Quatorzième Séance. La responsabilité du fait des choses

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quatorzième Séance. La responsabilité du fait des choses"

Transcription

1 UNIVERSITE PANTHEON-ASSAS (PARIS II) Année universitaire TRAVAUX DIRIGES - 2ème année de Licence en Droit DROIT CIVIL Cours de Monsieur le Professeur Nicolas MOLFESSIS Distribution : du 10 au 15 mars 2014 Quatorzième Séance La responsabilité du fait des choses I. L émergence du principe général de responsabilité du fait des choses. L examen de la responsabilité du fait des choses sera, au cours de la présente séance, puis ultérieurement, envisagé à diverses reprises. On ne s occupera pas, dans la présente séance, de la loi du 5 juillet 1985, dite Loi Badinter (accidents de véhicules terrestres à moteur), même si certains arrêts concernent les accidents d automobiles (à l époque où ils ont été rendus, semblable loi n existait pas). Au demeurant, l homme peut causer aujourd hui encore bien des dommages avec d autres choses que des véhicules terrestres à moteur. Par exemple avec des bicyclettes. On ne se préoccupera pas non plus, pour l heure, de la responsabilité du fait des produits défectueux, envisagée plus tard. La réflexion doit être centrée sur l article 1384 alinéa 1 er du Code civil et sur la construction édifiée par la jurisprudence à partir de ce texte. L amélioration du sort de la victime d accidents entraînés par l emploi de choses s est manifestée, à l époque de la rédaction du Code civil, au moyen d un procédé du droit de la preuve : la présomption. 1

2 Elle permet à la victime de profiter d un renversement du fardeau de la preuve. Ainsi, parce qu il y a fait d une chose, la responsabilité du gardien de cette chose va être, à certaines conditions, présumée. Et il s agit alors de savoir dans quels cas existe cette présomption et de quelle manière celui sur qui elle pèse, va pouvoir se dégager. Les rédacteurs du Code civil n avaient estimé nécessaire d améliorer la situation de la victime que dans deux cas : - à propos des accidents causés par des animaux (1385) ; - à propos des accidents causés par la ruine d un bâtiment (1386). Au premier alinéa de l article 1384 du Code civil, figurait une disposition de caractère général, ainsi rédigée : «On est responsable non seulement du dommage que l on cause par son propre fait, mais encore de celui est causé par le fait des personnes dont on doit répondre, ou des choses que l on a sous sa garde». Dans l esprit des rédacteurs du Code civil, il s agissait là seulement d une transition servant à annoncer les dispositions suivantes, relatives aux cas de responsabilité du fait d autrui (art. 1384, al. 2 et s. ; on les verra au cours d une séance ultérieure) et aux cas de responsabilité du fait des choses, spécialement prévus par les rédacteurs du Code civil (art et 1386). Toute l évolution jurisprudentielle a consisté, à partir du développement du machinisme et des accidents du fait des choses qui se sont alors multipliés, à améliorer la situation des victimes de dommages dont les causes étaient souvent inconnues, ce qui rendit d autant plus important le renversement de la charge de la preuve. On tenta tout d abord d interpréter largement les exceptions figurant aux articles 1385 et Mais cela ne pouvait suffire. Et c est dans ces conditions que, par l arrêt Teffaine du 11 juin 1896, la jurisprudence a «inventé» au sujet de la responsabilité du fait des choses inanimées (s agissant des animaux, il y avait l art. 1385) un principe général de la responsabilité du fait des choses en le fondant sur l article 1384, alinéa 1 er du Code civil : «On est responsable par le fait des choses que l on a sous sa garde». Règle générale, car désormais, par l effet créateur de la jurisprudence, cette formule cessa d avoir pour seul objet d annoncer les articles 1385 et Elle devint le fondement du principe général de responsabilité du fait des choses. Là-dessus, la jurisprudence a édifié toute une construction. (On pourra ainsi méditer sur la formation progressive d un concept d origine jurisprudentielle). Plusieurs questions devaient en effet être résolues. Au premier rang, il fallait déterminer la nature de la présomption : présomption de faute ou de responsabilité? Dans le premier cas, le gardien peut s exonérer en prouvant son absence de faute ; dans le second, il ne peut s exonérer que par la preuve d une cause étrangère. Le débat a été intense en doctrine. La jurisprudence n a été fixée que par l arrêt Jand heur des Chambres réunies du 13 février Cet arrêt est essentiel et sans doute le plus célèbre de tout le droit de la responsabilité. - Il permet tout d abord d affirmer la généralité de l article 1384 al. 1 er, évitant la casuistique selon que la chose était ou non dirigée par la main de l homme, atteinte 2

3 d un vice propre ou non, dangereuse ou non Selon cet arrêt, «il n est pas nécessaire que la chose ait un vice inhérent à sa nature et susceptible de causer un dommage, l article 1384 al. 1 er rattachant la responsabilité à la garde de la chose et non à la chose elle-même». Ainsi, pour l application de la présomption qu elle édicte, la loi ne distingue pas suivant que la chose qui a causé le dommage était ou non actionnée par la main de l homme. - Il a également pour intérêt d affirmer que l article 1384 al. 1 er pose une présomption de responsabilité. Document 1 : Ch. réunies, 13 février 1930, arrêt Jand heur ; Grands arrêts de la jurisprudence civile, T. II, n 199 ; D. 1930, 1, 57, note Ripert. Cet arrêt doit être connu et bien connu. La suite s ordonne à partir de lui. II. La notion de garde : usage, contrôle, direction. Pour être applicable, l article 1384 al. 1 er requiert un dommage causé par une chose, et un gardien de la chose sur qui pèsera la responsabilité. La garde est la notion centrale, comme l a montré l arrêt Jand heur. La notion a dû être définie. L arrêt Franck, du 2 décembre 1941, a posé les trois critères qui, réunis, font la garde d une chose : l usage, le contrôle, la direction. Est gardien de la chose celui qui a ces trois pouvoirs sur la chose. Le gardien n est donc pas le propriétaire. Il peut l être ; il peut ne pas l être. Il l est sans doute le plus souvent dans les faits. D où une nouvelle présomption simple cette fois : le propriétaire est présumé gardien. Il devra établir qu il a transféré la garde de la chose à un tiers, c est-à-dire prouver qu un autre que lui avait, au moment de la réalisation du dommage, les pouvoirs d usage, de direction et de contrôle de la chose. Ces trois pouvoirs sont donc des pouvoirs de fait et non des pouvoirs de droit sur la chose. Document 2 : Ch. réunies, 2 décembre 1941, arrêt Franck ; Grands arrêts de la jurisprudence civile, T. II, n 200 ; D.P. 1942, 25, note Ripert. L arrêt est presque aussi connu ou doit l être que l arrêt Jand heur. Document 3 : Cass. Civ. 2 ème, 19 juin 2003, Bull. civ. II, n 201. Si un propriétaire transfère à autrui la garde de la chose ou si on lui vole celle-ci, il cesse d être le gardien au moment même où une autre personne le devient. L exemple illustre une règle souvent affirmée et selon laquelle la garde est alternative et non cumulative. Le terme signifie qu à un moment donné une chose ne peut avoir qu un seul gardien. Il n en reste pas moins que la garde peut être exercée concomitamment par plusieurs personnes qui sont alors co-gardiens (souvenez-vous de la gerbe de plomb ou de la balle de tennis ). Document 4 : Cass. Civ. 2 ème, 7 novembre 1988, Bull. civ. II, n

