Introduction à l analyse numérique : exemple du cloud computing

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction à l analyse numérique : exemple du cloud computing"

Transcription

1 Introduction à l analyse numérique : exemple du cloud computing Tony FEVRIER Aujourd hui!

2 Table des matières 1 Equations aux dérivées partielles et modélisation Equation différentielle et modélisation Des EDO aux EDP 2 L analyse numérique pour résoudre ces EDP Peut-on toujours en avoir les solutions? L analyse numérique à la rescousse 3 Application au cloud computing

3 Equations aux dérivées partielles et modélisation Table des matières 1 Equations aux dérivées partielles et modélisation Equation différentielle et modélisation Des EDO aux EDP 2 L analyse numérique pour résoudre ces EDP 3 Application au cloud computing

4 Equations aux dérivées partielles et modélisation Equation différentielle et modélisation Le ressort k raideur du ressort, m masse du poids. d 2 x dt 2 (t) + k m x(t) = g

5 Equations aux dérivées partielles et modélisation Equation différentielle et modélisation Système proies-prédateurs d x dt (t) = a x(t) b x(t)y(t), d y dt (t) = c x(t)y(t) d y(t). avec a, b, c, d > 0.

6 Introduction à l analyse numérique : exemple du cloud computing Equations aux dérivées partielles et modélisation Des EDO aux EDP Une équation différentielle à plusieurs variables Certaines grandeurs varient en temps et en espace comme par-exemple : la température dans une barre chauffée en un point. T 2T (x, t) K (x, t) = 0 (équation de la chaleur 1D). t x 2 la densité et la vitesse d un fluide incompressible (liquide). ρ + div(q) = 0, t u + u. u = p ν 2 u, t div(u) = 0. (équations de Navier-Stokes).

7 Equations aux dérivées partielles et modélisation Des EDO aux EDP Qu est-ce que le cloud computing Définition Wikipedia Le cloud computing est l accès via le réseau, à la demande et en libre-service, à des ressources informatiques virtualisées et mutualisées. "Accéder à des ressources dont on n a pas à gérer l infrastructure sous-jacente". Exemples : De petites utilisations à de grosses demandes (plusieurs échelles) Accès à une interface logicielle : téléchargement de musique. Accès à un espace mémoire : stockage de mails. Accès à un gros espace de calcul pour des entreprises sur des machines du cloud.

8 Equations aux dérivées partielles et modélisation Des EDO aux EDP Qu est-ce que le cloud computing Concrètement : Tout service se traduit en un nombre de requêtes par seconde. Exemple : Un calcul lancé sur une machine équivaut à n requêtes par seconde. Les clients louent des applications. On évalue leur besoin (en requêtes/s) et on leur accorde un nombre initial de machines. A certains temps, on éteint ou allume des machines suivant le besoin instantané. Problème : On aimerait le faire automatiquement et dynamiquement sous critères.

9 Equations aux dérivées partielles et modélisation Des EDO aux EDP Définitions et notations φ o : Capacité du système. x ]0, 1[ : Taux de complétion d une tâche. ρ(x, t) : Densité de requêtes complétées au niveau x au temps t. m(t) = 1 0 de travail. ρ(x, t)dx : Charge φ i (t) : Taux de requêtes entrantes. client 3 client 1 Cloud resources client 2 (φ (2) 0 ) client 4 (φ (4) 0 )

10 Equations aux dérivées partielles et modélisation Des EDO aux EDP Conservation de la masse Les équations t ρ + v(t) x ρ = 0, x ]0, 1[, t > 0, v(t) = φ o max(1, m(t)).

11 Equations aux dérivées partielles et modélisation Des EDO aux EDP Conservation de la masse Les équations t ρ + v(t) x ρ = 0, x ]0, 1[, t > 0, t m = φ i (t) ρ(1, t)v(t). v(t) = φ o max(1, m(t)).

12 Equations aux dérivées partielles et modélisation Des EDO aux EDP Conservation de la masse Les équations t ρ + v(t) x ρ = 0, x ]0, 1[, t > 0, t m = φ i (t) ρ(1, t)v(t). v(t) = φ o max(1, m(t)). ρ(x, 0) = ρ 0 (x) m(0) = 1 0 ρ 0 (x)dx 0 ρ(0, t)v(t) = φ i (t).

