Etat de l art l. (RF et pulses) Philippe LEVEQUE, Delia ARNAUD-CORMOS.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etat de l art l. (RF et pulses) Philippe LEVEQUE, Delia ARNAUD-CORMOS. philippe.leveque@unilim.fr"

Transcription

1 Etat de l art l en matière de dosimétrie expérimentale (RF et pulses) Philippe LEVEQUE, Delia ARNAUD-CORMOS XLIM, Université of Limoges - CNRS, Limoges, France Research conducted in the scope of the EBAM European Associated Laboratory (LEA) 3 avril 2012

2 Sommaire Introduction Dosimétrie Quelques exemples Les exigences d une bonne dosimétrie Signaux RF Signaux pulsés sonde Electro-optique Conclusion 2

3 Bioélectromagn lectromagnétismetisme - Contexte Du générateur à l analyse biologique, biophysique, biochimique Générateur nspef Système d expo Exposition de milieu biologique Caractérisation Electromag. / Dosimétrie Distribution champ E, DAS, de température Analyse Observe, analyse, diagnostic Imaging tools M-CARS 3

4 Dosimétrie des systèmes d expositiond les systèmes d exposition in vivo et in vitro doivent être bien controlés. => SIMULATION NUMÉRIQUE et MESURE Dosimétrie est basée sur les déterminations de grandeurs électromagnétique et thermique. Détermination distribution de champ électromagnétique E, H, P distribution de DAS distribution de température T S.A.R. L absorption spécifique de l énergie (AS) est définie comme l énergie absorbée par unité de masse de tissus biologiques (J/kg). Le débit d absorption spécifique (DAS) de l'énergie moyennée sur l ensemble du corps ou sur une partie quelconque du corps, est définie comme étant le débit avec lequel l énergie est absorbée par unité de masse de tissu biologique et elle est exprimée en watts par kilogramme (W/kg). Le DAS peut être calculé en utilisant l'une des trois relations suivantes: σ E² ρ cdt dt DAS = DAS = DAS = J² ρσ 4

5 Sommaire Introduction Dosimétrie Quelques exemples Les exigences d une bonne dosimétrie Signaux RF Signaux pulsés sonde Electro-optique Conclusion 5

6 Systèmes d exposition d in vitro Tube à essai dans une cavité cylindrique Solution biologique (2.45 GHz, 37 C) er = 75 ;s = 2.85 S/m ; volume = 5 ml => 5 g r = 1000 kg/m3 estimation du DAS, cavité parfaitement adaptée DAS => 1 W for 5 g => 200 W/kg Distribution du champ E et DAS dans le tube à essai?? Simulation : Méthode FDTD (1 x 1 x 1 mm) Excitation : guide d onde rectangulaire 6

7 Systèmes d exposition d in vitro : dosimétrie Distribution de champ E Distribution de DAS Sans tube à essai Avec tube à essai E field, [ normalised] SAR, [ W/kg / W ] O max 7

8 Systèmes d exposition d in vitro : dosimétrie Mesure de température Point à point; Sonde Luxtron RF pulsé : 200 W, 2.3 s, 20 C to 37 C Temperature, C Temperature time, s Microwave top bottom 8

9 Systèmes d exposition d in vivo : dosimétrie Animal dans une cellule TEM Dispositif autour de 900 MHz Très forte variation du DAS => x10 suivant la position dans le cerveau 9

10 Sommaire Introduction Dosimétrie Quelques exemples Les exigences d une bonne dosimétrie Signaux RF Signaux pulsés sonde Electro-optique Conclusion 10

11 Dosimétrie RF Sondes Exposition des personnes Caractérisation des systèmes d expositions Sondes de champ électrique et DAS Miniatures, transparentes aux ondes électromagnétiques Généralement basé sur un système de redressement (diode) Sensibilité, typiquement inférieur au mw/kg pour le DAS Sondes de mesure de température Miniatures, transparentes aux ondes électromagnétiques Sonde Luxtron, Vitek Sensibilité 1/10 au 1/100 de K Fréquence d acquisition le plus élevé possible 11

12 Sommaire Introduction Dosimétrie Quelques exemples Les exigences d une bonne dosimétrie Signaux RF Signaux pulsés sonde Electro-optique Conclusion 12

13 Champ électrique pulsé nspef nanoseconde Pulsed Electric Field Durée : nanosecondes Amplitude : 10 kv / mm Génération optoélectronique : flexibilité, ajustable, compacte microchip lasers v(t), V monopolar 2.4 ns monopolar 1.5 ns bipolar 3.3 ns time, ns 13

14 Champ électrique pulsé : dispositif Système d exposition Générateur (10 Ω, 50 Ω) Tap off, 100:1 ratio Sonde haute tension (6 GHz), 20:1 ratio Oscilloscope monocoup (12 GHz) 1/100 USC- LA M. Kenaan, et al., Biomedical Engineering, IEEE Trans. on, vol. 58, pp , D. Arnaud-Cormos, Biomedical Engineering, IEEE Transactions on, 58(6), pp June

15 Champ électrique pulsé : mesure Haute tension FiD Technologies 10 ns Horus bipolar pulse 15

16 Sonde de champ électrique Mesures simultanées Variation de température (max. sampling rate : 100 Hz) Une composante de champ électrique (E > MV/m) moyenne le long du crystal 16