4 De même la jurisprudence a inventé une distinction entre la garde de la structure et la garde du comportement, pour des choses douées, par hypothèse, d une structure (dangereuse). Où l on voit se réintroduire, indirectement, une distinction refoulée par l arrêt Jand heur. Mais cette fois, ces choses peuvent être objet d une garde (en quoi la distinction ne va pas contre l arrêt Jand heur), mais le gardien de la structure ne sera pas le même que le gardien du comportement. On relèvera qu il n y a pas pour autant entorse au caractère non cumulatif de la garde, car à un même moment, il n y a pas deux gardiens de la structure et deux gardiens du comportement, mais bien un seul. Document 5 : Cass. 2 ème sect. civ., 5 janvier 1956, arrêt Oxygène liquide ; D., note Rodière, Grands arrêts de la jurisprudence civile, T. II, n Document 6 : Cass. Civ. 2 ème, 4 février 2010, inédit. Voici donc où l on se trouve : - l article 1384 pose une présomption de responsabilité qui pèse sur le gardien de la chose ; - le gardien est celui qui a les pouvoirs d usage, de direction et de contrôle ; - la chose n importe pas, puisque l article 1384 alinéa 1 er s applique à toutes choses inanimées (ne relevant pas d un régime dérogatoire spécifique). - Le propriétaire est présumé gardien, mais peut avoir transféré la garde. La définition de la garde a soulevé une difficulté particulière s agissant des personnes dépourvues de discernement. Peut-on être gardien sans avoir la faculté de discernement? La direction et le contrôle ne supposent-ils pas la faculté de discerner? Document 7 : - Civ. 28 avril 1947, Grands arrêts de la jurisprudence civile, T. II, n ; - Civ. 2 ème, 18 décembre 1964, Grands arrêts de la jurisprudence civile, T. II, n ; D , concl. Schmelck, note Esmein ; - Ass. Plén. 9 mai 1984, Gabillet, Grands arrêts de la jurisprudence civile, T. II, n ; D , 3 ème arrêt concl. Cabannes, note Chabas. III.- La chose et le fait de la chose. Logiquement, la chose n importe plus depuis l arrêt Jand heur (v. supra). Toutefois, on voit réapparaître dans le régime même de l article 1384 al. 1 er, des distinctions : ainsi, la distinction entre la garde de la structure et la garde du comportement rappelle la distinction ente les choses douées ou non d un dynamisme propre voir les choses dangereuses ou non. (v. supra). De même, une difficulté se pose pour les choses inertes. Les choses inertes, comme toutes les autres, peuvent entraîner la responsabilité de leur gardien. Mais l application de l article 1384 al. 1 er suppose que la chose soit à l origine du dommage : il faut un fait causal de la chose. Or, s agissant des choses inertes, la question a été de savoir si elles peuvent être la cause du dommage. Réponse affirmative. Mais, à partir de quand? La jurisprudence exige qu elles 4

5 aient un rôle actif dans la réalisation du dommage, qu elles soient intervenues dans la réalisation du dommage. Quand y a-t-il rôle actif? Lorsque la chose présente un caractère anormal? On comparera avec l hypothèse de la chose en mouvement. Document 8 : Cass. Civ. 2 ème, 3 février 2011, inédit. Document 9 : Cass. Com. 13 mars 2007, inédit ; RCA 2007, comm IV.- Régime de la responsabilité : une responsabilité de plein droit. Depuis l arrêt Jand heur, la responsabilité qui pèse sur le gardien de la chose est une responsabilité de plein droit. On dit encore qu il est présumé responsable. Cela signifie qu il ne peut s exonérer qu en prouvant une cause étrangère, soit un cas de force majeure, une faute d un tiers ou encore une faute de la victime (on se demandera si celle-ci peut être partiellement exonératoire). La question se pose alors de savoir ce qu est un cas de force majeure : Document 10 : Cass. civ. 2 ème, 21 novembre 2013, pourvoi n Document 11 : Cass. civ. 2 ème, 4 juillet 2013, pourvoi n V.- Sport, acceptation des risques et responsabilité du fait des choses. Document 12 : Cass. Civ. 2 ème, 28 mars 2002 ; D. 2002, 3237, note D. Zerouki ; LPA 4 septembre 2002, p. 8, note J-B. Laydu. Document 13 : Cass. civ. 2ème, 4 novembre 2010, pourvoi n Document 14 : article L du Code du sport issu de la LOI n du 12 mars VI.- Exercice : La fiche étant importante et les documents qui y figurent étant essentiels, ce qui implique qu il faut les connaître et les avoir compris, l exercice proposé consiste à : - faire les fiches d arrêt - pour les documents : 1, 3, 4, 5, 7 (Gabillet), 8, 9, 11 et 13 (on n oubliera pas, pour ce document, de le rapporter au document 14). 1) faire un état des questions qui marque les intérêts de la décision, par rapport au problème soulevé et aux évolutions de la jurisprudence (antérieure et postérieure). 2) faire un court résumé de l arrêt 5

6 Exemple : sur le document 2. Ch. réunies, 2 décembre ) Points à étudier (état des questions) - la notion de garde - la distinction de la garde matérielle et de la garde juridique (débat, portée) - les critères de la garde : usage, contrôle et direction - l explication de ces critères - le devenir de ces critères, notamment avec l objectivation de la notion et avec la distinction de la garde de la structure et de la garde du comportement (document 7) - la présomption simple de garde du propriétaire - le transfert de la garde (document 3) 2) Résumé La responsabilité du fait des choses n étant pas attachée à la chose elle-même mais à sa garde (Ch. réunies, 13 février 1930, document 1), il convenait dès lors de définir cette notion. L arrêt Franck fixe les critères de la garde en consacrant la thèse de la garde matérielle, ce dont il résulte que le propriétaire d une chose est seulement présumé en être le gardien. L arrêt définit la garde de la chose, au sens de l article 1384, alinéa 1 er, par la réunion de trois critères cumulatifs : le gardien est celui qui dispose «de l usage, de la direction et du contrôle» de la chose. Partant, la perte de ces pouvoirs sur la chose entraîne la perte de la garde de celle-ci et exclut la présomption de responsabilité édictée par l article 1384, alinéa 1 er. En l espèce, la Cour de cassation décide que l article 1384, alinéa 1 er ne peut fonder la responsabilité du propriétaire de la voiture cause d un accident dès lors qu il en avait perdu l usage, la direction et le contrôle par l effet d un vol. Le propriétaire dépossédé n était plus gardien de la chose et échappait à ce titre à la présomption de responsabilité de l article 1384, alinéa 1 er. La qualité de gardien résulte de l exercice d un pouvoir de fait sur la chose, elle ne requiert donc pas l existence d un titre juridique. C est ainsi qu en l espèce, le voleur de la chose a pu être désigné comme le gardien responsable, malgré son absence de pouvoir juridique sur la chose. La Cour de cassation consacre ainsi la notion de garde matérielle et refoule la notion de garde juridique de la chose, qui liait la garde à l exercice d un pouvoir légitime sur la chose. La conception adoptée permet ainsi au propriétaire de la chose d échapper à l application de l article 1384, alinéa 1 er dès lors qu il peut prouver qu à la date du dommage, il était privé de la possibilité d exercer sur la chose les pouvoirs d usage, de direction et de contrôle. La solution revient donc à admettre qu il pèse sur le propriétaire d une chose une présomption de garde, qu il peut renverser en démontrant, soit qu il a transféré la garde à autrui par un acte juridique, soit qu il en a été indûment privé, comme c était le cas en l espèce. 6

