À l abri du danger. Consommateurs de drogues injectables et réduction des risques. Rapport de plaidoyer FICR. Décembre 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "À l abri du danger. Consommateurs de drogues injectables et réduction des risques. Rapport de plaidoyer FICR. Décembre 2010"

Transcription

1 Rapport de plaidoyer FICR À l abri du danger Consommateurs de drogues injectables et réduction des risques Décembre Sauver des vies, changer les mentalités.

2 Phnom Penh, 2000 Les enfants des rues courent souvent un grand risque de devenir des usagers de drogues par injection. ONUSIDA. S. Noorani. Dans cette édition : Ce dernier rapport de sensibilisation de la Fédération internationale sur la santé de 2010 décrit la dure réalité des consommateurs de drogues injectables vivant avec le VIH. Il examine les besoins en prévention, en traitement, en soins et en soutien de cette population extrêmement vulnérable, et l action de la Fédération internationale visant à atténuer ses souffrances. Il offre en outre aux Sociétés nationales et aux lecteurs un outil de sensibilisation qui pourra être utilisé pendant plusieurs années. Le but? Rappeler aux gouvernements et aux Sociétés nationales leur obligation de respecter les droits de l homme, qui protègent également les consommateurs de drogues injectables infectés, ou risquant d être infectés, par le VIH. Bien que nous nous intéressions au monde entier, nous plaçons un accent particulier sur l Europe de l Est et l Asie centrale, où la situation est de plus en plus grave. Résumé La réduction des risques désigne diverses politiques et pratiques de santé publique pragmatiques et fondées sur des faits, ayant pour but d atténuer les effets négatifs de la toxicomanie et d autres facteurs de risque associés comme le VIH et le sida. Ces interventions constituent une application pratique des droits de l homme, visant, si besoin est, à réduire les dangers auxquels font face les consommateurs de drogues injectables, sans faire de distinction et sans porter de jugement. La Fédération internationale encourage la réduction des risques pour une raison très simple : elle fonctionne. Les Nations Unies estiment qu environ 15,9 millions de personnes vivant dans 148 pays s injectent régulièrement des drogues. Ces «consommateurs de drogues injectables» sont particulièrement vulnérables au VIH et à l hépatite B et C en raison de comportements à risque, comme le partage de seringues et d aiguilles, les rapports sexuels non protégés et un comportement généralement peu propice à la santé. Dans le monde, il est estimé que trois millions de consommateurs de drogues injectables vivent aujourd hui avec le VIH. L usage de drogues par injection constitue donc un grave problème de santé publique qui ne peut être résolu que par la mise en oeuvre rationnelle d activités de santé publique non moralisatrices qui mettent l accent sur les programmes de réduction des risques et non sur les sanctions et la censure. Dans ce contexte, la Fédération internationale recommande que des preuves scientifiques et un esprit humanitaire guident l intervention relative au VIH. Les consommateurs de drogues injectables, qui font régulièrement face au harcèlement, à l opprobre, à la violence et à l exclusion sociale, n ont pas seulement besoin de soins mais aussi de compassion. L opprobre ne fait que marginaliser davantage des personnes déjà vulnérables et entrave directement les efforts visant à freiner la propagation du VIH. La réduction de la marginalisation contribue aussi à enrayer la transmission du VIH et d autres maladies infectieuses. 2

3 Appel à l action La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge plaide la cause des personnes souffrant le plus de l exclusion dans un groupe déjà marginalisé : les consommateurs de drogues injectables infectés, ou risquant d être infectés, par le VIH. Dans ce rapport, elle encourage les décideurs, les gouvernements et les donateurs à oublier leurs préjugés pour collaborer avec les parties prenantes, les organisations multilatérales, la société civile et les personnes vivant avec le VIH afin de fournir prévention, traitement, soins et soutien aux consommateurs de drogues injectables et à leur famille. Recommandations de la Fédération internationale : Les gouvernements doivent s engager, dans leur pays, à recueillir des données, mener des recherches et des analyses, et diffuser des informations, afin de guider plus précisément les politiques et la mise en œuvre de programmes. Il leur serait ainsi plus facile d adopter les mesures stratégiques nécessaires pour répondre de façon adéquate aux épidémies liées à la toxicomanie. En refusant aux consommateurs de drogues injectables l accès à des services généraux vitaux, on risque de générer une catastrophe de santé publique. L accès universel à des interventions de santé publique fondées sur des faits, y compris pour les toxicomanes, constitue un droit fondamental à la santé et une urgence de santé publique 1. Les gouvernements doivent mettre en place des politiques et des règlements propices, qui favorisent la mise en œuvre de programmes de réduction des risques. Les stratégies actuellement disponibles peuvent fortement limiter et atténuer les effets nocifs de l épidémie de VIH parmi les consommateurs de drogues injectables. Pour produire un impact, les programmes de réduction des risques doivent être adaptés au contexte local. Des interventions efficaces peuvent : a) réduire la marginalisation sociale des consommateurs de drogues injectables et la vulnérabilité qui en découle ; b) améliorer l accès aux soins de santé et aux services sociaux, notamment aux programmes de réduction des risques et à un ensemble de services intégrant la prévention du VIH, le traitement, les soins et le soutien ; c) promouvoir une approche non répressive fondée sur les droits de l homme et des principes de santé publique. Les dangers de l inaction conduisent à la transmission continue du VIH et d autres maladies infectieuses à de nouvelles populations et régions, des épidémies de VIH plus complexes et un taux élevé de mortalité, et l instabilité socio-économique. La Fédération internationale recommande vivement que les gouvernements élaborent des politiques favorables, qui respectent les droits de l homme et facilitent la mise en œuvre de programmes de réduction des risques. Les volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et les professionnels de la santé doivent sensibiliser les toxicomanes, et agir pour et avec eux, dans les secteurs des soins de santé et de la justice pénale. Toutes les parties prenantes doivent associer les toxicomanes à leur action et les écouter : leur voix doit se faire entendre et leur participation à tous les aspects de la prise de décisions et de l élaboration de politiques, de la planification et de la mise en œuvre est absolument cruciale. Les lois répressives, qui prévoient notamment l emprisonnement et des brimades, poussent de nombreux toxicomanes à entrer dans la clandestinité, loin des services de santé et d aide sociale. Il devient alors presque impossible de leur fournir prévention, traitement, soins et soutien en matière de VIH, ce qui accroît les risques encourus par l ensemble de la population. Les changements de politiques et la réforme de la justice font partie intégrante de la réduction des risques. La consommation de drogues injectables ne devrait pas être considérée comme un acte criminel mais comme une question majeure de santé publique. La Fédération internationale plaide en faveur de la décriminalisation des toxicomanes et pour que les consommateurs de drogues, à l intérieur et à l extérieur des centres de détention, aient accès à une procédure juridique équitable et aux services de santé. Le plaidoyer, ainsi qu une volonté et un engagement politiques courageux, sont absolument indispensables si l on veut que les actions encouragées dans ce rapport soient mises en œuvre. Les preuves indiquent sans équivoque que l inaction accroît la transmission du VIH. La restriction de l accès aux programmes de prévention et de traitement du VIH et l emprisonnement des toxicomanes constituent une violation des droits de l homme et une menace pour la santé publique. 1. Wolfe, D., et al., «Treatment and care for injecting drug users with HIV infection: a review of barriers and ways forward», The Lancet, publié en ligne en juillet 2010, PubMed. 2. Beyrer, Ch., et. al., «Time to act: a call for comprehensive responses to HIV in people who use drugs», The Lancet, Vol. 376, n 9740, p , 14 août 2010, 3

