Economies d énergie. Classe : Lycée et BTS Discipline : Science et Technologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Economies d énergie. Classe : Lycée et BTS Discipline : Science et Technologie"

Transcription

1 Economies d énergie Classe : Lycée et BTS Discipline : Science et Technologie Durée : 4 heures Thème abordé : Economie d énergie et de matière première Objectifs : - A partir d un exemple industriel concret, faire un inventaire des solutions permettant de réaliser des économies d énergie et de matière première. - Connaître des termes importants : HQE, - Identifier le type d énergie et les technologies associées. - Décrire le principe de fonctionnement de chaque solution - A partir d un dossier précis, justifier des éléments de l installation - Savoir calculer un retour sur investissement Prérequis : Formules de base d électricité. Les différentes technologies, HQE, Retour sur investissement Concepts à maîtriser en fin de séquence Sources : PREMIERE PARTIE : Economies d énergie et de ressources en matière première (par groupe de 2 à 4 élèves) Dossier économie d énergie entreprise PRO FIL Dossier élève p1/14

2 I. Visionner les deux vidéos présentant l entreprise PRO FIL. Noter les solutions techniques de production ou d économie d énergie qui sont utilisées dans cette entreprise sur le document réponse n 1. II. Compléter le tableau ci-dessous en notant : - le nom de la solution employée - le type d énergie ou de matière première économisée - très succinctement le principe de fonctionnement. SOLUTIONS D ECONOMIE D ENERGIE Nom Energie Principe Géothermie (Puits canadien) Thermique Récupération de la chaleur de du sol Ventilation mécanique double flux Thermique Récupération de la chaleur de l air devant être évacué par la ventilation Récupération maximale de l énergie thermique du soleil Orientation plein sud Thermique, Lumineuse Pompe à chaleur Thermique Récupération de la chaleur de l air extérieur Chauffe eau solaire Thermique Création d eau chaude sanitaire à partir de l énergie thermique fournie par le soleil Détection de présence Electrique Eclairer uniquement lors de la présence du personnel Eclairage basse consommation Electrique, Augmentation confort lumineux Utiliser une technologie présentant un bon rendement et améliorant la qualité de l éclairage Chauffage rayonnant Thermique Concentrer la chaleur en direction du personnel Isolation renforcée Thermique Limiter les pertes thermiques en augmentant l isolation SOLUTIONS D ECONOMIE DE MATIERE PREMIERE Nom Matière première Principe Recyclage des déchets plastiques Dérivés pétroliers (plastique) Réutilisation du plastique pour une deuxième vie Recyclage des déchets papiers et bois Bois et cartons Incinération pour chauffage cimenteries Récupérateur eau de pluie Eau potable Récupération, stockage, et utilisation de l eau de pluie dans les sanitaires DEUXIEME PARTIE : Synthèse (réalisée par chaque groupe et l enseignant) 1) Présentation de la charte HQE : L enseignant présente les conditions nécessaires pour obtenir le label HQE (Haute Qualité Environnementale) Dossier économie d énergie entreprise PRO FIL Dossier élève p2/14

3 L enseignant s appuie sur les diapositives 5 et 6 du document power point présentant l entreprise. Possibilité d étendre la présentation avec les exemples suivant sur le site de l association HQE. 2) Débats autour des solutions : (2 ou trois solutions par groupe) Le but est de confronter les réponses des groupes, et de corriger le tableau donné dans la première partie ainsi que le document réponse n 1 (image page suivante). 3) Synthèse de chaque solution : En utilisant le document au format power point (diapositives 7 à 41), l enseignant réalise une synthèse des solutions mises en œuvre dans cette société. 4) Recensement des sources d énergie qui ne sont pas utilisées dans cette entreprise : Débat autour des moyens de production et ou d économies d énergie qui ne sont pas encore mis en œuvre dans cette entreprise. Photovoltaïque Eolien Bois-énergie (granulés de bois, copeaux, paille ) TROISIEME PARTIE : Approfondissement (travail par groupe de 2 à 4 élèves) Cette troisième partie est l occasion d approfondir quelques uns des points vus précédemment. Travail par groupe de 2 à 4 élèves, en conditions identiques à celles de TPE sur un des deux thèmes suivants - Eclairage basse consommation (tubes fluorescents) - Puits Canadien Dans un premier, prendre connaissance des deux dossiers. Chaque groupe choisi un dossier et traite l exercice qui s y rapporte L exercice se trouve à la fin de chaque dossier. Deux groupes différents présenteront une correction des exercices. Dossier économie d énergie entreprise PRO FIL Dossier élève p3/14

4 Dossier économie d énergie entreprise PRO FIL Dossier élève p4/14

5 Dossier éclairage par tube fluorescent et ballast I. Généralités sur le tube fluorescent : Fonctionnement interne de la lampe : Les lampes fluorescentes fonctionnement suivant le principe des lampes à décharge. Des électrons sont émis par les deux électrodes en tungstène qui composent le tube. A travers le tube, ces électrons entrent en collision avec des atomes de mercure. Il en résulte alors une libération d énergie sous forme d ultraviolets. C est la couche fluorescente présente sur la face interne des tubes qui absorbe cette énergie et la transforme en lumière visible. Domaine d utilisation : Les tubes fluorescents sont des lampes très utilisées. On les retrouve dans des applications comme l éclairage des bureaux, entreprises, lorsque les hauteurs ne sont pas préjudiciables, dans les hypermarchés... Types de tubes fluorescents existants : Aujourd hui, vous pouvez trouver deux familles de tubes en vente sur le marché. Leur différence provient de leurs caractéristiques : - Tube T8 : tube fluorescent actuellement installé dans la plupart des entreprises. Diamètre du tube : 26 mm. - Tube T5 : tube récent plus petit, moins puissant et ayant des caractéristiques d éclairement meilleures à puissance égale. Diamètre du tube : 16 mm. Pour connaître les caractéristiques et avantages des tubes fluorescents T5, se reporter à la documentation de l ADEME : Tubes fluorescent haut rendement. II. Fonctionnement d un tube fluorescent avec ballast ferromagnétique On asocie souvent deux tubes fluorescents dans le même luminaire, c est le cas pour l entreprise Pro Fil qui utilise des luminaires de 2 x 58 W. Contrairement à une lampe à incandescence, un tube fluorescent ne peut pas fonctionner seul. Un luminaire classique contient deux tubes fluorescents de 58 W chacun et un dispositif de commande ferromagnétique (classe énergétique B ; C ou D) : - deux starters - deux ballasts ferromagnétiques - un condensateur Le ballast et le starter sont deux éléments nécessaires pour amorcer un tube fluorescent. BILAN DE PUISSANCE : 2 tubes Schéma de 58 électrique W : 116 W pour un tube 58 W 140 W par Luminaire + + Dossier économie d énergie entreprise PRO FIL Dossier élève p5/14

