SOMMAIRE N 56 JANVIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE N 56 JANVIER"

Transcription

1 CLYSTERE E-revue mensuelle illustrée Histoire des objets et instruments médicaux Histoire de la santé SOMMAIRE N 56 JANVIER 2017 Histoire des instruments : - Deux flacons de la pharmacie Castel-Chabre de Toulon (Bernard Petitdant) - Clystères de fumée de tabac (Louis-Jean Dupré) Histoire de la santé : - Alexis Boyer ( ), premier chirurgien de Napoléon Ier (Xavier Riaud) - Quelques commentaires sur une vignette adresse méconnue d un Maître coutelier à Paris et à Genève au XVIIe siècle (Quentin Désiron) - Médecine et cartes postales (Jean-Pierre Martin)

2 1 CLYSTÈRE (ISSN ) Conception réalisation : Dr Jean-Pierre Martin Service de gériatrie, Centre hospitalier Jean Leclaire BP 139 Le Pouget, CS Sarlat cedex, France Abonnement gratuit sur : Comité scientifique : Michèle Moreau (cadre supérieure de santé honoraire, membre fondatrice et trésorière-adjointe de l'association des Amis du Musée de l'ap-hp (ADAMAP) Frédéric Bonté (Docteur en pharmacie, membre de l Académie Nationale de Pharmacie) Guy Gaboriau (Docteur en médecine, Collectionneur et spécialistes des instruments médicaux anciens) Richard-Alain Jean (Docteur en médecine, égyptologue, spécialiste de la médecine égyptienne) Philippe Lépine (Ingénieur retraité du fabricant d instruments médicaux Lépine, à Lyon) Bernard Petitdant (Cadre kinésithérapeute, spécialiste de l histoire de la kinésithérapie) Xavier Riaud (Docteur en chirurgie dentaire, spécialiste de l histoire dentaire et napoléonienne) Clystère sur : Facebook :

3 2 CLYSTERE Vous souhaite une BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2017

4 Deux flacons de la pharmacie Castel-Chabre de Toulon Bernard PETITDANT Cadre de Santé - Masseur Kinésithérapeute, Institut Lorrain de Formation en Masso-Kinésithérapie, 57bis rue de Nabécor F54000 NANCY Contact : La pharmacie Castel-Chabre est une institution toulonnaise depuis 1894, ou plutôt était car elle a définitivement fermé en En 1894, Louis Chabre achète la pharmacie de Victor Castel et la transforme en pharmacie droguerie. Louis Chabre a la délicatesse et/ou l'instinct commercial de garder le nom du fondateur. La Maison Castel-Chabre est née et le nom de Castel demeurera à jamais accolé à celui de Chabre. En 1911, le papier à en-tête précise toutes les spécialités : Pharmacie-drogueriephotographie-optique médicale-parfumerie-épicerie. La maison est alors tenue par Louis Chabre, pharmacien de 1 ère classe. Paul Chabre lui succèdera. La famille Chabre ne cesse de faire évoluer l'activité en fonction des besoins des clients tout en gardant un unique but : l'hygiène et la santé. C'est ainsi qu'en précurseur la Maison Castel-Chabre publie dans les années 20 "Le guide des foyers", destiné, bien sûr, aux familles. La maison a même édité un livre de Paul Chabre sur les champignons de Provence. Dans les années 60, Castel-Chabre développe une activité optique-photo-ciné puis vidéo, abandonnée lorsque la concurrence des grandes surfaces est devenue intenable. Petit à petit, l'activité évolue et Castel-Chabre finit par abandonner l'activité pharmacie-droguerie, qui était pourtant son cœur de métier, pour se tourner vers le commerce de produits naturels qui commencent alors à se développer. Puis l'activité est scindée, une partie se consacre aux produits diététiques et l'autre aux prothèses auditives (1). Les étiquettes où «Maison Castel» et «Chabre» sont séparés peuvent faire penser que ces flacons datent de la fin du XIX e siècle peu de temps après Figure 1 : Flacon moulé, dose pour un litre d eau phéniquée.

5 4 l achat par Chabre. Par contre, l un des flacons en verre moulé [Fig. 1] et l étiquette des bouchons où Castel et Chabre sont réunis nous orientent vers une date un peu plus tardive [Fig. 2, 3 et 4]. Les polices d écritures des étiquettes en papier orangé de ces 2 flacons sont différentes et des abréviations sont utilisées pour l une d elles, mais elles délivrent les mêmes informations : Maison Castel Fils/L.Chabre/ Pharmacien de 1 ère classe/ex interne des Hôpitaux/71, 73, 75, Cours Lafayette, Toulon. Une partie de ce texte se trouve entre l avers et le revers de deux médailles. Ces étiquettes portent également à leur partie basse, un bandeau sur fond noir «USAGE EXTERNE». Entre l adresse et le bandeau sur fond noir on peut lire sur l une : «Dose pour 1 Litre/EAU PHENIQUÉE» [Fig. 3] et «EX- TRAIT DE SATURNE» pour l autre [Fig. 2]. Le bouchon de liège de ces deux flacons porte une étiquette ronde, rouge, marquée, en suivant la courbure de l étiquette : M on CASTEL-CHABRE et TOULON à l horizontale. Entre ces deux mentions, un losange de couleur saumonée, avec un effet d ombre pour lui donner du relief, porte «MARQUE DÉ- POSÉE» et un C majuscule recouvert par trois ancres sans jas et opposées par leur œillet [Fig. 4]. Eau de Saturne Ce flacon, en verre moulé, mesure 10 cm de haut sur 4 de large et 3.5 d épaisseur et porte «30» au fond du flacon. Sa section est octogonale [Fig. 2]. L'extrait de Saturne est un sel de plomb. Ce soluté d'acétate basique de plomb se préparait avec de l'eau ordinaire et non de l'eau distillée pour obtenir un précipité de sels de plomb. La préparation s'appelait l'eau blanche, associée à la teinture d'arnica elle servait pour les coups en usage externe mais pouvait également servir pour les avortements! Elle n'était délivrée que sur ordonnance. Figure 2 : Le flacon d eau de Saturne. Noter les dépôts de sels de plomb au niveau de l épaulement du flacon.

6 5 Eau phéniquée Ce flacon [Fig. 3], en verre moulé, mesure 9 cm de haut pour 4 de large et 2.5 d épaisseur et porte «1oz» en léger relief au fond du flacon. Les angles sont arrondis, on ne lui reconnaît donc pas une forme octogonale. Sur la face du flacon opposée à l étiquette, verticalement peut se lire : PHARMACIE/CASTEL- CHABRE/TOULON [Fig. 1]. Aucune marque de fabricant n est visible, on peut s étonner qu un flacon fabriqué pour une pharmacie toulonnaise porte une indication de volume anglaise. Le phénol C6H50H est un acide dont la solution aqueuse est l eau phéniquée encore appelée eau phénolée ou soluté de phénol. 22 g de phénol aqueux sont mélangés à 978 g d eau purifiée. Ce soluté est à conserver en flacon bouché. Elle possède des propriétés antiseptiques et de désinfectant (2). Figure 3 : Le flacon d eau phéniquée. Conclusion Boites et flacons présentés sur les sites des collectionneurs ou de vente sont souvent vides. Il nous a semblé digne d intérêt de présenter ces deux flacons contenant encore leur produit même si le temps et la lumière ont pu les altérer. Figure 4 : Etiquette de papier recouvrant le bouchon.

7 6 Remerciements : Que Roland Le Corff, qui nous a autorisé à utiliser informations de son site sur les commerces toulonnais et Christian Fouquet nous a apporté ses lumières pharmaceutiques trouvent ici la marque de nos sincères remerciements Références Klusiewicz P., Fonteneau J.M. : Travaux pratiques de préparation et de conditionnement des médicaments. Wolters Kluwer France, Paris, Toute référence à cet article doit préciser : Petitdant B. : Deux flacons de la pharmacie Castel-Chabre de Toulon. Clystère ( n 56, janvier 2017.

8 Clystères de fumée de tabac Louis-Jean DUPRÉ Anesthésiste Réanimateur St Alban Leysse Figure 1 : L appareil de Bartholin pour les premières insufflations de tabac au XVII siècle. Welcome Library London. Dans «Entretien sur la nature des dieux» de Cicéron ( av. J-C.) ou «Histoire naturelle» de Pline l Ancien (23-79), l utilisation des clystères est rapportée (1). Des seringues à oreilles et des embouts en forme de canules ont été retrouvés dans les ruines de Pompéi (1,2). Les traitements par fumigations passives, essentiellement de végétaux aromatiques, sur la peau, les muqueuses respiratoires et vaginales étaient préconisés par Hippocrate (environ av. J-C.) (3), alors que dans les occlusions, il insufflait de l air pour dilater les intestins avec une canule et un soufflet de forgeron (4,5). Le tabac était selon Ange Edmond Lieubaud (?-?) déjà présent dans les Ardennes avant la découverte du nouveau monde (6). Il n existe cependant pas de document formel, permettant de dater en Europe, les lavements de fumées de tabac avant la seconde moitié du deuxième millénaire.

9 8 Le tabac en Europe Les premiers européens à connaître l usage du tabac furent les équipiers de Christophe Colomb ( ) lors de la découverte de Cuba en 1492, parmi lesquels Rodrigo de Jerez est considéré comme le premier fumeur européen. Le tabac fut introduit en Espagne et au Portugal en 1518 par Hernandez de Tolède (?-?), médecin et naturaliste, qui participait à l expédition de Fernand Cortez ( ) au Mexique. De là, il fut implanté en Italie par le Cardinal Prosper de Sainte Croix ( ) nonce du Portugal et par Alphonse et Nicolas Tornabon (?-?), légats français. En Angleterre, c est un marin, le Capitaine Francis Drake ( ) qui au retour d une expédition punitive contre les Espagnols, dans le Nouveau Monde, ramena le tabac et les pommes de terre en Mais c est l écrivain, explorateur et homme politique anglais Sir Walter Raleig ( ), qui rendit populaire cette plante (7-10). En France André Thevet ( O), moine de l ordre des Cordeliers, écrivain et géographe, donne une description du Pétun (autre nom du tabac), dans son ouvrage intitulé : «Les singularitez de la France antarctique, autrement nommée Amérique, de plusieurs terres et isles découvertes de nostre temps» publié pour la première fois en 1557 (11). Il réclamera l antériorité de la première plantation de tabac (sous le nom d Angoumoisine, car planté dans sa ville natale d Angoulême), dans son autre ouvrage «La cosmographie universelle» paru en 1575 (12). Mais Thevet est mal perçu par ses compatriotes et devra laisser la notoriété du tabac à Jean Nicot ( ). Celui-ci, alors ambassadeur de France au Portugal, fera parvenir en 1560, à Catherine de Médicis ( ) des graines et de la poudre de tabac pour soigner les migraines de son fils, le roi François II ( ). Il semblerait surtout que la reine découvrit là, le grand plaisir de priser dont elle prit l habitude (10). Les explorateurs du nouveau monde, rapportent les différents modes d utilisation du tabac, en inhalation de fumée (cigares et pipes), en poudre à priser, en décoction et en application locale. Ils notent aussi, les effets narcotiques, cicatrisants, de lutte contre la fatigue, la soif, les maux de tête et même l utilisation d une pâte en dentifrice, pour garder les dents blanches (13) [fig. 2]. Figure 2 : Les indiens du nouveau monde fument l Angoumoisine, encore appelée l herbe de Petun ou tabac [Thevet].

10 9 Entre 1537 et 1570, en Europe, treize ouvrages sont publiés en sept langues différentes sur les effets médicinaux du tabac (13). Cette plante qui n était au départ qu une plante d ornement dans les jardins, va devenir la panacée des panacées. C est à tel point que Jean Neander ( ) utilise le terme de Panacée comme synonyme de Tabac dans son ouvrage intitulé : «Traité du tabac ou Nicotiane, Panacée, Petun : autrement Herbe à la Reyne» (8). Charles Estienne (?-?) et son gendre Jean Liebaut ( ) en 1572, puis Jacques Gohori en 1574 ( ) seront en France les premiers médecins à publier sur l aspect médicinal du tabac (14,15). Le livre du médecin et botaniste espagnol, Nicolas Monardes ( ), qui sera traduit en Anglais, devient le livre de référence pour les traitements par le tabac avec pas moins de quarante-huit pathologies différentes traitées (16). Au XVI siècle, ce sont plus de vingt-quatre préparations et modes d administration différents qui sont utilisés. Giacomo Andrea Giacommi ( ) rapporte l efficacité du tabac, en citant les différents auteurs dans des cas «d hydropisie, de plusieurs maladies des voies urinaires, accompagnées de douleur et de rétention d'urine, du catarrhe pulmonaire chronique, de l'asthme, de la coqueluche, de l'angine tonsillaire et de la pneumonite, de la dysenterie et de plusieurs inflammations franches, de l'iléus, de l'étranglement herniaire, des vers intestinaux et de la céphalalgie, de l'odontalgie, des tumeurs dures, inflammatoires, des bubons (en fomentation), des ganglions hypertrophiés et des indurations aux mamelles, de la gale, des dartres et de la teigne, dans les maladies de l'appareil cérébro-spinal, comme dans la manie, la prophylaxie de l'apoplexie, le tétanos et le tétanos traumatique, l'épilepsie et les asphyxies hypersthéniques» (17). Indications des lavements de fumée de tabac. L introduction des clystères à fumée de tabac est attribuée aux anglais, mais pour beaucoup, la première publication d un clystère à fumée de tabac, daterait de 1661, par le Danois Thomas Bartholin ( ) (18-21). Régnier De Graaf ( ) dans sa lettre à Plemplius, écrite en 1669 et publiée en 1673 parle de ces appareils qu utilisent les Anglais, pour introduire la fumée de tabac dans les intestins (22). En reprenant la littérature, on voit qu avant Bartholin, John Woodall ( ) avait déjà publié sur les lavements de fumée de tabac avec dans la seconde édition de son livre «The surgeon s mate» une très belle gravure de l appareil qu il utilisait en 1639 (23) [Fig. 3]. Thomas Sydenham ( ), «l Hippocrate d Angleterre» a lui aussi été crédité de la paternité des lavements de fumée de tabac, mais sa première publication ne date que de 1866, soit après Woodall et Bartholin (24,25). Christian Gotthold Feller ( ) rapporte qu un dénommé Alhard Hermann Kummen (?-?), en 1667, utilisait les clystères de fumée de tabac, pour traiter les métrorragies (19). D autres auteurs tels Michael Ettmuler ( ) de Leipzig, Johannes Andreas Stisser ( ) de

11 10 Hambourg en 1686, Frédérick Dekkers ( ) de Leiden en 1695 et Michael Bernhard Valentini ( ) de Giessen en 1700, vont alors publier sur les lavements de fumée de tabac (26-29). Pour ces auteurs les indications sont limitées à la réduction de hernies engouées, à la passion iliaque ou miserere et à la constipation, indications qui seront partagées par de très nombreux autres auteurs (5,20,21,25,27,30-40). Ce qui amène un certain Jackson Rowland ( ) à écrire que les clystères de fumée de tabac sont indispensables pour un apothicaire ou un chirurgien qui se respecte : «These Clysters of the Fume of Tobacco, are of excellent Use in the Iliac Passion, and in an incarcerated Hernia; and no Apothecary or Surgeon ought to be without such an Instrument» (41). Quant à Lorenz Heister ( ), il prétend n avoir jamais eu une hernie engouée à opérer grâce aux Figure 3 : La plus ancienne représentation d un appareil à fumée de tabac, complet, avec la mèche d amadou pour allumer le tabac, tel qu il est représenté dans la deuxième édition du livre de Woodall en 1639 [23]. Welcome Library London. lavements de fumée de tabac (5). Les clystères de fumée de tabac ont aussi été utilisés comme vermifuges en particulier pour les ascaris (27,29,35,42) et dans des indications plus marginales, voire douteuses, comme les hémorragies rectales (42), le choléra au stade terminal (29,43) ou le tétanos (34, 44-46). Une patiente aurait même été sauvée par un clystère de fumée de tabac au cours d'un iléus biliaire avec un énorme calcul biliaire évacué dans les selles (fistule vésico-duodénale probable) (47). Les clystères de fumée de tabac ont aussi été préconisés par voie vaginale pour le traitement des métrorragies (19), des leucorrhées (29). L hystérie n échappe pas à ce traitement : «Eumdem tabaci fumum utero inspiratum hystericis momentaneum afferre auxilium testatur» (34).