4 Introduction Près de trente ans ont passé depuis que des scientifiques de l Institut Pasteur ont découvert que le VIH était l agent responsable d une mystérieuse pandémie qui a, depuis, pris la vie de millions de personnes dans le monde. Aujourd hui, grâce en grande partie à l apparition des antirétroviraux combinés à un traitement plus précoce, le VIH et le sida ne sont plus une condamnation à mort, mais une maladie chronique qui peut être traitée. Néanmoins, alors même que la science montre comment le VIH peut être contenu voire éliminé 3, les gouvernements et les donateurs continuent de traîner les pieds. Chaque jour, quelque personnes sont infectées, les épidémiologistes estimant le taux actuel d infection à 33,4 millions dans le monde, avec un taux de mortalité annuel de 2 millions. 4 L opprobre continue aussi de faire des victimes et elle n est nulle part plus manifeste que dans le cas des consommateurs de drogues injectables. Aujourd hui, le VIH reste concentré dans les neuf pays ayant la prévalence la plus élevée en Afrique subsaharienne, où le mode de transmission reste principalement hétérosexuel. Ailleurs, cependant, les statistiques laissent entrevoir un paysage plus sombre. Le Groupe de référence des Nations Unies sur le VIH et la consommation de drogues injectables estime que 15,9 millions de personnes dans 148 pays utilisent régulièrement des drogues injectables. Ces «consommateurs de drogues injectables» sont particulièrement vulnérables au VIH et à l hépatite B et C en raison de comportements à risque, comme le partage de seringues et d aiguilles, les rapports sexuels non protégés et un comportement généralement peu favorable à la santé. Il est estimé que trois millions de consommateurs de drogues injectables dans le monde vivent aujourd hui avec le VIH 5 (voir partie 1 : ampleur de l épidémie). En plus des dégâts que provoque ce comportement chez le toxicomane et ses proches, l injection de drogues constitue une sérieuse menace pour la santé publique, qui ne peut être éliminée que par la mise en œuvre rationnelle d activités de santé publique non moralisatrices qui mettent l accent sur des programmes de réduction des risques plutôt que sur les sanctions et la censure. Dans ce rapport, nous nous concentrons principalement sur l Europe de l Est et l Asie centrale, car c est là que l épidémie de VIH liée à l usage de drogues par injection s aggrave et que les politiques continuent de criminaliser et de stigmatiser les utilisateurs, ce qui compromet les tentatives de lutter contre l épidémie par le biais d activités de santé publique solides, fondées sur des faits et efficaces. Tout au long du document, nous illustrons les interventions de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge par des études de cas provenant des pays ayant la plus forte prévalence de VIH/ consommation de drogues injectables au monde. Elles figurent au début de chaque chapitre. Dans la partie 1, nous montrons l ampleur du problème dans une analyse brève de la situation. Dans la partie 2, nous décrivons nos messages de sensibilisation relatifs aux conditions inhumaines où se trouvent trop souvent piégés les consommateurs de drogues injectables et leur famille maladies graves, opprobre et solitude. Dans la partie 3, nous résumons l intervention de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge en matière de réduction des risques, qui est fondée sur les lignes directrices de 2003 : «Diffuser la lumière de la science». 6 Dans la partie 4, nous étudions comment toutes les parties prenantes peuvent travailler ensemble pour ajuster les politiques, mettre en place des programmes et réduire les risques parmi certaines des populations les plus dénuées de droits et défavorisées du monde. Qui sont exactement les consommateurs de drogues injectables? Alors que les consommateurs de drogues viennent d horizons, de nationalités et de couches socio-économiques extrêmement variés, la plupart des consommateurs de drogues injectables sont de jeunes hommes sexuellement actifs. Nombre d entre eux seront infectés par le VIH et le transmettront, non seulement en partageant leur matériel d injection, mais aussi en ayant des rapports sexuels avec des partenaires réguliers ou occasionnels. La consommation de drogues injectables est aussi liée au commerce du sexe, car il est fréquent que les consommateurs achètent des services sexuels, ou en vendent pour financer leur dépendance à la drogue. 3. Granich, R. M., et al., «Universal Voluntary HIV testing with immediate antiretroviral therapy as a strategy for the elimination of HIV transmission: a mathematical model», The Lancet, 26 novembre Le point sur l épidémie de sida 2009, ONUSIDA, KnowledgeCentre/HIVData/EpiUpdate/EpiUpdArchive/2009/default.asp. 5. Beyrer, C., et al.,