6 1 ballast : 24 W de pertes III. Fonctionnement d un tube fluorescent avec ballast électronique Un luminaire électronique comporte deux tubes fluorescents de 58 W chacun et un dispositif de commande électronique. Un seul pour deux tubes fluorescents. + BILAN DE PUISSANCE : 2 tubes de 58 W Ballast + 2 tubes : 105 W 105 W par Luminaire CONCLUSION : Le simple fait de passer d un dispositif de commande (ballast) classique à un ballast électronique permet une économie de 20%. Autres avantages des ballasts électroniques : - Avec un ballast ferromagnétique, les tubes fluorescents ont tendance à scintiller lorsqu ils sont allumés (car alimentés par des signaux de fréquence basse). Ce n est plus le cas avec des ballasts électroniques, puisque les tubes sont alimentés par des signaux haute fréquence. - L utilisation de ballasts électroniques augmente la durée de vie des tubes fluorescents de 50%. Aussi, un tube de durée de vie moyenne heures pourra fonctionner heures. Ballasts électronique et ballasts électroniques gradables : Le ballast électronique décrit précédemment permet une économie d énergie de l ordre de 20%. Il existe des ballasts électroniques gradables (dimmables), qui, en plus de l économie d énergie de 20%, permettent de faire varier la lumière dans une proportion de 1% à 100 % du flux lumineux. A 1% du flux lumineux, la consommation énergétique est alors quasi-nulle. Différentes solutions sont alors envisageables pour augmenter les économies d énergie : - faire varier la luminosité d une pièce en fonction de l apport de lumière extérieure - créer différentes zones d éclairage en fonction des besoins IV. Installation présente dans l entreprise Pro Fil L éclairage d un atelier est généralement réalisé avec des tubes fluorescents. Les tubes utilisés sont des tubes fluorescents de type T8. Dossier économie d énergie entreprise PRO FIL Dossier élève p6/14

7 Ils sont commandés par des ballasts électroniques. Chaque luminaire installé comporte deux tubes de 58 W chacun. Les luminaires sont répartis comme indiqué sur le schéma ci-dessous Rangée de 18 luminaires Rangée de 18 luminaires V. Retour sur investissement L utilisation de ballasts électroniques entraîne un surcoût de matériel par rapport à une solution avec des ballasts ferromagnétiques. En effet, on peut estimer les ballasts et accessoires nécessaires pour un luminaire à 20. Par contre le ballast électronique nécessaire à un luminaire a un prix de revient de 45. Ce surcoût est amorti en 7 ans. VI. Autres critères d économie Outre la technologie de la lampe (T5 ou T8), la technologie des ballasts électroniques (ferromagnétique, électronique, électronique gradable), il est possible d accroître les économies d énergie en utilisant des techniques ou appareils spécifiques : - utilisation de détecteurs de présence : En l absence de personnel dans une zone de l atelier, ou dans tout l atelier, il est inutile d éclairer. Inséré dans le circuit de commande, un détecteur de présence permet de réaliser une économie substantielle allant jusqu à 20 %. - utilisation d horloges programmées : En utilisant des horloges programmées, on est sûr de d allumer et d éteindre l éclairage aux heures voulues le matin et le soir. L économie d énergie peut alors aller jusqu à 10%. Le tableau ci-dessous est un document réalisé par l ADEME. Il donne une idée des économies d énergie réalisables en fonction des techniques de gestions mises en œuvre. Dossier économie d énergie entreprise PRO FIL Dossier élève p7/14

8 Source ADEME : Variation et gestion de l éclairage industriel et tertiaire Exercice : Justification par le calcul du retour sur investissement de l éclairage par ballast électronique. 1) Compléter le tableau ci-dessous : Puissance consommée par un luminaire (2 tubes de 58 W) Puissance installée pour tout l atelier Calculer le courant consommé par l installation d éclairage Economies réalisables sur le matériel électrique Solution avec ballast Solution avec ballast ferromagnétique électronique 140 W 105 W 18 x 2 x 140 = W 18 x 2 x 105 = W (20% de moins ) FP = 0,87 FP = 0,95 I = 5040 / (0,87 x 230) I = 3780 / (0,95 x 230) I = 25, 3 A I = 17,3 A Le diamètre des câbles électriques alimentant les luminaires semble être plus petit dans le cas de ballasts électroniques. De même pour le calibre du disjoncteur de protection h (6 heures par jour pendant 180 jours et 2 h par jour pendant 140 jours) Nombre d heure d utilisation par an Consommation annuelle électrique pour l éclairage de Nombre de kwh/an = 6550 Nombre de kwh/an = 4900 l atelier Prix moyen du kwh Prix du kwh = 8 c Coût de la consommation Coût = 524 Coût = 392 Economie par an avec des ballasts électroniques 132 2) Quel est le surcoût lié à l installation de ballasts électroniques? 18 x 2 * (45 20) = ) Quelle est alors la durée du retour sur investissement? Retour sur investissement = 900 / 132 = 7 ans Dossier puits canadien Dossier économie d énergie entreprise PRO FIL Dossier élève p8/14

9 I. Comment ça marche? Le «puits canadien» a pour principe de faire circuler l air extérieur dans une canalisation enfouie dans le sol avant de l injecter dans le circuit de ventilation d un bâtiment. Le sol présente une inertie thermique beaucoup plus élevée que celle de l air extérieur, sa température varie moins en fonction de l heure et de la saison. Elle est pratiquement constante à partir de quelques mètres de profondeur (source Ekopedia) : Un puits canadien permet d exploiter l écart de température entre ces deux milieux : par rapport à une ventilation classique, on obtient ainsi un léger réchauffement de l air en hiver et son rafraîchissement en été. II. Quel est le confort apporté? Même si cette différence de température est insuffisante pour assurer à elle seule le chauffage et le rafraîchissement d un bâtiment, elle se traduit néanmoins par une économie d énergie non négligeable sur chauffage en hiver et sur la climatisation en été. Dans certains cas, cette dernière peut même devenir superflue. Dans le cas d une résidence secondaire, si le dimensionnement est bien réalisé, le maintien «hors gel» peut être obtenu. III. Contraintes de mise en œuvre. Dossier économie d énergie entreprise PRO FIL Dossier élève p9/14