7 Document 1 : Ch. réunies, 13 février 1930, arrêt Jand heur. Document 2 : Ch. réunies, 2 décembre 1941, arrêt Franck. 7

8 Document 3 : Cass. Civ. 2 ème, 19 juin 2003 Attendu, selon l arrêt attaqué (Amiens, 14 septembre 2001), que, le 16 avril 1998, M. X..., tondant la pelouse de M. Y..., s est blessé aux doigts en voulant dégager de l herbe coincée sous la lame de la tondeuse appartenant à ce dernier ; que M. X... a assigné M. Y... en réparation de son préjudice, sur le fondement de l article 1384 du Code civil ; Sur le premier moyen : Attendu que M. Y... fait grief à l arrêt de l avoir déclaré entièrement responsable du dommage subi par M. X... et de l avoir condamné à réparer l intégralité de son préjudice, alors, selon le moyen, qu est gardien de la chose son utilisateur qui, en dehors de tout lien de subordination envers le propriétaire, en a l usage, la direction et le contrôle ; qu en se fondant pour considérer que M. X..., qui selon ses propres constatations tondait la pelouse de M. Y... avec la tondeuse de ce dernier, n était pas gardien de la tondeuse, sur la circonstance exclusive de tout lien de subordination qu il n avait pas été autorisé à se servir de la tondeuse pour son usage personnel, ni à la sortir de la propriété, la cour d appel a violé l article 1384, alinéa 1er, du Code civil ; Mais attendu que l arrêt, après avoir énoncé que le propriétaire d une chose est réputé en avoir la garde, que, bien que la confiant à un tiers, il ne cesse d en être responsable que s il est établi que ce tiers a reçu corrélativement les pouvoirs d usage, de direction et de contrôle de la chose, retient que M. Y... n avait confié sa tondeuse à M. X... que pour un court laps de temps et pour un usage déterminé dans son propre intérêt, que M. X... n avait pas été autorisé à se servir de la tondeuse pour son usage personnel, ni à la sortir de la propriété ; Que de ces constatations et énonciations, la cour d appel a pu déduire que M. Y... était demeuré gardien de la tondeuse ; D où il suit que le moyen n est pas fondé ; Sur le second moyen : Attendu que M. Y... fait grief à l arrêt de l avoir déclaré entièrement responsable du dommage subi par M. X... et de l avoir condamné à réparer l intégralité de son préjudice, alors, selon le moyen, qu en statuant ainsi, sans rechercher si la faute commise par M. X... qui avait approché sa main de la lame de la tondeuse en marche, n était pas de nature à exonérer totalement ou partiellement M. Y... de la responsabilité qu il encourait en sa qualité de gardien, la cour d appel a privé son arrêt de base légale au regard de l article 1384, alinéa 1er, du Code civil ; Mais attendu que le moyen est nouveau, mélangé de fait et de droit et, comme tel, irrecevable ; D où il suit que le moyen n est pas recevable; PAR CES MOTIFS : REJETTE le pourvoi ; Document 4 : Cass. Civ. 2 ème, 7 novembre 1988 Vu l article 1384, alinéa 1er, du Code civil, ensemble l article 1203 de ce Code ; Attendu que lorsque la garde d une chose instrument d un dommage est exercée en commun par plusieurs personnes, chacun des cogardiens est tenu, vis-à-vis de la victime, à la réparation intégrale du dommage ; Attendu, selon l arrêt infirmatif attaqué, qu au cours d un jeu collectif, le mineur X... qui, avec plusieurs enfants, attaquait une baraque défendue par un autre groupe, a été blessé à l oeil par l un des " assiégés ", tous armés de flèches ; que l auteur du jet de flèche n ayant pu être identifié, les consorts X... ont demandé la réparation de leur préjudice à M. Y..., père d un des " assiégés ", et à son assureur, la Mutuelle de la ville de Thann ; que la caisse primaire d assurance maladie de Mulhouse est intervenue à l instance ; 8

9 Attendu que pour débouter les consorts X... de leurs demandes, l arrêt, après avoir retenu que la garde de l instrument du dommage appartenait au groupe des assiégés, énonce que, sur le fondement d une responsabilité collective, la responsabilité d un seul membre du groupe ne pouvait être retenue sans provoquer la mise en cause des autres ; En quoi la cour d appel a violé le texte susvisé; PAR CES MOTIFS, et sans qu il y ait lieu de statuer sur les autres griefs des pourvois : CASSE ET ANNULE. Document 5 : Cass. 2 ème sect. civ., 5 janvier 1956, arrêt Oxygène liquide Vu l article 1384, alinéa 1er du Code civil ; Attendu que la responsabilité du dommage causé par le fait d une chose inanimée est liée à l usage ainsi qu au pouvoir de surveillance et de contrôle qui caractérisent essentiellement la garde ; qu à ce titre, sauf l effet de stipulations contraires valables entre les parties, le propriétaire de la chose ne cesse d en être responsable que s il est établi que celui à qui il l a confiée a reçu corrélativement toute possibilité de prévenir lui-même le préjudice qu elle peut causer ; Attendu qu il résulte de l arrêt confirmatif attaqué que la société "L Oxygène liquide" avait expédié, par voie ferrée, au "Comptoir des carburants" un certain nombre de bouteilles métalliques remplies d oxygène comprimé ; qu à l arrivée en gare, ces bouteilles furent prises en charge par X..., entrepreneur de transports ; qu au cours de leur livraison dans les locaux du comptoir destinataire, l une d elles éclata ; que la cause de cette explosion, en l état de l expertise effectuée, serait restée inconnue, encore qu il n ait point été prouvé, ni même allégué, que l accident fût la conséquence d un acte ou d une circonstance extérieurs à l objet ; que Y..., préposé de X..., ainsi que Z..., employé au service du "Comptoir des carburants" furent blessés par les éclats de la bouteille ; Attendu que, pour débouter lesdites victimes, ensemble les Caisses de sécurité sociale intervenantes de leurs actions en réparation, dirigées, sur la base de l article 1384, alinéa 1er, du Code civil, contre la société "L Oxygène liquide", la Cour d Appel appuie sa décision sur ce motif que "seul, celui qui a la garde matérielle d une chose inanimée peut être responsable de cette chose", ce qui n était pas le cas pour la défenderesse ; Mais attendu qu au lieu de se borner à caractériser la garde par la seule détention matérielle, les juges du fond, devaient, à la lumière des faits de la cause et compte-tenu de la nature particulière des récipients transportés et de leur conditionnement, rechercher si le détenteur, auquel la garde aurait été transférée, avait l usage de l objet qui a causé le préjudice ainsi que le pouvoir d en surveiller et d en contrôler tous les éléments ; Attendu qu en refusant de se déterminer sur ce point, la Cour d appel n a pas mis la Cour de cassation à même d apprécier quel était, en l espèce, le gardien de la chose, au sens de l article visé au moyen ; D où il suit que l arrêt attaqué manque de base légale ; Par ces motifs : Casse et annule les deux arrêts rendus entre les parties par la Cour d Appel de Poitiers le 29 octobre 1952 et les renvoie devant la Cour d Appel d Angers. 9

10 Document 6 : Cass. Civ. 2 ème, 4 février 2010 Sur le moyen unique, pris en sa première branche : Vu l'article 1384, alinéa 1er, du code civil ; Attendu, selon l'arrêt confirmatif attaqué, que le 10 octobre 2003, un incendie s'est déclaré dans la maison d'habitation de M. et Mme X... et l'a endommagée ; qu'une expertise ordonnée en référé ayant établi que l'incendie avait pris naissance dans le sèche-linge de marque Whirlpool, par suite d'un échauffement de cet appareil, M. et Mme X... et leur assureur, la sociéte Les Mutuelles régionales d'assurances devenue société Thelem assurances, ont assigné en responsabilité et réparation la société Sogara, propriétaire du magasin "Carrefour" où ils avaient acquis cet appareil le 13 novembre 1999, et la société Whirlpool France ; Attendu que pour déclarer la société Whirlpool responsable du dommage subi par M. et Mme X... et la condamner à leur payer diverses sommes, l'arrêt énonce qu'il ressort du rapport d'expertise de M. Z... que, s'il est patent que le feu est parti du sèche-linge fabriqué par la société Whirlpool, les causes de ce départ de feu sont ignorées ; qu'aucun vice de l'appareil n'a été mis en évidence ni aucune faute en relation avec l'incendie à l'encontre de M. et Mme X... et de ladite société ; que lorsque la chose à l'origine du dommage a un dynamisme propre et dangereux, ce qui est le cas de ce sèche-linge à la fois chauffant et soufflant, doté d'un dynamisme interne qui lui est propre, et dont les potentialités de mise à feu, selon l'expert, existent au regard de ses effets de chauffe et de ses effets électrostatiques, il est acquis que la responsabilité du fabricant en sa qualité de gardien de la structure peut être mise en cause, et qu'il lui appartient, pour s'exonérer de sa responsabilité, de démontrer l'existence d'un cas fortuit ou de force majeure, ou d'une cause étrangère ; que la société Whirlpool ne rapporte pas cette preuve ; Qu'en statuant ainsi, après avoir relevé que les causes de l'incendie étaient ignorées et que l'appareil était exempt de vices, et alors qu'un sèche-linge, à raison d'une potentialité de mise à feu au regard des effets de chauffe et des effets électrostatiques indissociables des propriétés chauffantes et soufflantes qui le rendent conformes à sa destination, ne constitue pas, de ce seul fait, une chose dotée d'un dynamisme propre et dangereux par nature, la cour d'appel a violé le texte susvisé ; PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur les autres branches du moyen : CASSE ET ANNULE Document 7 : - Civ. 28 avril

