Informations sur la réglementation relative aux intermédiaires

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Informations sur la réglementation relative aux intermédiaires"

Transcription

1 Informations sur la réglementation relative aux intermédiaires d assurance

2 2 Contacts Office fédéral des assurances privées (OFAP) Albert Gemperle, Chef de la Division Intermédiaires Schwanengasse 2, CH-3003 Berne Tél Fax Association Suisse d Assurances (ASA) Tanja Wilke, juriste Bruno Zeltner, Directeur adjoint C.F. Meyer-Strasse 14 Case postale 4288, CH-8022 Zurich Tél Fax Association pour la formation professionnelle en assurance (AFA) Stephan Kessler, Direction Matthias Stettler, Directeur Bubenbergplatz 10 Case postale 8625, CH-3001 Berne Tél Fax ASA Association Suisse d Assurances

3 Sommaire 3 1. Réglementation relative aux intermédiaires d assurance position de l ASA 4 2. L essentiel en bref 5 3. Financement de la réglementation relative aux intermédiaires d assurance 8 4. Obligation d inscription inscription facilitée Sécurité financière Devoir d information 11 Annexe Communiqué de presse de l OFAP du 4 janvier Contrat entre l Office fédéral des assurances privées (OFAP) et l Association pour la formation professionnelle en assurance (AFA) 14

4 4 1. Réglementation relative aux intermédiaires d assurance Position de l ASA L ASA a toujours considéré comme importante et positive l introduction de la surveillance des intermédiaires d assurance dans le cadre de la nouvelle loi sur la surveillance des assurances (LSA) et de la nouvelle ordonnance sur la surveillance (OS). Les différentes propositions ont fait en conséquence l objet de débats animés et de prises de position détaillées. Dans l OS, entrée en vigueur au 1 er janvier 2006, la possibilité de la double inscription a été maintenue dans les dispositions sur la réglementation relative aux intermédiaires, malgré la critique justifiée émise par l ASA. Concrètement, cela signifie que l intermédiaire peut se faire inscrire à la fois comme intermédiaire lié et non lié. Avec cette solution, un objectif central de la réglementation relative aux intermédiaires, à savoir réaliser une transparence en faveur du client dans le domaine de la vente d assurance, n est pas tenu. Il aurait été important du point de vue du consommateur, de disposer d une réglementation claire et compréhensible, au sens d une délimitation entre les intermédiaires liés et non liés. Bien que les conditions légales actuelles ne satisfassent pas à l exigence d une transparence optimale, l ASA est néanmoins convaincue que la nouvelle réglementation conduit à une amélioration de la qualité de l activité d intermédiaire en général. La formation initiale et continue des intermédiaires joue un rôle central à propos de cette exigence de qualité. L OFAP a chargé l Association pour la formation professionnelle en assurance (AFA) de la mise en œuvre de la qualification d intermédiaire (cf. à cet égard le chiffre 4). Le «règlement d examen pour l obtention de la qualification professionnelle pour les intermédiaires d assurance» constitue la base de cette collaboration, que l ASA salue. La réglementation relative aux intermédiaires prévoit pour les services externes propres à une société, autrement dit pour les intermédiaires liés, la possibilité d une inscription facultative au registre. Certaines sociétés prévoient d enregistrer leur service externe ; d autres ont indiqué qu elles renonceraient à le faire. Le Comité de direction de l ASA a décidé de pas émettre de recommandation à l intention des sociétés membres à propos de l inscription au registre.

5 5 2. L essentiel en bref Intermédiaires d assurances AFA La mise en œuvre de la surveillance des intermédiaires d assurance prescrite par la nouvelle LSA est en chantier. L OFAP a mandaté l AFA d organiser un examen de «qualification d intermédiaire d assurance AFA» attestant comme requis de la qualification professionnelle. Les cours de préparation sont prêts ; le premier examen d «intermédiaire d assurance AFA» se déroulera le 13 juin En réussissant cet examen, l intermédiaire d assurance apporte la preuve qu il possède la qualification professionnelle suffisante requise par la loi. L inscription au registre et la certification sont deux choses différentes Inscription au registre OFAP : Elle est obligatoire pour tous les intermédiaires non liés et facultative pour les intermédiaires liés. La LSA et l OS exigent notamment une attestation de la certification AFA ou une attestation équivalente pour l inscription au registre. Les intermédiaires attestant d une activité d intermédiaire de cinq ans ou plus en sont dispensés s ils font reconnaître leur qualification professionnelle pendant le délai transitoire. Certification AFA : L OFAP estime aux fins de la certification si l intermédiaire d assurance satisfait aux conditions en ce qui concerne le domaine de spécialité ainsi que des points de vue personnel et financier. La certification AFA ou une attestation équivalente constituent ainsi l une des conditions à remplir pour l inscription au registre. Seuls les candidats ayant réussi à l examen sont habilités à recevoir une certification AFA. L AFA propose une formation de préparation avant chaque session d examen. Les personnes qui reçoivent une certification de l AFA sont habilitées à porter le titre d «intermédiaire d assurance AFA». Inscription au registre auprès de l OFAP Les intermédiaires d assurance non liés tels que les courtiers doivent s inscrire au registre auprès de l Office fédéral des assurances privées (OFAP) d ici le 30 juin 2006 au plus tard. Le registre est public et peut être consulté sur le site Ce délai d inscription s applique également à l ensemble des intermédiaires liés qui souhaitent faire valider les 5 années de pratique reconnues pendant la période transitoire comme équivalence. Les personnes qui ne se seront pas inscrites jusqu à cette date devront par la suite produire la certification «Intermédiaires d assurance AFA» prouvant leur qualification. Certification AFA : Dates et lieux des examens Deux sessions d examen sont prévues en 2006 et trois en Les examens se composent de deux parties (un oral et un écrit). Les dates de l écrit sont d ores et déjà fixées : le 13 juin 2006 le 8 novembre 2006 le 6 mars 2007 le 12 juin 2007 le 31 octobre 2007 Les examens oraux auront lieu dans le mois qui suit l écrit. Des centres répartis dans tout le pays organisent les examens sur plusieurs sites. Différents centres d examen sont gérés par des sociétés d assurances. L AFA en gère un également. Elle peut organiser des examens écrits dans treize sites répartis sur toute la Suisse. Quant aux oraux du centre d examen de l AFA, ils sont concentrés à Zurich, Berne, Lausanne et Bellinzona. Inscription Les inscriptions aux examens s effectuent via Internet. Pour plusieurs étapes du déroulement des examens l AFA s appuie sur la plate-forme d examen Les candidats peuvent s inscrire sur ce site. Normalement, les candidats s inscrivent aux deux parties de l examen en même temps. C est également sur ce site que les candidats peuvent accéder à l examen en lui-même. Le délai d inscription pour l examen du 13 juin 2006 est le 5 mai 2006 ; pour tous les autres examens, les candidats devront s inscrire au plus tard six semaines avant la date de l examen.