12 11 Figure 4 : Fumigation de fumée de tabac par voie rectale, gravure représentée dans l ouvrage de JJ Gardanne (79). La réanimation cardiorespiratoire des asphyxiés et en particulier des noyés a été la principale indication des lavements de fumée des noyés à partir de la seconde moitié du XVIII siècle [Fig. 4]. Il est surprenant que ce choix thérapeutique n apparaisse qu un siècle après les premières publications de lavements de fumée de tabac, alors que Marc Lescarbot ( ) lors d un de ses voyages en Nouvelle France, en 1611, avait observé que les indiens utilisaient les insufflations rectales de fumée de tabac pour ramener à la vie les noyés [Fig. 5]. Figure 5 : La technique des indiens décrite par Lescarbot en 1611 (48). En fait cette observation n est apparemment publiée pour la première fois, que dans le livre de Pierre-François-Xavier de Charlevoix ( ) paru en 1744 et intitulé «Histoire et description générale de la Nouvelle France» (48). Dans le Mercure Suisse de novembre 1733, le fondateur de la

13 12 revue, Louis Bourguet ( ), dans une lettre anonyme signée «un Philantrope» ouvre le débat des secours aux noyés au bord des lacs suisses et suggère de souffler de l air dans les intestins, pour réanimer ces malheureux (49). Cette lettre sera le point de départ au travers de lettres publiées dans la revue, d un vaste débat auquel participe René Antoine Ferchault de Réaumur ( ) (50-52). Celui-ci, dans ce contexte publie pour la première fois en 1740, «avis pour donner des secours à ceux que l on croit noyés.» Il y écrit «mais tout ce qu il y a de mieux, peut-être, c est de pousser dans les intestins, la fumée de tabac d une pipe» (53,54). Le premier ouvrage sur ce thème est l œuvre en 1742, du médecin et anatomiste français d origine danoise Jacques-Bénigne Winslow ( ) (55). En Angleterre Jackson Rowland ( ) en 1746 et en France Jacques Jean Bruhier d Ablaincourt ( ) en 1749 puis Antoine Louis ( ) en 1752, seront les premiers à publier sur les lavements de fumée de tabac, pour réanimer les noyés (41, 56-58). Leurs arguments pour développer cette thérapeutique sont souvent basés sur une anecdote rapportée par un certain Thomas, Chirurgien Juré à Paris : «Une femme en traversant la rivière de Seine dans un batelet vis-àvis Passy, tomba dans l'eau, et en fut retirée sans connaissance. On la réputait morte; un soldat passant la pipe à la bouche, dit au mari de sécher ses larmes, et que dans peu sa femme serait vivante puis donnant la pipe au mari, il lui dit de lui introduire le tuyau dans l'anus, et d'y souffler de toute ses forces la fumée en mettant dans la bouche le fourneau couvert d'un papier percé de plusieurs trous. A la cinquième gorgée de fumée; on entendit dans le ventre de la femme un grouillement considérable, elle rendit de l'eau par la bouche, et un moment après la connaissance lui revint» (41,52,56,58,59). Une histoire comparable, survenue à Genève est aussi rapportée (60). A la fin du XVIII siècle, de très nombreux auteurs ont adopté les lavements de fumée de tabac pour les noyés (32,35,37,39,40,61-75). Dans la deuxième moitié du XVIII siècle, le sort des noyés devient une préoccupation importante. En France, des hommes tels que le baron Réaumur, Philippe Nicolas Pia ( ) échevin de Paris, Jacques Joseph de Gardanne ( ), docteur régent de la faculté de médecine de Paris et censeur royal se battront pour stimuler les secours et solliciter l aide du gouvernement et des magistrats en faveur des noyés (52). Le mouvement en faveur des noyés se propagera au travers de toute l Europe. C est à Amsterdam que des notables créent la première association d aide aux noyés en 1767 (76). Cette expérience est rapportée en Angleterre en 1773 (62,77), elle amènera la création à Londres en 1774 de la «Society for the Recovery of Persons Apparently Drowned», par un médecin Thomas Cogan ( ) et un apothicaire William Hawes ( ). Cette société prendra ensuite le nom de «Royal Humane Society» avec l aide du roi Georges III. Partout en Europe se créent des groupes privés ou publics pour développer les secours aux noyés. Leurs objectifs étaient de stimuler l ardeur des secouristes par la publication des nombreux succès, par l attribution de récompenses en argent ou sous forme de médailles et de faire installer au près des cours d eau et des zones à

14 13 risque, des boites de secours aux noyés dont la principale pièce était alors la machine fumigatoire (52,78-80) [Fig. 6 et 7]. Figure 6 : La boite de secours aux noyés, conçue par Pia en 1775 (78). Figure 7 : L appareil à fumigation de tabac fabriqué par Evans & co en 1774, à la demande de la «Society for the Recovery of Persons Apparently Drowned». Getty images (

15 14 En 1790, on comptait 190 localités équipées de boites de secours aux noyés et asphyxiés (52). Les résultats vont aller de pair avec ce développement puis qu à Paris entre 1772 et 1788, ce sont 813 sur 934 noyés qui sont sauvés (52,81). A Londres entre 1774 et 1787 ce sont 897 noyés qui sont ramenés à la vie. Dans «De curandis hominum morbis Epitome», le médecin allemand Johann Peter Frank ( ) parle de 2319 noyés sauvés, soit la moitié des victimes (52). Cet engouement pour les clystères de fumée de tabac dans le traitement de la noyade est tel que même les livres destinés à la jeunesse en font état (82). L intérêt des fumigations de tabac dans le fondement chez les asphyxiés, et en particulier les noyés est remis en cause dès 1774, par un jeune médecin très ambitieux Antoine Portal ( ), titulaire de la chaire d anatomie au Collège Royal. Il fait rééditer son rapport sur les asphyxiés et noyés, quatre fois en deux ans (83,84). Il n hésite pas à écrire quelques années plus tard que «L'introduction de la fumée de tabac par le fondement n'est d'aucune utilité» (85). Paradoxalement, il écrit quelques années plus tard «Cependant n étant pas contraires, on pourra, si l'on veut, y recourir comme dernier moyen, et même les prolonger long-temps, quand ce ne seroit que pour ne pas abandonner le noyé» (86). Il semblerait aussi qu à des fins mercantiles, Portal en 1776, ait voulu faire fabriquer, en concurrence avec Pia, sa propre boite de secours, modifiée avec un appareil du type de celui de Bartholin (87). En Angleterre, dès 1776, John Hunter ( ) déconseille les lavements de fumée de tabac au profit d une assistance respiratoire, éventuellement avec «l'air déphlogistiqué décrit par Priestley (gaz oxygène)» et avec de la fumée de plantes aromatiques (88). Charles Kite ( ) propose surtout les chocs électriques au niveau du cœur ou de la tête pour la réanimation des noyés. Son travail lui vaudra la médaille de la «Human Society of London». Il rejette aussi les lavements de fumée de tabac, que ce soit pour les noyés ou même les hernies étranglées et la constipation. Dans la trousse de secours qu il préconise, construite par John Savigny, célèbre fabricant londonien, de matériel chirurgical, figure un appareil, fait d une vessie qui permet d insuffler de la fumée de tabac (ou d un autre aromate) dans les poumons, l estomac mais aussi les intestins (89,90) [Fig. 8]. Peu après Cogan et James Curry ( ) dénoncent à leur tour les effets nocifs des lavements de fumée de tabac et s orientent vers l insufflation pulmonaire, y compris avec «bronchotomie» (trachéotomie) (91,92). Au début du XIX siècle, Hawes au travers de la «Royale Humane Society» va alors se positionner contre les lavements de tabac dès 1815, pour les contre-indiquer formellement dans son rapport de 1945 (93,94). Les clystères à fumée de tabac sont détournés de leur usage rectal, pour une utilisation pulmonaire incluant éventuellement les fumées ou vapeurs d aromates [Fig. 9]. La position de Hawes lui vaudra de très nombreux courriers de chirurgiens outrés par le rejet des lavements de fumée de tabac, dont ils rapportent de nombreux succès (95). A Hambourg, la technique est déjà pratiquement abandonnée en 1799, surtout quand la victime est inconsciente (69).

16 15 Figure 8 : La trousse préconisée par Charles Kite en 1788, avec une vessie et un foyer, des canules pharyngée et rectale, un tube à destination des poumons, un autre pour l estomac et un dernier pour les intestins (89). Figure 9 : Le matériel recommandé par la Royale Humane Society de Londres en 1814, est axé surtout sur la réanimation respiratoire avec son soufflet à double valve, sa sonde d intubation (8) ou de bronchotomie (9), mais il reste toujours le foyer (6) pour un usage pulmonaire ou rectal et les canules rectales (13, 93).

17 16 Aux Etats Unis, Daniel Legare ( ) soutient en 1805, à Philadelphie, une thèse sur les effets des lavements de fumée de tabac, en testant sur lui-même, puis sur 14 chiens, pour conclure que ses lavements sont inefficaces pour ramener les noyés à la vie. Ils sont dangereux par l excitation intense qu ils provoquent (96). Dans le reste de l Europe les positions seront beaucoup plus nuancées, les auteurs hésitent entre l absence de preuve scientifique et les multiples observations bénéfiques rapportées dans la littérature (51,52,95, ) A la fin du XIX, l opinion générale n est plus du tout en faveur des lavements de fumée de tabac, mais ils restent encore utilisés, donnant l impression que les médecins n osent pas abandonner totalement la technique et la réservant pour un deuxième temps quand les premiers signes de vie sont réapparus (46, 75). Pour Alfred Houzé de l Aulnoit ( ), la seule indication restante pourrait être de réchauffer l intestin, mais «il me semble préférable de recourir à un moyen qui ne détermine ni météorisme, ni empoisonnement : ce moyen est bien simple, puisqu'il se réduit à l'injection d'un demi lavement d'eau un peu chaude ayant une température de 33 à 35 centigrades» (103). Dans le même contexte que les asphyxies par noyade, l utilisation de clystères de fumée de tabac, a également été proposée pour les enfants. Lors des états de mort apparente des nourrissons après convulsions ou même à la naissance (32,37). Cela ne semble cependant pas avoir été beaucoup utilisé. La dernière utilisation de clystères de fumée a sans doute été faite en Italie en Pendant l épidémie de grippe espagnole en Italie, les lavements de fumée de tabac et les lavements de café, furent les principales ultimes tentatives de réanimation (104). Les instruments La multiplicité des instruments mis au point pour administrer les clystères de fumée de tabac témoigne de la créativité des médecins des XVII et XVIII siècles. Ils sont souvent assez proches les uns des autres. De certains instruments, on ne retrouve que le nom de leurs auteurs. D autres fumigateurs sont accessibles par les gravures et les descriptions dans les livres d époque. Les appareils conservés sont devenus rares. Cet article se limite aux instruments pour lesquels l histoire nous a laissé une trace suffisante, autre que le nom de son concepteur et quelques lignes descriptives. Les contraintes des appareils sont un peu différentes selon qu ils sont utilisés pour des noyés avec la notion d urgence et donc de disponibilité immédiate et l intérêt d apporter un complément de chaleur, ou pour les hernies étranglées où la notion d urgence est très relative et l apport de chaleur sans intérêt. L appareil le plus simple décrit dans la littérature est l étui du couteau dont on coupe l extrémité pour l introduire dans l anus, la fumée de tabac inspirée par un ou mieux, plusieurs sauveteurs est directement soufflée dans l orifice large de l étui (40, 50,105, 106). A défaut d appareil spéci-

18 17 fique l emploi d une pipe est la solution la plus utilisée. Les pipes en terre ont été inventées au XVII siècle, par un anglais William Baernelts (?-?), ayant émigré à Gouda en Hollande. Elles mesuraient au minimum un pied et demi (48 cm). Elles sont faites d'un petit fourneau en terre et d'un tuyau qui peut être fait en terre, en bois ou en os, en corne ou en ivoire. Ce n est qu au XVIII qu apparaitront les pipes en porcelaine et écume de mer (8) [Fig. 10]. Figure 10 : Les pipes en terre du XII et XVIII siècle avait des tuyaux longs, ce qui permet de mieux comprendre comment on pouvait les utiliser pour insuffler de la fumée de tabac dans le rectum (8). Cela peut être simplement le tuyau d une pipe cassée, par lequel on insuffle le tabac aspiré d une autre pipe, ou bien la pipe entière dont la tuyau est enfoncé dans le fondement et le sauveteur souffle par le fourneau couvert d'un papier percé de plusieurs trous (50). Un tuyau de cuir avec une canule de corne adaptée à l embout de la pipe est préférable pour éviter «le risque que l on court avec un tuyau de terre qui peut se casser et rester dans le fondement» (107). Une des difficultés vient de ce que la chaleur du fourneau ne permet pas de souffler longtemps. «L'insufflation est souvent interrompue dans cette méthode; assez désagréable d'ailleurs, par la nécessité d'avoir la bouche près du fondement d'une personne. Le motif, si l'on veut, anoblit la chose, mais il n'en ôte pas ce qu'elle a de déplaisant» (58). «Il est difficile de pousser la fumée avec la bouche, surtout si l on n est point habitué à fumer» (36). Pour pallier à ces inconvénients, la plupart des auteurs recommandent l utilisation de deux pipes. «On en remplit une de tabac, on l'allume & on introduit le bout frotté d'huile dans

19 18 l'anus, on applique la tête de l'autre fur celle, qui est pleine, on les enveloppe toutes deux de papier mouillé & on souffle par le tuyau de la dernière» (36). Le principe de la pipe a été la base des instruments plus spécifiques dont le modèle de référence est celui attribué à Bartholin, sans doute parce qu il apparaît dans son ouvrage de L auteur raconte pourtant que l appareil est de conception anglaise et lui a été rapporté par son grand ami Henricus Moinichen ( ), médecin de la cour du Danemark (18) [Fig. 11]. Figure 11 : Le livre de Thomas Bartholin de 1661 et l extrait où il confirme la paternité des Anglais pour son appareil (18). L appareil est constitué d une canule rectale en ivoire, d un foyer en ivoire, mais doublé intérieurement de métal, l embout est également en ivoire, les tuyaux sont en cuir, doublé d un fil de laiton en spirale [Fig. 12]. Des variantes assez voisines ont été proposées par Johannes Andreas Stisser ( ) en 1686, avec un raccord rigide entre l embout et le foyer de tabac (27) [Fig. 13], et en 1700 par Michael Bernhard Valentini ( ), avec une canule rectale dans l axe du tuyau (29) [Fig. 14]). Frédérick Dekkers ( ) en 1696 propose deux pipes différentes, avec le fourneau soit avant soit après le tuyau de cuir, permettant ainsi de modifier la chaleur au niveau de la canule (28) [Fig. 15]. Pierre Van Musschenbroeck ( ) en 1739, intègre un petit robinet ou soupape au niveau de l embout pour éviter le reflux de gaz ou de matières à la fin de l insufflation (70,108) [Fig. 16]. Gardanne en 1772 a prowww.clystere.com / n 56 Figure 12 : L appareil original attribué à Thomas Bartholin en 1661 (18).

20 19 posé un système très proche de celui de Bartholin, mais avec quelques astuces comme un raccord entre embout et foyer en cuir simple, qui évite de se brûler les lèvres, mais surtout peut être pincé avec les doigts pour éviter le retour de fumée. C est un système complet, qui trouve sa place dans une boite le rendant facilement portable (79) [Fig.17]. Figure 13 : Appareil d Andréas Stisser, très proche de celui attribué à Bartholin (27).

21 20 Figure 14 : Appareil de Valentini qu il dit inspiré de Reinier De Graaf, mais qui est en fait très proche de celui de Bartholin (29).

22 21 Figure 15 : Insufflateur de Dekkers. Le fourneau peut être mis près de l anus (en haut) ou près de la bouche (en bas) ce qui permet d insuffler une fumée très chaude ou plus froide (28). Figure 16 : Machine de Bartholin modifiée par Muschenbroeck (70).

