Exposé des motifs. La réorganisation du SCRIPT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Exposé des motifs. La réorganisation du SCRIPT"

Transcription

1 Avant projet de loi portant création d'une agence d'évaluation de la qualité de l'enseignement et d'un institut de la formation continue du personnel des écoles au sein du Service de la coordination de la recherche et de l innovation pédagogique et technologique (SCRIPT) Exposé des motifs La réorganisation du SCRIPT L'innovation pédagogique a deux corollaires: l'évaluation de la qualité de l'enseignement ainsi que la formation continue des enseignants. Lorsque le SCRIPT fut fondé en 1993 ces activités furent énumérées parmi les nombreuses missions de ce service sans que pour autant elles fassent l'objet d'une description nuancée comme cela fut le cas pour l'innovation pédagogique qui constitue la raison d'être de ce service. On ne peut donc pas dire que ces activités datent seulement d'aujourd'hui. Toutefois au cours des dernières années elles ont connu un développement considérable de sorte qu'il faut leur donner plus de consistance et plus de visibilité. Les auteurs du présent projet de loi n'ont pas envisagé de créer deux nouveaux organismes distincts afin de ne pas augmenter le nombre des administrations. Toutefois, afin de doter le SCRIPT d'une structure de gestion qui lui permet de relever les nombreux défis le présent projet de loi prévoit la création d'une direction du SCRIPT composée du directeur qui dirige l'innovation et la recherche pédagogique et technologique ainsi que de deux directeurs adjoints dont l'un est en charge de l'évaluation de la qualité de l'enseignement et l'autre en charge de la mise en œuvre de la formation continue des enseignants. D'ailleurs si le SCRIPT a été fondé en 1993 et son prédécesseur le SIRP en 1976, il serait étonnant qu'un service, dont toutes les activités touchent à l'innovation ne doive pas s'adapter lorsque des développements significatifs se font dans le monde de l'école. En 1993 c'était l'émergence des nouvelles technologies; aujourd'hui c'est d une part l essor de l'évaluation de la qualité de l'enseignement comme corollaire d une politique visant à accroître l autonomie pédagogique des écoles et d autre part l importance croissante attribuée à la formation continue des enseignants, aussi bien celle des enseignants du secondaire que celle des instituteurs que la nouvelle université n'a pas souhaité reprendre comme legs de l'ancien ISERP. La création de l'université constitue par ailleurs un troisième élément qui attribue au SCRIPT des responsabilités et perspectives nouvelles de gouvernance cohérente au niveau de la recherche pédagogique. L'agence d'évaluation de la qualité de l'enseignement La qualité des écoles et de l enseignement se trouve placée depuis une dizaine d années au centre des discussions dans les enceintes internationales et européennes et fait l objet de nombreuses recherches. Il en résulte des publications intéressantes et instructives pour le lecteur qui veut bien aller au fond des analyses et ne pas se limiter au survol de palmarès, dont l objectif principal est d attirer l attention du grand public et dont la conséquence consiste en une simplification abusive d une réalité scolaire éminemment plus complexe. En effet, l intérêt d études et de rapports sur la qualité des écoles consiste non pas à dresser une liste des «meilleurs» établissements, mais de documenter les processus qui mènent à la réussite et à la qualification des jeunes tout en responsabilisant les acteurs à travers une nouvelle prise en compte de ces informations. La participation aux enquêtes internationales, telles l étude PISA et l étude PIRLS, est certainement utile. Elle a le mérite de renseigner sur les différences des performances des

2 élèves dans une série de compétences sélectionnées, de permettre une comparaison internationale et de changer de perspective d observation. En revanche, elle reste sans grand effet si elle se limite à présenter un état des lieux à intervalles périodiques et si elle s'enlise dans des interrogations sur la pertinence des paramètres mesurés. Cependant pour qui veut améliorer la qualité des écoles et de l enseignement, l intérêt d une évaluation du point de départ et d une démarche qualité, éclairée par des indicateurs appropriés et concrets, ne fait plus de doute. Les pays de l Union européenne et bien d autres pays se sont dotés ou sont en train de se doter de systèmes d évaluation et d assurance qualité. Les moyens d y parvenir sont aussi différents que les cultures et traditions d enseignement des différents pays. Ainsi par exemple, la Communauté francophone de Belgique a créé une commission de pilotage du système éducatif dirigée par le coordinateur du ministère dans le cadre de la mise en œuvre du décret "missions". Son objectif est d établir des évaluations externes des écoles et de la formation continue des enseignants. La commission est composée d inspecteurs, d experts en pédagogie, de représentants des pouvoirs organisateurs, de syndicats et de parents d élèves. En Autriche, le ministère dispose d'un "Zentrum für Schulentwicklung" créé en 1971 pour accompagner et évaluer des projets scolaires (d'école). Plus récemment, il a lancé le QIS (Qualität in Schulen), un instrument fondé sur une application informatique aidant les écoles à réaliser une évaluation interne et à se placer en réseau. En Bavière, le "Staatsinstitut für Schulpädagogik und Bildungsforschung", né en 1984, a été transformé en 2003 en "Staatsinstitut für Schulqualität und Bildungsforschung (ISB)" et une agence pour la qualité (Qualitätsagentur) indépendante a été créée en son sein. La Qualitätsagentur envoie des équipes d'évaluation composées d'enseignants expérimentés, de représentants de l'inspectorat, de coordinateurs du développement scolaire, de représentants des parents et des entreprises dans les écoles. L'équipe séjourne trois jours dans l'école ; des réunions de concertation avec les partenaires précèdent et suivent ce séjour. En Nouvelle Zélande, un inspectorat national "Education Review Office" évalue chaque école tous les trois ans. Les écoles qui éprouvent des difficultés pour atteindre leurs objectifs sont accompagnées par des conseillers sur une période de plusieurs mois. Cette approche se démarque à la fois de la tradition britannique et de l'esprit prôné par la nouvelle législation américaine (No Child Left Behind Act) qui misent sur des tests nationaux périodiques permettant aux parents de comparer les écoles avant d'inscrire leur enfant et qui décident du maintien en fonction ou du licenciement du personnel en fonction des résultats. Des études ont d'ailleurs montré que la focalisation exagérée sur des tests répétés et l'établissement de palmarès entre les écoles n'induisent pas un accroissement soutenu de la qualité et peuvent même être source de nouvelles exclusions d'élèves d'origine socioculturelle peu favorisée. Au-delà des différences mentionnées, certaines constantes cependant demeurent : 1. L autonomie des écoles et l évaluation de la qualité de l enseignement dispensée par les écoles sont toujours liées. L évaluation est une condition nécessaire de l autonomie. Alors que la loi portant organisation des lycées et lycées techniques du 25 juin 2004 accorde une certaine autonomie aux lycées, qu il est envisagé d accorder un degré semblable d autonomie aux écoles primaires dans le cadre de l avant projet de loi en élaboration, il est impératif de doter le système scolaire luxembourgeois d un instrument d évaluation pertinent. 2. Il est utile d associer évaluation interne et évaluation externe. Les communautés scolaires, équipes pédagogiques, élèves et parents ont un intérêt bien compris à s auto-évaluer. Ils disposent des connaissances du terrain et des conditions spécifiques dans lesquelles évolue

