demande conseil 1. Quels sont les risques du tabac pour la santé de Nico? 2. Quelle est la motivation de Nico à cesser de fumer? 3. Pourquoi l arrêt du tabac est-il si difficile pour Nico?

6 Tabagisme actif: Quels risques?

7 Proportion élevée de fumeurs en Suisse: 25.9% Fumeurs quotidiens: 18.9% Fumeurs occasionnels: 7% Hommes: 29.3% Femmes: 22.8% Jeunes 15-19ans: 24.5% Baisse à tout âge: de 33% (2001) à 25.9% (2012) Consommation de tabac en Suisse: Cigarette 94% Fumeurs réguliers: moyenne 13 cigarettes/jour Cigare & pipe: 5% Tabac oral: 3.1% OFSP Monitoring Addictions 2013 Tabagisme actif: Consommation de tabac

8 Tabagisme actif: Mortalité Tabagisme actif: 1ère cause mortalité évitable ~8 000 décès/an, 15% décès 50% fumeurs: décès du au tabac, 25% avant 70a Maladies cardiovasculaires: 40% Cancers: 36% Maladies pulmonaires: 20% Espérance de vie: -10 ans Doll BMJ 2004 Peto 2003

9 Tabagisme actif: Risques pour la santé 1 Cause de décès Toutes causes Mal coronarienne (35-64 a) Mal coronarienne (>65 a) Autre mal cardiaque Maladie cérébro vasculaire (<35 a) Maladie cérébro vasculaire (35-64 a) Maladie cérébro vasculaire (>65 a) Autres maladies circulatoires Risque relatif H F Cornuz, Humair, Zellweger. Schweiz Med Forum 2004

10 Tabagisme actif: Risques pour la santé 2 Cause de décès Bronchopneumopathie chronique obstructive Autres maladies respiratoires CA bouche/pharynx Cancer œsophage Cancer pancréas Cancer larynx Cancer poumon Cancer rein Cancer col utérus Cancer vessie Risque relatif H F Cornuz, Humair, Zellweger. Schweiz Med Forum 2004

11 Et encore quelques risques pour la santé Tabagisme actif: Risques pour la santé 3 Ostéoporose Dysfonction érectile Stérilité dans le couple Fausse couche Retard de croissance intra-utérin Complications à l accouchement Mort subite du nourrisson Cataracte Dégénérescence maculaire Ulcère peptique Brûlures & intoxications dans incendies

12 Tabagisme actif: Coûts Coûts exorbitants du tabagisme en Suisse: Coûts médicaux: 1.5 milliards CHF/an Coûts sociaux: 4 milliards CHF/an Coûts humains: 5.2 milliards CHF/an Coûts totaux: 10.7 milliards CHF/an Gains du tabagisme: Taxes: 2.2 milliards CHF/an Jeanrenaud 2005

13 Tabagisme passif: Quels risques?

14 Tabagisme passif: Exposition Exposition passive à fumée sur tous lieux (2010) > 7h/sem 10% ans > 7h/sem 29% Non fumeurs > 7h/sem 7% Fumeurs >7h/sem 16% Restauration 13% Lieu travail 11% Réduction de l exposition à la fumée passive: D abord au travail puis dans restauration Suite aux lois cantonales et à la loi fédérale (2010) Radtke Monitoring Tabac 2011

15 Tabagisme passif: Risques Risques chez les adultes non fumeurs: Cancer pulmonaire + 22% Maladie coronarienne + 30% Toux > 3 mois + 65% Asthme débutant +116% Mortalité globale + 28% (femmes) +16% (hommes) Risques c/o enfants exposés au tabagisme parents Mort subite nourrisson (mère fumeuse) +90% Infection respiratoire aigue +60% Otite moyenne récidivante +50% Asthme +20% Leuenberger AJRCCM 1994 Hackshaw BMJ 1997 Janson Lancet 2001 Jaakola Am J Public Health 2003 Whincup BMJ 2004 Hill BMJ 2004 Anderson Thorax 1997 Strachan Thorax 1997 Cook Thorax 1997

16 Motivation & arrêt du tabac: Modèle trans-théorique du changement Indétermination Aime fumer Rechute A recommencé Consolidation A arrêté Action Vient d arrêter Intention Envisage d arrêter Préparation Décide d arrêter Prochaska & Di Clemente Am Psychologist 1999

17 Motivation & arrêt du tabac: Stades de changement Prévalence (GE) Indétermination ("precontemplation"): Pas d intention d arrêter de fumer dans 6 mois 56% Intention ("contemplation", ambivalent): Intention d arrêter de fumer dans 6 mois 31% Préparation: Décision d arrêter de fumer dans 30 jours 13% Action: Ex-fumeur depuis 6 mois Maintien: Ex-fumeur depuis > 6 mois Prochaska Am Psychologist 1999 Etter 2007

18 Dépendance au tabac: Dépendance à la nicotine La nicotine est la substance du tabac responsable de la dépendance Comme pour toutes les substances causant une dépendance, la nicotine agit sur le système de récompense dans le cerveau

19 Dépendance nicotinique: Récepteurs & système de récompense du cerveau β2 β2 α4 β2 α4 α4β2 Nicotinic Receptor

20 Dépendance nicotinique: Pharmacologie Cigarette idéale pour donner nicotine vite et fort! Absorption très rapide par inhalation Effet cérébral "shoot" en 6-10 sec Absorption de mg nicotine par cigarette, influencée par fréquence/profondeur inhalation & ph Montée 6-8h (matin), plateau (a-midi & soir), chute (nuit) Maintien entre 20 et 35 ng/ml ½-vie moyenne de 2h, variant de 1-4h Métabolisme hépatique en cotinine: polymorphisme génétique Elimination rénale nicotine (10%) & cotinine (90%) Nicotinémie finement contrôlée par comportement Le Houezec Rev Med Suisse 2005

21 Dépendance nicotinique: Pharmacologie 3 Taux sanguin nicotine niveau de satisfaction sensation de manque cigarette cigarette cigarette Heures

22 Dépendance nicotinique: 3 niveaux de dépendance Nicotine: tous les critères de la dépendance Dépendance psychologique: Recherche d'effets psycho-actifs stimulants: plaisir, attention, éveil, humeur, intellectuel Réduction de l anxiété/stress: illusion due au soulagement du sevrage Dépendance comportementale: Lien répété entre effets psycho-actifs & situations spécifiques: stress, ennui, café, convivialité, etc. Dépendance physique: Besoin d'éviter les symptômes de sevrage Benowitz Clin Pharmacol Ther 2008