13 Equations aux dérivées partielles et modélisation Des EDO aux EDP Loi du temps de réponse d(x, t 0, x 0 ) : Temps que met une requête pour passer du niveau de complétion x 0 à x à l instant t 0. Le temps de complétion d une requête au temps t est : D(t) = d(1, t, 0). Donnée cruciale pour évaluer combien de temps le client va attendre. Service time equation t d + v(t) x d = 1, x ]0, 1[, t > 0 d(0, t, 0) = 0

14 Equations aux dérivées partielles et modélisation Des EDO aux EDP Loi du temps de réponse d(x, t 0, x 0 ) : Temps que met une requête pour passer du niveau de complétion x 0 à x à l instant t 0. Le temps de complétion d une requête au temps t est : D(t) = d(1, t, 0). Donnée cruciale pour évaluer combien de temps le client va attendre. u = t d Service time equation t u + v(t) x u = 0, x ]0, 1[, t > 0 u(0, t) = t D(t) = t u(1, t)

15 L analyse numérique pour résoudre ces EDP Table des matières 1 Equations aux dérivées partielles et modélisation 2 L analyse numérique pour résoudre ces EDP Peut-on toujours en avoir les solutions? L analyse numérique à la rescousse 3 Application au cloud computing

16 L analyse numérique pour résoudre ces EDP Peut-on toujours en avoir les solutions? Ces équations résolues explicitement Explicite = Dont on on connait l expression. Avoir l expression pour avoir des représentations graphiques. x (t) + f (t)x(t) = g(t). ax (t) + bx (t) + cx(t) = 0. t ρ + v(t) x ρ = 0, x ]0, 1[, t > 0

17 L analyse numérique pour résoudre ces EDP Peut-on toujours en avoir les solutions? Des cas qui restent rares Theorem (de Cauchy) Soit f : I Ω R R n R de classe C 1 (I Ω) et localement lipschitzienne en espace par rapport à la seconde variable, alors pour toute donnée initiale (t 0, x 0 ), il existe une unique solution maximale au problème de Cauchy : { x (t) = f (t, x(t)),. x(t 0 ) = x 0.

18 L analyse numérique pour résoudre ces EDP Peut-on toujours en avoir les solutions? Des cas qui restent rares. Pour la plupart des EDP, on recherche des théorèmes d existence et unicité sans espoir d avoir une solution explicite. Existence et unicité n est pas garantie non plus : Pas de démonstration d existence de solutions régulières pour Navier-Stokes (pb à 1 million de dollar). Comment représenter les solutions graphiquement si on n a pas leurs expressions?

19 L analyse numérique pour résoudre ces EDP L analyse numérique à la rescousse Discrétiser en temps et espace Idée générale Faute d avoir la solution, on en calcule une approximation et on la représente. Se ramener à un ensemble fini de points où évaluer la solution. Transformer les équations en un système fini qui se résout "à la main". Plus le nombre de points est grand plus on est précis.

20 L analyse numérique pour résoudre ces EDP L analyse numérique à la rescousse Discrétiser en temps et espace Idée générale Faute d avoir la solution, on en calcule une approximation et on la représente. (t, x) R + [0, 1] (t n = n t, x j = j x), n, j N. ρ(t, x) ρ(t n, x j ) = ρ n j L( t, x )(ρ) = 0 ρ n+1 = f (ρ 0, ρ 1,..., ρ n ) ρ non explicite ρ n+1 calculé.

21 L analyse numérique pour résoudre ces EDP L analyse numérique à la rescousse Rappel des équations Le modèle sans les conditions aux bords t ρ + v(t) x ρ = 0, x ]0, 1[, t > 0 t m = φ i (t) ρ(1, t)v(t) v(t) = φ o max(1, m(t)) t u + v(t) x u = 0, x ]0, 1[, t > 0 D(t) = t u(1, t)

22 L analyse numérique pour résoudre ces EDP L analyse numérique à la rescousse Exemple du schéma pour le cloud Implicit finite volume scheme from Jaisson [?] v n = ρ n+1 j φ o max(1, m n ) = ρ n j t x (ρn+1 j ρ n+1 j 1 )v n m n+1 = m n + t(φ n+1 i ρ n+1 N v n ) u n+1 j = uj n t x (un+1 j u n+1 j 1 )v n D n+1 = t n+1 u n+1 N

23 L analyse numérique pour résoudre ces EDP L analyse numérique à la rescousse Les conditions initiales et bords Les conditions ρ(x, 0) = ρ 0 (x) m(0) = 1 0 ρ 0 (x)dx 0 ρ(0, t)v(t) = φ i (t). u(0, t) = t Sur le schéma ρ 0 j = ρ 0 (x j ) m 0 ρ n+1 0 v n = φ n+1 i. u n+1 0 = t n+1

24 L analyse numérique pour résoudre ces EDP L analyse numérique à la rescousse D autres méthodes de discrétisation Différences finies. Volumes finis. Eléments finis. Méthode de Boltzmann sur réseau....

