Epilepsie et assurances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Epilepsie et assurances"

Transcription

1 Ligue contre l Epilepsie Epilepsie et assurances Ligue Suisse contre l Epilepsie Schweizerische Liga gegen Epilepsie Lega Svizzera contro l Epilessia Swiss League Against Epilepsy

2 L épilepsie peut frapper chacun de nous Au moins cinq pour cent des être humains souffrent d une crise d épilepsie une fois dans leur vie. On dénombre environ un pour cent d épileptiques dans la population. En Suisse, cela représente à peu près personnes dont environ enfants. Près de deux tiers des patients se rétablissent complètement ou alors, des médicaments les aident à mener une vie pratiquement normale. Dans un tiers des cas, l épilepsie reste réfractaire aux traitements. Une crise épileptique déclenche un dysfonctionnement temporaire du cerveau. Les crises épileptiques s expriment sous de nombreuses formes. Les symptômes vont de troubles cognitifs isolés caractérisés par des absences (petites crises généralisées ou petit mal) en passant par des contractions brèves involontaires (myoclonies) et jusqu aux «grandes» convulsions avec perte de connaissance qui signalent le grand mal. Les épilepsies peuvent être congénitales, le patrimoine génétique peut agir en cofacteur, ou alors, elles sont la séquelle par exemple d une apoplexie cérébrale, d une blessure à la tête, d une tumeur cérébrale ou d une maladie dégénérative comme la maladie d Alzheimer. Puis il y a les nombreux cas où l on ignore tout simplement les causes exactes. La Ligue contre l Epilepsie une activité tous azimuts La Ligue Suisse contre l Epilepsie fait des recherches, aide et informe depuis Recherche Elle encourage le développement des connaissances dans tous les domaines de l épilepsie. Aide Renseignements et consultations : pour les spécialistes de toutes les orientations pour les personnes concernées et leurs proches Information La Ligue contre l Epilepsie informe et sensibilise le public et encourage ainsi l intégration des personnes atteintes d épilepsie. Ligue Suisse contre l Epilepsie Seefeldstrasse 84, Case postale Zurich T F PC

3 Epilepsie et assurances Publié par : Ligue Suisse contre l Epilepsie, Zurich Auteur : Evalotta Samuelsson, lic. en droit, avocate, Zurich Ce Guide ne prétend pas être un traité scientifique. Sa seule ambition consiste à donner au lecteur une vue d ensemble de la situation actuelle des assurances sociales en Suisse, afin que les personnes atteintes d épilepsie connaissent leurs droits et puissent les faire valoir à temps. En plus, il oriente les personnes atteintes d épilepsie ou leurs proches vers les adresses compétentes où l on pourra répondre à toutes les questions qui concernent leur cas particulier. Les prestations des assurances sociales exposées ici se fondent sur la législation en vigueur au Une révision de l assurance-invalidité est actuellement en cours. Le libellé du projet de révision n était pas encore disponible au moment de la mise sous presse du présent Guide, il n en a donc pas été tenu compte. 3

4 Table des matières I Epilepsie congénitale A. Traitements médicaux B. Mesures scolaires et mesures d ordre professionnel C. Formation scolaire spéciale D. Prestations complémentaires E. Prestations de rente de la prévoyance professionnelle F. Prestations des assurances-accidents G. Prestations de l assurance-chômage II Enfants impotents et nécessitant l aide d autrui A. Prestations de l assurance-invalidité B. Prestations des assurances-maladie III Position juridique à l atteinte de la majorité sous le régime des assurances A. Prestations de l assurance-invalidité B. Prestations complémentaires C. Prévoyance professionnelle IV Epilepsie due à une maladie A. Définition B. Prestations des caisses-maladie C. Prestations en cas d incapacité de travail brève V Epilepsie d origine traumatique A. Subordination B. Définition 4

5 C. Prestations de l assurance-accidents obligatoire 1. Traitements médicaux 2. Prestations en espèces en cas d incapacité de travail brève 3. Allocation pour impotent VI Prestations en cas d incapacité de travail prolongée (applicable à toutes les personnes atteintes d épilepsie, quelle qu en soit la cause) A. Principe B. Méthodes de calcul de l invalidité C. Règles/taux d invalidité D. Montant de la rente d invalidité E. Système de calcul des différentes branches d assurance 1. Assurance-invalidité 2. Prévoyance professionnelle 3. Assurance-accidents obligatoire et facultative VII Prestations complémentaires VIII Demande de prestations A. Assurance-invalidité B. Assurance-accidents C. Prévoyance professionnelle IX Atteinte de l âge de retraite sans invalidité A. Rentes AVS B. Rentes de la prévoyance professionnelle X Atteinte de l âge de retraite avec invalidité A. Rentes AI B. Rentes de la prévoyance professionnelle C. Rentes de l assurance-accidents Adresses importantes Littérature 5

6 Introduction Le but de toute assurance consiste à protéger contre les conséquences financières de la réalisation de différents risques qui sont en l occurrence la vieillesse, la maladie, l accident, le décès, le service militaire, le besoin de l aide d autrui, etc. La sécurité sociale suisse couvre un vaste éventail de risques et prévoit une palette de prestations si étendue qu on a parfois du mal à s y retrouver. La législation suisse sur les assurances sociales compte plus de 100 types de prestations différentes dont notamment les rentes, les indemnités journalières, les allocations pour impotents, les mesures d ordre professionnel (par exemple l orientation professionnelle de l AI, la formation initiale ou le reclassement), les indemnités funéraires, les allocations de chômage, les moyens auxiliaires, thérapies, traitements curatifs, etc., etc. Ces prestations des différentes assurances sociales sont interconnectées, ce qui ne facilite pas les choses. Enfin, le système de sécurité sociale est complété par les assurances privées, plus concrètement, les assurances accidents et maladies privées, les assurances sur la vie et les assurances responsabilité. Juridiquement parlant, c est le risque de maladie qui s est réalisé pour les personnes atteintes d épilepsie, plus rarement celui d un accident ; lorsque la maladie était déjà présente à la naissance, il peut s agir d une infirmité congénitale dans certaines circonstances (le moment auquel cette infirmité congénitale a été décelée étant sans importance). Le genre et l étendue des prestations d assurance dépendront des causes de l épilepsie. La première concernée sera l assurance suisse d invalidité avec sa vaste palette de prestations qui pourtant ne couvrent pas tout. C est finalement l interaction coordonnée de toutes les assurances qui crée une sorte de «filet» de sécurité sociale pour les personnes atteintes d épilepsie en Suisse. 6

7 Font partie de ce filet de sécurité sociale : l assurance-invalidité les caisses-maladie les assurances d indemnités journalières régies par le droit des assurances maladie ou le droit des assurances privées l assurance-accidents obligatoire les assurances accidents privées la prévoyance professionnelle les prestations complémentaires l assurance-chômage La nature des prestations d assurance consenties dépendra de la cause et du moment de la survenue de l infirmité. Tout d abord, il faudra donc voir si une épilepsie est due à une maladie ou à un accident. Chez les enfants et les adolescents, l épilepsie peut compter comme infirmité congénitale selon les circonstances. Dans nos explications, nous renvoyons aux dispositions légales applicables. Voici le glossaire des abréviations utilisées : LPGA = Loi sur la partie générale du droit des assurances sociales (en vigueur depuis le ) LAMal = Loi sur l assurance-maladie LCA = Loi sur le contrat d assurance LAA = Loi sur l assurance-accidents OLAA = Ordonnance sur l assurance-accidents LPP = Loi sur la prévoyance professionnelle OPP = Ordonnance sur la prévoyance professionnelle LPC = Loi sur les prestations complémentaires LACI = Loi sur l assurance-chômage LAI = Loi sur l assurance-invalidité RAI = Règlement sur l assurance-invalidité OIC = Ordonnance concernant les infirmités congénitales = partie du RAI OMAI = Ordonnance concernant la remise de moyens auxiliaires = partie du RAI 7

