À l abri du danger. Consommateurs de drogues injectables et réduction des risques. Rapport de plaidoyer FICR. Décembre 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "À l abri du danger. Consommateurs de drogues injectables et réduction des risques. Rapport de plaidoyer FICR. Décembre 2010"

Transcription

1 Rapport de plaidoyer FICR À l abri du danger Consommateurs de drogues injectables et réduction des risques Décembre Sauver des vies, changer les mentalités.

2 Phnom Penh, 2000 Les enfants des rues courent souvent un grand risque de devenir des usagers de drogues par injection. ONUSIDA. S. Noorani. Dans cette édition : Ce dernier rapport de sensibilisation de la Fédération internationale sur la santé de 2010 décrit la dure réalité des consommateurs de drogues injectables vivant avec le VIH. Il examine les besoins en prévention, en traitement, en soins et en soutien de cette population extrêmement vulnérable, et l action de la Fédération internationale visant à atténuer ses souffrances. Il offre en outre aux Sociétés nationales et aux lecteurs un outil de sensibilisation qui pourra être utilisé pendant plusieurs années. Le but? Rappeler aux gouvernements et aux Sociétés nationales leur obligation de respecter les droits de l homme, qui protègent également les consommateurs de drogues injectables infectés, ou risquant d être infectés, par le VIH. Bien que nous nous intéressions au monde entier, nous plaçons un accent particulier sur l Europe de l Est et l Asie centrale, où la situation est de plus en plus grave. Résumé La réduction des risques désigne diverses politiques et pratiques de santé publique pragmatiques et fondées sur des faits, ayant pour but d atténuer les effets négatifs de la toxicomanie et d autres facteurs de risque associés comme le VIH et le sida. Ces interventions constituent une application pratique des droits de l homme, visant, si besoin est, à réduire les dangers auxquels font face les consommateurs de drogues injectables, sans faire de distinction et sans porter de jugement. La Fédération internationale encourage la réduction des risques pour une raison très simple : elle fonctionne. Les Nations Unies estiment qu environ 15,9 millions de personnes vivant dans 148 pays s injectent régulièrement des drogues. Ces «consommateurs de drogues injectables» sont particulièrement vulnérables au VIH et à l hépatite B et C en raison de comportements à risque, comme le partage de seringues et d aiguilles, les rapports sexuels non protégés et un comportement généralement peu propice à la santé. Dans le monde, il est estimé que trois millions de consommateurs de drogues injectables vivent aujourd hui avec le VIH. L usage de drogues par injection constitue donc un grave problème de santé publique qui ne peut être résolu que par la mise en oeuvre rationnelle d activités de santé publique non moralisatrices qui mettent l accent sur les programmes de réduction des risques et non sur les sanctions et la censure. Dans ce contexte, la Fédération internationale recommande que des preuves scientifiques et un esprit humanitaire guident l intervention relative au VIH. Les consommateurs de drogues injectables, qui font régulièrement face au harcèlement, à l opprobre, à la violence et à l exclusion sociale, n ont pas seulement besoin de soins mais aussi de compassion. L opprobre ne fait que marginaliser davantage des personnes déjà vulnérables et entrave directement les efforts visant à freiner la propagation du VIH. La réduction de la marginalisation contribue aussi à enrayer la transmission du VIH et d autres maladies infectieuses. 2

3 Appel à l action La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge plaide la cause des personnes souffrant le plus de l exclusion dans un groupe déjà marginalisé : les consommateurs de drogues injectables infectés, ou risquant d être infectés, par le VIH. Dans ce rapport, elle encourage les décideurs, les gouvernements et les donateurs à oublier leurs préjugés pour collaborer avec les parties prenantes, les organisations multilatérales, la société civile et les personnes vivant avec le VIH afin de fournir prévention, traitement, soins et soutien aux consommateurs de drogues injectables et à leur famille. Recommandations de la Fédération internationale : Les gouvernements doivent s engager, dans leur pays, à recueillir des données, mener des recherches et des analyses, et diffuser des informations, afin de guider plus précisément les politiques et la mise en œuvre de programmes. Il leur serait ainsi plus facile d adopter les mesures stratégiques nécessaires pour répondre de façon adéquate aux épidémies liées à la toxicomanie. En refusant aux consommateurs de drogues injectables l accès à des services généraux vitaux, on risque de générer une catastrophe de santé publique. L accès universel à des interventions de santé publique fondées sur des faits, y compris pour les toxicomanes, constitue un droit fondamental à la santé et une urgence de santé publique 1. Les gouvernements doivent mettre en place des politiques et des règlements propices, qui favorisent la mise en œuvre de programmes de réduction des risques. Les stratégies actuellement disponibles peuvent fortement limiter et atténuer les effets nocifs de l épidémie de VIH parmi les consommateurs de drogues injectables. Pour produire un impact, les programmes de réduction des risques doivent être adaptés au contexte local. Des interventions efficaces peuvent : a) réduire la marginalisation sociale des consommateurs de drogues injectables et la vulnérabilité qui en découle ; b) améliorer l accès aux soins de santé et aux services sociaux, notamment aux programmes de réduction des risques et à un ensemble de services intégrant la prévention du VIH, le traitement, les soins et le soutien ; c) promouvoir une approche non répressive fondée sur les droits de l homme et des principes de santé publique. Les dangers de l inaction conduisent à la transmission continue du VIH et d autres maladies infectieuses à de nouvelles populations et régions, des épidémies de VIH plus complexes et un taux élevé de mortalité, et l instabilité socio-économique. La Fédération internationale recommande vivement que les gouvernements élaborent des politiques favorables, qui respectent les droits de l homme et facilitent la mise en œuvre de programmes de réduction des risques. Les volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et les professionnels de la santé doivent sensibiliser les toxicomanes, et agir pour et avec eux, dans les secteurs des soins de santé et de la justice pénale. Toutes les parties prenantes doivent associer les toxicomanes à leur action et les écouter : leur voix doit se faire entendre et leur participation à tous les aspects de la prise de décisions et de l élaboration de politiques, de la planification et de la mise en œuvre est absolument cruciale. Les lois répressives, qui prévoient notamment l emprisonnement et des brimades, poussent de nombreux toxicomanes à entrer dans la clandestinité, loin des services de santé et d aide sociale. Il devient alors presque impossible de leur fournir prévention, traitement, soins et soutien en matière de VIH, ce qui accroît les risques encourus par l ensemble de la population. Les changements de politiques et la réforme de la justice font partie intégrante de la réduction des risques. La consommation de drogues injectables ne devrait pas être considérée comme un acte criminel mais comme une question majeure de santé publique. La Fédération internationale plaide en faveur de la décriminalisation des toxicomanes et pour que les consommateurs de drogues, à l intérieur et à l extérieur des centres de détention, aient accès à une procédure juridique équitable et aux services de santé. Le plaidoyer, ainsi qu une volonté et un engagement politiques courageux, sont absolument indispensables si l on veut que les actions encouragées dans ce rapport soient mises en œuvre. Les preuves indiquent sans équivoque que l inaction accroît la transmission du VIH. La restriction de l accès aux programmes de prévention et de traitement du VIH et l emprisonnement des toxicomanes constituent une violation des droits de l homme et une menace pour la santé publique. 1. Wolfe, D., et al., «Treatment and care for injecting drug users with HIV infection: a review of barriers and ways forward», The Lancet, publié en ligne en juillet 2010, PubMed. 2. Beyrer, Ch., et. al., «Time to act: a call for comprehensive responses to HIV in people who use drugs», The Lancet, Vol. 376, n 9740, p , 14 août 2010, 3

