Daniel Defoe Robinson Crusoé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Daniel Defoe Robinson Crusoé"

Transcription

1 Classiques & Contemporains Daniel Defoe Robinson Crusoé LIVRET DU PROFESSEUR établi par STÉPHANE MALTÈRE professeur de Lettres

2 SOMMAIRE DOCUMENTATION COMPLÉMENTAIRE Compléments bibliographiques : influences de Robinson Crusoé dans la littérature... 3 Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, 2012 POUR COMPRENDRE Réponses, compléments et commentaires Étape 1 Autour du texte : le titre et la préface Étape 2 Le début du récit : invitation aux voyages Étape 3 Un an de vacances? Étape 4 Robinson dans son île Étape 5 Guide de survie en milieu hostile Étape 6 Robinson et Vendredi Étape 7 Dernière année sur l île Étape 8 Retour à la vie : les leçons de l aventure Conception : PAO Magnard, Barbara Tamadonpour Réalisation : Nord Compo, Villeneuve-d Ascq

3 DOCUMENTATION COMPLÉMENTAIRE 3 Compléments bibliographiques : influences de Robinson Crusoé dans la littérature Sans parler des «robinsonnades 1», multiples réécritures et adaptations du mythe de Robinson, l influence du roman de Daniel Defoe est immense dans la littérature. Souvent cité dans des ouvrages dont le personnage est un enfant, Robinson Crusoé est également devenu un mythe littéraire par les auteurs prestigieux (et prescripteurs) qui lui ont donné crédit. Rousseau, Chamfort, Verne, Vallès, Valéry, Mauriac, Malraux 2 ont fait du roman de Daniel Defoe une référence incontournable. Quelques extraits Jean-Jacques Rousseau ( ) Émile ou De l éducation, 1762 Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, 2012 Je hais les livres ; ils n apprennent qu à parler de ce qu on ne sait pas. On dit qu Hermès grava sur des colonnes les éléments des sciences, pour mettre ses découvertes à l abri d un déluge. S il les eût bien imprimées dans la tête des hommes, elles s y seraient conservées par tradition. Des cerveaux bien préparés sont les monuments où se gravent le plus sûrement les connaissances humaines. N y aurait-il point moyen de rapprocher tant de leçons éparses dans tant de livres, de les réunir sous un objet commun qui pût être facile à voir, intéressant à suivre, et qui pût servir de stimulant, même à cet âge? Si l on peut inventer une situa- 1. On consultera avec profit le site bibliographies.html qui propose une liste non exhaustive (on parle de plus de deux mille livres!) des «robinsonnades» répertoriées. 2. Paul Valéry dans «Robinson» (La Jeune Parque, 1950) se met à la place du naufragé et demande : «Que vais-je faire de cet immense temps que je me suis mis de côté?» ; François Mauriac en fait un sujet de conversation entre Guillou et Robert dans Le Sagouin (1951) ; et André Malraux dans Les Noyers de L Altenburg (1943) le place dans les ouvrages de référence : «Trois livres, Messieurs, trois livres tiennent en face de la prison. [...] Robinson. Don Quichotte. L Idiot. [...] Or, remarquez bien, c est le même livre. Le même.»

4 Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, tion où tous les besoins naturels de l homme se montrent d une manière sensible à l esprit d un enfant, et où les moyens de pourvoir à ces mêmes besoins se développent successivement avec la même facilité, c est par la peinture vive et naïve de cet état qu il faut donner le premier exercice à son imagination. Philosophe ardent, je vois déjà s allumer la vôtre. Ne vous mettez pas en frais ; cette situation est trouvée, elle est décrite, et, sans vous faire tort, beaucoup mieux que vous ne la décririez vous-même, du moins avec plus de vérité et de simplicité. Puisqu il nous faut absolument des livres, il en existe un qui fournit, à mon gré, le plus heureux traité d éducation naturelle. Ce livre sera le premier que lira mon Émile ; seul il composera durant longtemps toute sa bibliothèque, et il y tiendra toujours une place distinguée. Il sera le texte auquel tous nos entretiens sur les sciences naturelles ne serviront que de commentaire, il servira d épreuve durant nos progrès à l état de notre jugement ; et, tant que notre pur ne sera pas gâté, sa lecture nous plaira toujours. Quel est donc ce merveilleux livre? Est-ce Aristote? est-ce Pline? est-ce Buffon? Non ; c est Robinson Crusoé. Robinson Crusoé dans son île, seul, dépourvu de l assistance de ses semblables et des instruments de tous les arts, pourvoyant cependant à sa subsistance, à sa conservation, et se procurant même une sorte de bien-être, voilà un objet intéressant pour tout âge, et qu on a mille moyens de rendre agréable aux enfants. Voilà comment nous réalisons l île déserte qui me servait d abord de comparaison. Cet état n est pas, j en conviens, celui de l homme social ; vraisemblablement il ne doit pas être celui d Émile : mais c est sur ce même état qu il doit apprécier tous les autres. Le plus sûr moyen de s élever au-dessus des préjugés et d ordonner ses jugements sur les vrais rapports des choses, est de se mettre à la place d un homme isolé, et de juger de tout comme cet homme en doit juger lui-même, eu égard à sa propre utilité. Ce roman, débarrassé de tout son fatras, commençant au naufrage de Robinson près de son île, et finissant à l arrivée du vaisseau qui vient l en tirer, sera tout à la fois l amusement et l instruction d Émile durant l époque dont il est ici question. Je veux que la tête lui en tourne, qu il s occupe sans cesse de son château, de ses chèvres, de ses plantations ; qu il apprenne en détail, non dans des livres, mais sur les choses, tout ce qu il faut savoir en pareil cas ; qu il pense être Robinson lui-même ; qu il se voie habillée peaux, portant un grand bonnet, un grand sabre, tout le grotesque équipage de la figure, au parasol près, dont il n aura pas besoin. Je veux qu il s inquiète des mesures à prendre, si ceci ou cela venait à lui manquer, qu il examine la conduite de son héros, qu il cherche s il n a rien omis, s il n y avait rien de mieux à faire ; qu il marque attentivement ses fautes, et qu il en profite pour n y pas tomber lui-même en pareil cas ; car ne doutez point qu il ne projette d aller faire un établissement

5 Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, 2012 semblable, c est le vrai château en Espagne de cet heureux âge, ou l on ne connaît d autre bonheur que le nécessaire et la liberté. Quelle ressource que cette folie pour un homme habile, qui n a su la faire naître qu afin de la mettre a profit! L enfant, pressé de se faire un magasin pour son île, sera plus ardent pour apprendre que le maître pour enseigner. Il voudra savoir tout ce qui est utile, et ne voudra savoir que cela ; vous n aurez plus besoin de le guider, vous n aurez qu à le retenir. Au reste, dépêchons-nous de l établir dans cette île, tandis qu il y borne sa félicité ; car le jour approche où, s il y veut vivre encore, il n y voudra plus vivre seul, et où Vendredi, qui maintenant ne le touche guère, ne lui suffira pas longtemps. La pratique des arts naturels, auxquels peut suffire un seul homme, mène à la recherche des arts d industrie, et qui ont besoin du concours de plusieurs mains. Les premiers peuvent s exercer par des solitaires, par des sauvages ; mais les autres ne peuvent naître que dans la société, et la rendent nécessaire. Tant qu on ne connaît que le besoin physique, chaque homme se suffit à lui-même ; l introduction du superflu rend indispensable le partage et la distribution du travail ; car, bien qu un homme travaillant seul ne gagne que la subsistance d un homme, cent hommes, travaillant de concert, gagneront de quoi en faire subsister deux cents. Sitôt donc qu une partie des hommes se repose, il faut que le concours des bras de ceux qui travaillent supplée à l oisiveté de ceux qui ne font rien. Votre plus grand soin doit être d écarter de l esprit de votre Élève toutes les notions des relations sociales qui ne sont pas à sa portée ; mais, quand enchaînement des connaissances vous force à lui montrer la mutuelle dépendance des hommes, au lieu de la lui montrer par le côté moral, tournez d abord toute son attention vers l industrie et les arts mécaniques, qui les rendent utiles les uns aux autres. En le promenant d atelier en atelier, ne souffrez jamais qu il voie aucun travail sans mettre lui-même la main à l œuvre, ni qu il en sorte sans savoir parfaitement la raison de tout ce qui s y fait, ou du moins de tout ce qu il a observé. Pour cela, travaillez vous-même, donnez-lui partout l exemple ; pour le rendre maître, soyez partout apprenti, et comptez qu une heure de travail lui apprendra plus de choses qu il n en retiendrait d un jour d explications. Nicolas de Chamfort ( ) Maximes et Pensées, «Suite des Maximes générales», 1795 Robinson dans son île, privé de tout, et forcé aux plus pénibles travaux pour assurer sa subsistance journalière, supporte la vie, et même goûte, de son aveu, plusieurs moments de bonheur. Supposez qu il soit dans une île enchantée, pourvue de tout ce qui est agréable à la vie, peut-être le désœuvrement lui eût-il rendu l existence insupportable. 5