3 leur école et sont les premiers intéressés à offrir un enseignement et un encadrement de qualité. Toutefois la limitation à la seule auto-évaluation n est pas dénuée de risques. Il est toujours difficile de s avouer ses propres faiblesses et la tentation est grande de chercher, pour d éventuelles failles, des explications externes. A l inverse, il est possible de se sous-estimer ses propres performances et d exercer une pression exagérée sur l école. La Norvège qui, au cours des années 90, s était limitée à la seule auto-évaluation des écoles, a reconnu en 2002 les insuffisances de ce procédé et a introduit, depuis des épreuves nationales. L évaluation externe permet de présenter à une école un miroir de ses performances, sur fond de référence nationale et internationale. Ce regard extérieur permet de révéler les forces et les faiblesses de chaque école. Il contribue soit à motiver et encourager les communautés scolaires à persévérer dans leurs efforts soit à les rendre attentives à d éventuelles déviations. L ensemble de l évaluation doit analyser non seulement les résultats obtenus par les élèves de l école, mais surtout les conditions et les processus de travail qui conduisent aux résultats. C est l école dans son ensemble, et non pas l enseignant isolé, qui est évaluée, ce qui permet aux équipes d estimer l efficacité de leur organisation, de prendre conscience de leurs potentialités et de réfléchir à leur développement. L'objectif de la présente loi est de créer au sein du SCRIPT un organisme d'évaluation qui constitue une entité propre et qui prendra la dénomination d'agence d'évaluation de la qualité de l'enseignement et des écoles, Le travail proprement dit de cette agence comprend 5 domaines: 1) l'évaluation des écoles; 2) le développement et la coordination de tests, notamment de tests communs permettant de constater dans quelle mesure les élèves ont atteint les socles de compétences; 3) la réalisation d'évaluations ponctuelles de réformes et d'innovations pédagogiques; 4) l'élaboration, à intervalles réguliers, d'un rapport descriptif de la qualité du système éducatif luxembourgeois. Par ailleurs elle peut également être chargée de la réalisation d'enquêtes et de tests internationaux auxquels le Luxembourg participe. L'institut de formation continue du personnel des écoles Partout en Europe la qualité de l éducation et de la formation est un aspect qui revêt la plus haute priorité politique puisque des niveaux élevés de connaissances, de compétences et de qualifications sont les conditions fondamentales de la citoyenneté active, de l emploi et de la cohésion sociale. De plus en plus souvent, des études économiques s intéressent de près aux résultats de l éducation en argumentant qu une «meilleure valorisation du capital humain renforce la croissance de la productivité et raffermit les perspectives d emplois des résidents peu qualifiés 1». C est un fait que le succès de cette valorisation est produit par l'action conjointe des enseignantes et des enseignants, des membres du personnel socio-éducatif et des membres de l'inspectorat et des directions. C est un fait aussi que le rôle et le statut des enseignantes et enseignants subissent des changements importants ces dernières années puisque ce que l on exige d eux est de plus en plus complexe. Plus les élèves sont diverses, plus les enseignantes et enseignants sont tenus d être flexibles dans leur façon de faire face aux besoins et aux attentes en mutation de leurs élèves. Les disciplines, les programmes d études, les régimes pédagogiques évoluent rapidement. De même, en formation professionnelle, l évolution rapide des métiers et de l environnement du travail rend la formation continue des formatrices et formateurs impérieuse pour assurer la pertinence des programmes d études. De nombreux enseignantes et enseignants n'ont ni reçu la formation initiale, ni pu acquérir l expérience pour faire face tout au long de leur carrière à ces multiples défis professionnels changeants. Le renforcement des dispositifs de formation continue qui 1 OCDE : Etudes économiques de l OCDE, Luxembourg, 2006, éditions OCDE

4 sera au service de la communauté des enseignantes et enseignants s impose donc avec insistance afin que le système éducatif puisse soutenir ces derniers dans l exercice de leurs tâches nouvelles. Dans le cadre d une motion déposé le 15 mars 2005 à l occasion du débat sur les résultats de l étude PISA 2003, la Chambre des députés à invité le Gouvernement à «créer un centre de formation continue pour enseignants». L objectif poursuivi par cette motion consiste à rendre plus pertinentes les différentes stratégies de la conduite du changement notamment à travers une double entrée en la matière : 1. appuyer les grandes orientations de la politique éducative qui vise à améliorer la qualité de l éducation et à augmenter l équité scolaire ; 2. accompagner le développement professionnel personnel des enseignants puisqu un corps enseignant hautement qualifié est une condition essentielle à la qualité de l éducation. La politique poursuivie par les responsables du SCRIPT ces dernières années s inscrit dans cette stratégie nouvelle : 1. Toutes les activités de formation continue proposées par le service s articulent autour du concept de l établissement scolaire en tant qu organisation apprenante. Le développement de l école en tant que système et le développement professionnel personnel des enseignants sont visés conjointement et la formation continue est à considérer dorénavant comme un élément de l organisation du travail au sein des établissements scolaires. 2. A la demande croissante émanant de nombreux établissements scolaires, l offre accentue également les plans de formation en interne. Il faut relever que de plus en plus souvent ce sont des écoles en tant qu'organismes qui se placent dans un contexte de réflexion dépassant ainsi le stade où l'enseignant individuel et donc aussi isolé part à la recherche des moyens de formation qui lui permettent de répondre aux défis auxquels il se voit confronté. Ces plans de formation d'écoles peuvent soit s articuler étroitement avec les différents projets pédagogiques de ou dans l établissement, soit découler de besoins de formation constatés au sein du corps enseignant, du personnel socio-éducatif, des directions des établissements ainsi que des commissions nationales des programmes. 3. Les formations organisées tiennent compte naturellement des grands enjeux de l enseignement actuel et des initiatives des réformes politiques en cours puisque la formation continue est devenue de plus en plus un élément central et indispensable de la mise en œuvre et de l implémentation de toute réforme politique dans le secteur de l éducation. D un point de vue quantitatif, il faut constater que la formation continue des enseignantes et des enseignants s est développée de façon exponentielle les dernières années. Année scolaire Nombre de formations Nombre d inscriptions

