Qu y a-t-il de neuf dans la nouvelle loi sur les pratiques du marché et la protection du consommateur (ex-lpcc)?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Qu y a-t-il de neuf dans la nouvelle loi sur les pratiques du marché et la protection du consommateur (ex-lpcc)?"

Transcription

1 ASSOCIATION POUR L ETUDE DU DROIT DE LA CONCURRENCE 6 mai 2020 Qu y a-t-il de neuf dans la nouvelle loi sur les pratiques du marché et la protection du consommateur (ex-lpcc)? Andrée Puttemans Professeure à l ULB et à la KUB - Avocate Directrice de l Unité de droit économique de l ULB

2 2 2 lois (du 6 avril 2010) au lieu d une L une relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur L autre concernant le règlement de certaines procédures dans le cadre de la LPMC «LPMC» «RP-LPMC»

3 3 In het Nederlands : Wetten 6 april 2010 De ene betreffende marktpraktijken en consumentenbescherming De andere met betrekking tot de regeling van bepaalde procedures in het kader van de WMPC «WMPC» «RP-WMPC»

4 4 Toutes deux ont été publiées au Moniteur Belge le 12 avril 2010 (resp. p et 20841) et entreront en vigueur le 12 mai 2010

5 5 Nouvel intitulé «Pratiques du marché» remplace «pratiques du commerce» Pourquoi? Pour distinguer cette notion de celle de «pratiques commerciales», imposée par la directive 2005/29 (pratiques déloyales envers les consommateurs)

6 6 Quid de la norme générale applicable entre entreprises? Art. 95 LPMC (ex-93 LPCC) : Est interdit, tout acte contraire aux pratiques honnêtes du marché par lequel une entreprise porte atteinte ou peut porter atteinte aux intérêts professionnels d'une ou de plusieurs autres entreprises

7 7 Remarque : Convention d Union de Paris > «acte contraire aux usages honnêtes en matière industrielle ou commerciale» = en anglais : act of competition contrary to honest practices in industrial or commercial matters

8 8 Structure de la LPMC 12 chapitres 1. Définitions et principes généraux

9 9 2. Information du marché Obligation générale d information du consommateur Indication des prix Dénomination, composition, étiquetage Indication des quantités Publicité comparative Promotions en matière de prix Référence à son propre prix antérieur Ventes en liquidation Ventes en solde Titres (= bons de réduction) Pub avec prix et insuffisance de stock

10 10 3. Contrats conclus avec les consommateurs Contrats à distance Contrats conclus en dehors des locaux de l entreprise Ventes publiques Offre conjointe Clauses abusives Bon de commande, documents justificatifs, reconduction contrat de service

11 11 4. Pratiques interdites Pratiques commerciales déloyales à l égard des consommateurs Pratiques commerciales déloyales à l égard de personnes autres que des consommateurs Communications non souhaitées Vente à perte Preuve en matière de pratique commerciale

12 12 5. Accords collectifs de consommation 6. Action en cessation (chapitre complété par la RP-LPMC) 7. Procédures en matière d appellation d origine 8. Procédure d avertissement 9. Sanctions pénales 10. Recherche et constatation des infractions 11. Dispositions modificatives, abrogatoires et transitoires 12. Dispositions finales

13 13 Structure de la RP-LPMC Chapitre Ier Disposition générale Chapitre 2 De l action en cessation (art. 2 4) Chapitre 3 Disposition modificative (= matière art. 77 C ) = reprise des art. 95, 96 et 97 de la LPCC (= petite adaptation du Code judiciaire) Chapitre 4 Disposition finale

14 14 Table de concordance entre la LPCC et les LPMC et RP-LPMC Doc. Parl. Sénat, /3 2009/2010, p. 33

15 15 1. Définitions et principes généraux

16 16 Champ d application 'vendeur' (LPCC) entreprise (LPMC) < LPCE (concurrence) ENTREPRISE : toute personne physique ou personne morale poursuivant de manière durable un but économique, y compris ses associations

17 17 Attention : obligation d interprétation conforme aux directives Ex : directive 2005/29 "professionnel": toute personne physique ou morale qui, pour les pratiques commerciales relevant de la présente directive, agit à des fins qui entrent dans le cadre de son activité, commerciale, industrielle, artisanale ou libérale, et toute personne agissant au nom ou pour le compte d'un professionnel

18 18 LPMC : pas applicable aux titulaires d une profession libérale ni aux dentistes et kinés Titulaire d une profession libérale : toute entreprise qui n est pas commerçante au sens de l article 1er du Code de commerce et qui est soumise à un organe disciplinaire créé par la loi

19 19 Sont donc soumis à la LPMC Les sociétés agricoles et agriculteurs indépendants Les établissements d enseignement privé Les artistes, créateurs, journalistes, artisans, sportifs ayant le statut d indépendant ou exerçant leur activité en société (idem pour les masseurs!)

20 20 Sont donc soumis à la LPMC Les sociétés de gestion collective de droits d auteur/droits voisins Les asbl et organismes publics qui exercent durablement une activité économique Les organismes sociaux dans la mesure où ils proposent d autres services que ceux qui relèvent de l exécution d une obligation légale ou réglementaire (ex : assurance hospitalisation

21 21 CONSOMMATEUR : définition de la LPCC MAIS limitée aux seules personnes physiques

22 22 LPMC comme LPCC : ne s applique pas aux valeurs mobilières et instruments financiers sauf AR (AR 5 décembre 2000) Plus aucune référence à la notion d acte de commerce

23 23 2. Information du marché Obligation générale d information du consommateur Indication des prix Dénomination, composition, étiquetage Indication des quantités Publicité comparative Promotions en matière de prix Référence à son propre prix antérieur Ventes en liquidation Ventes en solde Titres (= bons de réduction) Pub avec prix et insuffisance de stock