25 L analyse numérique pour résoudre ces EDP L analyse numérique à la rescousse Critères de légitimité d un schéma Comment juger si l approximation est bonne? Consistance : Condition pour que la solution exacte vérifie le schéma de la manière la plus précise qui soit. Stabilité : La solution n explose pas, reste controlée ( ρ n+1 ρ n ). Ces critères permettent de dire des choses sur la convergence de l approximation vers la solution exacte.

26 Application au cloud computing Table des matières 1 Equations aux dérivées partielles et modélisation 2 L analyse numérique pour résoudre ces EDP 3 Application au cloud computing

27 Application au cloud computing Premiers résultats du schéma φi (t) (requests/mn) Requests input rates t (hours) unsaturated saturated 150 saturated 200 D(t) (mn) Response times t (hours) unsaturated saturated 150 saturated 200 Figure: Basic model validation.

28 Application au cloud computing Le problème posé et traduction mathématique On a : des clients avec chacun un ensemble de ressources disponibles (fonction de leur achat). On veut pour chaque client : satisfaire un temps maximal de réponse. satisfaire un temps minimal pour économiser des machines non nécessaires. permettre l utilisation d un surplus de machines si nécessaire.

29 Application au cloud computing Le problème posé et traduction mathématique On a : des clients avec chacun un système de capacité φ o. On veut pour chaque client : T min < D(t) < T max EN TOUT TEMPS. Capacité pour chaque client réhaussée à φ o (1 + φ ɛ0 ), φ ɛ0 ]0, 1[. client 3 client 1 Cloud resources client 2 (φ (2) 0 ) client 4 (φ (4) 0 )

30 Application au cloud computing Outil : l optimisation PHASE D ETEINTE ET ALLUMAGE DES MACHINES Problème d optimisation Trouver la capacité φ n o au temps t n qui réalise : J n (φ o) = (n+1) t n t Min φ o ]0;φo]J n(φ o) (D(t, φ o) T min ) 2 + (D(t, φ o) T max ) 2 dt

31 Application au cloud computing Résultat sur un client φi (t) (requests/mn) Requests input rate t (hours) input D(t) (mn) Response times t (hours) fixed elastic Tmin Tmax Figure: Capacity optimization influence.

32 Application au cloud computing Que faire pour plusieurs clients Cloud resources Cloud resources client 1 extra Free VM client 2 extra Free VM client 2 client 2 extra client 1 extra client 1 client 2 client 1

33 Application au cloud computing Résultats sur plusieurs clients φi (t) (requests/mn) Requests input rate t (hours) client 0 client 1 φo(t) (requests/mn) Capacity evolution t (hours) client 0 client 1 D(t) (mn) Response times client 0 client 1 Tmin Tmax t (hours)

34 Application au cloud computing Arrêter des requêtes trop longues 1 But : Laisser tomber les requêtes trop longues. 2 Notations : τ = τ(t) le ratio de requêtes abandonnées. τ = 0 quand D(t) T th et est une constante positive sinon. T th le seuil. Modified PDE model t ρ + v(t) x ρ = τ(t)ρ, x ]0, 1[, t > 0 v(t) = φ o max(1, m(t))

35 Application au cloud computing Arrêter des requêtes trop longues Modified PDE model t ρ + v(t) x ρ = τ(t)ρ, x ]0, 1[, t > 0 t m = φ i (t) ρ(1, t)v(t) τ(t)m(t) v(t) = φ o max(1, m(t))

36 Application au cloud computing Arrêter des requêtes trop longues Modified PDE model t ρ + v(t) x ρ = τ(t)ρ, x ]0, 1[, t > 0 t m = φ i (t) ρ(1, t)v(t) τ(t)m(t) v(t) = φ o max(1, m(t)) ρ(x, 0) = ρ 0 (x) m(0) = 1 0 ρ 0 (x)dx 0 ρ(0, t)v(t) = φ i (t)

37 Application au cloud computing Influence de la suppression de requêtes φi (t) (requests/mn) φo(t) (requests/mn) Requests input rate t (hours) Capacity evolution t (hours) Response times input τ = 0 τ = 1 τ = 10 τ = 100 τ = 1000 D(t) (mn) t (hours) Tmin Tmax Tth

38 Application au cloud computing Response times D(t) (mn) 0.1 τ = 0 τ = 1 τ = 10 τ = 100 τ = 1000 Tmin Tmax Tth Figure: Influence of requests cessation, T th = 3T max, detail

39 Application au cloud computing Dimensionnement du client Comment attribuer un nombre initial de machines au client? Achat = Prévision d input. Lancer le code sur cette prévision. Retenir la capacité maximale utilisée.

