Lille Métropole Communauté urbaine Rapport d activité

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lille Métropole Communauté urbaine Rapport d activité"

Transcription

1 Lille Métropole Communauté urbaine Rapport d activité 2012

2 Les 87 communes de Lille Métropole ANSTAING ARMENTIERES BAISIEUX BEAUCAMPS-LIGNY BONDUES BOUSBECQUE BOUVINES CAPINGHEM CHERENG COMINES CROIX DEULEMONT DON EMMERIN ENGLOS ENNETIERES-EN-WEPPES ERQUINGHEM-LE-SEC ERQUINGHEM-LYS ESCOBECQUES FACHES-THUMESNIL FOREST-SUR-MARQUE FOURNES-EN-WEPPES FRELINGHIEN FRETIN GRUSON HALLENNES-LEZ-HAUBOURDIN HALLUIN HANTAY HAUBOURDIN HEM HERLIES HOUPLIN-ANCOISNE HOUPLINES ILLIES LA BASSÉE LA CHAPELLE D ARMENTIÈRES LA MADELEINE LAMBERSART LANNOY LEERS LESQUIN LEZENNES LILLE (avec les communes associées HELLEMMES et LOMME) LINSELLES LOMPRET LOOS LYS-LEZ-LANNOY MARCQ-EN-BAROEUL MARQUETTE-LEZ-LILLE MARQUILLIES MONS-EN-BAROEUL MOUVAUX NEUVILLE-EN-FERRAIN NOYELLES-LEZ-SECLIN PERENCHIES PERONNE-EN-MÉLANTOIS PREMESQUES QUESNOY-SUR-DEULE RONCHIN RONCQ ROUBAIX SAILLY-LEZ-LANNOY SAINGHIN-EN-MELANTOIS SAINGHIN-EN-WEPPES SAINT-ANDRÉ-LEZ-LILLE SALOME SANTES SECLIN SEQUEDIN TEMPLEMARS TOUFFLERS TOURCOING TRESSIN VENDEVILLE VERLINGHEM VILLENEUVE D ASCQ WAMBRECHIES WARNETON WASQUEHAL WATTIGNIES WATTRELOS WAVRIN WERVICQ-SUD WICRES WILLEMS

3 Lille Métropole : 3

4 4

5 Sommaire Investir, construire et entreprendre pour demain 6 Des missions essentielles , année intense élus pour Lille Métropole 12 Le bureau de la Communauté urbaine 13 Activités et réalisations 2012 Gouvernance 18 Un projet métropolitain concerté 18 Développement économique 20 Tous les leviers au service du développement 20 Habitat 26 Un investissement au service de tous 26 ville renouvelée et développement durable 30 Aménagement et urbanisme Plans pour un développement maîtrisé 30 Aménagement et renouvellement urbain De grands projets pour la métropole 32 Au plus près des besoins 34 Résidus urbains Le déchet comme ressource 44 Eau Assainissement Une politique de l eau innovante et pragmatique 47 urbains et naturels 50 Partout, confort et qualité 50 Lille Métropole sans frontières 56 Ressources humaines et administration 60 Optimiser, mutualiser et former 60 Investir pour l avenir 62 Vivre ensemble 38 Grands événements Des rendez-vous fédérateurs 38 Culture Une offre ambitieuse et accessible 40 Sport Des équipements et des événements pour toutes les pratiques sportives 42 Certaines actions sont développées dans le rapport Développement durable Elles sont indiquées dans ce rapport d activité avec ce symbole. 5

6 Dans un contexte difficile, l année 2012 a vu Lille Métropole poursuivre son action en faveur du cadre de vie de ses habitants et investir pour le dynamisme du territoire. Sans oublier le souci constant de la solidarité envers les plus fragiles et la recherche d un équilibre entre développement économique et préservation de l environnement. Parmi beaucoup d autres, retracés dans ce rapport d activité, deux événements majeurs ont marqué l année Le 18 août, le LOSC jouait son premier match à domicile dans un Grand Stade flambant neuf. En octobre, des centaines de milliers de spectateurs assistaient à l ouverture de la nouvelle saison de Lille Ces deux ouvertures mais on pourrait aussi citer d autres événements, comme Fantastic illustrent parfaitement le rayonnement et le dynamisme d un territoire qui doit cependant faire face aux effets de la crise économique. Dans ce contexte, les priorités fixées par les élus emploi, logement et transports ont connu des avancées importantes. Inaugurés en 2012, le CETI et l Imaginarium symboliseraient une action économique volontariste, basée sur le renouveau et la créativité. Le CETI, c est aussi le retour et la mutation du textile avec des entreprises qui conçoivent aujourd hui les matières de demain. De son côté, l Imaginarium s inscrit dans le mouvement en faveur des industries créatives de l image et du numérique, aux côtés d Euratechnologies, dont le succès s est consolidé. Lille Métropole s est également affirmée comme l animatrice du développement économique. Après des séminaires et rencontres portant sur les usages numériques, sur les parcs d activités du 21 e siècle, plus durables, sur la valorisation des laboratoires de recherches, après le lancement de la bourse immobilière pour les entreprises ou le soutien constant à l économie sociale et solidaire, l année s est achevée sur la deuxième conférence plénière du Plan métropolitain de développement économique (PMDE) qui a vu, notamment, le lancement de la marque territoriale Lille s qui doit promouvoir la métropole dans le monde entier. 6

7 Peu à peu, à l instar des friches industrielles, les paysages se transforment. De grands projets d aménagement sont lancés ou se poursuivent, comme à Saint Sauveur. Et, en 2012, Lille Métropole a poursuivi son action volontariste en faveur du logement. Voté en décembre le deuxième volet du PLH réaffirme, en effet, l objectif de construire logements neufs par an et encourage la diversité de la production. Mixité, lutte contre le logement indigne, politique foncière autant de dossiers menés en concertation avec l ensemble des partenaires, les communes et les bailleurs. La transformation de la ville s accompagne de nouveaux usages, notamment dans le domaine des transports. En témoigne le succès fulgurant du V Lille, avec plus d une centaine de stations supplémentaires, mais aussi la deuxième phase du Plan bus. 80 % des actions prévues dans le PDU sont désormais engagées. Et les transports alternatifs à la voiture gagnent du terrain sur des espaces publics réaménagés. Au-delà de ces trois priorités, définies par la stratégie communautaire depuis 2009, Lille Métropole réaffirme résolument son engagement en faveur du développement durable. La 10 e déchetterie a ainsi ouvert ses portes et le chantier, à Marquette, de la plus grande station d épuration au Nord de Paris a débouché sur la mise en service d une première tranche en février Au cours de l année 2012, Lille Métropole a poursuivi sa mutation. Elle a aussi offert de nouveaux services ou équipements, comme la piscine des Weppes, ouverte en juillet et qui a connu un succès immédiat. Le programme communautaire «Vivre ensemble notre Eurométropole» devient donc une réalité, pour le développement harmonieux et solidaire du territoire.

8 Créée par la loi du 31 décembre 1966, Lille Métropole Communauté urbaine est un établissement public de coopération intercommunale. Lille Métropole gère un ensemble de budgets qui, en 2012, totalisent près de 1,5 milliard d euros. Depuis l adoption de la loi 1999, les compétences des 16 communautés urbaines de France ont été revues et étendues. Après l élection de Martine Aubry à la Présidence, une gouvernance nouvelle a été installée, afin de renforcer un exécutif partagé et donner plus de visibilité à l action de Lille Métropole. Désormais organisée en dix pôles, sous la responsabilité des Premiers Vice-présidents, Lille Métropole Communauté urbaine assure des missions essentielles au service des communes et des habitants. Les territoires sont pris en compte dans l élaboration et la mise en œuvre des politiques communautaires, notamment grâce aux contrats de territoire. Par ailleurs, 32 actions de mutualisation entre Lille Métropole et ses communes membres ont été initiées en De plus, à fin 2012, 86 % des actions d initiative communautaires, inscrites dans les contrats de territoire, ont été engagées par Lille Métropole. Les entreprises restent au cœur des préoccupations avec la mobilisation du foncier économique et le pilotage des projets de parcs d activités (projet hectares), le développement de l offre d immobilier d entreprise, la recherche et l innovation, le soutien aux filières d excellence et aux pôles de compétitivité, le développement de l économie sociale et solidaire, la coordination des politiques d insertion, le soutien à la création d entreprises... Sur la base de son deuxième Programme local de l habitat (PLH), adopté en février 2012, Lille Métropole agit pour l amélioration des conditions de logement : construire plus (offre nouvelle de qualité, notamment de logements sociaux, en lien avec les bailleurs et avec une politique foncière active) pour un habitat plus mixe, plus durable (amélioration de l habitat social privé, qualité environnementale), plus solidaire (droit au logement et politique de peuplement, lutte contre l habitat indigne, hébergement et habitat adapté, accueil des gens du voyage). Acteur de l aménagement, Lille Métropole travaille à la fois à l actualisation des documents de planification et à la mise en œuvre opérationnelle de projets urbains. Pour sa stratégie de Ville intense, elle favorise le renouvellement de la ville sur elle-même et la préservation des terres agricoles. Le développement durable s inscrit dans l ensemble des politiques de Lille Métropole, tel que le présentent la délibération cadre et le rapport annuel de développement durable.

9 Organisateur des transports sur son territoire (bus, métro, tramway, réseau de transports publics), Lille Métropole a confié par délégation de service public leur exploitation à Transpole. Elle gère également la création et la gestion de parcs de stationnement pour tous les modes de transport (voitures, vélos, bus...). La Communauté organise l évolution des mobilités dans un Plan de déplacements urbains (PDU). La Communauté urbaine s attache à développer le sport et la culture sur le territoire, et leur accès à tous. Elle gère des équipements et réseaux d équipements d intérêt communautaire (Stadium Lille Métropole, patinoire Serge Charles, réseau de piscines, LaM, conservatoires, Opéra, Fabriques culturelles ). Lille Métropole soutient et organise de grands événements qui contribuent à son rayonnement et qui renforcent son identité. En 2012, Lille Métropole a notamment soutenu Fantastic, Next, le festival de l Entorse, le meating d athlétisme, Paris-Roubaix, la Route du Louvre Les compétences communautaires en la matière comprennent la fourniture d eau potable (production, distribution), d une part, et l assainissement (traitement des eaux usées, stockage des eaux pluviales, d autre part. Par ailleurs, Lille Métropole assure la gestion des résidus urbains (collecte, tri, traitement et valorisation). Lille Métropole assure la création et l entretien de la voirie communautaire, l aménagement des centres-villes incluant les zones 30, les pistes cyclables et les espaces piétonniers. Ceci comprend également la création d espaces naturels métropolitains et leur gestion par le Syndicat mixte de l Espace naturel Lille Métropole. En 2012, 4 nouveaux dossiers acceptés dans le cadre du FEDER : Pôle Mobilité et Transport : 2 dossiers pour une subvention totale de 1,56 M. Pôle Aménagement et Habitat : 1 dossier pour une subvention totale de 0,26 M. Pôle EPESU : 1 dossier pour une subvention totale de 0,12 M. Pas de projets de coopération européenne programmés en

10 JANVIER À compter du 1 er janvier, un nouveau système de collecte des encombrants a été mis en place dans 33 des communes de la métropole. Fini le système du ramassage mensuel en porte-à-porte, qui compromettait la propreté des trottoirs et ne favorisait pas le recyclage. Dorénavant, les habitants pourront prendre rendez-vous par téléphone, ou en ligne, avec les agents de la société Esterra, et leurs déchets seront beaucoup mieux valorisés. Le système sera progressivement étendu aux 52 autres communes d ici l année FÉVRIER Le parc-relais des Près devient accessible sous sa nouvelle forme. Repensé MARS et agrandi, il voit sa capacité passer de 150 à 510 places, et de nombreux services sont désormais à la disposition de ses usagers (présence d agents de parking, station Vélo longue durée, garage à vélo). Une illustration de l impact de la création du Grand Stade qui, au-delà du simple équipement sportif, permet de transformer le paysage urbain (transports, accès, stationnement ). Le 16 février 2012, l Imaginarium a été inauguré dans l ancien bâtiment de la Retorderie. En plein cœur de la Plaine Images de Tourcoing, dans l éco-quartier de l Union, ce lieu de rencontre entre entreprises, acteurs de la recherche, de la formation et de la création artistique, et grand public, a l ambition de devenir un véritable «village créatif». Il constituera également la vitrine de la Plaine Images, à travers une importante programmation événementielle et des espaces de présentation des activités du pôle. AVRIL Le 7 avril a aussi vu la réouverture du Jardin Mosaïc, cet espace vert atypique de Houplin-Ancoisne qui célèbre les différentes composantes culturelles de la population, à l occasion du 10 e anniversaire de l Espace naturel métropolitain. MAI Le dimanche 13 mai, la 7 e édition de la Route du Louvre a, une nouvelle fois, été l occasion d une rencontre festive entre Nord et Pas-de-Calais. Créée en 2006, cette manifestation sportive originale s est imposée comme un des temps forts du calendrier sportif et culturel de la région. Un marathon (remporté par Jackson Kiprono Kirva en 2h10 35 ), un 10 km, un relais, onze randonnées et une innovation, la montée du Terril, ont été agrémentés de nombreuses animations : un véritable succès populaire. JUIN À Marquette, le chantier de la nouvelle station d épuration de Lille Métropole avance à grands pas. En juin il reçoit le label «Chantier Bleu». À quelques semaines des Jeux olympiques de Londres, le meeting international de Lille Métropole a représenté l un des grands rendez-vous de l année d athlétisme, rassemblant personnes venues applaudir les stars de la piste au Stadium Lille Métropole de Villeneuve-d Ascq. Par ailleurs, l agglomération a servi de base arrière pour les Jeux de Londres à près de 25 nations venues profiter de la qualité des installations sportives et de la proximité avec la capitale britannique. 10

11 Pour la première fois de son histoire, Lille Métropole a été maître d ouvrage d une piscine, un investissement conséquent qui s inscrit dans la mise en réseau des bassins du territoire, avec pour ambition que tous les enfants de la métropole puissent apprendre à nager. La piscine des Weppes est remarquable à plusieurs égards : panneaux photovoltaïques, «moquette» solaire, bassin en inox et traitement de l eau à l ozone, plutôt qu au chlore. Son objectif est d accueillir nageurs par an, dont scolaires. Les travaux de la déchetterie de Seclin (10 e déchetterie de la métropole, en bordure de la zone industrielle de Lille-Seclin) débutent, pour s achever dans le courant du 2 e semestre La 6 e édition du Forum Emploi Eurométropole a rassemblé une centaine d entreprises et des acteurs de la formation et de l emploi de Lille, Tournai et Kortrijk, le 27 novembre, à Lille Grand Palais. Le nouveau vélodrome couvert Jean-Stablinski, plus connu sous le nom de Stab, et ses installations ultra-modernes ont vu les premiers tours de piste le 15 septembre, à Roubaix. Le grand événement du mois d août 2012 a, bien entendu, été l ouverture du Grand Stade, avec la réception de l AS Nancy Lorraine par le LOSC, le 17. Deux ans après la pose de la première pierre, cet équipement ultra-moderne, déjà sélectionné pour accueillir des matches de l Euro 2016 de football, a ouvert ses portes dans un quartier transformé par sa construction, notamment en termes de transports et de voirie. Doté d un toit rétractable, il a la capacité de se transformer pour accueillir aussi bien des rencontres de rugby que des concerts ou même des sports en salle, dans sa configuration Arena. C est à l occasion du salon Créer, du 10 au 12 septembre, que Lille Métropole a présenté son site internet de Bourse immobilière, destiné à accompagner les entreprises dans leur démarche d implantation. Dans le cadre de Lille 3000 Fantastic, le LaM, Musée d art moderne, d art contemporain et d art brut, a présenté La Ville magique, rassemblant plus de 200 tableaux, photographies et dessins sur les mythes urbains de l entre-deux-guerres. Le 5 e village d insertion de la métropole ouvre ses portes à Lezennes, après ceux de Faches-Thumesnil, Lille, Roubaix et Halluin. Le 10 octobre, le Centre européen des textiles innovants (CETI), équipement phare de l éco-quartier de l Union, a ouvert ses portes, perpétuant la tradition textile de la région. C est là que se dessinera le futur de ce secteur, grâce à la collaboration de PME et de grands groupes. En octobre, s est ouverte la nouvelle saison de Lille La parade d ouverture de Fantastic a rassemblé des dizaines de milliers de spectateurs dans les rues de Lille. Lille Métropole, qui fait de l accessibilité aux personnes à mobilité réduite un objectif prioritaire, réunit l ensemble des acteurs (habitat, transports et déplacements, grands équipements), afin de réfléchir aux initiatives en la matière. Le débat du 19 octobre a accueilli plus de 100 participants (élus, partenaires et associations). Lancement de Lille s. une marque territoriale qui porte l image de l agglomération lilloise tant au niveau national qu à l étranger, pour rendre plus visible encore une métropole plurielle, audacieuse, créative, humaine. Le 14 décembre, a été adopté le 2 e Programme local de l habitat (PLH). D une durée de 6 ans, il s inscrit dans les priorités du mandat : promouvoir la construction, mettre en œuvre une stratégie foncière, développer le logement social et améliorer l habitat privé, en insistant sur l aspect opérationnel. 11

12 Les 170 élus de Lille Métropole Communauté urbaine ont été désignés au suffrage indirect. Ils ont été choisis pour six ans par le conseil municipal de leur commune, installé en mars La répartition des sièges entre les communes est fixée à la proportionnelle. Elle est corrigée pour permettre la présence de toutes les communes. Ainsi, le nombre d élus par commune varie d un représentant pour les plus petites communes à 29 pour la plus importante (Lille et ses deux communes associées Lomme et Hellemmes). Les conseillers communautaires peuvent se regrouper et constituer des groupes politiques. Selon les dispositions du Règlement Intérieur du Conseil de Communauté, un groupe peut se constituer s il comporte 5 membres au minimum pour être constitué. En 2013, le Conseil compte neuf groupes : groupe Socialiste, radical citoyen et personnalités (55 élus) ; groupe Métropole Passions Communes (29) ; groupe Métropole Communes Unies (29) ; groupe Indépendant des élus communautaires (13) ; groupe Actions et Projets pour la Métropole (9) ; groupe Communiste, républicain et citoyen (9) ; groupe Europe Écologie Les Verts (9) ; groupe Mouvement Démocrate Eurométropole (9) ; groupe Rassemblement Citoyen (7) ; 1 Divers Gauche. Alain Cacheux, 11 e vice-président, est chargé de la coordination des groupes. En début de mandat, les conseillers communautaires ont élu la Présidente de Lille Métropole Communauté urbaine Martine Aubry et le Bureau. La Présidente est chargée de la mise en œuvre de la politique communautaire, notamment de l exécution des délibérations votées par le Conseil de Communauté. Elle est assistée par 9 premiers vice-présidents, 22 vice-présidents, 13 conseillers délégués auxquels elle a donné une délégation particulière. Les neuf premiers vice-présidents sont chargés d animer des pôles et commissions constitués autour des grandes missions de la Communauté urbaine. La Présidente les réunit tous les quinze jours pour assurer la transversalité des réflexions et la cohérence et la rapidité des décisions. Chacun de ces premiers vice-présidents travaille en étroite collaboration avec les autres vice-présidents. Composé de la présidente, des premiers vice-présidents, des vice-présidents, des conseillers délégués et de 9 représentants du groupe Métropole Communes Unies (MCU), conseillers d opposition et de 1 représentant du Groupe Indépendant des Élus Communautaires (GIDEC), le Bureau se réunit, quant à lui, sur convocation de la présidente. Le Bureau vote les délibérations pour lesquelles il a reçu délégation du Conseil de Communauté, ce qui allège l ordre du jour du Conseil de communauté. Les dossiers sont préparés et débattus dans les dix commissions thématiques. Celles-ci ont un rôle consultatif et examinent les délibérations qui leur sont proposées. La plupart les délibérations sont prises à la majorité absolue des suffrages exprimés, à l exception de celles pour lesquelles un texte particulier prévoit des conditions spécifiques de majorité exemple, à la majorité des deux tiers. 12

13 septembre 2013 Martine AUBRY Présidente Président des commissions «Économie» et «Urbanisme commercial» Michel-François DELANNOY 1 er vice-président Gouvernance Assemblées Débats communautaires Conseil de développement Développement économique Zones d activités Économie sociale et solidaire Aménagement numérique Jacques MUTEZ 15 e vice-président Commerce Mise en œuvre du SDUC Bernard DELABY 19 e vice-président Espace rural et monde agricole André RENARD 26 e vice-président Insertion par l économie Emploi Nicolas LEBAS 28 e vice-président TPE PME Faustin AISSI Conseiller délégué Recherche Université Yves DURAND Conseiller délégué MIN SOGEMIN Conseiller au Bureau Président de la commision «Écologie urbaine» Damien CASTELAIN 1 er vice-président Traitement des eaux Pouvoir de police spéciale «Assainissement» Opposition de la prescription quadriennale dans le domaine du traitement des eaux Daniel RONDELAERE Conseiller délégué Commande publique Économie Alain CACHEUX 11 e vice-président Politique de l eau Bernard DELABY 19 e vice-président Espace rural et monde agricole Henri GADAUT 20 e vice-président Collecte et traitement des résidus urbains Jean-Gabriel JACOB Conseiller délégué commande publique «écologie urbaine» Richard OLSZEWSKI Conseiller délégué Prévention des Risques Laboratoire de veille écologique EURORÉGION Président de la commission International et Euro Région Pierre DE SAINTIGNON Conseiller délégué auprès de la Présidente Gilles PARGNEAUX 14 e vice-président Aire métropolitaine Eurométropole Vincent LEDOUX 21 e vice-président Relations internationales 13

