Visite de presse. Le supercalculateur Tera - 10

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Visite de presse. Le supercalculateur Tera - 10"

Transcription

1 Direction de la communication Service Information-médias Visite de presse Le supercalculateur Tera - 10 CEA 31-33, rue de la Fédération Paris cedex 15 - Tél

2 Sommaire - Introduction - Le programme Simulation et le calcul numérique haute performance - Le projet simulation numérique - Introduction à la visite du complexe de calcul Tera - 10 Dossier de presse CEA «Le supercalculateur TERA 10» 2

3 Introduction La Direction des applications militaires (DAM) du CEA, dans le cadre de son programme Simulation, vient de réceptionner le supercalculateur Tera-10. L objectif du programme Simulation est de garantir, sans essais nucléaires, la sûreté et la fiabilité des armes de la dissuasion. Tera-10 est de loin la plus puissante machine d Europe avec plus de 50 Téraflops, soit une capacité de calcul de milliards d opérations par seconde. Elle replace la France dans le peloton mondial de tête en matière de simulation numérique haute performance. Plusieurs premières mondiales sont d ailleurs réalisées par cette machine conçue, fabriquée et installée par Bull : c est le plus grand supercalculateur utilisant Linux comme système d exploitation, marquant l engagement du CEA et de Bull pour les systèmes «ouverts», avec 1 Pétaoctet (1 million de milliards d octets) de données directement accessible, soit 30 fois l équivalent des informations contenues dans la Très Grande Bibliothèque, c est aussi la machine la plus performante pour la gestion des données, c est enfin une machine basée sur des «composants sur étagère» (Cots = Component Off the Shelf) : le dernier né des processeurs d Intel : l Itanium à double cœur Montecito dont le CEA est le premier au monde à disposer à ce jour. Tera-10 est une machine française conçue en interconnectant, par un réseau à très haute performance de la société anglo-italienne Quadrics, 544 nœuds de calcul Novascale de 16 processeurs chacun, qui sont des produits standards proposés par Bull pour les besoins en informatique scientifique ou de gestion. Tera-10 marque le retour de l industrie européenne sur le marché de l informatique de grande puissance au côté des USA et du Japon La machine Tera-10 est installée sur le Centre DAM/île de France à Bruyères-le- Châtel au sein du Complexe de calcul scientifique du CEA. Ce Complexe de calcul scientifique constitue le noyau de Teratec *, l un des éléments essentiels du pôle de compétitivité Systematic **. * Teratec : Pôle européen de compétence en simulation numérique hautes performances en Île de France association créée en août ** Systematic : Pôle de compétitivité à vocation mondiale «Logiciels et systèmes complexes» labellisé par l Etat en septembre Dossier de presse CEA «Le supercalculateur TERA 10» 3

4 Le programme Simulation et le calcul numérique haute performance La capacité de dissuasion nucléaire de la France repose aujourd hui sur le programme Simulation de la Direction des applications militaires du CEA. En 1996, lorsque le Président de la République a décidé l arrêt définitif des essais nucléaires, le CEA/DAM a été chargé de mettre en place un programme destiné à garantir la sûreté et la fiabilité des armes de la dissuasion, fondé sur le calcul. Financé par la Défense, ce programme s étend sur une période de 15 ans qui court jusqu en Le programme Simulation permet de répondre à deux impératifs : être capable de remplacer les systèmes d armes actuels, lorsqu ils arriveront à la fin de leur durée de vie ; conserver une capacité scientifique au meilleur niveau pour garantir la fiabilité et la sûreté des systèmes actuels et de ceux qui les remplaceront. Ce programme s articule autour de trois volets : la modélisation des phénomènes physiques, la simulation numérique et la validation des calculs par des expériences de laboratoire (menées par exemple sur Airix *** ou le LMJ) et par la restitution des essais passés. La première étape a consisté à lister l ensemble des phénomènes physiques impliqués dans le fonctionnement d une arme nucléaire, à étudier la façon dont ils s enchaînent et se couplent et à dresser l inventaire des équations mathématiques susceptibles de les représenter. Ces équations sont celles régissant la mécanique des fluides (équations de Navier - Stokes), le transport des neutrons (équations de Boltzmann) ou encore l évolution de la population des photons ou d ions (équations de diffusion et de transport). Une fois le système d équations établi, trois difficultés doivent être surmontées : déterminer les bonnes «lois de comportement» de la matière (équations d état, sections efficaces neutroniques, coefficients de transport ) dans les domaines pertinents vis-à-vis du fonctionnement des armes ; résoudre le système d équations ; valider ces modèles à l aide des résultats des essais nucléaires passés et d expériences nouvelles pour constituer un standard de calcul (ou le simulateur des armes). La «mise en équations» des phénomènes physico-chimiques conduit à devoir résoudre de très grands systèmes d équations couplées et non linéaires. Personne ne sait expliciter la solution de tels systèmes, si bien qu on a recours à l analyse numérique pour en déduire une suite de très grands systèmes linéaires que l on pourra résoudre avec des supercalculateurs. *** Les deux outils expérimentaux majeurs du programme Simulation sont : la machine radiographique Airix - Accélérateur à induction de radiographie pour imagerie X et le LMJ laser mégajoule. Dossier de presse CEA «Le supercalculateur TERA 10» 4

5 Le principe consiste à découper l ensemble du domaine de calcul, en un très grand nombre de petites zones, les «mailles». Sur chacune de ces mailles, les numériciens remplacent les équations que l on ne sait pas résoudre par des équations approchées, «digestes» pour les ordinateurs. Toute la puissance de l analyse numérique réside dans la capacité à prouver que la solution approchée, ainsi obtenue grâce à l ordinateur, «converge», c est-à-dire se rapproche suffisamment de la solution exacte du problème réel. Et l on s en approche d autant mieux que l on utilise un plus grand nombre de mailles. A titre d exemple, simuler l état d un système nécessite de mettre en œuvre des dizaines, voire des centaines de millions de mailles et les systèmes associés peuvent intégrer alors des milliards d inconnues. Cette approche exige de très grandes puissances de calcul qui ont conduit à la mise en place du projet Tera dont l objectif est de fournir, à l issue du programme en 2010, une puissance de 100 téraflops utiles, soit fois celle dont le CEA/DAM disposait en La simulation est devenue un outil fondamental pour les ingénieurs et les chercheurs. Dans tous les secteurs de l industrie et de la recherche, elle est aujourd hui le moyen de conception par excellence pour les premiers et le moyen d investiguer et de maîtriser ce que l on ne peut pas ou l on ne peut plus expérimenter pour les autres. Dossier de presse CEA «Le supercalculateur TERA 10» 5