23 Dépendance nicotinique: Critères de dépendance CIM-10 Présence d au moins 3/6 critères: Désir puissant d utiliser le tabac Difficulté à contrôler l utilisation du tabac Abandon progressif d autres intérêts au profit d activités liées à l obtention et la consommation de tabac Poursuite de la consommation de tabac malgré les conséquences négatives, notamment sur la santé Syndrome de sevrage si arrêt ou diminution du tabac Tolérance avec augmentation de la dose pour obtenir l effet du tabac OMS, Classification Internationale des Maladies (CIM-10)

24 Evolution du sevrage: Dépendance nicotinique: Symptômes de sevrage Début sevrage physique 2-24h Pic du sevrage physique 48-72h Fin sevrage physique jours, variable Fin sevrage psychologique 3-12 mois, variable Symptômes: "Craving": besoin impérieux de fumer (< 5min) spontané ou déclenché par situations liées au tabac Irritabilité, troubles de concentration Anxiété, troubles du sommeil, dépression Fatigue, céphalées Faim, prise de poids, constipation Benowitz Clin Pharmacol Ther 2008

25 Dépendance nicotinique: Evaluation Evaluation de la dépendance nicotinique selon le critère (>1) le plus élevé faible modérée forte très forte nombre de cigarettes/j > 30 temps (min.) lever-1ère cig. > < 5 Symptômes de sevrage USDHHS Guideline 2008

26 Dépendance nicotinique: Tromperie des cigarettes «lights» Apport nicotine/cigarette (mg) Observé Contenu en nicotine selon le paquet (mg) Selon paquet M. Jarvis et al J Natl Cancer Inst 2001

27 Vignette clinique 2 Effectuez un jeu de rôle avec votre voisin. Un de vous joue le rôle de Nico et l autre le rôle du soignant. Dans son intervention, le soignant doit: Évaluer la motivation à l arrêt du tabac Evaluer la dépendance nicotinique Donner un bref conseil personnalisé

28 Vignette clinique 3 Nico a 24 ans. Au cours des dernières années il a développé une consommation excessive d alcool et une consommation de cannabis devenue quotidienne pour calmer son anxiété. Il a été hospitalisé à 2 reprises en milieu psychiatrique pour un état dépressif sévère. Durant cette période sa consommation de tabac a augmenté et il ne se sent pas prêt à cesser de fumer. Il vous demande conseil avec 4 questions 1. Y a-t-il un lien entre le tabac et mes consommations d alcool et cannabis? 2. Y a-t-il un lien entre le tabagisme et ma dépression? 3. Si j arrête de fumer, puis-je continuer alcool et cannabis? 4. Si j arrête de fumer, est-ce que ma dépression s aggravera?

29 ?

30 Association tabagisme & trouble mental Risque relatif de dépendance au tabac selon le trouble psychique Dépression majeure 2.38* Dysthymie 1.63* Phobie simple 1.19 Agoraphobie 1.76* Trouble obsessionel compulsif 1.33 Trouble panique 1.57 Dépendance à alcool 4.68* *effet significatif Glassmann JAMA 1990

31 Association tabagisme-dépression: Prévalence de la dépression Population générale 5.1% Fumeurs ou ex-fumeurs 6.9% Non-fumeurs 2.9% Fumeurs consultation tabac 34% Glassmann JAMA 1990 Lagrue Encéphale 2002

32 Association tabagisme-dépression: Dépression cause du tabagisme? Tabac comme auto-médication contre dépression: Nicotine agit sur système dopaminergique du système récompense Composants du tabac ont effet IMAO Prévalence élevée du tabagisme actif & ancien si dépression: Hommes 70% Femmes 80% Progression plus fréquente vers tabagisme quotidien si dépression: Pas d antécédent de dépression 9% Antécédent dépression 23% OR=3 Williams Addictive Behavior 2004 Covey JGIM 1994 Breslau Arch Gen Psychiatry 1998

33 Association tabagisme-dépression: Tabagisme cause de dépression? I Tabagisme: facteur de risque de dépression: Sevrage de tabac entraîne des symptômes dépressifs Nicotine a une action complexe sur les neurotransmetteurs (dopamine, noradrénaline, sérotonine) causant la dépression Tabagisme augmente risque de 1ere dépression à 11 ans: Non-fumeurs & fumeurs occ. 8.3% Ex-fumeurs > 5 ans 8.7% Ex-fumeurs < 5 ans 13.1% Fumeurs < 10 cig/j 11.0% Fumeurs cig/j 14.6% OR=1.9 Fumeurs > 20 cig/j 25% OR= 3.7 Williams Addictive Behaviors 2004 Klungsoyr Am J Epidemiol 2006

34 Association tabagisme-dépression: Causes communes? Arguments pour relation bidirectionnelle Dépression & sevrage tabac: symptômes communs Humeur dépressive Insomnie Troubles de concentration Fatigue Prise de poids Tabagisme & dépression: mécanismes communs? génétiques? psychopathologiques? liés à l environnement social? Williams Addictive Behaviors 2004

35 Arrêt du tabac & antécédents de dépression Le taux d arrêt du tabac à 5 ans est semblable avec ou sans antécédent de dépression Etude prospective Pas d antécédent de dépression 21.6% Antécédent dépression 19% NS Le taux d arrêt du tabac à 1 an est plus bas si antécédent de dépression Etude prospective Pas d antécédent de dépression 37% Antécédent dépression 20% Données contradictoires Breslau Arch Gen Psychiatry 1998 Hall 1998

36 Dépression durant sevrage tabagique Risque de dépression à 1 an après arrêt du tabac Pas d antécédent de dépression 9.7% Antécédent dépression 23.7% Abstinence sans effet sur risque dépression à 1 an Abstinents 14.7% Fumeurs 13.4% OR=1.3 (NS) Abstinence augmente risque de dépression à 6 mois chez fumeurs avec antécédent de dépression Abstinents 31% Fumeurs 6% OR=7.2 Données contradictoires Tsoh Am J Psychiatry 2000 Glassman Lancet 2001

37 Conseils d arrêt du tabac aux fumeurs dépressifs I Si dépression présente avant l arrêt du tabac: D abord traiter la dépression Envisager l arrêt du tabac dès que dépression stabilisée Si dépression récidivante, considérer anti-dépresseur prophylactique Prise en charge adéquate de la dépression survenant lors d un sevrage de tabac: Vigilance pour détection précoce Psychothérapie Anti-dépresseur USDHHS Guideline 2008