40 Conclusion A retenir EDP : Outil pour modéliser une infinité de problèmes physiques. En général, impossible d en expliciter la solution. Outil de simulation, approximation de ces solutions : analyse numérique. Etapes : modélisation, approximation numérique, représentation graphique. MERCI DE VOTRE ATTENTION!

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 8 : EQUATIONS DIFFERENTIELLES - COURS + ENONCE EXERCICE - Olivier

Plus en détail

Objectifs. Calcul scientifique. Champ d applications. Pourquoi la simulation numérique?

Objectifs. Calcul scientifique. Champ d applications. Pourquoi la simulation numérique? Objectifs Calcul scientifique Alexandre Ern ern@cermics.enpc.fr (CERMICS, Ecole des Ponts ParisTech) Le Calcul scientifique permet par la simulation numérique de prédire, optimiser, contrôler... le comportement

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION. Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique

ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION. Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique 1 ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique G. ALLAIRE 28 Janvier 2014 CHAPITRE I Analyse numérique: amphis 1 à 12. Optimisation: amphis

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

MATHS FINANCIERES. Mireille.Bossy@sophia.inria.fr. Projet OMEGA

MATHS FINANCIERES. Mireille.Bossy@sophia.inria.fr. Projet OMEGA MATHS FINANCIERES Mireille.Bossy@sophia.inria.fr Projet OMEGA Sophia Antipolis, septembre 2004 1. Introduction : la valorisation de contrats optionnels Options d achat et de vente : Call et Put Une option

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SUJET

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SUJET SESSION 203 Métropole - Réunion - Mayotte BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE E4 CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE : MATHÉMATIQUES Toutes options Durée : 2 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s)

Plus en détail

Le modèle de Black et Scholes

Le modèle de Black et Scholes Le modèle de Black et Scholes Alexandre Popier février 21 1 Introduction : exemple très simple de modèle financier On considère un marché avec une seule action cotée, sur une période donnée T. Dans un

Plus en détail

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES.

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES. CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE EQUATIONS DIFFERENTIELLES Le but de ce chapitre est la résolution des deux types de systèmes différentiels linéaires

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Modèles continus de supply chains Application à la modélisation d une architecture de calcul parallèle

Modèles continus de supply chains Application à la modélisation d une architecture de calcul parallèle Rapport de stage de L3 Modèles continus de supply chains Application à la modélisation d une architecture de calcul parallèle Benjamin Dadoun, Laurent Feuilloley, Siyu Zhang 2 juillet 2012 Équipe encadrante

Plus en détail

Automatique Modélisation et commande de systèmes par représentation d état

Automatique Modélisation et commande de systèmes par représentation d état Automatique Modélisation et commande de systèmes par représentation d état Marc BACHELIER - PPS5 October 30, 2013 Abstract Ce cours a pour objectif de faire découvrir des méthodes de conception de commande

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics Formation à la CFD, Ph Parnaudeau 1 Qu est-ce que la CFD? La simulation numérique d un écoulement fluide Considérer à présent comme une alternative «raisonnable»

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Modèle classique Extensions Modèle multi-branches. Théorie de la ruine. Esterina Masiello (ISFA)

Modèle classique Extensions Modèle multi-branches. Théorie de la ruine. Esterina Masiello (ISFA) Esterina Masiello Institut de Science Financière et d Assurances Université Lyon 1 Premières Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 En résumé... Modèle classique de la théorie de la ruine

Plus en détail

F7n COUP DE BOURSE, NOMBRE DÉRIVÉ

F7n COUP DE BOURSE, NOMBRE DÉRIVÉ Auteur : S.& S. Etienne F7n COUP DE BOURSE, NOMBRE DÉRIVÉ TI-Nspire CAS Mots-clés : représentation graphique, fonction dérivée, nombre dérivé, pente, tableau de valeurs, maximum, minimum. Fichiers associés

Plus en détail

Ce Livre Blanc vise ainsi à vous expliquer concrètement tous les bénéfices d un standard téléphonique pour votre entreprise et vos collaborateurs :

Ce Livre Blanc vise ainsi à vous expliquer concrètement tous les bénéfices d un standard téléphonique pour votre entreprise et vos collaborateurs : AVANT-PROPOS Dans un marché des Télécoms en constante évolution, il est important pour les petites et moyennes entreprises de bénéficier de solutions télécoms qui répondent parfaitement à leurs besoins

Plus en détail

Modélisation et Simulation

Modélisation et Simulation Cours de modélisation et simulation p. 1/64 Modélisation et Simulation G. Bontempi Département d Informatique Boulevard de Triomphe - CP 212 http://www.ulb.ac.be/di Cours de modélisation et simulation

Plus en détail

CONTRÔLE ET ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES. par. Jean-Pierre Puel

CONTRÔLE ET ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES. par. Jean-Pierre Puel CONTRÔLE ET ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES par Jean-Pierre Puel 1. Introduction Pourquoi équations aux dérivées partielles et pourquoi contrôle? Les équations aux dérivées partielles, associées à certaines

Plus en détail

La programmation linéaire : une introduction. Qu est-ce qu un programme linéaire? Terminologie. Écriture mathématique

La programmation linéaire : une introduction. Qu est-ce qu un programme linéaire? Terminologie. Écriture mathématique La programmation linéaire : une introduction Qu est-ce qu un programme linéaire? Qu est-ce qu un programme linéaire? Exemples : allocation de ressources problème de recouvrement Hypothèses de la programmation

Plus en détail

Une expérience de mathématiques appliquées en Grande Ecole

Une expérience de mathématiques appliquées en Grande Ecole Une expérience de mathématiques appliquées en Grande Ecole El Karoui Nicole Univ Paris VI / Ecole Polytechnique elkaroui@cmapx.polytechnique.fr 6 Novembre 2009 El Karoui Nicole (Labo de proba/ CMAP) Conf

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Stage au LaMME : résoudre x 2 + x = 3 4, à travers les âges.

Stage au LaMME : résoudre x 2 + x = 3 4, à travers les âges. Stage au LaMME : résoudre x 2 + x = 3 4, à travers les âges. 16 au 19 décembre 2014 Table des matières 1 Introduction 2 2 Identités remarquables 3 3 Résoudre x 2 + 2bx = c 6 4 L équation x 2 + x = 3 4

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Plan. 5 Actualisation. 7 Investissement. 2 Calcul du taux d intérêt 3 Taux équivalent 4 Placement à versements fixes.

Plan. 5 Actualisation. 7 Investissement. 2 Calcul du taux d intérêt 3 Taux équivalent 4 Placement à versements fixes. Plan Intérêts 1 Intérêts 2 3 4 5 6 7 Retour au menu général Intérêts On place un capital C 0 à intérêts simples de t% par an : chaque année une somme fixe s ajoute au capital ; cette somme est calculée

Plus en détail

Les équations différentielles

Les équations différentielles Les équations différentielles Equations différentielles du premier ordre avec second membre Ce cours porte exclusivement sur la résolution des équations différentielles du premier ordre avec second membre

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Métriques de performance pour les algorithmes et programmes parallèles

Métriques de performance pour les algorithmes et programmes parallèles Métriques de performance pour les algorithmes et programmes parallèles 11 18 nov. 2002 Cette section est basée tout d abord sur la référence suivante (manuel suggéré mais non obligatoire) : R. Miller and

Plus en détail

Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 2014 Corrigé

Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 2014 Corrigé Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 204 Corrigé EXERCICE 4 points Commun à tous les candidats. Proposition fausse. La tangente T, passant par les points A et B d abscisses distinctes, a pour coefficient

Plus en détail

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B EXERCICE 1 (12 points) Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B Les trois parties de cet exercice peuvent être traitées de façon indépendante. A. Résolution d une équation différentielle On considère

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

3ème séance de Mécanique des fluides. Rappels sur les premières séances Aujourd hui : le modèle du fluide parfait. 2 Écoulements potentiels

3ème séance de Mécanique des fluides. Rappels sur les premières séances Aujourd hui : le modèle du fluide parfait. 2 Écoulements potentiels 3ème séance de Mécanique des fluides Rappels sur les premières séances Aujourd hui : le modèle du fluide parfait 1 Généralités 1.1 Introduction 1.2 Équation d Euler 1.3 Premier théorème de Bernoulli 1.4

