8/28/2013. L inhalothérapie aux soins critiques. Objectifs. Rôles de l inhalothérapeute. Objectifs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "8/28/2013. L inhalothérapie aux soins critiques. Objectifs. Rôles de l inhalothérapeute. Objectifs"

Transcription

1 Objectifs Connaître le rôle de l inhalothérapeute dans les unités de soins critiques Connaître les dispositifs d oxygénation et d humidification Connaître les modes et principes de la ventilation (invasive, non-invasive) L inhalothérapie aux soins critiques Connaître les avantages et complications reliés à la ventilation mécanique et à l intubation Connaître les interventions pertinentes en cas d urgence Août 2013 Magalie Haman-Côté, Coordonnatrice clinique en inhalothérapie, CHUM Avec la collaboration de Isabelle Fleury, Coordonnatrice clinique en inhalothérapie, CHUM Objectifs Rôles de l inhalothérapeute Connaître le sevrage ventilatoire et ses issus Maîtriser les types de canules de trachéostomies Initiation aux interventions «avancées»: Ventilation à haute fréquence NAVA Oxyde nitrique (NO) Administration de traitements d inhalothérapie, d oxygénothérapie et d humidification des voies aériennes; Ressource pour l évaluation respiratoire du patient présentant une altération de sa fonction respiratoire; Maintien de la perméabilité des voies respiratoires par différentes techniques (canules oro/nasopharyngées, Jaw thrust); Maintien d une ventilation de qualité via différentes techniques et appareils et en assure le suivi; Assiste / procède à l intubation; Rôles de l inhalothérapeute L oxygénothérapie et l humidification des voies aériennes Surveillance respiratoire ; Application de techniques de ventilation avancées: Ventilation à haute fréquence, administration de NO, Héliox, ballon œsophagien, NAVA, Ventilation percussive Assistance à la bronchoscopie au chevet Procède au sevrage ventilatoire et à l extubation. Assure la sécurité ventilatoire du patient lors d examens et de transports internes et externes Oxygénothérapie à bas débit: Dispositif qui administre une F i O2 1,0 mais à débit < débit inspiratoire du patient => dilution Lunette nasale, valeurs indicatives seulement (la F i O 2 dépend du V C et F R) 1 L/min 0,24 2 L/min 0,28 3 L/min 0,32 4 L/min 0, L/min 0,40 1

2 L oxygénothérapie et l humidification des voies aériennes Oxygénothérapie à haut débit: le principe de Venturi L oxygénothérapie à haut débit: Dispositif qui permet l administration d une F i O 2 à débit > débit inspiratoire du patient: Débit O 2 constant Zone de résistance pression Débit air ambiant/o 2 au patient Masque à concentration multiple: 0,24 à 0,50 Dispositif de haute humidité 0,28 à 1,0 Entraînement d air ambiant Une grande résistance crée une grande diminution de pression, donc un grand entraînement d air => O 2 diluée Pour assurer la délivrance de la F i O 2 désirée: respecter le litrage d O 2 indiqué sur les bagues de Venturi.le débit arrivant au patient doit correspondre AU MOINS au débit inspiratoire du patient pour éviter la dilution du gaz. Sinon: on SOUS oxygène notre patient L oxygénothérapie et l humidification des voies aériennes Masque à haute concentration Ou masque sans réinspiration 15 lpm d O 2 minimum Sans valve: 0,60 1 valve: 0,80 2 valves: 1,0 (pas en utilisation au CHUM) Lors de l utilisation d un masque à haute concentration, il est important de s assurer que le ballon réservoir reste gonflé. Sinon danger de réinspiration de CO 2 par le patient Système d oxygénothérapie à haut débit de type Optiflow Permet d administrer une FiO2 précise entre 32 et 100% Permet d administrer des gaz saturés d humidité à 37 degrés Celsius Léger support respiratoire Maintient une pression d ouverture dans les voies aériennes Améliore le confort et la compliance au traitement L humidification des voies aériennes L O 2 non-humidifiée peut amener (même à petit débit) : Assèchement des muqueuses, naso/oropharynx, rhinite Déshydratation de l arbre bronchique Augmentation des dépenses énergétiques L oxygénothérapie et l humidification des voies aériennes L humidification des voies aériennes: Humidité passive de type barboteur: Utilisée avec la lunette nasale Diminution de l efficacité et de l activité mucociliaire Épaississement des sécrétions Inconfort du patient Désorganisation épithéliale Humidité active en nébulisation: Utilisée avec coffret trachéal Utilisée avec masque simple Utilisée avec tente faciale 2

3 La ventilation non-invasive La ventilation non-invasive BiPAP Bi-Phasic Airway Pressure 2 niveaux de pressions fixes Aide inspiratoire PEEP Invariables Volume courant Fréquence respiratoire Variables selon l effort et l état du patient Réservé aux patient ayant une respiration spontanée La ventilation non-invasive (Bipap) C est pourquoi? Avantages associés à la VNI Prise en charge de l insuffisance respiratoire hypercapnique et/ou hypoxémique Fatigue ou détresse respiratoire augmentée Atrophie musculaire SAHS Etc. Autres applications: Pré-oxygénation pour intubation Sevrage ventilatoire prolongé Niveau de soins empêchant ou patient qui refuse l intubation endotrachéale Diminution du travail respiratoire: aide inspiratoire, recrutement alvéolaire Amélioration des échanges gazeux Moins de sédation => Communication, collaboration Diminution risque de pneumonie Le ventilateur et la respiration du patient sont plus synchrones, ce qui permet de réduire le travail respiratoire du patient tout en diminuant les retentissements hémodynamiques de la VAP Permet de retarder et/ou d éviter l intubation ou la réintubation Contre-indications à la ventilation non-invasive Patient inconscient; Patient qui ne respire pas; Incapacité à protéger les voies aériennes; Surencombrement bronchique ou incapacité/difficulté à gérer les sécrétions; Pathologie présentant risque d aspiration (ex.: HDH); Pneumothorax non drainé; Manque de collaboration du patient; Choc; Détresse respiratoire / Insuffisance extrême (respiration paradoxale). Complications associées à la ventilation non-invasive Inconfort au niveau du visage Points de pression prolongés => possibilité nécrose tissulaire Aérophagie / distension gastrique => TNG Sécheresse des muqueuses nasales, congestion nasale, rhinite Assèchement des sécrétions pulmonaires Irritation des yeux due aux fuites autour du masque Nausées / vomissements 3