24 24 Dénomination, composition, étiquetage des produits et services (articles 13 à 15) les mentions obligatoires de l'étiquetage les modes d'emploi les bulletins de garantie LPCC : Doivent être au moins libellés dans la langue ou les langues de la région linguistique où les produits ou les services sont mis sur le marché

25 25 CJCE, arrêt Peeters (1991) > Communication de la Commission (denrées alimentaires) : «dans une langue facilement compréhensible» «Made in» LPMC, art. 10 : «Dans une langue compréhensible pour le consommateur moyen»

26 26 Publicité comparative (article 19) Pas de changement sauf sur un point : Suppression des conditions supplémentaires de licéité en cas d offre spéciale

27 27 Promotions en matière de prix 1. Comparaison avec un concurrent (B2B et B2C) - art. 19 Régime de la pub comparative inchangé (sauf : suppression de la règle concernant les offres spéciales)

28 28 Comparaison («promotion») de prix Référence à son propre prix antérieur (B2C) art. 20 et s. SSI prix nouveau = inférieur au prix de référence prix de référence = prix le plus bas appliqué pendant le mois précédent au même point de vente (ou selon la même technique de vente) A prouver par l entreprise Le prix de référence doit être mentionné ou aisément calculable Annonce de réduction pour MIN 1 jour et MAX 1 mois (sauf liquidation) Plus d obligation d application du prix de référence pendant tout un mois

29 29 Référence à son propre prix antérieur «Lorsque l'entreprise applique un pourcentage de réduction uniforme sur des produits ou sur des catégories de produits, elle peut ne mentionner que le prix de référence. L'annonce indique si la réduction a été ou non effectuée»

30 30 Suppression de toutes autres conditions de forme LPCC : réduction exprimée par un montant (- 2 euros) ou par un pourcentage (10% de réduction) > devait obligatoirement prendre l une des quatre formes imposées par l article 5 La LPMC abandonne ces exigences formelles régime des pratiques commerciales déloyales envers les consommateurs Une réduction de prix peut, dans cette limite, être présentée comme une offre gratuite d une quantité du produit ou d une partie du service

31 31 Autres comparaison de prix = avec tous autres prix Suppression de toutes les interdiction per se Voir exposé des motifs, /1, p. 18 Ex : prix de lancement, réduction à l achat d un autre bien ou service, etc. Limite : pas de pratique trompeuse (critères : B2B ou B2C) Attention : référence à un prix catalogue ou conseillé = trompeur si jamais appliqué

32 32 Vente en liquidation (art. 24 et s.) = peu de nouveautés N est plus définie comme une vente pratiquée en vue de l'écoulement accéléré d'un stock Peut avoir lieu ailleurs que dans des locaux «physiques» si biens vendus selon une autre technique (par correspondance, Internet, ) Réduction de prix obligatoire = cf. référence à son prix antérieur (vente à perte toujours autorisée)

33 33 Vente en solde (LPMC, art. 27 et s.) vente pratiquée en vue du renouvellement saisonnier de l'assortiment par l'écoulement accéléré et à prix réduits de produits (LPCC) = Permise pour tous biens

34 34 Périodes de soldes inchangées > Autorisées uniquement o o du 3 au 31 janvier et du 1er au 31 juillet

35 35 Raccourcissement des «Périodes d attente» : commenceront les 6 décembre et 6 juin = uniquement dans les secteurs de l habillement, des chaussures et de la maroquinerie : interdiction d annoncer des réductions de prix et de diffuser des bons de réduction produisant leur effet en période d attente seule exception = braderies, pas liquidation AR possibles

36 36 Soldes Autres nouveautés Suppression de l exigence relative aux locaux de vente (incompatible avec le commerce en ligne + autorisation de déplacer des biens soldés d un point de vente à un autre) les biens soldés doivent avoir précédemment été offerts à la vente pendant une période d au moins 30 jours (pas obligatoirement pendant le mois précédant les soldes) et être toujours en possession de l entreprise L entreprise peut faire des annonces de réduction de prix successives en période de soldes

37 37 Réduction de prix obligatoire par rapport au prix de référence Prix de référence : le plus bas appliqué pendant le mois précédent (ou dans le passé si bien pas vendu pendant le mois précédent ou pas dans le même point ou selon la même technique de vente ) Charge de la preuve du respect des conditions légales concernant les soldes : entreprise Vente à perte toujours autorisée en période de soldes Autorisation d annoncer les soldes en période d attente

38 38 LPCC : Titres remis lors d une offre conjointe + Bons de valeur > LPMC : «Titres donnant droit à un remboursement ou à une réduction de prix» (art. 33 à 36) (1) Titres offerts conjointement à un bien ou service et octroyant un avantage différé mentions obligatoires (identité de l émetteur, montant remboursé, durée de validité, modalités et conditions de remboursement) Suppression de l obligation d immatriculation auprès de l administration

39 39 (2) Titres de réduction offrant un avantage immédiat (ex-bons de valeur) Toute entreprise qui se voit présenter un tel titre est tenue d accepter celui-ci, pour autant que les conditions de l offre soient remplies Si le titre a été émis par une autre entreprise que celle à laquelle il est présenté, l obligation d accorder la réduction ne s applique que lorsque le titre mentionne les données énumérées à l article 34, 2 de la loi

40 40 Dans les deux cas : AR possible (ex : garantie solvabilité émetteur, modalités coupons électroniques) réglementation applicable que les titres soient destinés à des consommateurs ou non

41 41 3. Contrats conclus avec les consommateurs Dispositions générales Contrats à distance Contrats conclus en dehors des locaux de l entreprise Ventes publiques Offre conjointe Clauses abusives Bon de commande, documents justificatifs, reconduction contrat de service