6 Le projet Simulation Numérique Le projet Simulation Numérique est, à côté du projet Airix et du projet Laser Mégajoule, l élément central du programme Simulation dont l objectif est de garantir sans essai la sûreté et la fiabilité des armes de la dissuasion. Il s articule en trois parties : Réaliser un simulateur du fonctionnement des armes ; Mettre en place les moyens informatiques nécessaires au simulateur ; Assurer la crédibilité de la démarche simulation numérique et gérer le risque de ne pouvoir disposer des moyens informatiques nécessaires. Ce dernier point est l un des objectifs de Teratec. Réaliser un simulateur des armes Cela consiste à développer des codes de calcul à partir de modèles, mis au point par les équipes de physiciens, et de données physiques de base. La spécificité du simulateur est de rassembler des physiques différentes : hydrodynamique, neutronique, transfert radiatif chaque modèle physique implique un traitement mathématique spécifique pouvant imposer des représentations différentes de l objet à traiter. Le résultat est une très grande complexité du système. Le développement du simulateur nécessite en conséquence une très grande rigueur en architecture logicielle et surtout un environnement logiciel unique : interface homme-machine, base de données, stockage des résultats et visualisation. Une centaine d ingénieurs, spécialistes en analyse numérique, architecture logicielle, développement du code et de son environnement (interface homme-machine, visualisation, base de données), travaillent sur le simulateur depuis près de 10 ans. Ils écrivent des millions de lignes de codes, à partir des «modèles» établis par autant de physiciens. Les résultats sortis du simulateur sont en permanence comparés aux résultats des expériences passées et des expériences partielles en cours (sur Airix ou le LMJ) par les physiciens concepteurs en charge de la validation. Ce travail se poursuit en permanence par l introduction de modèles de plus en plus sophistiqués. Une telle approche nécessite des moyens informatiques considérables : D abord une puissance de calcul, dimensionnée pour autoriser un retour d expérience virtuelle en quelques semaines, qui a été évaluée, en fonction des besoins spécifiques de la DAM entre 1998 et 2010, à 1 téraflops utile en 2002, 10 en 2006 et 100 en Ensuite des moyens de stockage considérables : chaque simulation sur Tera- 10 produit une quantité de données équivalente à l ensemble des données stockées dans la Très Grande Bibliothèque (30 Téra-caractères). Le système de stockage a donc été dimensionné, pour son premier niveau accessible à tout instant, à plus de 5 Pétaoctets (5 000 Tera). Cela correspond environ à un an de production de la machine. Un deuxième niveau dit d archivage Dossier de presse CEA «Le supercalculateur TERA 10» 6

7 permet de conserver les données pendant tout le cycle de vie d une arme (quelques dizaines d années). Enfin les moyens de visualisation permettant aux équipes de concepteurs d analyser et visualiser cette énorme quantité de données. L élément essentiel en est un mur d image. Le mur, associé à Tera-10 avec sa définition de plus de 14 millions de pixels, et de sa visualisation en relief, permet une représentation optimale de l objet. Sa taille, 5m x 3m, et sa technologie, la rétro- projection autorise le travail en groupe en plein jour. La mise en place de ces moyens en trois phases est l objet du projet Tera. Nous sommes actuellement en cours de réalisation de la deuxième phase : Tera-10 L architecture des machines Tera est un cluster de SMP (Symetric Multi Processing) L objectif est de mettre en place en 2001, 2005, 2009 une puissance de 1, 10, 100 téraflops utiles soit 100, 1 000, fois la puissance dont nous disposions en 1998, avec le supercalculateur Cray T90 à 24 processeurs. Pour chacune de ces étapes, la loi de Moore (doublement de la puissance tous les 18 mois à coût constant) prévoit une augmentation d un facteur 6, 40, 250. Notre exigence est donc 16, 25, 40 fois supérieure impliquant l utilisation au minimum de 400, 600, processeurs. La seule solution technique possible est l utilisation du parallélisme. Mais cela pose trois problèmes : Un problème technique : l utilisation de N processeurs ne permet pas de récupérer N fois la puissance d un processeur mais une puissance inférieure. Qui plus est, plus le nombre N de processeurs augmente plus ce phénomène s accentue. C est ce qu on appelle la «scalabilité». Ce problème peut être résolu par l utilisation de réseau d interconnexion non seulement à très haut débit mais surtout à très faible latence (le temps qu il faut à un processeur pour communiquer avec le plus éloigné). Le problème a été résolu dès 2001 par la société anglo-italienne Quadrics qui équipe une grande partie des ordinateurs du Top10 *. Un problème économique : même en supposant la «scalabilité» excellente, il n est pas envisageable de mettre en parallèle plusieurs machines Cray T90 (le plus puissant ordinateur du monde dont nous disposions en 1998) en raison du coût déjà très élevé de ces machines. Cette nécessité d abaisser très fortement le coût du processeur élémentaire conduit à l abandon des processeurs spécifiques et spécialisés, comme le Cray vectoriel, pour des processeurs standards (les Cots, «Component Off The Shelf» composants sur étagère), peut-être moins performants, mais près de 100 fois moins chers parce que fabriqués en très grande série pour le marché. * Tous les 6 mois depuis 1993, les performances des ordinateurs hautes performances sont comparées au moyen d un logiciel de référence permettant leur classement dans un Top 500 des supercalculateurs. La 26 ème liste du Top 500 a été publiée lors de la conférence internationale 2005 (SC2005), à Seattle. Dossier de presse CEA «Le supercalculateur TERA 10» 7

8 Un problème conceptuel : la maîtrise de la complexité d une machine comportant des milliers de processeurs interconnectés. Cela impose d une part une fiabilité très importante des matériels mais aussi le développement de logiciels d exploitation permettant de tenir compte de la probabilité de panne, même très faible, des éléments de base de la machine. Cette maîtrise est obtenue en mettant en parallèle, non plus des milliers de processeurs élémentaires, mais un nombre raisonnable d ordinateurs multiprocesseurs (quelques centaines). Cette approche à deux niveaux permet non seulement de réduire fortement la complexité du système vu par l exploitant mais aussi de mutualiser les coûts de développement de ces ordinateurs multiprocesseurs avec ceux des serveurs développés pour les besoins du traitement de données ou de la gestion. La solution de ces problèmes a conduit dès 1998 au choix d une architecture de machine parallèle à deux niveaux basée sur des processeurs standards du commerce et un réseau à très hautes performances. Cette architecture baptisée Cluster de SMP a de plus l avantage d être adaptée au traitement d une large variété de problèmes, en particulier ceux, pas forcément parallèles, qui nécessitent un accès à une mémoire très importante. Le CEA/DAM a fait ce choix en Il a impliqué une réécriture complète des codes car il impose une architecture logicielle nouvelle. L architecture Cluster de SMP est la spécification première de tous nos appels d offre. La machine Tera-10 Tera-10, deuxième étape du projet Tera est le résultat d un appel d offre fixant la puissance utile à 10 téraflops, prenant en compte les choix précédents : architecture Cluster de SMP et tirant la leçon du retour d expérience de Tera-1. Cette dernière directive visait spécifiquement le système d entrée/sortie et a été prise en compte par la maîtrise d œuvre sous la forme de critères techniques environ 30 fois supérieurs à ceux imposés pour Tera-1. La plupart des grands constructeurs d ordinateurs ont répondu et quatre d entre eux ont été jusqu au bout de la procédure complexe d appel d offre sur performance. Le marché a été attribué à Bull qui a fait la meilleure offre avec les meilleures performances globales. Tera-10 est une première réponse aux besoins exprimés par l ensemble de la communauté scientifique en matière de calcul haute performance. Le calcul haute performance est une approche incontournable pour l ensemble des disciplines scientifiques. Mais Tera-10 est aussi un élément d une opération plus vaste du CEA ayant pour objectif de partager avec la communauté scientifique et l industrie les retombées du programme Simulation : Teratec. Teratec est un pôle européen de compétence en simulation numérique hautes performances en Ile-de-France. Cette association créée en août 2005 regroupe autour du complexe de calcul scientifique du CEA de Dossier de presse CEA «Le supercalculateur TERA 10» 8

9 grands industriels comme EDF, Snecma, Dassault, Bull et bien d autres à côté de grands laboratoires comme ceux de l Ecole Normale Supérieure, de l école Centrale et de l université de Versailles, et va se doter en 2006 d une puissance équivalente à celle de Tera-10. Le CEA profite ainsi au maximum des synergies Recherche, Industrie, Défense pour placer la France au plus haut niveau en matière de calcul haute performance et d informatique de puissance. Dossier de presse CEA «Le supercalculateur TERA 10» 9