5 partie 1 L Ampleur de l épidémie R C S C R C S C U N A I D S Étude de cas La province du Yunnan est blottie contre la frontière sud-ouest de la Chine, lovée contre le Viet Nam, le Laos et le Myanmar, et liée à la Thaïlande et au Cambodge par le Mékong (aussi appelé la rivière Lancang en Chine). En raison de sa proximité avec le «Triangle d or», la population du Yunnan est «inondée» d héroïne et d autres drogues illégales. Le premier cas d infection par le VIH a été signalé parmi les consommateurs de drogues injectables vivant le long de la frontière en Fin 2005, les autorités avaient signalé citoyens vivant avec le VIH, tandis que étaient déjà décédés. Les experts estiment que le nombre réel de personnes vivant avec le VIH est déjà supérieur à Les 16 régions de la province sont touchées, trois d entre elles ayant atteint le stade de «prévalence élevée». Au Yunnan, la Croix-Rouge chinoise s appuie sur des volontaires pour desservir les communautés et les familles. HomeAIDS, un centre de services de soutien psychologique, joue un rôle clé dans la prévention de la transmission du VIH. Le centre, effort conjoint de la section de la Croix-Rouge au Yunnan et de l Armée du Salut de Hong Kong et de Macao, travaille avec des spécialistes du VIH et du sida, des collaborateurs d autres ONG, du personnel médical, des officiers de police, de jeunes volontaires, des journalistes, des chauffeurs de taxi et des employés d hôtel. Le but est de fournir des services de réduction des risques qui sauvent des vies et ralentissent la progression du VIH et d autres infections transmissibles sexuellement et par le sang. En quatre ans, HomeAIDS a déjà créé deux centres et 11 sections bénévoles, et a mobilisé et déployé plus de 800 volontaires. L organisation mène des activités de sensibilisation, soutient les communautés, offre des formations, plaide pour des changements de politiques et élabore un modèle efficace et durable de prévention, de traitement, de soins et de soutien en matière de VIH. Un élément clé est la fourniture d un «lieu sûr» pour les consommateurs de drogues injectables vivant avec le VIH. Pour ce faire, HomeAIDS insiste particulièrement sur l éducation par les pairs, qui aide les consommateurs de drogues injectables, les travailleurs du sexe et d autres groupes exposés à se protéger. En plus d orienter les patients vers des traitements et des soins, HomeAIDS offre aux participants une vaste gamme de cours et de formations professionnelles qui comprennent l éducation par les pairs, les premiers secours élémentaires, l informatique, l électronique, le tricot et la cosmétologie. Zahng Ran, Croix-Rouge chinoise : Projet de réduction des risques 5

6 01. L ampleur de l épidémie Le VIH et les consommateurs de drogues injectables (CDI) dans le monde Europe de l Est 3,476,500 CDI Canada et États-Unis 2,270,500 CDI Europe occidentale 1,044,000 CDI Asie centrale 247,500 CDI Asie du Sud-Est et de l Est 3,957,500 CDI Caraïbes 186,000 CDI Moyen-Orient et Afrique du Nord 185,500 CDI Asie du Sud 569,500 CDI Amérique latine 2,018,000 CDI Afrique subsaharienne 1,778,500 CDI Prévalence du VIH chez les usagers de drogues par injection <5% 5% to <10% 10% to <15% 15% to <20% >20% Océanie 193,000 CDI Source : The Lancet 2010; 376: (DOI: /S (10) ) Le Groupe de référence des Nations Unies sur le VIH et la consommation de drogues injectables estime que trois millions de consommateurs de drogues injectables vivaient avec le VIH en Bien que certains pays aient réussi à juguler la propagation du VIH parmi les consommateurs de drogues injectables en déployant l ensemble des interventions de réduction des risques recommandées conjointement par l OMS, l ONUSIDA et l Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC), nombreux sont ceux pour qui ce n est pas le cas. Il s agit là d une préoccupation majeure, d autant plus que des preuves montrent que, quand les consommateurs de drogues injectables bénéficient d un bon accès à ces services, l incidence du VIH reste stable et faible pendant des années, voire des décennies (Allemagne, Australie, Brésil, France, Hong Kong, Royaume-Uni et plusieurs villes américaines). À quelques rares exceptions près, les études montrent aussi invariablement que les programmes d échange d aiguilles et de seringues entraînent une diminution marquée de la transmission du VIH pouvant atteindre 33 à 42 % dans certains contextes 7. En effet, ces expériences révèlent systématiquement que les activités de santé publique sont efficaces et que la lutte contre le VIH chez les toxicomanes est relativement facile à mener et peu coûteuse. Toutefois, il semblerait que les succès rencontrés par ces pays ne suffisent pas à vaincre l opprobre et les mauvaises politiques. En 2010, des centaines de milliers de consommateurs de drogues injectables et leurs partenaires intimes en particulier en Europe de l Est, en Asie de l Est, du Sud-Est et centrale, et dans le cône sud de l Amérique du Sud continuent d être infectés. Cinq pays en particulier (la Chine, la Malaisie, la Russie, l Ukraine et le Viet Nam) sont qualifiés de «méga-épidémies» en raison du nombre de consommateurs de drogues injectables qu ils comptent. Ensemble, ces pays représentent environ 2 à 4 millions de cas de VIH et la principale concentration de consommateurs de drogues injectables vivant avec le VIH au monde. 8 En Europe de l Est et en Asie centrale, la situation est particulièrement préoccupante. Les consommateurs de drogues injectables représentent plus de 60 % de tous les cas de VIH au Bélarus, en Géorgie, en Iran, au Kazakhstan, au Kirghizistan, en Moldavie, en Ouzbékistan, en Russie, au Tadjikistan et en Ukraine. 9 6