42 42 Parmi les dispositions générales : Contrat conclu sur Internet (article 44) Interdiction des options par défaut que le consommateur doit refuser pour éviter tout paiement d un ou plusieurs produits supplémentaires

43 43 Contrat à distance hors services financiers (art. 45 et s.) Le «droit de rétractation» passe à 14 jours calendrier (LPCC : 7 jours ouvrables) = idem services financiers l entreprise peut exiger un acompte avant l expiration du délai de réflexion Clin d œil : une plainte avait été déposée auprès du SPF Economie contre la boutique du Parlement en raison de l exigence d un acompte lors des ventes en ligne! (CRA Ch., 52 PLEN 142, p. 16)

44 44 Ces modifications n ont pas été étendues aux contrats conclus en dehors des locaux de l entreprise Disparition de l obligation de prévoir un document distinct du bon de commande en cas d offre gratuite

45 45 Les ventes publiques (art. 65 et s.) Comme sous la LPCC = interdiction des ventes publiques au consommateur de meubles neufs manufacturés (aux enchères ou au rabais) qui entrent dans le champ d application de cette réglementation

46 46 Modifications de ce champ d application LPCC Pas applicable aux ventes publiques d objets d art ou de collection (sauf tapis et bijoux) ou d antiquités se déroulant dans des salles habituellement destinées à cet effet LPMC Pas applicables aux ventes publiques d objets d art ou de collection (sauf tapis et bijoux) ou d antiquités, sans condition quant aux lieux de vente Ni aux ventes faites au moyen d une technique de communication à distance ex : ebay

47 47 Offres conjointes (art. 71 et 72) Sauf en ce qui concerne les services financiers on passe d une interdiction de principe à une autorisation de principe sous réserve du respect des normes relatives aux pratiques loyales

48 48 = Carte blanche pour les entreprises en matière d offres conjointes au consommateur (hors services financiers)?

49 49 Non! 1 ) figure dans le catalogue des infractions per se? (91 ou 94) Si oui = interdite ex : DIA SUIVANTE 2 ) si non : = pratique commerciale trompeuse ou agressive (normes semi-générales > appréciation de l effet s/ la décision écon. du consommateur)? Si oui = interdite 3 ) si non = pratique commerciale déloyale au sens art. 84 à 87 (norme générale > appréciation de l altér substantielle possible du comportement écon. du consommateur)? Si oui = interdite 4 ) si non : pratique qui ne peut être interdite

50 50 Ex. de pratique déloyale per se : Interdiction de décrire un produit comme étant «gratuit», «à titre gracieux», «sans frais» ou autres termes similaires si le consommateur doit payer quoi que ce soit d'autre que les coûts inévitables liés à la réponse à l'offre et au fait de prendre possession ou livraison de l'article (LPMC, art. 91, 20 )

51 51 Offres conjointes L interdiction de principe demeure en ce qui concerne les services financiers (pas d harmonisation complète en ce domaine par la directive 2005/29)

52 52 Offres conjointes «Toute offre conjointe au consommateur, dont au moins un des éléments constitue un service financier, et qui est effectuée par une entreprise ou par différentes entreprises agissant avec un but commun, est interdite»

53 53 Offres conjointes de services financiers Exceptions à l interdiction Ensemble Menus biens et services admis par les usages Titres de participation à des loteries légalement organisées Objets publicitaires (prix d acquisition = max 10 ou 5 %) Chromos, vignettes, images de valeur minime Système de fidélité (avantage = MAX 1/3 prix services précédemment acquis)

54 54 4. Pratiques interdites Pratiques commerciales déloyales à l égard des consommateurs (intègrent interdictions vente pyramidale et achat forcé selon directive) Pratiques commerciales déloyales à l égard de personnes autres que des consommateurs Communications non souhaitées Vente à perte Preuve

55 55 La vente à perte LPCC, art. 40 et 41 LPMC, art. 101 et 102 Interdiction de la vente à perte de produits (ne concerne pas les services ni les biens incorporels) Par un commerçant (sauf producteurs) (peu importe qui est l acheteur) Idem mais les produits LPCC = biens LPMC > Interdiction de la vente à perte de biens (ne concerne pas les services ni les biens incorporels) Par une entreprise (sauf producteurs) (peu importe qui est l acheteur)

56 56 La vente à perte LPCC, art. 40 et 41 LPMC, art. 101 et 102 Interdiction de la vente à perte sèche (prix de vente inférieur au prix d approvisionnement) Idem + régime des réductions réglé à l art en cas d offre conjointe de biens : interdiction seulement si perte sur l ensemble de l offre (quid si offre conjointe d un bien et d un service?)

57 57 La vente à perte LPCC, art. 40 et 41 LPMC, art. 101 et Interdiction de la vente à perte assimilée (marge bénéficiaire extrêmement réduite) Plus d interdiction de la vente à perte assimilée

58 58 Exceptions à l interdiction de la vente à perte LPCC, art. 41 LPMC, art. 102 ventes en liquidation et en solde produits périssables ou éphémères Valeur commerciale profondément diminuée alignement sur la concurrence (pour produit identique) Idem biens dont la conservation ne peut plus être assurée Biens qu il n est plus raisonnablement possible de vendre autrement qu à perte < circonst. ext. alignement sur la concurrence (pour bien identique ou concurrent)

59 59 5. Accords collectifs de consommation (art. 104 et s.) La méconnaissance d un tel accord n est plus per se une pratique déloyale envers les consommateurs

60 60 6. Action en cessation (art. 110 et s. + RP-LPMC)

61 61 Remarque Grosse erreur dans la version française de l exposé des motifs, Doc. Parl. Ch., /1, p. 32 : «la procédure est conduite comme en référé mais ne donne pas lieu à un jugement sur le fond»!!! = manifestement erreur matérielle - en néerlandais : «De procedure wordt gevoerd zoals in kort geding, maar geeft aanleiding tot een uitpraak ten gronde»