4 Fréquence respiratoire SpO 2 Pouls Quoi surveiller / évaluer? Travail respiratoire Tirage (SCM, sus/sous-sternal) BAN (occasionnellement) Et quand ça ne va plus.. Pour tout patient qui: Semble se détériorer soudainement; Présente soudainement des contre-indications; Démontre des signes d augmentation du travail respiratoire; Vous inquiète; AVISEZ L INHALOTHÉRAPEUTE et le médecin rapidement Et après, vient l intubation! Qui intuber et ventiler mécaniquement? Tube endotrachéal traditionnel Insuffisance respiratoire hypoxémique Insuffisance respiratoire hypercapnique Tube nasotrachéal Tube endotrachéal avec succion supra glottique Protection des voies aériennes Canule de trachéotomie Toute autre condition médicale Qui intuber et ventiler mécaniquement? Objectifs de la ventilation mécanique Trouble d oxygénation (P a O 2, S p O 2 ) Trouble de ventilation (P a CO 2, ph) Pneumonie Trouble SNC Atélectasie Atrophie musculature respiratoire OAP Hypermétabolisme Asthme Etc Bronchite, Interdépendance etc Protection des voies aériennes Autre condition médicale Objectif ventilation (Ph et PCO2 adéquate) Réglage d une ventilation minute adéquate ( Fr/VC/Pinspi) Objectif oxygénation (PaO2 et saturation adéquate) Réglage du peep et de la FiO2 adéquat Objectif diminuer le travail respiratoire et éviter l épuisement Choix d une ventilation A/C Réglage d une ventilation bien synchronisée compatible à l état d éveil du patient Perte de conscience Septicémie Compression de la trachée Absence «gag réflexe» Épiglottite Tumeur trachéale. Défaillance multiple d organe Choc hémorragique Réveil lent, difficile post-anesthésie Etc Évaluation clinique Gaz du sang Capnographie Évaluation clinique Gaz artériel Oxymètre de pouls Évaluation clinique Évaluation des signes et symptômes du patient Etc 4

5 Cycle respiratoire mécanique Les types de ventilation Pression Volume Hybride Le ventilateur génère une pression fixe à chaque cycle inspiratoire Le ventilateur génère un volume fixe à chaque cycle inspiratoire Le ventilateur génère la plus faible pression possible pour obtenir un volume courant visé 3 types de ventilation: Ventilation de type pression Constant Pression d insufflation Temps d insufflation Variable Volume courant Débit inspiratoire 3 types de ventilation : PRESSION CONTRÔLÉE Paramètres prescrits pour la ventilation (P a CO 2 ): Pression courante (ΔP) Fréquence respiratoire Temps inspiratoire Paramètres prescrits pour l oxygénation (P a O 2, S p O 2 ): F i O 2 Peep Ventilation minute 3 types de ventilation: Ventilation de type volumétrique Constant Volume courant Temps inspiratoire Débit inspiratoire Variable Pression de pointe Pression de plateau Paramètres prescrits pour la ventilation (P a CO 2 ): Volume courant Ventilation minute Fréquence respiratoire Paramètres prescrits pour l oxygénation (S p O 2, P a O 2 ): F i O 2 Peep 3 types de ventilation : VOLUMÉTRIQUE 5

6 3 types de ventilation: Ventilation de type hybride La prise en charge du travail respiratoire, une question de mode Constant Temps d insufflation Pression limite Volume courant Variable Pression d insufflation Ventilation contrôlée => travail respiratoire assumé entièrement par le ventilateur. Le patient dépend complètement des paramètres ajustés Ventilation spontanée => patient assume la totalité du travail respiratoire. Ventilation assistée => travail respiratoire partagé Les modes ventilatoires Contrôlé Déclenchement impossible Pression/ Volume/ Hybride Assisté/c ontrôlé Déclenchement possible Assisté/con trôlé intermittent Déclenchement possible Spontané Toujours déclenché par le patient Le déclenchement, comment ça fonctionne? Permet de synchroniser la ventilation aux efforts du patient dans les modes spontanés et assistés/contrôlés La sensibilité du ventilateur aux efforts du patient est réglable en pression ou en débit Trop sensible: autodéclenchement Pas assez sensible: augmentation du travail respiratoire, synchronie Les modes ventilatoires: ventilation contrôlée Disponibilité: Pression/volume Déclenchement: Impossible Indication: Patient curarisé/ patient en mort cérébrale Les modes ventilatoires: ventilation assistée contrôlée Disponibilité: Pression/Volume/Hybride Déclenchement: Le patient peut déclencher un cycle supplémentaire, on dit alors que ce cycle est assisté. Le patient recevra la même pression ou le même volume réglé pour les ventilation contrôlées Indications: Patient avec drive respiratoire inadéquate ou absente 6