11 - Civ. 2 ème, 18 décembre Ass. Plén. 9 mai 1984, Gabillet Document 8 : Cass. Civ. 2 ème, 3 février 2011 Sur le moyen unique tel que reproduit en annexe : Attendu, selon l'arrêt confirmatif attaqué (Aixen-Provence, 6 janvier 2010), que M. Y... a été victime d'une chute dans les locaux de la société Ciffreo Bona (la société) ; qu'il a assigné cette société ainsi que la Caisse des français à l'étranger devant un tribunal de grande instance en réparation des préjudices subis sur le fondement de l'article 1384, alinéa 1er, du code civil ; Attendu que M. Y... fait grief à l'arrêt de le débouter de l'ensemble de ses demandes ; Mais attendu que l'arrêt retient notamment, par motifs propres et adoptés, que la victime ne rapporte pas la preuve d'une défectuosité quelconque relative au revêtement du sol de la société et du lien de causalité pouvant exister entre la chute qu'il allègue et le rôle anormal de la chose ; que le contenu des attestations produites ne permet pas, au regard des 11

12 appréciations seulement générales et non circonstanciées qu'elles contiennent sur le sol litigieux «particulièrement» et «de toute évidence» glissant, d'appréhender avec un degré de certitude suffisant le contexte exact de la chute de M. Y... dont il est par ailleurs établi qu'il se déplaçait avec une béquille dans les locaux de la société ayant été victime, trois semaines et demi auparavant, d'un accident lui ayant occasionné une fracture de la cheville ; qu'en l'absence de tout autre élément de preuve tangible permettant de caractériser l'anomalie du sol ainsi invoquée, les demandes de M. Y... doivent être rejetées ; Qu'en l'état de ces constatations et énonciations, la cour d'appel a pu décider que la victime ne démontrait pas que le sol des locaux de la société, en raison d'un caractère anormal, avait été l'instrument de son dommage ; D'où il suit que le moyen n'est pas fondé ; PAR CES MOTIFS : REJETTE le pourvoi ; Document 9 : Cass. Com. 13 mars 2007 Vu l article 1384, alinéa 1er, du code civil ; Attendu, selon l arrêt attaqué, que le navire Le Laconia, dont le propriétaire armateur était la société Crest international shipping corporation (la société Crest), a fait escale au port du Havre ; que la société Compagnie industrielle maritime (la société CIM), concessionnaire d outillage public au port autonome du Havre, ayant constaté des dommages sur le duc d albe auquel s était amarré le bâtiment, a assigné en indemnisation la société Crest et le capitaine commandant le navire ; Attendu que pour rejeter la demande de la société CIM, l arrêt retient que la société Crest et le capitaine du navire font justement valoir que les dommages constatés après l accostage d un navire ne peuvent être présumés en résulter dès lors que la manoeuvre s est déroulée normalement, que la société CIM ne formule aucune critique à l encontre du jugement en ce qu il a constaté que l accostage s est déroulé dans des conditions normales et que la certitude d un lien de causalité entre l accostage du navire et les dommages constatés sur le duc d albe n est pas établie ; Attendu qu en statuant ainsi, alors que le navire en mouvement entré en contact avec le dispositif d accostage endommagé avait nécessairement contribué au dommage, peu important que la manoeuvre eût été effectuée dans des conditions normales, la cour d appel a violé le texte susvisé ; PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE, ( ) Document 10 : Cass. civ. 2 ème, 21 novembre 2013 Sur le premier moyen, pris en sa première branche : Attendu, selon l'arrêt attaqué (Orléans, 17 septembre 2012), que Mme X... était propriétaire à Montbazon d'une parcelle située sur un éperon rocheux menaçant de s'effondrer à la suite d'un premier effondrement partiel du soubassement en mars 2001 ; qu'à la suite de deux arrêtés de péril et deux rapports d'expertise amiable, la commune a assigné Mme X... devant un tribunal de grande instance afin de mettre à sa charge le coût des travaux qu'elle avait pris en charge rendus nécessaires par l'instabilité de l'éperon rocheux; Attendu que la commune de Montbazon fait grief à l'arrêt de rejeter ses demandes alors, selon le moyen, que le seul fait que le 12

13 propriétaire de la chose n'ait pas conscience de l'imminence possible d'un dommage ne suffit pas à l'exonérer de la responsabilité qui pèse sur lui de plein droit sur le fondement de l'article 1384 du code civil ; que la cour d'appel a elle-même constaté que le syndicat intercommunal pour la surveillance des cavités souterraines et des masses rocheuses instables d'indre-et-loire avait préconisé dès 1997 la purge de blocs en surface, ce dont résultait que le risque hydrique était connu ; qu'en décidant que les fortes pluies survenues au premier trimestre 2001 auraient constitué pour Mme X... une circonstance exonératoire, sans constater que ces pluies, par leur intensité inédite, auraient elles-mêmes été imprévisibles et irrésistibles, la cour d'appel n'a pas légalement justifié sa décision au regard de l'article 1384 du code civil ; Mais attendu que l'arrêt retient que l'intégralité du coteau, comprenant l'éperon rocheux litigieux, a fait l'objet d'une inspection du syndicat intercommunal pour la surveillance des cavités souterraines et des masses rocheuses instables qui a conseillé la purge de certains blocs en surface en raison de l'écaillage de parties de la paroi qui correspondait à une dégradation naturelle du coteau ; que les deux experts qui sont intervenus sont d'accord pour conclure que le seul facteur ayant déclenché l'instabilité du terrain est sans aucun doute possible la saturation en eau du massif rocheux ; que le premier expert a précisé que cette saturation est due à un apport hydrique anormal et très important dans la masse crayeuse que constituait l'éperon tandis que le second expert a expliqué que l'effondrement résulte des effets des fortes pluviométries de ces derniers mois enregistrées sur la région et indiqué que l'éperon s'est révélé une zone sensible d'une part sous l'effet direct des conditions climatiques, mais également du fait de sa position terminale au plateau qui a conduit l'écoulement des eaux d'infiltration dans l'ensemble de la masse crayeuse du coteau vers ce secteur ; que l'expert a également retenu que l'effondrement de l'éperon résulte de l'effondrement du pied de falaise survenu cinq jours plus tôt qui a entrainé l'effondrement de deux murs de soutènement ; que le pied de la falaise qui s'est effondré en premier n'est pas la propriété de Mme X... et que l'expert a relevé que depuis cet effondrement la falaise a reculé et se situe dorénavant uniquement sur les parcelles appartenant à Mme X... ; qu'il résulte de ces observations précises et entièrement concordantes que l'effondrement de la propriété de Mme X... est dû, d'une part, à l'effondrement du pied de la falaise survenu cinq jours avant sur des parcelles qui ne lui appartenaient pas et, d'autre part, à de fortes pluies ayant un caractère anormal qui ont entrainé, sur son fonds, en sus d'infiltrations directes, l'écoulement des eaux d'infiltrations provenant de tous les fonds voisins également composés d'une masse crayeuse compartimentée ; qu'aucun signe précurseur de l'effondrement n'a existé avant le 16 mars 2001 et qu'il était impossible, à cette date, de procéder à des travaux immédiats qui auraient été à la fois dangereux et inutiles ; Que de ces constatations et énonciations, la cour d'appel a pu déduire l'existence d'une cause étrangère, imprévisible et irrésistible exonérant Mme X... de sa responsabilité en qualité de gardienne de l'éperon rocheux ; D'où il suit que le moyen n'est pas fondé ; Et attendu que le premier moyen, pris en sa seconde branche, le deuxième et le troisième moyen ne sont pas de nature à permettre l'admission du pourvoi ; PAR CES MOTIFS : REJETTE le pourvoi ; Document 11 : Cass. civ. 2 ème, 4 juillet 2013 Attendu, selon l'arrêt attaqué, que M. X..., alors qu'il se trouvait le 6 mai 1999 au bord du quai de l'ancienne gare SNCF désaffectée d'aulnat, a été percuté par un train ; que blessé, il a, après expertise médicale ordonnée en référé, assigné la SNCF, en présence de la caisse primaire d'assurance maladie du Puy-de-Dôme, afin d'obtenir la réparation de ses divers chefs de préjudices ; 13