10 Introduction à la visite du complexe de calcul Outil exceptionnel au service des concepteurs, physiciens et chercheurs du CEA/DAM, un supercalculateur tel que Tera-10 produit une énorme quantité de résultats qu'il faut stocker, transporter et permettre aux utilisateurs d'explorer et d'analyser sous forme graphique. Ainsi, le centre de calcul comprend, outre Tera-10, un système de stockage de données installé par la société Bull, des réseaux informatiques à très haut débit et un ensemble d'équipements de visualisation incluant des dispositifs de calcul d'images connectés à des dispositifs de visualisation situés à proximité des utilisateurs. L'ensemble de ces équipements sont installés dans un bâtiment souterrain comprenant à la fois les salles machines et les infrastructures permettant d'alimenter et de refroidir ceux-ci. Les simulations effectuées sur Tera-10 sont essentiellement des simulations de phénomènes instationnaires, c'est à dire de phénomènes qui évoluent dans le temps. Ainsi, pendant une simulation qui peut durer plusieurs milliers d'heures et utiliser simultanément plusieurs milliers de processeurs, ce sont plusieurs milliers de "photographies" de la simulation qui sont enregistrées en vue d'analyse. Ces "photographies" enregistrent non seulement la position et la géométrie des objets simulés (comme dans une "vraie" photographie") mais des centaines de paramètres pour chaque élément de simulation. Outre ces données, les logiciels de simulation produisent régulièrement des sauvegardes de leur état afin de pouvoir relancer le calcul en cas d'incident, sans avoir besoin de le reprendre depuis le début. On estime que Tera-10 devrait produire entre 10 et 30 To * de données par jour. Fonctionnement du centre de calcul * 1 To = Go Dossier de presse CEA «Le supercalculateur TERA 10» 10

11 Les principaux équipements informatiques installés dans le centre de calcul autour de Tera-10 Ces données sont conservées temporairement sur l'espace disque d'une capacité de 1 Pétaoctets * de Tera-10. Cet espace disque a été dimensionné pour permettre de disposer directement sur Tera-10 de toutes les données nécessaires aux études en cours. Les données qui ne sont pas utiles à un moment donné sont transférées automatiquement vers le premier niveau du système de stockage de données. Ce niveau composé de près de disques, proches de ceux utilisés dans les PC domestiques, offre une capacité de plus de 4 Pétaoctets et permet de stocker un volume de données équivalent à 6 mois de production de Tera-10. Un système automatique de déplacement de données permet ainsi de conserver sur disque les données produites ou utilisées depuis moins de 6 mois. Les données de plus de 6 mois sont envoyées par ce système sur des robots contenant des bandes magnétiques de grande capacité où les données sont conservées tant qu'elles sont utiles. Au même titre que sur Tera-10, le parallélisme, c'est à dire l'utilisation simultanée de processeurs, permet d'obtenir une puissance de calcul multipliée par rapport à celle possible sur un seul processeur, les disques, tant sur Tera-10 que sur le système de stockage, sont organisés en groupes de disques. Ainsi, en lisant ou en écrivant simultanément sur plusieurs disques on obtient un débit bien supérieur à celui possible sur un seul disque. Par exemple, un logiciel de simulation peut lire ou écrire des données à une vitesse pouvant atteindre 100 Go par seconde sur Tera-10 alors qu'un disque ne dépasse par 40 Mo par seconde. En outre, l'utilisation de disques redondants permet de rendre l'espace disque tolérant aux pannes. Caractéristiques des principaux équipements du centre de calcul Les utilisateurs lancent les simulations sur Tera-10 à partir de leurs bureaux, et grâce à des postes de travail équipés de cartes graphiques haut de gamme peuvent également y travailler à l'exploration et l'analyse de résultats de simulations courantes. Ces moyens sont insuffisants quand il s'agit de travailler sur de très * 1 Po = To = Go Dossier de presse CEA «Le supercalculateur TERA 10» 11

12 grands volumes de données et/ou quand il s'agit de travailler en groupe pour confronter les avis sur une ou plusieurs simulations. Pour répondre à ces besoins, deux types d'équipements sont mis en place. D'une part un supercalculateur graphique capable d'utiliser en parallèle la puissance de cartes graphiques haut de gamme pour calculer des images qui peuvent ensuite être affichées sur un poste de travail, d'autre part des systèmes de visualisation de grande taille (dont un mur d'image) permettant de travailler en équipe sur des images haute résolution produites par un supercalculateur graphique. Enfin, tous les équipements installés dans le centre de calcul sont reliés par un réseau à haut débit utilisant la technologie InfiniBand qui autorise, sur des fibres optiques, un débit de 8 Gbits/seconde par lien. L'utilisation simultanée de plusieurs liens InfiniBand permet d'obtenir les débits nécessaires. Le bâtiment et les infrastructures Tera Les très grands ordinateurs tels que Tera-10 et les équipements informatiques associés nécessitent des salles machines de très grande taille spécialement conçues pour les accueillir et des infrastructures (alimentation électrique, refroidissement) adaptées. Le bâtiment et les infrastructures Tera Dans le cas de Tera-10, la surface totale des salles machines dépasse m2. Ces salles machines ont été conçues pour recevoir des systèmes pouvant consommer jusqu'à 5 MW afin de pouvoir installer en 2009 le successeur de Tera- 10. Pour cela, l'architecture des salles machines a été prévue pour pouvoir installer 5 MW de meubles de climatisation, un faux plancher de 1,2 m permet d'assurer à la fois la distribution de l'air froid et l'installation des câbles informatiques et d'alimentation (90 km pour Tera-10). L'alimentation électrique de Tera-10 (1,8 MW) est sécurisée par des onduleurs permettant de disposer d'une autonomie de 10 mn en cas de coupure de courant EDF. L'intérêt de ce dispositif est de ne pas avoir d'arrêt brutal des équipements informatiques dans le cas, le plus fréquent, de coupures ne dépassant pas quelques minutes. En effet, un arrêt brutal, outre son effet préjudiciable sur la fiabilité des Dossier de presse CEA «Le supercalculateur TERA 10» 12

13 équipements informatiques, peut provoquer une perte de production de quelques heures, durée nécessaire à un redémarrage complet après un arrêt brutal. On peut signaler que la consommation totale du centre de calcul qui dépasse 3 MW a nécessité un renforcement des alimentations EDF du centre. En ce qui concerne le refroidissement, une centrale de production d'eau froide d'une capacité de 5 MW alimente une double boucle d'eau qui dessert l'ensemble des meubles de climatisation du centre de calcul. Ces meubles de climatisation contiennent des échangeurs eau-air et produisent de l'air froid qui est envoyé par des ventilateurs dans les salles machines. Afin de maintenir le refroidissement des équipements en cas de coupure EDF, deux réservoirs sont en permanences remplis d'eau froide, leur capacité permet de refroidir les équipements informatiques pendant les 10 mn d'autonomie des onduleurs, les groupes froids consommant trop pour pouvoir être alimentés par onduleur. Batteries permettant d'assurer une protection contre les pannes de courant Groupe froid de 2 MW Tour aéroréfrigérante associée au nouveau groupe froid Dossier de presse CEA «Le supercalculateur TERA 10» 13