4 Introduction Près de trente ans ont passé depuis que des scientifiques de l Institut Pasteur ont découvert que le VIH était l agent responsable d une mystérieuse pandémie qui a, depuis, pris la vie de millions de personnes dans le monde. Aujourd hui, grâce en grande partie à l apparition des antirétroviraux combinés à un traitement plus précoce, le VIH et le sida ne sont plus une condamnation à mort, mais une maladie chronique qui peut être traitée. Néanmoins, alors même que la science montre comment le VIH peut être contenu voire éliminé 3, les gouvernements et les donateurs continuent de traîner les pieds. Chaque jour, quelque personnes sont infectées, les épidémiologistes estimant le taux actuel d infection à 33,4 millions dans le monde, avec un taux de mortalité annuel de 2 millions. 4 L opprobre continue aussi de faire des victimes et elle n est nulle part plus manifeste que dans le cas des consommateurs de drogues injectables. Aujourd hui, le VIH reste concentré dans les neuf pays ayant la prévalence la plus élevée en Afrique subsaharienne, où le mode de transmission reste principalement hétérosexuel. Ailleurs, cependant, les statistiques laissent entrevoir un paysage plus sombre. Le Groupe de référence des Nations Unies sur le VIH et la consommation de drogues injectables estime que 15,9 millions de personnes dans 148 pays utilisent régulièrement des drogues injectables. Ces «consommateurs de drogues injectables» sont particulièrement vulnérables au VIH et à l hépatite B et C en raison de comportements à risque, comme le partage de seringues et d aiguilles, les rapports sexuels non protégés et un comportement généralement peu favorable à la santé. Il est estimé que trois millions de consommateurs de drogues injectables dans le monde vivent aujourd hui avec le VIH 5 (voir partie 1 : ampleur de l épidémie). En plus des dégâts que provoque ce comportement chez le toxicomane et ses proches, l injection de drogues constitue une sérieuse menace pour la santé publique, qui ne peut être éliminée que par la mise en œuvre rationnelle d activités de santé publique non moralisatrices qui mettent l accent sur des programmes de réduction des risques plutôt que sur les sanctions et la censure. Dans ce rapport, nous nous concentrons principalement sur l Europe de l Est et l Asie centrale, car c est là que l épidémie de VIH liée à l usage de drogues par injection s aggrave et que les politiques continuent de criminaliser et de stigmatiser les utilisateurs, ce qui compromet les tentatives de lutter contre l épidémie par le biais d activités de santé publique solides, fondées sur des faits et efficaces. Tout au long du document, nous illustrons les interventions de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge par des études de cas provenant des pays ayant la plus forte prévalence de VIH/ consommation de drogues injectables au monde. Elles figurent au début de chaque chapitre. Dans la partie 1, nous montrons l ampleur du problème dans une analyse brève de la situation. Dans la partie 2, nous décrivons nos messages de sensibilisation relatifs aux conditions inhumaines où se trouvent trop souvent piégés les consommateurs de drogues injectables et leur famille maladies graves, opprobre et solitude. Dans la partie 3, nous résumons l intervention de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge en matière de réduction des risques, qui est fondée sur les lignes directrices de 2003 : «Diffuser la lumière de la science». 6 Dans la partie 4, nous étudions comment toutes les parties prenantes peuvent travailler ensemble pour ajuster les politiques, mettre en place des programmes et réduire les risques parmi certaines des populations les plus dénuées de droits et défavorisées du monde. Qui sont exactement les consommateurs de drogues injectables? Alors que les consommateurs de drogues viennent d horizons, de nationalités et de couches socio-économiques extrêmement variés, la plupart des consommateurs de drogues injectables sont de jeunes hommes sexuellement actifs. Nombre d entre eux seront infectés par le VIH et le transmettront, non seulement en partageant leur matériel d injection, mais aussi en ayant des rapports sexuels avec des partenaires réguliers ou occasionnels. La consommation de drogues injectables est aussi liée au commerce du sexe, car il est fréquent que les consommateurs achètent des services sexuels, ou en vendent pour financer leur dépendance à la drogue. 3. Granich, R. M., et al., «Universal Voluntary HIV testing with immediate antiretroviral therapy as a strategy for the elimination of HIV transmission: a mathematical model», The Lancet, 26 novembre Le point sur l épidémie de sida 2009, ONUSIDA, KnowledgeCentre/HIVData/EpiUpdate/EpiUpdArchive/2009/default.asp. 5. Beyrer, C., et al.,