38 Conseils d arrêt du tabac aux fumeurs dépressifs II Soutien: entourage: arrêt à 2, groupe d entraide, "chat" internet professionnel: valorisation, rendez-vous fréquents Activités alternatives plaisantes et valorisantes: activité physique, lecture, bricolage, art, jardin, etc. rappel des motifs, efforts, bénéfices de l arrêt, récompenses (tirelire), feedback positif avec mesure CO Réduction pour préparer l arrêt donne confiance Encourager prise de traitement pharmacologique USDHHS Guideline 2008

39 Traitement pharmacologique: Substituts nicotiniques Efficaces pour arrêt du tabac, même si dépression Ne préviennent pas la dépression lors du sevrage N améliorent pas la dépression durant le sevrage Si dépression, substitution nicotinique combinée ou prolongée Lancaster Cochrane Library 2005 Thorsteinsson Neuropsychopramacology 2001

40 Traitement pharmacologique: Bupropion & SSRI Bupropion: SSRI: Réduction symptômes dépressifs chez fumeurs très dépendants Humeur stable avec/sans antécédent dépressif Efficace pour arrêt du tabac, avec/sans antécédent dépressif Le plus efficace pour arrêt du tabac si antécédent de dépression (RR=3 vs. placebo & patch nicotine) Association possible (à faible dose) avec SSRI Inefficace pour larrêt du tabac Efficace pour traiter dépression liée ou non au sevrage tabagique Incertitude sur prévention de la dépression durant sevrage tabagique Association possible avec bupropion (à faible dose) Hughes Cochrane Library 2005 Lerman Psychol Addict Behav 2004 Cox JGIM 2004 Smith Nicotine Tobacco Res 2003 Chengappa J Clin Psychiatry 2001 Killen Addictive Behaviors 2003

41 Tabagisme et dépendances associées Toutes les substances psychoactives provoquent une dépendance par des processus similaires aboutissant à une stimulation du système méso-limbique & sécrétion de dopamine «Dépendance croisée» à différentes substances: mêmes caractéristiques cliniques et mécanismes neurobiologiques Passage d une substance psychoactive à une autre (notamment lorsque produit habituel pas disponible) Surgeon General Report, 1988 Martinet 2001 Les pratiques addictives Ed. O. Jakob, 2000

42 Tabac et alcool: Epidémiologie 1 er rang des «dépendances associées» alcoolo-dépendants: 90% fument fumeurs: alcoolo-dépendance 10 fois plus fréquente fumeurs alcoolo-dépendants: fument plus, plus dépendants, sevrage plus sévère, mortalité et morbidité supérieures association tabac-alcool: plus fréquente si l une des dépendances à un âge précoce, troubles psychiatriques associés, contexte social difficile Martinet 2001

43 Tabac et alcool: Risques et dépendances Risques de l association tabac & alcool: Risque 35 fois plus élevé de développer un cancer mortalité des alcoolo-dépendants principalement liée aux maladies dues au tabagisme Association des dépendances tabac & alcool: Interaction neurobiologique Facteurs psychologiques, génétiques, environnementaux communs: vulnérabilité à la double dépendance Tabac: s oppose aux effets «délétères» de l alcool Alcool: stimulus déclenchant l envie de fumer Brouha Acta Oto Laryngologiaca 2005 Ramroth Methods Inf Med 2004 Zeka Cancer Causes Control 2003 Hughes J Subst Abuse Treat 1993 Hurt Alcohol Clin Exp Res 1994 Corrigal Brain Res 1994 Le Houezec Psychopharmacology 1994 Mello Psychopharmacology 1994

44 Tabac et alcool: vérités? «L arrêt du tabac favorise la rechute alcoolique»: Non! Hurt 1994 Saxon 1997 Ellingstad T, 1999 «Continuer à fumer pourrait être un facteur de rechute alcoolique?» Plutôt oui Stuyt 1997 «Ceux à qui on suggère l arrêt du tabac restent- ils le plus souvent abstinents à l alcool?» Oui Bobo 1998 «Plus de la moitié des patients alcoolo-dépendants sont intéressés par l arrêt de la cigarette» Oui Zulino 2000

45 Tabac et alcool: comment faire? 13 études d intervention dont 6 avec un groupe contrôle; 5 étaient montrent résultats favorables de intervention Burling 1991; Joseph 1993; Hurt 1994; Bobo 1996; Bobo 1998; Burling 2001 Méthodes de traitements et interventions utilisés variables: groupes, intervention brève, nicotine En ambulatoire: tabac d abord? alcool d abord? Selon désir du fumeur En hospitalier: ensemble avec suivi ambulatoire Substitution nicotinique: efficace Bupropion: contre-indiqué si dépendance Cave/ dépression de sevrage

46 Tabac et cannabis: Epidémiologie Cannabis ou chanvre indien Consommé comme hashisch ou marijuana Principe actif: Tétrahydrocannabinol (THC, alcaloïde) Mélangé habituellement avec le tabac (combustion) Récepteurs spécifiques aux endocannabinoïdes stimulant production de neurotransmetteurs Substance psycho-active illégale la plus largement consommée dans pays développés; en Suisse: 27% entre 15 et 74 ans ont essayé Consommation quotidienne: 6,5 % ans, 5% ans 10% deviendront dépendants (15% alcool, 32 % nicotine) Risques du tabac & cannabis additionnels 3 à 4 cigarettes de cannabis = 20 cigarettes de tabac Flash Addiction Coroma: le cannabis, avril 2001

47 Tabac et cannabis: Comment faire? Prendre en considération: potentialisation des complications somatiques dues à chaque produit maintien de consommation d un produit du à la dépendance à l autre potentialisation de la dépendance de l un à l autre motivation à changer une ou les 2 consommations possibilité de consommer du cannabis sans tabac Idéalement arrêts simultané de tabac & cannabis Si poursuite du cannabis, ne plus ajouter tabac Substituts nicotinique prob efficaces lors du sevrage du cannabis Touzeau D, Cannabis et tabac

48 Vignette clinique 4 Nico a 28 ans et va bien. Il est devenu chef de rayon d un grand magasin. Il a fini depuis un an le traitement de sa dépression. Il consomme modérément de l alcool et a cessé de prendre du cannabis. Il a rencontré «la femme de sa vie» et a le projet d avoir un enfant avec elle. Il est résolument prêt à arrêter de fumer. Il vous demande à nouveau conseil 1. Quelle méthode lui conseillez-vous pour cesser de fumer? 2. Lui recommandez-vous la cigarette électronique? 3. Quelles sont ses chances de réussir et de rechuter?