6 6 Série 0 Comme il s agit de la toute première session d examens d intermédiaires, les candidats pénètrent en terre inconnue. Afin qu ils puissent se faire une idée de ce qui les attend (type de questions, structure, longueur, niveau), différents groupes de travail dirigés par les principaux experts ont mis au point une Série 0. Les candidats pourront s entraîner gratuitement en ligne sur le site (enregistrement gratuit, cours gratuit «Examen intermédiaire d assurance AFA» : réserver la «Série 0» et la travailler directement). Examen écrit L examen écrit a lieu de manière simultanée dans toute la Suisse. Il est composé de quatre sous-domaines. Les candidats répondent en ligne aux questions posées à l aide d un PC. Dans cet examen technique, ils donnent des explications sur leurs connaissances spécifiques en matière d assurance. L évaluation de leurs réponses est effectuée par le logiciel. Examen oral A l oral, les candidats sont testés dans des situations de vente et de conseil. Ils démontrent leurs compétences de communication et de conseil ainsi que leurs compétences techniques dans le cadre d un entretien client. Lors de l épreuve orale, le candidat traite un cas pratique : soit des solutions pour l assurance d un ménage, soit la couverture risque d une petite entreprise. Le candidat doit choisir entre ces deux options lors de son inscription. Il dispose dans un premier temps de 30 minutes pour esquisser un concept général de solution et préparer l entretien subséquent avec son client (experts). Dans l entretien qui dure une trentaine de minutes, un premier expert tient le rôle d un client critique bien informé tandis qu un second prend note du déroulement. Le candidat propose sa solution en la justifiant brièvement et répond à des questions complémentaires en rapport avec le cas traité. Cet oral est également organisé dans les centres d examen répartis dans tous le pays. Outre les connaissances techniques, la note de l examen oral reflète les aspects «compréhension de la situation du client», «élaboration d une solution adaptée au client» et «conduite d entretien». Résultats L examen écrit et l examen oral forment un tout. Le résultat de l examen n est donc connu qu une fois que le candidat s est présenté aux deux parties. L AFA communique le résultat par écrit au candidat. Les deux parties de l examen doivent être réussies. Formation des experts d examen Les experts d examen qui feront passer l oral seront formés à cet effet. La formation des experts se déroulera aux dates et lieux suivants : 03/04 mai et 10/11 mai à Zurich 23/24 mai à Lausanne Equivalences L aperçu suivant donne des informations sur les diplômes/brevets de fin de formation évalués par la commission d examen et reconnus comme équivalence par l OFAP. Brevet fédéral de spécialiste en assurance Diplôme fédéral d expert/e en assurance Brevet fédéral de conseiller/ère financier Diplôme fédéral d expert/e en conseil financier/ère Postgrade consultant financier HES Diplôme de conseiller financier IAF / spécialiste en patrimoine, prévoyance et financement (selon règlement 2006 avec module «Assurance») Chartered Insurance Broker CIB de l IIS Des équivalences peuvent être prononcées pour des diplômes reconnus en Suisse s ils couvrent le cursus exigé pour la qualification d intermédiaire. Les formations et diplômes internes à une entreprise ne sont pas reconnus. De même des qualifications posant des exigences plus élevées (tels les diplômes universitaires) ne conduisent pas à une équivalence si elles ne couvrent pas les matières et compétences de l intermédiation d assurance. Préparation à l examen : formation des candidats La participation à un cours avant l examen est facultative. Toutefois, comme le nombre de tentatives est limité à trois, les candidats ont tout intérêt à rafraîchir leurs connaissances dans les différents domaines. Pour ce qui est de leur secteur d activité, il pourront éventuellement se préparer en étudiant les manuels (dans l hypothèse de bonnes connaissances spécialisées). Dans les autres domaines en revanche, il est recommandé de suivre des cours.

7 7 Offre de formation L offre des cours de préparation à cette qualification est régie par l offre du marché. Afin que tous les candidats aient la possibilité de préparer l examen en s appuyant sur un programme complet et adapté, l AFA propose, en collaboration avec des sociétés d assurances et des partenaires de formation, des formations dans plusieurs sites en Suisse. Formation «Intermédiaire d assurance AFA» La formation comprend 15 modules conçus par les unités de formation de diverses entreprises d assurances. Ces modules représentent au total 20 jours de cours à présence obligatoire et seront proposés dans le cadre de trois séries de cours, avec deux semaines de pause entre chaque série. AFA I 2 semaines Déroulement de la semaine Module AFA AFA II 2 semaines 3 sem. 2 sem. 2 sem. Ilot pédagogique AFA III Coaching on the job lundi mardi mercredi jeudi vendredi Certification AFA Examen Chaque série de cours se déroule sur deux ou trois semaines d entraînement intensif, chaque semaine comprenant trois jours de cours, un «îlot pédagogique» et un jour de travail encadré au poste de travail. La formation comprend d intenses phases de préparation avant les cours et de travail après les cours ; les candidats doivent donc faire preuve d une certaine discipline pour l étude en autodidacte. L «îlot pédagogique» est prévu à cette fin. Pendant l étude en autodidacte, les candidats peuvent poser leurs questions directement au tuteur (encadrement en ligne). Les différents modules ayant une structure similaire, les participants bénéficient de méthodes ciblées et d unités de cours conçues judicieusement du point de vue didactique. Formation proposée La formation «Intermédiaire d assurance AFA» est proposée sur le site internet ch. Les différents modules sont décrits en détail et peuvent être réservés individuellement («enregistrement AFA» gratuit nécessaire). Frais de formation Les frais pour l ensemble de la formation s élèvent à CHF et couvrent 20 jours de cours à présence obligatoire, sept jours d études en autodidacte avec encadrement (tutoring), les documents de formation, les feuilles d exercice, un programme de formation en ligne (WBT), des tests d entrée et l utilisation de la plateforme de formation Les manuels ne sont pas compris dans ce montant. Manuels A partir de la série l AFA a mis au point trois manuels traitant de l industrie de l assurance, des assurances de choses et de patrimoine, ainsi que des assurances de personnes et assurances sociales. Le paysage juridique ayant évolué, le contenu du quatrième manuel, soit le manuel sur le droit, sera remanié et disponible avant la fin de l année. Lieux et dates des cours Depuis la mi-mars 2006, des formations sont en route à Bâle et à Genève. D autres formations commenceront à la fin août 2006, en janvier 2007, en mars 2007 et en août 2007 sur d autres sites (p. ex. Berne, Lausanne, Lucerne, Lugano, Saint-Gall, Zurich). L inscription se fait en ligne, sur le site Cliquer sur «Catalogue des formations AFA» > «Groupe cible» > «Intermédiaires» Pour de plus amples informations : Vous trouverez des informations actuelles sur le site de l AFA Vous pouvez aussi envoyer un e- mail au secrétariat Divers documents peuvent être téléchargés à partir du site (loi, ordonnance, règlement, dispositions d exécution, contenu des cours).