Plus en détail

Mathématique et Automatique : de la boucle ouverte à la boucle fermée. Maïtine bergounioux Laboratoire MAPMO - UMR 6628 Université d'orléans

Mathématique et Automatique : de la boucle ouverte à la boucle fermée. Maïtine bergounioux Laboratoire MAPMO - UMR 6628 Université d'orléans Mathématique et Automatique : de la boucle ouverte à la boucle fermée Maïtine bergounioux Laboratoire MAPMO - UMR 6628 Université d'orléans Maitine.Bergounioux@labomath.univ-orleans.fr Plan 1. Un peu de

Plus en détail

Examen optimisation Centrale Marseille (2008) et SupGalilee (2008)

Examen optimisation Centrale Marseille (2008) et SupGalilee (2008) Examen optimisation Centrale Marseille (28) et SupGalilee (28) Olivier Latte, Jean-Michel Innocent, Isabelle Terrasse, Emmanuel Audusse, Francois Cuvelier duree 4 h Tout resultat enonce dans le texte peut

Plus en détail

3. Caractéristiques et fonctions d une v.a.

3. Caractéristiques et fonctions d une v.a. 3. Caractéristiques et fonctions d une v.a. MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v2) MTH2302D: fonctions d une v.a. 1/32 Plan 1. Caractéristiques d une distribution 2. Fonctions

Plus en détail

La surveillance réseau des Clouds privés

La surveillance réseau des Clouds privés La surveillance réseau des Clouds privés Livre blanc Auteurs : Dirk Paessler, CEO de Paessler AG Gerald Schoch, Rédactrice technique de Paessler AG Publication : Mai 2011 Mise à jour : Février 2015 PAGE

Plus en détail

Modèles structurels. Chapitre 4. 4.1 Modèle de Merton

Modèles structurels. Chapitre 4. 4.1 Modèle de Merton Chapitre 4 Modèles structurels 4.1 Modèle de Merton L idée principale de modèles structurels est basée sur l article fondateur de Merton [?], où un défaut est provoqué quand une entreprise n arrive pas

Plus en détail

5 avril 2011. Le Cloud-Computing. Conférence Digitech Lausanne. Un nouveau paradigme, aussi pour les PMEs

5 avril 2011. Le Cloud-Computing. Conférence Digitech Lausanne. Un nouveau paradigme, aussi pour les PMEs Le Cloud-Computing Un nouveau paradigme, aussi pour les PMEs 1 Définition Le Cloud Computing, littéralement l informatique en nuage, est un concept qui consiste à déporter sur des ordinateurs distants

Plus en détail

Algorithmes pour la planification de mouvements en robotique non-holonome

Algorithmes pour la planification de mouvements en robotique non-holonome Algorithmes pour la planification de mouvements en robotique non-holonome Frédéric Jean Unité de Mathématiques Appliquées ENSTA Le 02 février 2006 Outline 1 2 3 Modélisation Géométrique d un Robot Robot

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

TROISI` EME PARTIE L ALG` EBRE

TROISI` EME PARTIE L ALG` EBRE TROISIÈME PARTIE L ALGÈBRE Chapitre 8 L algèbre babylonienne Sommaire 8.1 Présentation..................... 135 8.2 Résolution d équations du second degré..... 135 8.3 Bibliographie.....................

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

A - Composants d un Cloud

A - Composants d un Cloud A - Composants d un Cloud Rappel pratique des principes et Composants 2015-02-05 AG - 1 Objectifs du Cloud : de faire communiquer automatiquement et instantanément entre eux différents appareils : Mac,

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

SUJET ZÉRO Epreuve d'informatique et modélisation de systèmes physiques

SUJET ZÉRO Epreuve d'informatique et modélisation de systèmes physiques SUJET ZÉRO Epreuve d'informatique et modélisation de systèmes physiques Durée 4 h Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur d énoncé, d une part il le signale au chef

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire 1 Programmation linéaire 1. Le problème, un exemple. 2. Le cas b = 0 3. Théorème de dualité 4. L algorithme du simplexe 5. Problèmes équivalents 6. Complexité de l Algorithme 2 Position du problème Soit

Plus en détail

Calculs de probabilités

Calculs de probabilités Calculs de probabilités Mathématiques Générales B Université de Genève Sylvain Sardy 13 mars 2008 1. Définitions et notations 1 L origine des probabilités est l analyse de jeux de hasard, tels que pile