23 22 Figure 17 : L appareil portable conçu par Gardanne dans, avec sa boite. A gauche (4) le tuyau qui va du fourneau à l anus est en cuir roulé comme ceux de pipes d Allemagne, à droite le tuyau où l on souffle est en peau simple (80). Une version différente dérivée de la pipe, et surtout utilisée par les Allemands et les Hollandais, c est la vessie de porc ou de bœuf, sur laquelle est connectée à une extrémité une canule rectale et à l autre une pipe qui sert à remplir la vessie ou un gros entonnoir de fer blanc sous lequel brûle le tabac. Lorsqu elle est pleine de fumée, la vessie est fermée côté pipe ou entonnoir pour l insufflation dans le rectum (21, 33, 40, 50) [Fig. 18]. C est aussi sur la base d une vessie que Savagny a créé pour Kite son instrument (cf supra [Fig. 8]). Les insufflations faites avec le souffle des sauveteurs sont rapidement fatigantes, car elles doivent pouvoir être Figure 18 : Un instrument pour donner un lavement de fumée de tabac. A: vessie de porc. FG: pipe de tabac. D: pièce de fixation de la pipe. E: robinet. K: canule rectale. Monographie de 1773, du livre d Alexander Johnson. Wikimedia Commons. prolongées longtemps. Pour les noyés : «On insiste sur les projections de fumée dans le fondement pendant une ou deux heures, sans relâche. Ce n est souvent qu'à la consommation d'une seconde

24 23 charge du fourneau que, dans les grands sujets, la vapeur du tabac devient vraiment active, vraiment efficace» (109,110). Pour les hernies aussi, les insufflations doivent être très prolongées, nécessitant souvent deux onces de tabac (36). Des soufflets sont alors utilisés pour remplacer le souffle humain. Le plus simple, proposé par Johann Anton Lammersdorf ( ), chirurgien de Hanovre est une pipe en cuivre fixée à l extrémité d une espèce de «poudroir à soufflet», une soupape placée au-dessous de l ouverture de la pipe empêche l air chargé de fumée de tabac aspiré dans le soufflet de ressortir à l insufflation du patient. L inconvénient du système est le risque de voir à l aspiration, l air déjà insufflé revenir dans le soufflet. Jean Philippe Hagen a modifié le système pour que «l'air entre dans la cavité du soufflet en forme de poudroir avant de traverser le foyer cylindrique qui contient le tabac embrasé» (111) [Fig. 19, 20]. Figure 19 : Le soufflet préconisé par Benjamin Bell, dérivé de celui de Lammerdorf. Il le dit plus facile à utiliser que celui de Gaubius. [Bell B. A system of surgery. Vol 1, 2nd ed, Charles Eliott, Edimburg, 1785, platevi]. Figure 20 : Très jolie boite d insufflateur à fumée de tabac, datant du tout début du XIX siècle.. La petite seringue en ivoire était destinée à des injections de stimulants dans l estomac Welcome Library London.

25 24 D autres appareils sont conçus avec le foyer de tabac et des soupapes directement montés en bout de soufflet [Fig. 21]. Figure 21 : 2 appareils à fumée de tabac conservés au National Tabaks Museum de Wervik (Belgique). Sur celui du haut on voit la canule rectale. Avec l aimable autorisation du musée de Wervik. Hieronymus David Gaubius ( ), est un célèbre médecin et chimiste allemand qui a fait l essentiel de sa carrière en Hollande. En 1771, il a mis au point un soufflet pour les clystères de fumée de tabac qui va connaître un grand succès. Il est conçu sur la base d un classique double soufflet de forgeron. Un disque en laiton fixé sur la valve d entrée de l air reçoit à vis l'extrémité du petit tube d'une pipe chargée de tabac mis en feu, et garnie d'un couvercle, perforé, comme un crible, de plusieurs rangées de trous (112,113) [Fig. 22]. L inconvénient du système serait que les cendres pourraient être poussées vers l anus avec la fumée, c est pourquoi Antoine Louis ( ) a ajouté un cendrier entre fourneau et soufflet (33). Le soufflet de Gaubius sera plébiscité par de nombreux auteurs (33, 36, 114). Pour Jean Baptiste Desgranges ( ) la machine fumigatoire de Pia est «la plus simple, la plus commode» (33.) La machine se compose d un soufflet, d un fourneau, et d un tuyau en peau de mouton, avec une spirale en laiton terminée par une canule rectale en buis, mais ce sont des petits détails qui font la différence : Il y a deux tuyaux et deux canules pour palier à une obs-

26 25 truction. Le fourneau reste en position verticale pour éviter l envoi de cendres, il est coiffé d un chapiteau amovible pour le remplir, ce chapiteau est percé en son centre d une Figure 22 : Appareil de Gaubius en Le foyer de tabac est placé sur la prise d air du soufflet (112). cheminée obturée par un bouchon de liège qui permet un regard pour juger de la combustion. Le soufflet est solidaire du fourneau grâce à une petite goupille pour éviter tout débranchement inopiné (78) [Fig. 23]. Dans les explications détaillées de Pia, la présence d une valve anti retour n est pas spécifiée, mais l inertie de l appareil semble pouvoir limité un retour depuis le rectum au remplissage du soufflet. Les vessies peuvent aussi être utilisées avec un soufflet comme le propose le médecin allemand Auguste Gottlieb Richter ( ). Le soufflet est connecté directement au fourneau. Quand la vessie est pleine, elle est fermée avec un petit lac puis détachée du fourneau pour insuffler le patient en la comprimant (115,116) [Fig. 24]. Le volume insufflé avec la vessie est important, mais s il n est pas suffisant, il faut tout reprendre. Dans la plupart des dispositifs à soufflet avec soupapes, celles-ci s engorgent, crèvent et se détruisent avec la chaleur et les cendres de tabac. Les seringues, syphons ou clystères ont aussi bénéficié de modifications pour permettre des lavements de fumée de tabac. Abraham de Haen ( ) dans le premier tome de son ouvrage «Ratio medendi in nosocomio practice» paru pour la première fois en 1756, faisait déjà mention d un fumigateur semblable à une seringue à lavement, inventé par l Abbé Massie pour Gérard van Swieten ( ) célèbre médecin hollandais devenu le médecin de la cour d Autriche à Vienne et qui avait intercédé pour la venue de de Haen à Vienne (5,33,117). Il n existe ni image, ni description de cet appareil. Johann Gottlieb Schaeffer ( ), médecin et naturaliste de Regenburg en Allemagne, a proposé dès 1756, un insufflateur dérivé de l appareil de Bartholin qui peut être utilisé simplement en soufflant avec la bouche, soit par l intermédiaire d un soufflet en bois avec des valves directionnelles

27 26 (73) [Fig. 25]. Figure 23 : L insufflateur à fumée de tabac de Pia, en haut présenté par Charles Chrétien Henri Marc ( ) et en bas détaillée par Pia. A noter en bas sur la fig 1 la goupille de verrouillage B, le bouchon de liège pour contrôler la production de fumée, fig 4, le flacon de crystal rempli d esprit volatil de sel d amoniac, qui se range, dans le fourneau (78,95).

28 27 Figure 24 : Appareil recommandé par Richter à la fin du XVIII siècle (115). Figure 25 : Premier insufflateur de Schaeffer, dérivé de l appareil de Bartholin (74).

29 28 L appareil un peu primitif, va être amélioré quelques années plus tard. Il prend alors l aspect d un clystère en étain, avec un fourneau vissé à l extrémité du piston qui est creux et terminé par une soupape. Le bec courbé du foyer permet d améliorer la combustion avec la bouche (74) [Fig. 26]. Figure 26 : Insufflateur de Schaeffer de deuxième génération, il est en étain, la fumée passe à lintérieur du piston, une valve sur l embout du piston empêche la fumée déjà insufflée d être réaspirée (74). Il est frappant de constater la ressemblance entre le premier appareil de Schaeffer et l appareil proposé par le médecin belge Pierre Jean Baptiste Prévinaire ( ), que l on retrouve dans la version allemande de son livre, alors qu elle ne figure pas dans la première édition en Français (118,119) [Fig. 27]. Figure 27 : Le clystère à fumée de tabac, appelé le Prévinaire, tel qu il est présenté dans la version allemande du livre de Prévinaire. Très proche du premier appareil de Schaeffer (119).

30 29 En 1781, Christian Gotthold Feller ( ), publie dans un petit opuscule en latin, le clystère à fumée de tabac de sa conception (19). Il dit s être inspiré de la seringue propre à injecter l oreille par la trompe d Eustache, fabriquée en 1724 par René Jacques Croissant de Garengeot ( ). Garengeot a conçu dans la partie distale de son clystère en étain, un bourrelet qui contient une petite soupape, permettant de pomper du liquide par le tuyau latéral (120) [Fig. 28]. Figure 28 : La seringue pour injection continue dans la trompe d Eustache, conçue par Garengeot, avec un système de soupape intégré qui a inspiré Feller pour son clystère à fumée de tabac (120). Feller conçoit un système de soupape plus rustique, qui aspire de l air qui sera injecté ensuite dans le foyer de tabac et les intestins, avec un concept proche de l appareil de Bartholin (19) [Fig. 29]. La qualité du dessin donne un caractère un peu désuet par rapport aux autres appareils de l époque à soufflet ou seringue, le principe est celui d un système de valve pour orienter les circuits gazeux, l avantage de son système est sans doute de pouvoir changer la pièce et d utiliser un clystère classique. Son appareil est postérieur à la seringue de Hélie, dont il semble bien s être inspiré, sans le dire.

31 30 Figure 29 : L appareil de Christian Gotthold Feller (19). Monsieur Hélie, négociant de Lille en Flandre resterait un parfait inconnu, s il n avait inventé dans les années 1860, une seringue à fumée de tabac qui portera son nom. Cette seringue a été faite pour Jacques François de Villiers ( ) Docteur-Régent de la Faculté de Médecine de Paris (5,33,116,121). «Il y a entre la cannule & le corps de la seringue deux barillets & diſſérens tuyaux qui se correspondent, garnis de soupapes, de façon qu'en tirant le piston, on attire du fourneau chargé de tabac, la fumée dans le corps de la seringue & en poussant le piston, la fumée entre par le ſondement dans les intestins» (5). Mais les commentaires de Pia en 1777 sont sans appel «elle est trop compliquée pour pouvoir être d'un usage familier & être confiée entre les mains de toutes personnes indistinctement» (121). Flavien Marie Scanegatti (?-?), physicien d origine milanaise a présenté à l Académie de Rouen, le 3 aout 1774, une modification du clystère à fumée de tabac de Hélie. C est

32 31 un clystère en étain dont le fond est percé de deux trous, garnis de soupapes, d action opposée. Chacun de ces orifices est surmonté à l'extérieur d'une portion de tuyau à vis, sur lequel se monte un écrou, qui tient à un boyau de cuir plus ou moins long, terminé encore par une vis d'étain, à laquelle on adapte d un côté le fourneau de tabac ou une bouilloire et de l autre le tube et la canule rectale (105,116,121,122). En 1775, un chirurgien de Vertaizon en Auvergne, le Docteur Jacques Clédières (?-?) proposera à son tour une modification de la seringue de Hélie, en remplaçant le tuyau ou le serpentin du fourneau, par un tube rigide et court en étain (121) [Fig. 30]. Figure 30 : Un clystère à tabac en étain conservé au Musée de la médecine de Copenhague, assez proche d une seringue de Hélie Medicial Museion, University of Copenhagen. La seringue de Clédières a été envoyé à Pia pour avis. Il conclut qu elle est : «très ingénieuse, mais elle a néanmoins des inconvénients que n'ont pas celles à soufflets, en ce qu'elle est plus embarrassante, moins simple, plus sujette à se déranger & à s'engorger à cause des soupapes, beaucoup plus difficile à mouvoir comme on l'a éprouvé, sujette à laisser refroidir la fumée de tabac dans la seringue

33 32 & beaucoup moins commode que celles qui ont un tuyau long & flexible d ailleurs plus coûteuse & plus susceptible d'entretien» (121). En fait le véritable enjeu, est la machine qui équipe les boites de secours au noyé, parce que cela représente un marché important en cette fin de XVIII siècle et jusqu alors c est le fumigateur à soufflet de Pia. Cet enjeu, Joseph-Frédéric-Benoît Charrière ( ), le fabricant d instruments de chirurgie en est bien conscient, lorsqu il présente en 1840, son «robinet à double effet» qui équipera désormais ses clystères destinés aux boites de secours aux noyés (123) [Fig. 31 et 32]. Figure 31 : Le clystère en étain avec son robinet à «double effet» présenté par Frédéric Charrière en 1840 (123). Figure 32 : Très beau clystère à fumée de tabac, proche de celui proposé par Charrière en Un robinet à deux voies est manipulé à chaque va et vient du piston. Collection particulière. Association des amis du patrimoine médical de Marseille. En fait, ce type d appareil avait déjà été inventé, à la fin du XVIII siècle par Guillaume-Lambert Go-

34 33 dart ( ), médecin à Verviers en Belgique. La différence avec celui de Charrière, est que Godard avait mis un robinet de cuivre sur un clystère d étain (65). Même si après la révolution, les boites de noyés ne sont plus aussi systématiquement répandues auprès des points d eau, ces boites restent un marché porteur, d autant qu elles sont souvent mal entretenues, voir complètement pillées (33). Charrière est conscient que les boites de ce début de XIX siècles sont : «très volumineuses, difficiles à transporter et surtout qu elles contenaient quelques instruments qu on pourrait remplacer utilement par d autres moins compliqués, plus en harmonie avec notre époque et dont l action serait même plus exacte» (123,124) [Fig. 33]. Il conçoit alors une boite de secours aux noyés plus petite (en centimètres 46 x 30 x 26 contre 51 x 40 x 33) et surtout axée autour de son clystère en étain à robinet [Fig. 34]. Ce clystère est pourvu de multiples éléments qui permettent l aspiration du pharynx et de l estomac, l insufflation d air dans les poumons avec une petite sonde laryngée, les injections gastriques et les lavements liquidiens intestinaux y compris en continu à partir d un récipient de liquide, de faire le vide dans des ventouses et bien sur l insufflation rectale de fumée de tabac ou d aromates (123) [Fig. 35 et 36]. Les boites sont munies de deux seringues car celle destinée à la fumée de tabac ne doit être exclusivement utilisée qu à cela. Cette boite apparaît au catalogue de l établissement en 1849 (125). Il obtiendra le marché de l armée pour sa seringue qui équipera tous les sacs d ambulance et de la marine pour ses boites (102). Figure 33 : boite de secours aux asphyxiés, jugée dépassée par Charrière. Appareil fumigatoire 23, Boite à briquet 20, Rouleaux de Tabac 24, Vessies 25 (124).

35 34 Figure 34 : La très belle boite de secours aux noyés présentée dans le catalogue de la maison Charrière en 1849, conservée au musée de la médecine de Bruxelles et publiée dans l Art de Guérir en Avec l aimable autorisation de Thierry Appelboom Administrateur délégué du Musée de la Médecine. Figure 35 : Les différentes possibilités offertes par la seringue de Charrière. En haut de gauche à droite : aspiration pharyngée, insufflation pulmonaire, lavement continu, clystère de fumée de tabac, aspiration ou injection estomac. Horizontalement : Aspiration de ventouse (125).

36 35 Figure 36 : La seringue conçue par F Charrière avec tous ces éléments : 1) seringue en étain, 2 sonde aspiration pharyngée, 3 Fourneau à tabac ou aromates, 4) tuyau et canule rectale 5) seconde canule rectale en cas d obstruction de le première, 6) tube pour aspirer des liquides à injecter, 7) ventouse, 8) sonde œsogastrique, 9) canule laryngée (125). Conclusion Les clystères de fumée de tabac vont dès la deuxième partie du XIX siècle et jusqu à nos jours, laisser la place à la réanimation respiratoire. La seule chose qui en reste est cette expression anglaise Blowing smoke up your ass, utilisée devant des compliments manifestement hypocrites destinés à flatter l ego. Mais cette pratique était-elle totalement inefficace? Il est quand même étonnant de voir le nombre d observations couronnées de succès, chez des personnes en état de mort apparente, après des séjours prolongés sous l eau. D autre part, les observations décrivent bien, outre l hyper péristaltisme,

37 36 l état d excitation et la tachycardie induite par les clystères de fumée de tabac, alors que la fumée de tabac inhalée induit classiquement un état de sédation et de bradycardie (96). Le XXI siècle fait de nos intestins un deuxième cerveau (126). Les travaux récents ont montré la complexité neuronale de nos intestins, l abondance des récepteurs cholinergiques, des sécrétions en sérotonine, en dopamine à ce niveau. De possibles interférences sont évoquées entre la fumée de tabac, la maladie de Parkinson ou la rectocolite hémorragique ouvrant la porte à de nouvelles options de recherche thérapeutique (127,128). «De ces illustres prédécesseurs Quant à ce qu ils nous ont transmis d erreur, il faut à mon avis les redresser avec autant de modestie que nous devons désirer que l on en montre pour redresser les nôtres. Il faut considérer que, dans la suite des temps, les infatigables scrutateurs de la nature feront des découvertes qui leur permettront de corriger nos travaux» (22) Regnier de Graaf ( ) Références 1- Magro M. Sous l œil d Hippocrate. EDI8, Paris, pages. 2- Voinot J. Charles Gabriel Pravaz est-il l inventeur de la seringue? Clystère ( n 24, Dictionnaire des sciences médicales. Tome 17.CLF Panckoucke, Paris, 1816, pp Colique de miserere ou passion iliaque. In : Nouveau dictionnaire universel et raisonné de médecine, de chirurgie et de l art vétérinaire par une société de médecins. Tome second. Veuve Duchesne, 1772, pp Goursaud. Remarques sur les causes de la différence d étranglement dans les hernies. In: Memoires de l Académie Royale de Chirurgie. 1768; 4: Liebaud A. E. Recherches sur le tabac, son histoire, son action physiologique, toxique et thérapeutique. Thèse n 234, Paris, 1831, 32p. 7- Baillard. Discours du tabac, où il est traité particulièrement du tabac en poudre. Martin le Preste, Paris, 1668, 125p. 8- Neander J. Traité du tabac ou Nicotiane, Panacée, Petun : autrement Herbe à la Reyne. Barthélémy Vincent, Lyon, 1626, 342p. 9- Prade JLR. Histoire du tabac, où il est traité particulièrement du tabac en poudre. Le Prest, Paris, 1677, 172p. 10- Fermond C. Monographie du tabac, comprenant l historique, les propriétés thérapeutiques, physiologiques et toxicologiques du tabac. Napoléon Chaix, Paris, 1856, 352p. 11- Thevet A. Les singularitez de la France antarctique, autrement nommée Amérique, de plusieurs terres et isles découvertes de nostre temps. Héritiers de Maurice de la Porte, Paris, 1558, p Thevet A. La cosmographie universelle. Tome second, Guillaume Chaudière, Paris, 1575, pp Stewart GG. A history of the medicinal use of tobacco Med Hist 1967;11: Gohori J. L instruction sur l herbe du petum, ditte en France l'herbe de la reyne, ou medicée, et sur la racine mechiocan. Paris, Galliot II du Pré. 1572, pp Estienne C, Liebault J. L agriculture et maison rustique. Edition dernière. Jacques Du Puys, Paris, 1583, pp