8 8 3. Financement de la réglementation relative aux intermédiaires d assurance Un aspect important de la nouvelle réglementation relative aux intermédiaires d assurance est le coût de son financement. Bien que cet aspect concerne tous les acteurs, qu ils soient intermédiaires ou sociétés d assurance, certaines incertitudes subsistent et doivent être levées. Cette troisième section a donc pour objectif d établir qui doit assumer quelles conséquences financières. Les explications fournies se réfèrent exclusivement aux coûts de la réglementation relative aux intermédiaires d assurance. La LSA et l OS fournissent diverses indications à ce sujet et font une distinction entre les intermédiaires liés et les intermédiaires non liés. Ainsi, l article 50, alinéa 1 LSA n apporte dans un premier temps aucune nouveauté car il prescrit que l autorité de surveillance peut demander des émoluments pour les décisions et les services qu elle rend afin de couvrir les coûts de surveillance qui ne sont pas eux-mêmes couverts par des émoluments. A la fin de cet alinéa, il est en outre précisé qu une taxe de surveillance peut être perçue annuellement auprès des intermédiaires d assurance au sens de l article 43, alinéa 1 LSA. De prime abord, cet article semble ne concerner que les intermédiaires non liés, étant donné que les intermédiaires liés n y sont pas cités nommément. Or, qui ne lit pas les dispositions suivantes en détail peut tirer de mauvaises conclusions. Il convient en effet de se poser les questions suivants : qu est-ce qui attend les intermédiaires concernés? Estce qu à l avenir, seuls les intermédiaires non liés devront mettre la main à la poche ou les intermédiaires liés, et donc leurs sociétés, seront-ils eux aussi mis à contribution? Comme expliqué précédemment, les dispositions font une distinction entre les intermédiaires liés et les intermédiaires non liés. Dans un premier temps, il convient de passer au crible l ensemble des dispositions en rapport avec l activité d intermédiaire et qui concernent la perception d émoluments. Cet examen permet de mettre en exergue, selon le type d intermédiation, les dispositions ci-dessous, dont la dernière mérite une attention particulière. Pour l intermédiaire non lié, les dispositions suivantes s appliquent : Pour toute nouvelle inscription, article 213 OS : Montant unique de CHF 200 pour les personnes morales CHF 300 pour les personnes physiques Pour le traitement par écrit des demandes, article 213, alinéa 2 OS Emolument selon la charge de travail Pour la publication, article 214 OS Frais effectifs Taxe de surveillance conformément à l article 50 LSA en relation avec l article 213 al. 3 OS La taxe «correspond aux frais de gestion du registre qui les concernent» Pour l intermédiaire lié, les dispositions suivantes s appliquent : Pour toute nouvelle inscription, article 213 OS: Montant unique de CHF 200 pour les personnes morales CHF 300 pour les personnes physiques Pour le traitement par écrit des demandes, article 213, alinéa 2 OS Emolument selon la charge de travail Pour la publication, article 214 OS Frais effectifs Taxe de surveillance conformément à l article 209, al. 2, let. d OS Emolument au titre des «coûts non couverts de la surveillance des intermédiaires d assurance selon l art. 43, al. 2 LSA». Rappelons que l inscription au registre de l autorité de surveillance est facultative pour les intermédiaires liés, de sorte que l émolument d inscription et les frais de publication ne peuvent être dus de facto que si une ins-

9 9 Coûts de l inscription au registre OFAP 20 millions Intermédiaires d assurance, total : Reste OFAP Inscription au registre : art. 213 : CHF 200 pour les personnes morales CHF 300 pour les personnes physiques Reste OFAP 19,24 millions Frais de surveillance non couverts Art. 209 OS 60% Intermédiaires non liés 40% Intermédiaires liés cription a eu lieu. Passons à présent au dernier point, lequel mérite une attention particulière. Alors que la perception d une taxe de surveillance pour les intermédiaires non liés, telle que prescrite à l article 50 LSA en relation avec l article 213 OS, n avait rien de surprenant, l article 209 alinéa 2 let. d OS mentionne lui aussi une taxe de surveillance. Il prescrit en effet qu une taxe peut également être perçue pour les «coûts non couverts de la surveillance des intermédiaires d assurance selon l article 43, al. 2 LSA» c est-à-dire les intermédiaires non liés. Et c est précisément cet aspect qui intéresse les sociétés d assurance. En condensé, le modèle de répartition se présente comme suit (les chiffres et les pourcentages sont indiqués uniquement à titre d exemple) : (voir illustration ci-dessus) Pour résumer, les coûts de la surveillance des intermédiaires (qui sont du reste enregistrés par un centre de profits indépendant) existent dans les faits et doivent être répartis proportionnellement. L article 209, alinéa 2, let. d OS peut donc être considéré comme un «bassin de retenue» pour les frais non couverts de la surveillance des intermédiaires. La différence entre cet article et l article 50 LSA, qui laissait penser, a priori, que seuls les intermédiaires non liés devaient s acquitter d une taxe de surveillance, tient uniquement au choix du «débiteur» de cette taxe. Si, dans le cas des intermédiaires non liés, ce sont eux-mêmes les débiteurs (article 50 LSA), les débiteurs des «coûts de surveillance non couverts» des intermédiaires liés au sens de l article 209 OS sont les sociétés d assurance. L hypothèse selon laquelle renoncer à une inscription serait un poids financier en moins pour les sociétés d assurance ne se vérifie donc pas forcément. Certes, le renoncement à l inscription permet d économiser les émoluments d enregistrement uniques, mais comme il diminue l apport de capitaux à l OFAP, il augmente les «coûts de surveillance non couverts», et donc le delta, une nouvelle somme qui, au final, vient s ajouter aux frais généraux de l OFAP. Pour ne rien oublier, ajoutons que la redistribution du montant désigné par «Reste OFAP» dans le schéma de la page précédente s effectue comme auparavant. Une redistribution supplémentaire du montant à ajouter (au titre des intermédiaires travaillant pour la société ou des émoluments d inscription déjà versés à titre facultatif par les intermédiaires liés) n était jusqu ici pas prévue. Néanmoins, cela est sur le point de changer car une inscription à titre facultatif du service externe, par exemple, permet de diminuer de manière significative le delta de la position «coûts de surveillance non couverts». Nous pouvons donc tirer les conclusions suivantes : Les taxes de surveillance pour les intermédiaires sont également dues lorsque les intermédiaires liés ne sont pas inscrits (cf. article 209, al. 2, let. d OS). Plus le nombre de nouvelles inscriptions est élevé, plus la redistribution parmi les sociétés d assurance est limitée. Dans la redistribution selon l article 209 OS, il n est pas tenu compte du nombre d intermédiaires d une société sur le marché, ni de la question de savoir si des paiements au titre des intermédiaires liés inscrits à titre facultatif ont été perçus.