5 partie 1 L Ampleur de l épidémie R C S C R C S C U N A I D S Étude de cas La province du Yunnan est blottie contre la frontière sud-ouest de la Chine, lovée contre le Viet Nam, le Laos et le Myanmar, et liée à la Thaïlande et au Cambodge par le Mékong (aussi appelé la rivière Lancang en Chine). En raison de sa proximité avec le «Triangle d or», la population du Yunnan est «inondée» d héroïne et d autres drogues illégales. Le premier cas d infection par le VIH a été signalé parmi les consommateurs de drogues injectables vivant le long de la frontière en Fin 2005, les autorités avaient signalé citoyens vivant avec le VIH, tandis que étaient déjà décédés. Les experts estiment que le nombre réel de personnes vivant avec le VIH est déjà supérieur à Les 16 régions de la province sont touchées, trois d entre elles ayant atteint le stade de «prévalence élevée». Au Yunnan, la Croix-Rouge chinoise s appuie sur des volontaires pour desservir les communautés et les familles. HomeAIDS, un centre de services de soutien psychologique, joue un rôle clé dans la prévention de la transmission du VIH. Le centre, effort conjoint de la section de la Croix-Rouge au Yunnan et de l Armée du Salut de Hong Kong et de Macao, travaille avec des spécialistes du VIH et du sida, des collaborateurs d autres ONG, du personnel médical, des officiers de police, de jeunes volontaires, des journalistes, des chauffeurs de taxi et des employés d hôtel. Le but est de fournir des services de réduction des risques qui sauvent des vies et ralentissent la progression du VIH et d autres infections transmissibles sexuellement et par le sang. En quatre ans, HomeAIDS a déjà créé deux centres et 11 sections bénévoles, et a mobilisé et déployé plus de 800 volontaires. L organisation mène des activités de sensibilisation, soutient les communautés, offre des formations, plaide pour des changements de politiques et élabore un modèle efficace et durable de prévention, de traitement, de soins et de soutien en matière de VIH. Un élément clé est la fourniture d un «lieu sûr» pour les consommateurs de drogues injectables vivant avec le VIH. Pour ce faire, HomeAIDS insiste particulièrement sur l éducation par les pairs, qui aide les consommateurs de drogues injectables, les travailleurs du sexe et d autres groupes exposés à se protéger. En plus d orienter les patients vers des traitements et des soins, HomeAIDS offre aux participants une vaste gamme de cours et de formations professionnelles qui comprennent l éducation par les pairs, les premiers secours élémentaires, l informatique, l électronique, le tricot et la cosmétologie. Zahng Ran, Croix-Rouge chinoise : Projet de réduction des risques 5

6 01. L ampleur de l épidémie Le VIH et les consommateurs de drogues injectables (CDI) dans le monde Europe de l Est 3,476,500 CDI Canada et États-Unis 2,270,500 CDI Europe occidentale 1,044,000 CDI Asie centrale 247,500 CDI Asie du Sud-Est et de l Est 3,957,500 CDI Caraïbes 186,000 CDI Moyen-Orient et Afrique du Nord 185,500 CDI Asie du Sud 569,500 CDI Amérique latine 2,018,000 CDI Afrique subsaharienne 1,778,500 CDI Prévalence du VIH chez les usagers de drogues par injection <5% 5% to <10% 10% to <15% 15% to <20% >20% Océanie 193,000 CDI Source : The Lancet 2010; 376: (DOI: /S (10) ) Le Groupe de référence des Nations Unies sur le VIH et la consommation de drogues injectables estime que trois millions de consommateurs de drogues injectables vivaient avec le VIH en Bien que certains pays aient réussi à juguler la propagation du VIH parmi les consommateurs de drogues injectables en déployant l ensemble des interventions de réduction des risques recommandées conjointement par l OMS, l ONUSIDA et l Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC), nombreux sont ceux pour qui ce n est pas le cas. Il s agit là d une préoccupation majeure, d autant plus que des preuves montrent que, quand les consommateurs de drogues injectables bénéficient d un bon accès à ces services, l incidence du VIH reste stable et faible pendant des années, voire des décennies (Allemagne, Australie, Brésil, France, Hong Kong, Royaume-Uni et plusieurs villes américaines). À quelques rares exceptions près, les études montrent aussi invariablement que les programmes d échange d aiguilles et de seringues entraînent une diminution marquée de la transmission du VIH pouvant atteindre 33 à 42 % dans certains contextes 7. En effet, ces expériences révèlent systématiquement que les activités de santé publique sont efficaces et que la lutte contre le VIH chez les toxicomanes est relativement facile à mener et peu coûteuse. Toutefois, il semblerait que les succès rencontrés par ces pays ne suffisent pas à vaincre l opprobre et les mauvaises politiques. En 2010, des centaines de milliers de consommateurs de drogues injectables et leurs partenaires intimes en particulier en Europe de l Est, en Asie de l Est, du Sud-Est et centrale, et dans le cône sud de l Amérique du Sud continuent d être infectés. Cinq pays en particulier (la Chine, la Malaisie, la Russie, l Ukraine et le Viet Nam) sont qualifiés de «méga-épidémies» en raison du nombre de consommateurs de drogues injectables qu ils comptent. Ensemble, ces pays représentent environ 2 à 4 millions de cas de VIH et la principale concentration de consommateurs de drogues injectables vivant avec le VIH au monde. 8 En Europe de l Est et en Asie centrale, la situation est particulièrement préoccupante. Les consommateurs de drogues injectables représentent plus de 60 % de tous les cas de VIH au Bélarus, en Géorgie, en Iran, au Kazakhstan, au Kirghizistan, en Moldavie, en Ouzbékistan, en Russie, au Tadjikistan et en Ukraine. 9 6