7 Les modes ventilatoires: la ventilation assistée contrôlée intermittente Disponibilité: Pression/volume/Hybride Déclenchement: Le patient peut déclencher des cycles supplémentaires. selon la fenêtre de temps correspondant au déclenchement, le patient recevra une ventilation assistée ou encore spontanée accompagnée d une aide inspiratoire Indication: Patient en début de sevrage du ventilateur Les modes ventilatoires: La ventilation spontanée Disponibilité: Pression/hybride Déclenchement: Toutes les insufflations sont déclenchées par le patient. En cas d absence d effort de la part du patient, une ventilation d apnée est délivrée au patient Indication: Patient en sevrage du ventilateur avec une drive respiratoire spontanée 3 types de ventilation : VENTILATION SPONTANÉE Le ventilateur fournit une aide inspiratoire au patient Paramètres prescrits pour assurer la ventilation: Aide inspiratoire ou pression de support Paramètres prescrits pour assurer l oxygénation: F io 2 Peep Le patient détermine sa fréquence respiratoire et son temps inspiratoire, donc la ventilation minute dépend surtout de la «drive» respiratoire de ce dernier La sécurité du patient passe.par les alarmes Alarmes de fonctionnement interne: Défaillance de l appareil qui nécessite l expertise de l inhalothérapeute et/ou GBM Alarmes sur les valeurs mesurées: Ajustées en fonction des paramètres prescrits et mesurés sur le ventilateur Ajustées selon le patient, sa condition pulmonaire et sa physiopathologie Alarmes fréquentes et les causes possibles Interventions pertinentes.. ALARMES Pression haute V c bas /VM basse V c élevé/vm élevé F r élevée F r basse Apnée Ventilation Apnée CAUSES Sédation /analgésie adéquate Agitation /toux Présence de sécrétions Patient mord le tube Bronchospasme Mobilisation /toilette du patient Autoextubation État neurologique variable Condition métabolique Fuite au niveau tube, circuit Etc.. Aspiration des sécrétions endotrachéales Bolus O 2 Réanimateur manuel INHALOTHÉRAPEUTE STAT si associé à détérioration importante de la condition clinique ( SpO2, FC, PAM, etc ) 7

8 Le réanimateur manuel Bolus O 2 Vous devez TOUJOURS savoir où je me trouve!!! Désaturation transitoire (mobilisation du patient, toilette, toux) Aspiration endotrachéale Facilement accessible Au chevet de chaque patient ventilé et réserve selon votre unité Retour à la F i O 2 de base après 2 minutes sans autres manipulations Bolus O 2 Aspiration endotrachéale O 2 100% (2 minutes) Retrait mécanique des sécrétions trachéobronchiques Système à circuit ouvert ou fermé Culture de sécrétions bronchiques Système d aspiration fermé (TrachCare) Aspiration stérile (ouvert) Complications associées à la ventilation mécanique et à l intubation Traumatisme, inflammation chronique des voies respiratoires, bouche, dentition, trachée, carène, sténose sous-glottique, etc ; VILI (ventilator-induced lung injuries) => ALI => ARDS; Pneumonie acquise sous ventilation mécanique; Dénutrition; Déconditionnement musculaire/atrophie musculaire Effet hémodynamique, arythmique; Le sevrage ventilatoire Dès l intubation, on devrait penser à l extubation pour: Minimiser les complications associées à la ventilation mécanique et à l intubation; Éviter le déconditionnement musculaire => retour rapide à la ventilation spontanée Plusieurs bonnes façons de faire: Dépend de la raison de l intubation Dépend des comorbidités Dépend du temps d intubation Et du médecin Embolie pulmonaire (TVP) 8

9 Le sevrage ventilatoire Obstacles au sevrage ventilatoire 3 types de sevrage: Arrêt subit Alternance support ventilatoire et absence de support Diminution progressive du support ventilatoire Conditions nécessaires au sevrage / à l extubation Résolution de la cause primaire d intubation Bonne capacité respiratoire (oxygénation et ventilation) Maintien de la perméabilité des voies respiratoires Présence de toux efficace Protection efficace des voies aériennes Présence de respirations spontanées et efficaces Condition pulmonaire (atélectasie, bronchospasme, sécrétions abondantes, hémorragie pulmonaire, etc.); Condition cardiaque/hémodynamiques (surcharge, arythmies, tachycardies); Condition métabolique (débalancement électrolytique, acidobasique); Patient souffrant, délirieux, sursédationné, pyrétique, distension abdominale, sous/sur analgésie, etc.; L extubation Conclusions possibles du sevrage ventilatoire Extubation = Oxygénothérapie prête et fonctionnelle Matériel de réanimation/intubation disponible Estomac vidangé Patient conscient, position semi-assise Aspiration sécrétions pharyngées ET trachéales ballonnet Grande inspiration ouverture cordes vocales Extubation Extubation et reprise de la ventilation spontanée complète; Extubation et installation d une ventilation noninvasive; Échec du sevrage et retour à la ventilation mécanique (avant ou après l extubation); Trachéostomie (sevrage prolongé); Soins palliatifs (blessure médullaire, maladie neurodégénérative, etc.) Médications administrées par voie inhalée Démystifions la canule de trachéostomie Aérosolthérapie humide: - Bronchodilatateurs - Anticholinergique - Antibiotique - Narcotique -Pentamidine -Xylocaïne -NaCl 5% -Pulmozyme - Milrinone - Flolan - Épinéphrine - Décadron - Cyklokapron Aérosols-doseurs: - Bronchodilateurs - Anticholinergique - Cortistéroïdes Gaz inhalés: - Protoxyde d azote - Oxyde nitrique (NO) - Héliox Il en existe plusieurs modèles: Avec ou sans ballonnet Avec ou sans fenestration Extra-longue Cordes vocales 9