8 II Epilepsie congénitale Sera réputée congénitale une épilepsie présente à la naissance accomplie d un enfant (par analogie à la LPGA 3 al. 2). Les infirmités congénitales qui ouvrent un droit aux prestations de l AI ne sont pas déterminées par la LPGA 3 al. 2, mais par une loi individuelle, en l occurrence l art. 13 al. 1 LAI. La définition déterminante, surtout dans l assurance-invalidité, d une infirmité congénitale justifiant des mesures médicales d intégration pour les enfants et les adolescents jusqu à 20 ans est la suivante : «Sont réputées infirmités congénitales au sens de l article 13 LAI les infirmités présentes à la naissance accomplie de l enfant. La simple prédisposition à une maladie n est pas réputée infirmité congénitale. Le moment où une infirmité congénitale est reconnue comme telle n est pas déterminant» (OIC art. 1). L épilepsie congénitale est considérée comme infirmité congénitale (IC 387, liste des infirmités congénitales de l OIC), sauf les formes qui ne nécessitent pas de traitement anticonvulsif, ou seulement pendant une crise. Chez les enfants et les adolescents, l épilepsie peut éventuellement apparaître en combinaison avec d autres infirmités congénitales comme p. ex. le POS IC 404 ou, en cas d infirmités multiples, l IC 390, paralysie cérébrale congénitale ou l IC 395, trouble moteur cérébral léger. Quand une épilepsie est-elle congénitale? Si on a du mal à le dire, c est parce que les symptômes d une épilepsie ne sont pas toujours immédiatement repérables à la naissance ou peu de temps après. Si les premières crises épileptiques assimilables à une épilepsie surviennent seulement au cours de l enfance, la question se pose si l épilepsie est vraiment congénitale. La pratique suppose que oui tant qu il n est pas possible d apporter la preuve irréfutable d autres causes postnatales. Dans un arrêt rendu en 1984, le tribunal fédéral des assurances a constaté que pour asseoir le diagnostic d une épilepsie congénitale, il n était pas nécessaire qu elle se manifeste sous forme de crises. L épilepsie peut aussi s exprimer à travers des troubles de l élocution, de l écriture, de l apprentissage et du comportement, pour autant qu un lien puisse être établi dans l EEG entre ces troubles et des symptômes épileptiques. 8

9 A. Traitements médicaux S il s agit d une épilepsie au sens d une infirmité congénitale, c est avant tout l assurance-invalidité qui interviendra pour les enfants et les adolescents. Celle-ci prévoit un vaste éventail de prestations dans le cadre des mesures médicales d intégration (LAI 14). L assurance-invalidité prend en charge les prestations médicales nécessaires pour traiter l infirmité congénitale et ses séquelles (p.ex. traitement dentaire en cas de chute sur les dents lors d une crise ou psychothérapie nécessaire) jusqu à l accomplissement de la 20e année (OIC 3). L assuré a par principe droit au remboursement intégral des coûts des soins médicaux et traitements thérapeutiques ordonnés par un médecin, y compris les contrôles à l EEG. En font également partie des prestations telles que la physiothérapie, la psychothérapie, l ergothérapie ou le service d aide et de soins à domicile lorsqu elles sont prescrites par un médecin. Si l épilepsie nécessite une hospitalisation, l assurance-invalidité devra également prendre en charge la totalité de ces coûts conformément aux conventions tarifaires conclues entre elle et les cliniques, même en cas de séjour prolongé. Il va de soi que seuls les frais d un séjour en division commune seront remboursés. Après la 20e année révolue, le droit aux prestations de l assurance-invalidité pour le traitement de l infirmité congénitale s éteint. Les infirmités congénitales comptent comme maladies (LPGA 3). En cas d infirmité congénitale non couverte par l assurance-invalidité, les caisses-maladie prennent en charge les coûts des mêmes prestations qu en cas de maladie (LAMal 27). Ce qui signifie que pour les jeunes adultes à partir de 20 ans, la caisse-maladie va prendre en charge les traitements médicaux après achèvement des mesures médicales d intégration de l AI. Cette disposition peut avoir son importance même avant l accomplissement de la 20e année pour les enfants qui n étaient pas couverts par l assuranceinvalidité au moment de leur naissance, comme par exemple certains enfants venus de l étranger (ATF 126 V 104). Pour les enfants ressortissant de l espace communautaire ou de pays avec lesquels la Suisse a conclu un traité concernant les assurances sociales, des dispositions spéciales avantageuses sont applicables. Les prestations médicales régies par l AI sont plus complètes que les prestations des caisses-maladie. Ainsi par exemple, l AI ne connaît pas la participation aux coûts du patient. Les frais de déplacement jusqu aux centres de réalisation de toutes les mesures d intégration de l AI sont également pris en charge. Remarque : Les caisses-maladie sont obligées d accepter dans l assurance de base toute personne résidant en Suisse, sans réserve ni clause d exclusion. Pour les ressortissants suisses qui habitent dans des pays membres de l UE, des dispositions spéciales sont applicables. 9

10 B. Mesures de formation scolaire et d ordre professionnel L assurance-invalidité consent des prestations très étendues pour la formation scolaire spéciale (LAI 10), pour l accompagnement en cas d impotence (LAI 42) et pour l intégration professionnelle (LAI 15 ss.). C. Formation scolaire spéciale L assurance-invalidité alloue des subsides pour la formation scolaire spéciale des enfants épileptiques qui n ont pas atteint l âge de 20 ans révolus mais qui, par suite d invalidité, ne peuvent suivre l école publique ou dont on ne peut attendre qu ils la suivent (LAI 19). Ces subsides comprennent une contribution aux frais d école et également de pension si l enfant, pour recevoir sa formation scolaire spéciale, ne peut prendre ses repas à la maison ou doit être placé hors de sa famille, étant entendu que les parents devront participer aux coûts de manière adéquate; des indemnités particulières pour des mesures de nature pédago-thérapeutique qui sont nécessaires en plus de l enseignement de l école spéciale (ou pour des mesures de moindre importance qui sont nécessaires pour permettre à l enfant de suivre l école publique), par exemple des cours d orthophonie en cas de graves difficultés d élocution (exemple : ATF 114 V 22), cours de logothérapie, leçons de psychomotricité ou cours pour dyslexiques, ainsi qu éventuellement une indemnité particulière pour les frais de transport à l école dus à l invalidité. La contribution aux frais d école s élève à CHF 44. par journée d école (état 2005). La contribution aux frais de pension se situe entre CHF 7. pour les élèves externes et CHF 56. par nuit pour les élèves en internat (RAI 8-12). Après la 18e année révolue, l assuré épileptique a éventuellement droit à une rente AI. Ce droit devra alors être vérifié (LAI 29 al. 2) ; le montant de la rente atteint au moins 133 1/3% du minimum de la rente complète concernée (LAI 37 al. 2) lorsqu il s agit d une rente extraordinaire d un invalide précoce. D. Prestations complémentaires Les enfants n ont en principe pas droit aux prestations complémentaires (sauf s ils ont droit à une rente d orphelin de l AVS). Si une rente d invalidité est consentie à l âge de 18 ans révolus, il faudra vérifier s il existe un droit aux prestations complémentaires. Pour les étrangers en provenance de pays hors de l espace communautaire, il y a des délais de carence à respecter. E. Prestations de rente de la prévoyance professionnelle Si une épilepsie déjà existante d une personne subordonnée à la prévoyance professionnelle conduit ultérieurement à une invalidité, on peut partir du principe que la prévoyance professionnelle devra servir une rente d invalidité. Ce sera le cas si, avant d être subordonnée à la prévoyance professionnelle, la personne atteinte d épilepsie n a pas eu de périodes prolongées d incapacité de travail 10

11 dues à l épilepsie ou si l incapacité de travail due à l épilepsie qui conduit à l invalidité ne survient pas dans le cadre d un essai de travail. Dans la pratique, il s est avéré que lorsque les fondations de prévoyance professionnelle refusent de servir des prestations, il se pose des problèmes juridiques complexes. F. Prestations des assurances-accidents Les enfants ne sont pas obligatoirement assurés contre les accidents. C est l assurance-maladie obligatoire qui les couvre en cas d accident. Seuls les mineurs qui exercent une activité salariée sont subordonnés au régime obligatoire de l assurance-accidents. Le cas échéant, l assurance-accidents obligatoire assume les frais de traitement et de perte de gain. G. Prestations de l assurance-chômage 1) Les prestations de l assurance-chômage englobent la consultation, le placement, les mesures d adaptation au marché du travail et la substitution à la perte de gain, à condition qu une personne soit apte à être placée et disposée à accepter un travail. 2) Si l épilepsie congénitale conduit ultérieurement à une infirmité, une définition moins stricte de l aptitude à être placé sera valable pour l assurancechômage (LACI 15 al. 2). 11