10 10 4. Obligation d inscription inscription facilitée Un autre point essentiel pour les intermédiaires d assurance est la possibilité qui leur est offerte de faire reconnaître leurs qualifications professionnelles d ici au 30 juin Comme expliqué précédemment, la profession d intermédiaire d assurance ne pourra désormais être exercée que sous certaines conditions. Cette évolution tient principalement aux développements à l échelle internationale ainsi qu à la volonté de protéger le consommateur de façon adaptée et d améliorer l image de la profession. Selon la nouvelle législation, l article 43 LSA prescrit que les intermédiaires qui ne sont liés ni juridiquement, ni économiquement, ni de quelque autre façon que ce soit à une entreprise d assurance doivent être inscrits au registre, sous peine de ne plus être autorisés à jouer leur rôle d intermédiation. Tout oubli ou omission à cet égard équivaut donc, pour l intermédiaire non lié, à une interdiction d exercer. Pour les intermédiaires liés, l inscription au registre est par contre facultative. L une des conditions d inscription mentionnées à l article 44 LSA est la preuve d une qualification professionnelle suffisante. Mais quand considère-t-on qu une qualification professionnelle est suffisante? Selon l article 184, alinéa 1 OS, cette qualification est démontrée en premier lieu en réussissant un examen ou en présentant un titre équivalent. Le déroulement de ce parcours de formation classique ainsi que les titres équivalents, également connus sous l appellation d équivalences, ont déjà été décrits (cf. chiffre 2). Qu advient-il alors des nombreux intermédiaires, liés ou non, qui exercent depuis des années et se sont établis avec succès sur le marché? Le législateur a tenu compte de ce problème et ces personnes peuvent demander la reconnaissance de leurs qualifications professionnelles d ici au 30 juin L article 6 OS-OFAP (!), intitulé «Disposition transitoire», prescrit que les intermédiaires d assurance qui, au 1 er janvier 2006, disposent d au moins cinq ans d expérience professionnelle à titre d occupation principale ou au moins huit ans d expérience professionnelle à titre d occupation accessoire dans le domaine de l intermédiation d assurance possèdent les qualifications professionnelles nécessaires. Tout intermédiaire qui demande son inscription dans ce délai et peut se prévaloir de l expérience requise est dispensé de l examen et peut être inscrit directement. Tout intermédiaire qui demande son inscription après le délai légal doit être reçu à l examen, même s il a une expérience suffisante. Même si le champ d application de cette disposition n est pas très clairement défini (on ne sait pas s il inclut uniquement les intermédiaires non liés ou englobe également les intermédiaires liés), la position de l autorité de surveillance est sans équivoque. L article 6 OS- OFAP s applique aussi bien aux intermédiaires non liés qu aux intermédiaires liés. Il est donc recommandé de se décider avant le 30 juin 2006.

11 11 5. Sécurité financière Une autre condition d enregistrement est la conclusion d une assurance responsabilité civile professionnelle ou la fourniture de garanties sfinancières équivalentes (cf. art. 44 LSA). L OS mentionne également cette condition à l article 187 OS, tout en établissant une distinction supplémentaire. L article 186, alinéa 1 OS prescrit que pour couvrir les dommages patrimoniaux résultant d une violation du devoir de diligence professionnelle, l intermédiaire d assurance doit disposer d un contrat d assurance de responsabilité civile professionnelle dont la somme d assurance s élève au moins à 2 millions CHF pour tous les dommages d une année. Selon l alinéa 2, il est toutefois délié de cette obligation si un tiers a conclu une assurance de responsabilité civile professionnelle qui l inclut dans la couverture ou s il peut fournir une sûreté financière équivalente. C est l autorité de surveillance qui, au final, décide si la sûreté financière en question peut être considérée comme équivalente. 6. Devoir d information Selon la nouvelle législation, tous les intermédiaires d assurance doivent en outre s acquitter d un devoir d information comme prescrit dans l article 45 LSA. Selon cette disposition, l intermédiaire doit, lors du premier contact, au moins indiquer à l assuré : son identité et son adresse, si les couvertures d assurance qu il propose se rapportent à une seule entreprise d assurance ou à plusieurs, ses liens contractuels avec une ou plusieurs entreprises d assurance pour lesquelles il travaille, la personne dont la responsabilité civile peut être invoquée le cas échéant, et la façon dont les données personnelles sont traitées. Ces conditions doivent permettre au consommateur d avoir des données plus claires sur l intermédiaire et de s informer plus facilement à son sujet. La violation du devoir d information de l intermédiaire est punie d une amende pouvant atteindre CHF si la violation est intentionnelle et CHF si elle est le résultat d une négligence.

12 12 Communiqué de presse OFAP L intermédiation en assurance soumise dorénavant à la surveillance de la Confédération Berne, , (OFAP) En vertu de la révision totale de la loi sur la surveillance des assurances (LSA), l intermédiation en assurance a été placée en Suisse sous la surveillance de l Office fédéral des assurances privées (OFAP) à partir du 1 er janvier L objectif primaire est la création d un registre public. L inscription dans ce registre est obligatoire pour les intermédiaires et les courtiers qui ne sont pas liés à un assureur et implique diverses exigences de qualifications professionnelles et personnelles. Harmonisation de l environnement réglementaire dans l espace européen Le 9 décembre 2002, le Parlement européen et le Conseil de l Union européenne ont décidé de soumettre l intermédiation en assurance à la surveillance au sein de l UE. Une surveillance comparable est introduite également en Suisse avec l entrée en vigueur au 1 er janvier 2006 de la nouvelle loi sur la surveillance des assurances (LSA). Parallèlement, l on a tenu compte des demandes des milieux liés à la protection des consommateurs, visant un renforcement du contrôle de l intermédiation en assurance. Registre public ( La surveillance des intermédiaires renforce la position des preneurs d assurance en Suisse et accroît la transparence de la branche. Dorénavant, le client de l assureur devra pouvoir se renseigner de manière ciblée sur les liens économiques d un intermédiaire. Un registre des intermédiaires accessible au public est créé à cet effet, dans lequel tous les intermédiaires non liés environ doivent se faire enregistrer. Les autres collaborateurs des services externes des entreprises d assurance, au nombre d environ , ont le droit de se faire enregistrer volontairement. Les intermédiaires d assurance non liés tels que les courtiers doivent, depuis le 1 er janvier 2006, s annoncer à l Office fédéral des assurances privées (OFAP) en vue de leur enregistrement jusqu au 30 juin 2006 au plus tard. Dans ce contexte, l OFAP vérifie que les intermédiaires d assurance satisfassent à certaines conditions professionnelles, person-