5 Nombre de formations Nombre d inscriptions Jusqu en 2004, l organisation des activités de formation continue à l intention des instituteurs de l éducation préscolaire et de l enseignement primaire a été réalisée par l Institut Supérieur d Études et de Recherches Pédagogiques (ISERP) pour les besoins du MENFP. La très grande majorité des cours de formation continue a eu lieu sur le site de l institut à Walferdange. Avec la création de l Université du Luxembourg et l intégration de l ISERP dans la faculté des Lettres, des Sciences Humaines, des Arts et de l Éducation, la situation a changé. A partir de la rentrée scolaire 2004/2005, le MENFP a dû assurer seul le volet de la formation continue sans pouvoir bénéficier de ressources supplémentaires. Même si ce changement est coûteux en termes de ressources, il convient de souligner l aspect positif du rapprochement entre les deux ordres d enseignement qui, dans le passé, se sont trop éloignés et qui des fois se sont ignorés mutuellement. D un point de vue qualitatif, la demande a également des répercussions sur les ressources disponibles. Ainsi, le service propose en plus d un programme diversifié de cours traditionnels une offre personnalisée au niveau des activités de formation continue. Cette offre personnalisée s adresse aux individus, aux établissements scolaires, aux commissions nationales et aux associations de professeurs. Elle est négociée avec les concernés suivant les besoins exprimés mais aussi suivant le diagnostique résultant du nouveau protocole d action de la qualité scolaire (PAQS) qui est proposé aux établissements scolaires par l Agence d évaluation de la qualité scolaire. L amélioration des services d un point de vue qualitatif tient compte de l état des recherches en sciences de l éducation puisque le SCRIPT coordonne des activités de formation continue suivant trois axes, à savoir : - le développement personnel professionnel (Personalentwicklung) dans le cadre des responsabilités individuelles des enseignantes et enseignants ; - le développement de l enseignement (Unterrichtsentwicklung) dans le cadre de responsabilités individuelles et collectives des équipes pédagogiques ; - le développement de l organisation (Organisationsentwicklung) dans le cadre d une responsabilité collective de l établissement scolaire. L objectif de la création d un institut de formation continue au sein du SCRIPT est de préciser les missions nouvelles de la formation continue et de créer les conditions de fonctionnement nécessaires à la réalisation de ses missions afin que les enseignantes et enseignants de l éducation préscolaire, de l enseignement primaire et de l enseignement postprimaire

6 peuvent choisir plutôt que subir les changements et peuvent participer en tant qu acteurs responsables à l éducation des jeunes qui leurs sont confiés. La relation avec le monde universitaire et la communauté scientifique Comme il a déjà été mentionné en début de cet exposé des motifs et considérant les limites des ressources financières et humaines disponibles, le présent projet de loi n a pas pour objectif une multiplication des services du ministère. Il a pour objectif d améliorer la visibilité et la qualité des prestations vis-à-vis des partenaires internes et externes du système éducatif. Si la création d une agence d évaluation de la qualité scolaire et la création d un institut de formation continue au sein du SCRIPT peuvent être considérés comme une plus-value supplémentaire au niveau des relations avec les partenaires internes du système éducatif représenté surtout par les établissements scolaires et le personnel de l éducation, la conservation d un seul service demeure une condition indispensable pour les partenaires externes, notamment pour l Université du Luxembourg. Le maintien de la cohérence en matière de gouvernance et de coopération est effectivement nécessaire afin de pouvoir conclure des partenariats forts en matière de recherche pédagogique qui peut se concrétiser aussi bien à travers des projets d évaluation, des projets d innovation pédagogique ou encore des projets de développement professionnel personnel. Le présent projet de loi maintient la cohérence de la gouvernance vis-à-vis des partenaires externes. Cette cohérence sera même renforcée à travers la mise en œuvre de la Commission d Innovation et de Recherche en Education modifiée dans le sens d'une plus large prise en compte du monde universitaire et de la communauté scientifique.. Texte Art. 1 er.- L'art 2 de la loi du 7 octobre 1993 ayant pour objet a) la création d'un Service de Coordination de la Recherche et de l'innovation pédagogiques et technologiques; b) la création d'un Centre de Technologie de l'éducation; c) l'institution d'une Commission d'innovation et de Recherche en Éducation est modifié comme suit: Le SCRIPT a pour mission dans l'ensemble de l'enseignement public luxembourgeois 1. de coordonner la recherche et l'innovation dans les différents domaines pédagogiques, y compris celui de l'intégration des technologies de l'information et de la communication; 2. de procéder à l'analyse et à l'évaluation continues du système éducatif; 3. d'organiser la formation continue du personnel des écoles; Art. 2.- L'article 3 est modifié comme suit: le 3 e tiret du point 1 est biffé. Art. 3.- À la suite de l'article 3 est inséré un nouvel article 3bis libellé comme suit: "Dans le cadre des missions définies au paragraphe 2 de l article 2 de la présente loi et dans le cadre des programmes d actions arrêtés par le ministre de l Éducation nationale conformément aux dispositions de l article 22 de la présente loi, le SCRIPT fait office d'agence d'évaluation de la qualité de l'enseignement

7 L' Agence a pour mission: 1. d'évaluer la qualité de l'enseignement dans des écoles et des lycées; 2. de coordonner et, le cas échéant, de développer des tests d'évaluation en vue de déterminer les niveaux de compétences atteints par les élèves à différents niveaux de leur scolarité; 3. de réaliser des évaluations portant sur des sujets particuliers; 4. d'élaborer tous les quatre années un rapport descriptif de la qualité de l'enseignement primaire et de l'enseignement post-primaire. L'Agence peut être chargée de la réalisation d'enquêtes et de tests internationaux. Pour l'évaluation des écoles par l'agence chaque école et chaque lycée établissent annuellement, pour le 1 er novembre au plus tard, un rapport qui renseigne sur : 1. les effectifs des élèves et leurs origines socio-culturelles; 2. les ressources matérielles et humaines mises à disposition ; 3. l organisation et le développement de l école ou du lycée ; 4. les résultats scolaires ; 5. le fonctionnement du partenariat ; 6. les actions entreprises et prévues dans le cadre du plan de réussite scolaire de l'école ou du profil du lycée 2 ainsi que les projets pédagogiques ; 7. les actions entreprises en vue d assurer la qualité à la suite de l évaluation de l école par l'agence. L Agence évalue les écoles et les lycées en concertation avec leurs partenaires, à savoir : 1. pour les écoles primaires : des représentants des enseignants et des parents d'élèves, l inspecteur du ressort de l école, des délégués de la commission scolaire communale ; 2. pour les lycées : les membres du conseil d éducation. Pour l'élaboration du rapport descriptif de la qualité du système éducatif luxembourgeois l Agence a accès aux données statistiques, études et enquêtes réalisées ou en voie de réalisation par les écoles, les différents départements ministériels et établissements publics qui relèvent de leur compétence. L'accès aux données statistiques, études et enquêtes réalisées ou en voie de réalisation par les chambres professionnelles et l'université du Luxembourg fait l'objet de conventions particulières. Au plus tard au début de l'année civile, l'agence transmet tous les rapports et enquêtes qu'elle a été amenée à établir pendant l'année écoulée pour information au ministre, aux membres de la Chambre des députés et aux membres du Conseil supérieur de l'éducation nationale." Art. 4.- À la suite de l'article 3bis est inséré un nouvel article 3ter libellé comme suit: "Dans le cadre des missions définies au paragraphe 3 de l article 2 de la présente loi et dans le cadre des programmes d actions arrêtés par le ministre de l Education nationale conformément aux dispositions de l article 22 de la présente loi, le SCRIPT fait office d Institut de formation continue du personnel des écoles, ci-après appelé Institut. 1. Missions L institut a pour mission : - de promouvoir, de coordonner et d organiser la formation continue du personnel enseignant, du personnel socio-éducatif, des inspecteurs et des directeurs des lycées; - de participer, le cas échéant avec l'université du Luxembourg à l insertion professionnelle du personnel enseignant et d accompagner la professionnalisation des métiers de l éducation. Dans le cadre de ses missions l Institut : 2 art 2 "autonomie des lycées" de la loi du