14 Sur le premier moyen : Attendu que la SNCF fait grief à l'arrêt de la déclarer responsable de l'accident subi par M. X..., et de la condamner à réparer les préjudices en résultant dans la limite de 20 % de leur montant, alors, selon le moyen, que la force majeure exonératoire de responsabilité de la SNCF est caractérisée lorsque la victime a eu la volonté de produire le dommage auquel elle s'est exposée volontairement ; qu'en l'espèce, la cour d'appel qui, après avoir constaté les éléments suivants : position de la victime jambes pendantes au bord du quai d'une gare ouvert au passage d'un train pouvant survenir à tout moment, absence de réaction lorsque le conducteur du train avait actionné l'avertisseur sonore, ingestion d'un tube entier de Lexomil la nuit du 4 mai, appel des pompiers par l'épouse le matin du 6 mai et enfermement dans une pièce avec un couteau ce même 6 mai, n'en a pas déduit que M. X... s'était volontairement exposé au dommage qu'il avait subi, de sorte que la force majeure exonératoire de responsabilité pour la SNCF était caractérisée, a omis de tirer les conséquences légales qui s'induisaient de ses propres constatations au regard de l'article 1384, alinéa 1er, du code civil ; Mais attendu que l'arrêt retient que l'accident était survenu dans une gare désaffectée qui ne comportait aucun dispositif, aucune signalétique ni aucun système empêchant d'entrer dans l'enceinte de la gare et d'accéder au bord du quai ; que la présence possible d'un piéton au comportement imprudent au bord du quai n'était pas imprévisible ; que l'exonération totale de responsabilité revendiquée par la SNCF ne pouvait se justifier qu'en présence d'une faute de la victime assimilable à un cas de force majeure, caractérisée lorsque la victime a eu la volonté de produire le dommage auquel elle s'est exposée, la SNCF ne pouvant se voir reprocher de ne pas prendre toutes mesures rendant impossible l'action volontaire de la victime à l'origine de son dommage ; que, pour prétendre échapper à toute responsabilité et obligation indemnitaire, la SNCF s'attachait à soutenir que M. X... aurait eu une intention suicidaire ; que, cependant, il était établi que M. X... était assis au bord du quai, lorsqu'à une centaine de mètres de distance, le conducteur du train qui arrivait l'ayant vu avait alors fait usage à plusieurs reprises de l'avertisseur sonore afin de signaler son approche ; que M. X... n'avait eu aucune réaction ; que, réalisant que le train ne pourrait pas passer sans accrocher la personne restant dans cette position, le conducteur avait immédiatement fait usage du système de freinage d'urgence ; que, toutefois, le train avait heurté M. X..., parcourant environ 500 mètres, distance inéluctable, avant de parvenir à une immobilisation totale ; qu'il était évident qu'un freinage intervenu quelques secondes plus tôt n'aurait en rien permis de prévenir l'accident ou d'en limiter les conséquences ; que le comportement de la victime, resté passif, assis sur le bord du quai à proximité d'une voie apparemment relativement peu fréquentée, les jambes pendantes, ne pouvait être assimilé à celui d'une personne qui, ayant la volonté d'attenter à ses jours, vient se jeter sous un train à son passage ; que la thèse du suicide était d'ailleurs contredite par les éléments médicaux du dossier ; que les psychiatres qui avaient examiné M. X..., dans les semaines qui avaient suivi l'accident, avaient indiqué de manière catégorique que les événements du jeudi 6 mai dans la matinée ne permettaient pas de retenir la thèse d'un réel désir de se donner la mort ou celle d'une tentative de suicide ; qu'il résultait des pièces versées aux débats que M. X... était dans un état de grande détresse depuis au moins 48 heures avant l'accident ; que, dans ses déclarations recueillies le 25 juin 1999 par les services de police, M. X... indiquait qu'il se trouvait dans une période de grande fatigue physique et surtout morale ; qu'il s'était rendu chez son médecin traitant qui lui avait prescrit du Lexomil à prendre à raison d'un comprimé le soir ; que, dans la nuit du 4 mai, il avait avalé la totalité du tube, avait dormi toute la journée du lendemain, 5 mai, et la nuit du 5 au 6 mai ; que, depuis le matin du 6 mai, il ne se souvenait plus de rien ; que, selon les informations données par son épouse, il s'était levé à 10 heures, avait souhaité prendre l'air alors qu'il était très énervé ; que son épouse avait appelé le médecin traitant et, sur les conseils de ce dernier, avait alerté les pompiers qui étaient intervenus, mais n'avaient pas pu le prendre en charge en l'absence de certificat médical d'un médecin ; qu'il était parti seul à pied, ne se souvenant plus dans quelle direction ni comment il s'était retrouvé sur le quai ; que le fait de s'être enfermé le matin du 14

15 6 mai dans une pièce de son domicile avec un couteau dénotait certes l'état de confusion mentale dans lequel se trouvait M. X..., sans concrétiser pour autant l'hypothèse d'une tentative suicidaire qui n'avait pas eu lieu et qu'il contestait ; qu'ainsi, les éléments de la force majeure qui pourraient permettre l'exonération totale de responsabilité de la SNCF n'étaient pas réunies ; que, néanmoins, il était amplement démontré une faute d'imprudence particulièrement grave de la victime, assise les jambes pendantes au bord d'un quai ouvert au passage de trains, pouvant survenir à tout moment et sans faculté d'évitement compte tenu des distances inéluctables d'arrêt d'un train, de l'ordre de plusieurs centaines de mètres après le début du freinage ; qu'étant en lien de causalité avec le dommage, cette faute exonérait partiellement le gardien, dans une proportion importante qu'il convenait de fixer en l'espèce à 80 %, la part de responsabilité incombant à la SNCF devant être limitée à l'indemnisation de 20 % des dommages subis par M. X... ; Que de ces constatations et énonciations procédant de son appréciation souveraine de la valeur et de la portée des éléments de preuve, la cour d'appel a pu déduire que la SNCF ne s'exonérait pas de sa responsabilité du dommage causé par le fait du train dont elle avait la garde par l'effet d'un événement de force majeure imprévisible et irrésistible, et statuer comme elle l'a fait sur l'indemnisation demeurant à sa charge par suite de la faute commise par la victime ; D'où il suit que le moyen n'est pas fondé ; Mais sur le second moyen : Vu les articles 4 et 5 du code de procédure civile ; Attendu que pour condamner la SNCF à payer à M. X... la somme de ,72 euros, outre intérêts au taux légal à compter de l'arrêt, l'arrêt, après avoir procédé aux calculs des sommes perdues par la victime au titre des postes de préjudice des pertes de gains professionnels futurs et de l'incidence professionnelle, énonce que le montant global indemnisant ces préjudices s'élève à la somme de ,30 euros, dont à déduire la somme de ,25 euros correspondant au montant des sommes versées au titre de ce poste par le tiers payeur, faisant ressortir une somme effectivement perdue de ,05 euros avant application du partage de responsabilité, et une somme due en définitive à la victime de ,86 euros, aucune somme ne revenant au tiers payeur ; Qu'en statuant ainsi, alors que selon les productions, M. X... avait demandé, au titre de ces deux postes de préjudice, la somme globale de euros, la cour d'appel a violé les textes susvisés ; PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu'il a condamné la SNCF à payer à M. X... la somme de ,72 euros, outre intérêts au taux légal à compter de l'arrêt, l'arrêt rendu le 23 mai 2012, entre les parties, par la cour d'appel de Riom ; remet, en conséquence, sur ce point, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Bourges ; Document 12 : Cass. Civ. 2 ème, 28 mars 2002 Vu l article 1384, alinéa 1er, du Code civil ; Attendu, selon l arrêt attaqué, que la mineure Dounia X..., participant à un jeu collectif improvisé inspiré du base-ball, a été blessée à l oeil droit par une balle de tennis relancée en sa direction par le jeune Mohamed Y... au moyen d une raquette de tennis tenant lieu de batte de base-ball ; Attendu que pour rejeter l action en réparation de M. Omar X..., ès qualités d administrateur légal des biens de sa fille Dounia, la cour d appel a, par motifs propres et adoptés, retenu que l usage commun de la balle de tennis, instrument du dommage, n autorisait pas la joueuse blessée à réclamer réparation sur le fondement du texte susvisé; 15