10 Démystifions la canule de trachéotomie Démystifions la canule de trachéotomie Non fenestrée Canule trachéale Mandrin Avec ballonnet Trachéotomie fraîche Permet la ventilation mécanique Canules internes Canule interne pour adapter ventilateur Démystifions la canule de trachéotomie Démystifions la canule de trachéotomie Fenestrée Avec ballonnet Fenestrée Permet la ventilation mécanique (ballonnet gonflé) Permet le sevrage ventilatoire (ballonnet dégonflé-ct) Permet l utilisation de la valve de phonation Canule interne pleine pour adapter ventilateur ET pour ASPIRER Sans ballonnet Ne permet pas la ventilation mécanique Permet l utilisation valve de phonation / bouchon Permet la nutrition orale Perspective de sevrage Démystifions la canule de trachéotomie Démystifions la canule de trachéotomie Valve unidirectionnelle: Permet l inspiration par la trachéo Redirige l expiration vers les VRS Non fenestrée Sans ballonnet Ne permet pas la ventilation mécanique Perspective de sevrage Permet l utilisation de la valve de phonation / bouchon Débit expiratoire passe par les cordes vocales Production de son permettant la parole Maintien d une pression expiratoire positive dans le poumon 10

11 Ventilation spontanée en NAVA Déclenchement neural vs traditionnel NAVA = Neurally adjusted ventilatory assist; Cycle respiratoire déclenchée par la commande neurologique Aide inspiratoire donnée en fonction de la commande ventilatoire neurale (signal Edi) Nécessite que le patient ait une commande ventilatoire intacte du SNC Système nerveux central Commande nerf phrénique Excitation diaphragmatique Contraction diaphragmatique Expansion thoracique Déplacement de débit par Δpression Aide inspiratoire délivrée Par le ventilateur Ventilation spontanée en NAVA Avantages: Meilleure synchronie patient-ventilateur; Pairage entre la demande ventilatoire neurale et celle délivrée Permet la variabilité ventilatoire Ventilation à haute fréquence par oscillation Patient chez qui la ventilation conventionnelle ne suffit plus à l oxygénation et/ou la ventilation Pour tenter de limiter les dommages pulmonaires induits par la ventilation mécanique Accessoires requis: Sonde nasogastrique avec capteurs électriques (sonde Edi) = 250,00 $$$$/chaque Durée de vie de la sonde: 5 jours Nécessite un positionnement précis de la sonde Installation de la sonde faite par un inhalothérapeute ou un médecin Ventilation à haute fréquence par oscillation Application d une très haute fréquence respiratoire (3-15 Hz= 180 à 900/min) par oscillation à très bas V c (<espace mort); Manœuvre de recrutement = situation à risque élevé Méthode: 40cmH2O X 40 secondes Application d une pression constante déterminée dans les poumons; Ventilation à l opposé de la physiologie respiratoire normale => patient fortement sédationné ad curarisé; Possibilité importante d interaction avec HD surtout lors de manœuvre de recrutement ( P intrathoracique => précharge, compression myocarde) Risques Pneumothorax Interactions PIC Fluctuation hémodynamie ( ) Arythmies Fistule broncho pleurales 11

12 Manœuvre de recrutement = situation à risque élevé Rôles de l infirmière: Surveillance signes vitaux (Arythmies, SpO2, PIC, etc ) Maintien de l hémodynamie Sédation / analgésie / paralysie adéquates Collaboration étroite avec inhalothérapeute!!! La prise en charge du patient sous ventilation à haute fréquence Dérecrutement = Danger Aspiration Mobilisation (toilette, RXP, Pansements) Déconnexion accidentelle du circuit = arrêt complet de l appareil Positionnement (tête, lit, circuit) Traction sur le tube endotrachéal Présence de l inhalothérapeute au chevet pour toutes manipulations => PRIMORDIAL Administration d oxyde nitrique (NO) Gaz inhalé Vasodilatation pulmonaire Très courte demi-vie Administration d oxyde nitrique (NO) Indications reconnues: Soulagement HTAP Indications relatives Troubles importants de l oxygénation Administré dans le circuit de ventilation via INOmax DS IR Administration d oxyde nitrique (NO) Ce qu il faut savoir: Effet rebond si arrêt subit!!! Nécessite un sevrage, même si le patient ne répond pas à la thérapie => inhalé vs production endogène Ventilation avec un réanimateur manuel et qui reçoit du NO = INHALO!! Conclusion Les interventions de l infirmière et de l inhalothérapeute sont en complètes complémentarité La qualité des soins du patient critique passe par une étroite Clé collaboration du succès: entre TOUS les intervenants COMMUNICATION 12

La ventilation non invasive aux soins intensifs

La ventilation non invasive aux soins intensifs La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure)

Plus en détail

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc.

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. NAVA pourquoi pas Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. 7e Symposium en thérapie respiratoire HSCM 1 décembre 2012 Le mode NAVA o Neurally Adjusted Ventilatory Assist Neuro-Asservissement

Plus en détail

o Non o Non o Oui o Non

o Non o Non o Oui o Non Enquête générale (à remplir une fois) [ ] = plusieurs réponses possibles o = une seule réponse possible Date de votre réponse à ce questionnaire Nombre de lits dans l'unité Connaissez-vous l incidence

Plus en détail

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 Chapitre 121 La ventilation non invasive (VNI) de l enfant A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 1. Définition La VNI se définit comme une technique destinée à augmenter la ventilation alvéolaire sans utiliser

Plus en détail

Groupe 1 somnovni 12/12/14

Groupe 1 somnovni 12/12/14 Recommandations HAS 2014! Pas encore parues indications VNI! Indication VNI en cas d une hypoventilation alveolaire = Hypercapnie : " PtCO2 nocturne > 50 mmhg " Et/ou d une PaCO2 diurne > 45 mmhg! Cas

Plus en détail

Ventilation mécanique à domicile

Ventilation mécanique à domicile RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX Ventilation mécanique à domicile Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire Date de validation

Plus en détail

Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte

Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte Réanimation DOI 10.1007/s13546-011-0243-1 RÉFÉRENTIEL / GUIDELINES Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte Guide to skills and abilities