6 6 Jules Verne ( ) Deux ans de vacances, préface, 1888 Bien des Robinsons ont déjà tenu en éveil la curiosité de nos jeunes lecteurs. Daniel Defoe, dans son immortel Robinson Crusoé, a mis en scène l homme seul ; Wyss, dans son Robinson suisse, la famille ; Cooper, dans Le Cratère, la société avec ses éléments multiples. Dans L Île mystérieuse, j ai mis des savants aux prises avec les nécessités de cette situation. On a imaginé encore le Robinson de douze ans, le Robinson des glaces, le Robinson des jeunes filles, etc. Malgré le nombre infini des romans qui composent le cycle des Robinsons, il m a paru que, pour le parfaire, il restait à montrer une troupe d enfants de huit à treize ans, abandonnés dans une île, luttant pour la vie au milieu des passions entretenues par les différences de nationalité en un mot, un pensionnat de Robinsons. D autre part, dans Le Capitaine de quinze ans, j avais entrepris de montrer ce que peuvent la bravoure et l intelligence d un enfant aux prises avec les périls et les difficultés d une responsabilité au-dessus de son âge. Or, j ai pensé que si l enseignement contenu dans ce livre pouvait être profitable à tous, il devait être complété. C est dans ce double but qu a été fait ce nouvel ouvrage. Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, 2012 Jules Vallès ( ) L Enfant, «Le Lycée», 1879 J ai été puni un jour : c est, je crois, pour avoir roulé sous la poussée d un grand, entre les jambes d un petit pion qui passait par là, et qui est tombé derrière par-dessus tête! Il s est fait une bosse affreuse, et il a cassé une fiole qui était dans sa poche de côté ; c est une topette de cognac dont il boit en cachette, à petits coups, en tournant les yeux. On l a vu : il semblait faire une prière, et il se frottait délicieusement l estomac. Je suis cause de la topette cassée, de la bosse qui gonfle Le pion s est fâché. Il m a mis aux arrêts ; il m a enfermé lui-même dans une étude vide, a tourné la clef, et me voilà seul entre les murailles sales, devant une carte de géographie qui a la jaunisse, et un grand tableau noir où il y a des ronds blancs et la binette du censeur. Je vais d un pupitre à l autre : ils sont vides on doit nettoyer la place, et les élèves ont déménagé. Rien, une règle, des plumes rouillées, un bout de ficelle, un petit jeu de dames, le cadavre d un lézard, une agate perdue. Dans une fente, un livre : j en vois le dos, je m écorche les ongles à essayer de

7 le retirer. Enfin, avec l aide de la règle, en cassant un pupitre, j y arrive ; je tiens le volume et je regarde le titre : Robinson Crusoé. 7 Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, 2012 Il est nuit. Je m en aperçois tout d un coup. Combien y a-t-il de temps que je suis dans ce livre? quelle heure est-il? Je ne sais pas, mais voyons si je puis lire encore! Je frotte mes yeux, je tends mon regard, les lettres s effacent ; les lignes se mêlent, je saisis encore le coin d un mot, puis plus rien. J ai le cou brisé, la nuque qui me fait mal, la poitrine creuse : je suis resté penché sur les chapitres sans lever la tête, sans entendre rien, dévoré par la curiosité, collé aux flancs de Robinson, pris d une émotion immense, remué jusqu au fond de la cervelle et jusqu au fond du cœur ; et en ce moment où la lune montre là-bas un bout de corne, je fais passer dans le ciel tous les oiseaux de l île, et je vois se profiler la tête longue d un peuplier comme le mât du navire de Crusoé! Je peuple l espace vide de mes pensées, tout comme il peuplait l horizon de ses craintes ; debout contre cette fenêtre, je rêve à l éternelle solitude et je me demande où je ferai pousser du pain La faim me vient : j ai très faim. Vais-je être réduit à manger ces rats que j entends dans la cale de l étude? Comment faire du feu? J ai soif aussi. Pas de bananes! Ah! lui, il avait des limons frais! Justement j adore la limonade! Clic, clac! on farfouille dans la serrure. Est-ce Vendredi? Sont-ce des sauvages? C est le petit pion qui s est souvenu, en se levant, qu il m avait oublié, et qui vient voir si j ai été dévoré par les rats, ou si c est moi qui les ai mangés. Il a l air un peu embarrassé, le pauvre homme! Il me retrouve gelé, moulu, les cheveux secs, la main fiévreuse ; il s excuse de son mieux et m entraîne dans sa chambre, où il me dit d allumer un bon feu et de me réchauffer. Il a du thon mariné dans une timbale «et peut-être bien une goutte de je ne sais quoi, par là, dans un coin, qu un ami a laissée il y a deux mois». C est une topette d eau-de-vie, son péché mignon, sa marotte humide, son dada jaune. Il est forcé de repartir, de rejoindre sa division. Il me laisse seul, seul avec du thon, poisson d Océan la goutte, salut du matelot et du feu, phare des naufragés. Je me rejette dans le livre que j avais caché entre ma chemise et ma peau, et je

8 Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, le dévore avec un peu de thon, des larmes de cognac devant la flamme de la cheminée. Il me semble que je suis dans une cabine ou une cabane, et qu il y a dix ans que j ai quitté le collège ; j ai peut-être les cheveux gris, en tout cas le teint hâlé. Que sont devenus mes vieux parents? Ils sont morts sans avoir eu la joie d embrasser leur enfant perdu? (C était l occasion pourtant, puisqu ils ne l embrassaient jamais auparavant.) Ô ma mère! ma mère! Je dis : «ô ma mère!» sans y penser beaucoup, c est pour faire comme dans les livres. Et j ajoute : «Quand vous reverrai-je? Vous revoir et mourir!» Je la reverrai, si Dieu le veut. Mais quand je reparaîtrai devant elle, comment serai-je reçu? Me reconnaîtrat-elle? Si elle allait ne pas me reconnaître! N être pas reconnu par celle qui vous a entouré de sa sollicitude depuis le berceau, enveloppé de sa tendresse, une mère enfin! Qui remplace une mère? Mon Dieu! une trique remplacerait assez bien la mienne! Ne pas me reconnaître! mais elle sait bien qu il me manque derrière l oreille une mèche de cheveux, puisque c est elle qui me l a arrachée un jour ; ne pas me reconnaître? mais j ai toujours la cicatrice de la blessure que je me suis faite en tombant, et pour laquelle on m a empêché de voir les Fabre. Toutes les traces de sa tutelle, de sa sollicitude, se lisent en raies blanches, en petites places bleues. Elle me reconnaîtra ; il me sera donné d être encore aimé, battu, fouetté, pas gâté! Il ne faut pas gâter les enfants. Elle m a reconnu! merci, mon Dieu! Elle m a reconnu! et s est écriée : «Te voilà donc! s il t arrive de me faire encore t attendre jusqu à deux heures du matin, à brûler la bougie, à tenir la porte ouverte, c est moi qui te corrigerai! Et il bâille encore! devant sa mère! J ai sommeil. On aurait sommeil à moins! J ai froid. On va faire du feu exprès pour lui brûler un fagot de bois! Mais c est M. Doizy qui C est M. Doizy qui t a oublié, n est-ce pas! Si tu ne l avais pas fait tomber, il n aurait pas eu à te punir, et il ne t aurait pas oublié. Il voudrait encore s excuser, voyez-vous! Tiens! voilà ce qui me reste d une bougie que j ai commencée hier.

