Port du voile et discrimination à l embauche: résultats d un testing sur CV

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Port du voile et discrimination à l embauche: résultats d un testing sur CV"

Transcription

1 Colloque «La fabrique des discriminations : acteurs et processus» organisé par l ARDIS, à l Université Paris- Est Marne- la- Vallée, le jeudi 6 novembre Titre de la communication : Port du voile et discrimination à l embauche: résultats d un testing sur CV Auteurs et coordonnées : Pascal Tisserant*, David Bourguignon* et Richard Bourhis** * PErSEUs, EA 7312 ; Université de Lorraine à Metz ** LECRI ; Université du Québec à Montréal lorraine.fr lorraine.fr Texte : Regards interdisciplinaires sur la discrimination Depuis plus de cinquante ans, les psychologues sociaux tentent de mieux comprendre la fabrique des discriminations ou les raisons (ou encore processus) amenant les individus à discriminer. Parmi ceux- ci, Henri Tajfel, par ses travaux sur la catégorisation sociale fut, sans conteste, un acteur majeur de la compréhension des conditions minimales à l origine des préjugés, des stéréotypes et de la discrimination (Tajfel et Wilkes, 1963 ; Tajfel, Flament, Billig & Bundig, 1971). En psychologie sociale, la discrimination est définie en tant que comportement négatif à l égard des membres d un exogroupe envers lequel nous entretenons des préjugés (Dovidio & Gartner, 1986). Dès les années 50, Allport soulignait déjà que ce comportement allait «à l encontre de l égalité de traitement d individus ou de groupes de personnes dont ces derniers pourraient bénéficier» (Allport, 1954, traduit de Dovidio, Hewstone, Glick & Esses, 2010, p9). Cette définition s accorde avec celles de juristes pour qui le droit à la non- discrimination constitue un intérêt récent, notamment en France, après l impulsion donnée par le droit communautaire et la transposition de deux directives européennes en 2000 (Cluzel- Metayer & Mercat- Bruns, 2011). Une définition juridique donnée par le Défenseur des Droits qualifie en effet la discrimination de comportement mais en restreint sa reconnaissance au regard d une liste précise de critères et de domaines : «une discrimination est une inégalité de traitement fondée sur un critère prohibé par la loi, comme l origine, le sexe, le handicap etc., dans un domaine visé par la loi, comme l emploi, le logement, l éducation, etc.» ( Parmi les domaines touchés par la discrimination, celui de l emploi est fréquemment cité (Bourhis, Gagnon et Moise, 1994). Des analyses cherchant à décrire et expliquer le phénomène se sont multipliées ces dernières années (e.g. Cluzet- Metayer & Merat- Bruns, op. cit. ; Dipboye & Colella, 2005 ; Simon & Madoui, 2011). Les économistes qui étudiaient les discriminations depuis plusieurs décennies voient leurs travaux sortir des frontières de leur discipline avec une définition selon laquelle «il y a discrimination lorsque deux travailleurs ayant des caractéristiques observables identiques sont traités

2 de manière différente à cause d une caractéristique observable non productive» (Lundberg, Startz, 983, p. 341) d après Berson (2013, p28). Cette caractéristique observable est au cœur de la notion de critères, chère aux juristes. Les critères de discrimination, la religion et le port du hijab Actuellement, la liste des critères de discrimination dans le droit français s élève à 20. Parmi ceux- ci le sexe et l origine (ou encore la race dans les travaux nord- américains) ont été les plus étudiés dans les recherches sur les inégalités en sciences humaines et sociales (Zanoni, Janssens, Benschop & Nkomo, 2010). Dans leur analyse de l invention de la discrimination, les sociologues (Fassin, 2002 ; Simon, 2013) insistent sur l importance à donner à l origine pour expliquer l émergence du concept de discrimination. De son côté, la religion fait également partie des 20 critères français et des six motifs de discrimination en droit communautaire. Toutefois, il est à noter que le critère religieux est moins fréquemment associé au concept de discrimination. Au niveau des études empiriques, la religion est également une appartenance moins étudiée malgré le fait que son intérêt soit grandissant, en particulier dans le domaine du travail et des organisations. Pour preuve, des entreprises telles que EDF, ou des fédérations comme l Alliance du commerce ou encore l Association des Managers de la Diversité (Coureau, 2013) ont récemment édité des guides de gestion du fait religieux en entreprise à l usage de leurs salariés ou de leurs membres. Ces documents attestent de situations relativement circonscrites mais très sensibles comme l analysent Galindo et Surply (2010). Avec 2,4 % de dossiers traités par le Défenseur des Droits en 2013 (Défenseur des Droits, 2014) contre 25,8 % pour l origine, ce critère unique n apparaît pas sur le devant de la scène pour la fréquence de ses réclamations. Cependant, associé à l origine, notamment maghrébine et/ou arabe, en particulier depuis les attentats terroristes en France dans les années 90, puis aux Etats- Unis et en Grande Bretagne respectivement en 2001 et 2005, les Arabes Musulmans sont la cible d importants préjugés et de discriminations, renforcés par les politiques d intégration en vigueur (Fauroux, 2005; Guimond, 2013 ; Rebzani, 2000; Wagner, Tisserant & Bourhis, 2013). En France, ce contexte a favorisé la politisation du voile et le développement d attitudes et de comportements hostiles à l égard du port de ce symbole associé à l islam, à l école et, par extension dans l ensemble de la société (Lorcerie, 2005). Le hijab est d ailleurs souvent identifié comme un problème administratif, par les agents de la fonction publique, dans le cadre des procédures d attribution de la nationalité française (Hajjat, 2010). Les situations concernant le port du voile ne font pas l objet de statistiques publiques mais elles font parties des cas sensibles à propos desquels les managers et responsables d entreprises cherchent des solutions, en particulier dans les guides de gestion du fait religieux. Chercher à les observer ou en mesurer des effets, en particulier à l embauche et dans les pratiques de recrutement, constitue une problématique à laquelle les chercheurs de toutes disciplines doivent désormais apporter des réponses. Le recours au testing pour mesurer les discriminations La mesure des discriminations se heurte malheureusement à de nombreuses difficultés. En psychologie sociale, Paluck et Green (2009) rapportent que la plupart des études sur la discrimination mesurent en fait les attitudes mais beaucoup plus rarement le comportement, plus difficile à observer. Cette complexité de la mesure du comportement discriminatoire concerne toutes les disciplines comme le détaille le