38 Monardes N. Primera y segunda y tercera partes de la historia medicinal, de las cosas que se traen de nuestras Indias Occidentales, que siruen en Medicina. Alonso Escriuano, Séville, 1574, 412p. 18- Giacomini GA, Traité philosophique et expérimental de matière médicale et de thérapeutique. Traduit de l Italien par Mojon et Rognetta, Bureau de l Encyclopédie, Paris, 1839, pp Bartholin T. Historiarum anatomicarum & medicarum ratiorum centuria. Cent V & VI, H Gödiani, 1661, pp Feller CG. De enematibus, atque nova fumum tabaci infiandi methodus. Buscheliae, Leipzig, 1781, 12p. 21- Heister L. Des clystères. In : Institutions de chirurgie, Tome second, Avignon, JJ Niel, 1770, pp Heister L. Des clystères In : Institutions de chirurgie. Tome quatrième. Avignon, JJ Niel, 1770, pp Boysse E. L instrument de Molière. Traduction du traité de Clysteribus de Regnier de Graaf. Damascene Morgan et Charles Fatout, Paris, 1878, 128p. 24- Woodall J. The Surgeon's Mate, 2 ed, R. Young for N. Bourne, London, 1639, 412p. 25- Rush B. The works of Thomas Sydenham on acute and chronic diseases, Benjamin et Thomas Kite, Philadelphie, 1809, 473p. 26- Sydenham T. Médecine pratique de Sydenham. Traduit par AF Jault. Veuve Picot, Montpellier 1816, 541p. 27- Ettmuller M. Méthode de consulter et de prescrire les formules de médecine. Oeuvre posthume. Thomas Almaury, Lyon, 1698, p Stisser JA. De Machinis Fumiductoriis Curiosis Epistola Ad Illustrissimos Viros Magnæ Societatis Regiæ Anglicanæ, G. Liebezeit, Hamburg, 1686, 16p. 29- Dekkers F. Exercitationes practicae circa medendi methodum. J Luchtmans & C Boutesteyn, Leyde, 1695, 722p. 30- Valentini MB. Disputation V : De clystere tabacino. In : Polychresta exotica in curandis affectibus contumacissimis probatissima. Johannis Davidis Zunneri, Francfort, 1700, pp Arvers LA. Essai sur le tabac. Thèse Paris, 1815, n Bell B. Cours complet de Chirurgie théorique et pratique. Tome I, 4 ed, Traduit par Ed Bosquillon. Théophile Barrois, Paris, An IV (1796 ère vulgaire), 326p. 33- Buchan G. Médecine domestique. Tome IV. Didot jeune, Paris, 1778, 429p. 34- Desgranges JB. Supplément au mémoire sur les moyens de perfectionner l établissement public, formé à Lyon en ſaveur des personnes noyées. Lyon, 1790, 108p. 35- Grenet A. Influence du tabac sur l homme. Desloges, Paris, 1841, 283p. 36- Hamilton J. Culpeper s english family physician or medical herbal Volume II, W.Locke, London 1792, p 134 et Richter AG. Traité des hernies. II edition, traduite de l Allemand par JC Rougemont. Jean Frédéric Abshoven, Bonn, 1788, 310p. 38- Sue le Jeune. Dictionnaire portatif de chirurgie ou tome III du dictionnaire de santé. Vincent, Paris, 1771, 744p. 39- Szerlecki WA. Ebner & Seubert, pages. Monographie über den Tabak: dessen Einwirkung auf den menschlichen Organismus, und Heilkräfte in verschiedenen krankhaften Zuständen Ebner & Seubert, Stuttgart, 1840,128 p. 40- Tissot SAD. Avis au peuple sur sa santé. F Grasset, Lausanne, 1761, 570 p. 41- Tissot SAD. Avis au peuple sur sa santé. Tome II. Veuve Pierre Dumesnil, Rouen, 1795, 396p. 42- Jackson R. A Physical Dissertation on Drowning: Jacob Robinson, Londres, 1746, 80p. 43- Kluyskens. Remarques sur l histoire et l usage du tabac. In : Annales de littérature médicale étrangère ; XV : Casanova. Transaction of the medical and physical society of Calcutta. 1835, Tome VII, Appendix, 17, Mérat JF, de Lens AJ. Nicotiana. In Dictionnaire universel de matière médicale et de thérapeutique générale. Tome 3, Hauman, Cattoir, Bruxelles, 1837, pp

39 Szerlecki WA. Monographie über den Tabak: dessen Einwirkung auf den menschlichen Organismus, und Heilkräfte in verschiedenen krankhaften Zuständen Ebner & Seubert, Stuttgart, 1840, 128 p. 47- Trousseau A, Pidoux H Traité de thérapeutique et de matière médicale. Tome 2. 9 ed, P. Asselin, Paris, 1877, p Craigie David. Large biliary calculus. In : The medico-chirurgical review. New series. Volume II. G Hayden, London, 1825, pp Charlevoix PFX. Histoire et description générale de la Nouvelle France. Tome I, Pierre François Giffart, Paris, 1744, p Anonyme. Lettre adressée à Mess. de l Academie Royale des Sciences de Berlin ; Sur la possibilité de redonner la vie aux Noyés. Le mercure Suisse, Novembre 1733, pp Villiers de. Méthode pour ramener les noyés à la vie, recueillie des meilleurs auteurs. Imprimerie Royale, Paris, Marc CCH. Nouvelles Recherches sur les secours à donner aux noyés et asphyxiés. Crochard, Paris, 1835, 504p. 53- Fodéré FE. Dictionnaire des sciences médicales: Panckoucke, Paris 1819 ;36 : Marcorelle de. Avis de M. de Réaumur pour les secours à donner a ceux que l on croit noyés. Imp J Besse, Narbonne, 1779, p Bertrand JE. Description des arts et métiers, faites ou approuvées par messieurs de l académie royale. Tome VII. Neuchatel, Société typographique, 1780, pp Winslow Jacques Bénigne. Dissertation sur l'incertitude des signes de la mort, Paris, Morel le Jeune, 1742, pp Bruhier d Ablaincourt Jean Jacques. Dissertation sur l'incertitude des signes de la mort, et l'abus des enterremens, et embaumemens précipités, Volume II. Paris, Debure l'aîné, ed, pp Bruhier JJ. A new method of relieving such persons as are thought to be suffocated, or drowned. 1756, 1p. 59- Louis. Lettres sur la certitude de la mort, où l on rassure les citoyens sur la crainte d être enterrés vivans, avec des observations et des expériences sur les noyés. Paris, Michel Lambert, 1752, 372p. 60- Vigné JB. Mémoire sur les secours à donner aux noyés. Nicétas Périaux, Rouen, 1835, 33p. 61- Wilkinson J. Tutamen nauticum or the seamans preservation from shipwreck diseases and other calamities incident to mariners. 4 ed, Dodsley, London, 1766, pp Bordenave. Essai sur la physiologie ou physique du corps humain. Tome I, 4 ed, Péquignon l ainé, Paris, 1787, pp Cogan T. Memoirs of the society instituted at Amsterdam in favour of drowned persons. G Robinson. London, 1773, 84p. 64- Cullen W. A letter to Lord Cathcart, president of the board of police in Scotland concerning the recovery of persons drowned or seemingly dead. J Murray, Londres, 1776, 45p. 65- Dinouard Abbé. Disgression sur ceux que l on croit noyés. In : Abrégé de l embryologie sacrée. 2 ed., Nyon Paris, 1774, pp Fine P. De la submersion ou recherches sur l asphyxie des noyés et sur la meilleure méthode de les secourir. Croullebois, Paris, An VIII (1800), 160p. 67- Forthergill A. A new inquiry into the suspension of vital action in cases of drowing and suffocation. S Hazard, Bath, 1795, pp Gardanne JJ. Recherches sur la mort des noyés et des moyens d y remédier. In : Observations sur la physique, sur l histoire naturelle et les arts. Abbé Rozier, Paris, 1787, pp et Haen de A. Abhandlung über die Art des Todes der Ertrunkenen, Erhenkten und Erstickten, dann über die Mittel, durch welche denselben das Leben hergestellet werden kann. Johann Lampoy, Innsbrück, 1772, 132p. 70- Herholdt JD, Rafn CG. An attempt at an historical survey of live-saving measures for drowing persons, H Tikiob s, Copenhagen, 1796, pp Isnard J. Le cri de l'humanité en faveur des personnes noyées ou moyens faciles pour les rappeler à la vie. Laurent Praul, Paris, 1762, 48p.

40 Pia PN. Détail des succès de l'établissement que la ville de Paris a fait en faveur des personnes noyées. Lottin l Ainé, Paris, 1773, 108p. 73- Planque. Bibliothèque choisie de médecine. Tome X. Veuve d Houry, Paris, 1770, pp Schaeffer JG. Der Gebrauch und Nutzen des Tabacksrauchclystiers nebst einer dazu bequemen maschine Heinrich Georg Neubauer, Regensburg, 1757, 71p. 75- Schaeffer JG. Der Gebrauch und Nutzen des Tabacksrauchclystiers nebst zwoen dazu bequemen maschinen. 3 ed, Johann Leopold Montag & Joh. Heinrich Gruner, Regensburg, 1772,104p. 76- Struve CA. A practical essay on the art of recovering suspended animation. Murrey & Higley, London, 1801, 210p. 77- Histoire et Mémoires de la Société formée à Amsterdam en faveur des noyés. I et II partie. Pierre Meijer, Amsterdam, 1768 et p. 78- Johnson A. A short account of a society at Amsterdam for the recovery of drowned persons. John Nourse, Londres, 1773, 139p. 79- Pia PN. Description de la boîte-entrepôt, pour le secours des noyés, Lottin l Ainé, Paris, 1775, 16p. 80- Gardanne JJ. Avis au peuple, sur les asphyxies ou morts apparentes et subites. Contenant les moyens de les prévenir & d'y remédier. Avec la description d'une nouvelle boëte fumigatoire portative. Publié par ordre du Gouvernement. Ruault. Paris, 1772, 114p. 81- Rozier Abbé. Observations sur la physique, l histoire naturelle et les arts, Tome V, Ruaut, Paris, 1775, pp et Pia PN. Détail des succès de l'établissement que la ville de Paris a fait en faveur des personnes noyées 8 fascicules publiés entre 1774 et Stor. Manuel élémentaire en figures pour l instruction de la jeunesse. Traduit par Pérrault, Henri Seinier Winterthour, 1789, p Portal A. Rapport fait par ordre de l académie des sciences sur les effets des vapeurs méphitiques dans le corps de l homme et principalement sur les vapeurs de charbon. 3 ed, Vincent, Paris, 1775, 92p. 85-Portal A. Rapport fait par ordre de l académie des sciences sur les effets des vapeurs méphitiques dans le corps de l homme et principalement sur les vapeurs de charbon. 5 ed, Vincent, Paris, 1776, 99p. 86- Portal A. Mémoires sur la nature et le traitement de plusieurs maladies. Tome Premier. Bertrand, Paris, An IX (1800), p Portal A. Nouvelles instructions sur le traitement des asphyxies par les gaz méphitiques, des noyés, des enfants qui paraissent morts en naissant Nouvelle édition, Impromerie Impérial, Paris, An XIII (1805), 136p. 88- Trépardoux Francis. Philippe-Nicolas Pia ( ), échevin de Paris, pionnier du secourisme en faveur des noyés (seconde partie). In: Revue d'histoire de la pharmacie, 1997 ; 316 : pp Hunter J. Moyens proposés pour ramener à la vie les personnes asphyxiées par submersion. In : Œuvres complètes de John Hunter, tome IV. Traduit par F Palmer. Bechet Jne et Labé. Paris, 1841, pp Kite C. An essay on the recovery of the apparently dead. C Dilly, London, 1788, 274p. 91- Savagny J. Description of the construction and uses of a portable apparatus for the recovery of the apparently dead.t Bensley, london, 1789, 24p. 92- Coleman E. Dissertation on suspended respiration from drowning, hanging and suffocation. J Johnson, London, 1791, 284p. 93- Curry James. Popular observations on apparent death from drowning, suffocation etc. T Dicey, Northampton, 1792, 113p. 94- Annual report of the Royal Humane Society for the recovery of persons apparently dead. Nichols son & Bentley, Londres, 1814, 107p. 95- The Seventieth Annual report of the Royal Humane Society, Londres, 1844, p Marc CCH. Nouvelles Recherches sur les secours à donner aux noyés et asphyxiés. Adolphe Wahlen, Bruxelles, p.

41 Legare D. An experimental inquiry into the effects of tobacco fumes on the system and their use in cases of suspended animation from submersion. Pour l auteur, Philadephie, 1805, 30p. 98- Scherff JC. Anzeige der Rettungsmittel bey Leblosen und in plötzliche Lebensgefahr Gerathenen. CF Schneidern, Leipzig, 1787, 284p 99- Consbruch GW, Ebermeier GC. Allgemaine Encyclopadie für Artze und Wundärtze. 2 ed. Johann Ambrosius Barth, Leipzig, 1809 pp Plisson FE. Essai Historique et Thérapeutique sur les Asphyxies, avec quelques réflexions sur la respiration. Maurice, Paris, 1826, 576p.Leroy 101- Leroy d Étiolles J. Recherches sur l asphyxie. Journal de physiologie ; VII : Dictionnaire des études médicales pratiques. Tome II, Administration du dictionnaire, Paris, 1838, pp Godde de Liancourt A. Traité pratique des moyens de sauvetage. Société générale internationale des naufrages, Paris, 1842, pp Houzé de L'Aulnoit A. Étude physiologique et expérimentale sur l'asphyxie par submersion et sur les avantages de l'emploi de la sonde oesophagienne dans le traitement des noyés, Danel, Lille, 1878, 54p Zaga V, Picciolo S. Insufflazioni rettali del tabacco nel 700. Tabaccologia 2013;4: Encyclopédie méthodique. Arts et métiers mécaniques. Tome V. Panckoucke, Paris, 1788, pp Téonge H. The diary of Henry Téonge. Charles Knight, London, 1825, pp Gardanne JJ. Catéchisme sur les morts apparentes dites asphyxies. Valade, Paris, 1782, 116 p Musscenbroek P van. Essai de physique, avec une Description de nouvelles sortes de machines pneumatiques et un recueil d'expériences. Traduit par P Massuet, Samuel Luchtmans, Leyden, p Fodéré FE. Traité de médecine légale et d hygiène publique ou de police de santé. Tome II, 2 ed, Mame, Paris, 1813, pp Briand JH. Manuel de Médecine Légale. JA Brosson et JS Chaudé, Paris, 1821, pp Rougemont JC. Préface du Traité des hernies. II edition. Jean Frédéric Abshoven, Bonn, 1788, pp I-IV Gaubius HD. Adversariorum varii argumenti. Liber unus. S et J luchtmans, Leiden, 1771, pp Hauff C. Mémoire concernant l usage des pompes dans la pratique médicale et chirurgicale. JB Baillière, Paris, 1836, 198p Lequime JE. Annales de médecine belge et étrangères Tome premier. Société encyclographique des sciences médicales. 1840, p Richter AG. Traité des hernies. Tome I, 2 edition, traduite de l Allemand par JC Rougemont. Jean Frédéric Oedenkoven et Thirsart, Cologne, An 7 (1799), 461p Rozier Abbé. Détail des succès obtenus par l'établissement que la ville de Paris a fait en faveur des noyés, auquel on a joint une notice historique des Machines fumigatoires. In Observations sur la physique, l histoire naturelle et les arts, Tome VII, Ruaut, Paris, 1776, pp Haen de A. Ratio medendi in nosocomio practice, Tome I, PF Didot Le Jeune, Paris, p Prévinaire, P. J. B. Traité sur les asphyxies. Méquignon, Paris, 1786,232p Prévinaire, P. J. B.: Abhandlung über die verschiedenen Arten des Scheintodes. Und über die Mittel, welche die Arzneikunde und Polizei anwenden können, um den gefährlichen Folgen allzufrüher Beerdigungen zuvorzukommen. Traduit par B. G. Schreger. Leipzig: Weygand 1790, 372p Croissant de Garengeot RJ. Nouveau Traité des instruments de chirurgie les plus utiles Tome II, 2 ed, Guillaume Cavelier, Paris, 1727 pp Pia PN. Détail des succès de l'établissement que la ville de Paris a fait en faveur des personnes noyées. 5 partie. Année Lottin l Ainé, Paris, 1777, 168p Dictionnaire de l Industrie. Tome III. Lacombe, Paris, 1776, pp Charrière. Nouvelles dragues de sauvetage et nouveaux instruments pour donner des secours aux asphyxiés... chez Charrière, Paris, 1840, 33p.