7 01. L ampleur de l épidémie En Afrique subsaharienne, de nouvelles épidémies commencent à apparaître parmi les consommateurs de drogues injectables. Quelque consommateurs de drogues injectables sont aujourd hui séropositifs. Selon certaines enquêtes, on estime que la prévalence du VIH parmi les consommateurs de drogues injectables dans d autres pays africains va de 12,4 % en Afrique du Sud à 42,9 % au Kenya. 10 Dans ce dernier pays, la transmission liée à la consommation de drogues injectables représenterait 3,8 % des nouveaux cas de VIH en Au Ghana, des chercheurs estiment qu en 2008, le taux annuel de séropositivité chez les consommateurs de drogues injectables s élevait à 4 %. 12 En 2007, 10 % des consommateurs de drogues injectables interrogés dans la région de Kano, au Nigéria, étaient séropositifs (ministère fédéral de la Santé, 2007). De plus, les chercheurs prédisent que la consommation de drogues injectables sera probablement la cause de plusieurs épidémies émergentes dans des communautés musulmanes auparavant peu touchées au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, comme cela s est produit en Chine occidentale, en Indonésie, en Iran et en Malaisie Guide technique OMS, UNODC, ONUSIDA (2009). 8. Wolfe et al., Beyrer, C., et al Mathers, et al., «Global epidemiology of injecting drug use and HIV among people who inject drugs: a systematic review», The Lancet, 2008, 372: ONUSIDA, Bosu, et al., Strathdee, S.A., Hallett, T.B., Bobrova, N., et al., «HIV and risk environment for injecting drug users: the past, present, and future», The Lancet, /S (10)60743-X, publié en ligne le 20 juillet sur PubMed. Pakistan les consommateurs de drogues injectables courent un risque accru d être infectés par le VIH et de mourir. ONUSIDA, Pierre Virot,

8 01. L ampleur de l épidémie Double risque et double négligence (Extrait et adaptation de : El-Bassel, N., et al., 2010) Le VIH et les consommatrices de drogues injectables De nombreuses consommatrices de drogues n ont pas suffisamment de pouvoir pour négocier des rapports sexuels protégés. Pourtant, la plupart des stratégies de prévention du VIH imposent aux femmes la responsabilité d insister pour utiliser des moyens de protection, ce qui augmente les risques de violences physiques et sexuelles. Les femmes toxicomanes dépendent souvent de leur partenaire pour leur procurer de la drogue. Comme ce sont souvent leurs partenaires qui leur injectent la drogue, elles utilisent l aiguille après lui, ce qui augmente le risque d infection par le VIH et d autres maladies. Si elles refusent de partager les aiguilles et Odessa, Ukraine Les femmes toxicomanes ont deux fois plus de risques d infection par le VIH par le biais de rapports sexuels non protégés et d injections à risques. ONUSIDA. John Spaull. les seringues, les femmes risquent de subir des violences physiques et sexuelles de la part de leur partenaire intime, ce qui accroît également le risque d infection par le VIH. Les femmes toxicomanes, en particulier les consommatrices de crack/cocaïne, ont trois fois plus de risques que les autres femmes de subir des violences physiques et sexuelles de la part de leur partenaire intime au cours de leur vie. Ces violences constituent un risque majeur d infection par le VIH Cependant, très peu de stratégies de prévention du VIH fondées sur des faits abordent ces interactions complexes par une approche holistique. Santé reproductive et consommatrices de drogues injectables Très peu de stratégies s occupent du sort des femmes qui subissent des violences et des traumatismes sexuels de la part de leur partenaire intime, et moins encore insistent sur la nécessité de la santé reproductive, en particulier au sujet des travailleuses du sexe et des femmes incarcérées. Dans de nombreux pays, les toxicomanes enceintes n ont pas accès aux services de prévention et de traitement du VIH. La plupart des programmes n informent pas leurs clientes des effets de la consommation de drogues sur la grossesse, tandis que de nombreuses femmes risquent d encourir des sanctions pénales si elles continuent de consommer des drogues durant leur grossesse. L opprobre et la criminalisation de la consommation de drogues durant la grossesse poussent les femmes à cacher leur dépendance aux prestataires de soins de santé, ce qui met aussi leur bébé à naître en danger, car elles ne peuvent donc pas accéder aux services de prévention de la transmission mère-enfant. En raison de l absence d infrastructures ou de programmes de soins pour les enfants, les mères toxicomanes ont encore plus de difficultés à accéder aux services dont elles ont si désespérément besoin. Si les besoins des femmes toxicomanes enceintes ne sont pas satisfaits, le cycle de la dépendance et de l infection par le VIH sera transmis à la génération suivante. 14. Wechsberg, W.M., et al., «Substance use and sexual risk within the context of gender equality in South Africa», Subst use misuse 2008, 4: CrossRef PubMed 15. El Bassel, N., et al., «HIV and intimate partner violence among methadonemaintained women in New York City», Soc Sci Med, 2005, 61: Cross Ref PubMed 8