8 - conçoit la formation continue dans le sens d un d apprentissage tout au long de la vie et favorise notamment la continuité avec la formation initiale; - accompagne les plans et dispositifs de formation continue au sein des établissements scolaires; - crée un lieu d échange de pratiques pédagogiques; - met en œuvre avec des organismes nationaux et étrangers la certification des activités de formation continue - assure un contrôle de la qualité des activités de formation continue de l institut. 2. Fonctionnement Formateurs et Formatrices La formation est assurée par des enseignantes et enseignants détachés à l institut ainsi que des expertes et des experts engagés par contrat de service, appelés par la suite les formatrices et les formateurs. Le personnel de l Institut constitue avec les formatrices et les formateurs une équipe pédagogique qui doit assumer les rôles de coordination, d ingénierie et de formation. Les formateurs et les formatrices doivent soit être titulaires des certificats et diplômes légalement requis pour enseigner dans l École luxembourgeoise soit posséder des titres appuyés par des publications ou des recherches, soit se prévaloir d une expérience professionnelle requise pour les matières qu ils sont appelés à enseigner. Les formatrices et les formateurs sont nommés pour des mandats renouvelables d une année. Ils sont rémunérés selon un barème à déterminer par règlement grand-ducal. 3. Déléguées et délégués à la formation continue Dans chaque établissement scolaire où sont mises en œuvre des dispositifs de formation continue en coopération avec l Institut, il est nommé deux délégués à la formation continue. Les déléguées et les délégués à la formation continue assurent la coordination de la formation continue au sein de leur établissement scolaire selon les modalités de fonctionnement fixées par l Institut. Les déléguées et les délégués sont nommés par l Institut pour un mandat renouvelable de 3 ans, sur proposition de la direction de l établissement scolaire. La nomination se fait sur base des compétences des enseignantes et des enseignants en matière de formation continue en accord avec le principe de l égalité des chances les femmes et les hommes. L institut garantit la formation, le suivi et l échange de pratiques des déléguées et des délégués. La déléguée ou le délégué exerce ses missions en étroite collaboration avec le comité d'école, respectivement le comité des professeurs et sous la responsabilité d'un inspecteur ou d'un directeur de lycée. Art. 5.- L'article 5 est modifié comme suit: La direction du SCRIPT est assurée par un directeur ou une directrice assisté de deux directeurs adjoints ou directrices adjointes dont l'un met en œuvre l'agence d'évaluation de la qualité de l'enseignement et l'autre l'institut de formation continue des enseignants. Le directeur du SCRIPT exerce le pouvoir hiérarchique sur l'ensemble du personnel. Le directeur ou la directrice et les directeurs-adjoints ou les directrices adjointes sont choisis parmi les fonctionnaires bénéficiant ou ayant bénéficié pendant cinq ans au moins d'une nomination à une fonction de la carrière supérieure de l'enseignement ou de l'administration Les attributions des membres de la direction sont déterminées par règlement interne.

9 Commentaire des articles Art. 1 er.- Cet article attribue l'organisation de la formation continue du personnel enseignant explicitement au SCRIPT. En 1993 cette mission avait été inscrite de manière implicite à l'article 3 étant donné qu'à cette époque l'organisation de la formation continue des instituteurs relevait de l'institut supérieur d'études et de recherche pédagogiques (ISERP). Art. 2.- Cet article procède de l'article précédent et ne nécessite pas de commentaire. Art. 3.- L'article 3 établit les missions et les modalités de travail de l'agence d'évaluation de la qualité de l'enseignement qui par analogie aux agences créées dans de nombreux pays européens est appelée Agence qualité (Qualitätsagentur) et dont le SCRIPT fait office. Concernant les missions de l'agence, la réalisation d'enquêtes et de tests nationaux est évoquée comme travail possible pour l'agence. Confier ce genre de travail par un organisme externe doit rester une option. Concernant l'évaluation des écoles et des lycées sur la base d'un rapport annuel, il convient de relever la disposition du point 7 qui introduit le cycle d'évaluation. Il est évident que toutes les écoles ne peuvent pas être évaluées chaque année; l'évaluation doit se faire à un rythme pluriannuel. L'obligation faite à l'agence qualité d'évaluer les écoles en concertation avec ses partenaires est tout autant un gage de transparence qu'un moyen d'impliquer les partenaires dans les conclusions qui doivent être tirées de l'évaluation. L'évaluation ne pourra pas être faite si toutes les personnes ou organismes qui détiennent des données concernant l'enseignement primaire ou l'enseignement post-primaire ne sont pas mis dans l'obligation de les mettre à la disposition de l'agence qualité. La transmission des rapports à la Chambre des députés et au Conseil supérieur de l'éducation nationale constitue un gage de transparence supplémentaire. Art. 4.- Cet article établit les missions et les modalités de travail de l'institut de formation continue des enseignants dont le SCRIPT fait également office. La formation continue constitue un élément clé indispensable pour soutenir les communautés scolaires dans leur développement afin de pouvoir répondre en commun aux défis actuels et futurs de l école. Elle s adresse donc aussi bien aux enseignants et enseignantes, qu aux membres des équipes de direction et d inspection ainsi qu au personnel socio-éducatif et profite de ce fait de la richesse d un public interdisciplinaire. 1. Les missions En tant qu instrument de professionnalisation notamment du métier d enseignant/e et de développement de la qualité scolaire, la formation continue se doit d évoluer elle-même. Une analyse réalisée en mars 2005 a permis de relever des défis concernant le dispositif de la formation continue. Les points de mire concernent notamment l impact de la formation continue sur la qualité de l enseignement, l importance de la prise en considération du cycle de vie professionnelle et la certification. En effet, le métier d'enseignant/e évolue et il est de plus en plus difficile, voire impossible de travailler avec les seules connaissances acquises lors de la formation initiale. Que les personnels des écoles ressentent le besoin d'augmenter l'étendue de leurs compétences, de combler certaines lacunes ou de s ouvrir de nouvelles perspectives professionnelles, l Institut doit répondre à leurs besoins.