49 Quels conseils donner?

50 Stratégies d intervention selon la motivation Pas intéressé: Conseil minimal Ambivalent: Entretien motivationnel Prêt : Aide au sevrage

51 Conseils: Fumeurs en indétermination Intervention minimale : ~ 3 minutes But: faire prendre conscience du problème Demander la permission de discuter du tabagisme Recommander clairement l arrêt du tabac Informer & susciter remise en question: information personnalisée selon vécu, propos & émotions du patient Eviter la confrontation Offrir son aide & laisser patient décider Proposer une brochure: "Et si j arrêtais..." Suivre: aborder tabagisme aux prochains RDV USDHHS Guideline 2008 West Thorax 2000

52 Parler des risques ou des bénéfices?

53 Bénéfices de l arrêt du tabac: Survie plus longue Retour au risque non-fumeur après arrêt: Mortalité globale ans Mal. Coronarienne 5 ans Cancer du poumon >15 ans Doll BMJ 2004

54 Bénéfices de l arrêt du tabac: Vivre mieux à court terme Améliorer: bien-être, performances physiques, estime de soi, goût, odorat, haleine, odeur Réduire symptômes: toux, enrouement, faible capacité d effort, brûlures d estomac, stérilité, problèmes d érection Se libérer de la dépendance Respecter la santé d autrui: enfants, conjoints, collègues Optimaliser la croissance du fœtus / nouveau-né Etre un modèle pour ses enfants Economies (1 paquet cigarettes/j = Fr /an) Manley Med Clin North Am 1992

55 Conseils: Remises en question «J aime fumer» Autres plaisirs: goût des aliments, forme physique, liberté «Je manque de volonté» 1x10 6 ex-fumeurs en Suisse, pourquoi pas vous? «Le mal est fait, c est trop tard d arrêter» Le plus tôt c est le mieux mais il n est jamais trop tard! «Je fume très peu, ce n est pas dangereux» Même les petits fumeurs courent un risque «Je fume des légères & n avale pas la fumée» Vous compensez en fumant autrement sans diminuer le risque

56 Conseils: Fumeurs en intention Intervention brève: ~ 5 min. But: motiver à changer de comportement Recommander clairement l arrêt du tabac Entretien motivationnel: balance pour & contre par patient, reformuler, montrer ambivalence, susciter étapes de changement Identifier & discuter obstacles: prise de poids, stress, autres fumeurs, symptômes de sevrage, rechute & échec, dépression Offrir son aide & présenter les options Proposer une brochure: "J envisage d arrêter" Suivre: proposer ou utiliser prochain RDV USDHHS Guideline 2008

57 Conseils: Entretien motivationnel

58 Conseils: Obstacles I Syndrome de sevrage: Expliquer dépendance & sevrage nicotinique Substitution en nicotine Rechute(s) & Echec(s): Stress: En moyenne 3-5 tentatives pour être ex-fumeur Expérience d apprentissage Arrêt à "bon" moment: sans crise, cave calendes grecques Méthode de relaxation, exercice physique Fumeurs dans l entourage: Lieux non fumeurs, apprendre à refuser une cigarette Arrêt à 2, informer entourage, négocier avec conjoint

59 Conseils: Obstacles II Prise de poids: Obstacle majeur pour les femmes due au sevrage & compensation par l'alimentation moyenne +3-4 kg (variations 0-30 kg), retour à norme bénéfices arrêt du tabac >> risques prise de poids conseils sur alimentation & exercice aborder 1 problème après l'autre Dépression: Fréquent, réversible, perte d effet de nicotine sur humeur Investir une autre source de plaisir, soutien de entourage, détection & traitement précoce de dépression USDHHS Guideline 2008

60 Conseils: Fumeurs en préparation/action I Intervention intensive: > 20 min But: aider à changer de comportement Soutenir décision d arrêt Etablir un plan précis: date d arrêt complet, préparation à l arrêt, réduction avant l arrêt, soutien de l entourage Substitution nicotinique ou varenicline ou bupropion Stratégies comportementales pour situations à risques Proposer une brochure: "C est décidé..." Suivre à court terme: sem. & selon besoins Référer à consultation spécialisée: groupe, individuel USDHHS Guideline 2008 West Thorax 2000

61 Conseils: Fumeurs en préparation/action II Intervention intensive: > 30 min But: maintenir abstinence et prévenir la rechute Identifier & anticiper situations à risque: Symptômes sevrage Gestion du stress Prise de poids Autres fumeurs Ennui, dépression Consommation d alcool, fin du repas, café Planifier stratégies pour situations à risque USDHHS Guideline 2008

62 Conseils: Fumeurs motivés/en arrêt III Eviter temporairement: Autres fumeurs, abus alcool, lieux enfumés Attendre: que l envie passe (max 5 min) Distraire par autres pensées, activités: Boire eau, chewing-gum, brosser dents, se promener, exercices de respiration, parler à qqn, autre loisir Résister: Fuir: Auto-persuasion, penser aux efforts investis, refuser 1 cigarette Quitter lieu enfumé, se lever de table USDHHS Guideline 2008

63 Conseils: Fumeurs en préparation/action IV Manque de soutien: Soutien de l entourage, arrêt à 2, groupe d entraide, "chat" internet, rendez-vous fréquents Dépression: Soutien de l entourage, activité valorisante, anti-dépresseur Syndrome de sevrage prolongé: Traitement plus long ou combiné Excès de confiance: "Plus une bouffée", 1 cigarette=risque élevé de rechute Plan en cas de rechute: Occasion d apprendre, ne pas culpabiliser, continuer l arrêt, identifier situation de rechute & planifier stratégie de prévention USDHHS Guideline 2008

64 Substitution en nicotine: Indications Traitement complémentaire aux conseils Fumeur aux stades "préparation" & "action" Fumeur dépendant à nicotine Facilite arrêt du tabac en réduisant symptômes de sevrage Moins de nicotine & action plus lente que tabac Aucune toxicité cardiaque Aucune contre-indication absolue: nicotine toujours moins dangereux que tabac! Précautions: maladie cardiaque aiguë, grossesse Individualiser substitution en nicotine selon: préférence personnelle, expérience préalable, dépendance nicotinique, contre-indications, autres maladies USDHHS Guideline 2008

65 Substitution en nicotine: Patch Patch 24h (Nicotinell ): 21 mg x 4 sem 14 mg x 2 (-4) sem 7 mg x 2 (-4) sem Surtout si forte dépendance avec 1 ère cigarette précoce Patch 16h (Nicorette ): 25 mg x 4 sem 15 mg x 2 (-4) sem 10 mg x 2 (-4) sem Durée: 2-3 mois, possible continuer 6-12 mois Appliquer entre cou & cuisses, changer lieu chaque jour Effets indésirables: Réaction cutanée, insomnie (24h), rêves (24h) ~ Fr 6.-/j, sans ordonnance, non remboursé LaMal

