Règles de construction parasismique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Règles de construction parasismique"

Transcription

1 Benoît SMERECKI Tél : +33 (0) Isabelle BOUTE Tél : +33 (0) Règles de construction parasismique Secrétariat CN/PS Bilan 2014 Perspectives et offre de service octobre 2014

2 SOMMAIRE 1. CONTEXTE ET ENJEUX Contexte du secteur Enjeux de la normalisation du domaine 3 2. L'OFFRE DE SERVICE AFNOR Normalisation4 2.1 Le pilotage des projets de normalisation L'appui / conseil aux membres de la commission Les autres services 6 3. BILAN DE LA NORMALISATION EN Au niveau international Au niveau européen Au niveau français PERSPECTIVES ET PROCHAINES ETAPES Au niveau international Au niveau européen Au niveau français FINANCEMENT DES TRAVAUX 20 Annexes 2 BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

3 1. CONTEXTE ET ENJEUX 1.1 Contexte du secteur Les règles de construction parasismique occupent une place particulière dans le domaine du calcul des structures. À défaut de prévoir les séismes, il est décisif d en limiter les dégâts par la prévention au moyen de techniques constructives adaptées, en particulier dans les régions où le risque sismique est identifié. Dans le domaine du calcul des structures, pour la normalisation des règles de construction parasismique, il s agit de proposer et d utiliser des règles communes pour concevoir des structures résistantes aux tremblements de terre et pour recalculer le cas échéant des structures afin de les améliorer du point de vue parasismique, en s adaptant aux modifications du zonage sismique et aux évolutions des techniques constructives. 1.2 Enjeux de la normalisation du domaine Les principaux enjeux de la normalisation dans ce domaine sont l articulation entre les règles techniques et la réglementation française et l articulation entre les règles européennes (Eurocode 8 : série EN 1998) et les dispositions constructives nationales (NF DTU PS/92 & PSMI, annexes nationales à l Eurocode 8). À la veille de la révision des Eurocodes, pour faire entendre l approche française au plan européen, une participation française plus soutenue aux travaux européens serait souhaitable. La compréhension et la mise en œuvre des règles de construction parasismique par les acteurs de la construction sont considérées dans ce domaine comme un enjeu appartenant au périmètre de la normalisation. 3 BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

4 2. L'OFFRE DE SERVICE AFNOR Normalisation L'offre de service d'afnor Normalisation s'appuie sur un principe de co-production et de co-création très avancé, caractérisé par la recherche du consensus, les membres des commissions françaises et des comités européens et internationaux étant les producteurs privilégiés des contenus des normes. AFNOR Normalisation vous offre la possibilité de faire valoir et partager vos savoir-faire au sein d une commission de normalisation composée des différentes parties prenantes de votre marché (fabricants, clients et fournisseurs, acteurs en charge des politiques publiques, consommateurs, laboratoires d essais et organismes de contrôle ). La participation à cette commission de normalisation vous permet d'intervenir sur les normes en préparation ou à venir dans votre secteur, au plan national, européen ou international et de soutenir votre stratégie d'influence sur votre marché. Les équipes d'afnor Normalisation vous apportent un accompagnement méthodologique, stratégique et tactique pour la promotion des intérêts français dans le jeu mondial. Elles se portent également garantes du respect des règles de la normalisation. De l'étude des nouveaux sujets proposés en normalisation jusqu'à la publication des normes, les équipes d AFNOR Normalisation vous conseillent et vous guident dans la maîtrise de la normalisation aux plans national, européen et international en soutien de vos enjeux commerciaux, techniques et humains. Notre offre de service répond donc à la fois à ces enjeux individuels et collectifs: La possibilité de faire valoir vos intérêts et vos enjeux dans les normes et d'atteindre ainsi vos objectifs propres, La capacité d intégrer ces enjeux individuels dans une vision française globale au travers d une commission de normalisation qui regroupe les différentes parties prenantes de votre marché, et donc de produire des "règles du jeu" sous forme de documents applicables ensuite par l ensemble d un domaine/marché, Notre engagement de veiller : o à l aboutissement des travaux de normalisation dans des délais compatibles avec vos enjeux et ceux de vos marchés, o au respect des règles de la normalisation et des impératifs réglementaires, o à la défense des intérêts de l économie française et de ses acteurs. Cette offre de service AFNOR Normalisation comprend : 4 BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

5 2.1 Le pilotage des projets de normalisation AU NIVEAU FRANÇAIS Vous participez à une commission de normalisation "miroir" des travaux de normalisation CEN/TC 250/SC 8. Votre équipe AFNOR Normalisation assure : L'organisation et l'animation, en collaboration avec le Président, des réunions de la commission de normalisation AFNOR CN/PS "Règles de construction parasismiques" (incluant les invitations, la diffusion des documents préparatoires, la mise à disposition des locaux, ainsi que la réalisation des synthèses de ces réunions ; le traitement des décisions, ) ; La diffusion des documents et informations nécessaires à l avancement des travaux ; Le pilotage du programme de travail et des délais associés aux différentes étapes clés des projets de documents de normalisation (inscription au programme de travail, consensus sur l'avant-projet, enquêtes et dépouillement des commentaires reçus, mise en forme et vérification de la qualité du projet, publication) ; La coordination de l activité des groupes d experts français ; L'appui aux experts en termes d'ingénierie normative (règles de rédaction, défense/promotion des positions françaises ) et d'influence auprès des acteurs ; La transmission au niveau européen et international de la position française établie au sein de la commission française ; La nomination des représentants français participants aux réunions européennes ou internationales ; La traduction des documents normatifs internationaux de l anglais vers le français aux étapes clés ; La mise à disposition d un comité électronique permettant un accès permanent aux documents français, européens et internationaux ; La mise en place si nécessaire d'outils collaboratifs pour faciliter l élaboration des référentiels normatifs franco-français (wiki, ). 5 BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

6 2.2 L'appui / conseil aux membres de la commission Votre équipe AFNOR Normalisation met à votre service : Un appui méthodologique aux membres de la commission pour la préparation des contributions françaises (préparation des réunions européennes et internationales avec la synthèse des positions à défendre en réunions CEN et ISO) ; Un appui/conseil pour la prise de leadership au niveau européen ou international (prise de secrétariat de TC ou d'animation de WG) ; Une assistance et un soutien des membres qui feront partie de la délégation française chargée de promouvoir/défendre les positions nationales par la participation (physique ou par téléphone) du chef de projet AFNOR aux réunions du comité technique ; Une assistance et un soutien des experts français présents dans les groupes de travail européens ou internationaux par la participation (physique ou par téléphone) du chef de projet AFNOR aux réunions des groupes de travail ; Pour le président de la commission de normalisation, un appui / conseil spécifique lui est proposé dans l'application des règles de normalisation, pour participer efficacement aux travaux ; L'aide à l'utilisation et au respect des règles de normalisation française, européenne et internationale ; L'information sur les travaux connexes réalisés dans d'autres instances ; L'accompagnement dans l'assimilation des processus de normalisation à l international, autant au plan des codes culturels, des aspects pratiques que des dimensions techniques et des enjeux stratégiques. 2.3 Les autres services Votre équipe AFNOR Normalisation vous propose également un ensemble de solutions pour un soutien ou une participation à la promotion des normes et des travaux de normalisation (articles, conférences, mise en place d outils de communication, accueil des réunions de TC ou de WG en France ). 6 BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