17 Sonde de champ électrique Sonde EO nspef temperature pulses 3 ns, 1.6 kv / 4 mm E-field = 400 kv/m 1 khz, 120 s nspef T sonde EO probe dans la cuvette Champ E obtenu à partir de la measure de la tension 17

18 Conclusion Besoin d une dosimétrie expérimentale La plus précise possible Basée sur la mesure du champ électrique ou/et de la température Complétée par une dosimétrie numérique Signaux RF Systèmes commerciaux disponibles Signaux pulsés Nouveau type de sonde 18

19 Remerciements Contributions Delia Arnaud-Cormos, Vincent Couderc, Philippe Leproux PhD student: Mohamad Kenaan, Saad El Amari, Nicolas Ticaud, Sophie Kohler PostDoc: Caterina Merla Collaborations Compagnies Support Horus Laser - Fondation Santé et Radiofréquence Kapteos - Merci de votre attention 19

Ondes & Santé. Le Débit d Absorption Spécifique (DAS)

Ondes & Santé. Le Débit d Absorption Spécifique (DAS) Ondes & Santé Le Débit d Absorption Spécifique (DAS) Sommaire Le DAS : Débit d Absorption Spécifique ou SAR : Specific Absorption Rate - Le contexte, la réglementation, les effets des ondes - La définition

Plus en détail

Application des normes CEM, Radio et EMF aux équipements non-radio associés à un module radio RFID

Application des normes CEM, Radio et EMF aux équipements non-radio associés à un module radio RFID Application des normes CEM, Radio et EMF aux équipements non-radio associés à un module radio RFID Directive R&TTE Intégration des modules radio Norme EN50364 : 2010 DAS Directive R&TTE Directive R&TTE

Plus en détail

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire.

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. IMEP-LAHC Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. Anne Perrin Salon Microwave & RF- CNIT Paris la Défense Session 20 mars 2014 «Expositions

Plus en détail

Dosimétrie et interactions des ondes. électromagnétiques tiques avec le vivant. Modélisation multi physique. Dosimétrie Numérique Principe, méthodes

Dosimétrie et interactions des ondes. électromagnétiques tiques avec le vivant. Modélisation multi physique. Dosimétrie Numérique Principe, méthodes Dosimétrie et interactions des ondes électromagnétiques tiques avec le vivant Dosimétrie Numérique Principe, méthodes m et contraintes Modélisation multi physique Philippe LEVEQUE leveque@unilim.fr 9-10

Plus en détail

Journées WHIST ANR 09-10 Novembre

Journées WHIST ANR 09-10 Novembre Journées WHIST ANR 09-10 Novembre Détermination du DAS - Evolutions des techniques de mesure jerome.luc@satimo.fr Environnement électromagnétique tique et santé - Contexte 2 Effets sanitaires des téléphones

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

"Mesure du DAS de signaux apériodiques"

Mesure du DAS de signaux apériodiques "Mesure du DAS de signaux apériodiques" Journée WHIST ANR Projet MULTIPASS 05/02/2010 Plan Contexte Problématique de la mesure de signaux apériodiques Banc de caractérisation des sondes actuels Les solutions

Plus en détail

Numérisation du Signal Conversion Analogique / Numérique (CAN)

Numérisation du Signal Conversion Analogique / Numérique (CAN) Audio-vidéo Numérisation du Signal Conversion Analogique / Numérique (CAN) Objectif Cette présentation reprend les notions de base : Signal analogique Caractéristiques des signaux analogiques Échantillonnage

Plus en détail

Etude de la sensibilité du DAS aux positions du téléphone à proximité de la tête dans le cas de deux téléphones portables GSM

Etude de la sensibilité du DAS aux positions du téléphone à proximité de la tête dans le cas de deux téléphones portables GSM Champs électromagnétiques : de la dosimétrie à la santé humaine Etude de la sensibilité du DAS aux positions du téléphone à proximité de la tête dans le cas de deux téléphones portables GSM AMAL Ghanmi

Plus en détail

«EPMT», Lausanne Mai 2011. Découpe de Stent avec lasers pulsés Nd:YAG et fibre

«EPMT», Lausanne Mai 2011. Découpe de Stent avec lasers pulsés Nd:YAG et fibre «EPMT», Lausanne Mai 2011 Découpe de Stent avec lasers pulsés Nd:YAG et fibre David Naman LASAG AG C.F.L. Lohnerstrasse 24 CH-3602 Thun Suisse Tel.: +41 33 227 45 45 david.naman@lasag.ch Sommaire Introduction

Plus en détail

CHAMPS. Mesure dosimétrique par capteur électro-optique fibré. (Pigtailed electro-optic sensor for microwave dosimetric assessment)

CHAMPS. Mesure dosimétrique par capteur électro-optique fibré. (Pigtailed electro-optic sensor for microwave dosimetric assessment) CHAMPS ÉLECTROMAGNÉTIQUES : DE LA DOSIMÉTRIE À LA SANTÉ HUMAINE Mesure dosimétrique par capteur électro-optique fibré (Pigtailed electro-optic sensor for microwave dosimetric assessment) P. Jarrige*, S.

Plus en détail

Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain.

Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain. Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain. Mickael Tanter (LOA, ESPCI) Résumé Lors de son séminaire Mickael Tanter nous a parlé d une nouvelle technique

Plus en détail

Compatibilité Electromagnétique 14 éme Colloque International et Exposition & Journées Scientifiques d URSI France Paris, 20-23 Mai 2008

Compatibilité Electromagnétique 14 éme Colloque International et Exposition & Journées Scientifiques d URSI France Paris, 20-23 Mai 2008 Compatibilité Electromagnétique 14 éme Colloque International et Exposition & Journées Scientifiques d URSI France Paris, 20-23 Mai 2008 Projet d'élaboration d'un protocole de caractérisation des émissions

Plus en détail

R r. ε ε. Oscilloscope. Bouchon 50 Ω

R r. ε ε. Oscilloscope. Bouchon 50 Ω TP ONDES DE TENSION LE LONG D'UNE LIGNE COAXIALE Objectifs : - S accoutumer à la technologie d un coaxial et à son comportement en fréquence élevée - Mettre en évidence certaines propriétés générales d

Plus en détail

Télévision. Signal Vidéo Image

Télévision. Signal Vidéo Image Télévision Signal Vidéo Image Objectif, introduction Étude du signal vidéo Rappel : vision, sensation visuelle Signal de luminance Cinéma, projection des images Vidéo 50 Hz analyse et reconstruction de

Plus en détail

Cristaux, tenseurs, élasticité & piézoélectricité

Cristaux, tenseurs, élasticité & piézoélectricité Cristaux, tenseurs, élasticité & piézoélectricité par Vincent Laude Institut FEMTO-ST, département MN2S équipe MINANO «Micro-Instrumentation, NANosciences et Ondes» 32 avenue de l Observatoire F-25044

Plus en détail

Sonde Courant de Foucault à capteurs magnétiques pour le contrôle de matériaux magnétiques

Sonde Courant de Foucault à capteurs magnétiques pour le contrôle de matériaux magnétiques Sonde Courant de Foucault à capteurs magnétiques pour le contrôle de matériaux magnétiques B. Marchand, JM. Decitre, CEA LIST, France T. Sollier, G. Cattiaux, IRSN/DSR/SAMS, Fontenay-aux-Roses, France

Plus en détail

Master ISIC Introduction 1. F. Wagner. 6 * 3h de cours + 1h d'exam écrit

Master ISIC Introduction 1. F. Wagner. 6 * 3h de cours + 1h d'exam écrit Master ISIC Introduction 1 F. Wagner 6 * 3h de cours + 1h d'exam écrit Master ISIC Introduction 2 Bref Historique de l instrumentation Science relative à la conception et l utilisation rationnelle d instruments

Plus en détail

Région de saturation V GS4 V GS3 V GS2 V GS1 -V DS

Région de saturation V GS4 V GS3 V GS2 V GS1 -V DS Transistor MO - introduction à la logique Transistor MO - introduction à la logique I. PARTI THORIQU I.1. Constitution et fonctionnement du transistor MO Un transistor MO (Metal Oxyde emiconducteur) est

Plus en détail

Watermanager solution DL.WMS/GPRS/R/SDI-12

Watermanager solution DL.WMS/GPRS/R/SDI-12 Watermanager solution DL.WMS/GPRS/R/SDI-12 Avantages Solution water manager intégrée Sonde multi-paramètres: pression et température Plusieurs technologies de communications intégrées Unité de communication

Plus en détail

Etude expérimentale, modélisation et identification de la diffusivité thermique de peintures intumescentes.

Etude expérimentale, modélisation et identification de la diffusivité thermique de peintures intumescentes. Etude expérimentale, modélisation et identification de la diffusivité thermique de peintures intumescentes. Mathieu GILLET 1, Laetitia PEREZ 2, Laurent AUTRIQUE 1,3, Jean-Jacques SERRA 1,* 1 DGA/EHF BP

Plus en détail

Conception d antennes de tags RFID UHF, application à la réalisation par jet

Conception d antennes de tags RFID UHF, application à la réalisation par jet Le 26 Novembre 2008 Conception d antennes de tags RFID UHF, application à la réalisation par jet de matière Par : Anthony GHIOTTO Directeur : Pr. Tan-Phu VUONG Co-directeur : Pr. Smail TEDJINI 1/49 Contexte

Plus en détail

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement E 3 E 3 E 3 émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement doc.1 : amplification du rayonnement par émission stimulée dans un milieu actif Milieu doc.2 : schéma de principe

Plus en détail

Module amplificateur analogique

Module amplificateur analogique Module amplificateur analogique RF 30221/06.08 remplace: 12.05 1/8 type VT-MRPA1-... série 1X H7076 Table des matières titre page Caractéristiques spécifiques 1 Codification 2 Fonctionnement 2 Schéma fonctionnel

Plus en détail

TV-CRT. Balayage ligne Base de temps ligne (line scanning) (groupe III)

TV-CRT. Balayage ligne Base de temps ligne (line scanning) (groupe III) TV-CRT Balayage ligne Base de temps ligne (line scanning) (groupe III) Objectif, introduction Comprendre le principe du balayage ligne à transistor. Rôle du balayage horizontal Principe du balayage ligne

Plus en détail

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display)