16 Qu en statuant ainsi, tout en constatant que la balle de tennis avait été projetée vers la victime par le moyen d une raquette de tennis dont le jeune Mohamed Y... avait alors l usage, la direction et le contrôle, ce dont il résultait que la raquette avait été l instrument du dommage, la cour d appel a violé le texte susvisé ; Sur les deuxième et troisième branches du moyen : Vu l article 1384, alinéa 1er, du Code civil ; Attendu que pour rejeter l action en réparation de M. Omar X..., la cour d appel a, par motifs propres et adoptés, retenu encore qu en participant à ce jeu, la jeune Dounia avait accepté les risques qu il comportait, circonstance excluant l application à son profit du texte susvisé ; Qu en statuant ainsi, alors qu elle a constaté par ailleurs que le dommage s est produit à l occasion d un jeu improvisé par des mineurs, et non dans le cadre d une compétition sportive, la cour d appel n a pas donné de base légale à sa décision ; Par ces motifs : CASSE ET ANNULE, ( ) Document 13 : Cass. civ. 2ème, 4 novembre 2010 Sur le moyen unique, pris en sa quatrième branche : Vu l'article 1384, alinéa 1er, du code civil ; Attendu que la victime d'un dommage causé par une chose peut invoquer la responsabilité résultant de l'article 1384, alinéa 1er, du code civil, à l'encontre du gardien de la chose, instrument du dommage, sans que puisse lui être opposée son acceptation des risques ; Attendu, selon l'arrêt attaqué, rendu sur renvoi après cassation (2e Civ., 4 janvier 2006, Bull. 2006, II, n 1) que M. X..., alors qu'il pilotait une motocyclette au cours d'une séance d'entraînement sur un circuit fermé, a été heurté par la motocyclette conduite par M. Y..., dont le moteur appartenait à la société Suzuki France et les autres éléments à la société Bug'Moto ; que, blessé, il a assigné M. Y..., la société Suzuki France, la société Bug'Moto, le GIAT Team 72, préparateur de la moto de M. Y..., en indemnisation, en présence de la caisse primaire d'assurance maladie de Paris et de la caisse régionale d'assurance maladie d'ile-de- France, tiers payeurs ; Attendu que pour débouter M. X... de ses demandes, l'arrêt retient que l'accident est survenu entre des concurrents à l'entraînement, évoluant sur un circuit fermé exclusivement dédié à l'activité sportive où les règles du code de la route ne s'appliquent pas, et qui avait pour but d'évaluer et d'améliorer les performances des coureurs ; que la participation à cet entraînement impliquait une acceptation des risques inhérents à une telle pratique sportive ; Qu'en statuant ainsi, par des motifs inopérants, la cour d'appel a violé le texte susvisé ; PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur les autres branches du moyen : CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l'arrêt rendu le 17 mars 2008, entre les parties, par la cour d'appel de Paris ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Versailles ; 16

17 Document 14 : article L du Code du sport issu de la LOI n du 12 mars 2012 (art. 1) Les pratiquants ne peuvent être tenus pour responsables des dommages matériels causés à un autre pratiquant par le fait d'une chose qu'ils ont sous leur garde, au sens du premier alinéa de l'article 1384 du code civil, à l'occasion de l'exercice d'une pratique sportive au cours d'une manifestation sportive ou d'un entraînement en vue de cette manifestation sportive sur un lieu réservé de manière permanente ou temporaire à cette pratique. 17

18 18

19 19

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 10-11628 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 28 mars 2013 N de pourvoi: 12-17548 ECLI:FR:CCASS:2013:C200477 Publié au bulletin Cassation Mme Flise (président), président Me Balat, SCP Odent

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du jeudi 17 février 2011 N de pourvoi: 09-70802 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Foussard, SCP Coutard, Mayer et

Plus en détail

N 03-30038 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 03-30038 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR DE CASSATION N 03-30038 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. CANIVET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Mme MATHIA Avocat général : Mme BARRAIRON Assemblée Plénière Arrêt du 24 Juin 2005 LA COUR

Plus en détail

Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux poudres en matière d appréciation de la faute intentionnelle

Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux poudres en matière d appréciation de la faute intentionnelle Cass. civ. 2 e, 30 avril 2014, n 13-16.901 Contrat d assurance Droit commun Faute intentionnelle Exclusion conventionnelle de garantie Validité de la clause Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux

Plus en détail

sur 5 10/12/2014 10:31

sur 5 10/12/2014 10:31 Références Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du jeudi 13 novembre 2014 N de pourvoi: 13-24027 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président Me Foussard, SCP Piwnica et Molinié,

Plus en détail

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11]

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] Références du document 7I-1-11 Date du document 06/10/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 7 I-1-11 N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 COUR DE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 17 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25265 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/03/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 28 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66255 Publié au bulletin Cassation Mme Favre, président M. Le Dauphin, conseiller apporteur

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 10-28344 ECLI:FR:CCASS:2013:C300496 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve

Plus en détail

Cour de cassationchambre mixterejet28 novembre 2008N 06-12.307Bulletin 2008, Chambre mixte, n 3 République française

Cour de cassationchambre mixterejet28 novembre 2008N 06-12.307Bulletin 2008, Chambre mixte, n 3 République française Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre mixte 28 novembre 2008 n 06-12.307 Publication :Bulletin 2008, Chambre mixte, n 3 Citations Dalloz Codes : Code civil, art. 1147 Code de la consommation,

Plus en détail

N 05 / 08. du 21.02.2008. Numéro 2479 du registre.

N 05 / 08. du 21.02.2008. Numéro 2479 du registre. N 05 / 08. du 21.02.2008. Numéro 2479 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt et un février deux mille huit. Composition: Marc SCHLUNGS, président

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 23 juin 2010 N de pourvoi: 09-14592 Publié au bulletin Cassation M. Charruault, président M. Falcone, conseiller apporteur M. Sarcelet,

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 7 I-1-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 7 I-1-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 7 I-1-11 COUR DE CASSATION CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE ARRETS DU 31 JANVIER 2006 (n 150 FS-P+B ; Bull. Civ.

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

Mme Aldigé (conseiller doyen faisant fonction de président), président

Mme Aldigé (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 2 juillet 2015 N de pourvoi: 14-19078 ECLI:FR:CCASS:2015:C201118 Non publié au bulletin Rejet Mme Aldigé (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

D où il suit qu il n y a pas lieu de la renvoyer au Conseil constitutionnel ;

D où il suit qu il n y a pas lieu de la renvoyer au Conseil constitutionnel ; Conducteur Faute ayant pour effet de limiter ou d exclure l indemnisation de ses dommages - Art. 4 de la loi du 5 juillet 1985 - Constitutionnalité - QPC Cass. 2è civ., 10 novembre 2010, N de pourvoi:

Plus en détail

Obs. : Rappel : la victime, titulaire d une action directe, n a pas à déclarer sa créance au passif de la procédure collective.

Obs. : Rappel : la victime, titulaire d une action directe, n a pas à déclarer sa créance au passif de la procédure collective. ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 32 SEPT - OCT 2013 Cass. Com. 18 juin 2013, n 12-19.709 Assurance de responsabilité civile Faute inexcusable de l employeur Procédure

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 octobre 2012 N de pourvoi: 11-19981 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Jacoupy, SCP Richard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B CIV. 2 CM COUR DE CASSATION Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président Pourvoi n o J 13-10.134 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

Cour de cassation, civile, Chambre civile 2, 27 mars 2014, 13-16.126, Inédit Legifra...

Cour de cassation, civile, Chambre civile 2, 27 mars 2014, 13-16.126, Inédit Legifra... Page 1 sur 5 Références Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du jeudi 27 mars 2014 N de pourvoi: 13-16126 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Baraduc, Duhamel

Plus en détail

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler Cass. crim., 18 mars 2014, n 12-83.274 Assurance automobile Offre d indemnité Pénalité en cas d offre tardive et insuffisante Doublement du taux de l intérêt légal Absence de demande d indemnisation de

Plus en détail

SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 14 juin 2012 N de pourvoi: 11-13347 11-15642 Publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Nicolaý, de Lanouvelle

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président. CIV. 1 JL COUR DE CASSATION Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président Pourvoi n o J 13-14.642 Arrêt n o F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 33 NOV - DEC 2013

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 33 NOV - DEC 2013 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 33 NOV - DEC 2013 Cass. civ. 2, 3 octobre 2013, n 12-24957 Assurance vie ; Fiscalité ; Droits de succession (CGI, art. 757 B) ; Information

Plus en détail

Cour de cassation 1re chambre civile Cassation partielle 10 juillet 2013 N 12-21.314 Publié au bulletin

Cour de cassation 1re chambre civile Cassation partielle 10 juillet 2013 N 12-21.314 Publié au bulletin Jurisprudence Cour de cassation 1re chambre civile 10 juillet 2013 n 12-21.314 Publication : Publié au bulletin Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation 1re chambre civile Cassation partielle 10 juillet