7 3. BILAN DE LA NORMALISATION EN Au niveau international Sur décision de la commission de normalisation AFNOR CN/PS, la France est membre observateur "O" à l ISO/TC 98/SC 3 «Base de calcul des structures - Actions sismiques». 3.2 Au niveau européen - Sur la base d'un nouveau mandat confié par le CEN au TC 250, l'enquête des 5 ans pour les parties 1 et 3 de l'en 1998 a été lancée en mars 2014 pour une réponse avant le 30 septembre Quatre phases successives sont prévues pour la révision complète des Eurocodes. L'objectif est d'avoir une publication de l'ensemble au plus tard en Pour le CEN/TC 250/SC 8 (Secrétariat - Ema COELHO), seules trois phases ont été envisagées dans ce processus de révision, rien sur la 4 ème phase. L'objectif recherché est une simplification de l'eurocode pour une mise en application plus simple ; cette demande a été explicitement formulée aux Project Teams (PT) dans les termes de leurs contrats. Donc, pas de refonte, mais plutôt une stabilité des Eurocodes. Le traitement de la DCL et de son champ d'application a été déjà retenu comme objectif prioritaire pour la révision de l'ec8. Un Chairman Advisory Panel a été mis en place pour s'assurer de la bonne application de cette recommandation. Il n'a pas été décidé si le corpus complet des Eurocodes révisés sera publié en une seule fois ou si les différentes parties seront publiées au fur et à mesure de leur disponibilité. L'institut de normalisation Néerlandais (NEN) va gérer les contrats avec les Project Teams (PT). Les PTs seront financés pour la partie mandat, le dépouillement de l'enquête se faisant bénévolement. Les Project Teams auront des instructions précises notamment sur le respect des délais. Les trois phases envisagées sont : - Phase 1 lancée en Partie 1 - Règles générales, actions sismiques et règles pour les bâtiments - Partie 3 - Evaluation et renforcement des bâtiments - Phase 2 à lancer en BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

8 - Partie 5 - Fondations, ouvrages de soutènement et aspects géotechniques - Phase 3 à lancer en Partie 2 - Ponts - Partie 4 - Silos, réservoirs et canalisations - Partie 6 - Tours, mâts et cheminées Un PT sera affecté à chaque tâche. Les Project Teams ont la charge de faire évoluer les Eurocodes, mais devront aussi prendre en compte les remarques faites par les pays membres lors de l'enquête des 5 ans. Il n'y a pas de limitations imposées aux pays au niveau des commentaires émis. Néanmoins, ils doivent s'inscrire dans une démarche de stabilité des eurocodes. Ces commentaires des pays membres rédigés en anglais seront examinés au niveau du SC 8 en tant que premier filtre. Seuls les commentaires retenus par le SC 8 seront communiqués aux Project Teams. Des règles ont été édictées pour la constitution des PTs : 3 à 6 personnes, non compris le président et le secrétaire du SC 8 qui sont membres de droit de tous les Project Teams. Les pays doivent y être représentés de façon équitable, avec de nouveaux et d'anciens membres. Un appel à candidatures sera fait auprès des instituts nationaux de normalisation ; les candidatures seront examinées par un panel de pré-sélection au niveau du SC 8 avant transmission au panel de sélection du TC 250. Pour le SC8, le panel de pré-sélection est constitué de : - Eduardo CARVALHO, président du SC 8 - Michael FARDIS, ancien président du SC 8 - Paolo PINTO, ancien président du SC 8 - Peter FAJFAR - Alain PECKER D'autre part, il a été décidé de réactiver les points de contact nationaux, afin de faciliter les discussions dans la phase d'enquête et d'évolution de l'ec 8 (Celui-ci peut être désigné pour chaque partie de l'ec 8 ou pour tout l'eurocode 8). Ces contacts techniques nationaux seront ajoutés à la liste de diffusion du SC 8. P. BISCH est confirmé dans ce rôle pour les parties 1 et 3. 8 BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

9 - D'autre part, un groupe de travail WG 1, placé sous l'égide du SC 8 a été créé lors de la dernière réunion du SC 8, à la demande de l'autriche, avec le soutien de la Suisse et de l'allemagne pour traiter des aspects de maçonnerie. Ce groupe vient en support du Project Team en charge de la partie 2. Comment faudra-t-il gérer ce Groupe de travail et le PT si les avis divergent? Il existe déjà une liaison avec le SC 6. - Un groupe WG 1 de l'association Européenne du Génie Parasismique est chargé de réfléchir (en s'affranchissant de toute contrainte) sur ce que pourrait être l'eurocode 8 au-delà de l'horizon Ce groupe de 10 personnes comprend moitié d'anciens, moitié de jeunes participants. Au sujet du chargement des NDP par les différents pays, dans la base de données du JRC, rien n'a été fait à ce jour par la France. - Une journée de restitution du programme FP7 SHARE (Seismic Hazard Harmonization in Europe) a été organisée la veille de la dernière réunion du SC 8 (JRC Ispra du 29 novembre 2013). Des propositions ont été faites : - Supprimer les formes spectrales normalisées; - Remplacer dans l'eurocode les magnitudes d'ondes de surface par des magnitudes de moment; - k (NF EN , clause 2.1(4)-Note) devrait dépendre des pays et des périodes de retour; - Il faut définir par zones sismiques le scénario sismique principal; - Modifier S (coefficient de sol) pour la catégorie C; - Classification de sols jugée trop rudimentaire (pas assez détaillée); - Il faut garder à l'esprit qu'il s'agit d'accélérations maximales et non d'accélérations "effectives" (valeur de l'accélération spectrale au plateau divisée par 2.5) comme sous-entendu dans la rédaction actuelle de l'ec8. Les résultats de SHARE montrent d'ailleurs que l'amplification au plateau du spectre calculée à partir des accélérations maximales produites n'est pas nécessairement égale à 2.5 (elle peut être inférieure ou supérieure) Un groupe informel va regarder ces propositions. Les résultats de SHARE sont donnés sur le site : A long terme, la recommandation du travail de SHARE est de s'orienter vers des cartes de risques plutôt que d'aléas. - Une liaison avec le CEN/TC 229 a été confirmée ave le Dr Giandomenico TONIOLO en tant qu'officier de liaison. - Une réunion du CEN/TC 250/SC 8 avait été initialement prévue le 8 septembre 2014, à Londres. Les représentants français au SC 8 sont Alain PECKER et Philippe BISCH. 9 BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

10 3.3 Au niveau français La commission de normalisation «Règles de construction parasismique» CN/PS, animée et gérée par AFNOR est la structure miroir française du souscomité 8 «Eurocode 8 : Structures en région sismique», du comité technique européen «Eurocodes structuraux» CEN/TC 250. Président : Alain PECKER (Géodynamique et Structure) Secrétaire : Benoît SMERECKI (AFNOR) La commission de normalisation AFNOR CN/PS s'est réunie le 3 avril, le 3 juillet et le 19 septembre La commission de normalisation CN/PS doit se prononcer avant le 30 septembre 2014 sur l'enquête lancée par le CEN/TC 250 sur les parties 1 et 3 de l'en En 2014, elle a anticipé cette démarche en demandant à ses membres de faire leurs remarques fondamentales dès le début de l'année. De nombreuses réponses ont été reçues sur l'en et ces commentaires ont été compilés dans un template fourni par le CEN/TC 250. Les commentaires reçus sur la partie 1 peuvent être classés en deux catégories : - Ceux concernant plus précisément l'administration française comme les coefficients d'importance, les niveaux d'accélération a gr, la substitution des CPMI au chapitre 9 de l'ec8. - Les autres touchant réellement la partie 1 de l'ec 8 : - Simplification des méthodes - Lien avec l'eurocode 2 - Classes de ductilité - Clarification sur le dimensionnement en capacité - Dispositions constructives demandées Globalement, une simplification du texte a été souhaitée, en évitant des renvois croisés. Cette notion de simplification touche tous les Eurocodes, donc les remarques faites semblent aller dans le bon sens. Un petit groupe composé d'a. PECKER, P. BISCH, P. LABBE, E. OSMANI, M. CHENAF, PO. MARTIN et T. LAMADON, avec B. SMERECKI en tant que secrétaire a été constitué pour faire une première évaluation des réponses reçues. Il s'est réuni le 18 juin 2014 pour faire un premier tri et pour commencer à classifier les commentaires français dans les rubriques 1 à 6 suivantes du Template : 1 Commentaires éditoriaux et techniques 10 BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