62 62 L action en cessation Art. 95 : action en cessation de toute infraction à la LPCC > Art. 2 RP-LPMC Art. 96 : action en cessation de toute atteinte à un droit de propriété industrielle > Art. 3 RP-LPMC Art. 97 : action en cessation d infractions à diverses autres lois > Art. 4 RP-LPMC Règles communes à ces trois actions en cessation : LPMC, art. 110 à 118

63 63 LPMC, art. 110 et s. Le président peut accorder un délai pour mettre un terme à l'infraction, lorsque la nature de l infraction le nécessite et peut lever la cessation lorsqu il a été mis fin à l infraction (selon moi : sauf si risque de répétition!) Le président doit fixer le montant que la partie à qui une mesure de publicité a été accordée devra payer si cette partie procède à l'exécution de la mesure et que celle-ci est annulée en appel

64 64 L action ne peut plus être introduite par requête L'action en cessation ne peut plus être intentée un an après que les faits dont on se prévaut ont pris fin

65 65 L action en cessation peut être engagée contre le mandant pour des pratiques commerciales que son agent utilise en dehors de ses locaux, si l agent n a pas communiqué son identité et que celle-ci ne pouvait pas non plus raisonnablement être connue

66 66 7. Procédures en matière d appellation d origine (art. 119 et s.) Attribution = compétence régionale (+ UE) Protection = compétence fédérale

67 67

68 68 Arrêt CJCE, VTB/VAB 23 avril 2009, C-261/07 et C-299/07 Pratique commerciale : notion très large Englobe les actes commerciaux qui s inscrivent dans la stratégie commerciale d une entreprise et visent directement à la promotion et à l écoulement de ses ventes

69 69 Arrêt Plus : CJUE, 14 janvier 2010, C-304/08 Ne sont exclues du champ d application de la directive que les législations nationales relatives aux pratiques commerciales déloyales qui portent atteinte uniquement aux intérêts économiques de concurrents ou qui concernent une transaction entre professionnels (pt 39)

70 70 Avis CE : sérieux doutes quant à la conformité avec la directive 2005/29 des dispositions relatives aux Annonces de réduction de prix Périodes d attente Vente en liquidation Soldes Ventes publiques

71 71 Lignes directrices de la Commission sur l application et la mise en œuvre de la Directive 2005/29/CE (3 décembre 2009, SEC(2009) 1666) «Guidance on the implementation/application of directive 2005/29/EC on unfair commercial practices»

72 72 Exposé des motifs LPMC : «Il n est pas absolument établi que ces règles soient contraires à la directive 2005/29» Selon Bruxelles, 12 mai 2009 : le régime des périodes d attente n est pas soumis à cette directive car «Le motif de la protection des consommateurs ne convainc pas comme justification de l interdiction d annonce de réductions de prix pendant la période d attente» (attention : pourvoi)

73 73 Ventes en solde et en liquidation = exceptions à l interdiction de vendre à perte, or «la vente à perte ne peut absolument pas être considérée comme une pratique commerciale visée par [cette] directive» (Doc. Parl. Ch., /1, p. 9) Ventes publiques : technique de vente et pas communication précédant la vente ou distincte de celleci + visées par la proposition de directive sur les droits (contractuels) des consommateurs

74 74 Quid si un juge national considère que la directive 2005/29 s oppose à une disposition de la LPMC? Bruxelles, 4 février 2010, JT, 2010, p. 179 (aff. Vlan) : La légalité de l'offre conjointe incriminée ne peut être appréciée qu'au regard de la notion de pratique commerciale déloyale au sens de cette directive écarte la disposition nationale (application implicite de la théorie de l invocabilité d exclusion d une directive)

75 75 Affaire Mediaprint, C-40/08, conclusions de Mme Trstenjak présentées le 24 mars 2010 : «le droit communautaire ne requiert en tout cas pas que, dans un litige entre particuliers, les juridictions nationales laissent inappliqué le droit national incompatible avec une directive».

76 76 Premier bilan Mérites de la loi Abandon de la notion de vendeur Structure et numérotation plus cohérentes Cordon ombilical (presque) coupé avec le Code de commerce (demeure la définition en creux des professions libérales) Réglementation des offres conjointes

77 77 Premier bilan Faiblesses de la loi Plusieurs incertitudes quant à sa compatibilité avec la directive 2005/29 En quoi renforce-t-elle la protection des consommateurs? Professions libérales : directive 2005/29 toujours pas transposée

78 Merci pour votre attention!

Étape 2. Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur

Étape 2. Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur Étape 2 Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur n Les règles applicables aux relations entre professionnels (relations b to b) Des

Plus en détail

Introduction d'un Code de la consommation dans le droit positif luxembourgeois : les mérites du code

Introduction d'un Code de la consommation dans le droit positif luxembourgeois : les mérites du code Introduction d'un Code de la consommation dans le droit positif luxembourgeois : les mérites du code Les nouvelles règles en matière d'application du droit de la consommation couvrent l'action en cessation

Plus en détail

Circulaire du 7 juillet 2009

Circulaire du 7 juillet 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie, de l industrie et de l emploi NOR : ECEC0907743C Circulaire du 7 juillet 2009 concernant les conditions d application de l arrêté du 31 décembre 2008 relatif

Plus en détail

LA VENTE ET SES CONDITIONS

LA VENTE ET SES CONDITIONS LA VENTE ET SES CONDITIONS I - LES PRINCIPES GENERAUX Le refus de vente au consommateur (article L. 122-1 du Code de la consommation) A- Le principe Lorsqu un consommateur demande des produits ou des services

Plus en détail

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME?