14 Le centre DAM Île de France Le centre DAM Île de France est implanté sur deux sites, en Essonne sur les communes de Bruyères-le-Châtel et d'ollainville, et dans la Marne à Moronvilliers près de Reims. C est l un des quatre centres de la Direction des applications militaires du CEA. Trois grandes missions mobilisent ses 2000 ingénieurs, chercheurs et techniciens : - La conception et la garantie des armes nucléaires, en s appuyant sur le programme Simulation. L enjeu consiste à reproduire par le calcul les différentes phases du fonctionnement d une arme nucléaire, en faisant appel à la physique de base, à la modélisation numérique et à d importants moyens en informatique scientifique. Les logiciels ainsi développés sont validés par des résultats expérimentaux, obtenus essentiellement grâce à la machine radiographique Airix, aux lasers de puissance et aux accélérateurs de particules ; - La lutte contre la prolifération et le terrorisme. Le centre DAM Île de France contribue au programme de garantie du Traité de non prolifération (TNP), notamment avec des laboratoires d analyses accrédités, des moyens de mesures mobiles et des experts internationaux. Il assure l expertise technique française pour la mise en œuvre du Traité d interdiction complète des essais nucléaires (Tice). - L expertise dans deux grands domaines : la maîtrise d œuvre et l assistance à maîtrise d ouvrage pour la construction et le démantèlement d ouvrages complexes ; la surveillance de l environnement et les sciences de la Terre. Le centre a notamment une mission d alerte des autorités civiles en cas de fort séisme. Leader dans le domaine de la simulation et du calcul intensif, le CEA DAM Île de France a créé Teratec, un pôle européen de compétence en Simulation numérique haute performance. Teratec permet de rapprocher tous les acteurs de la simulation : la recherche, l industrie et les entreprises informatiques. Il leur offre un ensemble complet de compétences et de moyens, et notamment l accès à un complexe de calcul d une puissance inégalée. La synergie créée au sein de Teratec contribuera au développement et à l essor de la Simulation numérique haute performance, outil essentiel de la compétitivité des entreprises. Teratec fait partie intégrante du pôle de compétitivité de la région Île-de-France, consacré aux logiciels et systèmes complexes. Par son implication dans ces projets d envergure européenne et mondiale, le CEA DAM Île de France participe au développement de l activité économique régionale, en particulier du bassin de l Arpajonnais, et contribue au rayonnement mondial de la France dans le domaine du calcul intensif. Dossier de presse CEA «Le supercalculateur TERA 10» 14

Le supercalculateur Tera 100 Premier supercalculateur pétaflopique européen

Le supercalculateur Tera 100 Premier supercalculateur pétaflopique européen P. Stroppa Le supercalculateur Tera 100 Premier supercalculateur pétaflopique européen 25 novembre 2010 CONTACTS PRESSE : CEA / Service Information-Media Marie VANDERMERSCH Tél. : 01 64 50 17 16 - marie.vandermersch@cea.fr

Plus en détail

VMWare Infrastructure 3

VMWare Infrastructure 3 Ingénieurs 2000 Filière Informatique et réseaux Université de Marne-la-Vallée VMWare Infrastructure 3 Exposé système et nouvelles technologies réseau. Christophe KELLER Sommaire Sommaire... 2 Introduction...

Plus en détail

HPC by OVH.COM. Le bon calcul pour l innovation OVH.COM

HPC by OVH.COM. Le bon calcul pour l innovation OVH.COM 4 HPC by OVH.COM Le bon calcul pour l innovation 2 6 5 6 2 8 6 2 OVH.COM 5 2 HPC by OVH.COM 6 HPC pour High Performance Computing Utilisation de serveurs et de grappes de serveurs (clusters), configurés

Plus en détail

Détection d'intrusions en environnement haute performance

Détection d'intrusions en environnement haute performance Symposium sur la Sécurité des Technologies de l'information et des Communications '05 Détection d'intrusions en environnement haute performance Clusters HPC Fabrice Gadaud (fabrice.gadaud@cea.fr) 1 Sommaire

Plus en détail

Système de stockage IBM XIV Storage System Description technique

Système de stockage IBM XIV Storage System Description technique Système de stockage IBM XIV Storage System Description technique Système de stockage IBM XIV Storage System Le stockage réinventé Performance Le système IBM XIV Storage System constitue une solution de

Plus en détail

Les systèmes RAID Architecture des ordinateurs

Les systèmes RAID Architecture des ordinateurs METAIS Cédric 2 ème année Informatique et réseaux Les systèmes RAID Architecture des ordinateurs Cédric METAIS ISMRa - 1 - LES DIFFERENTS SYSTEMES RAID SOMMAIRE INTRODUCTION I LES DIFFERENTS RAID I.1 Le

Plus en détail

PROGRAMME FONCTIONNEL RELATIF A L ACHAT D UN CLUSTER DE CALCUL

PROGRAMME FONCTIONNEL RELATIF A L ACHAT D UN CLUSTER DE CALCUL PROGRAMME FONCTIONNEL RELATIF A L ACHAT D UN CLUSTER DE CALCUL I Contexte Le Lycée de Bagnols sur Cèze veut se doter d'un centre de calcul scientifique et de stockage pour la conduite de projets éducatifs

Plus en détail

FormaSciences 2014 «Les énergies du futur»

FormaSciences 2014 «Les énergies du futur» FormaSciences 2014 «Les énergies du futur» Comment récupérer des calories sur un Data Center présentation de J-Louis PERROT le 06/02/2014 Le Centre de Calcul de l IN2P3 du CNRS Le CC IN2P3 est un prestataire

Plus en détail

Etude d architecture de consolidation et virtualisation

Etude d architecture de consolidation et virtualisation BOUILLAUD Martin Stagiaire BTS Services Informatiques aux Organisations Janvier 2015 Etude d architecture de consolidation et virtualisation Projet : DDPP Table des matières 1. Objet du projet... 3 2.

Plus en détail

Retour d'expérience CC-IN2P3

Retour d'expérience CC-IN2P3 Dominique Boutigny Retour d'expérience CC-IN2P3 ANF - Datacentres Le CC-IN2P3 au CNRS Centre de calcul dédié Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules Le CC-IN2P3 centralise

Plus en détail

Réduction des modèles numériques

Réduction des modèles numériques Réduction des modèles numériques Mickaël ABBAS EDF R&D Chef de Projet Méthodes Numériques Avancées Développeur Code_Aster 03 février 2014 Mines ParisTech Plan de la présentation Éléments de contexte industriel

Plus en détail

HEBERGEMENT DANS LE DATACENTER GDC2 DE VELIZY

HEBERGEMENT DANS LE DATACENTER GDC2 DE VELIZY HEBERGEMENT DANS LE DATACENTER GDC2 DE VELIZY Présentation des infrastructures Date: 30/08/2013 Version : 1.0 Toute utilisation ou reproduction même partielle est interdite. Page 1 Sommaire 1. PRESENTATION

Plus en détail

Hubert & Bruno Lundi 12 octobre 2009 SAINT-QUENTIN (02)

Hubert & Bruno Lundi 12 octobre 2009 SAINT-QUENTIN (02) Hubert & Bruno Lundi 12 octobre 2009 SAINT-QUENTIN (02) Ne rien livrer au hasard, c est économiser du travail Pont Sainte Maxence(O C est quoi USB? Comment ça marche? Les standards? La technique en détail

Plus en détail

Plan de secours informatique à chaud, virtualisation, et autres recettes...