9 Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, 2012 Tout ça pour veiller en se demandant ce qu était devenu monsieur! Allons ne faisons pas le gelé n ayons pas l air d avoir la fièvre Veux-tu bien ne pas claquer des dents comme cela! Je voudrais que tu fusses bien malade une bonne fois, ça te guérirait peut-être» Je ne croyais pas être tant dans mon tort : en effet, c est ma faute ; mais je ne puis pas m empêcher de claquer des dents, j ai les mains qui me brûlent, et des frissons qui me passent dans le dos. J ai attrapé froid cette nuit sur ces bancs, le crâne contre le pupitre ; cette lecture aussi m a remué Oh! je voudrais dormir! je vais faire un somme sur la chaise. «Ôte-toi de là, me dit ma mère en retirant la chaise. On ne dort pas à midi. Qu est-ce que c est que ces habitudes maintenant? Ce ne sont pas des habitudes. Je me sens fatigué, parce que je n ai pas reposé dans mon lit. Tu trouveras ton lit ce soir, si toutefois tu ne t amuses pas à vagabonder. Je n ai pas vagabondé Comment ça s appelle-t-il, coucher dehors? Il va donner tort à sa mère à présent! Allons, prends tes livres. Sais-tu tes leçons pour ce soir?» Oh! l île déserte, les bêtes féroces, les pluies éternelles, les tremblements de terre, la peau de bête, le parasol, le pas du sauvage, tous les naufrages, toutes les tempêtes, des cannibales mais pas les leçons pour ce soir! Je grelottai tout le jour. Mais je n étais plus seul ; j avais pour amis Crusoé et Vendredi. À partir de ce moment, il y eut dans mon imagination un coin bleu, dans la prose de ma vie d enfant battu la poésie des rêves, et mon cœur mit à la voile pour les pays où l on souffre, où l on travaille, mais où l on est libre. Que de fois j ai lu et relu ce Robinson! Je m occupai de savoir à qui il appartenait ; il était à un élève de quatrième qui en cachait bien d autres dans son pupitre ; il avait le Robinson suisse, les Contes du chanoine Schmidt, la Vie de Cartouche, avec des gravures. Ici se place un acte de ma vie que je pourrais cacher. Mais non! Je livre aujourd hui, aujourd hui seulement, mon secret, comme un mourant fait appeler le procureur général et lui confie l histoire d un crime. Il m est pénible de faire cette confession, mais je le dois à l honneur de ma famille, au respect de la vérité, à la Banque de France, à moi-même. J ai été faussaire! La peur du bagne, la crainte de désespérer des parents qui m adoraient, on le sait, mirent sur mon front de faussaire un masque impénétrable et que nulle main n a réussi à arracher. Je me dénonce moi-même, et je vais dire dans quelle circonstance je commis ce 9

10 Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, faux, comment je fus amené à cette honte, et avec quel cynisme j entrai dans la voie du déshonneur. Des gravures! la Vie de Cartouche, les Contes du chanoine Schmidt, les Aventures de Robinson suisse! un de mes camarades treize ans et les cheveux rouges était là qui les possédait Il mit à s en dessaisir des conditions infâmes ; je les acceptai Je me rappelle même que je n hésitai pas. Voici quelles furent les bases de cet odieux marché : On donnait au collège de Saint-Étienne, comme partout, des exemptions. Mon père avait le droit d en distribuer ailleurs que dans sa classe, parce qu il faisait tous les quinze jours une surveillance dans quelque étude ; il allait dans chacune à tour de rôle, et il pouvait infliger des punitions ou délivrer des récompenses. Le garçon qui avait les livres à gravures consentit à me les prêter, si je voulais lui procurer des exemptions. Mes cheveux ne se dressèrent pas sur ma tête. «Tu sais faire le paraphe de ton père?» Mes mains ne me tombèrent pas des bras, ma langue ne se sécha pas dans ma bouche. «Fais-moi une exemption de deux cents vers et je te prête la Vie de Cartouche.» Mon cœur battait à se rompre. «Je te la donne! Je ne te la prête pas, je te la donne» Le coup était porté, l abîme creusé ; je jetai mon honneur par-dessus les moulins, je dis adieu à la vie de société, je me réfugiai dans le faussariat. J ai ainsi fourni d exemptions pendant un temps que je n ose mesurer, j ai bourré de signatures contrefaites ce garçon, qui avait, il est vrai, conçu le premier l idée de cette criminelle combinaison, mais dont je me fis, tête baissée, l infernal complice. À ce prix-là, j eus des livres tous ceux qu il avait lui-même ; il recevait beaucoup d argent de sa famille, et pouvait même entretenir des grenouilles derrière des dictionnaires. J aurais pu avoir des grenouilles aussi il m en a offert mais si j étais capable de déshonorer le nom de mon père pour pouvoir lire, parce que j avais la passion des voyages et des aventures, et si je n avais pu résister à cette tentation-là, je m étais juré de résister aux autres, et je ne touchai jamais la queue d une grenouille, qu on me croie sur parole! Je ne ferai pas des moitiés d aveux. Et n est-ce point assez d avoir trompé la confiance publique, imité une signature honorable et honorée, pendant deux ans! Cela dura deux ans. Nous nous arrêtâmes las du crime ou parce que cela ne servait plus à rien, j ai oublié, et nul ne sut jamais que nous avions été des faussaires. Je le fus et je ne m en portai pas plus mal. On

11 pourrait croire que le sentiment du crime enfièvre, que le remords pâlit ; il est des criminels, malheureusement, sur qui rien ne mord et que leur infamie n empêche pas de jouer à la toupie et de mettre insouciamment des queues de papier au derrière des hannetons. Ce fut mon cas : beaucoup de queues de papier, force toupies. C est peut-être un remède, et je n ai jamais eu le teint si frais, l air si ouvert, que pendant cette période du faussariat. Ce n est qu aujourd hui que la honte me prend et que je me confesse en rougissant. On commence par contrefaire des exemptions, on finit par contrefaire des billets. Je n ai jamais pensé aux billets : c est peut-être que j avais autre chose à faire, que je suis paresseux, ou que je n avais pas d encre chez moi ; mais si la contrefaçon des exemptions mène au bagne, je devrais y être. Et qui dit que je n irai pas? 11 Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, 2012

12 12 POUR COMPRENDRE : réponses, compléments et commentaires Étape 1 [Autour du texte : le titre et la préface, p. 242] Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, Daniel Defoe, en ne faisant pas apparaître de nom d auteur à son roman, permet au lecteur de l époque de croire en une histoire authentique, un véritable témoignage. En 1719, il est déjà un expert du mimétisme : dans ses pamphlets politiques, il se glisse volontiers dans la peau du partisan du camp qui paye le mieux. L escroquerie littéraire consiste ici à contrefaire une autobiographie. Il ne faut donc pas rompre dès le titre cette illusion par un nom d auteur. 2 Le terme qui apparaît en plus gros caractères («vie») est complété par le verbe «vécut» et par la mention en italique et encadrée : «Écrit par lui-même». Ces trois termes constituent une traduction parfaite du mot «autobiographie» : l écriture de sa propre vie. 3 En plus de l autobiographie, le titre annonce le genre du roman d aventures : le terme «aventures», présent en gros caractères, précède des lieux («île déserte», «Amérique», «Orénoque»), des péripéties («jeté sur le rivage», «délivré», «naufrage») et des personnages («des pirates») typiques du genre du récit d aventures. 4 Pour attirer l attention du lecteur, Defoe, en bon publicitaire, choisit des mots accrocheurs. L usage du titre à rallonge est courant jusqu à la fin du XVIII e siècle : Defoe l utilise à chacun de ses romans, aussi bien comme un argument de vente de son futur manuscrit auprès des libraires-imprimeurs (ce genre de titres présente l avantage de résumer adroitement l histoire, à la manière des quatrièmes de couverture, plus courantes de nos jours) que comme un moyen de promotion et de publicité, dans les journaux et à la devanture des librairies. Il faut donc attirer l attention. 5 La préface continue de brouiller les pistes. Cette fois-ci, c est l «éditeur de cet ouvrage» qui prend le relais. Il sert de caution à l escroquerie littéraire de départ. Il sert d autorité en qui le lecteur peut avoir pleine confiance. Le procédé est courant et a servi longtemps à faire passer des œuvres de fiction pour la réalité (Lettres de la religieuse portugaise, Le Dernier Jour d un condamné de Victor Hugo, Les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, les Lettres persanes de Montesquieu ).