10 La profondeur d enfouissement de la canalisation est un compromis entre le coût des travaux de terrassement et la température effective du sol. Une profondeur importante permet d accéder à zone où la température est stable toute l année (de 10 à 15 C suivant la région). Une profondeur moindre permet cependant de bénéficier du «déphasage» entre de la température du sol et la température ambiante : on récupère en soirée la chaleur accumulée par le sol en journée. Par contre, on perd en efficacité en intersaison : il peut être alors nécessaire arrêter le fonctionnement du puits canadien. En général, une profondeur de 1,5 à 2 m est «suffisante». Entrée du puits : Elle doit être conçue de manière à éviter l introduction d air pollué dans le circuit de ventilation. Il est faut donc : La placer en hauteur (1,20 m), dans une zone dégagée à l écart des voies de circulation, afin de ne pas aspirer les gaz stagnants ou de la poussière. Le couvercle doit être protégé contre les intempéries et muni d un grillage fin empêchant l entrée de rongeurs, d oiseaux ou de moustiques. Utiliser un matériau faiblement émissif de vapeurs toxiques ou d odeurs. Procéder à un entretient périodique. Canalisation souterraine : Elle constitue l échangeur thermique entre l air et le sol et doit présenter entre autres les caractéristiques suivantes : Résistance à l écrasement du à l enfouissement. Bonne conductibilité thermique pour permettre l échange de chaleur entre sol et air. Insensibilité à l oxydation car la face externe est soumise aux infiltrations d eau et la face interne à la condensation. Bonne étanchéité afin d éviter les infiltrations d eau, de bactéries, de moisissures et éventuellement de radon, un gaz radioactif d origine naturelle. Ne pas dégager pas de vapeurs nocives. La plupart des matériaux usuels ne répondent pas à toutes ces exigences : PVC : peu cher mais susceptible de dégager des composés toxiques et conductibilité thermique assez médiocre. Polyéthylène (PE) : assez cher. Béton : bonne conductibilité thermique et bonne résistance mécanique, mais l étanchéité entre les sections est difficile à obtenir. Fonte : excellente conductibilité thermique et bonne résistance mécanique, mais étanchéité également problématique, avec éventuellement un risque oxydation. En définitive, seuls des conduits conçus spécialement pour la réalisation de puits canadien peuvent convenir, par exemple : Des tuyaux en Polypropylène bleu, avec une couche intérieure bactéricide. Sortie du puits : Dossier économie d énergie entreprise PRO FIL Dossier élève p10/14

11 Elle doit être munie d un siphon assurant l évacuation de l eau qui se forme par condensation de l humidité présente dans l air circulant dans la canalisation. Une trappe ou un coude démontable peut éventuellement faciliter le nettoyage. La présence d un by-pass optionnel permet l arrivée directe d air extérieur. Modes de circulation de l air : L air peut circuler dans la canalisation suivant deux modes : Passif : on exploite la différence de pression entre l entrée et la sortie du puits. Soit on crée une surpression à l entrée en la plaçant face aux vents dominants, soit on crée une dépression à la sortie d évacuation de l air du local grâce à une cheminée solaire. Ces procédés ne consomment pas d énergie électrique mais ils sont très dépendants des conditions climatiques et ne permettent pas d obtenir un fonctionnement optimal. Forcé : La législation impose d installer dans les locaux d habitation une ventilation mécanique motorisée (VMC) afin d assurer le renouvellement de l air. Sous réserve que le ventilateur soit suffisant puissant pour compenser les pertes de charge des conduits, ont peut alimenter la VMC à partir du puits canadien. Des études comparatives ont été menées sur ce type d association. On constate un gain de chauffage maximal avec une VMC double flux, qui permet de récupérer la chaleur de l air vicié avant de le rejeter, au prix cependant d une moindre capacité de rafraîchissement en été (d après David Amitrano) : Comparaison du gain énergétique d une ventilation double flux (VDF), un puits canadien (PC, prof.=2.5 m, L=30 m), et d une ventilation double flux avec entrée d air prise sur le puits canadien (VDF+PC). Pour ce dernier cas on précise l apport de la VDF seule. L ensemble des courbes correspond à un débit d air de 90 m3/h. Le gain de chauffe annuel est donné par rapport à une ventilation mécanique de 90m3/h avec prise d air extérieur. IV. Critères de dimensionnement Si le principe de fonctionnement d un puits canadien est simple, son dimensionnement nécessite de prendre en compte de nombreux paramètres qui influent sur le flux thermique maximal récupérable. On peut citer entre autres : Profondeur d'enfouissement : incidence sur température de la «source chaude/froide». Dossier économie d énergie entreprise PRO FIL Dossier élève p11/14

12 Longueur, diamètre et nombre de tubes : incidence sur la surface de «l échangeur» air/sol et sur les pertes de charges donc sur l efficacité du puits. Débit de l air : Il doit être modéré pour permettre un bon échange thermique (l air doit avoir le temps d atteindre la température du sol) mais aussi suffisamment élevé pour garantir le renouvellement de l air dans le local imposé par la législation et pour extraire le maximum de chaleur du sol. Les courbes suivantes démontrent que (d après David Amitrano) : Flux thermique en fonction du débit : Pour une différence de température et un débit donnés, l augmentation de la longueur de la canalisation ne permet pas de dépasser une valeur maximale de flux «récupérable». Flux thermique en fonction du débit : Le flux thermique est proportionnel au débit d air et à la différence de température air/sol. Dossier économie d énergie entreprise PRO FIL Dossier élève p12/14

13 Autres contraintes : La vitesse de l air doit rester inférieure à 3 m/s. Le rapport entre le volume et la surface d échange du tube avec le sol ne doit pas être supérieur à 6. On trouve sur internet des sites proposant des formulaires de calcul. Par exemple : L ensemble de ces critères amène à utiliser couramment les paramètres suivants : Profondeur : 1,5 à 2 m Canalisation : Diamètre maximal de 24 cm. Longueur variable en fonction des besoins et de la surface disponible. Ordre grandeur pour une maison : 20 m. Pour réduire les pertes de charges, il peut être plus avantageux de mettre plusieurs tuyaux de section plus petite en de longueur moindre en parallèle. Débit : dépend du diamètre des canalisations et de la vitesse de l air. Ordre de grandeur pour une maison : 250 m3/h. Exemples de réalisation : Exercice : Etude du puits canadien du site de production de la société PRO FIL. A partir : de la plaquette de présentation de la société PRO FIL ; du dossier «puits canadien» fournissant les notions de base et des sites de référence ; des données fournies ponctuellement ; Dossier économie d énergie entreprise PRO FIL Dossier élève p13/14