9 01. L ampleur de l épidémie Consommateurs de drogues «à problèmes» : questions d opprobre 16 En septembre 2010, la United Kingdom Drug Policy Commission a publié un rapport qui portait spécifiquement sur les consommateurs de drogues «à problèmes», ceux qui consomment des drogues par injection et/ou consomment régulièrement et à long terme des opiacés, de la cocaïne et/ou des amphétamines. Le rapport, intitulé Sinning and sinned against: the stigmatisation of problem drug users, arrivait à la conclusion que les toxicomanes subissent une opprobre si forte que leur capacité de se défaire de leur dépendance en est compromise. Ils peuvent subir une discrimination relative au traitement, au logement ou à l emploi. La commission a exclu les drogues euphorisantes, comme l alcool, le cannabis et l ecstasy, mais a reconnu que les consommateurs de ces drogues portent d autres étiquettes stigmatisantes. La commission a relevé que l opprobre joue un rôle et qu elle la ressent fortement car «nous sommes des êtres fondamentalement sociaux». La commission a aussi relevé que le discours électoraliste sur la «guerre contre la drogue» ou la «tolérance zéro» signifie que les personnalités politiques et les décideurs ne manifestent qu un intérêt de pure forme à l approche compatissante du «chemin vers la guérison». Elle leur conseillait de mieux réfléchir avant d utiliser ce langage, qui entrave les efforts de sensibilisation en nommant et en couvrant de honte les personnes les plus vulnérables et les plus marginalisées. La commission appelle aussi le public, les professionnels de la santé, et en particulier les médias, à prendre davantage conscience des conséquences destructrices de l opprobre que subissent les toxicomanes. Elle a aussi salué l ancien gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger, pour son soutien au Recovery Month (le mois de la guérison), un événement qui a lieu chaque année au mois de septembre. Son but est de faire connaître et de soutenir les efforts de ceux qui contribuent au traitement, à la guérison et aux soins des toxicomanes. 16. Extrait de The Lancet, Volume 376, n 9743, p. 744, 4 septembre Prisonniers toxicodépendants Dans de nombreux pays, une proportion considérable de prisonniers sont toxicodépendants : le taux d incarcération atteindrait 56 à 90 %. Étant donné les mesures répressives qui les menacent, il n est pas étonnant que les consommateurs de drogues injectables dépendants évitent les autorités de santé publique, ce qui a, inutile de le préciser, des conséquences graves pour euxmêmes et pour le public dans son ensemble. Les personnes qui consommaient des drogues avant d être emprisonnées continueront de le faire en prison. Elles ne peuvent tout simplement pas arrêter du jour au lendemain. D autres y consommeront des drogues pour la première fois généralement pour supporter le surpeuplement, l ennui et la violence. Les prisonniers qui consomment des drogues injectables seront en Les centres de détention ont des résultats médiocres en matière de prévention de la toxicomanie et de réduction des risques. outre plus susceptibles de partager leur matériel qu à l extérieur 17. Les rapports sexuels sans protection notamment les violences sexuelles peuvent entraîner la transmission du VIH et d autres IST. Bien que les programmes d échange d aiguilles et de seringues et les traitements de substitution puissent provoquer une baisse des comportements susceptibles d entraîner l e V I H, s e u l s quelques prisonniers y ont accès. On leu r ref u se aussi souvent les cures de désintoxication et les informations sur la prévention du VIH, et ce, bien que des recherches entreprises en Russie et en Chine montrent très clairement que la rareté des services de prévention dans les prisons augmente le risque que les prisonniers séropositifs transmettent le virus après leur libération. Dans certains pays, 40 % des consommateurs de drogues injectables vivent avec le VIH. Timo Luege, Fédération internationale. 17. OMS, UNODC, ONUSIDA, Interventions to address HIV in prisons: drug dependence treatments, Evidence for Action Technical Papers, Genève, OMS, UNODC, ONUSIDA, Taylor, A., Goldberg, D., Emslie, J., et al., «Outbreak of HIV infection in a Scottish prison», BMJ, 1995, 310: , PubMed. 19. Hughes, R., Huby, M., «Life in prison: perspectives of drug injectors», Deviant Behav, 2000, 21: , PubMed. 20. Sarang, A., Rhodes, T., Platt, L., «Access to syringes in three Russian cities: implications for syringe distribution and coverage», Int J Drug Policy, 2008, 19 (suppl. 1), S25-S36, PubMed. 21. Cohen, J.E., Amon, J.J., «Health and human rights concerns of drug users in detention in Guangxi Province, China», PLoS Med, 2008, 5: e234, CrossRef PubMed. 9