7 01. L ampleur de l épidémie En Afrique subsaharienne, de nouvelles épidémies commencent à apparaître parmi les consommateurs de drogues injectables. Quelque consommateurs de drogues injectables sont aujourd hui séropositifs. Selon certaines enquêtes, on estime que la prévalence du VIH parmi les consommateurs de drogues injectables dans d autres pays africains va de 12,4 % en Afrique du Sud à 42,9 % au Kenya. 10 Dans ce dernier pays, la transmission liée à la consommation de drogues injectables représenterait 3,8 % des nouveaux cas de VIH en Au Ghana, des chercheurs estiment qu en 2008, le taux annuel de séropositivité chez les consommateurs de drogues injectables s élevait à 4 %. 12 En 2007, 10 % des consommateurs de drogues injectables interrogés dans la région de Kano, au Nigéria, étaient séropositifs (ministère fédéral de la Santé, 2007). De plus, les chercheurs prédisent que la consommation de drogues injectables sera probablement la cause de plusieurs épidémies émergentes dans des communautés musulmanes auparavant peu touchées au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, comme cela s est produit en Chine occidentale, en Indonésie, en Iran et en Malaisie Guide technique OMS, UNODC, ONUSIDA (2009). 8. Wolfe et al., Beyrer, C., et al Mathers, et al., «Global epidemiology of injecting drug use and HIV among people who inject drugs: a systematic review», The Lancet, 2008, 372: ONUSIDA, Bosu, et al., Strathdee, S.A., Hallett, T.B., Bobrova, N., et al., «HIV and risk environment for injecting drug users: the past, present, and future», The Lancet, /S (10)60743-X, publié en ligne le 20 juillet sur PubMed. Pakistan les consommateurs de drogues injectables courent un risque accru d être infectés par le VIH et de mourir. ONUSIDA, Pierre Virot,

8 01. L ampleur de l épidémie Double risque et double négligence (Extrait et adaptation de : El-Bassel, N., et al., 2010) Le VIH et les consommatrices de drogues injectables De nombreuses consommatrices de drogues n ont pas suffisamment de pouvoir pour négocier des rapports sexuels protégés. Pourtant, la plupart des stratégies de prévention du VIH imposent aux femmes la responsabilité d insister pour utiliser des moyens de protection, ce qui augmente les risques de violences physiques et sexuelles. Les femmes toxicomanes dépendent souvent de leur partenaire pour leur procurer de la drogue. Comme ce sont souvent leurs partenaires qui leur injectent la drogue, elles utilisent l aiguille après lui, ce qui augmente le risque d infection par le VIH et d autres maladies. Si elles refusent de partager les aiguilles et Odessa, Ukraine Les femmes toxicomanes ont deux fois plus de risques d infection par le VIH par le biais de rapports sexuels non protégés et d injections à risques. ONUSIDA. John Spaull. les seringues, les femmes risquent de subir des violences physiques et sexuelles de la part de leur partenaire intime, ce qui accroît également le risque d infection par le VIH. Les femmes toxicomanes, en particulier les consommatrices de crack/cocaïne, ont trois fois plus de risques que les autres femmes de subir des violences physiques et sexuelles de la part de leur partenaire intime au cours de leur vie. Ces violences constituent un risque majeur d infection par le VIH Cependant, très peu de stratégies de prévention du VIH fondées sur des faits abordent ces interactions complexes par une approche holistique. Santé reproductive et consommatrices de drogues injectables Très peu de stratégies s occupent du sort des femmes qui subissent des violences et des traumatismes sexuels de la part de leur partenaire intime, et moins encore insistent sur la nécessité de la santé reproductive, en particulier au sujet des travailleuses du sexe et des femmes incarcérées. Dans de nombreux pays, les toxicomanes enceintes n ont pas accès aux services de prévention et de traitement du VIH. La plupart des programmes n informent pas leurs clientes des effets de la consommation de drogues sur la grossesse, tandis que de nombreuses femmes risquent d encourir des sanctions pénales si elles continuent de consommer des drogues durant leur grossesse. L opprobre et la criminalisation de la consommation de drogues durant la grossesse poussent les femmes à cacher leur dépendance aux prestataires de soins de santé, ce qui met aussi leur bébé à naître en danger, car elles ne peuvent donc pas accéder aux services de prévention de la transmission mère-enfant. En raison de l absence d infrastructures ou de programmes de soins pour les enfants, les mères toxicomanes ont encore plus de difficultés à accéder aux services dont elles ont si désespérément besoin. Si les besoins des femmes toxicomanes enceintes ne sont pas satisfaits, le cycle de la dépendance et de l infection par le VIH sera transmis à la génération suivante. 14. Wechsberg, W.M., et al., «Substance use and sexual risk within the context of gender equality in South Africa», Subst use misuse 2008, 4: CrossRef PubMed 15. El Bassel, N., et al., «HIV and intimate partner violence among methadonemaintained women in New York City», Soc Sci Med, 2005, 61: Cross Ref PubMed 8