13 13 Communiqué de presse OFAP 2 nelles et financières et dresse un registre fédéral ad hoc. Le registre est public et peut être consulté sur demande. L adresse Internet est Vu que le traitement des dossiers envoyés par les intermédiaires d assurance va prendre un certain temps, il ne sera possible d être en possession d un grand nombre de données que dans quelques mois. Devoirs d information étendus et responsabilité élargie La LSA régit les conditions d inscription dans le registre fédéral et définit les devoirs d information de tous les intermédiaires d assurance à l égard des preneurs d assurance. Ces devoirs d information doivent désormais être respectés par chaque intermédiaire d assurance. C est ainsi que chacun d entre eux doit indiquer si les couvertures d assurance qu il propose dans une branche d assurance déterminée se rapportent à une seule entreprise d assurance ou à plusieurs et quelles sont ces entreprises. L intermédiaire d assurance doit également désigner une personne qui assume la responsabilité d éventuelles négligences, fautes ou réponses erronées en relation avec son activité. La façon dont les données personnelles sont traitées et conservées doit être indiquée avant la conclusion d un contrat d assurance. Ces obligations en matière d information permettent la transparence de l intermédiation en assurance et peuvent être contrôlés par les consommateurs. Désormais, les entreprises d assurance répondent non seulement de leurs propres collaborateurs (du service externe), mais aussi de toutes les personnes qui oeuvrent pour le compte de ces entreprises. En vertu de l art. 34 de la loi sur le contrat d assurance révisée, l assureur répond des actes de l intermédiaire qui agit pour lui comme des siens propres. Contact pour renseignements Albert Gemperle, Chef de la Division Intermédiaires, Tél. 031/ Pour tout complément d information concernant des communiqués de presse récents, prière de consulter les adresses internet suivantes :

14 14

15 15

16 Association Suisse d Assurances (ASA) C.F. Meyer-Strasse 14 Case postale 4288 CH-8022 Zurich Tel Fax

Marche à suivre Connaissances professionnelles

Marche à suivre Connaissances professionnelles Marche à suivre Connaissances professionnelles 1 Marche à suivre Connaissances professionnelles Pour savoir quelles personnes doivent répondre à telles ou telles conditions en matière de connaissances

Plus en détail

Annexe V au règlement SSO de la formation postgrade (RFP SSO)

Annexe V au règlement SSO de la formation postgrade (RFP SSO) Annexe V au règlement SSO de la formation postgrade (RFP SSO) Règlement relatif à l obtention des titres de formation postgrade fédéraux ou reconnus par la SSO et à la reconnaissance de titres étrangers

Plus en détail

A toute personne active dans le domaine des assurances, qu elle soit du service interne ou externe.

A toute personne active dans le domaine des assurances, qu elle soit du service interne ou externe. A qui s adresse cette formation? A toute personne qui, quelle que soit sa désignation, agit en vue de la conclusion de contrats d assurance ou conclut de tels contrats. A toute personne désireuse de parfaire

Plus en détail

Aide à l utilisation de

Aide à l utilisation de A C T I C E accompagnement à l usage des TICE année 2009-2010 Guide d usage Aide à l utilisation de livret 5b : les annuaires-catalogues Sommaire (version du 6 décembre 2010) Introduction... 3 1. Création

Plus en détail

Chapitre 2 La formation des formateurs et formatrices

Chapitre 2 La formation des formateurs et formatrices La qualité de la formation Chapitre 2 La formation des formateurs et s Formateurs et s d adultes : quatre niveaux de formation officiellement reconnus 60 Certificat de formateur/ d adulte FSEA (niveau

Plus en détail

Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance

Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Assurance dommages Institutions d assurance dommages

Plus en détail

Accréditation des organes de révision LBA externes

Accréditation des organes de révision LBA externes Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Autorité de contrôle en matière de lutte contre le blanchiment d'argent Circulaire 2004/1 du 6 décembre 2004 (Modification

Plus en détail

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels F H/LD/WG/5/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 7 OCTOBRE 2015 Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Plus en détail

Règlement concernant l examen de chargé(e) de sécurité

Règlement concernant l examen de chargé(e) de sécurité Règlement concernant l examen de chargé(e) de sécurité conformément à l ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail (ordonnance sur les qualifications) Conformément à l

Plus en détail

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse d allergologie et d immunologie clinique (SGAI/SSAI)

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse d allergologie et d immunologie clinique (SGAI/SSAI) Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse d allergologie et d immunologie clinique (SGAI/SSAI) en vigueur à partir du 1 er janvier 2010 1. Bases légales et réglementaires Le présent règlement

Plus en détail

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation.

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Vous devez revoir votre rapport sur votre régime de capitalisation au moins une fois par année afin de vous assurer que celui-ci reflète

Plus en détail

Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec

Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec Code des professions (chapitre C-26, a. 93, par. c.1 et a. 94,

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

1. CHAMPD APPLICATION

1. CHAMPD APPLICATION Pour une meilleure lisibilité du document, la forme masculine est utilisée, il faut toutefois considérer qu il est toujours fait référence aux hommes et aux femmes. TABLE DES MATIERES 1. CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Safety in adventures Système de gestion

Safety in adventures Système de gestion Safety in adventures Système de gestion Mise en œuvre et procédure de certification Validé par le Conseil de fondation Berne, le 25 octobre 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. Le système de gestion de «Safety in

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC Guide du contrôlé version 2015 PRESENTATION DES OBJECTIFS ET DES MODALITES DU CONTROLE DE QUALITE Notre profession s est

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg .0.8 Ordonnance du 4 avril 007 relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu les articles 8 à 88 de la loi

Plus en détail

Règlement Programme de promotion «MINT Suisse»

Règlement Programme de promotion «MINT Suisse» Règlement Programme de promotion «MINT Suisse» 1. Objectifs supérieurs... 2 2. Candidats admis au concours... 2 3. Cadre financier... 3 4. Dépôt de la demande... 3 5. Évaluation de la demande... 3 6. Calendrier

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE 2012 LES QUATRE ETAPES La procédure complémentaire a pour but de mettre en relation les établissements qui ont encore des places vacantes et les candidats n ayant pas

Plus en détail

La carte professionnelle européenne

La carte professionnelle européenne CPE La carte professionnelle européenne Procédure électronique pour la reconnaissance des qualifications professionnelles Union européenne CPE La carte professionnelle européenne (CPE) De quoi s agit il?

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 811.11 du 19 décembre 1877 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la

Plus en détail

Annexe 2. A la Résolution d Ensemble sur la Facilitation des Transports Routiers (R.E.4)

Annexe 2. A la Résolution d Ensemble sur la Facilitation des Transports Routiers (R.E.4) Annexe 2 A la Résolution d Ensemble sur la Facilitation des Transports Routiers (R.E.4) Adoptée à la 94 ème Session du Groupe de Travail des Transports Routier (S.C.1) de la Commission Economique pour

Plus en détail

Réforme «Spécialiste du commerce de détail»

Réforme «Spécialiste du commerce de détail» Réforme «Spécialiste du commerce de détail» Directives relatives au déroulement des examens de validation des modules pour les futurs spécialistes du commerce de détail (Les dénominations de personnes

Plus en détail

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S concernant UN PROJET DE LOI PORTANT CREATION D UNE BANQUE-CARREFOUR DES ENTREPRISES, MODERNISATION DU REGISTRE DE COMMERCE ET CREATION

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire

Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire Sommaire 1. Rapports succincts de l organe de révision ainsi que rapports de l auditeur établis en vertu d un contrat de mandat

Plus en détail

811.112.242 Ordonnance du DFI

811.112.242 Ordonnance du DFI Ordonnance du DFI sur l expérimentation d un modèle spécial d enseignement et d examens à la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne du 21 octobre 2004 (Etat le 2 novembre 2004)

Plus en détail

235.13 Ordonnance sur les certifications en matière de protection des données

235.13 Ordonnance sur les certifications en matière de protection des données 235.13 Ordonnance sur les certifications en matière de protection des données (OCPD) du 28 septembre 2007 (Etat le 1 er avril 2010) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 11, al. 2, de la loi fédérale du

Plus en détail

Ordonnance du DFI. Objet et champ d application. Programme d enseignement et structure des études. du 6 octobre 2006

Ordonnance du DFI. Objet et champ d application. Programme d enseignement et structure des études. du 6 octobre 2006 Ordonnance du DFI sur l expérimentation d un modèle spécial d enseignement et d examens pour les troisième et quatrième années d études au Centre de médecine bucco-dentaire et d orthodontie de la Faculté

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse de de gynécologie et obstétrique (SSGO)

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse de de gynécologie et obstétrique (SSGO) Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse de de gynécologie et obstétrique (SSGO) 1. Bases légales et réglementaires Le présent règlement a pour base la Réglementation pour la formation

Plus en détail

Les conditions pour la conduite d un minibus en EMS

Les conditions pour la conduite d un minibus en EMS Les conditions pour la conduite d un minibus en EMS Le (Texte original de l AVDEMS) responsable DS Personnes âgées octobre 2010 CURAVIVA Suisse Zieglerstrasse 53 3000 Berne 14 Tél +41 (0) 31 385 33 33

Plus en détail

Règlement concernant la procédure de Validation des Acquis de l Expérience (VAE)

Règlement concernant la procédure de Validation des Acquis de l Expérience (VAE) Règlement concernant la procédure de Validation des Acquis de l Expérience (VAE) Article 1 But, objet et personnes concernées 1. La procédure de Validation des Acquis de l Expérience (ci-après «VAE») au

Plus en détail

Etre cheffe ou chef, ça s apprend. Avec les formations à la conduite de l ASFC.

Etre cheffe ou chef, ça s apprend. Avec les formations à la conduite de l ASFC. Etre cheffe ou chef, ça s apprend. Avec les formations à la conduite de l ASFC. ASFC La compétence dans la conduite au quotidien. L Association Suisse pour la Formation des Cadres (ASFC) s engage depuis

Plus en détail

Instructions sur l assurance-qualité dans les petites et moyennes entreprises de révision

Instructions sur l assurance-qualité dans les petites et moyennes entreprises de révision Instructions sur l assurance-qualité dans les petites et moyennes entreprises de révision Les instructions sur l'assurance-qualité représentent une application des exigences dans des PME de révision formulées

Plus en détail

Racheter des trimestres de retraite

Racheter des trimestres de retraite Racheter des trimestres de retraite > > > > À défaut de justifier avoir cotisé suffisamment longtemps, le montant de la retraite est amputé par l application d une décote. Une des grandes innovations de

Plus en détail

1. Qu est-ce que l IGC?

1. Qu est-ce que l IGC? Questions fréquemment posées concernant l accréditation auprès du Comité intergouvernemental de la propriété intellectuelle relative aux ressources génétiques, aux savoirs traditionnels et au folklore

Plus en détail

Règlement des sanctions SwissGAP Fruits, légumes et pommes de terre

Règlement des sanctions SwissGAP Fruits, légumes et pommes de terre SwissGAP Fruits, légumes et pommes de terre Table des matières 1 Principes et responsabilités... 2 2 Domaine d application... 2 3 Types de sanctions... 2 4 Procédure en cas de non-respect des exigences

Plus en détail

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 Auto-évaluation Chapitre 10 Auto-évaluation Section Sujet traité Page 10000 Résumé.. 10-2 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 10200 Lettre déclarative de responsabilité.. 10-4 10300 Résolution

Plus en détail

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003.

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.4 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Cadre de référence en

Plus en détail

LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès. Médecine du travail et de prévention

LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès. Médecine du travail et de prévention LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès Médecine du travail et de prévention février 2006 1 Les trois voies d accès : Les conditions requises pour exercer la médecine du travail sont énumérées à l article

Plus en détail

Statut CECOM. Art. 1 Forme juridique, objectif et tâches

Statut CECOM. Art. 1 Forme juridique, objectif et tâches Document Nr. 7 Statut CECOM Règlement d organisation du Centre de coordination pour la formation professionnelle modulaire dans le champ professionnel «Professions ecclésiales» (CECOM Profes-sions ecclésiales)

Plus en détail

Responsable en ressources humaines

Responsable en ressources humaines Cours de préparation au diplôme fédéral Responsable en ressources humaines www.diplomerh.ch Cours de préparation à l examen fédéral pour responsable en ressources humaines Le diplôme fédéral pour responsable

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Règlement de placement

Règlement de placement Règlement de placement Valable dès le 1 er mars 2014 Page 1 de 7 A. Table des matières A. Table des matières 2 B. But et contenu 3 Art. 1 But 3 Art. 2 Objectifs et principes du placement de la fortune

Plus en détail

FAQ Promotion niveau A

FAQ Promotion niveau A FAQ Promotion niveau A FAQ Promotion niveau A 1 / 9 Sommaire QUAND DEBUTE LA NOUVELLE PROCEDURE RELATIVE A LA PROMOTION DE NIVEAU A?... 3 LA PREMIERE SERIE... 3 EN QUOI CONSISTE LA PREMIERE SERIE?... 3

Plus en détail

Avenir des écoles de commerce: mise en œuvre des nouvelles filières de formation Séance de lancement du mercredi 23 septembre 2009 à Berne

Avenir des écoles de commerce: mise en œuvre des nouvelles filières de formation Séance de lancement du mercredi 23 septembre 2009 à Berne Avenir des écoles de commerce: mise en œuvre des nouvelles filières de formation Séance de lancement du mercredi 23 septembre 2009 à Berne Commission suisse des examens de la formation commerciale de base

Plus en détail

427.11. Règlement. de la Haute Ecole de gestion de Fribourg. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg. Arrête : du 14 juillet 1995

427.11. Règlement. de la Haute Ecole de gestion de Fribourg. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg. Arrête : du 14 juillet 1995 47. Règlement du 4 juillet 995 de la Haute Ecole de gestion de Fribourg Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu l article 60 de la loi fédérale du 9 avril 978 sur la formation professionnelle ; Vu l

Plus en détail

Pacte de solidarité entre générations Exécution Doc n 3 Arrêté royal du 9 mars 2006 Outplacement et sanctions

Pacte de solidarité entre générations Exécution Doc n 3 Arrêté royal du 9 mars 2006 Outplacement et sanctions Pacte de solidarité entre générations Exécution Doc n 3 Arrêté royal du 9 mars 2006 Outplacement et sanctions 1. L outplacement de quoi s agit-il? «L outplacement», aussi appelé reclassement professionnel,

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

Politique en matière d accessibilité de l Ontario

Politique en matière d accessibilité de l Ontario Politique en matière d accessibilité de l Ontario 1. Objectifs et portée La Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario (LAPHO) élabore, met en œuvre et applique les normes