42 Savary. Asphyxie In : Dictionnaire des sciences médicales. Volume 2, Pancoucke, Paris, 1812, pp Charrière. Extrait du catalogue de la maison Charrière, fabricant d'instruments de chirurgie, d'instruments de chirurgie vétérinaire, de coutellerie, Charrière, Paris, 1849,110p Gershon M. The second brain : A Groundbreaking New Understanding of Nervous Disorders of the Stomach and Intestine Harper Perennial, New York, pages Costa-Mallen P. & all. Smoking and haptoglobin phenotype modulate serum ferritin and haptoglobin levels in Parkinson disease. J Neural Transm (Vienna). 2016;123: Ding YP. & all. Integrative network-based analysis of colonic detoxification gene expression in Ulcerative Colitis according to smoking status. J Crohns Colitis. 2016, à paraître. Toute référence à cet article doit préciser : Dupré LJ. : Clystères de fumée de tabac. Clystère ( n 56, janvier 2017.

43 Alexis Boyer ( ), premier chirurgien de Napoléon I er Xavier RIAUD Docteur en chirurgie dentaire, Docteur en épistémologie, histoire des sciences et des techniques. Lauréat et membre associé national de l Académie nationale de chirurgie dentaire. Membre libre de l Académie nationale de chirurgie. 145, route de Vannes, Saint Herblain Alexis Boyer est né à Uzerche, le 1 er mars De famille modeste, il entre dans une petite école où il ne lui est enseigné que la lecture et l écriture. Plus tard, il entre en tant que clerc dans l étude du notaire local, M. Mondat. Proche de l étude, résidait un chirurgienbarbier où le jeune Alexis, fasciné, se rendait aussitôt qu il le pouvait. Dans les clients de l échoppe, il y avait un maître en chirurgie du nom de Cruvelhier. Etonné par sa dextérité, le praticien convie le jeune homme à l accompagner dans ses visites. Au cours de celles-ci, il le laisse effectuer quelques actes de petite chirurgie. Convaincu qu il doit monter à Paris pour entamer des études médicales, il met de l argent de côté pendant toute une année (Dubois, 1853). En Figure 11 : Alexis Boyer (Corlieu, 1896 BIUM. 1774, il a 17 ans et il monte dans la capitale. Là, il rencontre un étudiant en médecine qui le fait rentrer chez un barbier en tant que premier garçon. Doué de qualités de cœur et de principes incontestables, il s attelle à la tâche. Intelligent, honnête et droit, robuste et avec une mémoire fabuleuse, sage et patient, ordonné et méthodique, tenace, il sait qu il faudra beaucoup de travail et de temps avant qu il n atteigne ses objectifs. Tout son temps libre, il assiste à des dissections, la boutique du barbier étant voisine des amphithéâtres d anatomie (Goudeaux, 1904). Au début auditeur libre, il écoute assidûment, observe et apprend sans rien dire. Ne pouvant rivaliser de moyens, il constate que de nombreux étudiants sont disputés parce qu ils laissent leurs instruments sales après les démonstrations. Aussi, décide-t-il, après leur départ, de les laver et de les aiguiser. Reconnaissants, les étudiants l intègrent et le font participer à leurs dissections. Mais, bien vite, il brille par son habileté et

44 43 devient démonstrateur. Il donne des cours d anatomie moyennant rétribution. Il subsiste difficilement, mais subsiste tout de même. Après 5 années d études dans des conditions précaires, il obtient en 1781, la médaille d or de l Ecole pratique du collège de chirurgie. En 1782, il est élève dans l hôpital de la Charité. Il y suit les cours et fait des pansements. Le 9 juillet 1787, il remporte le poste de chirurgien gagnant maîtrise pour lequel il postulait depuis le 25 juin, un poste s étant libéré. Un service lui est alors confié. Il a 30 ans (Dubois, 1853 ; Dupont, 1999). Androutsos ((a), 2003) dit qu il est placé sous l autorité de Raphaël-Bienvenu Sabatier alors que Dubois (1853) affirme que Sabatier a été le grand rival de Boyer pour ce concours. En 1789, patriote convaincu, il participe, aux côtés des étudiants du collège de médecine, à la prise de la Bastille. En 1792, après délibération de l Assemblée, Boyer devient chirurgien en second de la Charité. Il y officie pendant 32 ans jusqu à la mort de son patron, M. Deschamps. Très vite, à sa demande, avec l autorisation de la commission administrative des hospices, il peut donner des cours de clinique chirurgicale à la Charité. En 1795, Boyer est professeur de médecine opératoire à l Ecole de santé de Paris. Très vite, lui est confiée la chaire de clinique externe. Après avoir enseigné l anatomie, il inculque ses connaissances de chirurgie aux étudiants. De plus, cette année-là, il rejoint l école de Desault d anatomie de l Hôtel-Dieu, en tant que médecin tout d abord, puis professeur adjoint (Dubois, 1853 ; Androutsos ((a), 2003). C est au contact de cet éminent médecin que Boyer comprend toute l impérative nécessité d aborder l anatomie avec rigueur et méthodologie. En 1797, il fait paraître le premier des quatre tomes de son Traité complet d anatomie, description de toutes les parties du corps humain, dont la publication s échelonne de 1797 à Cet ouvrage est réédité à quatre reprises ( 2010). Avec le départ d Antoine Dubois en Egypte, en 1798, il devient incontournable dans son domaine, ses maîtres étant prématurément décédés. Ainsi, enseigne-t-il tous les jours, quatre disciplines (anatomie, médecine opératoire, pathologie externe et clinique chirurgicale). Son cours de pathologie externe dure 15 ans et est le plus suivi. Bientôt, une formalité s impose. Il doit soutenir sa thèse de doctorat et c est une véritable leçon qu il donne à son jury (Dubois, 1853). En 1804, il est nommé membre du service de chirurgie de l Hôtel-Dieu, puis professeur de chirurgie à l Ecole de santé. Il succède à Desault à la tête de la chaire de clinique chirurgicale. En 1805, Corvisart le recommande au nouvel empereur pour le poste de premier chirurgien officiant sur sa personne. En effet, convaincu qu il n aurait aucun ascendant sur Dubois, son rival et néanmoins ami, Corvisart lui concède qu il n a pas été choisi parce que le «médecin préféré de l Empereur» sou-

45 44 haitait conserver seul, son pouvoir et ne prendre aucun risque à cet effet (Ganière, 1988 & Riaud, 2010). Il a donc préféré promouvoir Boyer à ce poste qu il estimait beaucoup plus facile à contrôler. Intègre et travailleur, Napoléon l apprécie aussitôt et n oublie pas de le combler d honneurs. En 1806 et en 1807, il est aux côtés de son impérial patient pendant la campagne de Prusse. Quelques temps après, le Corse le missionne en Espagne pour y opérer le maréchal Suchet. A son retour, Napoléon l autorise à rejoindre la Charité pour y continuer à délivrer son enseignement (Dubois, 1853). Chaque jour, il se lève à 5h00 le matin en été et à 6h00 en hiver. Une heure après, il est à l hôpital où il visite ses malades, puis donne des cours de clinique externe au chevet de ses patients. De 9h00 à 10h00, il rentre chez lui, se fait coiffer, s habille et donne ses consultations jusqu à 12h00. Après un repas copieux, à 13h00, il part à l Ecole de santé, sinon, il consulte en ville. Vers 18h00, il mange et à 19h00, il commence à réfléchir à son ouvrage qu il a écrit et aussi dicté. Il est couché à 22h30 tous les jours. Fumeur de pipe, il agrémente ses pensées de quelques verres de bière. Boyer était un chirurgien réfléchi, adroit, sûr et habile, respectant les règles établies, les principes indispensables à sa discipline, d un sang-froid indéniable. Il n innovait pas. Sans avoir inventé de méthode, il en a modifié d autres essentielles comme l incision pour une fistule anale, l emploi des injections pour une hydrocèle et l extension continuelle en cas de fractures. Son diagnostic était juste, en particulier lorsqu il fallait déterminer la nécessité, ou non, d une opération. Le malade et sa guérison étaient sa priorité. Il ne prenait pas de risque inutile. Ses méthodes et le matériel qu il employait étaient simplifiés à l extrême. Entre sa visite aux malades et son entrée dans l amphithéâtre, il se plaisait à s asseoir sur une table en chêne, entouré de quelques élèves, et se laissait aller au plaisir de discourir avec un talent d orateur insoupçonné et une verve intarissable (Dubois, 1853). Après avoir été fait membre de la Légion d honneur, Boyer est fait baron de l Empire en 1810 (Boyer, 1810). En 1811, il commence l écriture de son Traité des maladies chirurgicales et des opérations qui leur conviennent. En 1814, cinq volumes sont publiés. La parution des six autres se poursuit jusqu en Cette œuvre fondamentale est ce qu il y a de mieux pour l époque dans le domaine de la chirurgie. Boyer y a recueilli toute son expérience et tout son savoir acquis au cours de ses nombreuses années d exercice et de labeur (Dubois, 1853). Boyer appréciait les honneurs, mais ne les cherchait pas. Sans les refuser, il n y attachait pas d importance et n a jamais associé son nom à son titre de baron. Il ne fréquentait pas le monde, ni les spectacles. A l abdication de l Empereur, il se serait exclamé : «Aujourd hui, je perds ma dotation, francs de traitement et en même temps, ma place de premier chirurgien de l Empereur. J ai

46 45 cinq chevaux, j en vendrai trois, je garderai la voiture qui ne me coûte rien, je lirai ce soir un chapitre de Sénèque et je n y penserai plus.» Pourtant, après la fin de l Empire, il devient le chirurgien consultant de Louis XVIII, de Charles X, puis de Louis-Philippe (Androutsos (b), 2003). En 1832, la mort de sa femme lui cause une peine inaltérable. Il la rejoint le 25 novembre Il avait 76 ans. Il ne confiait à personne le soin de vendre ses livres et les vendait lui-même à son domicile, parce que, dans un souci d équité, il leur fixait un prix de vente qu il estimait juste et ne respectait pas celui des éditeurs. Généreux et altruiste, il donnait aussi de l argent à ses malades les plus pauvres pour les aider à repartir dans la vie (Dubois, 1853). Comblé d honneurs, il est élu membre de l Académie de médecine, dans la section de chirurgie, en 1820, titulaire de la troisième chaire de clinique chirurgicale de la Charité en 1823, membre de l Académie des sciences en 1825 et chirurgien en chef de l hôpital de la Charité la même année. Ses travaux en font un des précurseurs de l urologie, 50 années avant que cette discipline ne soit reconnue en tant que spécialité médicale indépendante, la première chaire d urologie ayant été créée en 1870, à l hôpital Necker, par Félix Guyon (Androutsos (a), 2003). Références Androutsos Georges (a), «Alexis Boyer ( ), éminent chirurgien et anatomiste, et l étude des troubles mictionnels», in Prog. Uro., 2003 ; 13 : Androutsos Georges (b), «Alexis Boyer ( ), éminent chirurgien et anatomiste. La place de l andrologie dans son œuvre. Varicocèle et hypospadias comme facteurs d infécondité», in Andrologie, 2003 ; 13 (2) : Bibliothèque Interuniversitaire (BIUM), communication personnelle, Paris, Boyer Alexis, Traité complet d anatomie, description de toutes les parties du corps humain, Migneret (éd.), Paris, tome I, 1810, 3 ème édition. Corlieu Auguste, Centenaire de la Faculté de Médecine de Paris ( ), Alcan Baillère Doin Masson (éd.), Paris, Dubois F., «Eloge de M. Boyer lu à l Académie de médecine le 14 décembre 1852», in Mémoires de l Académie impériale de médecine, J.-B. Baillère (éd.), tome VII, Paris, Dupont Michel, Dictionnaire historique des Médecins dans et hors de la Médecine, Larousse (éd.), Paris, Ganière Paul, «Dubois Antoine ( ), médecin», in Revue du Souvenir napoléonien, décembre 1988 ; 362 : Goudeaux Edmond, Alexis Boyer ( ), sa vie, son œuvre, Jules Rousset (éd.), Alexis Boyer, 2010, pp Toute référence à cet article doit préciser : Riaud X. : Alexis Boyer ( ), premier chirurgien de Napoléon I er. Clystère ( n 56, janvier 2017.

47 Quelques commentaires sur une vignette-adresse méconnue d un Maître Coutelier à Paris et à Genève au XVIIe siècle. Quentin DÉSIRON CHU SART-TILMAN, LIÈGE Belgique En 1987 le Musée d art et d histoire de Genève a fait l acquisition d une vignette-adresse du Maître Coutelier I. Martin 1. Cette gravure du XVIIe siècle conservée depuis au Centre d iconographie de la Bibliothèque de Genève (Inv. VG 2611) a été réalisée au burin sur papier vergé [Fig. 1]. Elle mesure 22,75 x 16 cm. Au stade actuel des recherches aucun élément biographique concernant ce Maître coutelier n est disponible et nous nous bornerons dès lors à décrire le contenu de ce magnifique exemplaire de gravure à visée commerciale dont nous ignorions l existence jusque récemment. Cette vignette-adresse non signée présente plusieurs particularités. On observe, comme sur d autres exemplaires connus 2,3 un cartouche au centre représentant les instruments fabriqués par le coutelier. Parmi ces instruments, nombreux sont dédiés à la chirurgie. La scie à amputation et le trépan accompagnés de ses couronnes sont présents comme à l habitude. On peut voir un ouvre bouche (speculum oris), trois lancettes, un pélican, deux bistouris, un davier, un couteau à amputation et un tire-fond à trois branches. Par ailleurs, en marge du cartouche central, à droite, on peut voir un bel exemplaire de spéculum matriciel identique à celui illustré dans l Arcenal de Chirurgie de Jean Scultet 4. La référence à la période antique romaine est évidente avec, sur un piédestal, les Renommées Mars et Minerve tenant dans leurs mains un pilum et une trompe (tuba) qui annoncent le Maître Coutelier et l éventail le plus représentatif de ses réalisations. Juste en dessous de ce cartouche «à la romaine» typiquement Louis XIV, sont représentées les scènes d un atelier de coutellerie en action. On voit des ouvriers s afférant à la forge, à l enclume, aux 1 Genava. Tome XXXVI. Musée d art et d histoire Genève,1988, pp Désiron Q. A propos de deux vignettes enseignes inédites de Maîtres couteliers normands, fabricants d instruments de chirurgie au XVIIIe. Clystère, 32, septembre Désiron Q. Une facette mal connue de l immense talent de Louis Siries, orfèvre du Roi Louis XV : la fabrication d instruments de chirurgie. Clystère, 43, octobre Voir la figure IV de la table XVIII p. 44 de l édition lyonnaise de 1675 de L Arcenal de Chirurgie de Jean Scultet.

48 47 étaux et à la roue à émoulage tels qu on peut les voir, quasiment à l identique, dans l Encyclopédie de Diderot un siècle plus tard. Figure 12 : Vignette-adresse du coutelier I. MARTIN, Maître à Paris et à Genève (Pont du Rhône), à l enseigne du cœur en Source (avec autorisation) : Bibliothèque de Genève (Centre d iconographie genevoise, Inv. VG 2611).

49 48 On ne peut être que frappé par la ressemblance de cette vignette avec celle du Maître coutelier Amounin de Besançon 5 [Fig.2] où il apparaît très clairement que l un des couteliers et son dessinateur graveur se sont fortement inspirés de la vignette de l autre 6 sans vergogne. Figure 13 : Vignette-adresse du Maître Coutelier Jacques Antoine AMOUNIN à Besançon à l enseigne du vaire (verre) couronné, fin du XVIIe siècle. Source : Roger Verdier. «Le Barbier- Chirurgien». Editions du Cabinet d Expertise, Saint-Matin-en-Lieue A notre connaissance cette gravure fût publiée pour la première fois en 1999 à partir d une source non mentionnée dans l ouvrage de Roger Verdier : «Le Barbier-Chirurgien». Éditions du Cabinet d Expertise, Saint-Martin-en-Lieue. Volume 2, chapitre XXXII, page 273. A noter que la société Editions du Cabinet d Expertise a été dissoute dans l intervalle. 6 Dans la mesure ou Besançon et Genève ne sont distantes que de 145 kilomètres, il est fort probable que l un des couteliers soit passé par la ville de l autre et se soit procuré la vignette de son concurrent.