14 Président de la commission Urbanisme, aménagement, ville renouvelée développement durable René VANDIERENDONCK 1 er vice-président Urbanisme Aménagement Schéma de cohérence territoriale (SCoT) Schéma directeur d urbanisme commercial (SDUC) CUCS Agence de développement et d urbanisme (ADU) Plan local d urbanisme (PLU) Ville Renouvelée Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) Gouvernance générale de la politique de développement durable Cours d eau et canaux domaniaux Bernard HAESEBROECK 17 e vice-président Politique foncière Bernard DELABY 19 e vice-président Espace rural et monde agricole Astrid SCHARLY 22 e vice-président Agenda 21 Développement durable Michel PACAUX 24 e vice-président Friches industrielles Daniel RONDELAERE Conseiller délégué - Commande publique Urbanisme Président de la commission Espace public urbain et naturel et stationnement Bernard DEBREU 1 er vice-président Voirie Signalisation Qualité de la métropole Jean-Luc DEROO 29 e vice-président Stationnement parkings Alain BEZIRARD 32 e vice-président Commande publique d Espaces publics urbains et naturels Slimane TIR 27 e vice-président Espace Naturel Métropolitain Président de la commission Transports Éric QUIQUET 1 er vice-président Transports urbains Plan Climat Daniel JANSSENS 13 e vice-président Plan de déplacements urbains Philippe AMIELH 23 e vice-président Transports de marchandises et transport combiné Jean-Luc DEROO 29 e vice-président Stationnement et parkings Alain BEZIRARD 32 e vice-président Énergie Daniel RONDELAERE Conseiller délégué Commande publique Transports Jacques PASTOUR Conseiller délégué Plateforme multimodale de Dourges Président de la commission Logement Gérard CAUDRON 1 er vice-président Logement - Habitat - Plan local de l Habitat Malik IFRI Conseiller délégué Aires d accueil des gens du voyage Jean-Claude VANBELLE 25 e vice-président Hébergement d urgence Daniel RONDELAERE Conseiller délégué Commande publique Logement 14

15 Président de la commission Vivre ensemble et grands évènements Jacques RICHIR 1 er vice-président Culture Rudy ELEGEEST 1 er vice-président Grands Événements Michèle DEMESSINE 12 e vice-président Sport Catherine CULLEN Conseillère déléguée Culture Éric BOCQUET Conseiller délégué Tourisme Josiane WILLOQUEAUX Conseillère déléguée Handicap Alain CAMBIEN Conseiller délégué Commande publique Culture Sport Grands Événements Rapporteur général de la commission finances et contrôle de gestion Président de la Commission Contrats de territoire administration et ressources Alain BERNARD 1 er vice-président Contrats de territoire Finances Budget ACUF - AMGVF Fixation des taux du contrat de partenariat Grand Stade Transfert de compétences Jacques MUTEZ 15 e vice-président Affaires juridiques et assurances Francis GRIMONPREZ 16 e vice-président Patrimoine communautaire Crématorium Cimetière Jean-Louis FREMAUX 18 e vice-président Ressources Humaines Moyens généraux de l administration Alain RABARY 31 e vice-président Marchés publics Commande publique Finances administration et ressources Dany WATTEBLED Conseiller délégué Systèmes d information Documentation Archives Michel COLIN Conseiller délégué Contrôle de gestion Contrôle financier Évaluation Dominique BAERT Marc-Philippe DAUBRESSE Président de la Commission Finances et Contrôle de gestion Christian DECOCQ Patrick DELEBARRE Francis DELRUE Éric DURAND Bernard GÉRARD Sébastien LEPRÊTRE Michel LOOSVELT Francis VERCAMER Gérard VIGNOBLE 15

16 16

17 Activités et réalisations 2012

18 Lille Métropole s est dotée d une gouvernance à la mesure de son rôle grandissant sur la scène régionale, nationale et internationale. Celle-ci s appuie en premier lieu sur la qualité du dialogue et de la concertation entre les communes et Lille Métropole, gage de réussite du développement métropolitain. Les territoires sont pris en compte dans l élaboration et la mise en œuvre des politiques communautaires, notamment grâce aux contrats de territoire. L année 2012 a vu la mise en place de l évaluation des actions et des relations de gouvernance. Celle-ci s est appuyée sur une analyse des relations entre les communes et Lille Métropole, ainsi que sur une analyse qualitative et quantitative des actions programmées au titre du volet 3 des contrats de territoire. Un premier bilan a ainsi été dressé et des pistes de développement et d optimisation ont été dégagées pour une deuxième génération de contrats. Un cadre contractuel Adoptés le 5 février 2010, les contrats de territoire permettent de planifier et de coordonner le développement des huit territoires à l échelle métropolitaine. Cadres de l élaboration des politiques, ils placent la concertation au cœur de la mise en œuvre des projets. Ils soutiennent le dialogue nécessaire à l initiation de nouveaux projets, mais également au déploiement des politiques communautaires sur le terrain. Ils favorisent la mutualisation, aussi bien entre les communes qu entre Lille Métropole et les communes, en s appuyant sur la délibération cadre du 3 décembre 2010 «volet 3 des contrats de territoire», qui prône solidarité, expertise et coopération. Des instances garantes du dialogue La Coordination des territoires Constituée des élus correspondants de chacun des huit territoires et du Premier vice-président en charge des contrats de territoire, cette instance de régulation vise à articuler les différentes échelles d action de Lille Métropole. Elle a également pour but de renforcer le lien entre les enjeux d aménagement et de coordination des interventions communautaires. Elle s est réunie à sept reprises en Les Comités de territoire Lieux d animation de la relation politique unissant Lille Métropole et ses communes membres, ces comités qui rassemblent les maires et les élus communautaires de chacun des territoires favorisent le suivi des contrats. Ils constituent un lieu de

19 concertation sur la mise en œuvre des politiques communautaires et la garantie de la prise en compte de la personnalité des territoires. Mobilisés à cinq reprises en 2012, ils ont pleinement joué leur rôle, notamment dans le cadre de la concertation menée sur le projet d Aménagement et de développement durable du schéma de cohérence territoriale (SCoT). Le Comité des Directeurs généraux des services Le comité métropolitain des Directeurs généraux des services (DGS) des 87 communes de Lille Métropole est un véritable lieu d échange entre les DGS des communes et les services de Lille Métropole. Réuni trois fois en 2012, il a œuvré à la diffusion des politiques et des projets communautaires, des bonnes pratiques entre les communes et Lille Métropole, et à la valorisation d une identité globale. 32 actions de mutualisation en 2012 En application des contrats de territoire, 32 actions de mutualisation ont été mises en œuvre en communes étaient ainsi mobilisées sur une action au moins. Gros plan sur trois actions de mutualisation Une boîte à outils sur la cartographie du bruit Lille Métropole a proposé son assistance à l ensemble des communes, afin de réaliser les cartographies du bruit. En 2012, celles-ci ont été remises aux communes et mises en ligne sur le site internet de Lille Métropole. La Métropole a poursuivi son assistance pour la réalisation de Plans de prévention du bruit dans l environnement (PPBE) pour les 60 communes visées par la règlementation. Elle a ainsi offert un appui en ingénierie pour les plus petites communes et des économies importantes ont été générées par la mutualisation de cette action. Les rencontres des villes et villages à vivre Grandes ou petites, urbaines ou rurales, les communes innovent en matière d urbanisme ou d espace public pour offrir un environnement et un cadre de vie propices au mieuxvivre et à la vie en société. Pour partager ces expériences et en connaître les objectifs, les réussites et les difficultés, un cycle de rencontres-découvertes sur le terrain, destiné aux élus et animé par des élus, a été mis en place. Le premier rendezvous a eu lieu en novembre Il a permis d échanger autour de la Cité Jardins et les Jardins du Moulin de Seclin, le centre bourg, l équipement socioculturel et la coopérative de producteurs exploitants d Ennetières-en-Weppes. Des techniques alternatives de gestion des eaux pluviales L année 2012 marque la finalisation du premier guide de Lille Métropole sur la gestion durable des eaux pluviales. Celui-ci permet de partager avec les communes et les partenaires les bonnes pratiques et les techniques préventives de gestion des eaux pluviales et en facilite la mise en œuvre en matière d ingénierie. Durant l année 2012, les territoires de projet (9 groupes de 2 à 7 communes, 35 au total) formés fin 2010, en réponse à l appel à projets lancé par Lille Métropole, ont confirmé leur engagement : élaborer ensemble un Agenda 21 intercommunal. Un Agenda 21, c est une démarche interne et/ou partenariale organisant la prise en compte du développement durable par l ensemble des politiques publiques de la collectivité. Lille Métropole a lancé cet appel à projets pour favoriser la prise en compte du développement durable sur tout son territoire, en tenant compte des difficultés des communes de petite taille. Il s agit également de favoriser la mutualisation de projets et l échange d expériences entre communes. Lille Métropole invite les 35 communes à des temps de «formation-action» (par exemple sur la réalisation d un diagnostic Agenda 21, ou encore sur la manière de faire participer les services municipaux et les habitants). En complément, Lille Métropole apporte aux communes un appui personnalisé en ingéniérie par des bureaux d études spécialisés. En 2012, dans le cadre de cette démarche, les communes ont réalisé leurs diagnostics. Prochaine étape : l élaboration des plans d actions qui déboucheront probablement sur des actions de mutualisation. 19

20 Tous les leviers au service du développement Des aides concrètes en direction des entreprises, une offre foncière et immobilière adaptée, un soutien à des filières clés et à la recherche, une économie sociale et solidaire et, enfin, l accès pour tous au très haut débit numérique : Lille Métropole s investit pour développer son attractivité économique. En termes d implantations, de créations d entreprises,ainsi qu en matière de transactions immobilières, les indicateurs ont confirmé, en 2012, le rôle et la dynamique du territoire, confortés par les orientations du Plan Métropolitain de Développement Économique (PMDE). La création de la marque Lille s a également affirmé la capacité de mobilisation des acteurs du territoire et la dimension internationale de la métropole. L accompagnement des entreprises, clé de l attractivité Lille Métropole fait de l accompagnement des entreprises l un des piliers de son action en faveur du développement économique. En 2012, 193 projets ont été conclus sur le territoire, contre 161 en Ils ont fait l objet d un programme très important d accompagnement, combinant aides financières et suivi personnalisé en matière d ingénierie immobilière et/ou foncière. Moteurs du développement de la métropole, ces réalisations représentent un potentiel de emplois postes maintenus et emplois en créations nettes sur trois ans. Les financements pour accompagner les projets d implantation et de développement des entreprises se sont élevés à 2 millions d euros. Ils ont concerné 14 entreprises. 18 autres projets ont été soutenus au titre de l innovation pour un montant de euros. Le Plan Métropolitain de Développement Économique a ainsi démontré sa pertinence. Élaboré conjointement avec la Région Nord-Pas de Calais et les partenaires locaux pour la période , il s est en effet donné pour objectif de faire de la métropole le moteur du développement économique régional et une capitale européenne attractive. 20

21 Lille s, une marque pour promouvoir le territoire Pour conforter la visibilité du territoire à l échelon international, notamment sur le plan économique, la métropole lilloise s est dotée d une marque forte : Lille s. Outre la dimension internationale de la métropole, cette marque confirme la fierté d appartenance de tous les acteurs et leur capacité à se fédérer. Elle s appuie sur quatre valeurs clés que sont la créativité, la diversité, l audace et la convivialité. Conçue pour être plurielle, elle se décline pour faire valoir les talents du territoire : Lille s solutions pour l économie, Lille s vision pour l innovation, Lille s digital pour le numérique, Lille s arts, Lille s sports, Lille s tourisme, Lille s nature... Lille s solutions À l initiative de Lille Métropole, les acteurs économiques du territoire se mobilisent sous la marque Lille s solutions. Chacun d entre eux apporte son expertise sur les diverses problématiques auxquelles sont confrontés les entrepreneurs. De la création/reprise d entreprises à la recherche de locaux d activités, de l emploi à la recherche de financements, c est une gamme complète de services qui est proposée, et accessible à partir d un outil unique, le portail 65 conventions M prévisionnels délibérés Subventions aux filières Fonctionnement : 59 conventions pour un montant de Investissements : 6 conventions pour un montant de Lille s agency L agence de développement économique, l APIM, est devenu Lille s agency en 2012, déclinaison de la marque territoriale. Son objectif? L accompagnement des entreprises dans leurs projets d implantation dans la métropole et la promotion du territoire au-delà de ses frontières. Avec un nom d agence souligné de la base-line «ingenious business, inventive development», Lille s agency affiche son ambition sur la scène internationale et signe sa différence. Elle offre aux entreprises un accompagnement inédit et proactif. En effet, le choix d une implantation est une décision stratégique dans laquelle le territoire doit jouer son rôle de créateur de valeur, qu il s agisse de l installation d un premier bureau de représentation en Europe, d une unité industrielle, d un centre de recherche, d un siège social, d un centre logistique ou du développement de nouvelles activités. En 2012, 39 entreprises (dont 17 à capitaux étrangers) ont été accompagnées dans leur implantation sur le territoire métropolitain, générant 843 créations d emplois. Avec Lille s solutions immo, Lille Métropole accompagne les entreprises dans leurs recherches immobilières et la concrétisation de leurs projets. Cet outil, véritable bourse immobilière, recense produits représentant plus d 1 million de m 2 de surface. Il est le fruit d un partenariat entre Lille Métropole, la Chambre de Commerce et d Industrie Grand Lille, une dizaine d agences immobilières de la métropole et des partenaires privilégiés, tels que les SEM. Il est accessible sur le site 21

22 39 ha acquis en ha acquis depuis parcs en cours d aménagement 8 parcs d activités finalisés en 2012, présentant une offre foncière commercialisable de 50 ha hectares, la suite En 2012, la métropole lilloise compte 170 parcs d activités totalisant hectares. Dans le cadre du projet «1 000 hectares de foncier économique», Lille Métropole et ses partenaires se sont fixé comme objectif de livrer 280 ha d ici juin L attractivité de ces espaces repose sur leur bonne intégration dans le territoire, des dessertes par transports en commun, d importantes économies d énergie et la qualité des connexions numériques. Gestion et qualité des parcs d activités au cœur du développement économique Les attentes concernant les parcs d activités ont aujourd hui évolué, aussi bien de la part des entreprises et des salariés que des habitants. Il ne s agit plus seulement d aménager des parcelles et d assurer leur commercialisation, mais de développer une offre foncière complétée de véritables services et, dans cette optique, la nécessité d un projet de gestion s est imposée. Le PMDE, adopté en 2009, a ainsi mis au rang de ses priorités la coordination de la gestion et de l animation des parcs d activités économiques du territoire. L année 2012 a vu la signature du premier «contrat de parc». Lille Métropole invente le parc d activités du 21 e siècle Fruit d un travail ayant associé toutes les «énergies aménageuses» publiques et privées du territoire, la charte des «Parcs 21» définit ce que devront être les espaces économiques de demain. Elle est fondée sur 6 valeurs fortes pour un aménagement économique attractif, durable et innovant de la métropole : densité, mixités, mobilités, performance écologique, efficience énergétique et gouvernance. Trois parcs prototypes, laboratoires d expérimentation, sont identifiés et portés par Lille Métropole : le site de la Lainière à Roubaix et Wattrelos, le site Rhodia à Marquette-lez-Lille et Saint- André-lez-Lille, et le site Seclin A1 Est. Premier contrat de parc à Neuville-en-Ferrain Illustration de la dynamique économique du territoire, le marché métropolitain des bureaux a été de nouveau orienté à la hausse en 2012, affichant un total de m 2 commercialisés. Il est demeuré au troisième rang des métropoles de l hexagone. Le nombre de transactions, lui aussi relativement élevé (375), a démontré la vitalité du marché. Elle résulte d une demande diversifiée, concernant une multitude de secteurs d activités, d entreprises de toutes tailles et de zones géographiques sur toute la métropole. C est sur un site hautement symbolique que le premier contrat a été signé en 2012, la zone de Neuville-en-Ferrain ayant en effet connu une renaissance grâce à l action commune des pouvoirs publics et des acteurs économiques. Ce premier contrat partenarial de parc a été conclu pour une durée de trois ans et lie Lille Métropole, la Chambre de Commerce et d Industrie Grand Lille, la ville de Neuville-en-Ferrain et les entreprises du parc d activités de la commune. Il prévoit notamment d améliorer la desserte par les transports en commun, de refaire toute la signalétique du site et crée une nouvelle dynamique, favorable au développement des services. Des sites d excellence, vitrines de l innovation Le soutien à des filières innovantes, dont les spécialités s ancrent dans le territoire, constitue l une des priorités de Lille Métropole. Alors que six filières économiques ont été définies Textile / Matériaux innovants ; Biologie / Santé / Nutrition ; Économie numérique / Industries créatives ; Distribution / VAD / Logistique ; Tertiaire supérieur / Industrie des réunions ; Éco-activités, cinq sites d excellence ont été conçus pour abriter leurs activités. En 2012, 82 % des entreprises, ayant rejoint la métropole lilloise s inscrivent dans ces filières prioritaires, tandis que 138 des 193 projets d implantations et de développements d entreprises conclus l ont été sur les sites d excellence. Nées d une volonté politique forte, deux réalisations d envergure ont par ailleurs vu le jour sur le site de l Union en

23 Le CETI, site phare du renouveau de l industrie textile Nouvelle locomotive de dimension internationale de l industrie textile, le Centre européen des textiles innovants (CETI) a ouvert ses portes le 10 octobre dans l éco-quartier de l Union. Cet équipement de m 2 regroupe à la fois des ateliers, des laboratoires et des bureaux, pour permettre aux PME et aux grands groupes de faire de la recherche et du prototypage. Il est organisé en trois pôles distincts : la recherche académique en partenariat avec l ENSAIT (École Nationale Supérieure des Arts et Industries Textiles) et le GIS MTA (Groupement d Intérêt Scientifique autour des Matériaux Textiles Avancés) ; la recherche appliquée et l ingénierie de transfert constituées par l Institut Français du Textile et de l Habillement (IFTH) et par l équipe du CETI ; des structures de valorisation et d animation tournées vers les entreprises. Alors que la plus grande concentration européenne de laboratoires de recherche, de centres de transfert et d entreprises spécialistes des Matériaux Textiles Avancés se trouve dans un rayon de 200 km autour du CETI, l Eurométropole peut aujourd hui s imposer comme le leader mondial dans le domaine. Lille Métropole s est engagée dans le développement de la filière de l éco-construction. En partenariat avec le Cd2e, Centre pour le développement des éco-entreprises, elle a défini un plan d actions pour accompagner les professionnels du bâtiment dans la mutation de leur activité vers l éco-construction et l éco-rénovation. Baptisé Vertuoze, ce programme a permis plusieurs réalisations depuis son lancement début 2012 : la mise en ligne d un site internet ( l organisation régulière des «rendez-vous Vertuoze» qui visent à sensibiliser et informer les professionnels, l animation de groupes de travail thématiques l envoi d une newsletter à acteurs de la filière L Imaginarium, un monde à inventer Au cœur de la Plaine Images, site de 5 hectares entièrement dédié à l image et aux industries créatives dans l éco-quartier de l Union, un nouvel espace de m 2 a été inauguré le 16 février 2012 : l Imaginarium. Le lieu, qui se veut hybride, entend favoriser la convergence en accueillant à la fois des projets artistiques, des entreprises et des laboratoires de recherche. La mission de direction artistique de la saison a été confiée à Pierre Giner, artiste protéiforme qui a fait des nouvelles technologies, de la vidéo, de la téléphonie mobile, des sites web et des jeux vidéo son espace d expression. Celui-ci a travaillé en lien avec des entreprises, des chercheurs, des étudiants et des artistes pour proposer à la fois le développement de contenus (théoriques, informatifs, innovants et numériques), de process interactifs et d œuvres à exposer et à diffuser. Euralille, «turbine tertiaire» et 3 e quartier d affaires en France dont 17 nouvelles structures accueillies en 2012 Eurasanté, un environnement unique pour les acteurs de la filière biologie, santé, nutrition structures accueillies en 2012 EuraTechnologies, cathédrale du e-business structures accueillies et 10 créations en 2012 l incubateur, dont 14 nouveaux, et 10 passés en phase de création en 2012 Haute-Borne, parc scientifique au service du développement durable de recherche de renommée nationale, voire internationale (y compris INRIA et CAMPUS CNRS), dont 26 nouvelles structures accueillies en 2012 La Plaine Images, site d excellence dédié à l image, aux industries culturelles et créatives 13 nouvelles entreprises en hôtel et 11 nouveaux projets d incubation en

24 Parce qu il n y a pas de grande métropole sans grande université, le plan Campus Grand Lille conjugue les nécessités de la réhabilitation des bâtiments des universités lilloises et leurs évolutions, afin de répondre aux caractéristiques d un campus international. Le projet concerne les trois universités publiques lilloises, soit environ étudiants et plusieurs centaines d enseignants-chercheurs. Doté par l État d une enveloppe de 85 M, le projet, entré dans sa phase opérationnelle en 2012, reçoit une participation de 30 M de Lille Métropole. Cycle de rencontres publiques, les Pépites présentent les laboratoires et les structures de recherche d excellence de la métropole à un public issu de la recherche, de l entreprise, des collectivités et de la presse. Cinq rendez-vous ont été programmés en Ils ont concerné : l IEMN, laboratoire leader européen dans le domaine des micros et nanotechnologies ; le TVES IAUL, Institut d Aménagement et d Urbanisme de Lille et son laboratoire Territoires, Villes, Environnement et Société ; l EGID (European Genomic Institute for Diabetes) ; l INRIA, organisme public de recherche dédié aux sciences et technologies du numérique et les ADICODE, ateliers de l innovation et du codesign. La recherche, un investissement d avenir Si l innovation est l affaire des entreprises, elle est aussi le fruit d une collaboration étroite avec le secteur de la recherche. La compétence de Lille Métropole en ce domaine se traduit par cinq objectifs : développer des structures de recherche sur le territoire ; renforcer les liens entre mondes de la recherche et de l entreprise ; rapprocher les universités publiques lilloises, voire régionales ; repenser l Université dans la ville et soutenir le projet Campus Grand Lille. L année 2012 a notamment été marquée par l obtention d un nouveau label d excellence et par deux propositions inédites : une plateforme de recherche consacrée à l image et des ateliers d innovation et de co-design. IFMAS : en quête de ressources renouvelables Remplacer les énergies fossiles par des ressources renouvelables, notamment par l utilisation de l amidon, tel est l enjeu de l Institut Français des Matériaux Agro-Sourcés (IFMAS), labellisé «Institut d excellence sur les énergies décarbonées» en L Institut, dont l installation est prévue en 2013 sur le site d excellence de la Haute Borne, verra collaborer 150 enseignants-chercheurs, publics et privés. La création de matériaux innovants à partir de ressources végétales locales vise de nombreux marchés : peinture, emballage, transport, équipements électrique et électronique, plasturgie Sur le plan économique, le pari est également de taille puisque l IFMAS mise sur la création de nouveaux emplois dans les dix prochaines années. IDIVE : la recherche autour des sciences du visuel Implanté à la Plaine Images et distingué comme «Equipex» (équipement d excellence), le projet «Recherche et innovation dans les environnements visuels numériques et interactifs» (idive) est un espace unique dans le paysage européen. Il développe une plateforme de recherche dans le domaine des Visual Studies et vise à accroître la proximité entre les chercheurs, les acteurs de la création artistique et les professionnels de l innovation dans le secteur de l image notamment. ADICODE : une dynamique pluridisciplinaire Ambitieux dispositif d accélérateur d innovation et de formation pour les élèves ingénieurs et les entreprises, les ADICODE, ou Ateliers de l innovation et du co-design, procèdent d une pédagogie par projets. Sur de longues durées, des équipes d élèves et d enseignants-chercheurs de disciplines différentes collaborent. Elles se mobilisent sur des projets d innovation en lien avec des sujets réels d entreprises, dans des espaces communs comprenant chacun un centre de créativité, un centre de co-design et des espaces projets. 24