9 01. L ampleur de l épidémie Consommateurs de drogues «à problèmes» : questions d opprobre 16 En septembre 2010, la United Kingdom Drug Policy Commission a publié un rapport qui portait spécifiquement sur les consommateurs de drogues «à problèmes», ceux qui consomment des drogues par injection et/ou consomment régulièrement et à long terme des opiacés, de la cocaïne et/ou des amphétamines. Le rapport, intitulé Sinning and sinned against: the stigmatisation of problem drug users, arrivait à la conclusion que les toxicomanes subissent une opprobre si forte que leur capacité de se défaire de leur dépendance en est compromise. Ils peuvent subir une discrimination relative au traitement, au logement ou à l emploi. La commission a exclu les drogues euphorisantes, comme l alcool, le cannabis et l ecstasy, mais a reconnu que les consommateurs de ces drogues portent d autres étiquettes stigmatisantes. La commission a relevé que l opprobre joue un rôle et qu elle la ressent fortement car «nous sommes des êtres fondamentalement sociaux». La commission a aussi relevé que le discours électoraliste sur la «guerre contre la drogue» ou la «tolérance zéro» signifie que les personnalités politiques et les décideurs ne manifestent qu un intérêt de pure forme à l approche compatissante du «chemin vers la guérison». Elle leur conseillait de mieux réfléchir avant d utiliser ce langage, qui entrave les efforts de sensibilisation en nommant et en couvrant de honte les personnes les plus vulnérables et les plus marginalisées. La commission appelle aussi le public, les professionnels de la santé, et en particulier les médias, à prendre davantage conscience des conséquences destructrices de l opprobre que subissent les toxicomanes. Elle a aussi salué l ancien gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger, pour son soutien au Recovery Month (le mois de la guérison), un événement qui a lieu chaque année au mois de septembre. Son but est de faire connaître et de soutenir les efforts de ceux qui contribuent au traitement, à la guérison et aux soins des toxicomanes. 16. Extrait de The Lancet, Volume 376, n 9743, p. 744, 4 septembre Prisonniers toxicodépendants Dans de nombreux pays, une proportion considérable de prisonniers sont toxicodépendants : le taux d incarcération atteindrait 56 à 90 %. Étant donné les mesures répressives qui les menacent, il n est pas étonnant que les consommateurs de drogues injectables dépendants évitent les autorités de santé publique, ce qui a, inutile de le préciser, des conséquences graves pour euxmêmes et pour le public dans son ensemble. Les personnes qui consommaient des drogues avant d être emprisonnées continueront de le faire en prison. Elles ne peuvent tout simplement pas arrêter du jour au lendemain. D autres y consommeront des drogues pour la première fois généralement pour supporter le surpeuplement, l ennui et la violence. Les prisonniers qui consomment des drogues injectables seront en Les centres de détention ont des résultats médiocres en matière de prévention de la toxicomanie et de réduction des risques. outre plus susceptibles de partager leur matériel qu à l extérieur 17. Les rapports sexuels sans protection notamment les violences sexuelles peuvent entraîner la transmission du VIH et d autres IST. Bien que les programmes d échange d aiguilles et de seringues et les traitements de substitution puissent provoquer une baisse des comportements susceptibles d entraîner l e V I H, s e u l s quelques prisonniers y ont accès. On leu r ref u se aussi souvent les cures de désintoxication et les informations sur la prévention du VIH, et ce, bien que des recherches entreprises en Russie et en Chine montrent très clairement que la rareté des services de prévention dans les prisons augmente le risque que les prisonniers séropositifs transmettent le virus après leur libération. Dans certains pays, 40 % des consommateurs de drogues injectables vivent avec le VIH. Timo Luege, Fédération internationale. 17. OMS, UNODC, ONUSIDA, Interventions to address HIV in prisons: drug dependence treatments, Evidence for Action Technical Papers, Genève, OMS, UNODC, ONUSIDA, Taylor, A., Goldberg, D., Emslie, J., et al., «Outbreak of HIV infection in a Scottish prison», BMJ, 1995, 310: , PubMed. 19. Hughes, R., Huby, M., «Life in prison: perspectives of drug injectors», Deviant Behav, 2000, 21: , PubMed. 20. Sarang, A., Rhodes, T., Platt, L., «Access to syringes in three Russian cities: implications for syringe distribution and coverage», Int J Drug Policy, 2008, 19 (suppl. 1), S25-S36, PubMed. 21. Cohen, J.E., Amon, J.J., «Health and human rights concerns of drug users in detention in Guangxi Province, China», PLoS Med, 2008, 5: e234, CrossRef PubMed. 9

10 partie 2 L Appel à l action J L m a r t i n a g e / I F R C J L m a r t i n a g e / I F R C J L m a r t i n a g e / I F R C Étude de cas Nikolay et Irina dépensent tout leur argent en semechki, une pâte artisanale de graines de pavot, la drogue préférée dans la morne ville de Slutsk ( habitants, rasée durant la Seconde Guerre mondiale), à deux heures de voiture de la capitale du Bélarus, Minsk. Leur famille les a jetés dehors depuis longtemps. Ils travaillent, ils vivent, ils consomment. Ils passent leurs heures de lucidité à souhaiter n avoir jamais commencé, jusqu à ce que les rats commencent à gratter dans leur cerveau et qu ils ne puissent penser qu à une seule chose : leur prochaine «dose», leur prochain «shoot». La libération est immédiate : la béatitude, l amour jusqu à ce que cette sensation disparaisse progressivement et que le cycle «hainebesoin-amour» recommence. Pour l observateur distrait, Nikolay et Irina ne sont qu un autre couple de toxicomanes, des déchets humains flottant sur la mer post-soviétique du désespoir. Mais ils ont un but. Nikolay et Irina sauvent des vies, une aiguille après l autre. Chaque jour, ils se rendent dans un appartement miteux tapi à l ombre de deux cheminées massives dans la banlieue et commencent leur travail. Chacun a environ 40 clients, qui se font plusieurs injections par jour. Nikolay et Irina leur apportent des aiguilles propres et reprennent les aiguilles usagées (qui portent des restes de stupéfiants, ce qui, sans un accord spécial entre la Croix-Rouge et la police, pourrait les amener en prison), les emballent en vue de leur destruction, puis ressortent, retournent dans les allées et les tours d habitation où leurs compagnons d infortune les attendent. «Aucune des personnes avec lesquelles je travaille n utilise de seringues sales maintenant, alors que nous le faisions tous auparavant, dit Nikolay. Nous savons ce que peut faire le sida et nous ne voulons pas l attraper.» En plus de gérer l échange d aiguilles, le couple distribue des aiguilles, des compresses, des préservatifs, des vitamines, et des barres chocolatées fortifiées spéciales qui aident à nourrir ceux qui sont trop malades, trop pauvres ou trop dépendants pour s alimenter eux-mêmes correctement. Nikolay et Irina connaissent les rues, les consommateurs et les risques. Ils suscitent une confiance qu aucun agent de police, partenaire, parent ou chef religieux ne pourra jamais inspirer. C est pourquoi ils se rendent dans les écoles et expliquent aux enfants ce que c est que d être toxicomane : combien cette vie peut être dure, horrible et dangereuse. «Nous ne disons pas : Dites non, mais : C est comme ça. À vous de choisir.» Joe Lowry, Fédération internationale, Budapest. Bélarus : Projet de réduction des risques de la Fédération internationale 10