50 49 En dessous de la représentation de l atelier de coutellerie on trouve deux cartouches ovales où on peut lire sur celui de gauche: «I. MARTIN /Maistre Coutellier a Paris et a Geneve/faict de bonnes Lancettes Razoirs Sizeaux Trepans/et autres ferrements servants aux Chirurgiens et barbiers/demeurant sur le Pont du Rhône a l enseigne du Cœur/16 A Geneve 78 7». Le cartouche à droite contient la même inscription en allemand. Nous connaissons d autres vignettes-adresses de couteliers, fabricants d instruments de chirurgie s exprimant en deux langues et notamment celle de Louis Siries à Florence 8. Dans le cas de Martin, l utilisation des deux langues avait clairement pour but de cibler une clientèle à la fois francophone et germanophone et ce, pour d évidentes raisons géographiques et commerciales. Martin nous apprend dans sa vignette qu il est Maître coutelier à la fois à Paris et à Genève. En haut de la vignette à gauche sont représentées, dans un écusson, les Armes de la ville de Paris (nef et fleur de lys). En dessous de l écusson on peut lire le poème suivant : «Paisible demaine/amoureux verger/repos sans danger/justice certaine» 9. En haut à droite, c est la devise en latin de la cité genevoise Post Tenebras Lux, après les ténèbres la lumière, que l on peut lire. Entre les armoiries des deux villes chères à ce Maître Coutelier, deux anges tiennent l enseigne dans leurs mains, un cœur 10. La majeure partie des instruments du cartouche central sont d'ailleurs marqués de ce symbole. C'est précisément ce symbole que l'on retrouve sur deux bistouris issus d'une collection privée qui donnent une assez bonne idée de l'aspect et du marquage que devaient revêtir les instruments de Martin [Fig.3]. Bien que Martin précise qu il est Maître Coutelier à Paris et à Genève, l adresse qu il mentionne est Pont du Rhône à Genève en Le Pont du Rhône construit en bois [Fig. 4], à l image du Pont Notre-Dame à Paris avant son écroulement 11, était un véritable centre d activités commerciales et artisanales mais également un lieu d habitation fréquenté avec, comme corollaire, une évidente surpopulation et les risques qu une telle situation peut entraîner en cas de catastrophe. 7 A noter que la gravure de Martin est l'exemplaire le plus ancien daté (1678) à ce jour de vignette adresse de Maître coutelier fabricant d'instrument de chirurgie. 8 Désiron Q. Une facette mal connue de l immense talent de Louis Siries, orfèvre du Roi Louis XV : la fabrication d instruments de chirurgie. Clystère, 43, octobre Ce poème tronqué des deux derniers vers est en fait issu d un recueil que l on doit au poète Pierre Grognet mort vers Ce poème est en réalité un acrostiche dont la lettre initiale à gauche de chacun des vers est telle que l on puisse lire verticalement le mot PARIS : Paisible demaine Amoureux verger Repos sans danger Iustice certaine Science hautaine C est Paris entier 10 Le cœur fût utilisé comme enseigne et comme marque par d autres Maîtres couteliers français comme Weber à Strasbourg et Barthélemy à Paris au XVIIIe siècle. Voir pour cela : Martin JP., Désiron Q., Méreau P. Les Cahiers de Clystère n 1 : Les couteliers chirurgicaux français V avril Par manque d entretien, le Pont Notre-Dame surchargé devait en effet s écrouler en Pour plus de détails voir J. de Marlès, Paris ancien et moderne, ou Histoire de France divisée en douze périodes, 1837 et A. Le Roux De Lincy, Recherches sur la chute et la reconstruction du Pont Notre-Dame à Paris ( ), 1846.

51 50 Figure 3 : Deux bistouris à manches d écaille marqués d un cœur, circa , assez semblables à ce que devaient être ceux du Maître Coutelier Martin. Collection Q. Désiron. Figure 4 : Le Pont du Rhône à Genève, construit tout en bois, tel qu il se présentait avant l incendie de Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

52 51 Le pont principal du Rhône devait malheureusement subir un terrible et mémorable incendie dans la nuit du 18 janvier ,13 [Fig.5]. Figure 5 : L embrasement du Pont du Rhône (pont principal) survenu la nuit du 18 janvier Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France. Nous ignorons si Martin était déjà coutelier et installé sur ce pont au moment du drame mais, en tout cas, il n est pas repris parmi la liste des victimes dans laquelle on trouve néanmoins d autres couteliers 14. En revanche, il n est pas exclu qu un certain coutelier Martin, renseigné comme ayant participé à Genève en 1735 aux festivités du bicentenaire de l instauration de la Réforme 15, soit le Maître coutelier de la gravure où l un de ses descendants. L attachement du Maître coutelier à la ville de Paris et son installation à Genève pourrait faire penser que Martin était d origine française et vraisemblablement protestant. Avait-il des aïeux couteliers et ceux-ci se sont-ils réfugiés à Genève après la Saint Barthélemy 16? Si l on en croit la vignette, Martin a obtenu manifestement sa maîtrise en coutellerie à Paris mais a-t-il continué à exercer dans la capi- 12 Bonnet, A. Poeme sur l embrasement arrivé a Genève sur le Pont du Rhosne. Genève, Minutoli, V. L embrasement du pont du Rhone à Genève, arrivé le XVIII de Janvier MDCLXX. Genève ibidem 15 Paris, J.-M. Le jubilé de la Réformation célébré à Genève le 21 août Genève, Parmi les protestants français réfugiés à Genève au XVIe siècle, il y avait en effet bon nombre de couteliers. Voir pour cela : Mandrou, R. Les français hors de France au XVIe et XVIIe. Annales, Economies, Sociétés, Civilisations. Volume 14, p 665.

53 52 tale française avant ou pendant qu il était à Genève et, si oui, à quelle adresse? Autant de questions intéressantes qui restent pour l heure sans réponses. Toute référence à cet article doit préciser : Désiron Q. : Quelques commentaires sur une vignette-adresse méconnue d un Maître Coutelier à Paris et à Genève au XVIIe siècle. Clystère ( 56, janvier 2017.

54 Médecine et cartes postales Jean-Pierre MARTIN Service de gériatrie, Centre hospitalier Jean Leclaire BP 139, Le Pouget, CS Sarlat cedex. Les origines de la carte postale L ancêtre de la carte postale est probablement ce petit carton sur lequel était écrit un message que l on faisait porter par ses domestiques au XVII e siècle. Au XIX e, le même carton servait à inviter ou remercier pour une invitation, et aurait été à l origine du terme «carte de visite». En 1869, en Autriche, apparurent les premières cartes postales, rectangles de papier résistant qui comportaient un texte administratif et un timbre imprimés au recto, le verso étant réservé à la correspondance. Le message écrit n étant plus protégé par une enveloppe, la carte postale eut peu de succès. Malgré la guerre de 1870 et sa censure des correspondances, la circulation de cartons de correspondance au format 10 X 15 cm fut autorisé. Le 20 Décembre 1872 la loi officialisa en France la carte postale non illustrée. En 1878, l Union Postale Universelle en uniformisa le format à 9 x 14 cm. Il faudra attendre une dizaine d années et l exposition universelle de 1889 à Paris, pour voir naître réellement la carte postale illustrée, dont le succès fut alors immédiat : la carte postale de la Tour Eiffel, gravée par Léon Charles Libonis fut tirée à exemplaires. Deux ans après, en 1891, la première carte postale photographique fut émise à Marseille par Dominique Piazza. Le procédé photographique permit la démocratisation de la carte postale et sa large diffusion, grâce à une baisse rapide des coûts de production. En 1900, l exposition universelle à Paris inaugura l âge d or de la carte postale, les tirages étant estimés à 100 millions de cartes en 1910, 800 millions en 1914, et plus encore les années suivantes.

55 54 Le succès de la carte postale A une époque où les magazines et les livres illustrés de photographies étaient encore rares, la carte postale occupa un créneau vacant, celui de la couverture des petits évènements et de la vie de tous les jours, aux quatre coins du pays. Elle ne négligea pas les grands évènements médiatiques traités par les journaux, accidents, grèves, expositions internationales, foires, visites officielles etc. La guerre fut propice à la production de cartes de propagande, d incitations aux dons pour les œuvres de guerre. Les cartes postales rapportèrent également les horreurs de la guerre, peu par leurs illustrations sévèrement contrôlées par la censure, mais par la correspondance véhiculée et dont la lecture aujourd hui ne laisse aucun doute sur les souffrances endurées par les soldats. La médecine et les cartes postales Dans le domaine médical, la carte postale s est invitée dans les hôpitaux, les facultés, les sanatoriums, les laboratoires. Le rôle journalistique joué par la carte postale a ainsi permis de conserver des images de lieux aujourd hui disparus, comme d anciennes salles de malades, des blocs opératoires, des hôpitaux, asiles, etc. Les «monstres», les goitreux, les nains et les géants, les maladies tropicales, sont autant de cas «historiques» documentés par les cartes postales. Les amateurs d objets médicaux anciens peuvent aussi retrouver «en situation» des instruments conservés dans les musées ou dont il ne reste d autres traces que des dessins dans les catalogues des fabricants. Le déclin L usage de la carte postale va décliner progressivement vers 1920, probablement concurrencé par le téléphone et le télégraphe, qui permettaient des échanges en temps réels. La presse, désormais largement illustrée, rendit caduque l usage de la carte postale pour relayer des évènements marquants. Les cartes postales et leurs photographies d excellente définition en noir et blanc vers 1955, puis en couleurs vers 1960, restèrent largement sous utilisées comparées à celles des années Le regain d intérêt pour les cartes postales viendra des collectionneurs dans les années 1970, avec une préférence pour la collecte des cartes postales anciennes du début du siècle (surtout celles antérieures à 1920), dont l engouement ne se dément pas. Paradoxalement, les cartes dites semimodernes (années ) sont négligées, alors qu elles sont finalement rares. Souvent utilisées pour une correspondance de vacances ou de voyage, thèmes qu elles illustrent le plus souvent, elles

56 55 n ont pas été conservées. Ainsi, il est plus facile de trouver des photos de villes des années , que des années Ce commentaire est valable pour les cartes postales «médicales». Enfin, le développement depuis une dizaine d années du courrier électronique, qui permet d envoyer des cartes virtuelles, pourrait bien sonner définitivement le glas de la carte postale, même si quelques petits éditeurs artisanaux tentent de relancer la mode de la carte postale en copiant les thèmes chers aux cartes postales anciennes (artisans au travail, personnages des villages, etc..). Dater une carte postale. Nous sommes persuadés que les cartes postales, anciennes, semi-modernes ou modernes sont des pièces à préserver, les photographies qu elles portent étant autant de représentations d éléments patrimoniaux. Comme nous l avons dit, la seule illustration que nous possédons de certains établissements hospitaliers du début du XXe siècle, de véhicules sanitaires etc, est celle conservée sur les cartes postales. Les cartes modernes, seront, dans quelques dizaines d années, des illustrations rares des établissements d aujourd hui, même si les sujets traités sont malheureusement plus «touristiques» que journalistiques. Dans cette optique historique, il peut être intéressant de dater une carte postale, et par extension, la vue présentée. La carte postale ayant évoluée au fil des années, différents éléments permettent une datation relativement précise. L affranchissement Le timbre est peu informatif car les tarifs sont restés identiques jusqu en 1917, soit 10 centimes, avec un tarif réduit à 5 centimes pour une correspondance limitée à 5 mots. Des cartes prospectus était affranchies à 1 centime, la carte étant mise sous une bande collée par le timbre. Année Tarif normal Correspondance de 5 mots Sans correspondance cts cts 5 cts cts 5 cts cts 10 cts 5 cts cts 15 cts 5 cts

57 56 Attention toutefois, certains vendeurs peu scrupuleux peuvent masquer des défauts de la carte, ou la vieillir en collant un vieux timbre. Pour dépister ce genre de fraude, il faut vérifier que le tampon d affranchissement qui déborde le timbre se poursuive en continuité sur la carte. Le cachet postal permet de dater la carte. Le cachet d arrivée, reconnaissable à son cerclage en tirets, doit être cohérent avec la date de départ. Mais le cachet postal n est pas un indicateur formel de la date de la prise de vue, une carte ayant pu être utilisée longtemps après son achat. Le type du timbre permet également une datation : Mouchon (droits de l homme) Blanc Semeuse lignée Semeuse camée Le format général de la carte : Le format de la carte, facile à mesurer avec une règle, peu aider à dater la période de fabrication. Format (en cm) Date 10 X 15 (ou plus petites 7,8 X 12) Avant X X 14 (cartes semi-modernes) Après ,5 X 15 (cartes semi-modernes et modernes) 1950

58 57 Le type de carte postale Le type de la carte postale permet une datation assez précise. Il existe toutefois une grande confusion dans la dénomination même des cartes postales, les collectionneurs, pourtant avisés, mélangeant allègrement les cartes «pionnières» et «précurseurs». Nous avons réalisé une synthèse simple, et facile à utiliser. Cartes précurseurs non illustrées : La loi du 12 février 1872 instaura la circulation de la carte postale administrative pour la France et l'algérie. Le 15 janvier 1873, deux modèles furent mis en circulation. - Une carte postale de couleur jaune, affranchie à 10 centimes, pouvant circuler à découvert dans la circonscription d'un même bureau. - Une carte postale affranchie à 15 centimes pouvant circuler de bureau à bureau. Il s en vendra 7 millions d'exemplaires en une semaine! Sur ces cartes, pas d illustration, en dehors d une frise qui encadre la partie réservée à l adresse. Le verso, vierge, est réservé à la correspondance. 38 modèles de cartes différents vont être émis entre janvier 1873 et juin Dans cette catégorie, entrent les cartes précurseurs postaux et non postaux et les cartes postales françaises semi-officielles. Elles ne sont d aucun intérêt pour l historien de la médecine, sauf à comporter au dos une publicité à caractère médical. Jusqu en 1875, la carte postale est restée sous le monopole de l administration des postes, ce qui n empêcha pas certains privés comme le magasin la Belle Jardinière, en 1873, d y apposer, au dos, des petites illustrations de leur immeuble, en guise de publicité. Figure 14 : carte pionnière affranchie à 15 c, postée le 6 décembre Dimensions 78 X 120 mm. Coll. de l auteur.

59 58 Cartes pionnières illustrées : Les premières cartes illustrées furent émises sous forme de séries officielles, ou par des organismes privés, et alors essentiellement publicitaires. En 1878, le congrès de l UPU (Union Postale Universelle) fixa le format des cartes postales à 9 X 13 cm. Le 6 avril 1878, la France mit en place un tarif unique à 10 c pour les cartes postales et vendit des cartes avec entiers postaux (c est-à-dire avec un timbre imprimé sur la carte). C est à cette période que le trafic explosa, passant de 16 à 30 millions d envois par an entre 1873 et Les commerçants «repiquèrent» les cartes officielles en y apposant au dos leurs publicités, factures etc La demande fut telle que l administration des postes autorisa (par arrêté ministériel du 7 octobre 1875) l industrie privée à fabriquer et vendre ses propres cartes postales. En 1883, un autre décret autorisa l impression d illustrations sur les cartes postales. C est en 1889, à l occasion de l exposition universelle de Paris, que Léon-Charles Libonis ( ) réalisa la première série de cinq cartes touristiques illustrées par la tour Eiffel. La Société de la tour Eiffel édita et vendit exemplaires de cette série. Sur ces cartes, l illustration (qui n était pas une photographie mais un dessin) n occupait qu une petite partie du dos réservé à la correspondance. C est à Dominique Piazza ( ) que l on doit la naissance de la carte postale illustrée par une photographie. Bien qu employé de commerce et pas du tout photographe, il trouva le moyen de réduire les photographies afin d en faire tenir trois sur un format carte postale, sur le verso où s apposait le timbre et où étaient conservées 3 lignes pour l adresse. Il créa une première série de cartes postales le 4 août Rappelons que la photographie a été inventée en 1829, mais que les clichés n étaient pas reproductibles. Ceci ne sera possible qu en 1880 avec le procédé au gélatinobromure. Son idée fut rapidement copiée par de nombreux éditeurs et imprimeurs, Giletta (Nice), Neurdein (Paris), Bergeret (Nancy) et la carte postale photographique prit un essor sans pareil. Figure 15 : Carte postale «Dominique Piazza» avec 3 photographies réduites. Coll. JP Martin.