10 partie 2 L Appel à l action J L m a r t i n a g e / I F R C J L m a r t i n a g e / I F R C J L m a r t i n a g e / I F R C Étude de cas Nikolay et Irina dépensent tout leur argent en semechki, une pâte artisanale de graines de pavot, la drogue préférée dans la morne ville de Slutsk ( habitants, rasée durant la Seconde Guerre mondiale), à deux heures de voiture de la capitale du Bélarus, Minsk. Leur famille les a jetés dehors depuis longtemps. Ils travaillent, ils vivent, ils consomment. Ils passent leurs heures de lucidité à souhaiter n avoir jamais commencé, jusqu à ce que les rats commencent à gratter dans leur cerveau et qu ils ne puissent penser qu à une seule chose : leur prochaine «dose», leur prochain «shoot». La libération est immédiate : la béatitude, l amour jusqu à ce que cette sensation disparaisse progressivement et que le cycle «hainebesoin-amour» recommence. Pour l observateur distrait, Nikolay et Irina ne sont qu un autre couple de toxicomanes, des déchets humains flottant sur la mer post-soviétique du désespoir. Mais ils ont un but. Nikolay et Irina sauvent des vies, une aiguille après l autre. Chaque jour, ils se rendent dans un appartement miteux tapi à l ombre de deux cheminées massives dans la banlieue et commencent leur travail. Chacun a environ 40 clients, qui se font plusieurs injections par jour. Nikolay et Irina leur apportent des aiguilles propres et reprennent les aiguilles usagées (qui portent des restes de stupéfiants, ce qui, sans un accord spécial entre la Croix-Rouge et la police, pourrait les amener en prison), les emballent en vue de leur destruction, puis ressortent, retournent dans les allées et les tours d habitation où leurs compagnons d infortune les attendent. «Aucune des personnes avec lesquelles je travaille n utilise de seringues sales maintenant, alors que nous le faisions tous auparavant, dit Nikolay. Nous savons ce que peut faire le sida et nous ne voulons pas l attraper.» En plus de gérer l échange d aiguilles, le couple distribue des aiguilles, des compresses, des préservatifs, des vitamines, et des barres chocolatées fortifiées spéciales qui aident à nourrir ceux qui sont trop malades, trop pauvres ou trop dépendants pour s alimenter eux-mêmes correctement. Nikolay et Irina connaissent les rues, les consommateurs et les risques. Ils suscitent une confiance qu aucun agent de police, partenaire, parent ou chef religieux ne pourra jamais inspirer. C est pourquoi ils se rendent dans les écoles et expliquent aux enfants ce que c est que d être toxicomane : combien cette vie peut être dure, horrible et dangereuse. «Nous ne disons pas : Dites non, mais : C est comme ça. À vous de choisir.» Joe Lowry, Fédération internationale, Budapest. Bélarus : Projet de réduction des risques de la Fédération internationale 10

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

24 ème Réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009

24 ème Réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 14 mai 2009 24 ème Réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 Prévention du VIH parmi les consommateurs de drogues injectables Page 2/29 Documents complémentaires

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

Une approche selon la réduction des méfaits pour les utilisateurs de drogues injectables (UDI) Position adoptée en janvier 2005

Une approche selon la réduction des méfaits pour les utilisateurs de drogues injectables (UDI) Position adoptée en janvier 2005 1 Le partenariat des organismes communautaires du Nouveau-Brunswick liés au sida ÉNONCÉ DE POSITION Une approche selon la réduction des méfaits pour les utilisateurs de drogues injectables (UDI) Position

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS Positionnement en vue de la session spéciale des (22 septembre 2014) 2 1. FACE À UN AVENIR INCERTAIN, LES GOUVERNEMENTS DOIVENT SE REMOBILISER

Plus en détail

Pourquoi inclure la fourniture de services dans la proposition? Eléments à prendre en compte dans l analyse de situation

Pourquoi inclure la fourniture de services dans la proposition? Eléments à prendre en compte dans l analyse de situation Aide technique pour les propositions de la série 8 du Fonds mondial Zone élargie Zone de fourniture de services Prévention Communication pour la modification du comportement écoles et extension communautaire

Plus en détail

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Conseil de l Europe Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Un plan sur la façon d améliorer les choses pour les personnes handicapées en Europe Version facile à lire Information et Participation

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

Les jeunes non mariés

Les jeunes non mariés Les jeunes non mariés et les grossesses non désirées Introduction Il est important de veiller à ce que les jeunes non mariés disposent d informations et de services de contraception. Les grossesses non

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)] Nations Unies A/RES/55/67 Assemblée générale Distr. générale 31 janvier 2001 Cinquante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 Promouvoir la santé et le bien-être des personnes âgées : actif «Nous sommes témoins d une révolution silencieuse qui bien au-delà de la sphère démographique a des incidences

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Drug Misuse and Treatment in Morocco

Drug Misuse and Treatment in Morocco Drug Misuse and Treatment in Morocco Fatima El Omari Centre National de Traitement, de Prévention et de Recherche en Addictions, Hôpital Arrazi, CHU Rabat-Salé, Maroc Morocco AFRIQUE Le Maroc Population:

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Initiatives montrant des bonnes pratiques ainsi que des pratiques efficaces dans l adoption d une approche fondée sur les droits

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Liste de vérification pour la planification des services d approche

Liste de vérification pour la planification des services d approche Liste de vérification pour la planification des services d approche Janvier 2014 La présente liste de vérification s adresse aux praticiens de la santé publique qui font du travail de proximité auprès

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE SIDA 2011 RAPPORT ONUSIDA. Atteindre l Objectif Zéro : Une riposte plus rapide plus intelligente plus efficace

JOURNEE MONDIALE SIDA 2011 RAPPORT ONUSIDA. Atteindre l Objectif Zéro : Une riposte plus rapide plus intelligente plus efficace JOURNEE MONDIALE SIDA 2011 RAPPORT ONUSIDA Atteindre l Objectif Zéro : Une riposte plus rapide plus intelligente plus efficace La vision de l ONUSIDA 0 Zéro nouvelle infection à VIH. Zéro discrimination.