11 2 Améliorations de la clarté du document 3 Extension du domaine de compétence de l'en 4 Réduction de domaine de compétence 5 Clauses pouvant conduire à des situations non-économiques 6 Clauses nécessitant des efforts de conception inconsidérés Les remarques liées à la traduction en français ou à la situation notamment réglementaire en France ont été toutes rejetées. Certaines observations méritant discussion ont été examinées à la réunion CN/PS du jeudi 3 juillet Le groupe restreint s'est réuni de nouveau le 3 juillet 2014 après-midi, pour poursuivre son travail et proposer des commentaires étayés. Les commentaires acceptés ont été traduits en anglais, en prenant en compte les suites qui leur ont été données. La commission de normalisation CN/PS s'est prononcé formellement sur la position française lors la réunion CN/PS du 19 septembre En ce qui concerne l'en , aucun commentaire n'a été exprimé sur le plan français. P. BISCH et E. OSMANI ont fait des propositions qui ont été entérinées lors de la réunion CN/PS de septembre. Les améliorations à apporter sont : - La rédaction amenant la relations entre les coefficients de confiance CF i et les valeurs des coefficients KL i en fonction de la précision des informations sur l ouvrage existant, - L insistance sur l importance de la reprise des mauvaises dispositions constructives, - La mise à niveau pour les actions autres que sismiques. Par ailleurs, les résultats d une campagne d essais donneraient plutôt des valeurs moyennes plutôt que des valeurs caractéristiques probabilistes, compte tenu du peu d éléments disponibles pour faire des statistiques. Enfin, il faudra aborder dans l EC8-3 la question suivante : il est interdit à ce jour de reprendre des voiles de contreventement par des dalles ou des planchers de reprise dans l EC8-1 : est-ce à dire qu il faudrait reprendre une «mauvaise disposition constructive», dans la mise à niveau des bâtiments existants? Raison de plus pour parvenir à faire disparaître cette clause de l EC8-1. Ces quelques remarques ont été traduites en anglais et mises sous la forme d'un template, pour envoi par AFNOR au CEN/TC BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

12 - P. LABBE indique que son groupe de suivi GT EC8-1 et de son annexe nationale, animé par P. LABBE s'est réuni deux fois le 5 février, le 2 avril et le 13 juin L'objectif est la préparation d'un document d'application (Fascicule de documentation - FD). Tout d'abord, la liste des clauses des articles 4 et 5 de l'ec8-1 à retenir pour la conception des structures faiblement dissipatives (DCL) a été passée en revue, et un consensus plus simple a été obtenu. Un organigramme des calculs sismiques, proposé par Sandrine JUSTER-LERMITTE a été intégré au document d'application. Un texte introductif au document d'application sera préparé. Se pose la question de conserver les questions relatives à la partie 5 de l'ec8? Ce document a deux annexes: - autorisation de la classe DCL selon NF EN /NA (Bâtiment en béton armé, en construction métallique, en maçonnerie et en bois). - logigramme relatif aux calculs sismiques selon le NF EN et NF EN /NA. Ce document tel que modifié en réunion CN/PS le 3 juillet a été entériné. Une mise en forme est nécessaire ainsi qu'une relecture attentive avant publication par AFNOR. Le seul sujet traité en réunion CN/PS en septembre 2014 avant la publication était la question du SNBPE relative à la couverture, par le domaine d'application de l'en , du BFUP ou du béton de granulats légers. - BFUP Ces bétons sont encore dans le champ expérimental, ils ne sont pas couverts par la norme NF EN /CN, ni par le projet de NF EN 206/CN, ni par l'ec La commission de normalisation "béton" P18B (avec d autres commissions concernées) a monté un groupe d expert GE BFUP pour travailler à normaliser cette famille de bétons, pour différents aspects (calcul, matériau, exécution) ; ces règles ne sont pas encore arrêtées. Par conséquent, il est raisonnable de considérer que cette famille n'est pas encore couverte par l'ec 8. Le texte retenu pour le Guide d'application est donc le suivant : "L EC8-1 permet-il d envisager des structures primaires en béton BFUP? Un béton BFUP est un " Béton Fibré à Ultra-hautes Performances", qui possède une résistance à la compression élevée et une certaine résistance à la traction. Il peut comporter des armatures de béton armé pour un fonctionnement de type béton armé ou de type précontraint. Le développement de ces bétons est en pleine évolution et les règles de calcul les concernant, en situation non sismique, sont en cours d élaboration. A terme, on peut donc raisonnablement penser que ces bétons seront aptes à réaliser des structures primaires en situation sismique. 12 BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

13 Mais, en l état actuel, ces bétons ne rentrent pas dans le domaine d application de l EC8-1 et de son AN. Lorsqu un procédé n est pas couvert par une norme, son utilisation est possible par le biais d une procédure spécifique : ETE (Evaluation Technique Européenne), Avis Technique. Dans tous les cas, l utilisation visée dans le cadre du projet doit faire l objet de justifications appropriées s appuyant d une part sur les prescriptions de l EC2-1-1, d autre part sur les principes de l EC8." - Béton de granulats légers Cette famille est maintenant bien entrée dans l'état de l'art. Elle est dans les champs d'application de la norme NF EN 206-1/CN, de la NF EN , de la NF EN (et de la NF EN ), du prnf DTU 21:2014. Dans ces conditions, il apparait que l EN couvre donc bien l ensemble des bétons couverts par l EC2-1-1, y compris les bétons structurels de granulats légers. Néanmoins, la ductilité des bétons de granulats légers étant différente des bétons traditionnels, les conditions d'application aux bétons de granulats légers restent à préciser pour la classe DCM, la classe DCH restant exclue pour les bétons de granulats légers. Le texte retenu pour cette famille dans le Guide d'application est donc le suivant : "L EC8-1 permet-il l utilisation du béton de granulats légers en situation sismique? L EC8-1 ne traite pas explicitement du béton de granulats légers, bien que le béton de granulats légers figure dans le domaine de l EC2-1-1 (section (1)P). L articulation entre les deux textes apporte une explication à cela (cf. EC8-1 section (3)P) : «pour la conception et le dimensionnement des bâtiments en béton, l EN :2004 s applique. Les règles suivantes sont complémentaires de celles de l EN :2004». Or, en terme d exigences supplémentaires relatives au matériau béton, l EC8-1 ne s intéresse pas à la classe de masse volumique des bétons mais uniquement à leur classe de résistance : C16/20 minimum en classe de ductilité DCM, cf. section (1)P ; C20/25 minimum en classe de ductilité DCH, cf. section (1)P. La section (1)P de l EC2-1-1 donne la règle de transposition des exigences de classes de résistance CX/Y en classes de résistance LCX/Z pour les bétons de granulats légers, le tableau se substituant au tableau 3.1). Les bétons de granulats légers entrent donc bien dans le domaine d application de l EC8-1 et de son AN. Toutefois, la ductilité des bétons de granulats légers étant différente de celle des bétons traditionnels, les conditions d'application aux bétons de granulats légers restent à préciser pour la classe DCM, la classe DCH restant exclue pour les bétons de granulats légers". Un petit groupe a été constitué pour préciser ces conditions d'application, il est constitué de W. PILLARD, P. BISCH, E. OSMANI et N. CASENAVE. Le SNBPE a bien prévu d y participer. 13 BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

14 Ces derniers points étant résolus, ce guide d'application peut être publié. - La présentation du 25 juin 2014, de S. PINEL sur les 50 premières mesures de simplification pour la construction de logements, dans le cadre des actions pour la relance de la construction de logements a été diffusée à la CN/PS et les points suivants relatifs aux risques sismiques ont été présentés : - Exonérer d'exigences parasismiques les éléments ne présentant pas d enjeux pour la sécurité des personnes - Revoir la réglementation sismique applicable à l ajout ou au remplacement d éléments qui ne font pas partie de la structure du bâtiment. - Définir les travaux à réaliser au vu des objectifs de performance fixés dans les règlements des plans de prévention des risques technologiques (PPRT) - Les règles PS 92 ont été soumises à l'examen systématique des documents français de normalisation issus de la française. M. LEREAU (DGALN/DHUP) a indiqué le 18 avril 2014 à AFNOR que les dispositions de la norme "NF P de décembre 1995 amendée A1 février 2001 et A2 novembre Règles de construction parasismique, règles applicables aux bâtiments dites règles PS92" ne pouvaient continuer à s'appliquer aux bâtiments de catégorie d'importance II situés en zones de sismicité 3,4 et 5 telles que définies par l'article R du code de l'environnement et aux bâtiments de catégories d'importance III et IV, situés en zones de sismicité 2,3,4 et 5 telles que définies par l'article R du code de l'environnement que pendant la période transitoire qui s'est achevée le 1er janvier 2014 (Cf. Article 5 de l'arrêté du 22 octobre version en vigueur modifié par arrêté du 25 octobre 2012 portant justement sur la date de fin de la période transitoire). Dorénavant, c'est l'ec8 qui s'applique ou les PSMI pour les bâtiments de catégorie II en zone de sismicité 2, 3 et 4 sous réserve du respect des conditions de la norme PS-MI et les CPMI en zone 5 sous réserve du respect des conditions du guide CPMI. - Le document sur le "Dimensionnement des jonctions plancher Voile à boites d'attente en situation sismique, application aux planchers à prédalles suspendues" a été examiné en réunion CN/PS. L'objectif est de proposer un cadre de vérification pour la résistance en situation sismique des jonctions planchers voiles dans le cas de planchers suspendus à des voiles porteurs par boites d attentes dépliables, en vue de l application entre autres aux planchers à prédalles suspendues. Sont visées ici les jonctions conçues pour fonctionner en articulation linéaire (pas de transmission de moment de flexion, hormis les dispositions constructives de contrôle de la fissuration : 0,15 x Mt). La justification des jonctions s appuie sur deux vérifications : - La transmission du cisaillement au niveau du fond de la boite d attente en adoptant le modèle de vérification des surfaces de reprise. - La transmission du cisaillement dans le béton coulé en place en assimilant la jonction à une liaison âme membrure (vérification généralement couverte par la vérification du cisaillement en fond de boite). 14 BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