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) La partie A décrit la structure et le fonctionnement d une cellule LCD. La partie B décrit le dispositif d étude et les observations

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR MOTEURS A COMBUSTION INTERNE ETUDE DES MOTEURS - U 52 - Etude & Analyse des moteurs Session 2002 Durée : 3 heures Coefficient : 3 PRESENTATION Ce dossier est composé : De

Plus en détail

Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique. Ondes II

Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique. Ondes II Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique Ondes II R. Journeaux Électricité, électronique, optique (De Boeck, 1997) R. P. Feynman Cours de physique volume 2 (chapitre 24) P. Lorrain,

Plus en détail

Echographie. Principes et techniques. Laurent Hermoye, Etienne Danse Service de radiologie

Echographie. Principes et techniques. Laurent Hermoye, Etienne Danse Service de radiologie Echographie Principes et techniques Laurent Hermoye, Etienne Danse Service de radiologie Onde mécanique Source: Tom Henderson, The Physics Classroom www.glenbrook.k12.il.us/gbssci/phys/class/sound/soundtoc.html

Plus en détail

Utilisation de l analyse V/I pour la réparation des cartes électroniques

Utilisation de l analyse V/I pour la réparation des cartes électroniques Le partenaire de l électronique industrielle http://www.deltest.com/ Utilisation de l analyse V/I pour la réparation des cartes électroniques Les outils d analyse et de test pour la réparation des cartes

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Que dit l Organisation Mondiale de la Santé (OMS)?

Que dit l Organisation Mondiale de la Santé (OMS)? NOVEMBRE 2013 Que dit l Organisation Mondiale de la Santé (OMS)? Aide-mémoire n 193 de l OMS sur le téléphone mobile, juin 2011 : «Principaux faits : L usage du téléphone portable est généralisé et on

Plus en détail

Assises Européennes du Prototypage Rapide

Assises Européennes du Prototypage Rapide le centre collectif de l industrie technologique belge Assises Européennes du Prototypage Rapide Contrôle de la porosité résiduelle dans les pièces en acier inoxydable fabriquées par rapid manufacturing

Plus en détail

CAPTEURS ELECTROMAGNETIQUES A BASE DE CRISTAUX MAGNONIQUES POUR DES APPLICATIONS DANS LES DOMAINES DU CND ET BIOMEDICAL

CAPTEURS ELECTROMAGNETIQUES A BASE DE CRISTAUX MAGNONIQUES POUR DES APPLICATIONS DANS LES DOMAINES DU CND ET BIOMEDICAL Journées Scientifiques 2015 de l URSI SONDER LA MATIÈRE PAR LES ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES CAPTEURS ELECTROMAGNETIQUES A BASE DE CRISTAUX MAGNONIQUES POUR DES APPLICATIONS DANS LES DOMAINES DU CND ET BIOMEDICAL

Plus en détail

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE 41 VI-1- INTRODUCTION Les sources lasers ont bouleversé les méthodes et les possibilités de la spectroscopie: leurs très grande monochromaticité a permis de résoudre des

Plus en détail

Normes techniques pour les dispositifs médicaux

Normes techniques pour les dispositifs médicaux Ordonnance sur les dispositifs médicaux (ODim) Normes techniques pour les dispositifs médicaux En vertu de l art. 4, al. 3, de l ordonnance du 17 octobre 2001 1 sur les dispositifs médicaux (ODim), les

Plus en détail

GELE5223 Chapitre 4 : Adaptation d impédances

GELE5223 Chapitre 4 : Adaptation d impédances GELE5223 Chapitre 4 : Adaptation d impédances Gabriel Cormier, Ph.D., ing. Université de Moncton Automne 200 Gabriel Cormier (UdeM) GELE5223 Chapitre 4 Automne 200 / 44 Introduction Contenu Contenu Adaptation

Plus en détail

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio. Les ondes électromagnétiques pour communiquer Le téléphone portable fonctionne comme une radio. Lors d une communication, la voix est convertie

Plus en détail

Maitrise des expéditions des Produits de Santé Thermosensibles: impact du choix des charges tests Transport des Produits de Santé Thermosensibles : impact du choix des charges tests 1) Rappels méthodologiques

Plus en détail

Des nouveaux outils de mesure nondestructives. spectroscopie laser et IRM

Des nouveaux outils de mesure nondestructives. spectroscopie laser et IRM Des nouveaux outils de mesure nondestructives de la qualité du fruit: spectroscopie laser et IRM Mehinagic E., Musse M. SIVAL, 15 Janvier 2014 1 JP L'Hullier, M Askoura, E Madieta, V Piron G. Winisdorffer,

Plus en détail

Conditions techniques pour le raccordement des producteurs aux réseaux publics d électricité en France Les prescriptions administratives Résumé

Conditions techniques pour le raccordement des producteurs aux réseaux publics d électricité en France Les prescriptions administratives Résumé Conditions techniques pour le raccordement des producteurs aux réseaux publics d électricité en France Les prescriptions administratives Résumé Philippe Cruchon Secrétariat d État à l industrie, Service

Plus en détail

«Dimensionnement et lois de gestion de différentes technologies de stockage» Arnaud DELAILLE CEA arnaud.delaille@cea.fr