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (34)/14.14 Date de publication: 27 juin 2014 TRENTE-QUATRIEME REUNION Date: 1 er -3 juillet 2014 Lieu: Salle du Conseil exécutif, OMS,

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits ou réglementés. Cela concerne toutes les drogues illégales,

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES UN CONTEXTE PLEIN DE CONTRASTES Dans la plupart des pays analysés, un écart peut être observé entre les normes définies par les droits

Plus en détail

Radiographie de la situation européenne et regard critique sur la politique suisse en matière d addictions

Radiographie de la situation européenne et regard critique sur la politique suisse en matière d addictions Radiographie de la situation européenne et regard critique sur la politique suisse en matière d addictions Frank Zobel Responsable d unité Politique, évaluation et coordination Plan Deux ou trois choses

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE DRUG MONDIAL SUR LES

RÉSUMÉ ANALYTIQUE DRUG MONDIAL SUR LES RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT WORLD DRUG MONDIAL SUR LES REPORT DROGUES 2014 Résumé analytique Chaque année, le Rapport mondial sur les drogues passe en revue les principales évolutions intervenues sur les

Plus en détail

Profits et pauvreté: la dimension économique du travail forcé

Profits et pauvreté: la dimension économique du travail forcé US$150,000,000,000 Profits et pauvreté: la dimension économique du travail forcé L intégration globale des systèmes économiques, notamment des marchés du travail, a apporté de nombreuses opportunités pour

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

NATIONS UNIES J O U R N A L. Commission des stupéfiants Cinquante-septième session Vienne, 17-21 mars 2014 N 5

NATIONS UNIES J O U R N A L. Commission des stupéfiants Cinquante-septième session Vienne, 17-21 mars 2014 N 5 NATIONS UNIES J O U R N A L Commission des stupéfiants Cinquante-septième session Vienne, 17-21 mars 2014 N 5 PROGRAMME DES SÉANCES MERCREDI 19 MARS 2014 10 heures 9 e séance plénière Salle du Conseil

Plus en détail

RAPPORT MONDIAL Rapport ONUSIDA sur l épidémie mondiale de sida 2013

RAPPORT MONDIAL Rapport ONUSIDA sur l épidémie mondiale de sida 2013 RAPPORT MONDIAL Rapport ONUSIDA sur l épidémie mondiale de sida 2013 Copyright 2013 Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) Tous droits de reproduction réservés. Les appellations employées

Plus en détail

SOMMAIRE STANDARDS MINIMUMS POUR LA PROTECTION DE L'ENFANCE DANS L'INTERVENTION HUMANITAIRE

SOMMAIRE STANDARDS MINIMUMS POUR LA PROTECTION DE L'ENFANCE DANS L'INTERVENTION HUMANITAIRE SOMMAIRE STANDARDS MINIMUMS POUR LA PROTECTION DE L'ENFANCE DANS L'INTERVENTION HUMANITAIRE Veuillez trouver ci-après la version sommaire des Standards Minimums pour la protection de l enfance dans l intervention

Plus en détail

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Il est prévu que les recommandations contenues dans ce document resteront valables jusqu

Plus en détail

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision Présenté dans le cadre de la journée La santé publique internationale : expériences

Plus en détail

Les 7 Principes fondamentaux

Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux de la Croix-Rouge Humanité Impartialité Neutralité Indépendance Volontariat Unité Universalité La Croix-Rouge trouve son origine dans la solidarité

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

FR 31IC/11/5.3.2 Original : anglais Pour décision

FR 31IC/11/5.3.2 Original : anglais Pour décision FR 31IC/11/5.3.2 Original : anglais Pour décision XXXI e CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Genève, Suisse 28 novembre 1 er décembre 2011 Réduire les inégalités en matière

Plus en détail

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies Année internationale de la jeunesse 12 août 2010-11 août 2011 Dialogue et compréhension mutuelle asdf Nations Unies «Nous devons nous engager sans réserve pour que les jeunes aient accès à l éducation,

Plus en détail

Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS

Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS Groupe sida Genève 9, rue du Grand-Pré CH-1202 Genève info@groupesida.ch

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

Vivre avec le VIH. Point de départ

Vivre avec le VIH. Point de départ Vivre avec le VIH Point de départ Vous venez d apprendre que vous avez le VIH et vous cherchez des repères? Nous pouvons vous aider. Voici quelques questions auxquelles vous trouverez réponse dans ce livret

Plus en détail

ENSEMBLE NOUS METTRONS FIN AU SIDA.

ENSEMBLE NOUS METTRONS FIN AU SIDA. ENSEMBLE NOUS METTRONS FIN AU SIDA. Copyright 2012 Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) Tous droits réservés Les appellations employées dans cette publication et la présentation

Plus en détail

AgiSSONS ensemble. Soutenons la démarche communautaire pour en finir avec le VIH/sida

AgiSSONS ensemble. Soutenons la démarche communautaire pour en finir avec le VIH/sida AgiSSONS ensemble Soutenons la démarche communautaire pour en finir avec le VIH/sida Le mot de la présidente Chère donatrice, Cher donateur, Tout d abord, merci d avoir choisi de soutenir Coalition PLUS.