25 Une économie sociale et solidaire, un atout compétitif Le développement de la métropole s appuie aussi sur son économie sociale et solidaire. Celle-ci tient une place non négligeable sur le territoire puisqu elle représente quelque emplois, soit un emploi sur neuf, et près de établissements. Cette économie de la responsabilité, qui se veut durable autant que solidaire, ouverte autant qu enracinée, équitable autant que non délocalisable, est également source d innovation sociale. En 2012, l accent a été mis sur l émergence et l accompagnement d entreprises dans ce secteur économique. Un coup de pouce aux coopératives grâce à REPLIC Si les expériences sont riches dans le domaine de l économie sociale et solidaire, les créations de coopératives s avèrent encore complexes et insuffisantes. Pour répondre à ce constat, Lille Métropole a facilité la création de REPLIC Nord-Pas de Calais, société coopérative d intérêt collectif (SCIC) émanant d une initiative née dans le Languedoc-Roussillon. Incubateur de coopératives, REPLIC a pour objectif la reproduction de créations d entreprises couronnées de succès. Pour son premier projet en 2012, REPLIC Nord-Pas de Calais s est attelée à la création d une entreprise coopérative de traiteurs bio d insertion, offrant du sens, du goût, de la proximité, et s appuyant sur des acteurs locaux volontaires : la SCIC Table de Cana Lille Métropole. Le défi de l aménagement numérique En 2011, Lille Métropole engageait un schéma d aménagement numérique (SAN), avec, à horizon 2020, le très haut débit pour tous les habitants et toutes les entreprises. Premier territoire à avoir adopté un tel schéma, Lille Métropole sera donc également le premier à offrir une couverture numérique très haut débit. Une procédure de délégation de service public en la matière a été lancée en L European Genomic Institute for Diabetes (EGID), ou Institut Européen de Génomique du Diabète, qui bénéficie du label «laboratoire d excellence (LabEx)», a vu son personnel s étoffer à la rentrée 2012 avec trois nouvelles équipes de renommée internationale. Lille Métropole, aux côtés de l Institut depuis sa création, s est engagée financièrement dans la construction de son futur bâtiment, sur le site du CHRU, qui regroupera toutes les équipes. Elle est également membre fondateur du fonds de dotation EGID qui permettra de lever des fonds privés destinés à développer et promouvoir la recherche. Partenariats Maisons de l emploi / Lille Métropole : conclus en 2012, intègrent une clause sociale et sont accompagnés heures d insertion, sont générés par ces partenariats. Le développement des usages numériques Le très haut débit permet de répondre à de multiples enjeux : enjeu d une filière qui portera le plus de croissance dans les années à venir, enjeu de développement durable, enjeu organisationnel et enjeu de société. Il ouvre la voie au développement des usages numériques et des services numériques aux citoyens dans une multitude de domaines (tourisme, mobilité, culture, accès aux équipements publics Après un premier rendez-vous en mai 2012 et la tenue de douze ateliers thématiques, le séminaire «Vers la ville numérique» a permis de définir un plan de développement en faveur de l attractivité et de la compétitivité de la métropole. Il s est tenu le 22 novembre 2012 à EuraTechnologies, en présence de la ministre chargée des petites et moyennes entreprises, de l innovation et de l économie numérique, Fleur Pellerin. Il doit déboucher en 2013 sur un schéma des usages et services numériques. 25

26 La politique de l habitat de la métropole est placée sous le signe de la durabilité et de la solidarité. Ces choix se retrouvent dans le Programme local de l habitat adopté en 2012, au terme d une longue concertation. Une politique foncière dynamique et un investissement constant dans le logement social sans oublier pour autant l habitat privé sont complétés par les actions de Lille Métropole dans les domaines de l hébergement d urgence et de l habitat adapté. Un nouveau PLH pour la métropole En PLUS 617 PLAI logements très sociaux 421 PLS agréés 151 PSLA agréés et financés En logements engagés dans un projet de rénovation de l habitat 500 propriétaires aidés pour un montant total de 6 M L année 2012 a été marquée par l adoption du deuxième Programme local de l habitat (PLH) de la métropole pour la période de Le vote du 14 décembre 2012 est l aboutissement de deux ans et demi de travaux conduits avec l ensemble des partenaires de LMCU, et de près de 200 réunions de concertation. Ce PLH définit cinq grands axes prioritaires : construire plus, promouvoir un habitat plus mixte, plus durable et plus solidaire, et associer étroitement les partenaires de la métropole (État, Région, département, communes). Il définit également une ambition territoriale de développement de l offre nouvelle en relation étroite avec la stratégie de «ville intense», en privilégiant l accessibilité des services, des transports en commun et en limitant l étalement urbain. Enfin, il fixe les conditions de mise en œuvre d une politique intercommunale de peuplement au service du droit au logement pour tous et de l équilibre des territoires. Le PLH réaffirme l objectif volontariste de logements neufs par an et encourage la diversité de la production avec la règle des «trois tiers bâtis», soit un tiers de logement social, un tiers de logements intermédiaires, en location ou en accession, et un tiers de logements libres. Dans cette optique, un potentiel de construction de logements a été identifié avec les communes dans des secteurs bien localisés. Enfin, de nouveaux champs d intervention pour la politique locale de l habitat ont été dégagés : l encadrement de la vente de HLM, le développement d une offre en logement abordable, avec une intervention communautaire nouvelle pour accompagner à terme logements par an, et l ensemble des travaux conduits autour de la politique de peuplement. 26

27 Armentières, Houplines, Lille, Roubaix, Tourcoing et Wattrelos sont les six communes concernées par la convention du PMRQAD, signée le 10 février Au travers de ce programme, mené en partenariat avec l EPF, l ANAH, l ANRU et la Région, il s agit de résorber l habitat indigne et insalubre, de remettre sur le marché des logements vacants, de lutter contre la précarité énergétique et de redynamiser le tissu commercial de proximité, tout en maintenant la mixité sociale. Ces centres anciens dégradés nécessitent une approche globale, non seulement sur la composante habitat, mais également sur les transports, les espaces de commerces, de loisirs ou encore de services. Une politique foncière en plein essor La stratégie foncière de Lille Métropole a pour objectif de produire du foncier pour des projets de logement ou d hébergement qui ne pourraient pas être réalisés directement par un promoteur ou un organisme HLM, compte tenu de la complexité foncière, l état des sols ou du bâti, la mixité du programme envisagé, l évolution du prix du foncier Dans ce cadre, le partenariat avec l Établissement public foncier Nord-Pas de Calais (EPF) sur le logement social, mis en place en 2009, se concrétise en 2012 avec le premier projet qui donne lieu à une cession directe de terrain entre l EPF et l opérateur Notre Logis (site Promousse à Roncq, 67 logements dont une maison relais). Pour l année 2012, plusieurs sites faisant l objet d appels à projets, ont trouvé preneurs et sont en cours de montage, comme Customagic, à Halluin (foncier EPF, 120 logements), Lamy Lutti, à Tourcoing, (foncier LMCU, 100 logements), Esterra, à Lille (foncier EPF, 100 logements), Delobelle, à Armentières (Foncier EPF, 170 logements), Site Montagnards, à Lille (foncier LMCU, 35 logements), ou Château Hurlupin, à Comines (foncier LMCU, 80 logements).

28 Ce dispositif, créé par la loi du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement, consiste en une contractualisation, avec les bailleurs sociaux, d objectifs d attribution de logements aux ménages prioritaires. Cet accord définit, pour chaque organisme, un engagement annuel quantifié d attribution de logements aux personnes connaissant des difficultés économiques et sociales, dont les besoins ont été identifiés dans le plan départemental d action pour le logement des personnes défavorisées. Il fixe également les moyens d accompagnement et les dispositions nécessaires à la mise en œuvre et au suivi de cet engagement annuel. Décidé en 2012, cet ACI, le premier en France de cette importance, sera signé à la fin du premier semestre La concertation au service du logement Un grand pas franchi par Lille Métropole au Conseil du 14 décembre 2012 pour une politique de peuplement en faveur du logement pour tous et de l équilibre social des territoires qui se décline en trois grands projets : un accord collectif intercommunal (contractualisation avec les bailleurs sociaux d objectifs d attributions de logements aux ménages prioritaires) ; une charte des bonnes pratiques en matière de fonctionnement des commissions d attribution des logements sociaux ; une charte métropolitaine interbailleurs de relogement. Cette politique a fait l objet de trois ans de concertation, et les trois projets ont été largement construits en partenariat. Les communes, les organismes de logement social, les services de l État, l Association régionale de l habitat, les Comités interprofessionnels du logement (CIL), Action Logement, la Fondation Abbé Pierre, des fédérations d associations d insertion par le logement ont pris une part active à leur élaboration. Logement social : objectif dépassé Avec logements sociaux (1 447 PLUS, 617 PLAI) financés en 2012, l objectif communautaire est une nouvelle fois atteint et dépassé. S y ajoutent 151 logements en location-accession (PSLA) et 421 PLS (dont 277 logements étudiants). En 2012, les aides communautaires engagées s élèvent ainsi à 16 M, celles de l État à 8,3 M. D autre part, la réhabilitation du parc social existant est une des priorités de la métropole, en insistant notamment sur la consommation énergétique des logements. En 2012, logements sont engagés dans un projet de réhabilitation, dont 971 font l objet d une subvention communautaire. Un effort pour les plus démunis Face aux besoins pressants de la part la plus fragile de la population, la métropole poursuit son effort dans le domaine de l hébergement et de l habitat adaptés. Équipement et humanisation de 418 places d hébergement (dont 174 dans le cadre de la campagne hivernale), ouverture de deux maisons-relais (Wasquehal et

29 Ronchin), d un foyer de jeunes travailleurs (Tourcoing) et d un centre d hébergement d urgence (Marcq-en-Barœul). Pour l avenir, trois maisons-relais et deux résidences sociales (Lille, Roncq et La Madeleine), ainsi qu un centre d hébergement et de réinsertion sociale et un hébergement d urgence de type 3 ont été financés en 2012 et ouvriront leur portes à partir de Pour une amélioration de l habitat privé Lille Métropole se consacre aussi à sa politique d aide aux ménages les plus modestes logés dans l habitat privé, en particulier en soutenant la dynamique de rénovation de l habitat par des subventions, en partenariat avec l Anah. En 2012, plus de 500 propriétaires ont ainsi été aidés (pour un montant de 6 M ), et l accompagnement des particuliers par des opérateurs professionnels a permis la réalisation de travaux plus performants, notamment en matière d efficacité énergétique des logements concernés. Neuf communes ont également bénéficié d un appui renforcé, tant technique que financier, à travers le programme d intérêt général «Amélioration durable de l habitat», en étant accompagnées pendant la réalisation des travaux. L intégration des gens du voyage Les travaux d aménagement de l aire d accueil de Mons-en-Barœul (20 places, ouverture à l été 2013), ainsi que la requalification des installations sanitaires du terrain d accueil de Lille-Bargues ont débuté. Pour poursuivre cette politique et remplir les objectifs du schéma départemental, la métropole, en partenariat avec les communes, recherche de nouveaux terrains et mène des études de faisabilité. Elle a également mis en place une assistance à maîtrise d ouvrage pour favoriser la sédentarisation de 170 familles. Par ailleurs l année 2012 a vu l ouverture du cinquième village d insertion à Lezennes (en septembre). Ce sont ainsi trois familles Roms qui pourront être accueillies, portant la capacité des villages d insertion de la métropole à 100 personnes. Pour défendre les droits des locataires et dynamiser la réhabilitation des logements délabrés mais habités, Lille Métropole a mis en place, en partenariat avec les communes, l État, l Anah et Procivis, une ingénierie d accompagnement, la Maîtrise d œuvre urbaine et sociale-lutte contre l habitat indigne (MOUS-LHI). Cet effort s est traduit, depuis 2010, par l accompagnement de 637 situations. Parallèlement, Lille Métropole et les communes renforcent leurs liens avec la justice, afin de pénaliser les propriétaires peu scrupuleux, et sensibilisent les avocats pour un meilleur accompagnement des locataires. 29

30 Plans pour un développement maîtrisé La notion centrale de la politique d aménagement de Lille Métropole est celle d un équilibre durable. Équilibre entre les espaces naturels et les zones urbanisées, entre les différentes composantes sociales de la population, entre les différents acteurs du territoire (habitants, collectivités, entreprises ), mais aussi respect de normes environnementales strictes, pour assurer à tous un cadre de vie et de développement agréable et durable. Le développement durable, quant à lui, est la clé de voûte du programme communautaire «Vivre ensemble notre Eurométropole». Il touche bon nombre de politiques, développées dans le rapport annuel de développement durable. Deux sujets transversaux, très liés à l urbanisme, l habitat et les déplacements, émergent particulièrement : l élaboration du Plan climat qui s est poursuivie en 2012 et la qualité de l air qui devient un sujet incontournable. Dans le cadre des objectifs du Grenelle de l environnement, la Région Nord-Pas de Calais s est engagée à réhabiliter logements d ici En février 2012, elle a signé avec Lille Métropole une convention portant sur la réhabilitation de logements, dans les parcs sociaux et privés, en conjuguant les approches sociales et environnementales. Le SCoT : une élaboration en cours Cette préoccupation d équilibre se retrouve dans le Schéma de cohérence territoriale (SCoT) et, notamment, dans la première restitution des travaux des trois équipes pluridisciplinaires, dans le cadre de la consultation Lille Métropole 2030, qui a eu lieu le 6 janvier. Les spécificités de la métropole y sont soulignées, en particulier son aspect polycentrique, ainsi que le nécessaire équilibre entre espaces ruraux, naturels et urbains. Après une première phase de diagnostic, le syndicat mixte du SCoT a abordé l élaboration du Projet d aménagement et de développement durable (PADD), au cours d un trimestre de réflexion articulé autour de trois ateliers thématiques et transversaux, présidés par des élus du syndicat mixte et animés par l Agence de développement et d urbanisme. Cette démarche a permis de dégager plusieurs axes qui ont été présentés lors d un atelier de synthèse le 13 juillet : une métropole régionale et transfrontalière, attractive et solidaire, créative, à la fois agricole et urbaine, et favorisant les proximités. 30

31 Ces travaux, et les nombreuses concertations et consultations, ont permis l élaboration d un avant-projet de PADD pour l arrondissement de Lille (regroupant Lille Métropole, les cinq communautés de communes du Pays des Weppes, de la Haute-Deûle, du Carembault, du Pays de Pévèle et du Sud Pévèlois, et une commune isolée, Pont-à- Marcq). Par ailleurs, la contribution communautaire au PAD a été approuvée à l unanimité du Conseil le 8 octobre Ce document a été soumis à un débat, le 12 novembre, qui a permis de retenir trois grands axes pour le SCoT : une métropole ouverte, attractive, solidaire et de proximités ; une «éco-métropole» responsable ; une métropole régionale transfrontalière. La prochaine étape du processus sera marquée par la rédaction du Document d orientation et d objectifs (DOO), document réglementaire opposable du SCoT. Il précisera les objectifs et permettra de «localiser» toutes les orientations retenues. Ces orientations seront bien entendu intégrées dans la rédaction du prochain Plan local d urbanisme, dont les travaux préparatoires ont débuté en Un patrimoine valorisé Après avoir expérimenté, pendant une durée de trois ans, la gestion du canal de Roubaix, de la Marque canalisée et des branches de Tourcoing et de Croix, tout en établissant un diagnostic détaillé de l ensemble de son réseau fluvial, Lille Métropole a décidé de pérenniser sa prise de compétence et a voté la stratégie «Plan bleu». En effet, la valorisation des voies d eau qui parcourent l aire métropolitaine constitue l un des axes forts du SCoT. À travers cette démarche, la communauté urbaine affirme sa volonté de considérer la voie d eau comme une richesse structurante, un outil de rayonnement de la métropole et une ressource environnementale. L année 2012 marque également le dixième anniversaire de la création du syndicat Espace naturel Lille Métropole. Son objectif? Enrichir les hectares qu il gère aujourd hui et atteindre, à l horizon 2015, ha protégés, mêlant des vocations écologiques, pédagogiques et ludiques. Son actualité 2012 a été riche, avec, par exemple, le 7 avril, la réouverture du Jardin Mosaïc, au sein du parc de la Deûle, ou la réalisation de la voie verte de Seclin, qui permet désormais de rejoindre le canal de Seclin et, au-delà, le parc de la Deûle grâce à l aménagement d une ancienne voie ferrée. Parallèlement, des études ont été lancées pour de nouveaux sites de développement naturel, avec les projets de parc de la Lys et de parc du Ferrain. Lancée dès 2009, avec les services de Lille Métropole et les acteurs du territoire (communes, associations, entreprises...), l élaboration du Plan climat-énergies territorial s est poursuivie au cours de l année Cette co-construction a permis d identifier les priorités, notamment en matière d énergie. Le Plan climat-énergies territorial sera adopté en 2013, dans le contexte du débat national sur la transition énergétique, des possibles évolutions de compétences dans le cadre de «l acte 3» de la décentralisation et de la Mission sur la troisième révolution industrielle en Nord-Pas de Calais (fondée sur la combinaison d une production décentralisée d énergie et des technologies numériques), confiée à Jérémy Rifkin. Il concerne l ensemble des citoyens, communes, acteurs économiques, institutionnels et associatifs du territoire, ainsi que tous les services communautaires. En avril 2012, à l occasion de la semaine nationale du développement durable, un rapport sur la qualité de l air, sur la période de 1996 à 2010, a été réalisé par Atmo Nord-Pas de Calais, à la demande de Lille Métropole, dans le cadre de son partenariat avec l association. Ce rapport, pédagogique, présente le dispositif régional de mesure de la qualité de l air, ainsi que les 10 principaux polluants atmosphériques, leurs sources d émission et leurs effets éventuels sur la santé et l environnement. Face à la situation de mal-logement de nombreux habitants de la métropole ( selon une étude de 2009), la Communauté urbaine soutient la rénovation des logements, pour permettre aux plus modestes de maîtriser leurs dépenses énergétiques. Cette démarche de solidarité s inscrit aussi dans le Plan climat-énergies en favorisant une consommation énergétique modérée. Le même souci sous-tend l appel à projets auprès des communes de la métropole concernant l élaboration d Agendas 21 intercommunaux, déclinant au niveau local les engagements en faveur du développement durable. 31

32 Héritage du passé industriel de l agglomération, les friches sont au cœur de la politique d aménagement et de renouvellement urbain. Elles permettent de «reconstruire la ville sur la ville», sans empiéter sur les terres agricoles alentour. En s appuyant sur un inventaire précis de ces terrains, Lille Métropole mène une action ambitieuse qui a permis de faire émerger de grands pôles structurants, comme l Union, sans pour autant négliger la requalification des quartiers dégradés. À travers l appel à projets ÉcoQuartier, lancé en 2009, l État s est doté d un référentiel en matière d aménagement durable «appliqué» au quartier. Le terme éco-quartier renvoie le plus souvent à l idée de performances énergétiques et environnementales en lien avec les bâtiments, le traitement de l eau et des déchets ou la biodiversité. L éco-quartier doit aussi être un quartier durable, intégrant des considérations liées aux transports, à la densité et aux formes urbaines, mais également à une meilleure mixité sociale et fonctionnelle avec la participation de la société civile. La charte des éco-quartiers de Lille Métropole, adoptée sous une première version en 2007, a été amendée après concertation et une deuxième version a été votée en avril Une nouvelle étape pour l Union Depuis son lancement officiel, en 2007, l opération d aménagement de l Union avance à grands pas. Cet ancien site industriel de 80 ha, destiné à devenir le premier éco-quartier de la métropole, a célébré, en 2012, l inauguration de deux équipements structurants majeurs. Le 16 février, l Imaginarium a ouvert ses portes, marquant la naissance d un équipement unique en France dans les domaines couverts par la filière image-culture-média. Intégré au site de la Plaine Image de Tourcoing, cet espace accueillera aussi bien des chercheurs que des artistes, des entreprises et des porteurs de projets en incubation. Un espace y est également dédié à des échanges avec le grand public. De son côté, le Centre européen des textiles innovants (CETI) a pu fêter son ouverture le 10 octobre. Dans cette réalisation de l architecte roubaisien Luc Saison, chercheurs et industriels sont appelés à imaginer les textiles de demain, pour en faire une filière d avenir pour la région. En plus des laboratoires de recherche et des équipements à la pointe de la technologie mondiale, le CETI hébergera le pôle de compétitivité Up-Tex, deux syndicats professionnels de la filière textile, et un incubateur pour développer des projets innovants. Des opérations pour demain et après-demain Tout au long de l année 2012, de nombreux travaux ont débuté. Ainsi, le parc d activité de La Houssoye, implanté à l entrée de la zone industrielle de la Chapelle-d Armantières, commence à voir le jour, s inscrivant dans le projet de requalification de friches industrielles porté par la métropole. Parallèlement, le chantier d un nouvel éco-quartier a été inauguré le 13 juilet à Hallenneslez-Haubourdin. Cette opération des Portes-de-Weppes verra la création de 323 logements sur 10 ha de zone non-urbanisée, selon la règle des trois tiers (logements sociaux, intermédiaires 32