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? Conférence APECA : La dématérialisation, réelle opportunité pour les PME? LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? 7 avril 2009 Denise Lebeau-Marianna Avocat, Baker & McKenzie SCP denise.lebeau_marianna@bakernet.com

Plus en détail

Le droit. à la protection des droits économiques

Le droit. à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques La loi 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur comprend des dispositions permettant de protéger

Plus en détail

Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles

Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles Journée de formation Clés pour consommer intelligemment Fraud Prevention Month 14 mars 2014 PROGRAMME Réglementation et

Plus en détail

MASTER CLASS UBA 16 juin 2009

MASTER CLASS UBA 16 juin 2009 MASTER CLASS UBA 16 juin 2009 Les offres conjointes et autres pratiques promotionnelles de vente après l arrêt du 23 avril 2009 de la Cour de Justice des Communautés européennes La loi belge sur les pratiques

Plus en détail

Proposition de directive relative au timeshare 1

Proposition de directive relative au timeshare 1 Proposition de directive relative au timeshare 1 - Avis de l ULC - Les sollicitations et engagements de timeshare concernant les consommateurs luxembourgeois s effectuent essentiellement à l étranger d

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

Matinale Médias & Marketing

Matinale Médias & Marketing Matinale Médias & Marketing Le nouveau cadre juridique du marketing 7 juin 2012 Gregory Tulquois, avocat associé DLA Piper UK LLP gregory.tulquois@dlapiper.com PLAN 1. Introduction 2. Ventes avec prime

Plus en détail

A. LA VENTE A DISTANCE

A. LA VENTE A DISTANCE LES REGLES APPLICABLES AUX VENTES A DISTANCE ET AUX OFFRES PROMOTIONNELLES Ventes par Internet, vente par correspondance, opérations commerciales promotionnelles, soldes..., les obligations en matière

Plus en détail

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2 IS 1 O 900 CA CE RT IFI BC ED FIRM 51.30.259 07/14 VITA INVEST.2 VITA INVEST.2 CONDITIONS GENERALES DEFINITIONS A. Preneur d assurance La personne qui conclut le contrat avec l entreprise d assurances.

Plus en détail

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Note explicative de la Commission de la concurrence se rapportant à la Communication

Plus en détail

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 La fin de l année approche et avec elle ses bilans et autres rétrospectives. Pour l ULC, c est l occasion de faire le point et d informer les consommateurs

Plus en détail

Table des matières. La responsabilité du prêteur et de l intermédiaire de crédit dans la phase pré-contractuelle... 5

Table des matières. La responsabilité du prêteur et de l intermédiaire de crédit dans la phase pré-contractuelle... 5 1 La responsabilité du prêteur et de l intermédiaire de crédit dans la phase pré-contractuelle........................... 5 Frédéric de Patoul avocat Introduction.....................................................................

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 69 12 avril 2011. S o m m a i r e CODE DE LA CONSOMMATION

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 69 12 avril 2011. S o m m a i r e CODE DE LA CONSOMMATION MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1119 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 69 12 avril 2011 S o m m a i r e CODE DE LA CONSOMMATION Loi du 8

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

Les crédits à la consommation

Les crédits à la consommation Les crédits à la consommation Billet du blog publié le 16/03/2015, vu 244 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Code de la consommation (Valable à partir du 18 mars 2016) Avis du 24 juin 2014 relatif à l'application

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

Crédit à la consommation et crédit hypothécaire Surveillance et sanctions. Tom Van Dyck et Bart Garré. Brussels London - www.liedekerke.

Crédit à la consommation et crédit hypothécaire Surveillance et sanctions. Tom Van Dyck et Bart Garré. Brussels London - www.liedekerke. Crédit à la consommation et crédit hypothécaire Surveillance et sanctions Tom Van Dyck et Bart Garré Structure Partage de compétences Statut du prêteur Statut de l intermédiaire Sanctions Interaction avec

Plus en détail

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Loi n 19-2005 du 24 novembre 2005 Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi définit les conditions d exercice

Plus en détail

1. Délai de réflexion : le délai durant lequel le consommateur peut utiliser son droit de rétraction ;

1. Délai de réflexion : le délai durant lequel le consommateur peut utiliser son droit de rétraction ; Conditions générales SHOP.BELGIANREDDEVILS.BE Table des matières Article 1 - Définitions Article 2 Identité de l entreprise Article 3 - Domaine d application Article 4 L'offre Article 5 La convention Article

Plus en détail

Table des matières. INTRODUCTION Du droit de la consommation au droit du commerce électronique... 15. PARTIE 1 La publicité

Table des matières. INTRODUCTION Du droit de la consommation au droit du commerce électronique... 15. PARTIE 1 La publicité Table des matières Remerciements... 7 Préface... 9 Abréviations utilisées... 13 INTRODUCTION Du droit de la consommation au droit du commerce électronique... 15 PARTIE 1 La publicité CHAPITRE 1 Définition

Plus en détail

Conditions Générales

Conditions Générales ADHESION AUX SYSTEMES DE PAIEMENT PAR CARTES BANCAIRES Conditions Générales BANQUE DE SAVOIE SOMMAIRE : ADHESION AU SYSTEME RESEAU CB A AUTOMATE Chapitre A-1 : Condition Générales d adhésion au système

Plus en détail

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS 23/07/2012 La loi dite de sécurité financière du 1er août 2003 a donné un statut à l activité de conseil en investissements financiers (CIF) du fait de la complexité

Plus en détail

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles L 289/28 FR Journal officiel des Communautés européennes 28. 10. 98 DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles LE PARLEMENT

Plus en détail

Une entreprise : réunion en un lieu unique de moyens humains et matériels en vue de la réalisation d un objectif commun.