«Dimensionnement et lois de gestion de différentes technologies de stockage» Arnaud DELAILLE CEA arnaud.delaille@cea.fr «Dimensionnement et lois de gestion de différentes technologies de stockage» Arnaud DELAILLE CEA arnaud.delaille@cea.fr Séminaire ASPROM «Stockage d énergie : quelles technologies CEA 10 AVRIL? Pour 2012

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES D OPTOELECTRONIQUE

TRAVAUX PRATIQUES D OPTOELECTRONIQUE TVUX PTIQUES D OPTOELECTONIQUE L optoélectronique est l ensemble des techniques permettant de transmettre des informations à l aide d ondes électromagnétiques dont les longueurs d onde sont proches de

Plus en détail

Rapport d'expertiseà partir des mesures effectuées sur le site du projet de construction du bâtiment.., par la société EduWatt

Rapport d'expertiseà partir des mesures effectuées sur le site du projet de construction du bâtiment.., par la société EduWatt Rapport d'expertiseà partir des mesures effectuées sur le site du projet de construction du bâtiment.., par la société EduWatt 1 Instrumentation mise en œuvre : Mesureur de champ: PMM 8053 Sonde en champs

Plus en détail

PARTENAIRES : (Laboratoires et principales personnes concernées)

PARTENAIRES : (Laboratoires et principales personnes concernées) INTEGRATION OPTIQUE DANS LES LAB-ON-A-CHIP POUR LE DIAGNOSTIC MEDICAL S.K. Krawczyk et R.C. Blanchet LEOM UMR CNRS/ECL n 5512 Ecole Centrale de Lyon PARTENAIRES : (Laboratoires et principales personnes

Plus en détail

Les Technologies Laser à l INO

Les Technologies Laser à l INO Les Technologies Laser à l INO Antoine Proulx, Mathieu Drolet, Yves Taillon, Pierre Galarneau Institut National d Optique (INO) 50 e anniversaire du laser École de Technologie Supérieure Vendredi, le 14

Plus en détail

L approche qualité et les essais sur les bitumes au ministère des transports du

L approche qualité et les essais sur les bitumes au ministère des transports du Transp orts Québec Direction du Laboratoire des chaussées Bitume Québec 15 novembre 2005 L approche qualité et les essais sur les bitumes au ministère des transports du Québec DLC Guy Tourangeau, ing.

Plus en détail

Béton fibré des parois moulées

Béton fibré des parois moulées Béton fibré des parois moulées AZZI Amin BOTTE FONDATIONS VINCI CONSTRUCTION FRANCE Déviation de la RN19 - BOISSY SAINT LEGER 1 SOMMAIRE 1. Exigences des normes et du marché 2. Recherche bibliographique

Plus en détail

Etudes expérimentales des modes de combustion essence sous forte dilution et forte suralimentation.

Etudes expérimentales des modes de combustion essence sous forte dilution et forte suralimentation. DRIA/SARA Etudes expérimentales des modes de combustion essence sous forte dilution et forte suralimentation. Journée François LACAS Le 22 novembre 2007 LANDRY Ludovic Directeur & Co-Directeur de thèse

Plus en détail

Stockage d énergie sous forme magnétique avec une bobine supraconductrice à haute température critique

Stockage d énergie sous forme magnétique avec une bobine supraconductrice à haute température critique Stockage d énergie sous forme magnétique avec une bobine supraconductrice à haute température critique Philippe VANDERBEMDEN Department of Electrical Engineering and Computer Science S.U.P.R.A.T.E.C.S.

Plus en détail

X-Mind L instinct de perfection

X-Mind L instinct de perfection X-Mind L instinct de perfection Les générateurs X-Mind AC et DC sont reconnus pour leur fiabilité et la régularité de leurs performances. De type «monobloc», les têtes en alliage léger sont construites

Plus en détail

de matériaux hétérogènes

de matériaux hétérogènes Caractérisation et modélisation thermique multi-échelle de matériaux hétérogènes Denis ROCHAIS CEA / Le Ripault Caractérisation et modélisation thermique multi-échelle Point commun à de nombreuses études:

Plus en détail

CHAPITRE 3. Les capteurs de température

CHAPITRE 3. Les capteurs de température CHAPITRE 3 Les capteurs de température PLAN INTRODUCTION CAPTEURS DE TEMPERATURE DE CONTACT PYROMETRES OPTIQUES CONCLUSION INTRODUCTION (1) La température : - Ce n'est pas une variable d'état - C'est une

Plus en détail

Travaux Pratiques olivier.gallot-lavallee@grenoble.cnrs.fr http://iut-tice.ujf-grenoble.fr/tice-espaces/mph/ep-gallotlava/ Capteurs et Conditionneurs

Travaux Pratiques olivier.gallot-lavallee@grenoble.cnrs.fr http://iut-tice.ujf-grenoble.fr/tice-espaces/mph/ep-gallotlava/ Capteurs et Conditionneurs TP Capteurs et Conditionneurs (SP4 10-11) 2/9 Sommaire Sommaire... 2 TP 1. : Capteur d accélération piézoélectrique (4h)... 3 Problème 1.1. : Caractérisation fréquentielle d un accéléromètre piézoélectrique

Plus en détail

Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température

Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température CEFRACOR 24 Octobre 2013 Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température Omar Al haj ; Véronique Peres ; Eric Serris ; Michel Cournil