13 Lettres de la religieuse portugaise (1669) 13 Au lecteur J ai trouvé les moyens, avec beaucoup de soin et de peine, de recouvrer une copie correcte de la traduction de cinq lettres portugaises qui ont été écrites à un gentilhomme de qualité qui servait en Portugal. J ai vu tous ceux qui se connaissent en sentiments ou les louer, ou les chercher avec tant d empressement que j ai cru que je leur ferais un singulier plaisir de les imprimer. Je ne sais point le nom de celui auquel on les a écrites, ni de celui qui en a fait la traduction ; mais il m a semblé que je ne devais pas leur déplaire en les rendant publiques. Il est difficile qu elles n eussent, enfin, paru avec des fautes d impression qui les eussent défigurées. Montesquieu ( ) Lettres persanes (1721) Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, 2012 Introduction Je ne fais point ici d épître dédicatoire, et je ne demande point de protection pour ce livre : on le lira, s il est bon ; et, s il est mauvais, je ne me soucie pas qu on le lise. J ai détaché ces premières lettres, pour essayer le goût du public ; j en ai un grand nombre d autres dans mon portefeuille, que je pourrai lui donner dans la suite. [ ] Les Persans qui écrivent ici étaient logés avec moi ; nous passions notre vie ensemble. Comme ils me regardaient comme un homme d un autre monde, ils ne me cachaient rien. En effet, des gens transplantés de si loin ne pouvaient plus avoir de secrets. Ils me communiquaient la plupart de leurs lettres ; je les copiai. J en surpris même quelques-unes dont ils se seraient bien gardés de me faire confidence, tant elles étaient mortifiantes pour la vanité et la jalousie persane. Je ne fais donc que l office de traducteur : toute ma peine a été de mettre l ouvrage à nos mœurs. J ai soulagé le lecteur du langage asiatique autant que je l ai pu, et l ai sauvé d une infinité d expressions sublimes, qui l auraient ennuyé jusque dans les nues. Victor Hugo ( ) Le Dernier Jour d un condamné (1828) Première préface (le livre a d abord paru sans nom d auteur) Il y a deux manières de se rendre compte de l existence de ce livre. Ou il y a eu, en effet, une liasse de papiers jaunes et inégaux sur lesquels on a trouvé, enregistrées une à une, les dernières pensées d un misérable ; ou il s est rencontré un homme, un

14 14 rêveur occupé à observer la nature au profit de l art, un philosophe, un poète, que sais-je? dont cette idée a été la fantaisie, qui l a prise ou plutôt s est laissé prendre par elle, et n a pu s en débarrasser qu en la jetant dans un livre. De ces deux explications, le lecteur choisira celle qu il voudra. Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, Si l éditeur souligne l aspect surprenant des aventures qu il publie, il utilise pourtant des expressions qui montrent que l histoire est véritable («le récit exact des faits») et qu il nie absolument toute forme d invention («aucun des caractères de la fiction»). 7 Deux objectifs sont mis en valeur par l éditeur, qui reprennent les recommandations du poète latin Horace : placere et docere (plaire et instruire). Ainsi, il s agit de publier un récit d aventures pour avoir «quelque chance de plaire» à un public qui lira rapidement le livre (un «ouvrage promptement lu» parce qu il passionne). Mais il faut aussi «instruire le public», lui apprendre les notions du bien et du mal dans un récit aux «fins édifiantes». Le public sera ainsi «aussi bien distrait qu édifié». 8 L objectif est de faire écrire aux élèves ce qui pourrait ressembler à un résumé caricatural d une œuvre qu ils ont lue en lecture cursive. On peut décliner l exercice à des œuvres cinématographiques. Daniel Defoe est coutumier des titres à rallonge, comme dans Moll Flanders en 1722 : «Heurs et malheurs de la fameuse Moll Flanders qui naquit à Newgate, et, durant une vie continuellement variée de trois fois vingt ans, outre son enfance, fut douze ans prostituée, cinq fois mariée (dont l une à son propre frère), douze ans voleuse, huit ans félonne déportée en Virginie, finalement devint riche, vécut honnête, et mourut repentante. Écrit d après ses propres mémoires» ; ou Capitaine Singleton en 1720 : «La vie, les aventures et les pirateries du célèbre capitaine Singleton, contenant le récit de son arrivée dans l île de Madagascar, son installation là-bas, avec une description du lieu et des habitants, son passage de là au Paraguay puis à la terre ferme de l Afrique, avec un récit des us et coutumes des habitants, sa délivrance des Barbares et des bêtes sauvages, sa rencontre avec un Anglais de Londres, son voyage de retour en Angleterre. Comment le capitaine Singleton repartit en mer, avec un récit de ses aventures et ses pirateries avec le célèbre capitaine Avery». 9 Là encore, l exercice permet de travailler le résumé. Il peut se décliner à d autres auteurs, jouer sur la mise en évidence de traits caricaturaux.

15 10 Alexander Selkirk ( ) est un marin écossais qui a inspiré Daniel Defoe pour son personnage de Robinson Crusoé 1. Voici un document qui permettra de répondre à la question et de compléter les recherches César Famin ( ) Chili, in L Univers, Histoire et Description de tous les peuples, 1840 Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, 2012 Alexandre Selkirk, natif de Largo, dans le comté de Fife, en Écosse, était maître d équipage à bord du Cinq-Ports, commandé par le capitaine Stradling. Selkirk, au rapport de quelques marins qui l ont connu et nous en ont laissé le portrait, était un homme de bonnes mœurs, grave, réfléchi, mélancolique, et plus adonné aux joies spirituelles de la prière et du mysticisme qu aux plaisirs ou aux travaux du monde. S étant pris de querelle avec son commandant, il se sentit saisi d un profond dégoût de la vie, et demanda à être abandonné sur l île de Juan-Fernandez. La relâche du Cinq-Ports dura plusieurs jours, pendant lesquels Selkirk eut le temps de faire des réflexions sur ce bizarre accès de misanthropie. Il se soumit donc, et pria le capitaine Stradling de le recevoir de nouveau à son bord ; mais cet homme dur et vindicatif ne voulut pas y consentir. À quelques mois de là, le Cinq-Ports fit naufrage, et l on serait tenté de voir dans ce malheur la justice divine, si une partie de l équipage, innocente de l abandon du marin écossais, n avait pas péri en cette circonstance. Livré à lui-même, Selkirk puisa dans ses sentiments religieux cette résignation et cette force d âme qui devaient le soutenir dans le long exil auquel il se voyait condamné. En quittant le vaisseau, on lui avait laissé emporter son lit, un fusil, une livre de poudre, des balles, une hache, un couteau, des vêtements, un chaudron, du tabac, une Bible, quelques livres de piété et ses instruments de marine. Tant qu il eut de la poudre, il tua des chèvres, et fournit sans trop de peine à sa subsistance ; mais cette ressource lui manqua bientôt, et son entretien devint alors plus précaire et plus pénible. Quelque temps il y pourvut au moyen de la pêche et de la récolte des fruits sauvages ; mais enfin, éprouvant le besoin d une nourriture plus substantielle, il tendit des pièges aux jeunes chevreaux. Peu satisfait de ses succès, il entreprit de 1. Le Poète Jorge Luis Borges, dans un court poème intitulé «Alexander Selkirk» (Œuvre poétique, ), qu on pourra proposer à la récitation, évoque le marin : «Enfin Dieu m a rendu les hommes et le monde, / Les chiffres et les noms, la porte, le miroir : / Je ne suis plus celui qui, si loin qu il pût voir, / Ne voyait que la mer et sa steppe profonde.» 2. On pourra se référer à l article de Simon Nancy (Le Mythe de Robinson Crusoé à l épreuve des Juan Fernández, Chemin d étoiles n 12, «Îles funestes, îles bienheureuses», Transboréal, août 2004) dans lequel il compare le roman et le héros qui a pu l inspirer.