14 Répondre aux questions suivantes : En supposant que les surfaces des différentes zones de chauffage sont sensiblement égales, quelle est la température moyenne dans les ateliers? Diapo 14/41 : Moyenne : ( ) / 3 = 14 C. Comment la ventilation des locaux est-elle assurée? Diapo 15/41 : Par une «VMC» fonctionnant uniquement la nuit pour l atelier. Diapo 16/41 : Par une «VMC» double flux alimentée par un puits canadien. Quels arguments peut-on utiliser pour justifier ce choix de ventilation? Atelier : L ouverture fréquente des portes lors de la manutention des matières premières et produit finis permet d obtenir un renouvellement de l air suffisant ; L activité ne produit pas de dégagement de vapeur d eau ou de gaz toxique ; Il y a peu de personnel pour un volume élevé. Le fonctionnement de la VMC le jour serait superflu et provoquerait une consommation d énergie électrique ainsi qu une perte d énergie thermique car cette VMC n étant pas «double flux», on rejetterait de l air sans récupérer sa chaleur. Bureaux : La densité de personnel est importante et le volume assez faible : le renouvellement de l air doit être permanent le jour. Une VMC «double flux» permet de récupérer la chaleur de l air vicié. De plus le puits canadien réchauffe l air prélevé à l extérieur, ce qui améliore encore l efficacité énergétique, au moins en hiver. A l aide du formulaire de calcul, donnez la longueur souhaitable pour que le puits canadien puisse contribuer efficacement au chauffage des bureaux en hiver. Données : Dimensions des bureaux : hauteur 2,5m ; surface 50 m2 au rez de chaussée et au 1 er étage ; Temps de renouvellement total de l air : 1 h ; Canalisation : en Polypropylène bleu de 25 cm de diamètre et 5 mm d épaisseur. Températures : sol : 10 C ; air : -10 C ; souhaitée en sortie du puits : 9 C minimum. Hygrométrie : 50 % ; Le formulaire donne une longueur théorique de 12,7 m. A l aide du formulaire de calcul, donnez la longueur souhaitable pour que le puits canadien puisse contribuer efficacement au rafraîchissement des bureaux en été. Données inchangées sauf : Températures : sol : 15 C ; air : 30 C ; souhaitée en sortie du puits : 20 C maximum. Hygrométrie : 30 % ; Le formulaire donne une longueur théorique de 10,6 m. Quelle longueur doit-on choisir afin d obtenir le confort souhaité en hiver et en été? Au moins 12,7 m. La vitesse de l air dans la canalisation est-elle inférieure à la limite préconisée? Oui : V = 1,5 m/s < 3 m/s. Dossier économie d énergie entreprise PRO FIL Dossier élève p14/14

Le puits canadien est un procédé géothermique qui apporte une ventilation naturelle à votre logement.

Le puits canadien est un procédé géothermique qui apporte une ventilation naturelle à votre logement. Principe Le puits canadien est un procédé géothermique qui apporte une ventilation naturelle à votre logement. Il profite de la température quasi constante du sol pour réchauffer ou refroidir cet air de

Plus en détail

Ce guide vous aidera à en savoir plus et vous donnera peut-être l envie d en installer un chez vous [1] Mise à jour le 06/04/2008

Ce guide vous aidera à en savoir plus et vous donnera peut-être l envie d en installer un chez vous [1] Mise à jour le 06/04/2008 Un système de rafraîchissement hérité des romains est sorti de l'oubli : on l'appelle puits canadien quand il sert à préchauffer l'air extérieur l'hiver, puits provençal quand il sert à rafraîchir l'été,

Plus en détail

Elements de dimensionnement d un échangeur air/sol, dit «puits canadien»

Elements de dimensionnement d un échangeur air/sol, dit «puits canadien» Elements de dimensionnement d un échangeur air/sol, dit «puits canadien» David Amitrano Université J. Fourier, Grenoble Introduction L utilisation d un échangeur air/sol, système appelé communément «puits

Plus en détail

Ventilations d habitations, présentation et comparaison

Ventilations d habitations, présentation et comparaison DOSSIER VENTILATION Page 1 / 7 Ventilations d habitations, présentation et comparaison INTRODUCTION Nous passons 90 % de notre temps chez nous, dans des bureaux ou des usines, des moyens de transports,

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement Flux énergétiques dans le système de chauffage/ecs sur base de trois exemples Jonathan FRONHOFFS

Plus en détail

VENTILATION. Maison individuelle OBJET REGLEMENTATIONS. (toutes époques de construction)

VENTILATION. Maison individuelle OBJET REGLEMENTATIONS. (toutes époques de construction) VENTILATION Maison individuelle (toutes époques de construction) OBJET Lors de travaux de rénovation énergétique ambitieux, visant le niveau Bâtiment Basse Consommation, une attention particulière doit

Plus en détail

La g éothermie. démystifiée. master.ca/geo. Chauffez et climatisez votre maison grâce à l énergie renouvelable de votre terrain.

La g éothermie. démystifiée. master.ca/geo. Chauffez et climatisez votre maison grâce à l énergie renouvelable de votre terrain. La g éothermie démystifiée Chauffez et climatisez votre maison grâce à l énergie renouvelable de votre terrain. La géothermie est une solution ingénieuse et efficace en vue de la réduction du réchauffement

Plus en détail

Energie et IAA Pourquoi et comment économiser?

Energie et IAA Pourquoi et comment économiser? Green morning 11 septembre 2014 Energie et IAA Pourquoi et comment économiser? Panorama des gisements d'économies d'énergies possibles en IAA Olivier GUILLEMOT POLENN www.polenn.com Eléments de contexte

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR (ER 10)

LA POMPE A CHALEUR (ER 10) LA POMPE A CHALEUR (ER 10) Réchauffer l intérieur d une pièce en captant la chaleur naturelle de l extérieur. 1 INTRODUCTION Depuis quelques années dans notre pays, la pompe à chaleur bénéficie d un regain

Plus en détail

25 C 18 C 25 C 30 C. Eco-Habitat&Solutions - ecohabitatsolutions@yahoo.fr

25 C 18 C 25 C 30 C. Eco-Habitat&Solutions - ecohabitatsolutions@yahoo.fr 25 C 30 C 25 C 18 C 1 LE PUITS CANADIEN Le principe Il est établi que la température en soussol, vers deux mètres de profondeur, est proche de 14 C et ne varie que de quelques degrés tout au long de l'année.

Plus en détail

Fiche explicative détaillée #6 Appoints

Fiche explicative détaillée #6 Appoints Fiche explicative détaillée #6 Appoints 1 Objet et limites du document Ce document est intimement lié au CCTP type (cahier des clauses techniques particulières), spécifique aux systèmes de climatisation

Plus en détail

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K L HYDRAULIQUE 1) Formules de notions de base Puissance nécessaire pour élever une certaine quantité d eau d un différentiel de température Puissance (W) = 1.163 x Volume (l) x T ( C) Débit nécessaire en

Plus en détail

Chauffage de grands espaces

Chauffage de grands espaces 1 Progatec SA Technologie radiants Chauffage de grands espaces Halles industrielles et tertiaires Progatec SA Ch. de la Colice 21 1023 Crissier Tél. 021 637 01 60 Fax. 021 637 01 61 2 Chauffage de halles

Plus en détail

ALFéA HYBRID DUO GAZ. HAUTE TEMPéRATURE 80 c

ALFéA HYBRID DUO GAZ. HAUTE TEMPéRATURE 80 c ALFéA HYBRID DUO GAZ Pompe à chaleur Hybride Avec appoint gaz condensation intégré HAUTE TEMPéRATURE 80 c Solution rénovation en remplacement de chaudière Faites connaissance avec... Alféa Hybrid Duo Gaz

Plus en détail

LE GUIDE DE LA MAISON ENVIRONNEMENTALE

LE GUIDE DE LA MAISON ENVIRONNEMENTALE Des procédés durables, écologiques et à faible consommation d énergie Pierre Etoile s engage à respecter l environnement au travers de la construction de ses résidences. Terra Natura s inscrit dans cette