33 et libres). Enfin, sur le site d Humanicité, la première pierre de l îlot 4 a été posée. La livraison du premier des quatre bâtiments, associant un foyer d accueil médicalisé, une résidence accueil, un service d accompagnement médico-social pour adultes handicapés, une résidence sociale et des logements locatifs conventionnés, est prévue pour D autres opérations entrent, pour leur part, dans les phases préalables aux travaux de construction et d aménagement. Ainsi, l opération «Ange Gardien» de Quesnoy-sur- Deûle a été attribuée à Nexity-Nacarat. Les études préalables de l opération Saint- Sauveur ont été lancées par la SPL Euralille, conjointement avec l ouverture de la concertation au public et l engagement de la procédure de dialogue compétitif, qui permettra de désigner une équipe de maitrise d œuvre en Les études préalables d Euralille 3000 se sont poursuivis en vue d un démarrage de l opération en Enfin, en prévision du 800 e anniversaire de la bataille de Bouvines, un événement fondateur de l histoire nationale, la procédure de classement de la plaine de Bouvines est entamée et entre dans la phase de concertation avec les communes et les acteurs locaux. Quand le renouvellement urbain change la ville L année 2012 a été particulièrement intense sur le plan des travaux de rénovation urbaine. Ainsi, le 30 juin, l îlot QR et ses 74 logements ont été officiellement inaugurés, marquant l une des dernières opérations du plan Anru des Hauts-Champs-Long- Champ (Roubaix-Hem-Lys). Roubaix a aussi vu l achèvement des phases de démolition et de rénovation du quartier des Trois-Ponts. Ce projet de désenclavement du quartier, axé sur la diversité de l offre de logements et le renforcement de celle en équipements publics, devrait se conclure en L action foncière de la métropole en matière de rénovation urbaine s appuie largement sur un partenariat soutenu avec l Établissement public foncier Nord-Pas de Calais (EPF), tant en matière d habitat que d aménagement ou de requalification de friches industrielles. Ce sont désormais 85 sites qui sont contractualisés, générant une mobilisation financière totale d environ 250 M, dont 125 M à charge de Lille Métropole. L action foncière demeure soutenue en matière d habitat, notamment à destination d opérations de logements sociaux destinés aux plus démunis, ainsi que dans le cadre des interventions sur les friches industrielles. À Wattrelos, c est une opération majeure de renouvellement urbain qui touche à sa fin. Lancée en 2005 par la signature d un contrat de rénovation urbaine entre l État, Vilogia, Lille Métropole, la Région, la CAF, le Département, la Caisse des Dépôts et la Ville, elle a profondément transformé le quartier de Beaulieu entre démolitions, réhabilitations et constructions. Logements, espaces publics, équipements collectifs, commerces, tout a été transformé par ce projet qui sera complété en À Lambersart, c est une autre opération Anru qui s achève. Le quartier du Pacot-Vandracq a vu, le 22 septembre, l inauguration du pôle petite enfance, du groupe scolaire du quartier et de nouveaux espaces publics, poursuivant une mue entamée en 2007 et qui devrait se conclure en Enfin, la transformation de la Porte-de-Valenciennes, à Moulins, franchit de nouvelles étapes, tant avec la livraison de constructions, qu avec la pose des premières pierres, comme celle d une résidence de Lille Métropole Habitat, le 20 avril. 33

34 Au plus près des besoins Répondre aux demandes de la population est le maître-mot de l élaboration de la politique de mobilité de la métropole. Métro, bus, vélo, voiture, tous les modes de transports sont concernés, avec l objectif de promouvoir un modèle de déplacement durable, moderne et accessible à tous les habitants. Le métro se transforme L année 2012 a marqué une étape essentielle dans l opération de modernisation de la ligne 1 du métro. Prévue par le Plan de déplacements urbains (PDU) de la métropole, cette opération répond à un besoin pressant. Le succès même de la ligne 1 se traduit par une hausse constante de sa fréquentation, qui progresse vers le point de saturation. Cette situation avait heureusement été anticipée dès la construction et, à côté de chaque quai exploité, une longueur équivalente attendait d être mise en service. En 2016, ce seront donc des rames de 52 m (au lieu des 26 m actuels) qui transporteront les voyageurs sur cette ligne. En 2012, les marchés les plus importants concernant cette opération (matériel roulant, pilotes automatiques, transformation des installations électriques pour augmenter la puissance de traction, aménagement des façades de quai, ventilation des tunnels et des stations) ont été attribués. Et surtout, le design des nouvelles rames a été finalisé. Les travaux vont donc pouvoir commencer, sans aucune interruption du trafic. 34

35 Les nouvelles rames qui circuleront sur la ligne 1 présenteront deux caractéristiques les différenciant des précédentes. Elles seront deux fois plus longues (52 m), ce qui doublera leur capacité (420 passagers). Elles seront de type «boa», sans séparation entre les différentes voitures, ce qui permettra de circuler librement dans toute la rame, favorisant ainsi la bonne répartition des passagers. Une partie des actuelles rames de la ligne 1 sera transférée vers la ligne 2, augmentant ainsi la capacité de transport de cette dernière. pour la métropole. service entre janvier 2016 et octobre Passage en 2 e pour le Plan bus Le Plan bus, prévu pour s étaler de 2011 à 2013, a vu la mise en place de sa deuxième phase, la plus importante, au cours de l année. Ce sont ainsi pas moins de 3 millions de kilomètres de bus supplémentaires qui viendront renforcer l offre de transports en commun de la métropole. Les efforts se sont poursuivis avec la dernière étape du réaménagement des lignes desservant les secteurs de Lille, Lomme et Lambersart, et une nouvelle étape du développement des dessertes du secteur de Villeneuve-d Ascq. D autre part, la Corolle a été mise en place sur tout son itinéraire, et le service de réservation de véhicules Itineo a été développé sur le secteur nord-ouest. Les efforts se sont également concentrés sur les secteurs de Tourcoing et d Halluin avec la mise en service d une première section de la Liane 4 entre Halluin et Tourcoing- Centre et le développement de l offre périurbaine de la vallée de la Lys (création de la Liane périurbaine 91 Halluin-Lille et renfort des autres lignes au départ de Comines et d Halluin). Les Citadines d Halluin et d Armentières ainsi que la navette du Vieux-Lille sont aussi entrées en service. Sous le signe de la concertation Toutes ces opérations sont placées sous le sceau de la concertation, autant en amont de la prise de décision que sur les lignes déjà existantes. Ainsi, L année 2012 a été marquée par la tenue de trois comités de ligne, des rencontres entre les habitants, les élus et les exploitants. Cette démarche de prise en compte de la parole des usagers sera poursuivie en 2013, avec un recentrage par territoire plutôt que par ligne, pour favoriser la participation des habitants. 35

36 Lille Métropole est aujourd hui très engagée dans l accessibilité pour tous de son territoire avec la création de la commission intercommunale pour l accessibilité aux personnes handicapées en juin 2009, mais aussi l adoption d un plan «Vieillissement et handicap dans l habitat» au sein du PLH ; la révision en cours du schéma directeur de l accessibilité des services de transports urbains, ainsi que la prise en compte du handicap et de la mobilité réduite dans les projets métropolitains (LaM, Grand Stade, doublement des rames du métro ). Ces différentes politiques concourent à un même objectif, mais sont encore trop souvent pensées indépendamment les unes des autres. Un débat qui s est tenu le 19 octobre avec plus de 100 participants a permis de réunir l ensemble des acteurs (élus, partenaires, associations) œuvrant à une métropole accessible à tous. Il a été le lieu de l annonce d une délibération-cadre pour la fin de l année Du global au local Un an après son adoption définitive, le PDU, dont 80 % des 170 actions programmées sont aujourd hui engagées, a connu le premier comité de pilotage de suivi de sa mise en œuvre, le 17 avril Trois études stratégiques, directement liées au PDU, ont été lancées durant l été 2012 et s achèveront courant 2013 : «Vers une Métropole cyclable 2020», qui vise notamment à définir une programmation et une hiérarchisation des interventions à coordonner entre les collectivités compétentes pour atteindre les objectifs affichés dans le PDU de 10 % de part modale du vélo en 2020 ; «Programme d actions pour la réalisation des lieux d intermodalité de Lille Métropole», qui définira les principaux pôles d échanges et parcs-relais à mettre en œuvre dans les années à venir après l achèvement des travaux de La Bassée et de Seclin ; Transpole : 169,5 millions 2,8 millions 42,9 millions 143 rames 24 tramways 420 bus Le dispositif V Lille a continué à se développer tout au long de l année 2012, avec une centaine de stations supplémentaires implantées sur les villes de Roubaix, Tourcoing, Villeneuve-d Ascq, Croix, La Madeleine, Lambersart et Wattrelos. Le nombre d abonnés Vélo Libre Service a augmenté de plus de 40 % sur l année 2012, tandis que le nombre de locations cumulées a été multiplié par 5. Concernant les Vélo Location Longue Durée, le nombre de contrats en cours a augmenté de plus de 25 %, tandis que le nombre cumulé de contrats réalisés a été multiplié par 2,5. 36

37 «Prospective du système de mobilité métropolitain à horizon 2030», qui interroge les capacités et les marges de manœuvre financière de Lille Métropole en matière d exploitation et d investissement sur son système de transports à l horizon 2030, en fonction des objectifs du PDU et des projets qui y sont inscrits. Mais la métropole s attache aussi, parallèlement à cette vision politique globale, à décliner son action en l adaptant aux problématiques locales. La démarche de micro-pdu de territoire a ainsi été mise en place en parallèle de l adoption du PDU , permettant de réaliser des études centrées sur des territoires particuliers. Fin 2012, le second de ces micro-pdu s est achevé (Territoire Est), après celui de Roubaix qui avait été réalisé dès Deux nouveaux micro-pdu, pour la couronne roubaisienne et Croix-Wasquehal, ont été lancés à l automne 2012 pour une durée d un an environ. Dans le cadre de l aménagement des abords du stade Pierre Mauroy, le parc-relais de la station Quatre-Cantons a été entièrement repensé, reconfiguré et agrandi, sous la direction d un architecte de Lille Métropole. Il remplit de cette façon une double fonction de parc-relais en journée et de parking pour le stade en soirée. Celui-ci a été récompensé par un Parkos d Or «stationnement et mobilité», remis par le ministre des Transports en 2013.

38 Des rendez-vous fédérateurs Sportifs, culturels ou populaires, les grands événements constituent des temps forts de la vie sociale. Volontiers transversaux, ces rendez-vous forgent le sentiment d appartenance et l identité métropolitaine. Ils traduisent le dynamisme du territoire et diffusent une image positive de Lille Métropole au-delà de ses frontières. Ainsi la programmation de Fantastic a-t-elle déployé une formidable énergie créatrice et suscité un large engouement. Tandis que l accueil des délégations sportives avant les Jeux olympiques, à l été 2012, a promu la dimension internationale de la métropole. Après Pékin en 2008, Lille a accueilli les Jeux Mondiaux des Sports de l Esprit, soutenus par la métropole. Dans l attente d une éventuelle reconnaissance par le Comité International Olympique (CIO), ceux-ci étaient programmés en même temps que les Olympiades, du 9 au 23 août Venus de 102 pays, compétiteurs étaient présents pour s affronter au bridge, aux échecs, aux dames, au jeu de Go et aux échecs chinois. L événement a généré d importantes retombées touristiques et de nombreux articles dans la presse internationale. Une saison Fanstatic Pluridisciplinaire, participative et festive, la nouvelle édition de Lille3000 a été couronnée de succès. Huit ans après la réussite de Lille 2004, Capitale européenne de la culture, le voyage s est poursuivi sur un même élan innovant et futuriste avec une multitude de manifestations qui ont mis en avant le Fantastic. Entre les 25 métamorphoses urbaines, la trentaine de grandes expositions, les événements dédiés au design, aux sciences, à la littérature, à la cuisine ou au cinéma, la programmation a transformé le quotidien des métropolitains et a révélé les mystères dissimulés au coin des rues et derrière les portes de lieux familiers des 71 communes partenaires. Le 6 octobre 2012, la désormais célèbre parade d ouverture a lancé les festivités qui se sont déroulées jusqu en janvier Près de deux millions de personnes ont pris part aux différents événements et entrées au spectacle vivant ont été enregistrées. Plus de 200 équipements et associations culturels de la métropole ont collaboré à ces temps forts. Ainsi, les grands musées, tels le Palais des Beaux-Arts de Lille, La Piscine à Roubaix, Le Fresnoy et le MUba Eugène Leroy à Tourcoing, ont-ils décliné le Fantastic à leur manière. Au LaM, musée d art moderne, d art contemporain et d art brut à Villeneuve-d Ascq, l exposition La Ville Magique a retracé l avènement des «villes mondes», sujet de fascination de l art moderne pendant l entre deux-guerres à la source de mythes et contes urbains. À l Opéra de Lille, c est une nouvelle production de Médée, chef-d œuvre de la tragédie lyrique française, composé par Charpentier, qui

39 a marqué les esprits, sous la direction d Emmanuelle Haïm. La Condition Publique a, quant à elle, fait vibrer Roubaix et les villes voisines au rythme de l Année du Dragon. Une étude indépendante, commandée par Lille Métropole, a permis d évaluer l impact de Fantastic auprès du public. Elle a fait notamment état d un taux de satisfaction et d un niveau de recommandation exceptionnellement élevés (respectivement 96 % et 95 %) ; 63 % des personnes interrogées estiment que la saison a contribué à renforcer le lien entre les habitants, et 9 visiteurs sur 10 ont déclaré vouloir assister à une prochaine saison Lille L attrait touristique de la métropole lilloise a également été conforté par l événement. Lille Métropole, base arrière des JO En 2012, l esprit olympique a soufflé à une heure de Londres : Lille Métropole s est mise aux couleurs des JO. Si elle a ainsi fait montre de son engagement sportif, elle a également animé et fait rayonner son territoire en déclinant une grande palette d événements. Dès le printemps, la thématique de l olympisme a marqué des opérations soutenues ou initiées par la communauté urbaine. La seconde édition de «La Nocturne Lille Métropole, tous ensemble sur le Grand Boulevard», organisée le 14 avril 2012, a ainsi conjugué près de 40 animations sur le thème de l olympisme. Quelque personnes ont pris part à l événement, dont coureurs pour le fameux 10 km en nocturne. Les JO ont également donné le ton de la «La Quinzaine de l Entorse», du 6 avril au 24 juin. Confrontant sport et culture, la programmation a mêlé spectacles, expositions et animations de rue, soit 150 événements au total. Elle a été conçue en relation avec les territoires métropolitains : 37 communes étaient concernées durant 3 mois, tandis que 29 structures culturelles étaient partenaires pour la joie de plus de personnes venues participer aux ateliers, assister aux spectacles En mettant gratuitement à disposition ses équipements sportifs dans le cadre de l opération «Le Plus Grand Terrain de Jeux», Lille Métropole a par ailleurs contribué activement à la préparation olympique des équipes françaises et étrangères. Pas moins de 25 nations, toutes disciplines confondues, ont pu profiter de la qualité de ses installations sportives. L accueil des délégations et un certain nombre de rencontres amicales ont été l occasion de convier de jeunes enfants de centres sociaux, de maisons de quartier et d établissements scolaires à s initier aux différentes disciplines et à rencontrer des sportifs internationaux plus de enfants de la métropole ont pu en profiter. Lille Métropole a souhaité également mettre l accent sur la préparation des Jeux Paralympiques en offrant un cadre d entraînement exceptionnel. Elle a eu l honneur d accueillir les 165 athlètes paralympiques de l Équipe de France. Toutes les actions ainsi engagées ont été développées sous une identité graphique cohérente, dans les domaines événementiel, sportif et touristique : «Lille Métropole 2012 London Welcome». Le bilan de la saison touristique a bénéficié de cette communication et la fréquentation a été plus élevée en août 2012 qu en août 2011, comme le précisent les données de l Observatoire du tourisme métropolitain. Lille Métropole entend faire de tout son territoire une destination touristique de premier plan et a adopté une délibération-cadre en ce sens le 21 octobre Dès 2012, une étude lui a permis de définir son positionnement marketing touristique en prenant en compte le positionnement des autres métropoles européennes. Cinq «marchés» ont ainsi été retenus comme prioritaires pour développer la fréquentation de «citybreakers» : la France, la Grande- Bretagne, la Belgique, les Pays-Bas et l Allemagne. Les atouts de la métropole ont été mis en lumière, tels le dynamisme et la convivialité, la densité de l offre culturelle et de loisirs, la présence de sites naturels de grande qualité propice au «desserrement urbain», l accessibilité, la richesse de la programmation culturelle et de l événementiel participatif, l émergence de nouvelles offres sportives ou encore le patrimoine architectural. Misant sur le caractère pluriel de l agglomération, une marque commune à tous les acteurs qui œuvrent au développement touristique doit être déclinée en cohérence avec la marque territoriale «Lille s». Enfin, les différents attributs sur lesquels doit miser la promotion touristique ont été ainsi résumés : «Lille s est une destination urbaine alternative, c est la capitale bouillonnante des cultures». L année 2012 a également vu la réalisation d outils de promotion touristique par Lille Métropole, associée à l Office de tourisme et des congrès de Lille, à Toerisme Leiestreek et à IDETA Tournai au bénéfice de l Eurométropole et, en particulier, un site internet touristique transfrontalier trilingue : (projet réalisé avec le soutien d Interreg). 39

40 La vitalité artistique et culturelle de Lille Métropole témoigne d une politique ambitieuse, qui s appuie sur de grandes institutions culturelles, des temps forts de qualité et le travail en réseau d acteurs passionnés. Elle entend être accessible à chacun et s adresse à un public sans cesse élargi. Innovante, exigeante, foisonnante, l offre culturelle métropolitaine est le gage d un mieux-vivre ensemble. Elle est aussi un facteur d identité et de rayonnement hors du territoire. L année 2012, marquée par une programmation variée et des engagements pérennes, a notamment vu la métropole prolonger son soutien à l Orchestre national de Lille et s engager en faveur de la lecture. Un soutien réaffirmé à l Orchestre national de Lille (ONL) En trente-cinq ans, l Orchestre national de Lille, créé par Jean-Claude Casadesus, s est imposé en France, à l étranger et, tout naturellement, au cœur de la Communauté urbaine. L institution conjugue large répertoire, dynamisme et démarche artistique exigeante. Ses objectifs ont été redéfinis en 2012 grâce à une nouvelle convention. Celle-ci lie l État, la Région, la Ville de Lille et Lille Métropole à l Orchestre national de Lille pour une période de quatre ans ( ). Elle prévoit dans un même document le projet artistique, culturel et pédagogique de l Orchestre et s inscrit dans un contexte de rigueur budgétaire. Ambitieuse, la convention rappelle les missions de production et de création de l ONL dans le domaine symphonique. Elle prévoit le développement de projets artistiques en lien avec d autres structures partenaires, et volontiers pluridisciplinaires. Elle promeut également des formules innovantes de concert pour faire connaître le répertoire de l ONL au plus grand nombre. En matière de diffusion, l ONL renforce sa présence dans le paysage culturel de la métropole lilloise tout en maintenant son ambition en matière de tournées régionales, nationales et internationales. Enfin, l ONL s engage dans la poursuite de ses missions culturelles et pédagogiques (éducation artistique et culturelle, travail avec les musiciens amateurs, actions envers les publics spécifiques) et dans la prise en compte des enjeux professionnels des musiciens. Cette convention fixe les grandes orientations économiques pour les années à venir et témoigne d un travail de fond de l Orchestre en matière de rigueur de gestion. Conçu pour les personnes dont la situation de précarité financière est un obstacle à l accès aux événements culturels, le Crédit-Loisirs, dispositif soutenu par Lille Métropole, est désormais bien implanté. Ce «chéquier», vendu au prix de 6 euros, se compose de 4 coupons utilisés comme contremarques d entrée pour un spectacle, une activité culturelle ou une pratique artistique. Initié et porté par la Mission Locale de Lille depuis 1989, le Crédit-Loisirs a ouvert, en 2012, les portes de 105 structures culturelles présentes sur le territoire métropolitain. La diffusion de chéquiers a impliqué 100 structures relais (centres sociaux, maisons de quartier, organismes de formation, foyers d accueil ) et concerné bénéficiaires. Pour mobiliser les publics, de nombreuses actions de médiation ont par ailleurs été proposées aux structures relais par les différents partenaires culturels. 40

41 Festival dédié à la création chorégraphique, les Latitudes Contemporaines ont de nouveau rencontré le succès pour leur 10 e édition en Le public était au rendez-vous des 16 représentations programmées en juin dans divers lieux partenaires, avec quelque spectateurs soit un taux de remplissage proche de 100 %. Au côté des festivals Vivat la danse, Next et Prémice, l événement est l un des temps forts du spectacle vivant, qui marquent la saison culturelle métropolitaine. Il jouit d une identité forte, d une audience nationale et de nombreux relais dans la presse. Des économies et un développement des ressources propres (billetterie, partenariat et mécénat) sont attendus pour mettre en œuvre le programme des années à venir. La subvention sollicitée par l ONL à Lille Métropole est donc stable jusqu en 2015 à hauteur de euros. Pour un service public de la lecture à l heure du numérique Le service public de lecture, d information et de documentation joue un rôle essentiel en matière d accès et de diffusion des savoirs et des connaissances. Il est également en première ligne pour répondre aux défis sociaux et économiques que doit relever le territoire, tels que le chômage, l illettrisme ou l intégration. Enfin, c est un service public qui constitue un véritable atout en matière de qualité de vie. À l issue d une étude stratégique engagée en 2011 et d une large concertation conduite par Lille Métropole avec les communes, le Conseil général du Nord et l État, un plan d action a été arrêté en novembre 2012 par délibération pour favoriser un meilleur accès pour tous et partout au livre, à la lecture et aux nouveaux médias. La politique engagée pour faire de la Communauté urbaine une référence en la matière se décline en trois axes forts. Un plan de développement de l offre et des services à l échelle du territoire adaptation de l offre, modernisation des équipements, coopération entre les structures sera élaboré en concertation avec les communes, l État et le Conseil général. Lille Métropole s engagera par ailleurs dans la mutualisation de l offre en ligne par la création d un portail numérique communautaire doté d un large éventail de services et de ressources, à l intention du grand public, mais aussi des professionnels. Cette bibliothèque virtuelle métropolitaine et partagée permettra d accéder à tout type de documents tels que livres, presse, vidéos, musique, mais aussi à des supports pédagogiques et didacticiels. Enfin, Lille Métropole favorisera la mise en réseau des bibliothèques et médiathèques, notamment par le développement d actions et d animations culturelles partagées. e Du 20 au 30 octobre 2012, le Tourcoing Jazz Festival a accueilli plus de personnes venues écouter des artistes de renommée nationale et internationale (Mélodie Gardot, Marcus Miller, Pierre de Bethmann ), mais aussi découvrir avec enthousiasme de nouveaux talents. Au total 27 concerts et 33 formations ont été présentés, devant un public fourni d année en année plus nombreux. Le festival a innové en 2012 avec le Tourcoing Jazz Tour qui s est tenu dans plusieurs villes proches. Cette édition a également permis aux étudiants des conservatoires de Tourcoing, de Roubaix et de Lille de participer à des master-classes avec les plus grands noms du jazz. Lille Métropole LaM : visiteurs Condition Publique : visiteurs/participants à 58 spectacles et concerts, 6 expositions et 11 événements ONL - Saison : spectateurs 37 concerts à Lille, 36 concerts en région, 10 concerts éducatifs, 13 concerts en tournée (France et International) Opéra - Saison : 84 représentations, dont 50 en grande salle spectateurs, dont scolaires participants aux 3 Happy Days Les Belles Sorties en 2012 : 51 représentations dans des communes de moins de habitants spectateurs 41