16 Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, se procurer à la course les animaux dont la chair et la peau lui étaient également indispensables. Ses premiers essais ne furent pas heureux ; cependant, la nécessité, le désespoir même, lui donnèrent des forces nouvelles ; il persévéra dans son projet, et un long exercice l amena enfin au but qu il se proposait. Nu jusqu à la ceinture, ainsi qu aux jambes et aux pieds, couvert sur les hanches seulement de quelques morceaux de peaux de chèvres grossièrement cousus, il sautait de rocher en rocher, s élançait sur les parois les plus escarpées, sur les arêtes tranchantes ou les pics aigus ; il franchissait les torrents et bondissait par-dessus les buissons avec une agilité incroyable, sans crainte comme sans précaution, et sans se reposer, jusqu à ce que l animal qu il poursuivait se rendit à lui, haletant et blessé. Ces expéditions n étaient pas toujours exemptes de mésaventures. Un jour, entre autres, au moment où Selkirk venait de saisir une chèvre, il tomba avec elle au fond d un précipice, et y demeura longtemps privé de connaissance. Ayant enfin repris ses sens, il s aperçut que la chèvre gisait morte sous lui, et qu il ne devait son salut qu à la précaution qu il avait prise de ne pas abandonner sa proie, et de tomber avec elle. Au bout de quelques mois il avait acquis une si grande agilité, que cette chasse périlleuse n était plus qu un jeu pour lui ; il lui arriva souvent, après avoir pris une chèvre, de la marquer à l oreille, et de la relâcher, pour avoir le plaisir de la rattraper. D autres occupations apportaient encore un léger adoucissement à cette pénible existence. Les Européens qui, les premiers, étaient venus dans l île, y avaient planté des navets et des choux palmistes. Selkirk entreprit de les cultiver, se procurant ainsi, avec la chair des chevreaux, quelques poissons et des fruits, une nourriture saine et agréable. Ses vêtements étaient usés depuis longtemps ; il les remplaça par des peaux de chèvres. Enfin, pour se délivrer du voisinage importun des rats qui rongeaient ses vêtements et dévoraient ses provisions, il se mit à apprivoiser de jeunes chats sauvages. Il avait construit deux huttes dont la plus petite lui servait de cuisine ; là, quand il avait besoin de feu, il s en procurait à la manière des Indiens, en frottant l une contre l autre deux pièces de bois résineux. Le manque absolu de sel fut une de ses plus cruelles privations ; c est ce qui l empêchait souvent de manger du poisson, et toujours de conserver une certaine provision de gibier. La plus grande des deux huttes servait à ses repas ; c était là aussi qu il retrempait dans le sommeil les forces de son corps, et, dans la prière, les forces de son âme. Ainsi s écoulait cette existence solitaire! La prière, la chasse et l agriculture en absorbaient la plus grande partie. Enseveli vivant, inscrit déjà sur le livre des morts, et se sentant fait pour la vie, ce malheureux, que les hommes abandonnaient, ne trouva de refuge que dans le sein de Dieu. Quand une pensée mondaine venait l assaillir, quand un souvenir de famille lui arrachait quelques larmes, et que son imagination errait sur les montagnes de sa patrie, il lisait la Bible, il priait, il priait encore, et se sentait consolé.

17 Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, 2012 Un jour un navire espagnol aborda à Juan-Fernandez ; d abord Selkirk se cacha dans les bois, résolu à ne pas rentrer dans la société. D ailleurs, comme il l a depuis avoué lui-même à Steele, qui l a rapporté, il craignait que les Espagnols ne l envoyassent aux presidios [Villes de guerre où l on envoyait les soldats mutins, les malfaiteurs et les vagabonds]. Cependant la vue des hommes produisit bientôt sur lui une impression à laquelle il ne put résister : il se montra donc sur la lisière des bois ; mais les Espagnols, effrayés de cette étrange apparition, lui tirèrent quelques coups de fusil, qui l obligèrent a se cacher de nouveau. Quatre ans et trois mois s étaient écoulés, et Selkirk avait perdu l espoir de revoir le monde, quand le Ciel lui amena un libérateur. Woode-Rogers et Dampier croisaient alors sur les côtes du Chili avec deux corsaires, le Duc et la Duchesse de Bristol. Le 1 er février 1709, ils abordèrent à Juan-Fernandez, et Selkirk se rendit à eux ; Dampier, qui l avait connu autrefois, intervint en sa faveur, et détermina Woode-Rogers à le recevoir à son bord. C est ce dernier qui nous a conservé les détails les plus circonstanciés sur le naufrage et les aventures de ce marin, dont le nom est devenu inséparable de celui du héros imaginaire de Daniel Defoe. Rogers prétend qu il avait tellement perdu l habitude de parler, qu il fut assez longtemps avant de pouvoir se faire comprendre. On ne nous a pas dit si Selkirk, rentré dans la société, plongé de nouveau dans le bruit et les misères du monde, regretta jamais les solitudes de Juan-Fernandez. 12 Jonathan Swift ( ) et Laurence Sterne ( ) sont deux auteurs contemporains de Daniel Defoe ( ). Swift a écrit Les Voyages de Gulliver (1726) qui, à l instar de Robinson Crusoé, est une œuvre longtemps considérée comme appartenant à la littérature enfantine. Le dépaysement chez Swift repose sur l exploration de mondes imaginaires (le voyage à Liliput, à Borbdingnag, Glubbdubdrib et autres Houyhnhnms ), mais le voyage comme aventure et moyen de comprendre le monde sert une satire de la société (ce que Robinson ne fait pas). Swift et Defoe sont employés par le même ministère, l un pour se charger d une brochure politique, l autre économique concernant les avantages de mettre un terme à la guerre de Succession d Espagne. Laurence Sterne est considéré (avec l Espagnol Cervantès et le Français Rabelais) comme le père du roman moderne. Defoe, lui, a engagé une révolution du roman des années plus tôt. Son œuvre principale s intitule Vie et Opinions de Tristram Shandy, gentilhomme ( ). Le point commun avec Robinson est la même tentative d une autobiographie fictive. Là, on est loin du roman d aventures 17

18 18 Étape 2 [Le début du récit : invitation aux voyages, p. 244] Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, 2012 Questions supplémentaires Quelle genre d existence le père de Robinson espère-t-il pour son fils? Quel est l idéal de bonheur du père de Robinson? À quelle classe sociale appartient-il? «En suivant pouvoir poursuivre.» (l ) : relevez les différents moyens utilisés pour exprimer la négation. Pourquoi sont-ils aussi nombreux dans le discours paternel? Montrez que Robinson ne peut résister à son destin de voyageur. Relevez les mots et expressions qui le prouvent. Quel est le rôle de l argent dans le début du roman? Lors de sa première expérience sur un bateau, à quoi Robinson attribue-t-il son mal de mer et sa peur? Dressez la liste de tous les mots désignant un bateau ou la partie d un bateau. Observez bien qu en ce début de récit, Robinson refuse systématiquement de travailler («je n avais appris aucun métier», «il était trop tard pour commencer un apprentissage quelconque» et, sur le bateau, «je n y avais aucun emploi et ne m étais pas mis en état d en avoir un»). «Bafouer mes propres intérêts» (l. 367) : comparez la vie de Robinson au Brésil avec celle qu il aurait pu avoir en restant en Angleterre. A-t-il bien fait de suivre ses désirs? 1 Le roman commence comme une autobiographie : Robinson Kreutznaer évoque sa naissance, ses origines, sa famille, qui sont les motifs de l autobiographie. Le choix d un point de vue interne, avec l utilisation du pronom «je», renforce cette illusion. 2 La famille de Robinson est marquée par les déplacements : son père, d Allemagne (Brême), est venu en Angleterre (à Hull puis à York) ; l un de ses frères, militaire, suit l armée de Flandre ; l autre, sans doute aventurier, ne donne jamais signe de vie. Robinson appartient à une famille de marchands («négoce»). Les gènes familiaux ne prédisposent pas Robinson à être sédentaire. 3 Le «penchant naturel» de Robinson est de «naviguer». Son père cherche à l en dissuader. En cherchant l aventure, il renonce à la définition du bonheur de son père : le «confort», l «agrément», la tranquillité. Le père de Robinson voudrait qu il vive selon sa condition, qui n est celle ni d un misérable, ni d un homme de «rang supérieur». Il désire pour lui une vie mesurée. Il lui prévoit une vie de tourments,

19 Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, 2012 marquée par «un dur labeur, le manque du nécessaire et une nourriture médiocre ou insuffisante», une «vie servile pour gagner [son] pain quotidien». 4 Dans le dialogue entre le père et le fils, on sent une opposition très nette entre les envies d évasion du fils (son «coup de tête», l. 103) et les conseils de sagesse et de mesure du père. Le récit (l éditeur l a rappelé) a des fins didactiques : il doit, à l instar de la fable et de la littérature morale, instruire, inculquer des principes de sagesse. Les mésaventures du fils désobéissant à son père sont prévues, annoncées par les mises en garde du père. Robinson s en souviendra trop tard. Pour l heure, le dialogue est moral : les conseils «fort avisés» s appuient sur la «longue expérience» d un «homme sage et grave» face à un «jeune aventurier» (l. 146) possédé par le désir de voyager. Il faut trouver un bonheur simple et plaisant en restant dans une condition intermédiaire, qui n est ni trop basse, ni trop haute, ne chercher ni la gloire, ni le luxe et profiter d un bonheur paisible et durable. On peut juger combien ce discours, convenant à un vieil homme, n est pas séduisant pour le jeune Robinson. 5 Dans cette phrase se mêlent deux conceptions qui représentent bien les aventures de Robinson : il est poussé par une force irrésistible (c est le destin, la fatalité) mais il possède quand même le libre-arbitre. C est lui, prédisposé à voyager par sa naissance, qui subit et agit. Tel est le sort de Robinson de faire des choix contre la raison. 6 Dès que Robinson met le pied sur un bateau, le vent et la mer se déchaînent («le vent se mit à souffler et les vagues à se creuser de la façon la plus alarmante»). La tempête initiale a un rôle très important dans le récit : elle est interprétée comme un signe du destin (un «jugement divin qui me punissait justement de la mauvaise action que j avais commise»). Robinson est effrayé et se dit qu il n est pas fait pour l aventure ; il promet «de rentrer tout droit à la maison, de suivre les conseils de [s]on père, de ne plus mettre les pieds sur un bateau.» L expérience lui fait comprendre la sagesse paternelle. Pour un temps seulement Le récit d aventures utilise le mauvais temps, les tempêtes comme des moteurs de l aventure. Le destin, la fatalité en font leur instrument pour diriger, perdre, sauver les aventuriers. Le naufrage sur l île déserte sera dû lui aussi à une tempête. 7 «Haute comme une montagne, furieuse comme un ennemi» sont les deux comparaisons des lignes La force et la détermination des éléments sont ainsi soulignées. La mer est personnifiée en un «ennemi» qui pourchasse Robinson : «la fureur de la mer, qui fondit à nouveau sur moi» (l ). Les actions ont l air d être volontaires : «la mer me laissa, ou plutôt me lança contre un rocher» (l. 490). 19

20 20 8 Il s agit de tester la lecture des élèves et leur capacité à classer chronologiquement les événements. Autre sujet possible : Reconstituez la chronologie de ce début de roman, de la naissance de Robinson à son arrivée sur l île. 9 À ce stade de l histoire, Robinson n est pas encore porteur de valeurs héroïques. Il n est encore qu un jeune homme désinvolte et insouciant («la tête emplie de pensées vagabondes», l. 16), velléitaire et inconstant («Je résolus donc de ne plus songer à voyager, mais de m établir chez nous selon son désir. Hélas! quelques jours effacèrent tout cela», l ), téméraire, déraisonnable. Il ne tire aucune leçon des signaux qui l avertissent des dangers. 10 L exercice permet de tester la capacité d argumenter à partir d une situation concrète, à laquelle les élèves peuvent sûrement s identifier. 11 On veillera à ce que le texte rédigé s inscrive dans une narration. Les élèves peuvent exploiter le discours direct et commencer à intégrer le discours indirect. L exercice sert aussi à mesurer leur degré d invention : restent-ils dans le cadre du dialogue entre Robinson et son père ou cherchent-ils une situation plus contemporaine? Le professeur est libre de préciser davantage ses attentes. Éditions Magnard, Classiques et Contemporains, 2012 Autre sujet possible : «Ce qu il advint de mon second frère, je ne le sais pas plus que mes parents ne surent ce qu il advint de moi.» Écrivez la lettre que pourrait recevoir Robinson Crusoé à la fin de sa vie dans laquelle son frère lui raconterait quelle a été son existence. 13 Dans la religion catholique, il existe sept péchés capitaux (des fautes contre les lois divines) : l avarice, la colère, l envie, la gourmandise, la luxure, l orgueil et la paresse. Pour le père de Robinson, son fils doit se garder de ces péchés qui peuvent en entraîner d autres. Ainsi, il est question de ne pas être «encombré par l orgueil [ ] et l envie» (l ), ces péchés appelant «le luxe, l ambition» (l. 40), porteurs d inquiétude et d instabilité. Lignes 65-66, il insiste sur «la passion de l envie» et «la flamme dévorante et secrète de la folie des grandeurs», les deux péchés qui semblent les plus nuisibles à une vie heureuse et simple. Il le met en garde contre le pouvoir de l argent (l avarice en fait partie) : «le sage [ ] priait le Seigneur de ne lui donner ni pauvreté ni richesse» (l ).

ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE

ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE Enseignement intégré des humanités Octobre 2012 Épreuve n 2 Compréhension et expression écrites Les Mille et une nuits ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE Nom : Prénom : Classe de sixième :.. COMPRÉHENSION

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Le livre était sur la table devant nous, ainsi que la théière, les deux tasses et une assiette de tartelettes de Noël aux fruits secs.

Le livre était sur la table devant nous, ainsi que la théière, les deux tasses et une assiette de tartelettes de Noël aux fruits secs. 1 Le livre était sur la table devant nous, ainsi que la théière, les deux tasses et une assiette de tartelettes de Noël aux fruits secs. C était un livre et non pas le manuscrit auquel je m étais attendue

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

26 juin Le brouillard est de plus en plus épais. Une vraie purée.

26 juin Le brouillard est de plus en plus épais. Une vraie purée. 26 juin Le brouillard est de plus en plus épais. Une vraie purée. L Océane est immobilisée 5, car le commandant ne veut pas risquer de heurter 6 les récifs 7. Nous ne savons plus quoi faire. Lucas et Maxime

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

La concordance des temps à l indicatif

La concordance des temps à l indicatif LA DES TEMPS À L INDICATIF LA CONCORDANCE POSTÉRIORITÉ DES TEMPS 1 La concordance des temps à l indicatif La concordance des temps à l indicatif La postériorité Comme nous l avons déjà vu, lorsque l événement

Plus en détail

Moko, enfant du monde

Moko, enfant du monde Moko en Afrique, les monts de la Terre ronde Objectifs : Les animaux. Les parties du corps d un animal. Les chiffres jusqu à 4. Age : 4-6 ans Niveau : Débutants, A1 Moko en Afrique : Les monts de la Terre

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL

CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL Session : 2005 Code : Page : 1/4 CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL Epreuve de Français SESSION 2005 SUJET Ce sujet comporte 4 pages : de la page 1/4 à la page 4/4. Assurez-vous que cet exemplaire est complet. Si

Plus en détail

Cela va trop loin! Sabbat Fais l activité de cette semaine à la page 80. Dimanche

Cela va trop loin! Sabbat Fais l activité de cette semaine à la page 80. Dimanche LEÇON Cela va trop loin! Sabbat Fais l activité de cette semaine à la page 80. Dimanche Lis «Cela va trop loin!». Dessine un signal routier. Ajoute ton verset à mémoriser et place-le en évidence. Commence

Plus en détail

Olaf était face à l océan.

Olaf était face à l océan. Olaf était face à l océan. Rêvasser, c était tellement plus amusant qu apprendre à déchiffrer les runes. Cette écriture bizarre ne lui servirait pas à grand-chose quand il prendrait la mer. Trouver son

Plus en détail

4 page 941 / 1ère partie, PARIS Il n' avait pas voulu partir sans lui dire adieu.

4 page 941 / 1ère partie, PARIS Il n' avait pas voulu partir sans lui dire adieu. Partir : Recherche «lemmatisée». Le logiciel ne permttant pas de séparer le verbe «part», de «à part»... ou «le parti» de «parti» on a procédé manuellement au choix. 2 page 937 / 1ère partie, PARIS Je

Plus en détail

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions.

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. LIRE UN CNTE ET RÉPNDRE À UN QUESTINNAIRE METTANT EN JEU DIFFÉRENTES CMPÉTENCES. Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. Dans une forêt très sombre,

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel Johan Theorin L Heure trouble ROMAN Traduit du suédois par Rémi Cassaigne Albin Michel Öland, septembre 1972 L E MUR de grosses pierres rondes couvertes de lichens gris était aussi haut que le petit garçon.

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

Napoléon. Grâce à ces différentes victoires, il devient général.

Napoléon. Grâce à ces différentes victoires, il devient général. Napoléon Lorsque la Révolution éclate en 1789, le lieutenant Napoléon Bonaparte a 19 ans. Il est déjà soldat dans l armée et participe aux batailles entre les français qui sont pour la révolution et ceux

Plus en détail

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU!

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU! INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. Un membre de l équipe doit réfléchir à une façon de résoudre le problème. Les autres membres de l équipe

Plus en détail

L AMOUR EST UN SOUFFRE-BONHEUR

L AMOUR EST UN SOUFFRE-BONHEUR Sismographe L AMOUR EST UN SOUFFRE-BONHEUR Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer Découverte Complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Que voit- on sur la 1 ère page de couverture? C est l histoire q d un poisson q d une souris

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Nantas. Fleurs d encre 3 e Chapitre 1. Petites histoires à lire entre les lignes SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5

Nantas. Fleurs d encre 3 e Chapitre 1. Petites histoires à lire entre les lignes SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5 Nantas Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges La chambre que Nantas habitait depuis son arrivée de Marseille se trouvait

Plus en détail

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Dernier temps fort de notre année autour de : Une Eglise qui prie et qui célèbre.nous vous proposons de

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

LA MACHINE A TRICOTER (2)

LA MACHINE A TRICOTER (2) LA MACHINE A TRICOTER (2) TEXTE DEPOSE A LA SACD Son utilisation est soumise à l autorisation de l auteur via la SACD Pour plus de précisions et pour obtenir la suite de cet extrait: christian.moriat@orange.fr

Plus en détail

Le journal de Miette Chapitre 1

Le journal de Miette Chapitre 1 Le journal de Miette Chapitre 1 Voilà, au départ ma vie était vraiment simple : je dormais sur les coussins du canapé, dans le panier de la salle de bain ou sur le lit de Louise. Ensuite je vais jusqu

Plus en détail

Le grand concours. Ecole élémentaire mixte 2 Grand-Camp CE 2 B Mme Ayrault

Le grand concours. Ecole élémentaire mixte 2 Grand-Camp CE 2 B Mme Ayrault Le grand concours Ecole élémentaire mixte 2 Grand-Camp CE 2 B Mme Ayrault 1 Kim, une jolie fille aux longs cheveux roux et aux yeux clairs, et Melinda, une petite brune aux cheveux courts, se sont rencontrées

Plus en détail

IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS

IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS Recherches n 50, D une classe à l autre, 2009-1 IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS Marylène Constant IUFM Nord Pas-de-Calais, université d Artois Quentin est élève en première S dans un lycée lillois.

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant

Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant 1 - Découverte : Le verbe au participe passé Rappel : le verbe au participe présent, c est : Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant C est grâce au participé présent

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Guide du parent accompagnateur. Préparation à la Confirmation. Guide d animation Partie III : Annoncer

Guide du parent accompagnateur. Préparation à la Confirmation. Guide d animation Partie III : Annoncer Guide du parent accompagnateur Préparation à la Confirmation Guide d animation Partie III : Annoncer 2 Partie III : Annoncer (Parents/jeunes à la maison) Semaine #9 : (à la maison) Nous faisons un retour

Plus en détail

Lumière Noire 23/10 24/10

Lumière Noire 23/10 24/10 Lumière Noire 23/10 Je m appelle Loreley, j ai 22 ans. C est ici que commence mon journal. Je fais partie de ces gens qu on classe dans les populations «minoritaires». Je ne suis pas lesbienne, je ne suis

Plus en détail

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez.

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez. TEXTE 1 Jules et Julie étaient voisins. Chaque matin, ils traversaient la forêt pour aller à l école. ça rassurait leurs parents de les savoir ensemble. Mais jamais Julie n adressait la parole à Jules

Plus en détail

Enfance et adolescence

Enfance et adolescence SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : ENFANCE ET ADOLESCENCE 1 / 5 Enfance et adolescence Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges Lev Nikolaïevitch Petrovitch Tolstoï,

Plus en détail

Pourquoi le Chien. chasse le Chat

Pourquoi le Chien. chasse le Chat Pourquoi le Chien chasse le Chat 1 Pourquoi le Chien chasse le Chat Par Liz Hutchison À Madame Yannick Post, mon premier professeur de français. Ce livre est un don à l organisme non gouvernemental Seeds

Plus en détail

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976)

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La véritable histoire de la Belle au bois dormant (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La classe de 6 ème 1 du collège Paul Froment vous présente : La

Plus en détail

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture Episode : Lecture découverte Episode : Lecture Il était une fois trois ours qui vivaient dans une petite maison au milieu de la forêt. Il y avait Tout Petit Ours, Ours Moyen et Très Grand Ours. Chaque

Plus en détail

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel de Martonne à Laval. Plusieurs clubs Lecture de la

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

Le Maître Chat de Benjamin LACOMBE, d après un conte de Charles Perrault. Le Maître Chat de Benjamin LACOMBE, d après un conte de Charles Perrault

Le Maître Chat de Benjamin LACOMBE, d après un conte de Charles Perrault. Le Maître Chat de Benjamin LACOMBE, d après un conte de Charles Perrault TEXTE 1 Le Maître Chat de Benjamin LACOMBE, d après un conte de Charles Perrault À l heure de sa mort, un meunier ne laissa à ses trois enfants que son moulin, son âne et son chat. Le partage fut bientôt

Plus en détail

Yuliana Fransani. Une aventure à Paris. Publibook

Yuliana Fransani. Une aventure à Paris. Publibook Yuliana Fransani Une aventure à Paris Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois

Plus en détail

Les membres de ma famille croient que je leur ai

Les membres de ma famille croient que je leur ai Introduction Les membres de ma famille croient que je leur ai fait honte et les ai déshonorés à bien des égards depuis que je suis passée du statut de petite fille à celui de femme, mais ils ne connaissent

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

L histoire du petit indien

L histoire du petit indien Compréhension de lecture Andrée Otte L histoire du petit indien CH.Zolotow, Le petit indien, Ed. des deux coqs d or Voici l histoire de toute une famille d Indiens : le père, la mère, le grand frère, la

Plus en détail

LA BARBE BLEUE. Charles PERRAULT

LA BARBE BLEUE. Charles PERRAULT LA BARBE BLEUE Charles PERRAULT Il y avait autrefois un homme qui était très riche. Il avait des maisons magnifiquement meublées à la ville et à la campagne, sa table était toujours couverte de vaisselle

Plus en détail

Les femmes, à mon contact, tombent malades. Elles s enrhument. Elles éternuent. Il arrive aussi que leur gorge soit prise. Pour elles, c est la

Les femmes, à mon contact, tombent malades. Elles s enrhument. Elles éternuent. Il arrive aussi que leur gorge soit prise. Pour elles, c est la Les femmes, à mon contact, tombent malades. Elles s enrhument. Elles éternuent. Il arrive aussi que leur gorge soit prise. Pour elles, c est la première fois. Leur bonne santé me précède. C est ma faute.

Plus en détail

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien 1 Au Japon, dans un petit village, vivait un vieil homme. Il habitait une minka une petite maison de bambou et cultivait le riz avec sa femme. Un jour, dans la forêt, le vieil homme vit son chien gratter

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

La gloire de mon père de Marcel Pagnol

La gloire de mon père de Marcel Pagnol Fiche Pédagogique La gloire de mon père de Marcel Pagnol Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif 2 Fiche élève. 3 4 Fiche professeur. 5 8 Transcription. 9 Sources. 10 1 Tableau descriptif Niveau

Plus en détail

Le petit bonhomme en pain d épices

Le petit bonhomme en pain d épices Le petit bonhomme en pain d épices Robert Gaston Herbert Le petit bonhomme en pain d épices Conte anglais Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour «Le Cartable Fantastique» Robert Gaston Herbert

Plus en détail

avec les textes Aide-mémoire Le carnet de lecture et La critique littéraire avec le texte 0

avec les textes Aide-mémoire Le carnet de lecture et La critique littéraire avec le texte 0 Nom: Groupe: avec les textes Aide-mémoire Le carnet de lecture et La critique littéraire avec le texte 0 Page de présentation avec le texte 1 (Titre du livre) Par (ton nom) gr. 117 Travail présenté à M.

Plus en détail

Le loup qui voyageait dans le temps

Le loup qui voyageait dans le temps Ce jour-là, Loup farfouillait dans son grenier. Il y trouvait toujours des choses extraordinaires. Comme ce vieux livre avec sa couverture dorée. Loup s empara du livre et lut le résumé : «Cher lecteur,

Plus en détail

Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana. Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers

Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana. Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers Bachir-Ahmed AHMED Bonjour, je vais vous relater ce que moi j appel : «le

Plus en détail

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi!

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi! 1 Lecture : Ephésiens 4 : 17-32 N attristez pas le St Esprit. Bonjour Cher Saint Esprit J ai décidé de prendre ma plus belle plume, plus exactement le clavier de mon ordinateur, pour t écrire une lettre,

Plus en détail

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l Lettres à un auteur Madame, A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l que vous nous avez accordée. J ai beaucoup

Plus en détail

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur.