15 Au niveau des vérifications à effectuer, sont pris en compte : - Le calcul du cisaillement résistant en fond de boite - Le calcul du cisaillement résistant dans le béton coulé en place Trois exemples de bâtiments viennent illustrer le document. Ce document est très utile, mais des pré-requis sont nécessaires : les boites d attente doivent être mises en œuvre correctement. Les deux problèmes rencontrés touchent : - le positionnement des boîtes - le dépliage des armatures Il est rappelé qu'il s agit d un travail de précision et que des précautions doivent être prises. Une démarche du type qualification des soudeurs a été évoquée en réunion CN/PS. La version amendée de ce document, avec les précautions évoquées ci-dessus pourrait être mis sur le site Internet d EGF BTP et faire l objet d une circulaire EGF. - Question du CTMNC sur les chevilles d'ancrage en zone sismique Au sujet du document en préparation pren :2013 (et de son équivalent français prnf EN ), la Commission CN/PS a rappelé que l'eurocode 2 ne doit pas traiter des actions sismiques, celles-ci étant du ressort de l'ec 8. Cette remarque sera communiquée à la CN P06E, mais il faut aussi soulever ce problème auprès du président du CEN/TC 250/SC 8. A. PECKER évoquera cette question lors d'une prochaine réunion du SC 8, auprès de son président. Une action similaire avait été faite auprès de l EC7. Le contenu technique de ce document et de son annexe C mérite d être étudié. Sur le plan français, il a été décidé de mettre en place un petit groupe concernant les chevilles pour regarder ce point. Il est constitué de : P-E THEVENIN, O. CHEZE, P-O. MARTIN, E. FOURNELY, G. DE ZUTTER et S. JUSTER LERMITTE - La Commission de normalisation CN/PS a été informée de la réponse figurant sur le site du Ministère du développement durable à une question de cohabitation de logements et d ERP dans un même bâtiment. Ceci dans le cadre des explications fournies pour la compréhension et l interprétation de la nouvelle réglementation parasismique applicable aux bâtiments. La phrase litigieuse est la dernière. Lorsqu un bâtiment comporte des locaux relevant de catégories d importance différentes (par exemple bureaux, commerces, logements), l arrêté du 22 octobre 2010 modifié prévoit d utiliser la catégorie d importance la plus défavorable pour le classement du bâtiment (art. 2.I premier alinéa). 15 BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

16 Mais, l arrêté ne traite pas le cas d un bâtiment recevant plusieurs ERP distincts de 4ème ou 5 ème catégorie, relevant chacun de la catégorie d importance II, mais dont l effectif cumulé supérieur à 300 personnes correspond à un critère imposant un classement en catégorie d importance III selon l arrêté. Ce point, soumis au ministère de l écologie, a fait l objet d une question réponse disponible sur le site du ministère. Le traitement des ERP superposés est désormais clair et ne pose plus aucune difficulté. Par contre, la dernière phrase de cette réponse pose problème : "Ce raisonnement reste valable pour toutes les combinaisons pouvant se présenter au sein d'une même structure (plusieurs ERP mais aussi cohabitation de logements et d'erp dans un même bâtiment)". Il est admis que l effectif des logements n est pas à prendre en compte et la CN/PS propose de modifier la dernière phrase de la question/réponse traitant du sujet comme suit : «Ce raisonnement reste valable pour toutes les combinaisons pouvant se présenter au sein d une même structure (plusieurs ERP mais aussi cohabitation de bureaux et d ERP dans un même bâtiment).» Le Ministère se propose de réviser ce point et va gérer les incohérences. - Un tableau jugé dangereux relatifs aux vitrages situés en zone sismique ( Exigences et critères) dans le document suivant : - FD DTU 39 P5 de juillet 2012 sur les travaux de vitrerie miroiterie Partie 5 : Mémento sécurisé (Indice de classement P ) a été signalé. La commission CN/PS aurait dû être préalablement consultée, avant la publication de ce document. Une contribution sur ce sujet va être préparée et examinée en réunion CN/PS avant envoi à l'administration et au groupe DTU. - La question suivante émanant du Groupe spécialisé n 3 des Avis Techniques a été examinée en réunion CN/PS : «Il s agit de rupteurs de ponts thermiques (liaisons discrètes entre plancher et murs en béton). Les calculs sont effectués sous séisme en analyse multimodale avec un modèle 3D. Ces calculs permettent d avoir les sollicitations de tous les éléments, en particulier les sollicitations dans ces rupteurs. Le dimensionnement est ensuite effectué en BA avec ces efforts. La question posée par le GS3 est la suivante : est-il nécessaire de fixer une valeur plancher d effort axial dans ces rupteurs? En l occurrence, la valeur plancher visée est 75 kn, reprise de règles qui figurent dans les DTU planchers à éléments préfabriqués, dispensant de calculer les efforts appliqués.» Après discussion, la commission de normalisation confirme la position prise en Groupe de suivi, à savoir : La règle à appliquer pour les liaisons planchersmurs en béton est celle de la norme NF EN :2005, (Chaînages intérieurs). L'effort minimal ftie,int à équilibrer en traction est donc celui indiqué dans l'annexe nationale pour ce même article, soit 15 kn/ml. - Evolution de la réglementation suite à la publication de la norme NF EN /NA en décembre 2013 L'arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite "à risque normal" fixe les objectifs en termes de règle de construction. Cet arrêté précise en son article 4 que les principes de conception, de calcul et de dimensionnement applicables aux bâtiments mentionnés à l'article 3 de ce même arrêté sont ceux des normes NF EN septembre 2005, NF EN BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