Plan de secours informatique à chaud, virtualisation, et autres recettes... Plan de secours informatique à chaud, virtualisation, et autres recettes... Groupe de travail OSSIR 12 mars 2007 http://bruno.kerouanton.net Contexte Vis-à-vis de l'activité de l'entreprise : Un plan de

Plus en détail

FILIÈRE «PHYSIQUE» La formation en un coup d œil. Objectifs. Le programme de cours. Les débouchés. La recherche

FILIÈRE «PHYSIQUE» La formation en un coup d œil. Objectifs. Le programme de cours. Les débouchés. La recherche FILIÈRE «PHYSIQUE» Président: Prof. Marc Haelterman marc.haelterman@ulb.ac.be Vice-président : Prof. Pierre-Etienne Labeau pelabeau@ulb.ac.be La formation en un coup d œil Objectifs Former les étudiants

Plus en détail

Juan ESCOBAR, IR1 Expert en Calcul Intensif. Fonction postulée :

Juan ESCOBAR, IR1 Expert en Calcul Intensif. Fonction postulée : Oral Examen Professionnel PFI 7 Octobre 2008 Juan ESCOBAR, IR1 Expert en Calcul Intensif Fonction postulée : Chef de Projet sur le Support du Code Communautaire Méso-NH Service National Labellisé INSU

Plus en détail

Introduction SIO Utilisation Conclusion Cluster au SIO

Introduction SIO Utilisation Conclusion Cluster au SIO Cluster au SIO ALBERT SHIH 1 1 Observatoire de Paris - Meudon 21 février 2008 Type de «machines» de calcul Mémoire partagée Tous les processeurs accèdent à toute la mémoire avec un même espace d adressage.

Plus en détail

Une solution stockage sécurisée et distribuée au Synchrotron Soleil

Une solution stockage sécurisée et distribuée au Synchrotron Soleil Une solution stockage sécurisée et distribuée au Synchrotron Soleil Informatique Scientifique Groupe Systèmes et Réseaux Division Informatique philippe.martinez@synchrotron-soleil.fr Historique du Synchrotron

Plus en détail

BASE DE DONNÉES ORACLE 11G SUR LE SYSTÈME DE STOCKAGE PILLAR AXIOM. Livre blanc publié par Oracle Novembre 2007

BASE DE DONNÉES ORACLE 11G SUR LE SYSTÈME DE STOCKAGE PILLAR AXIOM. Livre blanc publié par Oracle Novembre 2007 BASE DE DONNÉES ORACLE 11G SUR LE SYSTÈME DE STOCKAGE PILLAR AXIOM Livre blanc publié par Oracle Novembre 2007 BASE DE DONNÉES ORACLE 11G SUR LE SYSTÈME DE STOCKAGE PILLAR AXIOM RESUME Oracle 11g Real

Plus en détail

en version SAN ou NAS

en version SAN ou NAS tout-en-un en version SAN ou NAS Quand avez-vous besoin de virtualisation? Les opportunités de mettre en place des solutions de virtualisation sont nombreuses, quelque soit la taille de l'entreprise. Parmi

Plus en détail

Évaluation Projet MILLE Xterm à la Commission scolaire de Laval. Michael Wybo HEC Montréal

Évaluation Projet MILLE Xterm à la Commission scolaire de Laval. Michael Wybo HEC Montréal Évaluation Projet MILLE Xterm à la Commission scolaire de Laval Michael Wybo HEC Montréal Introduction Ce rapport examine l implantation du projet MILLE Xterm à la Commission scolaire de Laval de la perspective

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

Historique. Évolution des systèmes d exploitation (à travers les âges)

Historique. Évolution des systèmes d exploitation (à travers les âges) Historique Évolution des systèmes d exploitation (à travers les âges) Historique L histoire des systèmes d exploitation permet de dégager des concepts de base que l on retrouve dans les systèmes actuels

Plus en détail

Information quantique

Information quantique Information quantique J.M. Raimond LKB, Juin 2009 1 Le XX ème siècle fut celui de la mécanique quantique L exploration du monde microscopique a été la grande aventure scientifique du siècle dernier. La

Plus en détail

Nos solutions d hébergement mutualisés

Nos solutions d hébergement mutualisés Le choix d un hébergement de qualité est un choix crucial pour la vie de votre site. En effet, le choix des technologies, du prestataire et de sa réactivité influent sur la vitesse de chargement des pages

Plus en détail

Architecture (5) - DISQUES DURS -

Architecture (5) - DISQUES DURS - 1/24 Introduction Structure des données Interfaces Architecture (5) - DISQUES DURS - Pierre Gançarski Université de Strasbourg IUT Robert Schuman DUT Informatique 2/24 Introduction Structure des données

Plus en détail

Windows serveur 2008 installer hyperv

Windows serveur 2008 installer hyperv Windows serveur 2008 installer hyperv 1 Description Voici la description fournit par le site Microsoft. «Windows Server 2008 Hyper-V est le moteur de virtualisation (hyperviseur) fourni dans Windows Server

Plus en détail

PC Check & Tuning 2010 Optimisez et accélérez rapidement et simplement les performances de votre PC!

PC Check & Tuning 2010 Optimisez et accélérez rapidement et simplement les performances de votre PC! PC Check & Tuning 2010 Optimisez et accélérez rapidement et simplement les performances de votre PC! MAGIX PC Check & Tuning 2010 est la solution logicielle complète pour l'analyse, la maintenance et l'accélération

Plus en détail

CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE

CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE Séminaire mi parcours Stock-e 2010 CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE Iyad Balloul Renault Trucks - iyad.balloul@volvo.com Eric Bideaux INSA Lyon - eric.bideaux@insa-lyon.fr Marc Michard LMFA - Marc.Michard@ec-lyon.fr

Plus en détail

Distinguer entre «Enregistrer» et «Sauvegarder»

Distinguer entre «Enregistrer» et «Sauvegarder» Compétence D1.4 IV - : Pérenniser ses données IV Assurer une sauvegarde 33 Compresser / Décompresser un fichier ou un ensemble de fichiers / dossiers 35 A. Assurer une sauvegarde Distinguer entre «Enregistrer»

Plus en détail

vbladecenter S! tout-en-un en version SAN ou NAS

vbladecenter S! tout-en-un en version SAN ou NAS vbladecenter S! tout-en-un en version SAN ou NAS Quand avez-vous besoin de virtualisation? Les opportunités de mettre en place des solutions de virtualisation sont nombreuses, quelque soit la taille de

Plus en détail

Réduction de la consommation énergétique des datacenter : optimisation du conditionnement d air, influence de. l architecture

Réduction de la consommation énergétique des datacenter : optimisation du conditionnement d air, influence de. l architecture Réduction de la consommation énergétique des datacenter : optimisation du conditionnement d air, influence de Orange Labs l architecture David Nörtershäuser, Recherche & Développement Stéphane Le Masson,

Plus en détail

X 30-40 de croissance des données tous les 10 ans 1

X 30-40 de croissance des données tous les 10 ans 1 La croissance exponentielle des données non structurées nécessite de gérer le stockage et de contrôler les coûts autrement. X 30-40 de croissance des données tous les 10 ans 1 40 000 90 % milliards de

Plus en détail

Architecture matérielle des systèmes informatiques

Architecture matérielle des systèmes informatiques Architecture matérielle des systèmes informatiques IDEC, Renens. Version novembre 2003. Avertissement : ce support de cours n est pas destiné à l autoformation et doit impérativement être complété par

Plus en détail

TAI049 Utiliser la virtualisation en assistance et en dépannage informatique TABLE DES MATIERES

TAI049 Utiliser la virtualisation en assistance et en dépannage informatique TABLE DES MATIERES TAI049 Utiliser la virtualisation en assistance et en dépannage informatique TABLE DES MATIERES 1 DECOUVERTE DE LA VIRTUALISATION... 2 1.1 1.2 CONCEPTS, PRINCIPES...2 UTILISATION...2 1.2.1 Formation...2

Plus en détail

Génie Industriel et Maintenance

Génie Industriel et Maintenance Visite du département Génie Industriel et Maintenance Pour qu aucun de ces systèmes ne tombe en panne. Plan de la visite 1 2 3 4 6 5 1 er Etage 7 8 Rez-de-chaussée 1 Laboratoire de recherche Rôles : L

Plus en détail

Depuis 1537, nous pensons que préserver notre patrimoine intellectuel et culturel est vital.