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur. Hansel et Gretel Première scène Il était une fois, dans un petit village, un bûcheron et ses deux enfants, Hansel et Gretel. Un jour, il n'y avait plus de manger dans la maison alors le bûcheron demandait

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI Durant 3 semaines j étais { Hiratsuka, près de Yokohama où j allais tous les jours au lycée. Ma famille d accueil se composait du père, de la mère, de ma

Plus en détail

1 an et demi plus tard

1 an et demi plus tard 1 an et demi plus tard Alors, les filles? Vous en pensez quoi? Je me tenais bien droite sur la petite estrade au milieu de la salle d essayage, simulant un bouquet entre mes mains et souriant de toutes

Plus en détail

Louis et Zélie Martin

Louis et Zélie Martin Louis et Zélie Martin Qu ont-ils fait de si extraordinaire pour être béatifiés le 19 octobre 2015? Sommaire : 1. Les époux Martin, qui sont-ils? 2. Texte à trou / texte à trou réponses 3. Création d un

Plus en détail

Jubilé de la Miséricorde

Jubilé de la Miséricorde Pardonne Partage Aime Jubilé de la Miséricorde Découvre l année de la miséricorde en t amusant C est quoi un Jubilé? Qu est-ce que la miséricorde? 1 A tes crayons! 2 Qu est-ce qu un jubilé? Un jubilé est

Plus en détail

Investissements déraisonnables

Investissements déraisonnables Chapitre 47 Investissements déraisonnables Il y a quelques semaines, alors que j assistais au camp-meeting de San Jose [1905], certains de nos frères me présentèrent ce qu ils considéraient comme une occasion

Plus en détail

LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD.

LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD. LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD. est une bande dessinée publiée par les éditions Lombard. - scénario

Plus en détail

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD TEXTE 1 1. La maison du géant Il était une fois au fond de la forêt un géant qui s appelait Kolos. Tout le monde

Plus en détail

Service diocésain de la Catéchèse. 149 rue Jodelle 77610 La Houssaye en Brie 01 64 07 46 48 catechese@catho77.fr http:\\enfance.catho77.

Service diocésain de la Catéchèse. 149 rue Jodelle 77610 La Houssaye en Brie 01 64 07 46 48 catechese@catho77.fr http:\\enfance.catho77. Service diocésain de la Catéchèse 149 rue Jodelle 77610 La Houssaye en Brie 01 64 07 46 48 catechese@catho77.fr http:\\enfance.catho77.fr A tes crayons! 7 Allez dans la Mission du Christ Porte la Paix

Plus en détail

On est arrivées l après-midi. J ai tout de suite compris qu on s était trompées d hôtel. Mais ma tante a fait semblant de rien. L hôtel le plus beau,

On est arrivées l après-midi. J ai tout de suite compris qu on s était trompées d hôtel. Mais ma tante a fait semblant de rien. L hôtel le plus beau, 1 On est arrivées l après-midi. J ai tout de suite compris qu on s était trompées d hôtel. Mais ma tante a fait semblant de rien. L hôtel le plus beau, c est celui d à côté. Ancien, d une belle couleur

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

Indications pédagogiques

Indications pédagogiques à la Communication Indications pédagogiques D2 / 32 Objectif général D : REALISER UN MESSAGE A L'ECRIT Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire 3 Rédiger un message Objectif opérationnel 2 Rédiger

Plus en détail

1/Souligne ce que tu as ressenti pendant le film. (nombre d avis) 2/ Entoure tes personnages préférés. Qu est ce que tu aimes en eux?

1/Souligne ce que tu as ressenti pendant le film. (nombre d avis) 2/ Entoure tes personnages préférés. Qu est ce que tu aimes en eux? Réponses au questionnaire ludique par de 2 classes de CM1/CM2 de Courtoiville (35) Suite à la projection durant la Biennale de l égalité 2011 à Saint-Malo. 1/Souligne ce que tu as ressenti pendant le film.

Plus en détail

cœur ; les objets que je distingue mal dans l ombre du soir me donnent une envie folle de me sauver. J ai peur la nuit, enfin.

cœur ; les objets que je distingue mal dans l ombre du soir me donnent une envie folle de me sauver. J ai peur la nuit, enfin. Réécriture Réécriture Réécriture La nouvelle fantastique Au XIX ème siècle, un genre nouveau naît et se développe : la nouvelle fantastique. La nouvelle est un récit bref, présentant des personnages peu

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour,

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, Le loup et les sept chevreaux Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, comme elle voulait aller chercher de quoi manger dans la forêt, elle les appela tous

Plus en détail

www.faydhatijaniya.org

www.faydhatijaniya.org ASSOCIATION SCIENCES ET SERVICES DANS L ISLAM ETERNEL A.S.S.I.S.E Invocations Prophétiques Permanentes Publication ASSISE 001-2010 Editée, imprimée et publiée par l ASSISE. Introduction. Nous avons l honneur

Plus en détail

Progresser par la foi

Progresser par la foi Chapitre 54 Progresser par la foi Il n est pas toujours sage, en effet, de ne rien entreprendre qui entraîne de fortes dépenses sans avoir au préalable l argent nécessaire. Le Seigneur n épargne pas toujours

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel.

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel. MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE Ma vie en partage Entretiens avec Mélanie Loisel AU NOM DE TOUS LES MIENS Par l auteur de l aube Avant-propos Vivre, c est savoir pourquoi l on vit. Pourquoi a-t-il voulu

Plus en détail

ACTIVITÉ DE CRÉATION LITTÉRAIRE

ACTIVITÉ DE CRÉATION LITTÉRAIRE ACTIVITÉ DE CRÉATION LITTÉRAIRE Point de départ : Le roman Tous mes amis sont des superhéros de Andrew Kaufman, paru aux éditions Alto. But : Demander aux participants de se créer un alter ego superhéros

Plus en détail

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent.

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. «Je ne veux plus être un violeur» Mise en garde Trigger warning Contient plusieurs récits

Plus en détail

Les trois petits cochons

Les trois petits cochons Les trois petits cochons Les trois petits cochons Une histoire illustrée par Leonard Leslie Brooke Deux illustrations sont d Arthur Rackam Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour Le Cartable Fantastique

Plus en détail

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL Répondez aux questions suivantes : 1. Où habitez-vous? 2. Quand êtes-vous arrivé à Paris? 3. Quelle est votre profession? Complétez les phrases : 1. Je ne (être) pas français. 2. Je (parler) un peu le

Plus en détail

Thème: Mini-projet Un extrait de l Importance d être Constant

Thème: Mini-projet Un extrait de l Importance d être Constant 1 F.A.O. Dr. H. Azérad 06/05/06 George Walkden, Alastair Shaw, & Natasha Mann Thème: Mini-projet Un extrait de l Importance d être Constant Lady Bracknell. [Elle s assit.] Veuillez vous asseoir, M. Worthing.

Plus en détail

EXPLOITATION PEDAGOGIQUE

EXPLOITATION PEDAGOGIQUE LA MAISON À DORMIR DEBOUT EXPLOITATION PEDAGOGIQUE ALBUM MIJADE Titre de l album : La maison à dormir debout Auteur : Audrey Wood Illustrateur : Don Wood Format : 26 cm x 25,3 cm Âge : Dès 3 ans INTRODUCTION

Plus en détail

KHALED AL KHAMISSI. traduit de l arabe (Egypte) par Hussein Emara et Moïna Fauchier Delavigne

KHALED AL KHAMISSI. traduit de l arabe (Egypte) par Hussein Emara et Moïna Fauchier Delavigne KHALED AL KHAMISSI Taxi traduit de l arabe (Egypte) par Hussein Emara et Moïna Fauchier Delavigne 1 Mon Dieu! Quel âge pouvait avoir ce chauffeur de taxi? Et quel âge pouvait avoir sa voiture? Je n en

Plus en détail

Harry Mathews. 20 lignes par jour. traduit par Marie Chaix. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Harry Mathews. 20 lignes par jour. traduit par Marie Chaix. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Harry Mathews 20 lignes par jour traduit par Marie Chaix P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e PRÉFACE Comme beaucoup d écrivains je trouve souvent que me mettre au travail le matin est une entreprise

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

Tu écris un courriel à un(e) ami(e) pour lui raconter ce que tu lis en ce moment à l école. Tu

Tu écris un courriel à un(e) ami(e) pour lui raconter ce que tu lis en ce moment à l école. Tu Objectif : DELF A2 Ecrire un courriel Tu écris un courriel à un(e) ami(e) pour lui raconter ce que tu lis en ce moment à l école. Tu donnes des précisions sur le livre (auteur, titre, ), des détails sur

Plus en détail

BREVET BLANC. AVRIL 2012. COLLEGE DE LA MONTAGNE.

BREVET BLANC. AVRIL 2012. COLLEGE DE LA MONTAGNE. BREVET BLANC. AVRIL 2012. COLLEGE DE LA MONTAGNE. Julien Sorel, fils d un bûcheron, se distingue très tôt par son intelligence. M. de Rênal, maire de la ville de Verrières, décide de le choisir pour devenir

Plus en détail