42 Sport Des équipements et des événements pour toutes les pratiques sportives Lille Métropole mène une politique ambitieuse de construction de grands équipements sportifs et soutient activement ses clubs de haut niveau, vecteurs majeurs de rayonnement et de notoriété. Elle entend développer la pratique sportive pour tous, à tous les niveaux, et dans les meilleures conditions. Si l année 2012 a été rythmée, au titre des grands événements métropolitains, par les nombreux rendez-vous en lien avec les Jeux olympiques de Londres, les métropolitains ont également vibré au diapason de leurs nouvelles installations et d un agenda sportif bien rempli. 83 événements subventionnés ( ) 100 K : 10 événements subventionnés ( ) 100 K : 1 événement subventionné ( ) Londres 2012 : 11 événements subventionnés ( ) 100 K : 14 clubs ( ) 500 K : 6 clubs ( ) 500 K : 1 club ( ) Grand Stade et Stadium, chacun trouve sa place Le 17 août 2012, les joueurs du LOSC ont été les premiers à fouler la pelouse du Grand Stade devant un public métropolitain en liesse. Le succès populaire de cette première saison de football a été au rendez-vous, avec une affluence moyenne de près de spectateurs et plus de abonnés. Plus qu un stade, l équipement s est d ores et déjà imposé comme une arène entre sport et spectacle qui peut se couvrir en 30 mn. Multifonctionnel et techniquement novateur, il doit accueillir chaque année, en plus des 25 matches du LOSC, son club résident, des matches de rugby et de grands concerts d envergure internationale. Sa capacité, de près de places lors des grandes rencontres sportives, peut atteindre places lors de spectacles avec une scène centrale. Sa configuration «boîte à spectacles» lui permet de recevoir une large variété de manifestations culturelles ou sportives : Coupe Davis de tennis, compétitions internationales de basket ou de handball, concerts, opéras dans une salle modulable où peuvent prendre place de à personnes. Enfin, en novembre 2012, l équipe de France de rugby y a affronté l Argentine devant un public venu très nombreux. L accessibilité exemplaire du Grand Stade, dans un environnement repensé, participe également du succès de l opération. Grâce aux nombreux aménagements réalisés pistes cyclables, système de navettes, travaux de voirie, parkings le quotidien et la qualité de vie des riverains ont été améliorés, et l accès s est avéré fluide les jours d événements. Et si l histoire tissée entre le LOSC et le Stadium Lille Métropole s est achevée avec la construction du Grand Stade, le départ du club a marqué une nouvelle étape pour l équipement. Dès le début de l année, de nouveaux résidents se 42

43 sont installés : le Lille Métropole Rugby, le Lille Métropole Athlétisme et la Ligue régionale d Athlétisme. Pour la saison , le Stadium a pu vibrer au rythme de leurs rencontres et autres événements majeurs comme avant les JO de Londres avec le traditionnel meeting d athlétisme. Mais l activité du Stadium ne s est pas arrêtée aux compétitions de haut niveau : lieu de vie métropolitain majeur, ouvert 360 jours par an, ses installations ont également offert un cadre propice à divers rendez-vous destinés au grand public et programmés par des associations et des entreprises. En outre, de nombreux établissements scolaires et universitaires y ont dispensé des cours d EPS, sensibilisé les étudiants à la pratique sportive ou encore organisé des rencontres. La reconversion du Stadium est chose faite. La saison a ainsi accueilli 200 matches, 70 événements et spectateurs. Un week-end de matches en Open Volley-ball, basket féminin et masculin, rugby et football étaient au menu des premiers «Open Matches Lille Métropole» invitation lancée par la métropole à des rencontres de haut niveau. En effet, alors que les clubs TLM (volley), ESBVA (basket femmes), LMB (basket hommes), LMR (rugby) et LOSC (football) jouaient tous à domicile en l espace de 4 jours, du 9 au 13 novembre, Lille Métropole a permis aux spectateurs métropolitains d accéder gratuitement aux matches. Elle a offert places sur son site internet et distribué de nombreuses invitations, tant au grand public qu aux centres sociaux, aux écoles et aux clubs amateurs locaux. L opération a été un franc succès et a atteint son objectif : toutes les rencontres ont fait le plein devant un public enthousiaste. Lille Métropole a ainsi manifesté son soutien auprès de ces cinq clubs majeurs. Ce sont aujourd hui 21 clubs, dont 15 évoluant au sein de l élite nationale de leur discipline, qui sont concernés par la politique de sport de haut niveau menée par la Communauté urbaine, pour un total de spectateurs sur la saison Chaque année, Lille Métropole accentue ses efforts auprès de ces grands clubs dont elle est la première supportrice. À ce titre, et pour permettre de répondre aux ambitions sportives des grands projets métropolitains, les moyens financiers alloués ont évolué de en 2012, portant le budget à 3,5 millions d euros. Une soirée festive et conviviale autour des pratiques aquatiques, un accès gratuit aux équipements nautiques de 18 h à 23 h, des activités ludiques et variées tel est le pari de l opération Splash. Pour sa deuxième édition, le vendredi 14 septembre, la manifestation, initiée par Lille Métropole, a accueilli personnes, soit plus de qu en 2011, et s est déroulée dans vingt piscines simultanément. L amélioration et la rénovation des équipements, entreprises dans le cadre du plan piscine depuis 2005, étaient ainsi mises en lumière. La piscine des Weppes a ouvert ses portes le 12 juillet. Elle constitue le premier complexe aquatique construit sous la maîtrise d ouvrage directe de Lille Métropole. Le projet répondait à un déficit d équipement dans cette partie de l agglomération notamment pour les enfants des écoles et des collèges. Composée de trois bassins, elle se caractérise par sa conception menée dans une démarche de développement durable. Son traitement de l eau à l ozone et ses bassins en inox sont particulièrement innovants. Si l attente d un tel équipement au sein du territoire des Weppes était grande, la fréquentation a largement dépassé les prévisions. En effet, après moins de six mois d exploitation, plus de entrées, dont scolaires, étaient déjà comptabilisées. Les appréciations des usagers ont par ailleurs été très positives. La création de la piscine des Weppes s inscrit dans le cadre plus vaste du Plan Piscines de Lille Métropole, initié en 2005 afin de promouvoir l apprentissage de la natation par les scolaires. À ce titre Lille Métropole soutient financièrement les communes en participant au coût des entrées, et au travers de subventions lors des opérations de rénovation et de construction. 43

44 Pour une Communauté urbaine de la taille de Lille Métropole, une gestion efficace de la problématique des résidus urbains est un enjeu essentiel, tant en termes économiques que de développement durable. À la pointe dans ce domaine depuis les années 1990, Lille Métropole oriente sa politique selon deux axes, le suivi de la collecte sélective des déchets et la recherche d une valorisation maximale de cette ressource. Collecte sur rendez-vous, lancements de nouveaux projets de déchetteries ou modernisation des centres de valorisation, l actualité 2012 a été riche en la matière. Un nouveau rendez-vous pour les encombrants En matière de collecte et de valorisation des déchets encombrants, la priorité de Lille Métropole reste d accroître la part de ce gisement, apportée directement en déchetterie, solution qui favorise le tri, le réemploi et la valorisation. En 2012, la fréquentation des neuf déchetteries de la métropole a d ailleurs fortement progressé (+ 16 % par rapport à 2011). En complément, depuis le 1er janvier 2012, le système de collecte sur rendez-vous a été étendu à 33 communes de l agglomération en remplacement de la collecte en porte-à-porte à date fixe, qui ne favorise pas la valorisation des déchets (90 % des encombrants ainsi collectés aboutissent en décharge) et qui est source de malpropreté. Dans ces communes, seuls 12 % du tonnage des encombrants ont été collectés sur rendez-vous, le solde étant apporté directement par les usagers en déchetteries. Les avantages de ce système «déchetterie et collecte sur rendez-vous» sur le ramassage à date fixe en porte-à-porte sont multiples. Tout d abord, les coûts de collecte et de traitement sont mieux maîtrisés. Ensuite, ce mode de collecte permet une efficacité accrue en matière de tri. Le réemploi et la valorisation des matériaux ont pu être développés et leur réception s est faite dans de meilleures conditions. 44

45 Pour que cette opération soit un succès, Lille Métropole a accompagné cette mise en place de la collecte sur rendez-vous d une importante campagne de communication à destination des habitants. Distributions en toutes boîtes des documents d information, articles dans la presse (Lille Métropole Info, bulletins municipaux, presse locale), création d un site internet dédié, plateforme téléphonique, présence du Bus Info Tri dans les communes concernées ont précédé une opération systématique de suivi et de sensibilisation sur le terrain, de janvier à mars 2012, la veille et le jour où aurait dû avoir lieu la collecte mensuelle. Ce dispositif, qui améliore le cadre de vie et favorise la valorisation, doit être progressivement étendu aux 52 autres communes de la métropole. Un réseau de déchetteries en expansion La solution la plus satisfaisante en matière de coût et de valorisation reste la collecte en apport volontaire en déchetteries. Ces dernières acceptent tous les types d encombrants des ménages. De plus, le taux de valorisation matière et énergétique est bien supérieur puisqu il s établissait à 74 % en La politique de la métropole consiste donc à mettre à la disposition de la population un réseau complet de déchetteries permettant à chaque habitant de pouvoir accéder à l une d entre elles en un quart d heure. Aux neuf sites actuellement en activité vont donc s ajouter, à terme, quatre autres sites tonnes de déchets ménagers 102 kg/hab/an de déchets recyclables collectés en porteà-porte 240 kg/hab/an de déchets non recyclables collectés en porteà-porte entrées dans les déchetteries tonnes de déchets déposés en déchetteries 512 tonnes d objets valorisés par la filière réemploi des déchets visiteurs accueillis sur les sites de traitement des déchets ménagers élèves sensibilisés grâce aux 351 animations scolaires réalisées sensibilisations réalisées à domicile 45

46 En 2012, les travaux de construction de la déchetterie de Seclin ont débuté. Cette dernière verra le jour sur un terrain de m 2 acquis par Lille Métropole, rue de Lorival, sur la zone industrielle Lille-Seclin. La déchetterie sera opérationnelle dans le courant du deuxième semestre 2013, et desservira le secteur sud de la métropole (notamment Seclin, Templemars, Vendeville, Noyelle-lez-Seclin et Houplin-Ancoisne). Les prévisions tablent sur le traitement de tonnes de déchets par an. Le 30 juin 2012, le bail emphytéotique administratif du centre de tri d Halluin est arrivé à expiration. Au terme de la procédure de délégation de service public entamée en 2011, la SAEM Triselec, dont Lille Métropole est l actionnaire majoritaire (70 %), qui gérait déjà le centre, s est vue confier le contrat de délégation de service public jusqu en juin Le taux de valorisation des déchets passés par le centre est en constante augmentation et atteint désormais 80 % du total. De nouveaux aménagements, comme la mise en place du tri des plastiques par résine en 2012, ont pour but d améliorer encore cette performance. Parallèlement, les dossiers de demande de permis de construire et d autorisation d exploiter ont été déposés pour la future déchetterie de Mons-en-Barœul (couronne Est de Lille). Les travaux de construction sont prévus fin 2013 pour une ouverture mi-2014 de cet équipement qui assurera un service de proximité notamment aux habitants de Mons-en-Barœul, de Hellemmes, de Lézennes et de Lille. Enfin, les études préliminaires se poursuivent pour les projets de déchetterie à Villeneuved Ascq et sur le secteur Haubourdin-Santes. La valorisation comme finalité Le centre de valorisation organique (CVO) poursuit son évolution et, en 2012, un tarif de rachat bonifié du biométhane produit à Séquedin a été obtenu de GrDF et GDF Suez (ce nouveau tarif est issu de l application de décrets dans le cadre de la loi Grenelle 2), et un contrat de 14 ans a été signé avec ce tarif de vente d énergie verte. De son côté, le centre de valorisation énergétique (CVE) n est pas en reste. En 2012, l installation sur chacune des lignes d un échangeur de chaleur permet l utilisation d une partie de la vapeur produite lors de la combustion pour réchauffer les fumées, étape nécessaire à la neutralisation des oxydes d azote. Cette amélioration, qui évite la consommation de 2 millions de m 3 de gaz naturel par an, permet au coefficient énergétique du CVE de dépasser le seuil des 60 % requis pour être classé comme filière de valorisation et non d élimination, améliore de façon notable le bilan carbone de l installation et limite les charges d exploitation de l équipement. 46

47 Pour la métropole, en matière de gestion de l eau, les années à venir s annoncent cruciales, en raison de l arrivée à échéance de la délégation de service public de distribution. Le débat autour de cette question vient compléter une véritable politique de l eau, innovante et pragmatique, de la gestion des eaux pluviales à la mise à niveau du réseau des stations d épuration. L eau au cœur des débats En 2012, Lille Métropole a lancé un grand débat sur l eau. En effet, les contrats actuels de délégation du service public de distribution de l eau, détenus par la société Eaux du Nord, filiale de Lyonnaise des Eaux, et par Noréade, arriveront à échéance en Lille Métropole a décidé d appuyer sa réflexion sur un grand débat communautaire, organisé durant le second semestre À cette occasion, trois demi-journées de rencontres, les 21 septembre, 19 octobre et 23 novembre, ont rassemblé de nombreux intervenants qualifiés. Élus, représentants d associations et experts venus de toute la France, mais aussi de Belgique, ont pu, lors des tables rondes, contribuer à éclairer la réflexion sur des sujets aussi divers que la gestion de la ressource en eau, la consommation durable, la tarification sociale ou les différents modes de gestion des services de l eau. Ce partage de connaissances essentiel doit permettre de confronter des expériences concrètes avec les différentes modalités de distribution de l eau entre lesquelles Lille Métropole devra faire son choix en Gestion en régie ou délégation de service public, les options retenues engageront la métropole à long terme et doivent donc être préparées dès maintenant.

48 Un guide pour la gestion des eaux pluviales L urbanisation du territoire, qui va de pair avec l imperméabilisation des surfaces, modifie profondément le cycle naturel de l eau. La disparition du couvert végétal diminue fortement l évapotranspiration par les plantes, tandis que les couches superficielles du sol enregistrent un déficit hydrique qui n est pas sans conséquences sur l alimentation des cours d eau et zones humides (infiltration superficielle) et sur la recharge des nappes souterraines (infiltration profonde). La qualité de l eau est, elle, affectée par les phénomènes de lessivage des sols, tandis que le ruissellement augmente, en volume et en débit. Les conséquences sont nombreuses et significatives tant en termes d inondations que de dégradation de la qualité de l eau des milieux récepteurs (cours d eau, plans d eau ) ou d altération du confort de vie en milieu urbain. Pour y remédier, des mesures curatives ont été programmées et en grande partie mises en œuvre : elles impliquent d importants investissements pour équiper les zones urbaines en bassins de stockage (73 ouvrages de rétention répartis aux endroits stratégiques de la métropole), redimensionner les collecteurs existants ou créer des collecteurs spécifiques aux eaux pluviales. En effet, comme affirmé dans l Agenda 21 (juin 2006) ou par la délibération cadre «Développement durable», Lille Métropole a fait le choix d un urbanisme durable à l échelle de son territoire, et donc de réconcilier urbanisation et cycle de l eau. Cela passe par la mise en œuvre de mesures compensatoires ou «alternatives» visant à rétablir les conditions hydrologiques antérieures à l urbanisation et un cycle de l eau harmonieux. Cette démarche sera accompagnée par un Guide de gestion durable des eaux pluviales, outil indispensable à destination des aménageurs (publics et privés), des maîtres d œuvre et des services techniques des communes. Ce guide est structuré en deux parties complétées par des annexes : une première partie fixe les objectifs de l établissement en matière de gestion des eaux pluviales et du cycle de l eau dans la ville, et de gestion partagée des ouvrages (annexe 2), tandis que la seconde partie, plus technique, décrit les études à mettre en œuvre, le dimensionnement des ouvrages et leur description détaillée. Approuvé par le Conseil de Communauté fin 2012, il sera accompagné, en 2014, par des formations sur son utilisation. Un Schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) est élaboré à l échelle d un bassin versant. Ainsi, le périmètre du SAGE Marque-Deûle s affranchit des limites administratives et s étend de Lille Métropole (amputée de 19 communes à l ouest localisées sur le bassin versant de la Lys) jusqu aux portes du Douaisis et de la Communauté urbaine d Arras. Son objectif est d assurer le bon état des masses d eau (rivières et nappes phréatiques liées à la directive cadre «Eau» de l Union européenne), tout en planifiant, pour garantir durablement, les usages de l eau au sens large. Le pilotage du dispositif est assuré par la Commission locale de l eau (CLE ; 56 membres, 50 % d élus locaux, 25 % d usagers, 25 % de représentants de l État), tandis que son action est portée administrativement par Lille Métropole, en partenariat avec les grands EPCI du territoire. La rédaction d un SAGE passe par une phase d élaboration réglementaire appelée «état des lieux» et découpée en 3 étapes : un état initial, un diagnostic (tous deux élaborés en 2012 et approuvés par la CLE) et des tendances. Après la finalisation de l état des lieux, la CLE formalisera ses décisions à travers un plan d actions et un règlement, qui seront opposables aux tiers, ainsi qu à l administration. Les documents d urbanisme comme les PLU ou le SCOT devront également être rendus compatibles avec les orientations du SAGE.

49 Salomé, l une des trois stations d épuration exploitées en régie directe par Lille Métropole, fait peau neuve. Esthétiquement, déjà, avec une réfection des abords sous le signe de l intégration architecturale et paysagère des installations : traitement des façades par un habillage bois (éco-filière et intégration dans l environnement proche) et buttes végétalisées en bordure de canal. Mais, surtout, avec une modernisation profonde des dispositifs techniques, accompagnée d un doublement des capacités de traitement. Entamé en décembre 2011 sans que l activité soit interrompue, le chantier est entré dans une nouvelle phase en décembre 2012 avec un basculement du traitement sur les nouveaux ouvrages construits, sans modification des performances. La station a été mise en service, dans sa version finale, en avril À Marquette, de nombreux défis La station d épuration de Marquette est un équipement crucial : plus ancienne station de la métropole, elle est aussi celle présentant la plus grande capacité de traitement, avec équivalents habitants. Mais les nouvelles normes européennes qui entreront en vigueur au cours des années à venir ont rendu nécessaires de profonds changements. La création d un nouvel équipement a été décidée. Cette nouvelle station, baptisée Ovilléo, la plus importante au nord de Paris, a été conçue avec une forte volonté d intégration architecturale, et en plaçant au cœur du projet le développement durable et les techniques innovantes permettant les installations les plus performantes et les plus compactes avec l utilisation de «chips» (microbille en polyéthylène) qui favorisent le développement de bactéries «dépollueuses». Ce chantier se doublait d un défi majeur : il fallait, pour respecter les échéances de l arrêté préfectoral, que la mise en service du nouveau traitement des eaux usées ait lieu avant le 22 février Difficulté supplémentaire, il était nécessaire de mener les travaux sans perturber le fonctionnement des anciennes installations, qui assurent le traitement des eaux usées de 37 communes rassemblant plus de habitants. L année 2012 a vu la poursuite des travaux de construction des files eau et pluviale, débutés en 2011 : la fin des travaux de gros œuvre et la réalisation des travaux de second œuvre, la pose des équipements et des réseaux divers (canalisations enterrées de liaisons entre ouvrages), l exécution des prestations associées (électricité, automatisme, câblage, supervision ) et, enfin, le démarrage de la construction des ouvrages de la nouvelle file boues (gros œuvre). C est le 14 février 2013 que Martine Aubry, présidente de Lille Métropole, officialisait la mise en eau, conformément aux exigences de l arrêté préfectoral et l ancien traitement des eaux usées progressivement arrêté et détruit. Les travaux se poursuivent par l aménagement de la file boues pour atteindre sa configuration finale en C est avec cette construction que la Communauté urbaine marque une étape décisive de son programme de modernisation de ses équipements de traitement des eaux usées de l agglomération. 49

50 Dans le souci constant d apporter à ses habitants un confort de vie au quotidien, Lille Métropole s investit pleinement dans la gestion de l espace public. Partage de la voirie entre les différents usagers, pour la sécurité et le plaisir de tous, approche innovante des problématiques de rénovation, tout est mis en place pour une gestion pragmatique et proche des problèmes concrets. Enfin, la métropole est aussi profondément impliquée dans l intégration à l aire urbaine de son équipement récent le plus emblématique, le Grand Stade. Humaniser la ville Suivre le bruit à la trace Suivant les actions initiées en 2011 et l élaboration de cartes de bruits pour l ensemble de son territoire, Lille Métropole poursuit son effort en la matière. Si le bruit est, juridiquement, une compétence municipale, la métropole appuie les communes dans leur effort. Au fur et à mesure de l année 2012, les cartes de bruit ont été approuvées et rendues publiques par les 63 communes impliquées dans cette démarche. Pour l étape suivante, l élaboration de plans de prévention du bruit dans l environnement (PPBE), destinés à prévenir et/ou réduire le niveau d exposition, ainsi qu à préserver les zones calmes à l échelle des communes, Lille Métropole apporte son appui à toutes les communes de son territoire, qu elles soient ou non dans l obligation légale de produire un PPBE. Des vélos à la conquête de la voie publique En 2012, près de 4 M ont été consacrés spécifiquement à la réalisation d aménagements cyclables. Il faut également ajouter à cette somme les coûts induits par la mise en œuvre d aménagements cyclables lors des travaux de voirie traditionnels. Le réseau cyclable aménagé est passé de 433 km à 473 km. Les opérations marquantes de 2012 sont la réalisation de la piste cyclable sur l avenue Kennedy à Lille, la piste cyclable du chemin Saint-Georges à Bondues ou encore celle d une passerelle pour permettre la continuité de la voie verte le long de la Deûle. 50