Depuis 1537, nous pensons que préserver notre patrimoine intellectuel et culturel est vital. Depuis 1537, nous pensons que préserver notre patrimoine intellectuel et culturel est vital. Le service d Archivage numérique de la Bibliothèque nationale de France 1. Les enjeux 2. Le système SPAR 3.

Plus en détail

Introduction à l Informatique licence 1 ère année Notes de Cours

Introduction à l Informatique licence 1 ère année Notes de Cours Introduction à l Informatique licence 1 ère année Notes de Cours Philippe Le Parc Mail : leparc@univ-brest.fr Bureau : LC101 Tel : (029801) 6960 Fiche UE (part.1) 2 Plan et planning Début des cours magistraux

Plus en détail

1 LE L S S ERV R EURS Si 5

1 LE L S S ERV R EURS Si 5 1 LES SERVEURS Si 5 Introduction 2 Un serveur réseau est un ordinateur spécifique partageant ses ressources avec d'autres ordinateurs appelés clients. Il fournit un service en réponse à une demande d un

Plus en détail

Leçon 1 : Les principaux composants d un ordinateur

Leçon 1 : Les principaux composants d un ordinateur Chapitre 2 Architecture d un ordinateur Leçon 1 : Les principaux composants d un ordinateur Les objectifs : o Identifier les principaux composants d un micro-ordinateur. o Connaître les caractéristiques

Plus en détail

Network storage solutions

Network storage solutions Network storage solutions Vous avez de sérieux problème de stockage? Vous voulez rendre disponibles, en temps réel, de grandes quantités de données? Votre système d archivage ne répond plus à l exigence

Plus en détail

DATA CENTER. Règles d'ingénierie du Data Center DATA CENTER

DATA CENTER. Règles d'ingénierie du Data Center DATA CENTER Règles d'ingénierie du Data Center SOMMAIRE La problématique La climatisation Les planchers techniques L énergie L urbanisation L industrialisation Conclusion LA PROBLEMATIQUE Rappel sur les Tiers Chaque

Plus en détail

Cours 3 : L'ordinateur

Cours 3 : L'ordinateur Cours 3 : L'ordinateur Abdelkrim Zehioua 2éme année Licence Gestion Faculté des sciences Économiques et sciences de Gestion Université A, Mehri - Constantine 2 Plan du cours 1.Définitions de l'ordinateur

Plus en détail

HEBERGEMENT DANS LE DATACENTER GDC2 DE VELIZY

HEBERGEMENT DANS LE DATACENTER GDC2 DE VELIZY HEBERGEMENT DANS LE DATACENTER GDC2 DE VELIZY Présentation des infrastructures Date: 30/08/2013 Version : 1.0 Toute utilisation ou reproduction même partielle est interdite. Page 1 Sommaire 1. PRESENTATION

Plus en détail

Une nouvelle génération de serveur

Une nouvelle génération de serveur Séminaire Aristote 27 Mars 2013 Une nouvelle génération de serveur Sommaire L'équipe État de l'art et vision Présentation de l'innovation Les points forts de la solution Cas d'usage Questions? 2 L'équipe

Plus en détail

Version de novembre 2012, valable jusqu en avril 2013

Version de novembre 2012, valable jusqu en avril 2013 Pré requis techniques pour l installation du logiciel complet de gestion commerciale WIN GSM en version hyper File en configuration Windows Terminal Serveur Version de novembre 2012, valable jusqu en avril

Plus en détail

Protéger son entreprise avec les solutions Cisco de vidéosurveillance pour les TPE-PME

Protéger son entreprise avec les solutions Cisco de vidéosurveillance pour les TPE-PME Protéger son entreprise avec les solutions Cisco de vidéosurveillance pour les TPEPME Assurer la sécurité physique de l entreprise Vols, vandalisme, dégradations, atteinte à l intégrité des employés, sinistres

Plus en détail

Projet de rapprochement de 2 Systèmes Informatiques dans le cadre de la création du groupe KLESIA

Projet de rapprochement de 2 Systèmes Informatiques dans le cadre de la création du groupe KLESIA Pascal COURTHIAL D de Klésia Projet de rapprochement de 2 Systèmes Informatiques dans le cadre de la création du groupe KLEA Espace Grande Arche Paris La Défense KLEA : ses valeurs et ses «chiffres» Un

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

L activité Datacenter de Cap Ingelec

L activité Datacenter de Cap Ingelec D O S S I E R D E P R E S S E L activité Datacenter de Cap Ingelec SOMMAIRE INTRODUCTION Présentation de l entreprise et chiffres clés... 2/3 L ACTIVITÉ Datacenter Des missions d audit... 4/5 La réhabilitation

Plus en détail

Notre offre PCA/PRA systemes@arrabal-is.com

Notre offre PCA/PRA systemes@arrabal-is.com systemes@arrabal-is.com De plus en plus, le rôle que jouent l'accès à Internet, la messagerie et les logiciels métier, rend essentielle la continuité de l'activité des PME, notamment en cas de panne ou

Plus en détail

EMC DATA DOMAIN HYPERMAX

EMC DATA DOMAIN HYPERMAX EMC DATA DOMAIN HYPERMAX Optimisation du stockage de protection EMC AVANTAGES CLÉS Déduplication évolutive et ultrarapide Jusqu à 58,7 To/h de débit Réduit de 10 à 30 fois le stockage de sauvegarde, et

Plus en détail

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Trouvez des solutions de type cloud éprouvées qui répondent à vos priorités principales Points clés Découvrez les avantages de quatre déploiements en

Plus en détail

PIREGRID le calcul intensif à la portée des PME

PIREGRID le calcul intensif à la portée des PME PIEGID le calcul intensif à la portée des PME Palais Beaumont, 20 octobre 2009 Consortium PIEGID, et les collaborateurs C. Pham http://www.univ-pau.fr/~cpham Laboratoire LIUPPA Université de Pau et des

Plus en détail

LES METIERS DE LA SIMULATION EN ASTROPHYSIQUE

LES METIERS DE LA SIMULATION EN ASTROPHYSIQUE LES METIERS DE LA SIMULATION EN ASTROPHYSIQUE La simulation numérique subit une double évolution, à laquelle notre discipline doit s adapter : elle se professionnalise et elle se dissémine : - Dissémination

Plus en détail

Centre de calcul de l ub

Centre de calcul de l ub Centre de calcul de l ub Formation Présentation et utilisation du cluster de Calcul Antoine Migeon ccub@u-bourgogne.fr Tel : 5205 ou 5270 Le Centre de Calcul de l ub (ccub) Dédié à l enseignement et à

Plus en détail

www.mpihome.com Logiciel d'acquisition de données et de surveillance de process n Une solution clef en main n Fonctionne avec des frontaux VXI et LXI pour des mesures de température, pression, force, accélération,