12 II Impotence et besoin de l assistance de tiers pour les enfants Les prestations d assurance sont particulièrement importantes pour les enfants qui sont invalides par suite d une épilepsie congénitale et qui doivent être soignés en permanence (besoin de l assistance de tiers). Les prestations sont alors principalement du ressort de l assurance-invalidité. Parfois, elles sont complétées par les prestations d assurances complémentaires privées (dans la mesure où il en existe). A. Prestations de l assurance-invalidité Outre les prestations déjà décrites, c està-dire, les prestations médicales ou les prestations ordonnées par un médecin qui entrent dans la catégorie des mesures médicales, l assurance-invalidité prévoit une allocation pour impotents (AI) dont bénéficient les enfants épileptiques qui nécessitent plus d assistance (accompagnement, surveillance ou soins) que les enfants sains du même âge. L AI peut être servie aux enfants, aux adultes et jusqu aux titulaires d une rente AVS. Si un enfant a besoin d un encadrement intense, il bénéficiera en sus de l allocation pour impotent d un supplément pour soins intenses (SSI) dont le montant dépendra de l étendue de l assistance nécessaire en raison de l invalidité (LAI 42ter al. 3). Le SSI est seulement versé jusqu à l âge de 18 ans. Une autre prestation de l assuranceinvalidité dont tout le monde peut bénéficier, y compris les adultes, est celle des moyens auxiliaires considérés comme mesure d intégration autonome (Ordonnance sur la remise de moyens auxiliaires par l assurance-invalidité (OMAI). Sur la liste de ces moyens auxiliaires figurent notamment les «casques pour épileptiques (15.08)» ou les «fauteuils roulants (9)» qui peuvent avoir de l importance pour les épileptiques souffrant d un cumul d infirmités. La nécessité de porter un casque doit être établie et confirmée par un médecin. Les casques pour cyclistes ou autres sportifs sont jugés simples et pratiques. Si ces casques ne suffisent pas, le médecin devra en indiquer la raison. Il existe aussi des listes de moyens auxiliaires dans la LAMal et la LAA. 12

13 B. Prestations des assurances-maladie Les caisses-maladie remboursent certaines mesures médicales pour les enfants qui ont besoin de soins. Il s agit avant tout d actes médicaux, traitements médicamenteux, traitements médicalement indiqués, hospitalisations, séjours dans un établissement de soins, etc., qui ne sont pas couverts par les mesures médicales de l AI. 13

14 III Position à l atteinte de la majorité sous le régime juridique des assurances 14 De quelle protection bénéficie un jeune adulte atteint d épilepsie après l atteinte de la majorité (18 ans révolus) contre la réalisation d autres risques (tels que l incapacité de gain, etc.) et quelles prestations peuvent être sollicitées si son état de santé se dégrade? A. Prestations de l assurance-invalidité Si une invalidité existe déjà à l atteinte de la majorité, le droit à une rente d invalidité prend naissance sans délai d attente supplémentaire (LAI 29 al. 2). Le montant minimum garanti s élève au moins à 133 1/3 % de la rente complète correspondante (LAI 37 al. 3). Si l invalidité s aggrave par la suite, entraînant une augmentation du taux d invalidité, la rente sera adaptée en conséquence (LPGA 17). Aux personnes qui sont déjà impotentes à l âge de 18 ans, l assurance-invalidité continue de verser l allocation pour impotent (LAI 42 al. 1). B. Prestations complémentaires Toute personnes qui a droit à une rente de l assurance-invalidité ou à une allocation pour impotent, ou qui touche des indemnités journalières de l assurance-invalidité sans interruption pendant six mois au moins, peut prétendre aux prestations complémentaires (LPC 2c) lorsque les dépenses reconnues dépassent les revenus déterminants. Pour les étrangères et les étrangers, le délai de carence devra être observé. C. Prévoyance professionnelle Si un jeune adulte atteint d épilepsie exerce une activité salariée dont il tire un revenu annuel d au moins CHF , il est obligatoirement subordonné à la prévoyance professionnelle. La prévoyance professionnelle obligatoire ne peut pas formuler de réserves. Mais elle peut objecter lors de la survenance d un cas déclenchant des prestations (invalidité) que l invalidité survenue remonte à une période où la personne concernée n était pas encore couverte par la prévoyance obligatoire. Le cas échéant, le critère essentiel sera le moment de la survenue de l incapacité de travail dont la cause est à l origine de l invalidité et le fait de savoir si l assuré était déjà couvert à ce moment-là. Il est donc concevable que dans certains cas, une personne atteinte d une invalidité précoce ne soit même pas couverte par la prévoyance professionnelle obligatoire.

15 IV Epilepsie due à une maladie A. Définition Les crises épileptiques sont des perturbations subites et relativement brèves de la conscience, de la pensée, du comportement, de la mémoire, du cognitif et de l émotionnel ou du tonus musculaire résultant d un dysfonctionnement passager des cellules nerveuses du cerveau sous forme de décharges électriques répétées qui se potentialisent mutuellement. Dans deux tiers à trois quarts de tous les cas d épilepsie, il est impossible de déterminer la cause exacte de cette affection. Les assurances considèrent que toutes les épilepsies sont dues à une maladie, sauf celles qui sont attribuables à un traumatisme cranio-cérébral. (Chez les enfants et les jeunes adultes jusqu à 20 ans, on fait encore la distinction entre une épilepsie congénitale et une épilepsie due à une maladie (comme p.ex. une encéphalite virale ou bactérienne qui n est pas prise en charge par l assurance-invalidité : cf. le chapitre sur les mesures médicales d intégration). B. Prestations des caisses-maladie Comme l assurance-maladie et l assurance-accidents sont deux assurances à part, il importe de savoir si une épilepsie est due à une maladie ou à un accident pour déterminer qui devra finalement fournir des prestations. Toutes les personnes sont obligatoirement assurées contre les accidents, au moins par le biais de la LAMal si elles ne sont pas salariées. Si une épilepsie est survenue suite à une maladie, ce sont a priori les assurancesmaladie (obligatoire, plus assurance-maladie privée le cas échéant) qui devront fournir des prestations. Toutes les prestations de soins doivent être remboursées par la caisse-maladie. Il s agit en l occurrence des prestations qui servent à diagnostiquer ou à traiter une maladie et ses séquelles (LAMal 25 al. 1). En font notamment partie les actes médicaux, les traitements médicamenteux, les traitements ordonnés par un médecin, les frais d un séjour à l hôpital si nécessaire, ainsi que le séjour dans un établissement médicalisé. 15

16 C. Prestations en cas d incapacité de travail brève L incapacité de travail peut survenir pour différentes raisons imputables à une maladie ou un accident. Lorsque l épilepsie est imputable à une infirmité congénitale, une maladie ou un accident non couvert par l assurance-accidents obligatoire, un droit aux indemnités journalières prend seulement naissance si le malade lui-même a conclu une assurance d indemnités journalières auprès d une caisse-maladie ou d une compagnie d assurance ou si son employeur l a affilié à une assurance collective. A l heure actuelle, les assurances d indemnités journalières en cas de maladie ne sont pas du tout obligatoires. Les assureurs privés n ont pas l obligation d admettre les personnes en droit de s assurer, contrairement aux assurancesmaladie régies par le droit sur les assurances-maladie (LAMal 68 al. 1). Cependant, les indemnités journalières pouvant être assurées par le biais des assurances-maladie obligatoires ne sont pas élevées. Les assureurs privés d indemnités journalières peuvent formuler des réserves à leur guise. Sous le régime obligatoire de l assurance-maladie, les réserves ne sont admissibles que pour les maladies qui existent au moment de l admission ou les maladies antérieures avec un risque de rechute connu (LAMal 69 al. 1). Les réserves formulées par un assureur privé d indemnités journalières peuvent être de durée indéterminée, tandis que sous le régime obligatoire, elles sont caduques au plus tard après cinq ans (LAMal 69 al. 2). L expérience a montré que les assureurs refusaient systématiquement d admettre les personnes atteintes d épilepsie dans leurs assurances complémentaires (p. ex. indemnité journalière pour cause de maladie). Dans les cas exceptionnels qui confirment la règle, une réserve sera toujours attachée aux prestations liées à l épilepsie. 16