51 Quand la ville est plus accessible En 2012, et en parallèle de la poursuite des demandes de dérogations à la réglementation pour la réalisation de places réservées aux personnes à mobilité réduite (PMR ; 170 dossiers traités en 2012), Lille Métropole s est engagée dans une réflexion sur ce sujet. Une étude visant à faire un état des lieux et à proposer une stratégie de répartition des places PMR sur le territoire a été menée. Le but est de mieux répartir et pérenniser l offre en stationnement réservé pour les personnes titulaires de la carte européenne de stationnement, mais aussi de limiter l augmentation des demandes individuelles devenues aujourd hui difficilement gérables, tant en terme d occupation du domaine public qu en terme d investissements financiers. Les études «opérations-pilotes d accessibilité», qui avaient permis d identifier l ensemble des dysfonctionnements au regard de la réglementation et de définir des actions à mettre en œuvre de façon généralisées, ont été complétées d actions ponctuelles. À titre d exemple, un atelier d étudiants de l Institut d Aménagement et d Urbanisme de Lille (IAUL) a traité de la sensibilisation des acteurs locaux en vue de libérer la voirie, en s appuyant sur la fiche thématique Sensibiliser, communiquer, sanctionner, réalisée au cours de l étude «Opérations pilotes». Les étudiants ont dû rechercher des moyens de communication susceptibles de faire réagir la population à l encombrement de la voirie, et émettre des propositions de communication en se basant sur le territoire expérimental de Ronchin. La question des ondes électromagnétiques Lille Métropole mène depuis plusieurs années un important travail sur les antennesrelais et les ondes électromagnétiques en général. La prise en compte de cette thématique dans le volet 3 des contrats de territoire permet à Lille Métropole d agir au-delà de ses compétences originelles, en lien avec l ensemble des communes-membres. Dans ce cadre, un plan d actions a été voté le 29 juin 2012, comprenant notamment un volet important, relatif à l amélioration de l information du public sur le sujet. La métropole continue de soutenir et d accompagner les communes sur la question, en mutualisant les informations et en mettant ses moyens à la disposition des municipalités. 51

52 Une voirie en évolution constante La liaison intercommunale Rue Gustave-Scrive, à La Madeleine, et rue Nationale, à Marcq-en-Barœul, l espace public fait l objet d aménagements importants. Lille Métropole y réalise actuellement un boulevard urbain, la LINO Nord (Liaison intercommunale Nord-Ouest). Cette nouvelle liaison intercommunale devrait réduire la circulation dans les secteurs urbanisés et faciliter l accès à ce secteur de la métropole où sont engagés de grands projets urbains, sur les sites Bouverne et Rhodia. À double sens, aménagée de pistes cyclables, de trottoirs et de plantations, cette voie à vocation structurante (elle desservira notamment la déchetterie de La Madeleine) sera empruntée par la nouvelle ligne périurbaine la Corolle. Les travaux ont débuté le 3 septembre 2012 pour une durée prévisionnelle d un an. Wattrelos et la voie du Centre Ce projet de 5 M comprenait deux parties : la construction d une voie nouvelle (2x1 voie) entre la rue de Mouscron et la rue Gustave-Delory, soit un linéaire de 800 m environ, et la requalification de la rue Denis-Pollet, aboutissement de la future voie en centre-ville et l aménagement des abords de l école de musique. En plus d améliorer l accessibilité du centre-ville de Wattrelos et de sa frange ouest, tout en participant à la redynamisation du centre-ville et à la requalification de la friche Saint-Liévin, ces travaux soulageront les axes existants d accès au centre-ville. Pour faciliter le développement des modes de déplacement alternatifs à la voiture individuelle, une allée réservée aux piétons et aux cyclistes a été aménagée et un important programme de plantation d arbres et d arbustes a été mise en œuvre. Des techniques durables en matière d assainissement, pour contrôler l écoulement des eaux lors des fortes pluies (Wattrelos connaît des problèmes récurrents de débordement des réseaux d assainissement) ont également été employées. 52

53 Lambersart et sa noue L avenue du Maréchal-Leclerc souffrait d une voirie fortement dégradée et ses 200 tilleuls, malades, ne pouvaient être sauvés. Une requalification complète de l espace public s est donc imposé, d autant que ce quartier subissait depuis quelques années des inondations régulières : les réseaux d assainissement débordaient avec le ruissellement des espaces imperméabilisés. La solution technique mise en place, en partenariat avec les services de l assainissement, a été la création d une noue urbaine en éléments préfabriqués de chaque côté de l avenue, réservoir paysager destiné à recueillir les eaux de ruissellement. Plantation de chênes des marais, installation d un nouvel éclairage urbain, enfouissement ou dissimulation en façade des réseaux, c est une relecture innovante de l espace qui a été mise en place, et qui répond également aux objectifs de partage de la voirie (voitures, piétons, cyclistes), mais aussi de sécurité et de stationnement. Pour un meilleur partage de l espace public À Bousbecque, des travaux de requalification de l ensemble des espaces publics du centre, compris entre la rue de Wervicq, la rue de Linselles et la rue Léon Six, ainsi que le réaménagement de la rue des Processions au droit de l église ont été réalisés. À cette occasion, les espaces ont été redistribués en faveur des piétons, en réduisant la largeur de la chaussée. Les projets d aménagement du chemin Saint-Georges, à Bondues, et de la rue Pasteur, à Erquinghem-Lys, ont, eux aussi, répondu à cette logique d un partage plus équilibré de la voirie entre piétons, cyclistes et automobilistes. Dans le premier cas, une «voie 30», une «voie 50», une piste cyclable et un mail piétonnier bordés d espaces verts ont vu le jour, tandis que le passage en «zone 30» de la rue Pasteur s est accompagné d un agrandissement des espaces verts et de la réalisation d un arrêt de bus, avec une voie dissociée de la chaussée, afin de permettre une montée et une descente des passagers en toute sécurité. À Houplin-Ancoisne, Lille Métropole a procédé à la réfection de la rue Léo-Lagrange en zone de rencontre. Le piéton est devenu l usager prioritaire de ce lieu sans trottoir et peut ainsi traverser en tout point. La vitesse des véhicules est limitée à 20 km/h et le double sens cyclable facilite le déplacement des vélos. DIVA est né de la volonté de centraliser et d homogénéiser les multiples formes de sollicitations des unités territoriales (téléphone, mail, fax ) en matière de voirie, afin d apporter une réponse plus efficace et transparente pour les mairies, selon un principe de guichet unique. Cette interface simple d utilisation, qui permet de saisir directement le signalement des situations d urgence ou de danger (ex : inondation, trou dans la chaussée...), en lien avec le service sécurité de Lille Métropole, permet un suivi de la demande renforcé et l apport d une communication plus qualitative vis-à-vis des communes, tout en constituant une base de données fiable. Compte tenu de son succès, l outil a été déployé à l ensemble des 87 communes de la métropole, et des développements sont envisagés (cartographie, statistiques, élargissement du périmètre aux résidus urbains et aux transports, développement d un accès usagers ). 53

54 De grands travaux pour un Grand Stade En 2012, à la veille de l ouverture du Stade Pierre Mauroy, l ensemble des opérations concourant à la desserte du Grand Stade ont été achevées. Il faut rappeler que chacune d entre elles a été conçue d abord pour apporter une plus-value au quotidien sur les fonctions et la qualité de l espace public, et pour améliorer les conditions de déplacement aux alentours de l équipement. Le dimensionnement des voiries et des ouvrages a été adapté pour accueillir les flux attendus lors des événements organisés dans le Grand Stade. En premier lieu, l objectif recherché a été de faciliter l accès au stade à partir des transports en commun. Les cheminements piétons menant au stade à partir des principales stations de métro situées au cœur de la Cité Scientifique ont été aménagés : les parvis des stations de métro Cité-Scientifique et 4 Cantons ont été requalifiés, des escaliers supplémentaires ont été ajoutés à chaque station, l avenue Paul Langevin a été transformée en zone de rencontre. Le franchissement du boulevard du Breucq (RN 227) a été facilité et sécurisé par la mise en service d une passerelle piétonne dite «de l Université» et par l adjonction d une large section piétonne au pont d Ascq. Enfin, des files de circulation réservées aux bus et des priorités aux feux ont été aménagées sur le boulevard de l Ouest (D 48) pour faciliter la circulation de la navette du Grand Stade à la station de métro Les-Prés et vers les parkings du Stadium. Les automobilistes n ont pas été oubliés et la question du stationnement a été prise en compte. La construction des grands parkings en structure B1 (P+R Triolo), C1 (Cristal) et C4 (P+R 4 Cantons), et la requalification des parcs de stationnement au sol de la Cité Scientifique (C5, C6, C7) ont permis de relever ce défi pour offrir au droit du stade et à proximité immédiate près de places. 54

55 Les voies d accès, elles aussi, ont été adaptées, en adéquation avec les aménagements du boulevard de Tournai, réalisés sous maîtrise d ouvrage du Conseil général, et le branchement autoroutier, réalisé sous la maîtrise d ouvrage de l État. Tous ces aménagements ont intégré les besoins des deux roues et ont permis de constituer un réseau cyclable continu et maillé sur l ensemble des voies. Une voie nouvelle, la rue du Virage, a été réalisée en limite ouest du parvis du stade. Elle assure l accès des secours à l équipement et permet une nouvelle liaison entre le boulevard de Tournai et le quartier Hôtel-de-Ville, avec la route départementale 146 requalifiée (rues Chanzy à Lezennes et Nicolas-Appert à Villeneuve-d Ascq), donnant l accès au réseau autoroutier au sud de Lezennes et un lien direct à la contre-allée du Grand Stade. Ces travaux seront achevés en 2013 pour la création d une sortie supplémentaire de la station de métro Hôtelde-Ville, au niveau de la rue du Ventoux, et une requalification du boulevard de Valmy et de la rue de Versailles, à Villeneuve-d Ascq, offrant un cheminement piéton confortable et lisible entre cette sortie et le site du stade. 55

56 Le territoire métropolitain s affirme résolument tourné vers l Europe et vers le monde. En 2012, sa dimension européenne et internationale s est imposée par le biais d importants programmes de coopération et de rendez-vous incontournables dans ses communes. Elle s est également illustrée au travers des responsabilités assumées par la métropole à la tête de différentes instances internationales. Une Aire pour la coopération L Aire métropolitaine de Lille (AML) est constituée de la métropole lilloise, des agglomérations issues de l histoire minière, de Valenciennes à Béthune, de celles d Arras, de Cambrai et du Val de Sambre et Lens. Cette association de coopération, créée en 2007, s est imposée en 2012 comme un cadre propice de concertation, qu il s agisse de grands enjeux d aménagement et de développement des territoires ou de la préparation de futurs programmes opérationnels européens. L AML s est pleinement engagée, comme de nombreux acteurs du territoire, pour voir aboutir le projet de Canal Seine Nord Europe. Un grand débat sur la gestion et la protection de la ressource en eau, qui s est tenu le 16 novembre 2012 à Saint-Amand les Eaux, a par ailleurs été l occasion de dresser le bilan des coopérations en cours et de consolider En 2012 : 12 projets de coopération territoriale européenne, dont 6 à l échelle transfrontalière en cours. 56

57 Lancé en 2011, le «Club des communes à l international» est une initiative de Lille Métropole. Ouvert à l ensemble des communes du territoire métropolitain, le Club permet d échanger et de mutualiser les actions et d impulser des échanges internationaux. Ses réunions trimestrielles connaissent désormais un prolongement en ligne grâce à la création du I-club. Outil d information et d échanges, accessible aux élus communautaires, notamment les maires, mais aussi aux élus en charge des questions internationales dans les communes et aux techniciens, cet extranet favorise la communication et la mutualisation d actions, ainsi que la diffusion de l information. Il propose notamment : un agenda des rendez-vous internationaux de la métropole ; des articles d actualité ; un centre de ressources (contacts, fiches juridiques, programmes européens ) ; des exemples concrets de coopération et des appels à projets. les perspectives de travail communes, notamment sur l interconnexion des réseaux. Enfin, un certain nombre de chantiers ont été poursuivis, sur la trame verte et bleue, sur les canaux secondaires, sur les transports collectifs, l habitat et le renouvellement urbain durable. Les groupes de travail et les commissions thématiques se sont réunis pour mutualiser connaissance et travaux à mener. Ceux-ci trouveront des débouchés concrets dès Des projets d ampleur pour l Eurométropole Depuis le 22 juin 2012, Lille Métropole préside pour un an l Eurométropole Lille- Kortrijk-Tournai, créée quatre ans plus tôt. Un programme stratégique a été adopté par le Bureau de l Eurométropole.Il inscrit l action des partenaires de l Eurométropole dans le temps des programmes européens et dans la continuité des projets déjà réalisés. Il est organisé selon 3 axes : le développement du potentiel économique de l Eurométropole, en misant sur la spécialisation intelligente et en favorisant un bassin d emploi transfrontalier ; le renforcement de la mobilité interne et de l accessibilité internationale du territoire ; le développement de la trame bleue et verte comme support de valorisation et d attractivité du territoire. Durant l année 2012, de nouveaux projets avec les acteurs compétents en matière d emploi ont par ailleurs émergé la création d un marché de l emploi décloisonné étant inscrite parmi les priorités du programme stratégique. L Eurométropole s est aussi affirmée comme une plateforme de concertation sur les dispositifs de soutien au transport combiné en mettant en place un groupe de travail transfrontalier. Enfin, le groupe de travail thématique «accessibilité et mobilité des personnes et des marchandises» a piloté en 2012 une importante étude sur le potentiel de développement du transport collectif de personnes au sein de l Eurométropole, dont les pistes d actions pourront être mises en œuvre dès Lille Métropole a également contribué à la création du site internet touristique de l Eurométropole qui présente en 3 langues l ensemble de l offre touristique transfrontalière et propose un agenda des grands rendez-vous touristiques (projet réalisé avec le soutien d Interreg).

58 À l occasion du 9 mai 2012, Lille Métropole a organisé une nouvelle édition de la semaine de l Europe métropolitaine sur le thème de la mobilité des jeunes. Une conférence, associant les acteurs de la mobilité sur le territoire, a réuni une soixantaine de personnes pour évoquer les enjeux de la mobilité des jeunes et ses perspectives, en présence de la Commission européenne. Parallèlement, un guide des acteurs et outils européens de la mobilité a été publié et diffusé. Enfin, un agenda interactif, mis en ligne sur le site de Lille Métropole, a permis de valoriser les actions menées sur le sujet par les communes. Le développement culturel, un enjeu international porté par Lille Métropole Faire de la culture le quatrième pilier du développement durable à l échelle internationale, telle est l ambition de la Commission culture du réseau Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU), dont la présidence a été confiée à Lille Métropole en C est lors de la huitième réunion de la Commission, le 20 septembre 2012 à Barcelone (Catalogne, Espagne), que la Métropole a été élue. Les villes de Buenos Aires, Mexico et Montréal étant désignées coprésidentes, et les villes d Angers, Barcelone et Milan vice-présidentes. Lille Métropole s est engagée à exercer sa responsabilité de manière très active et participative. Elle a encouragé tous les membres à travailler ensemble en vue d un programme fondé sur la relation entre les politiques culturelles et le développement durable. L Agenda 21 de la culture, auquel adhère un nombre croissant de villes, de gouvernements locaux et de réseaux demeure un document de référence pour la Commission. Celle-ci a ainsi présenté les réalisations de l Agenda 21 de la culture au niveau local (Angers, Aubagne, Barcelone, Buenos Aires, Lille, Mexico, Milan ou Montréal), au niveau national (Québec, France, Brésil) et au niveau régional (Mercociudades, Interlocal). Une coopération fructueuse avec Saint-Louis du Sénégal Conduite par Cheikh Bamba Dieye, maire de la ville et ministre de la communication, une délégation de Saint-Louis du Sénégal a été accueillie en septembre 2012 par Lille Métropole. Un accord de coopération lie en effet les deux territoires depuis près de trente ans. Celui-ci s est enrichi, en mars 2011, d un nouveau protocole de coopération décentralisée qui fixe le cadre général commun d actions et de domaines prioritaires d intervention. Ainsi, depuis 2010, Lille Métropole participe à deux programmes. Intitulé «Appui institutionnel des collectivités de la région de

59 Saint-Louis», le premier se traduit par une aide à la commune de Saint-Louis pour la gestion des déchets et l assainissement, et par une participation au fonctionnement de l Agence de développement communal. Le deuxième programme, «Soutien à la mise en place d une approche fleuve», concerne la réhabilitation de bâtiments publics et la sensibilisation de la population au patrimoine. La visite saint-louisienne a permis de faire un point d étape sur les projets en cours et d envisager les perspectives à développer dans le prochain programme de coopération. Plusieurs temps forts ont rythmé la semaine de rencontre : comité de pilotage des accords de coopération, réunion d échanges élargie aux autres partenaires français, réunion du «Groupe pays Sénégal», à l initiative de Cités Unies France, et visites thématiques en rapport avec le programme de coopération. Des instances pour accompagner la solidarité internationale Plusieurs initiatives étayent les projets de solidarité internationale de la métropole, celle-ci assumant ses missions d accompagnement des communes et d animation en la matière. Afin de conduire ses missions, Lille Métropole s appuie depuis 2012 sur deux nouveaux partenariats : l un avec le réseau Lianes Coopération, qui offre notamment un appui en ingénierie aux communes pour la conception de projets de coopération, et l autre avec la Fondation de Lille, qui mène un travail de fond sur le volet action internationale et solidarité internationale. Créé en 1997, Lianes Coopération, réseau d appui à la solidarité internationale entend répondre aux besoins des acteurs de la métropole, impliqués dans des projets de coopération internationale, et accompagner aussi l évolution des pratiques gouvernementales et non-gouvernementales. Il propose pour cela des rendez-vous réguliers et met à disposition de nombreuses ressources. En 2012, il a notamment organisé un colloque sur le thème «Éducation au développement et à la solidarité internationale : Construire un monde plus solidaire! Quelles mobilisations citoyennes?». La Fondation de Lille illustre quant à elle l esprit de solidarité du territoire par ses actions de proximité, mais aussi partout dans le monde. Elle se mobilise pour les urgences en cas de catastrophes humanitaires et noue des relations pérennes pour la reconstruction de zones sinistrées. Elle contribue également à la sensibilisation des habitants en participant à la Semaine de la Solidarité Internationale. Du 17 au 25 novembre 2012, cet événement s est ainsi déroulé dans toute la métropole grâce à un programme riche : spectacles, concerts, conférences, rencontres, projections de films Autant d occasions pour s informer et échanger sur les enjeux de l actualité internationale dans sa diversité le développement durable, le commerce équitable, le tourisme solidaire, la santé, le respect des droits humains, l épargne solidaire, ou encore l éducation pour tous. Le 22 mars 2012, en prolongement du sixième Forum Mondial de l Eau, qui s est tenu du 12 au 17 mars à Marseille, a eu lieu la journée de l eau à Lomme. Soutenue par l association AVERS, en partenariat avec Lianes Coopération, elle a réuni les acteurs de la coopération internationale sur cette thématique. Elle a permis de faire un état des lieux des projets dans les zones de coopération de la Région Nord-Pas de Calais et de réfléchir à l amélioration de la collaboration entre les différentes instances impliquées. En 2011, Lille Métropole a pris la présidence du réseau des Collectivités textiles européennes créé par Pierre Mauroy et cinq autres élus de collectivités européennes au début des années Outre les activités d élargissement et de lobbying, le réseau a connu trois temps forts en Il a tenu son Assemblée générale à Lodz, en Pologne, en avril. Puis il organisé la deuxième édition du Concours des Jeunes créateurs à Riccione, en Italie, en juillet. Et, enfin, il a pris part à l inauguration du CETI en octobre, à l occasion du comité exécutif de Mouscron. 59

60 En 2012, dans un environnement budgétaire contraint, la solution pour maintenir une politique ambitieuse passe par l optimisation des dépenses et la mutualisation des moyens. Cette démarche systématique permet de dégager des ressources à même d être mobilisées pour toutes les actions de la métropole permanents non permanents heures sociale : (dont la subvention au CAS) L année 2012 a vu s achever les travaux d extension et de rénovation du restaurant communautaire. Du nouveau mobilier a également été mis en place pour permettre d optimiser encore plus l espace et le confort des agents qui le fréquentent quotidiennement, soit 779 repas par jour en moyenne (fréquentation en hausse par rapport à l année 2011). Un effort sans précédent pour la formation Lille Métropole a poursuivi, en 2012, sa politique de stabilisation des effectifs. Ainsi, le principe de non remplacement d un agent sur trois partant à la retraite sur ses pôles historiques a permis un redéploiement des postes pour faire face à des activités nouvelles en pleine expansion (développement économique, habitat, culture). Cette ambition passe également par un effort constant en matière de formation. Depuis 2011, l effectif des agents formés est en augmentation régulière : de 62 % des effectifs en 2010, ce taux est successivement monté à 74 % en 2011 pour atteindre 80 % en L effort financier consenti pour la formation des agents (y compris la cotisation du CNFPT) représente environ 1,4 million d euros. Toujours dans le domaine de la formation, la métropole assume son rôle de leader sur la région en termes d accueil d apprentis de tous niveaux d études et de développement de partenariats très poussés avec les écoles. Les actions menées en direction des agents sont aussi maintenues et développées. En 2012, une aide à la rentrée scolaire pour les plus bas salaires a été mise en place, et 396 agents (pour 655 enfants) ont bénéficié de cette prestation. Par ailleurs, l année a vu l entrée en vigueur du décret fixant les conditions de la participation des collectivités territoriales et de leurs établissements publics au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents. Un plan de lutte contre les risques psychosociaux, avec un travail de sensibilisation auprès des encadrants et un numéro vert à disposition de l ensemble des agents communautaires, a aussi été engagé. Enfin, en 2012, le taux d employés en situation de handicap a dépassé le taux légal de 6 % (6,19 % au 1 er janvier 2013). Parallèlement, des actions ayant trait à l ergonomie des postes de travail, à la sensibilisation des agents et à l accompagnement domiciletravail, ainsi que sur le lieu de travail ont également été mises en place. 60

61 Optimiser et mutualiser Lille Métropole poursuit la rationalisation de son parc automobile avec une réduction du nombre de véhicules de 5 % en Un effort qui va se poursuivre et qui permet d envisager à terme des économies substantielles en carburant et en charges d entretien. Un autre poste d économies sera constitué par le nouveau Datacenter, moins gourmand en espace (taille des salles) et en énergie (grâce notamment à une climatisation plus performante). Dans le même esprit, la métropole a renégocié le bail du bâtiment Euralliance B, arrivé à échéance, en obtenant une réduction du coût global de 25 %, soit une économie de 695 k pour la seule année La direction de l Eau a en outre été relocalisée à proximité de la rue du Ballon, ce qui a permis de réduire considérablement le montant des loyers, mais aussi de rapprocher cette direction des moyens et des installations disponibles au siège de Lille Métropole. Les efforts de mutualisation des achats constituent un autre axe d optimisation des dépenses. La convention signée en février 2011 avec la centrale d achat UGAP permet de faire bénéficier à Lille Métropole, aux communes et aux structures associées d un tarif préférentiel pour leurs achats. En 2012, un groupement de commande télécom a été finalisé avec 6 structures, générant des économies substantielles pour la métropole et les entités concernées. D autres projets de mutualisation (expertises juridiques, documentation, moyens d impression, commandes de sel de déneigement, de vêtements de travail, de papier, de matériels d impression ont été mis à l étude en 2012 et devraient se concrétiser en UGAP dont 62 communes et 26 structures telles que les CCAS, l Office du tourisme, LMH, l ENM, TRISELEC, l Opéra de Lille, Caisse des écoles ; réalisées par Lille Métropole et près de 390 k pour les autres adhérents UGAP (au total, depuis la signature en 2011, près de 925 k pour l ensemble des adhérents) ; télécom : une économie estimée à 20 % pour Lille Métropole (soit HT) et, à titre d exemple, à 22 % pour Lille (soit 204 k HT), et à 50 % pour Hantay (soit HT). CID 2, un pas de plus vers la dématérialisation Le Circuit informatisé des délibérations et des décisions (CID2), mis en place en 2003, a fait l objet, cette année, d une évolution importante. Son ergonomie et ses fonctionnalités ont été repensées pour offrir un meilleur pilotage de l élaboration des décisions. En particulier, les processus qu il supporte sont plus simples, et plus sécurisés techniquement. Il intègre par ailleurs un véritable outil de pilotage rapide et efficace, permettant à la fois le suivi du circuit décisionnel et le développement de l information financière associée à chaque dossier de délibération. Ces évolutions visent en outre à généraliser la dématérialisation des procédures et des actes en lien avec les services de l État. La mise en service est prévue pour la fin de l année Les marchés publics comme leviers d insertion Quelque 25 opérations (marchés publics et concessions d aménagement) ont, cette année, intégré une clause permettant de réserver des heures de travail à des personnes en difficulté d insertion. Elles sont ainsi 61 à avoir pu intégrer les chantiers menés par des entreprises attributaires des contrats de Lille Métropole pour découvrir un métier et faire un premier pas vers le retour à l emploi. Cette démarche socialement responsable s appuie sur un partenariat avec la Maison de l emploi de Lille-Lomme-Hellemmes et la Maison des initiatives et de l emploi du Roubaisis, qui accompagnent les services de Lille Métropole, les personnes bénéficiaires des heures d insertion et les entreprises pendant toute la durée des contrats. 6 Conseils et 6 Bureaux délibérations votées arrêtés 61

62 Investir pour l avenir L année 2012 a été marquée par un pic d investissements sans précédent (448 M ). Pour permettre la poursuite de cette politique ambitieuse, Lille Métropole s est attachée à moderniser et à optimiser ses procédures. Compte administratif 2012 Investissement et fonctionnement Investissement Fonctionnement Total Économie 39 M 23 M 61 M Urbanisme Aménagement Ville renouvelée 47 M 13 M 60 M Habitat et Gens du voyage 35 M 6 M 40 M Déplacements 88 M 224 M 311 M Espace public urbain et naturel 85 M 26 M 111 M Écologie urbaine 117 M 188 M 305 M Vivre ensemble 24 M 25 M 49 M International et Euro Région - Communication 0 M 3 M 3 M Crématoriums communautaires 0 M 1 M 1 M TOTAL POLITIQUES COMMUNAUTAIRES 435 M 507 M 942 M Charges générales 13 M 35 M 48 M Participation au SDIS 0 M 44 M 44 M Reversements aux communes 0 M 243 M 243 M Frais de personnel 0 M 122 M 122 M TOTAL HORS DETTE 447 M 951 M M Charge de la dette 140 M 86 M 226 M TOTAL 587 M M M 62

63 Poursuivre la modernisation de la fonction financière Le 5 janvier 2012, le démarrage de l exécution budgétaire a été réalisé avec le nouveau progiciel financier Orion, sélectionné en Les interfaces avec d autres applications métier (paye ) et l intégration de l inventaire ont été réalisées. Avec les nouveaux modules de gestion des subventions et de préparation budgétaire, le périmètre de cet outil essentiel s accroît par rapport au système utilisé jusqu alors. Cette bascule opérationnelle dans le nouvel environnement informatique a directement concerné plus de 400 agents. À cette fin, ceux-ci ont bénéficié de formations adaptées en fonction des besoins exprimés au cours de l année Pour les accompagner, un guide sur les procédures, avec des fiches pratiques, a été rédigé et mis en ligne sur l intranet. L année 2012 a permis de dresser le bilan de la convention de services comptable et financier entre Lille Métropole (LM) et la Direction régionale des finances publiques (DRFIP) couvrant la période La préparation de la 3 e convention a mobilisé les services du trésorier de LM et la DRFIP (63 % des actions réalisées) avec, notamment, des réunions bimensuelles sur le partage de dossiers et de calendriers. Par ailleurs, un travail sur la dématérialisation a été engagé avec les services de l État dans le cadre d ateliers conjoints (passage au nouveau protocole d échange standard, envoi dématérialisé de la maquette et des annexes budgétaires). La démarche de partage d expériences via le réseau des secrétariats généraux se poursuit, et la documentation sur les procédures financières a été complétée et présentée aux services, fournissant un appui pour améliorer la qualité du mandatement (nomenclature des pièces justificatives, provisionnement ). Optimiser les ressources communautaires Du côté des ressources fiscales et parafiscales (versement transports, cotisation foncière des entreprises, taxe d enlèvement des ordures ménagères ), le pôle Finances et Gestion assure un suivi régulier, en produisant des projections pluriannuelles et des expertises, et en établissant les déclarations fiscales et les demandes de dégrèvement relatives au patrimoine communautaire modifications de bases fiscales, pour un impact sur les produits 2013 estimé à 4 M, ont été présentées lors des trois réunions de la Commission intercommunale des impôts directs. Parallèlement, la vérification des déclarations relatives au patrimoine communautaire a débouché sur l obtention de de dégrèvements. Lille Métropole mène une veille législative en matière financière et fiscale, qui s exerce en particulier sur les Lois de Finances. Ces analyses permettent d anticiper l évolution des dispositifs fiscaux et des dotations de l État pour préparer le débat d orientations budgétaires. En 2012, l instauration du fonds de péréquation intercommunal (FPIC) a fait l objet de simulations dans l objectif de proposer aux élus des scénarios de mise en œuvre. La projection du nouveau panier fiscal de recettes de Lille Métropole et les incidences de la reforme de la taxe professionnelle ont également été expertisées. En matière de récupération de la TVA, la qualité du traitement a permis la perception de 18,6 M, soit la totalité des demandes présentées par Lille Métropole. La gestion de l impact de la réforme de la TVA de 2010 sur les délégations de service public a permis d optimiser les transferts de droit à déduction de TVA qui ont généré une recette d investissement de 2 M. La régularisation comptable qui a suivi a permis de diminuer le budget d investissement de la piscine des Weppes à hauteur de 1,076 M. SEM et SPL La société d économie mixte (SEM) est une société anonyme dont le capital est majoritairement détenu (jusqu à une limite de 85 %) par une ou plusieurs personnes publiques (État, collectivité territoriale, établissement public). Les SEM sont soumises au droit des marchés publics et des délégations de service public. La société publique locale (SPL) est une société anonyme dont le capital est exclusivement public. Elle exerce ses activités exclusivement pour le compte de ses actionnaires et sur le territoire des collectivités territoriales et des groupements de collectivités territoriales qui en sont membres. Les SPL peuvent déroger aux principes généraux de la commande publique, dès lors que la collectivité actionnaire exerce sur la SPL «un contrôle analogue à celui qu elle exerce sur ses propres services». 63

64 Taxes payées par les entreprises : 457 M (66 %) Versement Transport (VT) Taxe sur les surfaces commerciales (TASCOM) Cotisation foncière des entreprises (CFE) Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) Imposition forfaitaire sur les entreprises de réseau (IFER) Taxes payées par les ménages : 94 M (13 %) Taxe d habitation (TH) Taxes payées par les ménages et les entreprises : 148 M (21 %) Taxe d enlèvement des ordures ménagères (TEOM) Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TaFNB) VT 33 % 11 % 1 % 0 % 19 % 2 % 21 % TH 13 % L année 2012 a été marquée par le lancement de l appel d offres relatif au renouvellement des trois principaux contrats d assurance (responsabilité générale, dommage aux biens, flotte automobile) pour les 5 prochaines années (montant : ), ainsi que par le projet du doublement des rames et des quais de la ligne 1 du métro. Ce dossier a fait l objet d une consultation des assureurs, tant en «tous risques chantiers» qu en «dommages ouvrages». Au quotidien, le service Assurances apporte son expertise pour la gestion des sinistres, auprès des services communautaires et des organismes associés : revue des clauses d assurance des contrats de délégation et cartographie des assurances souscrites. Un tableau de bord spécifique aux assurances a été mis en place, ainsi qu une matrice de chiffrage des dommages relatifs aux recours enregistrés sur les équipements communautaires. Partager la fonction contrôle de gestion Un audit sur le fonctionnement des 5 sociétés d économie mixte (SEM) et des 3 sociétés publiques locales (SPL), dont Lille Métropole est actionnaire de référence, a été réalisé. Cet audit, qui a porté sur le fonctionnement du conseil d administration, les procédures d achats, le contrôle des commissaires aux comptes et le contrôle interne sur la période , a mis en évidence qu il n existait aucune irrégularité susceptible d engager la responsabilité de Lille Métropole. L information des administrateurs représentant Lille Métropole comme le suivi des 51 conseils d administration ont été renforcés : 7 de ces derniers ont fait l objet d une réunion préparatoire avec les administrateurs, et 28 ont fait l objet d une note transmise aux opérationnels et/ou aux administrateurs. La réalisation d un modèle de règlement intérieur du fonctionnement d un conseil d administration, un diagnostic sur l application du contrôle analogue et la présentation de 8 rapports de pilotage, délibérés en Conseil, pour les SEM et les SPL, sont venus compléter cette démarche. Lille Métropole a poursuivi le suivi de la trentaine de comptes rendus annuels à la collectivité (CRAC) qui facilite la vision consolidée des engagements hors bilan de Lille Métropole. D autres partenaires de Lille Métropole ont, eux aussi, fait l objet d un suivi spécifique. À demi-vie du contrat, un audit des comptes 2011 du centre de valorisation énergétique (CVE) a été mené et a mis en évidence à la fois un coût à la tonne incinérée relativement bas et la nécessité d améliorer la qualité de l information financière. De la même manière, un diagnostic opérationnel a été réalisé sur Lille s Agency (ex-apim). Plusieurs axes stratégiques d amélioration ont été identifiés et se sont traduits dans le projet de convention par un recentrage sur les missions de prospection, une organisation tournée vers la performance et les résultats, une meilleure articulation avec les autres opérateurs et une montée en puissance de la communication. Enfin, dans une logique de connaissance et d optimisation des coûts, une analyse des 21,8 M de subventions versées aux associations a été réalisée permettant d identifier des pistes de meilleure gestion. 64

65 Gérer la dette au plus près des besoins En application du cadre de gestion adopté en décembre 2009, le Conseil de Communauté a voté en décembre 2012 sa délibération annuelle de gestion de la dette et de la trésorerie qui détaille les actions menées en 2012 et présente les objectifs pour Les opérations de sécurisation de l encours structuré, ont permis de transformer quatre produits structurés en produits simples pour un capital de 66 M. Un tableau de bord sur la gestion de trésorerie a été développé et un recensement des flux financiers significatifs et réguliers effectué. Un autre tableau de bord sur les garanties d emprunt a été élaboré en lien avec la présentation des demandes en commissions Finances et Logement. Le suivi des garanties d emprunts est sécurisé par le partage avec la Caisse des dépôts et consignations (CDC) d analyses approfondies de la santé financière des bénéficiaires qui concernent à 99 % le logement social. Enfin, la normalisation d un circuit d informations avec les bénéficiaires a démarré en vue d actualiser en temps réel la base de données de plus de contrats. Lille Métropole a levé 204 M d emprunts en 2012 et n a pas diminué son fonds de roulement : 65 M ont été mobilisés auprès du Crédit foncier de France, 58 M auprès de la CDC, 49 M ont été souscrits dans le cadre de l emprunt obligataire des collectivités de France. Le taux moyen pondéré des emprunts levés est de 3,10 %. L Agence de l eau a versé 32 M d avances remboursables sans intérêt. La rédaction d un rapport financier a permis de valoriser la stratégie financière de Lille Métropole auprès des partenaires financiers, notamment la Banque européenne d investissement (BEI), en vue du financement du projet de doublement des rames et des quais de la ligne 1 du métro. 204 M ont été levés pour un taux moyen de 3,10 % et une durée moyenne de 20 ans et 6 mois. Crédit Foncier 65 M 32 % de l eau 32 M 16 % CDC 49 M 24 % Il s agit d une démarche globale dont le but est d éclairer la prise de décision budgétaire. Faire apparaître dès la préparation du budget l ensemble des moyens attachés à chaque objectif poursuivi, améliorer la procédure et fournir une information claire sur les effets des décisions et la réalité de leur mise en œuvre, tout cela permet de parvenir à une meilleure exécution budgétaire des politiques communautaires. Concrètement, des outils adaptés à l élaboration, au suivi et au bilan des actions ont été mis en place : enveloppes pluriannuelles ; réalisation ; programmes et actions) ; tions importantes. Ces éléments sont complétés par une communication financière dont la vocation est de fournir aux différents publics concernés une information claire et adaptée : par budget, comptes consolidés ; Info, plaquette «Chiffres clés». 65

66 ÉVALUATION DES RISQUES ET AUDIT Martine AUBRY DES SERVICES Marie-Caroline BONNET-GALZY Directeur : Marie VILETTE COMMUNICATION Laurent MARTY PROTOCOLE ET RELATIONS PUBLIQUES N... RELATIONS PRESSE Fatima KHADIR Annick JASPARD BUDGET ET GESTION Renan MEGY COMPTABILITÉ ET FINANCEMENTS Françoise LEJEUNE Jeanne-Marie VOLLEMAERE RESSOURCES HUMAINES N... SYSTÈMES D INFORMATION Annie ZANI - Adj. Laurent GLOCK AFFAIRES JURIDIQUES ET ADMINISTRATION François BERAUD - Adj. Philippe DUTILLEUX MOYENS GÉNÉRAUX Gérard CHEVALIER Dany MACKOWIAK STRATÉGIE DES TERRITOIRES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE Jérôme KLIMSZA COORDINATION TERRITORIALE ET PROXIMITÉ Erwan LEMARCHAND Adj. Grégory DELEMARLE EUROMÉTROPOLE ET PARTENARIATS EUROPÉENS Simon JODOGNE Nicole DA COSTA CULTURE Jean-Christophe LEVASSOR SPORTS Yannick LEBORGNE Christophe BOLOT ENTREPRISES ET RECHERCHE Isabelle WISNIEWSKI PARCS D ACTIVITÉS ET IMMOBILIER D ENTREPRISES Laurence RULLIER AMÉNAGEMENT NUMÉRIQUE Jean-Paul LEROY Christine MESUROLLE ESPACE NATUREL ET URBAIN Alexis MARIANI FONCIER Martine LEFEBVRE HABITAT Claire BRUHAT RESSOURCES ET EXPERTISES Jean-Baptiste BONONI Thierry DU CREST MOBILITÉ Christophe MARION TRANSPORTS Yves BAESEN - Adj. Gilles SCHAFFHOLTZ Philippe LEMAIRE EAU Frank LEROY RÉSIDUS URBAINS Michel LEPILLIET ESPACE PUBLIC ET VOIRIE Claude DHONDT ASSISTANCE À MAÎTRISE D OUVRAGE ET MAÎTRISE D ŒUVRE Fabien MAUROY Septembre

67 Coordination : Direction de la Communication de Lille Métropole Communauté urbaine Rédaction : Services de Lille Métropole Communauté urbaine Photographies : Pascaline CHOMBART, Vincent LECIGNE et Max LEROUGE (Lille Métropole Communauté urbaine). Francis BOCQUET, Antoine REPESSÉ. Conception, rédaction et réalisation graphique : PCA Communication Impression : Imprimerie Monsoise Cet ouvrage est imprimé sur papier recyclé. La couverture est imprimée sur du papier écologique blanchi sans chlore. Septembre 2013

68 Le présent document, rapport d activité 2012, est complété, au sein d une même collection, de trois rapports. Lille Métropole Communauté urbaine 1, rue du Ballon LILLE Cedex Tél. : Fax : Site internet :

Mieux vivre ensemble. Les copropriétés sur le territoire de Lille Métropole

Mieux vivre ensemble. Les copropriétés sur le territoire de Lille Métropole Mieux vivre ensemble Les copropriétés sur le territoire de Lille Métropole Synthèse de l étude et du plan d actions/mars2013 sommaire La carte des territoires Une étude 15 de Lille Métropole sur les copropriétés

Plus en détail

47 équipements. Un projet urbain singulier et pluriel! Est Ensemble, une ambition métropolitaine. 1,8 million de m² constructibles à horizon 15 ans

47 équipements. Un projet urbain singulier et pluriel! Est Ensemble, une ambition métropolitaine. 1,8 million de m² constructibles à horizon 15 ans 9 villes Est Ensemble, une ambition métropolitaine La Communauté d agglomération Est Ensemble a été créée le 1 er janvier 2010. Située aux portes de Paris, elle regroupe 9 villes de Seine-Saint-Denis Bagnolet,

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

L IMMOBILIER PROFESSIONNEL EN MÉTROPOLE LILLOISE. Immo DesPros PÉRENCHIES

L IMMOBILIER PROFESSIONNEL EN MÉTROPOLE LILLOISE. Immo DesPros PÉRENCHIES L IMMOBILIER PROFESSIONNEL EN MÉTROPOLE LILLOISE La revue Immo DesPros SÉLECTION 1 er semestre 2013 EXCLUSIVITÉ BONDUES RAVENNES-LES-FRANCS LOCATION de 500 à 1.685 m 2 632 Positionné à l entrée du nouveau

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Accélérer les projets de géoservices des PME. Réunion d information Paris, le 17 juillet 2014

Accélérer les projets de géoservices des PME. Réunion d information Paris, le 17 juillet 2014 ign.fr En partenariat avec Accélérer les projets de géoservices des PME 1 ère ÉDITION JUILLET 2014 Réunion d information Paris, le 17 juillet 2014 Nicolas Lambert (IGN) Eric Dubois (Cap Digital) LE PROGRAMME

Plus en détail

Lille Métropole Communauté urbaine Dépenses par territoires

Lille Métropole Communauté urbaine Dépenses par territoires Lille Métropole Communauté urbaine Dépenses par territoires 2011 Sommaire 1. Fondements et méthode... P3 2. Synthèse globale... P4 3. Synthèse des dépenses réalisées à l échelle communautaire... P5 4.

Plus en détail

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous.

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous. Madame, Monsieur, Dans un courrier électronique en date du 10 février 2014, vous nous avez interrogés en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique. Nous vous prions

Plus en détail

L auto-éco-construction accompagnée pour l accession à la propriété des ménages modestes. Réunion d information le 16 novembre 2012

L auto-éco-construction accompagnée pour l accession à la propriété des ménages modestes. Réunion d information le 16 novembre 2012 L auto-éco-construction accompagnée pour l accession à la propriété des ménages modestes Réunion d information le 16 novembre 2012 1. Introduction générale 2. Projection du film «Auto-construction accompagnée

Plus en détail

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 MAI 2011 1 Sommaire 1. Eléments de contexte... 3 1.1 L économie sociale et solidaire à Lille, Lomme et Hellemmes en quelques chiffres..4

Plus en détail

Article 3 - Personnes pouvant participer Le Concours est réservé aux associations (loi de 1901) dûment déclarées en préfecture ou sous-préfecture.

Article 3 - Personnes pouvant participer Le Concours est réservé aux associations (loi de 1901) dûment déclarées en préfecture ou sous-préfecture. Article 1 - Société organisatrice La MACIF, Mutuelle Assurance des Commerçants et Industriels de France et des cadres et salariés de l Industrie et du Commerce, société d assurance mutuelle à cotisations

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Service de presse Ville de Rennes/Rennes Métropole Tél. 02 23 62 22 34 Vendredi 6 mars 2015 Conseil municipal Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Sommaire > Communiqué

Plus en détail

22 juin 2016, INRIA Lyon

22 juin 2016, INRIA Lyon 22 juin 2016, INRIA Lyon Smart city / Ville intelligente : une introduction Grand Lyon Métropole Intelligente D OÙ VIENT LA VILLE INTELLIGENTE? HYGIÉNISTE TECHNOPHILE «GÉNIE URBAIN» SATURATION & ENGORGEMENT

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Square Patriarche et place Jean-Jaurès À PARTIR DE 11 h

Square Patriarche et place Jean-Jaurès À PARTIR DE 11 h Square Patriarche et place Jean-Jaurès À PARTIR DE 11 h Édito En route pour la COP21! Dans six mois, le 30 novembre 2015, le coup d envoi de la 21 e conférence internationale pour le climat sera donné

Plus en détail

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION MARNE ET CHANTEREINE AGENDA 21 - DEVELOPPEMENT DURABLE PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Présentation et proposition d engagement Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 DE QUOI

Plus en détail

pour une métropole solidaire et attractive

pour une métropole solidaire et attractive pour une métropole solidaire et attractive A l origine de Paris Métropole 5 décembre 2001 : premier débat à la Maison de la RATP o 400 acteurs publics du cœur de l agglomération o réunis pour envisager

Plus en détail

«sortez surfer» Participez aux réunions d information. la capa lance le wifi gratuit du pays ajaccien. Dossier de presse. territoire numérique.

«sortez surfer» Participez aux réunions d information. la capa lance le wifi gratuit du pays ajaccien. Dossier de presse. territoire numérique. SEPTEMBRE 2012 Dossier de presse Liberte Egalite Tous connectes Paesi N 8 AOÛT / d Aiacciu Le magazine de la Communauté d Agglomération du Pays Ajaccien Nouvelle station d épuration des Sanguinaires Participez

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Plan d actions 2011/2014

Plan d actions 2011/2014 Plan d actions 2011/2014 Le présent plan d actions s organise en fiches actions, qui précisent les objectifs opérationnels des actions et explicite les modalités de mise en œuvre. Ces fiches répondent

Plus en détail

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux 1 Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13 I Etat des lieux Le parc d ateliers «publics» loués aux artistes contemporains à Marseille est de : - 10 ateliers

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

DELIBERATIONS. (Délibérations du CONSEIL) CONSEIL du 13/12/2013

DELIBERATIONS. (Délibérations du CONSEIL) CONSEIL du 13/12/2013 DELIBERATIONS (Délibérations du CONSEIL) CONSEIL du 13/12/2013 Le présent document regroupe l'ensemble des délibérations accompagnées de leur(s) annexe(s), classés par élus rapporteur et par compétences.

Plus en détail

«Il faut donner à chacun la possibilité de devenir entrepreneur» Muhammad YUNUS

«Il faut donner à chacun la possibilité de devenir entrepreneur» Muhammad YUNUS . «Il faut donner à chacun la possibilité de devenir entrepreneur» Muhammad YUNUS 22 rue Mérigonde 81100 CASTRES - les-ateliers@hotmail.fr - 06 73 69 10 88 Un porteur de projet Un constat commun Une association

Plus en détail

Les objectifs de Rennes Métropole

Les objectifs de Rennes Métropole 12 Décembre 2012 Les objectifs de Rennes Métropole Se doter d une fonction métropolitaine nouvelle pour : Renforcer son attractivité internationale - favoriser le développement économique culturel et social

Plus en détail

Bordeaux Palais de la Bourse 17 Place de la Bourse 33076 Bordeaux Cedex. www.bordeauxpalaisbourse.com palaisbourse@bordeauxpalaisbourse.

Bordeaux Palais de la Bourse 17 Place de la Bourse 33076 Bordeaux Cedex. www.bordeauxpalaisbourse.com palaisbourse@bordeauxpalaisbourse. Bordeaux Palais de la Bourse 17 Place de la Bourse 33076 Bordeaux Cedex www.bordeauxpalaisbourse.com palaisbourse@bordeauxpalaisbourse.com Rejoignez nous sur Facebook et Twitter : www.facebook.com/espacecongres

Plus en détail

Conférence de Presse jeudi 19 mars 2015 Salon Mondial du Tourisme

Conférence de Presse jeudi 19 mars 2015 Salon Mondial du Tourisme Conférence de Presse jeudi 19 mars 2015 Salon Mondial du Tourisme Sommaire Edito Présentation du Welcome City Lab Le Welcome City Lab: les chiffres Paris&CO La nouvelle promotion de startups L état rentre

Plus en détail

VILLE DE BORDEAUX REALISATION DU NOUVEAU STADE

VILLE DE BORDEAUX REALISATION DU NOUVEAU STADE VILLE DE BORDEAUX REALISATION DU NOUVEAU STADE PROTOCOLE D ACCORD ENTRE : La Ville de Bordeaux, représentée par Monsieur Alain Juppé, maire, Ci-après désignée: «la Ville» ET : La Communauté urbaine de

Plus en détail

CONTACTS PRESSE : H&B

CONTACTS PRESSE : H&B HQE Aménagement Une démarche pour des opérations d aménagement durable Sommaire Communiqué de presse HQE Aménagement Une écriture collégiale au sein de l Association HQE L association HQE en questions

Plus en détail

Synthèse du bilan carbone

Synthèse du bilan carbone Synthèse du bilan carbone patrimoine et services ville de CANNES Ce projet est co-financé par l Union europénne. Projet sélectionné dans le cadre du programme opérationnel FEDER PACA 27-213. Année de référence

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 1 ER AVRIL 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

EDF FAIT AVANCER LA MOBILITÉ ÉLECTRIQUE. Contact presse marie.allibert@edf.fr Tél. : 01.40.42.51.40

EDF FAIT AVANCER LA MOBILITÉ ÉLECTRIQUE. Contact presse marie.allibert@edf.fr Tél. : 01.40.42.51.40 DOSSIER DE presse 1 er octobre 2014 EDF FAIT AVANCER LA MOBILITÉ ÉLECTRIQUE Contact presse marie.allibert@edf.fr Tél. : 01.40.42.51.40 en bref En quelques décennies, les transports ont évolué pour desservir

Plus en détail

Au cours du séminaire de clôture seront présentés les livrables suivants :

Au cours du séminaire de clôture seront présentés les livrables suivants : La gouvernance du projet de coopération est assurée par un Comité de Pilotage composé par - Le Président de la Chambre Régionale d Agriculture qui en assure la présidence - Deux représentants élus de chaque

Plus en détail

APRÈS LONDRES, GRENOBLE EXPÉRIMENTE LE PAIEMENT PAR CARTE BANCAIRE SANS CONTACT SUR UNE LIGNE DE BUS

APRÈS LONDRES, GRENOBLE EXPÉRIMENTE LE PAIEMENT PAR CARTE BANCAIRE SANS CONTACT SUR UNE LIGNE DE BUS APRÈS LONDRES, GRENOBLE EXPÉRIMENTE LE PAIEMENT PAR CARTE BANCAIRE SANS CONTACT SUR UNE LIGNE DE BUS Le paiement sans contact dans la Métropole grenobloise est lancé lundi 21 septembre sur la ligne Chrono

Plus en détail

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française Dossier de presse Octobre 2014 Après de trop longues années de crise, un léger vent d optimisme souffle enfin sur notre industrie automobile.

Plus en détail

Prades-le-Lez. Le Domaine del Prada. Imaginez une vie faite de soleil et de sérénité L AVENIR VOUS APPARTIENT

Prades-le-Lez. Le Domaine del Prada. Imaginez une vie faite de soleil et de sérénité L AVENIR VOUS APPARTIENT Prades-le-Lez Imaginez une vie faite de soleil et de sérénité L AVENIR VOUS APPARTIENT Imaginez un véritable havre de paix En bordure du Lez, au nord de Montpellier, Prades-le-Lez est une ville calme,

Plus en détail

Rappel des grande lignes de l Initiative Créative valley. CREATIV Labs

Rappel des grande lignes de l Initiative Créative valley. CREATIV Labs Rappel des grande lignes de l Initiative Créative valley CREATIV Labs Atelier 2 du 12 décembre 2013 À l Ecole Supérieure de Danse de Cannes Rosella Hightower 1 Le Territoire de l Initiative Créative Valley

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable Conseil ÉDUCATIO, JEUESSE, CULTURE ET SPORT Bruxelles, 21 mai 2014 Le Conseil

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

Opération d Intérêt National Éco-Vallée EcoCité plaine du Var. www.ecovallee-plaineduvar.fr

Opération d Intérêt National Éco-Vallée EcoCité plaine du Var. www.ecovallee-plaineduvar.fr Opération d Intérêt National Éco-Vallée EcoCité plaine du Var www.ecovallee-plaineduvar.fr 1 2 3 3 Eco-Vallée Un nouveau positionnement économique Faire d Eco-Vallée l accélérateur de la mutation économique

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

Les ateliers prospectifs s organisent autour de 2 cycles de réunions.

Les ateliers prospectifs s organisent autour de 2 cycles de réunions. En 2014, la formation professionnelle initiale accueille près de 82 000 apprenants sur l ensemble du territoire régional. Ce sont autant de parcours que la Région vise à soutenir en inscrivant les trajectoires

Plus en détail

Cahier des charges thématique - Couverture du territoire par le très haut débit et développement des usages du numérique

Cahier des charges thématique - Couverture du territoire par le très haut débit et développement des usages du numérique Cahier des charges thématique - Couverture du territoire par le très haut débit et développement des usages du numérique Actualisation et mise en œuvre d une Stratégie de Cohérence Régionale d Aménagement

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

Technopole de Bourges : Construction d un Centre d Affaires Vendredi 4 février 2011 15H00

Technopole de Bourges : Construction d un Centre d Affaires Vendredi 4 février 2011 15H00 Dossier de presse Technopole de Bourges : Construction d un Centre d Affaires Vendredi 4 février 2011 15H00 Contacts presse : Laurent DEULIN : 02 48 48 58 10 06 63 95 00 23 l.deulin@agglo-bourgesplus.fr

Plus en détail

LE VIVAT & LES ENTREPRISES UN DIALOGUE QUI S INVENTE

LE VIVAT & LES ENTREPRISES UN DIALOGUE QUI S INVENTE UN ACTEUR CULTUREL IMPORTANT SUR VOTRE TERRITOIRE, UN PARTENAIRE POUR LES ENTREPRISES, DES ESPACES CONVIVIAUX À LOUER, DES SOIRÉES SPECTACLES LE VIVAT & LES ENTREPRISES UN DIALOGUE QUI S INVENTE CONTACTS

Plus en détail

Demande de logement. Demande de mutation. N de contrat SRCJ : L / (si vous êtes déja locataire à la SRCJ) Dossier arrivé le : CADRE RÉSERVÉ À LA SRCJ

Demande de logement. Demande de mutation. N de contrat SRCJ : L / (si vous êtes déja locataire à la SRCJ) Dossier arrivé le : CADRE RÉSERVÉ À LA SRCJ Demande de logement Demande de mutation N de contrat SRCJ : L / (si vous êtes déja locataire à la SRCJ) CADRE RÉSERVÉ À LA SRCJ N Dossier :... Date d enregistrement :... Nom :... Prénom :... Communes demandées

Plus en détail

[Texte] GLOSSAIRE DU CDT. [Texte]

[Texte] GLOSSAIRE DU CDT. [Texte] GLOSSAIRE DU CDT AGENCE NATIONALE POUR LA RENOVATION URBAINE (ANRU) L agence nationale pour la rénovation urbaine est un établissement public industriel et commercial, créé par l article 10 de la loi d

Plus en détail

Opération d intérêt national Bordeaux Euratlantique. Point d étape

Opération d intérêt national Bordeaux Euratlantique. Point d étape Opération d intérêt national Bordeaux Euratlantique Point d étape Une feuille de route initiale Un enjeu économique : - créer un centre d affaires européen (tertiaire supérieur) - faire un effet levier

Plus en détail

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Préparation des contrats de ville Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Contenu des contrats de ville 3 piliers Cohésion sociale Cadre de vie et renouvellement urbain (y compris hors NPNRU) Développement

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL SEANCE DU 14 DECEMBRE 2012. Au 5 Cité de la Traverse - la salle de la Traverse - Poitiers

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL SEANCE DU 14 DECEMBRE 2012. Au 5 Cité de la Traverse - la salle de la Traverse - Poitiers En vertu des articles L.2131-1, L.5211-2 et L.5211-3 du CGCT, le Président de la Communauté d Agglomération Grand Poitiers atteste que le présent acte a été affiché, transmis en Préfecture le. et/ou notifié

Plus en détail

Appel à financement participatif

Appel à financement participatif Appel à financement participatif pour installer des fours solaires de quartier à Saint-Martin-d'Hères (Isère) Communiqué de presse mars 2014 Appel au financement participatif pour finaliser le projet de

Plus en détail

Dossier de presse municipales 2014. Les candidat-e-s s engagent à faire de leur ville une capitale de l entrepreneuriat social

Dossier de presse municipales 2014. Les candidat-e-s s engagent à faire de leur ville une capitale de l entrepreneuriat social Dossier de presse municipales 2014 LE PACTE DU MOUVES : Les candidat-e-s s engagent à faire de leur ville une capitale de l entrepreneuriat social Sommaire 1. Communiqué de presse 1 2. LES objectifs de

Plus en détail

J.9. Annexe DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE

J.9. Annexe DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE LIGNE 16 : NOISY CHAMPS < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 17 : LE BOURGET RER < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 14 : MAIRIE DE SAINT-OUEN < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE BLEUE) DOSSIER

Plus en détail

Stratégie et développement du groupe SOGARIS en logistique urbaine pour l agglomération parisienne

Stratégie et développement du groupe SOGARIS en logistique urbaine pour l agglomération parisienne Stratégie et développement du groupe SOGARIS en logistique urbaine pour l agglomération parisienne Christophe RIPERT, Directeur immobilier, SOGARIS Cette présentation porte sur des exemples concrets d

Plus en détail

L accueil comme priorité. Fréquentation des principaux sites touristiques en millions de visiteurs

L accueil comme priorité. Fréquentation des principaux sites touristiques en millions de visiteurs 27 millions de visiteurs, dont 7 millions d étrangers et 0 millions de Français 44 millions de visiteurs au total pour Paris et sa région Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre Principales nationalités

Plus en détail

MOBILISEZ VOS COLLABORATEURS POUR UNE JOURNEE DE VOLONTARIAT SOLIDAIRE

MOBILISEZ VOS COLLABORATEURS POUR UNE JOURNEE DE VOLONTARIAT SOLIDAIRE MOBILISEZ VOS COLLABORATEURS POUR UNE JOURNEE DE VOLONTARIAT SOLIDAIRE 1 Unis-Cité vous propose de concevoir, organiser et animer des Journées d Action Solidaire pour vos salariés Fédérez vos salariés

Plus en détail

LE FRAXINETUM UNE SALLE MULTIFONCTION UN ÉQUIPEMENT DE LOISIRS, SPORTIF ET CULTUREL

LE FRAXINETUM UNE SALLE MULTIFONCTION UN ÉQUIPEMENT DE LOISIRS, SPORTIF ET CULTUREL LE FRAXINETUM UNE SALLE MULTIFONCTION UN ÉQUIPEMENT DE LOISIRS, SPORTIF ET CULTUREL SOMMAIRE 1 I SITUATION / BESOINS / ATTENTES 2 ENJEUX DU PROJET ET OBJECTIFS DE LA MAITRISE D OUVRAGE 3 PROJET D ETABLISSEMENT

Plus en détail

LANDOT & ASSOCIÉS Partenaire juridique des collectivités publiques

LANDOT & ASSOCIÉS Partenaire juridique des collectivités publiques Créé en 1998, fort de plus de vingt collaborateurs, notre cabinet intervient en droit public et privé. Pour nos clients, tous publics ou parapublics, cette spécialisation est un gage de qualité et d indépendance.

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

étudié pour les étudiants!

étudié pour les étudiants! étudié pour les étudiants! Réussir, c est une question de volonté, c est aussi être accompagné. Un concept étudié pour les étudiants On ne réussit jamais par hasard. Qu il s agisse de ses études ou de

Plus en détail

LILLE MÉTROPOLE BUREAUX

LILLE MÉTROPOLE BUREAUX CONSEIL MÉTROPOLE CHIFFRES CLÉS BUREAUX ème TRIMESTRE 015 ARTEPARC - Lesquin - 1 er bâtiment inauguré en juillet Parc tertiaire 3 ème génération qui proposera à termes bâtiments et 44 000 m de bureaux

Plus en détail

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST ENQUÊTE PUBLIQUE DE DÉCLASSEMENT DE LA PORTION DE LA RUE DES HALLES SAINT-LOUIS SITUÉE AU DROIT DE LA RUE DUQUESNE NOTICE EXPLICATIVE 1 LE DECLIN DES HALLES

Plus en détail

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 CONSEIL DE QUARTIER DU GUICHET Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 ORDRE DU JOUR 1- Présentation du budget de la ville 2015 : serré et responsable. 2- Révision du Plan Local d Urbanisme : objectifs, cadre

Plus en détail

LOCAL À LOUER. «ZAC SEGUIN RIVES DE SEINE» Quartier du Trapèze BOULOGNE BILLANCOURT Ilot B1 Passage Pierre Bézier

LOCAL À LOUER. «ZAC SEGUIN RIVES DE SEINE» Quartier du Trapèze BOULOGNE BILLANCOURT Ilot B1 Passage Pierre Bézier LOCAL À LOUER «Quartier du Trapèze BOULOGNE BILLANCOURT Ilot B1 Passage Pierre Bézier 152, bd Haussmann 75008 Paris Tél. : 01 53 53 23 23 Fax : 01 53 53 23 29 Email : contact@devim-commercialisation.fr

Plus en détail

Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre. Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre)

Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre. Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre) Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre 103 participants au matin Introduction de la journée de lancement Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre) Le Plan Climat Territorial s intègre

Plus en détail

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours 1 Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours La réforme territoriale : quelle organisation, quelles compétences demain? Paris, 4 février 2010 1 2 Une longue

Plus en détail

Place à votre nouvelle vie!

Place à votre nouvelle vie! Place à votre nouvelle vie! Le Stade de France Le parc de la légion d honneur Saint-Denis, une ville entreprenante et attractive! Saint-Denis fait partie de ces lieux incontournables de la région parisienne

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

APPEL A PROJETS «ITINERAIRES DE DECOUVERTE DANS LE VIGNOBLE ALSACIEN»

APPEL A PROJETS «ITINERAIRES DE DECOUVERTE DANS LE VIGNOBLE ALSACIEN» APPEL A PROJETS «ITINERAIRES DE DECOUVERTE DANS LE VIGNOBLE ALSACIEN» La création d itinéraires thématiques qui permettent, sous une forme renouvelée, la découverte du vignoble alsacien et apportent une

Plus en détail

Les Smart Grids, filière stratégique pour les Alpes-Maritimes

Les Smart Grids, filière stratégique pour les Alpes-Maritimes Les Smart Grids, filière stratégique pour les Alpes-Maritimes FAIRE AVANCER TOUTES LES ENVIES D ENTREPRENDRE Les Smart Grids, filière d avenir de la transition énergétique Centrale de pilotage Intégration

Plus en détail

Grand LYON, Rôle d une collectivité dans le développement d une Smart CITY Energie. 29 novembre 2013

Grand LYON, Rôle d une collectivité dans le développement d une Smart CITY Energie. 29 novembre 2013 Grand LYON, Rôle d une collectivité dans le développement d une Smart CITY Energie 29 novembre 2013 Pour le Grand LYON, une ville Intelligente c est. Une ville dans laquelle les nouvelles technologies

Plus en détail

Jeudi 9 décembre 2010. Fanny DUPUIS 04 67 22 86 46 /// 06 07 75 52 82 dupuis.fanny@cr-languedocroussillon.fr

Jeudi 9 décembre 2010. Fanny DUPUIS 04 67 22 86 46 /// 06 07 75 52 82 dupuis.fanny@cr-languedocroussillon.fr Jeudi 9 décembre 2010 La Région et la Banque européenne d investissement lancent un fonds d investissement pour le photovoltaïque en partenariat avec trois banques régionales Le toit du chai viticole du

Plus en détail

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) Réunion commission EauBiodiversité-Déchets 22 janvier 2015 DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité 1 Ordre du jour

Plus en détail

NEWPORT / PANTIN ZAC DU PORT APPEL À CANDIDATURE POUR LES LOCAUX COMMERCIAUX ET D ARTISANAT

NEWPORT / PANTIN ZAC DU PORT APPEL À CANDIDATURE POUR LES LOCAUX COMMERCIAUX ET D ARTISANAT NEWPORT / PANTIN ZAC DU PORT APPEL À CANDIDATURE POUR LES LOCAUX COMMERCIAUX ET D ARTISANAT Sur les berges du canal de l Ourcq, entre port de plaisance, bureaux et logements, développez votre activité

Plus en détail

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux Préserver la biodiversité dans la commune La commune dispose-t-elle d'un inventaire du patrimoine écologique local? Quelle part de budget

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Atelier-débats Le jeudi 26 mars 2015, à 19h Mairie du 12 ème arrondissement

Atelier-débats Le jeudi 26 mars 2015, à 19h Mairie du 12 ème arrondissement Atelier-débats Le jeudi 26 mars 2015, à 19h Mairie du 12 ème arrondissement 2 Catherine Baratti-Elbaz Maire du 12 e arrondissement 3 Christophe Najdovski Adjoint chargé des transports, de la voirie, des

Plus en détail

CREDIT COOPERATIF. Le Crédit Coopératif BONNES PRATIQUES. 1- Eco-management COOPERATIVE

CREDIT COOPERATIF. Le Crédit Coopératif BONNES PRATIQUES. 1- Eco-management COOPERATIVE COOPERATIVE CREDIT COOPERATIF Crédit Coopératif NPdC 2 Bis, rue de Tenremonde BP 565 59023 LILLE Cedex Tél : 03 20 12 36 30 Fax : 03 20 30 77 66 Site : www.credit-cooperatif.fr Email : lille@coopanet.com

Plus en détail

Grand Lyon acteur du développement durable

Grand Lyon acteur du développement durable Grand Lyon acteur du développement durable Le développement durable Les être humains sont au cœur des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie

Plus en détail

educationsolidarite.org

educationsolidarite.org Education International Internationale de l'education Internacional de la Educaciòn Bildungsinternationale Conception : L.Talbot & Efficience Crédits photographiques : sxc.hu - flashfilm Juin 2008 educationsolidarite.org

Plus en détail

APPEL À CANDIDATURES CONCOURS. PRIX NATIONAL «Ethique et Sport scolaire»

APPEL À CANDIDATURES CONCOURS. PRIX NATIONAL «Ethique et Sport scolaire» APPEL À CANDIDATURES CONCOURS PRIX NATIONAL «Ethique et Sport scolaire» Edito Le sport permet la diffusion de valeurs telles que le respect de l autre, la responsabilité ou encore la solidarité et contribue

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Le Conseil Général accompagne le déploiement de la société de l information en Gironde

Le Conseil Général accompagne le déploiement de la société de l information en Gironde Le Conseil Général accompagne le déploiement de la société de l information en Gironde Le numérique transforme en profondeur les modes de vie, bouleverse l organisation et les marchés des entreprises traditionnelles,

Plus en détail

Etude de diagnostic territorial et accompagnement de projets en vue de la revitalisation du site de la base aérienne de Brétigny

Etude de diagnostic territorial et accompagnement de projets en vue de la revitalisation du site de la base aérienne de Brétigny Etude de diagnostic territorial et accompagnement de projets en vue de la revitalisation du site de la base aérienne de Brétigny Phase 2 Perspectives de développement Proposition de stratégie de mise en

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER»

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» 28/04/15 1 «LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» Le 6 novembre 2014, le Président de la République a officiellement annoncé la candidature de la France à l organisation

Plus en détail