Plus en détail

PRESENTATION DU STANDARD TIA (Télécommunications Industry Association) 942

PRESENTATION DU STANDARD TIA (Télécommunications Industry Association) 942 PRESENTATION DU STANDARD TIA (Télécommunications Industry Association) 942 YCHE SOMMAIRE Présentation générale Présentation détaillée Périmètre de risques type Criticité d une salle serveurs Points complémentaires

Plus en détail

Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing

Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing Les Clusters Les Mainframes Les Terminal Services Server La virtualisation De point de vue naturelle, c est le fait de regrouper

Plus en détail

Ebauche Rapport finale

Ebauche Rapport finale Ebauche Rapport finale Sommaire : 1 - Introduction au C.D.N. 2 - Définition de la problématique 3 - Etat de l'art : Présentatio de 3 Topologies streaming p2p 1) INTRODUCTION au C.D.N. La croissance rapide

Plus en détail

EMC DATA DOMAIN OPERATING SYSTEM

EMC DATA DOMAIN OPERATING SYSTEM EMC DATA DOMAIN OPERATING SYSTEM Au service du stockage de protection EMC AVANTAGES CLÉS Déduplication évolutive ultrarapide Jusqu à 31 To/h de débit Réduction des besoins en stockage de sauvegarde de

Plus en détail

Fiche de Poste. Responsable du Datacenter et du CCIPL

Fiche de Poste. Responsable du Datacenter et du CCIPL Fiche de Poste Responsable du Datacenter et du CCIPL IDENTITE DU POSTE Intitulé du poste : Responsable du Datacenter et du CCIPL Profil : Catégorie A/A+, Ingénieur de Recherche titulaire ou contractuel

Plus en détail

libérez votre innovation avec l extreme computing CEA/Philippe Stroppa

libérez votre innovation avec l extreme computing CEA/Philippe Stroppa libérez votre innovation avec l extreme computing CEA/Philippe Stroppa Solutions Bull pour l extreme computing Une gamme qui démultiplie votre pouvoir d innovation. De la physique fondamentale à la recherche

Plus en détail

Micro ordinateur & Périphériques Mémoire de masse Disque dur (SOLUTION)

Micro ordinateur & Périphériques Mémoire de masse Disque dur (SOLUTION) Ressources : www.sen-bretagne.net, rubrique VANNES/Télécom&Réseaux/CI4 Traitement num./ Table des matières 1.Introduction...1 2.Constitution...1 3.Lecture et enregistrement...2 3.1.Principe du stockage

Plus en détail

Clusters de PCs Linux

Clusters de PCs Linux Clusters de PCs Linux Benoit DELAUNAY delaunay@in2p3.fr Centre de Calcul de l'in2p3 Plan Historique PC au CCIN2P3. Une première étape. Une réponse à la demande. Une véritable orientation. La place des

Plus en détail

LE RESEAU GLOBAL INTERNET

LE RESEAU GLOBAL INTERNET LE RESEAU GLOBAL INTERNET 1. INTRODUCTION Internet est un réseau international, composé d'une multitude de réseaux répartis dans le monde entier - des réseaux locaux, régionaux et nationaux, ainsi que

Plus en détail

Protection de l'alimentation APC pour solutions Cisco VoIP et téléphonie IP

Protection de l'alimentation APC pour solutions Cisco VoIP et téléphonie IP Note applicative n 50 Protection de l'alimentation APC pour solutions Cisco VoIP et téléphonie IP Introduction Pour garantir une haute disponibilité, tous les systèmes VoIP (voix sur IP) et téléphonie

Plus en détail

Julien MATHEVET Alexandre BOISSY GSID 4. Rapport RE09. Load Balancing et migration

Julien MATHEVET Alexandre BOISSY GSID 4. Rapport RE09. Load Balancing et migration Julien MATHEVET Alexandre BOISSY GSID 4 Rapport Load Balancing et migration Printemps 2001 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 SYNTHESE CONCERNANT LE LOAD BALANCING ET LA MIGRATION... 4 POURQUOI FAIRE DU LOAD BALANCING?...

Plus en détail

Introduction - 1. Structure en mémoire centrale (MC) Fichiers Bases de données

Introduction - 1. Structure en mémoire centrale (MC) Fichiers Bases de données Structure en mémoire centrale (MC) Fichiers Bases de données 2 Principes Stockage des données dans la mémoire volatile d un ordinateur Problèmes Stockage temporaire «Petits» volumes de données Langages

Plus en détail

Niveau 1. Disque 1 Bande 1 Bande 4 Bande 7. Disque 3 Bande 3 Bande 6 Bande 9. Disque 2 Bande 2 Bande 5 Bande 8

Niveau 1. Disque 1 Bande 1 Bande 4 Bande 7. Disque 3 Bande 3 Bande 6 Bande 9. Disque 2 Bande 2 Bande 5 Bande 8 Présentation de la technologie RAID, un article de «Comment ça marche» La technologie RAID (acronyme de Redundant Array of Inexpensive Disks, parfois Redundant Array of Independent Disks, traduisez Ensemble

Plus en détail

ésylog, direction technique Esylog_PeerBackup outil de sauvegarde individuelle mails & fichiers personnels documentation technique

ésylog, direction technique Esylog_PeerBackup outil de sauvegarde individuelle mails & fichiers personnels documentation technique émetteur : ésylog, direction technique Esylog_PeerBackup outil de sauvegarde individuelle mails & fichiers personnels documentation technique référence : Esylog_PeerBackup 2005 le 20 mai 2005 version :

Plus en détail

Le calcul intensif chez PSA Peugeot Citroën. TERATEC 28 juin 2011

Le calcul intensif chez PSA Peugeot Citroën. TERATEC 28 juin 2011 Le calcul intensif chez PSA Peugeot Citroën TERATEC 28 juin 2011 Daniel ZAMPARINI 1 Le calcul intensif chez PSA Peugeot Citroën TERATEC - 28 juin 2011 PSA Peugeot Citroën : éléments clés de la branche

Plus en détail

L A T O U R D E P E I L Z Municipalité

L A T O U R D E P E I L Z Municipalité V I L L E D E L A T O U R D E P E I L Z Municipalité PRÉAVIS MUNICIPAL N 16/2014 le 10 décembre 2014 Concerne : Demande de crédit de Fr. 550'000.-- pour le renouvellement et migration de l infrastructure

Plus en détail

Introduction Big Data

Introduction Big Data Introduction Big Data SOMMAIRE Rédacteurs : Réf.: SH. Lazare / F. Barthélemy AXIO_BD_V1 QU'EST-CE QUE LE BIG DATA? ENJEUX TECHNOLOGIQUES ENJEUX STRATÉGIQUES BIG DATA ET RH ANNEXE Ce document constitue

Plus en détail

Traitement numérique de l'image. Raphaël Isdant - 2009

Traitement numérique de l'image. Raphaël Isdant - 2009 Traitement numérique de l'image 1/ L'IMAGE NUMÉRIQUE : COMPOSITION ET CARACTÉRISTIQUES 1.1 - Le pixel: Une image numérique est constituée d'un ensemble de points appelés pixels (abréviation de PICture

Plus en détail

Les enjeux du stockage de masse sur bande vidéo

Les enjeux du stockage de masse sur bande vidéo Les enjeux du stockage de masse sur bande vidéo et les alternatives 15 mars 2006 1 Rappels sur le travail d archivage Des procédures définies par les organisations internationales Procédures identiques

Plus en détail

--- Le Fusion RX1600Fibre. un stockage partagé haute performance optimisé pour l'édition vidéo