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

Le sevrage de la trachéotomie

Le sevrage de la trachéotomie Le sevrage de la trachéotomie Journée de formation «infirmière» et «kinésithérapeute» SKR. Maison de la réanimation Paris 01 / 06 / 2012 Dr G.Beduneau Réanimation Médicale CHU ROUEN gaetan.beduneau@chu-rouen.fr

Plus en détail

La fonction respiratoire

La fonction respiratoire La fonction respiratoire Introduction Fonction vitale : Au-delà de 3 min = atteintes graves Après 5 min = très altérés On parle de 3 phénomènes : Ventilation : respiration visible, échanges aériens intérieur

Plus en détail

Fonctions non ventilatoires

Fonctions non ventilatoires UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 11 : Fonctions non ventilatoires Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE Code Désignation OXYGENOTHERAPIE A LONG TERME EN POSTE FIXE Date JO Entente préalable Surveillance

Plus en détail

Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours. 360 x 245 x 300 mm (sans moniteur) Cycle à temps et volume constant

Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours. 360 x 245 x 300 mm (sans moniteur) Cycle à temps et volume constant SIARETRON 3000 ICU Ventilateur pour soin intensif code: 960136 Rev. 1-01/01/2009 CARACTERISTIQUES PRINCIPALES Destination d usage Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours.

Plus en détail

Manuel utilisateur. Français

Manuel utilisateur. Français Manuel utilisateur Français Contenu Introduction... 1 Indications d'utilisation... 1 Contre-indications... 1 Effets secondaires indésirables... 2 Avertissements et précautions d ordre général... 2 L Astral...

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA MPOC. Présenté par : Gilles Côté, M.D.

TRAITEMENT DE LA MPOC. Présenté par : Gilles Côté, M.D. TRAITEMENT DE LA MPOC Présenté par : Gilles Côté, M.D. Département clinique de médecine générale Avril 2001 TRAITEMENT DE LA MPOC I- INTERPRÉTATION DES TESTS DE FONCTION RESPIRATOIRE II- PRISE EN CHARGE

Plus en détail

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques SIP Août 2010 Route : 354 Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques Août 2010 1 Table des matières 1. Présentation du service p 3 2. Pathologies les plus courantes aux SIP. P 5 3. Objectifs de stage p

Plus en détail

Oxygénothérapie à domicile

Oxygénothérapie à domicile RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire et de l apnée du sommeil Oxygénothérapie à domicile

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

L'oxygène. Rappel. plus d informations au : 02 54 21 97 39 ou par mail à : gaz-medicaux@spengler.fr

L'oxygène. Rappel. plus d informations au : 02 54 21 97 39 ou par mail à : gaz-medicaux@spengler.fr L'oxygène Spengler, fabricant français de matériel médical et établissement pharmaceutique distributeur en gros de gaz à usage médical, propose des ensembles de premiers secours conformes à la législation

Plus en détail

Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD

Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD Emergency and Pre-Hospital divisions SAMU 74 INSERM UMR 955 Eq13 REVA: European Network on Mechanical Ventilation CONFLICTS OF

Plus en détail

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque 24 ème Congrès de la Coordination des Infirmiers Anesthésistes et de Réanimation de Caen et sa Région Dr Buléon Clément Pôle Réanimation-Anesthésie-SAMU,

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO)

La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO) La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Définition La définition scientifique de la BPCO est la suivante : «maladie chronique et lentement progressive caractérisée par une diminution non complètement

Plus en détail

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique.

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique. Diplôme d Etat d infirmier Référentiel d activités Annexe I Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS

UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS COllection Les rapports du 7 Les facteurs prédictifs à la désaturation nocturne chez les patients ayant une maladie pulmonaire obstructive chronique rapport UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS

Plus en détail

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Hôpital Privé d Antony APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Livret d information Hôpital Privé d Antony OPC/KINE/297 Page 1 sur 6 Intervenants Rédigé par : Nom Profession Le Visa C.DUPUY

Plus en détail

Cancer et dyspnée: comment peut-on soulager? Dr Lise Tremblay 10 mai 2010

Cancer et dyspnée: comment peut-on soulager? Dr Lise Tremblay 10 mai 2010 Cancer et dyspnée: comment peut-on soulager? Dr Lise Tremblay 10 mai 2010 Objectifs Comprendre la physiopathologie de la dyspnée Connaître les traitements disponibles pour soulager la dyspnée Définir la

Plus en détail

Tronc Artériel Commun

Tronc Artériel Commun Tronc Artériel Commun Cardiopathie congénitale conotroncale. 1.4% des cardiopathie congénitales. (1/10000) CIV Diagnostic anténatal Souvent associé à un 22q11. Anomalies associées Définition EMBRYOLOGIE

Plus en détail

COMPÉTENCES RELATIVES À L ENTRÉE DANS LA PRATIQUE

COMPÉTENCES RELATIVES À L ENTRÉE DANS LA PRATIQUE COMPÉTENCES RELATIVES À L ENTRÉE DANS LA PRATIQUE Adopté par le C.A., le 17 janvier 2003 Mise à jour octobre 2011 Dernière mise à jour octobre 2014 En 1997, l OPIQ a effectué un sondage auprès de tous

Plus en détail

GUIDE D'ENSEIGNEMENT PRÉOPÉRATOIRE Pour la clientèle admise avant l'opération

GUIDE D'ENSEIGNEMENT PRÉOPÉRATOIRE Pour la clientèle admise avant l'opération GUIDE D'ENSEIGNEMENT PRÉOPÉRATOIRE Pour la clientèle admise avant l'opération Voici un petit guide qui vous renseignera sur tous les éléments à connaître concernant votre chirurgie. AVANT L OPÉRATION Les

Plus en détail

Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org.

Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org. Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org. Les maladies invalidantes Repères sur l asthme généralités

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor Coup d envoi Définition de l urgence Fonction des personnes : Pour les patients : «ça ne va pas», «il n est pas comme d habitude», «il

Plus en détail

1. Les barotraumatismes

1. Les barotraumatismes Dans le cadre de votre formation niveau 3 de plongeur subaquatique, nous allons traiter les accidents de plongée. Pourquoi commencer par ce cours? Ce n est pas pour vous faire peur, mais plutôt pour vous

Plus en détail

Les solutions en Kiné Respiratoire par Portex. Améliorer la qualité de vie THÉRAPIE RESPIRATOIRE

Les solutions en Kiné Respiratoire par Portex. Améliorer la qualité de vie THÉRAPIE RESPIRATOIRE Les solutions en Kiné Respiratoire par Portex TM Améliorer la qualité de vie THÉRAPIE RESPIRATOIRE Améliorer la qualité de vie La nécessité d une réhabilitation efficace des patients à la suite de complications

Plus en détail

Guide. du trachéotomisé. P i o n n i e r e t spécialiste. CREA GUIDE ANTADIR 3 Paulo.indd 1 11/09/08 15:46:10

Guide. du trachéotomisé. P i o n n i e r e t spécialiste. CREA GUIDE ANTADIR 3 Paulo.indd 1 11/09/08 15:46:10 Guide du trachéotomisé P i o n n i e r e t spécialiste CREA GUIDE ANTADIR 3 Paulo.indd 1 11/09/08 15:46:10 CREA GUIDE ANTADIR 3 Paulo.indd 2 11/09/08 15:46:12 Guide du trachéotomisé Vous est offert par

Plus en détail

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme Patho Med Cours 5 Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme BPCO: B: Broncho ( Bronche) P: Pneumopathie C: Chronique O: Obstructive Asthme Maladies avec des spasmes bronchiques Maladies avec des spasmes

Plus en détail

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2 Généralisation 2014 d un recueil d indicateurs pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins dans les établissements de santé de soins de courte durée Consignes de remplissage - Grille

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

Chapitre 1. - Dispositifs médicaux, matériels et produits pour le traitement de pathologies spécifiques.

Chapitre 1. - Dispositifs médicaux, matériels et produits pour le traitement de pathologies spécifiques. Maj Du 11.07.2010 LISTE DES PRODUITS ET PRESTATIONS REMBOURSABLES PRÉVUE À L ARTICLE L 165 1 DU CODE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Chapitre 1. - Dispositifs médicaux, matériels et produits pour le traitement

Plus en détail

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Nicola Santelmo Chirurgie Thoracique Groupe de Transplantation Pulmonaire de Strasbourg Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Coordinateur: Pr Gilbert

Plus en détail

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Séquence maladie: insuffisance cardiaque Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Janvier 2012 Finalité de l atelier: Présentation de la séance Cette séance a pour buts de vous permettre

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Bronchopneumopathie chronique obstructive

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Bronchopneumopathie chronique obstructive Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS Bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 Guide téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Règlement sur les activités de formation des technologues en électrophysiologie médicale pour l exercice de certaines activités

Règlement sur les activités de formation des technologues en électrophysiologie médicale pour l exercice de certaines activités Règlement sur les activités de formation des technologues en électrophysiologie médicale pour l exercice de certaines activités SECTION I DISPOSITION GÉNÉRALE 1. En vue de l'exercice des activités visées

Plus en détail

Urgence de terrain : conduite à tenir Actualisation de la réanimation cardio-pulmonaire

Urgence de terrain : conduite à tenir Actualisation de la réanimation cardio-pulmonaire Urgence de terrain : conduite à tenir Actualisation de la réanimation cardio-pulmonaire Docteur Jean-Pierre PERTEK Chef de service d anesthésie réanimation L arrêt cardio-respiratoire est un événement

Plus en détail

TEPZZ 8758_8A_T EP 2 875 818 A1 (19) (11) EP 2 875 818 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: A61K 33/00 (2006.01) A61P 25/06 (2006.

TEPZZ 8758_8A_T EP 2 875 818 A1 (19) (11) EP 2 875 818 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: A61K 33/00 (2006.01) A61P 25/06 (2006. (19) TEPZZ 878_8A_T (11) EP 2 87 818 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 27.0.1 Bulletin 1/22 (1) Int Cl.: A61K 33/00 (06.01) A61P 2/06 (06.01) (21) Numéro de dépôt: 14680.3 (22)

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

EVALUATION DES SIGNES VITAUX REANIMATION DU NOUVEAU-NE EN SALLE DE NAISSANCE

EVALUATION DES SIGNES VITAUX REANIMATION DU NOUVEAU-NE EN SALLE DE NAISSANCE MINI-MODULE D AUTO-ENSEIGNEMENT TECHNICIENS SUPERIEURS EN OBSTETRIQUE 2 EME ANNEE EVALUATION DES SIGNES VITAUX REANIMATION DU NOUVEAU-NE EN SALLE DE NAISSANCE Introduction et intérêt du sujet Dr EMIRA

Plus en détail

Stellar 100 Stellar 150

Stellar 100 Stellar 150 Stellar 100 Stellar 150 Invasive and noninvasive ventilators User Guide Français Respiratory Care Solutions Making quality of care easy Respiratory Care Solutions Making quality of care easy Sommaire Introduction................................................