Une entreprise : réunion en un lieu unique de moyens humains et matériels en vue de la réalisation d un objectif commun. Mme Roumanoff Droit du travail Une entreprise : réunion en un lieu unique de moyens humains et matériels en vue de la réalisation d un objectif commun. En droit du travail il y a une différence entre personne

Plus en détail

2/ Dispositions issues de la loi du 17 mars 2014 (*ces nouvelles dispositions ne s appliquent qu aux contrats conclus après le 13 juin 2014)

2/ Dispositions issues de la loi du 17 mars 2014 (*ces nouvelles dispositions ne s appliquent qu aux contrats conclus après le 13 juin 2014) CONTRATS A DISTANCE/ CONTRATS HORS ETABLISSEMENT/DEMARCHAGE TELEPHONIQUE Nouvelles dispositions issues de la loi n 2014-344 du 17 mars 2014 1/ Dispositions antérieures à la loi du 17 mars 2014 Rappel :

Plus en détail

II. IDENTIFICATION DU CANDIDAT INDIVIDUEL OU DU MEMBRE DU GROUPEMENT (à compléter par lui)

II. IDENTIFICATION DU CANDIDAT INDIVIDUEL OU DU MEMBRE DU GROUPEMENT (à compléter par lui) DECLARATION DU CANDIDAT INDIVIDUEL OU DU MEMBRE DU GROUPEMENT En cas de candidatures groupées, ou de sous-traitance déclarée à l'offre, remplir une déclaration de candidat par membre du groupement et par

Plus en détail

Les professions libérales et la publicité sur Internet

Les professions libérales et la publicité sur Internet Izeo Bruxelles 8 mai 2014 Les professions libérales et la publicité sur Internet Etienne Wery Avocat aux barreaux de Bruxelles et de Paris Chargé d enseignement à l université etienne.wery@ulys.net www.ulys.net

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

Code de conduite du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à

Code de conduite du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Code de conduite du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Distance January 1 2013 Le Code de conduite du label de qualité BeCommerce a pour objectif de poser les principes de base à respecter pour

Plus en détail

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Rabat, le 25 décembre 2000 CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Aux termes de l'article premier du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances Présentation Présenté par M.

Plus en détail

CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE

CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE Association agréée pour la fourniture de services aux personnes : SAP/N 377891759 N de Siret: 37789175900054 CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE Mme/Mr ------------------------------------------,-----------------------------------------------------

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

VENTES AVEC PRIMES ET CADEAUX

VENTES AVEC PRIMES ET CADEAUX VENTES AVEC PRIMES ET CADEAUX 17/06/2015 Les primes et cadeaux offerts à un consommateur par un commerçant sont des procédés tendant à augmenter les ventes. Ces pratiques ont des incidences indirectes

Plus en détail

COMMERCIALISATION A DISTANCE DE SERVICES FINANCIERS BROCHURE D INFORMATION. Résumé

COMMERCIALISATION A DISTANCE DE SERVICES FINANCIERS BROCHURE D INFORMATION. Résumé MTH07009 COMMERCIALISATION A DISTANCE DE SERVICES FINANCIERS BROCHURE D INFORMATION Résumé La loi du 6 avril 2010 relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur comprend un chapitre

Plus en détail

CHECKLIST POUR LE CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE

CHECKLIST POUR LE CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE CHECKLIST POUR LE CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE 1. Introduction Précisez clairement la nature du contrat (agence commerciale autonome, zelfstandige handelsagentuur, Handelsvertretung, commercial agency,

Plus en détail

COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR LES CONDITIONS GENERALES DES CONTRATS DE LOCATION DE VEHICULES AUTOMOBILES

COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR LES CONDITIONS GENERALES DES CONTRATS DE LOCATION DE VEHICULES AUTOMOBILES C.C.A. 17 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR LES CONDITIONS GENERALES DES CONTRATS DE LOCATION DE VEHICULES AUTOMOBILES Bruxelles, le 1 juin 2005 2 Avis sur les conditions générales des contrats

Plus en détail

sommaire 09 13 19 25 29

sommaire 09 13 19 25 29 ÉDITION 2012 sommaire 09 13 19 25 29 Introduction La loi n 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur a Aux termes de la loi, les droits garantis aux consommateurs sont : été publiée au bulletin

Plus en détail

Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP

Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com +33.6.58.84.77.40

Plus en détail

Contrat d agence commerciale

Contrat d agence commerciale http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Contrat d agence commerciale Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat. Il a pour seul objectif

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

Réglementation de la. formation. professionnelle ORGANISMES DE FORMATION

Réglementation de la. formation. professionnelle ORGANISMES DE FORMATION Réglementation de la formation professionnelle ORGANISMES DE FORMATION édition 2012 Réglementation de la formation professionnelle SOMMAIRE CHAP.01 La déclaration d activité Qui est concerné? À qui s adresser?...

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Loi du 25 avril 2007 Moniteur Belge 8 mai 2007 Note destinée à nos collaboratrices et collaborateurs Jean-Claude Brulé 23 mai 2007 1 On entend

Plus en détail

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet?

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? > Accueil > Le Droit en pratique > Fiches pratiques Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? Le site Internet est un vecteur d informations. Mais il en collecte également,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1 ) Définitions CONDITIONS GENERALES DE VENTE Les termes ci-après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes : Vendeur : la société 37DEUX, société à responsabilité

Plus en détail

1/ 12 BE001 21/09/2015 - Numéro BDA: 2015-524755 Formulaire standard 2 - FR LEASING OPÉRATIONNEL DE VÉHICULES POUR L ASBL DRIVE MUT

1/ 12 BE001 21/09/2015 - Numéro BDA: 2015-524755 Formulaire standard 2 - FR LEASING OPÉRATIONNEL DE VÉHICULES POUR L ASBL DRIVE MUT 1/ 12 BE001 21/09/2015 - Numéro BDA: 2015-524755 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

Textes de référence :

Textes de référence : STATUT JURIDIQUE DE L'EQUIVALENT DU COMMISSAIRE-PRISEUR EN ALLEMAGNE Synthèse Textes de référence :! Code des professions industrielles et commerciales ( 34b Gewerbeordnung) issu de la loi du 5 février

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

Les Conditions Générales De Vente

Les Conditions Générales De Vente Les Conditions Générales De Vente Les CGV: visent à encadrer les relations entre cocontractants ; interviennent aussi bien dans les relations contractuelles entre professionnels (le plus souvent fournisseur-

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION O R D R E D E S A V O C A T S D U B A R R E A U D E P A R I S DOSSIER D INSCRIPTION EN APPLICATION DE L ARTICLE 100 DU DÉCRET 91-1197 DU 27 NOVEMBRE 1991 NOM : Prénom : Réservé à l Ordre des Avocats de

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. Objet Champ d application Hungry Minds Un pas plus loin SA offre à ses clients un éventail complet de services en matière de communication (stratégie conseil création production).

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ARTICLE 1 : OBJET - CHAMP D APPLICATION 1.1. Les présentes conditions générales de vente s appliquent à toutes les ventes conclues à distance par la société Tant qu il y aura

Plus en détail

Projet de loi n o 24. Présentation. Présenté par M. Jean-Marc Fournier Ministre de la Justice

Projet de loi n o 24. Présentation. Présenté par M. Jean-Marc Fournier Ministre de la Justice DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 24 Loi visant principalement à lutter contre le surendettement des consommateurs et à moderniser les règles relatives au crédit à la consommation

Plus en détail

LA NOUVELLE LEGISLATION BELGE RELATIVE AUX PARIS SPORTIFS

LA NOUVELLE LEGISLATION BELGE RELATIVE AUX PARIS SPORTIFS LA NOUVELLE LEGISLATION BELGE RELATIVE AUX PARIS SPORTIFS Présentation, Points principaux, Analyse, Fiscalité Bruxelles, 18.11.2010 Thibault Verbiest www.ulys.net Avocat aux barreaux de Bruxelles et de

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

DROITS DES CONSOMMATEURS. européens d énergie. Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie. Énergie

DROITS DES CONSOMMATEURS. européens d énergie. Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie. Énergie DROITS DES CONSOMMATEURS européens d énergie Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie Énergie Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux questions

Plus en détail

7 ème partie du rapport

7 ème partie du rapport 3 6 ème partie du rapport SOMMAIRE DU TOME II Avertissement : De très nombreuses modifications purement formelles ont été apportées au texte adopté par le Sénat, sans avoir fait l objet d amendements en

Plus en détail

Fintro a souscrit une assurance compte auprès de Fortis AG, boulevard Emile Jacqmain, 53, 1000 Bruxelles, RPM 0404.494.849, fournisseur de ce service.

Fintro a souscrit une assurance compte auprès de Fortis AG, boulevard Emile Jacqmain, 53, 1000 Bruxelles, RPM 0404.494.849, fournisseur de ce service. Informations relatives à Fortis AG Fintro a souscrit une assurance compte auprès de Fortis AG, boulevard Emile Jacqmain, 53, 1000 Bruxelles, RPM 0404.494.849, fournisseur de ce service. Fortis AG est soumise

Plus en détail

Coûts de production et de distribution

Coûts de production et de distribution Le prix Coûts de production et de distribution Coûts directs et indirects Clés de répartition Coûts fixes et coûts variables Fixes : indépendants du volume de vente : amortissement des machines, salaires

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013 L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée 2 Nouveautés À qui s adresse se statut d EIRL? Quelle procédure accomplir?

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION suscitée par la loi n 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation Réforme du crédit à la consommation et lutte contre le

Plus en détail

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Les 10 Principes de Base Introduction Tout d abord, une bonne nouvelle: vendre en Russie n exige en général pas plus de préparation ni d informations

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION O R D R E D E S A V O C A T S D U B A R R E A U D E P A R I S DOSSIER D INSCRIPTION EN application DE l article 100 du Décret 91-1197 du 27 novembre 1991 NOM : Prénom : Réservé à l Ordre des Avocats de

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail

Convention de Lugano révisée Procédure de consultation

Convention de Lugano révisée Procédure de consultation Aux Associations professionnelles Aux Sociétés industrielles et commerciales Aux Equipes patronales vaudoises A divers entreprises A quelques personnalités de l économie et de la politique Paudex, le 30

Plus en détail

Engagé à nouveau pour un an?

Engagé à nouveau pour un an? Engagé à nouveau pour un an? Engagé à nouveau pour un an? 2 Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Rue du Progrès, 50 B - 1210 BRUXELLES N d entreprise : 0314.595.348 http://economie.fgov.be

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

Conditions d achat. 2. Commandes et confirmations de commande. 3. Délais et dates de livraison. Pour l entreprise: Schunk Electrographite S.A.S.

Conditions d achat. 2. Commandes et confirmations de commande. 3. Délais et dates de livraison. Pour l entreprise: Schunk Electrographite S.A.S. Conditions d achat Pour l entreprise: Schunk Electrographite S.A.S. Les conditions suivantes pour la conclusion de contrats d achats ne s appliquent que vis à vis de personnes agissant en leur qualité

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Investir dans des produits financiers

Investir dans des produits financiers En savoir plus sur les services financiers Investir dans des produits financiers La directive MiFID : guide du Consommateur Comité Européen des Régulateurs des Marchés de Valeurs mobilières Commission

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr

Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES REALISATION DU JOURNAL

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-2-03 N 79 du 30 AVRIL 2003 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. CHAMP D APPLICATION EXONERATION. LOCATIONS DE LOGEMENTS MEUBLES OU GARNIS A USAGE D

Plus en détail

A - Protection des consommateurs

A - Protection des consommateurs COMMERCE ELECTRONIQUE - Protection des consommateurs, Communications commerciales et Publicité sur Internet 107 PROTECTION DES CONSOMMATEURS, COMMUNICATIONS COMMERCIALES ET PUBLICITE SUR INTERNET Sommaire

Plus en détail

Guide du vendeur e-commerce

Guide du vendeur e-commerce Guide du vendeur e-commerce 2 Édition 2015 Le présent guide a vocation à s adresser principalement aux artisans et professions libérales dans leurs relations avec les prestataires de services de plus en

Plus en détail

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE Présidence : Martine Behar-Touchais, professeur à l Université Paris Descartes (Paris V) Les clauses abusives à l épreuve de la

Plus en détail

ORGANISMES DE FORMATION

ORGANISMES DE FORMATION ORGANISMES DE FORMATION Connaître les principales exigences de la réglementation de la formation professionnelle continue imposées aux dispensateurs de formation Septembre 2008 AGEFOS PME AGEFOS PME spécial

Plus en détail

Smals-BB-001-010-2015@Smals.be. Soumission des offres et des demandes de participation par voie électronique (URL):

Smals-BB-001-010-2015@Smals.be. Soumission des offres et des demandes de participation par voie électronique (URL): 1/ 16 BE001 31/03/2015 - Numéro BDA: 2015-508060 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

CONVENTION NON EXCLUSIVE DE VENTE

CONVENTION NON EXCLUSIVE DE VENTE CONVENTION NON EXCLUSIVE DE VENTE Agence Engel & Völkers Fort Jaco Tel + 32 2 256 07 17 Fax + 32 2 256 07 18 www.engelvoelkers.com/be fortjaco@engelvoelkers.com IPI N 503071 Dans les sept jours ouvrables,

Plus en détail

BNP PARIBAS FORTIS @ ISABEL CONDITIONS GÉNÉRALES

BNP PARIBAS FORTIS @ ISABEL CONDITIONS GÉNÉRALES Article premier : Dispositions générales BNP PARIBAS FORTIS @ ISABEL CONDITIONS GÉNÉRALES 1.1. Objet des Conditions Générales Les présentes Conditions Générales ont pour objet de définir les droits et

Plus en détail

I 2 14.0. l'application du concordat et de la présente loi, ainsi que des relations avec les cantons concordataires.

I 2 14.0. l'application du concordat et de la présente loi, ainsi que des relations avec les cantons concordataires. Loi modifiant la loi concernant le concordat sur les entreprises de sécurité (L-CES) (11145) I 2 14.0 du 7 juin 2013 Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Art. 1 Modifications

Plus en détail

1/ 14 BE001 4/3/2015 - Numéro BDA: 2015-505478 Formulaire standard 2 - FR Appel à candidatures - Remplacement de la solution Service Desk

1/ 14 BE001 4/3/2015 - Numéro BDA: 2015-505478 Formulaire standard 2 - FR Appel à candidatures - Remplacement de la solution Service Desk 1/ 14 BE001 4/3/2015 - Numéro BDA: 2015-505478 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e PROFESSIONELS DU SECTEUR DES ASSURANCES

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e PROFESSIONELS DU SECTEUR DES ASSURANCES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2697 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 129 110 22 22 juillet mai 2009 2013 S o m m a i r e PROFESSIONELS

Plus en détail

Juillet 2007. Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés

Juillet 2007. Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés Juillet 2007 Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés Table des matières Préambule...

Plus en détail

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration.

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration. L'AGENT IMMOBILIER L'agent immobilier est un intermédiaire intervenant dans les opérations d achat, de vente, d échange, de sous-location ou de location de maisons, appartements, fonds de commerce, terrains.

Plus en détail

LES CONSOMMATEURS MIEUX PROTÉGÉS d'après un document produit par l'acef Estrie, que nous remercions chaleureusement Juillet 2010

LES CONSOMMATEURS MIEUX PROTÉGÉS d'après un document produit par l'acef Estrie, que nous remercions chaleureusement Juillet 2010 LES CONSOMMATEURS MIEUX PROTÉGÉS d'après un document produit par l'acef Estrie, que nous remercions chaleureusement Juillet 2010 D importantes modifications à la Loi sur la protection du consommateur sont

Plus en détail

NIC BURKINA FASO - CHARTE DE NOMMAGE DU POINT BF ******* REGLES D'ENREGISTREMENT POUR LES NOMS DE DOMAINE SE TERMINANT EN.BF

NIC BURKINA FASO - CHARTE DE NOMMAGE DU POINT BF ******* REGLES D'ENREGISTREMENT POUR LES NOMS DE DOMAINE SE TERMINANT EN.BF AUTORITE DE REGULATION DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES ------------------ CONSEIL DE REGULATION Burkina Faso Unité - Progrès - Justice NIC BURKINA FASO - CHARTE DE NOMMAGE DU POINT BF ******* REGLES D'ENREGISTREMENT

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE : PROPOSITION DE DIRECTIVE RELATIVE AU DROIT DES CONSOMMATEURS PAR RAPPORT AU DROIT COMMUNAUTAIRE ET AU DROIT FRANÇAIS POSITIF

ETUDE COMPARATIVE : PROPOSITION DE DIRECTIVE RELATIVE AU DROIT DES CONSOMMATEURS PAR RAPPORT AU DROIT COMMUNAUTAIRE ET AU DROIT FRANÇAIS POSITIF Groupe Europe Directive «Droits des consommateurs» 16 mars 2010 ETUDE COMPARATIVE : PROPOSITION DE DIRECTIVE RELATIVE AU DROIT DES CONSOMMATEURS PAR RAPPORT AU DROIT COMMUNAUTAIRE ET AU DROIT FRANÇAIS

Plus en détail