Plus en détail

GUIDE DE LA PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

GUIDE DE LA PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE GUIDE DE LA PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE Guide PC 2014 Version du 26/06/2014 QUI EST CONCERNE PAR LA PROCEDURE COMPLEMENTAIRE Qui peut participer à la procédure complémentaire et pour quel type

Plus en détail

3. Transparence par rapport à l utilisation des moyens financiers

3. Transparence par rapport à l utilisation des moyens financiers Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Formation Professionelle Groupe d experts «Fonds en faveur de la formation professionnelle»

Plus en détail

LIVRET DE FORMATION IOBSP «Niveau I» (Art. R. 519-12 du code monétaire et financier)

LIVRET DE FORMATION IOBSP «Niveau I» (Art. R. 519-12 du code monétaire et financier) LIVRET DE FORMATION IOBSP «Niveau I» (Art. R. 519-12 du code monétaire et financier) RÈGLES À OBSERVER POUR LA TENUE DU LIVRET Dans les pages intérieures, veillez à ne pas laisser de ligne vierge et à

Plus en détail

Révisé pour janvier 2014

Révisé pour janvier 2014 SERVICES DE L AGRÉMENT Lignes directrices pour les programmes de formation paramédicale sur l utilisation du Profil national des compétences professionnelles (PNCP) 2011 de l Association des paramédics

Plus en détail

Manuel sur la formation continue Octroi des titres, modularités et transition entre l ancien modèle (CPG/EPG) et le nouveau (CAS/DAS/MAS/EMBA)

Manuel sur la formation continue Octroi des titres, modularités et transition entre l ancien modèle (CPG/EPG) et le nouveau (CAS/DAS/MAS/EMBA) Manuel sur la formation continue Octroi des titres, modularités et transition entre l ancien modèle (CPG/EPG) et le nouveau (CAS/DAS/MAS/EMBA) Version 1.0 Juin 08 Document adopté par le Conseil Enseignement,

Plus en détail

SUJET : REFORME DES PENSIONS DES MANDATAIRES

SUJET : REFORME DES PENSIONS DES MANDATAIRES 001 p. 1 SOMMAIRE 1. LES MANDATAIRES LOCAUX s appliquent-elles également aux mandataires locaux?... 2 Pourquoi la loi du 8 décembre 1976 réglant la pension de certains mandataires et celle de leurs ayants

Plus en détail

Archivage des données de la mensuration officielle

Archivage des données de la mensuration officielle Archivage des données de la mensuration officielle Explications portant sur le tableau 1. Informations à caractère général Le tableau récapitule l ensemble des documents produits dans la mensuration officielle.

Plus en détail

L utilisation et le contenu d un devis d événement

L utilisation et le contenu d un devis d événement Chapitre 4 Annexe B L utilisation et le contenu d un devis d événement Les formules de gestion pour la réalisation ont été discutées à l annexe 4A. Une de ces formules est le lancement, par le promoteur,

Plus en détail

Chapitre 2 La reconnaissance et la validation des acquis

Chapitre 2 La reconnaissance et la validation des acquis Chapitre 2 La reconnaissance et la validation des acquis Qualifications + 14 I. Obtenir une attestation de qualifications 14 Qui est concerné? 14 Comment s y prendre? 14 Quel est le coût d une procédure?

Plus en détail

Examen professionnel fédéral. Moniteur/Monitrice de conduite. 13 mars 2014. Organe responsable Association Suisse des Moniteurs de Conduite

Examen professionnel fédéral. Moniteur/Monitrice de conduite. 13 mars 2014. Organe responsable Association Suisse des Moniteurs de Conduite DIRECTIVE Examen professionnel fédéral Moniteur/Monitrice de conduite 13 mars 2014 Organe responsable Association Suisse des Moniteurs de Conduite ASMC Effingerstrasse 8 Case postale 8150 3001 Berne 031

Plus en détail

Intermédiaire en Opérations de Banque et Services de Paiement IOBSP

Intermédiaire en Opérations de Banque et Services de Paiement IOBSP ACADEMIE PROFESSIONNELLE EN SERVICES FINANCIERS ET D ASSURANCES Préparation à l examen pour Intermédiaire en Opérations de Banque et Paiement IOBSP Votre partenaire pour votre formation professionnelle

Plus en détail

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse de Médecine Intensive

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse de Médecine Intensive Kommission für Weiter- und Fortbildung (KWFB) Commission de la formation postgraduée et continue (CFPC) Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse de Médecine Intensive Version du 01.07.2011

Plus en détail

1.07 Généralités Bonifications pour tâches éducatives

1.07 Généralités Bonifications pour tâches éducatives 1.07 Généralités Bonifications pour tâches éducatives Etat au 1 er janvier 2016 Aperçu Les dispositions actuelles de la loi AVS prévoient que lors du calcul de la rente, d éventuelles bonifications pour

Plus en détail

Date d entrée en GUIDE DE NORMALISATION DES. Section : 542. Page : 1 SERVICES NORMES

Date d entrée en GUIDE DE NORMALISATION DES. Section : 542. Page : 1 SERVICES NORMES Services à l enfant et à la famille Date d entrée en GUIDE DE NORMALISATION DES Section : 542 Page : 1 SERVICES Révision : 1 er déc. 99 Sujet : SERVICES AUX REQUÉRANTS APPROUVÉS NORMES 542.1 Inscription

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session. Désignation d un groupe de prospection régional

Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session. Désignation d un groupe de prospection régional Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session Tbilissi (Géorgie), 15-18 septembre 2008 Point 9 d) de l ordre du jour provisoire EUR/RC58/Inf.Doc./2 28 juillet 2008 80849 ORIGINAL : ANGLAIS Désignation

Plus en détail

2. Généralités. Autorité cantonale de la transparence et de la protection des données ATPrD Kantonale Behörde für Öffentlichkeit und Datenschutz ÖDSB

2. Généralités. Autorité cantonale de la transparence et de la protection des données ATPrD Kantonale Behörde für Öffentlichkeit und Datenschutz ÖDSB Autorité cantonale de la transparence et de la protection des données ATPrD Kantonale Behörde für Öffentlichkeit und Datenschutz ÖDSB Rue des Chanoines 2, 1700 Fribourg Autorité cantonale de la transparence

Plus en détail

Assurance-accidents et chômage de A à Z

Assurance-accidents et chômage de A à Z Assurance-accidents et chômage de A à Z Les personnes sans emploi ayant droit à l indemnité de chômage bénéficient de la couverture accidents de la Suva. La Suva porte une attention toute particulière

Plus en détail

Ordonnance relative à la création et à la gestion des hautes écoles spécialisées

Ordonnance relative à la création et à la gestion des hautes écoles spécialisées Ordonnance relative à la création et à la gestion des hautes écoles spécialisées (Ordonnance sur les hautes écoles spécialisées, OHES) Modification du 24 avril 2002 Le Conseil fédéral suisse arrête: I

Plus en détail

Directives sur les conditions à remplir pour créer des institutions collectives ou communes