10 Tenant compte du fait que les professionnel/le/s de l éducation nationale construisent leurs activités de façon continue au sein d un établissement scolaire, l accent doit être mis sur les lignes d action suivantes: - accompagner les établissements scolaires dans l élaboration d un plan de formation continue interne pluriannuel en tenant compte des spécificités locales (objectif : développement de l enseignement) - favoriser le transfert des plus-values pédagogiques développées en formation dans la pratique professionnelle au quotidien - soutenir les personnels de l enseignement dans une démarche réflexive permettant un développement personnel professionnel autonome et l élaboration d un plan de formation personnel - former des personnes-ressources (multiplicateurs/-trices), notamment dans les domaines de la différenciation, de l enseignement par compétences et de la formation. Pour ce faire, l Institut doit proposer un service de consultation et de suivi en matière de formation continue aux personnels de l éducation nationale et aux établissements scolaires. Il doit agencer des offres différenciées conformément à l expérience professionnelle (ex. insertion professionnelle, soutien de la démarche réflexive pour le personnel expérimenté) et aux exigences de différents domaines de compétence et de spécialisation (ex. fonction de direction ou de personne-ressource en matière de formation, de développement de l enseignement, de tutorat, de suivi pédagogique ou de gestion de projet). Il doit fixer les modalités de certification et de validation d une activité comme formation continue, notamment en relation avec une obligation de formation continue. 2. Fonctionnement - formateurs et les formatrices Dans le souci d un développement combinant continuité et innovation, il s avère nécessaire que l Institut dispose d une équipe stable, réalisée grâce aux membres des personnels des écoles détachés pour des mandats pluriannuels, tout en ayant recours à des expertes et des experts externes. Les membres de l'équipe pédagogique doivent par ailleurs disposer des compétences dans, les domaines suivants : - développement de l école et du personnel, développement de l enseignement, sciences de l éducation - apprentissage des adultes - professionnalisation des enseignants - ingénierie de formation - travail en équipe. 3. Déléguées et délégués à la formation continue Les dispositifs de formation continue internes permettent le développement de la pratique pédagogique dans le contexte de l'école et contribuent ainsi au développement de l'école en tant qu'organisation sociale apprenante. Pour réussir ce défi une nomination de déléguées et de délégués par école est indispensable. Dans le but d observer les règles du gender-mainstreaming, chaque école veillera à nommer un homme et une femme. Art. 5.- Cet article ne nécessite pas de commentaire.

Loi du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance.

Loi du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance. Loi du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance. Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau; Notre Conseil d'état entendu; De l'assentiment de la Chambre des Députés; Vu la décision

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 17 novembre 1999 relatif à la licence professionnelle. NOR: MENS9902515A Version consolidée au 25 mai 2013

ARRETE Arrêté du 17 novembre 1999 relatif à la licence professionnelle. NOR: MENS9902515A Version consolidée au 25 mai 2013 ARRETE Arrêté du 17 novembre 1999 relatif à la licence professionnelle NOR: MENS9902515A Version consolidée au 25 mai 2013 Le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie, Vu

Plus en détail

AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 26 mai 2008. Objet: Projet de loi (5759) portant organisation de l enseignement fondamental (3248TEL) Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (31 juillet

Plus en détail

POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17

POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17 POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17 Origine : Services pédagogiques Autorité : Résolution 02-06-26-12 Référence(s) : Loi sur l instruction publique, (L.R.Q., c.1-13.3); Régime pédagogique (L.R.Q. c.1-13.3,

Plus en détail

République Française Ministère de l'agriculture et de la Pêche. Le Ministre de l'agriculture et de la Pêche

République Française Ministère de l'agriculture et de la Pêche. Le Ministre de l'agriculture et de la Pêche République Française Ministère de l'agriculture et de la Pêche Direction Générale de l'administration 78, rue de Varenne 75349 PARIS 07 SP Direction Générale de l'enseignement et de la Recherche 1ter,

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGER/SDACE/N2002-2048 Date : 03 MAI 2002

NOTE DE SERVICE DGER/SDACE/N2002-2048 Date : 03 MAI 2002 Direction : Générale de l'enseignement et de la Recherche Sous-direction : de l'administration de la Communauté Educative Mission : d'appui et de conseil auprès des autorités académiques Adresse : 1 ter,

Plus en détail

Priorités de la Présidence luxembourgeoise

Priorités de la Présidence luxembourgeoise Dossier de presse Priorités de la dans les domaines de l Éducation nationale, de l Enfance, de la Jeunesse, de l Enseignement supérieur et de la Recherche 30 juin 2015 Priorités de la Éducation nationale,

Plus en détail

1 CADRE D ACTION... 3. 1.2 La commission pour la promotion de l'esprit de défense (CPE DEF) 3 2 LES ATTENTES DE LA CPE DEF... 4

1 CADRE D ACTION... 3. 1.2 La commission pour la promotion de l'esprit de défense (CPE DEF) 3 2 LES ATTENTES DE LA CPE DEF... 4 VADE-MECUM de la Commission pour la promotion de l esprit de défense Janvier 2015 SOMMAIRE 1 CADRE D ACTION... 3 1.1 La mission des trinômes académiques... 3 1.2 La commission pour la promotion de l'esprit

Plus en détail

Point d information DGESCO

Point d information DGESCO Les effets de la loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 (dite loi Cherpion) pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels La loi poursuit plusieurs objectifs : favoriser

Plus en détail

2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF)

2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF) La société de la connaissance et l apprentissage tout au long de la vie : 2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF) Le Luxembourg doit s engager plus concrètement dans la voie ouverte par l Union Européenne

Plus en détail

Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4

Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4 Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4 Organisme de rattachement : Ministère de l'éducation nationale/ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche Date de disponibilité Catégorie

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE ENSEIGNANTS STAGIAIRES IUFM CIRCONSCRIPTIONS DIRECTEURS D ECOLE Cadre de référence : Arrêté du 19/12/2006 ( BOEN n 1 du 04 janvier

Plus en détail

EVALUATION INTERMEDIAIRE NIG/017. Appui au Programme national de Formation professionnelle et technique et d Insertion des Jeunes sortants

EVALUATION INTERMEDIAIRE NIG/017. Appui au Programme national de Formation professionnelle et technique et d Insertion des Jeunes sortants EVALUATION INTERMEDIAIRE NIG/017 Appui au Programme national de Formation professionnelle et technique et d Insertion des Jeunes sortants FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du Projet Titre court du Projet

Plus en détail

CONVENTION DE COOPERATION

CONVENTION DE COOPERATION CONVENTION DE COOPERATION ENTRE LE MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE ET L ASSOCIATION DES SYNDICATS DE LA DISTRIBUTION ET DE LA MAINTENANCE DES MATÉRIELS Le ministre de l Éducation nationale d'une part,

Plus en détail

Projet d Etablissement 2013-2016

Projet d Etablissement 2013-2016 Projet d Etablissement 2013-2016 L organisation pédagogique d un établissement scolaire doit être conçue en fonction d un projet d établissement. Le dernier projet (2007-2010) est arrivé à son terme. Le

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION I. 2 LA MISE EN PLACE DES INSTITUTS UNIVERSITAIRES DE FORMATION DES MAÎTRES (I.U.F.M.)