Plus en détail

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6 Acides et bases Acides et bases Page 1 sur 6 Introduction Sont réputés acides et bases au sens des règles de sécurité en vigueur en Suisse, les solides ou liquides qui ont une réaction acide ou alcaline

Plus en détail

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES DOSSIER D ADMISSION 1/6 Date d'admission souhaitée : Date de la demande : Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES Renseignements administratifs

Plus en détail

Médecine & enfance. avril 2007 page 3. 3]. L European Resuscitation Council a repris les recommandations de

Médecine & enfance. avril 2007 page 3. 3]. L European Resuscitation Council a repris les recommandations de VOLUME 27 AVRIL 2007 HORS SERIE ISSN 0291-0233 Prise en charge et réanimation du nouveau-né en salle de naissance. Synthèse, adaptation et commentaires pratiques des recommandations de l International

Plus en détail

HUMI-BLOCK - TOUPRET

HUMI-BLOCK - TOUPRET FICHE DE DONNEES DE SECURITE Révision antérieure : (Selon l annexe II du Règlement REACH de l UE 1907/2006) Mise à jour : 19 janvier 2010 Version : 1 HUMI-BLOCK - TOUPRET 1-IDENTIFICATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

Infant Flow SiPAP. Manuel d utilisation

Infant Flow SiPAP. Manuel d utilisation Infant Flow SiPAP Manuel d utilisation ii Infant Flow SiPAP Ce document est protégé par les lois sur les droits d auteur internationales et des États-Unis. Ce document ne peut être copié, reproduit, traduit,

Plus en détail

Votre bébé a besoin de soins spéciaux

Votre bébé a besoin de soins spéciaux Votre bébé a besoin de soins spéciaux Ce guide se veut un document de référence afin de favoriser une meilleure compréhension de tous les aspects entourant la venue d un enfant prématuré ou malade. Il

Plus en détail

Soins Inrmiers aux brûlés

Soins Inrmiers aux brûlés Soins Inrmiers aux brûlés Le 29/04/2009 1 Intro La gravité d'une brûlure dépend essentiellement de sa profondeur, de sa supercie de sa localisation et du ASA. Sa prise en charge doit être rapide pour limiter

Plus en détail

DOSSIER - AEROSOLTHERAPIE PAR NEBULISATION

DOSSIER - AEROSOLTHERAPIE PAR NEBULISATION Novembre 2008 ; N 19 ARTICLE COMMENTE NSCLC Meta-Analyses Collaborative Group. Chemotherapy in addition to supportive care improves survival in advanced non small-cell lung cancer: a systematic review

Plus en détail

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Objectifs Expliquer le fonctionnement des stimulateurs et défibrillateurs Identifier

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

VS2000V+CAPNO. Moniteur de paramètres vitaux À usage vétérinaire. Manuel d utilisation

VS2000V+CAPNO. Moniteur de paramètres vitaux À usage vétérinaire. Manuel d utilisation VS2000V+CAPNO Moniteur de paramètres vitaux À usage vétérinaire Manuel d utilisation Sommaire Information et garantie... Propriété de la notice... Limite de garantie... Rejet des garanties... Conditions

Plus en détail

Elisée 150 Manuel patient Français

Elisée 150 Manuel patient Français Elisée 150 Manuel patient Français Respiratory Care solutions Making quality of care easy * *Solutions ResMed en ventilation Améliorer la qualité des soins Respiratory Care solutions Making quality of

Plus en détail

COLLABORATEURS CLINIQUES

COLLABORATEURS CLINIQUES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC CONCEPTION Véronique Roberge, Infirmière clinicienne COLLABORATEURS CLINIQUES Céline Bergeron, Infirmière clinicienne spécialisée Sylvie Côté, Assistante infirmière

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

Unité mobile de télémédecine au service de l urgence et du soin chronique M-V. Moreno, P. Chauvet, O. Ly

Unité mobile de télémédecine au service de l urgence et du soin chronique M-V. Moreno, P. Chauvet, O. Ly Unité mobile de télémédecine au service de l urgence et du soin chronique M-V. Moreno, P. Chauvet, O. Ly INTELLIGENT HEALTH & PREVENTIVE MEDICINE INTERNATIONAL SYMPOSIUM Tanger, Juin 2014 M-V. Moreno,

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

Tout sur la toux! La toux est une des principales causes de. La classification de la toux. Les caractéristiques de la toux selon son étiologie

Tout sur la toux! La toux est une des principales causes de. La classification de la toux. Les caractéristiques de la toux selon son étiologie Tout sur la toux! Mise àj our Louis-Philippe Boulet, MD, FRCPC, FCCP La classification de la toux La toux est une des principales causes de morbidité et un des plus fréquents motifs de consultation médicale.

Plus en détail

BPCO * La maladie respiratoire qui tue à petit feu. En France, 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent. 17 000 morts chaque année...

BPCO * La maladie respiratoire qui tue à petit feu. En France, 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent. 17 000 morts chaque année... BPCO * La maladie respiratoire qui tue à petit feu. *Bronchopneumopathie chronique obstructive. En France, 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent. 17 000 morts chaque année... Fondation

Plus en détail

SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD)

SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD) SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD) 1 PSAD: qui sommes nous - 1 200 000 patients toutes prestations confondues, pris en charge tous les jours à domicile en : oxygénothérapie ventilation

Plus en détail

Une solution simple pour vos patients complexes

Une solution simple pour vos patients complexes Une solution simple pour vos patients complexes L appareil de ventilation mécanique leader du marché, le System One BiPAP autosv Advanced, simplifie le traitement des patients souffrant de troubles respiratoires

Plus en détail

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France?