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

traitement et de prise en charge des toxicomanes

traitement et de prise en charge des toxicomanes UNODC-OMS: Programme commun de traitement et de prise en charge des toxicomanes Le projet Un traitement efficace et respectueux de la dignité humaine pour toutes les personnes souffrant de troubles liés

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

Soins de santé et violence

Soins de santé et violence Soins de santé et violence La nécessité d une protection efficace Document d orientation préparé à l occasion de la réunion de haut niveau sur les soins de santé et la violence, et la nécessité d une protection

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge Monsieur l Ambassadeur, Autorités, Chers Collègues, Je suis heureux de Vous rencontrer encore une fois après

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Les Jeunes, Acteurs du Développement

Les Jeunes, Acteurs du Développement Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Les Jeunes, Acteurs du Développement Le dialogue et la compréhension mutuelle Note conceptuelle UNFPA Tunis (Tunisie), 8-10

Plus en détail

TOUS LES PAYS SUBISSENT DES PERTES ÉCONOMIQUES ÉNORMES EN IGNORANT LES COÛTS VÉRITABLES DU VIH/SIDA, SELON LES SERVICES ÉCONOMIQUES TD

TOUS LES PAYS SUBISSENT DES PERTES ÉCONOMIQUES ÉNORMES EN IGNORANT LES COÛTS VÉRITABLES DU VIH/SIDA, SELON LES SERVICES ÉCONOMIQUES TD Communiqué Pour publication immédiate TOUS LES PAYS SUBISSENT DES PERTES ÉCONOMIQUES ÉNORMES EN IGNORANT LES COÛTS VÉRITABLES DU VIH/SIDA, SELON LES SERVICES ÉCONOMIQUES TD TORONTO (Ontario) Les motifs

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009 Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 ET PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 Les appellations employées dans ce document et la présentation des données

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1 VIH et sida Mots clés VIH : virus de l immunodéficience humaine. Virus qui provoque une infection incurable transmis par les relations sexuelles, les seringues, le sang contaminé ou de la mère à l enfant,

Plus en détail

Commission de la condition de la femme. Les femmes, les filles et le virus de l immunodéficience acquise/ syndrome immunodéficitaire acquis

Commission de la condition de la femme. Les femmes, les filles et le virus de l immunodéficience acquise/ syndrome immunodéficitaire acquis Commission de la condition de la femme Les femmes, les filles et le virus de l immunodéficience acquise/ syndrome immunodéficitaire acquis (VIH/sida) CSW45 Conclusions concertées (A) Nations Unies, mars

Plus en détail

LE CHANGEMENT DE PARADIGME

LE CHANGEMENT DE PARADIGME Le Plan Mondial pour Éliminer la Tuberculose LE CHANGEMENT DE PARADIGME 2016-2020 RÉSUMÉ EXÉCUTIF un partenariat hébergé par l Organisation des Nations Unies à Les Objectifs de développement durable des

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

24 ème Réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009

24 ème Réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 14 mai 2009 24 ème Réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 Prévention du VIH parmi les consommateurs de drogues injectables Page 2/29 Documents complémentaires

Plus en détail

EC/64/SC/CRP.18/Rev.1

EC/64/SC/CRP.18/Rev.1 Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Distr. : restreinte 19 juin 2013 Français Original : anglais et français Comité permanent 57 e réunion Mise à jour sur le VIH/sida et les réfugiés Résumé

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

30 juin - 2 juillet 2015. Décisions

30 juin - 2 juillet 2015. Décisions 2 juillet 2015 36 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l'onusida Genève, Suisse 30 juin - 2 juillet 2015 Décisions Le Conseil de Coordination du Programme de l'onusida, Rappelant que

Plus en détail

Sensibiliser l opinion publique sur le phénomène d enfants en situation de rue et plaider pour le respect des droits de l enfant.

Sensibiliser l opinion publique sur le phénomène d enfants en situation de rue et plaider pour le respect des droits de l enfant. Le Service d Accompagnement, de Formation, d Intégration et de Réhabilitation de l Enfant (SAFIRE) est une ONG qui a pour vocation de venir en aide aux enfants en situation de rue de la République de Maurice.