Plus en détail

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LA SITUATION À PARIS V.1 - FAVORISER LA SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE La maîtrise de l énergie et plus largement la politique de lutte contre les changements

Plus en détail

Terre et Soleil : le Bioclimatisme

Terre et Soleil : le Bioclimatisme Maison Charmeau Cahier Bioclimatisme page 1 /7 Terre et Soleil : le Bioclimatisme La conception bioclimatique de l habitat : Concevoir des bâtiments adaptés au climat local, en utilisant, avec bon sens,

Plus en détail

La qualité de l air intérieur Zehnder ComfoFond Puits canadiens

La qualité de l air intérieur Zehnder ComfoFond Puits canadiens La qualité de l air intérieur Zehnder ComfoFond Puits canadiens Un système idéal pour le renouvellement d air : Le renouvellement d air des ambiances intérieures est indispensable pour garantir l hygiène,

Plus en détail

Varino et Varino Grande

Varino et Varino Grande Varino et Varino Grande Chaudières gaz à condensation modulantes de 8 % à 100 % Très Bas NOx De 65 kw à 600 kw Varino et Varino Grande L excellence en matière de chauffage La VARINO, comme la VARINO GRANDE,

Plus en détail

S engager ensemble pour éclairer mieux, moins cher, plus juste et en sécurité

S engager ensemble pour éclairer mieux, moins cher, plus juste et en sécurité S engager ensemble pour éclairer mieux, moins cher, plus juste et en sécurité anticiper améliorer économiser maîtriser Syndicat des énergies et de l aménagement numérique de la Haute-Savoie Lumière sur

Plus en détail

La Maison Passive. Sarl Bois et Paille Charpente Eddy Fruchard Code APE/NAF 4391A

La Maison Passive. Sarl Bois et Paille Charpente Eddy Fruchard Code APE/NAF 4391A La Maison Passive La Maison Passive, souvent appelée «maison sans chauffage», repose sur un concept de construction très basse consommation, basé sur l utilisation de la chaleur passive du soleil, sur

Plus en détail

TP Thermique des locaux

TP Thermique des locaux TP Thermique des locaux Choix de solutions Mise en situation Ce TP abordera deux points particuliers de dimensionnement : tout d'abord, nous allons voir comment choisir un système de ventilation adapté,

Plus en détail

Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien

Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien Samuel Caillou Division Climat, Equipements et Performance Energétique CSTC - Mesure des débits 1 Kitchen Toilet

Plus en détail

Solutions pour une bonne qualité d air intérieur dans les établissements d accueil de la petite enfance

Solutions pour une bonne qualité d air intérieur dans les établissements d accueil de la petite enfance Solutions pour une bonne qualité d air intérieur dans les établissements d accueil de la petite enfance Chauffage Rafraîchissement Ventilation Purification d air La qualité d air intérieur : une priorité

Plus en détail

Estimation des émissions :

Estimation des émissions : Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : 13815DPE loc (#ADEME 1377L1000313J) Valable jusqu au : 06/08/2023 Type de bâtiment : Logement collectif Année de construction : 2011 Surface habitable

Plus en détail

1 ) Qu est-ce qu un bâtiment BBC? Le label français BBC Effinergie Document 1a

1 ) Qu est-ce qu un bâtiment BBC? Le label français BBC Effinergie Document 1a Type d'activité La maison BBC Activité avec étude documentaire Notions et contenus du programme de T erm S Compétences exigibles du programme de T erm S Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques

Plus en détail

Les relevés, mesures, questions, données et informations à obtenir portent sur : - L environnement de l équipement :

Les relevés, mesures, questions, données et informations à obtenir portent sur : - L environnement de l équipement : OBJECTIF DU DIAGNOSTIC Le diagnostic énergétique doit permettre, à partir d une analyse détaillée des données du site, de dresser des propositions chiffrées et argumentées de programmes de sobriété énergétique

Plus en détail

Une ère nouvelle pour les chaudières commence dès maintenant avec la chaudière Domotec A1

Une ère nouvelle pour les chaudières commence dès maintenant avec la chaudière Domotec A1 Des tuyaux pour les professionnels Domotec SA Aarburg Édition 16.19 07/2011 Une ère nouvelle pour les chaudières commence dès maintenant avec la chaudière Domotec A1 Encombrement au sol extrêmement réduit:

Plus en détail

Les bonnes pratiques. de l Efficacité Énergétique dans le bâtiment

Les bonnes pratiques. de l Efficacité Énergétique dans le bâtiment Les bonnes pratiques de l Efficacité Énergétique dans le bâtiment Pour une application optimale du Règlement Thermique de Construction au Maroc, l ADEREE a développé ce guide de bonnes pratiques de l efficacité

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Une information au service de la lutte contre l effet de serre

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Une information au service de la lutte contre l effet de serre AGENCE de DIJON Parc Technologique 1, rue Louis de Broglie 21000 - DIJON Tél : 03.80.78.70.50 Fax : 03.80.74.26.63 Nature de l ERP : Services administratifs Année de construction : 1963 Adresse : 1.02

Plus en détail

Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements

Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements 1 Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements M. Pons CNRS-LIMSI, Rue J. von Neumann, BP133, 91403 Orsay Cedex htpp://perso.limsi.fr/mpons 1 Organisation 9 heures CM (TD??) Notions de

Plus en détail

UNE CHALEUR RAYONNANTE COMME CELLE DU SOLEIL

UNE CHALEUR RAYONNANTE COMME CELLE DU SOLEIL UNE CHALEUR RAYONNANTE COMME CELLE DU SOLEIL Panneau climatisant WEM pour construction récente Habitation individuelle près de Coblence, Allemagne Tuyau préformé WEM pour rénovation Musée Paulinzella,

Plus en détail

Qualité de l enveloppe l thermique des bâtiments

Qualité de l enveloppe l thermique des bâtiments Qualité de l enveloppe l thermique des bâtiments Bertrand DENIS Défi nergie 66200 ELNE Diagnostic de Performance Energétique Audit & optimisation énergétique Etude d ensoleillement - Thermographie infrarouge

Plus en détail

CONSTRUCTION DE LA MAISON

CONSTRUCTION DE LA MAISON CONSTRUCTION DE LA MAISON Mode de construction Le bois est un puissant isolant thermique et phonique, il stocke aussi et en grande quantité le CO2. De plus, le bois est le seul matériau de construction

Plus en détail

Dossier technologiques

Dossier technologiques 1 STI2D Lycé Vauvenargues Les luminaires, Économies d énergie Enseignement Spécifique : Option Energies et Environnement Mini Projet Dossier technologiques Bâtiment à faible consommation d énergie : Etrium

Plus en détail

Etanchéité à l air. Conséquences d une mauvaise étanchéité

Etanchéité à l air. Conséquences d une mauvaise étanchéité Etanchéité à l air La transposition de la directive européenne PEB dans le droit belge a donné lieu à de nouvelles réglementations. Un des principaux volets est l obligation, dès 2020, que tous les nouveaux