NOTE D'INFORMATION I. 2 LA MISE EN PLACE DES INSTITUTS UNIVERSITAIRES DE FORMATION DES MAÎTRES (I.U.F.M.) 51 NOTE D'INFORMATION I. 2 LA MISE EN PLACE DES INSTITUTS UNIVERSITAIRES DE FORMATION DES MAÎTRES (I.U.F.M.) Le ministère de l'education nationale a décidé d'ouvrir à la rentrée 1990, trois Instituts Universitaires

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Décret relatif à l'enseignement en immersion linguistique D. 11-05-2007 M.B. 12-10-2007

Décret relatif à l'enseignement en immersion linguistique D. 11-05-2007 M.B. 12-10-2007 Lois 32365 p.1 Décret relatif à l'enseignement en immersion linguistique D. 11-05-2007 M.B. 12-10-2007 modifications : D. 18-07-08 (M.B. 26-08-08) D. 12-12-08 (M.B. 13-03-09) D. 23-01-09 (M.B. 10-03-09)

Plus en détail

Évaluation de la formation professionnelle

Évaluation de la formation professionnelle LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de l'éducation nationale, de l Enfance et de la Jeunesse Dossier de presse Évaluation de la formation professionnelle Une mise en œuvre difficile,

Plus en détail

Commission scolaire des Hautes-Rivières

Commission scolaire des Hautes-Rivières Commission scolaire des Hautes-Rivières P P O L I T I Q U E SUJET : POLITIQUE LINGUISTIQUE SERVICE : ADMINISTRATION GÉNÉRALE CODE : AGP 06 DATE D APPROBATION : 9 mai 2011 RÉSOLUTION NUMÉRO : HR 11.05.09-06

Plus en détail

DECRETS. 29 safar 1430 25 février 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13

DECRETS. 29 safar 1430 25 février 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13 29 safar 1430 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13 3 DECRETS Décret exécutif n 09-93 du 26 Safar 1430 correspondant au 22 février 2009 portant statut particulier des fonctionnaires appartenant

Plus en détail

L Éducation nationale, partenaire des entreprises de votre région. École - Entreprise

L Éducation nationale, partenaire des entreprises de votre région. École - Entreprise L Éducation nationale, partenaire des entreprises de votre région École - Entreprise Entre l Académie d Orléans-Tours représentée par Paul Canioni Recteur, Chancelier des Universités et La Fédération Française

Plus en détail

CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE EN RESTAURATION ET SERVICE HOSPITALIER. A - Règlement général de la formation. B - Règlement d'examen.

CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE EN RESTAURATION ET SERVICE HOSPITALIER. A - Règlement général de la formation. B - Règlement d'examen. CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE EN RESTAURATION ET SERVICE HOSPITALIER A - Règlement général de la formation B - Règlement d'examen Annexe C - Directive du travail de projet A - Règlement général du certificat

Plus en détail

Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015

Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015 Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015 Préambule Ce document a pour objectif de fournir un outil aux directions, en vue de présenter le processus du Pacte

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

PLAN ACADEMIQUE DE FORMATION 2015-2016

PLAN ACADEMIQUE DE FORMATION 2015-2016 PLAN ACADEMIQUE DE FORMATION 2015-2016 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL D OFFRE DAFIP Académie d Aix-Marseille 1 La formation de TOUS les personnels de notre académie est un levier essentiel de la refondation

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil M 1982-B

Secrétariat du Grand Conseil M 1982-B Secrétariat du Grand Conseil M 1982-B Date de dépôt : 28 juin 2012 Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la motion de M mes et MM. Jean Romain, Nathalie Schneuwly, Patricia Läser, Michel Ducret,

Plus en détail

Adjoints techniques de laboratoire des administrations de l'etat

Adjoints techniques de laboratoire des administrations de l'etat 1 Adjoints techniques de laboratoire des administrations de l'etat Décret n 2006-1762 du 23 décembre 2006 relatif aux dispositions statutaires communes applicables aux corps d'adjoints techniques de laboratoire

Plus en détail

Fiche 35. I Les différents volets de la formation professionnelle tout au long de la vie au sein de la fonction publique territoriale.

Fiche 35. I Les différents volets de la formation professionnelle tout au long de la vie au sein de la fonction publique territoriale. Fiche 35 Notions clés sur la formation des agents territoriaux La loi du 19 février 2007 a fait de la formation professionnelle tout au long de la vie un droit reconnu à tous les agents des collectivités

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE

POLITIQUE LINGUISTIQUE POLITIQUE LINGUISTIQUE ADOPTÉE : Le 24 novembre 2010 RÉSOLUTION NO : CC2567-10 596, 4 e Rue Chibougamau (Québec) G8P 1S3 Tél. : 418 748-7621 - Télécopieur : 418 748-2440 Politique linguistique document

Plus en détail

accueil bulletin officiel [B.O.] n 39 du 28 octobre 2004 - sommaire MENP0402363N

accueil bulletin officiel [B.O.] n 39 du 28 octobre 2004 - sommaire MENP0402363N accueil bulletin officiel [B.O.] n 39 du 28 octobre 2004 - sommaire MENP0402363N Personnels PERSONNELS ENSEIGNANTS Attribution aux personnels enseignants des premier et second degrés relevant du MEN d

Plus en détail

Processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée

Processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée Processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée Communication relative au premier forum euro-méditerranéen de l enseignement technique et de la formation professionnelle Marseille, 18 décembre 2008

Plus en détail

(Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012)

(Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012) Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX (Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012) Missions Les rédacteurs territoriaux constituent un cadre d'emplois

Plus en détail

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré à mi-temps

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré à mi-temps Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré à mi-temps 2014-2015 www.ac-montpellier.fr www.pres-suddefrance.fr/espe Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2

Plus en détail

L Académie Orléans-Tours Représentée par Marie REYNIER Recteur, Chancelier des universités

L Académie Orléans-Tours Représentée par Marie REYNIER Recteur, Chancelier des universités L Éducation Nationale, partenaire des entreprises de votre région Entre L Académie Orléans-Tours Représentée par Marie REYNIER Recteur, Chancelier des universités Et La Fédération des Entreprises de Propreté

Plus en détail

Politique institutionnelle de gestion et d évaluation des programmes

Politique institutionnelle de gestion et d évaluation des programmes Politique institutionnelle de gestion et d évaluation des programmes Politique adoptée au conseil d administration le 12 juin 2000 Politique révisée le 11 juin 2014 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1.

Plus en détail

REGLEMENT D ORGANISATION DE

REGLEMENT D ORGANISATION DE REGLEMENT D ORGANISATION DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE DE FORMATION DES ENSEIGNANTS Conformément au principe constitutionnel de l égalité des sexes, toute désignation de personne, de statut ou de fonction

Plus en détail

Document d orientation politique du CSEE sur la direction des établissements scolaires

Document d orientation politique du CSEE sur la direction des établissements scolaires Document d orientation politique du CSEE sur la direction des établissements scolaires Soumis pour adoption par le Comité du CSEE à la Conférence du CSEE, la Conférence régionale de l'internationale de

Plus en détail

DECRET N 92-853 DU 28 AOUT 1992 PORTANT STATUT PARTICULIER DU CADRE D'EMPLOIS DES PSYCHOLOGUES TERRITORIAUX. classe.

DECRET N 92-853 DU 28 AOUT 1992 PORTANT STATUT PARTICULIER DU CADRE D'EMPLOIS DES PSYCHOLOGUES TERRITORIAUX. classe. DECRET N 92-853 DU 28 AOUT 1992 PORTANT STATUT PARTICULIER DU CADRE D'EMPLOIS DES PSYCHOLOGUES TERRITORIAUX (NOR : INTB9200397D) (J.O. du 30 août 1992) Modifié par : - Décret n 93-986 du 4 août 1993 (J.O.

Plus en détail

Écoles européennes. Bureau du Secrétaire général. Secrétariat général. Réf. : 2009-D-422-fr-5 Original : FR

Écoles européennes. Bureau du Secrétaire général. Secrétariat général. Réf. : 2009-D-422-fr-5 Original : FR Écoles européennes Bureau du Secrétaire général Secrétariat général Réf. : 2009-D-422-fr-5 Original : FR Règlement d'application concernant la nomination et l évaluation des Directeurs et des Directeurs-Adjoints

Plus en détail

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES Présentées au conseil d établissement de l école Notre-Dame-du-Rosaire lors de la séance ordinaire du 9 juin 2014.

Plus en détail

R E S U P. RÉSEAU d ÉTUDE SUR l ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR. Texte de la communication de : Gabriela NAVARRO 1

R E S U P. RÉSEAU d ÉTUDE SUR l ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR. Texte de la communication de : Gabriela NAVARRO 1 R E S U P RÉSEAU d ÉTUDE SUR l ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Journée «JEUNES CHERCHEURS» : IREDU - Dijon, le 19 Septembre 2003 Texte de la communication de : Gabriela NAVARRO 1 Les pratiques d'évaluation dans

Plus en détail

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après.

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après. CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7 mai 003 (.05) (OR. en) 898/03 EDUC 83 RÉSULTATS DES TRAVAUX du: Conseil en date des : 5 et 6 mai 003 n doc. préc.: 8486/03 EDUC 73 + COR (fr) + COR (de) Objet:

Plus en détail

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE)

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) 1 CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) Préambule Les établissements scolaires membres du réseau de l enseignement français à l étranger dispensent un enseignement à programme français ouvert

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)13 du Comité des Ministres aux Etats membres sur la gouvernance et la gestion du patrimoine universitaire et son Rapport explicatif (adoptée

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE 3 UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE Proposition de Michele Patterson, Présidente, juin 2008 Introduction

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3309 Convention collective nationale IDCC : 2272. ASSAINISSEMENT ET MAINTENANCE INDUSTRIELLE (1 re édition.

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 112 26 mai 2009. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 112 26 mai 2009. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1637 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 112 26 mai 2009 S o m m a i r e CRÉATION D UN INSTITUT NATIONAL DES

Plus en détail

-Dt.S~.;::D~ËP;;:;;U""'T~E~S"" Entrée le: 2 5 JUIL.2ôl~

-Dt.S~.;::D~ËP;;:;;U'T~E~S Entrée le: 2 5 JUIL.2ôl~ d el '., groupe par)emelltaire greng Monsieur Laurent Mosar Président de la Chambre des Député-e-s Luxembourg (CHAMBRE -Dt.S~.;::D~ËP;;:;;U""'T~E~S"" Entrée le: 2 5 JUIL.2ôl~ A 5?- Luxembourg, le 25 juillet

Plus en détail

Licence professionnelle Métiers de la forme- Conseil et suivi personnalisé en APDE (activités physiques de développement et d entretien)

Licence professionnelle Métiers de la forme- Conseil et suivi personnalisé en APDE (activités physiques de développement et d entretien) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Métiers de la forme- Conseil et suivi personnalisé en APDE (activités physiques de développement et d entretien) Université Toulouse

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Collaborateur des activités internationales de l Université Paris-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016

actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016 Mercredi 16 septembre 2015 SEGPA du Collège Clemenceau actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016 Réunion de rentrée des DACS Intervention de Mme MEILLER Inspecteur référente académique SEGPA

Plus en détail

REGLEMENT DE SERVICE DES PROFESSEURS DE LA VILLE DE PARIS

REGLEMENT DE SERVICE DES PROFESSEURS DE LA VILLE DE PARIS REGLEMENT DE SERVICE DES PROFESSEURS DE LA VILLE DE PARIS TITRE I Dispositions statutaires et réglementaires applicables aux professeurs de la Ville de Paris Article premier Les professeurs de la Ville

Plus en détail

Le projet Centres des Métiers Ruraux «CMR»

Le projet Centres des Métiers Ruraux «CMR» Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 Le projet Centres

Plus en détail

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996)

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Légende: Le 31 mai 1996, les conclusions de la conférence ministérielle euro-méditerranéenne de Rome portant

Plus en détail

Protocole social. ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche

Protocole social. ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche Protocole social ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche 17 février 2014 Sommaire I SUIVI DE LA SITUATION DES AGENTS NON-TITULAIRES II- LA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L EMPLOYEUR A- Promotion

Plus en détail

Agent comptable. Référentiels métier des personnels d encadrement. des établissements publics d'enseignement supérieur.

Agent comptable. Référentiels métier des personnels d encadrement. des établissements publics d'enseignement supérieur. Référentiels métier des personnels d encadrement des établissements publics d'enseignement supérieur et de recherche Agent comptable Sous-direction de la gestion prévisionnelle et des missions de l encadrement

Plus en détail

ANNEXE 1. Référentiel des personnels de direction

ANNEXE 1. Référentiel des personnels de direction ANNEXE 1 Référentiel des personnels de direction Ce référentiel comprend trois documents : Les missions du chef d'établissement Les domaines d'activités (diriger un établissement) Les compétences requises

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Coordinateur-trice du personnel de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE

LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE Préambule Différents acteurs, structures et partenaires concourent à l accueil et à

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORET

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORET MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORET Direction Générale de l Enseignement et de la Recherche Service de l'enseignement technique Sous Direction des Politiques de Formation et

Plus en détail

Charte nationale d'engagements des CFA et CFPPA Mémento

Charte nationale d'engagements des CFA et CFPPA Mémento Charte nationale d'engagements des CFA et CFPPA Mémento Qu'est ce que la charte nationale d'engagements des CFA et CFPPA? Quels sont les objectifs de la charte? Quelles sont les utilisations possibles

Plus en détail

Formation initiale obligatoire des directeurs Module administratif, matériel et financier Volet réseau - Enseignement fondamental.

Formation initiale obligatoire des directeurs Module administratif, matériel et financier Volet réseau - Enseignement fondamental. 1.2.a ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE - REGIME 1 DOCUMENT 8 bis DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION 1. La présente demande émane du réseau : O (1) Communauté française O (1) Provincial et communal

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Mathématiques-Informatique de l Université de Perpignan Via Domitia Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

CRPE sujet 0 «agir en fonctionnaire de l Etat» Thème : sortie scolaire

CRPE sujet 0 «agir en fonctionnaire de l Etat» Thème : sortie scolaire CRPE sujet 0 «agir en fonctionnaire de l Etat» Thème : sortie scolaire Référence : Arrêté du 19/12/2006 «Le professeur connaît : - les valeurs de la République les grands principes du droit de la fonction

Plus en détail

ELABORATION DU GUIDE D AUTO EVALUATION EN LYCEE PROPOSANT DES FORMATIONE ET ENSEIGNEMENTS PROFESSIONNELS

ELABORATION DU GUIDE D AUTO EVALUATION EN LYCEE PROPOSANT DES FORMATIONE ET ENSEIGNEMENTS PROFESSIONNELS CAHIER DES CHARGES ELABORATION DU GUIDE D AUTO EVALUATION EN LYCEE PROPOSANT DES FORMATIONE ET ENSEIGNEMENTS PROFESSIONNELS PROJET QALEP 1 INTRODUCTION Le présent cahier des charges s inscrit dans le projet

Plus en détail

Démarche Assurance Qualité et Gouvernance des universités Algériennes

Démarche Assurance Qualité et Gouvernance des universités Algériennes Démarche Assurance Qualité et Gouvernance des universités Algériennes Pour une stratégie de l'enseignement supérieur à l'horizon 2030 Professeur Abdelhamid Djekoun Recteur de l université de Constantine

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Supérieur non universitaire Lois 13905 p.1

Supérieur non universitaire Lois 13905 p.1 Lois 13905 p.1 Arrêté royal fixant les notions "d'étudiant régulièrement inscrit" et "d'étudiant entrant en ligne de compte pour le financement" dans l'enseignement supérieur de plein exercice, à l'exception

Plus en détail

INDICATEURS NATIONAUX DES COMMISSIONS SCOLAIRES ET DONNÉES PAR ÉTABLISSEMENT

INDICATEURS NATIONAUX DES COMMISSIONS SCOLAIRES ET DONNÉES PAR ÉTABLISSEMENT INDICATEURS NATIONAUX DES COMMISSIONS SCOLAIRES ET DONNÉES PAR ÉTABLISSEMENT MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION DIRECTION DE LA RECHERCHE, DES STATISTIQUES ET DES INDICATEURS préparé par Luc Beauchesne AOÛT 2003

Plus en détail

CHAPITRE IV. ENSEIGNEMENT SECONDAIRE TECHNIQUE

CHAPITRE IV. ENSEIGNEMENT SECONDAIRE TECHNIQUE CHAPITRE IV. ENSEIGNEMENT SECONDAIRE TECHNIQUE ORGANISATION GÉNÉRALE ÉTUDES ET PÉDAGOGIE GÉNÉRALITÉS PROMOTION EXAMENS ET DIPLÔMES ÉLÈVES (voir: Chapitre III. Enseignement secondaire) PERSONNEL (voir:

Plus en détail

Loi sur la protection des renseignements personnels

Loi sur la protection des renseignements personnels Loi sur la protection des renseignements personnels Diversification de l économie de l Ouest Canada Du 1 er avril 2011 au 31 mars 2012 Diversification de l économie de l Ouest Canada 2011 2012 [Year]

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Information et communication de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion de la production audiovisuelle de l Université Paris-Est Marne-la-Vallée - UPEM Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences de l'éducation de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES 1 INTRODUCTION 1998-05-19 CE-125-491

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES 1 INTRODUCTION 1998-05-19 CE-125-491 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES Adoption 1998-05-19 CE-125-491 Modifications 2002-09-19 CA-230-2030 (concordance) 2003-11-18 CE-150-652 2006-11-30 CA-255-2478

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire secondaire)

POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire secondaire) COMMISSION SCOLAIRE DE LA RÉGION-DE-SHERBROOKE Service des ressources pédagogiques POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) Adoptée par le conseil d administration le 27 novembre 2003 Direction des études Table des matières 1. BUT...

Plus en détail

SANCTION DES ÉTUDES. Formation générale des jeunes; Formation générale des adultes; Formation professionnelle. Édition 2012

SANCTION DES ÉTUDES. Formation générale des jeunes; Formation générale des adultes; Formation professionnelle. Édition 2012 SANCTION DES ÉTUDES Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles : Formation générale des jeunes; Formation générale des adultes; Formation professionnelle. Édition 2012 Le

Plus en détail

Base légale: Loi du 6 février 2009 concernant le personnel de l enseignement fondamental.

Base légale: Loi du 6 février 2009 concernant le personnel de l enseignement fondamental. Avant-projet de règlement grand-ducal fixant les conditions et modalités pour l obtention de l attestation habilitant à faire des remplacements dans l enseignement fondamental. Base légale: Loi du 6 février

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit :

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : Lois 31723 p.1 Décret relatif au renforcement de l'éducation à la citoyenneté responsable et active au sein des établissements organisés ou subventionnés par la Communauté française D. 12-01-2007 M.B.

Plus en détail

VADEMECUM DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES A MI-TEMPS EN MASTER 2 et ADMIS AU CRPE 2015-2016

VADEMECUM DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES A MI-TEMPS EN MASTER 2 et ADMIS AU CRPE 2015-2016 VADEMECUM DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES A MI-TEMPS EN MASTER 2 et ADMIS AU CRPE 2015-2016 Documents de référence : - Arrêté du 1 er juillet 2013 relatif au référentiel de compétences professionnelles

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

1) Assistants de prévention et conseillers de prévention

1) Assistants de prévention et conseillers de prévention Résumé du décret n 2012-170 du 3 février 2012 modifiant le décret n 85-603 du 10 juin 1985 relatif à l'hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu'à la médecine professionnelle et préventive dans la fonction

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 16 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 16 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 16 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 10 mars 1997 CA-97-39-336

Plus en détail

AVIS. '.I.~ Ordre. Avis au Bureau de l'oiiq sur les préalables et les exigences d'admission au Programme de soins infirmiers au niveau collégial

AVIS. '.I.~ Ordre. Avis au Bureau de l'oiiq sur les préalables et les exigences d'admission au Programme de soins infirmiers au niveau collégial r " '.I.~ Ordre... des infirmières -...- et infirmiers du Québec AVIS Avis au Bureau de l'oiiq sur les préalables et les exigences d'admission au Programme de soins infirmiers au niveau collégial mai 2007

Plus en détail

Ordonnance sur le personnel de la scolarité obligatoire et de l'enseignement secondaire du deuxième degré général et professionnel du 20 juin 2012

Ordonnance sur le personnel de la scolarité obligatoire et de l'enseignement secondaire du deuxième degré général et professionnel du 20 juin 2012 - 1 - Ordonnance sur le personnel de la scolarité obligatoire et de l'enseignement secondaire du deuxième degré général et professionnel du 20 juin 2012 Le Conseil d'etat du canton du Valais 400.20 vu

Plus en détail

Dijon, le NOTE. à l attention des Professeurs stagiaires lauréats des concours de la session 2014. Rectorat. Objet : Justification du CLES2 et C2i2e

Dijon, le NOTE. à l attention des Professeurs stagiaires lauréats des concours de la session 2014. Rectorat. Objet : Justification du CLES2 et C2i2e Dijon, le NOTE à l attention des Professeurs stagiaires lauréats des concours de la session 2014 Rectorat Objet : Justification du CLES2 et C2i2e DIRH Division des Ressources Humaines Affaire suivie par

Plus en détail

Formation professionnelle

Formation professionnelle Formation professionnelle Décret n 406/PR/MFPTPEM du 08 septembre 2000 [NB - Décret n 406/PR/MFPTPEM du 08 septembre 2000 portant organisation et mise en œuvre de la formation professionnelle au ] Chapitre

Plus en détail