66 Substitution en nicotine: Gomme à mâcher Gomme 2 mg (Nicorette ), absorption de ~1 mg: dépendance modérée 8-15 x 2 mg/j (~1/h, max 30/j) x 4-8 sem Gomme 4 mg (Nicorette ), absorption de ~2 mg: dépendance forte / très forte 8-15 x 4 mg/j (~1/h, max 20/j) x 8-12 sem Réduire dosage en 4-8 sem Durée 2-3 mois, possible de continuer 6-12 mois Technique "mâcher & parquer" pendant 30 min Effets indésirables: Irritation buccale, nausées, brûlures estomac, hoquet, douleur mâchoire ~ Fr 4.75/j, sans ordonnance, non remboursé LaMal

67 Substitution en nicotine: Comprimé Comprimé sublingual 2 mg (Nicorette ) ou à sucer 1 mg (Nicotinell ), absorption de ~1 mg: dépendance modérée 8-15 x 1 cp/j (~1/h, max 30/j) x 4-8 sem Comprimé à sucer 2 mg (Nicotinell ), ~2 mg: dépendance forte / très forte 8-15 x 1 cp/j (~1/h, max 20/j) x 8-12 sem Réduire dosage en 4-8 sem Durée 2-3 mois, possible de continuer 6-12 mois Laisser fondre sous langue ou sucer dans bouche sans avaler durant 30 min Effets indésirables: Irritation buccale & gorge ~ Fr 4.50/j, sans ordonnance, non remboursé LaMal

68 Substitution en nicotine: Inhalateur Inhalateur 10 mg (Nicorette Inhaler ), ~1 mg Surtout si dépendance modérée à forte 6-12 cartouches/j x 8-12 sem (~1/1-2h, max 16/j) Réduire sur 4-8 sem Durée 2-3 mois, possible continuer 6-12 mois Instructions: Mettre cartouche dans embout en perçant extrémités Inhaler comme cigarette/pipe sans allumer! 30 min Effets indésirables: Irritation buccale & pharyngée, toux ~ Fr 8.90/j, sans ordonnance, non remboursé LaMal

69 Patch 24h ou 16h: Substitution en nicotine: Combinaisons Traitement de fond avec patch quotidien + Gomme ou comprimé ou inhalateur: A la demande si symptômes de manque ou situation à risque Dosage plus faible que pris isolément Dépendance très forte: à considérer d emblée Dépendance forte: symptômes de sevrage sévères, rechute

70 Mécanisme d action: Varénicline (Champix ) Stimule & bloque partiellement récepteurs nicotiniques Diminue symptômes de sevrage & effet positif nicotine Dosage: Doses progressives sur 1 semaine en fumant encore Dose d entretien sur 11 semaines, arrêt tabac à J8 Durée 3 mois, possible de continuer 6 mois Effets indésirables: fréquents, bénins Nausées, insomnies, cauchemars, céphalées Contre-indications & précautions: Contre-indiqué si insuffisance rénale sévère, grossesse, allaitement Substituts nicotiniques peu ou pas efficaces Pas d interactions avec d autres médicaments Précautions si antécédents troubles psy, interrompre si symptômes ~ Fr 6.30/j, sur ordonnance, remboursé LaMal (critères)

71 Mécanisme d action: Bupropion (Zyban ) Stimule dopamine et noradrenaline du système de récompense Diminue envies de fumer & symptômes de sevrage, maintient humeur égale, limite prise poids durant le traitement Dosage: Augmentation progressive sur 1 semaine en fumant encore Dose d entretien sur 7-11 semaines, arrêt tabac dès J7 Durée 2-3 mois, possible de continuer 6 mois Effets indésirables: fréquents insomnie, bouche sèche, vertige, agitation Contre-indications & précautions: Contre-indiqué si épilepsie, sevrage d alcool, insuffisance rénale ou hépatique, grossesse, allaitement Substituts nicotiniques peuvent être associés Interactions avec nombreux médicaments ~ Fr 6.20/j, sur ordonnance, non remboursé LaMal

72 Arrêt du tabac: Efficacité des conseils I

73 Arrêt du tabac: Efficacité des conseils II

74 Arrêt du tabac: Efficacité des traitements

75 E-cigarette (1) E-cigarette avec nicotine pourrait être efficace comme aide à l arrêt du tabac mais n est pas supérieure au patch de nicotine et ne peut encore être recommandée: Arrêt à 1 an c/o fumeurs non motivés: différences NS E-cig 7.2 mg: 13% E-cig 7.2/5.4 mg: 9% E-cig 0 mg: 4% Arrêt à 6 mois c/o fumeurs motivés à arrêt: différences NS E-cig 16 mg: 7.3% patch 21 mg: 5.8% E-cig 0 mg: 4.1 E-cigarette avec/sans nicotine semble efficace pour aider certains fumeurs à réduire de 30-60% leur consommation de tabac D autres études sont nécessaires pour évaluer l efficacité de E-cigarette pour l arrêt et la réduction de tabac Caponetto PLOS One 2013 Bullen Lancet 2013

76 E-cigarette (2) E-cigarette très probablement moins nocive que le tabac mais études nécessaires pour évaluer sécurité & toxicité à long terme Prescription impossible, information objective des patients Informer les utilisateurs qu arrêter de fumer du tabac est prioritaire par rapport à arrêter E-cigarette Débat de santé publique: Réglementation de E-cigarette & sa place pour réduction des risques: médicament? produit du tabac/nicotine? produit commercial? Interdiction de fumer dans lieux publics: par précaution Publicité, contrôles de qualité, ventes aux mineurs Rôle de l industrie du tabac Priorité à la recherche!

UNIVERSITÉ DE GENÈVE Antenne santé 4, rue De-Candolle www.unige.ch/unisansfumee. Arrêter, c est possible!

UNIVERSITÉ DE GENÈVE Antenne santé 4, rue De-Candolle www.unige.ch/unisansfumee. Arrêter, c est possible! UNIVERSITÉ DE GENÈVE Antenne santé 4, rue De-Candolle www.unige.ch/unisansfumee Arrêter, c est possible! Pour en finir avec la cigarette Un pari difficile L Université de Genève est déclarée territoire

Plus en détail

Vous voulez. vous libérer. du tabac? Parlez-en avec un membre de notre équipe dentaire.