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR. SAT MARCHAND. Tous droits réservés SIRET : 796020105 00014. www.satmarchand.com

LA POMPE A CHALEUR. SAT MARCHAND. Tous droits réservés SIRET : 796020105 00014. www.satmarchand.com LA POMPE A CHALEUR Les pompes à chaleur ou PAC sont capables d'assurer seules, c'est-à-dire sans autre générateur d'appoint, la totalité du chauffage et de la production d'eau chaude d'un bâtiment. Elles

Plus en détail

ADExpertises 67 Avenue de la Paix 28300 LEVES Téléphone : 02 37 36 00 76 Télécopie : 02 37 21 45 77 Email : adexpertise@wanadoo.fr

ADExpertises 67 Avenue de la Paix 28300 LEVES Téléphone : 02 37 36 00 76 Télécopie : 02 37 21 45 77 Email : adexpertise@wanadoo.fr ADExpertises 67 Avenue de la Paix 28300 LEVES Téléphone : 02 37 36 00 76 Télécopie : 02 37 21 45 77 Email : adexpertise@wanadoo.fr DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14 septembre

Plus en détail

Un exemple de maison passive dans l Oise

Un exemple de maison passive dans l Oise Un exemple de maison passive dans l Oise Jean-Philippe SIXDENIER Louis GUINGOT Plan de la présentation Introduction 1.Les maisons passives et leur marché 2.Le projet de Formerie en chantier 3.L entreprise

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

www.hdgdev.com 1 2 1

www.hdgdev.com 1 2 1 www.hdgdev.com 1 2 1 Puits canadien - provençal Une solution géothermique naturelle 3 Principe de fonctionnement : Le puit canadien appelé aussi puit provençal est un système de ventilation conçu pour

Plus en détail

Industrie de la confection : La maîtrise des consommations d énergie

Industrie de la confection : La maîtrise des consommations d énergie www.ifth.org www.ademe.fr ETES-VOUS SÛR DE MAÎTRISER VOS DEPENSES EN ELECTRICITE? Industrie de la confection : La maîtrise des consommations d énergie Les études menées par l ADEME et l IFTH ont démontré

Plus en détail

Ventilation «PAMAflex»

Ventilation «PAMAflex» 1. Description La ventilation dans une maison passive PAMAflex est réalisée par une ventilation mécanique. Ce système de ventilation assure, en permanence, une entrée d air frais dans les locaux de vie

Plus en détail

Principe du puits canadien

Principe du puits canadien PUITS CANADIEN Principe du puits canadien La température de la terre tend vers une constante à quelques mètres sous la surface du sol. L idée est de récupérer ces calories/frigories du sol pour d une part

Plus en détail

Séminaire du 23 mars 2011

Séminaire du 23 mars 2011 3 e appel à projet de recherche de la FBE Séminaire du 23 mars 2011 Projet IPPI Intégration et Planification pour la réduction des GES d un Patrimoine Immobilier DETRY & LEVY SARL D ARCHITECTURE 1 Outil

Plus en détail

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Comportement de LA MAISON PASSIVE Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Sommaire Le contexte..... p.2 Consommations d énergies au cours d une année... p.3

Plus en détail

Les enquêtes sur le chauffage soulèvent la problématique plus générale de l énergie. Elles renvoient aux trois piliers du développement durable.

Les enquêtes sur le chauffage soulèvent la problématique plus générale de l énergie. Elles renvoient aux trois piliers du développement durable. Les enquêtes de noel d EDD Education au Développement Durable Le chauffage Eléments de réponse et compléments D i r e c t i o n d e s S e r v i c e s D é p a r t e m e n t a u x d e l E d u c a t i o n

Plus en détail

HAUTE TEMPéRATURE 80 c

HAUTE TEMPéRATURE 80 c Fioul Pompe à chaleur Hybride Avec appoint FIOUL intégré HAUTE TEMPéRATURE 80 c Solution rénovation en remplacement de chaudière Faites connaissance avec... Fioul Qu est ce qu un produit «Hybrid Atlantic»?

Plus en détail

La conception du logement

La conception du logement La conception du logement L habitat est le premier poste d utilisation d énergie des ménages, à égalité avec les transports. Le niveaux de consommation par usage direct (chauffage, eau chaude, électricité

Plus en détail

S3 Turbo. Chaudière à bûches. S3 Turbo EXISTE DÉSORMAIS AVEC SONDE LAMBDA LARGE BANDE ET SERVOMOTEURS. www.froeling.com

S3 Turbo. Chaudière à bûches. S3 Turbo EXISTE DÉSORMAIS AVEC SONDE LAMBDA LARGE BANDE ET SERVOMOTEURS. www.froeling.com S3 Turbo Chaudière à bûches S3 Turbo EXISTE DÉSORMAIS AVEC SONDE LAMBDA LARGE BANDE ET SERVOMOTEURS www.froeling.com De la meilleure qualité Depuis plus de cinquante ans, Froling concentre ses activités

Plus en détail

Unité de ventilation HRU3BVN Double flux avec échangeur de chaleur

Unité de ventilation HRU3BVN Double flux avec échangeur de chaleur Double flux avec échangeur de chaleur Applications Le système «combiflow» de Codumé avec groupes de ventilation et de récupération de chaleur type HRU3BVN s adapte à de nombreux types de logements, aussi

Plus en détail

L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or

L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or Généralités Préambule Dans le cadre de son Schéma Départemental du Développement Durable (S3D), le Conseil Général s est engagé

Plus en détail

VMC double flux (ventilation mécanique contrôlée)

VMC double flux (ventilation mécanique contrôlée) 1/6 Fiche réalisée par l ADEME à but informatif et non commercial USAGES ET FONCTIONNALITÉS Usages principaux Usages secondaires CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET DIMENSIONNELLES Dimensions standard (L x l

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006 et arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments à usage principal d habitation

Plus en détail

Nom du diagnostiqueur : Olivier Sauner N de certification : CPDI1623 Délivré par : ICERT Signature :

Nom du diagnostiqueur : Olivier Sauner N de certification : CPDI1623 Délivré par : ICERT Signature : DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006 et arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments à usage principal d habitation

Plus en détail

GAMME ALFÉA HYBRID DUO GAZ

GAMME ALFÉA HYBRID DUO GAZ Fabriqué en France GAMME GAZ POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT GAZ CONDENSATION INTÉGRÉ Haute température 80 C Départ d eau jusqu à 60 C en thermodynamique Solution rénovation en remplacement de chaudière

Plus en détail

Flash information : Juin 2010

Flash information : Juin 2010 Flash information : Juin 2010 Comment rendre son logement plus performant Le coût de l énergie, son impact polluant sur notre environnement, nous mènent aujourd hui à favoriser et à développer chez chacun