17 V Epilepsie d origine traumatique A. Subordination Si l épilepsie survient à la suite d un accident (voir aussi chiffre IV, lettre A), les prestations dépendront de l affiliation ou non de la personne accidentée à une assuranceaccidents. Tous les salariés (y compris les handicapés qui travaillent dans un atelier protégé) qui travaillent en Suisse sont subordonnés à l assurance-accidents obligatoire. Le montant maximum du gain assuré s élève à CHF (OLAA 22 al. 1). Les travailleurs à temps partiel occupés chez un employeur au moins huit heures par semaine sont également assurés contre les accidents non professionnels (OLAA 13 al. 1), dans le cas contraire, l assurance couvre uniquement les accidents au travail et sur le trajet entre leur domicile et leur lieu de travail. B. Définition Le problème, c est que souvent, l épilepsie ne se manifeste pas immédiatement après un accident. Commencent alors les grandes batailles juridiques. Une épilepsie est à qualifier de traumatique lorsqu il existe un lien causal naturel entre elle et l événement accidentel. En d autres termes, il faut une très forte probabilité médicale suggérant que l épilepsie est la séquelle d un accident. C. Prestations de l assurance-accidents obligatoire Aux termes de l Ordonnance sur l assurance-accidents (art. 11 OLAA), les prestations d assurance sont également consenties en cas de rechutes et de séquelles tardives. Par séquelle tardive, il faut entendre l évolution d un mal apparemment guéri qui provoque des modifications organiques ou psychiques sur une période de temps assez longue et confère à la maladie un aspect totalement différent, par exemple celui d une épilepsie post-traumatique (cf. aussi ATF 105 V 35 E. 1c). 17

18 1. Traitement médical L assurance-accidents doit prendre en charge les prestations qui sont appropriées (LAA 10 al.1). Le choix du médecin et de l hôpital est libre (LAA 10 al. 2). A l hôpital, seul un séjour en division commune sera remboursé. Contrairement à l assurance-maladie, l assurance-accidents ne prévoit pas de participation aux coûts de la personne assurée, ni de franchise. Les coûts d un traitement médical sont pris en charge tant qu il permet d améliorer l état de santé ou de prévenir un handicap grave. 2. Prestations en espèces en cas d incapacité de travail brève Une personne obligatoirement ou facultativement affiliée à une assurance-accidents a droit à une indemnité journalière. Le droit à l indemnité journalière naît au 3e jour qui suit celui de l accident (LAA 16 al. 2) et elle est versée aussi longtemps que dure le traitement médical. L indemnité journalière s élève à 80% du gain assuré. Par gain assuré, il faut entendre le dernier salaire touché avant l accident, auquel on ajoute le 13e mois de salaire (LAA 15 al 2). Si une invalidité (partielle) subsiste malgré le traitement médical et la réadaptation professionnelle, l assurance-accidents devra étudier l octroi d une rente. A partir d un degré d invalidité supérieur à 10%, elle devra servir une rente d invalidité. Pour les détails, nous vous renvoyons au chiffre VI. Que se passe-t-il pour les personnes sans assurance-accidents obligatoire? Lorsque des enfants, des adolescents encore scolarisés, des femmes ou hommes au foyer ou des personnes sans activité lucrative ou qui travaillent à temps partiel, ainsi que des indépendants (également en cas d accident professionnel) sont victimes d un accident non professionnel, ils doivent s adresser à l assurance-maladie (pour les prestations détaillées, voir le chiffre IV cidessus). Ils toucheront seulement des indemnités journalières dans le cadre d éventuelles mesures de réadaptation professionnelle de l assurance-invalidité, pour autant qu ils n aient pas droit aux prestations d une assurance privée. Le droit aux indemnités journalières de l Ai subsiste, mais il faudra voir si c est également le cas des indemnités journalières de l assurance IJ privée. Tout dépendra du type d assurance IJ privée. S il s agit d une assurance dommages, la congruence va faire que les indemnités journalières de l AI seront prises en compte. Si l assurance garantit le paiement d une somme convenue, les IJ privées devront être versées en sus. C est généralement du contrat, c est-à-dire de la police elle-même ou des conditions générales d assurance y liées, que ressortira s il s agit d une assurance dommages ou de garantie d une somme. 18

19 3. Allocation pour impotent (LPGA 9:) Est réputée impotente toute personne qui, en raison d une atteinte à la santé, a besoin de façon permanente de l aide d autrui ou d une surveillance personnelle pour accomplir des actes élémentaires de la vie quotidienne. Cette définition est désormais uniformément applicable dans toutes les branches des assurances sociales qui prévoient des prestations en cas d impotence (AVS, AI, AA et assurance militaire). Les conditions régissant l allocation sont toujours déterminées par les lois individuelles susmentionnées. La jurisprudence pratiquée jusqu ici dit ceci : Les personnes atteintes d épilepsie, bien que victimes de crises périodiques, sont seulement réputées impotentes dans des circonstances particulières. Un épileptique n est pas réputé impotent s il n a pas besoin de l aide d autrui de façon permanente, mais seulement pendant les crises, que les médecins n ont pas observé plus qu environ dix crises aiguës sur à peu près huit ans, lorsqu il peut manger et marcher, s habiller et se laver, écrire, téléphoner, modeler et peindre sans l aide d autrui (ATFA s.). 19

20 VI Prestations en cas d incapacité de travail prolongée (valable pour toutes les personnes atteintes d épilepsie, indépendamment des causes qui sont à son origine) A. Principe «L intégration avant la rente» est le principe suprême de l assurance sociale suisse. Si, en raison de son état de santé, la capacité de travail d une personne est limitée sur une période prolongée malgré toute tentative d intégration, elle est réputée invalide. B. Méthodes de calcul de l invalidité L assurance-invalidité, la prévoyance professionnelle et l assurance-accidents allouent toutes les trois des rentes d invalidité. Les trois s appuient sur la même définition de l invalidité (LPGA 8 al. 1, ainsi que LPP 23) pour ce faire. Le taux d invalidité est généralement défini sur la base d une comparaison de revenus : D abord, on définit le revenu que la personne assurée aurait pu obtenir si elle n avait pas été atteinte dans sa santé. En d autres termes, on vérifie quel serait le revenu total de la personne si elle se trouvait en parfaite santé (revenu de valide). Ensuite, on définit le revenu que la personne pourrait obtenir en exerçant l activité qui peut raisonnablement être exigée d elle après les traitements et les mesures de réadaptation sur un marché du travail équilibré (revenu d invalide). Il peut s agir du revenu effectivement obtenu par la personne assurée si elle exerce une activité qui utilise pleinement la capacité de travail résiduelle que l on peut raisonnablement attendre d elle. Cependant, le rapport de travail en question doit être assez stable, il ne doit donc pas simplement s agir d une tentative de travail. Si tel n est pas le cas, le revenu d invalide sera défini à l appui de statistiques salariales. Les revenus ainsi définis sont ensuite mis en parallèle : le revenu de valide moins le revenu d invalide, multiplié par 100 et divisé par le revenu de valide donne le taux d invalidité qui va déterminer le droit à la rente. Pour les personnes qui, si elles n étaient pas atteintes dans leur santé, travailleraient au foyer ou exerceraient une activité à temps partiel, le calcul sera fait différemment. Dans leur cas, on vérifiera quelles activités sont affectées par l invalidité et dans quelle mesure (LAI 28 al. 2bis). Les domai- 20