Vous voulez. vous libérer. du tabac? Parlez-en avec un membre de notre équipe dentaire. Vous voulez vous libérer du tabac? Parlez-en avec un membre de notre équipe dentaire. Bénéfices de l abandon du tabac pour la santé buccodentaire Les effets néfastes du tabagisme sur la santé buccodentaire

Plus en détail

Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir?

Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir? Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir? Renseignements sur la fumée secondaire et tertiaire Qu est-ce que la fumée secondaire? La fumée secondaire est une combinaison de fumée

Plus en détail

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME Docteur Jean PERRIOT Dispensaire Emile Roux Clermont-Ferrand jean.perriot@cg63.fr DIU Tabacologie Clermont-Ferrand - 2015 NOTIONS GENERALES INTRODUCTION.

Plus en détail

Pourtant, la preuve est faite, de manière scientifique, que le tabagisme passif comporte des risques réels pour la santé.

Pourtant, la preuve est faite, de manière scientifique, que le tabagisme passif comporte des risques réels pour la santé. Si plus des trois quarts des personnes se disent gênées par la fumée des autres, les risques liés au tabagisme passif restent largement sous-estimés : les non-fumeurs sont seulement 15 % à craindre, pour

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

En 1949, Camel, une marque de

En 1949, Camel, une marque de L arrêt tabagique Claude Patry, M.D. En 1949, Camel, une marque de cigarettes, produisait une publicité télé montrant un médecin fort occupé à faire ses visites à domicile. De retour à son bureau, il s

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

La cigarette électronique permet-elle de sortir la société du tabac?

La cigarette électronique permet-elle de sortir la société du tabac? La cigarette électronique permet-elle de sortir la société du tabac? Dubois G, Goullé JP, Costentin J Au nom de la Commission VI (Addictions) Académie Nationale de Médecine Introduction Le tabac tue un

Plus en détail

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Jean-Paul BLANC Diététicien-Nutritionniste Neuilly sur Seine www.cabinet-de-nutrition-et-dietetique.eu LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Au cours de la dernière décennie

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005 Tabac et Grossesse M. COLLET Tabac et grossesse Problème majeur de santé publique 25 à 33 % des femmes fument pendant la grossesse Nombreuses conséquences obstétricales

Plus en détail

STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière

STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière Service évaluation économique et santé publique 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis

Plus en détail

Smoke Without Fire. De la réduction des risques à l amélioration des chances Anne-Cécile RAHIS, Jérôme GILLIARD

Smoke Without Fire. De la réduction des risques à l amélioration des chances Anne-Cécile RAHIS, Jérôme GILLIARD Smoke Without Fire De la réduction des risques à l amélioration des chances Anne-Cécile RAHIS, Jérôme GILLIARD 10/07/2013 CIGARETTE ELECTRONIQUE L OUTIL CARACTÉRISTIQUES DIFFÉRENTS MODÈLES LES ENJEUX ET

Plus en détail

Le guide pratique pour y parvenir

Le guide pratique pour y parvenir Le guide pratique pour y parvenir 1 2 3 4 Il n est pas facile d arrêter de fumer. Il s agit de renoncer à une habitude quotidienne solidement installée, de changer de comportement Cela prend du temps et

Plus en détail

Le cannabis en question(s)

Le cannabis en question(s) Le cannabis en question(s) Quelle nocivité présente le cannabis? Il n y a pas de réponse simple à cette question. Les risques liés à la consommation de cannabis sont en effet variables. Ils sont différents

Plus en détail

Quand le stress nous rend malade

Quand le stress nous rend malade Yuri Arcurs Quand le stress nous rend malade Tous concernés! De quoi s agit-il? Le stress stimule notre organisme pour qu'il s'adapte à une nouvelle situation, bonne ou mauvaise. Deux hormones sont alors

Plus en détail

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI? LA MÉTHAMPHÉTAMINE est un produit stupéfiant illicite, synthétisé à partir de substances chimiques, également connu sous le nom de «crystal» ou «crystalmet», «ice»,

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

LES ADDICTIONS. Docteur Sandrine TRAPE Chef de Clinique Assistante en Psychiatrie CHU de Fort de France. le 15/04/11

LES ADDICTIONS. Docteur Sandrine TRAPE Chef de Clinique Assistante en Psychiatrie CHU de Fort de France. le 15/04/11 LES ADDICTIONS Docteur Sandrine TRAPE Chef de Clinique Assistante en Psychiatrie CHU de Fort de France Du produit à l addiction Auparavant l accent était mis sur la substance alcool/drogue qui était diabolisée

Plus en détail

Ce guide peut vous aider!

Ce guide peut vous aider! Vous aidez une personne qui souhaite cesser de fumer? Ce guide peut vous aider! Guide de mieux-être Accompagnateurs de renoncement au tabac Si vous souhaitez parler à quelqu un pour vous préparer à arrêter

Plus en détail

Je vais être maman. et je fume encore!? J ai décidé d arrêter de fumer. Pour ma santé et pour celle de mon enfant.

Je vais être maman. et je fume encore!? J ai décidé d arrêter de fumer. Pour ma santé et pour celle de mon enfant. Je vais être maman et je fume encore!? J ai décidé d arrêter de fumer. Pour ma santé et pour celle de mon enfant. Ligue suisse contre le cancer, Ligue pulmonaire suisse, Association suisse pour la prévention

Plus en détail

C est décidé, j arrête de fumer

C est décidé, j arrête de fumer C est décidé, j arrête de fumer 3 C'EST DÉCIDÉ, J'ARRÊTE DE FUMER Cette brochure est destinée aux personnes qui sont prêtes à tenter d'arrêter de fumer. Elle est destinée aussi bien aux femmes qu aux hommes,

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Le cannabis en question(s)

Le cannabis en question(s) Le cannabis en question(s) Quelle nocivité présente le cannabis? Il n y a pas de réponse simple à cette question. Les risques liés à la consommation de cannabis sont en effet variables. Ils sont différents

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

EXEMPLE DE LETTRE DE PLAINTE

EXEMPLE DE LETTRE DE PLAINTE EXEMPLE DE LETTRE DE PLAINTE Une demande au syndicat de copropriété pour entreprendre les démarches nécessaires afin de réduire ou d'éliminer le problème d'infiltration de fumée de tabac secondaire. Cette