Plus en détail

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI CRI(2011)37 RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI SUR LA LUTTE CONTRE L ANTI-TSIGANISME ET LES DISCRIMINATIONS ENVERS LES ROMS ADOPTÉE LE 24 JUIN 2011 Strasbourg, Septembre 2011 Publication

Plus en détail

Déclaration de Lilongwe sur l accès à l assistance juridique dans le système pénal en Afrique

Déclaration de Lilongwe sur l accès à l assistance juridique dans le système pénal en Afrique Déclaration de Lilongwe sur l accès à l assistance juridique dans le système pénal en Afrique Conférence sur l assistance judiciaire dans le système pénal : le rôle des avocats, nonavocats et autres acteurs

Plus en détail

COMPTE À REBOURS JUSQU À zero

COMPTE À REBOURS JUSQU À zero COMPTE À REBOURS JUSQU À zero Y croire Le faire. PLAN MONDIAL POUR ÉLIMINER LES NOUVELLES INFECTIONS À VIH CHEZ LES ENFANTS À L HORIZON 2015 ET MAINTENIR LEURS MÈRES EN VIE 2011-2015 Copyright 2011 Programme

Plus en détail

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Commission Droit & Pratiques du Commerce International SEMINAIRE L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Sujet de l exposé : Le contrat d externalisation de services & La

Plus en détail

Renforcement des systèmes de santé

Renforcement des systèmes de santé SOIXANTE-QUATRIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A64/13 Point 13.4 de l ordre du jour provisoire 7 avril 2011 Renforcement des systèmes de santé Tendances et défis actuels Rapport du Secrétariat POUR

Plus en détail

Sans remettre en cause le fait de punir les criminels, les psychiatres. s intéressent de plus en plus à la prise en charge des pédophiles.

Sans remettre en cause le fait de punir les criminels, les psychiatres. s intéressent de plus en plus à la prise en charge des pédophiles. 1 Peut-on soigner les pédophiles? Sans remettre en cause le fait de punir les criminels, les psychiatres s intéressent de plus en plus à la prise en charge des pédophiles. Une prévention est même envisagée.

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES ORIENTATIONS SUR LE FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES 09 9.1 Introduction 176 9.2 Observance du traitement antirétroviral 176 9.2.1 Obstacles à l observance du traitement antirétroviral 176 9.2.2

Plus en détail

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine 14. La collecte de données sur la violence envers les enfants Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine Introduction

Plus en détail

Asie centrale. Environnement opérationnel. Kazakhstan. Kirghizistan. Ouzbékistan. Tadjikistan. Turkménistan

Asie centrale. Environnement opérationnel. Kazakhstan. Kirghizistan. Ouzbékistan. Tadjikistan. Turkménistan Environnement opérationnel Kazakhstan Kirghizistan Ouzbékistan Tadjikistan Turkménistan Les abondantes réserves de pétrole et de gaz de l Asie centrale expliquent en partie l importance géopolitique que

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE 15/01/10-08:01 - Page 1/3 Ref. Doc. : 2500-4318690-8 A : Service de presse / VEOLIA ENVIRONNEMENT Mot-Clé : VEOLIA BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social E/ECE/1478/Rev.1 Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais, français, russe Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève,

Plus en détail

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 17 décembre 1979 (résolution 34/169) Article premier Article 2 Les responsables de

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance 2 1. PRINCIPES : PRÉVENTION DES ABUS

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

ARROW ELECTRONICS, INC.

ARROW ELECTRONICS, INC. 7459 South Lima Street Englewood, Colorado 80112 Aout 2013 P 303 824 4000 F 303 824 3759 arrow.com CODE DE CONDUITE DES PARTENAIRES COMMERCIAUX ARROW ELECTRONICS, INC. Cher partenaire commercial, Le succès

Plus en détail

EVALUATION DE LA COMMUNICATION DES BÉNÉFICIAIRES

EVALUATION DE LA COMMUNICATION DES BÉNÉFICIAIRES Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge EVALUATION DE LA COMMUNICATION DES BÉNÉFICIAIRES Résumé Executif / Haiti / 2011 Avant-propos d Eduard Tschan, directeur de

Plus en détail

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Niveau / âge des participants Enfants (à partir de 12 ans), adolescents et adultes. Temps/durée d animation Environ ¼ d heure. Nombre d animateurs

Plus en détail

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Août 2014 l enfance aux enfants Organisation mondiale de la Santé 2014 Tous droits réservés. Les appellations employées dans la présente

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A.

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A. Nations Unies A/RES/58/172 Assemblée générale Distr. générale 11 mars 2004 Cinquante-huitième session Point 117, b, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Élection fédérale de 2015 Priorités pour les Premières Nations et le Canada. Élimine l écart

Élection fédérale de 2015 Priorités pour les Premières Nations et le Canada. Élimine l écart Élection fédérale de 2015 Priorités pour les Premières Nations et le Canada Élimine l écart L élection fédérale est l occasion de concrétiser les espoirs et les rêves d une vie meilleure. Pour ceux qui

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

L ÉDUCATION COMPTE. Vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement

L ÉDUCATION COMPTE. Vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture L ÉDUCATION COMPTE Vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement Les dessins originaux reproduits dans

Plus en détail