Plus en détail

UNIVERSITE DES ANTILLES et DE LA GUYANE Campus de Fouillole BP250-97157 Pointe-à-Pitre Cedex CONTRAT 2010-2013 LE MASTER NOM DU DOMAINE STS

UNIVERSITE DES ANTILLES et DE LA GUYANE Campus de Fouillole BP250-97157 Pointe-à-Pitre Cedex CONTRAT 2010-2013 LE MASTER NOM DU DOMAINE STS UNIVERSITE DES ANTILLES et DE LA GUYANE Campus de Fouillole BP20-9717 Pointe-à-Pitre Cedex CONTRAT 2010-201 LE MASTER NOM DU DOMAINE STS Mention : Mathématiques Implantation : Guadeloupe FICHES DESCRIPTIVES

Plus en détail

Entraînement au concours ACM-ICPC

Entraînement au concours ACM-ICPC Entraînement au concours ACM-ICPC Concours ACM-ICPC : format et stratégies Page 1 / 16 Plan Présentation Stratégies de base Page 2 / 16 Qu est-ce que c est? ACM-ICPC : International Collegiate Programming

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Université de Franche-Comté - UFR Sciences et Techniques - Département de Physique Master de Physique 1ère année. Mécanique Quantique Travaux Dirigés

Université de Franche-Comté - UFR Sciences et Techniques - Département de Physique Master de Physique 1ère année. Mécanique Quantique Travaux Dirigés Master de Physique 1ère année Mécanique Quantique Travaux Dirigés 1 Master de Physique 1ère année - Mécanique Quantique TD 1: Systèmes quantiques de dimension finie Exercice 11- Atome à 2 niveaux dans

Plus en détail

RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE

RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE. Les ensembles numériques. Propriétés des nombres réels. Ordre des opérations. Nombres premiers. Opérations sur les fractions 7. Puissances entières 0.7 Notation scientifique.8

Plus en détail

Conception d une infrastructure «Cloud» pertinente

Conception d une infrastructure «Cloud» pertinente Conception d une infrastructure «Cloud» pertinente Livre blanc d ENTERPRISE MANAGEMENT ASSOCIATES (EMA ) préparé pour Avocent Juillet 2010 RECHERCHE EN GESTION INFORMATIQUE, Sommaire Résumé........................................................

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

2.1 Rapport scientifique concis

2.1 Rapport scientifique concis 2.1 Rapport scientifique concis On se contentera de donner les directions générales dans lesquelles les membres du Lamav ont obtenu des résultats durant les quatre dernières années. Pour plus de détails,

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide)

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide) Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009 Descriptifs (Page vide) Sujet 001 Épreuve pratique de mathématiques Descriptif Étude d une fonction dépendant d un paramètre Étant donné une fonction dépendant

Plus en détail

6 Equations du première ordre

6 Equations du première ordre 6 Equations u première orre 6.1 Equations linéaires Consiérons l équation a k (x) k u = b(x), (6.1) où a 1,...,a n,b sont es fonctions continûment ifférentiables sur R. Soit D un ouvert e R et u : D R

Plus en détail

Chaînes de Markov. Mireille de Granrut

Chaînes de Markov. Mireille de Granrut Chaînes de Markov Mireille de Granrut Quelques précisions à propos de ce cours : Préambule 1. Tel que je l ai conçu, le cours sur les chaînes de Markov interviendra dès la rentrée, pour faire un peu de

Plus en détail

Formation HP HP CloudSystem Matrix Administration

Formation HP HP CloudSystem Matrix Administration La Pédagogie au service de la Technologie TECHNOLOGIE Formation HP HP CloudSystem Matrix Administration Objectif >> A la fin de ce cours, les stagiaires seront à même d effectuer les tâches suivantes :

Plus en détail

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Recherche opérationnelle Les démonstrations et les exemples seront traités en cours Souad EL Bernoussi Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Table des matières 1 Programmation

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Lois de probabilité à densité Loi normale

Lois de probabilité à densité Loi normale DERNIÈRE IMPRESSIN LE 31 mars 2015 à 14:11 Lois de probabilité à densité Loi normale Table des matières 1 Lois à densité 2 1.1 Introduction................................ 2 1.2 Densité de probabilité

Plus en détail

Note technique. Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe

Note technique. Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe Note technique Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe Version / Date Version 1.0 du 06/02/2012 Auteur David Chénier 2012, Amoès SAS. Toute utilisation, reproduction intégrale

Plus en détail

Méthode : On raisonnera tjs graphiquement avec 2 biens.