Directives sur les conditions à remplir pour créer des institutions collectives ou communes Directives sur les conditions à remplir pour créer des institutions collectives ou communes du Projet Le Conseil fédéral, vu l art. 64 de la loi fédérale du 25 juin 1982 1 sur la prévoyance professionnelle

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE PROGRAMME MONDIAL ANTIDOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISATIONS ANTIDOPAGE DÉVELOPPANT DES BONNES PRATIQUES POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Questions/réponses sur les réformes statutaires Congrès extraordinaire de la FIFA

Questions/réponses sur les réformes statutaires Congrès extraordinaire de la FIFA Questions/réponses sur les réformes statutaires Congrès extraordinaire de la FIFA Quelles réformes seront soumises à l approbation du Congrès en tant que propositions d amendement aux Statuts lors de sa

Plus en détail

Comment un locataire peut résilier une location

Comment un locataire peut résilier une location Comment un locataire peut résilier une location Renseignements fournis dans cette brochure L entente de location conclue entre un locateur et un locataire s appelle une convention de location. La Loi sur

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

916.402. Dispositions générales. du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin 2012)

916.402. Dispositions générales. du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin 2012) Ordonnance concernant la formation de base, la formation qualifiante et la formation continue des personnes travaillant dans le secteur vétérinaire public 916.402 du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin

Plus en détail

Médecin-conseil (SSMC)

Médecin-conseil (SSMC) SIWF ISFM Médecin-conseil (SSMC) Programme de formation complémentaire du 1 er juillet 2003 (dernière révision: 16 juin 2011) SIWF Schweizerisches Institut für ärztliche Weiter- und Fortbildung ISFM Institut

Plus en détail

Personal Financial Services Fonds de placement

Personal Financial Services Fonds de placement Personal Financial Services Fonds de placement Un investissement dans des fonds de placement, c est la promesse de rendements attractifs pour un risque contrôlé. Informez-vous ici sur le fonctionnement

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES ASSISTANT/E EN GESTION DU PERSONNEL

RESSOURCES HUMAINES ASSISTANT/E EN GESTION DU PERSONNEL Secteur Tertiaire RESSOURCES HUMAINES ASSISTANT/E EN GESTION DU PERSONNEL Certificat Préparation aux examens Situation de la formation Domaines Bilans de compétences Coaching Commerce Culture générale

Plus en détail

PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS

PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS 10954_VAE_p011p040_part1_JCL.indd 11 23/05/08 11:05:10 FICHE La VAE : 1 principes et modalités Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes et compétences acquises

Plus en détail

Questionnaire «B» Peuvent être nommées procureurs les personnes ayant le casier judiciaire vierge et ayant le droit de vote qui ont acquis :

Questionnaire «B» Peuvent être nommées procureurs les personnes ayant le casier judiciaire vierge et ayant le droit de vote qui ont acquis : Questionnaire «B» I. Les conditions préliminaires pour la nomination au poste du procureur sont les suivantes : Aux termes de la loi régissant les rapports de service au sein du parquet : Peuvent être

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

Responsable en ressources humaines

Responsable en ressources humaines Cours de préparation au diplôme fédéral Responsable en ressources humaines www.diplomerh.ch Cours de préparation à l examen fédéral pour responsable en ressources humaines Le diplôme fédéral pour responsable

Plus en détail

Note 1 relative à l organisation de l examen d admission au stage d expert-comptable

Note 1 relative à l organisation de l examen d admission au stage d expert-comptable Note 1 relative à l organisation de l examen d admission au stage d expert-comptable La loi du 22 avril 1999 relative aux professions comptables et fiscales donne à tout détenteur d un diplôme repris à

Plus en détail

Politique du CCPA sur : la certification des programmes d éthique animale et de soins aux animaux

Politique du CCPA sur : la certification des programmes d éthique animale et de soins aux animaux Canadian Council on Animal Care Conseil canadien de protection des animaux Politique du CCPA sur : la certification des programmes d éthique animale et de soins aux animaux Date de publication : janvier

Plus en détail

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME Pour obtenir des renseignements, veuillez communiquer avec : Service de l assurance

Plus en détail

Intermédiaire d assurance AFA

Intermédiaire d assurance AFA ACADEMY FOR FINANCE & INSURANCE SERVICES Préparation à l examen pour Intermédiaire d assurance AFA de septembre 2014 à mars 2015 Votre partenaire pour votre formation professionnelle Quel sont les objectifs

Plus en détail

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI 1 REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL TABLE DES MATIERES REGLE SUJET PAGE 1 Membres 3 2-3 Réunions 3 4 Invitation aux observateurs 3 5-6 Délégations 3 7-10 Ordre du

Plus en détail

DIVISION DE FACILITATION (FAL) DOUZIÈME SESSION. Le Caire (Égypte), 22 mars 2 avril 2004

DIVISION DE FACILITATION (FAL) DOUZIÈME SESSION. Le Caire (Égypte), 22 mars 2 avril 2004 FAL/12-WP/12 13/1/04 DIVISION DE FACILITATION (FAL) DOUZIÈME SESSION Le Caire (Égypte), 22 mars 2 avril 2004 Point 3 : 3.2 : Mise en œuvre de mesures modernes de facilitation et de sûreté dans le transport

Plus en détail

Stiftung Schweizerischer Bankenombudsman Fondation Ombudsman des banques suisses Fondazione Ombudsman delle banche svizzere

Stiftung Schweizerischer Bankenombudsman Fondation Ombudsman des banques suisses Fondazione Ombudsman delle banche svizzere Stiftung Schweizerischer Bankenombudsman Fondation Ombudsman des banques suisses Fondazione Ombudsman delle banche svizzere Règles de procédure de l Ombudsman des banques suisses Art. 1: Mission de l Ombudsman

Plus en détail

Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels 2007-2008 Table des matières Introduction...........................................................

Plus en détail

Centre de politique et d administration fiscales

Centre de politique et d administration fiscales Centre de politique et d administration fiscales Orientations en matière d impôts sur la consommation Orientations en matière d enregistrement simplifié Orientations en matière d enregistrement simplifié

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE 2013 LES QUATRE ETAPES La procédure complémentaire a pour but de mettre en relation les établissements qui ont encore des places vacantes et les candidats n ayant pas

Plus en détail

Nouvelles formalités d'enregistrement

Nouvelles formalités d'enregistrement Nouvelles formalités d'enregistrement SOMMAIRE 1. Formalités d enregistrement concernant les documents à déposer au RCS 3 1.1 Informations générales 3 1.2 Nouvelles formalités 3 1.3 Droit de timbre 4 1.4

Plus en détail

Admission de personnes ayant terminé une école de culture générale aux filières bachelor dans les HES

Admission de personnes ayant terminé une école de culture générale aux filières bachelor dans les HES Best Practice KFH Admission de personnes ayant terminé une école de culture générale aux filières bachelor dans les HES à usage interne des HES La KFH en a pris connaissance le 17 septembre 2007 Best Practice

Plus en détail