17 décembre 2005, NF EN septembre 2005, dites "règles Eurocode 8" accompagnées des documents dits "annexes nationales" des normes NF EN / NA décembre 2007, NF EN / NA janvier 2008, NF EN / NA octobre 2007 s'y rapportant. Les normes visées dans cet arrêté valent présomption de conformité des objectifs visés par l'arrêté. L'annexe nationale NF EN / NA décembre 2007 a été révisée et la norme NF EN /NA a été publiée en décembre Toute modification de la réglementation en vigueur ou toute introduction de nouvelle réglementation doit faire l'objet d'une fiche d'impact qui a pour objectif : d'évaluer les impacts financiers du projet de texte, tant au niveau des maîtres d'ouvrages (particuliers, entreprises, collectivités territoriales, État et autres organismes administratifs) que des entreprises pour le secteur de l'activité de la construction d'évaluer qualitativement les impacts sur les entreprises, sur la compétitivité et l'innovation, sur la production, sur le commerce et l'artisanat, sur les clients ou usagers des entreprises et administrations concernées, sur le public, sur la société, sur les collectivités territoriales, ainsi que sur les services chargés de l'application et du contrôle, de justifier les choix retenus et de respect du principe de proportionnalité, et de préciser les mesures d'accompagnement. L'annexe nationale NF EN /NA de décembre 2013 introduit un certain nombre de prescriptions nouvelles. Ces nouvelles prescriptions peuvent induire des impacts au niveau des dispositions constructives parasismiques par rapport à celles de la réglementation actuellement en vigueur. Afin de pouvoir éventuellement intégrer les nouvelles dispositions relatives à la ductilité de cette annexe nationale révisée au niveau réglementaire, il convient de satisfaire aux obligations d'évaluation des impacts qu'elles génèrent tant en mesures de simplification ou de retour d'expérience qu'en contraintes supplémentaires. Le Ministère souhaiterait obtenir de la part des membres de la CN/PS (au regard de leurs compétences respectives : spécialistes bureaux d'études structures, professionnels de la construction) des éléments justificatifs techniques et financiers qui permettraient à l'administration d'évaluer l'apport d'une modification réglementaire et de pouvoir présenter à la CNEN la fiche d'impact de projet de texte réglementaire (à caractère obligatoire). Il est rappelé que la recherche de consensus et non de l unanimité est la règle dans les commissions de normalisation. En complément, la publication au JORF du 23 septembre 2014 d un nouvel arrêté modifiant l'arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite «à risque normal». Le référentiel Dimensionnement parasismique des éléments non structuraux du cadre bâti - Justifications parasismiques pour le bâtiment «à risque normal» version 2014 est pris en compte. La date d'application de cet arrêté modificatif est celui du lendemain de la publication du texte, à savoir le 24 septembre BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

18 - Au sujet des règles CPMI et de l avancement de l arrêté, le projet est abouti techniquement et qu une évaluation de son impact économique doit être faite. - La prochaine réunion AFNOR CN/PS est prévue le mercredi 14 janvier BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

19 4. PERSPECTIVES ET PROCHAINES ETAPES 4.1 Au niveau international A sujet des travaux internationaux, au sein de l'iso/tc 98/SC3, la France est membre observateur "O" de cette structure. 4.2 Au niveau européen Au plan européen, un certain nombre d évolutions ont été proposées notamment aux autres parties de l EN Des commentaires de la part des pays ont été faits sur les parties 1 et 3, pour fin septembre Des Équipes de Projets vont être mises en place pour les examiner. Des experts français seront présents dans les futurs groupes de projets. 4.3 Au niveau français La commission de normalisation AFNOR CN/PS est chargée notamment du suivi des travaux du CEN/TC 250/SC 8, et donc va continuer à préparer les positions françaises, sur les autres parties de l'en 1998, conformément au planning proposé. 19 BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

20 5. FINANCEMENT DES TRAVAUX Chaque activité de normalisation est gérée comme un projet collectif avec l objectif de rechercher a minima son équilibre financier en tenant compte de : l ampleur du programme de normalisation, l intensité de l engagement dans les travaux européens ou internationaux (ex : suivi ou pilotage de groupes de normalisation européens ou internationaux), le contenu du service assuré par AFNOR (ex : aide à distance ou participation effective du chef de projet AFNOR aux réunions internationales). Les priorités sont collectivement retenues par les membres de la commission de normalisation et font l objet d une présentation annuelle. Tenant compte de ces priorités, le financement des services apportés par AFNOR à la commission de normalisation est recherché auprès des différentes parties prenantes notamment : Syndicats et fédérations professionnels pour lesquels deux modalités de financement sont possibles: o le financement défini selon le barème ci-après, dans le cas de la participation d un permanent du syndicat ou de la fédération, o Le financement fixé en proportion du coût estimé des travaux de normalisation pour offrir à ses adhérents la possibilité de participer sans contribution financière de leur part (ou avec une contribution réduite). Acteurs en charge des politiques publiques concernées (ministères, organismes publics ou agences ) tout particulièrement lorsqu ils agissent en tant qu autorité réglementaire ou comme porteur de politique publique dont le niveau de financement est fixé en proportion du coût estimé des travaux de normalisation. Entreprises, collectivités territoriales ou tout autre type d organisme non cité précédemment, dont la contribution financière est définie selon le barème ci-après. Le barème tient compte de la taille, de la position dans la chaîne de valeur (exemple : fabricant ou utilisateur du produit) et de la qualité d adhérent à l AFNOR (de l'organisme les adhérents à l association AFNOR bénéficient en effet d une remise de 10% sur ce montant). Il permet une participation de deux collaborateurs de l'organisme (1 titulaire, 1 suppléant). Dans le cas où les financements recueillis sont insuffisants au regard des prestations retenues par la commission de normalisation, AFNOR se réserve la possibilité de revoir à tout moment, avec celle-ci, les conditions de poursuite des travaux. 20 BILAN 2014 PERSPECTIVES ET OFFRE DE SERVICE 2015

DIAGNOSTICS DANS LES IMMEUBLES BATIS

DIAGNOSTICS DANS LES IMMEUBLES BATIS Eric GAUSSORGUES Tél : +33 (0)1 41 62 80 75 Eric.gaussorgues@afnor.org Isabelle BOUTE Tél : +33 (0)1 41 62 84 62 Isabelle.boute@afnor.org DIAGNOSTICS DANS LES IMMEUBLES BATIS Elaboration de normes commission

Plus en détail

Sommaire DVD Eurocodes Le référentiel et les outils

Sommaire DVD Eurocodes Le référentiel et les outils Sommaire DVD Eurocodes Le référentiel et les outils Sommaire du cadre juridique de la construction Cadre juridique de la construction o Règles d'urbanisme Documents d'urbanisme Règles d'occupation du sol

Plus en détail

OFFRE DE SERVICES 2012

OFFRE DE SERVICES 2012 Commission de normalisation CN 39 Eco-responsabilité et développement durable par et pour le numérique OFFRE DE SERVICES 2012 Chef de projet : Olivier TEITGEN Téléphone : 01 41 62 85 64 Mail : olivier.teitgen@afnor.org

Plus en détail

Le point de vue du contrôleur technique

Le point de vue du contrôleur technique Le point de vue du contrôleur technique mars 2010 P-E Thévenin Contrôle technique en zone sismique le contrôle technique missions et finalité contrôle technique obligatoire les attestations PS de contrôle

Plus en détail

Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme

Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme * Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme Le programme, lancé en 2009** et coordonné par FCBA, a pour objet d affiner les connaissances sur le comportement au séisme des habitats

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments

La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments dont le permis de construire est déposé à partir du 1 er mai 2011 Janvier 2011 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

COLLECTION T ECHNIQUE C IMBÉTON G 58 EUROPE : LA NOUVELLE DONNE. Conception et réalisation des ouvrages avec les produits structuraux en béton

COLLECTION T ECHNIQUE C IMBÉTON G 58 EUROPE : LA NOUVELLE DONNE. Conception et réalisation des ouvrages avec les produits structuraux en béton COLLECTION T ECHNIQUE C IMBÉTON G 58 EUROPE : LA NOUVELLE DONNE Conception et réalisation des ouvrages avec les produits structuraux en béton EUROPE : LA NOUVELLE DONNE Conception et réalisation des ouvrages

Plus en détail

Règles pour la normalisation française, Partie 1. Instances et procédures de travail

Règles pour la normalisation française, Partie 1. Instances et procédures de travail Règles pour la normalisation française, Partie 1 Instances et procédures de travail Cinquième édition, décembre 2013 Sommaire Page Avant-propos 5 1 Organisation et responsabilité pour les travaux de normalisation

Plus en détail

Le risque sismique : ce qui change

Le risque sismique : ce qui change Le risque sismique : ce qui change Conséquences de la publication des décrets Intervenant Service Date Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

LES NOUVELLES NORMES DE LA CONSTRUCTION PARASISMIQUE EC 8 / BÉTON EC 2 / DALLAGE DTU-13.3

LES NOUVELLES NORMES DE LA CONSTRUCTION PARASISMIQUE EC 8 / BÉTON EC 2 / DALLAGE DTU-13.3 MERCREDI 6 JUIN 2007 DE 8H30 À 18H AU CNAM PARIS JOURNÉE TECHNIQUE LES NOUVELLES NORMES DE LA CONSTRUCTION PARASISMIQUE EC 8 / BÉTON EC 2 / DALLAGE DTU-13.3 PRÉSENTÉE ET ANIMÉE PAR FRANCIS GUILLEMARD,