Info. Ligue contre l Epilepsie. Epilepsie. Le travail et l épilepsie

Info. Ligue contre l Epilepsie. Epilepsie. Le travail et l épilepsie Ligue contre l Epilepsie Ligue Suisse contre l Epilepsie Schweizerische Liga gegen Epilepsie Lega Svizzera contro l Epilessia Swiss League Against Epilepsy Info Epilepsie Le travail et l épilepsie Une

Plus en détail

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE sozialversicherungen der Schweiz ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) Prestations Assurance-vieillesse et

Plus en détail

Information du jour La prévoyance sociale en Suisse

Information du jour La prévoyance sociale en Suisse Information du jour La prévoyance sociale en Suisse Prestations Assurés/Ayants droit Base de calcul pour le montant des prestations pour guérison, soins, réadaptation AVS/AI Sont obligatoirement assurées

Plus en détail

4.04 Etat au 1 er janvier 2013

4.04 Etat au 1 er janvier 2013 4.04 Etat au 1 er janvier 2013 Rentes d invalidité de l'ai Généralités 1 Les personnes assurées qui, du fait d une atteinte à la santé, sont totalement ou partiellement empêchées de travailler ou d accomplir

Plus en détail

Mémento LAA Guide pratique de l assurance-accidents

Mémento LAA Guide pratique de l assurance-accidents Mémento LAA Guide pratique de l assurance-accidents Vue d ensemble Bases légales de l assurance 1. Bases légales Personnes assurées 2. Personnes assurées obligatoirement 3. Personnes assurées à titre facultatif

Plus en détail

LES ASSURANCES SOCIALES

LES ASSURANCES SOCIALES LES ASSURANCES SOCIALES Généralités L'exercice d'une activité professionnelle implique l'obligation de s'acquitter de certaines assurances sociales. Cependant, la situation varie fortement selon qu'une

Plus en détail

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle obligatoire (LPP) en Suisse Etat: janvier 2012 Table des matières Le 2 e pilier dans le système suisse de prévoyance

Plus en détail

4.11. 2 L AI peut, à titre exceptionnel, prendre en charge les frais de. 3 Ces dispositions sont aussi valables pour les frontaliers

4.11. 2 L AI peut, à titre exceptionnel, prendre en charge les frais de. 3 Ces dispositions sont aussi valables pour les frontaliers 4.11 Etat au 1 er janvier 2008 Couverture d assurance en cas de mesures de réadaptation de l AI Couverture d assurance en cas de maladie 1 Toute personne domiciliée en Suisse est couverte par l assurance-maladie

Plus en détail

Panorama des assurances sociales en Suisse

Panorama des assurances sociales en Suisse Panorama des assurances sociales en Suisse Assurances Prestations Personnes assurées Bases de calcul des prestations Incapacité de trav Assurance-vieillesse et survivants Assurance-invalidité (AVS/AI)

Plus en détail

VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE

VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE + LE SYSTÈME DE SÉCURITÉ SOCIALE EN SUISSE + LE SYSTÈME SOCIAL Le système suisse de sécurité sociale est relativement complexe: chaque branche a ses particularités. Cela tient

Plus en détail

www Sécurité sociale en Suisse: www.ofsp.admin.ch > Thèmes > Aperçu > Données de base

www Sécurité sociale en Suisse: www.ofsp.admin.ch > Thèmes > Aperçu > Données de base Vivre et travailler en Suisse + Le système de sécurité sociale en Suisse + Le système social* Le système suisse de sécurité sociale est relativement complexe: chaque branche a ses particularités. Cela

Plus en détail

Garantir le minimum vital

Garantir le minimum vital 1 er pilier, AVS/AI Garantir le minimum vital Par le biais de l AVS/AI, la prévoyance étatique couvre les besoins vitaux de toute la population. 1. Situation initiale La prévoyance vieillesse, survivants

Plus en détail

Les assurances sociales et le travail à temps partiel

Les assurances sociales et le travail à temps partiel Les assurances sociales et le travail à temps partiel Informations utiles à toutes les personnes qui travaillent à temps partiel et assument la garde d enfants ou l assistance de parents. Informations

Plus en détail

05.025 é Loi sur le nouveau régime de financement des soins

05.025 é Loi sur le nouveau régime de financement des soins e-parl 8.09.007 4: Conseil des Etats Session d'automne 007 05.05 é Loi sur le nouveau régime de financement des soins Droit en vigueur Projet du Conseil fédéral Décision du Conseil des Etats Décision du

Plus en détail

3.01 Prestations de l AVS Rentes de vieillesse et allocations pour impotent de l AVS

3.01 Prestations de l AVS Rentes de vieillesse et allocations pour impotent de l AVS 3.01 Prestations de l AVS Rentes de vieillesse et allocations pour impotent de l AVS Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Lorsque vous atteignez l âge ordinaire de la retraite, vous avez droit à une rente

Plus en détail

Mémento concernant l assurance-accidents obligatoire selon la LAA

Mémento concernant l assurance-accidents obligatoire selon la LAA Mémento concernant l assurance-accidents obligatoire selon la LAA Assurance Base légale de l assurance La loi fédérale sur l assurance-accidents (LAA) du 20 mars 1981 ainsi que les ordonnances qui s y

Plus en détail

LES ASSURANCES SOCIALES

LES ASSURANCES SOCIALES LES ASSURANCES SOCIALES Généralités L'exercice d'une activité professionnelle implique l'obligation de s'acquitter de certaines assurances sociales. Cependant, la situation varie fortement selon qu'une

Plus en détail

ASSURANCE-INVALIDITE Notions de bases

ASSURANCE-INVALIDITE Notions de bases L Assurance-Invalidité (LAI) ASSURANCE-INVALIDITE Notions de bases 1. Quelques principes importants de l AI 2. La 5 ème révision de l AI (01.01.2008) service social 1 service social 2 L Assurance-Invalidité

Plus en détail

Informations relatives à l assurance d indemnités journalières

Informations relatives à l assurance d indemnités journalières Personalamt des Kantons Bern Münstergasse 45 3011 Berne Téléphone 031 633 43 36 Téléfax 031 633 43 48 Office du personnel du canton de Berne Informations relatives à l assurance d indemnités journalières

Plus en détail

des assurances sociales (LPGA) 6 s appliquent à l AI (art. 1a à 26 bis et 28 à 70), à moins que la présente loi ne déroge expressément à la LPGA.

des assurances sociales (LPGA) 6 s appliquent à l AI (art. 1a à 26 bis et 28 à 70), à moins que la présente loi ne déroge expressément à la LPGA. Loi fédérale sur l assurance-invalidité (LAI) 1 831.20 du 19 juin 1959 (Etat le 1 er janvier 2014) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 112, al. 1, et 112b, al. 1, de la Constitution

Plus en détail

Assurances selon la LAMal

Assurances selon la LAMal Assurances selon la LAMal Règlement Edition 01. 2015 Table des matières I Dispositions communes 1 Validité 2 Affiliation / admission 3 Suspension de la couverture-accidents 4 Effets juridiques de la signature

Plus en détail

Les assurances sociales au quotidien II

Les assurances sociales au quotidien II François Wagner Les assurances sociales au quotidien II Assurances maladie et prévoyance professionnelle Assurance vieillesse et survivants Allocations familiales CIP-Notice abrégée de la deutsche Bibliothek

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

EDITION 2010. PROVITA Conditions générales d assurance (CGA) de l assurance obligatoire des soins selon la LAMal POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES.

EDITION 2010. PROVITA Conditions générales d assurance (CGA) de l assurance obligatoire des soins selon la LAMal POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. EDITION 2010 PROVITA Conditions générales d assurance (CGA) de l assurance obligatoire des soins selon la LAMal POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. Sommaire Page I Généralités Art. 1 Contenu 3 Art. 2 Base

Plus en détail

Votre capital le plus précieux: Les collaborateurs de votre entreprise.