Plus en détail

LA VENTILATION (source: site internet de l'ademe) www.ademe.fr

LA VENTILATION (source: site internet de l'ademe) www.ademe.fr LA VENTILATION (source: site internet de l'ademe) www.ademe.fr NOUS AVONS TOUS BESOIN D'AIR FRAIS Renouveler l air de la maison est une nécessité vitale : - pour y apporter un air neuf et pourvoir à nos

Plus en détail

Rénovation en copropriété. Le contrat d exploitation 1 er décembre 2015

Rénovation en copropriété. Le contrat d exploitation 1 er décembre 2015 Rénovation en copropriété Le contrat d exploitation 1 er décembre 2015 Conseils gratuits et indépendants Info Energie Maitrise de l énergie, efficacité énergétique et énergies renouvelables ADIL 31 Juridiques

Plus en détail

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 6.2 Systèmes : processus de conception Eclairage

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 6.2 Systèmes : processus de conception Eclairage FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 6.2 Systèmes : processus de conception Eclairage AUTOMNE 2014 Corentin Volgaire & Piotr Wierusz-Kowalski p.kowalski@mkengineering.be

Plus en détail

Il y a longtemps que nous songeons à intégrer la planification énergétique dans la planification générale (urbaine, financière) de la commune, sans

Il y a longtemps que nous songeons à intégrer la planification énergétique dans la planification générale (urbaine, financière) de la commune, sans Il y a longtemps que nous songeons à intégrer la planification énergétique dans la planification générale (urbaine, financière) de la commune, sans en prendre le temps. L outil CECV a été le déclencheur

Plus en détail

ENVIRODEBAT : LA VMC DOUBLE- FLUX ET SES ALTERNATIVES INTRODUCTION: LA VMC DOUBLE FLUX

ENVIRODEBAT : LA VMC DOUBLE- FLUX ET SES ALTERNATIVES INTRODUCTION: LA VMC DOUBLE FLUX ENVIRODEBAT : LA VMC DOUBLE- FLUX ET SES ALTERNATIVES INTRODUCTION: LA VMC DOUBLE FLUX Karine Pellerey BET ADRET 09/04/15 Pourquoi ventiler les bâtiments? Pour évacuer l humidité de l air et éviter les

Plus en détail

Sanistage. Sanistage. Chauffe-eau pompe à chaleur pour eau chaude sanitaire. durable water heater

Sanistage. Sanistage. Chauffe-eau pompe à chaleur pour eau chaude sanitaire. durable water heater Sanistage Chauffe-eau pompe à chaleur pour eau chaude sanitaire Sanistage durable water heater Sanistage chauffe-eau pompe à chaleur Système all in one pour bains et douches peu gourmand en énergie Le

Plus en détail

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Ce guide est une introduction à l isolation thermique du bâtiment. Il permet de saisir les principales notions techniques entourant

Plus en détail

CHAUFFE EAU INSTANTANE EXTRA PLAT - ECRAN LED DJS

CHAUFFE EAU INSTANTANE EXTRA PLAT - ECRAN LED DJS CHAUFFE EAU INSTANTANE EXTRA PLAT - ECRAN LED DJS Caractéristiques techniques Applications Tableau comparatif des puissances Installation Comparaison Chauffe eau Instantané et Ballon DJS France ZI Les

Plus en détail

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX.

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. source Helios Le puits canadien ou provençal, comme la ventilation mécanique double flux, s inscrivent dans la nouvelle politique de construction. Le premier est très

Plus en détail

FICHE ÉCOCON$EIL. La qualité et l efficacité énergétique des

FICHE ÉCOCON$EIL. La qualité et l efficacité énergétique des FICHE ÉCOCON$EIL Quand écoénergie rime avec économies Liens rapides Planifier l achat de nouvelles fenêtres Caractéristiques des fenêtres homologuées Fenêtres homologuées Dans bien des habitations yukonnaises,

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

Aides financières de la part de l Etat. maison basse consommation d énergie et maison basse énergie.

Aides financières de la part de l Etat. maison basse consommation d énergie et maison basse énergie. Aides financières de la part de l Etat maison basse consommation d énergie et maison basse énergie. Maison à performance énergétique élevée Lors de la conception d une maison à performance énergétique

Plus en détail

Vue d ensemble de la gamme de poutres climatiques OKN de Solid Air

Vue d ensemble de la gamme de poutres climatiques OKN de Solid Air Poutres climatiques 2012 2.9 Vue d ensemble de la gamme de poutres climatiques OKN de Solid Air poutre climatique active standard Unité confort poutre climatique passive poutre climatique sur demande Modèle

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO GAZ

ALFÉA HYBRID DUO GAZ DUO GAZ Technologie Hybride POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT GAZ CONDENSATION INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE

Plus en détail

BIEN CHOISIR SON ÉCLAIRAGE

BIEN CHOISIR SON ÉCLAIRAGE www.arpe-mip.com BIEN CHOISIR SON ÉCLAIRAGE NIVEAU POUR UN ÉQUIVALENT T EMEN D ÉCLAIR 4 ampoules classiques de 100 W = 560 * 1 lampe halogène de 300 W = 400 * 4 lampes basse consommation de 20 W = 128

Plus en détail

Appel à projet 2014 Photovoltaïque en autoconsommation

Appel à projet 2014 Photovoltaïque en autoconsommation Appel à projet 2014 Photovoltaïque en autoconsommation Cahier des charges des études de faisabilité préalable Version 1 Mars 2014 1 1 - Rappel de l appel à projets... 3 1.1 - Objet... 3 1.2 - Bénéficiaires...

Plus en détail

«Habitat et Maîtrise de l énergie»

«Habitat et Maîtrise de l énergie» «Habitat et Maîtrise de l énergie» Réunion d information Introduction l ALEC SQY - le CAUE MDE écogestes - petits travaux Isolation et Architecture Rénovation isolation - préconisations Énergie chauffage

Plus en détail

STOCKAGE ET ELEVAGE DES VINS LA CLIMATISATION : SES ATOUTS ET SES LIMITES

STOCKAGE ET ELEVAGE DES VINS LA CLIMATISATION : SES ATOUTS ET SES LIMITES STOCKAGE ET ELEVAGE DES VINS LA CLIMATISATION : SES ATOUTS ET SES LIMITES Jean-Michel MARON Chambre d Agriculture de la Gironde Service vin ARTICLE AVENIR AGRICOLE AQUITAIN 09 mai 2003 Ce printemps très

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO GAZ

ALFÉA HYBRID DUO GAZ DUO GAZ POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT GAZ CONDENSATION INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

Générateurs d air chaud résidentiels modulants à condensation line série Allure

Générateurs d air chaud résidentiels modulants à condensation line série Allure Dossier technico commercial Générateurs d air chaud résidentiels modulants à condensation line série Allure Commande à distance Générateur d air chaud ALLURE Introduction page 2 Zoom sur page 2 Spécifications

Plus en détail

Utilisation de l énergie en entreprise

Utilisation de l énergie en entreprise Réduction des consommations et récupération d'énergie dans l'industrie Retours d expériences dans plusieurs entreprises françaises Utilisation de l énergie en entreprise Christophe DEBARD Directeur Commercial

Plus en détail

Economie d énergie et respect de l environnement de série. Chaudières bois. Chaudières à combustion inversée BVG-Lambda / BVG

Economie d énergie et respect de l environnement de série. Chaudières bois. Chaudières à combustion inversée BVG-Lambda / BVG Economie d énergie et respect de l environnement de série Chaudières bois Chaudières à combustion inversée BVG-Lambda / BVG Chaudière bois à combustion inversée BVG-Lambda Chaudière à combustion inversée

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse :

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse : Diagnostic pour les logements à chauffage individuel ------------------------------------------------------------------------------ Les consommations sont établies à partir d un calcul conventionnel Diagnostic

Plus en détail

www.arcacaldaie.com Chaudières gaz au sol

www.arcacaldaie.com Chaudières gaz au sol www.arcacaldaie.com Chaudières gaz au sol 120 120 C Les solutions innovantes adoptées par Arca pour les nouvelles chaudières PIXELFast 120, offrent aux clients des prestations très élevées, soit pour la

Plus en détail

Guide filière sur. le chauffe-eau. thermodynamique

Guide filière sur. le chauffe-eau. thermodynamique Guide filière sur le chauffe-eau thermodynamique QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une

Plus en détail

Le vase d expansion d une installation solaire thermique collective

Le vase d expansion d une installation solaire thermique collective Le vase d expansion d une installation solaire thermique collective Fiche technique sur le rôle et l importance du dimensionnement du vase d expansion d une installation solaire thermique collective. Cette

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006 et arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments à usage principal d habitation

Plus en détail

Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées

Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées Les différents rapports d enquête sur la canicule 2003 ont souligné que le rafraîchissement des

Plus en détail

Chaudière à gaz haute efficacité CompactGas

Chaudière à gaz haute efficacité CompactGas Chaudière à gaz haute efficacité CompactGas Responsabilité énergétique et environnementale AluFer breveté pour un haut degré d'efficacité et des niveaux d'émission extrêmement bas. 1 CompactGas (1000-2800)

Plus en détail

4 Les equipements 184 le centre AQUARECREATIF 4 Les equipements 186 le centre AQUARECREATIF 4 Les equipements 188 le centre AQUARECREATIF 4 Les equipements 190 le centre AQUARECREATIF 4 Les equipements

Plus en détail

CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE

CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE 30/06/2011 CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE NOTICE EXPLICATIVE Page 1 I. QUE SIGNIFIE LA NORME BBC & RT 2020? A. Qu est-ce qu une Maison BBC? Pour obtenir le Label BCC, Effinergie a

Plus en détail

LA CHAUDIERE DOMESTIQUE GAZ

LA CHAUDIERE DOMESTIQUE GAZ page 1/9 Un générateur de chaleur est constitué d une chaudière et d un brûleur. Sur le marché, il existe les chaudières atmosphériques où le brûleur fait partie intégrante de la chaudière. Dans le cas

Plus en détail

Effet de Stockage Thermique sur la Performance d'une Serre Tunnel sous Climat Saharien

Effet de Stockage Thermique sur la Performance d'une Serre Tunnel sous Climat Saharien Effet de Stockage Thermique sur la Performance d'une Serre Tunnel sous Climat Saharien Salah BEZARI 1*, Amor BOUHDJAR 2 1 Unité de Recherche Appliquée en Energies Renouvelables, URAER, Centre de Développement

Plus en détail

L éco-maison. Faibles coûts de fabrication. Basse consommation d énergie. Caractéristiques d un logement classique en 2009

L éco-maison. Faibles coûts de fabrication. Basse consommation d énergie. Caractéristiques d un logement classique en 2009 L éco-maison Faibles coûts fabrication Basse consommation d énergie Données bases : -Occupants: famille quatre membres -Surface l habitation: 100 m² -Situation géographique: g Poitou-Charentes Caractéristiques

Plus en détail

S éclairer avec des lampes à LED

S éclairer avec des lampes à LED S éclairer avec des lampes à LED Thèmes abordés 1. Introduction... 1 2. Notions de base d éclairage... 2 2.1. Intensité lumineuse... 2 2.2. Angle d'émission... 2 2.3. Chaleur ou température de couleur...

Plus en détail

D.P.E. Diagnostic de performances énergétiques. Rapport de 3 feuilles 6 faces, avec celle de garde. Page 1 sur 6

D.P.E. Diagnostic de performances énergétiques. Rapport de 3 feuilles 6 faces, avec celle de garde. Page 1 sur 6 PERFORMANCES 24 28 Avenue Thiers 24200 SARLAT LA CANEDA Tél. : 05 53 28 53 22 - Fax : 05 53 28 59 33 N SIREN : 503371643 Compagnie d assurance : DE CLARENS n 3639350704 Diagnostic de performances énergétiques

Plus en détail

Version n 3 du 11 décembre 2009

Version n 3 du 11 décembre 2009 SYNTHESE de l étude thermique Projet de Maison Individuelle Basse Consommation Maîtres d ouvrage : M. et Mme Enjolras Lieu : La Bâtie Divisin (38) Version n 3 du 11 décembre 2009 SOMMAIRE : 1. Hypothèses

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes de circulation des sociétés membres d Europump portent le label volontaire «Energy», qui utilise le classement de A à G déjà bien

Plus en détail

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable Projet de Fin d Etudes réalisé au Ctifl Par Emilie AUGER Tuteur

Plus en détail

LUNA WGB 2 Chaudiere murale gaz a condensation

LUNA WGB 2 Chaudiere murale gaz a condensation LUNA WGB 2 Chaudiere murale gaz a condensation EN PLUS DU GAIN DE PLACE, UNE FOULE D ECONOMIES ET AVANTAGES La chaudière à condensation compacte, économique et conviviale de CHAPPEE. Une plage de puissances

Plus en détail

Workshop Energie (13 mai 2009)

Workshop Energie (13 mai 2009) Workshop Energie (13 mai 2009) Atelier B Réduire ses consommations, quelques actions concrètes Olivier CAPPELLIN & David LE FORT Conseillers en énergie Chemin du Stockoy 3 B-1300 WAVRE Tél: 010/47.19.43

Plus en détail

La performance au service de l eau et du chauffage

La performance au service de l eau et du chauffage La performance au service de l eau et du chauffage Vous cherchez une solution performante de chauffage et de production d eau chaude sanitaire? L ensemble des questions et la diversité des réponses qui

Plus en détail

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 ENERGY BREAKFAST Le chauffage de votre entreprise 2 TABLE DES MATIERES Le chauffage : C EST IMPORTANT! Diverses techniques de chauffage Nouvelles techniques de chauffe La

Plus en détail