Plus en détail

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL MPP 2015 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par le VIH 28.6 millions devraient bénéficier d un traitement* Pourtant seuls 12.9 millions y ont aujourd hui accès * conformément aux directives

Plus en détail

Conseil économique et social. Prorogation du mandat de l Équipe spéciale conjointe sur les indicateurs de l état de l environnement

Conseil économique et social. Prorogation du mandat de l Équipe spéciale conjointe sur les indicateurs de l état de l environnement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 15 août 2014 Français Original: anglais ECE/CEP/2014/12 Commission économique pour l Europe Comité des politiques de l environnement Vingtième

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH :

Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH : Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH : Le VIH est le virus qui provoque le SIDA. Il peut être transmis lors de relations sexuelles non protégées (anales, vaginales ou orales)

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

Discours d ouverture du 2ème Forum international. des Travailleurs Sociaux de Rue. 26 octobre 2010

Discours d ouverture du 2ème Forum international. des Travailleurs Sociaux de Rue. 26 octobre 2010 Discours d ouverture du 2ème Forum international des Travailleurs Sociaux de Rue 26 octobre 2010 Jan Jařab, Représentant régional de la Haut-Commissaire de l ONU pour les Droits de l Homme Mesdames et

Plus en détail

Asie centrale. Environnement opérationnel. Kazakhstan. Kirghizistan. Ouzbékistan. Tadjikistan. Turkménistan

Asie centrale. Environnement opérationnel. Kazakhstan. Kirghizistan. Ouzbékistan. Tadjikistan. Turkménistan Environnement opérationnel Kazakhstan Kirghizistan Ouzbékistan Tadjikistan Turkménistan Les abondantes réserves de pétrole et de gaz de l Asie centrale expliquent en partie l importance géopolitique que

Plus en détail

Projet d UNICEF Suisse. «Mon quatrième bébé a survécu à sa naissance, il n avait pas le virus du sida» Marafelie Khechane, Lesotho

Projet d UNICEF Suisse. «Mon quatrième bébé a survécu à sa naissance, il n avait pas le virus du sida» Marafelie Khechane, Lesotho Projet d UNICEF Suisse «Mon quatrième bébé a survécu à sa naissance, il n avait pas le virus du sida» Marafelie Khechane, Lesotho Presque à chaque minute, un bébé naît en étant porteur du viru la moitié

Plus en détail

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède Cette année, la Journée internationale de l alphabétisation mettra l accent sur les liens existant entre l alphabétisation

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Treizième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale

Treizième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale Nations Unies A/CONF.222/16 Treizième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale Doha, 12-19 avril 2015 Distr. générale 10 avril 2015 Français Original: anglais Point 3

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Résumé. United Nations Department of Economic and Social Affairs/Population Division Living Arrangements of Older Persons Around the World

Résumé. United Nations Department of Economic and Social Affairs/Population Division Living Arrangements of Older Persons Around the World Résumé Dans le Plan d action de Madrid sur le vieillissement, 2002, 1 la deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement appelait à étudier les avantages et les inconvénients de diverses conditions de

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Des élèves afghans participent à un cours dans une école primaire d un camp de réfugiés situé à Islamabad, Pakistan. 206 Rapport global 2011 du HCR

Des élèves afghans participent à un cours dans une école primaire d un camp de réfugiés situé à Islamabad, Pakistan. 206 Rapport global 2011 du HCR 206 Rapport global 2011 du HCR Des élèves afghans participent à un cours dans une école primaire d un camp de réfugiés situé à Islamabad, Pakistan. FAITS MARQUANTS Le HCR a coopéré avec les Gouvernements

Plus en détail

UNION INTERPARLEMENTAIRE 112 ème Assemblée et réunions connexes Manille, 31 mars - 8 avril 2005

UNION INTERPARLEMENTAIRE 112 ème Assemblée et réunions connexes Manille, 31 mars - 8 avril 2005 UNION INTERPARLEMENTAIRE 112 ème Assemblée et réunions connexes Manille, 31 mars - 8 avril 2005 Troisième Commission permanente C-III/112/DR-am.1 Démocratie et droits de l'homme 21 mars 2005 COMMENT LES

Plus en détail

Le VIH/sida, la loi et vous

Le VIH/sida, la loi et vous Le VIH/sida, la loi et vous Protection contre la discrimination Le VIH et le sida sont considérés comme des invalidités comme n importe quel autre état pathologique. Le Code canadien des droits de la personne

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) COUNTRY MULTILATERAL D O N O R MOPAN Réseau d évaluation de la performance des organisations multilatérales (MOPAN). Note de synthèse L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

Plus en détail

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies Année internationale de la jeunesse 12 août 2010-11 août 2011 Dialogue et compréhension mutuelle asdf Nations Unies «Nous devons nous engager sans réserve pour que les jeunes aient accès à l éducation,

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Note d orientation- Note conceptuelle La CIPD au-delà de 2014 Conférence internationale sur les droits de l homme

Note d orientation- Note conceptuelle La CIPD au-delà de 2014 Conférence internationale sur les droits de l homme 25 février 2013 Note d orientation- Note conceptuelle La CIPD au-delà de 2014 Conférence internationale sur les droits de l homme La présente note présente le concept de la Conférence internationale sur

Plus en détail

Charte de Paris contre le cancer

Charte de Paris contre le cancer Charte de Paris contre le cancer français french 7 8 Profondément troublés par les répercussions importantes et universelles du cancer sur la vie humaine, la souffrance humaine, et sur la productivité

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

Déclaration de Paris : priorités politiques du mouvement Alzheimer en Europe. Note de synthèse

Déclaration de Paris : priorités politiques du mouvement Alzheimer en Europe. Note de synthèse Déclaration de Paris : priorités politiques du mouvement Alzheimer en Europe Note de synthèse Alzheimer Europe et ses organisations membres en appellent à l Union Européenne, à l Organisation Mondiale

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Pourquoi inclure la fourniture de services dans la proposition? Eléments à prendre en compte dans l analyse de situation