Votre capital le plus précieux: Les collaborateurs de votre entreprise. Votre capital le plus précieux: Les collaborateurs de votre entreprise. Guide de la prévoyance professionnelle (2 e pilier): Assurance accidents obligatoire selon la LAA Complément à l assurance accidents

Plus en détail

Assurance individuelle d indemnités journalières selon la LCA

Assurance individuelle d indemnités journalières selon la LCA Assurance individuelle d indemnités journalières selon la LCA Conditions générales d assurance (CGA) Edition 08.2010 Table des matières I Bases contractuelles 2 1 Objet de l assurance 2 2 Bases contractuelles

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)

Conditions générales d assurance (CGA) Assurances complémentaires collectives selon la Loi fédérale sur le contrat d assurance (LCA) Conditions générales d assurance (CGA) Edition de janvier 2005 (version 2007) Sanitas Assurances privées SA

Plus en détail

Règlement de prévoyance de la Bâloise-Fondation collective pour la prévoyance professionnelle obligatoire

Règlement de prévoyance de la Bâloise-Fondation collective pour la prévoyance professionnelle obligatoire Règlement de prévoyance de la Bâloise-Fondation collective pour la prévoyance professionnelle obligatoire Édition de janvier 2015 Votre sécurité nous tient à cœur. Sommaire I. Généralités 1. Bases 3 2.

Plus en détail

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières Mémento de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents (LAA) GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon Table des matières Base légale de l assurance Page Personnes assurées 1.

Plus en détail

Assurances véhicules à moteur. Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? Assurance accidents

Assurances véhicules à moteur. Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? Assurance accidents Assurances véhicules à moteur 68 69 Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? J entends des avis très contradictoires sur la nécessité de l assurance occupants d un véhicule à moteur. En Suisse,

Plus en détail

Assurance-accidents complémentaire LCA Conditions générales d assurance (CGA)

Assurance-accidents complémentaire LCA Conditions générales d assurance (CGA) Assurance-accidents complémentaire LCA Conditions générales d assurance (CGA) Edition 2014 Assurance-accidents complémentaire LCA Conditions générales d assurance (CGA) Edition 2014 Sympany Sommaire 1

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)

Conditions générales d assurance (CGA) Compact Basic Assurance obligatoire des soins (assurance de base) selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions générales d assurance (CGA) Edition de décembre 2013 Organisme d assurance:

Plus en détail

Les assurances sociales au quotidien I

Les assurances sociales au quotidien I François Wagner Les assurances sociales au quotidien I Assurances accident, chômage et invalidité Prestations complémentaires Allocations perte de gain maternité CIP-Notice abrégée de la deutsche Bibliothek

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Assurance-accidents obligatoire (LAA) Dispositions légales et possibilités de complément/

Assurance-accidents obligatoire (LAA) Dispositions légales et possibilités de complément/ Assurance-accidents obligatoire (LAA) Dispositions légales et possibilités de complément/ Assurance-accidents obligatoire (LAA)/ L assurance-accidents obligatoire (LAA) assure employé et employeur contre

Plus en détail

Assurance perte de salaire LCA Conditions générales d assurance (CGA)

Assurance perte de salaire LCA Conditions générales d assurance (CGA) Assurance perte de salaire LCA Conditions générales d assurance (CGA) Edition 2014 Assurance perte de salaire LCA Conditions générales d assurance (CGA) Edition 2014 Sympany Sommaire 1 Bases de l assurance

Plus en détail

Les taux pratiqués pour l AVS/AI/APG (salariés et indépendants) demeureront inchangés.

Les taux pratiqués pour l AVS/AI/APG (salariés et indépendants) demeureront inchangés. Hotelactual / News 2008 10.2007 Assurance-vieillesse et survivants Les taux pratiqués pour l AVS/AI/APG (salariés et indépendants) demeureront inchangés. Nouveau numéro de sécurité sociale (NNSS) Nous

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité

Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité (Loi sur l assurance-chômage, LACI) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

Les assurances sociales

Les assurances sociales Les assurances sociales Situation au 1 er janvier 2015 Libera SA experts en prévoyance professionnelle www.libera.ch Impressum Editeur Libera SA Libera SA Aeschengraben 10 Stockerstrasse 44 Case postale

Plus en détail

Les assurances sociales

Les assurances sociales Les assurances sociales Etat 1 er janvier 2014 Libera SA experts en prévoyance professionnelle www.libera.ch Impressum Editeur Libera SA Libera SA Aeschengraben 10 Stockerstrasse 44 Case postale Case postale

Plus en détail

Digne de confiance. Règlement. Art. I. Dispositions générales Objet 1 Base 2 Formes particulières d assurance 3

Digne de confiance. Règlement. Art. I. Dispositions générales Objet 1 Base 2 Formes particulières d assurance 3 Digne de confiance Édition 2012 Assurance obligatoire des soins Règlement Art. I. Dispositions générales Objet 1 Base 2 Formes particulières d assurance 3 II. III. IV. Rapport d assurance Personnes assurées,

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)

Conditions générales d assurance (CGA) Assurance obligatoire des soins selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions générales d assurance (CGA) Edition de janvier 2009 (version 2013) Organisme d assurance: Wincare Assurances

Plus en détail

Le certificat de prévoyance. Pour faire le point sur les prestations de prévoyance professionnelle.

Le certificat de prévoyance. Pour faire le point sur les prestations de prévoyance professionnelle. Le certificat de prévoyance. Pour faire le point sur les prestations de prévoyance professionnelle. Le certificat de prévoyance contient de nombreuses informations intéressantes concernant la couverture

Plus en détail

INFORMATION SUR LES ASSURANCES

INFORMATION SUR LES ASSURANCES Delémont, le 29 octobre 2014 INFORMATION SUR LES ASSURANCES Aux employés de l'etat Récapitulatif des différentes assurances sociales Les termes utilisés dans le présent document pour désigner des personnes

Plus en détail

Assurance obligatoire des soins

Assurance obligatoire des soins Assurance obligatoire des soins selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions d assurance Sanitas Corporate Private Care Edition de janvier 2009 (version 2013) Organisme d assurance:

Plus en détail

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Les assurances. Économie, connaiss.de base Réponse 2

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Les assurances. Économie, connaiss.de base Réponse 2 Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Quel est le principe sur lequel se basent nombre d assurances? Expliquez ce principe. Le principe de solidarité. Un certain nombre

Plus en détail

Activités, directives et contexte du recours

Activités, directives et contexte du recours Activités, directives et contexte du recours 1. Qu est-ce que le recours? La notion et le système du recours proviennent du droit civil et tirent leur origine de la réglementation sur la solidarité du

Plus en détail

Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel

Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel Vos agences régionales Suva Assurance militaire Suva Genève Assurance militaire Rue Ami-Lullin 12, case postale 3949, 1211 Genève 3, tél. 022

Plus en détail

Aperçu de la prévoyance professionnelle.

Aperçu de la prévoyance professionnelle. Aperçu de la prévoyance professionnelle. Tour d horizon de la loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP). Sous le signe de la modernisation. 20 ans après

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)

Conditions générales d assurance (CGA) Assurance obligatoire des soins selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions générales d assurance (CGA) Edition de janvier 2009 (version 2013) Organisme d assurance: Sanitas Assurances

Plus en détail

4.11 Etat au 1 er janvier 2013

4.11 Etat au 1 er janvier 2013 4.11 Etat au 1 er janvier 2013 Couverture d assurance en cas de mesures de réadaptation de l AI Couverture d assurance en cas de maladie 1 Toute personne domiciliée en Suisse est couverte par l assurance-maladie

Plus en détail

Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève

Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève «Task Force LAMat» AMat Etat au 1 er janvier 2010 Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève Rapport avec le droit fédéral En date du 1 er juillet 2005, la législation fédérale sur les allocations

Plus en détail

Généraliste en assurances sociales

Généraliste en assurances sociales Généraliste en assurances sociales P R O G R A M M E DE FORMATION FORMER INFORMER COORDONNER En collaboration avec Table des matières Chapitre Page I. Renseignements généraux... 3 II. Programme... 4 1.

Plus en détail

Caisse de pension Fédération Suisse des Avocats (CP FSA) Règlement de prévoyance. En vigueur depuis le 1 er janvier 2014

Caisse de pension Fédération Suisse des Avocats (CP FSA) Règlement de prévoyance. En vigueur depuis le 1 er janvier 2014 Caisse de pension Fédération Suisse des Avocats (CP FSA) Règlement de prévoyance En vigueur depuis le 1 er janvier 2014 Définitions Caisse de pension Employeurs Indépendants Employés Assurés Cas de prévoyance

Plus en détail

Info. Ligue contre l Epilepsie. Epilepsie. Qu est-ce que c est une crise épileptique ou une épilepsie?