60 59 On vit apparaître des «cartes photos» où le tirage était fait directement sur papier photographique. Les images de ces cartes sont d excellente qualité, avec un grain très fin. Cartes postales anciennes : Le succès de la carte postale est tel que des centaines, voire des milliers d éditeurs vont produire des millions de cartes postales, le nouveau procédé de la phototypie permettant de les reproduire à l infini. La production va s envoler, passant de 100 millions de cartes en 1910 à 800 millions en Le dessin ne sera pas oublié, et divers illustrateurs exprimeront leurs talents sur carte postale : caricature du milieu militaire, amours, humour, sans oublier de brocarder les médecins et leurs patients Figure 16 : Carte postale ancienne d illustrateur, évoquant la dysurie des prostatiques. Coll. JP Martin. L aspect du dos de la carte postale ancienne permet une datation plus précise. Cartes à dos non divisé : Ces cartes ont un dos non divisé avec trois lignes pour l adresse. La correspondance est écrite du côté de la photo. L image n occupe qu une petite partie de la carte, pour permettre la correspondance. On parle de cartes «nuages», en raison des limites floues de la photographie d illustration qui rappelle un nuage. Progressivement, la taille de l image va croître et en 1903, il ne restait qu une petite marge en bordure d image pour la correspondance.

61 60 Figure 17 : Carte postale ancienne, type «nuage». Bergerac, le nouvel hôpital. Editeur A. Astruc. Le texte de la correspondance est amusante, puisque l expéditrice collectionne les cartes postales et sollicite un échange de cette carte avec une de la «contrée» où habite sa correspondante! carte postée le 10 juillet 1900 Coll. JP Martin. Figure 18 : Dos de la carte postale Fig. 4. Le dos n est pas divisé, donc carte datant d avant Coll. JP Martin.

62 61 Ces cartes sont produites industriellement par phototypie (procédé breveté en 1855 par Alphonse Poitevin) et amélioré vers 1870 par Joseph Albert. La lumière passe à travers les parties transparentes du négatif (il s agit alors d une plaque de verre) et noircit le papier au bromure d argent. Certaines cartes étaient colorisées, soit par phototypies (on utilisait autant de plaques que de couleurs), soit manuellement (aquarelle au pinceau, au pochoir, puis vernissage). Figure 19 : carte postale ancienne colorisée. Le Croisic, façade extérieure de l hôpital marin de Pen-Bron, sanatorium pour enfants. Ed. A.B. Coll. JP Martin. Cartes à dos divisé, papier de chiffon blanc : L image occupe toute la carte, la correspondance se fait au dos, qui est divisé, par un arrêté du 18 novembre 1903, en réservant l adresse à droite, la correspondance à gauche. Le papier est de bonne qualité, blanc, fabriqué à partir de chiffon blanc. Figure 20 : carte postale ancienne. Le Havre, hospice général, entrée principale. La photographie occupe la totalité du recto. Coll. JP Martin.

63 62 Figure 21 : Verso de la carte Fig. 7. Le dos est divisé, correspondance à gauche, adresse à droite. Le papier est blanc, fait à partir de chiffon. Carte postée en Coll. JP Martin. Cartes à dos divisé, papier au bois, granuleux, dos vert : après 1910 et surtout 1914 La pénurie de matière pour fabriquer du papier pendant la Première Guerre mondiale a fait que c est du bois qui a été utilisé pour fabriquer la pâte à papier. Ces cartes sont reconnaissables à leur dos vert, dont le papier est granuleux. On trouve des cartes postales plus anciennes, dès 1900, ayant également le dos vert, mais le papier est lisse, satiné, de meilleure qualité. Figure 22 : carte postale ancienne. Epernay, l hôpital-hospice Auban-Moët, pavillon de la chirurgie. Editeur LL. Coll. JP Martin.

64 63 Figure 23 : verso de la carte Fig. 9. Dos divisé, papier vert. Carte postée en Coll. JP Martin. Cartes semi-modernes : L après Première Guerre mondiale fut marqué par un déclin de la carte postale, dont les productions imprimées en couleur bleue ou sépia étaient de moindre qualité. Après 1920, elles sont dites semimodernes, mais conservent le format 9 X 14 cm. Les premières cartes sur papier glacé apparurent après la Seconde Guerre mondiale, et conservèrent le même format 9 X 14 cm. Figure 24 : carte postale semi-moderne, 9 X 14 cm, papier glacé, non circulée. Montpellier, la cathédrale Saint-Pierre et la faculté de médecine. Editeur Rella, Nice. Coll. JP Martin.

65 64 Cartes modernes : après 1950 Après 1950, apparaissent les cartes modernes, de format 10,5 X 15, souvent en papier glacé, couleurs et bordure dentelée. La reproduction utilise le bromure, puis, à partir de 1960, le procédé offset. Figure 25 : carte postale moderne, papier glacé, couleur, bord dentelé, format 10,5 X 15. Hautefort, le château XV et XVIIe siècle, le village, l ancien hospice (au centre) et la nouvelle maison de retraite (en bas à droite). Coll. JP Martin. Conclusion La collection des cartes postales anciennes à caractère médical est passionnante, tant les thèmes sont variés : hôpitaux de sa région, fabricants de matériels, cartes humoristiques, véhicules, navires hôpitaux, etc La question du juste prix d une carte lors de l achat dépend uniquement de l intérêt que vous lui portez. Certaines cartes sont rarissimes, mais si elles peuvent atteindre une centaine d euros, vous pouvez aussi les trouver en brocante pour 50 centimes! Il faut savoir être patient, comme tout bon collectionneur. Toute référence à cet article doit préciser : Martin JP. : Médecine et cartes postales. Clystère ( n 56, janvier 2017.

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION OBJECTIFS SPECIFIQUES : ENUMERER SANS ERREUR LES ELEMENTS QUI COMPOSENT LE MATERIEL COURANT DE SOINS EXPLIQUER CHACUNE DES TECHNIQUES

Plus en détail

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES Compétence du socle : Compétence 6 : Les compétences sociales et civiques. Contribution attendue : Utiliser un produit chimique

Plus en détail

VOITURE A REACTION. Kart à réaction réalisé par un bricoleur «fou» (Bruce Simpson)

VOITURE A REACTION. Kart à réaction réalisé par un bricoleur «fou» (Bruce Simpson) VOITURE A REACTION Kart à réaction réalisé par un bricoleur «fou» (Bruce Simpson) 1 Introduction BUT DE L ACTIVITE Fabriquer une voiture à réaction originale et sans danger Jouer avec et essayer plein

Plus en détail

Projet d auto-construction d un chauffe-eau solaire au pays des Cigales

Projet d auto-construction d un chauffe-eau solaire au pays des Cigales Projet d auto-construction d un chauffe-eau solaire au pays des Cigales Par Joseph 13 Aix en Provence Bonjour et bienvenue sur mon blog. après plusieurs mois de réflexion et de recherches sur Internet

Plus en détail

L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE

L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE Rapprocher la culture et le monde du travail en offrant aux salariés une rencontre au quotidien avec l art, tel est le but de L Entreprise à l œuvre, opération organisée sous l égide

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

Marquage laser des métaux

Marquage laser des métaux 62 Colorer Marquage laser des métaux TherMark Produit à base aqueuse pour un nettoyage rapide. Appliquer une fine couche de produit sur le métal, laisser sécher moins de 2 minutes et graver au laser. L

Plus en détail

LA QUALITE DES CROQUANTES OU NOUGATINES:

LA QUALITE DES CROQUANTES OU NOUGATINES: DOSSIER NOUGATINE LA QUALITE DES CROQUANTES OU NOUGATINES: La qualité des nougatines, est variable en fonction de la quantité d'amandes par rapport aux matières édulcorantes(saccharose, glucose, fondant,

Plus en détail

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Hôpital Privé d Antony APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Livret d information Hôpital Privé d Antony OPC/KINE/297 Page 1 sur 6 Intervenants Rédigé par : Nom Profession Le Visa C.DUPUY

Plus en détail

ENCASTREZ UN EVIER ET POSEZ UN MITIGEUR A DOUCHETTE

ENCASTREZ UN EVIER ET POSEZ UN MITIGEUR A DOUCHETTE ENCASTREZ UN EVIER ET POSEZ UN MITIGEUR A DOUCHETTE ETAPE 1 LE PLAN DE TRAVAIL 1.a Repères Repères Mettez en place provisoirement le plan de travail et tracez au crayon effaçable deux repères qui correspondent

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

LA 4L PANTONE. Vagal âme a adapté un système écologique de type PANTONE sur une 4L.

LA 4L PANTONE. Vagal âme a adapté un système écologique de type PANTONE sur une 4L. LA 4L PANTONE Ce projet est l œuvre d une association de loi 1901 : Vagal âme -2 étudiants de l ICN école de management : gestion et réalisation -1 étudiant de l Ecole des Mines de Nancy : technique -1

Plus en détail

PAR VOTRE MEDECIN! «FUN», LES CIGARETTES RECOMMANDÉES NOUVELLE PERCÉE MÉDICALE!

PAR VOTRE MEDECIN! «FUN», LES CIGARETTES RECOMMANDÉES NOUVELLE PERCÉE MÉDICALE! «FUN», LES CIGARETTES RECOMMANDÉES PAR VOTRE MEDECIN! OUAH, DOC! JE ME SENS DÉJÀ MIEUX! C EST parce QUE FUN utilise le MEILleur DES TAbacs!! NOUVELLE PERCÉE MÉDICALE! VÉRIDIQUE! On a découvert que les

Plus en détail

FACTEURS INFLUENÇANT LA QUALITÉ DU CAFÉ-BOISSON 1 - CAFÉ 2 - TORRÉFACTION 3 - CONSERVATION 4 - EAU 5 - MOUTURE 6 - DOSAGE 7 - TYPE DE PRÉPARATION

FACTEURS INFLUENÇANT LA QUALITÉ DU CAFÉ-BOISSON 1 - CAFÉ 2 - TORRÉFACTION 3 - CONSERVATION 4 - EAU 5 - MOUTURE 6 - DOSAGE 7 - TYPE DE PRÉPARATION FACTEURS INFLUENÇANT LA QUALITÉ DU CAFÉ-BOISSON 1 - CAFÉ 2 - TORRÉFACTION 3 - CONSERVATION 4 - EAU 5 - MOUTURE 6 - DOSAGE 7 - TYPE DE PRÉPARATION 1 1. CAFÉ La qualité du café vert dépend : De l espèce

Plus en détail

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement.

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Rappels : L air qui nous entoure contient 3 gaz principaux: 71% d azote, 21% d oxygène, 0,03 % de CO2 et quelques gaz rares. L eau de chaux se trouble

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

CONSTRUCTION D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE

CONSTRUCTION D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE CONSTRUCTION D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE Motivé par le développement durable je voulais absolument trouver la méthode pour me fabriquer un chauffe eau solaire. J ai donc décidé moi aussi de m investir dans

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521

INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521 INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521 WWW.BURCAM.COM 2190 Boul. Dagenais Ouest LAVAL (QUEBEC) CANADA H7L 5X9 TÉL: 514.337.4415 FAX: 514.337.4029 info@burcam.com Votre pompe a été soigneusement emballée

Plus en détail

maintenance Remplacement des réfractaires 1 Remplacement de la grille du cendrier 2 Remplacement du secoueur de grille 3

maintenance Remplacement des réfractaires 1 Remplacement de la grille du cendrier 2 Remplacement du secoueur de grille 3 maintenance 30 Remplacement des réfractaires 1 Remplacement de la grille du cendrier 2 Remplacement du secoueur de grille 3 Remplacement du verrou et du ressort de verrou du tambour 3 Remplacement du positionneur

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Ablation de sutures. Module soins infirmiers

Ablation de sutures. Module soins infirmiers Ablation de sutures Module soins infirmiers Equipe enseignante de l IFSI du Centre Hospitalier de ROUBAIX Diaporama réalisé par : Stéphane Dubus, Formateur I. Définition Il s agit d ôter les sutures cutanées

Plus en détail

Model: PSB100. Système de sonde pour parking en marche arrière. Guide d installation TABLE DES MATIERES

Model: PSB100. Système de sonde pour parking en marche arrière. Guide d installation TABLE DES MATIERES Système de sonde pour parking en marche arrière Model: PSB100 Guide d installation TABLE DES MATIERES Avertissements...2 Descriptions du produit...3 Bordereau de marchandises...3 Instructions d installation...4

Plus en détail

Professions indépendantes. Vos prestations maladie

Professions indépendantes. Vos prestations maladie Professions indépendantes Vos prestations maladie Édition 2012 Vos prestations maladie Sommaire Quels sont les bénéficiaires de l assurance maladie? 3 Comment bénéficier des prestations? 4 Quels sont les

Plus en détail

L'oxygène. Rappel. plus d informations au : 02 54 21 97 39 ou par mail à : gaz-medicaux@spengler.fr

L'oxygène. Rappel. plus d informations au : 02 54 21 97 39 ou par mail à : gaz-medicaux@spengler.fr L'oxygène Spengler, fabricant français de matériel médical et établissement pharmaceutique distributeur en gros de gaz à usage médical, propose des ensembles de premiers secours conformes à la législation

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G KR-G Page 1 de 5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE 1.1 Identificateur de produit : Nom du produit : KR-G 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

ptimalis santé ... une solution de santé adaptée au moment où vous en avez le plus besoin [ Santé ] [ Prévoyance profession [ Prévoyance particulier

ptimalis santé ... une solution de santé adaptée au moment où vous en avez le plus besoin [ Santé ] [ Prévoyance profession [ Prévoyance particulier [ Prévoyance profession PERSONNES [ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] PARTICULIERS [ Santé ] [ Prévoyance particulier [ Mobilité ] ptimalis santé [ Assurance de prêt ] [ Patrimoine ]... une solution de santé adaptée

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE DESCRIPTION DU MÉTIER Le masseur-kinésithérapeute ou «kiné» dans le langage courant, effectue sur prescription médicale des actes de gymnastique médicale, de massage, de

Plus en détail

Le cadre général de la loi du 21 Germinal An XI

Le cadre général de la loi du 21 Germinal An XI Le cadre général de la loi du 21 Germinal An XI par Eric Fouassier 1 Mars 2003 La pharmacie sous l Ancien Régime et la Révolution Avant la Révolution, la réglementation de la profession pharmaceutique

Plus en détail

Huygens et le ressort spiral Fiche professeur

Huygens et le ressort spiral Fiche professeur 1 er étage La mesure du temps x Huygens et le ressort spiral Fiche professeur Où? Cabinet des curiosités, 1 er étage Moins de vingt ans après l invention du pendule (-> voir fiche «Galilée et le pendule»),

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

Consignes de sécurité Manipulation du dioxyde de carbone CO 2

Consignes de sécurité Manipulation du dioxyde de carbone CO 2 Consignes de sécurité Manipulation du dioxyde de carbone CO 2 Le dioxyde de carbone Le dioxyde de carbone est un gaz incolore, quasiment inodore et insipide. Il est donc pratiquement indétectable par les

Plus en détail

NOM DE L ELEVE :.. Dossier à rendre complété avant le 16 Mars 2015 (afin de vous éviter le temps des formalités lors de la pré-rentrée).

NOM DE L ELEVE :.. Dossier à rendre complété avant le 16 Mars 2015 (afin de vous éviter le temps des formalités lors de la pré-rentrée). Dossier à rendre complété avant le 16 Mars 2015 (afin de vous éviter le temps des formalités lors de la pré-rentrée). NOM DE L ELEVE :.. Prénom : I. DOCUMENTS A RETOURNER A L ETABLISSEMENT Réservé à l

Plus en détail

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 RAISON SOCIALE JOHNSONDIVERSEY FICHE DE DONNEES DE SECURITE RISQUES SPECIFIQUES NON CLASSE 1 IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE - NOM DU PRODUIT RAID PIEGES ANTI-FOURMIS

Plus en détail

ACS. Les. Au cœur de ma santé D ATOUT CŒUR SANTÉ

ACS. Les. Au cœur de ma santé D ATOUT CŒUR SANTÉ Au cœur de ma santé Les D ATOUT CŒUR SANTÉ L, comment ça marche? L (Aide à la Complémentaire Santé) est une aide versée sous conditions de ressources pour financer tout ou partie de la cotisation annuelle

Plus en détail

Kenwood Limited, New Lane, Havant, Hampshire PO9 2NH, UK www.kenwood.co.uk 56117/2

Kenwood Limited, New Lane, Havant, Hampshire PO9 2NH, UK www.kenwood.co.uk 56117/2 Kenwood Limited, New Lane, Havant, Hampshire PO9 2NH, UK www.kenwood.co.uk 56117/2 O I MG510 a b c o n d O I m l e k i j f g h p q r s t Français Avant de lire, dépliez la première page pour voir les illustrations

Plus en détail

Emission 2 1 ère épreuve : Baba

Emission 2 1 ère épreuve : Baba Emission 2 1 ère épreuve : Baba Gaelle et Cédric: «Babatomic» Pour 4 personnes Temps de Préparation : 3 h environ Temps de Cuisson : 60 minutes PREPARATION Pâte à baba au chocolat - 500 g de farine - 13

Plus en détail

ORIGINES : St Patrick, patron des Irlandais, serait né vers 385.

ORIGINES : St Patrick, patron des Irlandais, serait né vers 385. Fête célébrée le 17 mars (March 17th) par les Irlandais pour honorer SaintPatrick, un missionnaire qui a converti l Irlande au christianisme. ORIGINES : St Patrick, patron des Irlandais, serait né vers

Plus en détail

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE Musée des beaux-arts de Brest 1 Les objectifs : - Comment percevons-nous les couleurs? Quel rôle joue le cerveau? - Comprendre les choix et les procédés de création

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Fabriquer ses produits ménagers naturels. Semaine Européenne de la Réduction des Déchets 2013

Fabriquer ses produits ménagers naturels. Semaine Européenne de la Réduction des Déchets 2013 Fabriquer ses produits ménagers naturels Semaine Européenne de la Réduction des Déchets 2013 Fabriquer ses produits ménagers naturels Programme Intérêt de fabriquer ses produits Les principaux ingrédients

Plus en détail

SVP ISO - Sécurité & Protection

SVP ISO - Sécurité & Protection SVP ISO - Sécurité & Protection ETUDE PRESTATION-FOURNITURE / INDUSTRIE & SECURITE Site web: www.svp-securite.fr - E-mail: svptouati@caramail.com 04, rue LARBI TEBESSI. 31200. Arzew - Oran - Tel / Fax:

Plus en détail

réf. 6517 En plastique argent.

réf. 6517 En plastique argent. 47 6,70 12 CHIFFRES 16.8 x 16.7 x 1.5 cm 2 6,04 5,54 90 6517 Affichage 12 chiffres. Ecran inclinable. Fonctionne à l énergie solaire ou à pile bouton (fournie). Astucieux : Avec 2 marquages (audessusetau

Plus en détail

Le chauffage, épisode 2 : plomberie

Le chauffage, épisode 2 : plomberie Le chauffage, épisode 2 : plomberie tomtom, le 19 mars 2010 à 14:47 Si vous avez bien tout suivi l'article précédent, nous voilà donc partis dans la conception et la réalisation d'un chauffage central.

Plus en détail

La formation dans tous ses états. Programme et méthode de formation continue sur la

La formation dans tous ses états. Programme et méthode de formation continue sur la La formation dans tous ses états Programme et méthode de formation continue sur la «Préparation des médicaments anticancéreux» Répond à (Art R 950-4 al 1 du Code du Travail) Par qui, Comment et Pourquoi.

Plus en détail

Les Arbres décisionnels

Les Arbres décisionnels Les Arbres décisionnels Les aides à la décision plainte-traitement (ou arbres décisionnels ) sont tirés de travaux effectués dans le cadre de l Organisation Mondiale de la Santé. Ils sont destinés à soutenir

Plus en détail

Sommaire buses. Buses

Sommaire buses. Buses Sommaire buses Buses Pour tous types de machines hautes pression Pour des canalisations jusqu au Ø 600 mm Efficacité maximale Pour toutes sortes d obstruction Radiales ou rotatives Avec ou sans jet avant

Plus en détail

«rend service» Xavier FONTANET

«rend service» Xavier FONTANET 198 LA REVUE CIVIQUE LA REVUE CIVIQUE 199 L entreprise «rend service» Xavier FONTANET Ancien Président du Groupe Essilor, Xavier Fontanet a créé une Fondation qui porte son nom, dédiée à l explication

Plus en détail

BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS

BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS 1884/85 Commencement des opérations de la BNS La Banque nationale de Serbie exprime ses remerciements au Département de la

Plus en détail

Par accident, on entend un événement soudain dont la cause ou l une des causes est extérieure

Par accident, on entend un événement soudain dont la cause ou l une des causes est extérieure titre V VIVIUM TRAVEL RELAX préambule Pour autant que le véhicule désigné aux conditions particulières de la présente police auto bénéficie de la garantie Vivium car relax, le preneur d assurance peut

Plus en détail

Utilisez les mots-ressources pour identifier les parties de la tête selon les numéros.

Utilisez les mots-ressources pour identifier les parties de la tête selon les numéros. Ex e r c i c e n o 1 C e s t t o u t u n v i s a g e! Utilisez les mots-ressources pour identifier les parties de la tête selon les numéros. Mots-ressources les cheveux les cils les dents la fossette le

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

Tables. Tables individuelles réglables en hauteur manuellement

Tables. Tables individuelles réglables en hauteur manuellement Table réglable en hauteur Ropox Ergobasic, largueur 90 cm, inclinable Cette table économique réglable en hauteur est basée sur la table thérapeutique ROPOX ST, depuis des années une image fidèle dans les

Plus en détail

Le cœur est compliqué et il est aussi un organe que travaille très fort (Heart Attack,

Le cœur est compliqué et il est aussi un organe que travaille très fort (Heart Attack, Le cœur est compliqué et il est aussi un organe que travaille très fort (Heart Attack, 2003), et c est la seule sorte de muscle qui peut se contracter régulièrement sans fatigue; tandis que les autres

Plus en détail

Dr Berdj Haroutunian, 5, Chemin Gottret ch-1255 VEYRIER tél 00 41 (0)22 784-01-18 www.haroutunian.ch E-mail : berdj@haroutunian.ch

Dr Berdj Haroutunian, 5, Chemin Gottret ch-1255 VEYRIER tél 00 41 (0)22 784-01-18 www.haroutunian.ch E-mail : berdj@haroutunian.ch 1 L UTILISATION DU PLOMB EN DENTISTERIE : MYTHE OU REALITE Dr Berdj HAROUTUNIAN, Genève Le plomb ne devrait en principe pas être utilisé en dentisterie car il n est pas considéré comme un oligo-élément

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

Motion pour «L interdiction des affiches publicitaires pour le petit crédit»

Motion pour «L interdiction des affiches publicitaires pour le petit crédit» Motion pour «L interdiction des affiches publicitaires pour le petit crédit» De par mon métier d assistante sociale, je peux constater les ravages de l endettement sur la vie des familles et des jeunes

Plus en détail

Guide d Installation pour Plomberie de Piscine Hors Terre

Guide d Installation pour Plomberie de Piscine Hors Terre Guide d Installation pour Plomberie de Piscine Hors Terre Table des Matières Page 1... Pièces et Outils Requissent Page 2... Instruction de Remplissage Page 3... Installation de l Écumoire Page 4... Installation

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé belge (niveau fédéral) Michel VIGNEUL 4 novembre 2013

Principales caractéristiques du système de santé belge (niveau fédéral) Michel VIGNEUL 4 novembre 2013 Principales caractéristiques du système de santé belge (niveau fédéral) Michel VIGNEUL 4 novembre 2013 LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE 1. LA PROTECTION SOCIALE BELGE 2. LE FONCTIONNEMENT QUOTIDIEN

Plus en détail

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité,

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes La Garantie Santé Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, immatriculée au registre national des mutuelles sous le

Plus en détail

Sommaire Table des matières

Sommaire Table des matières Notice de montage 1 Sommaire Table des matières I. Mise en garde... 3 II. Avant de commencer... 4 1. Préparer vos outils... 4 2. Pièces nécessaires pour le montage de votre porte Keritek... 5 III. Étape

Plus en détail

Conditions techniques et systèmes de sécurité au Musée provincial Félicien Rops

Conditions techniques et systèmes de sécurité au Musée provincial Félicien Rops Conditions techniques et systèmes de sécurité au Musée provincial Félicien Rops - Rapport d équipements - MUSEE FELICIEN ROPS 12, rue Fumal 5000 Namur (Belgique) Téléphone : (00 32) (0)81 22 01 10 Fax

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

A l heure de Pâques Equipe rouge : Les «monsieur et madame» branchés

A l heure de Pâques Equipe rouge : Les «monsieur et madame» branchés A l heure de Pâques Equipe rouge : Les «monsieur et madame» branchés Temps de Préparation : 2 h environ RECAPITULATIF Monsieur moustache : Œuf noir pulvérisé au flocage noir, moustache pâte amande orange

Plus en détail

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès.

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Le court-métrage sur le sujet transplantinfo.ch Vous pouvez être

Plus en détail

Son interface assez simple permet de rendre accessible à tous ce type de service,

Son interface assez simple permet de rendre accessible à tous ce type de service, PRESENTATION Crée en 2006, www.leboncoin.fr est un site internet qui propose de déposer son annonce gratuitement. Ce site permet la publication d'annonces de vente de tous objets, celles-ci étant accessibles

Plus en détail

Sertissage Aciers COMAP,

Sertissage Aciers COMAP, Sertissage Aciers COMAP, passez à la vitesse supérieure! Jean Vasseur Communication - Photo : Domino Pascal P. Plombier (Lyon) XPress aciers Carbone XPress aciers Inox RAPIDITÉ Réalisez vos installations

Plus en détail

1.1.2. La durée du stage officinal est légalement de 6 mois.

1.1.2. La durée du stage officinal est légalement de 6 mois. 1. REGLEMENT DU STAGE OFFICINAL 1.1. Du stage et des stagiaires 1.1.1. Le stage est accompli dans une officine ouverte au public ou dans une officine hospitalière, dirigée par un pharmacien comptant au

Plus en détail

Qu est ce qu un gaz comprimé?

Qu est ce qu un gaz comprimé? Qu est ce qu un gaz comprimé? Il existe plusieurs produits à base de gaz ou de mélanges de gaz sous pression conservés dans des bouteilles 1. La plupart de ces gaz sont classés dans la catégorie des «gaz

Plus en détail

SANTOS espresso n 75. N 75 (Modèle Noir)

SANTOS espresso n 75. N 75 (Modèle Noir) EQUIP HOTEL 2003 SANTOS espresso n 75 Machine à café professionnelle "Santos Espresso ", 1 groupe. Pompe 16 bars. Filtres : 1, 2 tasses, dosettes standards Idéal pour les bureaux, points de restauration

Plus en détail

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale Relecture scientifique Société française Relecture juridique Médecins experts Relecture déontologique Médecins Conseil national de l ordre des médecins (CNOM) Relecture des patients Confédération interassociative

Plus en détail

Service Privé d ambulances 2010

Service Privé d ambulances 2010 FICHE TECHNIQUE Intitulé du métier ou de l activité : Service Privé d ambulances Codification NAA : 85.16 Codification ONS : 85.17 Codification Agriculture : / Codification Artisanat : / Codification CNRC

Plus en détail

Bienvenue à la Banque nationale de Belgique!

Bienvenue à la Banque nationale de Belgique! Bienvenue à la Banque nationale de Belgique! La Banque nationale de Belgique n est pas une banque comme les autres Par exemple, tu ne peux pas y ouvrir de compte bancaire : seules les autres banques y

Plus en détail

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Une technique chirurgicale Pour vous, pour la vie Qu est-ce que la cholécystectomie? C est l intervention chirurgicale pratiquée pour enlever la vésicule biliaire.

Plus en détail

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail

Compte-rendu d examen anatomo-pathologique - hépatite chronique

Compte-rendu d examen anatomo-pathologique - hépatite chronique Compte-rendu d examen anatomo-pathologique - hépatite chronique À partir de la Vème année Médecine Générale et notamment pour les médecins anatomopathologues ANATOMIE PATHOLOGIQUE Hôpital du Bon Secours

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Les prix peuvent varier selon les quantités et les identifications. Une couleur d impression, une gravure au laser ou un embossage est inclus.

Les prix peuvent varier selon les quantités et les identifications. Une couleur d impression, une gravure au laser ou un embossage est inclus. Les prix peuvent varier selon les quantités et les identifications. Une couleur d impression, une gravure au laser ou un embossage est inclus. Taxes et transport en sus. Prix valide jusqu au 31 mai 2012.

Plus en détail

CONSTRUCTION D'UN LABO PORTABLE

CONSTRUCTION D'UN LABO PORTABLE CONSTRUCTION D'UN LABO PORTABLE pour le traitement des PLAQUES AU COLLODION HUMIDE René Smets Août 2013 UN LABORATOIRE PORTABLE POUR LE TRAITEMENT DES PLAQUES AU COLLODION HUMIDE. Il y a quelques années,

Plus en détail

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K)

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Ce carnet a été réalisé sous la coordination de l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Carte à découper

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR

DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR H e a r t S t a r t ( Philips ) Démonstration réalisée par les Docteurs Alain LIAGRE & Thierry LEDANT Membres du Conseil Syndical DOMAINE DE SAINT PIERRE

Plus en détail

SAMCEP PRÉ-PROGRAMME. Congrès L ESTHÉTIQUE AU MASCULIN. Hôtel Royal Riviera, Saint-Jean-Cap-Ferrat

SAMCEP PRÉ-PROGRAMME. Congrès L ESTHÉTIQUE AU MASCULIN. Hôtel Royal Riviera, Saint-Jean-Cap-Ferrat VENDREDI 19 & SAMEDI 20 JUIN 2015 Congrès SAMCEP Hôtel Royal Riviera, Saint-Jean-Cap-Ferrat PRÉ-PROGRAMME THÈMES DU CONGRÈS L ESTHÉTIQUE AU MASCULIN Les fondamentaux en esthétique Les dernières nouveautés

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

Prise en main par Guy BIBEYRAN Chevalier médiéval époque XIII / XIV siècle métal 75mm Atelier Maket Référence AM75-010 Sculpteur: Benoit Cauchies

Prise en main par Guy BIBEYRAN Chevalier médiéval époque XIII / XIV siècle métal 75mm Atelier Maket Référence AM75-010 Sculpteur: Benoit Cauchies Prise en main par Guy BIBEYRAN Chevalier médiéval époque XIII / XIV siècle métal 75mm Atelier Maket Référence AM75-010 Sculpteur: Benoit Cauchies Cette prise en main est destinée à ceux qui voudraient

Plus en détail

GUIDE D INSTRUCTION. Montage Entretien

GUIDE D INSTRUCTION. Montage Entretien GUIDE D INSTRUCTION Montage Entretien INSTRUCTIONS PARTICULIÈRES Dès réception des marchandises, veuillez vérifier le bon état de l'emballage. Veuillez mentionner tout dégât éventuel de transport sur le

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

Notre enquête chez les pompiers de Dottignies

Notre enquête chez les pompiers de Dottignies Notre enquête chez les pompiers de Dottignies Questions proposées pour notre enquête chez les pompiers Equipe 1 (Emilie, Laura, Arnaud, Myriem) 1. Qu est-ce que vous avez dans les bonbonnes que vous portez

Plus en détail

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles NOMENCLATURE GENERALE DES ACTES PROFESSIONNELS INFIRMIERS (Arrêté du 25 mars 1993) (Arrêté du 21 avril 1994) (Arrêté du 1er mars 1999) (Arrêté du 8 Décembre 1999) (Arrêté du 12 Octobre 2000) (Arrêté du

Plus en détail

RÉGIBEAU Julien. Aspirant F.R.S.-FNRS

RÉGIBEAU Julien. Aspirant F.R.S.-FNRS RÉGIBEAU Julien Aspirant F.R.S.-FNRS Université de Liège Faculté de Philosophie et Lettres «Transitions». Département de recherches sur le Moyen tardif & la première Modernité Service d Histoire moderne

Plus en détail

Complémentaire Santé. Mieux la comprendre pour bien la choisir

Complémentaire Santé. Mieux la comprendre pour bien la choisir Complémentaire Santé Mieux la comprendre pour bien la choisir Ce document est destiné à vous aider à mieux comprendre ce qu est une complémentaire santé, ses garanties, ses mécanismes de remboursement

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

Outil d Evaluation relatif aux Socles de compétences Premier degré de l enseignement secondaire HISTOIRE. ANVERS AU XVI e SIÈCLE. Dossier de l élève

Outil d Evaluation relatif aux Socles de compétences Premier degré de l enseignement secondaire HISTOIRE. ANVERS AU XVI e SIÈCLE. Dossier de l élève Outil d Evaluation relatif aux Socles de compétences Premier degré de l enseignement secondaire HISTOIRE ANVERS AU XVI e SIÈCLE Dossier de l élève Nom :.. Prénom : Classe : Première partie Tâche : Tu disposes

Plus en détail

ALARME DE PISCINE SP - 002

ALARME DE PISCINE SP - 002 ALARME DE PISCINE SP - 002 MANUEL D INSTALLATION ET DE L UTILISATEUR i Lisez le mode d emploi Nous vous remercions d avoir choisi notre produit et que vous fassiez confiance à notre société. Pour que l

Plus en détail

Comment réduire ma cotisation Santé?

Comment réduire ma cotisation Santé? Santé Comment réduire ma cotisation Santé? Chèque Complémentaire Santé Une contribution significative à votre cotisation et un accès facilité à la plupart des solutions Santé d AXA Chèque Complémentaire

Plus en détail