Plus en détail

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS Production d impulsions d laser nanosecondes en régime déclenché Directeur de Recherche au CNRS Responsable de l Équipe Lasers Solides et Applications (ELSA)

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - V

Les LASERS et leurs applications - V Les LASERS et leurs applications - V Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Lasers Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

Présentation générale. ligne de produits. LED Lighting Development

Présentation générale. ligne de produits. LED Lighting Development Présentation générale ligne de produits LED Lighting Development Introduction (1/2) La marque commerciale LED Lighting Development propose toute une gamme de services à ses clients concernant la fourniture

Plus en détail

Présentation de la Société Novian Health SASU Genopole Welcome Session

Présentation de la Société Novian Health SASU Genopole Welcome Session Présentation de la Société Novian Health SASU Genopole Welcome Session 29 Mai 2013 Julian ITZCOVITZ Ph.D. NOVIAN HEALTH SASU CARTE D IDENTITE - Fondée en Décembre 2011 et inscrite au registre de commerce

Plus en détail

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur 3.1- Caractérisations temporelles 3.1.1- Introduction : réponse d une sonde de température Pt100 Un four est a une température θ F =100 C supérieure à la température

Plus en détail

DOSIMETRY: Present researches and future challenges

DOSIMETRY: Present researches and future challenges DOSIMETRY: Present researches and future challenges Joe Wiart & Man Fai Wong Orange Labs "Il faut de l'imagination pour se représenter la réalitr alité" Giuseppe Pontiggia recherche & développement Outline

Plus en détail

Acoustique : Propagation et célérité des ondes

Acoustique : Propagation et célérité des ondes Acoustique 1 Acoustique : Propagation et célérité des ondes Pour ce TP une feuille de réponse est fournie lors de la séance. Les questions en caractères gras sont à préparer à l'avance. Principe Le son

Plus en détail

Introduction au cours de physique (1)

Introduction au cours de physique (1) Introduction au cours de physique () Exercices : Petites variations, valeurs moyennes Calculs de petites variations Méthode De manière générale : il est souvent plus simple de faire une différentiation

Plus en détail

Etude expérimentale de l érosion de contact au sein des digues

Etude expérimentale de l érosion de contact au sein des digues Etude expérimentale de l érosion de contact au sein des digues Rémi BEGUIN Doctorant en 2 ème année de thèse Directeurs de thèse : Yves-Henri FAURE ( Equipe TRANSPORE- LTHE ) Pierre PHILIPPE ( Cemagref

Plus en détail

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule ELECTROMAGNETSME Electrocinétique Page sur Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule. ntroduction Le terme courant électrique plus communément désigné par "courant" permet de décrire le déplacement de toute charge

Plus en détail

Pour stocker davantage d'informations sur un disque, les scientifiques travaillent sur la mise au point d'un laser ultra violet.

Pour stocker davantage d'informations sur un disque, les scientifiques travaillent sur la mise au point d'un laser ultra violet. nom : TS 6 CONTRÔLE DE SCIENCES PHYSIQUES 14/11/11 Lors de la correction il sera tenu compte de la présentation et de la rédaction de la copie Les réponses seront justifiées et données sous forme littérale

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

INTERVENTIONS SUR CHANTIER

INTERVENTIONS SUR CHANTIER LISTE DES PRESTATIONS INTERVENTIONS SUR CHANTIER Intervention sur chantier avec déplacement (< 80 km) et mise à disposition du matériel pour la réalisation d un carottage en diamètre 60 mm. Réalisation

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES D ÉLECTROTECHNIQUE

TRAVAUX PRATIQUES D ÉLECTROTECHNIQUE IUT de Saint-Nazaire Département Mesures-Physiques TRAVAUX PRATIQUES D ÉLECTROTECHNIQUE TP.1 : Sécurité électrique TP.2 : Mesures sécurisée sur une installation monophasée TP.3 : Electromagnétisme TP.4

Plus en détail

Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates

Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008) 249 254 Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates T. Raffak 1*, M. Agouzoul 1, E.M. Mabsate 1, A. Chik 2 et A. Alouani 3 1 Equipe

Plus en détail

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent PHYSIQUE Lampe à incandescence et bilans thermiques Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent IA - Détermination de la température du filament Le filament d une ampoule à incandescence est constitué

Plus en détail

Devoir Surveillé n 2

Devoir Surveillé n 2 Devoir Surveillé n 2 Les candidat(e)s veilleront à exposer leurs réponses avec clarté et rigueur, rédiger avec soin dans un français correct et reporter dans la marge les numéros des questions traitées.

Plus en détail

IVUS. Intra-Vascular Ultra-Sound. PCVI 92, Hopital Privé d Antony

IVUS. Intra-Vascular Ultra-Sound. PCVI 92, Hopital Privé d Antony IVUS Intra-Vascular Ultra-Sound PCVI 92, Hopital Privé d Antony L Ultra-Son Un peu de physique : c est une onde mécanique ( à la différence de la lumière ou des RX qui sont des ondes électromagnétiques)

Plus en détail

Analyse multi échelle du risque sismique d une structure reposant sur un complexe de sol amélioré

Analyse multi échelle du risque sismique d une structure reposant sur un complexe de sol amélioré Restitution PARN CG38 31 Janvier 2012 Analyse multi échelle du risque sismique d une structure reposant sur un complexe de sol amélioré Thèse Hana Santruckova Stage M2 MEMS Alberto Cofone Encadrement:

Plus en détail

Comment aborder les défaillances d origine vibratoire?

Comment aborder les défaillances d origine vibratoire? Page 1 Comment aborder les défaillances d origine vibratoire? Analysis of a failed shackle Arnaud CARACCIOLO, CETIM MIDEST 2010 Sommaire Page 2 Aspect généraux sur les vibrations Dispositif de surveillance

Plus en détail

MODULATION D AMPLITUDE

MODULATION D AMPLITUDE T.P-cours de Physique n 3 : MODULATION D AMPLITUDE Rappel sur le rôle de la modulation. L information que l on souhaite transmettre (parole, musique, ) est constituée de signaux qui ont des fréquences

Plus en détail

Son et modes propres de vibration

Son et modes propres de vibration TP DE PHYSQIUE N 6 SPECIALITE TS 1/6 SON ET MODES PROPRES DE VIBRATION Objectifs TP de physique N 6 Son et modes propres de vibration Connaître les deux conditions pour qu un instrument de musique produise

Plus en détail

SOLUTIONS DE MÉTROLOGIE LA MMT OPTIQUE PORTABLE POUR APPLICATIONS INDUSTRIELLES

SOLUTIONS DE MÉTROLOGIE LA MMT OPTIQUE PORTABLE POUR APPLICATIONS INDUSTRIELLES SOLUTIONS DE MÉTROLOGIE LA MMT OPTIQUE PORTABLE POUR APPLICATIONS INDUSTRIELLES En usine, la HandyPROBE surpasse les MMT portables traditionnelles. Parce qu elle est vraiment portable et insensible aux

Plus en détail

APPROCHE DU RISQUE LIE AUX CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DURANT LES OPERATIONS DE SOUDAGE ET DE CONTROLE NON DESTRUCTIF PAR MAGNETOSCOPIE

APPROCHE DU RISQUE LIE AUX CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DURANT LES OPERATIONS DE SOUDAGE ET DE CONTROLE NON DESTRUCTIF PAR MAGNETOSCOPIE APPROCHE DU RISQUE LIE AUX CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DURANT LES OPERATIONS DE SOUDAGE ET DE CONTROLE NON DESTRUCTIF PAR MAGNETOSCOPIE APPROACH TO THE RISK LINKED TO ELECTROMAGNETIC FIELDS DURING WELDING

Plus en détail

Sédimentation et consolidation de la Tangue du Mont Saint Michel

Sédimentation et consolidation de la Tangue du Mont Saint Michel www.saint-venant-lab.com Sédimentation et consolidation de la Tangue du Mont Saint Michel CETMEF Damien PHAM VAN BANG (CETMEF) Lan Anh VAN (ENPC-LHSV) LHSV Remerciements: Olivier BOUCHER (CETMEF) et Patrick

Plus en détail

Comprendre le bruit et son effet sur les mesures d oscilloscope 2 ème partie : Mesurer en présence de bruit

Comprendre le bruit et son effet sur les mesures d oscilloscope 2 ème partie : Mesurer en présence de bruit Comprendre le bruit et son effet sur les mesures d oscilloscope 2 ème partie : Mesurer en présence de bruit Par : Johnnie Hancock, Agilent Technologies Introduction Aucun oscilloscope n échappe à cette

Plus en détail

Une expérience de puce à atomes supraconductrice. Cédric Roux 26/04/2007 - Séminaire des doctorants du LKB

Une expérience de puce à atomes supraconductrice. Cédric Roux 26/04/2007 - Séminaire des doctorants du LKB Une expérience de puce à atomes supraconductrice Cédric Roux 26/04/2007 - Séminaire des doctorants du LKB Puces à atomes Les puces à atomes Système : atomes neutres alcalins, piégés dans un champ magnétique

Plus en détail

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son.

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. TP 9 Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. 9.1 Introduction Émise par un corps, réfléchie par une surface, rétrodiffusée ou encore modulée à diverses fréquences,

Plus en détail

L oscilloscope. Principe de fonctionnement et mode d emploi. par. Jérôme CROS. Sommaire

L oscilloscope. Principe de fonctionnement et mode d emploi. par. Jérôme CROS. Sommaire Principe de fonctionnement et mode d emploi par Jérôme CROS Sommaire I - Introduction II - Principe de fonctionnement 1) Les oscillogrammes 2) Principe d un tube cathodique et méthode d affichage des traces

Plus en détail

État des connaissances scientifiques Radiofréquences et santé

État des connaissances scientifiques Radiofréquences et santé État des connaissances scientifiques Radiofréquences et santé Direction de santé publique Les communications cellulaires utilisent des radiofréquences (RF) qui sont des non-ionisantes 0 Hz 50 Hz 10 khz

Plus en détail

Résultats des tests comparatifs entre un smartphone avec et sans POP PHONE (Native Union).

Résultats des tests comparatifs entre un smartphone avec et sans POP PHONE (Native Union). Résultats des tests comparatifs entre un smartphone avec et sans POP PHONE (Native Union). Auteur : Benoît Louppe, Techn. Chimiste, Consultant en Biologie de l habitat, Expert en bioélectromagnétisme.

Plus en détail

Utilisation de la méthode des éléments finis

Utilisation de la méthode des éléments finis Simulation numérique des équations multi-physiques Institut FEMTO-ST, Université de Bourgogne Franche-Comté et CNRS, 15 B avenue des Montboucons, F-25030 Besançon Cedex, France vincent.laude@femto-st.fr

Plus en détail

Microscopie à force atomique. (Atomic Force Microscopy, AFM)

Microscopie à force atomique. (Atomic Force Microscopy, AFM) Microscopie à force atomique (Atomic Force Microscopy, AFM) Introduction Résolution en microscopie classique La résolution est limitée par la diffraction par le diaphragme d ouverture. L image d un point

Plus en détail

TP3 Ligne fendue S3-Cycle 2 / Module M3205

TP3 Ligne fendue S3-Cycle 2 / Module M3205 RESEAUX & TELECOMMUNICATIONS TP3 Ligne fendue S3-Cycle 2 / Module M3205 RT2A 2014-15 Matériel utilisé 1 Source synthétisée HM 8134 1 Charge adaptée (50 Ω) 874-W50B 1 Banc d ondes stationnaires 874 LBB

Plus en détail

Chapitre 8. Transformateur. 8.1 Introduction

Chapitre 8. Transformateur. 8.1 Introduction Chapitre 8 Transformateur 8.1 Introduction Le transformateur permet de transférer de l énergie (sous forme alternative) d une source à une charge, tout en modifiant la valeur de la tension. La tension

Plus en détail

Conception d'antennes au CEA-LETI avec CST Microwave Studio

Conception d'antennes au CEA-LETI avec CST Microwave Studio Conception d'antennes au CEA-LETI avec CST Microwave Studio CEA-LETI Minatec, Groupe Systèmes Antennaires & Propagation Lionel Rudant lionel.rudant@cea.fr CST Workshop series - Grenoble 1/19 CEA-LETI :

Plus en détail

COMMENT MESURER UN CHAMP ELECTROMAGNETIQUE ET EVALUER L INCERTITUDE DE MESURE?

COMMENT MESURER UN CHAMP ELECTROMAGNETIQUE ET EVALUER L INCERTITUDE DE MESURE? COMMENT MESURER UN CHAMP ELECTROMAGNETIQUE ET EVALUER L INCERTITUDE DE MESURE? SFRP RNI 03.12.2013 Emmanuel NICOLAS Sommaire Les sources de rayonnements Les moyens / méthodes de mesures L évaluation des

Plus en détail

Lois de l électrocinétique

Lois de l électrocinétique Retour au menu! Lois de l électrocinétique 1 Courant électrique 1.1 Notion de courant n conducteur est un matériau contenant des charges libres capables de se déplacer. Dans les électrolytes les charges

Plus en détail

Trois Noms et un Mariage

Trois Noms et un Mariage 100 ans! Des Rayons X à la Médecine Nucléaire Trois Noms et un Mariage Trois Noms, Deux personnes et un Mariage Suffisent pour révolutionner l histoire de la Radioactivité de l Atome Atomes isolés

Plus en détail

Génération d'énergie à partir des ressources disponibles dans l environnement humain

Génération d'énergie à partir des ressources disponibles dans l environnement humain Génération d'énergie à partir des ressources disponibles dans l environnement humain Marianne Lossec, Bernard Multon, Hamid Ben Ahmed SATIE UMR CNRS 8029 Ecole Normale Supérieure de Cachan Antenne de Bretagne

Plus en détail

Optimisation du cycle de cuisson d une pièce en caoutchouc.

Optimisation du cycle de cuisson d une pièce en caoutchouc. Optimisation du cycle de cuisson d une pièce en caoutchouc. Abdulrhaman EL LABBAN 1, Pierre MOUSSEAU *1, Jean Luc BAILLEUL 2, Rémi DETERRE 1 1 GEPEA ERT OPERP, UMR CNRS 6144, IUT de Nantes, 2 av du Prof.

Plus en détail

Organisation spontanée d agrégats de Platine et de Cobalt Platine sur graphite.

Organisation spontanée d agrégats de Platine et de Cobalt Platine sur graphite. Organisation spontanée d agrégats de Platine et de Cobalt Platine sur graphite. L. Bardotti, D. Taïnoff, F. Tournus, P. Mélinon, N. Blanc et V. Dupuis Laboratoire de Physique de la Matière Condensée et

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures ***

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures *** SESSION 003 PCP1006 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1 Durée : 4 heures L'utilisation des calculatrices est autorisée. Les deux problèmes sont indépendants Une feuille de papier millimétré devra

Plus en détail

A. Chaala. K. Englund and M.P. Wolcott

A. Chaala. K. Englund and M.P. Wolcott COMPOSITES BOIS-PLASTIQUE S. Migneault, A. Koubaa, F. Erchiqui, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue A. Chaala Service de recherche et d expertise en transformation des produits forestiers (SEREX)

Plus en détail

Le contrôle de la conformité

Le contrôle de la conformité Le contrôle de la conformité La qualité «produit» dans l entreprise La notion d écart Les «spécifications» du produit Les «procédés de mesurage» et de «contrôle» Sources d information: Les Mémothech de

Plus en détail