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 10 mars 2015 N de pourvoi : 13-19.445 ECLI:FR:CCASS:2015:C300275 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président Me Blondel, Me Le

Plus en détail

(A propos de Cass. 2 e civ., 5 mars 2015, n 14-10.842)

(A propos de Cass. 2 e civ., 5 mars 2015, n 14-10.842) La demande de la victime d'un accident de la circulation tendant à la condamnation de l'assureur au paiement des intérêts au double du taux légal n'a pas le même objet que celle tendant à l'indemnisation

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Waquet, Farge et Hazan, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Waquet, Farge et Hazan, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 avril 2010 N de pourvoi: 09-11667 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 4 février 2015 Cassation Mme BATUT, président. Arrêt n o 126 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 4 février 2015 Cassation Mme BATUT, président. Arrêt n o 126 F-P+B CIV. 1 CF COUR DE CASSATION Audience publique du 4 février 2015 Cassation Mme BATUT, président Pourvoi n o R 13-27.505 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 10 septembre 2015 N de pourvoi: 14-17772 Publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président Me Le Prado, SCP Boutet-Hourdeaux, avocat(s)

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 29 octobre 2014 Cassation Mme BATUT, président. Arrêt n o 1260 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 29 octobre 2014 Cassation Mme BATUT, président. Arrêt n o 1260 F-P+B CIV. 1 CB COUR DE CASSATION Audience publique du 29 octobre 2014 Cassation Mme BATUT, président Pourvoi n o U 13-23.506 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky, Vexliard et Poupot, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky, Vexliard et Poupot, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du mardi 15 septembre 2015 N de pourvoi: 13-24.726 13-25.229 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky,

Plus en détail

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 Jurisprudence Cour de cassation Chambre commerciale 30 mars 2010 n 09-14.287 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 République française

Plus en détail

Cour de cassation3ème chambre civilerejet16 mars 2011N 10-10.503Bulletin 2011, III, n 36 République française

Cour de cassation3ème chambre civilerejet16 mars 2011N 10-10.503Bulletin 2011, III, n 36 République française Dalloz jurisprudence Cour de cassation 3ème chambre civile 16 mars 2011 n 10-10.503 Publication :Bulletin 2011, III, n 36 Citations Dalloz Codes : Code civil, art. 1116 Code civil, art. 1116 Revues : Actualité

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 9 juin 2011 N de pourvoi: 09-69923 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault, président M. Jessel, conseiller rapporteur Mme Petit

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt novembre deux mille huit.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt novembre deux mille huit. N 52/ 08. du 20.11.2008. Numéro 2554 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt novembre deux mille huit. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

SCP Nicolaÿ, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Nicolaÿ, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation Chambre civile 1 Audience publique du 5 février 2014 N de pourvoi: 12-25748 ECLI:FR:CCASS:2014:C100117 Publié au bulletin Cassation M. Charruault, président M. Vitse, conseiller apporteur

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 15 décembre 2011 N de pourvoi: 10-10585 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Bouthors, Me Le Prado, SCP Blanc et Rousseau,

Plus en détail

Mme Aldigé (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Aldigé (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 02/07/2014 Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 juin 2014 N de pourvoi: 13-17452 ECLI:FR:CCASS:2014:C201037 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Aldigé (conseiller

Plus en détail

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 5 septembre 2012 N de pourvoi: 11-14108 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky

Plus en détail

Société PACIFICA / SociétéNationale des Chemins de fer Français. Conclusions du Commissaire du Gouvernement.

Société PACIFICA / SociétéNationale des Chemins de fer Français. Conclusions du Commissaire du Gouvernement. N 3945 - Conflit négatif Société PACIFICA / SociétéNationale des Chemins de fer Français Séance du 10 mars 2014. Conclusions du Commissaire du Gouvernement. Le 16 juin 2008 M. Joël L. était mortellement

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 mai 2010 N de pourvoi: 09-10620 Non publié au bulletin Cassation M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent,

Plus en détail

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694...

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694... Page 1 sur 5 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 31 mars 2011 N de pourvoi: 09-69963 Publié au bulletin M. Charruault, président Mme Richard, conseiller rapporteur Mme Falletti,

Plus en détail

Séance 5 : Les exclusions de risques : la faute volontaire. Arrêt à commenter : Cour de cassation, deuxième chambre civile, 12 juin 2014, n 13.

Séance 5 : Les exclusions de risques : la faute volontaire. Arrêt à commenter : Cour de cassation, deuxième chambre civile, 12 juin 2014, n 13. Séance 5 : Les exclusions de risques : la faute volontaire Arrêt à commenter : Cour de cassation, deuxième chambre civile, 12 juin 2014, n 13.15836 Attendu, selon l'arrêt attaqué (Poitiers, 18 janvier

Plus en détail

INTRODUCTION... 3 I. EPOUX SEPARES DE BIENS ET GESTION PATRIMONIALE... 3 II. EPOUX SEPARES DE BIENS ET ACCESSION IMMOBILIERE... 6

INTRODUCTION... 3 I. EPOUX SEPARES DE BIENS ET GESTION PATRIMONIALE... 3 II. EPOUX SEPARES DE BIENS ET ACCESSION IMMOBILIERE... 6 Fiche à jour au 2 janvier 2011 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Diplôme : Master 1, 1 er semestre Matière : Droit civil, Régimes matrimoniaux Web-tuteur : Guillaume Gardet SEANCE N 10 LA SEPARATIION DE BIIENS

Plus en détail

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 6 septembre 2011 N de pourvoi: 10-12931 Non publié au bulletin Cassation M. Lacabarats (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard,

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 13 décembre 2012 N de pourvoi: 11-19098 Publié au bulletin Cassation M. Charruault (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mardi 12 janvier 2016 N de pourvoi: 13-26318 Publié au bulletin Cassation partielle M. Frouin (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP

Plus en détail

SEANCE N 6 : LES EFFETS DU DIVORCE

SEANCE N 6 : LES EFFETS DU DIVORCE CENTRE JURIDIQUE FRANCO-ALLEMAND Universität des Saarlandes Postfach 15 11 50 66041 Saarbrücken TRAVAUX DIRIGES DE DROIT CIVIVL : LA FAMILLE Cours de Mme CHATEAU, TD De M. SCHIFFLER Année universitaire

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, quatorze juillet deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, quatorze juillet deux mille onze. N 52 / 11. du 14.7.2011. Numéro 2875 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, quatorze juillet deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-10270 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et

Plus en détail

Me Balat, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Boulloche, SCP Odent et Poulet, SCP Ortscheidt, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s)

Me Balat, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Boulloche, SCP Odent et Poulet, SCP Ortscheidt, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 22 novembre 2012 N de pourvoi: 11-19523 11-19806 Non publié au bulletin Cassation Mme Flise (président), président Me Balat, SCP Boré et Salve de

Plus en détail

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 12/03/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 27 février 2013 N de pourvoi: 11-23228 ECLI:FR:CCASS:2013:C100166 Publié au bulletin Rejet M. Pluyette (conseiller doyen faisant

Plus en détail

OBLIGATION D INFORMATION DU MEDECIN DANS LA JURISPRUDENCE RECENTE MOYEN D INDEMNISER LES VICTIMES

OBLIGATION D INFORMATION DU MEDECIN DANS LA JURISPRUDENCE RECENTE MOYEN D INDEMNISER LES VICTIMES OBLIGATION D INFORMATION DU MEDECIN DANS LA JURISPRUDENCE RECENTE MOYEN D INDEMNISER LES VICTIMES A l occasion de l exercice de sa profession, le médecin est soumis aux obligations définies par la loi,

Plus en détail

Au nom du peuple français REJET du pourvoi formé par : Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre criminelle

Au nom du peuple français REJET du pourvoi formé par : Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre criminelle Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre criminelle 3 avril 1995 n 93-81.569 Publication :Bulletin criminel 1995 N 142 p. 397 Citations Dalloz Codes : Code de procédure fiscale, art. l. 103 Revues

Plus en détail

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 3 novembre 2011 N de pourvoi: 10-19572 Publié au bulletin Cassation partielle sans renvoi M. Loriferne (président), président SCP Baraduc et Duhamel,

Plus en détail

Les fondements de la responsabilité civile délictuelle

Les fondements de la responsabilité civile délictuelle Les fondements de la responsabilité civile délictuelle Par Amandine Assaillit Octobre 2006 La responsabilité civile délictuelle est un procédé juridique permettant la mise en œuvre de la responsabilité