Plus en détail

Appel d offre publié sur le site du FPSPP le 17 Juillet 2015

Appel d offre publié sur le site du FPSPP le 17 Juillet 2015 Appel d offre publié sur le site du FPSPP le 17 Juillet 2015 Cahier des charges concernant l appui à l habilitation d organismes évaluateurs et formateurs relatifs au Socle des connaissances et compétences

Plus en détail

Norme NF EN 206-1 et DTU 21

Norme NF EN 206-1 et DTU 21 Norme NF EN 206-1 et DTU 21 La norme NF EN 206-1, avec son annexe nationale, devient la base normative pour tous les bétons de structure. Introduction La norme européenne NF EN 206-1 remplace la norme

Plus en détail

ARCHITECTURE ET FONCTIONNEMENT DE LA NORMALISATION. Journée du 22-06-2005 sur la Normalisation dans les Transports Publics

ARCHITECTURE ET FONCTIONNEMENT DE LA NORMALISATION. Journée du 22-06-2005 sur la Normalisation dans les Transports Publics ARCHITECTURE ET FONCTIONNEMENT DE LA NORMALISATION Journée du 22-06-2005 sur la Normalisation dans les Transports Publics DEFINITION D UNE NORME UNE NORME EST UN DOCUMENT : *ETABLI PAR CONSENSUS ET APPROUVE

Plus en détail

ANNEXE 4-5 Réponses aux questions fréquemment posées sur la réglementation nationale

ANNEXE 4-5 Réponses aux questions fréquemment posées sur la réglementation nationale ANNEXE 4-5 Réponses aux questions fréquemment posées sur la réglementation nationale Réponses aux questions sur la nouvelle réglementation parasismique applicable aux bâtiments CLASSIFICATION DES BÂTIMENTS

Plus en détail

ANNEXE 4-7 Les éléments non structuraux et leur dimensionnement Bâtiment à risque «normal»

ANNEXE 4-7 Les éléments non structuraux et leur dimensionnement Bâtiment à risque «normal» ANNEE 4-7 Les éléments non structuraux et leur dimensionnement Bâtiment à risque «normal» Définition des familles d éléments non structuraux du cadre bâti 1 Les éléments constitutifs du bâtiment sont

Plus en détail

CFMS 11 octobre 2012. Textes obligatoires L. CARPINTEIRO. votre partenaire en maîtrise des risques

CFMS 11 octobre 2012. Textes obligatoires L. CARPINTEIRO. votre partenaire en maîtrise des risques CFMS 11 octobre 2012 Textes obligatoires L. CARPINTEIRO SOMMAIRE Les règles de l art Quels sont les textes d application obligatoire? Résumé de la réglementation sismique Les règles de l art Quelles sont

Plus en détail

Résistance au feu: comportement des

Résistance au feu: comportement des 88 S. Hameury 1 Résistance au feu: comportement des Feu 88 Dr. Stéphane HAMEURY Chef de projet «Bois & Construction Durable» Chef de Division Adjoint Valorisation des Technologies Innovantes Département

Plus en détail

PROTECTION PARASISMIQUE

PROTECTION PARASISMIQUE POUR SE PRÉMUNIR CONTRE LE RISQUE SISMIQUE En cas de séisme, 90 % des pertes en vie humaines sont dues à l effondrement des constructions. La prévention constitue le meilleur moyen de se prémunir contre

Plus en détail

ISO/CEI 20000-1 NORME INTERNATIONALE. Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services

ISO/CEI 20000-1 NORME INTERNATIONALE. Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 20000-1 Deuxième édition 2011-04-15 Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services Information technology Service

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

R E G L E M E N T I N T E R I E U R

R E G L E M E N T I N T E R I E U R 19, rue Cognacq-Jay 75007 PARIS Tél. 01 44 15 60 00 Fax : 01 44 15 90 05 www. Edificas.fr ASSOCIATION LOI 1901 CREEE A L INITIATIVE DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES R E G L E M E N T I N T E R I E U R

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : INTB1427318D Intitulé du texte : Décret n [xxx] du [xxx] modifiant le décret n 87-602 du 30 juillet 1987 pris pour l application de la loi n 84-53 du

Plus en détail

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions ISO 26000 Kezako che cosa è C est quoi donc Qué es Was ist das Hablas ISO 26 000 Do you speak ISO 26000 26000 L ISO en 10 questions 7 Bonnes questions centrales Environnement pratiques des affaires SOMMAIRE

Plus en détail

SISMOB : améliorer la connaissance du comportement des ouvrages en bois en situation sismique

SISMOB : améliorer la connaissance du comportement des ouvrages en bois en situation sismique SISMOB : améliorer la connaissance du comportement des ouvrages en bois en situation sismique Cet article présente les premiers résultats obtenus sur les panneaux à base de bois en termes de ductilité

Plus en détail

La construction parasismique en maison individuelle

La construction parasismique en maison individuelle DOCUMENTATION THÉMATIQUE La construction parasismique en maison individuelle www.bouyer-leroux.com Ce qu il faut faire dans le cadre de la construction de maisons individuelles 1. Déterminer les longueurs

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ETSD1506316D Intitulé du texte : décret relatif à la qualité des actions de formation continue et portant mise en cohérence de dispositions relatives

Plus en détail

FICHE D IMPACT DES PROJETS DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT DES PROJETS DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT DES PROJETS DE TEXTE REGLEMENTAIRE NB : Cette fiche d impact est accompagnée du tableur Excel grâce auquel les estimations des coûts et économies figurant dans cette fiche d impact ont été

Plus en détail

Marquage CE des Granulats

Marquage CE des Granulats REFERENTIEL SECTORIEL POUR LA Page 1 sur 11 MAÎTRISE DE LA PRODUCTION DES GRANULATS (Système d'attestation de conformité 2+) SOMMAIRE : Article 1 Objet et domaine d application Article 2 Intervenants dans

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

2. Conclusions des investigations complémentaires.

2. Conclusions des investigations complémentaires. - cas n 3, la protection des personnes peut être obtenue par la réalisation de travaux nécessitant au préalable un diagnostic «sommaire» par un bureau d études «structures» généralistes ; - cas n 4, la

Plus en détail

MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES

MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES ACTION COLLECTIVE REGIONAL DE PROMOTION DU MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES CAHIER DES CHARGES DE LA CONSULTATION Avec le soutien de : Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Rhône-Alpes 75

Plus en détail

Les prédalles Standards opérationnels

Les prédalles Standards opérationnels avec le conseil de Les prédalles Standards opérationnels Contexte et objectif La prédalle est un produit éprouvé depuis plus de 50 ans, pour réaliser des dalles allant jusqu à 8 m de portée. Les planchers

Plus en détail

QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL

QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL SOMMAIRE I) - Les effets de l accord sur les dispositions conventionnelles actuelles :... 3 II) - L exercice d'une activité syndicale

Plus en détail

à l évaluation de la conformité sont donc au centre d une évolution constante et considérable,

à l évaluation de la conformité sont donc au centre d une évolution constante et considérable, Normes de référence pour l évaluation de la conformité Les questions relatives à l évaluation et à l attestation de la conformité à des exigences techniques sont au centre d une évolution constante et

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

Certification de groupe au titre de PEFC Système français de certification de la gestion forestière durable GUIDE D INTERPRETATION

Certification de groupe au titre de PEFC Système français de certification de la gestion forestière durable GUIDE D INTERPRETATION TM PEFC/10-1-1 Certification de groupe au titre de PEFC Système français de certification de la gestion forestière durable GUIDE D INTERPRETATION Document validé en Assemblée Générale de PEFC-France le

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5

LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5 LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5 NOUVELLES DISPOSITIONS DU CODE DES MARCHES PUBLICS Fin décembre 2008, plusieurs décrets sont venus modifier les dispositions du Code des marchés Publics : - Décret 2008-1334

Plus en détail

Méthodologie Générale

Méthodologie Générale Méthodologie Générale Mise en application de la section II [Dispositions relatives aux règles parasismiques applicables à certaines installations] de l arrêté du 4 octobre 2010 modifié DT 106 Octobre 2014

Plus en détail

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation BELAC 2-002 Rev 2-2014 CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation Les dispositions de la présente procédure

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Pôle de Coordination Avenue Borgnis Desbordes 56000 VANNES Tél. 02.97.40.22.86 Fax. 02.97.40.22.87 Dossier n V2001515 Rénovation complète d'une maison 32 rue d'ambon 56750 DAMGAN CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

Traduire une démarche d évaluation environnementale

Traduire une démarche d évaluation environnementale Fiche pratique 4 Cadrage préalable et évaluation environnementale des documents d urbanisme Traduire une démarche d évaluation environnementale a b c d e f g h i différents éléments attendus du rapport

Plus en détail

Normes et marquage CE

Normes et marquage CE Nathalie Maraval Délégation Afnor Midi-Pyrénées Normes et marquage CE CCI du Lot - 17 Le Groupe AFNOR : Un groupe de services pour développer et valoriser vos performances Opérateur central du système

Plus en détail

Pour en savoir plus : http://www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr

Pour en savoir plus : http://www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr Photo Schöck LE COMITÉ DE PILOTAGE DU PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT DES PROFESSIONNELS «RÈGLES DE L ART GRENELLE ENVIRONNEMENT 2012» Fédération française du bâtiment Pour en savoir plus : http://www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr

Plus en détail

Aux termes de l article L. 5-7-1 du code des postes et des communications électroniques (ciaprès CPCE), entrant en vigueur le 1 er janvier 2011 :

Aux termes de l article L. 5-7-1 du code des postes et des communications électroniques (ciaprès CPCE), entrant en vigueur le 1 er janvier 2011 : Janvier 2011 Dispositif relatif à la mise en œuvre du dispositif de traitement de réclamations des usagers des services postaux prévu par l'article L : 5-7-1 du code des postes et des communications électroniques

Plus en détail

FACILITER l ACCES DES PME A LA COMMANDE PUBLIQUE DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES

FACILITER l ACCES DES PME A LA COMMANDE PUBLIQUE DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION DU CONSEIL FISCAL, FINANCIER ET ECONOMIQUE BUREAU CL-2B EXPERTISE ET ACTION ECONOMIQUES ET FINANCIERES FACILITER

Plus en détail

La délicate conciliation des dispositifs nationaux avec la notion d'option dans les marchés de seuil européen

La délicate conciliation des dispositifs nationaux avec la notion d'option dans les marchés de seuil européen La délicate conciliation des dispositifs nationaux avec la notion d'option dans les marchés de seuil européen Par deux jurisprudences estivales significatives, le Conseil d'etat est venu d'une part, annuler

Plus en détail

Spécifications techniques - STS Définition Statut Rôle Signification Contenu

Spécifications techniques - STS Définition Statut Rôle Signification Contenu BURTCB/CTC-2013-002Frev5 2014-02-17 Spécifications techniques - STS Définition Statut Rôle Signification Contenu Le présent document établit la procédure relative aux exigences en ce qui concerne la demande,

Plus en détail

Ecole IN2P3 «Conduite de projets» Paris, novembre 2015. Qualité & projet(s) Sandrine Pavy, Responsable Qualité / Assurance Produit pavy@llr.in2p3.

Ecole IN2P3 «Conduite de projets» Paris, novembre 2015. Qualité & projet(s) Sandrine Pavy, Responsable Qualité / Assurance Produit pavy@llr.in2p3. Ecole IN2P3 «Conduite de projets» Paris, novembre 2015 Qualité & projet(s) Sandrine Pavy, Responsable Qualité / Assurance Produit pavy@llr.in2p3.fr Page 2 SOMMAIRE 1. (Pré)Histoire de la Qualité 2. ISO

Plus en détail

Référentiels interministériels de formation

Référentiels interministériels de formation Livret 4 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Référentiels interministériels de formation OUTILS DE LA GRH p. 2 Référentiels interministériels de formation

Plus en détail

REGLEMENT PARTICULIER DE LA CONSULTATION

REGLEMENT PARTICULIER DE LA CONSULTATION MAITRISE D ŒUVRE pour la construction d un hangar d aviation légère REGLEMENT PARTICULIER DE LA CONSULTATION MARCHE PASSE PAR PROCEDURE ADAPTEE SELON LES ARTICLES 26-II-2, 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS

Plus en détail

Qualité - Évaluation. Quels sont les principaux concepts?

Qualité - Évaluation. Quels sont les principaux concepts? Quels sont les normes, labels, certifications qui encadrent la? Objectifs Définir les concepts de norme, label et certification, charte qualité et audit. Connaître les différentes modalités d application

Plus en détail

Journée technique du CFMS Les enjeux de la normalisation de la géotechnique. Sébastien Burlon (IFSTTAR) Le 8 octobre 2014

Journée technique du CFMS Les enjeux de la normalisation de la géotechnique. Sébastien Burlon (IFSTTAR) Le 8 octobre 2014 Journée technique du CFMS Les enjeux de la normalisation de la géotechnique Fonctionnement et activités de la Commission de Normalisation pour la Justification des Ouvrages Géotechniques (CNJOG) Sébastien

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : EIN1418667D Intitulé du texte : Décret n du modifiant le décret n 72-678du 20 juillet 1972 réglementant l exercice des activités relatives à certaines

Plus en détail

REDACTION DE CONTENU INTERNET

REDACTION DE CONTENU INTERNET Page 1 Dossier suivi par : Caroline MARIE 04.73.31.85.46 contact@gip-massif-central.org GIP Massif central Hôtel de Région 13/15 av. de Fontmaure 63402 Chamalières cedex CAHIER DES REDACTION DE CONTENU

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1515214A Intitulé du texte : Projet d arrêté pris en application de l article R. 312-19 du code monétaire et financier Ministère à l origine de la

Plus en détail

INTERNATIONALE. Logiciels de dispositifs médicaux Processus du cycle de vie du logiciel

INTERNATIONALE. Logiciels de dispositifs médicaux Processus du cycle de vie du logiciel NORME INTERNATIONALE CEI 62304 Première édition 2006-05 Logiciels de dispositifs médicaux Processus du cycle de vie du logiciel Cette version française découle de la publication d origine bilingue dont

Plus en détail

INAO-CIRC-2014-01 Rév.1. Objet : Points d interprétation de la norme NF EN ISO/CEI 17065 au regard des SIQO. Destinataires

INAO-CIRC-2014-01 Rév.1. Objet : Points d interprétation de la norme NF EN ISO/CEI 17065 au regard des SIQO. Destinataires Suivi par le Service Contrôles Tél : 01.73.30.38.66 CIRCULAIRE INAO-CIRC-2014-01 Rév.1 Date : le 15 juillet 2014 Modifiée le : 24 avril 2015 Objet : Points d interprétation de la norme NF EN ISO/CEI 17065

Plus en détail

Les Commissions, garantes de l'auto-gestion de Locaux Motiv'

Les Commissions, garantes de l'auto-gestion de Locaux Motiv' Les Commissions, garantes de l'auto-gestion de Locaux Motiv' Chaque adhésion engage le nouveau membre à participer à la vie associative via son implication dans une commission. Forces vives de l association,

Plus en détail

La norme béton NF EN 206-1

La norme béton NF EN 206-1 Chapitre2 La norme béton NF EN 206-1 2.1 - Contexte de la norme NF EN 206-1 2.2 - Domaines d application 2.3 - Évolutions de la norme 9 Chapitre 2 La norme béton NF EN 206-1 2.1 - Contexte de la norme

Plus en détail

Problématique des bâtiments existants. Victor DAVIDOVICI

Problématique des bâtiments existants. Victor DAVIDOVICI Problématique des bâtiments existants TYPOLOGIE des BATIMENTS EXISTANTS Bâti ancien antérieur à 1900 Bâti de transition 1900 à 1940 Fondations (?) Murs en maçonnerie Murs en pan de bois ou de fer Poteaux

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DES AGENCES DE RECHERCHES

Plus en détail

Principales exigences techniques applicables aux produits de construction en pierre naturelle

Principales exigences techniques applicables aux produits de construction en pierre naturelle Principales exigences techniques applicables aux produits de construction en pierre naturelle juin 2015 CTMNC 17, rue Letellier 75015 Paris 01 44 37 50 00 www.ctmnc.fr SOMMAIRE Définitions 3 Pages Exigences

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

Version 5 mars 2015 RENOVATION ENERGETIQUE *******

Version 5 mars 2015 RENOVATION ENERGETIQUE ******* REFERENTIEL DE CERTIFICATION RENOVATION ENERGETIQUE Version 5 mars 2015 RENOVATION ENERGETIQUE ******* Organisme Certificateur CERTIBAT 45 rue Boissière 75116 PARIS Tel : 01 82 73 15 29 www.certibat.fr

Plus en détail

les ORN (Ouvrage à Risque Normal)

les ORN (Ouvrage à Risque Normal) Exigences en matière de risque sismique en France Philippe Sabourault Direction Générale de la Prévention des Risques La réglementation nationale en vigueur Le zonage actuel(articles R563-1 à R563-7 du

Plus en détail

Les certifications QMF : 4452-4453 Qualibat Métallerie Feu

Les certifications QMF : 4452-4453 Qualibat Métallerie Feu Les certifications QMF : 4452-4453 Qualibat Métallerie Feu Daniel JACQUEMOT Le 09 décembre 2013 La définition de la 4453 445 METALLERIE RESISTANT AU FEU 4453 Fabrication et mise en œuvre d'ouvrages de

Plus en détail

Écoles européennes. Bureau du Secrétaire général. Secrétariat général. Réf. : 2009-D-422-fr-5 Original : FR

Écoles européennes. Bureau du Secrétaire général. Secrétariat général. Réf. : 2009-D-422-fr-5 Original : FR Écoles européennes Bureau du Secrétaire général Secrétariat général Réf. : 2009-D-422-fr-5 Original : FR Règlement d'application concernant la nomination et l évaluation des Directeurs et des Directeurs-Adjoints

Plus en détail

DELIBERE AGENCE DE L'EAU SEINE-NORMANDIE. CONSEIL D'ADMINISTRATION du 28 mai 1999 ARTICLE 1 ARTICLE 2. Point 4.2

DELIBERE AGENCE DE L'EAU SEINE-NORMANDIE. CONSEIL D'ADMINISTRATION du 28 mai 1999 ARTICLE 1 ARTICLE 2. Point 4.2 AGENCE DE L'EAU SEINE-NORMANDIE CONSEIL D'ADMINISTRATION du 28 mai 1999 Point 4.2 Délibération no 99 10 du 28 mai 1999 Relative à l'aide à la mise en place de séparateurs d'amalgame dans les cabinets dentaires

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION (Marché de prestation de service passé selon une procédure adaptée ouverte)

REGLEMENT DE CONSULTATION (Marché de prestation de service passé selon une procédure adaptée ouverte) Mission de prestation intellectuelle relative à la modification et la révision du Plan Local d Urbanisme de la Commune de Castelnau-de-Médoc REGLEMENT DE CONSULTATION (Marché de prestation de service passé

Plus en détail

CALFEUTREMENT. 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX - Tél : 01 47 17 69 37 - Fax : 01 47 17 69 37 www.ufme.fr

CALFEUTREMENT. 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX - Tél : 01 47 17 69 37 - Fax : 01 47 17 69 37 www.ufme.fr CALFEUTREMENT DES MENUISERIES Document d information Déc. 2014 RECOMMANDATIONS G É N É R A L E S P O U R LA MISE EN ŒUVRE DES FENÊTRES ET PORT ES EXTÉRIEURES DANS LES CONSTRUCTIONS NEUVES OU EN RÉNOVATION

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de ce contrôle ainsi que les principales demandes qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de ce contrôle ainsi que les principales demandes qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 15 juillet 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-027908 Société LORYON 4, avenue de l Observatoire 75006 PARIS Objet : Réf : Suite de la visite de contrôle INSNP-PRS-2015-0082

Plus en détail

RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le présent règlement a pour objet de définir les règles et modalités de fonctionnement du Conseil d administration et de ses comités, ainsi

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC)

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) Pouvoir adjudicateur exerçant la maîtrise d'ouvrage Ministère de l'intérieur Préfecture de Belfort Représentant du Pouvoir Adjudicateur (RPA)

Plus en détail

Externalisation d activité : la sous-traitance

Externalisation d activité : la sous-traitance Mois AAAA Mois AAAA En bref Cette fiche a pour objectif de présenter les réflexions que l employeur doit engager lorsqu il envisage de sous-traiter l une des activités de son association. Mots clés Etablissements

Plus en détail

Note d information n 15

Note d information n 15 Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe Spécialisé n 2 Groupe Spécialisé n 7 Constructions, façades et cloisons légères Produits et systèmes d étanchéité et d isolation complémentaire

Plus en détail

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail

Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré comme un modèle de CCTP.

Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré comme un modèle de CCTP. IDE A LA REDACTION D UN CCTP: Prescriptions particulières MURS PORTEURS INTERIEURS Allotissement S 26/07/2013 REAMBULE Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré

Plus en détail

l atelier «Mise en conformité du cadre bâti»

l atelier «Mise en conformité du cadre bâti» l atelier «Mise en conformité du cadre bâti»» Rappel réglementaire» Cas pratiques La mise en conformité «accessibilité et qualité d usage» du patrimoine existant ne se fera pas d un seul coup RAPPEL DES

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ETST1503756D Intitulé du texte : Projet de décret transposant la directive 2014/27/UE du Parlement européen et du Conseil du 26 février 2014 et modifiant

Plus en détail

Règlement de la consultation

Règlement de la consultation MARCHÉ DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Réalisation d une enquête de satisfaction Perception de la qualité du service rendu dans l habitat social en Nord-Pas-de-Calais Règlement de la consultation Procédure

Plus en détail

UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE. Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises

UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE. Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises 1 OBJECTIFS Permettre aux entreprises de réaliser des investissements dans une démarche globale et structurée comprenant

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : JUSC1502013D Intitulé du texte : décret relatif à la liste limitative des prestations particulières et au contrat type de syndic prévus à l article 18-1

Plus en détail

COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL

COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL REGLEMENT INTERIEUR - adopté lors de sa séance du 1 er juillet 2015 - ARTICLE 1 ER : Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser,

Plus en détail

Modalités de candidature et de certification. Niveau 1. Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA

Modalités de candidature et de certification. Niveau 1. Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA Modalités de candidature et de certification Niveau 1 Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA La certification d'expert méthode HACCP/SMSDA s adresse à des professionnels confirmés qui veulent

Plus en détail

Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001

Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001 Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001 Revision du 03/06/2008 Règles de certification des système de management d entreprise ISO 14001-ISO 9001 1/12 Révision

Plus en détail

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE () : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES Créés par la loi du 4 janvier 2002, les Etablissements Publics de Coopération Culturelle

Plus en détail

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ Dans le cadre des compétences non exclusives de l'union, le principe de subsidiarité, inscrit dans le traité sur l'union européenne, définit les conditions dans lesquelles l'union

Plus en détail

VILLE DE FEYZIN PÔLE LOGISTIQUE ET BÂTIMENTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) TRAVAUX DE REFECTION D'ETANCHEITE

VILLE DE FEYZIN PÔLE LOGISTIQUE ET BÂTIMENTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) TRAVAUX DE REFECTION D'ETANCHEITE Département du Rhône (69) VILLE DE FEYZIN PÔLE LOGISTIQUE ET BÂTIMENTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) TRAVAUX DE REFECTION D'ETANCHEITE CENTRE DE LOISIRS 1 RUE DES BLEUETS Ville

Plus en détail

Audit Energétique Réglementaire 20/11/2014. Périmètre de l audit Compétence et qualification des auditeurs. Apave Nord Ouest - François COEVOET

Audit Energétique Réglementaire 20/11/2014. Périmètre de l audit Compétence et qualification des auditeurs. Apave Nord Ouest - François COEVOET Audit Energétique Réglementaire 20/11/2014 Périmètre de l audit Compétence et qualification des auditeurs Apave Nord Ouest - François COEVOET Périmètre de l audit Principe défini dans le projet de décret

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2012 07 31 0297 Catégorie : C* Dernière modification : 31/07/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Gestionnaire de configuration

Plus en détail