Méthode : On raisonnera tjs graphiquement avec 2 biens. Chapiittrre 1 : L uttiilliitté ((lles ménages)) Définitions > Utilité : Mesure le plaisir / la satisfaction d un individu compte tenu de ses goûts. (On s intéresse uniquement à un consommateur rationnel

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 2

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 2 Exemple de sujet n 2 Page 1/7 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES EXEMPLE DE SUJET n 2 Ce document comprend : Pour l examinateur : - une fiche descriptive du sujet page 2/7 - une fiche

Plus en détail

Le Cloud au LIG? Pierre Neyron PimLIG - 2013-04-14

Le Cloud au LIG? Pierre Neyron PimLIG - 2013-04-14 Le Cloud au LIG? Pierre Neyron PimLIG - 2013-04-14 Cloud = buzz word Employé à toutes les sauces... http://www.youtube.com/watch?v=rdkbo2qmyjq (pub SFR) tout le monde fait du cloud? Qui fait du cloud au

Plus en détail

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques.

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. 14-3- 214 J.F.C. p. 1 I Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. Exercice 1 Densité de probabilité. F { ln x si x ], 1] UN OVNI... On pose x R,

Plus en détail

tech days AMBIENT INTELLIGENCE

tech days AMBIENT INTELLIGENCE tech days 2015 AMBIENT INTELLIGENCE techdays.microsoft.fr techdays.microsoft.fr Time To Market Demande croissante des métiers de réduire le délai de mise sur le marché Immédiateté Ergonomie, rapidité et

Plus en détail

Introduction à la théorie des files d'attente. Claude Chaudet Claude.Chaudet@enst.fr

Introduction à la théorie des files d'attente. Claude Chaudet Claude.Chaudet@enst.fr Introduction à la théorie des files d'attente Claude Chaudet Claude.Chaudet@enst.fr La théorie des files d'attente... Principe: modélisation mathématique de l accès à une ressource partagée Exemples réseaux

Plus en détail

Pourquoi toutes les entreprises peuvent se priver de centrale téléphonique?

Pourquoi toutes les entreprises peuvent se priver de centrale téléphonique? WHITE PAPER Pourquoi toutes les entreprises peuvent se priver de centrale téléphonique? Le «cloud voice» : l avenir de la communication Introduction Il fut un temps où, par définition, les entreprises

Plus en détail

Cloud Computing, discours marketing ou solution à vos problèmes?

Cloud Computing, discours marketing ou solution à vos problèmes? Cloud Computing, discours marketing ou solution à vos problèmes? Henri PORNON 3 avril 2012 IETI Consultants 17 boulevard des Etats-Unis - F-71000 Mâcon Tel : (0)3 85 21 91 91 - fax : (0)3 85 21 91 92-

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

BCO. Sébastien LECOT Directeur de GESS PARTNERS

BCO. Sébastien LECOT Directeur de GESS PARTNERS BCO Sébastien LECOT Directeur de GESS PARTNERS Agenda Présentation de GESS PARTNERS L Apport du Capacity Planning dans les projets de transformation Présentation de BCO et de son architecture Présentation

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE Maîtrise d ambiance et Qualité de l air SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE PERTURBATION À L ÉTAT STATIQUE OU DYNAMIQUE Alina SANTA CRUZ École d Ingénieurs de Cherbourg LUSAC «Équipe

Plus en détail

DI-1. Mode d'emploi. Direct Box

DI-1. Mode d'emploi. Direct Box DI-1 Mode d'emploi Direct Box 2 Direct Box DI-1 Le boîtier de direct DI-1 BOSS est un convertisseur asymétrique/symétrique qui satisfaira le plus exigeant des musiciens professionnels. Un instrument à

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Calcul élémentaire des probabilités

Calcul élémentaire des probabilités Myriam Maumy-Bertrand 1 et Thomas Delzant 1 1 IRMA, Université Louis Pasteur Strasbourg, France Licence 1ère Année 16-02-2006 Sommaire Variables aléatoires. Exemple 1. (Jeu d argent) Exemple 2. Loi de

Plus en détail

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL BTS Groupement A Mathématiques Session 11 Exercice 1 : 1 points Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL On considère un circuit composé d une résistance et d un condensateur représenté par

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

Analyse et programmation 1

Analyse et programmation 1 Analyse et programmation Aperçu du fonctionnement de l ordinateur Fonctionnement de l ordinateur Codage de l information Bus d échange d information CPU Exécution d un programme par la CPU Gestion des

Plus en détail