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

LE JEU EXCESSIF. Dr Christine Davidson M.Philippe Maso. Décembre 2011

LE JEU EXCESSIF. Dr Christine Davidson M.Philippe Maso. Décembre 2011 LE JEU EXCESSIF Dr Christine Davidson M.Philippe Maso Décembre 2011 Qu est-ce qu un Joueur Occasionnel? Joue pour le plaisir Accepte de perdre l argent misé. Ne retourne pas pour se refaire. Joue selon

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES UTILISATEURS DU SITE : «STOP-TABAC.CH» Anne-Françoise WORRETH / Année 2009-2010 / Faculté de médecine Lyon 1

ENQUÊTE AUPRÈS DES UTILISATEURS DU SITE : «STOP-TABAC.CH» Anne-Françoise WORRETH / Année 2009-2010 / Faculté de médecine Lyon 1 DIU de Tabacologie et d aide au sevrage tabagique SITES INTERNET ET SEVRAGE TABAGIQUE ENQUÊTE AUPRÈS DES UTILISATEURS DU SITE : «STOP-TABAC.CH» Anne-Françoise WORRETH / Année 2009-2010 / Faculté de médecine

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Les drogues POUR EN SAVOIR PLUS. 1. L avis du psychologue. 2. Les risques et leur prévention. Quelques chiffres

Les drogues POUR EN SAVOIR PLUS. 1. L avis du psychologue. 2. Les risques et leur prévention. Quelques chiffres Les drogues POUR EN SAVOIR PLUS 1. L avis du psychologue La consommation de drogues, qu elles soient licites (alcool, tabac) ou illicites (cannabis, crack, etc.), fait partie des conduites à risques fréquemment

Plus en détail

Programme national tabac 2008 2012

Programme national tabac 2008 2012 Programme national tabac 2008 2012 Programme national tabac 2008 2012 1 Sommaire Avant-propos 3 Résumé 4 1 Contexte 8 1.1 Consommation de tabac en Suisse 8 1.2 Effets de la consommation de tabac sur la

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Semer pour récolter. la santé. Favoriser la promotion des saines habitudes de vie dans la pratique clinique

Semer pour récolter. la santé. Favoriser la promotion des saines habitudes de vie dans la pratique clinique Semer pour récolter la santé Favoriser la promotion des saines habitudes de vie dans la pratique clinique Dans le but de répondre aux orientations régionales et nationales, de même qu à la responsabilité

Plus en détail

testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité!

testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité! : t i u t a r g t i Extra testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité! Enoncé Un fan de casino Vous êtes praticien dans la belle ville d Enghien (célèbre pour son casino ). Vous recevez Joël 43

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Pour les personnes qui veulent cesser de fumer

Pour les personnes qui veulent cesser de fumer Pour les personnes qui veulent cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Documents imprimés Une étape à la fois 1 Pour les personnes qui ne veulent

Plus en détail

Tabacologie : mise au point 2015

Tabacologie : mise au point 2015 recommandations Tabacologie : mise au point 2015 Rev Med Suisse 2015 ; 11 : 1276-81 I. Jacot Sadowski C. Clair J. Cornuz Dr Isabelle Jacot Sadowski Ligues de la santé Dr Carole Clair Pr Jacques Cornuz

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

Projet «Pharmacie vivre sans tabac»

Projet «Pharmacie vivre sans tabac» Projet «Pharmacie vivre sans tabac» Programme national d arrêt du tabagisme www.apotheken-raucherberatung.ch Présentation Programme national d arrêt du tabagisme Projet «Pharmacie vivre sans tabac» Résultats

Plus en détail

Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Documents imprimés Une étape à la fois 1 2 Pour les personnes qui ne veulent pas cesser

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux.

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux. Les gencives et la santé générale Nous savons tous que la prévention est l une des clés du maintien de la santé générale. Nous faisons de l exercice et nous surveillons notre alimentation pour nous aider

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Différents facteurs impliqués dans l addiction

Différents facteurs impliqués dans l addiction Différents facteurs impliqués dans l addiction Facteurs génétiques Neurobiologiques Circuits, métabolisme, neuroadaptation Développement Puberté Maturation cérébrale Sexe Comportement Tempérament Personnalité

Plus en détail

N o de contrat : Je demande par la présente une révision de la surprime concernant le numéro de contrat susmentionné. Signé à ce jour de 20

N o de contrat : Je demande par la présente une révision de la surprime concernant le numéro de contrat susmentionné. Signé à ce jour de 20 RÉVISION DE SURPRIME Nom : Prénom : Date de naissance : - - Année Mois Jour N o de contrat : Je demande par la présente une révision de la surprime concernant le numéro de contrat susmentionné. Signé à

Plus en détail

Présentation d un projet de collaboration autour d une forme de vulnérabilité : tabac et alcool

Présentation d un projet de collaboration autour d une forme de vulnérabilité : tabac et alcool Forum PSLA - 6 mars 2014 Présentation d un projet de collaboration autour d une forme de vulnérabilité : tabac et alcool Karin Zürcher, Claudia Véron Chargées de projet CIPRET-Vaud Ligues de la santé Un

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Developé pour le Centre

Plus en détail

SITES DE LUTTE CONTRE LE TABAGISME

SITES DE LUTTE CONTRE LE TABAGISME I. Tabac-info-service.fr SITES DE LUTTE CONTRE LE TABAGISME I. TABAC-INFO-SERVICE.FR http://www.tabac-info-service.fr/ Site du Ministère de la Santé et de l Inpes (Institut national de prévention et d

Plus en détail

C est décidé, j arrête de fumer. Les astuces pour réussir

C est décidé, j arrête de fumer. Les astuces pour réussir 3 6 C est décidé, j arrête de fumer Les astuces pour réussir Table des matières 3 Les raisons d arrêter de fumer 4 Santé 4 Stratégies pour se préparer 6 Méthode progressive 7 Passez à l action! 8 Surmonter

Plus en détail

Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org.

Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org. Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org. Les maladies invalidantes Repères sur l asthme généralités

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Conférence de presse du 24 février. Présentation du Programme cantonal de prévention du tabagisme 2014-2017 (PCT II) Fonds de prévention du tabagisme

Conférence de presse du 24 février. Présentation du Programme cantonal de prévention du tabagisme 2014-2017 (PCT II) Fonds de prévention du tabagisme Conférence de presse du 24 février Présentation du Programme cantonal de prévention du tabagisme 2014-2017 (PCT II) Fonds de prévention du tabagisme Plan de la présentation Thèmes présentés Les besoins

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Stress et enseignement Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Recherche sur Internet Moteur de recherche: GOOGLE Mots-clés: + stress + enseignement Nombre de pages francophones

Plus en détail

Comportements addictifs

Comportements addictifs Comportements addictifs Les cyberdépendances Addictions comportementales, Qu est-ce que c est? L addiction, au sens général, peut se définir par une envie incontrôlable et répétée, de consommer un produit

Plus en détail

L ALCOOL ET LE CORPS HUMAIN

L ALCOOL ET LE CORPS HUMAIN L ALCOOL ET LE CORPS HUMAIN TABLE DES MATIÈRES Présentation 1 L alcool, différent des autres aliments 2 Différent au moment de l absorption 3 Différent au moment de l élimination 4 Différent dans les conséquences

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Flunarizine

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Flunarizine NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR SIBELIUM 10 mg, comprimé sécable Flunarizine Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

La dépression qui ne répond pas au traitement

La dépression qui ne répond pas au traitement La dépression qui ne répond pas au traitement Mise à j our Wilfrid Boisvert, MD Présenté dans le cadre de la conférence : À la rencontre de l humain, Collège québécois des médecins de famille, novembre

Plus en détail

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Bernard Fortin Mars 2014 Source: Comité consultatif de la Société canadienne du cancer : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013. Toronto

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

TABAGISME. Les organisations responsables de la prévention & Les moyens mis à disposition des fumeurs pour arrêter

TABAGISME. Les organisations responsables de la prévention & Les moyens mis à disposition des fumeurs pour arrêter FACULTE DE MEDECINE Troisième année Université de Genève Unité Immersion en Communauté TABAGISME Les organisations responsables de la prévention & Les moyens mis à disposition des fumeurs pour arrêter

Plus en détail

BPCO * La maladie respiratoire qui tue à petit feu. En France, 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent. 17 000 morts chaque année...

BPCO * La maladie respiratoire qui tue à petit feu. En France, 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent. 17 000 morts chaque année... BPCO * La maladie respiratoire qui tue à petit feu. *Bronchopneumopathie chronique obstructive. En France, 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent. 17 000 morts chaque année... Fondation

Plus en détail

recommandations pour les médecins de famille

recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille Dr. med. Werner Karrer, Prof. Dr. med. Jörg D. Leuppi Les médecins de famille jouent un rôle central

Plus en détail

PLAN Introduction Généralités Conceptualisation du problème de recherche Matériel et méthodes Résultats DISCUSSION Conclusion Résumé

PLAN Introduction Généralités Conceptualisation du problème de recherche Matériel et méthodes Résultats DISCUSSION      Conclusion Résumé PLAN I Introduction... 3 II Généralités... 5 II-1 Historique... 5 II-2 Épidémiologie... 6 II-2.1 Définitions... 6 II-2.2 Tendances actuelles... 6 II-3 Tabagisme et ses impacts sanitaires et économiques...

Plus en détail

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin Pour mieux connaître l état de votre cœur, votre médecin vous a demandé de passer une scintigraphie myocardique au Persantin. Cette fiche explique

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Quand il fait CHAUD POUR. Prudence!

Quand il fait CHAUD POUR. Prudence! Quand il fait CHAUD POUR MOURIR Prudence! Comment la chaleur affecte-t-elle la santé? L été, le soleil et le beau temps sont sources de nombreux plaisirs Par contre, lorsque la chaleur est trop intense,

Plus en détail

Désaccoutumance au tabac

Désaccoutumance au tabac CABINET Schweiz Med Forum 2004;4:334 339 334 Désaccoutumance au tabac 1 re partie: Processus de désaccoutumance et bénéfices de l arrêt Tabakentwöhnung: 1. Teil: Ablauf und positive Auswirkungen der Entwöhnung

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

Prévention du tabagisme en milieu scolaire: agir plutôt sur les comportements ou sur le contexte sociopolitique?

Prévention du tabagisme en milieu scolaire: agir plutôt sur les comportements ou sur le contexte sociopolitique? MARS 2013 Edition speciale «Seminaire de l AT 2012» Prévention du tabagisme en milieu scolaire: agir plutôt sur les comportements ou sur le contexte sociopolitique? Dans ce débat qui agite la prévention

Plus en détail

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 :

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 : Module 04 : le sommeil Module 04 : le sommeil Ce module comprend les sections suivantes : Messages clés Problèmes de sommeil courants Les médicaments et le sommeil Conseils provenant de familles sur les

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

Assurance maladie grave

Assurance maladie grave ASSURANCE COLLECTIVE Le complément idéal à votre assurance collective Assurance maladie grave Votre partenaire de confiance. Assurance maladie grave La tranquillité d esprit à votre portée Les progrès

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR MS Direct 10 mg comprimé enrobé MS Direct 20 mg comprimé enrobé sulfate de morphine

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR MS Direct 10 mg comprimé enrobé MS Direct 20 mg comprimé enrobé sulfate de morphine NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR MS Direct 10 mg comprimé enrobé MS Direct 20 mg comprimé enrobé sulfate de morphine Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament.

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Nouvelles addictions comportementales Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Item N 77. Addictions comportementales Diagnostiquer, évaluer le retentissement

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

Protégeons-nous ensemble!

Protégeons-nous ensemble! Grippe saisonnière. Protégeons-nous ensemble! Informations importantes pour vous et votre famille. www.sevaccinercontrelagrippe.ch www.ofsp.admin.ch B C Qu est-ce que la grippe saisonnière et quels en

Plus en détail

Contraception après 40 ans

Contraception après 40 ans Contraception après 40 ans Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. Recommandations pour la pratique clinique Décembre 2004. ANAES/AFSSAPS Un vaste choix contraceptif Contraception

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium

Carnet de suivi Lithium Carnet de suivi Lithium Brochure d information sur les troubles bipolaires et leur traitement par lithium Nom : Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse cidessous

Plus en détail

LES PRATIQUES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME PAR LES MEDECINS GENERALISTES DE LA PREFECTURE DE RABAT

LES PRATIQUES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME PAR LES MEDECINS GENERALISTES DE LA PREFECTURE DE RABAT 1 ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE LA SANTE INSTITUT NATIONAL D'ADMINISTRATION SANITAIRE I.N.A.S Septième cours de Maîtrise En Administration Sanitaire et Santé Publique (2002 2004) LES PRATIQUES D AIDE A

Plus en détail

Addictologie. Pr Romain Moirand UF Addictologie CHU de Rennes

Addictologie. Pr Romain Moirand UF Addictologie CHU de Rennes Addictologie Pr Romain Moirand UF Addictologie CHU de Rennes Définition addiction Conduites de consommation de substances psychoactives Physiopathologie simplifiée Les différents produits Définition de

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral Vivre avec un accident vasculaire cérébral Octobre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail