PROJET ASSOCIATIF ASSOCIATION TUTELAIRE DES MAJEURS PROTEGES DE MONTBELIARD

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET ASSOCIATIF ASSOCIATION TUTELAIRE DES MAJEURS PROTEGES DE MONTBELIARD"

Transcription

1 ASSOCIATION TUTELAIRE DES MAJEURS PROTEGES DE MONTBELIARD PROJET ASSOCIATIF ATMP - Valvert 2 3 rue Armand Bloch MONTBELIARD Tél : Fax :

2 LE PROJET ASSOCIATIF «La personne protégée : le moteur de nos actions» Prise en compte dans sa globalité, la personne majeure protégée est bien la priorité de l ATMP. Le service rendu à la personne majeure protégée est donc adapté à son niveau de besoin, à sa capacité d autonomie, le mandataire à la protection des majeurs ne se substituant pas à elle pour les actes qu elle est en droit et en mesure de faire. Le travail quotidien du mandataire prend en compte l environnement, les objectifs de la mesure et les attentes de la personne. Pour satisfaire, dans l intérêt des majeurs, les mesures qui lui sont confiées par le juge de tutelles, l ATMP a une exigence de qualité du service rendu qui se traduit par un professionnalisme et une expérience acquise depuis plus de 25 années passées aux côtés des personnes vulnérables, notamment celles présentant une déficiences intellectuelle et de troubles mentaux. L ATMP est affiliée à l UNAPEI. 1 / les valeurs et les références de l Association Tutélaire des Majeurs Protégés de Montbéliard L ancrage historique L ATMP de Montbéliard est une association de type loi Créée le 9 décembre 1983, relevant alors de la loi des majeurs Protégés du 03 janvier 1968, elle est issue du mouvement de prise en charge des personnes handicapées mentales représenté ici par les ADAPEI. Quelques années après la création le 16 janvier 1971 de l Association Tutélaire des Inadaptés assurant le suivi de mesures prononcées sur le Doubs, le Jura et la Haute-Saône, les membres de cette association ont unanimement approuvé la réorganisation en unités locales indépendantes, proches des tribunaux, et plus à même de satisfaire aux besoins des personnes suivies. Depuis 1983, l ATMP de Montbéliard a su mettre en œuvre un développement spécifique qui lui a permis d affirmer son action auprès des majeurs protégés sur le périmètre d action du tribunal d instance de Montbéliard. Quelques dates A la fin des années 1970, les sections locales des ADAPEI sont confrontées à un important besoin dans la gestion des finances des personnes prises en charge. Elles souhaitent notamment aider les personnes logées au sein des foyers ou bien travaillant dans les ateliers adaptés à gérer leurs dépenses au quotidien. C est ainsi que le 16 janvier 1971 est créée l Association Tutélaire des Inadaptés (ATI) qui assurera la gestion de mesures juridiques du Doubs, du Jura, de la Haute-Saône. L association a

3 son siège au 22 rue du Commandant Marceau à Besançon (dans les locaux de l ADAPEI). Madame BARBIER assurera la Présidence de la création jusqu au 06 mai 1980, le relais est pris par Madame MULLER. Cette dernière était par ailleurs membre du Conseil d Administration de l ADAPEI de Montbéliard. En février 1980, l ATI s installe dans ses propres locaux au 24 boulevard Léon Blum. Le 06 mai 1980, l association gère alors 65 mesures, 12 pour la Haute- Saône, 16 pour le Jura, 37 pour le Doubs (dont 17 sur Montbéliard, 17 sur Besançon, 3 sur Pontarlier). Mais rapidement les besoins de proximité apparaissent, et émerge la nécessité de scinder l association mère pour créer une association par département. 25 février 1981 : création de l ATI du Jura, 08 décembre 1981 : création de l ATI de Haute-saône, 18 mai 1982 : création de l ATI du Doubs (74 dossiers en charge). Le 27 mai 1983, réunie en Assemblée Générale Extraordinaire à Pierrefontaine-les-Varans, l ATI Doubs, alors passée à 103 mesures (dont 51 sur Montbéliard), approuve à l unanimité la création de l ATI de Montbéliard, séparant ainsi la gestion des mesures ordonnées par le tribunal d instance de Besançon et celles ordonnées par le tribunal d instance de Montbéliard. Les AT de Besançon et de Montbéliard s attachent ainsi au périmètre respectif de leur tribunal de référence. Le 09 décembre 1983 : création de l ATI de Montbéliard, son siège social se situe au 8 rue St-Saëns à Montbéliard (quartier de la ZUP de la Petite Hollande), Madame MULLER est nommée Présidente. Elle est assistée de Monsieur PATOIS (Président Adjoint), de Madame ROY (Secrétaire), de Monsieur LE MONNIER (Trésorier), de Monsieur BIGEY (Trésorier adjoint). Le Conseil d Administration compte également parmi ses membres, Madame BONNET, Madame FAIVRE-PIERRET, Monsieur DEMANGE, Monsieur BRACHOTTE, Monsieur CLERC. L ATMP prend ici son indépendance mais reste proche de l ADAPEI et des instances fédérées. 02 janvier 1985 : l ATI Montbéliard crée son premier emploi, il s agit d une personne secrétaire-comptable qui se verra confier le suivi administratif des personnes sous protection juridique. 20 avril 1993, l association déménage au 16 rue Mozart (même quartier). Novembre 2003 : nouveau déménagement pour des locaux moins exigus au 3 rue Mozart (à quelques centaines de mètres).

4 Les textes fondateurs et les dates marquantes Le Code Civil : fondé en 1804, il est le texte de référence de la protection juridique. Loi n du 18 octobre 1966 : instituant la tutelle aux prestations sociales adultes (Code de la Sécurité Sociale). Loi n 68-5 du 03 janvier 1968 : portant réforme du droit des incapables majeurs (Code Civil). Elle marque une avancée considérable, jusqu alors le législateur cherchait à protéger la société des personnes dites «marginales», à partir de ce texte, ce sont les personnes spécifiées qui seront protégées : la majorité et donc l incapacité passe à 18 ans : instauration de la tutelle d Etat : une jurisprudence de la Cour de Cassation consacre la protection de la personne. 13 octobre 1993 : diffusion par l UNAPEI de sa Charte pour la Dignité des Personnes Handicapées Mentales : abolition de l incapacité comme sanction pénale. Loi n du 09 juillet 1998 de lutte contre les exclusions : en affirmant le principe de non discrimination et l accès aux droits essentiels. 23 février 1999 : recommandation du Comité des Ministres du Conseil de l Europe sur les Principes concernant la Protection Juridique des Majeurs Incapables. La recommandation mai 2000 : la commission FAVARD constate que la pratique s écarte de la finalité initiale. 09 décembre 2000 : le Conseil d Administration de l UNAPEI adopte la Charte pour la Protection Juridique ; ce texte est renforcé par la résolution de l Assemblée Générale du 08 juin 2007 pour l indépendance de l exercice des mesures de protection. 18 décembre 2000 : publication de la Charte des Droits fondamentaux de l Union Européenne.

5 La loi n du 02 janvier 2002 : rénovant l action sociale et médicosociale. 08 septembre 2003 : arrêté relatif à la Charte des Droits et des Libertés de la Personne Accueillie : suppression de l interdiction d ordre public de voter pour un majeur sous tutelle. Loi n du 05 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs, seules quelques dispositions sont d application immédiate. 01 janvier 2009 : mise en application de l ensemble de la loi Le cadre d exercice de la protection juridique avance donc dans le sens d une meilleure prise en considération de la personne. C est ainsi que le terme «incapables» à disparu du langage commun pour rester dans son cadre strictement juridique. C est incontestablement la preuve de l évolution du regard de notre société sur les personnes vulnérables, et particulièrement envers celles en situation de handicap mental. En consacrant la protection de la personne et l affirmation de ses droits au même niveau que la protection des intérêts patrimoniaux, la nouvelle loi reconnaît la personne comme élément déclencheur et moteur du dispositif. L ancrage structurel Dès sa création, Madame MULLER porte le développement de l activité de l association. Elle est alors Présidente d une structure regroupant des parents de personnes souffrant de déficience mentale. Les 51 majeurs protégés accueillis sont alors essentiellement pris en charge par trois mamans bénévoles, membres du Conseil d Administration. Ces personnes se succèderont à la présidence de l association, la dernière passation de pouvoir a eu lieu en mai Cette continuité confirme le volontarisme des fondateurs et garantit la valeur humaine de la prestation offerte aux personnes vulnérables. L évolution est ensuite continue, et, rapidement, l association s adapte aux exigences de suivi et d accompagnement de l activité tutélaire. Elle met alors en place une politique de professionnalisation importante des équipes. 2 janvier 1985, la première secrétaire-comptable est recrutée pour 0,5 etp,

6 de janvier 1985 à août 1997 : développement d un poste d aide auprès des majeurs protégés (déplacements, courses, ménages), 01 janvier 1988 : arrivée d une deuxième secrétaire-comptable à plein temps, titulaire d un BEP comptable, 01 février 1990 : embauche d un agent d entretien affecté aux locaux de l association, 01 février 1994 : recrutement d une nouvelle secrétaire-comptable, titulaire d un CAP Sténodactylographie, 09 septembre 1996 : recrutement d une troisième secrétaire-comptable, titulaire d un BTS Comptabilité et Gestion (en remplacement d un départ), 28 juin 1999 : embauche d une Conseillère en Economie Sociale et Familiale pour assurer les fonctions de déléguée à la tutelle ; ce recrutement marque la professionnalisation de l accompagnement individuel des personnes accueillies et la collaboration entre bénévoles et professionnels pour ce domaine de prise en charge, il permet d accroître la qualité de l accompagnement apporté aux majeurs protégés par la mise en œuvre de compétences nouvelles acquises lors de formations spécifiques, 02 avril 2002 : arrivée d une deuxième Conseillère en Economie Sociale et Familiale, 03 novembre 2003 : face à l accroissement du nombre de mesures (238) et au développement du service (7 personnes, représentant plus de 5 etp), embauche d une responsable de service, titulaire d un DESS de droit et Economie de la Santé et d un DEA de Droit Canonique, 28 janvier 2004 : recrutement d une secrétaire titulaire du BAC technologique Actions et Communications Administratives ; ce poste marque la collaboration délégué à la tutelle secrétaire et finalise les fonctions d accueil au sein du service, 15 septembre 2005 : embauche d un agent administratif, titulaire du DUT Service et Réseaux de Communication, pour suivre l informatisation du service et la gestion des dossiers des personnes accueillies (aspects administratif, budgétaire, individuel) ; ce poste sera transformé en délégué à la tutelle en 2008 suite à la validation par l intéressée de la formation TMP arrêté du 28 octobre 1998,

7 04 septembre 2006 : remplacement de la responsable de service par un nouvel agent titulaire du DSTS. En novembre 2003, l ATI de Montbéliard déménage au 3 rue Mozart. Elle affirme ainsi son ancrage sur le secteur de Montbéliard. En 2004, le Bureau prend de la distance avec la vie quotidienne du service, laissant sa place à une professionnalisation avérée des déléguées à la protection des majeurs et du personnel administratif. Le 11 mai 2005, le changement de nom s inscrit dans cette évolution et la lutte contre les discriminations, en particulier celles issues du handicap. L ATI de Montbéliard devient, par décision de l Assemblée Générale Extraordinaire, ATMP de Montbéliard. «Majeurs Protégés» prend la place de «Inadaptés» terme stigmatisant pour la personne, cependant la valeur juridique reste une réalité. En mars 2009, l association dispose de 8 salariées affectées à l activité tutélaire et le suivi des mesures qui lui sont confiées. La totalité du service compte 9 salariées. Elle gère plus de 300 mesures. L ancrage éthique Depuis plus de 25 ans, l association fait siennes les valeurs de l UNAPEI et adhère à la charte énonçant les principes fondamentaux d engagement aux côtés des populations en difficultés. Des liens étroits sont notamment tissés avec l ADAPEI du Pays de Montbéliard qui sollicite régulièrement l aide de l ATMP pour l accompagnement de son public en difficulté. Ce lien étroit, connu par le tribunal d instance, permet une continuité et une qualité du service rendu. Cela est essentiel à l épanouissement du majeur protégé. De manière générale, l Association s inscrit dans une histoire riche. Elle a œuvré contre l exclusion des personnes les plus en difficulté et celles atteintes d une déficience intellectuelle ou mentale. Son action n a jamais été orientée uniquement sur de la gestion de comptes, mais a toujours pris en compte la dimension humaine et sociale de la personne vulnérable. L ATMP agit pour la garantie de logement, le respect de la citoyenneté, le développement de l autonomie dans la vie quotidienne. Fort de ces principes, l ATMP a toujours fait du respect des droits de l homme et des libertés individuelles des éléments indissociables de son action. C est pourquoi la mise en place d une mesure doit être en accord avec les besoins personnels et les intérêts économiques de la personne. Elle s articule autour d un projet donnant la priorité au majeur protégé, à ses souhaits et ses besoins tout en assurant sa protection et celle de ses biens, en cohérence avec le mandat tutélaire.

8 La mise en œuvre du mandat individuel ne pouvant être envisagée sans l usager, les valeurs fédératrices de l association et les orientations du service se fondent sur la volonté de ne pas être dans une logique d assistanat, mais dans une démarche d assistance active. Pour ce faire, l action s articule de manière à : préserver au maximum les capacités de la personne prise en charge au titre de la protection juridique en respectant ses souhaits et ses sentiments, et ne pas défaillir au principe de la subsidiarité, assurer une plus grande présence auprès de chaque majeur protégé au regard de ses propres besoins identifiés, tant au niveau individuel et personnel, que dans les domaines de l intégration sociale et de l insertion professionnelle, rechercher l adhésion et la participation de la personne pour qu elle soit au maximum partie prenante de son parcours et devienne réellement acteur de son devenir, respecter l individualité de chaque majeur en étant le garant de sa volonté et de son projet, provoquer la participation de la personne dans la gestion de sa mesure et recueillir son avis sur l organisation de celle-ci, accompagner la famille dans ses démarches spécifiques, solliciter la participation de l ensemble des partenaires agissant pour le majeur sous protection juridique et travailler de manière concertée. L ancrage public Pour mener à bien sa mission, dans le respect des principes énoncés dans les directives associatives, l ATMP s appuie également sur un réseau de partenaires, sans esprit de concurrence, mais dans un souci de complémentarité. Ce réseau est diversifié à l image de la complexité du champ de l action tutélaire. Il va du monde associatif au secteur marchand. Les principaux partenaires sont : au niveau du secteur associatif social, médico-social et de la santé :

9 les AT du DOUBS (Besançon), de Haute-Saône, de Bourgogne, avec lesquelles nous avons créé la Commission Bourgogne-Franche Comté des Associations Tutélaires Affiliées à l UNAPEI, les ADAPEI de Montbéliard et de Maîche, l HIGYENE SOCIALE DU DOUBS pour ses établissements de Rougemont et Baume-les Dames, les EPHAD, les MAISONS DE RETRAITE, les UNITES DE VIE, LES FOYERS LOGEMENTS, les FOYERS AMAT, les structures d Aide à la Personne, l UNAPEI et l UDAPEI; au niveau du secteur public social, médico-social et de la santé : la DRASS, la DDASS, le Conseil Général, la CRAM, la CPAM, la MSA, la CAF, la MDPH, les hôpitaux ; au niveau du secteur judiciaire : le tribunal, les services judiciaires au sens large ; au niveau du secteur marchand : les organismes logeurs, les banques, les fournisseurs, les artisans. 2 / les finalités et les missions actuelles de l ATMP Les finalités associatives

10 Sans but lucratif, l association a pour objet d offrir une prestation adaptée et au plus proche de chaque personne dont la mesure nous est confiée par le tribunal de Montbéliard. Elle lui procure le soutien matériel, administratif, budgétaire ou moral et ce dans tous les domaines où le besoin de cette assistance apparaîtrait tels ceux du socio-éducatif, de la santé, de la formation et de l action sociale, etc. (cette liste n est pas limitative mais seulement énonciative). Ces finalités découlent des statuts de l association. Ils peuvent être résumés ainsi : mettre en application les dispositions législatives et réglementaires, contribuer au bien être et à l épanouissement de la personne majeure protégée dans le respect de ses droits, de ses libertés fondamentales et de sa dignité, valoriser le rôle social et l intégration citoyenne des personnes accueillies, développer un accueil, un soutien auprès des familles et des tuteurs familiaux, privilégier la qualité humaine du service rendu grâce à un accompagnement de proximité effectué par un personnel motivé, compétent et expérimenté. Les missions actuelles Fort des buts fixés dans ses statuts, l ATMP a pour mission l exercice des mesures de protection auprès des personnes majeures. Elle réalise également des fonctions de conseil aux tuteurs familiaux. a Les mesures de protection des majeurs Sur mandat du juge des tutelles, l ATMP intervient à ce jour en matière de tutelle, curatelle, sauvegarde de justice. En 2009, le service assure la prise en charge de plus de 300 mesures. L association a pris l option de rester dans le cadre des mesures «traditionnellement juridiques». Elle met à contribution son expérience et son professionnalisme au service, et dans le respect, de la personne.

11 L accueil de personnes majeures bénéficiant d une Mesure d Accompagnement Judiciaire (MAJ) est prévu à moyen terme. La proximité entre cette disposition et les tutelles et curatelles permet de développer les compétences nécessaires à l accueil de ce nouveau public. A long terme, l association ne souhaite donc pas mettre en œuvre des MASP, privilégiant la qualité du service déjà rendu. b Le conseil aux familles L association réalise un accompagnement des tuteurs familiaux lorsque ces derniers le souhaitent. Elle garantit ainsi un rôle d information et d orientation lorsque cela est nécessaire. 3 / la personne majeure protégée L ATMP accueille, conformément à ses statuts, les personnes majeures protégées en raison de leur situation de handicap et de leur déficience mentale, mais aussi les personnes âgées devenues vulnérables en raison du vieillissement et de l isolement. Affiliée à l UNAPEI, elle gère des personnes relevant déjà du secteur médico-social, mais également des personnes seules, ne bénéficiant ni d accompagnement ni de prise en charge au titre de leur difficulté. Ce sont les personnes accueillies qui impulsent les préoccupations militantes et professionnelles de l Association. Dire cela, c est affirmer que la personne ne peut pas être réduite à la réalisation de ses actes administratifs ou patrimoniaux, mais qu elle doit bien être prise en considération comme une personne, acteur de sa vie. Sa situation de vulnérabilité, en raison de l âge ou du handicap, n est pas un alibi à la représentation. Qu elle agisse sous le régime de l assistance ou de la représentation, que la personne soit jeune ou vieillissante, l ATMP se doit d engager la relation sur les critères suivants : les qualités d écoute, de compréhension et d empathie, l impartialité, la considération et la reconnaissance de la personne, le respect de l intimité, la sécurité, la confidentialité, le conseil et l accompagnement,

12 la prise en compte des problèmes psychiques (maladies, confusions, dépressions, Alzheimer), et des troubles (insécurité, angoisses, peurs), le développement des potentialités de la personne, l accès et/ou le maintien de l autonomie personnelle et sociale, le renforcement de l identité et de l intégrité corporelle, le maintien des réseaux relationnels. L ATMP se doit également de veiller à ce que la personne en situation de handicap ou âgée puisse bénéficier : des avantages de la vie quotidienne et autonome : une vie affective et relationnelle riche et épanouissante, une formation professionnelle, un travail, un domicile, des services quotidien : accès aux soins, à l information et à la culture, aux sports et aux loisirs, aux équipements ordinaires, De ressources financières suffisantes. 4 / le positionnement stratégique La confirmation des missions en cours Dans le cadre de la réforme de la protection juridique des majeurs protégés, l association confirme l intervention principale du service en tant que mandataire judiciaire à la protection des majeurs mais également pour exercer les mesures d accompagnement judiciaire prévues par la nouvelle loi. L ATMP sollicite d ailleurs son autorisation à pouvoir poursuivre son fonctionnement en matière de MAJ. Elle confirme également sa volonté de s investir auprès des tuteurs familiaux. Le développement projeté sur d autres missions Dès à présent, l Association mène une réflexion sur la prise en compte des MAJ. Ces mesures pourront être prononcées suite à l échec des Mesures d Accompagnement Personnalisé dévolues aux départements. Le département du Doubs a donné délégation par la procédure des appels à projet. Ce champ étant hors de ses compétences, l ATMP n a pas posé candidature. L ATMP est également, d ores et déjà, candidate pour l information et le conseil en direction des tuteurs familiaux. C est donc un positionnement associatif

13 conforme à la loi réformant la protection juridique des majeurs et aux directives de l UNAPEI qui est projeté sur la juridiction de Montbéliard. L association «ATMP de Montbéliard» étudiera tous les autres projets conformes à ses statuts. 5 / la durée et les modalités de révision du projet associatif Le présent projet associatif est établi pour une durée maximale de 5 ans. Il pourra, à tout moment, être révisé complètement ou partiellement selon les mêmes modalités qui ont présidé à son élaboration à savoir, conformément aux statuts de l association, sur décision des organes délibérants de l ATMP.

Association Tutélaire des Majeurs. Protégés du Rhône *** PROJET ASSOCIATIF

Association Tutélaire des Majeurs. Protégés du Rhône *** PROJET ASSOCIATIF Association Tutélaire des Majeurs Protégés du Rhône *** PROJET ASSOCIATIF L ATMP intervient depuis bientôt 40 ans au service des personnes socialement fragilisées qui ne peuvent plus pourvoir seules à

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION p. 1/8 Cette notice d information a été réalisée, conformément à l article D. 471-7 du code de l action sociale et des familles, afin de vous informer sur le fonctionnement de l association et de vous

Plus en détail

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme :

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme : Mesdames et Messieurs, Au regard d une analyse de la situation des aidants sur le plan national, au regard des rencontres avec les principaux acteurs de l accompagnement des aidants familiaux en Maine

Plus en détail

Protection juridique Tutelle Curatelle (LOI n 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs) Pays de Saint Malo

Protection juridique Tutelle Curatelle (LOI n 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs) Pays de Saint Malo Protection juridique Tutelle Curatelle (LOI n 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs) Pays de Saint Malo SOMMAIRE 1. Mot d accueil 2. La situation sur le pays de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Droits et libertés des âgés - Lancement de l expérimentation de la Charte de géolocalisation

DOSSIER DE PRESSE. Droits et libertés des âgés - Lancement de l expérimentation de la Charte de géolocalisation DOSSIER DE PRESSE Droits et libertés des âgés - Lancement de l expérimentation de la Charte de géolocalisation Mars 2014 1 TEXTE DE LA CHARTE DE GÉOLOCALISATION Charte sur les bonnes pratiques relatives

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION ASSOCIATION TUTELAIRE DES MAJEURS PROTEGES DE MONTBELIARD

NOTICE D INFORMATION ASSOCIATION TUTELAIRE DES MAJEURS PROTEGES DE MONTBELIARD ASSOCIATION TUTELAIRE DES MAJEURS PROTEGES DE MONTBELIARD NOTICE D INFORMATION ATMP - Valvert 2 3 rue Armand Bloch - 25200 MONTBELIARD Tél : 03-81-98-32-27 Fax : 03-81-98-33-18 E-mail : atmp.montbeliard@orange.fr

Plus en détail

dossier de presse par, président du conseil général de la Loire La prise en charge des enfants et adolescents : 2 La prise en charge des adultes : 3

dossier de presse par, président du conseil général de la Loire La prise en charge des enfants et adolescents : 2 La prise en charge des adultes : 3 s a m e d i 2 3 j u i n 2 0 0 7 dossier de presse par, président du conseil général de la Loire La prise en charge des enfants et adolescents : 2 La prise en charge des adultes : 3! Les activités financées

Plus en détail

Lettre d actualité juridique Mars 2009. Tutelle, Curatelle

Lettre d actualité juridique Mars 2009. Tutelle, Curatelle Lettre d actualité juridique Mars 2009 Tutelle, Curatelle I. Communication de la circulaire «justice» Emanant de la direction des affaires civiles et du sceau du ministère de la justice, une imposante

Plus en détail

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet.

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet. Service AID Le Droit Au Logement Opposable (DALO) est un moyen pour des personnes qui n arrivent pas à accéder au logement social de faire valoir leur droit au logement. La Loi DALO de 2007 prévoit pour

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Octobre 2009

PROJET ASSOCIATIF. Octobre 2009 APAJH 78 Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés des Yvelines 11, rue Jacques Cartier 78280 GUYANCOURT 01.61.37.08.00-01.61.37.08.01 - APAJH-YVELINES@wanadoo.fr site internet : www.apajh78.org PROJET

Plus en détail

Scolarisation des enfants handicapés : Plaidoyer pour une politique de l éducation de qualité pour tous les enfants handicapés

Scolarisation des enfants handicapés : Plaidoyer pour une politique de l éducation de qualité pour tous les enfants handicapés Dossier de presse Paris, le 30 août 2010 Scolarisation des enfants handicapés : Plaidoyer pour une politique de l éducation de qualité pour tous les enfants handicapés La loi du 11 février 2005 pour l

Plus en détail

Présentation de la loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs

Présentation de la loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs Présentation de la loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs 1 Toute personne est légalement reconnue «capable» de tous les actes de la vie civile à 18 ans. Quoique majeures,

Plus en détail

Le Comité d entreprise (CE) et le Comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le Comité d entreprise (CE) et le Comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Les acteurs du handicap Fiche 11 Le Comité d entreprise (CE) et le Comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le Comité d entreprise LeCEestconsultésurlesmesuresprisesenvuedefaciliterlamiseoularemiseautravaildesaccidentésdutravail

Plus en détail

Préambule 3. Réaffirmer et promouvoir nos valeurs 3. Nos valeurs comme principes d action 3. Les PEP 71 aujourd hui 4

Préambule 3. Réaffirmer et promouvoir nos valeurs 3. Nos valeurs comme principes d action 3. Les PEP 71 aujourd hui 4 Projet associatif 2012-2017 1 Préambule 3 Réaffirmer et promouvoir nos valeurs 3 Nos valeurs comme principes d action 3 Les PEP 71 aujourd hui 4 Des orientations prioritaires de développement 7 2 Préambule

Plus en détail

Titre I : Principes généraux. Titre II : Procédure de recrutement

Titre I : Principes généraux. Titre II : Procédure de recrutement UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE COMPIÈGNE Ecole doctorale Charte de thèse Centre de Recherche Royallieu - CS 60319-60203 Compiègne cedex tél. 03 44 23 44 23 - www.utc.fr Préambule La charte de thèse de l Université

Plus en détail

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA VIE PRIVEE

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA VIE PRIVEE Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA VIE PRIVEE 0 Page2 Sommaire Le droit au respect de la vie privée des personnes hospitalisées et des personnes prises en charge dans des structures médico-sociales... 3 Qu

Plus en détail

La Protection Juridique. Personnes Majeures. des. «Maison pour les Familles»

La Protection Juridique. Personnes Majeures. des. «Maison pour les Familles» La Protection Juridique des Personnes Majeures «Maison pour les Familles» Les Mesures de Protection? Qui protéger et pourquoi Un adulte doit être capable de pourvoir à ses propres intérêts et exercer les

Plus en détail

Schéma de développement des achats socialement responsables

Schéma de développement des achats socialement responsables Schéma de développement des achats socialement responsables Historique des clauses sociales et enjeux cadre législatif Les décrets de 2001, 2004 et enfin 2006 portant code des marchés publics, ont introduit

Plus en détail

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Mai 2007 Fiche entreprise Société Générale Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Présentation de l entreprise - Secteur d activité : Banque-Finance - Statut : Société Anonyme - Effectif

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Protection juridique des Majeurs

Protection juridique des Majeurs Protection juridique des Majeurs Activité 2011 Assemblée Générale du 15 mai 2012 ASMI OMSR Association de Santé Mentale de l Isère - Office Médico-Social de Réadaptation 12 rue des Pies 38360 Sassenage

Plus en détail

Qu en est-il de la mesure de protection juridique au service des personnes vulnérables?

Qu en est-il de la mesure de protection juridique au service des personnes vulnérables? Dossier de presse 29 sept. 2009 Qu en est-il de la mesure de protection juridique au service des personnes vulnérables? Contact presse : Vincent MARCHAND Tél. : 02.96.68.16.80 Page 1 sur 18 SOMMAIRE DOSSIER

Plus en détail

Conférencedepressedu17mai2013. L Unapeipubliesesrecommandations. pourunesantéaccessibleauxpersonnes handicapéesmentales

Conférencedepressedu17mai2013. L Unapeipubliesesrecommandations. pourunesantéaccessibleauxpersonnes handicapéesmentales C Conférencedepressedu17mai2013 L Unapeipubliesesrecommandations pourunesantéaccessibleauxpersonnes handicapéesmentales Dossier de presse Paris, le 17 mai 2013 L Unapei publie son livre blanc pour une

Plus en détail

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR CHARTE DU BÉNÉVOLAT «Que chacun, dans son lieu de vie et de travail, participe à cette lutte pour l intégration de tous dans une société de solidarité et de fraternité». «Les exclus» de René LENOIR Les

Plus en détail

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Gard développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Le L accueil du jeune enfant en situation de handicap la Charte www.mon-enfant.fr www.caf.fr Un partenariat essentiel Selon les

Plus en détail

TITRE : ENGAGEMENT DU DÉPARTEMENT POUR LES EMPLOIS D'AVENIR

TITRE : ENGAGEMENT DU DÉPARTEMENT POUR LES EMPLOIS D'AVENIR RAPPORT DU PRÉSIDENT AU CONSEIL GÉNÉRAL 2ème Commission Solidarités, innovation sociale et lutte contre les discriminations N 2012-02-0023 SÉANCE DU 17 DÉCEMBRE 2012 POLITIQUE : INSERTION SOCIALE SECTEUR

Plus en détail

Notre Projet Associatif

Notre Projet Associatif Notre Projet Associatif Mobil'Emploi 73 a choisi de réviser son projet associatif : le projet de l association, détenu par la mémoire collective des administrateurs historiques, devait être traduit par

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP

PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP RAPPEL HISTORIQUE C est au travers de l histoire de l ADAP et notamment les raisons qui ont motivé sa création, les transformations de son activité et de son fonctionnement

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

Introduction. 1 Présentation du commanditaire. 2 Positionnement de l appel d offres

Introduction. 1 Présentation du commanditaire. 2 Positionnement de l appel d offres Appel d offres national Cahier des charges des prestations de prévention des risques psychosociaux : Diagnostic et Accompagnement à la mise en œuvre d un plan d actions préventif Introduction Commanditaire

Plus en détail

1. Rappel sur le principe de la capacité. . Tout majeur dispose en principe de ses droits

1. Rappel sur le principe de la capacité. . Tout majeur dispose en principe de ses droits Nathalie DEGELDER Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs et coordinatrice du Service Régional d Information et de Soutien aux Tuteurs Familiaux vous présente le Thème Protéger un membre de sa

Plus en détail

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 /

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 / 34 / HANDICAP AU TRAVAIL : QUELS SONT VOS DROITS? COMMENT SE DÉCLARER? Grâce à la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées,

Plus en détail

CHARTE DU BENEVOLAT ADMR

CHARTE DU BENEVOLAT ADMR CHARTE DU BENEVOLAT ADMR Adhérer et s engager Force vive d une association, le bénévole ADMR est responsable de terrain et créateur de lien social. Il adhère aux valeurs et aux finalités du projet de l

Plus en détail

Introduction. L allocation pour adultes handicapés (AAH) a été revalorisée de 25 % entre 2009 et 2012.

Introduction. L allocation pour adultes handicapés (AAH) a été revalorisée de 25 % entre 2009 et 2012. Introduction La loi n 2005-102 du 11 février 2005, sur l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, a marqué un tournant dans la prise en charge de

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A :

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A : Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l enfance et de la famille Bureau Famille et parentalités Personnes chargées

Plus en détail

Projet de Règlement sur la certification des résidences privées pour aînés

Projet de Règlement sur la certification des résidences privées pour aînés Québec, le 27 novembre 2015 Monsieur Gaétan Barrette Ministre de la Santé et des Services sociaux 1075, chemin Sainte-Foy, 15 e étage, Québec (Québec) G1S 2M1 Objet : Projet de Règlement sur la certification

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014. Société Beverage and Restauration Organisation SA

Commentaire. Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014. Société Beverage and Restauration Organisation SA Commentaire Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014 Société Beverage and Restauration Organisation SA (Liquidation judiciaire ou cessation partielle de l activité prononcée d office pendant la période d

Plus en détail

UN MONDE D ENGAGEMENT

UN MONDE D ENGAGEMENT UN MONDE D ENGAGEMENT PROJET ÉDUCATIF Le collège Édouard-Montpetit est un établissement d enseignement supérieur public et laïc qui fait partie du réseau des collèges d enseignement général et professionnel

Plus en détail

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles Synthèse Recommandations de bonnes pratiques professionnelles Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service OBJET Les propositions de cette recommandation visent à : définir

Plus en détail

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis»

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation La Maison d enfants Clair Logis, établissement à caractère social, est

Plus en détail

Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé

Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé Paris, le 20 novembre 2015 Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé Le Premier Ministre a initié la Grande conférence de santé, en lien avec les ministres en charge de la santé, de l enseignement

Plus en détail

La loi sur le handicap a dix ans : bilan et perspectives

La loi sur le handicap a dix ans : bilan et perspectives La loi sur le handicap a dix ans : bilan et perspectives L ACTION DU DÉFENSEUR DES DROITS EN MATIÈRE DE HANDICAP CE QUE DIT LA LOI La loi a été promulguée le 11 février 2005. Fondé sur les principes généraux

Plus en détail

LA LUTTE À LA VIOLENCE FAITE AUX PERSONNES ÂGÉES : DROITS ET RESPONSABILITÉS

LA LUTTE À LA VIOLENCE FAITE AUX PERSONNES ÂGÉES : DROITS ET RESPONSABILITÉS Cat. 2.600.214 LA LUTTE À LA VIOLENCE FAITE AUX PERSONNES ÂGÉES : DROITS ET RESPONSABILITÉS M e Roger Lefebvre, vice-président M e Claire Bernard, conseillère juridique Allocution présentée, le 14 avril

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011. Syndicat SUD AFP

Commentaire. Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011. Syndicat SUD AFP Commentaire Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011 Syndicat SUD AFP Le Conseil constitutionnel a été saisi le 16 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité relative

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE Principes fondateurs L es communes de BAUGE, MONTPOLLIN, PONTIGNE, SAINT MARTIN D ARCE, LE VIEIL- BAUGE, sont situées au centre du canton de Baugé. Partageant un passé historique

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MSP-MLD 2013-130

Décision du Défenseur des droits n MSP-MLD 2013-130 Paris, le 14 juin 2013 Décision du Défenseur des droits n MSP-MLD 2013-130 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 et son Préambule ; Vu la loi organique n 2011-333

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50 Paris, le Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 rela tive au Défenseur

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE :

Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE : Le 31 janvier 2006 Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE : 1 - Les étapes de la construction du programme à Aubervilliers. 2 - Les orientations générales du dispositif de Réussite Éducative. 3 - Les

Plus en détail

Personnes actuellement protégées. Dorénavant

Personnes actuellement protégées. Dorénavant Personnes actuellement protégées Les personnes majeures pour cause de: maladie mentale, faiblesse d esprit, ivrognerie, inconduite, prodigalité, mauvaise gestion, faiblesse sénile, infirmité, inexpérience

Plus en détail

Accompagnement et soins des personnes âgées en institution

Accompagnement et soins des personnes âgées en institution Accompagnement et soins des personnes âgées en institution L 'allongement de la vie génère de nouvelles pathologies, demandes et besoins en matière de gérontologie. Les professionnels confrontés à cette

Plus en détail

LE METIER DE JUGE DES ENFANTS

LE METIER DE JUGE DES ENFANTS LE METIER DE JUGE DES ENFANTS Penser le juge des enfants comme un métier, alors qu il s agit d une des fonctions qui s offrent aux magistrats, renvoie à une conception humaniste de ce rôle et sous-entend

Plus en détail

SAFED. Projet associatif

SAFED. Projet associatif SAFED Service d Accompagnement des Familles En Difficulté Projet associatif Ce projet associatif a été élaboré au cours de journées de réflexion (dans le cadre d une mission DLA) entre les membres de l

Plus en détail

DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES CHARTE HANDICAP JUILLET 2009

DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES CHARTE HANDICAP JUILLET 2009 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES CHARTE HANDICAP JUILLET 2009 SOMMAIRE 1. PRÉAMBULE page 2 2. LA CHARTE HANDICAP page 4 LE RECRUTEMENT DES PERSONNES HANDICAPÉES AU CENTRE POMPIDOU L ACCUEIL ET L INTÉGRATION

Plus en détail

Délibération n 2008-260 du 19 novembre 2008

Délibération n 2008-260 du 19 novembre 2008 Délibération n 2008-260 du 19 novembre 2008 Origine Emploi Emploi secteur privé Recommandations Le réclamant, d origine ukrainienne, engagé en CDD en qualité de convoyeur de fonds, a été suspendu sans

Plus en détail

Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie.

Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie. Article I - Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie. Elle doit pouvoir profiter de l autonomie permise par ses capacités physiques et mentales, même au prix

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

DECLARATION DU CANDIDAT

DECLARATION DU CANDIDAT SERVICES TECHNIQUES MISE A JOUR AVRIL 2007 MARCHES PUBLICS/ACCORDS-CADRES DECLARATION DU CANDIDAT En cas de candidatures groupées, remplir une déclaration de candidature par membre du groupement. Tous

Plus en détail

Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés

Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés Les préconisations du rapport se situent à trois niveaux Au niveau local : promouvoir les «équipes citoyennes» qui agissent

Plus en détail

Création d un internat pour enfants autistes

Création d un internat pour enfants autistes Création d un internat pour enfants autistes ORGANISME GESTIONNAIRE Identité : «Association des parents et amis de personnes Handicapées Mentales d Annecy et ses environs» 8 rue Louis Bréguet 74600 Seynod

Plus en détail

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS DE HEC MONTRÉAL Adopté par l Assemblée des professeurs et l APHEC le De façon à alléger la lecture du texte, le genre masculin est utilisé pour désigner

Plus en détail

ACCORD CADRE NATIONAL ENTRE

ACCORD CADRE NATIONAL ENTRE ACCORD CADRE NATIONAL ENTRE CARREFOUR FRANCE Représenté par Madame Isabelle CALVEZ Directrice des Ressources Humaines & Pôle emploi Représenté par Monsieur Thomas CAZENAVE Directeur Général Adjoint en

Plus en détail

Partiel (Janvier 2013) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique

Partiel (Janvier 2013) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (Janvier 2013) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

1 Les mesures de gestion du budget des prestations sociales et d accompagnement social :...3

1 Les mesures de gestion du budget des prestations sociales et d accompagnement social :...3 Tutelle, curatelle et autres mesures : La protection des majeurs vulnérables Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs Applicable au 1er janvier 2009 1 Les mesures de gestion

Plus en détail

Devenir une force au servir du plus faible Proposition de mécénat

Devenir une force au servir du plus faible Proposition de mécénat Devenir une force au servir du plus faible Proposition de mécénat Contribuer à former des jeunes au métier d ambulancier Contact : Catherine Scordia - Direction des formations c.scordia@ordredemaltefrance.org

Plus en détail

Question 1 : Le régime juridique des délibérations des collectivités territoriales (6points)

Question 1 : Le régime juridique des délibérations des collectivités territoriales (6points) PREPARATION REDACTEUR EPREUVE DE REPONSES A QUESTIONS / SUJET 2 Question 1 : Le régime juridique des délibérations des collectivités territoriales (6points) NB : des développements présentés sous forme

Plus en détail

Cette gestion se trouve compliquée :

Cette gestion se trouve compliquée : Compte rendu de la rencontre échanges «Assurer l avenir d une personne en situation de handicap et de sa famille» Animée par Pascal CARAES, Conseiller en Gestion et Patrimoine Jeudi 25 Février 2016 - Locminé

Plus en détail

Pôle Conseil & Formation. Modules de formation

Pôle Conseil & Formation. Modules de formation Pôle Conseil & Formation Modules de formation Tout collaborateur Comité de Direction Personnel RH Référent Handicap Personnes en charge de la santé au travail * Encadrement de proximité Encadrement supérieur

Plus en détail

HANDIPRO 31 - Label CAP EMPLOI -

HANDIPRO 31 - Label CAP EMPLOI - HANDIPRO 31 - Label CAP EMPLOI - Créée en 1995, l association HandiPro 31 a pour mission de favoriser l emploi en milieu ordinaire de travail des bénéficiaires de l obligation d emploi et de conseiller

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011 Conseil général CIDPA CLIC départemental Centre d Information Départemental Personnes Agées 38 avenue Bollée - 72000 LE MANS 02.43.81.40.40 - Fax : 02.43.76.17.54 cidpa@cg72.fr - Site internet : www.cidpaclic.sarthe.org

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE

STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE ARTICLE 1 : CONSTITUTION DENOMINATION Entre les adhérents aux présents statuts il est créé une association dénommée

Plus en détail

POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES ADOPTÉE LE : 1998-06-07 AMENDÉE LE : 2003-03-29 RÉSOLUTION : CP166-98 RÉSOLUTION : CC900-03 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 1 Objectifs généraux... 1 Principes...

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

STATUTS DE L OPQIBI. Edition du 08/04/2010

STATUTS DE L OPQIBI. Edition du 08/04/2010 STATUTS DE L OPQIBI Edition du 08/04/2010 Organisme de Qualification de l Ingénierie 104, rue Réaumur - 75002 Paris Tél. : 01.55.34.96.30 - Fax : 01.42.36.51.90 - E-mail : opqibi@wanadoo.fr Site Internet

Plus en détail

UNAPEI CHARTE ÉTHIQUE ET DÉONTOLOGIQUE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE L UNAPEI. ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE des 4 et 5 octobre 2002. Article 1.

UNAPEI CHARTE ÉTHIQUE ET DÉONTOLOGIQUE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE L UNAPEI. ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE des 4 et 5 octobre 2002. Article 1. UNAPEI CHARTE ÉTHIQUE ET DÉONTOLOGIQUE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE L UNAPEI ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE des 4 et 5 octobre 2002 La présente Charte est établie par référence aux Statuts de l UNAPEI,

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE «THEATRE DE BOURG-EN-BRESSE» STATUTS

ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE «THEATRE DE BOURG-EN-BRESSE» STATUTS ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE «THEATRE DE BOURG-EN-BRESSE» STATUTS EXPOSE DES MOTIFS Le Théâtre de Bourg-en-Bresse constitue aujourd hui un équipement culturel notoire en matière de spectacle

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-136 QPC du 17 juin 2011 Fédération nationale des associations tutélaires et autres

Commentaire. Décision n 2011-136 QPC du 17 juin 2011 Fédération nationale des associations tutélaires et autres Commentaire Décision n 2011-136 QPC du 17 juin 2011 Fédération nationale des associations tutélaires et autres (Financement des diligences exceptionnelles accomplies par les mandataires judiciaires à la

Plus en détail

La scolarisation des élèves handicapés

La scolarisation des élèves handicapés LA SCOLARISATION DES ÉLÈVES HANDICAPÉS 57 La scolarisation des élèves handicapés Un an après le vote de la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE Arrêté du 13 juillet 2011 pris pour l application de l article L. 14-10-5 du code de l action sociale et

Plus en détail

Les fiches techniques du CCAH Juin 2012. La scolarité des enfants en situation de handicap

Les fiches techniques du CCAH Juin 2012. La scolarité des enfants en situation de handicap Les fiches techniques du CCAH Juin 2012 La scolarité des enfants en situation de handicap QUE DIT LA LOI? La scolarité des enfants en situation de handicap La loi du 11 février 2005 pour l'égalité des

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD 2013-260

Décision du Défenseur des droits n MLD 2013-260 Décision du Défenseur des droits n MLD 2013-260 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus d embauche discriminatoire présentations observations devant la Cour d Appel Domaine de compétence

Plus en détail

Délibération de l Assemblée Plénière

Délibération de l Assemblée Plénière Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 045-234500023-20150618-15_03_05-DE Accusé certifié exécutoire Réception par le préfet : 19/06/2015 Publication : 19/06/2015 Conseil régional du Centre Val

Plus en détail

L avocat et l immatériel les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication - NTIC

L avocat et l immatériel les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication - NTIC L avocat et l immatériel les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication - NTIC 7 dimensions pour l avenir 1 - La conjonction croissante du matériel et de l immatériel, corollaire de

Plus en détail

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI)

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) sommaire 1 Préambule P. 4 2 Champ d application P. 6 3 Système

Plus en détail

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 1 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE Sommaire Loi du 4 juillet 2008 sur la jeunesse (telle qu elle a été modifiée)... 3 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 3 Loi du 4 juillet

Plus en détail

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Charte régionale de la commande publique responsable La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Préambule Dès 1987 la Commission Mondiale sur l Environnement et le Développement des Nations

Plus en détail

PREFET DE TARN-et-GARONNE CAHIER DES CHARGES. Pour la création de 10 places de maison relais en TARN-et-GARONNE DESCRIPTIF DU PROJET PRÉAMBULE

PREFET DE TARN-et-GARONNE CAHIER DES CHARGES. Pour la création de 10 places de maison relais en TARN-et-GARONNE DESCRIPTIF DU PROJET PRÉAMBULE PREFET DE TARN-et-GARONNE CAHIER DES CHARGES Pour la création de 10 places de maison relais en TARN-et-GARONNE DESCRIPTIF DU PROJET NATURE PUBLIC TERRITOIRE Maison relais Personnes en situation de précarité

Plus en détail

Statuts de l ASP. ASP Fondatrice, Accompagnement, développement en Soins Palliatifs

Statuts de l ASP. ASP Fondatrice, Accompagnement, développement en Soins Palliatifs Statuts de l ASP Création : Dépôt légal 13 décembre 1984 Journal officiel du 2 janvier 1985 Modifications des statuts approuvées par l Assemblée générale des 17 mai 1999, 06 mai 2003, 17 mai 2005 et 22

Plus en détail

DL Avocats. A l attention de : M. Daniel FAURE. Cher Monsieur,

DL Avocats. A l attention de : M. Daniel FAURE. Cher Monsieur, DL Avocats Laurent DUCROUX Avocat associé Avocat près la Cour d Appel de Montpellier : 06.99.13.84.84 courriel : l.ducroux@dlavocats.fr Stéphane LESUEUR Avocat associé Avocat près la Cour d Appel de Grasse

Plus en détail

DELIBERATION CADRE : CREATION DU SERVICE PUBLIC REGIONAL DE FORMATION CONTINUE EN RHONE-ALPES

DELIBERATION CADRE : CREATION DU SERVICE PUBLIC REGIONAL DE FORMATION CONTINUE EN RHONE-ALPES CONSEIL REGIONAL RHONE-ALPES Délibération n 09.02.780 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL DELIBERATION CADRE : CREATION DU SERVICE PUBLIC REGIONAL DE FORMATION CONTINUE EN RHONE-ALPES Le Conseil régional

Plus en détail

Le projet d équipement social Territoire Ouest d Avignon

Le projet d équipement social Territoire Ouest d Avignon Le point sur... Le projet d équipement social Territoire Ouest d Avignon > Vendredi 23 novembre : assemblée générale de l association Animation Territoire Ouest Reconfiguration d un centre social pour

Plus en détail

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Confederation of Family Organisations in the European Union Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre

Plus en détail