3 rapport de la COMEDD à propos de quelques critères dont l origine ou encore la religion (Héran, 2010). Ce constat apparaît également dans le guide co- édité par le Défenseur des Droits et la CNIL (2012) à destination des acteurs de l emploi. Sous couvert du concept de diversité, les gestionnaires cherchent à opérationnaliser la discrimination à partir de différents indicateurs, comme le démontre le cahier des charges du label diversité ou les tableaux de bord des politiques diversité. Quelques entreprises et gestionnaires vont plus loin en pratiquant le testing dont certains sont rendus publics (Roch, 2013). Cette mesure de la discrimination repose sur l envoi de deux candidatures en réponse aux mêmes offres d emploi dans des entreprises ou services semblables. Ces deux candidatures sont en tout point similaires, à l exception d une caractéristique à propos de laquelle on cherche à révéler la discrimination (Duguet, L Horty & Petit, 2009). Dans son testing de 2004, Amadieu a ainsi mesuré la discrimination à l embauche à l égard de 7 caractéristiques, révélant qu une personne mentionnant être porteur d un handicap dans son CV avait 15 fois moins de chances d être retenue pour la suite de la procédure de recrutement, comparé au CV du candidat standard. Concernant le CV de la personne d origine maghrébine, ce score tombe à 5 fois moins de chances. Parmi ces caractéristiques, l origine (Cédiey, 2008 ; Oreopoulos & Dechief, 2011), parfois associée au genre (Petit, Duguet, L Horty, Parquet & Sari, 2013) est fréquemment observée. Les difficultés liées aux statistiques dites ethniques (Simon, 2008) renforcent l intérêt de la technique du testing pour révéler l ampleur des discriminations. En revanche, l appartenance religieuse, et plus précisément le port du voile islamique, paraissent étrangement absentes de l engouement récent pour le testing au regard de l intérêt et de la sensibilité de cette caractéristique. Description du testing au port du voile réalisé C est pourquoi, dans la poursuite de travaux menés sur les stéréotypes associés à l islam dans les manuels scolaires (Tisserant, Wagner, Schoenenberger & Sinigaglia- Amadio, 2011) ou sur la propension à discriminer à l égard du port du voile (El- Geledi & Bourhis, 2012 ; Wagner, Tisserant & Kubiak, 2011 ; Wagner et al., 2013) nous avons souhaité mobiliser la technique du testing afin d observer la discrimination liée au port du voile à l embauche. Cette technique plus fréquemment utilisée par les gestionnaires, les sociologues et surtout les économistes, permet ici de dépasser certaines difficultés de la mesure de la discrimination rencontrée en psychologie sociale. De plus, le testing facilite la comparaison de l effet de certains critères, comme l origine et la religion qui entretiennent des relations étroites et complexes. Notre étude explore comment de réels employeurs sont plus enclins à proposer un entretien d embauche en condition de simple catégorisation d une minorité visible (origine maghrébine) et en condition de double catégorisation de minorités visibles (origine maghrébine et port du voile), comparé aux membres de la catégorie majoritaire française. Le testing compare en effet, le nombre et le type de réponses données à des CV envoyés par paires (candidate standard vs. expérimentale) pour des offres d emploi de secrétaires publiées par Pôle Emploi dans plusieurs régions de France. Deux conditions expérimentales ont été testées. Dans la condition 1 (simple catégorisation liée à l origine), les employeurs reçoivent deux CV équivalents avec photos : un de la candidate standard du groupe majoritaire (Valérie Mauron) et un de la candidate d origine maghrébine (Djamila Khimssi). Dans la condition 2, (double catégorisation liée à l origine et au port du voile), les employeurs reçoivent aussi deux CV équivalents : celui de la candidate standard du groupe majoritaire (Valérie Mauron) et un de la candidate d origine maghrébine portant

4 le voile (Djamila Khimssi et la photo de la même personne qu en condition 1 mais portant cette fois- ci un hijab). En termes d hypothèses et partant des résultats de Cédiey (2008 ; Oreopoulos & Dechief, 2011), nous nous attendons, dans la condition 1 (simple catégorisation liée à l origine), que la candidate d origine maghrébine reçoive moins de réponses favorables, davantage de refus et plus de non- réponses que la candidate française (H1). De son coté, au niveau de la condition 2 (double catégorisation origine maghrébine et port du voile), nous nous attendons à nouveau, à ce que la candidate d origine maghrébine et portant le voile se voit offrir moins de réponses favorables, plus de refus et de non- réponses que la candidate française (H2). Par ailleurs, la double catégorisation (origine maghrébine et port du voile) devrait accentuer le phénomène discriminatoire. Par conséquent, comparée à la candidate d origine maghrébine de la condition 1, la candidate mixant l origine maghrébine et le port du voile de la condition 2 devrait se voir offrir moins d offres d embauches et davantage de refus et de non- réponses (H3). Résultats 404 paires de CV (808 CV) ont été envoyées en réponse à 404 annonces d offres d emploi de secrétaires de plusieurs régions de France (Ile de France, Languedoc Roussillon, Lorraine et Nord Pas de Calais). L adresse des CV, pour le retour des réponses, était adaptée au bassin d emploi (respectivement Paris, Montpellier, Metz et Lille). La région, l ordre d envoi (CV expérimental vs. standard), la forme du CV ou encore la taille de l entreprise ont été contrôlés. Après élimination de 76 réponses exprimant soit un double refus, soit une double non réponse (Cediey & Foroni, 2007), 328 paires de CV ont été retenues pour l analyse, 172 pour la condition 1 et 156 pour la condition 2. Comme le montre le tableau 1, les résultats sont analysés selon trois types de réponses données par les employeurs pour chaque condition. L acceptation traduit une réponse favorable en vue d un entretien et nous distinguons le rejet actif du rejet passif : le premier constitue un arrêt de la procédure de recrutement explicité au candidat dans la réponse qu il reçoit et le second renvoie à une non- réponse de l employeur. Acceptation N=149 Rejet actif N=65 Rejet passif N=114 Condition 1 : simple catégorisation Condition 2 : double catégorisation CV standard CV expé. (or. maghrébine) CV standard CV expé. (or. maghrébine + hijab) Tableau 1 : résultats en fréquences absolues selon les types de réponses données par les employeurs pour chaque condition Un calcul des chi- 2 réalisés sur les fréquences relatives par condition révèle une absence de différence significative pour la condition 1 pour l acceptation et le rejet passif. Seul le rejet actif atteste d une différence significative (Chi 2 (1, N = 100) = 14,44 ; p <.001) entre le CV Valérie Mauron et celui de Djamila Khmissi qui a reçu significativement plus