--- Le Fusion RX1600Fibre. un stockage partagé haute performance optimisé pour l'édition vidéo Sonnet Technologies annonce la disponibilité de deux nouvelles solutions de stockage pour les professionnels de la vidéo et du son ; compatibles Mac, PC & Linux. Le Fusion RX1600Fibre Channel. Un système

Plus en détail

FAMILLE EMC VPLEX. Disponibilité continue et mobilité des données dans et entre les datacenters

FAMILLE EMC VPLEX. Disponibilité continue et mobilité des données dans et entre les datacenters FAMILLE EMC VPLEX Disponibilité continue et mobilité des données dans et entre les datacenters DISPONIBILITE CONTINUE ET MOBILITE DES DONNEES DES APPLICATIONS CRITIQUES L infrastructure de stockage évolue

Plus en détail

Plateforme de Calcul Intensif HPC de l lnstitut Pytheas

Plateforme de Calcul Intensif HPC de l lnstitut Pytheas Plateforme de Calcul Intensif HPC de l lnstitut Pytheas M. Libes, C. Pinazo Novembre 2012 Journées du M.I.O La Londe Description du Cluster de calcul! Qu est ce qu un «cluster de calcul»? o Un ensemble

Plus en détail

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES Aristote ----- Cloud Interopérabilité Retour d'expérience L A F O R C E D E L I N N O V A T I O N Résumé Les systèmes d'information logistique (SIL) sont des outils qui amènent des gains de productivité

Plus en détail

Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables. Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets

Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables. Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets Formation de qualité Inépuisable, durable, naturel L avenir est

Plus en détail

Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois (www.sitg.ch)

Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois (www.sitg.ch) REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'intérieur et de la mobilité Service de la mensuration officielle 02.2012 Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois

Plus en détail

Green (?) datacenter. Green Datacenter - TIC et environnement - Institut Mines Telecom - 13 mai 2014, boutherin@lpsc.in2p3.fr

Green (?) datacenter. Green Datacenter - TIC et environnement - Institut Mines Telecom - 13 mai 2014, boutherin@lpsc.in2p3.fr Green (?) datacenter 1 Les enjeux Un datacentre c est quoi? Une baie = 40 à 80 serveurs, ou 240 disques Une baie, deux baies 100 baies, 10 000 baies! Une puissance de traitement/stockage qui donne le vertige!

Plus en détail

Système d archivage Exabuilder. Matinée de veille technologique Argos 22 novembre 2012

Système d archivage Exabuilder. Matinée de veille technologique Argos 22 novembre 2012 Système d archivage Exabuilder Matinée de veille technologique Argos 22 novembre 2012 Exabuilder Qui sommes-nous? Vocabulaire du stockage des données Pourquoi archiver? Les besoins induits Les approches

Plus en détail

Installation du SLIS 4.1

Installation du SLIS 4.1 Documentation SLIS 4.1 Installation du SLIS 4.1 1.3RC2 CARMI PÉDAGOGIQUE - ÉQUIPE «INTERNET» DE L'ACADÉMIE DE GRENOBLE juillet 2013 Table des matières Objectifs 5 I - Prérequis 7 A. Préconisations matérielles...7

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

Fiche Produit. Plateforme de sauvegarde en marque blanche Kiwi Business

Fiche Produit. Plateforme de sauvegarde en marque blanche Kiwi Business Révision d avril 2012 Fiche Produit Plateforme de sauvegarde en marque blanche Kiwi Business La solution Kiwi Business a été spécialement conçue pour répondre aux besoins les plus exigeants en termes de

Plus en détail

Arrêt sur image. La simulation numérique au programme de l industrie

Arrêt sur image. La simulation numérique au programme de l industrie Arrêt sur image La simulation numérique au programme de l industrie Bartosz Dobrzelecki, Oliver Fritz, Peter Lofgren, JÖrg Ostrowski, Ola Widlund L une des grandes vertus de la simulation sur ordinateur

Plus en détail

LE SAN ET LE NAS : LE RESEAU AU SERVICE DES DONNEES

LE SAN ET LE NAS : LE RESEAU AU SERVICE DES DONNEES LE SAN ET LE NAS : LE RESEAU AU SERVICE DES DONNEES Marie GALEZ, galez@cines.fr Le propos de cet article est de présenter les architectures NAS et SAN, qui offrent de nouvelles perspectives pour le partage

Plus en détail

ÉdIteur officiel et fournisseur de ServIceS professionnels du LogIcIeL open Source ScILab

ÉdIteur officiel et fournisseur de ServIceS professionnels du LogIcIeL open Source ScILab ÉdIteur officiel et fournisseur de ServIceS professionnels du LogIcIeL open Source ScILab notre compétence d'éditeur à votre service créée en juin 2010, Scilab enterprises propose services et support autour

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Architecture proposée. 2. Constituants de la solution. 3. Supervision DATA CENTER OPTION SERVICE

SOMMAIRE. 1. Architecture proposée. 2. Constituants de la solution. 3. Supervision DATA CENTER OPTION SERVICE SOMMAIRE DATA CENTER OPTION SERVICE 1. Architecture proposée 2. Constituants de la solution 3. Supervision 1 1 ARCHITECTURE GENERALE 2 Implantation Plan du site et localisation de la salle informatique

Plus en détail

Comment déployer rapidement et à moindre coût des caméras de vidéosurveillance?

Comment déployer rapidement et à moindre coût des caméras de vidéosurveillance? Comment déployer rapidement et à moindre coût des caméras de vidéosurveillance? Olivier Maillard Responsable d Activité Hélène Depardé Chargée de Mission Marketing AnyMAX, Une Société une société du du

Plus en détail

TUTOJRES 2014 Retour d'expérience Datacentre du CC IN2P3,

TUTOJRES 2014 Retour d'expérience Datacentre du CC IN2P3, Centre de Calcul de l Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules Retour d'expérience Datacentre du CC IN2P3, 18 Septembre 2014 Sommaire } Présentation : Activités du DC CCIN2P3

Plus en détail

Etude d une installation de cogénération industrielle

Etude d une installation de cogénération industrielle Etude d une installation de cogénération industrielle Objectif du TD : L objectif de ce TD est l étude et la modélisation sous Thermoptim d une installation de cogénération existante, et l influence des

Plus en détail

FAMILLE EMC VPLEX. Disponibilité continue et mobilité des données dans et entre les datacenters AVANTAGES

FAMILLE EMC VPLEX. Disponibilité continue et mobilité des données dans et entre les datacenters AVANTAGES FAMILLE EMC VPLEX Disponibilité continue et mobilité des données dans et entre les datacenters DISPONIBLITÉ CONTINUE ET MOBILITÉ DES DONNÉES DES APPLICATIONS CRITIQUES L infrastructure de stockage évolue

Plus en détail

Outil de collecte et de traitement des données de production et de distribution

Outil de collecte et de traitement des données de production et de distribution Outil de collecte et de traitement des données de production et de distribution Sifoee, 1 place Louis Chazette 69001 Lyon Tél. : +33 4 82 53 96 77, Fax. : +33 4 82 53 93 29, Web : www.sifoee.com SOMMAIRE

Plus en détail

Variations dynamiques de la puissance consommée dans les centres de données et les salles réseau

Variations dynamiques de la puissance consommée dans les centres de données et les salles réseau Variations dynamiques de la puissance consommée dans les centres de données et les salles réseau Par Jim Spitaels Livre blanc n 43 Révision n 2 Résumé de l étude Les besoins en puissance des centres de

Plus en détail