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 10-23521 Publié au bulletin Cassation M. Lacabarats (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Gatineau et

Plus en détail

L essentiel de l Officiel

L essentiel de l Officiel LA FIN DE L «AUTOLICENCIEMENT» Décision de la Cour de cassation Cour de cassation Chambre sociale Décisions n 01-42-335, n 01-43-578, n 01-42-679, 01-40-235, n 01.41-150 Arrêts n 1780, n 1782, n 1783,

Plus en détail

Mme Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 mai 2012 N de pourvoi: 10-15238 Publié au bulletin Mme Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président SCP Bouzidi et Bouhanna,

Plus en détail

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES 1 A. RESPONSABILITE PENALE Article 121-2 Les personnes morales, à l'exclusion de l'etat, sont responsables pénalement,

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, cinq mai deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, cinq mai deux mille onze. N 30 / 11. du 5.5.2011. Numéro 2854 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, cinq mai deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente de

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du jeudi 22 octobre 2015 N de pourvoi: 14-19.655 Non publié au bulletin Rejet M. Chauvin (président), président Me Bertrand, SCP Boré et Salve de Bruneton,

Plus en détail

SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE

SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE Article juridique publié le 07/01/2014, vu 1842 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine I- Pourquoi faire opposition? L'ordonnance N 2009-866 du 15 juillet 2009

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 19 novembre 2009 N de pourvoi: 08-70208 Non publié au bulletin Cassation M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président SCP

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 6 mai 2014 N de pourvoi: 13-11420 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00428 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Baraduc, Duhamel et

Plus en détail

Service Risques et Assurances de La Poste

Service Risques et Assurances de La Poste Service Risques et Assurances de La Poste Recours du tiers payeur La Poste Hypothèse de l accident l de la vie privée subi par un agent CONDITIONS DU RECOURS LA POSTE TIERS PAYEUR - atteinte à l intégritél

Plus en détail

Me Blondel, Me Odent, Me Ricard, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Blondel, Me Odent, Me Ricard, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 9 juin 2009 N de pourvoi: 08-10350 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Favre (président), président Me Blondel, Me Odent, Me Ricard,

Plus en détail

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large LEXIQUE Accident D une façon générale l accident est un événement fortuit ou involontaire entraînant des conséquences dommageables. En matière de circulation automobile voir implication Pour la sécurité

Plus en détail

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 10 septembre 2013 N de pourvoi: 12-11701 SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 6 mai 2014 Rejet M. ESPEL, président. Arrêt n o 449 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 6 mai 2014 Rejet M. ESPEL, président. Arrêt n o 449 F-P+B COMM. CM COUR DE CASSATION Audience publique du 6 mai 2014 Rejet M. ESPEL, président Pourvoi n o M 13-11.976 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 4 février 2014 N de pourvoi: 13-10630 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00153 Publié au bulletin M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 23/08/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 12 juillet 2011 N de pourvoi: 10-16911 Publié au bulletin M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président

Plus en détail

Quand la faute de la victime n'exclut pas la responsabilité du SDIS. Cour administrative d'appel de Nancy 4 août 2005. Sommaire :

Quand la faute de la victime n'exclut pas la responsabilité du SDIS. Cour administrative d'appel de Nancy 4 août 2005. Sommaire : Quand la faute de la victime n'exclut pas la responsabilité du SDIS Cour administrative d'appel de Nancy 4 août 2005 Sommaire : M. F. est décédé après être tombé du toit de sa maison dans des circonstances

Plus en détail

Au nom du peuple français AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. Cour de cassation. Chambre criminelle. 5 octobre 2004

Au nom du peuple français AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. Cour de cassation. Chambre criminelle. 5 octobre 2004 Cour de cassation Chambre criminelle 5 octobre 2004 n 04-81.024 Publication :Bulletin criminel 2004 N 236 p. 848 Citations Dalloz Codes : Code pénal, art. 111-3 Code pénal, art. 221-6 Code pénal, art.

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt mars deux mille quatorze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt mars deux mille quatorze. N 34 / 14. du 20.3.2014. Numéro 3297 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt mars deux mille quatorze. Composition: Georges SANTER, président

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 19 décembre 2012 N de pourvoi: 11-21703 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Le Griel, SCP Nicolaý, de

Plus en détail

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c.

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c. Cour de cassation - chambre civile 3 Audience publique du 28 mars 2012 Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c./ Société civile immobilière Domaine de Champigny Décision attaquée

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/11/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 28 octobre 2010 N de pourvoi: 09-13864 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Tiffreau

Plus en détail

M. Gérard (conseiller doyen faisant fonction de président), président. SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s)

M. Gérard (conseiller doyen faisant fonction de président), président. SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 11 avril 2012 N de pourvoi: 11-15429 Publié au bulletin Rejet M. Gérard (conseiller doyen faisant fonction de président), président SCP Boré et

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Defrenois et Levis, SCP Didier et Pinet, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s)

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Defrenois et Levis, SCP Didier et Pinet, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 20 octobre 2010 N de pourvoi: 09-15093 09-66968 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Boré et Salve de

Plus en détail

Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 13 mai 2014 N de pourvoi: 13-14626 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00458 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Le Prado, SCP Boré et

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l'arrêt suivant : Statuant sur les pourvois formés par :

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l'arrêt suivant : Statuant sur les pourvois formés par : Jurisprudence Cour de cassation Chambre criminelle 27 mai 2014 n 13-80.849 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre criminelle Cassation partielle sans renvoi27 mai 2014N 13-80.849 République

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (4 ième chambre ) 18 avril 2001 Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 22 mars 2011 N de pourvoi: 10-13727 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président Me Luc-Thaler, SCP Bénabent, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Cour de cassation2ème chambre civilecassation partielle sans renvoi11 décembre 2008N 07-19.606 République française

Cour de cassation2ème chambre civilecassation partielle sans renvoi11 décembre 2008N 07-19.606 République française Dalloz jurisprudence Cour de cassation 2ème chambre civile 11 décembre 2008 n 07-19.606 Texte intégral : Cour de cassation2ème chambre civilecassation partielle sans renvoi11 décembre 2008N 07-19.606 République

Plus en détail

Cour de cassation. 22 juin 2005. n 03-20.068 Publication :Bulletin 2005 III N 136 p. 124. Citations Dalloz

Cour de cassation. 22 juin 2005. n 03-20.068 Publication :Bulletin 2005 III N 136 p. 124. Citations Dalloz Cour de cassation 22 juin 2005 n 03-20.068 Publication :Bulletin 2005 III N 136 p. 124 Citations Dalloz Codes : Code civil, art. 544 Code civil, art. 1792 Code civil, art. 1792 Revues : Revue de droit

Plus en détail

Juridique - ne pas confondre un contrat de gardiennage d'un bateau de plaisance, avec ses opérations d amarrage

Juridique - ne pas confondre un contrat de gardiennage d'un bateau de plaisance, avec ses opérations d amarrage Juridique - ne pas confondre un contrat de gardiennage d'un bateau de plaisance, avec ses opérations d amarrage Publié le 2 juillet 2015 par Jérôme Heilikmann Jérôme Heilikamnn, responsable de la rubrique

Plus en détail

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?oldaction=rechjurijudi&idtexte=ju...

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?oldaction=rechjurijudi&idtexte=ju... Cour de cassation, civile, Chambre civile 1, 12 juillet 2012, 10-25.737, Inédit Legifr... Page 1 sur 3 Références Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 12 juillet 2012 N de pourvoi:

Plus en détail

Cour de cassation Chambre sociale Cassation partielle 8 juin 2011 N 10-11.933 10-13.663 Bulletin 2011, V, n 143

Cour de cassation Chambre sociale Cassation partielle 8 juin 2011 N 10-11.933 10-13.663 Bulletin 2011, V, n 143 Jurisprudence Cour de cassation Chambre sociale 8 juin 2011 n 10-11.933 10-13.663 Publication : Bulletin 2011, V, n 143 Sommaire : Selon l'article L. 2411-5 du code du travail, le licenciement d'un délégué

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 4 février 2010 N de pourvoi: 09-11464 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

SCP Laugier et Caston, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Laugier et Caston, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 18 janvier 2012 N de pourvoi: 10-27325 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Laugier et Caston, SCP Potier

Plus en détail