Info. Ligue contre l Epilepsie. Epilepsie. Qu est-ce que c est une crise épileptique ou une épilepsie? Ligue contre l Epilepsie Ligue Suisse contre l Epilepsie Schweizerische Liga gegen Epilepsie Lega Svizzera contro l Epilessia Swiss League Against Epilepsy Info Epilepsie Qu est-ce que c est une crise

Plus en détail

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses 2.09 Cotisations Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances

Plus en détail

Guide des assurances sociales à l intention des employeurs. Edition 2015

Guide des assurances sociales à l intention des employeurs. Edition 2015 Guide des assurances sociales à l intention des employeurs Edition 2015 Contenu Introduction...3 l assurance vieillesse et survivants (LAVS)...4 l assurance invalidité (LAI)... 5 les allocations pour perte

Plus en détail

Assurance maladie collective perte de salaire. Conditions générales (CGA)

Assurance maladie collective perte de salaire. Conditions générales (CGA) Assurance maladie collective perte de salaire Conditions générales (CGA) Édition 01.07.2005 ETENDUE DE L'ASSURANCE 1 Objet de l'assurance 2 Définitions 3 Limitations de couverture 4 Personnes assurées

Plus en détail

Prévoyance professionnelle des personnes au chômage. Complément d information à l Info-Service «Etre au chômage» selon la LACI et la LPP

Prévoyance professionnelle des personnes au chômage. Complément d information à l Info-Service «Etre au chômage» selon la LACI et la LPP EDITION 2014 Complément d information à l Info-Service «Etre au chômage» Une brochure pour les chômeurs Prévoyance professionnelle des personnes au chômage selon la LACI et la LPP REMARQUES Le présent

Plus en détail

je connais mon banquier je connais mon banquier La sécurité financière de votre vie future Prévoir

je connais mon banquier je connais mon banquier La sécurité financière de votre vie future Prévoir La sécurité financière de votre vie future Prévoir Que nous réserve l avenir? C est une question que chacun de nous se pose de temps en temps sans pouvoir y répondre avec beaucoup d assurance. Quoi qu

Plus en détail

Assurances complémentaires collectives s-care/h-care

Assurances complémentaires collectives s-care/h-care Assurances complémentaires collectives s-care/h-care selon la Loi fédérale sur le contrat d assurance (LCA) Conditions générales d assurance (CGA) Sanitas Corporate Private Care Edition de janvier 2005

Plus en détail

Les personnes assurées et les cotisations. Revenu annuel provenant d une activité lucrative en pour-cent du revenu

Les personnes assurées et les cotisations. Revenu annuel provenant d une activité lucrative en pour-cent du revenu Règlement sur l assurance-invalidité (RAI) 1 831.201 du 17 janvier 1961 (Etat le 1 er janvier 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 81 de la loi fédérale du 6 octobre 2000 sur la partie générale du

Plus en détail

Loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité

Loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité Loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP) 831.40 du 25 juin 1982 (Etat le 1 er janvier 2015) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 34

Plus en détail

relative au remboursement des frais de maladie et d invalidité en matière de prestations complémentaires (OMPCF)

relative au remboursement des frais de maladie et d invalidité en matière de prestations complémentaires (OMPCF) Ordonnance du 6 septembre 2010 Entrée en vigueur : 01.01.2011 relative au remboursement des frais de maladie et d invalidité en matière de prestations complémentaires (OMPCF) Le Conseil d Etat du canton

Plus en détail

Convention d affiliation (CA) au contrat-cadre pour les micro-entreprises et petites entreprises (N 1142)

Convention d affiliation (CA) au contrat-cadre pour les micro-entreprises et petites entreprises (N 1142) innova Versicherungen AG Case postale 3073 Gümligen Convention d affiliation (CA) au contrat-cadre pour les micro-entreprises et petites entreprises (N 1142) Entre (nom société) Pour les sociétés de personnes

Plus en détail

Cours de préparation au brevet en assurances sociales

Cours de préparation au brevet en assurances sociales Cours de préparation au brevet en assurances sociales P R O G R A M M E DE FORMATION FORMER INFORMER COORDONNER En collaboration avec Table des matières Chapitre Page I. Renseignements généraux... 3 II.

Plus en détail

Ordonnance relative au remboursement des frais de maladie et des frais résultant de l invalidité en matière de prestations complémentaires

Ordonnance relative au remboursement des frais de maladie et des frais résultant de l invalidité en matière de prestations complémentaires Ordonnance relative au remboursement des frais de maladie et des frais résultant de l invalidité en matière de prestations complémentaires (OMPC) 831.301.1 du 29 décembre 1997 (Etat le 3 décembre 2002)

Plus en détail

Conditions générales d assurance

Conditions générales d assurance Conditions générales d assurance pour l assurance perte de gain en cas de maladie () GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon Table des matières Objet et étendue de l assurance Page 1. Objet de l assurance

Plus en détail

CGA. Assurance des soins. (Conditions générales d assurance) Visana SA, sana24 SA, vivacare SA. Med Call (LAMal) Valable dès 2014

CGA. Assurance des soins. (Conditions générales d assurance) Visana SA, sana24 SA, vivacare SA. Med Call (LAMal) Valable dès 2014 CGA (Conditions générales d assurance) Visana SA, sana24 SA, vivacare SA Valable dès 2014 Assurance des soins Med Call (LAMal) Table des matières Page 3 4 5 6 6 6 7 7 1. Principes 2. Prestations 3. Primes

Plus en détail

Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG

Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG 2.03 Cotisations Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref L assurance-vieillesse et survivants (AVS), l assurance-invalidité (AI)

Plus en détail

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier/

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier/ Prévoyance professionnelle Ce qu il faut savoir du 2 e pilier/ Prévoyance professionnelle obligatoire (LPP) en Suisse Etat: janvier 2015 Table des matières Le 2 e pilier dans le système suisse de prévoyance

Plus en détail

Evaluation du système d assurance d indemnités journalières en cas de maladie et propositions de réforme Rapport du Conseil fédéral

Evaluation du système d assurance d indemnités journalières en cas de maladie et propositions de réforme Rapport du Conseil fédéral Approuvé par le Conseil fédéral le 30 septembre 2009 Evaluation du système d assurance d indemnités journalières en cas de maladie et propositions de réforme Rapport du Conseil fédéral en réponse au postulat

Plus en détail

2.06 Etat au 1 er janvier 2011

2.06 Etat au 1 er janvier 2011 2.06 Etat au 1 er janvier 2011 Travail domestique Qu est-ce qui est considéré comme travail domestique? 1 On entend par travail domestique, par exemple, l activité des personnes suivantes : nettoyeuse/nettoyeur;

Plus en détail

5.01 Prestations complémentaires Prestations complémentaires à l AVS et à l AI

5.01 Prestations complémentaires Prestations complémentaires à l AVS et à l AI 5.01 Prestations complémentaires Prestations complémentaires à l AVS et à l AI Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Les prestations complémentaires à l AVS et à l AI sont accordées lorsque les rentes et

Plus en détail

L assurance-maladie pour les sportifs.

L assurance-maladie pour les sportifs. L assurance-maladie pour les sportifs. Offre pour la clientèle privée Aperçu 2012 vivacare, l assurance-maladie pour les sportifs. Les prestations proposées par vivacare sont spécialement conçues pour

Plus en détail

Assurance des auxiliaires

Assurance des auxiliaires Digne de confiance Assurance des auxiliaires Assurance-accidents pour le personnel auxiliaire des exploitations agricoles non soumis à la LAA Conditions générales d assurance (CGA) Information à la clientèle

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)

Conditions générales d assurance (CGA) Conditions générales d assurance (CGA) Assurance-accidents complémentaire à la LAA (LAAC) pour le personnel Edition 07.2006 8001021 10.09 WGR 040 F Table des matières Assurance-accidents complémentaire

Plus en détail

BULLETIN DE LA PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE NO. 84

BULLETIN DE LA PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE NO. 84 Prévoyance vieillesse et survivants Effingerstrasse 20, 3003 Berne tél. 031 324 06 11 fax 031 324 06 83 http://www.ofas.admin.ch BULLETIN DE LA PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE NO. 84 12 juillet 2005 Table des

Plus en détail

Swiss Ice Hockey Federation, Hagenholzstrasse 81, P.O. Box, CH-8050 Zürich Page 1 de 6

Swiss Ice Hockey Federation, Hagenholzstrasse 81, P.O. Box, CH-8050 Zürich Page 1 de 6 Mémento Assurances Joueurs licenciés Regio League Swiss Ice Hockey Federation, Hagenholzstrasse 81, P.O. Box, CH-8050 Zürich Page 1 de 6 Table des matières Table des matières 2 Introduction 2 1. Assurances

Plus en détail

Assurance obligatoire dans des cas spéciaux. choix d une profession sont également assurées à titre obligatoire.

Assurance obligatoire dans des cas spéciaux. choix d une profession sont également assurées à titre obligatoire. Ordonnance sur l assurance-accidents (OLAA) 832.202 du 20 décembre 1982 (Etat le 1 er janvier 2014) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 81 de la loi fédérale du 6 octobre 2000 sur la partie générale du

Plus en détail

Consulting Service sàrl. Future. Conseil et formation en assurances sociales. Assurances Sociales. 22 mai 2015

Consulting Service sàrl. Future. Conseil et formation en assurances sociales. Assurances Sociales. 22 mai 2015 Le contenu q Modifications depuis 2012 q Les projets de révision q Un cas pratique pour le congé maternité q Sites Internet utiles Version 2015 / François Wagner 2 Assurances sociales Assurances sociales

Plus en détail

Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur

Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur 1. Dispositions générales Art.1 Organisation de la CPR Responsable de la professionnelle 1 Sous le nom de «Caisse de pension Ramoneur» (CPR) une fondation

Plus en détail

Projet de la Commission de rédaction pour le vote final. (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce)

Projet de la Commission de rédaction pour le vote final. (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce) Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Code civil suisse (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce) Modification du 19 juin 2015 L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

La Ligue contre l Epilepsie

La Ligue contre l Epilepsie L épilepsie peut frapper n importe qui La Ligue contre l Epilepsie recherche aide information Photo Foto: photocase.de, : istockphoto.com, photographe : torichter L épilepsie affecte près d un pour cent

Plus en détail

Assurance perte de salaire (LAMal).

Assurance perte de salaire (LAMal). Assurance perte de salaire (LAMal). Conditions générales d assurance (CGA) Edition 2011 Sommaire 1. Bases de l assurance 1.1 But 1.2 Assureur 1.3 Contrat d assurance 1.4 Graphie au masculin et au féminin

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA) pour l assurance-accidents complémentaire selon la LAA Helsana Business Accident

Conditions générales d assurance (CGA) pour l assurance-accidents complémentaire selon la LAA Helsana Business Accident Edition 2006 Conditions générales d assurance (CGA) pour l assurance-accidents complémentaire selon la LAA Helsana Business Accident HEL-00051-fr-0808-02 Helsana Assurances SA est autorisée à entreprendre

Plus en détail

Assurance-accidents et chômage de A à Z

Assurance-accidents et chômage de A à Z Assurance-accidents et chômage de A à Z Les personnes sans emploi ayant droit à l indemnité de chômage bénéficient de la couverture accidents de la Suva. La Suva porte une attention toute particulière

Plus en détail

Règlement de prévoyance de la Caisse de pensions Poste

Règlement de prévoyance de la Caisse de pensions Poste Règlement de prévoyance de la Caisse de pensions Poste valable dès le er août 0 Caisse de pensions Poste Viktoriastrasse 7 Case postale 58 000 Berne 5 téléphone 058 8 56 66 courriel pkpost@pkpost.ch www.pkpost.ch

Plus en détail

Conditions générales d assurance

Conditions générales d assurance Conditions générales d assurance Assurance décès obligatoire et garantie complémentaire facultative des mensualités en cas d incapacité de gain, d incapacité de travail et de chômage pour CREDIT-now 130

Plus en détail

Guide. Frontalier. Suisse

Guide. Frontalier. Suisse Guide Frontalier du Suisse Sommaire A. Généralités 3 1. L accord sur la libre circulation des personnes 3 2. Le droit d option 5 B. Je pars travailler en Suisse et j habite en France 7 1. Quel est mon

Plus en détail

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES PERSONNES AGEES ADRESSE AUX GOUVERNEMENTS PAR L'EXPERTE INDEPENDANTE SUR LA QUESTION DES DROITS DE L'HOMME ET L'EXTREME PAUVRETE (i)

Plus en détail

1.1.2014 IMPORTANTES INFORMATIONS POUR LES BÉNÉFICIAIRES D UNE RENTE FAR

1.1.2014 IMPORTANTES INFORMATIONS POUR LES BÉNÉFICIAIRES D UNE RENTE FAR 1.1.2014 IMPORTANTES INFORMATIONS POUR LES BÉNÉFICIAIRES D UNE RENTE FAR Sommaire Décision de prestations 1 Formulaire de déclaration définitive 1 Possibilité de faire examiner la décision de prestations

Plus en détail

Les assurances sociales au quotidien II

Les assurances sociales au quotidien II François Wagner Les assurances sociales au quotidien II Assurance maladie, prévoyance professionnelle, assurance vieillesse et survivants et allocations familiales CIP-Notice abrégée de la deutsche Bibliotek

Plus en détail

Informations utiles en vue d un séjour en Suisse

Informations utiles en vue d un séjour en Suisse Informations utiles en vue d un séjour en Suisse CH-4501 Soleure Dornacherstrasse 28A Case Postale 246 Téléphone 032 346 18 18 Téléfax 032 346 18 02 info@ch-go.ch www.ch-go.ch Table des matières Introduction...

Plus en détail

Belgique : Gros plan sur les maladies professionnelles et les accidents du travail

Belgique : Gros plan sur les maladies professionnelles et les accidents du travail Belgique : Gros plan sur les maladies professionnelles et les accidents du travail L assurance belge contre les maladies professionnelles et les accidents du travail occupe une place particulière dans

Plus en détail

Assurance perte de salaire (LAMal).

Assurance perte de salaire (LAMal). Assurance perte de salaire (LAMal). Règlement Edition 2010 Table des matières I Bases V Assurance-accidents Art. 1 Art. 2 Art. 3 Art. 4 Art. 5 Art. 6 Bases du contrat But Personnes assurées Preneur d assurance

Plus en détail

Assurances de personnes Accidents, obligatoire LAA, complémentaire LAA. Les risques du métier sont réels, vous pouvez anticiper

Assurances de personnes Accidents, obligatoire LAA, complémentaire LAA. Les risques du métier sont réels, vous pouvez anticiper Assurances de personnes Accidents, obligatoire, complémentaire Les risques du métier sont réels, vous pouvez anticiper Assurance de personnes Vaudoise Une meilleure couverture accidents pour de meilleures

Plus en détail

DROITS ET MES OBLIGATIONS?

DROITS ET MES OBLIGATIONS? JE PARS À LA RETRAITE QUELS SONT MES DROITS ET MES OBLIGATIONS? PRÉSENTATION DE L AVS 1er pilier du système de sécurité sociale suisse sse Obligatoire Couvre les besoins vitaux Principe de la solidarité

Plus en détail

VI. travail et assurances sociales

VI. travail et assurances sociales VI. travail et assurances sociales A quelles règles êtes-vous soumis en tant qu employeur Ce chapitre vous fournit des indications sur les charges sociales obligatoires et sur certains aspects importants

Plus en détail

Frais de maladie et déductions aux impôts

Frais de maladie et déductions aux impôts Frais de maladie et déductions aux impôts 1 Pour les personnes malades ou souffrant de handicap, remplir une déclaration d impôt est souvent compliqué, beaucoup de frais sont en effet déductibles. Mais

Plus en détail