5 de réponses négatives. En revanche, pour la condition 2, les trois réponses donnent lieu à des différences significatives : - pour l acceptation : Chi 2 (1, N = 100) = 92,16 ; p < pour le rejet actif : Chi 2 (1, N = 100) = 19,36 ; p < pour le rejet passif : Chi 2 (1, N = 100) = 38,44 p <.001 Ces résultats valident en partie seulement notre première hypothèse (H1) soulignant que la discrimination à l embauche liée à l origine pour un poste de secrétaire s exprimerait seulement à travers le refus explicite de cette appartenance. En revanche, associée au port du voile, cette inégalité dans le traitement des CV concerne tous les types de réponses, validant ainsi notre deuxième et troisième hypothèses (H2, H3). En condition de double catégorisation (origine maghrébine associée au port du voile) seul un employeur donne une suite favorable à la procédure de recrutement soulignant l importance de cette combinaison de caractéristiques au niveau du marché de l emploi. Cette étude apporte donc un premier élément de réponse concernant la discrimination à l égard du port du voile à l embauche. D un point de vue psychosocial le phénomène ne fait aucun doute : la discrimination est avérée. Les préjugés n ont pas été mesurés auprès des auteurs du comportement mais leur présence dans la société française est suffisamment importante pour mobiliser cette hypothèse interprétative en terme d explicitation du comportement relevé. L analyse de ces résultats à la lueur d autres disciplines, comme la gestion, la sociologie, l économie ou encore le droit apportera des explications complémentaires afin d interpréter ce phénomène qui n avait pas été observé jusqu ici par la technique du testing. Références : Allport, G.W. (1954). The Nature of Prejudice. Cambridge, MA: Addison- Wesley. Amadieu, J.F. (2004). Discriminations à l'embauche, de l'envoi du CV à l'entretien. Paris : Observatoire des discriminations. Berson, C. (2013). Testing : la difficulté de l interprétation de la discrimination à l embauche. Travail et Emploi, N 135. Bourhis, R. Y., Gagnon, A., & Moïse, L. C. (1992). Discrimination et relations intergroupes. In R. Y. Bourhis & J. P. Leyens (Eds) Stéréotypes, discrimination et relations intergroupes (pp ). Liège : Mardaga. Cediey, E., & Foroni, F. (2007). Les discriminations à raison de «l origine» dans les embauches en France. Genève : Bureau International du Travail. Cédiey, E. (2008). Panorama général des enquêtes par «testing» que le Bureau International du Travail a fait réaliser dans des États membres de l Union Européenne. Lyon : ISM- CORUM. Cluzel- Metayer, L., & Mercat- Bruns, M. (2011). Discriminations dans l emploi. Analyse comparative de la jurisprudence du conseil d Etat et de la Cour de cassation. Paris : La documentation Française. Coureau, T.M. (2013). Entreprise et diversité religieuse : un management par le dialogue. Paris : AFMD. Défenseur des Droits (2014). Rapport annuel d activités Paris : La documentation française. Défenseur des Droits et CNIL (2012). Mesurer pour progresser vers l égalité des chances. Paris : Défenseur des Droits et CNIL. Dovidio, J. F., & Gaertner, S. L. (1986). Prejudice, discrimination, and racism. New York :

6 Academic Press. Dovidio, J., Hewstone, M., Glick, P., & Esses, V. (2010). The Sage Handbook of Prejudice, Stereotyping and Discrimination. London : Sage. Dipboye, R., & Colella, A. (Eds) (2005). Discrimination at work. The psychological and organizational bases. Mahwah, NJ : Lawrence Erlbaum Associates. El- Geledi, S., & Bourhis, R.Y. (2012). Testing the impact of the Islamic veil on intergroup attitudes and host community acculturation orientations toward Arab Muslims. International Journal of Intercultural Relations, 36, Fassin, E. (2002). L invention française de la discrimination. Revue française de science politique. 52(4) Fauroux, R. (2005). La lutte contre les discriminations ethniques dans le domaine de l emploi (Rapport au premier ministre). Paris: La documentation française. Galindo, G. & Surply, J. (2010). Quelles régulations du fait religieux en entreprise? Revue Internationale de Psychosociologie Guimond, S. (2013). The effect of national models of integration on anti- Muslim prejudice : evidence from France, Canada, The USA, the UK and Germany. Symposium Attitudinal change towards Jews and Muslims in France in a comparative perspective organisé par le Centre d études européennes, SciencePo Paris, les avril Hajjat, A. (2010). Port du hijab et «défaut d assimilation». Etude d un cas problématique pour l acquisition de la nationalité française. Sociologie. 4(1) Héran, F. (2010). Inégalités et discriminations. Pour un usage critique et responsable de l outil statistique. Rapport de la COMEDD soumis au commissaire pour la diversité et à l égalité des chances. Paris : la documentation française. Lundberg S. J., & Startz R. (1983). Private discrimination and social intervention in competitive labor market. The American economic review, 73(3), Lorcerie, F. (Ed) (2005). La politisation du voile en France, en Europe et dans le monde arabe. Paris : L Harmattan. Oreopoulos, P., & Dechief, D. (2011). Why do some employers prefer to interview Matthew, but not Samir? New evidence from Toronto, Montreal, and Vancouver. Metropolis British Columbia, Working Paper Series, N Paluck, E. L., & Green, D. P. (2009). Prejudice Reduction: What Works? A Review and Assessment of Research and Practice. Annual Review of Psychology, 60(1), Petit, P., Duguet, E., L Horty, Y., Parquet, L., & Sari, F. (2013). Discrimination à l embauche: les effets du genre et de l origine se cumulent ils systématiquement? Economie et Statistiques, N , Rebzani, M. (2000). Discrimination ethnique à l embauche: une analyse psychosociale. Revue Européenne des Migrations Internationales, 16 (3), Roch. (2013). Diversité et discrimination dans le groupe Adecco. In P. Tisserant & R. Bourhis (Eds) Discrimination et gestion de l égalité, de la non discrimination et de la diversité. Ressource pédagogique numérique en ligne coproduite par l UOH et l Université de Lorraine. Simon, P. & Madoui, M. (2012). Le marché du travail à l épreuve des discriminations. Sociologies Pratiques, 23(2), 1-7. Simon, P. (2013). Discrimination, diversité et société. In P. Tisserant & R. Bourhis (Eds) Discrimination et gestion de l égalité, de la non discrimination et de la diversité. Ressource pédagogique numérique en ligne coproduite par l UOH et l Université de Lorraine. Simon, P. (2008). Les statistiques, les sciences sociales françaises et les rapports sociaux ethniques et de «race». Revue française de sociologie. 49(1) Tajfel, H., Billig, M. G., Bundy, R. P., & Flament, C. (1971). Social categorization and

7 intergroup behavior. European Journal of Social Psychology, 1 (2), Tajfel, H., & Wilkes, A. L. (1963). Classification and quantitative judgement. British journal of psychology, 54, Tisserant, P. ; Wagner, A.L.; Schoenenberger, S. & Sinigaglia- Amadio, S. (2011). Stéréotypes à l égard des minorités visibles et religieuses véhiculés par les manuels scolaires. In H. Bendahman (Ed) Malaise dans la transmission, transmission d un malaise et crise de l idéalité. Paris : L Harmattan. Wagner, A.L., Tisserant, P., Bourhis, R. (2013). Propension à discriminer et acculturation. Revue Internationale de Psychologie Sociale, 26(1), Wagner, A.L., Tisserant, P. & Kubiak, M. (2011). Propension à discriminer à l égard du genre et dominance sociale. Psychologie du travail et des organisations, 17(4), Zanoni, P., Janssens, M., Benschop, Y., & Nkomo, S. (2010). Unpacking Diversity, Grasping Inequality : Rethinking Difference Through Critical Perspectives. Organization, 17 ; 9.

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

La discrimination à l embauche :

La discrimination à l embauche : Chapitre 5 La discrimination à l embauche : Comprendre le phénomène et le combattre Julie Collart, Stéphanie Delroisse et Ginette Herman 1 Table des matières 1. INTRODUCTION...4 2. QU EN EST-IL DE LA DISCRIMINATION

Plus en détail

Thématique : Insertion Professionnelle LES DIFFERENTS PARCOURS OFFERTS PAR L EDUCATION NATIONALE PROCURENT-ILS LES MEMES CHANCES D ACCEDER A L EMPLOI?

Thématique : Insertion Professionnelle LES DIFFERENTS PARCOURS OFFERTS PAR L EDUCATION NATIONALE PROCURENT-ILS LES MEMES CHANCES D ACCEDER A L EMPLOI? Thématique : Insertion Professionnelle LES DIFFERENTS PARCOURS OFFERTS PAR L EDUCATION NATIONALE PROCURENT-ILS LES MEMES CHANCES D ACCEDER A L EMPLOI? Les résultats d une expérience contrôlée sur des jeunes

Plus en détail

Le tableau présente 6 processus de la gestion des ressources humaines et un volet communication:

Le tableau présente 6 processus de la gestion des ressources humaines et un volet communication: OUTIL 9. LISTE NON-EXHAUSTIVE D EXEMPLES D ACTIONS DIVERSITÉ PAR DOMAINE RH [ OUTILS ] Ce document propose des pistes d action ainsi que des points d attention pour favoriser l égalité des chances au sein

Plus en détail

Thématique : Insertion Professionnelle LES DIFFERENTS PARCOURS OFFERTS PAR L EDUCATION NATIONALE PROCURENT-ILS LES MEMES CHANCES D ACCEDER A L EMPLOI?

Thématique : Insertion Professionnelle LES DIFFERENTS PARCOURS OFFERTS PAR L EDUCATION NATIONALE PROCURENT-ILS LES MEMES CHANCES D ACCEDER A L EMPLOI? Thématique : Insertion Professionnelle LES DIFFERENTS PARCOURS OFFERTS PAR L EDUCATION NATIONALE PROCURENT-ILS LES MEMES CHANCES D ACCEDER A L EMPLOI? Les résultats d une expérience contrôlée sur des jeunes

Plus en détail

Économétrie, causalité et analyse des politiques

Économétrie, causalité et analyse des politiques Économétrie, causalité et analyse des politiques Jean-Marie Dufour Université de Montréal October 2006 This work was supported by the Canada Research Chair Program (Chair in Econometrics, Université de

Plus en détail

Les différentes mesures implicites cognitives de préjugés et de stéréotypes 1

Les différentes mesures implicites cognitives de préjugés et de stéréotypes 1 Les différentes mesures implicites cognitives de préjugés et de stéréotypes 1 Michaël Dambrun Laboratoire de Psychologie Sociale et Cognitive (L.A.P.S.C.O.) Université Blaise Pascal Clermont Ferrand 34

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM

CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM SOMMAIRE I. OBJET DE LA CHARTE ETHIQUE GROUPE... 1 II. DROITS FONDAMENTAUX... 1 1. Respect des conventions internationales... 1 2. Discrimination et harcèlement...

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDES DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Être Meilleur Apprenti de France : Quels effets sur l accès à l emploi? Les enseignements de deux experiences

Plus en détail

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI CRI(2011)37 RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI SUR LA LUTTE CONTRE L ANTI-TSIGANISME ET LES DISCRIMINATIONS ENVERS LES ROMS ADOPTÉE LE 24 JUIN 2011 Strasbourg, Septembre 2011 Publication

Plus en détail

ASSURANCES PROFESSIONNELLES DIRIGEANTS -

ASSURANCES PROFESSIONNELLES DIRIGEANTS - ASSURANCES PROFESSIONNELLES DIRIGEANTS - Fait reproché Exemples de mise en cause (non contractuels) AVANT UNE MISE DES MISES EN CAUSE CI-DESSOUS le dirigeant est entendu dans le cadre d une enquête en

Plus en détail

Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement. Étude de la Commission de la fonction publique du Canada

Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement. Étude de la Commission de la fonction publique du Canada Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement Étude de la Commission de la fonction publique du Canada Octobre 2009 Commission de la fonction publique du Canada 300, avenue

Plus en détail

La récente décision judiciaire en Alberta sur la limitation des dommages non pécuniaires

La récente décision judiciaire en Alberta sur la limitation des dommages non pécuniaires La récente décision judiciaire en Alberta sur la limitation des dommages non pécuniaires Présenté par Marco Royer Assurance automobile en Alberta : les réformes de 2004 Bill 53 Introduction d une limitation

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

LE RECRUTEMENT PARTICIPATIF

LE RECRUTEMENT PARTICIPATIF 1. INTRODUCTION Le recrutement participatif répond à 7 enjeux fondamentaux qui en font la façon la plus efficace de recruter aujourd hui : Volume : le recrutement participatif permet de toucher plus de

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves

L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves Cet atelier portera sur 1. la recherche dans la documentation de sources pertinentes; 2. l évaluation

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

DOSSIER DE 2014/2015

DOSSIER DE 2014/2015 DOSSIER DE Candidature 2014/2015 CADRE RESERVE A L ADMINISTRATION Lettre de motivation CV Photo Enveloppes Baccalauréat Bac +... Fiche de pointage Date de réception 1 Nom, prénom :...............................................................

Plus en détail

Expériences des Universités européennes dans l enseignement de la Finance islamique. Zineb Bensaid, Senior Consultant ISFIN

Expériences des Universités européennes dans l enseignement de la Finance islamique. Zineb Bensaid, Senior Consultant ISFIN Expériences des Universités européennes dans l enseignement de la Finance islamique Zineb Bensaid, Senior Consultant ISFIN 40 millions EUROPEENS sont musulmans (Ex Turquie) CROISSANCE de la finance islamique

Plus en détail

CONCOURS DE PHOTOGRAPHIE FACEBOOK. 08 sept au 14 novembre. Thème : Génération 25, les droits de l enfant

CONCOURS DE PHOTOGRAPHIE FACEBOOK. 08 sept au 14 novembre. Thème : Génération 25, les droits de l enfant CONCOURS DE PHOTOGRAPHIE FACEBOOK 08 sept au 14 novembre Thème : Génération 25, les droits de l enfant " L humanité doit donner à l enfant ce qu elle a de meilleur" Déclaration de Genève. Contexte Tous

Plus en détail

Code à l intention des partenaires commerciaux

Code à l intention des partenaires commerciaux Code à l intention des partenaires commerciaux Groupe Axpo Code à l intention des partenaires commerciaux 02 03 Table des matières Introduction... 05 I. Éthique commerciale et intégrité... 07 II. Respect

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

Règlement du jeu concours : «Opération Vacances 2015»

Règlement du jeu concours : «Opération Vacances 2015» Règlement du jeu concours : «Opération Vacances 2015» Article 1 Présentation de la Société Organisatrice ATS STUDIOS, société anonyme au capital de 1 516 390 dont le siège social est situé au 32 quai Jaÿr,

Plus en détail

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Chercheurs doctorants et post-doctorants en sciences politiques/relations internationales/économie

Plus en détail

Soumission des articles pour l ICOFOM Study Series

Soumission des articles pour l ICOFOM Study Series Soumission des articles pour l ICOFOM Study Series Procédure Les articles seront soumis à un comité de lecture pour une évaluation en double aveugle. A la suite des recommandations, si l article est accepté,

Plus en détail

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées BELGIQUE Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées Ouverture de la Conférence DECLARATION DE S.E. Mme BENEDICTE FRANKINET AMBASSADEUR

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT

COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT NOVEMBRE 2013 2 Le mot de la direction Lorsque nous avons fondé NEXEO, nous avions déjà une expérience significative du métier de la prestation intellectuelle

Plus en détail

Liste des pe riodiques e lectroniques de sociologie en ligne

Liste des pe riodiques e lectroniques de sociologie en ligne Liste des pe riodiques e lectroniques de sociologie en ligne Tout étudiante ou lecteur/lectrice intéressée par les revues de sociologie disponibles sur internet est invité à consulter en premier lieu le

Plus en détail

Paris, le 14 décembre 2011. AFF : SMAI / publications concours N/réf. : 2011/071/PR. Madame la Présidente,

Paris, le 14 décembre 2011. AFF : SMAI / publications concours N/réf. : 2011/071/PR. Madame la Présidente, Mme Maria J. ESTEBAN Présidente Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles Institut Henri Poincaré 11, rue Pierre et Maire Curie 75231 PARIS Cedex 05 Paris, le 14 décembre 2011 AFF : SMAI / publications

Plus en détail

Théories comptables. Théories normatives

Théories comptables. Théories normatives pratique : Jean Luc PETITJEAN 08 Novembre 2011 1 Théories comptables Théories descriptives Théories normatives Théories explicatives pratique : Jean Luc PETITJEAN 08 Novembre 2011 2 Elles visent à décrire

Plus en détail

Les bonnes pratiques du recrutement en ligne

Les bonnes pratiques du recrutement en ligne POUR VOUS ÉCLAIRER DANS LE COMMERCE DE DÉTAIL Les bonnes pratiques du recrutement en ligne Avant-propos Au Québec, le commerce de détail compte près de 24 000 établissements et 300 000 employés. Les jeunes

Plus en détail

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Laurent KARSENTY CRTD-CNAM (Paris) ErgoManagement (Toulouse) www.ergomanagement.fr Plan de la présentation 1.

Plus en détail

CAMPOY Eric. Poste actuel et responsabilités à Dauphine. Emplois précédents. Formation et qualification

CAMPOY Eric. Poste actuel et responsabilités à Dauphine. Emplois précédents. Formation et qualification CAMPOY Eric Maître de conférences Eric.Campoy@dauphine.fr Tél : 01 44 05 43 08 Bureau : P 431 Poste actuel et responsabilités à Dauphine Responsable d'un programme de formation : M2 GESTION/MAOR/MANAGEMENT

Plus en détail

Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique

Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique L irrésistible ascension du capitalisme académique 18-19 avril 2013 Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique Julien Barrier

Plus en détail

Être Meilleur Apprenti de France : Quels effets sur

Être Meilleur Apprenti de France : Quels effets sur Être Meilleur Apprenti de France : Quels effets sur l accès à l emploi? Pascale Petit, Florent Fremigacci, Loïc Du Parquet, Guillaume Pierne To cite this version: Pascale Petit, Florent Fremigacci, Loïc

Plus en détail

LES DISCRIMINATIONS À RAISON DE «L ORIGINE» DANS LES EMBAUCHES EN FRANCE

LES DISCRIMINATIONS À RAISON DE «L ORIGINE» DANS LES EMBAUCHES EN FRANCE Bureau International du Travail LES DISCRIMINATIONS À RAISON DE «L ORIGINE» DANS LES EMBAUCHES EN FRANCE UNE ENQUÊTE NATIONALE PAR TESTS DE DISCRIMINATION SELON LA MÉTHODE DU BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL CHARTE ETHIQUE DE WENDEL Mars 2015 1 Message du Directoire Wendel est l une des toutes premières sociétés d investissement en Europe. Grâce au soutien d un actionnariat familial stable, Wendel a su se

Plus en détail

squelettique Importance pressentie des troubles de santé psychologique Sollicitation par les centres d urgence d

squelettique Importance pressentie des troubles de santé psychologique Sollicitation par les centres d urgence d Étude chez les prépos posés s des centres d appels d d urgence : la première phase d une d démarche de prévention des troubles de santé psychologique et musculo-squelettique squelettique Présenté par Louise

Plus en détail

Observatoire du fait religieux en entreprise Synthèse des résultats de l étude 2014

Observatoire du fait religieux en entreprise Synthèse des résultats de l étude 2014 Observatoire du fait religieux en entreprise Synthèse des résultats de l étude 2014 Préambule Le groupe Randstad France a ouvert il y a six ans, une réflexion sur le fait religieux en entreprise. Une démarche

Plus en détail

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Communiqué de presse L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Objectif : Aider les managers à gérer la diversité religieuse au quotidien Alors que la question de l expression religieuse

Plus en détail

UNIV. TOULON (IUT TOULON) Référence GALAXIE : 4128

UNIV. TOULON (IUT TOULON) Référence GALAXIE : 4128 UNIV. TOULON (IUT TOULON) Référence GALAXIE : 4128 Numéro dans le SI local : 11MCF0291 Référence GESUP : Corps : Maître de conférences Article : 33 Chaire : Non Section 1 : 11-Langues et littératures anglaises

Plus en détail

CV anonyme et prévention des discriminations

CV anonyme et prévention des discriminations CV anonyme et prévention des discriminations Cahier de recherche PRISM-CERGORS, 28 Juillet 2014 Professeur Jean-François Amadieu Université Paris 1 Panthéon Sorbonne Résumé : Pour améliorer la qualité

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année GUIDE DU TUTEUR Ce guide est complété par le tuteur durant la première année de BTS. Une copie doit être fournie au professeur et à l étudiant ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC Management des Unités Commerciales

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de location d un appartement du secteur privé fondé sur l âge (Recommandation/Rappel à la loi)

Plus en détail

Achats et parties prenantes

Achats et parties prenantes La perspective de l acheteur L échange transactionnel L émergence de l approche relationnelle Sylvie Mantel-Lacoste 1 Sylvie Mantel-Lacoste 2 La notion d échange, elle a évolué au début des années 80-90

Plus en détail

Jacques SOYER Fonction formation

Jacques SOYER Fonction formation Jacques Y Fonction formation Troisième édition Éditions d rganisation, 1998, 1999, 2003 IBN : 2-7081-2886-8 Chapitre 1 Préparer la construction vant toute construction du système formation, il est souhaitable

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Note détaillée Baromètre européen du rapport aux paiements Des pratiques uniformisées en Europe? Sondage Harris Interactive pour Crédit Agricole Cards & Payments Enquête réalisée en ligne du 19 au 29 septembre

Plus en détail

I N F O I N F O C D C. Votre CDC en action. Sommaire

I N F O I N F O C D C. Votre CDC en action. Sommaire Co rpo rati on d e d év el opp emen t c o mmun autai re R o n d P oi nt I N F O C D C I N F O Bulletin mensuel de la CDC Rond Point Novembr e 2013, volum e 15 Sommaire Formations à venir Invitation à la

Plus en détail

De nouveaux modèles de GRH?

De nouveaux modèles de GRH? 26 ème congrès AGRH à Montpellier du 4 au 6 novembre 2015 De nouveaux modèles de GRH? Ce monde qui change et l importance des mutations sans précédent auxquelles nous sommes confrontées : mondialisation,

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

Règlement du jeu Concours Photo #cvchatel

Règlement du jeu Concours Photo #cvchatel Règlement du jeu Concours Photo #cvchatel Article 1 - Présentation de l organisateur La Mairie de châtelaillon-plage, située 20 Boulevard de la Libération 17340 Châtelaillon-Plage ciaprès dénommée «Organisateur»,

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Fidéliser = Développer l expérience employés. Lucie Morin Professeure

Fidéliser = Développer l expérience employés. Lucie Morin Professeure Fidéliser = Développer l expérience employés Lucie Morin Professeure Sommet 18 juin 2015 Fidéliser les employés, c'est la même chose que fidéliser les clients : on doit offrir un bon service après-vente!

Plus en détail

Les cadres sont-ils présents sur les réseaux sociaux professionnels? Comment perçoivent-ils ces outils? Les jugent-ils utiles? C est notamment à ces

Les cadres sont-ils présents sur les réseaux sociaux professionnels? Comment perçoivent-ils ces outils? Les jugent-ils utiles? C est notamment à ces LES CADRES ET les réseaux sociaux LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE NOVEMBRE 2012 SYNTHÈSE Les cadres sont-ils présents sur les réseaux sociaux professionnels? Comment perçoivent-ils ces outils? Les jugent-ils

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Dossier de candidature - Certification de personnes Opérateurs en diagnostic immobilier Procédure de

Dossier de candidature - Certification de personnes Opérateurs en diagnostic immobilier Procédure de DC- SMQ- 010 03/03/2013 V3 Page 1 sur 10 Dossier de candidature à retourner signé et accompagné des pièces demandées. Merci d en parapher chaque page. Joindre votre photo LE CANDIDAT : (Veuillez renseigner

Plus en détail

Comprendre la motivation à réussir des étudiants universitaires pour mieux agir Rolland Viau Jacques Joly U. de Sherbrooke

Comprendre la motivation à réussir des étudiants universitaires pour mieux agir Rolland Viau Jacques Joly U. de Sherbrooke Comprendre la motivation à réussir des étudiants universitaires pour mieux agir Rolland Viau Jacques Joly U. de Sherbrooke Résumé Ce texte a pour but, dans un premier temps, de présenter un modèle de la

Plus en détail

Méthodologie d Ouverture, de Dépouillement et d Evaluation des Offres Relatives à la Consultation 09 S V.E.De.R

Méthodologie d Ouverture, de Dépouillement et d Evaluation des Offres Relatives à la Consultation 09 S V.E.De.R Programme Projet Instrument Européen de Voisinage et de Partenariat - Coopération Transfrontalière Italie- "Valorisation Energétique des Résidus V.E.De.R PS2.3/02" Composante.2 Communication et Diffusion

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

QUÉBEC PUBLIE UN NOUVEAU PROJET DE RÈGLEMENT SUR DES MESURES D ALLÉGEMENT DE LA CAPITALISATION DES RÉGIMES DE RETRAITE

QUÉBEC PUBLIE UN NOUVEAU PROJET DE RÈGLEMENT SUR DES MESURES D ALLÉGEMENT DE LA CAPITALISATION DES RÉGIMES DE RETRAITE Le 22 juillet 2013 QUÉBEC PUBLIE UN NOUVEAU PROJET DE RÈGLEMENT SUR DES MESURES D ALLÉGEMENT DE LA CAPITALISATION DES RÉGIMES DE RETRAITE Québec a publié un projet de règlement prévoyant des mesures d

Plus en détail

L Ecole Supérieure de l Alternance

L Ecole Supérieure de l Alternance «Votre Partenaire Formation» Vous accompagne vers un diplôme 1 GROUPE, 3 SITES www.atlantique-formation.fr POITIERS - LA ROCHELLE - LA ROCHE-SUR-YON SITE POITIERS : 13, allée des Anciennes Serres - 86280

Plus en détail

LICENCE Sciences humaines et sociales (SHS)

LICENCE Sciences humaines et sociales (SHS) Une formation continue du Luxembourg Lifelong Learning Center / www.lllc.lu LICENCE Sciences humaines et sociales (SHS) mention travail, orientation, formation (TOF), parcours PSYchOLOGIE du travail ET

Plus en détail

CARNET DU SAVOIR. Comprendre le parcours scolaire des élèves dont l anglais est la langue seconde

CARNET DU SAVOIR. Comprendre le parcours scolaire des élèves dont l anglais est la langue seconde CARNET DU SAVOIR Comprendre le parcours scolaire des élèves dont l anglais est la langue seconde 2 octobre 2008 Pour maintenir une main-d œuvre viable au sein d une population vieillissante, le Canada

Plus en détail

Les Entretiens Jacques Cartier. Session 1 : De la naissance du connectivisme à la satisfaction des besoins éducatifs

Les Entretiens Jacques Cartier. Session 1 : De la naissance du connectivisme à la satisfaction des besoins éducatifs Les Entretiens Jacques Cartier Colloque 1 : Cours massifs et ouverts en ligne adaptés aux besoins du 21ème siècle. Un défi pour l enseignement supérieur des pays du nord et du sud. Session 1 : De la naissance

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Jean-Mathieu Fallu Candidat au doctorat en marketing, HEC Montréal. Proposition de thèse

Jean-Mathieu Fallu Candidat au doctorat en marketing, HEC Montréal. Proposition de thèse 1 Jean-Mathieu Fallu Candidat au doctorat en marketing, HEC Montréal Proposition de thèse L adoption de comportements spontanés et de comportements délibérés de consommation socialement responsable : Une

Plus en détail

REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES FORMATION EN INITIAL, APPRENTISSAGE, FORMATION CONTINUE

REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES FORMATION EN INITIAL, APPRENTISSAGE, FORMATION CONTINUE UNIVERSITE D EVRY VAL D ESSONNE IUT d EVRY-BRETIGNY-ATHIS MONS Département TC Arrêté d habilitation : 20014028 LICENCE PROFESSIONNELLE COMMERCE Spécialité : MARKETING ET COMMERCE SUR INTERNET Les métiers

Plus en détail

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Communiqué de presse Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Paris, le 27 mai 2013 L Institut Randstad et l Observatoire du Fait Religieux en Entreprise

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE Article 1 Lorsque les marchés publics de fournitures, services et travaux sont d un montant inférieur au seuil de 230 000 euros HT, l autorité adjudicatrice

Plus en détail

Le doctorat, passeport pour l international

Le doctorat, passeport pour l international Le doctorat, passeport pour l international Catherine Gayda, ABG Hippo thèse 28 février 2014 catherine.gayda@abg.intelliagence.fr/ Tel : 01 42 74 27 51 Les missions d ABG Fondée en 1980, l ABG rapproche

Plus en détail

L évaluation de la qualité d un dispositif d apprentissage en ligne. Quelles traces mobiliser? Comment les interpréter?

L évaluation de la qualité d un dispositif d apprentissage en ligne. Quelles traces mobiliser? Comment les interpréter? L évaluation de la qualité d un dispositif d apprentissage en ligne. Quelles traces mobiliser? Comment les interpréter? François GEORGES (LabSET ULg) Séminaire Be-ODL 18 novembre 2013 1 Plan La qualité

Plus en détail

Prévenir et gérer l absentéisme

Prévenir et gérer l absentéisme Prévenir et gérer l absentéisme Maroussia Krawec ARACT Ile de France UNION EUROPEENNE Fonds social Le réseau ANACT ARACT(s) ANACT + 26 ARACT L ARACT Île-de-France est une association paritaire avec : Une

Plus en détail

L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS. Présentation du 27 octobre 2008. Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L.

L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS. Présentation du 27 octobre 2008. Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L. L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS Présentation du 27 octobre 2008 Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L. I- CONTRAT D ASSURANCE COLLECTIVE A) Définition du contrat d assurance

Plus en détail

TEST PRATIQUE DU TEST DE LOGIQUE MATHEMATIQUE ET VERBAL

TEST PRATIQUE DU TEST DE LOGIQUE MATHEMATIQUE ET VERBAL TEST PRATIQUE DU TEST DE LOGIQUE MATHEMATIQUE ET VERBAL COPYRIGHT 2008 PROCTER & GAMBLE CINCINNATI, OH 45202 U.S.A. AVERTISSEMENT : Tous droits réservés. Aucune section du présent livret ne doit être reproduite

Plus en détail

L assurance qualité N 4. Décembre 2014

L assurance qualité N 4. Décembre 2014 N 4 L assurance qualité Décembre 2014 L es investissements dans les systèmes et services d orientation tout au long de la vie (OTLV) doivent démontrer le bénéfice pour les individus, les communautés et

Plus en détail

PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC

PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC I - Gestion de la relation commerciale MODULE 1 : LA RELATION COMMERCIALE ET SON CONTEXTE La relation commerciale et les unités commerciales L unité commerciale physique La

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Lycée International - English Section

Lycée International - English Section 1 Lycée International - English Section 2 Présentation Généralités Une des 6 sections internationales du Lycée (avec la section allemande, espagnole, italienne, polonaise et russe) Environ 420 élèves Un

Plus en détail

Forum AMOA ADN Ouest. Présentation du BABOK. 31 Mars 2013 Nadia Nadah

Forum AMOA ADN Ouest. Présentation du BABOK. 31 Mars 2013 Nadia Nadah Forum AMOA ADN Ouest Présentation du BABOK 31 Mars 2013 Nadia Nadah Ce qu est le BABOK Ce que n est pas le BABOK Définition de la BA - BABOK version 2 Le processus de Business Analysis La structure du

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

LEADER? SCHULICH UN/E CANDIDAT/E CONNAISSEZ-VOUS LES SCIENCES. LA TECHNOLOGIE. L INGÉNIERIE. LES MATHÉMATIQUES.

LEADER? SCHULICH UN/E CANDIDAT/E CONNAISSEZ-VOUS LES SCIENCES. LA TECHNOLOGIE. L INGÉNIERIE. LES MATHÉMATIQUES. LES SCIENCES. LA TECHNOLOGIE. L INGÉNIERIE. LES MATHÉMATIQUES. CONNAISSEZ-VOUS UN/E CANDIDAT/E SCHULICH LEADER? Les candidats peuvent gagner une bourse DE 60, 000 $. La date limite pour pouvoir présenter

Plus en détail

IDENTITÉ NUMÉRIQUE ET E-RÉPUTATION

IDENTITÉ NUMÉRIQUE ET E-RÉPUTATION Parce qu Internet est un espace public où les données publiées non protégées sont accessibles à tous, voici des conseils pour gérer au mieux votre image sur Internet! IDENTITÉ NUMÉRIQUE ET E-RÉPUTATION

Plus en détail

MENTION PSYCHOLOGIE OBJECTIF DE LA FORMATION. Les spécialités :

MENTION PSYCHOLOGIE OBJECTIF DE LA FORMATION. Les spécialités : MENTION LOGIE Les spécialités : Psychologie clinique et pathologique () Cliniques criminologiques et victimologiques () Psychologie du travail et ingénierie psychologique () Psychologie Sociale et communautaire

Plus en détail

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international 1 LES ENJEUX DE LA FONCTION R.H. Environnement : La mondialisation L accélération des changements L incontournable performance Le

Plus en détail

CHAPITRE V SELECTION DES CONSULTANTS ET D AUTRES PRESTATAIRES DE SERVICES

CHAPITRE V SELECTION DES CONSULTANTS ET D AUTRES PRESTATAIRES DE SERVICES CHAPITRE V SELECTION DES CONSULTANTS ET D AUTRES PRESTATAIRES DE SERVICES Méthode de sélection: les dispositions qui suivent s appliquent lorsqu elles ne sont pas contraires à celles préconisées dans les

Plus en détail

RÉPONDRE AUX QUESTIONS SUR

RÉPONDRE AUX QUESTIONS SUR GUIDE PRATIQUE RÉPONDRE AUX QUESTIONS SUR LES DISCRIMINATIONS www.halde.fr SOMMAIRE Qu est-ce que la discrimination? 2 Quels sont les recours en cas de discrimination? 4 Quels sont les pouvoirs de la HALDE?

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management et gestion commerciale de l Université de Cergy- Pontoise - UCP Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

Application de la psychologie sociale dans le champ d étude de l environnement

Application de la psychologie sociale dans le champ d étude de l environnement Application de la psychologie sociale dans le champ d étude de l environnement Oscar Navarro Université de Nantes Le terme environnement a souvent été utilisé comme synonyme du milieu auquel il est associé,

Plus en détail

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28)

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et

Plus en détail

Cours et Job à l étranger 2015

Cours et Job à l étranger 2015 Cours et Job à l étranger 2015 Bienvenue chez Kaplan International Découvrez notre gamme de programmes mixtes, qui vous permettront de vivre une expérience unique à l étranger en associant cours d anglais

Plus en détail

Objet : Présentation des résultats des recherches sélectionnées dans le cadre de l appel à projets de recherche «Mobilité Professionnelle».

Objet : Présentation des résultats des recherches sélectionnées dans le cadre de l appel à projets de recherche «Mobilité Professionnelle». Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Ministère du Travail, des Relations Sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville Direction de l animation de la recherche, des études

Plus en détail

Master in Economics and Business

Master in Economics and Business Master in Economics and Business Préambule Le département d Economie de Sciences Po se développe à l image d une école, il est structuré par une faculté disciplinaire permanente, un portefeuille de masters

Plus en détail

A. LES ENTREPRISES VISEES PAR LES NOUVELLES REGLES. Quelles sont les entreprises visées par les nouvelles règles?

A. LES ENTREPRISES VISEES PAR LES NOUVELLES REGLES. Quelles sont les entreprises visées par les nouvelles règles? LA LEGISLATION SUR LES AGENCES DE TRAVAIL TEMPORAIRE ET LES TRAVAILLEURS INTERIMAIRES EN GRANDE-BRETAGNE INTRODUCTION : Good afternoon, ladies and gentlemen. Comme vous l aurez probablement deviné, je

Plus en détail