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France? 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s de réanimation 2011 Sfar. Tous droits réservés. Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées

Plus en détail

Le cœur est compliqué et il est aussi un organe que travaille très fort (Heart Attack,

Le cœur est compliqué et il est aussi un organe que travaille très fort (Heart Attack, Le cœur est compliqué et il est aussi un organe que travaille très fort (Heart Attack, 2003), et c est la seule sorte de muscle qui peut se contracter régulièrement sans fatigue; tandis que les autres

Plus en détail

Les troubles de la déglutition postintubation et trachéotomie Swallowing disorders following endotracheal intubation and tracheostomy

Les troubles de la déglutition postintubation et trachéotomie Swallowing disorders following endotracheal intubation and tracheostomy Réanimation 13 (2004) 417 430 www.elsevier.com/locate/reaurg Mise au point Les troubles de la déglutition postintubation et trachéotomie Swallowing disorders following endotracheal intubation and tracheostomy

Plus en détail

Systèmes de ventilation AVEA. Manuel de l opérateur

Systèmes de ventilation AVEA. Manuel de l opérateur Systèmes de ventilation AVEA Manuel de l opérateur ii Manuel de l opérateur Ce document est protégé par les lois sur les droits d auteur internationales et des États-Unis. Ce document ne peut être copié,

Plus en détail

Une évacuation aéromédicale dont vous êtes le héros Alexandre Chouinard et Zoé Brabant

Une évacuation aéromédicale dont vous êtes le héros Alexandre Chouinard et Zoé Brabant La médecine en milieu isolé Une évacuation aéromédicale dont vous êtes le héros Alexandre Chouinard et Zoé Brabant 2 Un des aspects les plus exotiques d une pratique médicale en région isolée est l évacuation

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP

INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP I Définition L'insuffisance cardiaque droite (IVD) se traduit par une augmentation des pressions de remplissage télédiastolique du ventricule droit (VD). Le

Plus en détail

Comprendre la mort cérébrale

Comprendre la mort cérébrale Comprendre la mort cérébrale Imprimeur de la Reine pour l Ontario, 2010. Adaptation et reproduction autorisées. 1 Comprendre la mort cérébrale Il est difficile d imaginer une expérience plus douloureuse

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 SOINS DE BOUCHE ENTRETIEN DES PROTHESES DENTAIRES L état bucco-dentaire est souvent préoccupant

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

Accueil du nouveau-né en cas d accouchement extra-hospitalier

Accueil du nouveau-né en cas d accouchement extra-hospitalier 1 Accueil du nouveau-né en cas d accouchement extra-hospitalier Chabernaud JL. SMUR pédiatrique (SAMU 92), CHU Antoine-Béclère (AP-HP) 157, rue de la Porte de Trivaux 92141 Clamart. Tél : 01-45-37-46-14

Plus en détail

2015-01-29 OBJECTIFS QUOI DE NEUF, DOC? EN PÉDIATRIE MIGRAINE TRIPTANS EN PÉDIATRIE MIGRAINES STRATÉGIES DE TRAITEMENT

2015-01-29 OBJECTIFS QUOI DE NEUF, DOC? EN PÉDIATRIE MIGRAINE TRIPTANS EN PÉDIATRIE MIGRAINES STRATÉGIES DE TRAITEMENT OBJECTIFS QUOI DE NEUF, DOC? EN PÉDIATRIE Sophie Bergeron, MD Département de pédiatrie Hôpital de Gatineau Triptan en pédiatrie Comprendre la pathophysiologie de la migraine Connaître les différentes approches

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

Consignes de sécurité Manipulation du dioxyde de carbone CO 2

Consignes de sécurité Manipulation du dioxyde de carbone CO 2 Consignes de sécurité Manipulation du dioxyde de carbone CO 2 Le dioxyde de carbone Le dioxyde de carbone est un gaz incolore, quasiment inodore et insipide. Il est donc pratiquement indétectable par les

Plus en détail

S adapter au traitement par pression positive

S adapter au traitement par pression positive S adapter au traitement par pression positive Sommaire Vous aider 3 Qu est-ce que l apnée du sommeil? En quoi diffère-t-elle du ronflement? 4 Quels sont les facteurs provoquant le ronflement ou le SAOS?

Plus en détail

Mémoire pour le Diplôme Inter Universitaire de Pédagogie Médicale. Par Valeria Martinez. Titre. Nouveau programme d enseignement des urgences à

Mémoire pour le Diplôme Inter Universitaire de Pédagogie Médicale. Par Valeria Martinez. Titre. Nouveau programme d enseignement des urgences à Universités Paris Descartes, Pierre et Marie Curie, Paris Sud et Paris-Est Créteil Val de Marne Mémoire pour le Diplôme Inter Universitaire de Pédagogie Médicale Par Valeria Martinez Titre Nouveau programme

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

Réanimation du nouveau-né en salle de naissance

Réanimation du nouveau-né en salle de naissance Réanimation du nouveau-né en salle de naissance Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 Table des matières I Préambule... 6 I.1 Le code de déontologie... 6 I.2 Le

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l'attention du patient HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée ; il faudrait

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

Ventilation des nouveau-nés SERVO-n

Ventilation des nouveau-nés SERVO-n Ventilation des nouveau-nés SERVO-n Respirer, dormir, grandir RESPIRER VENTILATION PROTECT R ICE * DORMIR GRANDIR * cf page 7 Respirer La synchronisation avec le rythme respiratoire irrégulier du bébé

Plus en détail

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou Conseils aux patients* Lutter activement contre la thrombose *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou 2 Mentions légales Directeur de la publication : Bayer

Plus en détail

SYSTEMES D INHALATION

SYSTEMES D INHALATION SYSTEMES D INHALATION Dr LOMBRY Catherine 1 Appareillages pour l administration pulmonaire Inhalateurs pressurisés à valve doseuse; aérosols-doseurs (MDI; Metered Dose Inhaler) Inhalateurs à poudre sèche

Plus en détail

E. PERROT 1, J.C. AYMARD 2, J. LEVRAUT 3. 1. Prise en charge initiale d un polytraumatisé

E. PERROT 1, J.C. AYMARD 2, J. LEVRAUT 3. 1. Prise en charge initiale d un polytraumatisé Chapitre 111 La gestion du transport d un traumatisé grave. Comment optimiser? E. PERROT 1, J.C. AYMARD 2, J. LEVRAUT 3 1. Prise en charge initiale d un polytraumatisé Le polytraumatisé est un blessé grave

Plus en détail