Pourquoi inclure la fourniture de services dans la proposition? Eléments à prendre en compte dans l analyse de situation Aide technique pour les propositions de la série 8 du Fonds mondial Zone élargie Zone de fourniture de services Prévention Communication pour la modification du comportement écoles et extension communautaire

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement GUIDE DE DEMANDE DE SUBVENTION RESERVE AUX RESEAUX NATIONAUX DES FEMMES VIVANT AVEC LE

Plus en détail

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Translation L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Un Groupe de travail du Forum intergouvernemental sur la sécurité chimique (FISC) vient récemment de rédiger

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)] Nations Unies A/RES/58/137 Assemblée générale Distr. générale 4 février 2004 Cinquante-huitième session Point 108 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Ce mémoire est présenté par : Association canadienne des hygiénistes dentaires (ACHD) Sommaire La santé buccodentaire

Plus en détail

Les femmes **** **** Historique

Les femmes **** **** Historique Les femmes **** Historique Et les femmes? Statistiques Symptômes spécifiques aux femmes atteintes du VIH Biologie et liquides organiques Inégalité Connaissez les faits **** Historique Au début des années

Plus en détail

Traditionnellement, les personnes handicapées étaient prises en charge par:

Traditionnellement, les personnes handicapées étaient prises en charge par: Introduction à la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées: développement et objectif de la convention, principes généraux et obligations des États Parties Shivaun Quinlivan

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification TERMES DE REFERENCE Recrutement d un/e Consultant/e National/e pour la réalisation d une analyse des barrières à l accès au dispositif national de conseil et de dépistage anonyme et gratuit du VIH existant

Plus en détail

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel WHO (World Health Organization), Preventing Suicide : a resource at work. (Preventing Suicide : a resource series ; 8).

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

[N.B. : Ceci est une traduction non officielle.]

[N.B. : Ceci est une traduction non officielle.] [N.B. : Ceci est une traduction non officielle.] Réseau juridique canadien VIH/SIDA - Parti vert du Canada Question 1 : Financer entièrement une stratégie renouvelée sur le VIH et le sida Votre parti s

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale A la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, tenue au Caire en 1994, 179 pays ont approuvé un Programme d action qui

Plus en détail

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA MESSAGES IMPORTANTS NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent L (OMS) révise ses lignes directrices relatives au traitement antirétroviral (TAR) destiné

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

ECE/MP.WH/WG.1/2014/3 EUDCE/1408105/1.10/2014/WGWH/07. Conseil économique et social

ECE/MP.WH/WG.1/2014/3 EUDCE/1408105/1.10/2014/WGWH/07. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 17 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Organisation mondiale de la Santé Bureau régional pour l Europe

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

La Banque mondiale et la lutte contre le VIH/SIDA

La Banque mondiale et la lutte contre le VIH/SIDA La Banque mondiale et la lutte contre le VIH/SIDA Troisième réunion du Réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA de l APF Jean Delion Lomé, Togo, 7-87 8 Octobre Personnes atteintes du virus du SIDA

Plus en détail

Asie de l Est et Pacifique

Asie de l Est et Pacifique Australie Cambodge Chine Indonésie Japon Malaisie Mongolie Myanmar Nouvelle-Zélande Pacifique Sud Papouasie-Nouvelle-Guinée Philippines République de Corée République démocratique populaire lao République

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ

AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ Pauvreté AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ Ressources nationales Aide humanitaire Sécurité Résilience Secours Information Conflit s des risques Réduction développement Aide au alimentaire

Plus en détail

Actualités concernant la réponse de l UNESCO au VIH et SIDA Sixième édition : janvier 2010

Actualités concernant la réponse de l UNESCO au VIH et SIDA Sixième édition : janvier 2010 ED/PSD/HIV/NEWS/6 Actualités concernant la réponse de l UNESCO au VIH et SIDA Sixième édition : janvier 2010 Soyez les bienvenus sur notre site pour la sixième édition de notre lettre d information électronique

Plus en détail

ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET

ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone : +251-115- 517 700 Fax : +251-115- 517844 website : www. africa-union.org ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET FORUM DE LA

Plus en détail

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES POPULATION REFERENCE BUREAU AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES SCÉNARIO DE LA PRÉSENTATION UNE PRÉSENTATION > La présentation commencera par

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Drug Misuse and Treatment in Morocco

Drug Misuse and Treatment in Morocco Drug Misuse and Treatment in Morocco Fatima El Omari Centre National de Traitement, de Prévention et de Recherche en Addictions, Hôpital Arrazi, CHU Rabat-Salé, Maroc Morocco AFRIQUE Le Maroc Population:

Plus en détail

Consensus Scientifique sur le. Paludisme. Etat de la maladie

Consensus Scientifique sur le. Paludisme. Etat de la maladie page 1/7 Consensus Scientifique sur le Paludisme Etat de la maladie Source : OMS (2008) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Le paludisme est l une des maladies infectieuses les plus fréquentes. Il

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr

Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr Le Gabon est un pays d Afrique Centrale, peuplé d environ deux millions d habitants. A cause de ses nombreuses

Plus en détail

Ordre du jour provisoire

Ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/1 Cent trente-huitième session 16 octobre 2015 Genève, 25-30 janvier 2016 Ordre du jour provisoire 1. Ouverture de la session et adoption de l ordre du jour Documents EB138/1 et

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG)

Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG) Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG) Qu est INSARAG? Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (connu sous son sigle en anglais, INSARAG)

Plus en détail

La catastrophe du VIH

La catastrophe du VIH La catastrophe du VIH Pour les Nations unies, le terme catastrophe désigne toute «rupture grave du fonctionnement d une société entraînant des pertes humaines, matérielles ou environnementales dont l ampleur

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail